Version classiqueVersion mobile

La notion de “formule” en analyse du discours

 | 
Alice Krieg

Bibliographie

Texte intégral

Pierre ACHARD et Pierre FIALA (1997), « La locutionalité à géométrie variable », dans Pierre Fiala, Pierre Lafon, Marie-France Piguet, eds. (1997), p. 273-284.

Salih AKIN(1999), « Sans-papiers : une dénomination dans cinq quotidiens nationaux de mars à août 1996 », dans Mots. Les langages du politique (Paris, Presses de Sciences Po), no 60, septembre 1999, p. 59-75.

Ruth AMOSSY et Anne HERSCHBERG-PIERROT(1997), Stéréotypes et clichés. Langue, discours, société, Paris, Nathan, coll. 128, 1997, 128 p.

Marc ANGENOT (1982), La parole pamphlétaire. Typologie des discours modernes, Paris, Payot, coll. Langages et sociétés, 1982, 425 p.

Marc ANGENOT(1989), 1889. Un état du discours social, Montréal/Longueil, Éditions du Préambule, coll. L’Univers du discours, 1989, 1 176 p.

Jean-Claude ANSCOMBRE et al. (1995), Théorie des topoï, Paris, Kimé, 1995,212 p.

Hannah ARENDT ([1951] 1982), Les origines du totalitarisme. 2. L’impérialisme, Paris, Seuil, Points, 1982, 348 p. Traduit de l’anglais par Martine Leiris.

Sylvain AUROUX et al. (1985), La linguistique fantastique, Paris, Clims/Denoël, 1985, 380 p.

Jacqueline AUTHIER-REVUZ (1992c), « Repères dans le champ du discours rapporté », dans L’Information grammaticale (Paris, Société pour l’Information Grammaticale), no 55 et no 56, octobre 1992 et janvier 1993, respectivement p. 38-42 et p. 10-15.

Jacqueline AUTHIER-REVUZ(1995), Ces mots qui ne vont pas de soi. Boucles réflexives et non-coïncidences du dire, Paris, Larousse, coll. Sciences du langage, 1995, 2 tomes, 869 p.

Mikhaïl BAKHTINE ([1929 sous le nom de Volochinov] 1977), Le marxisme et la philosophie du langage. Essai d’application de la méthode sociologique en linguistique, Paris, Minuit, coll. Le sens commun, 1977, 233 p. Traduit du russe et présenté par Marina Yaguello. Préface de Roman Jakobson.

Ann BANFIELD ([1982] 1995), Phrases sans parole. Théorie du récit et du style indirect libre, Paris, Seuil, 1995, 485 p. Traduit de l’américain par Cyril Veken.

François BASTIEN et Erik NEVEU, dir. (1999), Espaces publics mosaïques. Acteurs, arènes et rhétoriques des débats publics contemporains, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. Res Publica, 1999, 322 p.

Émile BENVENISTE (1966), Problèmes de linguistique générale, 1, Paris, Gallimard, coll. Tel, 1966, 351 p.

Émile BENVENISTE (1974), Problèmes de linguistique générale, 2, Paris, Gallimard, coll. Tel, 1974, 286 p.

Simone BONNAFOUS (1991), « Immigration : le consensus douteux de l’intégration », dans L’année politique en France,Paris,Hachette,1991 ;p. 193-197.

Simone BONNAFOUS (1992), « Le terme "intégration" dans le journal Le Monde : sens et non sens », dans Hommes& Migrations (Paris), no 1154, mai 1992, p. 24-30.

Simone BONNAFOUS (2003), « “La dégénérescence du discours politique”, un “lieu commun” de l’Antiquité et de la fin du vingtième siècle ? », dans Simone Bonnafous, Pierre Chiron, Dominique Ducard, Carlos Levy(dir.), Argumentation et discours politique. Antiquité grecque et latine, Révolution française, Monde contemporain, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. Res Publica, 2003, 272 p. ;249-257.

Simone BONNAFOUS (2006), « L’analyse du discours », dans Stéphane Olivesi (dir.), Sciences de l’information et de la communication. Objets, savoirs disciplines, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 286 p. ; p. 213-228.

Simone BONNAFOUS, Pierre FIALA et Alice KRIEG, numéro coordonné par(1996), « Les médias dans le conflit yougoslave », Mots. Les langages du politique (Paris, Presses de Science Po), no 47, juin 1996.

Simone BONNAFOUS et Maurice TOURNIER (1995), « Analyse du discours, lexicométrie, communication et politique », dans Langages (Paris, Larousse), no 117, mars 1995, p. 67-81.

Simone BONNAFOUS et Malika TEMMAR, dir. (2007), Analyse du discours et sciences humaines et sociales, Paris, Ophrys, coll. Les chemins du discours, 2007, 165 p.

Bernard BOSREDON et Irène TAMBA(1992),« Thème et titre de presse : les formules bisegmentales articulées par un "deux points" », dans L’Information grammaticale (Paris, Société pour l’Information Grammaticale), no 54,juin 1992, p. 36-44.

