Version classiqueVersion mobile

L’âge du Fer en Basse-Normandie. Gestes funéraires en Gaule au Second-Âge du Fer. Volumes I et II

 | 
Philippe Barral
, 
Bernard Dedet
, 
Fabien Delrieu
, 
et al.

Volume I. L’Âge du fer en Basse-Normandie. thème régional

L’établissement rural de Touffréville (Calvados) à La Tène finale

Nicola Coulthard

Résumé

Plus connu par la découverte d’une vaste villa gallo-romaine occupée pendant quatre siècles, le site de Touffréville présente également des indices d’occupations protohistoriques ; de nombreux tronçons de fossés constituant plusieurs enclos successifs datent de la fin de la période Hallstatt / La Tène ancienne, La Tène moyenne et La Tène finale D2. Seule l’occupation de La Tène finale, présentée succinctement dans un poster lors de ce colloque, a livré des structures bien conservées, associées à quelques niveaux en place.

À la fin de la période gauloise, un enclos quadrangulaire de près de 9000 m2, situé sur un coteau, domine la campagne de Caen qui se développe vers l’ouest. Les rares vestiges conservés à l’intérieur et à l’extérieur de l’enclos permettent d’approcher l’organisation spatiale du site.

Texte intégral

Fig. 1a : Touffréville, localisation.

Fig. 1b : Touffréville, environnement géographique et géologique du site.

1. Introduction

1L’établissement rural de Touffréville a été fouillé entre 1993 et 2003. Découvert fortuitement lors de l’aménagement d’une carrière d’argile, le site a été fouillé dans le cadre d’un projet programmé intégrant les paramètres logistiques de l’archéologie préventive (fig.1a).

2Plus connu par la découverte d’une vaste villa gallo-romaine occupée pendant quatre siècles, le site présente également des indices d’occupations protohistoriques ; de nombreux tronçons de fossés constituant plusieurs enclos successifs datent de la fin de la période Hallstatt/ La Tène ancienne, La Tène moyenne et La Tène finale D2. Seule l’occupation de La Tène finale a livré des structures bien conservées, associées à quelques niveaux en place.

1.1. Cadre géographique

3Le site est localisé sur le versant occidental de la « butte de Bavent », versant relativement abrupt avec un dénivelé de 30 à 40 mètres (fig. 1b). À 6,5 km au nord du site, la Baie de Sallenelles située à l’embouchure de l’Orne donne un accès direct à la mer.

4La butte délimite deux espaces géographiques normands majeurs : la Vallée d’Auge à l’est et la Campagne de Caen à l’ouest. La Vallée d’Auge, drainée par la Dives, forme une large dépression occupée par des marais. La Campagne de Caen est un plateau calcaire faiblement ondulé qui présente un paysage de champs ouverts voués à la céréaliculture.

5Actuellement, le site de Touffréville est entouré sur trois côtés par les bois de Bures et de Bavent, et domine les terres fertiles de la plaine de Caen qui se développent à partir du bas de versant. Ainsi, le site est face à une zone de grande culture, bordée par des hauteurs vouées à la forêt et aux prairies et jouit, en outre, des ressources de la mer toute proche.

1.2. Occupation de La Tène finale (fig. 2)

6Un très grand enclos quadrangulaire (1), situé à mi-hauteur de pente, domine la plaine. Au bas de la pente, un deuxième grand enclos (2) a été localisé, mais celui-ci se développe en dehors de la zone d’étude. Les éléments de datation indiquent une occupation correspondant aux deuxième et troisième tiers du Ier siècle av. J.-C. L’assemblage céramique, très fragmentaire, ainsi que les monnaies, représentent des réseaux d’échanges locaux. Très peu de niveaux sont conservés in situ en raison d’aménagements antiques postérieurs importants, mais des caractéristiques discriminantes, notamment des variations dans les assemblages archéozoologiques, permettent d’approcher la répartition spatiale de l’occupation.

