Version classiqueVersion mobile

L’âge du Fer en Basse-Normandie. Gestes funéraires en Gaule au Second-Âge du Fer. Volumes I et II

 | 
Philippe Barral
, 
Bernard Dedet
, 
Fabien Delrieu
, 
et al.

Volume I. L’Âge du fer en Basse-Normandie. thème régional

L’habitat et la nécropole de King’s Road, Guernesey, et l’Âge du fer dans les îles anglo-normandes

Philip de Jersey

Résumé

Cet article est consacré aux fouilles récentes de King’s Road à Guernesey, un important site funéraire et d’habitat de l’Âge du fer. Dans les années 1980, quatre inhumations y furent découvertes, dont une tombe de guerrier, ainsi qu’un habitat – que l’on pense être associé à la nécropole – de La Tène finale. Les travaux récents ont révélé une autre aire d’occupation, datant vraisemblablement de La Tène ancienne ou moyenne, et dix-huit nouvelles inhumations, dont deux tombes de guerriers et une tombe féminine particulièrement riche. L’étude initiale du matériel provenant des inhumations découvertes dernièrement suggère une datation des IVe et IIIe siècles av. J.-C., autrement dit beaucoup plus ancienne que la datation précédemment avancée pour la nécropole. Cela a des implications importantes sur notre interprétation de l’Âge du fer à Guernesey et dans le reste des îles anglo-normandes, qui seront discutées ici.

Texte intégral

1 L’Âge du fer dans les îles anglo-normandes a fait l’objet d’une attention scientifique considérable ces dernières années. Nombre d’études précédentes – incluant les travaux de B. Cunliffe (1986a ; 1986b ; 1996b) et du présent auteur (de Jersey 1993 ; 1998 ; Cunliffe et de Jersey 1997) – ont commenté les étonnantes disparités entre les témoignages de l’Âge du fer découverts dans chacune des îles. Au cœur de ces différences figure la présence à Guernesey d’un nombre significatif de riches inhumations de l’Âge du fer, dont plusieurs tombes de guerrier, aucune n’étant connue dans l’île de Jersey. Cette dernière est par contre réputée pour ses dépôts monétaires de la fin de l’Âge du fer : plus d’une douzaine de dépôts sont enregistrés, contenant quelque dix-huit mille monnaies. En revanche, seules cinq ou six monnaies sont enregistrées à Guernesey. Les raisons de ce contraste frappant sont encore incertaines, mais l’explication usuelle veut que Guernesey ait tiré les bénéfices de sa position géographique : la côte orientale constitue un havre naturel bien meilleur que tous ceux que Jersey pourrait offrir. De plus, le large étant moins encombré de rochers et de récifs, et les marées et courants étant légèrement plus faibles, Guernesey fut un point d’arrêt plus fréquenté sur les routes d’échange trans-Manche durant La Tène finale. Les dépôts monétaires de Jersey reflètent d’autre part un épisode assez court d’activité durant la moitié et la fin du Ier siècle av. J.-C., peut-être largement indicatif de migrants fuyant la Gaule armoricaine pour le plus proche refuge. Il s’agit indubitablement d’une vision réductrice, mais elle décrit les traits essentiels de la situation à la fin de l’Âge du fer telle qu’elle est actuellement interprétée.

2Les découvertes les plus récentes ont en grande partie confirmé la singularité de chaque communauté. Cet article se concentrera en premier lieu sur les fouilles entreprises depuis 2005 sur ce qui est sans doute le plus important site de l’Âge du fer des îles anglo-normandes, King’s Road à Guernesey, avant de considérer comment les dernières découvertes faites sur ce site peuvent modifier notre vision de cette période dans les îles anglo-normandes et les côtes françaises adjacentes.

1. King’s Road, Guernesey

3Situés à la périphérie occidentale de St Peter Port, l’habitat et la nécropole de l’Âge du fer de King’s Road furent découverts au cours d’un projet immobilier en 1980. Le site se trouve sur un plateau loessique à environ soixante-quinze mètres au-dessus du niveau de la mer, à un kilomètre à l’ouest d’un ancrage protégé qui constitue maintenant le havre de St Peter Port. Quatre tranchées principales et deux sondages plus réduits (fig. 1) furent ouverts entre 1980 et 1983 (voir Burns, Cunliffe et Sebire 1996 pour la publication du rapport complet). Les deux plus grandes tranchées au nord de la zone fouillée ont révélé les traces d’un habitat de La Tène finale, tandis que deux plus petites tranchées situées à environ cinquante mètres au sud ont livré quatre inhumations considérées de la même période, toutes en cistes parementées de blocs de pierre. Deux d’entre elles étaient vides, la troisième contenait plusieurs petits éléments en fer et la quatrième était une tombe de guerrier. Le matériel incluait une épée dans son fourreau, un umbo de bouclier, une pointe de lance, une fibule, un rasoir, des cisailles et plusieurs clous, tous en fer, ainsi qu’un petit anneau en alliage cuivreux et une perle d’ambre.

Fig. 1 : localisation des tranchées fouillées à King’s Road, de 1980 à 2010. Les bâtiments sont représentés en grisé. La zone comprise sous la maison du « Pré au Puits » a été étudiée via une combinaison de tranchées de fondation creusées par le constructeur et de sondages ciblés, plutôt que par la fouille de la totalité de la zone.

