Version classiqueVersion mobile

La notion de “formule” en analyse du discours

 | 
Alice Krieg

Chapitre 5. Sur la notion de formule : synthèse, déplacements, questions

Texte intégral

A. Sur le choix du terme « formule »

  • 1 Dans le présent ouvrage p. 36-37.

1Comme nous l’avons expliqué déjà, nous employons le terme et la notion de« formule » en référence à Marianne Ebel et Pierre Fiala, qui eux-mêmes l’empruntent explicitement à Jean-Pierre Faye. Rappelons aussi que l’utilisation de cette notion – de cette notion ainsi nommée – par Ebel et Fiala (puis par nous-même, et par quiconque se réclamerait de Faye sur cette question), suppose le décrochage référentiel évoqué plus haut1, décrochage référentiel qui fondamentalement trahit le projet de surrécit initialement voulu par Faye : celui-ci avait choisi le terme« formule » parce qu’il n’appartenait pas à un métalangage scientifique, et parce qu’au contraire il était un mot du langage-objet lui-même. La formule portait le nom de « formule » parce que Carl Schmitt lui-même avait parlé de« formule » et parce qu’Ernst Forsthoff avait dit : « L’État total est une formule. »

  • 2 Par exemple : « Vous donnez le ton à notre magazine et vous assurez le respect des délais, depuis (...)
  • 3 Par exemple : « Il paraît que c’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes. La formu (...)

2La justification de notre choix du terme « formule » exige aussi un détour hors du vocabulaire scientifique : ce n’est pas en raccrochant le terme « formule » à des travaux scientifiques que pour autant nous pouvons évacuer les différentes acceptions de ce mot. Contrairement à « désoxyribose » et à « polypeptidique », ou, dans un domaine plus proche du nôtre, à « épanalepse » et à « fricative », le terme « formule » arrive inévitablement dans le discours scientifique avec des significations qu’il a par ailleurs, dans d’autres contextes. Le terme « formule » arrive avec les acceptions qu’il a dans le domaine de la religion et du sacré : la « formule » (magique, sacramentelle, incantatoire, cabalistique...) y est un énoncé figé (à réciter dans l’ordre) et efficace(en tant que performatif, elle agit). Le terme « formule » arrive avec son acception juridique : la « formule » y est un modèle d’énoncé dont seul le respect formel (répétition textuelle des séquences) peut garantir la validité. Le terme« formule » arrive également avec son acception mathématique : la « formule » y est l’expression concise et symbolique (donc à décoder) des règles à suivre pour atteindre une vérité mathématique. Le terme « formule » arrive aussi avec son acception journalistique, et quelque peu péjorative : un énoncé concis, supposé porteur d’effets, souvent prononcé à des fins provocatrices ou polémiques, voire démagogiques, et susceptible d’être mémorisé, donc reproduit, cité. Le terme « formule » arrive enfin avec une multitude d’acceptions circonscrites : la « formule ?» sera un énoncé joliment tourné et apte à retenir l’attention2 ; elle sera un adage, un proverbe, un dicton, une sentence3 ; elle sera une possibilité, l’élément d’une alternative (la formule fédéraliste, la formule centralisatrice) ; la « formule » sera encore une forme, une présentation, voire un mode d’énonciation (la nouvelle formule d’un magazine)...

  • 4 Sur cette formulation, voir également Krieg, 2000a.

3C’est bien parce que le mot « formule » est touché, atteint, par ce faisceau d’acceptions diverses, hors du discours scientifique des sciences du langage, que certains auteurs peuvent se permettre de l’utiliser sans le définir. C’est ce que fait Andréas Freund (1991 : 104) lorsqu’il parle de « la formule » « intérêts vitaux » utilisée par les États-Unis pour justifier leurs interventions militaires à l’étranger, ou Simone Bonnafous (1998) lorsqu’elle parle de « la formule » « camp de concentration »4 (également nommée par l’auteur « appellation », « expression », « syntagme » ou « formule hautement symbolique »). Comme ces auteurs, nous utilisons les acceptions multiples du mot « formule » (nous ne pouvons d’ailleurs pas faire autrement, mieux vaut donc le dire explicitement). Mais, tout en profitant de ces acceptions, nous avons voulu dans cet ouvrage définir les propriétés de la notion telle que nous l’employons.