Fig. 2 : Touffréville, l’occupation à la Tène finale.

2. Enclos 1

2.1. Morphologie (fig. 2 et 3)

7Un très grand enclos quadrangulaire, de 98 m x 89 m, délimité par un fossé, domine la plaine. Le fossé est continu et doublé à l’intérieur sur trois côtés par un second fossé moins profond. Une entrée de 3,50 m de large est localisée vers le milieu du côté ouest. Les mesures maximales enregistrées pour le fossé principal sont de 5,20 m pour l’ouverture, et de 2,20 m pour la profondeur. Le fossé intérieur mesure au maximum 1,60 m d’ouverture pour 0,90 m de profondeur. On notera surtout l’absence de ce deuxième fossé le long du côté ouest, le côté de l’enclos interrompu par l’entrée. Un fossé de taille moins importante servait à évacuer l’eau piégée dans chacun des angles ouest du fossé de l’enclos (du côté du bas de pente).

8Un terminus ante quem pour le creusement du fossé monumental est donné par le matériel céramique piégé dans le sédiment du comblement inférieur, dont la chronologie concorde avec le mobilier issu des contextes d’occupation à l’intérieur de l’enclos. Ce niveau tapissait le fond du fossé ouest et correspond à la période de fonctionnement initiale du fossé. Le sédiment fin, gris, épais de 10 à 25 cm, provient essentiellement de l’érosion naturelle des parois. Homogène, observé sur toute la longueur du fossé, il est plus conséquent dans l’angle formé par les fossés ouest et sud, et près de l’interruption du fossé ouest au niveau de l’entrée de l’enclos. La plupart du matériel archéologique a donc été piégée dans les angles des fossés vers le bas de la pente. Le mobilier comprend de la céramique qui permet de situer la phase de fonctionnement première des fossés pendant le Ier siècle av. J.-C. Attribué donc à la fin de La Tène finale, ce niveau est rapidement scellé par des niveaux de remplissage augustéens. Quant au fossé intérieur, les sondages n’ont pas permis de déterminer précisément la chronologie de son creusement. Son remplissage est plutôt uniforme à l’exception des tronçons est et sud-ouest, à proximité de bâtiments gallo-romains, où un comblement augustéen fournit néanmoins un terminus ante quem.

Fig. 3 : Touffréville, les fossés de l’enclos 1.

2. 2. Contextes conservés

2.2.1. Habitat ou fonction privilégiée ?

9Les niveaux conservés à l’intérieur de l’enclos 1 sont rares, discontinus, et hétérogènes (fig. 4). Partiellement recouvert par un édifice antique et s’étendant de façon discontinue sur l’entrée, un niveau en place (fig. 4, ) a fourni un matériel relativement abondant, à caractère alimentaire : fragments de céramique, coquillages, et surtout ossements d’animaux. Quelques structures en creux très éparses - trois trous de poteau et un court tronçon d’une rigole - ont également été localisées sous le bâtiment. Le lot faunique se caractérise par une domination de restes de porcs. Les porcs et caprinés sont surtout représentés par des morceaux de choix (côtes, membres…) à l’inverse des os de bœufs qui s’illustrent par l’abondance de bas morceaux (scapula, pieds, membres). Le porc étant consommé en abondance essentiellement sur les sites privilégiés, ce lot suggère la présence d’une population socialement démarquée, ou une fonction particulière de l’espace. Cet assemblage se différencie nettement de celui de l’extérieur de l’enclos (fig. 5).