Pierre BOURDIEU ([1973] 1984), « L’opinion publique n’existe pas », dans Pierre Bourdieu, Questions de sociologie, Paris, Minuit, 1984, 277 p. ; p. 222-235.

Pierre BOURDIEU(1982), Ce que parler veut dire. L’économie des échanges linguistiques, Paris, Fayard, 1982, 243 p.

Pierre BOURDIEU (1996), Sur la télévision, suivi de L’emprise du journalisme, Paris, Liber éditions, coll. Raisons d’agir, 1996, 95 p.

Josiane BOUTET (1982), « Matériaux pour une sémantique sociale », dans Modèles linguistiques(Lille, Presses Universitaires de Lille), tome IV, fasc.1, 1982,p. 7-37.

Josiane BOUTET (1986), « Pluriaccentuation et polysémie sociale », dans Travaux du Centre de recherches sémiologiques (Neuchâtel), no 50, avril 1986(« Actes du colloque Dialogisme et polyphonie, 27-28 septembre 1985 »), p. 46-64.

Henri BOYER (1991), Le langage en spectacle. Une approche sociopragmatique, Paris, L’Harmattan, coll. Logiques sociales, 1991, 150 p.

Henri BOYER et al (1987), Questions sur les mots. Analyses sociolinguistiques, suivi de La question du mot par R. Lafont, Paris, Didier Érudition, coll. Linguistique, no 19, 1987, 167 p.

Sonia BRANCA-ROSOFF, numéro coordonné par (1998a), « Le mot : analyse du discours et sciences sociales », Langues et langage (Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence), no 7, 1998.

Sonia BRANCA-ROSOFF (1998b), « Le mot comme notion hétérogène. Linguistique, histoire, discours », dans Langues et langage (Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence), no 7, 1998, p. 7-39.

Patrick BRAUNS (1990), « “Modernisation”, l’“occupation” d’un mot-clé par le Parti socialiste », dans Mots. Les langages du politique (Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques), no 22, mars 1990, p. 32-42.

Alain BROSSAT (1996), L’épreuve du désastre. Le XXe siècle et les camps, Paris, Albin Michel, coll. Bibliothèque Idées, 1996, 494 p.

Otto BRUNNER, Werner CONZE, Reinhart KOSELLECK (Arbeitskreis fur moderne Socialgeschichte) (1972-1984), Geschichtliche Grundbegriffe : historisches Lexikon zur politisch-sozialen Sprache in Deutschland, Stuttgart, E. Klett - G. Cotta, 5 volumes de 1972 à 1984.

Danielle CANDEL (1995), « Locutions en langues de spécialité », dans Cahiers du français contemporain (Crédif, ENS Fontenay / Saint-Cloud), no 2, décembre 1995, p. 151-173.

Patrick CHAMPAGNE(1995), « La double dépendance. Quelques remarques sur les rapports entre les champs politique, économique et journalistique », dans Hermès (Paris, CNRS Éditions), no 17-18, 1995, p. 215-229.

Patrick CHARAUDEAU et Dominique MAINGUENEAU dir. (2002), Dictionnaire d’analyse du discours, Paris, Seuil, 661 p.

Bernard CONEIN et al. (1981), Matérialités discursives. Colloque des 24, 25, 26 avril 1980, Université Paris 10 - Nanterre, Lille, Presses Universitaires de Lille, 1981, 212 p.

Danielle CORBIN(1997), « Locutions, composés, unités polylexématiques : lexicalisation et mode de construction », dans Michel Martins-Baltar, éd. (1997a), p. 53-101.

Jean-Jacques COURTINE (1981), « Quelques problèmes théoriques et méthodologiques en analyse du discours, à propos du discours communiste adressé aux chrétiens », dans Langages (Paris, Larousse), no 62, juin 1981, p. 9-128.

Laurence DANLOS(1988), « Présentation », dans Langages (Paris, Larousse), no 90, juin 1988 (« Les expressions figées »), p. 5-6.

Marc DELEPLACE(1995), « Peut-on jurer "haine à l’anarchie" ?(1799) », dans Mots. Les langages du politique (Paris, Presses de Sciences Po), no 45, décembre 1995, p. 124-126.

Marc DELEPLACE(1998), « Un exemple d’approche lexicologique en histoire : la notion d’anarchie (1789-1801) », dans Langues et langage (Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence), no 7, 1998, p. 97-121.

Bernard DELFORCE et Jacques NOYER(1999), « Pour une approche interdisciplinaire des phénomènes de médiatisation : constructivisme et discursivité sociale », dans Études de communication. Techniques d’expression, information, communication (Université Charles-de-Gaulle - Lille 3), no 22, 1999, p. 13-39.

Gabrielle DRIGEARD, Pierre FIALA et Maurice TOURNIER, dir. (1989), Courants sociolinguistiques. Séminaire de lexicologie politique de l’Université de Paris III (1986-1987), Paris, INaLF, coll. Saint-Cloud, 1989, 259 p.