4La tombe de guerrier fouillée en 1982 a fourni un complément bienvenu au corpus des découvertes des XIXe et XXe siècles, comptant sept ou huit tombes de guerrier sur plus de trente cistes parementées de blocs de pierre, principalement mises au jour aux alentours de la côte occidentale de l’île (Cunliffe 1996a, p. 83, p. 92-116 ; voir aussi Burns 1993). Bien qu’une partie du matériel provenant de ces inhumations soit conservée au Musée de Guernesey, les informations accompagnant leur découverte sont généralement pauvres, et il n’existe, par exemple, pas de plan précis des inhumations, ni dans certains cas d’informations exactes sur leur localisation. Il semble pourtant clair que, bien qu’elles partagent certaines caractéristiques avec les rites d’inhumation de la Grande-Bretagne du Sud-Ouest et de la Bretagne (Cunliffe 1996a, p. 116), ces inhumations représentent une tradition insulaire distincte. Elles sont inconnues dans les autres îles anglo-normandes et à peine mieux représentées sur les côtes françaises adjacentes. Nous reviendrons sur ce point dans la discussion ci-dessous.

5En 2004, le « Pré au Puits », une propriété située entre les deux aires fouillées à King’s Road de 1980 à 1983, fut vendu à une compagnie immobilière et un permis de bâtir une série de maisons remplaçant l’ancienne propriété fut accordé. Au vu de la probabilité de mettre à nouveau au jour des témoignages de l’Âge du fer dans cette zone, les promoteurs acceptèrent qu’une surveillance des travaux soit maintenue sur le site et qu’une fouille suivant le progrès de la construction puisse avoir lieu. La phase principale de ce projet eut lieu entre mars 2005 et janvier 2006, révélant les vestiges d’une habitation circulaire de l’Âge du fer et plusieurs inhumations, dont une seconde tombe de guerrier. Après une pause des travaux, une nouvelle fouille eut lieu en décembre 2008, produisant cette fois cinq inhumations supplémentaires comprenant encore une tombe de guerrier.

6Les fouilles de 2005-2006 avaient mis en évidence la présence d’inhumations très proches de la limite méridionale du « Pré au Puits », par conséquent, lorsqu’un permis fut accordé pour l’aménagement du jardin de « Stanley House », une propriété située à quelques mètres à peine de ces inhumations (fig. 1), une fouille complémentaire fut entreprise à cet endroit. Au moment d’écrire ces lignes (février 2010), une inhumation a été fouillée dans le jardin, et tout indique qu’une autre inhumation puisse exister en limite méridionale de l’excavation actuelle. Celle-ci sera fouillée ultérieurement. Les propriétaires de l’habitation ont à présent reçu un permis pour la construction d’une piscine en limite orientale du jardin, à quelques mètres de la tombe de guerrier exhumée au début des années 1980. De nouvelles fouilles sont donc attendues dans le courant de l’année 2010. Vu l’agencement de la nécropole dans l’état des connaissances actuelles, il n’est pas improbable que d’autres inhumations soient mises au jour.

Fig. 2 : l’habitation circulaire fouillée au « Pré au Puits » en 2005. La partie méridionale de la structure a été oblitérée par une aire d’extraction

(© Guernsey Museum).

7Les recherches étant encore en cours à King’s Road, le présent compte rendu offre une interprétation très provisoire des témoignages archéologiques. Les rapports spécialisés sur la céramique et les objets métalliques ne sont pas encore achevés, et des problèmes considérables demeurent pour l’établissement de la chronologie des différentes phases du site ; nous espérons que la présente publication de certains objets en métal provenant des tombes amène des informations supplémentaires quant à leur origine et datation.

1.1. Habitat

8Bien que cet article se concentre essentiellement sur les inhumations découvertes à King’s Road, il sera aussi brièvement question de la principale aire d’habitat découverte lors des fouilles récentes. La zone se trouve à l’extrémité orientale du jardin du « Pré au Puits », où une habitation circulaire d’environ huit mètres de diamètre était établie, avec des trous de poteau creusés dans l’arène granitique (fig. 2). Une grande partie de la moitié méridionale de l’habitation fut oblitérée par une aire d’extraction, visant probablement les poches d’argile que l’on trouve dans l’arène granitique. Une quantité considérable de céramique a été récoltée dans les contextes liés à la maison circulaire. L’analyse initiale de la céramique évoque une datation de La Tène ancienne ou moyenne – et de nombreux tessons sont sans aucun doute comparables aux productions identifiées pour ces périodes lors des fouilles précédentes (Burns et al. 1996, p. 66-69).

9Il existe relativement peu de traces de structures d’habitat dans la partie occidentale du « Pré au Puits » mais la maison – construite autour de 1917 – et les bâtiments annexes, les citernes ainsi que les travaux de jardinage auront presque certainement détruit une partie des vestiges archéologiques. Les recherches dans cette partie du site – en particulier sous la maison après sa démolition – n’ont pas pris la forme d’une fouille en aire ouverte mais ont ciblé les zones où les tranchées de fondation ou de canalisations allaient être placées. Étant donné la disposition des tranchées de fondation des nouveaux bâtiments nous pouvons être convaincu qu’aucune structure significative de l’Âge du fer ne nous a échappé sous l’empreinte de l’ancienne maison du « Pré au Puits », y compris dans les zones au-delà de la zone mieux documentée (indiquées « 2008 » sur la fig. 1). Certaines zones adjacentes à la maison, en particulier à l’ouest, ont été préservées des récents aménagements et les vestiges ont été conservés in situ.

