Version classiqueVersion mobile

L’âge du Fer en Basse-Normandie. Gestes funéraires en Gaule au Second-Âge du Fer. Volumes I et II

 | 
Philippe Barral
, 
Bernard Dedet
, 
Fabien Delrieu
, 
et al.

Volume I. L’Âge du fer en Basse-Normandie. thème régional

Le site cultuel gaulois d’Alençon « Les Grouas » (Orne) (fouilles Thérèse Mercier 1978-1987)

Lionel Pernet, Patrice Méniel, Thierry Churin, Jean Dastugue et Katherine Gruel

Résumé

Le site des Grouas à Alençon a été sondé entre 1978 et 1987 par Thérèse Mercier dans des conditions difficiles. La présente étude a permis de dresser un plan du site et de retrouver dans les archives de la fouille des coupes et des plans d’un des fossés gaulois. Il contenait la plupart des objets préservés aujourd’hui. Ce mobilier, conservé pour partie au Musée d’Alençon, a pu être replacé sur le plan et étudié. Les coupes permettent de reconstituer la chronologie du site. Les fossés en constituent les premières marques tangibles. Ces structures sont ensuite remblayées. Des poteaux d’une vingtaine de centimètres de diamètre sont alors implantés dans l’axe du premier fossé. Finalement, cette installation est démontée pour faire place à des bâtiments romains. Le mobilier de La Tène finale récolté est constitué d’armement, d’éléments de véhicules, de fibules, de quincaillerie, d’outillage et de monnaies. Trois ensembles de restes humains ont été découverts, un squelette d’enfant, le crâne d’un autre sujet juvénile et un dépôt de fragments de calottes crâniennes. L’étude archéozoologique a porté sur une partie du mobilier découvert. Il s’agit surtout de restes témoignant de la consommation de bovins, de porc et de caprinés. Parmi les pièces particulières figure un crâne de cheval à l’occipital sectionné et au palais perforé, comme ceux de Gournay-sur-Aronde, Ribemont-sur-Ancre ou de la station de La Tène. L’ensemble de ces données permet de proposer une fonction cultuelle pour ce site gaulois.

Texte intégral

1. Introduction et petit historique des fouilles

  • 1 Nous tenons à remercier ici François Fichet de Clairfontaine, Conservateur régional de l’archéologi (...)

1Dans le cadre de l’étude post-fouille du site d’Aunou-sur-Orne (61), les similitudes observées avec le site d’Alençon « Les Grouas » nous ont incité à reprendre l’étude des structures et du mobilier gaulois de ce site oublié de la communauté scientifique1. Cette étude se fonde principalement sur les archives de la responsable de la fouille, Thérèse Mercier, et du mobilier conservé au Musée de la dentelle d’Alençon.

2Le site des « Grouas », connu dès 1920, a été sondé entre 1978 et 1987 (fig. 1). Une photographie aérienne de D. Jalmain (fig. 2) a facilité l’implantation des premières fouilles. En effet, on y voyait clairement un bâtiment maçonné presque carré. Les résultats de ces travaux sont relatés par Th. Mercier dans quatre articles publiés entre 1979 et 1986 (Mercier 1979, 1981, 1984 et 1986) et dans ses rapports de fouilles déposés au Service régional de l’archéologie à Caen. Les dernières fouilles de 1987 n’ont pas fait l’objet d’une publication.

3La consultation des archives Mercier conservées aux archives départementales de l’Orne révèle une fouille mouvementée sur fond de luttes d’influences locales et régionales. Il ne nous appartient pas d’entrer ici dans les détails, mais cette situation permet parfois de mieux comprendre le déroulement des opérations archéologiques. Elles ont été menées dans le cadre de fouilles de sauvetage, une grande partie du site ayant été livré aux promoteurs en 1987 et donc définitivement détruit.

4La fouille était réalisée en journée ou en fin de journée par des bénévoles, bien souvent des amateurs, que Th. Mercier rencontrait sur le site en soirée afin de recueillir les résultats du jour et de collecter le mobilier archéologique. Un carroyage d’une maille de 2 m a été appliqué sur tout le site et les zones ont été fouillées en quinconce (fig. 3). Si la documentation écrite est relativement complète grâce à un système de fiches par carré, l’absence de documentation graphique systématique des zones prospectées après 1978 rend difficile l’exploitation des données de fouilles. Il faut le plus souvent se contenter de notes éparses et de croquis. La reconstitution d’un plan complet du site avec un pierre-à-pierre précis des structures romaines et des coupes des principaux murs et trous de poteau n’est pas envisageable. D’autre part, l’absence de numérotation continue du mobilier mis au jour (qui est enregistré par carré en fonction de chaque journée de travail) complique le positionnement des découvertes sur le site. Il faut le plus souvent se contenter du carré de provenance. Il est à noter aussi qu’une partie importante du mobilier, notamment céramique, n’est pas déposée au musée. Un lot non négligeable de céramique, principalement romaine, est conservé dans une collection particulière à Alençon, mais la grande majorité des tessons épars trouvés sur le site se trouvait chez Th. Mercier. Depuis le décès de cette dernière, ce mobilier se trouve dans les dépôts du Service régional de l’archéologie de Basse-Normandie.

Fig. 1 : situation du site d’Alençon « Les Grouas ». Carte générale et situation du site sur le cadastre d’Alençon (section ZC, parcelle 39) dans l’état où il se trouvait au début des fouilles en 1978.

Fig. 2 : vue aérienne du site des « Grouas » avant le début des fouilles (photographie D. Jalmain, archives Th. Mercier).

Fig. 3 : vue de la fouille en 1978 dans la zone du bâtiment A. Les carrés font 2 m de côté (archives Th. Mercier).

5Th. Mercier prévoyait de rassembler toutes les données collectées sur le site dans une monographie pour laquelle elle s’était entourée de nombreux spécialistes, qui n’avaient toutefois pas participé à la fouille. L’étude des structures, du mobilier métallique et des monnaies lui revenait, en collaboration avec R. Boudet, tandis qu’A. Duval avait étudié des éléments métalliques particuliers (harnachement, éléments de véhicule et armement), P. Méniel les ossements animaux, J. Dastugue les ossements humains et A. Barbet les restes de peintures murales. Le livre devait être préfacé par V. Kruta. Le décès de Th. Mercier en 1996 à l’âge de quatre-vingt-huit ans mit fin au projet.

6Dans ses archives, nous avons retrouvé le manuscrit définitif consacré aux structures, ceux de P. Méniel, A. Duval et A. Barbet. Le projet était donc bien avancé et il reste encore à le parachever. En effet, la présente étude, ne serait-ce que par respect pour le travail et la personne de Th. Mercier, ne se substitue pas à une étude d’ensemble du site. Nous nous concentrons ici sur les vestiges du Second Âge du fer (structures et mobilier inclus) en proposant quelques ouvertures sur l’époque romaine. Le présent travail se fonde donc sur les analyses de Th. Mercier (publiées ou inédites), mais aussi sur la documentation qu’ont rassemblée des fouilleurs ayant travaillé à ses côtés et quelques publications (Churin 1990, Mandy 1990 et Pion 1999). Ponctuellement, notamment sur les fossés gaulois, cette documentation permet d’aller plus loin dans la réflexion et donne une image précise de certaines structures mises au jour.

2. Les structures mises au jour

7Les fouilles ont révélé des structures en creux (fossés et trous de poteau, aucune fosse n’est signalée), des structures maçonnées (essentiellement des fondations de bâtiments, un puits et trois fours de potiers) et une tombe. Seules les premières, d’époque gauloise, retiendront notre attention ici. Pour présenter ce corpus, nous nous fondons sur le plan schématique du site, élaboré grâce aux publications de Th. Mercier, à ses archives et au travail de Th. Churin (fig. 4).

8Pour l’époque gauloise, les structures en creux se composent de trois fossés et de trois séries de trous de poteau.

9Le fossé 1 (fig. 4, fossé 1) est de loin la structure gauloise la mieux connue du site. Repéré sous le bâtiment A dès la fouille de 1978, nous pouvons le décrire encore aujourd’hui grâce à deux coupes réalisées cette année là (fig. 5) et publiées par Th. Mercier (1979, fig. 9-10). Il a été suivi sur plus de 90 m et vidé en grande partie dans la zone du bâtiment A (et repéré par sondages dans sa partie nord-ouest). Une partie importante du mobilier gaulois (métal, céramique et ossements) en provient. C’est un fossé à profil en U, d’une profondeur conservée de 1,50 m environ qui entame le substrat calcaire sur une profondeur de 0,40 m. Les coupes indiquent que ce fossé à pu rester ouvert pendant un certain laps de temps (fig. 5, E3, les couches 1, 2 voire 3 pourraient correspondre à l’érosion naturelle des parois de la structure ; fig. 5, G3, la stratigraphie est incomplète mais on reconnaît là aussi les trois couches mentionnées pour E3). La lecture de ces deux coupes permet de proposer une chronologie relative. Après son creusement, le fossé est laissé ouvert un certain temps puis rebouché avec un remblai récolté à proximité et des vidanges de foyers (fig. 5, E3 et G3, couches 4). Ce remblai contient le mobilier archéologique gaulois (en grisé sur les coupes), qui est concentré en plan dans la zone du fossé qui passe sous le bâtiment A et jusqu’à environ 14 m au-delà à l’ouest (Mercier 1983, p. 88). Des poteaux sont ensuite implantés dans le remblai qui sera finalement coupé par les murs du bâtiment A. Il faut toutefois rester prudent en interprétant ces stratigraphies sur lesquelles des couches peuvent manquer, surtout en G3 (fig. 5).

Fig. 4 : plan schématique reconstitué du site d’Alençon « Les Grouas ». Fouilles Th. Mercier 1978-1986 (en grisé : structures gauloises ; en noir structures romaines) (dessin L. Pernet).

10Deux autres fossés ont été mis au jour, les fossés 2 et 3 (fig. 4, fossés 2 et 3). Le fossé 2 coupe le fossé 1 presque perpendiculairement sous l’angle sud-est du bâtiment A. Les descriptions données par Th. Mercier de cette intersection permettent d’avancer qu’il s’agit réellement d’une intersection et non d’un coude du fossé. Sa profondeur plus importante que le fossé 1 et la nature de leur jonction indiquent que le fossé 2 est antérieur au fossé 1. Très peu de mobilier provenant de ce deuxième fossé nous est parvenu. Th. Mercier décrit ainsi les découvertes faites dans le remplissage de ce creusement : « fond de pot brun, morceau de brique mal cuite, fragments de crâne d’animal, corne de caprin et tessons noirs à gros dégraissant » (Mercier 1983, p. 91). Un seul vase a été reconstitué dans ses publications.

