Version classiqueVersion mobile

L’âge du Fer en Basse-Normandie. Gestes funéraires en Gaule au Second-Âge du Fer. Volumes I et II

 | 
Philippe Barral
, 
Bernard Dedet
, 
Fabien Delrieu
, 
et al.

Volume II. Gestes funéraires en Gaule au Second Âge du fer

Les pratiques funéraires de l’Âge du fer tardif dans le Sud de l’Angleterre

Andrew P. Fitzpatrickitzpatrick

Résumé

À l’époque de l’Âge du fer moyen dans la partie centrale du Sud de l’Angleterre, les modalités archéologiquement les plus visibles du traitement des morts étaient des rites d’enterrement secondaire qui sont apparus pendant l’Âge du bronze final. En relation avec ces rites, des corps entiers, mais plus souvent non-entiers, ont été enterrés à l’intérieur des habitats. Par ailleurs, les sépultures « formelles » sont maintenant identifiées plus fréquemment, grâce à la datation au C14 des tombes sans mobilier.

Il existait très clairement une large gamme de pratiques funéraires (différentes) pendant l’Âge du fer tardif. Toutefois, à l’Âge du fer final, le rite le plus fréquent, utilisé dans le Sud-Est de l’Angleterre, était la sépulture à incinération, représentée par les sépultures de type « Aylesford ». Il existe, pour cette période, de fortes ressemblances entre le Sud-Est de l’Angleterre et la France, non seulement dans l’utilisation du rite de sépulture à incinération, mais également à travers la céramique et d’autres petits objets. Les sépultures de l’élite « aristocratique » de type Welwyn sont comparables à des sépultures très nombreuses en Gaule. Il semble toutefois que la sépulture à incinération ait été adoptée en Grande-Bretagne beaucoup plus tard qu’en Gaule, et que les sépultures à incinération les plus anciennes du Sud de l’Angleterre aient été trouvées, non pas dans le Sud-Est, mais à Westhampnett sur la côte Sud.

Texte intégral

Je souhaite remercier Andy Taylor de Thames Valley Archaeological Services et John Mills de West Sussex County Council pour l’information sur la sépulture de North Bersted. Les dessins et illustrations sont de Linda Coleman, Rob Goller et Ken Lymer. La traduction est de Moura MacDonagh et Nicolas Bigourdan.

1. Introduction

1En Grande-Bretagne, les tombes des populations de l’Âge du fer ont longtemps semblé absentes des études archéologiques. Celles qui étaient connues, comme par exemple les tombes du Yorkshire, dans le Nord-Est de l’Angleterre, de la culture dite « Arras » de La Tène moyenne-finale, ou bien les tombes à incinération de La Tène finale « Belgic » du sud-est de l’Angleterre étaient volontiers interprétées comme des témoins d’invasions venues de Gaule. Roy Hodson a présenté en 1964 les preuves caractérisant les éléments indigènes de l’Âge du fer en Grande-Bretagne (nommé la culture « Little Woodbury ») qu’il a décrit comme des « fossiles négatifs, en tant que tels » (Hodson 1964, p. 105).

2La situation aujourd’hui est tout autre. Une révision systématique, conduite entre 1970 et 1980, a permis l’établissement d’une base sur laquelle puissent s’identifier clairement plusieurs pratiques funéraires régionales (Whimster 1977a ; 1980) (fig. 1). D’autres fouilles plus récentes, plus amples et exécutées sur une gamme plus variée de sites ont fourni beaucoup d’autres exemples, surtout pour les tombes situées à l’intérieur des habitats et pour des rites de sépultures secondaires (par ex. Wait 1985). De fortes influences européennes continentales restent évidentes dans la culture d’Arras et dans les sépultures dites « Belgic » ou de type « Aylesford », mais on voit plus clairement maintenant leur position dans la gamme de pratiques funéraires de La Tène moyenne et finale. En Grande-Bretagne, cette époque de La Tène moyenne et finale s’appelle plus couramment l’Âge du fer tardif (« the Later Iron Age ») (cf. Haselgrove et Moore 2007 ; Haselgrove et Pope 2007).

3Les études les plus récentes nous conduisent à proposer que le mode le plus courant du traitement des morts, visible à travers les vestiges mis au jour, consisterait en des sépultures localisées à l’intérieur des habitats, soit « formelles », c’est-à-dire dans des tombes creusées à cette fin ou dans des fosses contenant des corps entiers ou incomplets, faisant partie de rites de sépultures secondaires. Il existe aussi quelques exemples d’autres rites, incluant l’incinération ; il est également possible que des corps aient été déposés dans des rivières.

4Les origines de cette diversité de rites funéraires remontent au moins à l’Âge du bronze final (1100-700 av. J.-C.). Il semble de plus en plus probable que la pratique de l’incinération, bien connue depuis l’Âge du bronze moyen, ait été pratiquée aussi durant l’Âge du bronze tardif, malgré l’absence d’urnes avec les restes d’incinération sur le sol des tombes. C’est seulement récemment qu’a été amorcée l’identification de sépultures de l’Âge du bronze final, grâce aux datations C14. Des rites funéraires secondaires, incluant la décharnation, ont été identifiés pour l’Âge du bronze tardif (Brück 1995) mais la sépulture « formelle », l’enterrement du corps entier dans une fosse, n’a été que rarement mise en évidence et il ne devient fréquente qu’au Premier Âge du fer britannique (Hallstatt C-D/La Tène ancienne). La datation au C14 est devenue de plus en plus importante pour l’identification de ces pratiques funéraires, bien que la courbe de calibration pour l’époque du Hallstatt final ne fournisse pas encore une chronologie exacte de l’évolution vers une pratique funéraire plus formelle (par ex. Lawson 2000, p. 95-101).

Fig. 1 : distribution des traditions de pratiques funéraires en Grande-Bretagne.

5À l’heure actuelle, la diversité des pratiques funéraires est surtout bien représentée dans la région de Wessex (centre du sud de l’Angleterre). Ceci s’explique en partie par l’intensité des recherches archéologiques sur l’Âge du fer dans la région du Wessex (Champion 2001 ; Collis 2001), dont les plus récentes et notables sont les fouilles qui se sont déroulées à Danebury et aux environs (the Danebury Environs Programme) (Cunliffe 1984 ; 1991 ; Cunliffe 2000). Un autre facteur est lié au fait que plusieurs des premières fouilles, dites « de sauvetage », en Grande-Bretagne concernaient des sites de l’Âge du fer de la région de Wessex (Fitzpatrick 2010 ; sous presse).

2. L’Âge du fer moyen / La Tène moyenne

2.1 Sépultures formelles, pratiques funéraires secondaires sur les sites d’habitat et décharnation

6Au milieu de l’Âge du fer, les pratiques funéraires dans la partie centrale du Sud de l’Angleterre comprenaient :

  • L’enterrement dans une tombe creusée expressément ;

  • Une sépulture « formelle » à l’intérieur d’un habitat ;

  • Une sépulture par incinération (très peu nombreuses) ;

  • La décharnation ;

  • La décharnation, suivie d’un enterrement secondaire ;

  • La déposition des cadavres dans l’eau (hypothèse).

7On a fréquemment découvert des parties de squelettes dans des fosses à l’intérieur des habitats. L’enterrement avait lieu après une pourriture de la chair et des muscles suffisante pour séparer les membres du corps. La plupart des découvertes consistent en des os des membres et des crânes. Les petits os des mains ou des pieds sont rarement découverts ; parfois les corps ont été démembrés avec des couteaux ou des armes (Whimster 1981, p. 4-36 ; Wilson 1981 ; Wait 1985, p. 83-121). L’interprétation proposée est que les corps ont été exposés aux éléments jusqu’à la pourriture de la chair et/ou jusqu’à leur nettoyage par des oiseaux et autres animaux, soit une forme de décharnation. L’enterrement à l’intérieur des sites d’habitat est une forme de sépulture secondaire, et la décharnation a été considérée aussi comme le moyen le plus courant de se débarrasser des morts (Carr et Knüsel 1997).

8Les découvertes qui proviennent des fouilles étendues de Danebury ont beaucoup contribué à ce débat. Plus de 300 exemplaires de restes humains ont été trouvés à Danebury, répartis en six catégories (Cunliffe 1984, p. 442), en fonction, premièrement du pourcentage de corps conservé, deuxièmement des éléments du corps représentés :

  1. Des corps/squelettes entiers (enterrements individuels ou en groupes) ;

  2. Des squelettes incomplets (dépôts individuels) ;

  3. Des squelettes multiples, partiellement articulés ;

  4. Des crânes entiers ou partiels (sans mâchoires) ;

  5. Des ceintures pelviennes ;

  6. Des os individuels, ou fragments d’os, isolés ou en petits groupes.

Des corps entiers ont été trouvés enterrés dans des fosses à l’intérieur des sites d’habitat, ainsi que dans des fossés qui entouraient des habitats. La plupart sont des inhumations en position fléchie, alignées, souvent avec la tête orientée vers le nord (Whimster 1980, p. 16-25). Bien qu’il soit très rare de trouver des dépôts de mobilier avec les corps, il est pourtant clair que les rites d’enterrement étaient d’une complexité considérable (Hill 1995, p. 11-13 et p. 105-108).

9Il y a eu une tendance à catégoriser et interpréter ces corps entiers ou incomplets comme les illustrations de rites et de groupements sociaux différents (fig. 2). Le traitement des cadavres humains ressemble en quelque sorte au traitement des cadavres d’animaux à l’intérieur des sites d’habitat. Ces dépôts animaux sont souvent interprétés comme propitiatoires et il a été proposé que les dépôts humains, principalement les squelettes incomplets, étaient également propitiatoires (Cunliffe 1995, p. 75). On a supposé par contre que les enterrements de corps entiers à l’intérieur des habitats concernaient des étrangers tués rituellement, des ennemis, des exclus sociaux, voire des personnes « impures » (par ex. Cunliffe 1995, p. 72-88, fig. 34 ; 1992 ; Aldhouse-Green 1998 ; 2001). Quelques-unes de ces sépultures ont été interprétées comme celles de victimes de massacres (Carr et al. 2004). Ces interprétations sont basées sur le nombre de corps représentés.

Fig. 2 : Danebury, schéma de l’incorporation des os humains dans des fosses (d’après Cunliffe 1995, fig. 34).