1.2. Nécropole

10Suite aux fouilles menées depuis 2005, nous pouvons ajouter entre quatorze et dix-huit inhumations de l’Âge du fer aux quatre découvertes faites dans les années 1980 (tabl. 1 ; fig. 3). L’incertitude concernant le nombre exact provient de plusieurs facteurs. Une inhumation potentielle (n° 5) était creusée dans un fossé et il a été difficile de distinguer le remplissage de l’inhumation de celui du fossé, bien qu’à la base de ce dernier, le creusement de la tombe était visible dans l’arène granitique. Plusieurs inhumations (n° 12-13, 15) n’ont été que partiellement fouillées. Même si ce qui apparaissait des structures était en conformité avec le style des inhumations de King’s Road, il est impossible de confirmer qu’il s’agisse d’une tombe plutôt que d’une structure de type fosse ; d’autant que les inhumations ne contiennent pas toutes du mobilier, et qu’en outre, les vestiges osseux sont presque inexistants. L’importante acidité du sol a détruit tous les restes humains à l’exception de quelques cas pour lesquels les objets métalliques placés dans les tombes semblent les avoir protégés du sol : ainsi un minuscule fragment (0,16 g) d’émail dentaire a été recueilli lors de la stabilisation en laboratoire d’un bracelet en alliage cuivreux (artefact 27, bracelet 1 de 4) prélevé en bloc dans la tombe n° 10, et le fourreau exhumé dans la tombe n° 19 présente deux très petits fragments, probablement d’os humain, y adhérant. De minuscules fragments d’émail dentaire pourraient également être associés à un torque en alliage cuivreux provenant de la dernière tombe fouillée (n° 22), faisant actuellement l’objet d’une restauration. Mais il est envisageable pour une structure qui paraît être une inhumation de ne fournir aucune trace du corps qui l’a occupée, d’où la difficulté d’établir le décompte exact des inhumations. Au moins une des sépultures pourrait aussi avoir contenu deux corps (voir ci-dessous). Il va sans dire, au vu de l’absence de matériel osseux, que le sexe des individus inhumés ne peut être déterminé sur cette base, et de la même façon, les possibilités d’obtenir une datation C14 sont réduites. Les inhumations découvertes jusqu’à présent sont orientées dans deux directions : soit simplement nord-sud (seize exemples, soit 73 %), ou plus rarement est-ouest (six exemples, soit 27 %). Là où le mobilier funéraire fournit un indice, il apparaît que dans le cas des inhumations orientées nord-sud, la tête se trouve au sud ; les objets interprétés comme des torques dans les tombes 10, 14 et 22 valident cette interprétation, tout comme l’agencement du matériel dans deux des tombes de guerrier (n° 1 et 7). Dans la troisième tombe de guerrier (n° 19), orientée quasiment est-ouest, la tête semble très probablement avoir été placée à l’ouest ; les autres inhumations orientées plus ou moins de la même manière ne contiennent aucun mobilier permettant de fournir un indice sur la position du corps dans la tombe.

Fig. 3 : localisation des inhumations de King’s Road. Les numéros font référence aux entrées du tableau 1.

Tabl. 1. Détails des inhumations de King’s Road. Les listes des objets trouvés dans les inhumations n’incluent pas les tessons et silex occasionnels.

Ci-dessus et ci-contre :
fig. 4 : plans des inhumations de King’s Road. Tous à la même échelle, nord au sommet. N° 1-4 basés sur les plans publiés par Burns et al. (1996). N° 5-22 dessinés par l’auteur. Les numéros à l’intérieur des inhumations font référence aux artefacts listés dans le tableau 1.

11Il semble exister une corrélation générale entre la taille des inhumations et la quantité, ainsi que la qualité, du mobilier funéraire. Parmi les six inhumations présentant une longueur interne supérieure à deux mètres, deux sont des tombes de guerriers (n° 1 et 7), deux sont les tombes les plus riches, éventuellement féminines (n° 10 et 14) et les deux autres (n° 18 et 21) furent sévèrement endommagées par les tranchées de fondation de la maison du début du XXe siècle, et pourraient avoir perdu leur matériel. À l’opposé, quatre petites inhumations (n° 2-3, 5 et 9) pourraient avoir été occupées par des enfants ou des nouveaux-nés. L’une d’entre elles (n° 5) contenait un bracelet en lignite (fig. 5) et quelques petits éléments en fer ont été recueillis dans une des cistes parementées de pierres fouillées en 1982 (n° 3) ; à l’exception de ces objets, ces tombes étaient vides.

Fig. 5 : bracelet en lignite de l’inhumation n° 5 (dessin Barbara McNee).