Fig. 5 : situation des coupes réalisées dans le fossé 1 et stratigraphie du fossé (dessin L. Pernet d’après Th. Mercier et Th. Churin).

11Le fossé 3, découvert en 1983, est une structure comparable au fossé 1. Il a été suivi sur au moins 65 m et forme un coude avec un bras qui part vers l’ouest et l’autre vers le nord. Nous ne possédons pas de coupes de celui-ci, mais les descriptions de Th. Mercier permettent de se faire une idée (1984, p. 8) : le profil en U est similaire et le remplissage aussi, avec de la céramique laténienne et des ossements, tout cela à une profondeur identique à celle du premier fossé (soit entre 60-70 cm et 120- 130 cm). La responsable de la fouille mentionne aussi la présence de « couches cendreuses » et de « foyers » dans le fossé. Il s’agit en toute vraisemblance de vidanges de foyers et non de foyers aménagés directement dans le fossé.

12Les trous de poteaux se répartissent en trois groupes. Pour TP a, il s’agit de la série de sept poteaux implantés dans le remblai du fossé 1 (fig. 4, TP a). Le plan schématique indique que ces poteaux sont situés à distance régulière (env. 2,8 m). Ils mesurent une vingtaine de cm de diamètre. La coupe dans le carré G3 (fig. 5, G3) montre que ceux-ci sont implantés sur une profondeur d’environ 0,40 m avec un calage. Les poteaux ont probablement pourri sur place avant la construction du bâtiment A. La différence d’orientation avec ce bâtiment indique en effet qu’ils ne sont pas liés à une éventuelle charpente de ce dernier mais suivent une logique différente. La fonction de cette série de poteaux est difficile à interpréter. Ont-ils fonctionné avec la série TP b présentée ci-dessous ou s’agit-il d’une sorte de palissade destinée à organiser l’espace comme on en connaît sur d’autres sites de la fin de l’âge du Fer ? Si les exemples du Titelberg ou de Gournay-sur-Aronde avec une organisation de l’espace public ouvrent des pistes de réflexion (Metzler et al. 2006), le parallèle le meilleur est probablement celui de Ribemont-sur-Ancre, avec sa phase I du sanctuaire romain, lorsqu’une longue palissade est installée sur le fossé gaulois remblayé (Brunaux et al. 1999, p. 213 et fig. 34). La même situation est connue à Mirebeau-sur-Bèze (Joly et Barral 2007). Cette clôture marque en quelque sorte le templum des premiers états romains. Les données disponibles pour Alençon (en dehors de la zone fouillée en 1978 correspondant au nord-est du bâtiment A) ne permettent malheureusement pas d’aller beaucoup plus loin dans la réflexion.

13Les sept structures TP b présentent un alignement nettement moins régulier que les précédentes (fig. 4, TP b). La documentation à leur sujet est très pauvre. Ces empierrements sont assez différents les uns des autres. Les croquis publiés par Th. Mercier (dont les archives n’ont pas livré de meilleures versions) sont difficiles à lire (Mercier 1981, pl. VIII) et le texte qui les accompagne succinct.

14La troisième série de poteaux TP c est qualifiée par Th. Mercier de « fond de cabane » (fig. 4, TP c) (1986, p. 4-5 et 8). Là encore les données sont très limitées pour juger de la pertinence de l’assertion. Seuls quelques objets trouvés dans la zone, notamment des clés, pourraient laisser penser que ces structures sont gauloises.

15La tombe t. 1 est l’unique structure funéraire du site, les autres restes humains provenant du fossé 1 (fig. 4, t. 1). Découverte en 1978, elle est située au centre exact du bâtiment A. Il s’agit d’une sépulture d’immature en pleine terre située à une profondeur d’environ 60 cm (Mercier 1979, p. 22), la tête au sud. Le squelette d’enfant a été extrait en bloc (la tête prélevée séparément) et analysé par J. Dastugue, alors directeur du Laboratoire d’anthropologie de Caen (fig. 6).

Fig. 6 : squelette d’enfant (sujet A) après son prélèvement en bloc (la tête a été détruite au moment de la fouille). Carré F6 (archives Th. Mercier).

16Nous ne donnons pas ici le détail des descriptions des structures maçonnées d’époque romaine. Disons seulement qu’elles s’organisent autour de trois groupes de structures (fig. 4) :

  • le bâtiment A ;
  • l’enclos formé des murs 1 à 4 et le départ d’enclos que suggère le mur 5 avec la série de petits bâtiments B-D et un puits ;
  • les fours de potiers.

17Les vestiges découverts sont essentiellement des fondations de murs souvent très arasés, bien que ponctuellement, sous les niveaux de destruction, des niveaux de sols aient pu être mis en évidence.

3. Le mobilier

3.1. Le mobilier métallique

18Le mobilier métallique présenté ici est composé d’environ 70 objets, faible part de la quantité totale de métal initiale, car une quantité importante de fragments a dû être considérée comme sans intérêt et abandonnée sur le site. D’autres éléments ramassés sont tombés en poussière et n’ont pas été conservés.

19Les contextes de découverte étant souvent imprécis, il est difficile, pour les objets peu spécifiques, de préciser leur datation entre la fin du Second Âge du fer et l’époque romaine. Nous avons néanmoins cherché à donner le plus d’informations possibles sur chacune de ces pièces dans les notices du catalogue qui suit. Les objets métalliques se répartissent dans sept grandes catégories (fig. 7). Le spectre des objets est donc assez diversifié pour un nombre de restes total relativement faible (NR=75).

Fig. 7 : répartition du mobilier métallique au sein des catégories identifiées à Alençon « Les Grouas », en nombres de restes (dessin L. Pernet).

3.1.1. L’armement (fig. 8-9)

20Il est faiblement représenté à Alençon : huit restes dont trois fragments d’épées, un de fourreau, un anneau de suspension, un fragment de fer de lance et peut-être deux éléments de cotte de mailles (cat. 5-6). Il comporte toutefois une pièce importante par sa rareté et son état de conservation : un fragment distal de fourreau en bronze de type Pîtres (cat. 3) constitué de la plus grande partie de la bouterolle de ce fourreau. Ce fragment a été retrouvé dans le fossé 1, en L4, accompagné d’un fragment d’épée muni de ce qui semble être un trou (cat. A, aujourd’hui perdue). Ce trou de fixation pourrait indiquer que l’épée tronçonnée a été suspendue un moment sur une structure dominant le fossé. Un gros anneau (cat. B, collection particulière) faisait aussi partie de cet ensemble (fig. 8), suggérant pour cet objet une fonction de suspension ou éventuellement de harnachement (le passe-guide cat. 42 et la clavette cat. 45 proviennent aussi de cette zone).

Fig. 8 : secteur de fouilles L4. Reconstitution de la découverte de 3 pièces métalliques (cat. 3, A et B) en juillet 1978 dans le fossé 1 (photographie J. Garcin).

Fig. 9 : mobilier métallique d’Alençon « Les Grouas », cat. 1-6, A et B (dessins L. Pernet).

21Les fragments d’épée catalogués sont relativement peu représentatifs et ne méritent pas un commentaire particulier ; quant au fer de lance, il est très abîmé.

3.1.2. La parure (fig. 10)

22La parure conservée est exclusivement constituée de fibules (douze exemplaires) : six sont datées de La Tène finale et cinq de l’époque romaine.

23Les fibules laténiennes sont en bronze et en fer. Elles sont très dégradées et seules trois ont conservé leur ressort (cat. 7-9). Elles peuvent être rattachées au groupe des fibules filiformes à corde interne (Feugère 1985 type 4 ; Metzler 1995 type 7). Ce type évolue pendant tout le Ier siècle av. J.-C., mais les exemplaires à arc haut tels que le cat. 9 sont les plus tardifs (LT D2b-époque augustéenne). Les exemplaires cat. 8 et 9 proviennent des carrés G’25 et G’26 sur lesquels passe le fossé 3. Il n’est toutefois pas certain qu’elles proviennent du fossé (la documentation disponible ne précise pas leur situation exacte) ; mais au vu de leur datation, cette possibilité n’est pas exclue.

3.1.3. L’instrumentum et la vaisselle (fig. 10-11-12)

  • 2 Pour des parallèles ornais de clés à retrait du Haut-Empire récemment publiées, voir Demarest 2007, (...)

24Le corpus d’outils et instruments est relativement limité. Plusieurs éléments de chaînes ont été mis au jour. Les trois éléments cat. 27 proviennent de l’intérieur du grand enclos nord en L"33. Ils sont probablement d’époque romaine, mais on les trouve aussi à La Tène finale, comme par exemple à Manching (Jacobi 1974, Taf. 57-58). Il est ainsi possible que l’exemplaire cat. 26, découvert en 1978, soit tardo-laténien, en vertu là aussi d’un parallèle avec Manching (ibid. Taf. 57, 867 ; Taf. 58, 890). Toujours dans les instruments, le site d’Alençon a livré une intéressante série de cinq clés : deux sont gauloises (La Tène finale) (cat. 34-35) et trois romaines (cat. 36-38)2. Les deux exemplaires à soulèvement d’Alençon (cat. 34-35) s’insèrent très bien dans les séries de clés de la fin de l’Âge du fer comme celles de Manching. La clé cat. 34 peut par exemple être rapprochée des individus 733 à 739 (Jacobi 1974, Taf. 46). Ces deux clés proviennent par ailleurs de la même zone, autour des trous de poteau c (TP c), appelée « fond de cabane » par Th. Mercier. S’agirait-il d’une partie d’habitat gaulois ?

Fig. 10 : mobilier métallique d’Alençon « Les Grouas », cat. 7-27 (dessins L. Pernet).

  • 3 Sans compter les deux fers à cheval trouvés par Th. Mercier (mais jamais entrés dans les collection (...)

25À ces séries, il faut ajouter des éléments épars : un couteau (cat. 21), un fragment de manche de couteau (cat. 22) une demi-paire de forces (cat. 20), une gouge ou outil à douille (cat. 19), une mèche et un probable fragment de ciseau (cat. 30). Les planes sont rares à l’époque romaines, mais connues (par exemple Pietsch 1983, pl. 26, n. 561-562) ; l’objet cat. 24 peut donc tout à fait provenir des niveaux romains du site. En l’absence de contexte sûr nous proposons toutefois d’être prudent quant à cette hypothèse. Un objet pose de réels problèmes3 : le cat. 28. Il a été identifié lors de sa découverte comme un « soc de charrue ». Il ne ressemble toutefois en rien aux socs connus pour la fin de l’Âge du fer et l’époque romaine. En l’absence de contexte de découverte sûr, nous proposons de laisser ouverte l’interprétation de cet objet (qui n’est pas nécessairement ancien).

Fig. 11 : mobilier métallique d’Alençon « Les Grouas », cat. 24-39 (dessins L. Pernet).

