Version classiqueVersion mobile

L’âge du Fer en Basse-Normandie. Gestes funéraires en Gaule au Second-Âge du Fer. Volumes I et II

 | 
Philippe Barral
, 
Bernard Dedet
, 
Fabien Delrieu
, 
et al.

Volume II. Gestes funéraires en Gaule au Second Âge du fer

Introduction du thème spécialisé

Texte intégral

  • 1 – Voir : CLIQUETD., RÉMY-WATTE M., GUICHARDV., VAGINAYM. éd., Les Celtes en Normandie. Les rites fu (...)

1Source d’apport documentaire de premier ordre, l’archéologie funéraire figure toujours en bonne place dans les colloques de l’AFEAF (ce fut le cas dès la première réunion, à Sens, en 1977). Toutefois elle n’apparaît généralement que dans des présentations monographiques de sites, qu’il s’agisse des « Thèmes spécialisés » ou plus souvent des « Thèmes régionaux ». Trois fois seulement jusqu’ici le thème spécialisé lui avait été entièrement dédié : au 14e colloque, à Évreux en 1990, « Les rites funéraires en Gaule (IIIe – Ier siècle avant J.-C.) » ; au 21e colloque, à Conques-Montrozier en 1997, « Archéologie de la mort, archéologie de la tombe au premier Âge du Fer » ; au 25e colloque, à Charleville-Mézières en 2001, « Repas des vivants et nourriture pour les morts en Gaule »1. C’est dans ce contexte que les organisateurs de ce 33e colloque ont décidé que le thème spécialisé porterait sur les pratiques funéraires au Second Âge du fer et ont mis en place un comité scientifique, composé des signataires de cette introduction, chargé de préciser le sujet.

2Déjà, à Évreux, ce thème, ou du moins une partie de celui-ci, la deuxième moitié du Second Âge du fer, avait été choisi. Seuls certains aspects de la question y étaient privilégiés aussi. Deux décennies se sont écoulées depuis, très riches en découvertes nouvelles issues tant de la recherche programmée que, surtout, de l’archéologie préventive qui s’est grandement développée à partir des années 1990. Dès lors, il nous a semblé qu’il manquait, en France, une vue d’ensemble concernant ce domaine pour toute la durée du Second Âge du fer. Cette rencontre scientifique nous est donc apparue comme l’occasion de tenter de réaliser, tous ensemble, une première approche de ce panorama, sous la forme d’un bilan des acquis.

3Nous avons cherché à privilégier les synthèses régionales et à ne laisser aucun secteur géographique du territoire national à l’écart. Au-delà de l’appel à communication lancé par l’AFEAF, un ou plusieurs collègues référents ont été contactés dans chaque contrée avec mission de réunir autour d’eux les compétences qu’ils jugeaient nécessaires. De surcroît, grâce au concours, habituel à l’AFEAF, de spécialistes et amis des pays voisins, il était possible d’envisager de dépasser les frontières nationales actuelles pour de fructueux éclairages.

4Afin de faciliter les comparaisons entre les régions, il nous a semblé pertinent de préconiser quelques thématiques à aborder, chaque fois que la documentation le permettait, bien sûr, et sans que cela constitue non plus une obligation.

5Quatre grands champs ont donc été isolés et classés :

  1. La composition de la population des ensembles funéraires selon des critères naturels : l’âge (le recrutement constaté est-il conforme à la mortalité pré-jennerienne ?), mais aussi le sexe, la morphologie, la proximité biologique ou encore les caractères discrets.
  2. Le traitement du corps et la manipulation des restes humains, ainsi que la forme et l’architecture de la tombe, qui sont fortement corrélées à ces actions.
  3. « L’équipement » du défunt et son matériel d’accompagnement : quantité, qualité et transformation des objets, leur agencement et leur signification.
  4. Enfin la distribution, dans les lieux funéraires, des sépultures et des autres structures liées aux pratiques funéraires (bûchers, fosses à offrandes, monuments…) et la répartition des sépultures et des nécropoles dans le paysage qu’il soit anthropisé ou non, la relation à la topographie, à l’habitat, aux voies de communication, etc.

6Nous savons gré à nos collègues d’avoir bien voulu tenir compte de cette grille de lecture et, dans la mesure du possible, de l’avoir plus ou moins suivie. Il ne s’agissait en effet pas là d’un plan obligatoire mais bien plutôt d’une sorte de pense-bête à adapter, dans chaque cas, en fonction de la documentation disponible, que celle-ci soit pléthorique ou au contraire très clairsemée. Car, pour cette époque, les contrastes sont très grands entre des régions bien documentées et d’autres où les données sont très rares et restent lacunaires malgré les étendues nouvelles explorées. Et de ce fait, il est justement utile de marquer ces différences et de cerner ces manques qui peuvent être révélateurs de pratiques ne laissant pas de vestiges durables ou d’usages laissant des traces plus difficiles à percevoir.

7Certes, le bilan présenté ici est loin d’être complet. À notre grand regret certaines régions de France n’ont pas pu être représentées. Dans le cadre d’un colloque et de la publication de ses actes, la place manque souvent pour les développements nécessaires. Nous espérons cependant, que grâce aux contributions présentées ici, les pratiques funéraires en usage en Gaule et à ses abords entre le début du Ve siècle av. J.-C. et l’ère d’Auguste puissent être mieux perçues.

8Nous remercions très vivement toutes les personnes qui nous ont fait confiance, les organisateurs du colloque, les participants à cette rencontre, les auteurs des communications et des posters ici réunis, les présidents de séances, ainsi que Henri Duday et Gilbert Kaenel qui ont bien voulu clore les débats.

Notes

1 – Voir : CLIQUETD., RÉMY-WATTE M., GUICHARDV., VAGINAYM. éd., Les Celtes en Normandie. Les rites funéraires en Gaule (IIIe – Ier siècle avant J.-C.), Actes du 14e colloque de l’Association Française pour l’Étude de l’Âge du Fer, Évreux, 1990, Rennes 1993, 340 p. (Revue archéologique de l’Ouest, suppl. 6) ; DEDET B., GRUAT P., MARCHAND G., PY M., SCHWALLER M. éd., Archéologie de la mort, Archéologie de la tombe au premier Âge du Fer, Actes du 21e colloque de l’Association Française pour l’Étude de l’Âge du Fer, Thème spécialisé, Conques-Montrozier, 1997, Lattes, CNRS, 2000, 332 p. (Monographies d’Archéologie Méditerranéenne, 5) ; MÉNIEL P., LAMBOT B. éd., Repas des vivants et nourriture pour les morts en Gaule, Actes du 25e colloque de l’Association Française pour l’Étude de l’Âge du Fer, Charleville-Mézières, 2001, Reims 2002, 400 p. (Mémoires de la Société Archéologique Champenoise 16, suppl. 1).

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search