12La signification des blocs de pierre bordant les tombes n’est pas claire. L’inhumation la plus riche (n° 10) ne présentait aucun parement, comme d’ailleurs une des tombes de guerriers (n° 7). Les autres tombes de guerriers (n° 1 et 19) étaient toutes deux parementées, ainsi que trois des quatre tombes plus petites (n° 2, 3 et 9). Une inhumation (n° 17) contenant un seul bracelet en alliage cuivreux était placée à une profondeur inhabituelle dans l’arène granitique, avec trois assises de pierres formant la structure de la tombe. Cependant, en général, ces inhumations bordées de pierre présentent rarement plus qu’une seule assise. L’inhumation n° 8 pourrait avoir été dotée d’une couverture en pierres, à moins que les blocs trouvés au centre de la tombe proviennent d’un effondrement des parois. La tombe n° 10 – une structure large (2,16 m x 0,92 m) et peu profonde proche de la limite méridionale du site fouillé en 2005 – contenait la plus grande quantité de mobilier funéraire, quelque dix-neuf objets au total. Les éléments clés de cet assemblage sont présentés à la fig. 6. La disposition des objets dans la tombe (fig. 4) laisse penser que le corps du défunt – probablement de sexe féminin – fut placé en décubitus dorsal, la tête au sud. Deux torques étaient présents autour du cou, l’un en fer (artefact 25) et l’autre en alliage cuivreux (artefact 24). Aux environs de l’épaule droite se trouvaient une épingle en fer (artefact 31), ainsi que deux bracelets en alliage cuivreux, dont un de section aplatie (artefact 22) et l’autre (artefact 30.2) présentant une terminaison à nodosités décorées d’émail. Dans cette même zone figurait ce qui paraît être la partie supérieure d’un récipient brisé en lignite (artefact 23), éventuellement réutilisé comme ornement personnel. Plus bas sur le bras droit était placé un petit objet en alliage cuivreux, peut-être utilisé pour attacher un vêtement, trop petit pour être un bracelet, puis sur l’avant-bras un groupe de quatre bracelets (artefact 27), trois en alliage cuivreux et un en fer. Un petit fragment de tige en argent (artefact 29) de fonction indéterminée se situait aux environs du bras gauche. Dans une position sans doute équivalente au poignet gauche se trouvait un bracelet en alliage cuivreux (artefact 28) et une autre partie (artefact 30.1) du bracelet particulier à terminaisons à nodosités émaillées découvert près de l’épaule droite ; celui-ci aura probablement été cassé et aura glissé le long du corps.

13Plus bas dans la tombe figuraient un large anneau en alliage cuivreux (artefact 21), un bracelet en lignite (artefact 20) et un autre groupe de quatre bracelets (artefact 33), tous en alliage cuivreux. Ces objets semblent relativement disloqués par rapport au reste du mobilier funéraire, soit que leur position initiale ait été modifiée, soit qu’ils aient été placés sur ou à côté de la partie inférieure du corps au moment de l’inhumation. Nous devrions également prendre en considération la possibilité d’une inhumation double dans la tombe, peut-être une mère et un enfant ou un nouveau-né. Si les torques (artefacts 24 et 25) se trouvent in situ, et que le groupe des quatre bracelets (artefact 27) était porté au poignet, sans avoir été perturbé, cela suggère une longueur de bras comprise entre quarante et cinquante centimètres, équivalant à un individu d’environ 1,62 m. Ce corps aurait laissé plus qu’assez de place au nord de la tombe pour qu’un enfant puisse y être inhumé, avec le bracelet en lignite, et les bracelets et anneau en alliage cuivreux. Cependant, sans trace observables de restes humains, il est peu probable que nous puissions résoudre ce problème.

14Les structures plus problématiques de cette partie du site incluent une fosse profonde, inventoriée dans le tabl. 1 comme tombe n° 11. Celle-ci se situe à dix centimètres au nord de la tombe n° 10, mais était orientée perpendiculairement à cette dernière, c’est-à-dire dans la direction est-ouest. Au moment de la fouille nous avons considéré que cette fosse avait une fonction associée à la tombe n° 10, mais il pourrait aussi s’agir d’une inhumation à part entière : elle contenait trois bracelets en alliage cuivreux en très mauvais état et une fibule en fer, et nonobstant son étroitesse (0,42 m), elle pourrait avoir contenu une inhumation.

15À environ deux mètres au nord-est de cette profonde structure se trouve la tombe n° 14, une des plus larges (dimensions internes 2,32 m par 0,90 m) découvertes jusqu’à présent à King’s Road. Malgré sa taille elle contient relativement peu d’objets en métal : ils correspondent à plusieurs fragments d’une fibule en alliage cuivreux et deux torques en alliage cuivreux (fig. 7). Le plus petit des deux torques est notamment finement décoré. Il y a peut-être ici une corrélation entre la dimension de la tombe et la qualité du mobilier funéraire. La décoration de cet anneau peut être comparée à celle d’un torque issu du site de Soisy-Bouy, « Les Grillons » (Seine-et-Marne), avec une fausse torsade et une seule nodosité qui, sur le dessin (Marion 2004, fig. 302) – l’objet lui-même ayant été perdu – semble identique aux trois nodosités de l’anneau de King’s Road. L’anneau de Soisy-Bouy est plus large, presque vingt centimètres de diamètre comparé à douze centimètres, et les détails du fermoir sont incertains – le fermoir est vraisemblablement caché par la nodosité – mais le parallélisme du décor est frappant. La nécropole d’où l’anneau provient est datée d’entre environ 540 et 260 av. J.-C. (ibid., p. 177). Un torque plus proche par la dimension (diamètre 12,5 cm), également à trois nodosités, est inventorié à Jouy-sur-Eure (Eure ; Leman-Delerive 1990, p. 64), bien que seul un dessin du contour soit publié et qu’il ne présente peut-être pas la même fausse torsade. Il est daté de La Tène ancienne II ou III. Une autre assez bonne comparaison est fournie par un torque du site de Gourgançon « La Corbillère » (Marne), avec six nodosités, daté de 300 – 250 av. J-C. (Leman-Delerive 1998, p. 162, n° 91).

16Les trois tombes de guerriers du site comptent toutes une épée en fer dans un fourreau en fer, mais le matériel accompagnant les épées diffère (tabl. 2).

17Il existe plusieurs autres inhumations sur le site qui, sans contenir d’armes aisément identifiables, sont dominées par les objets en fer. Nous pouvons imaginer que ces dernières sont également masculines (n° 6, 8, 21 et peut-être 15). Il est cependant très improbable que le fer ait été exclusivement associé aux tombes masculines, puisque l’inhumation n° 10 (décrite ci-dessus) est presque certainement féminine et contient néanmoins un torque en fer et un bracelet, si bien qu’aucune règle générale ne semble pouvoir être établie. Deux objets en fer sont difficiles à interpréter : dans la tombe n° 21, une pointe en fer fichée dans une pièce de bois, et dans la tombe n° 6, une pointe similaire avec un col en fer portant des traces de bois (fig. 8).