Jean DUBOIS (1962), Le vocabulaire politique et social en France de 1869 à 1872, Paris, Larousse, 1962, 462 p.

Jean DUBOIS (1969), « Lexicologie et analyse d’énoncé » (conclusions au Colloque de Lexicologie politique de Saint-Cloud, avril 1968), dans Cahiers de lexicologie. Revue internationale de lexicologie et de lexicographie (Paris, Didier Érudition/Larousse), vol. 15, 1969-2, p. 115-126.

Oswald DUCROT et Jean-Claude ANSCOMBRE(1983), L’argumentation dans la langue, Liège, Mardaga, coll. Philosophie et langage, 1983, 184 p.

Marianne EBEL(1979), « Narration et histoire : versions actives et récit vrai », dans Cahiers Vilfredo Pareto. Revue européenne des sciences sociales (Genève, Droz), tome 17, no 45, 1979, p. 9-32.

Équipe "18e ET RÉVOLUTION" (1985-1999), Dictionnaire des usages socio-politiques (1770-1815), fasc. 1 à 6, Paris, INaLF Klincksieck, coll. Saint-Cloud.

Équipe "18e ET RÉVOLUTION" (2003-2006), Dictionnaire des usages socio-politiques (1770-1815), fasc. 7 et 8, Paris, Champion.

Arlette FARGE (1997), Des lieux pour l’histoire, Paris, Seuil, coll. La librairie du XXe siècle, 1997, 148 p.

Jean-Pierre FAYE (1972a), Langages totalitaires. Critique de la raison/l’économie/Narrative, Paris, Hermann, 1972, 771 p.

Jean-Pierre FAYE (1972b), Théorie du récit. Introduction aux « langages totalitaires », Paris, Hermann, coll. Savoir, 1972, 140 p.

Jean-Pierre FAYE (1973), La critique du langage et son économie, Auvers-sur-Oise, Éditions Galilée, série Langue, 1973, 187 p.

Jean-Pierre FAYE (1996a), Le langage meurtrier, Paris, Hermann, coll. Savoir : Cultures, 1996, 290 p.

Jean-Pierre FAYE (1996b). Le siècle des idéologies, Paris, Armand Colin, coll. Références, 1996, 195 p.

Jean-Pierre FAYE(1998), « Ruses des langages politiques », dans Mauvais temps (Paris, Éditions Syllepse), no 1, juin 1998, p. 11-33.

Thomas FERENCZI ([1993] 1996), L’invention du journalisme en France. Naissance de la presse moderne à la fin du XIXe siècle, Paris, Payot, 1996, 275 p.

Pierre FIALA(1984), « Le consensus patriotique, face cachée de la xénophobie », dans Mots. Ordinateurs. Textes. Sociétés (Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques), no 8, mars 1984, p. 17-41.

Pierre FIALA (1989), « Figements et phraséologie. État des recherches actuelles », dans Gabrielle Drigeard, Pierre Fiala et Maurice Tournier, dir. (1989), p. 137-155.

Pierre FIALA, numéro coordonné par(1993), « Les tailleurs de l’information », Langage et Société (Paris, Maison des Sciences de l’Homme), no 64, juin 1993.

Pierre FIALA, dir. (1999), In/égalité/s. Usages lexicaux et variations discursives (18e-20e siècles), Paris, L’Harmattan, coll. Sémantiques, 1999, 280 p.

Pierre FIALA, Josiane BOUTET et Marianne EBEL(1982),« Relations paraphrastiques et construction sociale du sens. Analyse d’une formule dans les discours xénophobes », dans Modèles linguistiques (Lille, Presses Universitaires de Lille), tome IV, fasc. 1, 1982, p. 39-79.

Pierre FIALA et Marianne EBEL (1983a), Langages xénophobes et consensus national en Suisse/1960-1980) : discours institutionnels et langage quotidien ; la médiatisation des conflits, Université de Neuchâtel, Faculté des lettres, 1983, 432 p. + 22 p.

Pierre FIALA et Marianne EBEL (1983b), Sous le consensus, la xénophobie. Paroles, arguments, contextes (1969-1981), Lausanne, Institut de science politique, Mémoires et documents, 1983, 434 p.+22 p.

Pierre FIALA, Pierre LAFON, Marie-France PIGUET, eds. (1997), La locution : entre lexique, syntaxe et pragmatique. Identification en corpus, traitement, apprentissage, Paris, INaLF, coll. Saint-Cloud, 1997, 346 p.

Michel FOUCAULT(1969), L’Archéologie du savoir, Paris, Gallimard, coll. Bibliothèque des sciences humaines, 1969, 275 p.

Andréas FREUND (1991), Journalisme et mésinformation, Grenoble, La Pensée sauvage, coll. Média-Discours, 1991,365 p.

Catherine FUCHS(1986), « Z. Harris, ou l’énonciation esquivée », dans Histoire Épistémologie Langage (Société d’histoire et d’épistémologie des sciences du langage/Presses Universitaires de Vincennes à Saint-Denis), tome VIII, fasc. 2, 1986, p. 221-231.

