Version classiqueVersion mobile

L’âge du Fer en Basse-Normandie. Gestes funéraires en Gaule au Second-Âge du Fer. Volumes I et II

 | 
Philippe Barral
, 
Bernard Dedet
, 
Fabien Delrieu
, 
et al.

Volume I. L’Âge du fer en Basse-Normandie. thème régional

Orval, « Les Pleines » (Manche) Habitats enclos et tombe à char en Cotentin

Hubert Lepaumier, David Giazzon, Karine Chanson, Lénaïg Féret, Véronique Guitton et Dominique Corde

Résumé

La fouille du site des « Pleines » à Orval (Manche) a permis l’étude d’une occupation enclose du Second Âge du fer et de son environnement. Concernant l’habitat, trois phases successives s’échelonnant entre le IIIe siècle avant notre ère et le début du Ier siècle de notre ère ont pu être reconnues. Parmi les structures de la dernière phase, un puits a livré les restes de plusieurs seaux en bois ainsi qu’une remarquable attache d’anse de seau en bronze à décor anthropomorphe. Mais ce sont surtout les vestiges funéraires qui retiennent l’attention. Localisés en marge du chemin de desserte du premier établissement, ceux-ci regroupent une incinération et surtout une remarquable tombe à char, structure totalement inédite pour la région. Cette dernière, attribuée au début de La Tène moyenne, a livré un important mobilier métallique, éléments liés au char (clavettes, systèmes de suspension, …), aux harnais (d’une conception tout à fait originale), à l’armement du défunt ou encore à l’outillage qui l’accompagnait. Parmi les objets personnels du défunt une attention toute particulière peut être portée à une bague en or.

Texte intégral

1 La commune d’Orval se localise dans le Cotentin, sur la frange occidentale du département de la Manche, à moins d’une dizaine de kilomètres de la côte. Le site des « Pleines » a été reconnu au printemps 2005 à l’occasion du diagnostic mené par D. Flotté (Inrap) sur le tracé de « la desserte côte Ouest » destinée à assurer le contournement de l’agglomération coutançaise. La fouille, financée par le Conseil général de la Manche, s’est déroulée l’année suivante sur une surface de près de 2 ha. Ces travaux ont permis l’étude de plusieurs ensembles domestiques et funéraires qui s’échelonnent entre le IIIe siècle avant notre ère et le Ier siècle de notre ère.

1. L’occupation domestique de la fin de La Tène ancienne et du début de La Tène moyenne

2Cette phase d’occupation est marquée sur le site par un enclos trapézoïdal d’une surface interne de 2000 m2 (fig. 1). Orienté selon une direction nord-sud/est-ouest, il suit le sens de la pente. Son accès est placé sur son côté ouest, ouvert sur la vallée de la Soulles, qu’il domine. L’entrée, marquée par une simple interruption du fossé, est précédée par un chemin délimité par deux fossés aux dimensions modestes. L’enclos lui-même est entouré d’un fossé qui, d’une manière générale, adopte un profil en « V » dont la profondeur sous le niveau de décapage varie de 0,9 à 1,5 m, les dimensions les plus importantes étant relevées aux abords immédiats de l’entrée.

3Le remplissage du fossé est globalement homogène et trois couches semblent constituer les principales étapes de son comblement. La première couche tapisse le fond du fossé sur une épaisseur qui en moyenne atteint 0,30 à 0,40 m. Cette couche est composée d’un limon argileux brun/gris fortement mêlé d’altérite de schiste ; elle est compacte et semble correspondre à l’effondrement des parois. Peu de mobilier a été recueilli dans cet horizon archéologique. Le niveau qui vient se déposer ensuite est composé de limon brun/gris légèrement mêlé d’altérite de schiste dans lequel se trouvent quelques micro-charbons et de rares tessons de céramique. Cette couche est compacte et vient parfois combler le fossé jusqu’au niveau de décapage. Le sédiment qui constitue ce niveau semble provenir de la bordure interne du fossé résultant probablement de la mise en place et surtout de l’effondrement d’un talus. Ce niveau a par ailleurs livré quelques éléments de céramique. Si cet horizon peut à certains endroits affleurer sur la surface du décapage (c’est le cas en particulier sur la partie méridionale de l’enclos), il peut être recouvert d’une troisième couche de sédiment. Cette ultime couche de remplissage se rencontre particulièrement dans la partie la plus septentrionale du fossé. Elle est constituée d’un limon brun/noir fortement charbonneux comprenant des restes d’os brûlés, des pierres brûlées, des nodules d’argile rubéfiée, de la céramique, des scories de forge et des battitures. La majeure partie du mobilier collecté dans le fossé provient de ce niveau.

4À proximité de l’entrée, la fouille a mis en évidence au sommet du remplissage un alignement de blocs de schiste qui, sur une épaisseur de 20 cm, semble illustrer un effet de paroi. Bien que très localisée, cette couche pourrait témoigner d’un aménagement de type palissade, au moins sur la façade d’accès à l’enclos. Le parcellaire qui accompagne ce premier enclos présente des fossés aux dimensions nettement plus modestes, inscrits de quelques dizaines de centimètres seulement dans l’altérite de schiste. Ceux qui précèdent l’entrée de l’établissement ménagent un chemin, sorte d’allée large d’une dizaine de mètres.

5Seule une fosse a pu directement être reliée à cette occupation. Au regard de la morphologie de cette structure située à l’extérieur de l’enclos il n’est cependant pas possible de préciser à quel usage était dévolu ce creusement à son origine.

6La datation de cette phase repose exclusivement sur le mobilier céramique, représenté par 545 tessons. Ce petit corpus limité à 34 vases, recèle des écuelles à bord droit voire légèrement rentrant, des écuelles à profil en « S », des jattes plus ou moins carénées ainsi que des pots à anses en œillet. Si dans l’ensemble ces formes paraissent assez répandues durant tout le Second Âge du fer, ce sont surtout les décors qui peuvent préciser davantage le cadre chronologique (fig. 2). Ceux-ci sont essentiellement représentés par les décors estampés que l’on rencontre essentiellement sur des jattes à profil en « S », que ce soit en haut de panse ou au creux de certaines cannelures labiales. Les motifs présents à Orval correspondent à des lignes sinusoïdales pointillées, des lignes sinusoïdales constituées d’une succession de motifs en esse couchées, d’ocelles, de croix de Saint-André, de « huit », ou encore de poinçons très géométriques dessinant des bandeaux de petits losanges. Deux fragments semblent par ailleurs se rapporter au « style curvilinéaire libre » autrement appelé « style métallique ». L’ensemble de ces techniques trouvent de très bons parallèles au sein de la péninsule armoricaine dans des contextes de la fin de La Tène ancienne et du début de La Tène moyenne (Duval 1990a, Arramond et Ménez 1997).

Fig. 1 : plan général des structures reconnues pour la phase 1 du site (transition La Tène ancienne/ La Tène moyenne).

Fig. 2 : choix de céramiques associées à la phase 1.

7Les autres vestiges mobiliers sont représentés par quelques éléments en fer parmi lesquels se distinguent un probable lève loquet, une fibule à 2 x 3 spires et corde externe dont ne subsiste que le ressort, et une virole dont la fonction exacte demeure incertaine. L’outillage lithique se résume à deux plaquettes de grès fin reconnues comme pierres à aiguiser et à une molette.

8Par ailleurs de nombreux déchets illustrent la présence d’activités métallurgiques. Ces derniers, qui ont fait l’objet d’une étude spécifique (Zaour, Lepaumier à paraître), témoignent d’une activité de forge et du travail du bronze sur le site.