18Hormis les objets en fer, en alliage cuivreux et en lignite décrits ci-dessus, très peu d’artefacts en matériau moins précieux – notamment céramique – ont été recueillis dans la zone d’inhumation à King’s Road. Combiné à l’absence de recoupement entre la plupart des structures, ce fait rend difficile l’établissement d’une chronologie fiable pour cette partie du site. Il est tentant de présumer que les inhumations datent toutes, dans les grandes lignes, de la même période, mais il est bien sûr possible qu’elles soient distantes de deux siècles ou plus. Comme indiqué dans les remarques introductives, la plupart du matériel récolté entre 2005 et 2009 doit encore faire l’objet d’une analyse spécialisée, mais nous pouvons entre-temps émettre quelques commentaires généraux sur la chronologie reposant sur des comparaisons avec le matériel continental. Les torques en alliage cuivreux de Soisy-Bouy et Gourgançon suggèrent une datation éventuelle du IVe ou du début du IIIe siècle av. J.-C. pour les objets similaires de la tombe n° 14. Il ne s’agit pas nécessairement de la date à laquelle ces objets furent déposés sur le site de King’s Road, puisqu’il pourrait s’agir d’héritages, enterrés de nombreuses années après leur arrivée sur l’île.

19Une datation encore plus ancienne pourrait être suggérée pour certains bracelets en alliage cuivreux. Par exemple, l’artefact 33.4 (fig. 6) de la tombe n° 10 (Verney 1993, fig. 3.1) est similaire à un bracelet découvert dans une tombe d’enfant à La Cambe (Calvados), datée du VIe ou du début du Ve av. J.-C. La même nécropole (ibid., fig. 4.7) a livré un bracelet à bossettes en bronze, pratiquement identique par la taille et la décoration à un autre bracelet de la tombe n° 10 de King’s Road (fig. 6, 33.3). De nombreux autres anneaux et bracelets décorés plus simplement peuvent aussi être comparés à des découvertes issues des nécropoles de Basse Normandie, mais il est risqué d’accorder trop d’importance à des parallèles pour des objets relativement simples.

20En terme de configuration, nous n’avons évidemment qu’une vue partielle de l’agencement de la nécropole de King’s Road. Toutefois, dans l’état actuel, elle correspond bien aux nécropoles des VIe et Ve av. J.-C. du Calvados et de l’Orne examinées par A. Verney (1993, p. 96, p. 98) : « … les sépultures sont systématiquement orientées nord-sud et séparées les unes des autres d’à peine quelques mètres sans fossé ni enclos… le rite funéraire privilégié, et presque exclusif, est l’inhumation en tombe plate. Les corps sont généralement déposés allongés sur le dos… les fosses sépulcrales sont généralement orientées nord-sud… les corps sont généralement placés tête au sud… ». La plupart des tombes décrites par A. Verney sont de forme simplement rectangulaire à angles arrondis, avec occasionnellement des blocs de pierre protégeant une partie du corps ou fonctionnant comme des stèles pour marquer la tombe. À Ifs « La Dronnière » (Calvados), une petite fosse à proximité de la tombe n° 1 contenait l’offrande d’un récipient fragmentaire et d’un bracelet en bronze (Varoqueaux 1990 ; Verney 1993, p. 98, p. 100), et il est tentant de suggérer que la fosse allongée (inhumation n° 11) de King’s Road puisse avoir eu une fonction semblable en relation avec la riche tombe qui la jouxte immédiatement au sud.

Tabl. 2. Contenu des trois tombes de guerrier.

Fig. 6 : objets en alliage cuivreux de l’inhumation n° 10. Tous à la même échelle (dessin Barbara McNee).

Fig. 6 : (suite). Artefacts en fer (25), lignite (20, 23) et argent (29) de l’inhumation n° 10. Tous à la même échelle (dessin Barbara McNee). Non dessinés : fragments de bracelet en fer (27.2) et épingle en fer (31).

Fig. 7 : deux torques en alliage cuivreux de l’inhumation n° 14, présentés dans la position dans laquelle ils furent trouvés (dessin Barbara McNee).

Fig. 8 : objet en fer de l’inhumation n° 6 (dessin Barbara McNee).

2. King’s Road dans le contexte des îles anglo-normandes

21Le trait sans doute le plus étonnant des nouveaux vestiges funéraires de King’s Road est la datation bien plus précoce convenue pour l’occupation de cette partie du site. Le rapport des fouilles de 1980 à 1983 montre clairement que les témoignages d’un habitat de La Tène ancienne ou moyenne sont ténus, consistant exclusivement en un fossé (F.5) sur le site 2 (Burns et al. 1996, p. 7). Deux des inhumations parementées de pierres (n° 1 et 2) étaient aménagées dans le remplissage supérieur de ce fossé, qui contenait une grande quantité de céramique de la Fabrique 1 (ibid., p. 46-7), une production grossière locale identique à celle utilisée pour la céramique de La Tène finale sur le site. Les deux tombes étaient incontestablement postérieures au remplissage supérieur du fossé, mais nous ne pouvons apporter plus de précision quant à cette postériorité. Bien que certaines réserves soient émises dans le rapport de fouille, il est communément admis que les inhumations étaient contemporaines de l’habitat de La Tène finale sur le site 1 (ibid., p. 4, p. 7). Dans sa synthèse des vestiges funéraires, Cunliffe (1996a, p. 116) émet le commentaire suivant : « It would be perfectly legitimate to suggest, as others [e.g. Kendrick 1928, 91-2] have done, that Gallic refugees fled to the Channel Islands, some to Jersey where the great coin hoards reflect the uncertain times, others to Guernsey where the sword burials are those of the first generation immigrants… ». En d’autres termes, les inhumations dateraient des quelques dernières décades du Ier siècle av. J.-C.