10Il est volontiers admis que ces catégorisations et interprétations reflètent des attitudes occidentales actuelles envers la mort (par ex. Lally 2008). La déposition de restes humains à côté de déchets domestiques dans des fosses pourrait indiquer aussi une croyance dans la régénération (par ex. Parker Pearson 1996 ; 1999). Il faut se demander également si un rite funéraire considéré comme typique ou « normatif » peut en même temps être jugé représentatif des exclus sociaux ou des impurs (Fitzpatrick 1997a, p. 82). Malgré l’intérêt suscité par la variété de cette gamme de pratiques funéraires, et l’importance des sépultures secondaires, il n’y pas d’accord sur l’interprétation de ces différentes pratiques.

11Des études taphonomiques détaillées pourraient permettre des avancées dans ce débat. Une comparaison des ossements humains et animaux provenant du site fortifié de hauteur de Danebury et de la ferme de Winnall Down, situés tous les deux dans le comté de Hampshire dans le sud de l’Angleterre, ont montré que, malgré un contexte similaire de déposition, les ossements animaux étaient beaucoup plus abrasés, ayant été assujettis aux effets du temps, piétinés, rongés etc. Les ossements humains étaient beaucoup moins endommagés et montraient peu de blessures traumatiques, mais les petits os des doigts ou des orteils ont rarement été trouvés. Par contre, quelques éléments des corps incomplets étaient toujours en connection. Ceci pourrait suggérer, contrairement à plusieurs hypothèses (Carr et Knüsel 1997), que les rites d’enterrement secondaire ne comprenaient pas l’exposition du corps aux éléments : la décharnation (Madgwick 2008). Ces rites sont attestés fréquemment dans la région de Wessex, mais aussi dans le reste de la Grande-Bretagne (par ex. Armit et Ginn 2007). Il faut souligner aussi que la diversité des découvertes dans la région de Wessex rend problématique toute essai de définition de norme.

12La décharnation, par laquelle le corps est déposé en plein air, livré aux intempéries, pourrait être mise en relation avec les découvertes d’objets en milieu humide. La découverte de nombreux objets métalliques de qualité dans des rivières du sud de l’Angleterre, notamment dans la Tamise, est bien connue (Fitzpatrick 1984). On a suggéré que ces objets accompagnaient les morts, mais il n’y a pas de preuves déterminantes (Bradley et Gordon 1988 ; Parker Pearson et Field 2003, p. 177 et p. 187). Les datations au C14 effectuées sur des crânes trouvés dans des rivières n’ont permis d’en attribuer qu’un très petit nombre à l’Âge du fer.

2.2. Les enterrements par inhumation « formels »

13Récemment, plusieurs cimetières ont été mis au jour, attestant des enterrements par inhumation dits « formels », dans la région du Wessex et au-delà. Ces sites sont peu nombreux et on ne sait pas encore s’ils sont très répandus, mais ils représentent un élément supplémentaire important dans la gamme des rites funéraires.

14À Suddern Farm (comté de Hampshire), un cimetière daté du Ve au IIIe siècle av. J.-C. a été découvert à côté d’un habitat de l’Âge du fer (Cunliffe et Poole 2000, p. 152-70) (fig. 3). Contrairement au site fortifié de hauteur de Danebury, peu de restes humains ont été mis au jour dans les fermes qui ont été étudiées dans le cadre du Programme des Environs de Danebury. La Suddern Farm est une exception. Des restes humains y ont été trouvés, quelquefois associés à des ossements animaux provenant du site d’habitat. Une partie du cimetière a été fouillée et a permis de démontrer que les tombes étaient creusées dans une série de dépressions de carrières. Les quelques 15 corps, plus ou moins entiers, étaient fortement recroquevillés et plusieurs étaient alignés approximativement, selon un axe nord-sud.

Fig. 3 : Suddern Farm, comté d’Hampshire, sépulture C27 (d’après Cunliffe et Poole 2000, fig. 23⁃25).

15En plus de ces sépultures formelles, des fragments d’autres ossements humains trouvés dans les tombes permettent de penser que jusqu’à 60 individus sont représentés. Il semble que les sépultures articulées ne représentent que 25 % environ des individus dont les restes ont été découverts. Bien que l’échantillon soit restreint, il semble que la proportion de femmes (1 certaine et 4 probables) et d’hommes (6 certains et 5 probables) n’est pas égale, tandis que la forte proportion de jeunes enfants reflète peut-être une espérance de vie typique à cette période (31 âgés de 17 ans et plus ; 9 âgés de 2 à 17 ans ; 20 âgés de 0 à 2 ans). Sur les vingt jeunes enfants, six étaient probablement des nouveaux nés. Deux individus seulement étaient accompagnés d’éléments mobiliers, le premier d’une bague simple en fer et le second d’une fibule à profil courbe du type La Tène Moyenne insulaire, fréquent en Angleterre (Stead 1979, p. 89-90, fig. 35 ; 1995, p. 95-97, fig. 41) (fig. 3).

16Le site de Yarnton, dans l’Oxfordshire, constitue un autre exemple de découverte inattendue de cimetière. Trois groupes d’inhumations d’individus accroupis dans un petit cimetière comprenant 35 tombes y ont été découverts. Les tombes, alignées selon l’axe nord-sud, n’étaient pas accompagnées de mobilier et ont été d’abord considérées comme Anglo-Saxonnes. Cependant, la datation au C14 effectuée sur un échantillon de 9 tombes sélectionnées parmi les 3 groupes en question a donné une datation comprise entre le IVe et le IIIe siècle av. J.-C. Il se peut que tous les enterrements aient eu lieu sur une période de 50 ans, correspondant peut-être à deux générations. Il y avait presque deux fois plus d’hommes que de femmes (11 pour 6) et un petit nombre d’enfants, si l’on excepte six nouveaux nés, tous trouvés dans les tombes situées à l’intérieur d’un habitat contemporain (Hey et al. 1999).

17Si des nécropoles à inhumation n’ont été reconnues que récemment dans la partie centrale du sud de l’Angleterre, elles sont connues depuis longtemps dans le sud-ouest de l’Angleterre. En Cornouaille et dans les Îles de Scilly, des sépultures appelées « inhumations en ciste du sud-ouest » (« south-west cist inhumations ») sont caractérisées par des inhumations fléchies ou recroquevillées dans des tombes ovales ou rectangulaires. Beaucoup de ces tombes sont des cistes (sépultures en coffre) de pierre, mais il en existe aussi en pleine terre (Nowakowski 1991). Le corps est en général disposé sur le côté droit avec la tête tournée vers le nord ou le nord-est. Cette pratique funéraire a persisté jusqu’à l’époque Romano-Britannique. Sachant que beaucoup de ces sépultures ne sont pas accompagnées de mobilier, leur datation est souvent incertaine. Dans les cas où les sépultures sont accompagnées d’éléments mobiliers, il s’agit la plupart du temps d’objets de parure, surtout des fibules ; des miroirs ornés ont également été découverts à côté des corps (Whimster 1977b ; 1981, p. 60-74 ; Nowakowski 1991, p. 229-32). Les cistes en pierre ont été comparées aux tombes trouvées en Armorique (Whimster 1977a ; Cunliffe 1988, p. 98).

18Les nécropoles correspondent souvent à de petits groupes humains mais de plus grands cimetières sont aussi attestés. Le plus grand est celui de Harlyn Bay. Ce cimetière contenait plus de 130 tombes mais les comptes rendus des fouilles effectuées en 1900- 1905 sont lacunaires (Whimster 1977b). La découverte à Harlyn Bay de variantes locales de fibules « Ibériennes » (Boudet 1988) et d’exemplaires d’épingles à anneau de type insulaire pourrait suggérer que le cimetière a été fondé durant les Ve et IVe siècles av. J.-C. mais qu’il a été utilisé jusqu’au Ier siècle de notre ère. Les cimetières de Trelan Bahow et Stamford Hill (Cunliffe 1988) semblent surtout dater du Ier siècle de notre ère.

19Des découvertes récentes ont élargi notre connaissance de cette pratique funéraire. Ainsi, le petit cimetière de Trethallen Farm, utilisé du IIe siècle av. J.-C. jusqu’au Ier siècle de notre ère, a livré 21 tombes sont en pleine terre (Nowakowski 1991, p. 212-232), alors que la pierre était facile à trouver pour fabriquer des cistes. Les squelettes de ces tombes étaient mal préservés, mais l’analyse de phosphate a pu fournir des renseignements sur quatorze d’entre elles. La plupart des squelettes étaient accroupis et douze d’entre eux correspondaient à des sépultures individuelles. On compte deux sépultures doubles, chacune d’un adulte avec un enfant. Les restes de deux individus ont été trouvés dans la terre de colmatage des tombes, ce qui nous amène à un total de dix-huit individus. Dans les neuf cas où on a pu l’observer, la tête se trouvait au nord, dans six cas tournée vers l’ouest et dans deux vers l’est. Treize individus ont été identifiés comme adultes de moins de 40 ans et trois enfants ont été identifiés. On a pu observer qu’il y avait autant d’hommes que de femmes et il semble que les hommes aient été disposés sur le côté droit et les femmes sur le côté gauche. Le mobilier, peu fréquent, consiste surtout en bijoux et principalement en fibules.

20La sépulture de Bryher, dans les Îles de Scilly représente la première tombe avec armes rattachable à la tradition des « inhumations en ciste du sud-ouest » (Johns 2002-2003). Sa découverte a confirmé que des sépultures à armes existent dans toutes les traditions funéraires régionales de l’Âge du fer en Grande-Bretagne (Collis 1973 ; 1977, p. 9-10, fig. 10 ; Whimster 1981, p. 129-146 ; Hunter 2005, p. 50-56, fig. 4) (fig. 4). En Angleterre, ces sépultures sont presque exclusivement des inhumations, même lorsque le rite normal était l’incinération. Il est rare de trouver tout un assemblage d’armes (lance, bouclier et épée). À Bryher, la sépulture était accompagnée, entre autres choses, d’une épée La Tène III dans un fourreau orné, d’un bouclier et d’un miroir en bronze orné. En général, des miroirs peuvent se trouver à l’intérieur des tombes féminines, mais à Bryher, les restes humains sont absents : on ne peut donc pas savoir quel était le sexe de l’individu. Cette sépulture date de la deuxième moitié du IIe siècle ou de la première moitié du Ier siècle av. J.-C.