B. La formule : une catégorie graduelle

4La notion de formule n’est pas une notion approximative : les propriétés qui la caractérisent, exposées dans ce volume, sont précises. En revanche, une formule est en elle-même un objet qui prend place sur un continuum : une séquence est plus ou moins formule selon qu’elle remplit plus ou moins chacune des quatre propriétés qui caractérisent une formule. La catégorie« formule » est de ce point de vue une « catégorie floue », c’est-à-dire graduelle, de type weberien, et non pas une « catégorie à bords francs et nets » de type aristotélicien, pour reprendre les termes d’Alban Bouvier (1996 : 203). Disons cette évidence : pour qu’une séquence puisse être caractérisée de formule, il faut qu’elle réponde aux quatre propriétés de la formule. Mais d’une part ces quatre propriétés peuvent être présentes de façon inégale (par exemple « figement » fort mais « caractère polémique » faible) ; et d’autre part chaque propriété est plus ou moins bien remplie. Les propriétés dont nous avons parlé sont en effet appréciables sur des continuums, et non pas mesurables en termes de présence et d’absence.

  • 5 Sur la notion d’« interprétant raisonnable », voir Krieg-Planque, 2006a : 37-40.

5Le figement, comme nous l’avons souligné à la suite de différents auteurs, est une propriété relative : une séquence est plus ou moins figée suivant qu’elle remplit plus ou moins bien un certain nombre de tests et suivant qu’elle est perçue plus ou moins clairement comme formant bloc depuis une position interprétative raisonnable5.

6Le caractère discursif de la formule est plus ou moins fort en ce sens que les usages déterminent plus ou moins le destin formulaire de la séquence. Par exemple, ce sont avant tout des usages qui ont fait advenir l’expression « extrême droite » comme formule à l’été 1996, usages dans lesquels le Front national réfutait ce qualificatif, entraînant ainsi une polémique publique sur la justesse ou l'inadéquation d’une telle étiquette. D’autres séquences partent si l’on peut dire « armées » de leurs caractéristiques sémantiques et morphosyntaxiques propres pour devenir des formules : l’usage, s’il reste déterminant, (n’) est alors (qu’) un déclencheur dans l’accès de la séquence au rang de formule. Il en est certainement ainsi de la formule « purification ethnique ».

7Le caractère de réfèrent social de la formule est également relatif : la séquence s’impose plus ou moins comme passage obligé des discours produits dans l’espace public. Certaines zones locales de l’espace public et certaines catégories isolées de locuteurs peuvent rester réfractaires à l’usage de la formule, et parvenir à la contourner. La complémentarité des différents critères qui permettent de dire qu’une formule fonctionne comme réfèrent social s’avère ici d’autant plus importante.

8Enfin, la formule est plus ou moins polémique. L’éventail est large : de séquences peu questionnées (comme « la crise » ou « la reprise »), à des séquences hautement problématiques (comme « purification ethnique », ou comme « extrême droite » à un moment très circonscrit du débat), en passant par des séquences moyennement polémiques (comme « exclusion » ou « sans-papiers ») – pour autant que nous puissions en juger.

9Le fait que la formule soit un objet inscrit sur un continuum n’en fait pas pour autant un objet parfaitement a-scientifique résistant à une analyse étayée. En revanche, le caractère continu de l’objet, et par conséquent la grande diversité des silhouettes et figures sous lesquelles on pourra le rencontrer, fait tout autant de la notion de formule une notion heuristique, propre à être toujours reposée, revisitée, redéfinie.

C. Du réfèrent social à l'espace public

10Parce que les deux promoteurs de la notion de « formule », Pierre Fiala et Marianne Ebel, en avaient démontré l’utilité, nous avons jusqu’ici mis l’accent sur la notion de « réfèrent social ». Il semble nécessaire cependant de mettre cette dernière en rapport avec une notion autre, venue d’un horizon théorique différent. Il s’agit de la notion d’« espace public » et de ce qui en est le principe constitutif : le principe de « publicité » (ou de« publicisation », autre traduction retenue – notamment par Louis Quéré (1992) – de « Öffentlichkeit » élaborée par Kant et reprise par Habermas). Si dire que la formule est un réfèrent social c’est dire qu’elle est un signe qui évoque quelque chose pour tous à un moment donné, alors c’est dire que la formule est un signe qui, par des procédés de publicité, est entré dans l'espace public.

  • 6 Jürgen Habermas (1re éd.[1962] 1978) (2e éd.[1990] 1993).
  • 7 Rappelons que ces critiques sont principalement les suivantes : Habermas idéalise un âge d’or de l (...)
  • 8 La première traduction de cette préface a été publiée dans Quaderni (Habermas, [1990] 1992).
  • 9 Habermas ([1990] 1992 : 174).