22Il est néanmoins difficile de soutenir cette date récente de manière univoque à partir des vestiges de King’s Road. Bien que de la céramique de La Tène finale importée d’Armorique provienne du site, la quantité concernée est minime : vingt-sept tessons pour le site 1, mais seulement trois pour le site 2, deux pour le site 4 et aucune pour le site 3 (Burns et al. 1996, p. 50). La céramique des fouilles récentes doit encore être étudiée en profondeur, mais un rapide examen montre que ces importations de l’Âge du fer sont à nouveau erratiques, et presque inconnues pour la zone de la nécropole. La présence de céramiques fines importées d’Armorique dans trois des cistes parementées de pierres découvertes sur la côte occidentale de Guernesey (Cunliffe 1996a, p. 114-5) pourrait donner plus de poids à une datation récente, mais la relation exacte entre les céramiques et les tombes ne peut être certifiée et il pourrait exister d’autres exemples – comme à King’s Road – d’un habitat situé dans la même zone qu’une nécropole, mais n’appartenant pas nécessairement à la même période.

23Ceci implique donc que nombre des inhumations de King’s Road – et peut-être certaines des autres tombes de l’Âge du fer à Guernesey – seraient en fait considérablement plus anciennes qu’il a été communément accepté, datant du IVe ou IIIe siècle av. J.-C. C’est certainement la date suggérée par les objets en alliage cuivreux exhumés entre 2005 et 2009, et il est envisageable que les épées en fer datent de la même période. Dans ce cas, il devient alors impossible d’utiliser ces riches tombes comme un indicateur de l’importance de Guernesey dans les routes d’échange à la fin de l’Âge du fer, comme moi-même (de Jersey 1998, p. 49-50) et d’autres (Cunliffe 1996b) l’ont suggéré à de nombreuses reprises. Par ailleurs, cela soulève bien sûr la possibilité intéressante que Guernesey ait joué un rôle assez significatif sur cette route à une période plus ancienne.

24Qu’elles datent de La Tène moyenne ou finale, les inhumations de Guernesey demeurent jusqu’à présent sans précédent dans les autres îles anglo-normandes. Étant donné l’aménagement considérable entrepris dans les deux îles principales, Guernesey et Jersey, il semble probable que si des inhumations similaires avaient existé à Jersey, une ou plus auraient été découvertes à présent ; on y dénombre une douzaine (ou plus) de dépôts monétaires de la fin de l’Âge du fer, et les objets métalliques de l’Âge du bronze sont en nombre significatif. De même, les inhumations de l’Âge du fer sont inconnues dans les plus petites îles d’Herm, Aurigny et de Sercq. Cependant, la découverte d’une riche tombe à char à Orval « Les Pleines », au sud-ouest de Coutances dans la Manche, fournit enfin un contexte assez proche : Orval se trouve à vol d’oiseau à quatre-vingt-dix kilomètres au sud-est de Saint Peter Port. La tombe à char est évidemment plus riche que l’ensemble de ce qui a été découvert jusqu’à présent à King’s Road, mais on observe des similarités, notamment la présence d’une épée en fer dans son fourreau et d’une pointe de lance en fer. Le rite funéraire était l’inhumation en décubitus dorsal, le corps orienté approximativement nord-nord-ouest/sud-sud-est, et la tête au sud, comme pour la majorité des inhumations de King’s Road. H. Lepaumier et D. Giazzon (2007) proposent une datation du début du IIIe siècle av. J.-C. pour le char, ce qui coïncide assez nettement avec la suggestion initiale de la datation des objets des inhumations de King’s Road. Il est certes tentant de penser qu’il existait un quelconque lien entre les deux communautés, bien qu’il n’y en ait évidemment aucune preuve. D’autres ressemblances existent toutefois, entre autres la présence sur les deux sites d’au moins deux phases d’habitat rural de l’Âge du fer dans l’environnement proche des inhumations, suivies d’une occupation du début de la période gallo-romaine.

