Version classiqueVersion mobile

L’âge du Fer en Basse-Normandie. Gestes funéraires en Gaule au Second-Âge du Fer. Volumes I et II

 | 
Philippe Barral
, 
Bernard Dedet
, 
Fabien Delrieu
, 
et al.

Volume II. Gestes funéraires en Gaule au Second Âge du fer

L’influence du geste humain sur la dynamique sédimentaire dans les structures funéraires : premiers résultats sur l’Âge du fer

Cécilia Cammas

Résumé

L’approche micromorphologique des structures à vocation funéraire, telle qu’elle a été appliquée sur des sépultures et des sites laténiens, a permis d’en restituer la dynamique sédimentaire. Les processus anthropiques reconnus renseignent sur les gestes funéraires comme les aménagements et l’élévation des sépultures. La durée de vie et l’évolution post-dépositionnelle des chambres funéraires (effondrement versus remblai) peut être précisée par l’étude des processus naturels. Ainsi, si l’analyse micromorphologique fournit peu d’informations sur le traitement du corps, elle documente les autres rituels funéraires. Elle complète ainsi les approches archéologique et anthropologique.

Texte intégral

Introduction

1Dans le domaine de l’archéologie funéraire, différentes approches sont mises en œuvre afin d’enrichir notre connaissance des gestes et des pratiques funéraires. La morphologie et l’orientation des sépultures, ainsi que leur mobilier, sont très régulièrement prises en compte (Baray 2004). L’étude de l’arrangement tridimensionnel des résidus osseux pratiquée par les anthropologues intervient « en routine » dans la procédure archéologique, et les modèles détaillés de taphonomie des restes humains sont couramment utilisés pour inférer la présence et la nature de contenants dans les sépultures (Duday et al. 1990). En revanche, la stratigraphie de ces structures reste encore un document sous-exploité. L’objectif de cet article est de montrer que, comme pour les structures d’habitat, l’analyse micromorphologique des fosses en contexte funéraire permet de restituer leur histoire, et qu’ainsi, elle renseigne sur activités humaines qui ont un impact sédimentaire, et, plus précisément, sur les gestes funéraires. Pour montrer que cette approche apporte des informations significatives sur les pratiques et les architectures funéraires de cette période, le discours s’appuie sur les résultats des études menées ces dix dernières années sur des sépultures de nécropoles laténiennes de deux régions (Île-de-France, Picardie), avec des modes de traitement du corps différents (inhumation et incinération).

1. Questionnements archéologiques

2Les questions archéologiques posées à la micromorphologie le sont sur différents plans. Parmi les questions stratigraphiques, l’origine des taches organiques noires et verdâtres que l’on distingue dans les inhumations en contexte acide est fréquemment évoquée. En ce qui concerne les sépultures, les questions portent principalement sur l’aménagement des sols et des parois, ainsi que sur les rythmes de sédimentation dans les fosses, rythmes qui peuvent témoigner de la présence d’une chambre funéraire et de son remblaiement éventuel. Des questions plus spécifiques à certains contextes sont aussi parfois posées, comme, par exemple, la position récurrente du matériel archéologique à quelques centimètres au-dessus du fond de la structure pour les incinérations situées dans des fosses quadrangulaires profondes.

2. Matériel et méthode

3Les résultats présentés ici proviennent de sépultures situées dans des nécropoles laténiennes. Les deux petites nécropoles à inhumation sont situées dans le Val-d’Oise : le Plessis-Gassot « Bois-Bouchard » (direction de la fouille : N. Ginoux) (Ginoux 2009) et Roissy-en-France « La Fosse-Cotheret » (direction de la fouille : T. Lejars) (fig. 1) (Lejars 2005). Les deux autres nécropoles, avec des incinérations, sont situées dans la Somme : Cizancourt « La Sole des Galets » (direction de la fouille : Ph. Lefèvre) (Lefèvre 2002) et Estrées-Deniecourt « Derrière le Jardin du Berger » (direction de la fouille : D. Bayard et G. Prilaux) (fig. 1). Pour ces quatre sites, les sépultures sont des structures en creux qui apparaissaient immédiatement sous le décapage des horizons superficiels, et les sols archéologiques qui leur étaient associés ne sont pas conservés.

