Version classiqueVersion mobile

La notion de “formule” en analyse du discours

 | 
Alice Krieg

Chapitre 4. Propositions : les propriétés de la formule

Texte intégral

1Dans la continuité du travail de Jean‑Pierre Faye et dans celle de l’étude de Marianne Ebel et Pierre Fiala, nous proposons à présent de circonscrire l’objet formule à travers ses propriétés principales. Ces propriétés déterminent certains partis pris dans la méthode de saisie de l’objet, tant du point du vue de la construction du corpus (par exemple, nécessité d’une certaine épaisseur temporelle de façon à saisir la formule dans son historicité discursive) que des orientations méthodologiques (par exemple, recours à un traitement non-automatisé du corpus, pour repérer certains types de défigements). Nous poserons, au fur et à mesure, les contraintes qui pèsent sur l’étude d’une formule, en tant que celle‑ci :

  • présente un caractère figé ;

  • s’inscrit dans une dimension discursive ;

  • fonctionne comme un référent social ;

  • comporte un aspect polémique.

A. Caractère figé de la formule

2La formule a un caractère figé. Nous entendons par là que la formule est portée par une forme signifiante relativement stable. Il doit être possible de suivre la formule à la trace de sa forme, ou, pour parler comme Jean‑Pierre Faye (1972b : 41), de « prendre sur le vif la circulation des signifiants » (qu’il oppose aux « contenus »). De ce fait, la séquence identifiée comme formule peut être – et à cela on s’attend le plus – une unité lexicale simple (« humanitaire », « perestroïka », « immigration »), dont le caractère figé est tautologique. Mais elle peut aussi être une unité lexicale complexe, une unité lexico‑syntaxique, ou une séquence autonome (« phrase »), toutes trois tendanciellement figées.

  • 1 Voir Krieg, 2000c : 23‑24 et dans le présent ouvrage 28‑29.
  • 2 Sur cette séquence, voir Krieg, 2000c : 200‑206, et Krieg‑Planque, 2003 : 133‑142.
  • 3 Sur cette séquence, voir Krieg‑Planque, 2003 : 146‑151, et Krieg‑Planque, à paraître en 2001.
  • 4 Sur cette séquence, voir Krieg, 2000 : 206‑210, et Krieg‑Planque, 2003 : 142‑146.

3Par unité lexicale complexe, il faut entendre ce qui est diverse‑ ment appelé « lexie complexe », « mot poly-lexical », « syntagme figé » ou « syntagme lexicalisé », ensemble dans lequel prendront place des unités telles que « droits de l’homme », « préférence nationale » ou « purification ethnique ». Par unité lexico‑syntaxique, il faut entendre la co‑présence d’un élément lexical (ou de plusieurs) et d’une opération syntaxique particulière, comme par exemple la coordination (dans « du pain et X » étudié par Jacques Guilhaumou et Denise Maldidier1), la complémentation (dans « ajouter la guerre à la guerre »2), ou encore la négation (doublement présente dans « ne pas pouvoir dire que ne pas savoir » tel que réalisé dans « Nous ne pourrons pas dire que nous ne savions pas.»3). Aux séquences autonomes correspondent les slogans (« La France aux Français »), ce qu’on appelle les petites phrases (« La France ne peut accueillir toute la misère du monde »), ou toute autre phrase enregistrée dans la mémoire collective (par exemple « Plus jamais ça ! »4).

  • 5 Colloque « La locution : entre lexique, syntaxe et pragmatique. Identification en corpus, traitemen (...)
  • 6 Danielle Candel (199e). Pour une synthèse sur l’état des recherches (extension du domaine de la loc (...)