Robert GALISSON (1995), « Les palimpsestes verbaux : des révélateurs culturels remarquables mais peu remarqués... », dans Cahiers du français contemporain (Crédif, ENS Fontenay/Saint-Cloud), no 2, décembre 1995, p. 41-63.

Michel GALMICHE (1983), « Les ambiguïtés référentielles ou les pièges de la référéférence », dans Langue française (Paris, Larousse), no 57, février 1983, p. 60-86.

Bernard GARDIN (1974), « La néologie. Aspects sociolinguistiques », dans Langages (Paris, Larousse), no 36, décembre 1974, p. 67-73.

Harold GARFINKEL ([1967] 1984), Studies in Ethnomethodology, Cambridge, Polity Press, 1984, 288 p.

Carlo GINZBURG ([1991] 1997), Le Juge et l’Historien : considérations en marge du procès Sofri, Migrasse, Éditions Verdier, coll. Histoire, 1997, 187 p. Traduit de l’italien par Myriem Bouzaher et al.

Almuth GRÉSILLON(1984), La règle et le monstre : le mot-valise. Interrogations à partir d’un corpus de Heinrich Heine, Tubingen, Max Niemeyer Verlag, coll. Linguistische Arbeiten, 1984, 192 p.

Almuth GRÉSILLON (1985), « Le mot-valise, un monstre de langue », dans Sylvain Auroux et al. (1985), p. 245-259.

Almuth GRÉSILLON et Dominique MAINGUENEAU(1984), « Polyphonie, proverbe et détournement. Ou Un proverbe peut en cacher un autre », dans Langages (Paris, Larousse), no 73, mars 1984, p. 112-125.

Gaston GROSS (1988), « Degré de figement des noms composés », dans Langages (Paris, Larousse), no 90, juin 1988, p. 57-72.

Gaston GROSS(1996), Les expressions figées en français ; noms composés et autres locutions, Gap / Paris, Ophrys, coll. L’essentiel français, 1996, 161 p.

Maurice GROSS (1988), « Les limites de la phrase figée », dans Langages (Paris, Larousse), no 90, juin 1988, p. 7-22.

Blanche-Noëlle GRUNIG et Roland GRUNIG(1985), La fuite du sens. La construction du sens dans l’interlocution, Paris, Hatier / Crédif, coll. Langues et apprentissage des langues, 1985, 255 p.

Louis GUESPIN(1976), « Types de discours, ou fonctionnements discursifs ? », dans Langages (Paris, Larousse) no 41,mars 1976, p. 3-12.

Jacques GUILHAUMOU(1998), La parole des sans. Les mouvements actuels à l’épreuve de la Révolution française, Fontenay-aux-Roses, ENS Éditions, coll. Feuillets, 1998, 137 p.

Jacques GUILHAUMOU et Denise MALDIDIER (1984), « Coordination et discours. ʺDu pain et Xʺ à l’époque de la Révolution française », dans LINX (Nanterre, Centre de Recherches Linguistiques de l’Université de Paris 10), no 10,1984,p.97-117.

Jacques GUILHAUMOU et Denise MALDIDIER (1986a),« Effets de l’archive ; l'analyse du discours du côté de l’histoire », dans Langages (Paris, Larousse), n °81, mars 1986, p.43-56.

Jacques GUILHAUMOU et Denise MALDIDIER (1986b), « De l’énonciation à l'événement discursif en analyse du discours », dans Histoire Épistémologie Langage (Société d’histoire et d’épistémologie des sciences du langage/Presses Universitaires de Vincennes à Saint-Denis), tome VIII, fasc. 2.1986, p. 233-242.

Jacques GUILHAUMOU et Denise MALDIDIER (1990), « De nouveaux gestes de lecture ou le point de vue de l’analyse de discours sur le sens », dans Claudine Normand, dir., La quadrature du sens, Paris, Presses Universitaires de France, coll. Nouvelle encyclopédie Diderot, 1990, 352 p. ; p. 227-239.

Benoît HABERT et Pierre FIALA(1989),« La langue de bois en éclat : les défigements dans les titres de presse quotidienne française », dans Mots. Les langages du politique (Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques), no 21, décembre 1989, p. 83-99.

Serge HALIMI(1997), Les nouveaux chiens de garde, Paris, Liber éditions, coll. Raisons d’agir, 1997, 111 p.

Zellig S. HARRIS([1952] 1969),« Analyse du discours », dans Langages (Paris, Larousse), n °13,mars 1969, p.8-45.Traduit de l’anglais par Françoise Dubois-Charlier.

Paul HENRY(1977), Le mauvais outil. Langue, sujet et discours, Paris, Klincksieck, coll. Horizons du langage, série Recherches, 1977, 210 p. Postface d’Oswald Ducrot.

Edward S. HERMAN et Noam CHOMSKY(1988), Manufacturing Consent. The Polilical Economy of the Mass Media, New York, Panthéon Books, 1988, 412 p. Traduction française : La fabrication du consentement. L’économie politique des médias de masse, Marseille, Éditions Agone, 2008, 564 p.

