Version classiqueVersion mobile

L’âge du Fer en Basse-Normandie. Gestes funéraires en Gaule au Second-Âge du Fer. Volumes I et II

 | 
Philippe Barral
, 
Bernard Dedet
, 
Fabien Delrieu
, 
et al.

Volume I. L’Âge du fer en Basse-Normandie. thème régional

Une histoire de l’élevage dans l’ouest de la Normandie : les sites de Mondeville, Ifs, Fleury, Creully (Calvados) et les autres..

Ginette Auxiette, Anna Baudry et Patrice Méniel

Résumé

La mise en place de programmes de recherche archéologique régionaux et la généralisation des suivis systématiques des grands travaux d’aménagements réalisés ces dernières années en Basse-Normandie, et notamment dans la Plaine de Caen, ont débouché sur la fouille de nombreux et grands sites attribués à l’Âge du fer et sur la découverte de nombreux lots d’ossements animaux. Nous disposons désormais d’un important corpus pour appréhender l’élevage et la gestion des cheptels des groupes humains qui ont occupé ce terroir au cours de la Protohistoire. Ce secteur géographique offre des sites d’habitats comme funéraires bien structurés dont la faune, très bien conservée, permet d’aborder la consommation carnée (modes d’acquisition, gestion des cheptels, abattage, …), mais aussi l’utilisation des animaux lors de manifestations plus "rituelles", et d’en suivre l’évolution au cours de l’Âge du fer.

Texte intégral

1. Présentation des données

1.1. Les sites en présence

1Suite au recensement synthétique des faunes métropolitaines réalisé en 2007 et présenté au colloque de Chauvigny (Méniel et al. 2009), nous avions constaté qu’en Basse-Normandie, et plus particulièrement dans le Calvados, les études archéozoologiques s’étaient multipliées depuis une quinzaine d’années. À l’heure actuelle, il s’agit d’un des départements français les mieux documentés, que ce soit en nombres de sites ou de restes étudiés, avec deux des trois départements picards, l’Oise et l’Aisne, et deux des cinq départements franciliens, la Seine-et-Marne et l’Essonne (fig. 1). Suite à ce constat, nous avons comparé ce recensement archéozoologique avec celui des sites ruraux réalisé lors de la même grande enquête nationale (fig. 2). Nous avons ainsi constaté que plusieurs sites ayant fait l’objet d’études archéozoologiques n’étaient pas référencés dans l’inventaire des sites ruraux et qu’inversement nous n’avions pas connaissance de plusieurs établissements ayant livré de la faune. La grande majorité des sites étudiés étant datée du Second Âge du fer nous avons également comparé notre recensement des faunes étudiées avec l’inventaire des principaux sites du Second Âge du fer fouillés ces vingt dernières années en Basse-Normandie (C. Marcigny à partir des données de la carte archéologique/MCC). Si l’on compare les deux cartes issues de ces inventaires, on observe une très nette différence entre les nombres de sites inventoriés et ceux ayant fait l’objet d’une étude de faune. Il apparaît clairement que les données disponibles sont concentrées sur la Plaine de Caen, zone plus propice à la conservation des ossements du fait de la nature des sols (fig. 3). La répartition des études de faunes et leur concentration reflètent parfaitement les limites entre le Massif armoricain, la Plaine de Caen et le Bassin Parisien. L’absence d’étude de faune dans les zones plus occidentales correspond à la mauvaise conservation, voire à la disparition, des restes osseux dans les sols à dominante acide.

1.2. Le corpus

2Depuis quelques années, dans cette région, les études de faunes, réalisées de façon quasi systématique – qu’elles soient issues de fouilles programmées ou de sauvetages préventifs -, ont permis d’alimenter une base de données archéozoologiques où sont recensés les corpus issus de sites d’habitats, de sites réunissant activités artisanales et habitat, d’un oppidum, d’un enclos funéraire mais aussi des dépôts particuliers de faune.

3À la suite de ces études, les premiers éléments de réflexion et de synthèse portent sur un ensemble de vingt sites représentant 54 entités archéologiques, soit un total de 46782 ossements. Les lots inférieurs à 100 restes ont toutefois été retirés avant la phase d’analyse des données afin que l’ensemble soit statistiquement valide. Nous disposons ainsi d’environ 46400 os pour notre réflexion.

4La synthèse proposée s’appuie sur quatre phases chronologiques : le Hallstatt C/D, La Tène ancienne, La Tène moyenne et La Tène finale (tab. 1), avec une répartition très inégale des lots étudiés sur l’ensemble de cette séquence. Ainsi, pour le Hallstatt C/D, on ne dispose que de quatre entités qui totalisent environ 6800 os ; pour La Tène ancienne, ce sont dix-neuf entités qui réunissent environ 11000 restes ; pour La Tène moyenne, seulement sept entités totalisent environ 3500 restes alors que pour La Tène finale, nous sommes en présence d’un ensemble de plus de 25000 restes, répartis entre vingt-quatre entités, ce qui constitue de loin, la période la mieux documentée. La Basse-Normandie ne fait donc pas exception quant aux importants écarts en quantités d’ossements observés dans d’autres régions entre le Hallstatt et La Tène finale (Méniel et al. 2009).

5Les structures archéologiques d’où sont issus les ossements sont les suivantes : fossés d’enclos (n = 29), fosses (n = 7), souterrains (n = 2), une zone d’épandage et trois sites dont la distinction entre les fosses allongées et fossés n’a pas été réalisable. Afin de tester l’impact du contexte stratigraphique des différents échantillons, nous avons analysé la fréquence des cinq principales espèces domestiques pour La Tène finale, période la plus riche en vestiges, suivant qu’ils sont issus de fosses ou de fossés. Il ressort de cette analyse que la structure d’origine ne modifie pas les fréquences globales des espèces, marquées avant tout par l’omniprésence des bovidés, les porcs étant toujours relégués à la troisième place. Les restes de chevaux et de chiens sont présents en faibles proportions par rapport aux autres espèces domestiques avec, toutefois, une assez grande amplitude de variation.

6On constate cependant une tendance à une fréquence plus élevée des caprinés au sein des assemblages issus des fosses (fig. 4).

Fig. 1 : carte de répartition de l’ensemble des sites inventoriés dans la base « Faune » présentée au colloque AFEAF de Chauvigny en 2007.

Fig. 2 : carte de répartition des sites répertoriés dans les départements de Basse-Normandie (état du recensement de l’enquête nationale présentée au colloque AFEAF de Chauvigny en 2007).

Fig. 3 : carte de répartition des études archéozoologiques réalisées en Basse-Normandie et prises en compte dans le corpus.

Tableau 1 : liste de l’ensemble des sites inventoriés pour la synthèse des données archéozoologiques en Basse-Normandie (C= Hallstatt C, D = Hallstatt D), principalement dans le Calvados.

Fig. 4 : fréquence des cinq principales espèces domestiques à La Tène finale selon le contexte d’origine des ensembles de faune.

Fig. 5 : deux exemples de l’implication du contexte d’origine sur la représentativité des cinq principales espèces domestiques.