4Le contexte pédo-sédimentaire est assez proche dans tous les cas, bien que des variations locales existent. Les nécropoles sont implantées dans des sols bruns lessivés sur des limons loessiques (Luvisols). Les structures sont creusées dans l’horizon inférieur de ces sols, enrichi en argile (Bt). Ce milieu est légèrement acide à acide, par conséquent agressif pour les résidus osseux ; en revanche, ce contexte peut-être propice à la conservation d’autres résidus organiques, comme les cuirs par exemple, ou encore de phosphates issus de l’altération des os (vivianite). Il est à noter que les os frais sont plus sensibles à l’altération que les os brûlés.

5La méthode d’étude, la micromorphologie, est une branche de la pédologie, elle s’intéresse à l’expression pédo-sédimentaire de l’interaction société-milieu. Elle s’appuie sur les concepts des Sciences de la Terre, et elle considère que la nature et l’arrangement tridimensionnel des constituants des couches archéologiques, depuis le terrain jusqu’à l’échelle microscopique, en lame mince, sont significatifs des processus de formation. La dynamique de formation des sédiments archéologiques peut se décomposer en mécanismes élémentaires, naturels ou anthropiques, exprimés par des signatures. Celles-ci sont interprétées à l’aide de référentiels pédo-sédimentaires et archéologiques (Courty et al. 1989, Cammas et Wattez 2009). La hiérarchisation des signatures des différents mécanismes selon les principes de chronologie relative utilisés en pédologie et en pétrographie sédimentaire permet d’aboutir à une chronologie événementielle qui décrit l’interaction entre les phénomènes anthropiques et naturels, et son évolution au cours du temps (Cammas et Wattez 2009). Afin de préserver l’organisation des sédiments depuis le terrain jusqu’à l’analyse, les prélèvements sont réalisés en mottes, puis indurés avec de la résine synthétique et amincis jusqu’à une épaisseur de 25 micromètres sur un porte-objet en verre, épaisseur qui permet la détermination des constituants et de leur organisation à l’aide des référentiels pétrographiques et micromorphologiques.

Fig. 1 : sites étudiés et questions archéologiques.

6En micromorphologie, une stratégie d’échantillonnage est élaborée pour chaque cas archéologique. Pour les sépultures, elle comprend des prélèvements en colonne stratigraphique continue et des prélèvements ponctuels. Les colonnes stratigraphiques continues permettent d’aborder l’évolution de la dynamique sédimentaire au cours du temps, et d’en percevoir toutes les variations, y compris les plus fines. Généralement, les colonnes sont réalisées vers le centre de la structure, cet emplacement est propice à la détermination des matériaux ayant servi à la couverture / fermeture de la fosse, car c’est là qu’ils s’accumulent en cas d’effondrement. C’est aussi l’endroit où vont se concentrer les colluvions après l’effondrement. Pour appréhender la variabilité spatiale des unités stratigraphiques, des prélèvements ponctuels sont effectués. Ainsi, au sol d’une sépulture, les différentes lentilles peuvent être échantillonnées et investiguées (cas des lentilles sombres de la tombe à char 5002 de la Fosse-Cotheret, par exemple). Pour les inhumations, afin de bien percevoir les aménagements au sol, il est préférable d’échantillonner sous le corps, là où il présente une forte densité, sous la tête ou sous le thorax, par exemple.

3. Premiers résultats

3.1. Les inhumations des petites nécropoles du Val-d’Oise

3.1.1. Le Plessis-Gassot « Bois-Bouchard »

7L’étude de la nécropole du Plessis-Gassot a permis de développer des investigations interdisciplinaires, du terrain au laboratoire, de manière relativement exhaustive sur les inhumations. Une attention particulière a été portée sur la stratigraphie et la nature des couches archéologiques (voir en particulier Marti 2009). Sur cette nécropole, les sépultures dites « simples » sont des fosses oblongues rectangulaires, de 1,90 m à 2,80 m de long sur 1 m à 1,30 m de large ; et d’une profondeur conservée de 0,20 m à 0,80 m. Au sol, et dans les remplissages des sépultures, il a été perçu et enregistré différentes traces organiques (charbonneuses, phosphatées), ainsi que des accumulations dans lesquelles des mottes pouvaient être individualisées (Ginoux 2009). Les résidus osseux conservés étant rares et très altérés, ce sont la nature et la répartition des armes et des éléments de parures ont permis d’inférer l’orientation des corps en décubitus.