Anne-Marie HETZEL, Josette LEFÈVRE, René MOURIAUX et Maurice TOURNIER (1998), Le syndicalisme à mots découverts. Dictionnaire des fréquences (1971-1990), Paris, Éditions Syllepse, 1998, 349 p.

Raul HILBERG ([1985] 1988), La destruction des Juifs d’Europe, Fayard, 1988, 1 099 p. Traduit de l’américain par Marie-France de Paloméra et André Charpentier.

Raul HILBERG ([1992] 1994), Exécuteurs, victimes, témoins. La catastrophe juive, 1933-1945, Paris, Gallimard, coll. NRF Essais, 1994, 363 p. Traduit de l’américain par Marie-France de Paloméra.

Raul HILBERG ([1994] 1996), La politique de la mémoire, Paris, Gallimard, coll. Arcades, 1996, 205 p.Traduit de l’américain par Marie-France de Paloméra.

Françoise KERLEROUX(1984), « La langue passée aux profits et pertes », dans Collectif "Révoltes Logiques", L’empire du sociologue, Paris, La Découverte, coll. Cahiers libres, 1984, 166 p. ; p. 53-69.

Georges KLEIBER (1979), « À propos de l’ambiguïté référentielle Transparence/Opacité », dans Travaux de linguistique et de littérature (Centre de philologie et de littératures romanes, Université de Strasbourg), tome XVII, fasc. 1, 1979, p. 233-250.

Georges KLEIBER (1981), Problèmes de référence : descriptions définies et noms propres, Paris, Klincksieck, coll. Recherches linguistiques, 1981, 538 p.

Victor KLEMPERER ([1947] 1996), LTI, la langue du IIIe Reich. Carnets d’un philologue, Paris, Albin Michel, coll. Bibliothèque Idées, 1996, 372 p. Traduit de l’allemand et annoté par Elisabeth Guillot. Présenté par Sonia Combe et Alain Brossat.

Alice KRIEG (1997), compte rendu de Victor Klemperer ([1947] 1996), dans Mots. Les langages du politique (Paris, Presses de Sciences Po), no 50, mars 1997, p. 162-165.

Alice KRIEG (1999), « Discours racistes et d’extrême droite. Mots d’hier, périls de demain », dans Mauvais temps. Débats et combats contre le fascisme et pour la démocratie (Paris, Syllepse), no 3, janvier 1999, p. 125-129.

Alice KRIEG (2000a), « La dénomination comme engagement. Débats dans l’espace public sur le nom des camps découverts en Bosnie », dans Langage et Société (Paris, Maison des Sciences de l’Homme), no 93, septembre 2000, p. 33-69.

Alice KRIEG (2000b), « Analyser le discours de presse. Mises au point sur le ʺdiscours de presseʺ comme objet de recherche », dans Communication (Québec,Université de Laval, Département d’information et de communication), vol. 20, no 1, septembre 2000, p. 75-97.

Alice KRIEG(2002), « L’adjectif “ethnique” entre langue et discours. Ambiguïté relationnelle et sous-détermination énonciative des adjectifs dénominaux », dans RSP. Revue de Sémantique et Pragmatique, Orléans, Presses Universitaires d’Orléans, no 11, 2002, p. 103-121.

Alice KRIEG-PLANQUE (2003), « Purification ethnique ». Une formule et son histoire, Paris, CNRS Éditions, coll. Communication, 2003, 523 p.

Alice KRIEG-PLANQUE(2004), « Souligner l’euphémisme : opération savante ou acte d’engagement ? Analyse du “jugement d’euphémisation” dans le discours politique », dans Semen. Revue de sémio-linguistique des textes et discours (Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté), no 17, janvier 2004, p. 59-79.

Alice KRIEG-PLANQUE(2005), « Le mot “ethnie” : nommer autrui. Origine et fonctionnement du terme “ethnie” dans l’univers discursif français », dans Cahiers de lexicologie. Revue internationale de lexicologie et lexicographie, Paris, Éditions Garnier, no 87, 2005-2, p. 141-161.

Alice KRIEG-PLANQUE (2006a), « “Formules” et “lieux discursifs” : propositions pour l’analyse du discours politique », dans Semen. Revue de sémio-linguistique des textes et discours (Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté), no 21, avril 2006, p. 19-47. Numéro sur « Catégories pour l’analyse du discours politique », coordonné par Philippe Schepens.

Alice KRIEG-PLANQUE (2006b), « L’intentionnalité de l’action mise en discours. Le caractère intentionnel des crimes de masse sur la scène médiatique », dans Marc Le Pape, Johanna Siméant, Claudine Vidal (dir.), Crises extrêmes. Face aux massacres, aux guerres civiles et aux génocides, Paris, Éditions La Découverte, coll. Recherches, 2006, 334 p. ; p. 88-102.