Fig. 12 : mobilier métallique d’Alençon « Les Grouas », cat. 40-45 (dessins L. Pernet).

Fig. 13 : mobilier métallique d’Alençon « Les Grouas », cat. 46-69 (dessins L. Pernet).

26La vaisselle est représentée par une attache ainsi que deux fragments de fourchettes laténiennes (cat. 40-41) qui trouvent de parfaits parallèles à Manching (Jacobi 1974, Taf. 32).

3.1.4. Les objets liés au transport (fig. 12-13)

27La série d’objets gaulois liés au transport provenant d’Alençon est très intéressante. Elle se compose d’une clavette de char et de trois anneaux passe-guides ainsi que de pitons. Elle n’est pas sans faire écho aux quelques éléments de harnachements romains exceptionnels d’Aunou-sur-Orne (mors et anneau de joug ; Lejars et Pernet 2005 et 2007).

28Les deux pitons à œil d’Alençon sont incomplets (tige cassée) (cat. 48-49). Il est possible qu’ils aient servi à maintenir le plateau du char à deux roues sur le timon et l’essieu (Schönfelder 2002, p. 188-190).

29Les anneaux passe-guides sont dans des états de conservation différents : les cat. 42-43 sont entiers avec leur anneau, leur cupule protégeant une bélière tandis que du n. 44 il ne subsiste que la cupule. Le n°. 43 peut clairement être rattaché au type Bechtheim défini par M. Schönfelder qui apparaît à LT D1 (ibid., p. 229). Le n°. 42, plus grand, est difficile à classer, mais date certainement de la fin de l’âge du Fer. Il rappelle par sa taille et sa morphologie les passe-guides de type Nanterre, munis d’un séparateur pour faire passer deux rênes (la petite excroissance à la base de l’anneau pourrait être la base du séparateur, même si la trace d’une cassure n’est pas nette). Ce type n’est pas daté clairement (ibid., p. 239). Le cat. 44 pourrait être de type Frohnhausen, avec une partie intermédiaire assez massive entre la cupule et l’anneau ; sa datation est comprise entre LT C2 et LT D1 (ibid., p. 238).

30La grosse clavette de char à tête en forme de lunettes cat. 45 est d’un type bien connu sur les sites de La Tène finale. Une quinzaine d’exemplaires ont été répertoriés par M. Schönfelder (ibid., p. 175). Il faut ajouter à cette liste l’exemplaire d’Alençon ainsi qu’un autre provenant de l’oppidum du Puy du Tour (Monceaux-sur-Dordogne) publié récemment par F. Pesteil (Pesteil 2007, fig. 66). Il est intéressant de noter que deux de ces éléments ont été trouvés dans le carré L4 (là où se trouvait le fourreau d’épée en bronze) (pl. 6) ; cela a fait dire à Th. Mercier qu’il s’agissait peut-être d’une « tombe à char ». Cette hypothèse doit être abandonnée car rien ne permet de supposer la présence d’une sépulture, mais il est intéressant de noter que cette zone du fossé 1 est particulièrement riche en mobilier. Des dépôts ont donc dû avoir lieu à proximité, avant que ce mobilier ne rejoigne le comblement du fossé.

3.1.5. La quincaillerie et les objets divers (fig. 13)

31Cette série d’objets consiste surtout en des anneaux divers et des ferrures (cat. 50-51). L’objet cat. 52 pourrait être une attache d’anse, mais rien n’y ressemble à l’époque gauloise ou romaine. Le contexte est toutefois précisé (« fond de cabane ») et l’objet a été retrouvé avec les deux clés laténiennes (cat. 34-35), ce qui en fait potentiellement un objet ancien. La plaque de bronze cat. 66 pourrait avoir été découverte avec la tête humaine (sujet B) (Mercier 1981, p. 37). Il ne s’agit apparemment pas d’une plaque de serrure de coffret car il manque les trous de fixations généralement présents aux angles. Th. Mercier proposait de la rapprocher du fourreau d’épée en comparant les patines du bronze et le lieu de découverte proche. Le trou carré dont est munie cette plaque ne correspond toutefois pas à la forme habituelle des entrées de fourreaux ; sa fonction est donc inconnue pour le moment.

3.1.6. Répartition et datation du mobilier métallique

32Une part importante des objets n’a pas pu être localisée. Pour ceux qui le sont, on remarque une série non négligeable d’objets attribués aux fossés, qui nous permettront de réfléchir à la nature du site à l’époque gauloise (fig. 14). Du point de vue chronologique, les objets datés indiquent que nous sommes à La Tène finale (fin IIe-Ier siècle av. J.-C.) pour ce qui concerne les artefacts gaulois et au Haut-Empire pour les pièces romaines. Pour cette dernière période il ne faut toutefois pas tirer de conclusions hâtives avant de reprendre l’étude de la céramique du site. Les monnaies indiquent une fréquentation au Bas Empire encore, ce que signalait déjà Th. Mercier dans ses rapports. Il n’y a en revanche aucun témoignage pour une fréquentation plus précoce qu’à La Tène finale en ce qui concerne l’Âge du fer.

Catalogue du mobilier métallique conservé au musée d’Alençon et dans une collection particulière

Abréviations
Bz bronze (utilisé pour tous les alliages base cuivre)
D. diamètre
Fe fer
l. largeur
L. longueur
LT La Tène
n. i. non illustré
Armement (offensif, défensif et suspension) (pl. 10)

33No. 1 (Inv. Musée d’Alençon D84-1-1 et D84-1-2)

34Fe. Deux fragments d’une épée en fer, ployée et cassée, L. 160 et 170 mm. LT finale. Localisation dans le fossé 1 en F4. Publiés dans : Mercier 1981, 28, pl. V, F4.

35No. 2 (Inv. Musée d’Alençon D84-1-3)

36Fe. Partie proximale d’épée en fer, L. 155 mm. LT finale. Publiée dans : Mercier 1981, 28, pl. V en bas.

37No. 3 (Inv. Musée d’Alençon D985-2-15)

38Bz. Bouterolle de fourreau d’épée en bronze type Pîtres, L. 357 mm. LT finale. Localisation L4. Publié dans : Mercier 1981, 44.

39No. 4 (Inv. Musée d’Alençon D985-2-24-XIV)

40Fe. Fragment de flamme de fer de lance, L. 50 mm. LT. No. 5 (Inv. Musée d’Alençon D985-2-24-VI)

41Fe. Deux anneaux de cotte de maille ? diam. 10 mm. LT ou époque romaine.

42No. 6 (Inv. Musée d’Alençon D985-2-24-IV)

43Bz. Rivet et plaque de cotte de maille ?, L. 20 mm. LT ou époque romaine. Localisation C’12. Publiés dans : Mercier 1983, 105, C’12.

44A (Perdue)

45Fe. Épée ? Lame pliée avec un trou (pourrait avoir été suspendue). LT. Localisation L4. Publiée dans : Mercier 1981, 28, pl. V, L4.

46B (Collection particulière)

47Bz. Anneau trouvé avec l’épée A et le fourreau 3. Anneau de suspension ou lié au harnachement ?, D. 48 mm. Localisation L4.

Parure (pl. 11 et 16)

48No. 7 (Inv. Musée d’Alençon D-991-1-23)

49Bz. Fibule de schéma La Tène finale filiforme, ressort indéterminé, L. 47 mm. LT finale. Localisation F’10. Publié dans : Mercier 1983, 105, F’10.

Fig. 14 : répartition du mobilier sur le site (métal, monnaies, ossements humains et restes animaux) (dessin L. Pernet d’après Th. Churin).

50No. 8 et 9 (Inv. Musée d’Alençon D985-2-23)

51Fe. Deux fibules en fer filiformes de schéma La Tène finale à corde interne et 4 spires, L. 60 et 44 mm. LT finale. Localisation G’25 et G’26. Publié dans : Mercier 1984, 28, G’25 et G’26.

52No. 10 (Inv. Musée d’Alençon D985-2-24-IX)

53Fe. Arc et pied de fibule de schéma La Tène finale, L. 60 mm.

54LT finale.

55No. 11 (Inv. Musée d’Alençon D985-2-24-XI)

56Fe. Arc et pied de fibule de schéma La Tène finale, L. 60 mm.

57LT finale.

58No. 12 (Inv. Musée d’Alençon D985-2-24-XIII)

59Fe. Arc de fibule de schéma La Tène finale, L. 50 mm. LT finale.

60No. 13 (Inv. Musée d’Alençon D991-1-19)

61Bz. Fibule en bronze de schéma LT moyenne, type Feugère

623b1, L. 62 mm. Epoque tibéro-claudienne.

63Localisation O"11. Publié dans : Mercier 1986, 4 et 15, n. 4.

64No. 14 (Inv. Musée d’Alençon D84-1-7)

65Bz. Fragment d’ardillon et du ressort d’une fibule, 42 mm.

66LT ou époque romaine. Localisation E12.

67Publié dans : Mercier 1981, 44, f.

68No. 15 (Inv. Musée d’Alençon D991-1-20) Non illustré.

69Bz. Fibule en bronze ou laiton, type Feugère 23d, L. 31 mm. Epoque tibéro-claudienne. Localisation F’10. Publié dans : Mercier 1983, 105, F’10.

70No. 16 (Inv. Musée d’Alençon D991-1-16) Non illustré.

71Bz. Fibule aviforme, oiseau aux ailes déployées décorées chacune d’un motif circulaire dans lequel était enchassé de l’émail. Type Ettlinger 46 (fibules à décor plastique), L. 40 mm. Milieu du Ier s. ap. J.-C. Localisation O"11. Publié dans : Mercier 1986, 4 et couverture du bulletin.

72No. 17 (Inv. Musée d’Alençon D985-2-24-III)

73Bz. Fibule à queue de paon (fragment), décor de tremolo, type Feugère 20d1, L. 30 mm. Ier siècle ap. J.-C. Localisation D"12. Publié dans : Mercier 1983, 105, D"12.

74No. 18 (Inv. Musée d’Alençon D991-1-21)

75Non illustré. Bz. Fibule rhomboïdale à excroissances, type Feugère 24b1, L. 30 mm. Epoque claudio-néronienne.

76Publié dans : Mercier 1983, 105.

Outils et instruments (pl. 11-12 et 16)

77No. 19 (Inv. Musée d’Alençon D84-1-8)

78Fe. Douille (outil ou fer de lance ?), L. 138 mm. LT finale. Publié dans : Mercier 1979, fig. 19, "pointe de javelot ? ".

79No. 20 (Inv. Musée d’Alençon D985-2-3)

80Fe. Demi-forces en fer, L. 128 mm. LT finale ou époque romaine.

81No. 21 (Inv. Musée d’Alençon D985-2-9)

82Fe. Couteau en fer, L. 132 mm. LT.