11Ici n’est pas le lieu pour exposer la notion d’espace public telle qu’elle a été mise en place par Jürgen Habermas dans son livre publié en Allemagne en 1962 et traduit en français seize ans plus tard6. Ce n’est pas le lieu non plus pour débattre des critiques dont le travail d’Habermas a été l’objet. Ces critiques, qui accompagnent de façon stéréotypique toute mention ou presque du travail d’Habermas (elles font désormais, comme l’écrit Erik Neveu (1995 : 43), « corps avec l’œuvre dans une forme du ʺbon usageʺ incorporé ») sont connues7. En 1990, à l’occasion d’une réédition de son livre en Allemagne, Habermas a répondu à certaines de ces critiques et est lui-même revenu sur sa définition de l’espace public8. Tirant profit des reproches qui lui étaient adressés et s’appuyant sur sa propre réflexion sur l’agir communicationnel (Habermas, [1981] 1987), le philosophe envisage désormais l’espace public comme pluriel et fragmenté : plutôt qu’un espace public, il existe un réseau d’espaces publics multiples et partiellement autonomes. Par ailleurs, estimant qu’il a « évalué de façon pessimiste la capacité de résistance, et surtout le potentiel critique d’un public de masse pluraliste et largement différencié »9, Habermas réévalue à la baisse le caractère strictement consensuel de l’espace public.

  • 10 Neveu (1995 : 52).
  • 11 Bastien et Neveu dir.(1999).
  • 12 Neveu (1995 : 53).
  • 13 Isabelle Pailliart (1995 : 200).
  • 14 Wolton (1990 : 313).
  • 15 Wolton (1990 : 112).

12Dans un « mouvement de pluralisation du concept d’espace public », selon la formulation de Philippe Chanial (1992 : 69), des travaux récents suivent Habermas sur la voie de cette redéfinition. Observant l’évolution de l’espace public depuis les Lumières, Bernard Miège (1995 : 50) estime que celui-ci se perpétue aujourd’hui « tout en élargissant ses bases d’intervention et se fragmentant ». Erik Neveu invite à « penser l’existence d’espaces publics partiels et pluriels »10, ou « mosaïques »11, et à prendre en compte « une pluralité d’espaces de prise de parole qui viennent alimenter l’espace public central »12, tandis que Jean-François Tétu (1995) souligne l’existence d’espaces publics locaux pour lesquels se sont mises en place des instances de communication et de médiation spécifiques. Isabelle Pailliart, explorant pour sa part les avantages de la notion d’ « espaces publics partiels », estime que celle-ci « donne la possibilité de se dégager d’une vision idéale et normative de l’espace public. Le déplacement de l’analyse vers d’autres sphères conduit à rappeler que l’espace public est constitué de rapports de domination. Ceux-ci se posent le plus souvent en termes de conflits entre des intérêts politiques et économiques contradictoires. »13 Dominique Wolton enfin, dans une perspective un peu différente – celle, optimiste voire idéaliste, de rapports sociaux sinon apaisés du moins réconciliables –, croit observer l’existence d’un « espace public élargi »14 ou d’un « espace public fractionné »15, qu’il perçoit par ailleurs comme une menace d’atomisation sociale et dont il voit un des remèdes dans le soutien aux médias généralistes.

  • 16 Jean-Marc Ferry (1991 :20). Signalons à toutes fins utiles que les guillemets qui encadrent « espa (...)

13Qu’on le définisse comme plus ou moins fragmenté et comme plus ou moins conflictuel, l’espace public n’existe pas indépendamment du principe de publicité, par lequel les acteurs mettent en commun leurs points de vue, portent leurs opinions sur la place publique et les rendent visibles pour autrui, offrant ainsi la possibilité d’un débat public et contradictoire de ces opinions : « l’“espace public” au sens large est le cadre ʺmédiatiqueʺ grâce auquel le dispositif institutionnel et technologique propre aux sociétés post-industrielles est susceptible de présenter à un ʺpublicʺ les multiples aspects de la vie sociale »16. L’espace public est configuré par les procédés de publicisation que rend possible l’état politique, juridique, sociologique et technique d’une société donnée.

14Depuis les années 1950-60, dans les sociétés européennes démocratiques, le principe de publicisation a longtemps été assuré principalement par ces grands médias que sont la presse, la radio et la télévision : ce sont là les principaux moyens par lesquels les acteurs accèdent à l’espace public. Nous ne voulons pas dire pour autant que les grands médias soient le tout de l’espace public. En particulier, il est clair qu’ils ne sont pas le lieu du discours de délibération (qui s'effectue de préférence dans des assemblées restreintes, des réunions improvisées, des conversations téléphoniques, des lieux privés réservés à des réseaux de socialibité, des couloirs...). En outre, il est incontestable que le développement des canaux électroniques de communication conduisent ces grands médias à une marginalisation lente mais certaine. Nous voulons simplement dire que les médias ont été et sont encore pour un certain temps le lieu central de la mise en commun des opinions et des décisions : ils sont le lieu auquel il faut accéder d’une manière ou d’une autre pour rendre largement publics une parole ou un contenu de parole.