25La tombe à char d’Orval et les tombes de guerriers de Guernesey demeurent encore trop isolées dans l’Âge du fer armoricain. H. Lepaumier et D. Giazzon (ibid., p. 185-190) ont étudié en détail les comparaisons pour la sépulture d’Orval, bien qu’ils n’aient pas pris en compte les témoignages de Guernesey. La découverte de deux bandages de roues sur un site de La Tène finale sur l’île des Ebihens (Saint-Jacut-de-la-Mer, Côtes d’Armor) (Langouët 1989) est problématique, et n’est pas communément acceptée comme une tombe à char. Plus à l’est, ce qui pourrait constituer une tombe à char endommagée de La Tène a été découvert à Mondeville « L’Étoile » (Calvados ; Lepaumier et Giazzon 2007, p. 185) et encore plus à l’est, il existe une série de « tombes à char » de style différent dans la vallée de la Seine inférieure et en Gaule Belgique – avec des incinérations et non des inhumations, et avec des éléments de char dans la tombe, plutôt qu’un char complet (Ginoux et al. 2009). Elles sont aussi probablement plus récentes qu’Orval, datant d’entre 250 et 80 av. J.-C. Outre celles-ci, il faut se tourner beaucoup plus vers l’est, dans la vallée de l’Aisne et la Plaine de France, pour trouver des tombes à char de la fin du IVe et du début du IIIe siècle av. J.-C. Ces tombes ne sont toutefois pas associées à des structures domestiques contemporaines, comme à Orval et (peut-être) King’s Road, si l’habitation circulaire fouillée en 2005 s’avère être de la même période que les inhumations. H. Lepaumier et D. Giazzon (ibid., 187) attirent particulièrement l’attention sur la situation du Calvados, où « Il est fréquent sur les habitats du second âge du Fer de la Plaine de Caen de retrouver des sépultures en périphérie des enclos ou le long des chemins d’accès. L’exemple le plus proche de celui d’Orval est sans aucun doute illustré par l’ensemble 5 du site « Object’Ifs sud » à Ifs... On notera ici l’apparent décalage entre une tombe « extraordinaire » et un habitat qui en revanche apparaît ordinaire dans le paysage régional à cette période pour lequel les établissements ruraux enclos commencent à être bien documentés ». Il pourrait être approprié de voir avec Orval et King’s Road les témoins périphériques occidentaux de cette tradition.

3. Conclusions

26Comme indiqué ci-dessus, l’étude du matériel de l’habitat et de la nécropole de King’s Road est encore en cours, et il est fort possible qu’une fouille complémentaire ait lieu et que d’autres vestiges soient révélés. Entre temps, le résultat le plus étonnant de la fouille qui s’est déroulée depuis 2005 est l’hypothèse que de nombreuses (sinon toutes) les tombes du site, sont deux voire trois siècles plus anciennes que ce qui a été généralement admis : elles dateraient du IVe ou du IIIe siècle av. J.-C. plutôt que du milieu du Ier siècle avant J.-C. Cela a des répercussions sur la position de King’s Road dans le contexte des contacts trans-Manche, puisque cela implique que l’île ne se serait pas enrichie du fruit du commerce à l’époque immédiatement antérieure à la conquête romaine, mais peut-être de l’échange, ou d’un autre moyen, à une époque bien plus ancienne. Les témoignages du IVe siècle av. J.-C. étaient précédemment inconnus à Guernesey, et King’s Road fournit par conséquent un complément bienvenu à notre connaissance, même si cela signifie que nous devons reconsidérer notre interprétation de La Tène finale dans l’île et au-delà.

Post-scriptum

27En avril 2010, après la rédaction de cet article, les bermes septentrionale et méridionale de la tranchée située à l’arrière de Stanley House (indiquées « 2009 » sur la fig. 1) ont fait l’objet de deux extensions de dimensions réduites. Au nord, l’extension a permis de révéler l’étendue complète de l’inhumation n° 22. Au cours de la fouille, un autre bracelet en alliage cuivreux (artefact 106) a été découvert, élevant le nombre total des objets en alliage cuivreux provenant de cette tombe à quatre. La longueur interne de la tombe peut à présent être déterminée, et mesure 1,78 m (tabl. 1). L’extension méridionale a confirmé notre hypothèse qu’une autre tombe (n° 23) se trouvait immédiatement au-delà de la berme originelle. Il s’agit d’une très petite inhumation, d’environ 0,68 m de long et 0,38 m de large, orientée nord-sud, et doit sans doute être celle d’un nouveau-né ou d’un très jeune enfant. Elle contenait un anneau en alliage cuivreux (artefact 100), un anneau très fragmentaire, peut-être en étain (artefact 101), un objet en fer encore non identifié (artefact 102), ainsi que trois perles, probablement en jais (artefacts 103-105). Le contenu de cette inhumation a été préservé des perturbations du XIXe siècle dans cette zone par une large pierre (0,36 x 0,35 x 0,15 m) qui semble avoir servi de marqueur à la tête de la tombe et qui à un moment donné s’est renversée à la surface de celle-ci. Outre l’intérêt intrinsèque des objets, cette inhumation apporte également l’indication utile que la nécropole de King’s Road pourrait s’étendre plus loin vers le sud du plateau que nous ne l’avions imaginé auparavant.

Remerciements

28Je remercie Axelle Letor pour la traduction de cet article et son assistance dans la préparation des plans. Jody Joy, Duncan Garrow, Andrew Fitzpatrick et Martin Schönfelder ont tous apporté des commentaires utiles sur les comparaisons pour les objets en alliage cuivreux de King’s Road.

Bibliographie

Bibliographie

Burns R.B., 1993, Warrior burials in Guernsey, in Cliquet D., Remy-Watté M., Guichard V., Vaginay M. dir., Les Celtes en Normandie. Les rites funéraires en Gaule (IIIe – Ier siècle avant J.-C.), Actes du XIVème colloque de l’AFEAF, Evreux, mai 1990, p. 165-171 (RAO supplément 6).

Burns R.B., Cunliffe B.W., Sebire H., 1996, Guernsey : an island community of the Atlantic Iron Age, Oxford, 130 p. (OUCA Monograph 43, Guernsey Museum Monograph 6).

Cunliffe B.W., 1986a, The Iron Age in the Channel Islands : a review, in Johnston P. dir., The archaeology of the Channel Islands, Chichester, Phillimore, p. 56-67.

Cunliffe B.W., 1986b, The first eight thousand years, 7000 BC – AD 1000, in Jamieson A.G. dir., A people of the sea, London, Methuen, p. 3-18.

Cunliffe B.W., 1996a, The Iron Age burials of Guernsey, in Burns R.B., Cunliffe B.W., Sebire H., Guernsey : an island community of the Atlantic Iron Age, Oxford, p. 83-116. (OUCA Monograph 43, Guernsey Museum Monograph 6).