4Autant la question de la permanence du signifiant est facile à poser dans le cas des unités lexicales simples, autant elle est ardue quand on s’intéresse à ces séquences morpho‑syntaxiquement plus complexes que sont les unités lexicales complexes, les unités lexico‑syntaxiques et les séquences autonomes, dont la stabilité formelle est assurée par le figement. La grande diversité terminologique qui règne au sein de la communauté scientifique brouille les pistes de tous ceux qui s’aventurent sur ce terrain du figement. En 1987, Georges Misri (1987 : 81) croyait pouvoir écrire : « Les études récentes sur le figement ne sont pas nombreuses. » Il en va tout autrement aujourd’hui. Mais la quantité des productions en la matière illustre l’éparpillement des faits observés plus qu’elle n’a permis d’éclaircir la situation. Par exemple, le caractère hétérogène des contributions proposées en 1995 lors d’un colloque consacré à la notion de « locution » donne une idée de la diversité du phénomène ainsi nommé5. « Pour l’usager du langage prétendu ordinaire, la locution est un moment de répit dans l’activité langagière. » dit joliment Blanche‑Noëlle Grunig (1997 : 13). Pour le chercheur qui se penche sur l’analyse de l’objet, elle serait plutôt un moment d’angoisse. En 1995, Danielle Candel faisait un inventaire rigoureux des différentes acceptions des termes « locution », « expression », « syntagme », « collocation » et « phraséologie » tels qu’ils sont en usage dans la communauté des linguistes6 : on constate que la terminologie des uns chevauche celles des autres. « De la locution figée à la simple expression phraséologique, les limites restent floues », concluait Danielle Candel (1995 : 155) avec une grande clémence. « Nous sommes en présence d’une grande cacophonie », écrit plus énergiquement Gaston Gross (1996 : 5), après avoir observé que « le fait linguistique du figement a été obscurci par des dénominations floues et très hétérogènes, de sorte qu’on est en présence de strates définitionnelles très souvent incompatibles » (ibid. : 3). À cela, on peut ajouter que la notion de « stéréotypie » , qui sous‑tend celle de fige‑ ment, est un objet d’investigation pour des disciplines autres que linguistiques, chacune étant traversée par ses propres divisions. « Le partage des mots et des notions n’est pas clair », préviennent Ruth Amossy et Anne Herschberg‑Pierrot (1997 : 5) au début d’un ouvrage à visée didactique consacré au stéréotype.

5Dans le seul champ des sciences du langage, la diversité terminologique tient pour une part – au sujet du figement comme pour d’autres objets – à des choix théoriques et d’école. Mais elle tient aussi au caractère divers de l’objet lui‑même. Divers, le figement l’est sur deux modes.

6Le premier est lié à la nature du figement. mn peut, comme le pro‑ posaient Benoît Habert et Pierre Fiala dans un article qui avait fait date (1989), distinguer les figements d’ordre structurel (ou formel) et les figements d’ordre mémoriel. Le premier ordre « renvoie à une analyse systématique des expressions figées dans les termes de la langue et dans les catégories de la grammaire » (Habert et Fiala, 1989 : 87). Les auteurs citent en exemples « chercher des crosses » ou « en flagrant délit ». Le second ordre de figements « renvoie à l’ensemble des énoncés ou fragments d’énoncés circulant “en bloc” à un moment donné et qui sont perçus comme formant un tout, dont l’origine est, ou n’est pas, repérable » (ibid. : 88), comme « le vin nouveau est arrivé » ou « Ariel lave plus blanc ».

  • 7 Émile Benveniste ([1966] 1974) et ([1967a] 1974).
  • 8 Bernard Pottier (1974 : 33-34 et 326) et (1992 : 17). Georges Misri (1987 : 78) signale que Pottier (...)
  • 9 Voir notre analyse dans Krieg‑Planque, 2003 : 335‑342.