2. L’occupation domestique de La Tène finale

9Il n’a pas pu être établi s’il y a eu abandon du site après l’épisode de la transition La Tène ancienne/La Tène moyenne. Dans la phase qui suit, l’enclos trapézoïdal et ses aménagements ne conservent pas exactement la même physionomie et se sont trouvés agrandis ou restructurés (fig. 3). La façade d’accès est alors doublée par deux nouveaux fossés qui délimitent une première cour. Les dimensions de ces fossés apparaissent assez modestes avec une largeur au niveau de décapage de l’ordre du mètre pour une profondeur d’une cinquantaine de centimètres sous ce même niveau. Comme pour la phase précédente, aux abords immédiats de l’entrée les creusements sont un peu plus importants, avec une largeur d’environ 1,50 m pour une profondeur de 80 cm.

10Si, pour cette partie occidentale du nouvel établissement, les limites paraissent cohérentes et fermées, en revanche il est plus surprenant de constater l’interruption des fossés vers l’est. Cette observation est d’autant plus surprenante que certaines des structures les plus orientales du site (comme par exemple la petite partition interne 29/33/76 ou encore les deux structures souterraines St 19 et St 30) ont également pu être attribuées à une phase tardive du Second Âge du fer. Ces remarques nous amènent à nous interroger sur l’éventualité d’une phase initiale de l’enclos 13 au cours de La Tène finale. Si l’essentiel du mobilier reconnu au sein du comblement de cette enceinte doit être attribué au Ier siècle de notre ère, quelques coupes stratigraphiques semblent bien illustrer des épisodes de curage dans le profil du fossé (fig. 4). Ceux-ci attestent que le fossé a été entretenu pendant une certaine durée. Malheureusement, aucun mobilier susceptible de nous éclairer sur la fondation de l’enclos n’a été recueilli à la base des remplissages, qui se sont révélés vierges de tout vestige.

Fig. 3 : plan général des structures reconnues pour la phase 2 du site (La Tène finale).

Fig. 4 : exemple de coupe illustrant l’entretien, pour ne pas dire la réfection totale, du fossé du grand enclos quadrangulaire.

11Si l’existence de cet enclos demeure hypothétique durant La Tène finale, plusieurs structures situées à l’intérieur ont livré un mobilier caractéristique de cette séquence. Un premier ensemble (st. 29, 33, 76 et 74) matérialise un rectangle de près de 250 m2 partiellement ouvert sur l’ouest avec un fossé qui ne clos pas tout à fait la structure. Les dimensions de ces fossés sont modestes avec des largeurs maximales de l’ordre de 0,80 m et des profondeurs qui atteignent 0,50 m. Ils possèdent un profil évasé et un remplissage composé de limon brun dans lequel figurent des micro-charbons, quelques pierres brûlées et traces d’argile rubéfiée.

12La fonction de cette structure n’est pas établie, elle s’insère parfaitement et de façon symétrique dans la grande enceinte en respectant ses orientations. Dans l’espace qu’elle circonscrit, plusieurs fosses ainsi qu’une cave et un puits ont été reconnus. Si toutes ces structures ne peuvent être strictement contemporaines, certaines ont cependant fonctionné à la fin de l’Âge du fer.

13C’est le cas par exemple du souterrain 30/54. Le puits d’accès correspond à un creusement circulaire dont le diamètre est de 1 m et la profondeur atteint 2 m sous le niveau de décapage. De ce puits part une étroite galerie de 70 cm de largeur. Reconnue sur près de 8 m, il semble qu’à l’origine cette partie devait être boisée. Ici, la présence d’un plancher en bois peut même être évoquée. Au nord de cette première cave une seconde (St 19/25) a pu être dégagée. Il s’agit là encore d’une grande structure de stockage qui, bien qu’un peu plus longue que la structure précédente, adopte des caractéristiques sensiblement analogues. Reconnue sur près de 11 m de long, elle présente une profondeur de 2 m, une largeur moyenne de 1,5 m, un fond plat et des parois bien verticales.

14Parmi les autres structures que l’on peut associer à cette phase il convient de porter une attention particulière à un ensemble de trous de poteau. Il s’agit en effet de l’unique plan de bâtiment reconnu sur le site. Celui-ci constitué de 12 trous de poteau couvre un espace de 9,5 m de longueur pour 5 m de largeur (fig. 5). Il s’apparente à un édifice rectangulaire à « abside » triangulaire, type de plan déjà reconnu dans la région à Pont-Hébert (Manche) et à Mondeville (Calvados) (Jahier et al. 2000). Nous ne savons pas à quelle fonction était dévolu cet édifice. D’une part il faut rappeler ici qu’il se localise, non pas dans ce qui devait apparaître comme la cour principale, mais dans ce qu’il serait plus judicieux de décrire comme une avant-cour, et d’autre part ses abords n’ont livré aucune concentration particulière de mobilier.

15La céramique est représentée par 718 restes. On note au sein de ce petit corpus la présence d’un pot à anse à œillet, mobilier assez bien décrit pour les régions plus occidentales (Daire 1992). Les décors consistent en cannelures, cordons fins, ou encore moulures (fig. 6). Mais l’élément le plus discriminant du point de vue chronologique correspond à un fragment de bracelet en verre de couleur bleu cobalt présentant une section en « D » (fig. 7). Ce type de parure est particulièrement rare sur les habitats enclos régionaux. Jusqu’à présent seuls les sites de Mondeville/Giberville, « le MIR » (Peuchet-Geilenbrügge, Morzadec 2001), dans le Calvados, et de Nacqueville dans la Manche, en avaient livré. Le bracelet d’Orval trouve par exemple un très bon élément de comparaison sur le site de Mesnil-Esnard en Seine-Maritime (Varin 2009). D’un point de vue typo-chronologique il se rattache à une série de bracelets bien connus à La Tène finale (La Tène D) (Orengo et al. 2007).

Fig. 5 : plan du bâtiment attribué à la seconde phase d’occupation du site.

Fig. 6 : choix de céramiques associées à la phase 2.

Fig. 7 : bracelet en verre bleu cobalt lié à la seconde phase enclose du site.

3. L’occupation domestique augusto-tibérienne

16Cette dernière phase d’aménagement s’apparente à un enclos quadrangulaire d’une soixantaine de mètres de côté (ens. 13, 216, 158, 83 et 87) dont le tracé pourrait remonter à la phase précédente (fig. 8). Au niveau du décapage le fossé présentait une largeur de 2 à 3 m pour une profondeur de 1,5 à 2 m (soit 2,1 à 2,6 m sous la surface actuelle). Alors que le fossé était partiellement comblé un four domestique a été installé en bordure externe de ce fossé.

17À l’intérieur même de l’enclos un cheminement défini par deux ornières (ens. 6) a pu être étudié. Suivies sur près de 15 m elles présentaient un écartement d’1,20 m. Il n’a malheureusement pas été possible d’observer la relation de ce cheminement avec le fossé d’enclos, celle-ci se trouvant hors emprise des travaux routiers. Nous ne savons donc pas si ce fossé présentait une interruption ou si le passage s’exerçait via un franchissement de type passerelle. En revanche il semble que l’accès qui s’effectuait jusqu’ alors par le bas de pente a été radicalement modifié au profit du haut de pente situé à l’est. On notera au passage qu’un parcellaire orthogonal irrégulier semble se développer à l’ouest de l’enclos en reprenant ou en s’appuyant sur certaines limites plus anciennes.