Alice KRIEG-PLANQUE (2007a), « “Sciences du langage” et “sciences de l’information et de la communication” : entre reconnaissances et ignorances, entre distanciations et appropriations », dans Franck Neveu et Sabine Pétillon (dir.), Sciences du langage et sciences de l’homme, Limoges, Lambert-Lucas, 2007, 136 p. ; p. 103-119.

Alice KRIEG-PLANQUE (2007b), « Travailler les discours dans la pluridisciplinarité. Exemples d’une “manière de faire” en analyse du discours », dans Simone Bonnafous et Malika Temmar (dir.), Analyse du discours et sciences humaines et sociales, Paris, Ophrys, coll. Les chemins du discours, 2007, 165 p. ; p. 57-71.

Alice KRIEG-PLANQUE (2008), « La notion d’ “observable en discours”. Jusqu’où aller avec les sciences du langage dans l’étude des pratiques d’écriture journalistique ? », dans Marcel Burger (dir.), L’analyse linguistique des discours médiatiques. Entre sciences du langage et sciences de la communication, Québec, Université de Laval, Éditions Nota Bene, 2008, 290 p ; p. 59-81.

Alice KRIEG-PLANQUE(2009), « À propos des “noms propres d’événement”. Événementialité et discursivité », dans Les Carnets du Cediscor, Paris, Presses de la Sorbonne nouvelle, no 11, (“Le nom propre en discours”, Michelle Lecolle, Marie-Anne Paveau et Sandrine Reboul, dir.), 2009, p. 77-90.

Alice KRIEG-PLANQUE et Claire OGER(2008), « Analyse des discours et des pratiques langagières : quel apport pour les SIC ? », dans Les Cahiers de la SFSIC, Bordeaux, Société Française des Sciences de l’Information et de la Communication, no 3, juin 2008, p. 13-14.

Pierre LAFON et Josette LEFÈVRE(1997), « Le figement : prise en compte discursive, incidence sur les statistiques textuelles et sur l’interprétation », dans Pierre Fiala, Pierre Lafon, Marie-France Piguet, eds. (1997), p. 295-306.

Bernard LAHIRE (1996), « Risquer l’interprétation. Pertinences interprétatives et surinterprétations en sciences sociales », dans Enquêtes (Marseille, Éditions Parenthèses), n °3,1er semestre 1996, p. 61-87.

Anne-Marie LOFFLER-LAURIAN(1995), « Locutions et discours scientifiques », dans Cahiers du français contemporain (Crédif, ENS Fontenay / Saint-Cloud), no 2, décembre 1995, p. 243-269.

Hans-Jürgen LUSEBRINK et Rolf REICHARDT, dir. (1985-...), Handbuch politisch-sozialer Gründbegriffe in Frankreich (1680-1820), Munich, R. Oldenbourg, 1985-..., 19 volumes à ce jour.

Hans-Jürgen LUSEBRINK et Rolf REICHARDT(1988), « "Révolution" à la fin du 18e siècle. Pour une relecture d’un concept-clé du siècle des Lumières », dans Mots. Ordinateurs. Textes. Sociétés (Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques), no 16, mars 1988, p. 35-68.

Hans-Jürgen LUSEBRINK et Rolf REICHARDT (1990), Die Bastille : zur Symbolgeschichle von Herrschaft und Freiheit, Francfort, Fischer, 1990, 335 p.

Dominique MAINGUENEAU(1991), L’analyse du discours. Introduction aux lectures de l’archive, Paris, Hachette Supérieur, coll. Linguistique, 1991, 268 p.

Dominique MAINGUENEAU(1992), « Le tour ethnolinguistique de l’analyse du discours », Langages, Paris, Larousse, no 105, p. 114-125.

Dominique MAINGUENEAU(1995), « Les analyses du discours en France », Langages, Paris, Larousse, no 117, mars, p. 13-14.

Dominique MAINGUENEAU(1999), « Analysing self-constituting discourses », dans Discourse Studies (Londres, Sage Publications), vol. 1 (2), mai 1999, p. 175-199.

Dominique MAINGUENEAU (2005), « L’analyse de discours et ses frontières », Marges linguistiques, no 9, revue électronique, édition mai 2005, p. 64-75. http://wwww.marges-linguistiques.com

Denise MALDIDIER(1971), « Le discours politique de la guerre d’Algérie : approche synchronique et diachronique », dans Langages (Paris, Larousse), no 23, septembre 1971, p. 57-86.

Jean-Baptiste MARCELLESI (1969), « Le vocabulaire du Congrès socialiste de Tours », dans Cahiers de lexicologie. Revue internationale de lexicologie et de lexicographie (Paris, Didier Érudition Larousse), vol. 15, 1969-2, p.57-69.

Michel MARTINS-BALTAR, éd. (1995), « La locution en discours », Cahiers du français contemporain (Crédif,ENS Fontenay/Saint-Cloud), no 2,décembre 1995, 269 p.

Michel MARTINS-BALTAR, éd. (1997a), La locution entre langue et usages, Fontenayaux-Roses, ENS Éditions, coll. Langages, 1997, 346 p.

Georges MATORE(1953), La méthode en lexicologie, domaine français, Paris, Didier, 1953, 121 p.

