Version classiqueVersion mobile

L’âge du Fer en Basse-Normandie. Gestes funéraires en Gaule au Second-Âge du Fer. Volumes I et II

 | 
Philippe Barral
, 
Bernard Dedet
, 
Fabien Delrieu
, 
et al.

Volume II. Gestes funéraires en Gaule au Second Âge du fer

Les gestes funéraires et l’échange culturel entre la Gaule du Nord et la Culture d’Arras du Yorkshire de l’Est

Greta Anthoons

Résumé

La Culture d’Arras du Yorkshire de l’Est se distingue par la présence de tombes à inhumation - dont certaines à char - et par ses tertres carrés. Ces rites funéraires prestigieux, ont-ils été amenés par un petit groupe élitaire du Continent ou s’agit-il d’un échange culturel avec la Gaule du Nord, grâce à des réseaux sociaux ?

L’étude comparative montre qu’il n’existe en Gaule du Nord aucune région qui pourrait fonctionner en tant que pays d’origine de la Culture d’Arras, laquelle ressemble plutôt à un kaléidoscope d’éléments de provenances divergentes, tout en étant fortement ancrée dans les traditions indigènes britanniques. En fait, l’apparition de tombes à char dans le Yorkshire de l’Est coïncide avec la propagation de ce même phénomène dans plusieurs régions de la Gaule du Nord vers 300 av. J.-C. A cette époque, les contacts internationaux semblent s’intensifier, induisant une diffusion rapide de nouvelles technologies, styles artistiques et idéologies.

Les rapports entre la Culture d’Arras et la Gaule du Nord se situant principalement dans le domaine rituel, on doit s’interroger sur le rôle éventuel des druides.

Texte intégral

1. La Culture d’Arras dans le Yorkshire de l’Est

1La Culture d’Arras s’étend principalement dans le Yorkshire de l’Est et couvre au moins les trois derniers siècles avant notre ère. Elle se distingue par ses tombes à inhumation (dont certaines à char) et par ses tertres carrés. Le lieu-dit « Arras » provient du nom d’un village médiéval abandonné, situé près de Market Weighton, où les premières tombes à char ont été découvertes. Il n’existe aucun lien avec la ville d’Arras en France, l’étymologie évoluant de Erg vers Hergus, Erghus puis Arras au XVIe siècle.

2Après les inhumations et crémations sous tertre de l’Âge du bronze, il subsiste une longue période durant laquelle ont été pratiqués des rites funéraires qui n’ont laissé aucune trace archéologique. L’apparition, vers la fin du IVe siècle av. J.-C., d’un nouveau rite funéraire montrant des liens apparents avec le Continent nécessite une explication.

3La continuité dans la culture matérielle locale exclut la possibilité d’une migration à grande échelle (maisons rondes, poterie britannique, …). Deux thèses restent dès lors admissibles : soit il s’agit de l’immigration d’un petit groupe élitaire qui amène son rite prestigieux, qui a suffisamment d’influence dans le domaine funéraire mais qui ne change pas fondamentalement la culture matérielle locale, soit la Culture d’Arras est le résultat d’un développement local, où certains rites funéraires ont été adoptés via des contacts à haut niveau avec le Continent, le long de réseaux d’élite.

1.1. Les tombes à char

4Une vingtaine de tombes à char a été mise au jour. Dans la plupart des cas, le char avait été démonté. Seuls les chars découverts dans la périphérie de la zone étaient ensevelis complets (voir par exemple Brown et al. 2007, p. 158, fig. 107).

5Certaines tombes à char se trouvaient en position isolée, d’autres étaient réunies dans des petites nécropoles, d’autres encore faisaient partie de grandes nécropoles de quelques centaines de tombes.

6La datation de la plupart des tombes à char est plutôt lâche, en raison de l’absence de mobilier funéraire datable. La céramique, modestement présente dans les tombes ordinaires, est totalement absente dans les tombes à char. Il en est de même pour les fibules, à une exception près. Cependant, en étudiant l’évolution des bandages de char en Gaule du Nord, il devient évident que les chars du Yorkshire de l’Est sont plus tardifs que ceux de l’Aisne-Marne et plutôt contemporains de ceux du Parisis (Anthoons 2007, p. 144-145).

