Version classiqueVersion mobile

L’âge du Fer en Basse-Normandie. Gestes funéraires en Gaule au Second-Âge du Fer. Volumes I et II

 | 
Philippe Barral
, 
Bernard Dedet
, 
Fabien Delrieu
, 
et al.

Volume I. L’Âge du fer en Basse-Normandie. thème régional

Typologie et pétrographie des productions céramiques de la Plaine de Caen aux Premier et Second Âges du fer

Anne-Loïse Manson, Xavier Savary, Anne-Françoise Cherel, Chris-Cécile Besnard-Vauterin, Ivan Jahier, Pierre Giraud, Elven Le Goff, Hubert Lepaumier et Guy San Juan

Résumé

Au cours des dix dernières années, de nombreuses études pétrographiques ont été réalisées sur des céramiques protohistoriques. Elles concernent une quarantaine de sites bas-normands dont la majorité est implantée sur les plateaux calcaires de la Campagne de Caen.

L’analyse des pâtes céramiques et la recherche de provenance des matières premières, croisées avec les récentes études typo-chronologiques, notamment celle d’Ifs « Object’Ifs Sud », permettent d’extraire des ensembles cohérents interprétés comme des productions ou des groupes de production.

L’étude de leur évolution permet d’appréhender leurs limites chronologiques sur les sites de consommation. Ainsi, au Hallstatt, les productions en usage sont très diversifiées. Quelques-unes présentent des formes très standardisées façonnées dans des matériaux argileux déjà usités à l’Âge du bronze final. Au passage à La Tène, certaines productions disparaissent alors que d’autres font leur apparition, mais le fait marquant est l’émergence d’un groupe de production local employant des marnes jurassiques de la Plaine de Caen.

Texte intégral

Remerciements à :

Vincent Carpentier (Inrap Grand-Ouest), Jean-Luc Dron (bénévole), Mélanie Demarest (Archéopole), Alexandre Monnier (contractuel Archéopole), Laurent Paez-Rezende (Inrap Grand-Ouest), Vincent Hincker (CG14), James Villarégut (Inrap Grand-Ouest)

Pour l’étude de la céramique de Fleury-sur-Orne « Parc d’Activité - ZL 13 » : fouille sous la direction de Mélanie Demarest, Société Archéopole, étude pétrographique par Anne-Loïse Manson

1. Introduction

1La cellule géo-archéologie du service archéologie du Conseil général du Calvados, créée à la fin des années 1990 à l’initiative de Guy San Juan, alors archéologue au service, réalise des analyses d’objets lithiques et de matériaux de construction découverts sur les sites archéologiques départementaux et plus largement bas-normands. Guy San Juan avait initié la première analyse pétrographique des céramiques protohistoriques bas-normandes dans un mémoire de DEA sur les céramiques gauloises de Fleury-sur-Orne « Périphérique Sud » (San Juan 1994b). Depuis cette période, une quarantaine de sites bas-normands datés de l’Âge du fer ont été étudiés et intégrés dans la base de données du service. Le colloque de Caen a ainsi permis de réaliser une synthèse de ces études, fruit d’un travail collectif entre géologues et archéologues et résultant de collaborations inter-institutionnelles (Conseil général du Calvados, AFAN puis Inrap, archéologues bénévoles et plus récemment la société Archéopole).

2À la fin des années 1990, l’état des connaissances sur la protohistoire en Basse-Normandie apparaît très hétérogène. Cette hétérogénéité se perçoit aussi bien dans la répartition géographique des sites que dans la représentativité de chaque époque protohistorique. En effet, les données recueillies sont nombreuses pour la période du Second Âge du fer et notamment La Tène finale. L’archéologie préventive avait alors permis de mettre au jour un nombre important de sites du Second Âge du fer à l’occasion des travaux d’aménagement de la périphérie caennaise (Cormelles-le-Royal, Ifs, Fleury-sur-Orne, Mondeville, etc.). Les données étaient moins nombreuses en ce qui concerne l’Âge du bronze et le Premier Âge du Fer ou les zones plus éloignées de Caen. La dernière décennie a pu apporter d’importants compléments d’information. Pourtant, si pour le Second Âge du Fer, il est maintenant possible d’esquisser une évolution dans la typologie des céramiques, il n’est pas si aisé d’en faire de même pour les périodes plus anciennes. Les fouilles du site de Courseulles-sur-Mer « La Fosse Touzé » dans le Bessin et surtout du site d’Ifs « Object’Ifs Sud » près de Caen ont beaucoup concouru à améliorer ces connaissances pour le Premier Âge du fer et la période de transition entre les deux Âges du fer.

3Il ne s’agit pas dans cette publication de faire un simple inventaire des provenances des matières premières argileuses, ni de dresser la liste des pâtes identifiées par les analyses pétrographiques. Ces problématiques, prises seules, seraient assez réductrices au regard des renseignements que peut apporter l’intégration de ces résultats dans une démarche plus globale. Le traitement du corpus a été mené en appliquant un protocole prenant en compte les éléments de forme, souvent issus de l’étude préalable des archéologues/céramologues, les éléments de datation, la composition des pâtes et la provenance potentielle des argiles. Cette démarche vise à alimenter la recherche sur l’artisanat, les échanges et les territoires d’influence des populations protohistoriques.

Fig. 1 : carte de localisation des sites inclus dans l’étude typo-chronologique et pétrographique sur fond géologique (DAO Savary, CG14).
La Basse-Normandie est un territoire géologique très contrasté qui peut être séparé en trois grands secteurs :
- A l’ouest le Massif armoricain, massif ancien dont le sous-sol est composé de roches magmatiques (granites, granodiorites, diorites quartziques) et de roches sédimentaires précambriennes et paléozoïques (schistes, grès, poudingues, etc.) ;
- A l’est le Bassin parisien, avec une partie ouest composée de roches meubles (sables, argiles, limons dans le Bessin et le col du Cotentin), de calcaires jurassiques alternant avec des marnes (Campagne de Caen, de Falaise, d’Argentan) et une partie orientale composée de marnes, alternant avec des calcaires, et de craies (buttes et plateaux du Pays d’Auge prolongé par le Perche au sud).

4Le croisement de ces données permet alors de définir ce que nous appellerons ici des « productions » ou des groupes de productions qui désignent pour nous des familles de céramiques présentant, pour une période chronologique donnée, une homogénéité de forme et des pâtes assez proches pour être issues d’une même zone potentielle d’approvisionnement (associations/forme/pâte/chronologie/provenance).

5La période gauloise n’affiche pas la même standardisation dans sa production céramique que la période antique lui succédant, on peut pourtant qualifier ces regroupements de « productions », même si celles-ci n’apparaissent pas totalement homogènes. Rappelons que pour cette période, en Basse-Normandie, au regard des analyses déjà effectuées, les argiles sont utilisées assez « brutes », sans réel travail de transformation de la matière première, dans la plupart des cas. D’autre part, cette période n’a pas encore livré de fours ni de structures artisanales liées à la production potière. C’est pourquoi les attributions de provenance définissent des zones géographiques assez larges que nous qualifierons de zones potentielles d’approvisionnement.

6Cette utilisation d’argiles brutes peut apparaître comme un inconvénient pour l’analyse puisqu’elle met en avant de nombreuses disparités dues en grande partie aux variations de faciès de la matière première. Pourtant, dans une région comme la Basse-Normandie, située à la frontière entre Massif armoricain et Bassin parisien, elle apporte des indications précieuses sur les zones d’approvisionnement, reflet d’un sous-sol très contrasté (fig. 1).

2. Méthodologie

2.1. L’exemple de l’étude pétrographique et typo-chronologique d’Ifs

7L’étude pétrographique des pâtes céramiques bas-normandes au cours de l’Âge du fer repose sur un protocole mis en place de façon progressive au service d’archéologie du Conseil général du Calvados. Le traitement statistique des comptages par grandes phases chronologiques, établi dans le cadre de l’étude pétrographique des céramiques protohistoriques d’Ifs (Manson 2005), apporte aujourd’hui un outil supplémentaire permettant d’extraire les principales productions régionales.

8Le site de la ZAC « Object’Ifs Sud », fouillé par l’Inrap entre 2000 et 2001 (Le Goff 2002), a été occupé de la fin de l’Âge du bronze jusqu’à la période gallo-romaine avec très peu d’interruptions, fournissant ainsi le corpus céramique le plus important et le plus complet en Plaine de Caen (25000 tessons récoltés). L’occupation quasi-continue du site sur plus d’un millénaire a permis de restituer une typo-chronologie très fine (Cherel 2002) sur laquelle nous nous sommes fondés pour réaliser l’étude pétrographique.