8En lame mince, il a été possible de distinguer dans ces sépultures simples différents espaces vides, définis par des colmatages par infiltrations fines et délimités par des résidus ligneux (Cammas 2009). Dans la sépulture 1000, c’est la limite supérieure de cet espace qui est marquée par les restes de bois, sur le bord de la fosse et au-dessus du bois, les apports en mottes correspondent à des apports rapides de type remblai. Dans la sépulture 1002, une tombe de guerrier, le bois a été distingué sous le corps, les infiltrations sous le bois suggèrent des éléments jointoyés de manière assez lâche. La présence du défunt est matérialisée en lame mince par des résidus osseux fortement altérés. Au-dessus de ces restes organiques, l’entassement d’agrégats naturels et d’autres grossièrement malaxés suggère l’effondrement d’une modeste structure de terre et bois (fig. 2). Dans la sépulture 1006, la base du remplissage est constituée de résidus de bois surmonté d’un effondrement, puis, à nouveau, d’une séquence de bois et de terre effondrée. Ces caractères suggèrent une structure ou des aménagements un peu plus complexes. Ainsi, si le bois apparaît de manière assez régulière dans ces sépultures, il présente une configuration différente dans chacune d’elles.

9La tombe à char du Plessis-Gassot présente un plan rectangulaire (4,20 m x 2,10 m, 80 cm de profondeur préservée). Le fond de la structure présente un léger pendage et l’emplacement des roues du char a été surcreusé (Ginoux 2009). En lame mince, cette structure présente une séquence stratigraphique assez développée (Cammas 2003). Le fond de la fosse est aménagé par de petits remblais localisés afin d’égaliser le sol avant la mise en place du char. Le sol de la fosse est surmonté de traces d’origine organique organisées en deux niveaux superposés correspondant, probablement, respectivement à l’altération du matériau du sol du char (bois) et des éléments d’habillement ou d’armement (bois ? cuir ?). Ces unités sont recouvertes par des apports de ruissellements fins, ce qui indique un remplissage naturel dans un espace confiné. On note, dans le remplissage, la présence d’agrégats malaxés ou non, avec des traces de contact sur des végétaux, leur présence témoigne d’aménagements de terre et de bois (superstructure ?) qui se désagrègent de manière fine au cours du temps. L’analyse met donc en évidence la présence d’une chambre funéraire comblée naturellement, non remblayée. Le comblement se produit dans un laps de temps assez court, puisque le remplissage est recoupé par une incinération d’une cinquantaine d’années postérieure à la tombe à char (Ginoux 2009). Dans cette tombe, l’absence d’effondrement de toiture semble étayer l’interprétation archéologique de démolition volontaire des éléments de marquage au sol / d’élévation de la sépulture (Ginoux 2009).

Fig. 2 : nécropole du Plessis-Gassot « Bois-Bouchard » (Val-d’Oise), tombe 1002, tombe de guerrier, scan de lame mince et interprétation de la séquence microstratigraphique, cliché C. Cammas, coupe modifiée d’après F. Marti dans Ginoux 2009.

3.1.2. Roissy-en-France « La Fosse-Cotheret »

10Les études micromorphologiques réalisées sur le site de la Fosse-Cotheret, dont les résultats sont encore inédits, ont permis de répéter les observations sur des sépultures simples et des tombes à char, sur un site distant de seulement quelques kilomètres du Plessis-Gassot. Sur le site de la Fosse-Cotheret, l’analyse a apporté des informations sur les aménagements de sépultures rectangulaires simples. En effet, l’une d’elles (4025) présentait des traces d’aménagements en matériau ligneux au sol, elle a ensuite été rapidement remblayée. En revanche, une autre sépulture (4021) présentait la même séquence que les chambres funéraires, indiquant ainsi qu’un espace vide, même de dimension modeste, était ménagé à l’emplacement du corps. A nouveau, on constate une certaine diversité dans les pratiques.