7Ces observations ont été validées sur des lots de faune issus de ces deux contextes archéologiques, comme à Courseulles-sur-Mer « La Fosse Touzé » (Jahier, à paraître) ou à Ifs « Object’Ifs Sud » (Le Goff dir. 2000-2002, Le Goff et al. à paraître). Sur le site de Courseulles-sur-Mer, les caprinés sont mieux représentés en contexte de « fosse ». La hiérarchie bœuf, caprinés, porc, cheval, chien n’est cependant pas remise en cause. Sur le site d’« Object’Ifs Sud », il est intéressant de noter que les fréquences du cheval et du chien sont supérieures à celles obsvervées dans les fossés (fig. 5). Nous pouvons donc constater quelques variations propres à chaque site, mais elles n’influencent guère les fréquences établies sur les nombres de restes des cinq espèces domestiques (NR5).

2. L’approvisionnement carné

2.1. Les ressources de l’élevage

8Les mammifères sauvages paraissent jouer, tout comme les oiseaux, un rôle minime dans l’alimentation carnée quelle que soit la période. On peut observer une plus grande diversité des tableaux de chasse entre la fin du Premier et le Second Âge du fer. Là où le cerf, le chevreuil, le sanglier, le loup et le lièvre sont présents, s’ajoutent, plus tardivement, le lièvre, le castor, le chat, le blaireau, le renard, le putois et, parmi les oiseaux, le canard et quelques rapaces en complément du poulet et de l’oie.

9N’oublions pas que notre vision de l’alimentation est tronquée par le fait que les études malacologiques et ichtyologiques sont encore déficitaires dans cette région, alors que d’importantes collections sont disponibles et que l’attention portée sur le terrain à ce type de restes s’est accrue ces dernières années. Quelques études malacologiques ont été réalisées par Vincent Carpentier et Catherine Dupont (à Fleury-sur-Orne et Dives-sur-Mer « La Vignerie », Dupont in Carpentier et al. 2006, par exemple) mais les prélèvements et les études des animaux marins, vertébrés et invertébrés, sont encore trop peu développés dans une région où les produits de la mer devaient apporter un complément alimentaire non négligeable, comme le montrent certaines accumulations de coquilles de mollusques (Mondeville, Creully…) (fig. 6).

10Dans l’état actuel des données, seules les ressources carnées issues des mammifères et des oiseaux peuvent être appréhendées ; elles reposent essentiellement sur l’élevage, et principalement sur celui des bovins (fig. 7). Ce genre livre, dans la plupart des cas, au moins la moitié des restes déterminés. Les caprinés constituent un complément non négligeable avec des fréquences, établies sur les nombres de restes déterminés, qui varient entre 10 et 30 % dans les fossés et entre 30 et 50 % dans les fosses. Quant au porc, même s’il est systématiquement présent, il ne participe pas massivement à l’alimentation contrairement à ce qui peut être observé à ces périodes et dans des contextes similaires dans les régions plus septentrionales. Dans cette région, l’élevage est résolument tourné vers les bovins et les caprinés.

11Ce choix ne semble pas uniquement dicté par l’environnement. En effet, les bovins nécessitent un fort potentiel en pâturages et en eau, or le réseau hydrographique est peu dense dans la Plaine de Caen, ce qui révèle l’impact concomitant des choix et des contraintes économiques. À ce sujet, on peut également évoquer la densification des occupations dans ce secteur au Second Âge du fer, qui suggère une augmentation démographique et par conséquent des besoins croissants en ressources carnées.

Fig. 6 : accumulation de coquilles marines, Creully « l’Épinette », cliché Ivan Jahier, Inrap.

12La fréquence du cheval est variable suivant les sites et n’évolue pas entre le début et la fin de la période considérée (fig. 8). On remarque des pics sur certains sites, jusqu’à plus de 20 % (du nombre de restes des mammifères domestiques) à Fontenay-le-Marmion « La Grande Pièce » (Baudry 2009 ; Giraud et al. 2009). Il s’agit toutefois d’un petit lot de faune du Hallstatt C dans lequel ne figurent que des restes d’espèces et de parties anatomiques robustes, accompagnés de nombreux indéterminés. Cette forte proportion d’équidés, essentiellement due aux effets de la conservation différentielle, n’est jamais atteinte à La Tène moyenne/ finale. La moyenne est de 5,6 % pour le début de la période et de 5,2 % pour les deux derniers siècles, où la fréquence maximale est atteinte à Mondeville « l’Étoile » avec 15 % des restes (Auxiette in Besnard-Vauterin et al. 2009). À l’instar du cheval, les fréquences du chien sont très variables, mais s’accroissent à partir de La Tène moyenne avec plusieurs sites où elles atteignent 8 % (fig. 9) et qui se distinguent en cela de la plupart des sites septentrionaux, picards ou franciliens. La moyenne y est de 2,1 % pour le début de la période et de 3,8 % pour les deux derniers siècles.

2.2. La gestion des troupeaux

2.2.1. Une gestion concertée ?

13À Basly (Hallstatt D ; Baudry 2005) et à Soulangy (La Tène ancienne ; Méniel inédit), les distributions d’âges d’abattage des bœufs sont marquées par l’abondance de jeunes sujets, de moins de deux ans à Basly et de moins de quatre ans à Soulangy (fig. 10). Une autre différence, plus importante, est due à l’entretien de bêtes âgées sur le site de Soulangy, ce qui n’est pas le cas à Basly. Ces estimations révèlent deux orientations bien distinctes dans la gestion des cheptels, l’une principalement tournée vers l’abattage de jeunes bœufs âgés de un à deux ans en vue de la production de viande et la seconde, qui associe, de manière relativement équilibrée, l’abattage de jeunes bêtes et l’entretien d’animaux de trait.

14Pour les sites de La Tène finale de Fleury-sur-Orne « Périphérique sud de Caen » (San Juan et al., 1994) et d’Ifs « Object’Ifs Sud-ensemble 5 » (Le Goff 2000-2002), les distributions d’âges de bœufs sont également assez différentes (fig. 11). Les deux sont caractérisées par l’importance de l’abattage de jeunes bœufs, avec à Fleury beaucoup de sujets abattus avant la fin de la deuxième année alors qu’à Ifs, ils sont surtout abattus entre deux et six ans. L’abattage s’étale ensuite à Fleury avec plus d’un tiers (35 %) des bœufs abattus après neuf ans, ce qui porte l’âge moyen à plus de cinq ans et demi. Comme à Soulangy, la part des animaux réformés est beaucoup plus importante à Fleury-sur-Orne. Ces résultats montrent combien les modes de gestion peuvent être différents d’un site à l’autre.

Fig. 7 : fréquence des bœufs, des porcs et des caprinés et évolution de leur représentativité entre le Hallstatt C/D et La Tène finale.

Fig. 8 : fréquence des restes de chevaux dans les fossés des sites du Hallstatt C/D à La Tène finale (en % du NR5 domestiques).

Fig. 9 : fréquence des restes de chiens dans les fossés des sites du Hallstatt C/D à La Tène finale (en % du NR5 domestiques).

Fig. 10 : distributions des âges d’abattage des bovins des sites de Basly et de Soulangy (en % du nombre d’individus).

Fig. 11 : distributions des âges d’abattage des bovins des sites de Fleury-sur-Orne « périphérique sud de Caen » et d’« Object’Ifs Sud ensemble 5 » (en % du nombre d’individus).