7Le char et le harnais sont souvent les seuls objets de prestige, certains éléments étant richement décorés, parfois d’incrustations de corail. Deux tombes à char contiennent une épée et, dans une autre, le défunt était couvert par une cotte de maille. Dans au moins trois cas, le défunt était une femme ; chacune était dotée d’un miroir, mais aucune ne portait de bijoux, contrairement à d’autres tombes de femmes. Il n’y a qu’une tombe double : les défunts sont des hommes adultes.

1.2. Les nécropoles et les tertres carrés

8L’étendue des nécropoles peut fortement varier de quelques tombes à plusieurs centaines. Une des plus connues est celle de Wetwang Slack, fouillée dans les années 1970 (Dent 1984). Les enclos/tertres y sont particulièrement serrés (plus de 400 tombes). Chaque enclos contient une tombe centrale et plusieurs tombes adventices, creusées dans le tertre ou dans le fossé de l’enclos.

9La nécropole de Rudston / Burton Fleming (Stead 1991) est beaucoup plus spacieuse, quoique des enclos jointifs s’y rencontrent également. Les tombes sont apparemment groupées par famille, les individus partageant souvent les mêmes traits non-métriques.

10Les nécropoles plus petites, comme Kirkburn et Garton Station (Stead 1991), comportent une plus grande concentration de tombes riches.

11Grâce aux enclos/tertres, plusieurs nécropoles ont pu être repérées par photographie aérienne.

12Des enclos fossoyés, dont les côtés mesuraient en général entre 3 et 10 mètres, entouraient des tertres de forme carrée peu élevés, comme une pyramide tronquée (Mytum 1995). Quelques-uns seulement ont été conservés, comme par exemple à Wykeham Forest.

1.3. À l’intérieur de la tombe

13Les corps reposent en position fœtale, variant de fléchis à fortement contractés. Cette position, déjà abandonnée depuis longtemps en Gaule, intègre parfaitement la Culture d’Arras dans la tradition britannique de l’Âge du bronze. L’orientation dominante est nord-sud en décubitus latéral gauche (donc regardant vers l’est). Au Ie siècle av. J.-C. apparaissent (dans les mêmes familles) des inhumations en décubitus dorsal.

14Comme en Gaule du Nord contemporaine, le mobilier n’est pas très abondant. Cependant différents groupes se distinguent. Les offrandes animales sont un élément distinctif important : le porc accompagne les défunts prestigieux (tombes à char, tombes aux armes, tombes au miroir), tandis que des os de moutons sont trouvés dans des tombes un peu plus modestes (tombes aux fibules, bijoux, céramiques). Certains objets s’excluent mutuellement : les chars, les armes et les miroirs ne vont pas avec les fibules, les bijoux et les céramiques et vice versa. Dans les tombes tardives (à décubitus dorsal), les fibules et les céramiques sont totalement absentes ; en revanche, une grande partie des épées provient de ce groupe. D’autres épées, issues des nécropoles plus petites de Kirkburn, de Garton Station et du petit site à tombes à char de Wetwang Slack, datent probablement du IIIe siècle av. J.-C. (Stead 1991).

1.4. Migration ou réseaux d’élite ?

15La région du Yorkshire de l’Est montre plusieurs similitudes avec la région de Paris, ce qui s’explique peut-être en partie par leur contemporanéité. Même le (futur) nom de la population des deux régions, les Parisi (i), plaide en faveur d’une origine parisienne de la Culture d’Arras, ou d’une origine partagée des deux peuples. Cependant, le manque d’enclos fossoyés dans le Parisis est une différence fondamentale. Des enclos carrés jointifs (caractéristiques du Yorkshire de l’Est) sont en revanche très connus dans la région Aisne-Marne, où les tombes à char ont alors quasiment disparu. Ajoutons la position du corps, qui reste un élément strictement local. Il n’existe donc pas de parallèle exact de la Culture d’Arras en Gaule du Nord. Cette culture ressemble plutôt à un kaléidoscope d’éléments de provenances divergentes. Cette représentation n’est pas compatible avec la théorie d’un petit groupe d’immigrants appartenant à une élite et venant du Continent ; aucune région ne peut être pressentie comme possible pays d’origine (Anthoons 2007).