21Des sépultures accompagnées d’armes sont bien connues dans la culture d’Arras du East Yorkshire. Bien que situées dans le nord de l’Angleterre, il est nécessaire de les mentionner ici, car ces sépultures représentent le plus important échantillon d’inhumations de l’Âge du fer final en Grande-Bretagne et elles présentent un intérêt à l’échelle européenne. Ces sépultures se trouvent souvent à l’intérieur de vastes cimetières linéaires (Stead 1979 ; 1991 ; Dent 1982). Ce rite d’inhumation est bien connu aussi pour les tombes à char, qui se trouvent souvent à l’écart des grands cimetières. Les tombes à char sont peut-être des témoins d’invasions (van Endert 1986) puisque les meilleures comparaisons, qui ne sont toutefois pas tout à fait exactes, se trouvent dans les Ardennes. Elles fournissent aussi de très claires indications d’une stratification sociale pendant l’Âge du fer en Grande-Bretagne (Stead 1984 ; 1991 ; Hill 2002). Il s’agit du meilleur témoignage des variations qui existent dans les offrandes de viande animale et d’objets, en fonction de l’âge et du sexe du défunt et en fonction des nécropoles (Parker Pearson 1999).

Fig. 4 : distribution des sépultures à armes dans le Sud de l’Angleterre.

Fig. 5 : Adanac Park, Hampshire : plan du cimetière, daté de l’Âge du fer final.

22Bien qu’on ait découvert des tombes à char à proximité du East Yorkshire, à Ferrybridge dans le West Yorkshire (Boyle 2004 ; Brown et al. 2007, p. 121-159) et au-delà, vers le nord, à New-bridge en Ecosse (Carter et Hunter 2003), aucune n’a été signalée dans le Sud de l’Angleterre. Il semble que la pratique funéraire dite « d’Arras » ait été de moins en moins utilisée pendant la deuxième moitié du Ier siècle av. J.-C.

23Dans le Sud de l’Angleterre, ont été découvertes, en petite quantité, des sépultures par inhumation, apparemment isolées et datant de l’Âge du fer moyen (Whimster 1981, p. 16-25 ; Hamilton 2007, p. 82). À la lumière de découvertes telles que celles de Yarnton, quelques-unes de ces sépultures individuelles pourraient indiquer la présence de véritables nécropoles. La plupart de ces sépultures se trouvent dans des tombes sans tertre, mais quelques petits tumuli ont été identifiés, par exemple à Bromfield, Shropshire (Hughes 1994).

24L’Angleterre mise à part, la connaissance des pratiques funéraires de l’Âge du fer à travers les Îles Britanniques reste balbutiante (pour l’Écosse : Hingley 1992, p. 38 ; Harding 2001, p. 371-373 et 2004, p. 79-80 ; Armit et Ginn 2007 ; pour le Pays de Galles : Davies 1995, p. 692 ; Lynch et al. 2000, p. 212-213) ; pour l’Irlande : Raftery 1981 ; 1994, p. 188-189 ; McGarry 2008).

3. L’Âge du fer final

3.1. Sépultures par inhumation

25La pratique des sépultures par inhumation s’est poursuivie jusqu’à l’Âge du fer final et un rite caractéristique de sépulture par inhumation semble apparaître dans le courant du Ier siècle av. J.-C. En témoignent les sépultures dites « Durotriges », répandues dans la région occupée par cette même tribu, qui correspond à peu près à l’actuel comté du Dorset.

26Ces sépultures consistent d’habitude en tombes de forme ovale, creusées dans la terre, regroupées la plupart du temps en petites nécropoles. Les défunts étaient généralement déposés en position recroquevillée, couchés sur le côté droit, avec la tête tournée vers l’est. Un peu plus de la moitié des ces sépultures sont accompagnées d’offrandes, pièces de viande et vases céramiques de type « Durotriges » (Whimster 1981, p. 37-59 ; fig. 22-23 ; Woodward 1993, p. 216-219 ; Papworth 2008).

27Ce rite funéraire est attesté antérieurement à 50 av. J.-C., par quelques exemples, mais beaucoup de ces tombes datent du Ier siècle de notre ère (Aitken et Aitken 1990, p. 90-93). Au titre des tombes bien équipées, il est possible d’évoquer, à Whitcombe, celle d’un homme accompagné d’armes et d’outils et, à Portesham, celle d’une femme accompagnée d’un miroir et de vaisselle romaine en bronze (Fitzpatrick 1996).

28La découverte récente d’une petite nécropole à inhumation à Adanac Park, près de Southampton, vers la source du fleuve Solent, était tout à fait inattendue. Le cimetière repose sur un sol de graviers, ce qui a conduit à la disparition de la majeure partie des tombes, mais dix-sept ont été découvertes sur une faible éminence. Ces tombes étaient orientées soit nord-sud soit est-ouest. Six d’entre elles étaient entourées par des enclos circulaires fossoyés et une par un enclos carré (fig. 5).

29Deux seulement des tombes contenaient du mobilier, dont un assemblage d’armes : une épée dans un fourreau en bois, un bouclier et une lance. Il n’est pas possible pour l’instant de préciser la datation de ces tombes, dans la fourchette 2e moitié du Ier siècle av. J.-C. / 1ère moitié du Ier siècle de notre ère. Plusieurs sépultures par inhumation, accompagnées d’armes, sont également attestées près du fleuve Solent, mais on ne connaît pas localement de parallèles aux sépultures sans mobilier ni aux petits enclos circulaires. Cette nécropole est contemporaine des nécropoles dites « Durotriges » de l’Ouest, mais le seul vase céramique mis au jour n’est pas de type Durotriges.

30Les sépultures par inhumation de Guernsey, Îles de la Manche, sont étudiées par De Jersey plus loin dans ce volume ; comme on pouvait s’y attendre, elles semblent plus en rapport avec la Gaule qu’avec la Grande-Bretagne (Cunliffe 1996, p. 114-116). Dans le Sud-Est de l’Angleterre, à Mill Hill, Deal, près de Douvres dans le Kent, a été mise au jour une grande nécropole à inhumation. En réalité, il s’agit de trois groupements distincts, mais n’étant séparés que de 30 m, il est possible qu’ils fassent partie d’un seul grand ensemble.

31La nécropole dite « sud-ouest » contient 27 sépultures humaines ; une autre contient un cheval. La plupart des tombes sont orientées nord-nord-est/sud-sud-ouest ; les défunts avec la tête au nord sont sensiblement aussi nombreux que ceux avec la tête au sud. La plupart des tombes sont étroites et semblent trop petites pour la personne enterrée. On dénombre cinq femmes (plus trois probables), et deux hommes (plus trois probables), ainsi que des enfants (quatorze âgés de plus de 20 ans, quatre âgés de 12 à 20 ans, cinq âgés de 6 à 12 ans, quatre âgés de 1 à 4 ans). Cinq fibules datant du IIe et du Ier siècle av. J.-C. ont été découvetes dans cette nécropole.

32Le groupe central contient douze sépultures par inhumation et deux par incinération. Les inhumations pour la plupart étaient déposées en position extensive ; six étaient orientées nord-est/ sud-ouest avec la tête vers le sud, deux étaient orientées nord-ouest/sud-est avec la tête vers le sud. Quatre sépultures étaient orientées nord-sud dont une seule avait la tête tournée vers le sud. Dans ce groupe de sépultures comme dans le précédent le nombre de femmes (cinq et deux probables) et d’hommes (six) s’équilibre sensiblement, mais on note qu’il n’y pas d’individus âgés de moins de 16 ans (11 âgés de plus de 20 ans, 2 âgés de 16 à 20 ans). Le mobilier funéraire est absent et les quelques datations au C14 effectuées situent l’utilisation de la nécropole pendant les IIe et Ier siècles av. J.-C.

33Dans la nécropole « ouest » trois tombes seulement ont été fouillées ; elles datent de l’Âge du fer moyen-final. Un quatrième groupement funéraire est représenté par une seule tombe (112), qui contient un homme inhumé avec une épée et son fourreau et un bouclier. Le style des objets ainsi que leur décoration invitent à dater cette sépulture de la fin du IIIe ou du début du IIe siècle av. J.-C. L’homme portait une coiffe (et non un casque), similaire aux coiffes religieuses Romano-Britanniques, suggérant que cet homme avait une fonction sacerdotale (Stead 1995) et qu’il s’agissait donc probablement d’un druide. Une des sépultures du petit groupe mis au jour vers 1900 contenait une paire de « cuillères » en bronze, comparables à celle de Pogny/La Chaussée-sur-Marne, considérée comme objet rituel (Déchelette 1914, p. 783 ; Fitzpatrick 2007a).

34Bien que mal identifiées ou bien interprétées comme des « sépultures temporaires » (étape précédant l’incinération : Carr 2007), des sépultures « formelles » à inhumation sont également connues dans le sud-est, comme par exemple à Ardale, dans l’Essex (Wilkinson 1988, p. 37-38, p. 58, fig. 23, p. 36) et sur plusieurs sites dans le Sussex et le Kent (Hamilton 2007, p. 90). Dans certains cas, les inhumations et les sépultures à incinération de type Aylesford semblent plus ou moins contemporaines, comme par exemple à Baldock-Wallington Road, dans l’Hertfordshire (Burleigh 1982, p. 14-15 ; 1993, p. 47), et peut-être également à Hinxton, dans le Cambridgeshire (Hill et al. 1999, p. 250-251), dans le Kent à Mill Hill, Deal (Parfitt 1995, p. 156) et à Highsted, Sittingbourne (Hamilton 2007, p. 90). Des fragments de restes humains ont aussi été mis au jour dans des habitats du Sud-Est, en nombre moindre que durant le début de l’Âge du fer (Fitzpatrick 1997b, p. 225-227).

3.2. Sépultures à incinération de type « Aylesford »

35Quelques sépultures à incinération de l’Âge du fer moyen sont attestées, par exemple à Wanlip dans le Leicestershire (Beamish 1998, p. 13-16, p. 28-30, fig. 12 ; p. 17). D’autres découvertes suivront probablement à l’avenir, mais il reste que cette pratique funéraire ne semble courante qu’à l’Âge du fer final. Cette pratique ne s’est toutefois pas étendue largement, la quasi totalité des sépultures à incinération de l’Âge du fer final ayant été découvertes dans le Sud et le Sud-Est de l’Angleterre. Ces dernières sont souvent identifiées comme des sépultures de type « Aylesford » (Stead 1976 ; Whimster 1981, p. 147-166) plutôt que « Aylesford-Swarling », d’après la découverte de deux nécropoles éponymes dans le Kent (Evans 1890 ; Bushe-Fox 1925). Elles sont parfois encore nommées « Belgic », dénomination héritée de l’époque où on supposait que ces sépultures étaient en relation avec les Belgii, évoqués par Jules César à propos d’incursions et de pillages et qui se seraient finalement installés (BG V, 12) (Hawkes et Dunning 1930). Il est clair aujourd’hui que la plupart des sépultures de type Aylesford sont postérieures à la guerre des Gaules (Birchall 1965).