  • 17 Sur ces derniers, voir Caroline Ollivier-Yaniv, 2003.

15Pour autant, les acteurs n’accèdent pas à l’espace public de façon directe et transparente, y compris quand leur pouvoir politique ou économique pourrait laisser penser qu’ils ont une assez grande force de contrainte sur ceux qui disposent des moyens de leur accorder la parole : les hommes politiques et les directions de grandes entreprises et des administrations parlent ainsi sous l’impulsion des consultants en marketing politique et en communication qui leur prodiguent conseils et recettes sur les contenus, les moments et les modalités de la prise de parole. Publicitaires, communicants et « écrivants ?»17 participent dans ce cadre à la production d’un discours qui résulte d’une pratique à la fois collective et professionnelle. De plus, d’une façon générale, ce sont les acteurs qui soutiennent un point de vue dominant et qui ont confiance en la domination durable de ce point de vue qui disposent de l’espace maximal d’expression, ceci non pas en vertu d’une censure qui serait pratiquée dans les rédactions ou ailleurs, mais notamment du fait de cette « spirale du silence » soulignée par Elisabeth Noëlle-Neumann([1974] 1991 : 181), par laquelle « pour ne pas se retrouver isolé, un individu peut renoncer à son propre jugement ». Par ailleurs, les paroles médiatisées sont l’objet, du fait même de leur médiatisation, d’une sélection et d’un formatage qui favorisent certains contenus et certains modes d’expression, aboutissant en certaines occasions à une « grammaire imposée », pour reprendre l’expression de Jean-Marc Ferry (1991 : 25), parfois « extrêmement pauvre et stéréotypée, réellement réfractaire à la complexité d’une pensée vivante et non triviale ».

  • 18 Voir à ce sujet les mises en garde de Bernard Delforce et Jacques Noyer (1999 : 35).

16De même que nous nous garderons de tout idéalisme relativement à la « tribune libre » qu’offriraient les médias, nous nous méfierons d’un médiacentrisme qui ferait des grands médias traditionnels et généralistes les seuls modes d’accès à l’espace public18. Chacun à leur échelle et avec leurs spécificités, nombreux sont les actes qui constituent des procédés de publicisation, des moyens d'accéder à l’espace public, des modes de mise en visibilité des problèmes publics ou des intérêts privés : distribuer des tracts aux passants sur le chemin d’une manifestation pour expliquer et faire admettre les motifs de l’action, faire signer une pétition dans la rue, déposer un message sur le forum de discussion d’un site internet, déployer sur la façade de locaux occupés par des « mal logés » une banderole destinée à faire connaître et justifier l’action auprès des habitants du quartier, créer un site internet pour promouvoir un thème de débat ou un point de vue, infiltrer un blog de façon à valoriser un produit ou un service, rejoindre un réseau social sur internet, mettre en ligne un document sur une plateforme de partage vidéo…

17Ainsi, pour se constituer en réfèrent social, la formule doit être mise en circulation dans l’espace public, au moyen d’une publicisation dont une part importante est assurée par la presse, la radio et la télévision généralistes. L’étude des discours produits et reproduits par ces médias est de ce fait un passage obligé d’une analyse qui vise précisément à attester l’existence de la formule en tant que réfèrent social.

D. Du rôle des médias dans la création et la mise en circulation des formules

18Il a été relativement peu question des médias dans ce volume. Pourtant, une question se pose. Du moins une question est régulièrement posée par des chercheurs ou, plus encore, par des commentateurs, des acteurs socio-politiques, des citoyens. C’est celle de la responsabilité des médias dans la construction des formules. À propos de ce qu’il appelle des « mots piégés », Andréas Freund (1991 : 151) écrit qu’ils sont « le produit de la collaboration active entre tous ses utilisateurs ». Mais il ajoute aussitôt que les médias peuvent parfois être les créateurs de tels types de mots : « Jaillissant des sources ou inventé par la presse, le mot piégé sera repris par le public, adopté par lui et finalement incorporé dans le langage courant » (idem). Les médias pourraient donc être des inventeurs de formules.

  • 19 Leblanc (1995 : 65). Voir aussi des points de vue similaires dans Pierre Bourdieu (1994) ; Patrick (...)
  • 20 François-Henri de Virieu (1990 : 10).
  • 21 Siblot (1987 : 84). Sur « aliénation » voir aussi Françoise Gardes-Madray et Paul Siblot (1989).
  • 22 Siblot (1987 : 84).