15Quelles interprétations pouvons-nous proposer à propos de telles différences dans les modalités de la gestion des cheptels bovins au sein d’une même région ? Il est tentant d’y voir l’une des facettes de l’organisation sociétale des établissements agricoles dont une partie fonctionnerait encore en fermes relativement autonomes et dont l’autre partie serait centrée sur l’élevage de « bêtes à viande » destinée à répondre à une demande accrue, afin d’alimenter des populations toujours croissantes.

2.2.2. Une approche diachronique

16La richesse du corpus de l’établissement rural d’Ifs « Object’Ifs Sud-ensemble 5 » (79 tables dentaires pour les bœufs, 109 pour les moutons et 64 pour les porcs) permet d’aborder les stratégies d’élevage et d’abattage des trois principales espèces domestiques au cours de trois siècles précédant notre ère. Deux modes de gestion des troupeaux des bœufs se distinguent très nettement entre La Tène moyenne et finale (fig. 12). À La Tène moyenne, trois grands groupes d’abattage se différencient ; le premier rassemble les animaux agés de 6 à 12 mois, alors que le second regroupe ceux âgés entre 12 à 18 mois. Les bœufs entre 1,5 et 3 ans sont quant à eux épargnés alors que l’essentiel de la population est abattu entre 3,5 à 4 ans. À La Tène finale, la consommation de veaux est anecdotique et l’essentiel des sujets est abattu entre 2,5 et 4 ans, voire un peu plus tardivement. Pour les caprinés, on observe un net étalement des âges d’abattage avec une part importante d’agneaux consommés. À La Tène finale, la consommation s’oriente ainsi vers des animaux adultes âgés préférentiellement de 2 à 2,5 ans ; la consommation d’agneaux est toujours attestée, mais dans des proportions nettement inférieures à celles de La Tène moyenne. Les modalités d’abattage des porcs ne présentent aucune différence notable entre La Tène moyenne et finale ; la consommation de porcelets est attestée, mais la plupart des bêtes sont consommées entre 1,5 et 2,5 ans. L’exploitation des trois espèces domestiques principales est ainsi fondamentalement tournée vers la production de viande, la consommation d’animaux juvéniles (veaux, agneaux et porcelets) n’étant toutefois pas négligée. L’abattage plus tardif des bovidés à La Tène finale, reflète peut-être des disponibilités moindres en ressources carnées face à la demande, qui pousse les hommes à abattre les « bêtes à viande » lorsqu’elles ont atteint leur optimum pondéral.

2.3. Comparaisons

17Si l’on compare ces données avec celles des sites du quart nord-est de la Gaule, on observe de très nettes différences dans le choix des espèces élevées, avec notamment l’importance des troupeaux de porcs et de caprinés à La Tène finale (fig. 13) sur les sites à enclos les plus riches de Picardie mais aussi d’Île-de-France. Sur ces sites, on observe une part importante des produits carnés fournis par le porc et le bœuf reléguant les caprinés au troisième rang, alors qu’ils occupaient une place de choix dans la consommation entre le VIIe et le Ve siècles.

18Plus à l’Ouest, les ensembles fauniques des sites de la façade atlantique sont rares du fait de l’acidité des sols. Les lots d’ossements conservés en milieu dunaire ou bien au sein d’amas coquilliers sont issus d’occupations littorales et insulaires qu’il est difficile de comparer avec les fermes situées dans la Plaine de Caen. Quelques études montrent toutefois une prédominance de l’élevage des caprinés (Krausz 1996 ; Daire et al. 2006).

19Les comparaisons les plus pertinentes peuvent être établies avec les ensembles fauniques des sites sarthois (fig. 14). Les ensembles laténiens dont nous disposons se situent dans la partie sud du département de la Sarthe, sur les communes de Vivoin et Yvré l’Evêque (Auxiette 1999 a-e, Maguer et al. 2003, Guilliet et al. 2006). Ce sont des sites à enclos fossoyés dont les occupations couvrent les quatre derniers siècles avant notre ère. Les corpus ne sont pas d’aussi grande qualité que ceux de la plaine de Caen tant en nombre de restes qu’en état de conservation. Ils se caractérisent également par un élevage prédominant du bœuf et une contribution modeste du porc dans l’alimentation. Quant à la gestion du cheptel, si elle varie d’un site à l’autre, elle consiste à abattre préférentiellement des bêtes ayant atteint leur optimum pondéral et témoigne de choix orientés préférentiellement vers la production de viande.

3. Des manifestations cultuelles en contexte domestique ?

3.1. Le dépôt de faune : théorie et méthodologie

20En Normandie, si les sanctuaires restent encore très mal connus, des dépôts particuliers sont régulièrement mis au jour dans des contextes d’habitat ; parmi ceux-ci figurent très certainement des restes témoignant de pratiques rituelles domestiques, évidemment plus difficiles à mettre en évidence du fait de l’absence d’un contexte particulier, comme c’est le cas lorsque l’on étudie les restes issus de lieux de culte avérés (fig. 15).

21C’est à partir des travaux de Appadurai (1986 a et b) et de Kopytoff (1986) qu’une grille d’analyse des dépôts de faune en contexte d’habitat a récemment été proposée (Auxiette et Ruby 2009). La problématique d’Appadurai et de Kopytoff était notamment de cerner pourquoi et comment un objet devient ou cesse d’être un objet « bon à échanger », en particulier en tant que marchandise.

22« Transposée au domaine de la faune, l’une des questions à considérer est de savoir jusqu’à quel point le fait que l’objet étudié soit en partie ou parfois périssable - dans le cas présent de la viande - modifie cette capacité à entrer et à sortir de ce type de situation de dépôt. À partir de cette réflexion, un objet de dépôt – fût-ce un morceau de viande - n’apparaît pas dans un état particulier que trahiraient nécessairement ses traits essentiels, mais dans un état particulier par rapport à une « situation » socialement connotée. En transposant les propositions d’Appadurai à partir des situations « marchandes », on peut estimer que cette situation de « dépôt » se caractérise d’abord comme une phase, une séquence biographique dans la vie sociale de l’objet ; ensuite comme la capacité d’une chose à être objet de dépôt ; enfin, comme le contexte social dans lequel l’objet devient objet de dépôt.

23Dans les termes de l’approche logiciste de Gardin (1979) la situation de dépôt est un assemblage particulier de propriétés intrinsèques (physiques, géométriques, sémiotiques) qui rendent l’objet susceptible d’être déposé, et de propriétés extrinsèques (lieux, temps, « fonctions ») qui font qu’il s’agit bien d’un dépôt dans un contexte socialement, culturellement, « idéellement » signifiant. Pour l’objet de dépôt, c’est cet assemblage potentiellement significatif de propriétés intrinsèques et extrinsèques qu’il convient de prendre en compte. Le matériel archéologique faunique présente dans cette perspective des caractères qui lui sont propres (...) On peut mentionner la représentativité de la partie, ici anatomique, par rapport au « tout » initial qu’est l’animal vivant » (Auxiette et Ruby 2009, p. 259-260).

Fig. 12 : Comparaison diachronique des courbes d’abattages de « l’ensemble 5 » d’« Object’ifs Sud ».

Fig. 13 : fréquence des principales espèces domestiques par régions (silhouettes proportionnelles à la fréquence).

Fig. 14 : fréquence des bœufs, des porcs et des caprinés sur les sites sarthois. VLF = Vivoin « la Fosse » ; VLG = Vivoin « la Gaudine » ; VPM = Vivoin « la Petite Némerie » ; VPB = Vivoin « la Pièce du Bildoux » ; YGA = Yvré l’Evêque « le Grand Aunay ».