83No. 22 (Inv. Musée d’Alençon D985-2-24-XII)

84Fe. Manche de couteau cassé, L. 44 mm. LT.

85No. 23 (Inv. Musée d’Alençon D985-2-8)

86Fe. Fragment de lame ? L. 90 mm. LT ou époque romaine. Localisation C11. Publié dans : Mercier 1981, 46, 13.

87No. 24 (Inv. Musée d’Alençon D991-1-7)

88Fe. Plane, L. 230 mm. LT ou époque romaine. No. 25 (Inv. Musée d’Alençon D985-2-1)

89Fe. Deux maillons de chaîne, L. 64 mm. LT ou époque romaine.

90No. 26 (Inv. Musée d’Alençon D985-2-22)

91Fe. Maillon de chaîne ?, L. 124 mm. LT ou époque romaine. Publié dans : Mercier 1979, fig. 19, "boucle en fer ? ".

92No. 27 (Inv. Musée d’Alençon D991-1-8 1, 2 et 3)

93Fe. 3 maillons de chaîne, L. 80, 60 et 54 mm. LT ou époque romaine. Localisation L"33. Publié dans : Mercier 1984, 28, L"33.

94No. 28 (Inv. Musée d’Alençon D985-2-6)

95Fe. Soc de charrue (proposition lors de la publication initiale) ou ferrure (de char ou de construction ?) ; objet difficile à identifier, L. 210 mm. Datation inconnue ?. Publié dans : Mercier 1981, 29.

96No. 29 (Inv. Musée d’Alençon D991-1-17-1) Non illustré.

97Fe. Poinçon en fer ?, L. 157 mm. LT ou époque romaine.

98No. 30 (Inv. Musée d’Alençon D985-2-18)

99Fe. Fragment de ciseau ?, L. 65 mm. LT ou époque romaine.

100No. 31 (Inv. Musée d’Alençon D985-2-24-I)

101Fe. Mèche ou ciseau en fer ? L. 185 mm. LT finale.

102Localisation fossé 1, G3. Publié dans : Mercier 1979, fig. 19, "spatule ? ".

103No. 32 (Inv. Musée d’Alençon D991-1-25)

104Non illustré. Bz. Curette en bronze, L. 122 mm. Epoque romaine.

105No. 33 (Inv. Musée d’Alençon D991-1-6)

106Non illustré. Bz. Clochette en bronze. Epoque romaine. No. 34 (Inv. Musée d’Alençon D991-1-3)

107Fe. Clé à soulèvement en fer, L. 24 mm. LT finale.

108Localisation : « fond de cabane ». Publié dans : Mercier 1986, 15, n. 8.

109No. 35 (Inv. Musée d’Alençon D985-2-11)

110Fe. Clé à soulèvement en fer, L. 100 mm. LT finale.

111Localisation : « fond de cabane ». Publié dans : Mercier 1986, 15, n. 6.

112No. 36 (Inv. Musée d’Alençon D985-2-2)

113Non illustré. Fe. Clé à retrait en fer, L. 100 mm. Epoque romaine.

114No. 37 (Inv. Musée d’Alençon D991-1-2)

115Non illustré. Fe. Clé à retrait en fer, L. 95 mm. Epoque romaine.

116No. 38 (Inv. Musée d’Alençon D991-1-9)

117Non illustré. Fe. Clé à retrait en fer, L. 110 mm. Epoque romaine. Localisation mur secteur ouest O" 17. Publié dans : Mercier 1986, 15, n. 9.

118Vaisselle et accessoires de cuisine (pl. 12-13)

119No. 39 (Inv. Musée d’Alençon D985-2-24-VII)

120Fe. Attache de récipient ?, L. 60 mm. LT ou époque romaine.

121No. 40 (Inv. Musée d’Alençon D991-1-4)

122Fe. Fourchette, L. 225 mm. LT finale.

123Localisation fossé 1, M4. Publié dans : Mercier 1979, fig. 19, "clef".

124No. 41 (Sans no. d’inventaire)

125Fe. Tige torsadée, fourchette ? . LT.

Transport (éléments de char, harnachement, etc.) (pl. 13-14)

126No. 42 (Inv. Musée d’Alençon D84-1-11)

127Bz. Anneau passe-guide à bélière, L. 83 mm. LT finale.

128Localisation L3. Publié dans : Mercier 1981, 44, a.

129No. 43 (Inv. Musée d’Alençon D991-1-18)

130Bz. Anneau passe-guide, L. 45 mm. LT finale.

131No. 44 (Inv. Musée d’Alençon D84-1-12)

132Bz. Passe-guide dont l’anneau est cassé, 50 x 39 mm. LT finale.

133Localisation B12. Publié dans : Mercier 1981, 44, b-c.

134No. 45 (Inv. Musée d’Alençon D985-2-16)

135Fe. Clavette de char, L. 134 mm. LT finale.

136Localisation L4. Publié dans : Mercier 1981, 46, a-b.

137No. 46 (Inv. Musée d’Alençon D985-2-13)

138Bz. Grand anneau lié au harnachement ?, D. 62 mm. LT finale.

139Localisation F3. Publié dans : Mercier 1981, 29, F3.

140No. 47 (Inv. Musée d’Alençon D84-1-13)

141Bz. Grand anneau lié au harnachement ?, D. 60 mm. LT finale.

142No. 48 (Inv. Musée d’Alençon D84-1-5)

143Fe. Tige. Piton à œillet, L. 125 mm. LT finale.

144No. 49 (Inv. Musée d’Alençon D84-1-6)

145Fe. Tige. Piton à œillet, L. 175 mm. LT finale.

Quincaillerie (clous, tiges, agrafes, anneaux, etc.) (pl. 14)

146No. 50 (Inv. Musée d’Alençon D985-2-7-2/3)

147Fe. Deux galoches de porte ou fenêtre, L. 87 et 55 mm. Epoque romaine ? .

148No. 51 (Inv. Musée d’Alençon D985-2-7-1)

149Fe. Poignée ou galoche, L. 120 mm. Epoque romaine ? .

150No. 52 (Inv. Musée d’Alençon D991-1-1)

151Fe. Ferrure (de char ou de construction ?) ; objet difficile à identifier, L. 200 mm. Datation inconnue ? . Localisation : « fond de cabane ». Publié dans : Mercier 1986, 15, n. 7.

152No. 53 (Inv. Musée d’Alençon D84-1-9)

153Bz. Anneau, D. 30 mm. LT finale. Localisation D5. Publié dans : Mercier 1981, 29, D5.

154No. 54 (Inv. Musée d’Alençon D84-1-10)

155Bz. Anneau, D. 30 mm. LT finale. Localisation D5. Publié dans : Mercier 1981, 29, D5.

156No. 55 (Inv. Musée d’Alençon D991-1-19)

157Bz. Anneau, D. 40 mm. Datation inconnue.

158No. 56 (Inv. Musée d’Alençon D991-1-5)

159Bz. Anneau épais, D. 48 mm. Datation inconnue.

160No. 57 (Inv. Musée d’Alençon D991-1-23)

161Bz. Anneau, D. 20 mm. Datation inconnue.

162No. 58 (Inv. Musée d’Alençon D985-2-19)

163Fe. Anneau, D. 30 mm. Datation inconnue.

164No. 59 (Inv. Musée d’Alençon D84-1-14)

165Fe. Anneau, D. 38 mm. Datation inconnue.

166Localisation K13.

167No. 60 (Inv. Musée d’Alençon D84-1-15)

168Fe. Anneau, D. 38 mm. Datation inconnue. Localisation K13.

169No. 61 (Inv. Musée d’Alençon D985-2-24-XVI)

170Fe. Anneau, D. 38 mm. Datation inconnue.

171No. 62 (Sans no. d’inventaire)

172Fe. Fiche en fer, L. 140 mm. Datation inconnue.

173No. 63 (Sans no. d’inventaire)

174Fe. Fiche en fer, L. 170 mm. Datation inconnue.

Éléments divers et indéterminés (pl. 15)

175No. 64 (Inv. Musée d’Alençon D985-2-24-VIII)

176Fe. Fragment de barre à soie ?, L. 44 mm. LT ou époque romaine. Localisation D12.

177No. 65 (Inv. Musée d’Alençon D985-2-24-II)

178Bz. Petite tôle de bronze, L. 26 mm. LT ou époque romaine.

179Localisation D3. Publié dans : Mercier 1981, 29, D3.

180No. 66 (Inv. Musée d’Alençon D84-1-4)

181Bz. Plaque en bronze avec une ouverture rectangulaire ; possible plaque de serrure ?, 50 x 40 mm. LT ou époque romaine. Localisation D12. Publié dans : Mercier 1981, 44, i.

182No. 67 (Inv. Musée d’Alençon D985-2-24-XV)

183Fe. Tige à œillet, L. 60 mm. Datation inconnue.

184No. 68 (Inv. Musée d’Alençon D985-2-24-V)

185Bz. 4 rivets de bronze à tête plate et sphérique. LT ou romain.

186Localisation B"11 et G’26. Publié dans : Mercier 1984, 28, B"11.

187No. 69 (Inv. Musée d’Alençon D991-1-22)

188Bz. 3 rivets de bronze à tête plate et sphérique. LT ou romain.

189Localisation G’26. Publié dans : Mercier 1984, 28, G’26.

3.2. Le mobilier céramique

190Le mobilier céramique issu d’Alençon pose un certain nombre de problèmes. Les tessons ont tout d’abord été dispersés dans différents lieux. Le Musée d’Alençon ne détient qu’une infime partie de la céramique découverte sur le site. La plupart des tessons collectés par Th. Mercier est aujourd’hui conservée dans le dépôt du Service régional de l’archéologie de Basse-Normandie et concerne essentiellement les niveaux romains (qui ne font pas l’objet d’une étude détaillée ici).

191Nous présentons les quelques vases ou fragments encore conservés à Alençon ainsi que certains dessins repris des rapports de Th. Mercier (fig. 15-16). Ces derniers concernent des fragments issus des fossés gaulois et doivent permettre d’affiner la datation du remblai de ces fossés. Les quelques lignes qui suivent donnent donc une image très incomplète du faciès céramique du site puisqu’ils se concentrent sur les fossés.

192Une part importante des pièces présentées ici est constituée de vases à cuire en pâte sombre à gros dégraissant (fig. 15, 1-4). On note aussi la présence de pots de « type Besançon » (fig. 15, 7 ; fig. 16, 15 (K3) et 20), ainsi que d’une écuelle à bord rentrant (fig. 16, 19).