11Sur cette nécropole, deux tombes à char ont été étudiées. Comme au Plessis-Gassot, le remplissage de l’une d’elles (5002) résulte de ruissellements fins avec des épisodes de désagrégation des aménagements en terre. Ces caractères témoignent d’une chambre funéraire fermée et comblée naturellement par des infiltrations. Celles-ci sont surmontées d’une couche d’effondrement de matériaux de construction, constituée de terre crue et de bois, d’une quinzaine de centimètres d’épaisseur. Il s’agit probablement des restes de la fermeture de la tombe ou d’une superstructure de terre et bois. Au sol, à l’emplacement du bouclier, des restes organiques, probablement du cuir, et des poils (feutre ?) ont été distingués (fig. 3). Le remplissage de la seconde tombe à char est moins bien conservé, mais on retrouve la même séquence : des infiltrations, suivies de l’effondrement de matériaux en terre crue, et enfin des colluvions.

Fig. 3 : nécropole de Roissy-en-France « la Fosse-Cotheret » (Val-d’Oise), tombe à char 5002, scan de lame mince et interprétation de la séquence microstratigraphique, cliché C. Cammas.

3.2. Les sépultures des nécropoles à incinération de la Somme

12Pour les nécropoles à incinération de la Somme, les sépultures étudiées sont des fosses quadrangulaires profondes, avec des céramiques et des objets métalliques soigneusement organisés et disposés sur le sol.

3.2.1. Cizancourt « La Sole des Galets »

13L’analyse micromorphologique du remplissage de la sépulture 10 de Cizancourt révèle, à nouveau, la présence d’une chambre funéraire. Le sol est aménagé à l’aide de bois (plancher ?), la chambre funéraire, confinée, est comblée par des infiltrations fines puis par l’effondrement de la fermeture / superstructure de la tombe en terre (et bois ?). Après la destruction de la couverture, les phénomènes naturels (colluvions) prennent le relais et achèvent le comblement. Il est à noter que les colluvions proviennent des horizons de surface à proximité immédiate de la tombe. On peut y distinguer des résidus osseux dont l’altération thermique est semblable en oxygénation et en température (450° à 630°C) à celle des restes humains observés dans les sépultures (fig. 4). La présence de ces constituants nous indique qu’en surface se déroulent des activités de crémation sans qu’il soit possible, à cette échelle, de préciser s’il s’agit de la combustion de corps humains ou d’animaux (offrandes ?).

3.2.2. Estrées-Deniecourt « Derrière le Jardin du Berger »

14Quatre sépultures ont été étudiées sur le site d’Estrées-Deniecourt. L’analyse micromorphologique de prélèvements ponctuels révèle encore des aménagements au sol comme un remblai probable (St 1104), elle suggère aussi des aménagements différentiels au sein de la chambre funéraire de la ST 1116 et de la ST 1134 : des ligneux au sol à un endroit, de petits remblais à un autre.

15L’analyse du remplissage des tombes 1256 et 1134 témoigne toujours de la présence de chambres funéraires non remblayées, qui se sont comblées au moment de l’effondrement de la superstructure de terre et de bois. Dans ces deux structures, l’effondrement de la toiture est suivi de colluvions sur de faibles distances (probablement décimétriques à métriques) contenant des résidus osseux ayant subi des altérations thermiques de type crémation (esquilles blanchâtres) et de petits charbons. Dans la structure 1134 ces résidus sont associés à des agrégats de sédiments siliceux fondus et du bois carbonisé (planche). À nouveau, se pose la question de la différenciation entre des dépôts rituels provenant des bûchers, ou encore de résidus de combustion d’offrandes.

4. Discussion et conclusion

16L’étude de la dynamique sédimentaire a pu apporter un nouvel éclairage sur certains gestes du rituel funéraire. Ainsi, l’étude de l’interface du creusement révèle que les tombes sont creusées et rapidement comblées ou fermées, leur construction semble donc réalisée au moment de l’ensevelissement. Dans les chambres funéraires, il n’a pas été reconnu de traces de piétinement au sol, ce qui suggère qu’il n’y a pas de rituel impliquant la fréquentation de la sépulture.

17L’analyse du remplissage nous renseigne sur l’architecture des sépultures, elle-même en relation avec le statut des défunts. Des aménagements divers au sol, comme des planches ou encore des remblais de terre de différentes origines, ont été identifiés. Il s’agit essentiellement de sédiments prélevés à différentes profondeurs dans l’environnement proche. Dans des conditions de conservation favorables, des traces du mobilier funéraire en matériaux périssables ont pu être discriminées, comme du cuir et du poil (feutre ?).