Francine MAZIERE (2005), L’analyse du discours. Histoire et pratiques, Paris, Presses Universitaires de France, coll. Que sais-je ?, 2005, 127 p.

Bernard MIÈGE (1995), « L’espace public : au-delà de la sphère politique », dans Hermès(Paris, CNRS Éditions), no 17-18, 1995, p. 49-62.

Jean-Claude MILNER (1983), Les noms indistincts, Paris, Seuil, coll. Connexions du Champ freudien, 1983, 155 p.

Judith MILNER(1982), « Les monstres de langue », dans DRLAV. Revue de linguistique (Centre de recherche de l’Université de Paris 8), no 27, 1982, p. 25-45.

Georges MISRI(1987), « Approches du figement linguistique : critères et tendances », dans La Linguistique (Paris, Presses Universitaires de France), vol. 23, fasc. 2, 1987, p. 71-85.

Marie-Anne MOCHET et Iva CINTRAT(1995), « De quelques formes de stéréotypie dans le discours », dans Cahiers du français contemporain (Crédif, ENS Fontenay Saint-Cloud), no 2, décembre 1995, p. 119-135.

Maurice MOUILLAUD (1982), « Grammaire et idéologie du titre de journal », dans Mots. Ordinateurs. Textes. Sociétés (Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques), no 4, mars 1982, p. 69-90.

Maurice MOUILLAUD et Jean-François TÉTU (1989), Le journal quotidien, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1989, 204 p.

René MOURIAUX (1996), « Mouvement social : repères sur l’histoire d’une expression », dans Nouveaux Regards. Bulletin de l’Institut de recherches de la FSU (Paris), no 2-3, novembre 1996 (« Un mouvement social (automne 1995) »), p. 83.

MSCOPE (1994), « Journalistes et linguistes, même langue, même langage ? », MScope (Versailles, Centre Régional de Documentation Pédagogique de Versailles), hors série, avril 1994, 128 p. Actes du colloque, 15 janvier 1993, Sorbonne.

Erik NEVEU(1995), « Les sciences sociales face à L’Espace public, les sciences sociales dans l’espace public », dans Isabelle Pailliart, dir. (1995), p. 37-64.

Claire OGER(1999), « Le foulard entre tchador et mantille : enquête de voisinage dans le tissu journalistique », dans Langage et société (Paris, Maison des Sciences de l’Homme), n °90, décembre 1999, p. 29-56.

Claire OGER(2005), « L’analyse du discours institutionnel entre formations discursives et problématiques socio-anthropologiques », dans Langage et Société (Paris, Maison des Sciences de l’Homme), no 114,décembre 2005, p. 113-128.

Claire OGER(2007), « Analyse du discours et sciences de l’information et de la communication. Au-delà des corpus et des méthodes », dans Simone Bonnafous et Malika Temmar (dir.), Analyse du discours et sciences humaines et sociales, Paris, Ophrys, coll. Les chemins du discours, 2007, 165 p. ; p. 23-38.

Caroline OLLIVIER-YANIV (2003), « La fabrique du discours politique : les “écrivants” des prises de parole publiques ministérielles », dans Simone Bonnafous, Pierre Chiron, Dominique Ducard, Carlos Levy, dir., Discours et rhétorique politique. Antiquité grecque et latine, Révolution française, monde contemporain, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. Res Publica, 2003, 272 p. ; p. 89-98.

George ORWELL ([1948] 1950), 1984, Paris, Gallimard, Folio, 1950, 438 p. Traduit de l’anglais par Amélie Audiberti.

Isabelle PAILLIART, dir. (1995), L’espace public et l’emprise de la communication, Grenoble, Ellug, 1995, 211 p.

Marie-Anne PAVEAU (2006), Les prédiscours. Sens, mémoire, cognition, Paris, Presses de la Sorbonne nouvelle, 2006, 252 p.

Michel PÊCHEUX (1975), « Introduction », dans Langages (Paris, Larousse), n °37,mars 1975(« Analyse du discours, langue et idéologies »), p.3-6.

Michel PÊCHEUX, Claudine HAROCHE et Paul HENRY(1971), « La sémantique et la coupure saussurienne : langue, langage, discours », dans Langages (Paris, Larousse), no 24, 1971, p. 93-106.

Geneviève PETIOT (1990), « Entre le consensus et les divergences : "Liberté(s)" dans les discours politiques », dans Claudine Normand, dir., La quadrature du sens, Paris, Presses Universitaires de France, coll. Nouvelle encyclopédie Diderot, 1990, 352 p. ; p. 213-226.

Geneviève PETIOT (1993), « Néologisme et discours médiatique. Traitement d'auto gestion dans les comptes rendus de congrès d’organisations politiques et syndicales », dans Les Carnets du Cediscor (Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle), no 2, 1993, p. 153-165.

Geneviève PETIOT (1995), « Voile, tchador ou foulard ? Problèmes de dénomination dans les discours médiatiques », dans Les Carnets du Cediscor (Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle), no 3, 1995. p. 43-62.