2.2.2. Secteur artisanal

10Un autre niveau (fig. 4, ) est préservé vers l’angle sud-ouest de l’enclos, principalement sous un bâtiment antique. Son caractère artisanal est signalé par des traces de combustion : sédiments chargés en charbons de bois avec de nombreux déchets de métaux cuivreux, des outils, et surtout de fragments des creusets avec dépôts de bronze (fig. 6) indiquant la présence d’un atelier de travail des métaux cuivreux : métallurgie et élaboration. La présence de cet atelier révèle une certaine prospérité de l’établissement, la demande pour les objets produits générée sans doute par une partie résidentielle au statut aisé. Ce niveau a été percé par une petite vingtaine de trous de poteau. Deux alignements parallèles orientés est – ouest, dont les trous de poteau sont organisés symétriquement selon l’axe médian, suggèrent la présence d’une construction rectangulaire. Des recoupements montrent que la construction a connu une phase de réaménagement. Il peut s’agir de greniers (fig. 4). Plus énigmatique, des pattes de mouton en connexion ont été déposées à mi-hauteur du remplissage de trois des trous de poteau.

Fig. 4 : Touffréville, niveaux d’occupation et bâtiments associés à l’enclos 1.

Fig. 5 : Touffréville, répartition entre les trois principales espèces des restes zoologiques associés à l’enclos 1.

2.2.3. Habitat du type « ferme indigène »

  • 1 Identification et étude par Caroline Raby et Pierre-Marie Guilhard, Laboratoire de numismatique, Ce (...)

11Longeant le fossé ouest à l’extérieur de l’enclos, un bâtiment unique et une zone d’épandages de rejets domestiques représentent les seules traces d’habitation in situ attribuable à La Tène finale sur le site (fig. 4, ). Ces vestiges avaient été recouverts, et donc conservés, par un axe de circulation antique. Un potin en bronze coulé, d’un type propre à la Basse-Normandie, provenant d’une concentration de rejets dans ce secteur, daterait de la première moitié du Ier siècle av. J.-C.1 Cette datation correspond à celle qui se dégage de l’étude céramologique (infra). Le mobilier découvert permet de définir ce bâtiment comme habitation et révèle la pratique d’activités associées au fonctionnement de l’établissement : poids ou contrepoids et lame d’outil.

Fig. 6 : Touffréville, fragments de creusets, cliché Service archéologie, Conseil général du Calvados.

Fig. 7 : exemples de céramiques datant de La Tène finale.

12Le bâtiment mesure 7,35 m x 5,50 m. Des trous de poteau matérialisent l’emplacement des murs sur trois côtés et on remarque un effet de paroi côté est. Une bande étroite de sédiments légèrement plus foncés, peut-être l’emplacement d’une sablière basse, est encore visible sur une partie de sa longueur. Il s’agit soit d’une construction « mixte », un bâtiment érigé à l’aide de poteaux plantés et d’un autre système de paroi, ou bien un bâtiment ayant subi deux phases de construction. Il présente les caractéristiques permettant son rapprochement à la catégorie « constructions rectangulaires à tranchée de fondation », dont l’attribution typo-chronologique d’Ivan Jahier et al. concorde avec la datation du mobilier associé. Des exemples de bâtiments rectangulaires dont les parois sont exclusivement représentées par des tranchées de fondations ont été reconnus à Saint-Gatien-des-Bois « Le Vert Buisson », à Quetteville « Les Heurtries » (Calvados) et à Montgardon (Manche) (Jahier et al., 2000, p. 353-355) et Poses (Eure) (Dechezleprêtre et al., 2000, p. 324-325). Pour ce dernier exemple, qui date du premier siècle après J.-C., les tranchées ont conservées les traces de poteaux rapprochés, ce qui n’est pas le cas à Touffréville.

13Au centre du bâtiment se trouvaient un foyer et une fosse. Les rejets de faune, directement liés à l’habitat, se composent d’une proportion importante d’ossements de caprinés et de bovins conformes aux assemblages provenant des sites d’habitat de type « ferme indigène ».

14À environ 7,50 m au nord du bâtiment, une fosse remplie exclusivement de coques (19) indique la continuation de la zone d’habitat. Ensuite, les traces deviennent très lacunaires, mais grâce à quelques lambeaux préservés par des niveaux antiques, on peut en déduire qu’à l’origine la zone d’habitation se développait sur au moins une quarantaine de mètres.