18Parmi les structures associées à cette phase, deux puits retiennent plus particulièrement l’attention. Le premier (St 600) d’un diamètre de l’ordre du mètre est creusé dans l’altérite de schiste. Son fond a été rencontré à 7 m de profondeur, au-dessus de la nappe actuelle. Aucun aménagement de type cuvelage n’a été détecté à son pourtour. Le seul mobilier qui s’y trouvait correspond à de la céramique mise au jour au sommet du remplissage. Elle atteste que celui-ci est contemporain du remblaiement du fossé de l’enclos. Le second puits (St 388) s’est quant à lui révélé un peu plus riche d’enseignements. Si son diamètre, de l’ordre du mètre, est proche de celui du puits 600, sa profondeur est en revanche plus importante ce qui explique que les niveaux les plus profonds baignaient toujours dans la nappe phréatique. À partir de 8,50 m, jusqu’à 9,50 m (profondeur du fond), la présence d’eau a préservé les restes organiques. C’est ainsi que nous pouvons confirmer qu’aucun cuvelage ne venait étayer le puits. Par ailleurs, parmi les restes végétaux présents au fond de ce puits, nous avons pu exhumer de nombreuses pommes de pin, essence végétales totalement absente de l’environnement actuel du site. Mais surtout, ces conditions de conservations exceptionnelles ont permis de recueillir plusieurs éléments de seaux (fig. 9).

19Il s’agit tout d’abord de deux fonds en bois ainsi que plusieurs douelles d’au moins deux seaux différents. La détermination xylologique (réalisée par V. Guitton, Inrap) montre que tout ces éléments ont été confectionnés à partir de bois d’ifs, essence déjà maintes fois signalée dans le cas de découvertes similaires, que ce soit à Vieille-Toulouse (Haute-Garonne, Vidal 1976), Fléré-la-Rivière (Indre, Ferdière et Villard 1993, p. 90) et ailleurs (Vidal 1976, p. 176).

20D’un point de vue technique, deux types de douelles peuvent être distingués. Le premier, d’une longueur moyenne de 22,5 cm, présente un profil longitudinal qui s’effile du pied (11,4 mm) vers le bord (4,2 mm), légèrement arrondi. La largeur de la pièce complète est également plus importante au pied (80 mm) qu’au bord (71,5 mm). Cette caractéristique doit amener, au montage, une légère conicité à l’ensemble, le bord étant d’un diamètre légèrement inférieur à celui du fond. Le système de fixation des douelles entre elles est multiple. En effet, outre le système de cerclages en fer ou en alliage cuivreux les ceinturant, la tranche latérale de plusieurs d’entre elles montre un assemblage par un système de tourillons/mortaises. Ces dernières présentent un diamètre de 3,5 mm environ dans lequel peut s’insérer de petites chevilles de bois (les tourillons) dont la longueur peut être estimée entre 2 et 2,5 cm. L’assemblage était par ailleurs renforcé par une fine bande de tôle ondulée en alliage cuivreux de 3 mm de large, insérée de chant dans le bois au sommet du seau. Celle-ci aidait à la cohésion de l’ensemble des douelles tout en les empêchant de se fendre longitudinalement. Enfin, la partie inférieure interne des douelles est marquée d’une rainure de 4 à 6 mm de profondeur, pour une largeur moyenne de 10,4 mm, destinée à accueillir le fond. L’un des deux fonds reconnus dans le remplissage du puits présente un diamètre de 19,14 cm pour une épaisseur de près de 10,6 mm. Fait d’une seule pièce, ses dimensions paraissent compatibles avec le jable des douelles décrites ci-dessus. Enfoncé en force, il participait également à la cohésion de l’ensemble.

Fig. 8 : plan général des structures reconnues pour la troisième phase d’occupation (début Ier siècle ap. J.-C.).

Fig. 9 : proposition de reconstitution de l’un des seaux, exemples de douelles et des deux fonds découverts au fond du puits 388.

Fig. 10 : attache d’anse de seau en alliage cuivreux à décor anthropomorphe découvert au fond du puits 388.

21Le second type de douelle, d’une longueur moyenne de 23,4 cm, est plus massif que le premier. Son profil longitudinal est un peu moins effilé (14,3 mm au pied pour 11,4 mm au bord) au bord plus arrondi. Aucune pièce complète n’a pu être mise en évidence si bien qu’aucune largeur ne peut être avancée. Le système de fixation des douelles entre elles ne semble être constitué ici que par un ensemble de cerclage, sans doute métallique. Comme pour le premier seau, le fond vient se fixer dans un jable situé à la base des douelles. Il est ici un peu plus important que sur le premier seau, large de 11,4 mm. Il est possible que le second fond, d’un diamètre de 24,5 cm pour une épaisseur de 12,5 mm ait pu y prendre place.

22Pour les parties métalliques, trois types de bandages ont pu être reconnus. Un premier, constitué d’une tôle très fine en alliage cuivreux de 38 mm de large, est représenté par deux pièces dont une complète. Son diamètre approche les 23 cm, ce qui le fait correspondre plutôt au seau 2. Le second type, dont on ignore le diamètre, est très proche mais avec une largeur un peu plus grande de 40 mm. Enfin le dernier type est en fer. Moins large avec ses 13 mm seulement, il est par contre plus épais (5 mm). Aucun de ces trois modèles ne présente de décor ni d’aménagement des bords.

23Une anse en fer en demi-cercle, dont les extrémités ont été forgées en crochets, fait également partie de cet ensemble. Cassée en son milieu, cette anse est constituée d’une tige de section ronde uniforme qui semble adaptée à un seau d’un diamètre d’environ 18 cm (distance de crochet à crochet). Ce diamètre pourrait bien correspondre à celui du bord du seau 1.

24Mais l’élément métallique le plus singulier rencontré dans ce puits correspond à une attache d’anse en alliage cuivreux (fig. 10). Celle-ci représente un visage humain allongé avec une chevelure bien apparente, striée et de style « coupe au bol ». Les yeux sont ovales et légèrement globuleux avec les paupières bien marquées. Le nez, de forme triangulaire, est sans relief, quasi absent, effacement sans doute dû pour partie à l’usure. La bouche, circulaire, accueille le rivet de fixation au seau. Cette figure est creuse et comporte sur l’arrière un retour en crochet permettant de la glisser sur le rebord du seau. Un fragment de la tôle de bronze qui constituait le bandage supérieur était toujours prisonnier du rivet qui permettait la fixation de l’attache au seau. Il présente un décor d’ocelles et de virgules obtenues au repoussé. L’accroche de l’anse se faisait par un petit anneau, très usé ici, présent au sommet de la tête.

25En dehors des éléments liés aux seaux, deux fibules (fig. 11) ont également été rencontrées vers la base du remplissage du puits où le taux d’humidité a permis de conserver jusqu’à la couleur jaune et l’élasticité relative du métal. La première est une fibule dite « à queue de paon » qu’il faut rattacher au type F.16 a2 de la typologie établie par Michel Feugère (Feugère 1985). Il s’agit d’une fibule à ressort de 2 x 3 spires. L’arc est épais, trapu et semi-circulaire, partant d’un couvre ressort rectangulaire pour aboutir à un disque en forme de cône aplati, orné de côtes concentriques. Le pied reprend le décor de l’arc. Pied et disque sont faits d’une seule pièce. Chronologiquement, ce type de fibule semble apparaître au court des années 15/10 av. J.-C., avec une utilisation jusqu’au début du Ier siècle ap. J.-C.. La seconde fibule est filiforme et s’apparente au type F.14 a (Feugère 1985). Elle se caractérise par un ressort à corde externe à 2 x 3 spires protégé par des plaquettes. Le porte ardillon est ajouré. L’arc est coudé prés du ressort, puis rectiligne jusqu’au pied. Ce type paraît connaître la même période de diffusion que le modèle précédent, avec un peu plus d’amplitude d’utilisation, soit à partir des années 20 av. J.-C. jusqu’au premier quart du Ier siècle ap. J.-C. Ces deux types sont caractéristiques de la période augustéenne.

Fig. 11 : fibules en alliages cuivreux découvertes au fond du puits 388.

26Enfin, divers éléments de céramique recueillis dans des niveaux plus superficiels confirment que le puits a été condamné et remblayé au début du Ier siècle de notre ère. Parmi ces fragments on notera plus particulièrement la présence d’un col de cruche à engobe blanc et décor anthropomorphe.