Fig. 15 : squelette de chien en connexion, Saint-Martin-de-Fontenay « RD 562 », cliché Service d’Archéologie du Conseil général du Calvados.

24L’unité d’observation sera donc ici le « dépôt structuré » de parties animales. Ceux que nous avons inventoriés (tab. 2) proviennent des sites situés sur les communes d’Ifs, Mondeville et Thaon (fig. 16). Leur datation couvre les huit siècles précédents notre ère. Le repérage de tels dépôts est parfois rendu difficile, voire impossible, par le fait qu’une partie des fouilles a été mécanisée. Les exemples évoqués ici ne constituent pas encore ce que l’on pourrait qualifier de corpus ; ils doivent donc être considérés comme des indices de phénomènes dont la nature et l’ampleur nous échappent encore. Lorsque les assemblages n’ont pas été documentés in situ, les dépôts ont été caractérisés en fonction de la nature des assemblages, de leur conservation et des différences significatives qui les opposent à des rejets culinaires fragmentés.

25Cinq catégories ont ainsi été retenues (Auxiette et Ruby 2009, p. 261), qui vont du plus simple – l’os isolé – au plus complexe – le squelette entier de l’animal. Dans la catégorie 1, seules les têtes (crânes accompagnés ou non des mandibules, bucranes) ont été retenues. La catégorie 2 regroupe des ensembles anatomiques significatifs, par exemple un membre (antérieur ou postérieur) ou une cage thoracique. Les deux catégories suivantes diffèrent par l’absence (catégorie 3) ou la présence (catégorie 4) de connexions anatomiques ; il s’agit d’assemblages d’os de différentes parties de squelettes, équivalents à plusieurs ensembles anatomiques sélectionnés, prélevés sur un ou plusieurs animaux, parfois de plusieurs espèces. Enfin, dans certains cas, les vestiges archéologiques sont constitués d’un ou plusieurs squelettes complets en connexion (catégorie 5).

Fig. 16 : vue du dépôt de restes de chevaux du fossé de Thaon.

26Malgré le caractère encore lacunaire de notre documentation dans ce domaine, toutes les espèces domestiques sont impliquées et, parmi les animaux sauvages, seul le cerf est concerné pour l’instant.

27Pour les parties anatomiques, on notera, par exemple, que les crânes et les pièces de viande charnues sélectionnées sont ceux des grands mammifères (bœuf et cheval), les corps, plutôt des porcs et des chiens sous la forme de squelettes entiers préservés ou manipulés (comme à Ifs, par exemple).

28L’analyse des propriétés extrinsèques des dépôts structurés donne l’occasion d’en préciser le contexte. À l’échelle de la structure, on a cherché à mettre en relation la catégorie empirique des dépôts structurés et la position stratigraphique verticale : ces dépôts apparaissent à tous les niveaux de comblements, de la base au sommet, notamment dans les fossés d’enclos. On connaît aussi quelques crânes manifestement altérés à la suite d’une exposition caractérisés par l’absence des dents des maxillaires à Ifs. Quant à la stratigraphie horizontale, la fouille a mis en évidence quelques correspondances avec d’autres catégories de dépôt structuré : par exemple, l’association os humain/monnaies/os animal dont deux crânes de chevaux et une patte antérieure de bœuf à Ifs « Object’Ifs Sud » (Le Goff et al. 2007). Le colmatage éventuel des dépôts est aussi un élément à prendre en considération dans cette réflexion. De lui dépend en effet aussi leur éventuelle visibilité. Les observations ne permettent pas d’apporter de réponses définitives : dans le cas des squelettes, le colmatage paraît systématique. Mais c’est sans compter sur la succession de gestes : l’exposition d’un corps jusqu’à sa décomposition, puis la récupération des ossements, jusqu’à leur ensevelissement final en pleine terre ou dans un contenant le plus souvent périssable ; citons par exemple le chien en boîte dans un fossé d’enclos (728 US2026), ou encore le chien associé à deux crânes de bœufs et à un morceau de colonne vertébrale de cheval (fosse 3078) sur le site de Ifs « Object’Ifs Sud » (La Tène finale). À un moment de sa trajectoire, le corps a été exposé, donc visible, puis, à un certain moment (à un certain état de décomposition ?) l’animal est enfoui donc dissimulé et l’emplacement parfois marqué par des pierres.

29L’analyse des dépôts en stratigraphie horizontale révèle divers cas de figures sans que soient spécialement privilégiés les entrées et les angles des enclos par exemple, où ils sont régulièrement mis en évidence dans d’autres régions.

3.2 Les chiens

3.2.1 Les dépôts de chiens sur des sites d’Ifs et de Mondeville

30La sépulture de chien (US 1098) du fossé d’enclos 725 d’Ifs est relativement isolée (pas d’autres dépôts d’animaux, ni de restes domestiques). Il s’agit d’un animal adulte de plus de 15 mois, qui repose en connexion sur le flanc droit et dont il manque tout le train arrière et plus de la moitié de la colonne (sept vertèbres thoraciques sur treize, toutes les vertèbres lombaires et coccygiennes). On peut s’interroger sur les phénomènes qui ont entraîné la disparition de certaines régions anatomiques, car ce qui subsiste du squelette est en parfaite connexion ; s’agit-il d’une manipulation ou d’une perturbation ultérieures à la décomposition de l’animal ? Enfin, on remarque la présence d’une pierre à proximité du museau qui n’est pas sans rappeler des associations du même ordre observées sur le même site, avec le squelette de chien du fossé 728 (cf. infra), ou sur d’autres (Auxiette 2000), dans des contextes identiques mais en association avec d’autres espèces.

Tableau 2 : nombre d’occurrences par type de dépôts et par site du Calvados.
Les membres sont partiellement représentés. Les ceintures sont parfois directement associées aux membres ou aux rachis mais elles sont ici recensées distinctement. Dans les squelettes dits "disloqués", il peut s’agir de squelettes incomplets sans certitude absolue (par absence d’observations précises de terrain).

31On note la présence de nombreuses parties anatomiques d’un autre squelette de chien (US 1126), mais dans son état actuel de conservation et sans observation préalable sur le terrain, il nous est impossible de savoir s’il s’agit au non d’un animal en connexion ou disloqué à l’origine, ou d’un simple rejet détritique.

32Le squelette de chien (US 2026) issu de l’enclos 728 apparaît sous la forme d’un amas d’ossements concentrés, pour la plupart inorganisés, à l’exception de quelques connexions strictes du rachis cervical, de certains métapodes et de quelques côtes. Les mandibules sont déconnectées de la tête mais proches l’une de l’autre. Les membres antérieurs et postérieurs sont tous disloqués ; toutefois des connexions plus ou moins strictes subsistent entre radius et ulna. L’avant-bras droit repose sur la partie sommitale du dépôt alors que le second se situe sous la masse des os en contact avec le sédiment de comblement du fossé. Le dépôt se développe sur une épaisseur de 8,5 cm. La tête du chien se situe au même niveau que le radius/ulna droit. L’ensemble suggère une manipulation post-mortem de l’animal après une décomposition déjà avancée, puis sa mise en « boîte » comme en témoignent les effets de parois nettement visibles. À cette occasion, l’ensemble du squelette a fait l’objet d’un prélèvement partiel ; on note ainsi l’absence de certaines parties, comme le bassin, la scapula gauche, de nombreuses côtes et des vertèbres. Ces gestes ne sont pas sans rappeler ceux déjà mis en évidence sur des bœufs et de chevaux dans certains sanctuaires (Méniel 1992).