Jacqueline PICOCHE ([1977] 1992), Précis de lexicologie française, Paris, Nathan Université, coll. Fac, série Linguistique, 1992, 191 p.

Marie-France PIGUET(1996), Classe. Histoire du mot et genèse du concept des Physiocrates aux historiens de la Restauration, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1996, 193 p.

Louis QUÉRÉ(1982), Des miroirs équivoques. Aux origines de la communication moderne, Paris, Aubier-Montaigne, coll. Babel, 1982, 214 p.

Louis QUÉRÉ(1992), « L’espace public : de la théorie politique à la métathéorie sociologique », dans Quaderni (Paris), no 18, automne 1992, p. 75-92.

François RASTIER (1997), « Défigements sémantiques en contexte », dans Michel Martins-Baltar, éd. (1997a), p. 307-332.

François RÉCANATI (1979), La transparence et l’énonciation. Pour introduire à la pragmatique, Paris, Seuil, coll. L’Ordre philosophique, 1979, 214 p.

Rolf REICHARDT (1982), « Pour une histoire des mots-thèmes socio-politiques en France (1680-1820) », dans Mots. Ordinateurs. Textes. Sociétés (Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques), no 5, octobre 1982, p. 189-202.

Sylvianne RÉMI-GIRAUD et Pierre RÉTAT, dir. (1996), Les mots de la nation, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1996, 321 p.

Alain REY(1989), « Révolution », histoire d’un mot, Paris, Gallimard, coll. Bibliothèque des histoires, 1989, 373 p.

Josette REY-DEBOVE ([1978] 1997), Le métalangage. Étude linguistique du discours sur le langage, Paris, Armand Colin, coll. U, série Linguistique, 1997, 401 p.

Régine ROBIN (1986), « L’analyse du discours entre la linguistique et les sciences humaines : l’éternel malentendu », dans Langages (Paris, Larousse), no 81, mars 1986, p. 121-128.

Jacques ROSSI ([1987] 1997), Le manuel du goulag. Dictionnaire historique, Paris, Le Cherche-Midi Éditeur, coll. Documents, 1997, 332 p. [1987 : première parution en langue russe, à Londres]

André SALEM (1987), Pratique des segments répétés. Essai de statistique textuelle, Paris, INaLF Klincksieck, coll. Saint-Cloud, 1987, 333 p.

Philippe SCHEPENS, dir. (2006),« Catégories pour l’analyse du discours politique », Semen. Revue de sémio-linguistique des textes et discours (Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté), no 21, avril 2006.

Patrick SÉRIOT (1986a), « Langue russe et discours politique soviétique : analyse des nominalisations », dans Langages (Paris, Larousse), no 81, mars 1986, p. 11-41.

Patrick SÉRIOT (1986b), « La langue de bois et son double », dans Langage et Société (Paris, Maison des Sciences de l’Homme), no 35, mars 1986, p. 7-32.

Paul SIBLOT (1987), « Le praxème "aliénation". Jeux de mots et histoires de fous », dans Henri Boyer et al(1987), p. 83-113.

Paul SIBLOT (1992), « Ah ! Qu’en termes voilés ces choses-là sont mises », dans Mots. Les langages du politique (Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques), no 30, mars 1992, p. 5-17.

Johanna SIMÉANT(1998), La cause des sans-papiers, Paris, Presses de Sciences Po, 1998, 512 p.

Pierre-André TAGUIEFF (1987), La force du préjugé ; essai sur le racisme et ses doubles, Paris, La Découverte Gallimard, coll. Tel, 1987, 644 p.

Pierre-André TAGUIEFF(1992), « Nationalisme, réactions identitaires et communauté imaginée », dans Hommes& Migrations (Paris), no 1154, mai 1992, p. 31-41.

Irène TAMBA-MECZ (1991), La sémantique, Paris, Presses Universitaires de France, coll. Que sais-je ?, 1991, 127 p.

Jean-François TÉTU (1995), « L’espace public local et ses médiations », dans Hermès (Paris, CNRS Éditions), no 17-18, 1995, p. 287-298.

Christian TOURATIER (1998), « Le mot, unité linguistique ? », dans Langues et langage (Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence), no 7, 1998, p. 41-53.

Maurice TOURNIER (1985a), « Texte "propagandiste" et cooccurrences ; hypothèses et méthodes pour l’étude de la sloganisation », dans Mots. Ordinateurs. Textes. Sociétés (Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques), no 11, octobre 1985, p. 155-187.

Maurice TOURNIER (1992), Des mots sur la grève. Propos d’étymologie sociale, vol. 1, Paris, INaLF Klincksieck, coll. Saint-Cloud, 1992, 291 p.

Maurice TOURNIER (1997), Des mots en politique. Propos d’étymologie sociale, vol. 2, Paris, INaLF Klincksieck, coll. Saint-Cloud, 1997, 307 p.

UNIVERSITÉ AUTONOME DE MEXICO (1980), El discurso politico, Mexico, Nueva Imagen, 1980.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search