16D’autres modèles théoriques pourraient surmonter les problèmes rencontrés dans le modèle migration. L’existence de réseaux sociaux, in casu de réseaux d’élite, pourrait expliquer le phénomène sélectionnez et choisissez décrit ci-dessus. Par ses contacts avec différentes régions en Gaule et au-delà, la population du Yorkshire de l’Est a créé un nouveau rite funéraire, composé d’éléments de multiples origines. Comment ces contacts à longue distance surviennent-ils et comment sont-ils entretenus ? Plusieurs mécanismes ont pu jouer un rôle, comme les mariages politiques, le clientélisme, les échanges d’otages, et la pratique du fosterage (Karl 2005), un usage consistant à confier un enfant à une autre famille pour son éducation. Enfin, la classe instruite des druides (ou de leurs précurseurs) entretenait certainement son propre réseau.

2. Entretemps en Gaule du Nord

2.1. Le début du IIIe siècle av. J.-C.

17Pendant la deuxième moitié du IVe siècle av. J.-C., la tradition des tombes à char dans l’Aisne-Marne fait son retour et disparaît ensuite quasi complètement. Cependant, vers la fin du siècle et au siècle suivant, des tombes à char émergent, quoique moins abondantes, dans le Parisis, en Hainaut belge, dans la Manche, et elles réapparaissent en Ardennes belges et françaises, et dans l’Aisne. L’introduction de nouveaux rites funéraires dans le Yorkshire de l’Est cadre avec ce même phénomène. D’où provient l’adoption de cette ancienne coutume ? Est-ce l’émergence ou l’arrivée d’une nouvelle élite ou le besoin d’une ancienne élite de s’affirmer ? De toute façon, la dominance culturelle de l’Aisne-Marne et du Rhin Moyen/Moselle des Ve/IVe siècles est remplacée par un nouvel équilibre de plusieurs centres, sans dominance apparente de l’un ou de l’autre.

18C’est l’époque de l’internationalisation. En Ardennes belges, par exemple, les contacts ne se limitent plus aux régions anciennement dominantes, mais se diversifient et s’étendent jusqu’en Europe Centrale. Cette internationalisation se manifeste dans une grande partie de l’Europe tempérée et va de pair avec une diffusion rapide de multiples innovations technologiques, dont plusieurs, mais pas toutes, au niveau de l’armement (Anthoons 2009, p. 337 ; Marion 2007, p. 102 ; Rapin 1999, p. 49-58). Sur le plan artistique, le Style Plastique et la documentation iconographique témoignent des contacts longue distance entre la Gaule du Nord et l’aire danubienne (Ginoux 2009, p. 125-136).

2.2. La théorie des réseaux sociaux

19Comme le monde est petit ! Le phénomène du réseau de petit monde joue un rôle important dans la diffusion d’éléments culturels. Un tel réseau se compose de liens forts (famille, amis, voisins) et de liens faibles (contacts aléatoires). Lorsque les liens sont forts, les nouvelles ne s’étendent pas très loin, tandis que lorsque l’on communique avec une connaissance vague, les nouvelles échappent aux frontières du groupe social. Ainsi, les liens faibles peuvent agir en tant que ponts sociaux (Granovetter 1973, 1983). Comme démontré par Watts & Strogatz (1998), l’addition de quelques liens au hasard, réduit la longueur du chemin direct entre deux nœuds.

20La fin du IVe siècle voit l’évolution d’une structure relativement simple de noyaux périphériques dans laquelle deux acteurs prédominants (l’Aisne-Marne et le Rhin Moyen/ Moselle) influencent leurs régions voisines au niveau rituel et matériel, vers un réseau à longue distance plus complexe, avec beaucoup d’acteurs d’importance égale et des multiples courants d’interaction. Le long de ce réseau, les nouvelles technologies et idéologies voyagent vite.

21Ce changement dans la structure du réseau reflète une transition de phase. En ajoutant quelques liens d’interconnexion entre les clusters (des cliques, des groupes sociaux d’individus reliés entre eux par des liens forts) existants, le réseau subit un saut d’un état à l’autre. Les divers clusters sont reliés dans un composant géant, qui permet la communication à travers le réseau entier. L’absence de centralité associée à la transition de phase (Collar 2007, p. 150), correspond à ce qu’on voit au IIIe siècle av. J.-C.