19Des voix se font régulièrement entendre qui désignent les médias comme responsables de la promotion, de l’amplification, de la circulation – voire de la création – des mots du vocabulaire dominant, des expressions à succès, des petites phrases et des formules qui frappent (c’est-à-dire font débattre et parler). Ces voix s’élèvent généralement pour souligner, comme le fait par exemple Simone Bonnafous (1998 : 45), « la responsabilité qu’ont [...] les médias dans la mise en circulation dans l’espace public de mots et formules aux effets hautement symboliques ». Assez fréquemment, ces voix s’expriment sur fond d’une supposée « montée en puissance du pouvoir médiatique »19, comme le soutient par exemple Gérard Leblanc, et s’aventurent à proclamer l’avènement d’une « médiacratie » par laquelle les pouvoirs « ne sont plus là où la loi et les ans les avaient installés »20, c’est-à-dire dans les assemblées, le gouvernement et les tribunaux, mais entre de nouvelles mains : celles des médias. Paul Siblot, en chercheur, a observé la « prolifération d’emplois »21 du mot« aliénation »au cours des années 1960-70, prolifération qu’il considère (1987 : 84) comme « un parfait exemple de ces ravageuses inflations terminologiques »22 que connaissent les formules. Paul Siblot désignait les médias comme des contributeurs centraux à l’inflation du « praxème » en question : « Les pratiques langagières, écrit Siblot (ibid. : 83), attestent continûment la fortune soudaine et souvent éphémère de mots d’un emploi rare ou jusqu’alors circonscrit. D’abord apparus de manière hésitante et subreptice, ils se confortent puis s’affichent avec ostentation dans tel type de discours pour y devenir une sorte de référence obligée. On les voit alors s’épandre hors de leur domaine initial, envahir le discours quotidien où, victimes de leur propre succès, érodés par un usage intensif et débridé, ils finissent par se banaliser et disparaître à nouveau. Les médias présentent aujourd’hui, par l’ampleur et la célérité qu’ils impriment à de tels phénomènes, un champ d’observation privilégiée. »

20De fait, il est objectivement fondé de considérer les médias comme des agents de circulation des formules. Pour nous, cette idée est même définitoire de la formule puisque les médias comptent parmi les principaux acteurs aptes à assurer une diffusion de la séquence dans de vastes zones de l’espace public. En revanche, nous pensons qu’on aurait tort de surestimer l’importance des médias dans le processus de construction des formules en son ensemble. L’observation indique que les médias sont rarement les créateurs des formules. Autrement dit, si les médias constituent des plateformes de lancement privilégiées des formules, ils n’en sont pas nécessairement les lanceurs. Ils le sont même rarement. La notion d'interdépendance, fondamentale pour la compréhension des faits sociaux, montre ici toute sa pertinence.

  • 23 Voir Krieg-Planque, 2008.

21Si l’on observe avec précision la façon dont les formules arrivent aux médias, on constate qu’elles arrivent fréquemment par la périphérie, et sous l’impulsion d’acteurs qui ne sont pas journalistes. En effet, le travail de création néologique, mais aussi le travail d'ontologisation et le travail de référenciation, qui sont nécessaires à la mise en consistance de toute formule, n’appartiennent pas en propre aux journalistes : politiques et autres acteurs sociaux s’y consacrent également. Ainsi, comme nous l’avons montré en détail, les premières occurrences de « purification ethnique » (ou de « nettoyage ethnique », ou de« épuration ethnique ») dans la presse écrite française ne sont pas spécifiquement le fait de titulaires de la carte de presse, mais tout autant d’hommes politiques, de chercheurs, d’intellectuels et de gens de lettres23… À l’appui de nos propres observations, nous pouvons évoquer aussi le parcours suivi par le mot« autogestion » : ce mot, ainsi que le décrit Geneviève Petiot (1993), est lancé par les organisations politiques et syndicales en 1968, avant d’être repris et diffusé par la presse. Toujours avec les mêmes conclusions, nous pouvons donner ici encore un exemple : celui de la formule « droit d’ingérence ».

  • 24 Voir Krieg, 2000c : 51, et dans le présent ouvrage p. 74.
  • 25 Tribune de Rony Brauman, « Sauvons les Dinkas ! », Le Nouvel Observateur, 28/10/88, p. 49.
  • 26 Éditorial de Jean Daniel, « La faute », Le Nouvel Observateur, 11/04/91, p. 54-55. (« Au cours d’u (...)
  • 27 Mario Bettati, « Le droit nouveau », L’Express, 11/04/91, p. 11.
  • 28 Nations unies. Conseil de sécurité, résolution 688, 05/04/91, § 3.
  • 29 François Mitterrand, conseil des Ministres, 10/04/91. Cité par Le Nouvel Observateur, 18/04/91,p.6 (...)
  • 30 Interview de Rony Brauman par François Schlosser sous le titre « "Ce sera le scandale de cette fin (...)