33On note la présence de deux pierres anguleuses associées au dépôt. Mêlées aux ossements, elles rappellent les blocs en grès ou en calcaire fréquemment associés aux dépôts de faunes dans des fossés, notamment sur les sites de la vallée de la Vesle, où ils semblent marquer l’espace dédié aux dépôts ou encore l’emplacement d’un crâne de bœuf (Auxiette et al. 2000). Dans le cas du chien d’Ifs, les deux blocs sont localisés dans le périmètre de la tête et ont été déposés dans (ou sur ?) la boîte.

34En conclusion, nous pouvons restituer différentes étapes du traitement post-mortem subi par cet animal adulte de plus d’un an. Après sa mort, naturelle ou provoquée, il est exposé à l’air ou enseveli en pleine terre. Après avoir atteint un degré de décomposition suffisamment avancé, qui permet de récupérer une partie des os, la plupart d’entre eux sont rangés dans une boîte rectangulaire en matière périssable dont les dimensions peuvent être estimées à 40 x 25 x 10 cm environ. La boîte est finalement déposée dans la partie supérieure du remplissage du fossé 728.

35En dehors de ces cas relativement bien documentés, plusieurs squelettes, complets ou partiels, ont été recensés sans que nous puissions les détailler faute d’observation de terrain.

3.2.2 Les chiens dans les fosses

36Les os de chien issus du souterrain 3031 (Ifs « Object’Ifs Sud », US 3038) proviennent d’un jeune animal de moins de neuf mois inhumé à 1,30 m de profondeur et posé sur un ensemble de pierres et fouillé en place ; les connexions sont très perturbées. La fosse 3078 a livré un assemblage faunique très particulier composé de deux crânes de bœufs, d’un tronçon de colonne vertébrale de cheval et d’un squelette de chien. Il s’agit probablement d’un dépôt cultuel, effectué en dehors de la zone d’habitat principal ; c’est le seul cas avéré d’association directe entre un chien et d’autres espèces.

3.2.3 Le chien « partagé » de Ifs « ZAC Object’Ifs-Sud - AR67 »

37L’étude détaillée des ossements de chien des structures 106 et 107 du site d’Ifs « AR67 » (fig. 17, Besnard-Vauterin et al. 2009), dont l’une est interprétée comme un poteau de bâtiment, a révélé l’origine commune de ces deux assemblages, issus d’un animal dont la taille est estimée à 0,60 m au garrot (Koudelka 1885). Les membres et les ceintures en constituent l’essentiel ; s’y ajoutent quelques vertèbres (cervicales et lombaires). Cet animal a été découpé, comme en témoignent des traces sur le squelette axial, avec notamment des coups portés sur le sacrum et la septième vertèbre lombaire, mais aussi des indices de désarticulation de la tête d’avec la colonne et d’un bas de patte postérieure, avec des traces bien visibles sur la fibula et le calcanéum droits.

38En l’absence d’une partie conséquente du squelette, on peut évoquer différentes hypothèses sur la signification d’un tel partage dans deux structures. Dans le poteau 106, s’agit-il d’une offrande de fondation (pars pro toto) ? Dans la fosse 107, s’agit-il des reliefs de consommation des morceaux consommés faisant suite au dépôt de fondation ? Ou, plus prosaïquement, s’agit-il de simples reliefs de repas sans signification particulière ?

39Si geste volontaire il y a, il est vraisemblablement précédé du sacrifice de l’animal, avec d’éventuelles prescriptions qui nous échappent. Quoi qu’il en soit, la complexité du partage, avec notamment le radius droit et l’ulna gauche dans une structure et leurs correspondants dans l’autre – or leur désarticulation n’a rien d’immédiat –, ne doit sans doute rien au hasard. L’absence de mobilier particulier associé dans l’une ou l’autre des deux structures n’apporte pas d’éléments complémentaires pour l’interprétation de ces ensembles. Subsiste la question de l’absence presque totale du squelette axial, de la tête et des bas de pattes. Ces éléments, qui constituent des restes de la dépouille (tête et patte) et un reste de la découpe (le rachis) ne nous sont pas parvenus.

3.2.4 Conclusion

40Isolés, associés, complets ou partiels, manipulés, découpés, les chiens font indéniablement l’objet de traitements particuliers chez les Viducasses ; ces traitements ne sont pas sans rappeler les manipulations du corps animal dans les sanctuaires. Il semble que ce soit une spécificité régionale nettement affirmée qui les distingue des manifestations rituelles mises en évidence chez les Bellovaques ou les Suessions. Nous pouvons également noter la présence sur ce même territoire de squelettes en connexion et de crânes de chiens isolés en association avec des inhumations humaines, c’est le cas notamment sur le site de Saint-Martin-de-Fontenay « RD562 » (Baudry, 2009) (fig. 15) et d’Éterville « Le Pré des Vallons » (Giazzon 2009). Si ceux-ci témoignent de pratiques bien distinctes, ils sont toutefois le reflet de la place si particulière qui semble attribuée à cette espèce à l’Âge du fer.

Fig. 17 : distribution anatomique du « chien partagé » à Ifs « ZAC d’Object’Ifs Sud AR 67 ».

3.3 Les dépôts de pièces de viande de bœufs et de chevaux

41Ces assemblages sont caractéristiques des dépôts des fossés d’enclos. Ils sont principalement composés de morceaux variés de viande de bœufs et si les crânes sont les plus nombreux, les pattes antérieures, les ceintures, les pattes postérieures et les rachis associés aux côtes ou non ne sont pas en reste. Les parties impliquées dans ces dépôts correspondent toujours à plusieurs bœufs et plusieurs chevaux ; en plus des critères classiques (latéralité, doublons…), l’estimation du nombre d’animaux implique des indices complémentaires, comme les âges et la distribution verticale des restes, quand elle est pertinente.

42À Ifs, les dépôts de crânes sont les plus fréquents (n = 24) mais les assemblages anatomiques d’une espèce, le bœuf en particulier, correspondant à de grosses pièces de viande, sont nombreux (n = 13). On observe un pic pour ces pratiques entre la deuxième moitié du IIIe siècle et la première moitié du IIe siècle avant notre ère (-250 à -150). À tous les moments, l’espèce privilégiée est le bœuf et les cas de dépôts de chevaux sont cinq fois moins nombreux (46 occurrences contre 8). À ce jour, le porc ne figure pas dans cette catégorie de dépôt (un cas répertorié à la datation imprécise même si il est associé à l’occupation protohistorique) alors que les chiens (6 cas), avec des squelettes complets ou partiels, occupent une place certaine et particulière dans ces manifestations (cf. supra).

43À Mondeville « l’Étoile », le site I a révélé des traces des mêmes pratiques cultuelles domestiques, mais le nombre d’occurrences est considérablement plus faible qu’à Ifs et les crânes de bœufs (n = 4) et de chevaux (n = 3) sont omniprésents ; comme à Ifs, des inhumations de chiens ont été recensées.