2.3. Déclenchement de la transition de phase

22Un des phénomènes qui a pu déclencher ce changement dans la structure du réseau est le mercenariat. La guerre des diadoques, suite à la mort d’Alexandre le Grand en 323 av. J.-C., a sans doute fortement fait augmenter la demande de mercenaires, dont certains contingents venaient peut-être de la Gaule. La guerre et le combat partagé sont considérés comme « la force la plus puissante de cohésion sociale entre les hommes » (Van de Noort 2006, p. 282) : ils forment ainsi un mécanisme important dans la création des réseaux sociaux. Une fois leur mission accomplie, beaucoup de mercenaires ont dû retourner dans leurs maisons respectives (voir Wells 1999, p. 46-47, 54 ; 2001, p. 80-81) ; on peut envisager que les liens forgés pendant leur séjour en tant que mercenaires ont abouti à des contacts plus fréquents et plus intenses entre leurs régions d’origine. Il est même plausible que les mercenaires aient été recrutés par l’intermédiaire de ces réseaux. Ceci expliquerait pourquoi les bandes larges comporteraient souvent des membres de différentes régions et de différents peuples, comme, par exemple, dans le cas des Gaesatae (Tomaschitz 2002, p. 85).

23L’autre explication serait qu’il s’agit ici d’un processus inhérent au système. Les mécanismes mêmes qui sont à la base des réseaux sociaux (mariages politiques, clientélisme, échange d’otages, fosterage) ont pu engendrer des changements dans la structure des réseaux. Imaginons que le système d’éducation du fosterage existait déjà aux Ve/IVe siècles, un territoire-clé tel que l’Aisne-Marne a dû attirer beaucoup d’enfants des régions limitrophes, créant de ce fait une situation où les enfants de différentes régions ont grandi ensemble dans les mêmes familles. Il est bien connu que dans des sociétés où le fosterage était pratiqué (comme en Irlande médiévale), le lien entre les foster brothers était fort et durable. Là aussi, une fois rentrés chez eux, les contacts ne se sont pas perdus et ont pu provoquer d’autres mécanismes, comme les mariages politiques.

24Ceci a pu mener à des changements dans les relations locales de puissance dans les zones périphériques. Ainsi, vers 300 av. J-C., de nouveaux centres de pouvoir émergent, où l’ancien concept de la tombe à char a été saisi comme marqueur de statut social, fortement approprié pour affirmer des positions politiques nouvellement acquises.

3. La place de la Culture d’Arras dans le réseau

3.1 L’armement et l’art

25Il reste à éclaircir dans quelle mesure le Yorkshire de l’Est a participé à l’esprit d’innovation et d’internationalisation qui règne au début du IIIe siècle av. J.-C. Deux domaines importants à cet égard sont l’armement et l’art.

26En ce qui concerne l’armement, plusieurs éléments indiquent qu’à l’Âge du fer, les épées étaient portées sur le dos dans le Yorkshire de l’Est (et le nord de la Grande-Bretagne en général). Le pontet n’est pas situé en haut du fourreau (comme au Continent et en Grande-Bretagne du Sud), mais entre un tiers et à mi-chemin vers le bas. Cette hypothèse est d’ailleurs illustrée par quelques statuettes en craie trouvées dans la région (Stead 1988 ; Stead 2006, p. 61-63, pl. 9). De plus, nous avons des exemples de tombes à armes dans lesquelles l’épée se trouvait sur le dos du défunt, comme les tombes R107 et R144 de Rudston (Stead 1991, p. 74). Ceci suggère que le point de contact entre le Yorkshire de l’Est et la Gaule du Nord n’est guère à chercher dans les rangs de l’élite guerrière.

27Quant à l’art, il est remarquable que le Style Plastique, tellement typique pour cette période, soit entièrement absent en Yorkshire de l’Est. Pour ce qui est de la culture matérielle en général, on trouve bien entendu des parallèles avec le Continent, par exemple les jougs à cinq anneaux passe-guide ou certains fibules et bracelets, mais sinon elle s’inscrit bien dans la culture indigène britannique.