22Cette expression survient pour la première fois en langue française, semble-t-il, lors d’un colloque qui s’est tenu à Paris en janvier 198724. Dans le cadre d’une recherche antérieure, nous avions repéré toutes les occurrences de« droit d’ingérence », de« devoir d'ingérence » et de formulations concurrentes dans Le Nouvel Observateur de janvier 1987 à juin 1994. Or il apparaît que la toute première occurrence de « droit d’ingérence » dans cet hebdomadaire est le fait de Rony Brauman, alors président de Médecins sans frontières, dans une tribune qui paraît sous son nom le 28 octobre 198825 : la première occurrence advient ainsi sous la plume d’une personne qui n’est pas journaliste, et dans un genre d’article – la tribune – destiné à mettre sur la place publique des paroles d’acteurs extérieurs à la profession journalistique. La seconde apparition de« droit d’ingérence » dans ce même magazine d’information générale se produit bien plus tard, le 11 avril 1991, sous la plume de l’éditorialiste Jean Daniel, qui la présente explicitement comme une création lexicale du colloque de janvier 198726. Le même jour, « droit d’ingérence » apparaît dans une tribune signée du juriste Mario Bettati et publiée par L’Express27. Dans les semaines qui suivent, la fréquence de la séquence augmente brusquement, sous l’impulsion de discours institutionnels qui, au sujet du massacre des Kurdes irakiens, utilisent – ou contournent – la formule : le 2 avril 1991, au nom du devoir d’ingérence humanitaire, la France avait saisi le Conseil de sécurité des Nations unies du sort des Kurdes irakiens. Trois jours plus tard, le Conseil de sécurité adopte la résolution 688, par laquelle il « insiste pour que l’Iraq permette un accès immédiat des organisations humanitaires internationales à tous ceux qui ont besoin d’assistance dans toutes les parties de l’Iraq et qu’il mette à leur disposition tous les moyens nécessaires à leur action »28. Il n’est pas formellement question de « droit d’ingérence » dans ce texte. François Mitterrand tente d’expliquer cet état de fait en conseil des Ministres : « Le droit d’ingérence, ce n’est pas si simple. 140 pays vont s’y opposer car ils ont de multiples ethnies chez eux. Mais il faut progresser. »29 Les promoteurs du droit d’ingérence fulminent. Lorsqu’un journaliste lui demande si « il y a maintenant un droit d'ingérence humanitaire », Rony Brauman répond : « Je ne sais pas de quoi l’on parle. Il n’en est pas question dans la résolution 688 de l’ONU qui se réfère à plusieurs reprises, en revanche, à la "menace contre la paix et la sécurité", et qui reste entièrement attachée au principe de la souveraineté des États. »30 La formule est entrée dans le débat public, et une observation rapide de différents journaux parus en avril et mai 1991 montre que son usage n’est plus alors le monopole de locuteurs institutionnels. Mais nous voyons bien, à observer les premières apparitions des séquences « droit d’ingérence » et « devoir d’ingérence », que ce sont des experts (des juristes dans le cas présent), des représentants d’organisations humanitaires et des hommes politiques, et non pas des journalistes, qui sont les créateurs de la formule et les responsables de son lancement dans l’espace public.

23Les médias ont dans la fabrication des formules un rôle de publicisation, mais ils apparaissent plus fréquemment comme des opérateurs de circulation que comme des créateurs ou des initiateurs. Le développement contemporain de différents dispositifs et formats de communication électronique qui favorisent la déconcentration de l’initiative et l’intervention dispersée des usagers (listes de diffusion, e-groupes, réseaux sociaux, plateformes de partage de vidéos, blogs, forums, sites participatifs, instruments de consultation et de délibération médiatisés, pétitions en ligne…) conduit à relativiser plus encore la contribution des grands médias de masse à la production et à la diffusion des formules. Les pratiques amateures et profanes de communication ainsi organisées, là aussi, ne peuvent que conduire à minimiser l’importance des journalistes et des médias dans les phénomènes formulaires qui structurent et animent l’espace public.

  • 31 Du nom du numéro de Langage et Société coordonné par Pierre Fiala (1993) :« Les tailleurs de l’inf (...)
  • 32 Sur la théorie du filtre, on pourra voir dans une perspective systémiste les propositions d’Abraha (...)

24En tant qu’opérateurs de circulation, les médias apparaissent comme des opérateurs actifs, comme des « tailleurs »31, et non pas comme des fabricants d’emballage. Actifs, les médias le sont ici en deux sens : au sens d’une part où d’une façon générale les médias opèrent par sélection et filtrage32 (filtrage qu’ils opèrent sur un matériau par ailleurs déjà filtré en amont), et au sens d’autre part où la circulation qu’ils font subir à la formule, comme écrit Louis Quéré (1982 : 121) qui récuse un point de vue systémique et l’idéologie de la performance qui le sous-tend, « ne peut pas être réduit[e] à une technologie de l’empaquetage et de la transmission des messages » mais doit être vue, au contraire, comme une opération de transformation.