36Si la datation de cette pratique funéraire a été modifiée, elle n’en témoigne pas moins, au même titre que certaines monnaies et céramiques, de contacts intensifs entre l’Angleterre et la Gaule à cette époque (par ex. Collis 1977 ; Thompson 1982 ; Haselgrove 1984 ; 1987 ; Tyers 1990 ; Fitzpatrick 1992 ; 1997b ; Creighton 2000). La plupart des sépultures de type Aylesford sont localisées dans le Sud-Est de l’Angleterre, au sud de la Tamise dans le comté de Kent et au nord de la Tamise dans les comtés d’Essex, Hertfordshire et Cambridgeshire, avec de rares attestations dans les comtés adjacents de Bedfordshire et Buckinghamshire.

37Ces sépultures sont caractérisées par une incinération en urne, parfois avec des fragments de vaisselle en céramique déposés en petit nombre comme mobilier d’accompagnement. Il y a rarement du mobilier associé aux incinérations. La majorité des sépultures de ce type forment de petits groupes ou sont localisées au sein de petites nécropoles, mais il est fort probable que les sépultures sans urne ni objets d’accompagnement soient sous-représentées. La nécropole de King Harry Lane à Saint-Albans dans l’Hertfordshire est la plus importante connue dans le Sud-Est. Elle date principalement du Ier siècle de notre ère et est associée à l’oppidum de Verlamion (Stead et Rigby 1989 ; Millett 1993 ; Bryant et Niblett 1997 ; 2001 ; Haselgrove et Millett 1997).

38Une gamme de plus en plus large d’enclos funéraires de forme carrée, rectangulaire ou circulaire est de mieux en mieux connue (Lavender 1991 ; Hill et al. 1999, p. 265-266, fig. 14). Ces enclos sont parfois isolés, mais dans quelques cimetières leur présence est plus fréquente, comme à Hinxton dans le Cambridgeshire où les enclos sont circulaires, et à King Harry Lane où les enclos, ici de grande taille, sont carrés. On trouve aussi quelques petits enclos carrés, attachés à de longs fossés de démarcation, comme par exemple à Mucking dans l’Essex (Going 1993) et à Baldock dans l’Hertfordshire (Anonyme 1983 ; Burleigh 1982 ; 1993).

39Les sépultures avec miroirs sont en général richement dotées. En tenant compte uniquement de la quantité d’objets déposés, ce type de sépulture est à situer entre les tombes classiques (1-3 objets) et celles de type Welwyn (jusqu’à 20 objets). Les tombes fouillées récemment, pour lesquelles il existe des compte rendus fiables sur les restes humains (Fulford et Creighton 1998 ; Parfitt 1998) semblent indiquer que les miroirs étaient le plus souvent déposés avec des femmes. Ces miroirs ornés sont des objets typiquement britanniques ; cependant quelques-uns ont également été trouvés sur le continent (Guillaumet et Schönfelder 2001). Le dépôt de miroirs dans des sépultures est une pratique funéraire connue dans toutes les régions de l’Angleterre. Il n’est pas encore certain que les tombes qui contiennent des seaux en bois, d’un genre bien connu dans le Nord-Ouest de l’Europe (Stead 1971, p. 274-275, p. 278-280 ; Ferdière et Villard 1993, p. 90 ; Metzler et Gaeng 2009, p. 286-305), représentent une catégorie équivalente, pour les hommes (fig. 6). La sépulture de type Welwyn à Baldock, dans l’Hertfordshire, contient deux seaux (Stead et Rigby 1986) et, comme pour le miroir trouvé dans la tombe de type Welwyn à Dorton, on constate qu’il n’est pas possible de différencier strictement les sépultures de type Welwyn des tombes qui contiennent des miroirs ou des seaux.

40Des armes sont parfois découvertes dans des tombes de type Welwyn mais il existe aussi d’autres sépultures accompagnées d’armes. La découverte de la sépulture du Ier siècle av. J.-C. de Great Brackstead (Kelvedon), dans l’Essex, est consécutive au creusement d’une carrière de graviers. Aucun ossement humain, incinéré ou non, n’a été trouvé. L’acidité du sol peut en être la cause mais il est plus probable qu’on ait affaire à une sépulture par inhumation. Ont été mis au jour, entre autres objets, de la céramique, une chope en bois, un bouclier, une très longue lance, et une épée avec un fourreau orné d’étain. Sealey a proposé que la sépulture par inhumation de Great Brackstead puisse être celle d’une personne qui a participé aux campagnes de César en Gaule (Sealey 2007, p. 35-40).

41On sait maintenant que la pratique de la sépulture à incinération n’était pas cantonnée au Sud-Est de l’Angleterre. Le plus grand cimetière connu (et le plus ancien, daté entre 90 et 40 av. J.-C.), où cette pratique est attestée pendant l’Âge du fer final, est situé dans la partie centrale du Sud de l’Angleterre, à Westhampnett dans le comté de West Sussex (Fitzpatrick 1997b ; 2000, p. 22-27) (fig. 7-8). Aucune sépulture à incinération n’était connue dans les environs auparavant ; il y en a très peu d’autres connues, encore aujourd’hui, dans cette région.

42Le cimetière de Westhampnett était situé sur une colline dominant faiblement les environs. Les pratiques funéraires utilisées semblent différentes sur plusieurs points de celles observées dans le Sud-Est de l’Angleterre. Les 161 tombes étaient disposées autour d’un espace circulaire proche de nombreux bûchers et de quatre petits édifices carrés qui ont été interprétés comme des sanctuaires. Le nombre important de sépultures pour une période si courte pourrait suggérer que la nécropole était en relation avec plusieurs habitats, ce qui indiquerait qu’il s’agit d’une nécropole communautaire. Par comparaison avec les sépultures à incinération du Sud-Est de l’Angleterre, on observe à Westhampnett un nombre plus important d’objets placés sur le bûcher funéraire et des sacrifices d’animaux plus fréquents. À la différence du Sud-Est, où la plupart des sépultures se faisaient avec des urnes, les sépultures de Westhampnett sont dépourvues d’urnes. Il se peut aussi que des quantités moins importantes de restes incinérés aient été mises en terre. Les fibules sont apparentées à celles du Continent et la céramique ressemble à celle trouvée en Normandie et en Bretagne. Plusieurs des pots découverts à Westhampnett imitent le style de ceux importés de Bretagne (voir Cunliffe et De Jersey 1997) mais aucune importation, vaisselle ou amphore de type Dressel 1, n’a été découverte dans ce cimetière, bien qu’on en connaisse en petite quantité sur d’autres sites de la région (Fitzpatrick 1997b, p. 131).

43À North Bersted, à seulement 6 km de Westhampnett, une importante tombe à armes a été fouillée en 2008. Quoique les objets en métal soient en cours de restauration, on note la présence au sein du mobilier d’un umbo de bouclier en alliage cuivreux, d’une probable lance et peut être d’une épée ployée. Trois pots entiers se trouvaient à côté de la tête et les fragments d’autres vases à côté des pieds. Il y avait aussi plusieurs barres de fer qui pourraient être associées à un cercueil. Les restes de ce qui pourrait être un casque en bronze, objet exceptionnel en Angleterre, ainsi que deux fragments d’objets de même métal, à la fonction incertaine, sont également à mentionner. Une date dans le courant de La Tène C2/D1a peut être proposée pour cette sépulture qui, tout comme le cimetière de Westhampnett, révèle des affinités fortes avec le Continent.

44En dehors de Westhampnett, peu d’emplacements de bûchers, associés à des sépultures de type Aylesford, sont connus, mais quelques-uns ont toutefois été identifiés récemment à Heybridge, dans le comté d’Essex (Atkinson et Preston 1998 pour le site ; Hembrey 2001, p. 19-20 ; Carver 2001, p. 31 ; M. Atkinson comm. pers.) et à Brisley Farm, dans le comté de Kent (Hamilton 2007, p. 89).

3.3 Les sépultures de type Welwyn

45Les sépultures de type Welwyn ont été définies par Ian Stead en 1967 comme étant des incinérations dans de grandes tombes rectangulaires, non couvertes d’un tumulus. Elles livrent toujours une grande quantité de céramique, au moins une amphore, en général de la vaisselle d’importation, en métal ou en verre (Stead 1967, p. 44) et ces sépultures à mobilier sont destinées à des « élites ». Les critères de définition de ce type de sépulture ont été précisés depuis par Collis (1977, p. 5) et Foster (1986, p. 178-187). On peut ajouter que par comparaison avec la plupart des sépultures de type Aylesford, les sépultures de type Welwyn sont d’habitude sans urne et sont accompagnées d’une quantité réduite d’ossements. Des recherches approfondies ont été effectuées sur ces sépultures dans leur contexte européen (Stead 1967 ; Ferdière et Villard 1993, p. 238-243 ; Poux 2004, p. 187-190 ; Schönfelder 2002, p. 337-352).

46Les sépultures de type Welwyn se répartissent dans deux sous-phases chronologiques : la phase Welwyn, datée de La Tène D2, et la phase Lexden qui est équivalente à la phase « gallo-romaine précoce » (Stead 1976). Il y a des différences importantes entre les deux groupes en ce qui concerne les types de mobilier d’accompagnement. La céramique gallo-belge est rarement présente dans les sépultures de la sous-phase Welwyn, et il semble que les sépultures les plus anciennes proviennent toutes de Hertfordshire, non loin de l’oppidum de Verlamion. Il s’agit des sites de : Baldock (Stead et Rigby 1986, p. 51-61), Hertford Heath (Hüssen 1983 ; Stead 1967, p. 52 ; Holmes et Frend 1955-1957), Welwyn A et B (Smith 1911- 1912 ; Stead 1967, p. 57-58) et Welwyn Garden City (Stead 1967). Une seule sépulture (Baldock) serait antérieure à 50 av. J.-C., dans la mesure où elle contient une amphore de type Dressel 1A (fig. 9). Dans les sépultures légèrement plus récentes (60-30 av. J.-C.) de Welwyn B et Welwyn Garden City, se trouvent cinq amphores de type Dressel 1B. Les sépultures Welwyn A et B contiennent de la vaisselle républicaine en bronze, des cruches de type Kjaerumgaard et des poêlons de type Aylesford utilisés pour les ablutions à table (Künow 1983, p. 96-97 ; Fitzpatrick 1985, p. 312 ; Boube 1991 ; Feugère et de Marinis 1991, p. 108), tandis que les sépultures Welwyn B et Welwyn Garden City contiennent des canthares romains en argent. Les tombes renferment beaucoup de céramiques, tandis que les offrandes de chair d’animaux ou d’oiseaux sont presque inexistantes.