44C’est dans la dernière phase d’occupation du site III, entre -150 et -30 avant notre ère, que la plupart des dépôts ont été répertoriés. Ils impliquent essentiellement des chevaux, et c’est alors qu’apparaissent les chiens.

45Sur le plan des parties anatomiques représentées dans les dépôts, il faut souligner la double préférence pour les crânes et les parties charnues, toutes espèces confondues. Lorsqu’on les envisage par espèce, la distribution de ces parties anatomiques paraît cependant plus hétérogène. C’est ainsi que le bœuf et le cheval sont attestés dans presque toutes les parties anatomiques possibles, têtes, cage thoracique, rachis, pattes ; le porc et le chien étant plus rares (Auxiette 2009, Besnard-Vauterin dir. 2009).

3.4. Mondeville « Marché d’Intérêt Régional »

46Ce site, fouillé sous la direction de C. Peuchet, est resté inédit. Il a livré plusieurs traces de manifestations particulières impliquant l’animal, et ce à diverses étapes de sa fréquentation. Il s’agit notamment de dépôts dans deux souterrains de La Tène moyenne, d’une sépulture de cheval et des restes d’un squelette de cerf découpé et réparti dans deux fossés comblés à La Tène finale (étude P. Méniel, inédit).

47La fouille du souterrain I a livré les squelettes de quatre cochons de lait et d’au moins trois fœtus de chien. Les porcelets, morts au moment de leur naissance, peuvent être l’indice de la proximité d’une porcherie. Les fœtus de chiens, en l’absence du squelette de la mère, peuvent avoir une origine similaire, ou être le produit d’une éviscération, et donc une trace indirecte de la découpe du chien sur le site. À côté de ces squelettes, plusieurs ensembles d’os de moutons en connexion ont été découverts. Il s’agit essentiellement de pieds, mais aussi de tronçons de rachis et de parties de thorax. Dans le souterrain I, il s’agit des quatre pieds d’un agneau et d’un ensemble de trois vertèbres lombaires en cours d’ossification (vers quatre ou cinq ans).

48Dans le souterrain II, on retrouve des parties analogues, mais en nombre plus important ; toutes proviennent du sol de cette structure. Il s’agit de trois tronçons de colonne vertébrale et de dix-sept côtes pouvant provenir d’un même sujet. Pour les membres, une seule connexion, entre une partie distale d’humérus et un radius, a été reconstituée. En revanche les pieds sont très nombreux, au nombre de huit, dont trois paires (deux antérieures et une postérieure) ; il faut sans doute leur associer des têtes fendues en deux, et quatre scapula d’agneaux, dont deux très jeunes. L’état de développement des os montre qu’ils sont issus de sujets de moins de deux ans et de quelques-uns de moins de neuf mois. Ces ensembles témoignent de rejets particuliers dans ces structures au moment où elles commencent à recevoir des détritus.

49Sur ce site, le cerf est représenté de manière assez particulière, par le squelette d’un faon (fossé 3308, non daté), mais surtout par des ensembles d’ossements d’un sujet adulte répartis en deux lots dans deux fossés (fig. 18) de La Tène finale : d’un côté, la tête osseuse aux bois sciés et trois pieds – il manque l’antérieur gauche –, qui rappellent les restes de la dépouille (fossé 3013), et de l’autre côté, le rachis, des trains de côtes, des os d’épaule et de cuissot gauches (fossé 3027). Cette répartition dans deux structures d’un animal découpé rappelle le traitement du chien des structures 106 et 107 d’Ifs (cf. infra).

50Enfin la découverte de l’inhumation en fosse d’un cheval est une manifestation déjà observée par ailleurs dans des contextes ruraux de l’Âge du fer, comme à Pontpoint (Malrain et Pinard, 2006).

Fig. 18 : distribution anatomique des ossements de cerf mis au jour à Mondeville « MIR ».

3.5. Des consommations festives à Creully ?

51À Creully (fouille Jahier, étude Bandelli et Méniel, en cours), les restes animaux sont malheureusement assez mal conservés. Sur ce site en cours d’étude, un enclos délimite un espace quadrangulaire situé à proximité d’une zone d’habitat assez dense. Ce fossé a livré essentiellement des ossements, parfois en abondance, avec une majorité de porcs et de caprinés, et un nombre important de dents et de restes de têtes, dont de nombreuses mandibules. Cet ensemble se distingue de ceux recueillis dans les structures domestiques, où les bovins sont beaucoup plus abondants. La tenue de banquets peut être évoquée, mais l’étude n’est pas encore achevée.

4. Conclusions

52Cette contribution montre l’intérêt d’une approche synthétique des études de faunes réalisées dans un cadre régional, la Normandie, dans le Calvados, et dans un type de contexte, celui des habitats ruraux, pour l’histoire des rapports de l’homme et de l’animal. Comme dans d’autres régions de la Gaule, l’élevage se révèle être au centre des productions économiques du monde rural, avec une certaine diversité dans les modes de gestion qui témoignent de différences d’ordres économiques et sociaux et de rapports entre ces établissements, une dominante principale qui est (déjà) l’élevage bovin. Mais si les aspects alimentaires de l’usage des animaux restent forcément privilégiés de fait de la prépondérance volumétrique des ossements, il ne faut pas oublier d’autres aspects, parmi lesquelles la piètre appréciation que nous avons encore des ressources de la mer, mais aussi du petit gibier. C’est dans ce domaine qu’il convient de poursuivre à la fois les collectes, avec les protocoles d’échantillonnage adaptés, mais aussi les études entamées ici et là. Enfin, les aspects économiques ne doivent pas faire oublier les autres usages qui peuvent être fait des animaux et de leurs ossements. Là encore, cela nécessite des méthodes de fouille et de relevé qui ne sont pas toujours en adéquation avec la mécanisation des procédures. Malgré son caractère non abouti, nous espérons que le premier constat que nous proposons sur les pratiques rituelles entrevues sur de nombreux habitats normands de l’Âge du fer portera ses fruits. Ces manifestations trouvent des analogies avec ce que l’on connaît dans d’autres régions, avec à la fois des manipulations de carcasses en voie de décomposition, l’utilisation de crânes entiers d’animaux, mais aussi des pratiques au cours desquelles des animaux sont découpés, mais dont les restes se distinguent de ceux des pratiques alimentaires quotidiennes par des règles de sélections ou de dépôts plus ou moins originales. La mise en évidence de banquets reste encore incertaine, mais sera peut-être un résultat de l’étude de Creully. Il est évident que l’approche archéologique des pratiques rituelles qui repose assez souvent sur le contexte de la découverte est évidemment beaucoup plus délicate en contexte d’habitat ; mais c’est évidemment un passage obligé pour accéder aux dimensions domestiques des pratiques rituelles.

Bibliographie

Bibliographie

Les références présentées ici regroupent celles citées dans le texte ainsi que celles des sites présents dans le tableau d’inventaire.

Appadurai A., 1986a (ed.), The social life of things, Cambridge, 1986.

Appadurai A., 1986b, Introduction : commodities and the politics of value, in Appadurai A, 1986a, p. 3-63.

Auxiette G., 1999a, La faune du site de Vivoin « la Fosse » (Sarthe). Document final de synthèse sous la direction de Morzadec H. A 28, Série FOUILLE – 22- AFAN, SRA Pays de Loire, p. 81.