27Ce mobilier céramique s’accorde avec le reste des vestiges reconnus par ailleurs sur l’enclos et notamment avec les quelques 3063 tessons recueillis au sein du fossé de l’enclos quadrangulaire, qui doivent, pour la plupart, être attribués au début du Ier siècle de notre ère.

28Deux monnaies ont par ailleurs été rencontrées associées à cette phase. La seule qui a pu être identifiée s’apparente à un bronze dit « à l’aigle et au serpent » (LT 6077), monnaie rencontrée sur le site de « La Charpentrie » à Orléans dans un contexte augustéen (Gruel et al. 2009). Ces émissions de monnaies dites « à l’aigle » paraissent par ailleurs caractéristiques de la partie méridionale du territoire carnute.

4. Les vestiges funéraires

4.1. L’enclos

29C’est en bordure occidentale de la fenêtre décapée, dans l’angle formé par le réseau viaire, qu’un petit enclos de près de 200 m2 a pu être reconnu (fig. 12). Cet espace est délimité par un fossé aux dimensions très modestes, large au niveau du décapage de quelques dizaines de centimètres seulement et à peine inscrit dans le substrat. C’est au cœur de cet espace qu’ont été rencontrées les deux seules structures funéraires clairement identifiées du site.

4.2. la tombe à char

30Au centre de cet enclos, la fouille a révélé la présence d’une vaste fosse quadrangulaire, orientée nord/sud, d’environ 5,40 m de long pour 3 m de largeur (fig. 13). Inscrite d’environ 1,20 m dans le substrat, elle présente des parois verticales et un fond relativement plat. Un trou de poteau a pu être observé à chacun des angles, ainsi que les traces plus sombres d’un coffrage, sans doute en bois, le long des parois sud et dans une moindre mesure nord.

Fig. 12 : détail de l’environnement de la tombe à char.

Fig. 13 : plan de la tombe à char.

31Le premier élément rencontré dans le remplissage de la fosse occupant le centre de l’enclos correspond à un fragment de bloc de diorite partiellement mis en forme. Celui-ci mesure environ 0,50 m de long, et 0,25 m de large et de haut (fig. 14). Il ne fait guère de doute que cet élément devait participer à un signalement en surface de la tombe. Il faut sans doute envisager ici que l’on se trouve face à un fragment de stèle qui se serait retrouvé piégé dans le comblement de la tombe à la suite de l’effondrement de la chambre funéraire.

32C’est dans la partie méridionale de la fosse que se concentrait la majeure partie du mobilier métallique mis au jour. Le dégagement de cet ensemble a permis de mettre en évidence les restes d’un char à deux roues, de deux chevaux, ainsi que ceux du défunt, représenté uniquement par son mobilier d’accompagnement.

33Le char était avant tout matérialisé par les cerclages de ses roues espacés de 90 centimètres. Ces bandages de fer assez bien conservés de 40 mm de large pour 10 mm d’épaisseur en moyenne, étaient brisés et déformés mais pas complètement mis à plat. Contrairement à ce que l’on observe sur la plupart des tombes à char, aucun surcreusement du fond de la tombe susceptible de les accueillir n’a été observé ici. Il ressort des pièces recueillies que ces roues devaient légèrement dépasser le mètre de diamètre. Curieusement, leur axe, ainsi que celui de l’ensemble du char semble-t-il, s’est trouvé légèrement décalé par rapport à celui de la fosse. Le maintien des roues sur l’essieu était assuré par deux clavettes bimétalliques (fig. 15) constituées d’une tige en fer recourbée aux extrémités de laquelle ont sans doute été surmoulées une petite terminaison sphérique et une tête rectangulaire en bronze. Sur les deux clavettes, ces têtes rectangulaires présentent un remarquable décor anthropomorphe traité en bas-relief. On y distingue nettement trois figures humaines : deux profils opposés encadrent un visage de face. Chevelures et barbes se développent en longs rinceaux. Les flancs des plaques en bronze sont quant à eux ornés d’un décor plus classique du domaine celtique : une guirlande de esses couchées. À l’opposé, les bouterolles présentent un décor côtelé plus simple. Chaque moyeu devait être doté de deux frettes en fer disposées de part et d’autre de la roue (fig 16, 1). La liaison entre l’essieu et la caisse du char était assurée par trois éléments de suspensions (fig. 16, 2) qui s’apparentent à ceux reconnus sur le char de Nanterre (Olivier et Schönfelder 2002) ou encore à Manching (Schönfelder 2002).

Fig. 14 : stèle (?) découverte dans le comblement de la tombe à char (cliché Hervé Paitier, Inrap).

Fig. 15 : scan des clavettes à décor anthropomorphe de style plastique.

34Le défunt devait être allongé sur le char, la tête et le thorax sur la caisse, les jambes vers le timon. C’est ce qui ressort de l’organisation et de la disposition des éléments constituant son mobilier d’accompagnement. Il s’agit en premier lieu d’une épée dans son fourreau, longue d’environ 70 cm, associée à sa chaîne de suspension. Il faut noter ici que ce système de suspension était probablement doté d’une perle en ambre. Par ailleurs, un fer de lance d’une longueur peu fréquente de près de 70 cm (fig. 17) venait compléter l’équipement militaire du défunt. La flamme, longue et effilée, est marquée d’une forte nervure et se termine par une courte douille. Cet élément n’est pas sans rappeler le fer de lance de la sépulture I.30 de Thugny-Trugny (Ardennes) pour lequel B. Lambot envisage la fonction de lance-enseigne (Lambot 2007, p. 117-118). Ici, aucun talon susceptible de lui être associé n’a été retrouvé. Outre ces éléments d’armement, disposés sur la droite du défunt, quelques parures accompagnaient le corps. Les restes de trois fibules ont ainsi été recueillis. Deux paraissent presque complètes alors que la troisième n’est plus représentée que par son ressort (fig. 18). Ces trois fibules semblent identiques, dotées d’un ressort à deux fois deux spires et corde externe et d’un pied rattaché sur l’arc. Elles apparaissent indiscutablement de schéma La Tène moyenne. Une bague en or (fig. 19) a été découverte le long de l’épée. Malgré un diamètre assez faible de seulement 1,9 cm il est probable que le défunt la portait à l’un des doigts de sa main droite. Il s’agit ici d’un élément extrêmement rare dans ce type de contexte. Si l’on se réfère au domaine Aisne-Marne, par exemple, où une synthèse récente a fait le point sur la question, seules dix bagues en or sont connues en contexte funéraire, le plus souvent associées à des tombes à char, pour des contextes toutefois un peu plus anciens que celui d’Orval (Robert 2009). Dans la région de la ceinture abdominale c’est une « trousse de toilette » constituée d’une paire de forces et d’un rasoir en fer qui a pu être identifiée (fig. 20, 1). Inédit pour la région, cette association paire de forces/rasoir est en revanche plus souvent signalée au sein des nécropoles de Haute-Normandie, que ce soit à Bois Guillaume (Merleau 2002), Cottévrard (Blancquaert 2002) ou encore Saint-Vigor-d’Ymonville (Gubellini et Marcigny 2009). En Île-de-France, il semble que ces instruments dédiés à la toilette sont réservés à une certaine élite, et se rencontrent entre autres dans des tombes à char du Plessis-Gassot et de Roissy-en-France (Marion 2009).

Fig. 16 : éléments liés au char (1 : frettes de la roue gauche ; 2 : système de liaison essieu/caisse).

Fig. 17 : fer de lance (la mire mesure 30 cm) (cliché Dominique Corde, Inrap).

Fig. 18 : fibules en fer découvertes dans la tombe à char.

Fig. 19 : bague en or (cliché Hervé Paitier, Inrap).

Fig. 20 : échantillon d’objets en fer découverts dans la tombe (1 : paire de forces/rasoir ; 2 : hache à emmanchement vertical ; 3 : serpette).