193Pour la datation de ces formes, nous pouvons nous référer à la typologie du site des Arènes à Levroux. Nos vases à cuire peuvent être rapprochés du type F et l’écuelle à bord rentrant du type A, tous deux datés à LT D1 (Lévery 2000, 59-74). Les bords les rapprochent toutefois des formes plus tardives de LT D2. Les pots de type Besançon connaissent une diffusion à la même période, dès LT D1. Plus proche de l’Orne, on trouve des similitudes entre notre faciès et celui de l’horizon 2 du site du Château à Angers (Bouvet et al. 2003, 179-181).

194Le fragment d’amphore (fig. 15, 12), avec sa lèvre triangulaire très inclinée de faible hauteur (moins de 3 cm), provient d’une amphore gréco-italique ou de transition. Elles arrivent en Gaule entre la fin de LT C2 et le début de LT D1 (Poux 2004, p. 48-49). Un autre fragment d’amphore gréco-italique est publié par Th. Mercier suite à la fouille du fossé 3 (Mercier 1984, pl. VI, G"11) (fig. 16, 23), associé à des ossements brûlés et dans la zone de la patte de bovin en connexion, le crâne de suidé et le squelette de porcelet. Là encore un pot de stockage et un vase à cuire ont été mis au jour (fig. 16, 23).

195Ce panorama rapide indique que les fossés 1 et 3 étaient remplis avec du mobilier dont les éléments céramiques les plus récents sont à situer à La Tène D. Dans la mesure où c’est un remblai, il n’est pas étonnant d’y retrouver de la céramique plus ancienne comme, par exemple, les fragments d’amphores gréco-italiques. On peut donc raisonnablement proposer un comblement des fossés 1 et 3 dans le courant de LT D, datation qui s’accorde avec celle du mobilier métallique des fossés, lui aussi tardo-laténien. Ces datations n’étant pas fines, cela ne signifie pas nécessairement que les deux fossés étaient ouverts au même moment. De la même manière, le seul pot connu pour le fossé 2 (fig. 16, 22) indique aussi une datation large à La Tène finale.

196Il faut également retenir de ce court chapitre sur la céramique que du vin a été importé sur le site à une période précoce (fin du IIe siècle av. J.-C.) et que ces amphores ont visiblement été consommées dans un contexte cultuel. C’est un fait assez rare dans la région pour que nous le soulignions ici.

Fig. 15 : céramique d’Alençon « Les Grouas » (dessin L. Pernet).

Fig. 16 : céramique d’Alençon « Les Grouas », suite (dessin L. Pernet).

Fig. 17 : monnaies d’Alençon « Les Grouas » (archives Th. Mercier).

3.3. Les monnaies gauloises

  • 4 Ce nombre est relativement peu élevé. Il est fort possible, au vu des conditions de fouilles, que c (...)

197D’après les rapports de Th. Mercier, le site des Grouas a livré un total de 17 monnaies gauloises et romaines et 29 minimi du Bas-Empire4. Les monnaies romaines s’échelonnent de l’époque flavienne (un dupondius de Nerva) au début du IVe siècle (un nummus de Constantin). Nous nous concentrerons ici sur la présentation des cinq monnaies gauloises connues (fig. 12). Aucune de ces monnaies n’est conservée aujourd’hui au Musée d’Alençon ; nous ne possédons donc pour les inventorier que des photographies et un catalogue de Th. Mercier (réalisé semble-t-il par J.-B. Colbert de Beaulieu) conservé dans les archives.

1981. Bronze frappé. Bronze gaulois au loup. D. Tête à droite. R. Loup à gauche avec au-dessous une étoile (LT 6188) (pl. 17, 1). Attribué sans certitude aux Carnutes ou aux Eburoviques. Type Gruel 63.1 (Gruel et Popovitch 2007, 183).

1992. Bronze frappé. Bronze gaulois au cheval et au sanglier.

200D. Tête à gauche, cheveux longs. R. Cheval à droite, au-dessous, sanglier à droite (LT 6202) (aucune photographie n’a été trouvée).

201Attribué sans certitude aux Carnutes. Type Gruel 64.1 (Gruel et Popovitch 2007, 183).

2023. Potin. Potin à la tête diabolique de classe I. D. Tête à gauche, cheveux ondulés. R. Quadrupède à gauche la queue relevée au-dessus du dos, une croix devant l’extrémité de la queue (BN 5691) (pl. 17, 3).

203Ces potins sont généralement attribués aux Turons et datés de LT D (Barthélémy 1995).

2044. Quart de statère en argent. D. Illisible. R. Cheval androcéphale à gauche à crinière perlée surmontée d’un croissant et au-dessous un demi-cercle de points reposants sur une base de points légèrement incurvée (un sanglier ?) (pl. 17, 4).

2055. Denier en argent à légende SEQUANOIOTVOS. D. Tête à gauche. R. SEQUANOIOTVOS sanglier à gauche (LT 5351) (pl. 17, 5).

206R.I.G. 260. L’attribution de ces monnaies aux Séquanes est remise en cause en raison de leur répartition. Il semble plutôt que la légende renvoie à un nom propre ; datation : LT D2. Type Gruel 30.1 (Gruel et Popovitch 2007, 171).

207La provenance de trois de ces cinq monnaies a pu être retrouvée : le potin n°. 3 dans le fossé 4 en F’21, le bronze frappé n°. 1, le long du mur nord du bâtiment carré en d-e-f 12 (un de ces trois carrés) et le quart de statère n°. 4, en C23. Le denier n°. 5 provient du bâtiment A sans plus de précisions.

208Ces monnaies sont datées de La Tène finale. Une est attribuée aux Turons (n°. 3), une autre peut-être aux Aulerques Eburoviques (n°. 1). Le quart de statère en argent n°. 4 n’a pas pu être mieux caractérisé ; il s’agit d’une monnaie dont l’inspiration est clairement armoricaine (types proches chez les Vénètes et Unelles).

3.4. Autre mobilier

209Au sein des collections du Musée d’Alençon, nous avons encore relevé la présence de quelques objets qui n’entrent pas dans les catégories présentées jusqu’ici. Il s’agit d’un fragment de bracelet en lignite à section en D et de deux jetons en céramique percés en leur centre (dans le lot D985-2-24). Nous donnons ci-dessous le catalogue du verre et de la perle en calcite également conservés à Alençon (non illustrés). Signalons pour terminer qu’à quelques reprises, dans les archives, Th. Mercier mentionne la présence de meules (certaines sont photographiées) dans les fondations des murs romains (Mercier 1986, 3-4).

Catalogue de la pierre et du verre conservés au musée d’Alençon

210No. 70 (Inv. Musée d’Alençon D991-1-15)

211Verre. Perle. 2 perles en verre incolore, D. 20 et 22 mm. LT finale.

212Localisation I3 et H3. Publié dans : Mercier 1981, 29, I3 et H3.

213No. 71 (Inv. Musée d’Alençon F991-14-26)

214Verre. Bracelet bleu à décor jaune, de type Haevernick 7. LT moyenne.

215No. 72 (Inv. Musée d’Alençon D991-1-14)

216Calcite. Perle, D. 20 mm. LT.

217Localisation F"10. Publié dans : Mercier 1983, 105, F"10.

4. La faune

218L’étude, réalisée en 1987, a porté sur 2700 restes d’animaux. Cet ensemble ne représente qu’une partie du mobilier exhumé lors des fouilles menées par Th. Mercier sur le site des « Grouas ». Seuls les ensembles les plus importants, ceux issus des fossés et de plusieurs sondages menés dans la partie nord-ouest du site ont été retenus lors d’une première synthèse.

219Pour une étude complète il faudrait envisager la saisie de cet inventaire sur une base informatique.

2201152 restes (dont 948 déterminés) proviennent des fossés. Dans les sondages, où ce sont des niveaux de sol qui ont été fouillés, ce sont 1559 restes (dont 713 déterminés), qui ont été étudiés. Ces restes sont assez bien conservés, bien que marqués par les radicelles de plantes, et c’est essentiellement l’état de fragmentation, plus prononcé dans les niveaux de sol, qui explique les différences dans les taux de détermination : 82 % dans les fossés et 46 % dans les sondages.

221La plupart des os sont isolés et fragmentés, les os entiers sont rares, ce qui explique que l’approche morphologique des animaux soit restée assez limitée. De même, les ensembles anatomiques en connexion ne sont pas très abondants :

  • un squelette de porcelet (F"11) ;
  • un humérus et radio-ulna (proximal) de bœuf (J"K"L"36-37) ;
  • un membre pelvien de bœuf (F"16) ;
  • un tarse de cerf (G’21) ;
  • un tarse de mouton (G’21) ;
  • deux paires de mandibules de bœufs (A3 et L4) ;
  • deux coxaux de jument (G3 et J4).

222Tous, sauf le membre antérieur de bœuf, proviennent de fossés.

4.1. Morphologie des animaux

223L’approche morphologique des animaux est fortement limitée par le degré de fragmentation des os et par des quantités de vestiges assez limitées. La pièce la plus intéressante de ce point de vue est le crâne d’un étalon assez âgé (Méniel 1984, p. 31-36). Cette pièce, à laquelle il manque l’occipital, présente des caractères originaux (fig. 18), qui la distinguent de la plupart des crânes des chevaux gaulois, mais la rapproche de deux crânes, l’un découvert à Longueil-Sainte-Marie « Les Taillis » (Méniel 1981) l’autre à Soissons « Ilôts des Feuillants » (fouille D. Defente, inédite).

224Quelques six os longs permettent des estimations de statures (coefficients de Kiesewalter) ; elles sont comprises entre 1,20 et 1,35 m, avec une moyenne de 1,28 m, tout à fait conforme aux valeurs obtenues sur les restes équins de l’Âge du fer.

225Les restes de bœufs sont plus abondants que ceux des chevaux. Malgré cela, on ne dispose que d’une douzaine d’estimations de statures (coefficients de Matolcsi), réalisées, lorsque cela est possible, après une détermination du sexe basée sur la longueur et la gracilité des métapodes. Les vaches ont des statures comprises entre 1,04 et 1,09, les bœufs vers 1,20 m. Ces estimations révèlent la présence d’un grand bœuf, comme on les connaît à la fin de l’Âge du fer et à la période romaine, avec une taille de 1,44 m.

Fig. 18 : indices protoconiques du cheval d’Alençon comparés à ceux du cheval et de l’âne.

226Sexe indét. 1,10 m

227Vache 1,04 ; 1,05 ; 1,06 ; 1,07 ; 1,07 ; 1,08 ; 1,09

228Mâles 1,19 ; 1,20 ; 1,21

229Grand bœuf 1,44 m

230Les possibilités d’estimations sont encore plus réduites pour les autres espèces. Pour les porcs elles sont au nombre de cinq, comprises entre 0,71 et 0,80 m (coefficients de Teichert) ; elles semblent plutôt élevées, la moyenne pour la période de La Tène étant souvent proche de 0,70 m. Pour le mouton, il n’y a que deux possibilités d’estimations (0,51 et 0,62 m, coefficients de Teichert).