9La méthode d’analyse a donc consisté à ne prendre en considération que les formes céramiques dessinées et utilisées pour l’établissement de la typo-chronologie. Cette technique d’échantillonnage fausse sans doute légèrement la représentativité réelle des pâtes au sein de l’intégralité du corpus céramique par rapport à un simple comptage de la masse de tessons par type pétrographique par exemple. Cependant, elle présente l’avantage d’apporter des informations précieuses et indispensables en ce qui concerne les productions céramiques telles que nous les entendons. En effet, ce qui nous intéresse, ce n’est pas tant de savoir quel est le taux de tel type de pâtes dans le corpus céramique, mais plutôt à quelle forme typologique est associé ce type de pâte en particulier.

10Ainsi, 1289 vases du corpus céramique protohistorique ont fait l’objet d’une observation macroscopique à la loupe binoculaire. Cette première étape a permis de répartir les tessons en plusieurs types pétrographiques selon leur contenu minéralogique et la finesse des pâtes. Les pâtes les plus caractéristiques des groupes déterminés et quelques pâtes plus atypiques ou plus complexes ont ensuite été retenues pour une analyse plus poussée au microscope polarisant. Les 114 lames minces ainsi sélectionnées ont alors été décrites selon la nature, la forme et la taille des inclusions qu’elles renfermaient. Les groupes pétrographiques finalement arrêtés résultent de la confrontation entre les groupes pétrographiques déterminés en macroscopie et microscopie.

11La dimension chronologique est également indispensable lorsque l’on s’intéresse à une production céramique. C’est pourquoi, dans un second temps, un échantillonnage supplémentaire a été réalisé afin de ne conserver que les céramiques datées assez précisément pour les insérer dans la courbe chronologique. Les vases de datation hypothétique ont également été gardés. 79 vases ont été écartés soit près de 6 % du corpus étudié initial.

12Un histogramme (fig. 2) montrant la quantité des types de pâtes en fonction des phases chronologiques déterminées par A.-F. Cherel a pu être construit à partir des 1210 vases restants. Ces mêmes données transformées en pourcentages, consultables en figures 7, 8 et 9, offrent un aperçu de la contribution de chaque type de pâte par rapport à la production céramique totale d’une époque. Ces résultats doivent cependant être manipulés avec précaution. En effet, le nombre d’individus statistiques pour chaque période est différent. Il faut donc prendre en compte le fait que plus l’effectif céramique est faible pour une période donnée, plus les marges d’erreur sur les pourcentages obtenus sont élevées.

13Enfin, pour aller au bout de notre démarche, il s’agit ensuite de repérer si, dans ce lot céramique étudié, il existe des formes typologiques exclusivement ou très majoritairement liées à un type de pâte en particulier. D’un point de vue statistique, cette tâche se révèle très ardue en raison de la très grande variabilité des formes céramiques. Il manque également à ce stade d’analyse une dénomination précise généralisable à toutes les études céramiques. Ce problème a été en partie résolu par la création de tableaux replaçant chaque forme céramique en fonction de sa datation et de son type de pâte. Par ce biais, très visuel, les productions céramiques spécifiquement liées à un type de pâte sont très facilement repérables.

2.2. Application de la méthode aux sites protohistoriques bas-normands

14Le même protocole d’étude a été appliqué par la suite à la plupart des sites découverts à partir des années 2000. Les sites plus anciens n’ont été retenus que si les données pétrographiques, lorsqu’elles existaient, étaient systématiquement rattachées aux individus céramiques. Il convient de signaler la bonne base de travail donnée par les études de mobilier céramique réalisées par les archéologues régionaux. Citons entre autres, les travaux de Chris-Cécile Besnard-Vauterin sur les céramiques du Second Âge du fer de Mondeville « L’Étoile » (Besnard-Vauterin 2009) et d’Ivan Jahier sur les céramiques de transition entre les deux Âges du fer du site de Courseulles-sur-Mer (Jahier à paraître). Les vases remplissant toutes les conditions sont ainsi venus alimenter les tableaux pétrographiques et typo-chronologiques amorcés par l’étude d’Ifs, soit 2007 vases au final (plus de 800 lames minces).

Fig. 2 : les proportions de types de pâtes par phase chronologique sur le site d’Ifs « Object’Ifs Sud » (Manson 2005).

Fig. 3 : typo-chronologie des vases de grande capacité à parois épaisses (DAO Manson et Savary, CG14).

15Ces tableaux ont ensuite tous été synthétisés en un seul (fig. 3 et 4) sur lequel n’apparaissent plus que la chronologie et l’évolution des principales productions céramiques. Les données pétrographiques n’y sont plus directement mentionnées, mais sont implicitement suggérées par les formes représentées (cf. infra). Une même forme typologique peut correspondre à plusieurs productions céramiques. C’est le cas des écuelles laténiennes traditionnelles dont on connaît, par exemple, des productions à pâtes glauconieuses et des productions à pâtes granitiques.

16Pour la pétrographie, seuls les grands types de pâtes céramiques reconnus en région bas-normande seront présentés dans les données chiffrées. Des sous-types, particuliers à chaque site, pourront être évoqués lorsque nécessaire ou à titre indicatif seulement. De plus, par souci pratique et de lisibilité, les taux de types de pâtes ne figureront plus sous forme d’histogrammes, mais de diagrammes circulaires représentant chacun une phase chronologique donnée.

17Enfin, peu de sites anciens datant du Premier Âge du fer et de la transition Hallstatt-La Tène ont été mis au jour en Basse-Normandie. Seuls 4 ont fait l’objet d’une analyse pétrographique complète : Fontenay-le-Marmion « La Grande Pièce », Ifs « Object’Ifs Sud », Courseulles-sur-Mer « La Fosse Touzé » et Saint-Martin-de-Fontenay « Le Chemin de May ». Le site de Caen « ZAC de Beaulieu », en cours d’étude microscopique, apporte déjà des données exploitables. Les céramiques de Cagny « AE8 », si elles n’ont fait l’objet que d’une observation macroscopique (San Juan 1992), fournissent des éléments de comparaisons non négligeables.

18C’est donc sur la base de ces 6 sites que s’est construit le schéma évolutif de l’économie potière en Plaine de Caen pour les périodes anciennes. Des productions très singulières se dégagent nettement des corpus céramiques.

3. Les céramiques de grande taille à parois épaisses et à pâtes bioclastiques

19Les céramiques à pâte bioclastique sont très fréquentes sur le territoire bas-normand, elles concernent principalement les sites implantés dans le Bessin, les Campagnes de Caen et de Falaise, jusqu’à la bordure occidentale du Pays d’Auge. Tous les sites du Second Âge du fer, situés dans l’agglomération caennaise et sur ses marges, livrent une très forte proportion de ce type de céramique. Pour les périodes anciennes, des analyses pétrographiques menées sur des céramiques de l’Âge du bronze (PCR « Habitats et occupation du territoire à l’Âge du bronze et au début du Premier Âge du fer en Basse-Normandie ») montrent l’ancienneté des productions de vases de grande taille, à parois épaisses et à pâte bioclastique dans ces secteurs géographiques.

Fig. 4 : typo-chronologie des formes céramiques fines, basses ou moyennes, d’aspect très soigné (DAO Manson et Savary, CG14).

20Les pâtes bioclastiques sont facilement identifiables à la loupe. Elles sont composées de fragments grossiers d’organismes marins, souvent mal triés, c’est-à-dire de dimension hétérogène. Les bioclastes les plus grossiers atteignent souvent des dimensions de l’ordre du demi-centimètre et peuvent parfois atteindre des tailles avoisinant le centimètre. Quelques pâtes moins fréquentes sont des déclinaisons plus fines de ces pâtes grossières. Les études pétrographiques mettent en évidence deux principales catégories de pâtes bioclastiques.

21La première catégorie est composée de fragments d’organismes fossiles (huîtres, brachiopodes, bryozoaires, échinodermes, crinoïdes, etc.). Un pôle de cette catégorie est principalement constitué de coquilles allongées d’huîtres et de brachiopodes, facilement visibles à l’œil nu. Au microscope, ces coquilles sont accompagnées de débris d’échinodermes (fig. 5, A). L’autre pôle (fig. 5, B) est quant à lui composé de rares débris de coquilles mais présente une majorité de fragments arrondis d’organismes fossiles de bryozoaires, d’échinodermes et de crinoïdes, toujours facilement identifiables à l’œil ou à la loupe. Cette catégorie de pâte présente de nombreuses compositions intermédiaires oscillant entre ces deux pôles.