Auxiette G., 1999b, La faune du site de Yvré l’Evêque « le Grand Aunay » (Sarthe). Document final de synthèse sous la direction de Vacher S. A 28, Série FOUILLE – 12- AFAN, SRA Pays de Loire, p. 31-33.

Auxiette G., 1999c, La faune du site de Vivoin « la Pièce du Bildoux » (Sarthe). Document final de synthèse sous la direction de Maguer P. A 28, Série FOUILLE – 17- AFAN, SRA Pays de Loire, p. 85-86.

Auxiette G., 1999d, La faune du site de Vivoin « la Gaudine » (Sarthe). Document final de synthèse sous la direction de Guillier G. A 28. Série FOUILLE – 18-. AFAN, SRA Pays de Loire.

Auxiette G., 1999e, La faune du site de Vivoin « la Petite Némerie » (Sarthe). Document final de synthèse sous la direction de Aubry B.A 28, Série FOUILLE – 20- AFAN, SRA Pays de Loire, p. 33-34.

Auxietteg., 2000, Les rejets non domestiques des établissements ruraux du Hallstatt final à La Tène finale dans la vallée de l’Aisne et de la Vesle, in Marion S. et Blancquaert G. éd., Les installations agricoles à l’Àge du fer en France septentrionale, Actes du colloque 29 et 30 novembre 1997, Editions Rue d’Ulm-Ecole Normale Supérieure, p. 169-180. (Etudes d’Histoire et d’Archéologie n° 6)

Auxiette G., 2009, Les restes paléo-environnementaux : la faune, in Besnard-Vauterin Ch.-C. (dir.) En plaine de Caen. Une campagne gauloise antique. L’occupation du site de l’Étoile à Mondeville (Calvados). Presses Universitaires de Rennes, Collection Archéologie et Culture, p. 133-152

Auxiette G., Desenne S., Gransar F., Pommepuy C., 2000, Structuration générale du site de Braine « la Grange des Moines » (Aisne) à La Tène finale et particularités : présentation préliminaire. Actes de la Table Ronde de Ribemont, Revue archéologique de Picardie, 1/2, p. 97-104.

Auxiette G., Ruby P., 2009, La vie sociale de la viande : quelle approche logiciste et processuelle des dépôts de faune sur les sites protohistoriques en France du Nord, in Bonnardin S., Hamon C., Lauwers M., Quilliec B. dir., Du matériel au spirituel. Réalités archéologiques et historiques des « dépôts » de la Préhistoire à nos jours, Actes du colloque d’Antibes 2008, Antibes, APDCA, p. 257-266.

Baudry A., 2002, Etude Archéozoologique du site protohistorique et antique de Touffréville (Calvados), mémoire de maîtrise, Université de Rennes II, 83 p.

Baudry A., 2005, Approvisionnement et alimentation carnée sur les sites de l’Âge du fer en Bretagne et en Normandie, première approche. Exemple du site de « La Campagne » à Basly (Calvados), Revue archéologique de l’Ouest, 22, p. 165-180.

Baudry A., 2006, Etude archéozoologique : les mammifères, in Carpentier V., Ghesquière E., Marcigny C. dir., Grains de sel. Sel et salines du littoral bas-normand (Préhistoire – XIXe siècle). Entre Archéologie et Histoire. CeRAA / AMARAI, suppl. aux Dossiers du CeRAA, AC, p. 108-111.

Baudry A., 2009, L’élevage et l’alimentation à la fin de l’Âge du bronze et au Premier Âge du fer dans l’ouest de la France. Approche archéozoologique de quelques sites normands, in Roulière-Lambert M.-J., Daubigney A., Milcent P.-Y., Talon M., Vital J. dir., De l’Âge du bronze à l’Âge du fer en France et en Europe occidentale (Xe-VIIe siècle av. J.-C..) ; la moyenne vallée du Rhône aux Âges du fer, Actes du XXXe colloque de l’AFEAF, co-organisé par l’APRAB, Saint-Romain-en-Gal, 23 au 28 mai 2006, Dijon, Revue archéologique de l’Est, supplément 27, p. 487-492.

Besnard-vauterin C.-C. et al., 2009, Ifs « ZAC Object’Ifs Sud - AR 67 » (Calvados). Un habitat du Second Âge du fer. Rapport final de fouille archéologique préventive. Service Régional d’Archéologie de Basse-Normandie, INRAP, 69 p.

Besnard-vauterin C.-C. dir., 2009, En plaine de Caen. Une campagne gauloise antique. L’occupation du site de l’Étoile à Mondeville (Calvados). Presses Universitaires de Rennes, Collection Archéologie et Culture, 312 p.

Carpentier V., Ghesquière E., Marcigny C. dir., Grains de sel. Sel et salines du littoral bas-normand (Préhistoire – XIXe siècle). Entre Archéologie et Histoire. CeRAA / AMARAI, suppl. aux Dossiers du CeRAA, AC, 182 p.

Daire M.-Y., Baudry A., Quesnel L., 2006, Le site gaulois de Port Blanc à Hoedic (Morbihan), La campagne de fouille de 2005, premiers résultats, Bulletin de l’AMARAI, 19, p. 69-86.

Dron J.-L., Baudry A, Clement-Sauleau S., Gache D., Marcigny C. et Zaour N., (ce même volume), Le site de Condé-Sur-Ifs, in XXXIIIe colloque de l’AFEAF, Caen, 21 au 24 mai 2009.

Dupont C., 2006, Etude archéozoologique : la faune marine, coquillages et crustacés de la phase 3, in Carpentier V., Ghesquière E., Marcigny C. dir., Grains de sel. Sel et salines du littoral bas-normand (Préhistoire – XIXe siècle). Entre Archéologie et Histoire. CeRAA / AMARAI, suppl. aux Dossiers du CeRAA, AC, p. 111-115.

Gardin J.-C., 1979, Une archéologie théorique. Paris, 1979, 339 p.

Giraud P., Riquier C., Baudry A. et Diestch-Sellami M.-F., 2009, L’habitat Bronze final, Hallstatt ancien de la Grande-Pièce à Fontenay-le-Marmion (Calvados), in Roulière-Lambert M.-J., Daubigney A., Milcent P.-Y., Talon M., Vital J. dir., De l’Âge du bronze à l’Âge du fer en France et en Europe occidentale (Xe-VIIe siècle av. J.-C..) ; la moyenne vallée du Rhône aux Âges du fer, Actes du XXXe colloque de l’AFEAF, co-organisé par l’APRAB, Saint-Romain-en-Gal, 23 au 28 mai 2006, Dijon, Revue archéologique de l’Est, supplément 27, p. 493-500.

Giazzon D. dir., avec les collaborations de Baudry-Dautry A., Chanson K., Charraud F., 2009, Eterville, « Les Prés du Vallon », rapport de fouilles, INRAP Grand-Ouest, Cesson-Sévigné, 240 p.

Guillier G., Auxiette G., Chérel F., 2006, L’établissement rural de La Tène moyenne de la Gaudine (Sarthe) et ses activités de transformation, Revue archéologique de l’Ouest, 23, p. 45-70.

Jahier I. et al., à paraître, Une résidence monumentale des Premier et Second Âges du fer à Courseulles-sur-Mer (Calvados), Document d’Archéologie Française.