  • 33 Arthur Meyer, Ce que mes yeux ont vu, Paris, Plon, 1911. Cité par Thomas Ferenczi ([1993] 1996 : 1 (...)
  • 34 Voir par exemple Michel Rocard, Le cœur à l’ouvrage, Paris, Odile Jacob, 1987, 352 p., ou encore l (...)
  • 35 Voir les protestations exprimées par Pierre Bourdieu suite à son passage dans l’émission Arrêt sur (...)
  • 36 Voir une analyse de ce lieu commun dans Simone Bonnafous (2003).

25En 1911, l’antidreyfusard Arthur Meyer écrivait à propos d’Arthur Ranc, dreyfusard et sénateur radical : « C’est lui qui mettait en circulation, quand il ne les créait pas, les mots sonores : ʺjusticeʺ, ʺvéritéʺ, ʺla jésuitière de l’état-majorʺ, ʺmessieurs prêtresʺ, ʺla vérité est en marcheʺ, ʺla faction romaineʺ. »33 En voyant que les acteurs socio-politiques sont, plus que les journalistes, les initiateurs des formules, et partant du fait que les formules sont des enjeux, nous pouvons poser la question du caractère nécessaire des formules dans l’espace public et pour le politique. Il existe un « effort de la politique pour prendre la langue », écrit Maurice Tournier (1997 : 292), et parce que la langue –quoi qu’il faille parler ici au moins autant de discours – est un lieu et un moyen de pouvoir, cet effort est sans doute plus fourni encore du côté du politique que du côté des médias eux-mêmes. Certains acteurs – Michel Rocard34 par exemple, ou encore Pierre Bourdieu35 sur un tout autre mode – voient d’un mauvais œil la circulation accélérée, et d’une certaine manière non contrôlée, de mots et d'expressions qui, selon eux, empêchent de penser et appauvrissent le débat démocratique. Ils étoffent, ce faisant, le lieu commun selon lequel le discours politique subirait, dans l’espace public contemporain, certaines formes de« décadence » ou de« dégénérescence »36.

26Au-delà de tels points de vue, c’est sans doute plus encore le caractère agissant des discours politiques et de leur mise en récit que nous souhaitons souligner pour terminer. C’est ainsi que nous revenons à la thèse, exposée en introduction de cet ouvrage, selon laquelle les formules participent, dans des rapports de domination complexes que les discours organisent, d’un procès d’acceptabilité.

Notes

1 Dans le présent ouvrage p. 36-37.

2 Par exemple : « Vous donnez le ton à notre magazine et vous assurez le respect des délais, depuis la commande des articles jusqu’à la maquette. Outre une fonction de relecture, votre sens de l’écriture et de la formule vous permet de maintenir l’intérêt du lecteur. » Annonce d’offre d’emploi du magazine Art & Décoration pour un(e) secrétaire de rédaction (annonce publiée dans Libération, 05/07/96, p. 24).

3 Par exemple : « Il paraît que c’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes. La formule vaut aussi pour l’organisation de la garden-party [de Jacques Chirac à l’Élysée, le 14 juillet 1996]. » Article signé N.G., « Comme Mitterrand », Libération, 13-14/07/96, p. 8.

4 Sur cette formulation, voir également Krieg, 2000a.

5 Sur la notion d’« interprétant raisonnable », voir Krieg-Planque, 2006a : 37-40.

6 Jürgen Habermas (1re éd.[1962] 1978) (2e éd.[1990] 1993).

7 Rappelons que ces critiques sont principalement les suivantes : Habermas idéalise un âge d’or de l’espace public au 18e siècle. Il caricature à outrance l’espace public au 20e siècle, comme reféodalisé et en pleine déliquescence, où le règne de la critique est remplacé par le règne de l’opinion, et où l’espace public émancipateur des Lumières devient un espace public aliénant dans les démocraties occidentales post-industrielles. Les lacunes des recherches historiques d’Habermas mènent celui-ci à méconnaître le rôle des classes populaires d’une part, et des femmes d’autre part, dans la formation de l’espace public. Sa conception de l’espace public est par trop homogène, unitaire, consensuelle, non conflictuelle : chez lui comme chez Rawls ([1941] 1987), la communication a pour horizon l’accord plutôt que le conflit, et les sujets sont des sujets libres dans un espace de liberté plutôt qu’ils ne sont des sujets contraints dans un espace de domination.