22Les zones d’approvisionnement sont inclues dans le territoire local des sites livrant ce type de céramiques. En effet, les associations bioclastiques incriminent une origine marneuse, à rechercher dans les niveaux géologiques les plus argileux du Jurassique de la Plaine de Caen. Les pâtes du pôle à huîtres et brachiopodes dominants indiquent clairement des niveaux du Bathonien terminal – Callovien basal disponibles à l’est de Caen. Ces pâtes et leurs matériaux de fabrication sont décrites plus en détail dans plusieurs publications de sites (San Juan et al. 1999 ; Carpentier et al. 2002 ; Besnard-Vauterin 2009 ; Jahier à paraître) ou dans des travaux universitaires (Savary, 1997 ; Manson 2005).

23La seconde catégorie de pâtes bioclastiques présente également des fragments de coquilles d’huître. Cependant, contrairement aux précédentes, ces coquilles sont assez bien triées (dimension régulière) et surtout très anguleuses (fig. 5, C). Au microscope, les coquilles d’huîtres ne présentent pas d’association avec d’autres bioclastes. Ces coquilles, frustes, sont interprétées comme un ajout de coquilles pilées. Ce phénomène avait déjà été identifié dans de nombreuses céramiques régionales datées des Âges du bronze moyen et final dans lesquelles ces coquilles sont parfois ajoutées à des pâtes de compositions minéralogiques très différentes (PCR « Habitats et occupation du territoire à l’Âge du bronze et au début du Premier Âge du fer en Basse-Normandie » ; Chancerel et al. 2006).

3.1. Au Premier Âge du fer

24Les pâtes bioclastiques concernent des vases du site de Ifs « Object’Ifs Sud ». Ce sont principalement des jarres de grande capacité, biconiques à profils souples et rentrants, non décorées ou ornées d’incisions ou d’impressions digitées (fig. 3, ensemble A, 1 et 2). Ces vases, hérités des formes de grandes dimensions de la fin de l’Âge du bronze, utilisent des pâtes à bioclastes fossiles ou des pâtes à coquilles pilées. Ces dernières concernent majoritairement des jarres décorées d’impressions digitées. Ce type de céramiques à coquilles pilées disparaît totalement au Hallstatt final alors que ses homologues à bioclastes fossiles subsistent.

25Il faut également noter la présence de quelques formes hautes à profil discontinu préfigurant les productions ultérieures de vases situliformes à profil discontinu (fig. 3, ens. A-B-C, 3).

3.2. À la transition entre les deux Âges du fer

26Marquée par la disparition des pâtes à coquilles pilées, la transition entre les deux Âges du fer est caractérisée par des vases de grande capacité à profil discontinu et rentrant, de type situle (fig. 3, ens. B). Ces céramiques sont connues sur les sites de Ifs « Object’Ifs Sud », Saint-Martin-de-Fontenay « Le Grand Barberie » et très fréquentes sur le site de Courseulles-sur-Mer « La Fosse Touzé » (Jahier à paraître). La majorité des vases de Couseulles-sur-Mer présente un profil segmenté avec un col bien démarqué droit ou légèrement oblique. Les céramiques de Fontenay-le-Marmion « La Grande Pièce » (Giraud 2006) s’apparentent à ce type de vase mais présentent des profils biconiques légèrement plus sinueux (fig. 3, ens. B, 6). À Ifs et à Saint-Martin-de-Fontenay, plusieurs vases présentent des décors d’impressions sur la lèvre et le col, pouvant apparaître archaïques (fig. 3, ens. B, 3). Pourtant leurs profils et leurs lèvres éversées semblent déjà évoquer un type de vase à profil doux et sinueux et à lèvre éversée très prononcée qui est fortement répandu jusqu’à La Tène finale (fig. 3, 5). Les décors d’impressions sont encore présents sur des vases plus récents (La Tène moyenne) à Hérouvillette, un des sites les plus orientaux de la Campagne de Caen, et à Fierville-les-Parcs, dans le Pays d’Auge. La totalité de ces vases présente des pâtes à bioclastes fossiles oscillant entre les deux pôles bioclastiques.

27Sur les sites de la Plaine de Caen, les vases à grande capacité ne sont pas exclusivement composés de pâtes bioclastiques. Certains individus sont des céramiques à pâtes contenant des oolithes ferrugineuses (fig. 3, ens. A, 2), des glauconies ou encore des pâtes grossières à éléments magmatiques. Ces grands vases à pâtes magmatiques apparaissent régulièrement en bruit de fond de la production tout au long de La Tène. Comme les autres pâtes non bioclastiques, elles ont tendance à disparaître à partir du début de La Tène finale.

3.3. Au Second Âge du fer

28À partir de La Tène moyenne, les vases de grande capacité à pâtes bioclastiques arborent des profils plus sinueux et le répertoire typologique s’élargit. Les grands vases de stockage dominent ce répertoire, ils présentent souvent des formes héritées de la période précédente : vases situliformes, vases à profils sinueux, vases tronconiques à bord rectiligne, vases « tulipiformes » à profil sinueux et lèvre éversée très prononcée (fig. 3, ens. C, respectivement 3, 6, 7 et 5). D’autres types de vase de grande taille font leur apparition, principalement des vases hauts à profil arrondi et à bord rentrant (fig. 3, ens. C, 11). Fait nouveau, ces vases de grande capacité sont accompagnés de céramiques plus basses, principalement des jattes moyennes à panse rectiligne, carénées ou non (fig. 3, ens. C, 8, 9 et 10). Les jattes les plus basses présentent parfois des parois et des pâtes plus fines que leurs homologues de plus grande taille. Un ensemble cohérent de formes basses à moyennes à pâte très fine bioclastique, présentant un col concave divergeant et une liaison col-panse marquée par une large cannelure, avait par exemple été mis en évidence à Mondeville « L’Étoile » (Besnard-Vauterin 2009).

Fig. 5 : photographies des microfaciès des pâtes protohistoriques bas-normandes (clichés Manson 2009) (A : argilite ; B : brachiopode ; Bz : bryozoaire ; C : crinoïde ; G : glauconie ; H : huître ; L : lamellibranche ; O : oolithe ferrugineuse ; Q : quartz).

29D’un point de vue pétrographique, les pâtes bioclastiques semblent se rapprocher du pôle coquillier à partir de La Tène moyenne (coquilles allongées d’huîtres et de brachiopodes, associées ou non à d’autres organismes tels que bryozoaires et échinodermes). Cette observation démontre un choix plus sélectif de la matière première.

30Les décors sont peu variés, ce sont principalement des décors peignés sur le col et parfois sur la panse. Quand ils sont associés sur le même vase, les registres de ces décors sont généralement différents entre le col et la panse avec un changement au passage de l’épaulement. Certains vases présentent des décors incisés en vague à grande longueur d’onde ou en chevrons. Aux alentours de La Tène D1, la majorité des décors consiste en des cannelures multiples sur le col, le plus souvent assez frustes, qui deviennent de plus en plus systématiques sur les vases à profil rentrant (cannelures parallèles, souvent au nombre de trois).

31Au cours de La Tène finale, plusieurs types de vases évoluent vers des profils de plus en plus rentrants (fig. 3, ens. C, 8, 9, 11, 13 et 14). Le groupe de jattes hautes qui fait son apparition au cours de cette phase chronologique participe de ce même phénomène typologique (fig. 3, ens. D). Ce phénomène de fermeture des formes décrit à juste titre par C.C. Besnard-Vauterin pour les céramiques de Mondeville « L’Etoile » (Besnard-Vauterin 2009) ne semble pourtant pas affecter l’ensemble du répertoire typologique.

3.4. Évolution des types de pâtes céramiques au cours du Second Âge du fer (fig. 9)

32Les pâtes à bioclastes fossiles sont fortement représentées sur les sites bas-normands tout au long de l’Âge du fer. À La Tène ancienne, leur proportion est du même ordre qu’au cours du Hallstatt sur les sites de la Campagne de Caen, soit entre 25 et 50 % des pâtes au cours de ces deux périodes à Ifs « Object’Ifs Sud » et plus de 25 % à Courseulles-sur-Mer « La Fosse Touzé » pour la période de transition entre les deux Âges du fer. À La Tène moyenne, ces pâtes deviennent majoritaires : entre 65 et 80 % à Ifs, entre 55 et 80 % sur les trois sites de Mondeville « L’Étoile », de 70 à 80 % à Fleury-sur-Orne « Parc d’Activités ZL 13 » et plus de 80 % sur la plupart des sites du plateau de Thaon. À La Tène finale, ces proportions dépassent régulièrement 80 % des corpus céramiques. Vers la fin de cette période, à l’approche de la transition avec la période gallo-romaine, ces proportions baissent brutalement en raison de l’apparition de nouveaux types de céramiques aux pâtes complexes caractéristiques de la transition (vases de type Besançon essentiellement). Les études effectuées sur des sites du Second Âge du fer localisés en dehors de la Plaine de Caen révèlent une même tendance à l’utilisation massive de céramiques fabriquées à partir d’une ou deux matières premières argileuses locales. À La Tène moyenne, deux sites de Falaise, « Expansia » et « L’Attache », présentent des pâtes diversifiées dont la majorité indique des productions à base d’argiles d’origine magmatique (mêlées ou non de grains de glauconie), soit 45 à 55 % du corpus sur ces deux sites. Au passage de La Tène finale, les sites de Marcéi et de Nécy, situés dans le même secteur géographique, présentent quant à eux plus de 80 % de pâtes à grains magmatiques de même nature. Sur le site du « Castellier », plus de 60 % des vases sont fabriqués à l’aide d’argiles locales à glauconies à la fin de La Tène finale.