35En plus de ces éléments qu’il est possible de qualifier de personnels, de très nombreux outils ont été déposés dans la tombe. C’est ainsi qu’une hache à œil (fig. 20, 2), objet là encore relativement rare pour cette période, a été découverte au milieu des pitons du système de suspension. Parmi le reste de l’outillage, on relève deux couteaux, un petit marteau, une serpette (fig. 20, 3) et une véritable trousse à outils (fig. 21) au sein de laquelle on peut distinguer un second marteau, une plane, un couteau, et diverses tiges.

36Concernant l’attelage, la présence de deux chevaux est attestée par les restes de deux crânes dont il ne subsiste que les dentures. L’un des deux crânes, celui d’un étalon de cinq ou six ans (détermination P. Méniel), était encore équipé de son harnais (fig. 22). La position dans la tombe de ce crâne est toutefois assez curieuse, puisqu’il s’est retrouvé « bloqué » entre la roue gauche du char et le poteau sud-ouest de l’aménagement de la sépulture. L’exiguïté des lieux pourrait suggérer un dépôt partiel limité à la seule tête du cheval. Cette localisation très particulière, le long de l’une des roues du char, de cette tête de cheval harnaché, pose également la question du dépôt et même de l’existence d’un joug au sein de la tombe. Le second crâne, celui d’un cheval un peu plus âgé que le précédent (détermination P. Méniel), est davantage en position fonctionnelle puisqu’il se retrouve devant le timon à l’avant du char, dans l’angle nord-ouest de la fosse. L’espace est ici beaucoup plus dégagé et permet d’envisager un dépôt intégral du cheval. Le second harnais, apparemment identique en tous points au premier, se trouvait non loin de celui-ci, à l’extrémité supposée du timon, peut-être déposé dans un sac au vu des restes de cuir et de cordelette retrouvés autour (fig. 23). Ces deux ensembles, assez exceptionnels, se composent d’un mors à canon en deux tiges articulées, de sept « phalères » et de deux « plaques » dont une à bouton. Chacune de ces pièces est en alliage cuivreux rehaussées de plaquettes de corail ou d’ivoire sculptées, dont la fixation était assurée à la fois par une colle à base de brai de bouleau et par de petits rivets en alliage cuivreux. Quelques anneaux, en alliage cuivreux eux aussi, complètent ces équipements. Pour les harnais, il convient de distinguer les mors du reste des phalères et boutons. Les mors à canon brisé sont assez largement répandus. Le plus souvent, ils sont en fer et se rencontrent par exemple à Nanterre en contexte de La Tène moyenne (Olivier et Schönfelder 2002). Dans l’ouest, quelques exemplaires sont recensés que ce soit à Inguinel (Morbihan, Tanguy et al. 2000), dans un contexte qui pourrait être de La Tène ancienne ou encore au « Boisanne » à Plouer-sur-Rance (Côtes d’Armor, Rapin in Ménez 1996, p. 140-141) en contexte La Tène finale. Sur les exemplaires d’Orval, le système d’accroche des anneaux jugaux sur les canons est en revanche tout à fait singulier. Habituellement, ces anneaux latéraux restent libres. Leur attache est assurée par la terminaison des canons en forme d’anneau qui ménage un œil. Ici, de section non pas torique mais plus aplatie, ils sont reliés aux canons par un axe qui en limite leur mouvement. Ce type d’assemblage est à notre connaissance unique à l’heure actuelle. Autre point très surprenant sur ces anneaux, la présence d’une multitude de plaquettes de corail ou d’ivoire sculpté, système ornemental là encore inédit à notre connaissance sur ce type de pièce.

Fig. 21 : trousse à outil découverte dans la tombe à char (cliché Karine Chanson, Inrap).

Fig. 22 : harnais toujours en place sur un crâne de cheval dont ne subsistent plus que les dents (cliché Karine Chanson, Inrap).

Fig. 23 : second harnais probablement déposé dans un sac en cuir (cliché Karine Chanson, Inrap).

4.3. l’incinération 327

37En marge de cette tombe à char, une petite fosse, de 50 cm de diamètre pour une profondeur de 15 cm, localisée le long du fossé de l’enclos funéraire, a livré une urne cinéraire. Le contenant est un vase tronconique. Il mesure 15 centimètres de haut, son diamètre à l’ouverture est de 19 cm et le diamètre du fond est de 9,5 cm. Il présente un profil quasiment complet, situliforme à lèvre éversée plus ou moins rectangulaire, le fond, totalement dissout, n’est pas conservé. Il a été modelé dans une pâte micacée de couleur beige à brune, dégraissée au quartz et aux éléments végétaux, et assez grossièrement lissée sur les deux faces.

38Le profil adouci de ce vase situliforme par rapport aux exemplaires comparables du début de La Tène ancienne permet de supposer une attribution plus récente à la fin de La Tène ancienne, voire même à La Tène moyenne. Localement, il trouve un bon terme de comparaisons avec un vase du début de La Tène moyenne du site du M.I.R. à Mondeville (Calvados) découvert en association avec une jatte galbée à profil en S estampée d’un motif en grappe (Peuchet-Geilenbrügge 1994, fig. 19).

39Le dépôt osseux présent dans l’urne semblait assez bien conservé, limité à seulement 146 g. La déformation sévère de certains os suggère une exposition à de hautes températures. La localisation de cette incinération, à l’intérieur de l’enclos funéraire abritant la tombe à char et le vase choisi pour servir d’urne indiquent qu’elle est sensiblement contemporaine de la tombe à char.

5. Discussion

40Il ne fait guère de doute au vu du mobilier déposé dans la tombe que celle-ci abrite un personnage de haut rang. Cette relation entre tombe à char et « aristocratie » est d’ailleurs largement évoquée à chaque nouvelle découverte de ce type. Si cette hypothèse d’un aristocrate guerrier doit être retenue à Orval, il faut bien avouer qu’en ce qui concerne l’habitat voisin, l’image qui ressort à l’issue de l’opération est bien différente. Pour ce qui en a été étudié sur le décapage, l’enclos des « Pleines » ne présente aucun signe extérieur de statut élevé. Avec 2000 m2, la surface enclose reste assez modeste, rien dans sa délimitation n’apparaît ostentatoire et le mobilier recueilli principalement dans le comblement des fossés ne présente aucune production luxueuse susceptible d’illustrer une richesse quelconque.

41Cette distinction apparente de statut entre la structure domestique et la structure funéraire ne concorde pas avec l’hypothèse habituellement retenue d’un lien direct entre un habitat et les tombes qui l’entourent. Pour pallier cette apparente incohérence, plusieurs facteurs et hypothèses peuvent ici être avancés :

42- la tombe et l’habitat sont bel et bien reliés par un lien direct ; il n’est pas possible ici de discerner le statut réel de l’occupation domestique sur la base des seules structures excavées ;

43- la tombe et l’habitat sont bel et bien reliés par un lien direct ; l’emprise concernée par la fouille n’a fait qu’effleurer l’occupation domestique, le cœur ostentatoire du site pouvant se trouver plus au sud, hors emprise ;

44- la tombe et l’habitat n’entretiennent qu’un lien distant ; l’enclos domestique des « Pleines » se trouve bien sous la tutelle du personnage inhumé mais ne correspond pas à son habitat principal.

45- la tombe et l’habitat n’entretiennent aucun lien entre eux ; le choix de l’implantation de la tombe à char ne s’est fait que sur le critère du contexte topographique qui permet à la tombe de dominer la vallée de la Soulles, depuis les hauteurs qui verront émerger quelques siècles plus tard Cosedia la cité principale des Unelles, jusqu’à son débouché maritime au fond du havre de Regnéville, véritable port naturel sur la Manche.