Fig. 6 : mobilier des sépultures d’Alkham, comté de Kent (photo British Museum).

47La sépulture de Dorton, Buckinghamshire date de la fin du Ier siècle av. J.-C. (Farley 1983). Elle se situe au nord-ouest du groupe d’Hertfordshire ; c’est la seule sépulture de type Welwyn, connue jusqu’à présent, contenant un miroir orné en bronze. Les armes trouvées dans les sépultures de type Welwyn sont des armes défensives pour la plupart, des boucliers ou des armures ; certaines des tombes ne contiennent aucune arme. Il semble que dans les sépultures de type Welwyn le statut du défunt s’exprime moins par les armes ou pièces d’équipement militaire qui l’accompagnent que par l’accent mis sur la célébration (Fitzpatrick 2007b ; 2010).

Fig. 7 : Westhampnett, West Sussex : plan du cimetière, daté de l’Âge du fer final, et sépulture n° 20253.

48Les sépultures de type Welwyn ne se trouvent pas dans tous les secteurs où se rencontrent des sépultures de type Aylesford. On ne connaît pas de sépultures de type Welwyn au sud de la Tamise dans le Kent ; vu le petit nombre de découvertes de ce type de sépultures, c’est peut être l’effet du hasard. On trouve cependant régulièrement des amphores sur des sites d’habitat dans le Kent (Fitzpatrick 1985, p. 316, p. 323 ; Pollard 1991) et on connaît également des sépultures avec seaux, comme à Alkham (Philp 1991 ; Stead 1971) ou avec des miroirs, comme à Chilham (Parfitt 1998), et avec des armements, comme à Brisley Farm (Johnson 2002-2003 ; Stevenson et Johnson 2004 ; Hamilton 2007). Cette gamme diversifiée de dépôts dans les tombes connues pourrait suggérer que l’absence de sépulture de type Welwyn, au lieu d’être le fruit du hasard, correspond en fait à la réalité des pratiques utilisées dans cette région.

49Les sépultures de la phase Lexden du type Welwyn ont toutes été découvertes vers l’Est, dans l’Essex et le Cambridgeshire, à proximité immédiate ou à faible distance de l’oppidum de Camulodunum (Hawkes et Crummy 1995). La plupart des tombes appartient au Ier siècle de notre ère ; le site le plus ancien connu pour cette sous-phase est le tumulus de Colchester-Lexden, qui date de la fin du Ier siècle av. J.-C. ou du tout début du Ier siècle de notre ère (Foster 1986 ; Laver 1927).

50La tombe contient les restes d’une gamme étonnante d’objets romains : six amphores Dressel 1B, de onze à treize amphores Dressel 2-4 italique, une statuette, un candélabre, une cotte de maille (probablement une lorica hamata), du brocart doré (peut-être des tissus d’ameublement), la tête d’un griffon (peut-être un élément décoratif faisant partie d’un lit), un tabouret pliant ou une sella curalis, et un médaillon d’Auguste. De petits objets en argent, incluant le médaillon, pourraient être des éléments d’un diadème.

51Cette tombe représente peut-être l’enterrement d’un roi, client de Rome, qui a été mis au tombeau accompagné des symboles de l’autorité romaine qu’Auguste lui aurait accordée au moment de son accession au trône. Un autre élément de sa généalogie réside dans le dépôt dans la tombe d’une hache à talon de l’Âge du bronze moyen. Il semble que beaucoup des objets aient été délibérément broyés au moment de l’enterrement et que seule une partie des fragments ait été déposée. Il est possible que le coffre ait été délibérément cassé, au même moment. Cette pratique a été observée pour d’autres sépultures plus récentes de type Welwyn phase Lexden (Niblett 1999 ; Crummy et al. 2007), ce qui pourrait suggérer un rite funéraire comprenant plusieurs étapes, dont la pose du corps dans une chambre mortuaire souterraine suivie de l’enterrement final. Il est possible qu’un lien existe entre ces rites complexes et la transmission du pouvoir et que l’Autorité romaine y ait joué un rôle important (Fitzpatrick 2007b, p. 134-137). La destruction de ces objets rappelle les observations faites à propos des tombes richement dotées de Clémency au Luxembourg (Metzier et al. 1991) et Boé dans le Lot-et-Garonne (Schönfelder 2002).

Fig. 8 : Westhampnett, West Sussex : la sépulture n°. 20253.

52Les invasions de la Grande-Bretagne, en 55 et 54 av. J.-C., par Jules César, ont souvent été considérées comme ayant eu peu de conséquence à long terme. Le contraire est également envisageable. Il est probable que la victoire de Jules César, à l’issue de sa deuxième invasion, se soit conclue par une capitulation sans conditions, afin que quelques régions de la Grande-Bretagne fassent partie du dominium de Rome. De même, il est probable que le traité (deditio) ait été garanti par des indemnités (vectigal) et sécurisé par la prise d’otages (BG V, 22). Ces mêmes otages (obsides) auraient été éduqués comme des Romains, devenant ainsi des « rois-clients » de Rome à leur retour en Angleterre (Fitzpatrick 1989, p. 35 ; 2007b, p. 134 ; Creighton 2000, p. 89-92). Le tumulus de Lexden doit être à la fois replacé dans le contexte large de l’Empire mais aussi dans le contexte de l’intégration des élites gauloises de l’époque d’Auguste, dont témoignent clairement un ensemble de sépultures richement dotées (par ex. Ferdière et Villard 1993 ; Poux 1994 ; Schönfelder 2002 ; Metzler et Gaeng 2009).

4. Conclusion

53À l’époque de l’Âge du fer moyen, dans la partie centrale du Sud de l’Angleterre, les modalités archéologiquement les plus visibles de traitement des morts consistaient en rites de sépultures secondaires qui ont leur origine dans l’Âge du bronze final. Relevant de ces rites, des corps entiers, mais plus souvent partiels, ont été enterrés à l’intérieur des sites d’habitat. On a souvent considéré que la décharnation joue un rôle important dans ces pratiques, mais peu d’études taphonomiques ont été effectuées jusqu’à présent ; les observations restent ambigües. C’est en partie pour cette raison qu’il existe un important débat autour de l’interprétation de ces faits archéologiques. Les sépultures « formelles », c’est-à-dire aménagées dans des tombes creusées à cet effet, sont identifiées de plus en plus fréquemment dans le Sud de l’Angleterre, grâce aux datations par le C14 de tombes sans mobilier. Néanmoins, les sépultures formelles restent moins fréquentes que les sépultures secondaires localisées à l’intérieur des sites d’habitat. Les sépultures en cistes du Sud-Ouest de l’Angleterre et les sépultures de type « Arras » du comté de Yorkshire, qui incluent plusieurs sépultures à char, sont contemporaines de ces rites.

54La tradition des sépultures en ciste du Sud-Ouest a perduré jusqu’à l’Âge du fer final et même à l’époque Romano-Britannique. À l’Âge du fer final, un rite caractéristique de sépulture par inhumation est apparu dans le comté de Dorset. La distribution de ces sépultures dites « Durotrigian » est limitée pour l’essentiel à la partie sud du comté. Il semble que la pratique de la sépulture à incinération n’ait pas été utilisée dans ces régions. Plus loin vers l’est, dans les régions centrales du Sud et du Sud-Est de l’Angleterre, des sépultures secondaires ont été mises au jour à l’intérieur des sites d’habitat mais elles sont moins fréquentes qu’à l’Âge du fer moyen. Des sépultures à inhumation isolées, datant de l’époque de l’Âge du fer final, ont été découvertes en nombre. Cependant, un grand cimetière, composé peut-être de plusieurs petits groupes funéraires, a été mis au jour à Mill Hill, Deal, dans le comté de Kent. Ces sépultures à inhumation contiennent généralement peu de mobilier d’accompagnement. Le rite le plus fréquent dans le Sud-Est de l’Angleterre est l’incinération, représentée par les sépultures de type « Aylesford ». Ces sépultures étaient interprétées initialement comme la preuve de présence des Belgii qui, selon César, seraient venus de Belgica pour piller mais seraient demeurés dans la région au lieu de repartir. On a pu démontrer que la plupart de ces pratiques funéraires ont eu lieu après les campagnes de César. Il y a de fortes ressemblances entre la Grande-Bretagne et la Gaule, non seulement dans l’adoption du rite de la sépulture à incinération, mais également du point de vue de la céramique d’accompagnement ainsi que des autres objets mis au jour, tels que des seaux de bois avec des cerclages en bronze.

Fig. 9 : sépulture de type Welwyn à Baldock, comté d’Hertfordshire (d’après Stead et Rigby 1986, fig. 20).

55Les sépultures aristocratiques de type Welwyn ont été comparées à des sépultures très riches connues en Gaule. Comme beaucoup d’autres découvertes d’Europe continentale, les objets d’accompagnement incluent de la vaisselle d’importation en bronze et des amphores de type Dressel 1. Les sépultures les plus anciennes de type Welwyn ont été trouvées dans le comté d’Hertfordshire, près de l’oppidum de Verlamion (aujourd’hui Saint-Albans) ; les plus récentes, qui datent pour la plupart du Ier siècle de notre ère, sont situées près de l’oppidum de Camulodunum (aujourd’hui Colchester), ce qui traduit un mouvement de diffusion vers l’est. L’influence romaine est perceptible dans toutes ces sépultures, ce qui semble témoigner de relations politiques avec Rome, mises en place par Jules César après ses invasions de la Grande-Bretagne en 55 et 54 av. J.-C. Les sépultures de type Welwyn sont attestées en petit nombre et il n’y en a aucune au sud de la Tamise, dans le comté de Kent. Cette répartition suggère que le statut des défunts s’exprimait par des modalités différentes, au sud et au nord de la rivière.