33La forte augmentation de la proportion des pâtes à bioclastes fossiles à La Tène finale sur les sites de la Plaine de Caen est sans doute à rapprocher de la diminution progressive, voire de la disparition d’autres types de céramiques au début de cette période (c’est le cas par exemple des céramiques à pâtes glauconieuses, cf. infra.). Ces proportions écrasantes marquent toutefois l’importance de la ou des productions locales de vases de grande capacité et de formes moyennes plus soignées, conçues à partir des marnes jurassiques de la Plaine de Caen, à partir de La Tène moyenne. Cette observation est à mettre en parallèle avec l’élargissement du répertoire typologique de ces céramiques à cette même période. Si l’on considère également la tendance à sélectionner une matière première plus « standardisée » (orientation vers le pôle coquillier), il pourrait en résulter une courte période de spécialisation dans la production et l’usage de la céramique, des environs de la fin du IIe siècle jusqu’à l’approche de la Conquête.

34Un site de la Plaine de Caen, un peu en marge de l’agglomération caennaise, échappe pourtant à ce schéma. En effet, à Saint-Martin-de-Fontenay « Le Grand Barberie », les productions sont plus diversifiées et le restent jusqu’à la Tène finale.

4. Les productions de céramiques fines et soignées

35Parallèlement aux céramiques de grande capacité à pâtes bioclastiques, se développent de petits vases à paroi fine et à l’aspect beaucoup plus soigné. Ces vases s’intègrent dans des productions céramiques qui parfois évoluent très rapidement dans le temps et qui surtout témoignent d’une période chronologique bien définie.

4.1. Les céramiques du Premier Âge du fer et de la transition avec La Tène ancienne

36Comme cela a été évoqué précédemment, les sites de référence pour les périodes antérieures au Second Âge du fer sont peu nombreux. Cependant, les quelques données que nous avons pu rassembler, grâce notamment aux sites d’Ifs et de Courseulles-sur-Mer, montrent qu’il existe dès la fin du Bronze final des productions de petites formes très spécifiques et bien datées. Ainsi, le Premier Âge du fer est marqué par deux grandes productions majeures : les céramiques à oolithes ferrugineuses et les céramiques à pâtes fines limoneuses carbonatées.

4.1.1. Les productions de céramiques à oolithes ferrugineuses

37Les céramiques à oolithes ferrugineuses sont relativement peu fréquentes en région bas-normande. À ce jour, seul le site d’Ifs « Object’Ifs Sud » en a livré un lot assez conséquent. Des pâtes à oolithes ont également été détectées sous forme de tessons isolés sur les sites de Fleury-sur-Orne « Périphérique Sud » et « Parc d’Activités ZL 13 ».

38D’un point de vue pétrographique, les oolithes ferrugineuses correspondent à des grains millimétriques plus ou moins ovalaires, rouge-orangé, constitués par la superposition de lamines concentriques ferrugineuses autour d’un nucléus (fig. 5, D). Ces lamines s’observent aisément à l’œil nu. C’est ce critère en particulier qui permet de ne pas les confondre avec de la glauconie (cf. infra). Les oolithes sont toujours accompagnées de débris calcaires et bioclastiques de natures diverses (fragments de coquilles de lamellibranches, bryozoaires, crinoïdes et calcite) ainsi que de quartz subanguleux. Il arrive également que les pâtes à oolithes ferrugineuses renferment de nombreux grains fins de glauconie. Mais ces dernières ne concernent que les céramiques d’Ifs.

Fig. 6 : photographies des microfaciès des pâtes protohistoriques bas-normandes (clichés Manson 2009) (Bt : biotite ; Ca : grain carbonaté ; Coq : coquille ; F : feldspath ; G : glauconie ; Li : lithoclaste granitique ; Q : quartz).

39Les zones d’approvisionnement en argiles à oolithes ne sont toujours pas identifiées à ce jour. De nombreuses formations géologiques pourraient correspondre dans les secteurs de la Plaine de Caen et du Pays d’Auge. D’autres pistes seraient à chercher du côté des Marnes de Villers affleurant sur la rive droite de l’Orne. Les Argiles de Criqueboeuf ou de Villerville (Oxfordien), localisées le long du réseau hydrographique du Pays d’Auge, paraissent également séduisantes. Quoi qu’il en soit, il s’agit assurément d’un, voire de plusieurs affleurements locaux. Une étude des éléments figurés accompagnant les oolithes est en cours.

40Les pâtes à oolithes ferrugineuses sont connues à Ifs dès le Bronze final, en association avec des formes de très grande capacité à profil sinueux souple (fig. 3, ens. A, 2). À partir du Hallstatt ancien, les productions à oolithes vont plutôt se rattacher à des petites formes carénées de type situliforme et à des écuelles à carène plus ou moins prononcée (fig. 4, ens. F). De même, les vases miniatures sont majoritairement liés aux pâtes oolithiques.

41Une production très singulière se détache nettement du corpus céramique d’Ifs. Il s’agit d’une série d’écuelles galbées portant des cannelures multiples entre le col et la panse. Ces écuelles sont systématiquement montées à partir de pâtes oolithiques ferrugineuses. Ces formes céramiques très standardisées ne sont produites qu’à la fin du Hallstatt ancien.

42Les pâtes à oolithes ferrugineuses d’abord utilisées dans la production de vases grossiers, puis, à partir du Hallstatt ancien, dans la production de vases plus soignés, vont finalement être totalement délaissées à la fin du Hallstatt moyen au profit de nouvelles pâtes, plus fines, limoneuses carbonatées (fig. 4, ens. G). Selon nos connaissances actuelles, les productions à oolithes ferrugineuses sont totalement absentes de l’économie potière par la suite.

4.1.2. Les céramiques à pâtes fines limoneuses carbonatées et à taches ferrugineuses ou à pâtes fines bioclastiques

43Les pâtes fines limoneuses se reconnaissent facilement en macroscopie par leur finesse, la faible occurrence des inclusions qu’elles renferment et leur toucher très doux. Mais ce qui les caractérise surtout, c’est la présence de taches millimétriques rougeâtres plus ou moins abondantes selon les tessons. Au microscope polarisant (fig. 5, E), on y découvre une matrice argilo-limoneuse contenant des grains fins d’origine détritique (quartz, feldspaths, lithoclastes granitiques, micas, schistes) ainsi que des grains calcaires fins (fragments calcitiques, coquilles de lamellibranches et de brachiopodes, bryozoaires, entroques…) dans des proportions très variables. Les pâtes fines sont ainsi partagées entre plusieurs sous-types selon l’abondance et la présence des éléments qu’elles renferment. Par souci de synthèse, ces sous-types ne seront pas développés plus amplement ici. La microscopie révèle que les fameuses taches rougeâtres qui parsèment les pâtes fines ne correspondent en aucun cas à de la chamotte ; il s’agit plutôt d’amas argileux ferrugineux informes. Ces amas sont présents naturellement dans les argiles de départ et pourraient tout simplement se former au cours de l’évolution pédogénétique des sols. La nature des inclusions et de la matrice correspondrait tout à fait avec des limons plus ou moins décarbonatés d’origine locale.

44Les pâtes fines limoneuses représentent une large part des corpus céramiques des sites de Courseulles-sur-Mer « La Fosse Touzé » (Savary in Jahier, à paraître), Ifs « Object’Ifs Sud » et Fontenay-le-Marmion « La Grande Pièce ». Elles s’associent en grande partie à des formes carénées, à carène plus ou moins basse et à col plus ou moins développé. Elles interviennent également dans les productions de petites formes basses sinueuses et, à Courseulles, dans les formes rondes décorées de cupules. Enfin, les vases peints couleur « lie de vin » découverts à Ifs, dont une petite tasse à décor en damier, sont toujours liés aux pâtes fines limoneuses.

Fig. 7 : évolution des taux de types de pâtes céramiques au cours du Premier Âge du fer (DAO Manson, CG14).