46Quelle que soit la solution retenue, il faut bien remarquer que le secteur de Coutances présente une assez forte densité de sites enclos attribués à la fin de La Tène ancienne ou au début de La Tène moyenne (fig. 24). Sur les 3,6 km du tracé de la desserte « Côte Ouest » qui ont fait l’objet du diagnostic de 2005, trois sites enclos de cette tranche chronologique ont été détectés. Autre constat, quelle que soit la relation entretenue entre le personnage inhumé et le choix de l’emplacement de la tombe, celui-ci devait bénéficier d’une aura suffisante pour jouir d’une telle inhumation.

47La tombe à char constitue sans aucun doute l’élément le plus remarquable du site. Il ne fait aucun doute que ce mode funéraire spécifique est issu d’une tradition continentale initiée dès les VIIe-VIe siècles dans les régions danubienne et rhénane (Verger 1995, p. 341-342). De par sa localisation et sa datation, somme toute assez tardive, la tombe d’Orval peut donc apparaître marginale dans cette pratique. Dans l’état actuel, elle ne trouve de comparaison que bien plus à l’Est, dans les Ardennes, la Picardie ou encore la Plaine de France, soit à près de 130 km de notre site (fig. 25). Cet isolement relatif mérite cependant être nuancé :

Fig. 24 : environnement archéologique du site (localisation des trois gisements attribués à la charnière La Tène ancienne/moyenne ; en grisé : terrains dominés par la tombe à char).

Fig. 25 : cartographie des tombes à char de La Tène moyenne/finale (d’après Schönfelder 2002, fig. 187 complétée).

48À la fin du XIXe siècle, Auguste Nicaise, « antiquaire » champenois, signale la découverte d’une tombe à char gauloise dans le Calvados, près de Lisieux. Le mobilier métallique, partiellement conservé au Musée des Antiquités Nationales de Saint-Germain-en-Laye, a récemment été redécouvert et étudié par S. Verger. À cette occasion ces vestiges de La Tène ancienne ont été attribués non plus à une tombe normande mais à une tombe de l’aire champenoise (Verger 1996).

49En dehors de cette mention, plusieurs tombes à char, ou plus exactement à éléments de char, sont connues en basse vallée de Seine (Duval et Verron 1993). Ces sépultures diffèrent cependant par leurs dimensions bien plus faibles et par leur organisation. En premier lieu il ne s’agit pas d’inhumation mais d’incinération. Par ailleurs, le char n’y est pas déposé intégralement, mais n’est représenté que par des éléments démontés qui, dans certains cas, ont même pu accompagner le défunt sur le bûcher. Ces structures sont généralement attribuées à l’extrême fin de La Tène moyenne et plus souvent même à La Tène finale (vers 250 - 80 avant notre ère) et semblent de fait postérieures à la tombe d’Orval.

50C’est probablement à cette même période de la fin de La Tène moyenne ou de La Tène finale qu’il faut attribuer la découverte de « l’Étoile » à Mondeville. Sur ce site, fouillé voici une dizaine d’années (Besnard-Vauterin 2009), plusieurs éléments dont des bandages de roues, mais également des pièces d’armement, ont été interprétés comme les vestiges d’une tombe à char pillée.

51À l’ouest d’Orval, au cœur même du domaine armoricain, des éléments de char ont parfois été mentionnés. Sur l’île des Ébihens à Saint-Jacut de la Mer (22), deux bandages de roues ont été découverts à l’occasion de la fouille du sol d’un bâtiment attribué à La Tène finale. Une fourchette à chaudron était associée à ce dépôt. Dans le même secteur un squelette reposait dans un amas coquillier. D’après le fouilleur il n’existe cependant aucun lien entre cet individu et les pièces métalliques découvertes à ses pieds (Langouët et al, 1989). L’hypothèse d’une tombe à char a cependant été avancée à l’occasion de la publication de la tombe augustéenne de Fléré-la-Rivière (Ferdière et Villard 1993, p. 232-233)

52Plus loin encore dans la péninsule armoricaine, une clavette de roue de char est mentionnée dans le dépôt de « Tronoën » à Saint-Jean-Trolimon dans le Finistère (Duval, 1990b). La forme de cette dernière n’est pas très éloignée de celles découvertes à Orval. Au moment de la publication du dépôt, A. Duval l’avait comparée à une clavette de Brezice (Yougoslavie) découverte dans une tombe à char de La Tène moyenne et à celle de la tombe à char n° 3 de Bouqueval (Val d’Oise) attribuée à la première moitié de La Tène moyenne. Un dernier point de comparaison était établi avec une clavette de La Tène C rencontrée sur le site de Manching (Bavière) en contexte non pas funéraire mais domestique.

53Ces quelques données montrent que la présence de chars dans les régions les plus occidentales de la Gaule devait être assez largement répandue. Le fait d’en retrouver un en contexte funéraire n’est donc pas totalement surprenant. Cette découverte dans une zone éloignée de l’aire habituelle de cette pratique funéraire se traduit cependant par quelques adaptations locales.

54Ainsi, en vallée de l’Aisne et en Plaine de France, les tombes à char attribuées à la séquence de la fin de La Tène ancienne (fin IVe - début IIIe siècle avant notre ère) se rencontrent généralement dans des nécropoles regroupant de 10 sépultures à Roissy à plus de 200 sépultures à Bucy-le-Long. Dans l’état actuel, ces ensembles funéraires ne semblent pas directement liés à des structures domestiques contemporaines. Dans le cas d’Orval en revanche, la tombe est implantée à l’angle du chemin desservant un enclos domestique. Cette implantation est tout à fait conforme à ce que l’on observe par ailleurs dans la région. Si les données funéraires concernant l’Âge du fer du département de la Manche sont encore assez discrètes et pour tout dire relativement méconnues, les nombreuses observations réalisées dans le département voisin du Calvados permettent d’intéressantes comparaisons. Il est fréquent sur les habitats du Second Âge du fer de la Plaine de Caen de retrouver des sépultures en périphérie des enclos ou le long des chemins d’accès. L’exemple le plus proche de celui d’Orval est sans aucun doute illustré par l’ensemble 5 du site « Object’Ifs Sud » à Ifs (Calvados, Cherel 2009). On notera ici l’apparent décalage entre une tombe « extraordinaire » et un habitat qui en revanche apparaît ordinaire dans le paysage régional à cette période pour lequel les établissements ruraux enclos commencent à être bien documentés. Pour mémoire, l’enclos d’Orval peut se comparer aux fermes de la fin de La Tène ancienne étudiées dans le département du Calvados que ce soit à Mosles « La Pièce du Pressoir » (Marcigny et al. 1999), à Fierville-les-Parcs « Le Pré de la Val » (Jahier et al. 2002) ou encore à Condé-sur-Ifs, « La Bruyère du Hamel » (Dron et al. ce volume).

55Autre particularité à souligner, la tombe d’Orval présente les ossements de deux chevaux. Cette situation est encore inédite pour le Nord de la Gaule. Si pour l’un des chevaux le dépôt intégral peut être envisagé, l’hypothèse d’un dépôt partiel limité à la tête doit être posé pour le second. Dans ce cas, on peut s’interroger sur le devenir du reste de son corps dans une région où la pratique de l’hippophagie est attestée.

56L’autre grand intérêt de la fouille du site d’Orval réside dans la présence d’un puits ayant conservé intact des éléments de seaux. Ce contexte très particulier a permis l’étude d’éléments mobiliers rarement observés par ailleurs. D’un point de vue technique, le mode d’assemblage reconnu sur l’un des seaux est assez unique. Si la présence de cerclages métalliques (y compris ceux en alliage à base cuivre) externes est un principe récurrent dans l’assemblage des seaux de tradition gauloise, l’association tourillons et surtout « couture métallique » à partir d’un fin bandeau d’alliage à base cuivre reliant le sommet des douelles est lui beaucoup plus rare. Dans un registre légèrement différent, l’attache d’anse anthropomorphe en alliage cuivreux apparaît particulièrement surprenante sur un habitat rural qui ne présente par ailleurs aucun signe ostentatoire de richesse ou de pouvoir.