4.2. Dénombrements

231Les effectifs en présence nous ont conduits à regrouper le mobilier des fossés d’une part, et celui des niveaux de sol, d’autre part (fig. 19).

232Les fréquences des espèces établies pour ces deux ensembles sont proches. Compte tenu des effectifs en présence et des différences d’ordre taphonomique, on peut même considérer qu’ils sont similaires. L’une des caractéristiques de ce site tient à la relative discrétion du porc et la relative abondance du bœuf. C’est pour ce dernier que les données sont les plus abondantes et l’étude la plus détaillée.

4.3. Âge et sexe des animaux

233La détermination du sexe est effectuée à partir d’indices spécifiques (Chaix et Méniel 2001). Pour les ruminants, les indices les plus pertinents résident sur les chevilles osseuses et les pubis ; on peut également tirer des indications d’une approche ostéométrique de certains os. Ici, tous ces indices sont représentés de manière beaucoup trop éparse pour que l’on puisse en tirer des indications fiables. Tout juste peut-on remarquer que les vaches semblent plus nombreuses que les bœufs, ce qui est assez habituel.

Fig. 19 : dénombrement des restes animaux d’Alençon « Les Grouas » (P. Méniel).

234Les estimations d’âges dentaires des bovins constituent un indice de choix pour restituer les modalités de gestion et déterminer les usages des animaux. Les deux distributions (fig. 20) présentent des différences marquées. Les restes issus des fossés font état d’une majorité de sujets jeunes, mais également d’une part importante d’animaux plus âgés, avec une distinction assez nette entre jeunes et vieux, la classe des sujets entre sept et neuf ans étant vide. Les mâchoires issues des sondages donnent une image bien différente, avec une forte majorité de vieux sujets, qui rappelle les distributions d’âges de Gournay-sur-Aronde et Saint-Just-en-Chaussée, où des bovins très âgés ont été sacrifiés.

235Pour les autres animaux, les estimations ne permettent pas d’établir de distributions. Il faut signaler que des restes de sujets très jeunes côtoient des restes de sujets adultes, voire séniles. On peut donc exclure la possibilité d’un choix d’une catégorie particulière d’animaux.

Fig. 20 : distributions des estimations d’âges dentaires des bovins dans les fossés et dans les sondages (dessin P. Méniel).

4.4. Choix des parties

236La composition des échantillons d’ossements est la résultante d’une histoire plus ou moins complexe, qui débute avec la mise à mort des animaux, puis se poursuit par leur découpe, leur partage, le traitement des os, leur devenir lors de l’enfouissement, à la fouille… La résultante de tous ces paramètres est la composition des échantillons (fig. 21). Une des premières observations tient à la relative abondance, notamment dans les sondages, de dents isolées. Ces dernières résultent de la dislocation de mâchoires, phénomène d’autant plus fréquent que ces os sont plus fragiles et les conditions défavorables, d’où son ampleur pour les caprinés et les porcs et particulièrement dans les niveaux de sols (sondages). Les restes de bœufs sont un peu moins affectés, ce qui a permis la préservation d’une trentaine (27 dans les fossés, 5 sur les sols) de mandibules. On remarque que leur effectif moindre sur les sols (pour des nombres de restes du même ordre) se traduit par des dents isolées en plus grand nombre. Ces circonstances se traduisent également par la disparition des vertèbres et des côtes ; ces catégories sont effectivement peu fournies, notamment dans les sondages. Si l’on essaie de faire abstraction de ces phénomènes — ce qui n’est pas simple — qui tiennent avant tout à la conservation différentielle, il n’apparaît guère de différences marquées entre les deux contextes pour chacune des espèces.

237Dans ces conditions il est difficile d’interpréter la forte représentation de la tête (de un à deux tiers des restes) qui caractérise tous ces ensembles. L’ensemble le moins altéré, celui des bœufs (aux os plus résistants) des fossés (circonstances moins défavorables), est aussi celui où le déséquilibre entre régions anatomiques est le moins prononcé. D’un autre côté, il est facile de constater que toutes les parties sont présentes, ce qui exclut la possibilité d’une sélection systématique, comme on en connaît dans certains sanctuaires (absence de pieds notamment).

4.5. Traitement des animaux

238L’état des os nous renseigne sur leur histoire, et de nombreux indices peuvent être mis à contribution pour la restituer. Les os, à l’exception des plus massifs, comme les os du carpe ou du tarse, sont fragmentés. L’origine de cette fragmentation n’est pas facile à déterminer. Elle débute sans doute avec la découpe, s’accroît avec l’action des chiens et des porcs, puis avec le piétinement et les remaniements. Les traces de découpe et de dents ont été largement masquées par l’action des radicelles de plantes, qui altèrent de manière plus ou moins prononcée les surfaces osseuses.

239Toutes les espèces ont été touchées par la découpe, mais l’état des os ne justifie pas des présentations détaillées. Le chien (deux lombaires) et le cheval sont concernés. Pour ce dernier, on remarque que la plupart des traces sont localisées sur les extrémités (face médiale d’un radius, partie distale d’un tibia et trois métapodes : métacarpe, métatarse et métapode latéral), ce qui résulte de prélèvements de la peau ou de tendons, mais pas de viande. Les traces de décarnisation, plus fines, sont plus fugaces. Dans ces conditions, seules celles relevées sur un coxal indiquent bien une découpe bouchère. L’ouverture de la boîte crânienne par section de l’occipital (fig. 22) est une pratique que l’on connaît sur des sanctuaires comme à Gournay-sur-Aronde ou à Ribemont-sur-Ancre (Méniel 1992) ainsi que sur la station de La Tène (Méniel 2007).

240Les restes de cervidés présentent également des traces de découpe bouchère. Une petite partie du mobilier consiste en éléments de ramures (fig. 23), dont deux bois et un fragment (carrés G3 et F3), ainsi que par des andouillers sciés (mais en dehors des ensembles bien localisés). Le bois de mue trouvé dans le fossé, à proximité de l’essentiel d’une autre ramure (G3 et F3), a eu deux andouillers sciés.

Fig. 21 : distributions anatomiques schématiques des principaux ensembles de mammifères domestiques (d’après les nombres de restes) (dessin P. Méniel).

Fig. 22 : le crâne de cheval à l’occipital sectionné

(photographie P. Méniel).

Fig. 23 : dépôt de ramures de cerf dans le fossé (archives Th. Mercier).

4.6. Conclusions

241La faune du site des « Grouas » n’a pas bénéficié de conditions de gisement et de fouilles idéales, ce qui limite beaucoup son intérêt. L’impression d’ensemble est celle de déchets culinaires, qui constituent l’essentiel du mobilier. Ces restes sont dominés par les bœufs, alors que le porc est plutôt en retrait. Les bovins sont d’âges divers, avec une image très différente selon que l’on considère les restes issus des fossés, où les animaux jeunes sont assez bien représentés, alors que ceux retrouvés sur les niveaux de sols proviennent de sujets beaucoup plus âgés. C’est là l’une des différences entre ces deux entités. Les âges des autres animaux n’ont pu être qu’entrevus, mais il ne semble pas qu’ils aient été particulièrement jeunes. Le choix des parties ne permet pas non plus de mettre en évidence de sélections comme on en connaît sur la plupart des sanctuaires, et qui permettent d’orienter l’interprétation vers le banquet, la boucherie ou la décomposition de cadavres. Ici il n’est pas facile d’évoquer de telles pratiques. Seuls quelques faits permettraient d’évoquer des gestes particuliers, certains ouvrant à des analogies avec d’autres sites. Il s’agit par exemple du dépôt de deux ramures de cerfs, d’ensembles de mandibules de bœufs, des quelques ensembles anatomiques en connexion, du crâne d’un cheval à l’occipital tranché…

5. Anthropologie

5.1. Les contextes de découverte des restes humains

242En reprenant les rapports et la documentation de Th. Mercier, il apparaît que le squelette d’enfant (sujet A) et les fragments de crâne d’enfant (sujet B) proviennent des contextes suivants :

Sujet A

243Emplacement à la limite du carré F6 débordant légèrement sur G6, G7 et F7. Le niveau du haut du crâne était à -0,58 m et celui des autres ossements à -0,65 m. Il n’a été observé aucune différenciation de couleur ou de nature de la terre environnante. À part quelques tessons paraissant romains dans la partie supérieure, la céramique recueillie paraît appartenir à La Tène finale comme celle qui a été trouvée sur l’ensemble du site à partir du niveau -0,40 m jusqu’à -1,50 m.

Sujet B

244Ce sujet a été retrouvé dans le fossé creusé dans le substrat rocheux, dans le calage de pierres d’un trou de poteau. Les poteaux ne paraissaient pas descendre jusqu’au fossé, qui se trouve juste au dessous.

Autres restes

245Il a aussi été constaté que dans le sondage I3 à -0,80 m se trouvaient des fragments de calottes crâniennes déposés les uns dans les autres, comme des soucoupes empilées, la partie convexe au-dessous (ces fragments sont apparemment perdus et n’ont pas fait l’objet d’une analyse).

5.2. Les ossements

246Suite à la fouille des « Grouas » à Alençon, deux lots de restes osseux humains ont été soumis à l’étude du laboratoire de Caen ; bien qu’en nombre très faible, ils suffisent à identifier les squelettes de deux enfants. Afin d’éviter toute confusion, ils seront désignés ici respectivement par les lettres A et B, correspondant aux deux mises au jour successives (1978 et 1980).

5.2.1. Sujet A

247Le crâne est réduit à une calotte fragile et très incomplète et qui est parvenue au laboratoire morcelée en une vingtaine d’éléments. Certains fragments n’étant pas raccordables à l’ensemble, la reconstitution n’a pu fournir qu’un segment de voûte insuffisant pour toute étude métrique. La seule mesure praticable est celle de l’épaisseur osseuse dont la moyenne générale est de 2 mm.

248En dépit de sa destruction très poussée, ce crâne est constitué d’os en bon état de conservation, sans trace d’attaque érosive en sépulture par les agents habituels ; seules, quelques radicelles végétales ont marqué la surface de leur empreinte.

249La voûte, apparemment non déformée, est régulièrement convexe et les sutures en sont, bien entendu, totalement ouvertes.

250Il est hors de question de déterminer le sexe de ce sujet. Quant à son âge, aucun élément précis ne permet de l’évaluer avec certitude. Seule la très faible épaisseur de la paroi incline à penser qu’il s’agit d’un enfant n’ayant probablement pas dépassé l’âge de 5 ans.