45Une fois ces formes replacées dans leur contexte chronologique, il apparaît de façon évidente que les productions de céramiques à pâtes fines limoneuses sont très limitées dans le temps (fig. 4, ens. G). En effet, la plupart des formes se concentre aux alentours du Hallstatt final et de la transition avec La Tène ancienne. La datation de ces productions fait à ce jour encore débat au niveau régional. Les céramiques à pâte fine de Courseulles sont placées à la transition entre les deux Âges du fer, tandis qu’une datation plus ancienne, le Hallstatt final, est proposée pour le site d’Ifs. D’un point de vue purement pétrographique, des pâtes fines sont mises en Œuvre tout au long de l’Âge du fer dans des proportions très faibles. Pourtant, les pâtes fines limoneuses connaissent un essor fulgurant aux alentours de la transition entre les deux Âges du Fer : 67,5 % du corpus céramique à Courseulles pour ces périodes, 63,6 % à Fontenay-le-Marmion et 46,7 % à Ifs au cours de la deuxième moitié du VIe siècle av. J.-C. (fig. 8). Toutes ces pâtes, fortement caractérisées par leurs taches ferrugineuses, apparaissent extrêmement similaires en lames minces d’un site à l’autre. Les céramiques à pâtes fines du site de Caen « ZAC de Beaulieu », en cours d’étude, et datées de la fin du Hallstatt, confirment ce constat.

46Selon les données statistiques apportées par l’analyse pétrographique (fig. 7), l’exploitation des matières premières à la transition entre l’Âge du bronze et le Premier Âge du fer semble encore très dépendante des secteurs d’implantation des sites archéologiques. Ceci expliquerait la forte prédominance des pâtes à quartz et à silex (53,7 %) parmi le corpus céramique de Fontenay-le-Marmion à cette époque. Il s’agirait là d’une activité potière particulière très localisée (argiles à silex de la vallée de la Laize ou du plateau de Cesny-Bois-Halbout-le Cinglais), apparue au moins à l’extrême fin du Bronze ancien. Il semble en être de même pour les productions céramiques du site de Cagny « AE8 »., très largement dominées par les argiles bioclastiques dont les principaux gisements affleurent non loin de là. Pour cette même période, les traditions potières d’Ifs diffèrent totalement puisque celles-ci sont, comme cela a été évoqué précédemment, fortement marquées par des productions très spécifiques à pâtes à oolithes ferrugineuses. L’exemple d’Ifs montre ensuite que cette spécialisation dans le choix des matières premières perdure tout au long du Premier Âge du Fer. Ce schéma pourrait également s’appliquer à la plupart des sites de la Plaine de Caen. Dans cette hypothèse, nous serions face à des traditions potières hallstattiennes très spécialisées, héritées de l’Âge du bronze, avec des aires d’approvisionnement en argile propres à chaque site, ce qui n’empêche évidemment pas les échanges inter-communautaires. Ce système économique potier serait totalement bouleversé à partir du Hallstatt final avec l’arrivée massive et très standardisée de céramiques carénées à pâtes fines limoneuses dans toute la Plaine de Caen. Seul le site de Saint-Martin-de-Fontenay, daté de la transition entre les deux Âges du fer, ne paraît pas affecté par cette « révolution » culturelle (fig. 8). Le succès des formes céramiques à pâtes fines sera cependant de courte durée et fera place dès le début de La Tène ancienne à des formes plus innovantes confectionnées à partir d’argiles déjà exploitées auparavant.

4.2. Les céramiques fines du Second Âge du fer

47À partir de La Tène ancienne, les petites formes soignées s’orientent plutôt vers des jattes basses sinueuses ou écuelles dont les formes vont progressivement devenir plus élaborées tout au long du Second Âge du fer. Ces formes découlent tout naturellement des petites jattes basses à pâtes fines limoneuses de la transition. Une rupture importante se produit cependant au niveau des pâtes céramiques puisque la très grande majorité de ces formes sera par la suite façonnée avec des argiles glauconieuses et/ou granitiques.

Fig. 8 : évolution des taux de types de pâtes céramiques au cours de la transition entre les deux Âges du fer (DAO Manson, CG14).

Fig. 9 : évolution des taux des types de pâtes céramiques au cours du Second Âge du fer (Manson, CG14).

4.2.1. Les productions céramiques à pâtes glauconieuses

48Les grains de glauconie se forment en milieu marin peu profond et se présentent, à l’état naturel, sous la forme de grains ferrugineux arrondis fins (0,1 à 3 mm généralement) de couleur verte. Sous l’effet de la cuisson, la glauconie va s’oxyder et brunir pour donner des grains de couleur noirâtre dans les pâtes céramiques.

49Des céramiques à pâtes glauconieuses sont souvent identifiées sur les sites protohistoriques de la Plaine de Caen, mais dans des proportions très basses, 5 % environ et moins de 10 % sur le site d’Ifs. Les sites de Saint-Martin-de-Fontenay « Le Chemin de May » et « Le Grand Barberie » constituent des exceptions avec 10 à 20 % de pâtes glauconieuses tout au long du Second Âge du fer (fig. 9). Ces pâtes ont fait l’objet d’études pétrographiques initiées par Guy San Juan, afin d’en déterminer l’origine.

50Les pâtes glauconieuses observées en lames minces (fig. 5, F) comportent majoritairement des grains de glauconie dont la forme, la texture et l’association avec des sables quartzeux renvoient probablement aux formations géologiques du Pays d’Auge (San Juan 1997 ; San Juan et al. 1999 ; Peuchet et Morzadec 2001 ; Carpentier et al. 2002). Une synthèse de ces observations a été réalisée dans le cadre de l’étude pétrographique des céramiques de Mondeville « L’Etoile » (Besnard-Vauterin 2009). Ces glauconies, au faciès très particulier, se concentrent particulièrement dans un niveau argileux – la Glauconie de Base – situé à la base des craies cénomaniennes. Certaines pâtes renferment également des débris calcaires. Elles pourraient alors provenir des niveaux supérieurs, ou encore, être le résultat de l’introduction d’altérations calcaires dans la Glauconie de Base. L’hypothèse d’une origine augeronne paraît d’ailleurs se confirmer aux vues des statistiques obtenues sur les sites laténiens du Pays d’Auge, pour lesquels les céramiques à pâtes glauconieuses représentent plus de 70 % des corpus céramiques (fig. 9) : 70,6 % à Fierville-les-Parcs, 78 % à Condé-sur-Ifs et 82,4 % à Saint-Désir ! Cependant, il ne faudrait pas non plus oublier l’existence de la Glauconie de Base sous forme de niveaux témoins dans la région ornaise, dans le sud de la Basse-Normandie. Ces niveaux situés à proximité d’un massif granodioritique expliqueraient alors l’existence de céramiques à pâtes à la fois glauconieuses et granitiques, relativement fréquentes sur les sites implantés au sud de la Plaine de Caen : 3,2 % pour Nécy, 17,5 % pour Falaise « l’Attache » et 39 % pour Falaise « Expansia ». Sur ces sites la proportion de pâtes glauconieuses sans inclusions granitiques (entre 10 et 55 %) est également plus élevée qu’en Plaine de Caen.

51Comme cela vient d’être évoqué, les pâtes glauconieuses ne renvoient qu’à une petite partie de l’économie potière laténienne en Plaine de Caen. Seuls les sites datés de La Tène ancienne et du tout début de La Tène moyenne viennent bousculer ces résultats avec généralement 10 à 15 % de céramiques glauconieuses (Hérouvillette : 11 %, plateau de Thaon : 14,3 %, Saint-Martin-de-Fontenay « Le Chemin de May » : 27,3 %). L’augmentation momentanée des pâtes glauconieuses dans les corpus céramiques pourrait s’expliquer par l’arrivée massive au cours de ces périodes de nouvelles formes utilisant cette pâte.

Fig. 10 : la production d’écuelles en « S » à cannelure labiale interne et à pâte glauconieuse en Plaine de Caen (DAO Savary, CG14).

52Ainsi, dès le début de La Tène ancienne apparaît une production très spécifique composée de jattes moyennes galbées sinueuses dont les pâtes sont exclusivement composées de glauconies et de quartz (fig. 4, ens. H, 1). Cette association stricte sera perturbée par la suite avec la transition entre La Tène finale et la période gallo-romaine.

53Une autre production très particulière fait son apparition à la même époque. Il s’agit d’une série d’écuelles à profil arrondi portant sur la panse un décor dit en « balle de golf » toujours associée aux pâtes à glauconies et à quartz (fig. 4, ens. H, 2). Cette production, datée du tout début du IVe siècle à la fin du IIIe siècle avant notre ère, n’a vu le jour que sur le site d’Ifs « Object’Ifs Sud ».