18Dans le corpus étudié, il apparaît que les fosses remblayées correspondent plutôt à des inhumations dites simples. Mais on constate également, pour certaines d’entre elles, des indices sédimentaires qui marquent des espaces vides, la configuration des tombes et la position des restes ligneux suggèrent plutôt des espaces de petites dimensions. Ceux-ci semblent délimités par du bois qui peut être situé de diverses manières par rapport au corps. Pour les incinérations et les tombes à char, ce sont clairement des chambres funéraires, comblées par l’effondrement de la fermeture / superstructure en terre que l’on discrimine à l’échelle microscopique.

Fig. 4 : Cizancourt « La Sole des Galets » (Somme), tombe 10, restitution de la séquence microstratigraphique et constituants déterminés dans les colluvions : résidus osseux (a), charbons (b) et agrégats de sol rubéfiés (c) (a, b et c : photographie de lame mince au microscope, lumière polarisée non analysée), clichés C. Cammas.

19La nature de cette couverture peut être appréhendée de manière plus précise dans les effondrements. On observe, ainsi, de manière récurrente que les sédiments sont de provenance locale. Il s’agit de l’horizon enrichi en argile, mais des sédiments issus de profondeurs différentes, ou encore de zones plus ou moins bien drainées, sont juxtaposés dans un même effondrement. Les sédiments sont assez grossièrement mélangés. Des fragments présentent des traces de contact avec des constituants organiques, suggérant des fermetures / superstructures de terre et de bois. Les matériaux qui constituent la fermeture / superstructure des sépultures sont étudiés en position secondaire, il est alors difficile de restituer une élévation. Cependant, quelques éléments d’interprétation existent : par exemple, la faible épaisseur des couches d’effondrement est un argument contre la présence de tumuli en surface. Dans les tombes 1256 et 1134 d’Estrées-Deniecourt, la morphologie des remplissages et les données de l’analyse micromorphologique suggèrent une fermeture avec des éléments en bois (planches ? bastins ?...) liés à la terre ou recouverts de terre, et que la rupture des éléments ligneux est à l’origine de l’effondrement. Une fois la structure effondrée, la fosse devait apparaître marquée en creux dans le paysage.

20Dans les séquences dilatées et conservées sur une hauteur suffisante, l’effondrement de la couverture des tombes est recouvert par des colluvions fines provenant de l’environnement immédiat des tombes. Pour les nécropoles à inhumation, ces colluvions ne présentent que de très rares constituants anthropiques, ce qui suggère une faible fréquentation, et surtout, très probablement des espaces réservés. Dans le cas des incinérations de la Somme, des activités de combustion, qui font partie du rituel funéraire, se déroulent à proximité immédiate des sépultures. Ainsi, l’analyse micromorphologique nous permet de restituer l’histoire sédimentaire des structures à vocation funéraire qui débouche sur l’élaboration d’un modèle de fonctionnement sédimentaire des chambres funéraires enterrées (Cammas 2003).

21À la fin de cette étude, il apparaît que, au travers de la dynamique sédimentaire, ce sont les gestes que l’on perçoit, et si la plupart de ces gestes ne concernent pas directement le corps mais son environnement immédiat, ils reflètent tout autant les pratiques funéraires. Pour étayer ces premiers résultats, il est maintenant nécessaire de réitérer les analyses, en particulier pour les tombes « simples », afin de préciser la nature et l’organisation spatiale de leurs aménagements, encore peu compris. Il semble aussi important d’élargir le corpus d’étude en y englobant les différentes structures qui participent aux rituels funéraires, comme, par exemple, les bûchers, ou encore les structures avec des restes osseux qui participent au traitement des corps. Et, finalement, seule l’intégration de la micromorphologie, de manière à la fois raisonnée et systématique, dans la procédure archéologique de fouille et de recherche, pourra permettre d’élargir le champ d’interprétation des résultats analytiques.

Bibliographie

Bibliographie

Baray L. dir., 2004, Archéologie des pratiques funéraires, approches critiques, actes de la table ronde de Bibracte, 7-9 juin 2001, 316 p., collection Bibracte 9.

Cammas C., 2003, L’architecture en terre crue à l’âge du Fer et à l’époque romaine : apports de la discrimination micromorphologique des modes de mise en œuvre, in Chazelles C.-A. de, Klein A. et Acetta A. dir, Terre modelée, découpée ou coffrée. Matériaux et modes de mises en œuvre, actes des premiers échanges transdisciplinaires sur les constructions en terre crue, 17-18 novembre, Montpellier, éditions de l’Esperou, 2003, p. 33-53.