251Cependant, si ce chiffre est accepté, il entraîne une difficulté. En effet, bien qu’aucune mesure anthropologique « classique » ne puisse être prise sur ce fragment, celui-ci apparaît, en tant que tel, d’une dimension exagérée pour l’âge supposé : bien que le frontal soit incomplet, la longueur i maximum est de 170 mm et la largeur bi-pariétale minimum devait atteindre 140 mm ; ce sont là des dimensions d’adulte qui conduisent à évoquer un état pathologique. Or, l’examen de l’endocrâne, révèle sur toute la surface, un ensemble d’empreintes (dites « impressions digitales ») qui sont les marques des circonvolutions cérébrales appliquées sur l’os par une hyperpression intracrânienne, notamment dans certains cas d’hydrocéphalie. Par ailleurs, on peut noter sur ce même endocrâne l’élargissement anormal (environ 3 mm) de la gouttière du sinus veineux sphéno-pariétal droit, processus d’hypervascularisation unilatéral qui pourrait parfaitement traduire un état pathologique, par exemple de type tumoral. Ainsi pourraient être expliqués à la fois la dimension apparemment excessive de cette calotte crânienne infantile et les empreintes disséminées sur tout l’endocrâne. Une telle hypothèse pourrait, éventuellement, expliquer le décès de ce jeune sujet. Mais, comme toujours en pareil cas, hypothèse ne signifie pas certitude et la circonspection reste la règle.

252Le squelette post-crânien ne comporte aucun os entier ; il se compose essentiellement des éléments suivants :

  1. une demi-douzaine de petits fragments vertébraux non utilisables ;
  2. six côtes brisées et réduites à un segment de 8 à 10 cm à quoi s’ajoutent une vingtaine de petits fragments costaux ;
  3. six diaphyses d’os longs :
    • le fémur droit ;
    • les deux humérus ;
    • l’ulna et le radius droits.

253Aucune de ces diaphyses n’est complète, toutes les extrémités « métaphysaires » ayant été détruites dans le sol. Il est donc absolument impossible de déterminer leur longueur exacte ; en outre, leur altération corticale, bien plus accentuée que celle du crâne, ne permet pas la mensuration précise des diamètres. C’est donc par extrapolation et simple comparaison visuelle avec d’autres échantillons qu’on a pu se faire une opinion de l’âge probable du sujet : 6 à 7 ans.

254On peut noter en outre qu’aucune pièce squelettique post-crânienne ne montre la moindre altération pathologique.

255En résumé, les quelques vestiges de ce sujet A l’identifient comme un enfant de 6 à 7 ans, de sexe indéterminable dont le crâne révèle une hydrocéphalie, indice possible d’un processus pathologique intracrânien ayant pu entraîner la mort.

5.2.2. Sujet B

256Ce deuxième individu est également un enfant représenté uniquement par son crâne. Celui-ci, entièrement brisé a dû faire l’objet d’une reconstitution laborieuse qui a dû être limitée au seul neurocrâne ; le splanchnocrâne est réduit à six fragments, maxillaires et mandibulaires, porteurs de dents mais absolument impossibles à raccorder au neurocrâne. Une douzaine de dents isolées s’ajoutaient à ces fragments.

257Le neurocrâne lui-même est loin d’être intact : de la base, il manque la quasi totalité de la région occipito-sphénoidale et la voûte est grevée de larges pertes de substance affectant les deux régions temporo-pariétales et l’écaille occipitale. En outre, l’ensemble a subi une très nette déformation en sépulture consistant en un aplatissement de la moitié gauche ayant entraîné un décalage oblique des deux régions pétreuses. Cette importante déformation a pour conséquence d’ôter toute valeur réelle aux mensurations qu’on pourrait être tenté de relever sur ce vestige céphalique.

258Comme pour le sujet A, le sexe n’est pas déterminable. En revanche, l’âge a pu être fixé avec assez de précision, non à partir du crâne lui même mais à partir des dents : cet enfant aurait environ 9 ans (compte tenu d’une marge d’erreur qui, en matière dentaire, est relativement faible en comparaison des autres méthodes).

5.3. Commentaire

259La nature des vestiges soumis ici à l’anthropologue ne permettent à celui-ci qu’une démarche purement descriptive. Tout au plus, le paléopathologiste pourrait-il faire remarquer que ni l’un ni l’autre des deux sujets ne porte de trace d’un quelconque traumatisme ayant intéressé le squelette ; mais, comme toutes les constatations négatives, celle-ci ne saurait infirmer les hypothèses suggérées par les constatations faites dans d’autres domaines.

6. Chronologie du site et conclusion

260En ce qui concerne les structures gauloises, le chapitre II a permis de reconstruire la chronologie relative générale du site : le creusement des fossés en constitue les premières marques tangibles. Après un temps d’érosion plus ou moins long qui s’est traduit par les couches 1, 2 et 3 de la coupe E3 (fig. 5), ces structures sont probablement remblayées avec tous les débris du sanctuaire (nombreux ossements ainsi que le mobilier métallique et céramique). Des poteaux d’une vingtaine de centimètres de diamètre sont alors implantés dans l’axe du fossé 1, à une distance régulière d’environ 2,80 m. Cette installation est ensuite démontée ou se décompose sur place avant de faire place au bâtiment A maçonné dont les fondations entament clairement les fossés remblayés. Les autres bâtiments sont construits à la même période ou plus tard, pendant l’époque romaine. Seule une étude détaillée du mobilier romain par contexte permettrait de préciser la chronologie des constructions. Les monnaies romaines découvertes sur le site permettent toutefois de situer l’occupation du site jusque dans le courant du IVe siècle ap. J.-C.

261Pour ce qui est de la chronologie absolue de l’occupation gauloise, l’étude du mobilier a permis de mettre en évidence que les objets contenus dans les remblais des fossés sont datés entre la fin du IIe siècle et la première moitié du Ier siècle av. J.-C., soit LT D. Le fossé 1 a donc nécessairement été creusé avant ou à cette période et les poteaux TP a mis en place à la fin de LT D ou juste après. L’absence d’ensembles de mobilier clairement datés de la phase de construction du bâtiment A empêche malheureusement d’encadrer précisément entre la fin de LT D et le début du Haut Empire la date de mise en place de ces poteaux.

262Le site a donc été occupé de manière apparemment continue entre le IIe siècle av. et le IVe siècle ap. J.-C.

263Dans cette conclusion nous aimerions surtout nous interroger sur la fonction du site. Le site d’Alençon « Les Grouas » ne se situe par sur un oppidum gaulois, mais en contexte apparemment rural. À La Tène finale, la découverte de fossés profonds sur un site de ce type indique en général la présence d’une ferme. Le faciès du mobilier retrouvé dans les fossés d’Alençon est toutefois assez particulier pour que l’on ne retienne pas cette interprétation. Dans sa proposition de hiérarchisation des installations agricoles gauloises, O. Nillesse montre que les sites ruraux qui présentent, comme à Alençon, l’association d’amphores, d’armement, d’outils, de monnaies et parure sont très rares (Nillesse 2003, p. 166-168). Si la consommation de vin n’est pas un critère pour faire d’un site un lieu de culte (la présence d’amphore sur les sites ruraux est bien attestée), le site d’Alençon réunit un grand nombre de critères permettant de supposer que le site avait comme fonction principale d’accueillir des pratiques cultuelles :

  • dépôts de faune dont certains de membres ou animaux entiers (restés en connexion) ;
  • traces particulières du rituel sur certains ossements (tête de cheval sur un poteau) ;
  • présence d’ossements humains dans les remblais, dont certains ont subi des traitements particuliers (découpe de calottes crâniennes) ;
  • catégories de mobilier variées (armement, monnaies, céramique, parure) ; traces de destruction et arrachage volontaire sur le fourreau d’épée ;
  • vidanges de foyers dans les fossés.

264Ce faciès évoque celui des sanctuaires connus aujourd’hui dans plusieurs régions de la Gaule (Arcelin et Brunaux 2003). Il est différent, qualitativement et chronologiquement, de celui du site d’Aunou-sur-Orne. Ces deux sites de l’Orne possèdent toutefois en commun un bâtiment romain carré flanqué d’une annexe construit sur la zone même où le mobilier gaulois lié au rituel est le plus abondant et concentré (Lejars et Pernet 2005 et 2007). On ne saurait voir là le jeu du hasard : ni dans le choix de l’emplacement du bâtiment romain (qui indique une continuité), ni dans les similitudes que l’on peut observer entre les deux sites. Nous avons proposé d’interpréter ce bâtiment carré d’Aunou, d’un plan peu commun sur les sites ruraux gallo-romains, comme un petit sanctuaire (fanum) qui conserve la mémoire de la sacralité du lieu. Nous proposons de voir dans le bâtiment A des Grouas le même type d’édifice. Ce fanum serait inclus dans une villa, dont les bâtiments B-C-D et l’enclos des murs 1-4 ne forment qu’une partie. La reprise de l’étude du mobilier céramique romain permettrait certainement d’arriver à comprendre encore mieux l’articulation entre ces deux éléments du site gallo-romain.

265En conclusion, ce travail aura permis de rappeler l’existence d’un lieu de culte gaulois majeur de la fin de l’Âge du fer dans l’Orne. Cette hypothèse avait déjà été avancée par Th. Mercier en son temps mais n’avait, pour différentes raisons, rencontré qu’un modeste succès à une époque contemporaine de la découverte du site de Gournay-sur-Aronde et du développement de la problématique des sanctuaires gaulois. Que le site d’Alençon « Les Grouas » retrouve sa place au sein des sanctuaires gaulois semble donc aujourd’hui totalement justifié.

Bibliographie

Bibliographie

Arcelin P., Brunaux J.-L. dir, 2003, Cultes et sanctuaires en France à l’âge du Fer, Gallia, 60, p. 1-268.

Barthélémy F., 1995, Les potins « à la tête diabolique », in Gruel K. dir, Les potins, Gallia, 52, p. 27-36.

Bouvet J.-P., Brodeur J., Chevet P., Mortreau M. et Siraudeau J., 2003, Un oppidum au Château d’Angers (Maine-et-Loire), in Mandy B., Saulce A. dir., Les marges de l’Armorique à l’Age du Fer, Archéologie et Histoire : culture matérielle et sources écrites, Actes du XXIIIe colloque de l’AFEAF, R.A.O., suppl. 10, p. 173-187.

Brunaux J.-L. et al., 1999, Ribemont-sur-Ancre, bilan préliminaire et nouvelles hypothèses, Gallia, 56, p. 177-283.

Chaix L., Méniel P., 2001, Archéozoologie. Les animaux et l’archéologie. Éditions Errance, Paris.

Churin T., 1990, L’organisation du territoire à la période gauloise, in Empreintes, l’Orne archéologique, catalogue de l’exposition, Saint-Cyr-La-Rosière, Sées, Alençon, p. 39-41.