3. Enclos 2 (fig. 2)

3.1. Habitat

15Aucune structure archéologique ne peut être rattachée avec certitude à cet enclos. Toutefois, un niveau de limon peu épais, ainsi qu’une série de fossés de type parcellaire, témoignent d’une occupation laténienne antérieure à l’enclos. Cet épandage comprend des concentrations de galets de silex brûlés, associées à des os brûlés et quelques fragments de céramique. Un fragment de bracelet en lignite et un petit anneau en alliage à base de cuivre y ont également été recueillis.

16Le lot d’ossements d’animaux est composé exclusivement d’os ayant subi l’action du feu, action qui a pour conséquence d’éliminer une grande partie et de réduire des restes fauniques (gestion des déchets ?). L’examen des diaphyses de bovins conservées a mis en lumière des pratiques de découpe de membres suggérant un prélèvement de moelle osseuse.

Fig. 8 : Touffréville, première phase de l’occupation gallo-romaine, environ 30 av. J.-C. – 70 ap. J.-C.

4. Discussion

17La conservation très partielle des niveaux en place, et surtout leur répartition sur plusieurs hectares ne facilitent pas l’interprétation de ce grand site. L’étude céramologique, tout en apportant des précisions chronologiques, ne permet pas de différencier les secteurs du point de vue fonctionnel. L’éventail de formes mis au jour dans les contextes à l’intérieur et à l’extérieur des enclos est peu diversifié (fig. 7). On retrouve systématiquement et en majorité les jattes moyennes à panse convexe, souvent à courbure dissymétrique, ainsi que des jattes ouvertes à paroi convexe et plus anecdotique, les jattes ouvertes à bord rentrant. Ces diverses formes de jattes présentent, à l’œil nu, des pâtes semblables, à inclusions bioclastiques grossières. L’association de ces céramiques à pâte bioclastique, des jattes et pots de type Besançon et des amphores Dressel 1B, apparaît de toute évidence comme un « faciès » de La Tène finale et plus vraisemblablement de La Tène D2 / fin de La Tène D2.

18Les assemblages zoologiques et le mobilier métallique en revanche, présentent des caractéristiques distinctes selon les différents secteurs, suggérant une répartition fonctionnelle de l’occupation, et vraisemblablement une différenciation des zones d’habitat par statut social.

19Plus globalement, l’envergure des enclos, notamment l’enclos 1 installé en position dominante sur un coteau surplombant la plaine de Caen, indiquent une occupation importante à Touffréville à la fin de l’Age du Fer.

20L’occupation gallo-romaine qui lui succède est également d’envergure. Dès la période augustéenne, une série de bâtiments élaborés est érigée à l’intérieur et à l’extérieur de l’enclos 1. L’orientation de la maison de maître est d’abord subordonnée à celle de l’enclos, mais les fossés sont rapidement comblés et toute trace physique de l’occupation laténienne disparaît. Une forge est installée dans le secteur de l’enclos 2. Cette première phase de l’occupation gallo-romaine, qui s’étend jusqu’à la fin du deuxième tiers du Ier siècle ap. J.-C., est une période de dynamisme et prospérité. (fig. 8).

Crédits

21La fouille en 1992 a été financée par “Les Ciments Français”. Les fouilles programmées (1993 -1996 ; 1998-2000 ; 2003) ont été financées par la Ministère de la Culture et le Conseil général du Calvados.