Kopytoff I., 1986, The cultural biography of things : commoditization as process, in Appadurai A, 1986a, p. 64-99.

Koudelka F., 1885, Das Verhältnis des Ossa longa zur Skeletthöhe bei den Säugetieren. Verhandl. d. Naturforsch. Ver. Brünn, 24, p. 127- 153.

Krausz S., 1996, La faune, in Menez Y., Une ferme de l’Armorique gauloise, Le Boisanne à Plouër-sur-Rance (Côtes-d’Armor), Document d’Archéologie Française, 58, p. 144-154.

Le Goff E. dir., Arnoux T., Auxiette G., Besnard M., Carpentier V., Cherel A.-F., Collard C., Dietsch-Sellami M.-F. Gaubert L., Jean S., Le goff I., Lepaumier H., Paitier H., Pilet-lemiere J., Pommier V., Simon L., Talbo C., Verney A., 2000-2002, Les occupations protohistoriques et antiques de la Z.A.C. "Object’Ifs Sud" (Calvados). Document final de Synthèse, INRAP Grand-Ouest, SRA Basse-Normandie, 4 volumes.

Le Goff E., à paraître, Terres, terroirs et territoires : émergence et développement d’un espace agraire entre Protohistoire et Antiquité, Ifs (Calvados). Presses Universitaires de Rennes.

Le Goff E., Auxiette G, Le Goff I., 2007, Manifestations et pratiques cultuelles au sein des habitats et du territoire agraire laténien de la « Z.A.C. Object’Ifs Sud » à IFS (Calvados) : un exemple de l’ouest de La Gaule, In Barral Ph., Daubigney A., Dunning C., Kaenel G., ROULIÈRE-LAMBERT M.-J. dir, L’Àge du fer dans l’arc jurassien et ses marges. Dépôts, lieux sacrés et territorialité à l’Âge du fer, Actes du XXIXe colloque de l’AFEAF, mai 2005, Presses universitaires de Franche Comté, p. 566-578.

Maguer P., Cherel A-F., Auxiette G., 2003, Nouvelles données sur les habitats de l’Âge du fer dans le Nord de la Sarthe (commune de Vivoin, autoroute A28), Actes du XXIIIe colloque de l’AFEAF, Nantes 1999, Revue archéologique de l’Ouest, Supplément n° 10, p. 213-234.

Malrain F. et Pinard E. dir., 2006, Les sites laténiens de la moyenne vallée de l’Oise du Ve au Ier siècle avant notre ère : contribution à l’histoire de la société gauloise, Revue archéologique de Picardie, 23, 272 p.

Meniel P, 1992, Les sacrifices d’animaux chez les Gaulois, Paris, Errance, 150 p., 94 fig.

Meniel P., Auxiette G., Germinet D., Baudry A., Bemilli C., 2009, Une base de données sur les études de faunes des établissements ruraux en Gaule, in Bertrand I., Duval A., Gomez De Soto J., Maguer P. dir., Habitats et paysans ruraux en Gaule et regards sur d’autres régions du monde celtique, Actes du XXXIe colloque de l’AFEAF, Chauvigny, 2007, Édition Association des Publications Chauvinoises, Mémoire XXXIII, 2009, p. 417-446.

San Juan G., Meniel P., Alduc-Lebagousse A., Pilet-Lemiere J., 1994, Un établissement rural du premier siècle avant J.-C. à Fleury-sur-Orne (Calvados), Revue archéologique de l’Ouest, 11, p. 131-164.

San Juan G., Meniel P., Matterne-Zeck V., Savary X., Jardel K., 1999, L’occupation gauloise au Nord-Ouest de Caen. L’évaluation en sondage du plateau de Thaon (Calvados), Revue archéologique de l’Ouest, 16, p. 131-194.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : carte de répartition de l’ensemble des sites inventoriés dans la base « Faune » présentée au colloque AFEAF de Chauvigny en 2007.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6572/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende Fig. 2 : carte de répartition des sites répertoriés dans les départements de Basse-Normandie (état du recensement de l’enquête nationale présentée au colloque AFEAF de Chauvigny en 2007).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6572/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 3 : carte de répartition des études archéozoologiques réalisées en Basse-Normandie et prises en compte dans le corpus.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6572/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6572/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 227k
Légende Tableau 1 : liste de l’ensemble des sites inventoriés pour la synthèse des données archéozoologiques en Basse-Normandie (C= Hallstatt C, D = Hallstatt D), principalement dans le Calvados.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6572/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Légende Fig. 4 : fréquence des cinq principales espèces domestiques à La Tène finale selon le contexte d’origine des ensembles de faune.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6572/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende Fig. 5 : deux exemples de l’implication du contexte d’origine sur la représentativité des cinq principales espèces domestiques.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6572/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende Fig. 6 : accumulation de coquilles marines, Creully « l’Épinette », cliché Ivan Jahier, Inrap.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6572/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende Fig. 7 : fréquence des bœufs, des porcs et des caprinés et évolution de leur représentativité entre le Hallstatt C/D et La Tène finale.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6572/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 8 : fréquence des restes de chevaux dans les fossés des sites du Hallstatt C/D à La Tène finale (en % du NR5 domestiques).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6572/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende Fig. 9 : fréquence des restes de chiens dans les fossés des sites du Hallstatt C/D à La Tène finale (en % du NR5 domestiques).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6572/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende Fig. 10 : distributions des âges d’abattage des bovins des sites de Basly et de Soulangy (en % du nombre d’individus).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6572/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende Fig. 11 : distributions des âges d’abattage des bovins des sites de Fleury-sur-Orne « périphérique sud de Caen » et d’« Object’Ifs Sud ensemble 5 » (en % du nombre d’individus).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6572/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende Fig. 12 : Comparaison diachronique des courbes d’abattages de « l’ensemble 5 » d’« Object’ifs Sud ».
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6572/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende Fig. 13 : fréquence des principales espèces domestiques par régions (silhouettes proportionnelles à la fréquence).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6572/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Légende Fig. 14 : fréquence des bœufs, des porcs et des caprinés sur les sites sarthois. VLF = Vivoin « la Fosse » ; VLG = Vivoin « la Gaudine » ; VPM = Vivoin « la Petite Némerie » ; VPB = Vivoin « la Pièce du Bildoux » ; YGA = Yvré l’Evêque « le Grand Aunay ».
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6572/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende Fig. 15 : squelette de chien en connexion, Saint-Martin-de-Fontenay « RD 562 », cliché Service d’Archéologie du Conseil général du Calvados.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6572/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende Fig. 16 : vue du dépôt de restes de chevaux du fossé de Thaon.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6572/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Tableau 2 : nombre d’occurrences par type de dépôts et par site du Calvados.Les membres sont partiellement représentés. Les ceintures sont parfois directement associées aux membres ou aux rachis mais elles sont ici recensées distinctement. Dans les squelettes dits "disloqués", il peut s’agir de squelettes incomplets sans certitude absolue (par absence d’observations précises de terrain).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6572/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Légende Fig. 17 : distribution anatomique du « chien partagé » à Ifs « ZAC d’Object’Ifs Sud AR 67 ».
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6572/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende Fig. 18 : distribution anatomique des ossements de cerf mis au jour à Mondeville « MIR ».
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6572/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 80k

Auteurs

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search