54À partir de la transition entre La Tène ancienne et La Tène moyenne, ce type d’écuelle côtoie de nouvelles écuelles de conception très proche. Le décor en « balle de golf » est toujours présent sur la panse, mais avec un col bien démarqué et une pâte qui diffère totalement, à la fois granitique et carbonatée (fig. 4, ens. H, 3). Dans l’état de nos recherches, cette association forme-pâte est systématique, que ce soit à Ifs, Fleury-sur-Orne « Parc d’Activités ZL 13 » ou Mondeville « L’Étoile ».

55Les fameuses écuelles à profil en « S » et à cannelure labiale interne sont également connues dès le début de La Tène ancienne (fig. 4, ens. H, 4). Elles évoluent lentement au Second Âge du fer avec, notamment, une cannelure labiale de plus en plus fine. Les pâtes associées à ces formes ne sont pas spécifiques. En effet, certaines de ces écuelles sont montées à partir de pâtes fines limoneuses carbonatées héritées de la transition entre les deux Âges du fer. Cependant, elles restent très marginales au sein des productions potières de l’époque.

56Une production très spécifique se dégage pourtant parmi ces formes : des écuelles à pâte glauconieuse (glauconies et quartz ; ou glauconies, quartz et éléments calcaires) typique de la Plaine de Caen. Ces écuelles glauconieuses sont systématiquement découvertes sur les sites de la plaine ; parfois des séries non négligeables et très homogènes proviennent de sites tels Mondeville « L’Étoile » et Ifs « Object’Ifs Sud » (fig. 10).

57Enfin, avec La Tène moyenne se développent des écuelles beaucoup plus travaillées, à col haut très démarqué et dérivant directement des écuelles à cannelures labiales (fig. 4, ens. H, 5). Ces formes vont perdurer jusqu’à la transition avec la période augustéenne mais ne sont jamais associées à un type de pâte en particulier (pâtes fines, pâtes glauconieuses, pâtes granitiques…).

4.2.2. Les écuelles laténiennes à pâtes granitiques

58Les types de formes céramiques soignées associées aux pâtes granitiques sont peu nombreux. Seules les écuelles à profil en « S » à cannelure labiale interne, déjà décrites ci-dessus, méritent un intérêt plus particulier.

59Ainsi, parallèlement aux écuelles glauconieuses typiques du Second Âge du fer, existent des écuelles de forme identique mais à pâtes d’origine granitique. Ces pâtes apparaissent cependant plus complexes et n’ont pas été aussi bien définies que dans le cas des productions glauconieuses. Les écuelles granitiques sont peu fréquentes sur les sites de la Plaine de Caen. Au contraire, elles sont largement dominantes voire exclusives parmi les écuelles laténiennes découvertes sur les sites implantés en bordure du massif Armoricain (Nécy, Marcei et Plomb). Pour ces zones géographiques, les pâtes granitiques sont plutôt grossières et correspondent à l’altération des massifs granodioritiques qui affleurent dans la Manche et dans l’Orne.

60En ce qui concerne les sites de la Plaine de Caen, les pâtes granitiques sont plus fines et plus ferrugineuses (fig. 6, G). Elles proviendraient alors plutôt de limons dans lesquels se sont mêlés des éléments grossiers d’origine granodioritique.

5. Les céramiques de la transition entre l’Âge du fer et la période gallo-romaine

61Les céramiques de cette transition sont encore peu étudiées en pétrographie en région bas-normande. Ce phénomène s’explique en partie par les méthodes d’analyses typologiques, chaque spécialiste se partageant dès le départ les formes protohistoriques et gallo-romaines. Les références pétrographiques sont par conséquent très restreintes, ce qui empêche les comparaisons régionales. Dans la suite de cet article, les productions céramiques seront donc évoquées essentiellement à titre indicatif dans l’attente de recherches plus approfondies.

5.1. Les céramiques de la transition entre La Tène finale et la période augustéenne à Fleury-sur-Orne « Parc d’Activités ZL 13 »

62Le site de Fleury-sur-Orne, fouillé en 2008, a livré un lot très intéressant de céramiques datées de la transition avec la période gallo-romaine (fig. 11). Ces formes, encore mal connues dans la région, ont fait l’objet d’une étude pétrographique complète afin de mieux comprendre les modalités de la romanisation en Plaine de Caen. Il s’agit là d’une étude inédite réalisée en collaboration entre le service d’Archéologie du Conseil général du Calvados et Archéopole.

Fig. 11 : les jattes fines à cordons et écuelles de la transition entre La Tène finale et la période gallo-romaine (DAO Manson, CG14).

63Suite à une observation fine à la loupe de l’ensemble du corpus céramique, de grandes tendances évolutives ont pu être dégagées. En effet, il apparaît que les pâtes bioclastiques de Fleury tendent à s’affiner progressivement au cours de La Tène finale. Ce phénomène peut s’expliquer par une épuration de plus en plus poussée des argiles bioclastiques. On dispose donc au cours de la transition de pâtes céramiques extrêmement appauvries en coquilles et de céramiques tournées façonnées à partir de pâtes rougeâtres très fines et très bien cuites. Ces pâtes rougeâtres caractérisent des jattes fines à cordons (excepté une jatte à pâte fine limoneuse et à glauconies, fig. 6, I).

64Au microscope (fig. 6, J), ces nouvelles pâtes sont très riches en quartz de la taille des limons grossiers. La fraction calcaire se compose de quelques fragments de calcaires microsparitiques, de nombreuses coquilles fines, inférieures au millimètre, bien intégrées à la matrice, de rares foraminifères ainsi que de rares pelletoïdes micritiques grossiers.

65L’écuelle innovante de Fleury se distingue des jattes à cordons avec une pâte orangée caractérisée par de nombreux pelloïdes micritiques grossiers accompagnés de restes de calcaires biomicritiques dans lesquels sont présents des coquilles, des entroques et des bryozoaires.

66Les inclusions contenues dans les jattes à cordons et l’écuelle rappellent évidemment les éléments qui caractérisent les argiles du Bathonien terminal. La distinction avec les pâtes bioclastiques traditionnelles va donc se faire sur la très grande finesse et la dureté des pâtes, mais aussi sur l’aspect des grains, avec des grains souvent très altérés probablement du fait d’une cuisson à température très élevée. Ce nouveau traitement des argiles bioclastiques pourrait correspondre à une adaptation aux nouvelles structures de cuisson.

67Le cas du site de Fleury semble donc indiquer que la romanisation en Plaine de Caen s’est opérée de façon très graduelle. Les nouvelles formes céramiques, quoique typique de la période romaine, conservent malgré tout des traditions indigènes, au moins en ce qui concerne le choix des matières premières. La poursuite des recherches sur des lots céramiques déjà découverts dans la région pour cette période, ou à venir, devrait permettre d’étayer ou non cette première hypothèse de travail.

5.2. Les vases de type « Besançon »

68Les céramiques de type « Besançon » découvertes en Basse-Normandie (fig. 12) ont très peu fait l’objet d’étude pétrographique jusqu’ici. Les quelques lames minces que nous possédons proviennent des sites de Mondeville « l’Étoile », Bréville-les-Monts, Fleury-sur-Orne « Périphérique Sud » et Fleury-sur-Orne « Parc d’Activités ZL13 ». Les céramiques concernées sont datées du Ier siècle av. J.-C. jusqu’au début de l’époque gallo-romaine.

69Après analyse pétrographique, ces pâtes peuvent être divisées en plusieurs groupes. Le premier groupe se reconnaît facilement à l’œil nu avec une pâte foncée et grossière, riche en grains anguleux hétérométriques (≤ 5 mm généralement) et micas dorés. Au microscope polarisant (fig. 6, K), les feldspaths et les fragments granitiques sub-arrondis grossiers dominent largement la pâte. La plupart d’entre eux sont fortement altérés et marqués par des structures perthitiques. Les plagioclases y sont assez nombreux. De grosses orthoses à macle de Carlsbad sont également présentes dans les lames minces de Fleury-sur-Orne « Parc d’Activités ZL 13 ». Enfin, certaines pâtes comportent de rares gros fragments siliceux d’origine métamorphique. À ces éléments viennent s’ajouter de très nombreuses grosses biotites millimétriques et parfois, de rares petites amphiboles. Ce type de pâte concerne 5 lames minces sur les 13 observées et semble essentiellement s’associer aux urnes. Le site de Mondeville a également livré une jatte de type Besançon montée à partir d’une pâte très semblable mais beaucoup plus grossière (grains parfois centimétriques) et beaucoup plus riche en biotites. Le deuxième groupe (fig. 6, L) se définit par des pâtes riches en fines glauconies. La fraction siliceuse est composée de nombreux quartz, de quelques feldspaths non altérés et de fragments granitiques très hétérométriques. La matrice renferme également des biotites et des muscovites grossières à très fines plus ou moins abondantes. Ce type de pâte se reconnaît dans les urnes de Fleury-sur-Orne et de Bréville-les-Monts (5 lames minces).