57Pour le site, elle confirme certaines impressions ressenties pour chacune des phases d’occupation. Ainsi la tombe à char et son mobilier luxueux est implantée en périphérie d’un habitat que l’on pourrait qualifier d’ordinaire. Pour la seconde phase d’occupation, celle de La Tène finale, dont le moins que l’on puisse dire est qu’elle ne se distingue pas par une abondance de vestiges, la présence d’un bracelet en verre peut surprendre. Quant à cette attache d’anse du contexte augustéen, nous ne développerons pas davantage son caractère exceptionnel.

58Au final, les vestiges découverts sur le site d’Orval s’inscrivent dans un paysage archéologique encore peu connu. Le département de la Manche, très rural, est encore à ce jour peu documenté et les découvertes réalisées ici représentent les premiers indices témoignant de l’occupation protohistorique pour ce secteur de la Normandie. La qualité de certaines des structures et de certains mobiliers permet d’envisager que cette frange côtière du département de la Manche a bénéficié d’une certaine prospérité durant la période gauloise. Néanmoins, pour replacer le site d’Orval dans la hiérarchie des établissements ruraux du Second Âge du fer, il sera nécessaire de multiplier localement les recherches sur ce type d’occupation.

Bibliographie

Bibliographie

Arramond J.-C., Ménez Y., 1997, L’habitat aristocratique fortifié de Paule (Côtes d’Armor), Gallia, 54, p. 119-155.

Besnard-Vauterin C.-C. dir., 2009, En Plaine de Caen. Une campagne gauloise et antique. L’occupation du site de l’Étoile à Mondeville. Collection Archéologie et Culture, Presses Universitaires de Rennes, 312 p.

Blancquaert G., 2002, Cottévrard « La Plaine de la Bucaille » et Saint-Aubin-Routot « Le Four à Chaux ». in Dilly G., Piton D. dir., Six nécropoles du second âge du Fer en Haute-Normandie. Berck-sur-Mer, Centre de Recherches Archéologiques et de Diffusion Culturelle (C.R.A.D.C.), p. 331-394. (Nord-Ouest Archéologie, n° 13).

Cherel A.-F., 2009, La parure de l’incinération 1394 d’Ifs (Calvados). Gaulois sous les pommiers. Découvertes de l’âge du Fer en Basse-Normandie (IXe-Ier siècle av. J.-C.). Catalogue d’exposition, musée de Vieux-la-Romaine, Éditions Cahiers du Temps, p. 81.

Daire M.-Y., 1992, Les céramiques armoricaines de la fin de l’âge du Fer. Travaux du Laboratoire d’Anthropologie de Rennes, n° 39, 315 p.

Duval A., 1990a, L’Armorique vue du « Continent », La Bretagne et l’Europe préhistoriques. Mémoire en hommage à Pierre-Roland Giot, Rennes, Associations pour la diffusion des recherches archéologiques dans l’Ouest de la France, p. 279-286. (Revue archéologique de l’Ouest, supplément n° 2).

Duval A., 1990b, Quelques aspects du mobilier métallique en fer anciennement recueilli à Tronoën, à Saint-Jean-Trolimon (Finistère), in Duval A., Le Bihan J.-P., Ménez Y. dir., Les Gaulois d’Armorique. La fin de l’âge du Fer en Europe tempérée. Actes du XIIe colloque AFEAF (Quimper, mai 1988). Rennes, Association pour la diffusion des recherches archéologiques dans l’Ouest de la France, p. 23-45. (Revue archéologique de l’Ouest, supplément n° 3).

Duval A., Verron G., 1993, La tombe avec éléments de char de Marcilly-sur-Eure (Eure), La Croix du Breuil, in Cliquet D ., Rémy-Watté M., Guichard V., Vaginay M. dir., Les Celtes en Normandie. Les rites funéraires en Gaule (IIIe - Ier siècle avant J.-C.). Actes du 14ème colloque de l’Association Française pour l’Étude de l’Âge du Fer (Évreux 1990). Rennes, Association pour la diffusion des recherches archéologiques dans l’Ouest de la France, p. 135-147. (Revue archéologique de l’Ouest, supplément n° 6).

Ferdière A., Villard A., 1993, La tombe augustéenne de Fléré-la-Rivière (Indre) et les sépultures aristocratiques de la cité des Bituriges, Mémoire 2 du musée d’Argentomagus, Revue archéologique du Centre de la France, supplément n° 7, 316 p.

Feugère M., 1985, Les fibules en Gaule méridionale, de la conquête à la fin du Ve s. ap. J.-C., Revue archéologique de Narbonnaise, supplément 12, éd. CNRS, 509 p.

Gruel K., Charnotet P., Troubady M., 2009, Comparaison des faciès monétaires d’Orléans (Loiret), Levroux (Indre) et Châteaumeillant (Cher), in Buchsenschutz O., Chardenoux M.-B., Krausz S., Vaginay dir. L’âge du Fer dans la boucle de la Loire. Les Gaulois sont dans la ville. Actes du XXXIIe colloque de l’Association Française pour l’Étude de l’Âge du Fer, Bourges, 2008. Paris, Tours, AFEAF, FERACF, p. 121-143. (Revue archéologique du Centre de la France, 35e supplément).

Gubellini L., Marcigny C., 2009, Un habitat situé en périphérie d’un oppidum de la fin de l’âge du Fer : Saint-Vigor-d’Ymmonville, « La Mare des Mares », in Dorion-Peyronnet C. dir., Les gaulois face à Rome. La Normandie entre deux mondes, Catalogue d’exposition, Musée des Antiquités, Département de Seine-Maritime. Éditions Point de Vue, p. 100-101.

Jahier I., Besnard-Vauterin C.-C., Lepaumier H., Paris P., Renault V., San Juan G., Dron J.-L., Hincker V., Forfait N., 2000, Les bâtiments des habitats de l’âge du Fer en Basse-Normandie : panorama des découvertes, in Marion S., Blancquaert G. dir. Les installations agricoles de l’âge du Fer en France septentrionale. Paris, éditions de l’É.N.S., p. 339-357. (collection Études d’histoire et d’archéologie, 6).

Jahier I., Méniel P., Ozouf J.-C., 2002, Une petite ferme de La Tène ancienne au « Pré de la Val » à Fierville-les-Parcs (Calvados), Revue archéologique de l’Ouest, 19, p. 15-36.

Lambot B., 2007, Crémation et organisation de la société chez les Rèmes : l’exemple d’Acy-Romance (Ardennes), in Kruta V., Leman-Delerive G. dir., Feux des morts, foyers des vivants. Les rites et symboles du feu dans les tombes de l’âge du Fer et de l’époque romaine. Actes du XXVIIe colloque international de HALMA-IPEL UMR CNRS 8164, Lille, Université Charles-de-Gaule-Lille 3, p. 107-122 (Revue du Nord, n° 11 hors série collection art et archéologie).

LANGOUËt L., Bucur I., Daire M.-Y., Forrières C., Giot P.-R., Krausz S., Marguerie D., Morzadec H., 1989, Un village Coriosolite sur l’île des Ébihens (Saint-Jacut-de-la-Mer), Dossier du Centre régional Archéologique d’Alet, L, 173 p.

Marcigny C., Ghesquière E., Lecler E., Matterne V., Ménager L., 1999, Un établissement agricole du IVe siècle avant notre ère à Mosles, « la Pièce du Pressoir » (Calvados), Revue archéologique de l’Ouest, 16, p. 97-130.

Marion S., 2009, Des objets dans les tombes : éléments d’interprétation des assemblages funéraires du IIIe siècle avant J.-C. dans les sépultures des environs de Paris, in Pinard E., Desenne S. dir., Les gestuelles funéraires au second âge du Fer, actes de la table-ronde de Soissons (2008). Amiens, Laboratoire d’archéologie Université de Picardie Jules Vernes, p. 233-244. (Revue archéologique de Picardie, n° ¾ - 2009).