56Il semble que la sépulture à incinération ait été adoptée en Grande-Bretagne beaucoup plus tard qu’en Gaule ; les sépultures à incinération les plus anciennes de Grande-Bretagne ont été trouvées, non pas dans le Sud-Est de l’Angleterre, mais à Westhampnett, dans le comté de West Sussex, sur la côte sud. Cette grande nécropole a été utilisée de 90 à 50 av. J.-C. (La Tène D1b-D2b) et reste un cas unique en Grande-Bretagne. La céramique et les fibules trouvées sur ce site ont de forts liens continentaux : les formes céramiques trouvent des comparaisons en Normandie et en Bretagne.

57La découverte d’une sépulture contenant des armes, non loin de là, à North Bersted, met en évidence les liens trans-Manche rencontrés à Westhampnett (Cunliffe et de Jersey 1997) et montre en outre qu’en Grande-Bretagne les sépultures à armes sont presque toujours des inhumations, rite qui transcende tous les autres rites régionaux.

58Très peu de publications portant sur les nécropoles de l’Âge du fer final fouillées en Angleterre donnent des détails sur les restes humains trouvés. Par conséquent, on a rarement la possibilité d’intégrer les analyses des objets d’accompagnement avec l’information anthropologique. Des analyses complètes existent seulement pour quelques-unes des sépultures de la culture d’Arras dans le Yorkshire (Stead 1991 ; Parker Pearson 1999) et pour les grands cimetières de sépultures à incinération de King Harry Lane, Saint-Albans (qui datent pour la plupart du Ier siècle de notre ère (Millett 1993 ; Haselgrove et Millett 1997 ; Fitzpatrick 2000, p. 15-17), et à Westhampnett (Fitzpatrick 1997b, p. 208-41 ; 2000, p. 22-27). Étant donné que jusqu’à présent le nombre de sépultures mises au jour reste très restreint, même dans des régions qui ont été bien étudiées, on peut espérer pour l’avenir de riches découvertes, à l’exemple de celles des cimetières d’Adanac Park et Westhampnett. Il est donc évident qu’il existait une large gamme de pratiques funéraires différentes pendant l’Âge du Fer tardif dans le Sud de l’Angleterre. Des rites de sépulture formelle et de sépulture secondaire semblent être plus ou moins contemporains. Dans le Sud et le Sud-Est, la sépulture à incinération a été en usage à la même période. Les rites de sépultures à inhumation, souvent avec des cistes en pierre, pratiqués dans le Sud-Ouest, fournissent un exemple rare de continuité d’une pratique sur la longue durée. Des variations régionales, mais aussi d’ordre chronologique, vont être de plus fréquemment mises en évidence, surtout grâce à l’utilisation croissante de la datation au C14 ou, lorsque c’est envisageable, grâce aux études isotopiques (Jay et Richards 2007). Si ces variations ont un caractère local certain, certaines apparaissent spécifiques à la Grande-Bretagne. C’est le cas des sépultures accompagnées d’armes ou de miroirs en bronze ornés, typiquement britanniques, mis au jour dans le Sud de l’Angleterre, dans des sépultures à inhumation et à incinération. D’autres types de sépultures, illustrés par les découvertes de Westhampnett et de North Bersted dans le comté de West Sussex ou encore les sépultures de type Welwyn du Sud-Est doivent être examinées dans le contexte de la Gaule.

Bibliographie

Bibliographie

Aitken G.M., Aitken G.N., 1990, Excavations at Whitcombe, 1965-1967, Proceedings of the Dorset Natural History and Archaeological Society, 112, p. 57-94.

Aldhouse Green M., 1998, Humans as ritual victims in the later prehistory of western Europe, Oxford Journal of Archaeology, 17, p. 169-189.

Aldhouse Green M., 2001, Dying for the Gods. Human sacrifice in Iron Age and Roman Europe, Stroud, 224 p. (Tempus).

Anonymous, 1983, Baldock, Current Archaeology 8 (3), (no. 88), p. 70-74.

Armit I., Ginn V., 2007, Beyond the grave : human remains from domestic contexts in Iron Age Atlantic Scotland, Proceedings of the Prehistoric Society, 73, p. 113-134.

Atkinson M., Preston S.J., 1998, The Late Iron Age and Roman settlement at Elms Farm, Heybridge, Essex, excavations 1993-5 : an interim report, Britannia, 29, p. 85-110.

Beamish M., 1998, A Middle Iron Age site at Wanlip, Leicestershire, Transactions of the Leicestershire Archaeological and Historical Society, 72, p. 1-91.

Birchall A., 1965, The Aylesford-Swarling Culture : the problem of the Belgae reconsidered, Proceedings of the Prehistoric Society, 31, p. 241-367.

Boube C., 1991, Les cruches, in Feugère M., Rolley C. dir., La vaisselle tardo-républicaine en bronze. Actes de la table ronde CNRS, Lattes avril 1990, Dijon, p. 23-45 (Université de Bourgogne, Centre de Recherches sur les Techniques gréco-romaines).

Boudet R., 1988, Iberian type brooches, in, Cunliffe B., 1988, Mount Batten. A prehistoric and Roman port, Oxford, p. 64, (Oxford University Committee for Archaeology Monograph, 26).

Boyle A., 2004, The Ferrybridge chariot burial, Current Archaeology 16 (11), (no. 191), p. 481-485.

Brown F., Howard-Davis C., Brennan M., Boyle A., Evans T., O’Connor S., Spence A., Heawood R., Lupton A., 2007, The Archaeology of the A1 (M) Darrington to Dishforth Road Scheme, Lancaster, 452 p. (Lancaster Imprints, 12).

Bradley R., Gordon K., 1988, Human skulls from the River Thames, their dating and significance, Antiquity 62, p. 503-509.

Brück J., 1995, A place for the dead : the role of human remains in Late Bronze Age Britain, Proceedings of the Prehistoric Society, 61, p. 245-277.

Bryant S., Niblett R., 1997, The Late Iron Age in Hertfordshire and in the Chilterns, in Gwilt A., Haselgrove C. dir., Reconstructing Iron Age Societies : new approaches to the British Iron Age, Oxford, p. 270- 281. (Oxbow Monograph, 71).

Bryant S., Niblett R., 2001, The Late Iron Age in Hertfordshire and the north Chilterns, in Collis J.R. dir., Society and Settlement in Iron Age Europe. Actes du XVIIIe colloque de l’Association Française pour l’Étude de l’Âge du fer, Winchester, (April 1994), Sheffield, J.R. Collis Publications, p. 98-110. (Sheffield Archaeological Monograph, 11).

Burleigh G.R., 1982, Excavations at Baldock 1980-1 : an interim report, Hertfordshire’s Past, 12, p. 3-18.

Burleigh G.R., 1993, Some aspects of burial types in the cemeteries of the Romano-British settlement at Baldock, Hertfordshire, in Struck, M. dir., Römerzeitliche Gräber als Quellen zu Religion, Bevölkerungsstruktur und Sozialgeschichte, Mayene, p. 41-49. (Archäologische Schriften Instituts für Vor- und Frühgeschichte der Johannes Gutenberg Universität Mainz, 3).

Bushe Fox J.P., 1925, Excavations of the Late⁃Celtic Urn⁃field at Swarling, Kent, Londres, 55 p. (Report Research Committee of the Society of Antiquaries of London, 5).

Carr G., 2007, Excarnation to cremation : continuity or change ?, in Haselgrove C., Moore T. dir., The Later Iron Age in Britain and Beyond, Oxford, Oxbow, p. 444-453.

Carr G., Knüsel C., 1997, The ritual framework of excarnation by exposure as the mortuary practice of the early and middle Iron Ages of central southern Britain, in Gwilt A., Haselgrove C. dir., Reconstructing Iron Age Societies, Oxford, p. 167-173. (Oxbow Monograph 71).

Carter S., Hunter F., 2003, An Iron Age chariot burial from Scotland, Antiquity, 77, p. 531-535.

Carver E., 2001, The Visibility of Imported Wine and its Associated Accoutrements in Later Iron Age Britain, Oxford. (British Archaeological Reports, British Series, 325).

Champion T., 2001, The beginnings of Iron Age archaeology in Wessex, in Collis J. R. dir., Society and Settlement in Iron Age Europe. Actes du XVIIIe colloque de l’Association Française pour l’Étude de l’Âge du fer, Winchester, (April 1994), Sheffield, p. 9-22 (J.R. Collis Publications/ Sheffield Archaeological Monograph, 11).

Collis J.R., 1973, Burials with weapons in Iron Age Britain, Germania, 51, p. 121-133.

Collis J.R., 1977, Pre-Roman burial rites in north-western Europe, in Reece, R. dir., Burial in the Roman World, London, p. 1-13 (Council for British Archaeology Research Report, 22).

Collis J., 2001, Récentes controverses sur l’âge du Fer en Wessex, in Collis J.R. dir., Society and Settlement in Iron Age Europe. Actes du XVIIIe colloque de l’Association Française pour l’Étude de l’Âge du fer, Winchester, (April 1994), Sheffield, p. 23-36 (Collis J.R. Publications/Sheffield Archaeological Monograph, 11).

Craig, R., KNÜSEl R., Carr G., 2005, Fragmentation, mutilation and dismemberment : an interpretation of human remains in Iron Age sites, in Parker Pearson M., Thorpe N. dir., Warfare, Violence and Slavery in Prehistory, Oxford, p. 165-180. (British Archaeological Reports, International Series, 1374).

Creighton J., 2000, Coins and Power in Late Iron Age Britain, Cambridge, 249 p. (Cambridge University Press).

Crummy P., Benfield S., Crummy N., Rigby, V., Shimmins D., 2007, Stanway : an elite burial site at Camulodunum, Londres, 495 p. (Britannia Monograph 24).

Cunliffe B., 1984, Danebury. An Iron Age hillfort in Hampshire. Vol. 1 : the Excavations 1969⁃1978 : the Site ; Vol. 2 : the Excavations 1969⁃1978 : the Finds, Londres, 568 p. (Council for British Archaeology Research Report, 52).

Cunliffe B., 1988, Mount Batten. A prehistoric and Roman port, Oxford, 108 p. (Oxford University Committee for Archaeology Monograph, 26).

Cunliffe B., 1992, Pits, preconceptions and propitiation in the British Iron Age, Oxford Journal of Archaeology, 11, p. 69-84.

Cunliffe B., 1995, Danebury : an Iron Age Hillfort in Hampshire. Volume 6. A hillfort community in perspective, London, 296 p. (Council for British Archaeology Research Report, 102).