7La distinction entre figement structurel et figement mémoriel semble adéquate à condition qu’on y ajoute le fait qu’il existe un continuum entre les deux ordres, continuum qui est lié à l’engendrement mutuel de la langue et du discours. Au pile des figements d’ordre structurel correspondent tendanciellement le « mot » de l’expérience commune, la « synapsie » proposée par Émile Benveniste7, la « lexie » proposée par Bernard Pottier8, ou l’» unité polylexématique » proposée « à titre conservatoire » par Danielle Corbin (1997). Au pile des figements d’ordre mémoriel correspondent tendanciellement les « expressions toutes faites » de l’expérience commune, la « sloganisation » dont rend compte Maurice Tournier (1985a et 1996), ou encore, à l’extrémité – si tant est que l’on puisse se représenter l’extrémité d’un pôle – la « combinaison transmise » proposée par Blanche‑Noëlle Grunig et Roland Grunig (1985 : 232). Certaines séquences réalisent très clairement l’un ou l’autre pôle : « mot de passe » ou « prendre la porte » pour le premier, « il faut terroriser les terroristes » ou « ajouter la guerre à la guerre ne résoudra rien » pour le second. D’autres séquences sont, si l’on peut dire, entre deux eaux, telles que « lutte des classes », « mieux‑disant culturel » ou « droit d’ingérence ». « Purification ethnique », « nettoyage ethnique » et « épuration ethnique » sont également dans ce cas, si l’on prend comme témoin d’une appartenance relative au lexique ces témoins particuliers que sont les dictionnaires monolingues, les index des notions qui figurent à la fin des livres, ou encore les glossaires publiés dans des ouvrages ou par des journaux sous forme d’annexe ou d’encadré9.

  • 10 Charles Bally ([1909] 1951 : 77).
  • 11 Les approches strictement distributionnalistes tiennent peu compte de ces facteurs interprétatifs, (...)

8La diversité du figement est également liée à son degré. La plupart des auteurs s’accorde à dire qu’une séquence figée répond plus ou moins bien aux tests qui permettent de la caractériser comme telle, qu’il s’agisse de tests sur critères sémantiques (non‑compositionnalité du sens) ou syntaxiques (inséparabilité, commutation, répétition partielle, mise en facteur commun...), et que par conséquent une séquence figée est, en fait, plus ou moins figée. j propos des critères syntaxiques du figement, Jacqueline Picoche ([1977] 1992 : 16) écrit qu’ils « constituent plutôt des indications que des preuves », ce que Charles Bally exprimait déjà en écrivant qu’il n’existe pas en la matière de « ʺrecettesʺ infaillibles »10. Laurence Danlos (1988 : 5) observe pour sa part qu’il est « parfois difficile de délimiter la notion de figé ». Maurice Gross (1988 : 22) tire de son analyse sur les phrases figées la conclusion que celles‑ci « ne sont qu’exceptionnellement figées ». Gaston Gross, enfin, dans une étude sur les noms composés, conclut qu’on doit « considérer la composition [nominale] comme une échelle de figement dont les valeurs limites ne doivent pas former des entités spécifiques », après avoir observé que « les cas intermédiaires entre les figés et les groupes ordinaires […] sont de loin les plus nombreux » (G. Gross, 1988 : 70 et 63). Autrement dit, le figement s’inscrit sur un continuum dont les bornes (séquence totalement libre et séquence totalement figée) sont moins fournies que la zone intermédiaire. À la suite de Pierre Achard et Pierre Fiala (1997 : 274), il convient d’ajouter « que le figement n’est pas seulement un phénomène intrinsèque mais relève d’un jugement porté par les locuteurs sur certaines séquences en discours ». Dire qu’il y a jugement, c’est dire qu’il existe une subjectivité des locuteurs, qui s’exerce dans une situation de discours donnée11. Aussi une même construction pourra‑t‑elle être perçue comme figée par certains interprétants dans un certain contexte, mais être perçue comme libre par d’autres interprétants dans ce même contexte (ou par les mêmes interprétants dans un contexte différent). Par exemple, il est vraisemblable que « produit actif » soit perçu comme un syntagme figé par un pharmacologue ou par un toxico‑ logue quand ce syntagme figure sur la notice d’emploi d’un produit médicamenteux. Mais il est possible que l’utilisateur ordinaire de cette notice perçoive « produit actif » comme une composition libre, et il est possible que le même pharmacologue perçoive « produit actif » comme une composition libre dans des contextes différents (« ou ferais mieux d’utiliser ce débouche‑évier, c’est un produit actif. », énoncé dans lequel le syntagme ne connaît d’ailleurs plus les mêmes contraintes : « ([1874] 1967 : 13), dépend en partie d’» appréciations personnelles ». « Pour des journalistes, pensait Darmesteter (idem), le fait divers doit présenter une idée aussi simple que celle de Hautes Études aux élèves de l’école qui porte ce nom. » Si l’on ajoute à ces facteurs individuels et sociologiques des facteurs situationnels, on peut penser que ce qu’écrit Darmesteter du mot composé vaut pour les séquences figées en général.