3.2 Le rôle des druides

28Étant donné que l’influence continentale aperçue en Yorkshire de l’Est se situe surtout sur le plan rituel, il faudrait se demander quel rôle ont pu jouer les druides ou autres chefs spirituels, religieux et intellectuels. Dans quelle mesure ont-ils pris part à des changements dans les rites funéraires ? La (ré) introduction de la tombe à char, par exemple, peut-elle être liée aux druides ou leurs précurseurs ?

29Les conditions nécessaires existent à tous égards. Prenons d’abord les traditions orales. Les longues études des druides, gardiens de l’héritage oral, ont dû inclure les coutumes et traditions de leur peuple. Les techniques conventionnelles d’étude ont vraisemblablement assuré la transmission relativement invariable de l’histoire, à travers plusieurs générations de druides. Par conséquent, la connaissance de pratiques funéraires anciennes, abandonnées depuis longtemps déjà, a pu être préservée, même en détail, dans leurs traditions orales.

30Un deuxième élément est la notion de mobilité liée aux druides. Jules César (La guerre des Gaules, 6, 13) parle de l’assemblée annuelle des druides en pays carnute, le centre de toute la Gaule. Certains druides ou élèves-druides voyagent encore plus loin : c’est en Grande-Bretagne que la doctrine s’apprend le plus diligemment. Pour s’assurer une place d’étude dans un pays tellement lointain, il faut que soit les parents de l’élève, soit leur druide local aient de bons contacts avec des druides enseignants britanniques. Un réseau social est alors indispensable. L’élève-druide à son tour fonctionnera comme nouveau lien dans le réseau. À travers ces réseaux, la connaissance de nouvelles pratiques funéraires peut se diffuser aisément.

31Troisièmement, les druides sont décrits comme étant des conseillers royaux (Dion Chrysostome, Discours 49, 8). Spécialistes des rituels, les druides ont pu conseiller les classes dirigeantes dans le choix d’un rite funéraire adapté aux circonstances socio-politiques du moment. La combinaison des traditions orales des druides et de leurs contacts interrégionaux garantissait sans doute un large assortiment de rites prestigieux.

4. Conclusion

32Il n’existe en Gaule du Nord aucune région qui pourrait fonctionner en tant que pays d’origine de la Culture d’Arras, laquelle ressemble plutôt à un kaléidoscope d’éléments de provenances divergentes, tout en étant fortement ancrée dans les traditions indigènes britanniques. Les nouveaux rites funéraires en Yorkshire de l’Est s’inscrivent dans un phénomène plus répandu au début du IIIe siècle, à savoir une diffusion rapide de nouvelles technologies, styles artistiques et idéologies, grâce à une complexification des réseaux sociaux à longue distance. Les rapports entre la Culture d’Arras et la Gaule du Nord se situant principalement dans le domaine rituel, le rôle des druides doit être envisagé : ils disposent de réseaux sociaux, ils ont la connaissance des traditions, leur autorité dans le domaine des rites est indéniable et ils sont connus comme conseillers des classes dirigeantes. Les conditions pour la transmission d’un nouveau rite funéraire prestigieux étaient favorables.

Bibliographie

Bibliographie

Anthoons G., 2007, The origins of the Arras Culture : migration or elite networks ? in Karl, R., Leskovar, J., Hrsg., Interpretierte Eisenzeiten. Fallstudien, Methoden, Theorie. Tagungsbeiträge der 2. Linzer Gespräche zur interpretativen Eisenzeitarchäologie, Linz, Oberösterreichisches Landesmuseum, p. 141-152. (Studien zur Kulturgeschichte von Oberösterreich, 19).

Anthoonsg., 2009, Klein ist die Welt... Engere Kontakte im frühen dritten Jahrhundert v. Chr. in Karl, R., Leskovar, J., Hrsg., Interpretierte Eisenzeiten. Fallstudien, Methoden, Theorie. Tagungsbeiträge der 3. Linzer Gespräche zur interpretativen Eisenzeitarchäologie, Linz, Oberösterreichisches Landesmuseum, p. 331-343. (Studien zur Kulturgeschichte von Oberösterreich, 22).