Cammas C., Wattez J., 2009, Approche micromorphologique : Méthode et applications aux stratigraphies archéologiques, in Bravard J.-P., Cammas C., Nehlig P., Poupet P., Salvador P.-G.,Wattez J. et la collaboration de Blanc A., Blanc P., Fondrillon M., Laurent A., Rodet J., La géologie, les Sciences de la Terre appliquées à l’archéologie, 2ème édition revue et augmentée, chapitre 4, éditions Errance, p. 179-218, collection "archéologiques".

Cammas C., 2009, Les analyses en micromorphologie, in Ginoux N., avec la collaboration de Cammas C., Delattre V., Marti F., Moulherat C., 2009, Elites guerrières au Nord de la Seine au début du IIIe siècle av. J.-C., La nécropole celtique du Plessis-Gassot (Val-d’Oise), Revue du Nord, Université Charles-de-Gaulle – Lille 3, p. 53-67 (hors série, Collection Art et Archéologie 15).

Courty M.-A., Goldberg P., Macphail R.-I., 1989, Soils and micromorphology in archaeology, Cambridge, Cambridge University Press, 340 p.

Duday H., Courtaud P., Crubezy E., Sellier P., Tilier A.-M., 1990, L’anthropologie « de terrain », reconnaissance et interprétation des gestes funéraires, Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, tome 2, n° 3-4, p. 29-50.

Ginoux N., avec la collaboration de Cammas C., Delattre V., Marti F., Moulherat C., 2009, Elites guerrières au Nord de la Seine au début du IIIe siècle av. J.-C., La nécropole celtique du Plessis-Gassot (Val-d’Oise), Revue du Nord, Université Charles-de-Gaulle – Lille 3, 164 p. (hors série, Collection Art et Archéologie 15).

Lefevre Ph. 2002, La nécropole de Cizancourt (Somme) : présentation des indices de hiérarchisation interne des tombes, in Guichard V., Perrin F. dir., L’aristocratie celte à la fin de l’âge du Fer (IIe s. avant J.-C. – Ier s. après J .-C.), actes de la table ronde des 10 et 11 juin 1999 (Glux-en-Glenne), Glux-en-Glenne, Centre archéologique européen du Mont Beuvray, p. 109-112, collection Bibracte 5.

Lejars T., 2005, Le cimetière celtique de La Fosse Cotheret, à Roissy (Val-d’Oise) et les usages funéraires aristocratiques dans le nord du Bassin parisien à l’aube du IIIe siècle avant J.-C., in Buchsenschutz O., Bulard A., Lejars T. dir., L’Âge du Fer en Île-de-France, XXVIe Colloque de l’Association française pour l’étude de l’Âge du Fer, Paris et Saint-Denis, 2002. Thème régional. Tours, Feracf, 2005, p. 73-83, (supplément à la revue archéologique du Centre de la France, 26).

Marti F., 2009, Description des matériaux, in Ginoux N., avec la collaboration de Cammas C., Delattre V., Marti F., Moulherat C., 2009, Elites guerrières au Nord de la Seine au début du IIIe siècle av. J.-C., La nécropole celtique du Plessis-Gassot (Val-d’Oise), Revue du Nord, Université Charles-de-Gaulle – Lille 3, p. 19-21 (hors série, Collection Art et Archéologie 15).

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : sites étudiés et questions archéologiques.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6727/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende Fig. 2 : nécropole du Plessis-Gassot « Bois-Bouchard » (Val-d’Oise), tombe 1002, tombe de guerrier, scan de lame mince et interprétation de la séquence microstratigraphique, cliché C. Cammas, coupe modifiée d’après F. Marti dans Ginoux 2009.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6727/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende Fig. 3 : nécropole de Roissy-en-France « la Fosse-Cotheret » (Val-d’Oise), tombe à char 5002, scan de lame mince et interprétation de la séquence microstratigraphique, cliché C. Cammas.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6727/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. 4 : Cizancourt « La Sole des Galets » (Somme), tombe 10, restitution de la séquence microstratigraphique et constituants déterminés dans les colluvions : résidus osseux (a), charbons (b) et agrégats de sol rubéfiés (c) (a, b et c : photographie de lame mince au microscope, lumière polarisée non analysée), clichés C. Cammas.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6727/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 53k

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search