Cunliffe B., 1996, The Iron Age burials of Guernsey, in Burns B., Cunliffe B., Sebire, H. 1996, Guernsey. An island community of the Atlantic Iron Age, Oxford, p. 83-116. (Oxford University Committee for Archaeology Monograph 43/Guernsey Museum Monograph, 6).

Cunliffe B., 2000, The Danebury Environs Programme : the prehistory of a Wessex landscape. Volume I. Introduction, Oxford, 240 p. (English Heritage and Oxford University, Oxford University Committee for Archaeology Monograph, 48).

Cunliffe B., De Jersey P., 1997, Armorica and Britain. Cross-Channel relationships in the late first millennium BC, Oxford, 117 p. (Oxford University Committee for Archaeology Monograph 45/ Studies in Celtic Coinage 3).

Cunliffe B., Poole C., 2000, The Danebury Environs Programme : the prehistory of a Wessex landscape. Volume II ⁃ Part 3. Suddern Farm, Middle Wallop, Hants, 1991 and 1996, Oxford, 208 p. (Oxford University Committee for Archaeology Monograph, 49).

Davies J.L., 1995, The early Celts in Wales, in Green, M.J. dir., The Celtic World, London, p. 671-700 (Routledge).

Dechelette J., 1914, Manuel d’Archéologie Préhistorique, Celtique et Gallo-Romaine II, 3. Second Âge du fer ou l’époque de La Tène, Paris, 781 p. (Picard).

Dent J.S., 1982, Cemeteries and settlements patterns of the Iron Age on the Yorkshire Wolds, Proceedings of the Prehistoric Society, 48, p. 437- 457.

Van Endert D., 1986, Zur Stellung der Wagengräber der Arras-Kultur, Berichte der Römisch-Germanischen Kommission, 67, p. 203-288.

Evans A.J., 1890, On a late-Celtic urn-field at Aylesford, Kent, Archaeologia, 52, p. 315-388.

Farley M., 1983, A mirror burial at Dorton, Buckinghamshire, Proceedings of the Prehistoric Society, 49, p. 269-302.

Ferdière A., Villard A., 1993, La tombe augustéenne de Fléré-la-Rivière (Indre) et les sépultures aristocraticques de la cité des Bituriges, Saint-Marcel, 316 p. (Mémoire Musée d’Argentomagus 2/Supplément Revue archéologique du Centre de la France 7).

Feugère M., De Marinis R., 1991, Les poêlons, in Feugère M., Rolley C. dir., La vaisselle tardo-républicaine en bronze. Actes de la table ronde CNRS, Lattes avril 1990, Dijon, p. 97-112. (Université de Bourgogne, Centre de Recherches sure les Techniques gréco-romaines).

Field N., Parker Pearson M., 2003, Fiskerton. An Iron Age timber causeway with Iron Age and Roman votive offerings ; the 1981 excavations, Oxford, 226 p. (Oxbow).

Fitzpatrick A.P., 1984, The deposition of La Tène Iron Age metalwork in watery contexts in southern England, in Cunliffe B., Miles D. dir., Aspects of the Iron Age in Central Southern England, Oxford, p. 178-190. (Oxford University Committee for Archaeology Monograph 2).

Fitzpatrick A.P., 1985, The distribution of Dressel 1 amphorae in northwest Europe, Oxford Journal of Archaeology, 4, p. 305-340.

Fitzpatrick A.P., 1992, The roles of Celtic coinage in south-east England, in Mays M. dir., Celtic Coinage : Britain and beyond, Oxford, p. 1-32 (British Archaeological Reports, Oxford, British Series 222/ Proceedings of the 11th Oxford Symposium on Coinage and Monetary History).

Fitzpatrick A.P., 1996, A 1st century A.D. ’Durotrigian’ inhumation burial with a decorated Iron Age mirror from Portesham, Dorset, Proceedings of the Dorset Natural History and Archaeological Society, 119, 1996 (1997), p. 51-70.

Fitzpatrick A.P., 1997a, Everyday life in Iron Age Wessex, in Haselgrove C., Gwilt A. dir., Reconstructing Iron Age Societies : new approaches to the British Iron Age, Oxford, p. 87-95 (Oxbow Monograph, 71).

Fitzpatrick A.P., 1997b, Archaeological Excavations on the Route of the A27 Westhampnett Bypass, West Sussex. Volume II : the Late Iron Age, Romano-British, and Anglo-Saxon cemeteries, Salisbury, 317 p. (Wessex Archaeology Report 12).

Fitzpatrick A.P., 2000, Sequence, ritual and structure in Late Iron Age mortuary practices in north-west Europe, in Pearce J., Millet M., Struck M. dir., Burial, Society and Context in the Roman World, Oxford, p. 15-29 (Oxbow Monograph).

Fitzpatrick A.P., 2007a, Druids : towards an archaeology, in De Jersey P., Gosden C., Hamerow H., Lock G. dir., Communities and Connections : essays in honour of Barry Cunliffe, Oxford, p. 287-315. (Oxford University Press).

Fitzpatrick A.P., 2007b, The fire, the feast and the funeral. Late Iron Age burial rites in southern England, in Kruta V., Leman-Delerive G. dir., Feux des morts, foyers des vivants. Les rites et symboles du feu dans les tombes de l’Âge du Fer et de l’époque romaine, Lille, p. 123-142. (Revue de Nord Hors série. Collection Art et Archéologie 11).

Fitzpatrick A.P., 2010, The champions portion : feasting in the Celtic pre-Roman Iron Age, in Cooney G., Becker K., Coles J., Ryan M., Sievers S. dir., Relics of Old Decency ; archaeological studies in later prehistory. Festschrift for Barry Raftery, Dublin, p. 387-402. (Wordwell).

Fitzpatrick A.P., sous presse, The Iron Age in Wessex. An embarrassment of riches ?, in Whimster R. dir., The New Antiquarians. 50 Years of archaeological innovation in Wessex, York et Salisbury (Council for British Archaeology et Wessex Archaeology).

Foster J., 1986, The Lexden Tumulus. A re-appraisal of an Iron Age burial from Colchester, Essex, Oxford, 215 p. (British Archaeological Reports, British Series 156).

Fulford M., Creighton J., 1998, A Late Iron Age mirror burial from Latchmere Green, near Silchester, Hampshire, Proceedings of the Prehistoric Society, 64, p. 331-342.

Giles M., Parker Pearson M., 1999, Learning to live in the Iron Age : dwelling and praxis, in Bevan B. dir., Northern Exposure : interpretative devolution and the Iron Ages in Britain, Leicester, p. 217-231 (Leicester Archaeology Monographs, 4)

Going C., 1993, The Iron Age, in Clark, A., Excavations at Mucking Vol. 1 : the site atlas, Londres, p. 19-20 (English Heritage Archaeological Report 20).

Guillaumet J.-P., Schönfelder M., 2001, Un manche de miroir de type britannique provenant de Compiègne ; un nouveau témoignage de contacts à travers la Manche, Antiquités Nationales, 33, 2001 (2002), p. 125-128.

Hamilton S., 2007, Cultural choices in the ’British Eastern Channel Area’ in the Late Pre-Roman Iron Age, in Haselgrove C., Moore T. dir., The Later Iron Age in Britain and Beyond, Oxford, p. 81-106. (Oxbow).

Harding D.W., 2001, Later prehistory in south-east Scotland : a critical review, Oxford Journal of Archaeology, 20, p. 355-376.

Harding D.W., 2004, The Iron Age in Northern Britain. Celts and Romans, natives and invaders, Londres, 350 p. (Routledge).

Haselgrove C.C., 1984, Romanization before the Conquest : Gaulish precedents and British consequences, in Blagg T., King A. dir., Military and Civilian in Roman Britain, Oxford, p. 5-63 (British Archaeological Report, British Series, 136).

Haselgrove C.C., 1987, Iron Age Coinage in south-east England : the archaeological context, Oxford, 524 p. (British Archaeological Reports, British Series, 174).

Haselgrove C.C., Millet M., 1997, Verlamion reconsidered, in Gwilt A., Haselgrove C.C. dir., Reconstructing Iron Age Societies : new approaches to the British Iron Age, Oxford, p. 282-296 (Oxbow Monograph 71).

Haselgrove C.C., Moore T. dir., 2007, The Later Iron Age in Britain and Beyond, Oxford, 528 p. (Oxbow).

Haselgrove C.C., Pope R. dir., 2007, The Earlier Iron Age in Britain and the near Continent, Oxford, 428 p. (Oxbow).

Hawkes C.F.C., Crummy P., 1995, Camulodonum 2, Colchester, 186 p. (Colchester Archaeological Reports, 11).

Hawkes C.F.C., Dunning G.C., 1930, The Belgae of Britain and Gaul, Archaeological Journal, 87, p. 150-335.

Hembrey N., 2001, Roman Finds Group Spring meeting 2001, Lucerna (The Roman Finds Group Newsletter), 22, p. 19-21.

Hey G., Bayliss A., Boyle A., 1999, Iron Age inhumation burials at Yarnton, Oxfordshire, Antiquity, 73, p. 551-562.

Hill J.D., 1995, Ritual and Rubbish in the Iron Age of Wessex. A study on the formation of a specific archaeological record, Oxford, 189 p. (British Archaeological Reports, British Series 242).

Hill J.D., 2002, Wetwang chariot burial, Current Archaeology, 15 (10) (no. 178), p. 410-412.

Hill J.D., Evans C., Alexander M., 1999, The Hinxton rings – a Late Iron Age cemetery at Cambridgeshire, with a reconsideration of the northern Aylesford Swarling Culture, Proceedings of the Prehistoric Society, 65, p. 243-273.

Hingley R., 1992, Society in Scotland from 700 BC to AD 200, Proceedings of the Society of Antiquaries of Scotland, 122, p. 7-53.

Hodson F.R., 1964, Cultural groupings within the British pre-Roman Iron Age, Proceedings of the Prehistoric Society, 30, p. 99-110.

Holmes J., Frend W.H.C., 1955-57, A Belgic chieftain’s grave on Hertford Heath, Transactions of the East Hertfordshire Archaeological Society 1955-57 (1959), 14, p. 1-19.

Hughes E.G., 1994, An Iron Age barrow burial at Bromfield, Shropshire, Proceedings of the Prehistoric Society, 60, p. 395-402.

Hunter F., 2005, The image of the warrior in the British Iron age – coin iconography in context, in Haselgrove C., Wigg D. dir., Iron Age Coinage and Ritual Practices, Mainz, p. 43-68 (Studien zu Fundmünzen der Antike 20).