Cunliffe B.W., 1996b, Guernsey and the Channel Islands in the first millennium BC, in Burns R.B., Cunliffe B.W., Sebire H., Guernsey : an island community of the Atlantic Iron Age, Oxford, p. 125-127. (OUCA Monograph 43, Guernsey Museum Monograph 6).

Cunliffe B.W. et De Jersey P., 1997, Armorica and Britain : cross-Channel relationships in the late first millennium BC, Oxford, 117 p. (OUCA Monograph 45).

De Jersey P., 1993, The early chronology of Alet, and its implications for Hengistbury Head and cross-Channel trade in the late Iron Age, Oxford Journal of Archaeology 12, p. 321-335.

De Jersey P., 1998, Celtic coins in Guernsey, in Sebire H. dir., Guernsey connections : archaeological and historical papers in honour of Bob Burns, Guernsey, La Société Guernesiaise, p. 43-52.

De Jersey P., 2007, Evidence of absence ? The rarity of gold in Durotrigan Iron Age coinage, in Gosden C., Hamerow H., De Jersey P., Lock G. dir., Communities and connections : papers in honour of Professor Sir Barry Cunliffe, Oxford, OUP, p. 367-386.

Ginoux N., Leman-Delerive G., Severin C., 2009, Le dépôt de pièces de char dans les tombes de Gaule Belgique entre le IIIe et le Ier siècle avant J.-C., Revue archéologique de Picardie, 2009, n° 3/4, p. 211-222.

Kendrick T.D., 1928, The archaeology of the Channel Islands. Vol. I : The Bailiwick of Guernsey, London, Methuen, 274 p.

Leman-Delerive G., 1990, Jouy sur Eure (Eure), in Les Celtes en Normandie, Evreux, Musée d’Evreux, p. 64.

Leman-Delerive G. dir., 1998, Les Celtes : rites funéraires en Gaule du Nord entre le VIe et le Ier siècle avant Jésus-Christ. Recherches récentes en Wallonie, Namur, Ministère de la Région wallonne, 171 p. (Etudes et Documents, série Fouilles, 4).

Lepaumier H. et Giazzon D., 2007, Orval (Manche) « Les Pleines » (site no. 50 388 0011), INRAP, rapport de fouille preventive achevée, 291 p.

Marion S., 2004, Recherches sur l’Âge du Fer en Ile-de-France : entre Hallstatt final et La Tène finale ; analyse des sites fouillés ; chronologie et société, Oxford, British Archaeological Report S1231, 1121 p.

Varoqueaux C., 1990, Ifs (Calvados) La Dronnière, in Les Celtes en Normandie, Evreux, Musée d’Evreux, p. 60-61.

Verney A., 1993, Les nécropoles de l’Âge du Fer en Basse-Normandie. Bilan de trois siècles de découvertes, in Cliquet D., Remy-Watté M., Guichard V., Vaginay M. dir., Les Celtes en Normandie. Les rites funéraires en Gaule (IIIème – Ier siècle avant J.-C.), Actes du XIVème colloque de l’AFEAF, Evreux, mai 1990, p. 95-11 (RAO supplément 6).

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : localisation des tranchées fouillées à King’s Road, de 1980 à 2010. Les bâtiments sont représentés en grisé. La zone comprise sous la maison du « Pré au Puits » a été étudiée via une combinaison de tranchées de fondation creusées par le constructeur et de sondages ciblés, plutôt que par la fouille de la totalité de la zone.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6677/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende Fig. 2 : l’habitation circulaire fouillée au « Pré au Puits » en 2005. La partie méridionale de la structure a été oblitérée par une aire d’extraction
Crédits (© Guernsey Museum).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6677/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Légende Fig. 3 : localisation des inhumations de King’s Road. Les numéros font référence aux entrées du tableau 1.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6677/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende Tabl. 1. Détails des inhumations de King’s Road. Les listes des objets trouvés dans les inhumations n’incluent pas les tessons et silex occasionnels.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6677/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 237k
Légende Ci-dessus et ci-contre :fig. 4 : plans des inhumations de King’s Road. Tous à la même échelle, nord au sommet. N° 1-4 basés sur les plans publiés par Burns et al. (1996). N° 5-22 dessinés par l’auteur. Les numéros à l’intérieur des inhumations font référence aux artefacts listés dans le tableau 1.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6677/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6677/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Légende Fig. 5 : bracelet en lignite de l’inhumation n° 5 (dessin Barbara McNee).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6677/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Tabl. 2. Contenu des trois tombes de guerrier.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6677/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende Fig. 6 : objets en alliage cuivreux de l’inhumation n° 10. Tous à la même échelle (dessin Barbara McNee).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6677/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende Fig. 6 : (suite). Artefacts en fer (25), lignite (20, 23) et argent (29) de l’inhumation n° 10. Tous à la même échelle (dessin Barbara McNee). Non dessinés : fragments de bracelet en fer (27.2) et épingle en fer (31).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6677/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 7 : deux torques en alliage cuivreux de l’inhumation n° 14, présentés dans la position dans laquelle ils furent trouvés (dessin Barbara McNee).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6677/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende Fig. 8 : objet en fer de l’inhumation n° 6 (dessin Barbara McNee).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6677/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 27k

Auteur

Archaeology Officer, Guernsey Museum and Art Gallery (Candie Gardens, St Peter Port, Guernsey GY11UG). philip.dejersey@cultureleisure.gov.gg

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search