8 La première traduction de cette préface a été publiée dans Quaderni (Habermas, [1990] 1992).

9 Habermas ([1990] 1992 : 174).

10 Neveu (1995 : 52).

11 Bastien et Neveu dir.(1999).

12 Neveu (1995 : 53).

13 Isabelle Pailliart (1995 : 200).

14 Wolton (1990 : 313).

15 Wolton (1990 : 112).

16 Jean-Marc Ferry (1991 :20). Signalons à toutes fins utiles que les guillemets qui encadrent « espace public », « médiatique » et « public » ne sont pas ici les symptômes d’un emploi flou de ces trois termes, puisque Jean-Marc Ferry consacre ensuite de longues lignes à les définir.

17 Sur ces derniers, voir Caroline Ollivier-Yaniv, 2003.

18 Voir à ce sujet les mises en garde de Bernard Delforce et Jacques Noyer (1999 : 35).

19 Leblanc (1995 : 65). Voir aussi des points de vue similaires dans Pierre Bourdieu (1994) ; Patrick Champagne (1995) ; Serge Halimi (1997).

20 François-Henri de Virieu (1990 : 10).

21 Siblot (1987 : 84). Sur « aliénation » voir aussi Françoise Gardes-Madray et Paul Siblot (1989).

22 Siblot (1987 : 84).

23 Voir Krieg-Planque, 2008.

24 Voir Krieg, 2000c : 51, et dans le présent ouvrage p. 74.

25 Tribune de Rony Brauman, « Sauvons les Dinkas ! », Le Nouvel Observateur, 28/10/88, p. 49.

26 Éditorial de Jean Daniel, « La faute », Le Nouvel Observateur, 11/04/91, p. 54-55. (« Au cours d’un colloque international organisé en décembre [sic ; AKP] 1987 à la Sorbonne, en présence de François Mitterrand et de Jacques Chirac, de nombreux juristes et médecins avaient tiré les conclusions de la non-assistance par la Croix-Rouge, de 1942 à 1945, aux victimes des nazis. Un professeur de droit, M. Mario Bettati, avait préconisé l’usage d’un nouveau concept : celui du ʺdroit d’ingérenceʺ. »)

27 Mario Bettati, « Le droit nouveau », L’Express, 11/04/91, p. 11.

28 Nations unies. Conseil de sécurité, résolution 688, 05/04/91, § 3.

29 François Mitterrand, conseil des Ministres, 10/04/91. Cité par Le Nouvel Observateur, 18/04/91,p.62,« Mitterrand et l’ingérence ».

30 Interview de Rony Brauman par François Schlosser sous le titre « "Ce sera le scandale de cette fin de siècle…" », Nouvel Observateur, 18/04/91, p. 76.

31 Du nom du numéro de Langage et Société coordonné par Pierre Fiala (1993) :« Les tailleurs de l’information ».

32 Sur la théorie du filtre, on pourra voir dans une perspective systémiste les propositions d’Abraham Moles (1971) et celles de Michel Mathien (1989) qui s’inspirent des théories du « gate-keeper » développées par David White, Wright Mills et Paul Lazarsfeld, ainsi que de la notion de « portier » importée de la psycho-sociologie de Kurt Lewin. Mais on verra surtout dans une perspective critique les propositions d’Edward S. Herman et Noam Chomsky (1988, trad. 2008).

33 Arthur Meyer, Ce que mes yeux ont vu, Paris, Plon, 1911. Cité par Thomas Ferenczi ([1993] 1996 : 195).

34 Voir par exemple Michel Rocard, Le cœur à l’ouvrage, Paris, Odile Jacob, 1987, 352 p., ou encore les propos de Michel Rocard recueillis par Jean-Claude Raspiengeas dans Télérama, 15/11/95, p. 14-24 (« Les médias : un pouvoir sans contre-pouvoir »).

35 Voir les protestations exprimées par Pierre Bourdieu suite à son passage dans l’émission Arrêt sur images du 23 janvier 1996, sur La Cinquième (Pierre Bourdieu, « Analyse d’un passage à l’antenne », Le Monde diplomatique, avril 1996, p. 25). Voir les réponses de Daniel Schneidermann, organisateur de l’émission incriminée (Daniel Schneidermann, « Réponse à Pierre Bourdieu », Le Monde diplomatique, mai 1996, p. 21). Voir également l’interview de Pierre Bourdieu par Philippe Royer dans La Croix, « Intellectuels et médias, modes d’emploi », 22/02/94, p. 10, ainsi que Pierre Bourdieu, Sur la télévision, suivi de L’emprise du journalisme, Paris, Liber éditions, coll. Raisons d’agir, 1996, 95 p. (en particulier p. 10-42).

36 Voir une analyse de ce lieu commun dans Simone Bonnafous (2003).

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search