Brownf. et al., 2007, The Archaeology of the A1 (M). Darrington to Dishforth DBFO Road Scheme, Lancaster, Oxford Archaeology North, 452 p. (Lancaster Imprints, 11).

Caesar C.I., 1917 (1966), The Gallic War, translated by Edwards, H.J., Loeb Classical Library, Cambridge, MA, Harvard University Press.

Collar A., 2007, Network Theory and Religious Innovation, Mediterranean Historical Review, 22 (1), p. 149-162.

Dent J.S., 1984, An Iron Age cemetery on the Yorkshire Wolds, thèse de M.Phil en archéologie, université de Sheffield, Sheffield, 199 p.

Dio Chrysostome, 1956, Discourses, vol. IV, translated by Lamar Crosby, H., Loeb Classical Library, Cambridge, MA, Harvard University Press.

Ginoux N., 2009, Élites guerrières au nord de la Seine au début du IIIe siècle av. J.-C. La nécropole celtique du Plessis-Gassot (Val-d’Oise), Villeneuve-d’Ascq, Université Charles-de-Gaulle-Lille 3, 164 p. (Revue du Nord, hors-série, Collection Art et Archéologie, 15).

Granovetter M.S., 1973, The strength of weak ties, American Journal of Sociology, 78 (6), p. 1360-1380.

Granovetter M.S., 1983, The strength of weak ties : a network theory revisited, Sociological Theory, 1, p. 201-233.

Karl R., 2005, Master and apprentice, knight and squire : education in the ‘Celtic’ Iron Age, Oxford Journal of Archaeology, 24 (3), p. 255- 271.

Marion S., 2007, Les IVe et IIIe siècles avant notre ère en Île-de-France, in Mennessier-Jouannet C., Adam A.-M., Milcent P.-Y., dir., La Gaule dans son contexte européen aux IVe et IIIe siècles avant notre ère. Actes du XXVIIe colloque international de l’AFEAF, Clermont-Ferrand, 2003, Lattes, Centre de Documentation archéologique régional, p. 91- 115. (Monographies d’Archéologie Méditerranéenne).

Mytum H., 1995, Iron Age square barrows on the North York Moors, in : Vyner B., ed., Moorland Monuments. Studies in the archaeology of North-East Yorkshire in honour of Raymond Hayes and Don Spratt, York, Council for British Archaeoloy, p. 31-37. (CBA Research Report, 101).

Rapin A., 1999, L’armement celtique en Europe : chronologie de son évolution technologique du Ve au Ie s. av. J.-C., Gladius, XIX, p. 33-67.

Stead I.M., 1988, Chalk figurines of the Parisi, The Antiquaries Journal, 68, p. 9-29.

Stead I.M., 1991, Iron Age cemeteries in East Yorkshire. Excavations at Burton Fleming, Rudston, Garton-on-the-Wolds, and Kirkburn, London, English Heritage & British Museum Press, 237 p. (Archaeological Report, 22).

Stead, I.M., 2006, British Iron Age Swords and Scabbards, London, British Museum Press, 304 p.

Tomaschitzk., 2002, Die Wanderungen der Kelten in der antiken literarischen Überlieferung, Wien, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, 254 p. (Mitteilungen der Prähistorischen Kommission, 47).

Van de Noort R., 2006, Argonauts of the North Sea - a Social Maritime Archaeology for the 2nd Millennium BC, Proceedings of the Prehistoric Society, 72, p. 267-287.

Watts D.J. & Strogatz S.H., 1998, Collective dynamics of ‘small-world’ networks, Nature, 393, p. 440-442.

Wells P.S., 1999, The Barbarians Speak. How the Conquered Peoples Shaped Roman Europe, Princeton & Oxford, Princeton University Press, 335p.

Wells P.S., 2001, Beyond Celts, Germans and Scythians. Archaeology and Identity in Iron Age Europe, London, Duckworth, 160 p. (Duckworth Debates in Archaeology).

Auteur

Doctorante, Bangor University, School of History, Welsh History & Archaeology, Bangor, Gwynedd LL57 2DG, Wales. greta.anthoons@skynet.be

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search