Fig. 12 : les céramiques de type Besançon à pâtes granitiques (DAO Manson, CG14). La Tène finale et période gallo-romaine (DAO Manson, CG14).

70Les deux dernières lames sont plus particulières. Ainsi, à Fleury-sur-Orne « Périphérique Sud », une des urnes de type Besançon se caractérise par une pâte granitique fine, avec des fragments d’origine granitique très peu altérés et de très nombreuses paillettes de biotites millimétriques bien calibrées. Ces biotites semblent avoir été volontairement ajoutées à la pâte. La lame issue d’une jatte de Fleury-sur-Orne « Parc d’Activités ZL 13 » montre une pâte noire riche en quartz, feldspaths et lithoclastes granitiques (grains ≤ 1 mm) tous très marqués par des golfes de corrosion importants. Les micas, muscovites et biotites (< 300 µm), sont nombreux et les minéraux accessoires sont représentés par de petites amphiboles vertes et de rares grains de siltites. À l’arène granitique viennent se mêler quelques coquilles de lamellibranches et de rares grains microsparitiques. Il est probable que ces éléments carbonatés aient été introduits intentionnellement dans la pâte.

71Ainsi, la question des provenances des céramiques de type Besançon en région bas-normande n’est pas simple à trancher. En effet, il est vrai que les caractéristiques des pâtes du premier groupe rappellent fortement les pâtes issues de la « production standard » décrite dès 1986 par V. Rigby et I. Freestone, puis détaillée par la suite par P. Tyers. La jatte de Mondeville pourrait également correspondre à une variante de la « production standard » repérée dans la région d’Orléans (Tyers 2005). Il est donc tout à fait vraisemblable que ces céramiques aient été importées dans la région. En ce qui concerne les autres pâtes, leurs compositions n’entrent pas du tout en contradiction avec l’hypothèse d’une origine locale.

6. Conclusion

72Cette synthèse d’une dizaine d’années d’analyses pétrographiques permet, à partir du protocole basé à la fois sur les rapprochements entre typochronologie, pâtes et provenances des matières premières et le traitement statistique des observations de pâtes, de dresser un premier tableau des grandes phases évolutives des productions en usage au cours de l’Âge du fer en Basse-Normandie.

73Si les résultats de cette synthèse sont à lire dans les différents chapitres abordés, les éléments les plus remarquables peuvent ici être mis en avant.

74Tout d’abord, le Premier Âge du fer est caractérisé par une multitude de petites productions en usage sur les sites de consommation. Certaines d’entre elles apparaissent bien standardisées et sont caractéristiques de périodes chronologiques données. Le cas des céramiques à pâtes à oolithes ferrugineuses du site d’Ifs « Object’Ifs Sud » interroge sur l’ampleur de telles productions. Cette production est héritée de l’Âge du bronze final et elle se spécialise à partir du Hallstatt ancien dans la confection de petites formes carénées. S’agit-il d’une production, très localisée au seul site d’Ifs, ou d’une production de plus grande ampleur ayant diffusé sur d’autres sites de la Campagne de Caen ? Si le soin apporté à leur fabrication plaide pour la seconde hypothèse, le déficit de sites pour cette période ne nous permet pas de conclure sur ces questions. La perspective d’études de deux sites du Premier Âge du fer, fouillés récemment à Ifs et à Cagny, permet d’espérer apporter prochainement des éléments nouveaux. Cette production semble être totalement abandonnée à la fin du Hallstatt moyen au profit de céramiques à pâte fines limoneuses dont une partie d’entre elles, à ponctuations ferrugineuses, définit une production bien standardisée typique de la période de transition avec La Tène. Ce type de céramiques avait d’abord été détecté sur le site de Courseulles « La Fosse Touzé » (Jahier à paraître) et avait été interprété comme une production locale du site. L’étude pétrographique du site d’Ifs « Object’Ifs Sud » est venu démontrer que cette production standardisée dépassait alors le simple cadre d’une production locale du site de Courseulles mais qu’elle était présente du Bessin aux alentours de Caen pour une même période chronologique (Manson 2005). La Tène moyenne voit l’apparition de jattes basses à moyennes très caractéristiques à cannelures labiales et profil en « S » confectionnées avec des pâtes glauconieuses et granitiques qui indiquent clairement une ouverture de l’économie céramique hors du cadre de la production locale. Cette période voit également émerger un groupe de productions locales hérité des périodes précédentes mais qui prend une place prépondérante dans le dernier siècle avant la Conquête. Cette production dite de céramiques à pâtes bioclastiques, couvre un large éventail typologique et un large secteur géographique (du Bessin au sud-est de Caen) qui incite à la qualifier aujourd’hui plutôt de « groupe de production typique de la Plaine de Caen ». Réalisée à partir de marnes jurassiques disponibles localement, il semblerait que cette production s’inscrive dans le cadre domestique et qu’elle ne requière pas de structure artisanale particulière. En effet, cette céramique, fortement chargée en éléments calcaires, ne peut être cuite à de fortes températures. À plus de 800 °C, toutes les expérimentations de cuisson ont montré une dislocation partielle ou totale des échantillons. De plus, aucun four de potier n’a encore été formellement identifié sur les sites de l’agglomération caennaise. Étant donné la fréquence de la céramique à pâtes bioclastiques sur ces sites, il est peu probable que leur production soit effectuée à l’aide de structures de chauffe complexes.

75Pour conclure, il faut souligner que ce travail de synthèse apporte, s’il faut encore l’apporter, la preuve de l’intérêt des analyses pétrographiques dans l’étude des céramiques. La pétrographie est une méthode archéométrique efficace si elle est intégrée à une démarche globale, pluridisciplinaire et régionale. Dans ce cadre, elle apporte des renseignements sur les groupes de production, sur les techniques de façonnage et de cuisson, et d’une manière générale sur l’évolution et l’organisation de l’économie potière du territoire étudié. Elle peut également fournir des indications sur la datation des vases à travers l’examen des pâtes, par exemple le cas des pâtes à coquilles pilées qui disparaissent totalement du panorama des productions bas-normandes à partir de la fin du Hallstatt et celui des petites céramiques carénées à oolithes ferrugineuses qui semblent marquer une période courte entre le Hallstatt ancien et le Hallstatt moyen.

Bibliographie

Bibliographie

Besnard-Vauterin C.-C., 2009, En Plaine de Caen, une campagne gauloise et antique – L’occupation du site de l’Étoile à Mondeville, Rennes, Publications Universitaires de Rennes, 312 p. (Archéologie et culture).

Besnard-Vauterin C.-C., Navarre N., 2008, Une ferme de La Tène finale à l’époque gallo-romaine sur la ZAC de Beaulieu à Caen (Calvados), Revue archéologique de l’Ouest, 25, p. 163-186.

Carpentier V., Marcigny C., Savary X., 2002, Enclos et souterrain du Second Âge du Fer dans la Plaine de Caen, l’exemple de Cormelles-le-Royal (Calvados), Revue archéologique de l’Ouest, 19, p. 37-60.

Chancerel A., Ghesquière E., Marcigny C., 2006, Le Plateau de Mondeville (Calvados) du Néolithique à l’Age du Bronze, Paris, éditions de la Maison des sciences de l’homme, 208 p. (Document d’Archéologie Française, 99).

Cherel A.-F., 2002, Le mobilier céramique : synthèse et évolution comparée des différents ensembles archéologiques, in Le Goff E. dir., Les occupations protohistoriques et antiques de la Z.A.C. « Object’Ifs Sud » (Calvados), DFS de sauvetage urgent, SRA de Basse-Normandie, Inrap. Grand-Ouest, SEM du Grand-Caen, 4 volumes, p 1011-1086.

Germain-Vallée C., Savary X., 2005, Étude pétrographique de céramiques de l’Âge du Fer, in Dron J.-L. dir., La Bruyère du Hamel, Condé-sur-Ifs, Calvados, Programme 2005-2007, Rapport de fouille, p. 59-64.

Giraud P. et al., 2006, Fontenay-le-Marmion « La Grande Pièce » (Calvados), rapport de fouille préventive, Service d’archéologie du Conseil général du Calvados, 2 volumes, 190 p.

Jahier I., Méniel P., Ozouf J.-C., 2002, Une petite ferme de la Tène ancienne au "Pré de la Val" à Fierville-les-Parcs (Calvados), Revue archéologique de l’Ouest, 19, p. 15-36.

Jahier I. dir., à paraître, Une résidence monumentale de l’Age du Fer à Courseulles-sur-Mer. Document d’Archéologie Française, 104.