Ménez Y., 1996, Une ferme de l’Armorique gauloise, Le Boisanne à Plouër-sur-Rance (Côtes-d’Armor), Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 267 p. (Documents d’Archéologie Française, 58).

Merleau M.-L. (aves la collaboration de Y.-M. Adrian, C. Dumont, C. Gaston, M. Perron d’Arc et S. Vertogen), 2002, La mort à Bois-Guillaume (Seine-Maritime) du IIIème au Ier siècle avant J.-C. Découvertes archéologiques sur la rocade nord de Rouen, déviation de la RD 43, in Dilly G., Piton D. dir., Six nécropoles du second âge du Fer en Haute-Normandie. Berck-sur-Mer, Centre de Recherches Archéologiques et de Diffusion Culturelle (C.R.A.D.C.), p. 41-329. (Nord-Ouest Archéologie, n° 13).

Olivier L., Schönfelder M., 2002, Nanterre (Hauts-de-Seine) un char de parade de La Tène moyenne, in Guichard V., Perrin F. dir., L’aristocratie celte à la fin de l’âge du Fer (du IIe siècle avant J.-C. au Ier siècle après J.-C.). Actes de la table-ronde du Mont Beuvray de 1999. Glux en Glenn, Centre archéologique européen du Mont Beuvray, p. 113- 118. (Bibracte, 5).

Orengo L., Deberge Y., Guichard V. (avec la contribution de Poucher Z. et Malacher F.), 2007 : chapitre 4 : les autres objets manufacturés, in Deberge Y., Collis J., Dunkley J. dir., Le Pâtural, Clermond-Ferrand, Puy-de-Dôme, un établissement agricole gaulois en Limagne d’Auvergne, Lyon, Association de liaison pour le patrimoine et l’archéologie en Rhône-Alpes et en Auvergne, p. 157-195. (Document d’Archéologie en Rhône-Alpes et en Auvergne, DARA, n° 30)

Peuchet-Geilenbrügge C., Morzadec H., 2001, The Iron Age in Lower Normandy : a definition through ceramics, in Collis J. dir., Society and settlement in Iron Age Europe. Actes du XVIIIe colloque de l’AFEAF, Winchester (april 1994), Sheffield, J.R. Collis Publications, p. 190-228.

Robert B. 2009, Les objets en or, in Desenne S., Pommepuy C., Demoule J.-P. dir., Bucy-le-Long (Aisne). Une nécropole de La Tène ancienne (Ve-IVe siècle avant notre ère. Vol 1 : présentations des études : une approche de la population, des sépultures et du mobilier, Amiens, Laboratoire d’archéologie Université de Picardie Jules Vernes, p. 319-329. (Revue archéologique de Picardie, n° spécial 26 - 2009).

Schönfelder M., 2002, Das spätkeltische Wagengrab von Boé (Dép. Lot-et-Garone). Studien zu Wagen und Wagengräbern der jüngeren Latènezeit, Mayence, Römish-Germanischen zentralmuseum, 421 p., 23 pl. (RGZM 54).

Tanguy D., Cherel A.-F., Le Rest G., 2000, Le site d’habitat de l’âge du Fer de Kerven Teignouse à Inguiniel (Morbihan), Revue archéologique de l’Ouest, 17, p. 143-173.

Varin W., 2009, Le Mesnil-Esnard « Route de Darnétal », Seine-Maritime, in Dorion-Peyronnet C. dir., Les Gaulois face à Rome. La Normandie entre deux mondes, Catalogue d’exposition, Musée des Antiquités, Département de Seine-Maritime. Éditions Point de Vue, p. 180-183.

Verger S., 1995, De Vix à Weiskirchen. La transformation des rites funéraires aristocratiques en Gaule du Nord et de l’Est au Ve siècle avant J.-C., Mélanges de l’Ecole française de Rome. Antiquité, vol 107, n° 1, p. 335-458.

Verger S., 1996, Une tombe à char oubliée dans l’ancienne collection Poinchy de Richebourg, Mélanges de l’École française de Rome. Antiquités, vol 108, n° 2, p. 641-691.

Vidal M., 1976, Le seau de bois orné de Vieille-Toulouse (Haute Garonne). Étude comparative des seaux de La Tène III, Gallia, éd. CNRS, t. 34, fasc. 1, p. 167-200.

Zaour N., Lepaumier H. (à paraître), La question des forges sur les établissements ruraux enclos du second âge du Fer en Basse-Normandie : l’exemple du site des « Pleines » à Orval (Manche), in Actes du IVe Symposium européen de métallurgie, Plélan-le-Grand 2007, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : plan général des structures reconnues pour la phase 1 du site (transition La Tène ancienne/ La Tène moyenne).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6697/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende Fig. 2 : choix de céramiques associées à la phase 1.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6697/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende Fig. 3 : plan général des structures reconnues pour la phase 2 du site (La Tène finale).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6697/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 4 : exemple de coupe illustrant l’entretien, pour ne pas dire la réfection totale, du fossé du grand enclos quadrangulaire.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6697/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 5 : plan du bâtiment attribué à la seconde phase d’occupation du site.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6697/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende Fig. 6 : choix de céramiques associées à la phase 2.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6697/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende Fig. 7 : bracelet en verre bleu cobalt lié à la seconde phase enclose du site.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6697/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende Fig. 8 : plan général des structures reconnues pour la troisième phase d’occupation (début Ier siècle ap. J.-C.).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6697/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende Fig. 9 : proposition de reconstitution de l’un des seaux, exemples de douelles et des deux fonds découverts au fond du puits 388.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6697/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende Fig. 10 : attache d’anse de seau en alliage cuivreux à décor anthropomorphe découvert au fond du puits 388.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6697/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende Fig. 11 : fibules en alliages cuivreux découvertes au fond du puits 388.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6697/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Légende Fig. 12 : détail de l’environnement de la tombe à char.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6697/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende Fig. 13 : plan de la tombe à char.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6697/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende Fig. 14 : stèle (?) découverte dans le comblement de la tombe à char (cliché Hervé Paitier, Inrap).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6697/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 15 : scan des clavettes à décor anthropomorphe de style plastique.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6697/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende Fig. 16 : éléments liés au char (1 : frettes de la roue gauche ; 2 : système de liaison essieu/caisse).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6697/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende Fig. 17 : fer de lance (la mire mesure 30 cm) (cliché Dominique Corde, Inrap).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6697/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende Fig. 18 : fibules en fer découvertes dans la tombe à char.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6697/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Fig. 19 : bague en or (cliché Hervé Paitier, Inrap).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6697/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. 20 : échantillon d’objets en fer découverts dans la tombe (1 : paire de forces/rasoir ; 2 : hache à emmanchement vertical ; 3 : serpette).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6697/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende Fig. 21 : trousse à outil découverte dans la tombe à char (cliché Karine Chanson, Inrap).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6697/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 22 : harnais toujours en place sur un crâne de cheval dont ne subsistent plus que les dents (cliché Karine Chanson, Inrap).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6697/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende Fig. 23 : second harnais probablement déposé dans un sac en cuir (cliché Karine Chanson, Inrap).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6697/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende Fig. 24 : environnement archéologique du site (localisation des trois gisements attribués à la charnière La Tène ancienne/moyenne ; en grisé : terrains dominés par la tombe à char).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6697/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
Légende Fig. 25 : cartographie des tombes à char de La Tène moyenne/finale (d’après Schönfelder 2002, fig. 187 complétée).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6697/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 79k

Auteurs

Inrap Grand-Ouest. Centre archéologique de Basse-Normandie. Boulevard de l’Europe, 14540 Bourguébus. david.giazzon@inrap.fr

Inrap Grand-Ouest.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search