Demarest M., 2007, Le mobilier métallique découvert sur le site antique de Sées « Le Grand-Herbage » (Orne), Revue archéologique de l’Ouest, 24, p. 169-189.

Ettlinger E., 1973, Die römischen Fibeln in der Schweiz, Bern.

Feugère M., 1985, Les fibules en Gaule méridionale, de la conquête à la fin du Ve siècle après J.-C. Suppl. à la Revue archéologique de Narbonnaise 12, Paris.

Gruel K., Popovitch L., 2007, Les monnaies gauloises et romaines de l’oppidum de Bibracte, Glux-en-Glenne, Bibracte (Collection Bibracte 13).

Jacobi G., 1974, Werkzeug und Gerät aus dem Oppidum von Manching, Manching 5, Wiesbaden.

Joly M., Barral Ph., 2007, Le sanctuaire de Mirebeau-sur-Bèze (Côte-d’Or) : bilan des recherches récentes, in Barral P. et al. dir., L’âge du Fer dans l’arc jurassien et ses marges. Dépôts, lieux sacrés et territorialité à l’âge du Fer. Actes du 29e colloque international de l’AFEAF, Bienne, 5-8 mai 2005, volume 1, p. 55-72.

Lejars T., Pernet L., 2005, Campagnes de fouilles 2003-2004 sur le sanctuaire d’Aunou-sur-Orne (Orne). Bulletin de l’association française pour l’étude de l’Âge du Fer, 23, p. 29-30.

Lejars T., Pernet L., 2007, Le gisement protohistorique et gallo-romain du « Pré du Mesnil » à Aunou-sur-Orne : un site à caractère cultuel, in Découvertes archéologiques récentes dans l’Orne. Bulletin trimestriel de la Société historique et archéologique de l’Orne, 126, 3-4, p. 107-116.

Leclerc G., 1999, La période gallo-romaine, in Plessis R. dir., L’Orne de la préhistoire à nos jours, éditions Jean-Michel Bordessoules, Saint-Jean-d’Angely, p. 53-76.

Lévery M., 2000, La céramique gauloise du terrain Rogier. Esquisse d’une typologie et d’une chronologie, in Buchsenschutz O. et al., Le village celtique des Arènes à Levroux. Synthèses, Levroux, p. 53-82.

Mandy B., 1990, Alençon les Grouas, in Empreintes, l’Orne archéologique, catalogue de l’exposition, Saint-Cyr-La-Rosière, Sées, Alençon, p. 47-49 et 63.

Méniel P., 1981, Étude des vestiges animaux de Longueil-Sainte-Marie « Les Taillis », Revue archéologique de l’Oise, 25, p. 4-8.

Méniel P., 1984, Contribution à l’histoire de l’élevage en Picardie du Néolithique à la fin de l’âge du Fer, Revue archéologique de Picardie, numéro spécial.

Méniel P., 1992, Les sacrifices d’animaux chez les Gaulois, Paris, Errance.

Méniel P., 2007, Les animaux de La Tène. La Tène, la recherche, les questions, les réponses. Musée Schwab, Bienne, p. 60-65.

Mercier Th., 1979, Fouille d’un édifice gallo-romain à Alençon, Bulletin de la Société Historique et Archéologique de l’Orne, t. XCII, 1, p. 7-30.

Mercier Th., 1981, Fouille d’un édifice gallo-romain à Alençon, Bulletin de la Société Historique et Archéologique de l’Orne, t. XCIV, 4, p. 17-53.

Mercier Th., 1983, Site gallo-romain des Grouas à Alençon. Fouilles archéologiques de 1981 et 1982, Bulletin de la Société Historique et Archéologique de l’Orne, t. CII, 4, p. 87-106.

Mercier Th., 1984, Site gallo-romain des Grouas à Alençon. Fouilles archéologiques de 1983, Bulletin de la Société Historique et Archéologique de l’Orne, t. CIII, 4, p. 3-30.

Mercier Th., 1986, Site gallo-romain des Grouas à Alençon. Campagnes de fouilles 1984-1985, Bulletin de la Société Historique et Archéologique de l’Orne, t. CV, 4, p. 1-17.

Metzler J., 1995, Das treverische Oppidum auf dem Titelberg. Zur Kontinuität zwischen der spätkeltischen und der frührömischen Zeit in Nord-Gallien. Dossiers d’archéologie du Musée national d’histoire et d’art III, 2 vol., Luxembourg.

Metzler J., Méniel P., Gaeng C., 2006, Oppida et espaces publics, in Haselgrove C. dir., Les mutations de la fin de l’âge du Fer, Bibracte 12/4, Glux-en-Glenne, p. 201-224.

Nillesse O., 2003, Les établissements ruraux gaulois de Marcé (Maine-et-Loire) et la hiérarchisation des aedificia, in Mandy B., Saulce A. dir., Les marges de l’Armorique à l’Age du Fer, Archéologie et Histoire : culture matérielle et sources écrites, Actes du XXIIIe colloque de l’AFEAF, R.A.O., suppl. 10, p. 149-172.

Pesteil F., 2007, Le Puy du Tour Oppidum Gaulois, Monceaux-sur Dordogne, Mille Sources.

Pietsch M., 1983, Die römischen Eisenwerkzeuge von Saalburg, Feldberg und Zugmantel, Saalburg Jahrbuch 39, p. 5-132.

Pion P., 1999, Le Second Âge du fer, in Bernouis P. dir., Carte archéologique de la Gaule. L’Orne, p. 57-59.

Poux M., 2004, L’Âge du Vin. Rites de boisson, festins et libations en Gaule indépendante. Montagnac, Editions Monique Mergoil (Protohistoire européenne 8).

Schönfelder M., 2002, Das spätkeltische Wagengrab von Boé. Studien zu Wagen und Wagengräbern der jüngeren Latènezeit. Mainz : RGZM (Monographien 54).

Notes

1 Nous tenons à remercier ici François Fichet de Clairfontaine, Conservateur régional de l’archéologie de Basse-Normandie et Fabien Delrieu, alors Ingénieur de recherche au SRA de Basse-Normandie, pour avoir soutenu et encouragé cette étude. Ce travail n’aurait pas été possible sans la bienveillance et la disponibilité d’Aude Pessey-Lux, conservateur du Musée de la dentelle d’Alençon et de Jean-Pascal Foucher, directeur des archives départementales de l’Orne, qui nous ont ouvert leurs collections en rapport avec les fouilles de Th. Mercier. Enfin, les conseils et les informations fournis par Th. Churin et J. Garcin, qui ont tous deux participé aux fouilles des « Grouas » sous la direction de Th. Mercier, ont été précieux. Qu’ils soient également remerciés.

2 Pour des parallèles ornais de clés à retrait du Haut-Empire récemment publiées, voir Demarest 2007, fig. 4

3 Sans compter les deux fers à cheval trouvés par Th. Mercier (mais jamais entrés dans les collections du Musée d’Alençon), que cette dernière tenait pour gaulois. Les fers issus du contexte de fouilles des « Grouas » ne permettent aucunement de postuler l’existence de fers à cheval à l’époque gauloise. Ils ont très bien pu être perdus en profondeur par un cheval au moment des labours à une époque indéterminée.

4 Ce nombre est relativement peu élevé. Il est fort possible, au vu des conditions de fouilles, que certaines monnaies découvertes sur le site après 1978 n’aient jamais été déclarées à Th. Mercier.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : situation du site d’Alençon « Les Grouas ». Carte générale et situation du site sur le cadastre d’Alençon (section ZC, parcelle 39) dans l’état où il se trouvait au début des fouilles en 1978.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6657/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Légende Fig. 2 : vue aérienne du site des « Grouas » avant le début des fouilles (photographie D. Jalmain, archives Th. Mercier).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6657/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Légende Fig. 3 : vue de la fouille en 1978 dans la zone du bâtiment A. Les carrés font 2 m de côté (archives Th. Mercier).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6657/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Légende Fig. 4 : plan schématique reconstitué du site d’Alençon « Les Grouas ». Fouilles Th. Mercier 1978-1986 (en grisé : structures gauloises ; en noir structures romaines) (dessin L. Pernet).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6657/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende Fig. 5 : situation des coupes réalisées dans le fossé 1 et stratigraphie du fossé (dessin L. Pernet d’après Th. Mercier et Th. Churin).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6657/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Légende Fig. 6 : squelette d’enfant (sujet A) après son prélèvement en bloc (la tête a été détruite au moment de la fouille). Carré F6 (archives Th. Mercier).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6657/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 7 : répartition du mobilier métallique au sein des catégories identifiées à Alençon « Les Grouas », en nombres de restes (dessin L. Pernet).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6657/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende Fig. 8 : secteur de fouilles L4. Reconstitution de la découverte de 3 pièces métalliques (cat. 3, A et B) en juillet 1978 dans le fossé 1 (photographie J. Garcin).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6657/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Légende Fig. 9 : mobilier métallique d’Alençon « Les Grouas », cat. 1-6, A et B (dessins L. Pernet).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6657/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende Fig. 10 : mobilier métallique d’Alençon « Les Grouas », cat. 7-27 (dessins L. Pernet).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6657/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende Fig. 11 : mobilier métallique d’Alençon « Les Grouas », cat. 24-39 (dessins L. Pernet).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6657/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende Fig. 12 : mobilier métallique d’Alençon « Les Grouas », cat. 40-45 (dessins L. Pernet).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6657/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende Fig. 13 : mobilier métallique d’Alençon « Les Grouas », cat. 46-69 (dessins L. Pernet).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6657/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 14 : répartition du mobilier sur le site (métal, monnaies, ossements humains et restes animaux) (dessin L. Pernet d’après Th. Churin).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6657/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Légende Fig. 15 : céramique d’Alençon « Les Grouas » (dessin L. Pernet).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6657/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende Fig. 16 : céramique d’Alençon « Les Grouas », suite (dessin L. Pernet).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6657/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 17 : monnaies d’Alençon « Les Grouas » (archives Th. Mercier).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6657/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 18 : indices protoconiques du cheval d’Alençon comparés à ceux du cheval et de l’âne.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6657/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende Fig. 19 : dénombrement des restes animaux d’Alençon « Les Grouas » (P. Méniel).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6657/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende Fig. 20 : distributions des estimations d’âges dentaires des bovins dans les fossés et dans les sondages (dessin P. Méniel).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6657/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende Fig. 21 : distributions anatomiques schématiques des principaux ensembles de mammifères domestiques (d’après les nombres de restes) (dessin P. Méniel).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6657/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 22 : le crâne de cheval à l’occipital sectionné
Crédits (photographie P. Méniel).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6657/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 23 : dépôt de ramures de cerf dans le fossé (archives Th. Mercier).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6657/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 64k

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search