Jigan C., 1987, La céramique de la Tène finale dans la Plaine de Caen, in Rivet L. dir., Actes de la Société Française d’Étude de la Céramique Antique en Gaule, Congrès de Caen, 1987, Marseille, SFECAG, p. 13-19.

Jigan C., 1993, Les fours laténiens de Saint-Contest (Calvados), Revue archéologique de l’Ouest, supplément n° 6, p. 77-82.

Jobelot N., Vermeersch D., 1991, Contribution à l’étude de deux céramique en Ile-de-France : la céramique type besançon et la céramique dorée au mica, in Rivet L. dir., Actes de la Société Française d’Étude de la Céramique Antique en Gaule, Actes du Congrès de Cognac, Marseille, p. 267-278.

Le Goff E. dir., 2002, Les occupations protohistoriques et antiques de la Z.A.C. « Object’Ifs Sud » (Calvados), DFS de sauvetage urgent, SRA de Basse-Normandie, Inrap. Grand-Ouest, SEM du Grand-Caen, 4 volumes, 1250 p.

Lepaumier H., Marcigny C., 2003, Le site de la Z.A.C. de Beaulieu (Caen) et la céramique du premier Age du Fer en Basse-Normandie, premier bilan, in Mandy B., De Saulce A. dir., Les marges de l’Armorique à l’Age du Fer, Archéologie et Histoire : culture matérielle et sources écrites, Actes du XXIIIe colloque de l’AFEAF, p. 43-57. (Revue archéologique de l’Ouest, supplément n° 10).

Lepert T., 1993, Contribution des fouilles récentes à la connaissance de la céramique laténienne de Haute-Normandie, Revue archéologique de l’Ouest, supplément n° 6, p. 83-93.

Manson A.-L., 2005, Pétrographie et évolution des pâtes céramiques protohistoriques du site de la ZAC « Object’Ifs Sud », Ifs, Calvados, mémoire de Master professionnalisant 2e année « Archéosciences », université de Bourgogne, Dijon, 50 p.

Marcigny C., Ghesquière E. dir., 2000-2003, PCR : Habitats et occupation du territoire à l’Âge du bronze et au début du Premier Âge du fer en Basse-Normandie, Rapports d’Activité 2000, 2001, 2002 et 2003, DRAC, SRA de Basse-Normandie, Conseil général du Calvados, de la Manche et de l’Orne, Inrap Grand-Ouest.

Menez Y. dir., 2001a, Les mobiliers des IIe et Ier siècles avant notre ère dans l’Ouest de la Gaule, UMR 6566, CNRS-Culture-Université, « Civilisations Atlantiques et Archéosciences ». Thème : âges du Fer, Rennes, 22 mars 2001, Document multicopié, n. p.

Menez Y. dir., 2001b, Les mobiliers de la fin du 1er et du début du 2nd âge du Fer dans l’Ouest de la Gaule, UMR 6566, CNRS-Culture-Université, « Civilisations Atlantiques et Archéosciences ». Thème : âges du Fer, Rennes, 4 octobre 2001, Document multicopié, n. p.

Morzadec H., 1995, Pétro-archéologie des céramiques armoricaines du Néolithique à la fin de l’Age du Fer, Rennes, éd. Association des Travaux de Laboratoire d’Anthropologie, Préhistoire, Protohistoire et Quaternaire Armoricains, 206 p. (Travaux du Laboratoire d’Anthropologie de Rennes, 41).

Peuchet C., Morzadec H., 2001, P. C.R. : Les Âges du Fer en Basse-Normandie, définition par les matériaux céramiques, Article pour les Actes du XVIIIe colloque de l’AFEAF, Winchester, avril 1994, document dactylographié, 33 p.

Rigby V., Freestone I., 1986, The petrology and typology of the earliest identified Central Gaulish imports, Journal of Roman Pottery Studies, 1, p. 6-21.

San Juan G., 1992, Cagny (Calvados), Déviation du passage à niveau n° 58, Sauvetage du site n° 14 119 012 AH, parcelle AE8, DFS, SDAC, 25 p.

San Juan G., 1994a, Cagny (Calvados), Suppression du passage à niveau n° 58. Déviation du C.D.225. Sauvetage urgent. Parcelle B 77, Rapport de fouille de sauvetage, Ministère de la Culture et de la Francophonie, Services Techniques du Conseil général du Calvados, Service Régional de l’Archéologie, Service Départemental d’Archéologie du Calvados, 33 p.

San Juan G., 1994b, Territoires d’exploitation et espaces relationnels au Second Âge du Fer dans le département du Calvados. Contribution de l’analyse pétrographique des céramiques et des terres argileuses à une paléogéographie de la production céramique, mémoire de DEA, Université de Caen, Caen, 86 p.

San Juan G., Méniel P., Alduc-Lebagousse A., Pilet-Lemière J., 1994, Un établissement rural du Ier siècle avant J.-C. à Fleury-sur-Orne (Calvados). Revue archéologique de l’Ouest, 11, p. 131-164.

San Juan G., 1997, La céramique gauloise glauconieuse de la Plaine de Caen : une origine augeronne probable, Bulletin de la Société Historique de Lisieux, 38, p. 5-32.

San Juan G., Méniel P., Matterne-Zeck V., Savary X., Jardel K., 1999, L’occupation gauloise au Nord-Ouest de Caen : L’évaluation en sondage du plateau de Thaon (Calvados), Revue archéologique de l’Ouest, 16, p. 131-194.

Savary X., 1997, Étude pétrographique de céramiques du Second Age du Fer du Bassin de la Seulles (Calvados), mémoire de DESS « Méthode Scientifiques et Techniques en Archéologie », université de Bourgogne, Dijon, 53 p.

Tyers P.A., 2005, Camulodunum type 102, in Rivet L. dir., Actes de la Société Française d’Étude de la Céramique Antique en Gaule, Congrès de Blois, 2005, Marseille, p. 753-760.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : carte de localisation des sites inclus dans l’étude typo-chronologique et pétrographique sur fond géologique (DAO Savary, CG14).La Basse-Normandie est un territoire géologique très contrasté qui peut être séparé en trois grands secteurs :- A l’ouest le Massif armoricain, massif ancien dont le sous-sol est composé de roches magmatiques (granites, granodiorites, diorites quartziques) et de roches sédimentaires précambriennes et paléozoïques (schistes, grès, poudingues, etc.) ;- A l’est le Bassin parisien, avec une partie ouest composée de roches meubles (sables, argiles, limons dans le Bessin et le col du Cotentin), de calcaires jurassiques alternant avec des marnes (Campagne de Caen, de Falaise, d’Argentan) et une partie orientale composée de marnes, alternant avec des calcaires, et de craies (buttes et plateaux du Pays d’Auge prolongé par le Perche au sud).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6607/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende Fig. 2 : les proportions de types de pâtes par phase chronologique sur le site d’Ifs « Object’Ifs Sud » (Manson 2005).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6607/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende Fig. 3 : typo-chronologie des vases de grande capacité à parois épaisses (DAO Manson et Savary, CG14).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6607/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende Fig. 4 : typo-chronologie des formes céramiques fines, basses ou moyennes, d’aspect très soigné (DAO Manson et Savary, CG14).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6607/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende Fig. 5 : photographies des microfaciès des pâtes protohistoriques bas-normandes (clichés Manson 2009) (A : argilite ; B : brachiopode ; Bz : bryozoaire ; C : crinoïde ; G : glauconie ; H : huître ; L : lamellibranche ; O : oolithe ferrugineuse ; Q : quartz).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6607/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 271k
Légende Fig. 6 : photographies des microfaciès des pâtes protohistoriques bas-normandes (clichés Manson 2009) (Bt : biotite ; Ca : grain carbonaté ; Coq : coquille ; F : feldspath ; G : glauconie ; Li : lithoclaste granitique ; Q : quartz).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6607/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Fig. 7 : évolution des taux de types de pâtes céramiques au cours du Premier Âge du fer (DAO Manson, CG14).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6607/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende Fig. 8 : évolution des taux de types de pâtes céramiques au cours de la transition entre les deux Âges du fer (DAO Manson, CG14).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6607/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende Fig. 9 : évolution des taux des types de pâtes céramiques au cours du Second Âge du fer (Manson, CG14).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6607/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 10 : la production d’écuelles en « S » à cannelure labiale interne et à pâte glauconieuse en Plaine de Caen (DAO Savary, CG14).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6607/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende Fig. 11 : les jattes fines à cordons et écuelles de la transition entre La Tène finale et la période gallo-romaine (DAO Manson, CG14).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6607/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Fig. 12 : les céramiques de type Besançon à pâtes granitiques (DAO Manson, CG14). La Tène finale et période gallo-romaine (DAO Manson, CG14).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6607/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 23k

Auteurs

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search