22L’article a été rédigé à partir des études et des échanges avec Karine Jardel (céramique), Mélanie Demarest (instrumentum), Cécile Germain-Vallée (géomorphologie), Service d’archéologie du Conseil général du Calvados, 36 rue Fred Scamaroni, F-14000 Caen (Mélanie Demarest fait désormais partie de l’équipe d’Archéopole, Base de Rouen, 103 rue de Stalingrad, 76140, le Petit Quévilly) ;

23Anna Baudry-Dautry, archéozoologie, doctorante à l’Université de Rennes 1, U.M.R. 6566 « Civilisations atlantiques et Archéosciences », campus de Beaulieu, 35042 Rennes Cedex (désormais Inrap, Centre Archéologique de Poitiers, F-86000 Poitiers) ;

24Pierre-Marie Guilhard, numismatique, le Laboratoire de Numismatique, Centre de Recherches Archéologiques et Historiques Médiévales (CRAHM), Unité Mixte de Recherches 6577 du CNRS Université de Caen, F-14032 Caen

25Le DAO a été réalisé par Jean-Yves Lelièvre et Sophie Pillaut, les photos par Annabelle Cocollos, Service d’archéologie du Conseil général du Calvados.

Bibliographie

Bibliographie

Coulthard N., 2008, Craftwork considered in the context of the evolving social and economic structure of a Roman villa : Touffréville, (Calvados, Normandy), Revue Suisse d’Art et d’Archéologie (RAA), cahiers 1-2, p. 109-112.

Coude A., Coulthard N., Halley G., San Juan G. et Vallée C., 1998, Les formations superficielles du site archéologique gallo-romain de Touffréville (Calvados), Géographies, Bulletin de l’Association des Géographes Français, 1998-3 (septembre), p. 341-348.

Dechezleprêtre, Cousyn P., Léon G., Paez-Rezende L. et Rougier R., 2000, Architecture des bâtiments de l’Âge du fer en Haute-Normandie, in Marion S., Blancquaert G. éd. Les installations agricoles de l’Âge du Fer en France septentrionale, Paris, Éditions Rue d’Ulm/Presses de l’École normale supérieure, p. 321-338. (Études d’histoire et d’archéologie, 6).

Jahier I., Besnard-Vauterin C., Lepaumier H., Paris P., Renault V., Dron J.-L., Hincker V. et Forfait N. 2000, Les bâtiments des habitats de l’Âge du fer en Basse-Normandie : panorama des découvertes, in Marion S., Blancquaert G. éd. Les installations agricoles de l’Âge du Fer en France septentrionale, Paris, Éditions Rue d’Ulm/Presses de l’École normale supérieure, p. 339-357. (Études d’histoire et d’archéologie, 6)

Jardel K., Mortreau M., Simon L., 2002, Première approche des horizons céramiques de la plaine de Caen (Calvados), de la conquête à l’époque claudienne, Société Française d’Étude de la Céramique Antique en Gaule, Actes du congrès de Bayeux, Marseille, SFECAG, p. 11 – 50.

Notes

1 Identification et étude par Caroline Raby et Pierre-Marie Guilhard, Laboratoire de numismatique, Centre de Recherches Archéologiques et Historiques Médiévales (CRAHM), Unité Mixte de Recherches 6577 du CNRS Université de Caen, F-14032 Caen.

Table des illustrations

Légende Fig. 1a : Touffréville, localisation.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6562/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 1b : Touffréville, environnement géographique et géologique du site.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6562/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende Fig. 2 : Touffréville, l’occupation à la Tène finale.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6562/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende Fig. 3 : Touffréville, les fossés de l’enclos 1.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6562/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende Fig. 4 : Touffréville, niveaux d’occupation et bâtiments associés à l’enclos 1.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6562/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 5 : Touffréville, répartition entre les trois principales espèces des restes zoologiques associés à l’enclos 1.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6562/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende Fig. 6 : Touffréville, fragments de creusets, cliché Service archéologie, Conseil général du Calvados.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6562/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Légende Fig. 7 : exemples de céramiques datant de La Tène finale.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6562/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende Fig. 8 : Touffréville, première phase de l’occupation gallo-romaine, environ 30 av. J.-C. – 70 ap. J.-C.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6562/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 48k

Auteur

Conservateur du patrimoine, Conseil général du Calvados, service archéologie, DGA Jeunesse, Culture et Territoires, 36 rue Fred Scamaroni, 14000 CAEN, n.coulthard@cg14.fr

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search