Hüssen C.M., 1983, A Rich Late La Tène Burial at Hertford Heath, Hertfordshire, Londres, 80 p. (British Museum Occasional Paper 44).

Jay M., Richards M.P., 2007, British Iron Age diet : staple isotopes and other evidence, Proceedings of the Prehistoric Society, 73, p. 169-190.

Johns C., 2002-3, An Iron Age sword and mirror cist burial from Bryher, Isles of Scilly, Cornish Archaeology. 41-42, 2002 (2006), p. 1-79.

Johnson C., 2002-03, Two late Iron Age warrior burials discovered in Kent, Archaeology International 6, 2002-03 (2003), p. 14-17.

Kunow J., 1983, Der römische Import in der Germania Liberia bis zu den Markomannenkriegen, Neumünster, 208 p. (Gottinger Schfriften zur Vor- und Frühgeschichte, 21).

Lally M., 2008, Bodies of difference in Iron Age southern England, in Davis O., Sharples. N., Waddington K. dir., Changing Perspectives on the First Millennium BC, Oxford, p. 119-138 (Cardiff Studies in Archaeology).

Lavender N.J., 1991, A Late Iron Age burial enclosure at Maldon Hall Farm, Essex : excavations 1989, Proceedings of the Prehistoric Society, 57 (2), p. 203-209.

Laver P.G., 1927, The excavation of a tumulus at Lexden, Colchester, Archaeologia, 76, p. 241-254.

Lawson A.J., 2000, Potterne 1982-5. Animal husbandry in later prehistoric Wiltshire, Salisbury, 368 p. (Wessex Archaeology Report, 17).

Lynch F., Aldhouse-Green S., Davies J.L., 2000, Prehistoric Wales, Stroud, 256 p. (Sutton).

Mcgarry T., 2008, Some exotic evidence amongst Irish late prehistoric burials, in Davis O., Sharples N., Waddington K. dir., Changing Perspectives on the First Millennium BC, Oxford, p. 215-234 (Cardiff Studies in Archaeology).

Madgwick R., 2008, Patterns of modification of animal and human bones in Wessex : revisiting the excarnation debate, in Davis O., Sharples N., Waddington K. dir., Changing Perspectives on the First Millennium BC, Oxford, p. 99-118 (Cardiff Studies in Archaeology).

Metzler J., Gaeng C., 2009, Goeblange-Nospelt. Une nécropole aristocratique trévire, Luxembourg, 559 p. (Dossiers d’Archéologie du Musée National d’Histoire et d’Art, 13).

Metzler J., Waringo R., Bis R., Metzler-Zens N., 1991, Clemency et les tombes de l’aristocratie en Gaule Belgique, Luxembourg, 182 p. (Dossiers d’Archéologie du Musée National d’Histoire et d’Art, 1).

Millet M., 1993, A cemetery in an age of transition : King Harry Lane reconsidered, in Struck M. dir., Römerzeitliche Gräber als Quellen zu Religion, Bevölkerungsstruktur und Sozialgeschichte, Mayene, p. 255- 282 (Archäologische Schriften Instituts für Vor- und Frühgeschichte der Johannes Gutenberg Universität Mainz, 3).

Niblett R., 1999, The Excavation of a Ceremonial Site at Folly, Lane, Verulamium, Londres, 456 p. (Britannia Monograph, 14).

Nowakowski J.A., 1991, Trethellan Farm, Newquay : the excavation of a lowland Bronze Age settlement and Iron Age cemetery, Cornish Archaeology, 30, p. 5-242.

Papworth M., 2008, Deconstructing the Durotriges. A definition of Iron Age communities within the Dorset environs, Oxford, 434 p. (British Archaeological Reports, British Series 462).

Parfitt K., 1995, Iron Age Burials from Mill Hill, Deal, Londres, 215 p. (British Museum).

Parfitt K., 1998, A Late Iron Age burial from Chilham, Kent, Proceedings of the Prehistoric Society, 64, p. 343-351.

Parker Pearson M., 1996, Food, fertility and front doors in the first millennium BC, in Champion T.C., Collis J.R. dir., The Iron Age in Britain and Ireland : recent trends, Sheffield, p. 117-132 (J.R. Collis Publications).

Parker Pearson M., 1999, Food, sex and death : cosmologies in the British Iron Age with particular reference to east Yorkshire, Cambridge Archaeological Journal, 9, p. 43-69.

Philp B., 1991, Major Iron Age site discovered near Alkham, Kent Archaeological Review, 103, p. 50-52.

Pollard R.J., 1991, Dressel 1 amphorae from Kent, Journal of Roman Pottery Studies, 4, p. 57-58.

Poux M., 2004, L’âge du vin. Rites de boisson, festins et libations en Gaule indépendante, Montagnac, 637 p. (Protohistoire européenne, 8).

Raftery B., 1981, Iron Age burials in Ireland, in Ó Corráin D. dir., Irish Antiquity : essays and studies presented to Professor M.J. O’Kelly, Cork, p. 173-204. (Tower Books).

Raftery B., 1994, Pagan Celtic Ireland. The enigma of the Irish Iron Age, Londres, 240 p. (Thames and Hudson).

Schönfelder M., 2002, Das spätkeltische Wagengrab von Boé (Dép. Lot-et-Garonne). Studien zu Wagen und Wagengräbern der jüngeren Latènezeit, Mayene, 421 p. (Römisch-Germanisches Zentralmuseum Monographien, 54).

Sealey P.R., 2007, A Late Iron Age warrior burial from Kelvedon, Essex, Colchester, 51 p. (East Anglian Archaeology, 118).

Smith R.A., 1911-12, On late-Celtic antiquities discovered at Welwyn, Herts, Archaeologia, 63, 1911-12 (1912), p. 1-30.

Stead I.M., 1967, A La Tène III burial at Welwyn Garden City, Archaeologia, 101, p. 1-62.

Stead I.M., 1971, The reconstruction of Iron Age buckets from Aylesford and Baldock, in De Sieveking G. dir., Prehistoric and Roman Studies, Londres, British Museum Quarterly, 35, p. 250-282.

Stead I.M., 1976, The earliest burials of the Aylesford culture, in De Sieveking G., Longworth I.H., Wilson K.E. dir., Problems in Social and Economic Archaeology, Londres, p. 401-416 (Duckworth).

Stead I.M., 1979, The Arras Culture, York, 123 p. (Yorkshire Philosophical Society).

Stead I.M., 1984, Cart burials in Britain, in Gustin M., Pauli L. dir., Keltski Voz. Keltski grobovi z vozom, Brežice, p. 30-41. (Posavski Muzej Brežice Knjiga, 6).

Stead I.M., 1991, Iron Age Cemeteries in East Yorkshire : excavations at Burton Fleming, Rudston, Garton-on-the-Wolds, and Kirkburn, Londres, 237 p. (English Heritage Archaeological Report, 22).

Stead I.M., 1995. ‘The metalwork’, in Parfitt K., Iron Age Burials from Mill Hill, Deal, Londres, p. 58-111 (British Museum Press).

Stead I.M., Rigby V., 1986, Baldock : the excavation of a Roman and pre-Roman settlement, 1968⁃72, Londres, 435 p. (Britannia Monograph, 7).

Stead I.M., Rigby V., 1989, Verulamium. The King Harry Lane site, Londres, 407 p. (English Heritage Archaeological Report, 12).

Stevenson J., Johnson C., 2004, ‘Brisley Farm. The last Iron Age warriors of Kent ?’, Current Archaeology 16 (11), (no. 191), p. 490-494.

Thomson I., 1982, Grog-Tempered ’Belgic’ Pottery of South-Eastern England, Oxford, 976 p. (British Archaeological Report, British Series 108).

Tyers P.A., 1990, Correspondances entre la céramique commune La Tène III du sud-est de l’Angleterre et du nord de la France, Septentrion 10, 1980 (1982), p. 61-70.

Wait G.A., 1985, Ritual and Religion in Iron Age Britain, Oxford, 464 p. (British Archaeological Reports, British Series, 149).

Whimster R.P., 1977a, Iron Age burial in southern Britain, Proceedings of the Prehistoric Society, 43, p. 317-327.

Whimster R.P., 1977b, Harlyn Bay reconsidered : the excavations of 1900-1905 in the light of recent work, Cornish Archaeology, 16, p. 61-88.

Whimster R.P., 1981, Burial Practices in Iron Age Britain : a discussion and gazetteer of the evidence c. 700 BC ⁃ AD 43, Oxford, 457 p. (British Archaeological Reports, British Series, 90).

Wilkinson T.J., 1988, Archaeology and Environment in South Essex, Chelmsford, 139 p. (East Anglian Archaeology, 42).

Wilson C.E., 1981, ’Burials within settlements in southern Britain during the Pre-Roman Iron Age, Bulletin of the Institute Archaeology University London, 18, p. 127-169.

Woodward A.B., 1991, Discussion, in Farwell D.E., Molleson, T.I., Poundbury, volume 2. The cemeteries, Dorchester, p. 215-239 (Dorset Natural History and Archaeological Society Monograph, 11).

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : distribution des traditions de pratiques funéraires en Grande-Bretagne.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6737/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende Fig. 2 : Danebury, schéma de l’incorporation des os humains dans des fosses (d’après Cunliffe 1995, fig. 34).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6737/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende Fig. 3 : Suddern Farm, comté d’Hampshire, sépulture C27 (d’après Cunliffe et Poole 2000, fig. 23⁃25).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6737/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende Fig. 4 : distribution des sépultures à armes dans le Sud de l’Angleterre.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6737/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende Fig. 5 : Adanac Park, Hampshire : plan du cimetière, daté de l’Âge du fer final.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6737/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 6 : mobilier des sépultures d’Alkham, comté de Kent (photo British Museum).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6737/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 7 : Westhampnett, West Sussex : plan du cimetière, daté de l’Âge du fer final, et sépulture n° 20253.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6737/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende Fig. 8 : Westhampnett, West Sussex : la sépulture n°. 20253.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6737/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 9 : sépulture de type Welwyn à Baldock, comté d’Hertfordshire (d’après Stead et Rigby 1986, fig. 20).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6737/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 51k

Auteur

Wessex Archaeology, Portway House, Old Sarum Park, Salisbury, Wiltshire GB-SP4 6EB, a.fitzpatrick@wessexarch.co.uk

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search