9La formule a un caractère figé par lequel elle s’identifie à une matérialité linguistique particulière. Pour autant, l’attitude qui préside à l’analyse d’une formule ne doit pas être d’un formalisme absolu.

  • 12 Denise Maldidier (1969) et (1971).
  • 13 Maldidier (1969 : 102).
  • 14 Idem.
  • 15 Pour une synthèse sur la théorie des topoï, issue de la théorie de l’argumentation dans la langue p (...)
  • 16 Voir Angenot (1982 : 169‑189, « Présupposé / Topos / Idéologème ») et Angenot (1989 : 894). Notons (...)
  • 17 Grunig et Grunig (1985 : 25‑26, 106, 156‑157, 199, 206‑209, 232).
  • 18 Le 14 mai 1996, à l’Assemblée nationale, Alain Juppé déclare : « Je préfère une fonction publique m (...)

10En effet, d’abord, la formule existe aussi à travers les multiples paraphrases dont elle est la cristallisation, pour parler comme Marianne Ebel et Pierre Fiala, ou, pour reprendre les termes de la méthode transformationnelle retenue alors par Denise Maldidier12, à travers les différentes transformations dont la « formule stéréotypée »13, ou « énoncé minimal »14, est le résultat (en l’occurrence il s’agissait de « l’Algérie, c’est la France »). Il faut souligner cependant que si la formule existe aussi à travers ses paraphrases, elle n’existe pas en dehors d’une séquence figée bien identifiée qui les condense. Ne sont donc pas des formules ce que la psychologie sociale appelle des « stéréotypes » (les femmes sont plus douces que les hommes ; les noirs ont le rythme dans la peau...). Ne sont pas non plus des for‑ mules ce que Jean‑Blaise Grire (1990 : 30‑31) appelle des « préconstruits culturels », en vertu desquels chaque groupe culturel assigne à un objet des valeurs spécifiques et perçoit cet objet dans une chaîne d’attente particulière (par exemple, le chat est associé au sacré dans l’Égypte ancienne, dit Jean‑Blaise Grire). Ne sont pas non plus des formules les savoirs et croyances partagés en tant que connaissances préalables à la communication verbale, et que Marie‑Anne Paveau (2006) propose d’appréhender comme des éléments de « prédis-cours », celui‑ci étant défini comme « un ensemble de cadres collectifs susceptibles d’organiser cognitivement la production, la circulation et la transmission des discours ». Ne sont pas non plus des formules ce que Jean‑Claude Anscombre et Oswald Ducrot appellent des « topoï »15, c’est‑à‑dire des principes généraux, intralinguistiques mais culturellement déterminés, qui servent d’appui au raisonnement sans être assertés par le locuteur, et qui permettent le passage d’un argument à une conclusion (comme le topos « Plus le prix est élevé, moins l’achat est justifié » qu’induit l’idéologie capitaliste). La notion d’« idéologème »16 telle que proposée par Marc Angenot est proche de la notion de topos, bien qu’Angenot insiste plus particulièrement sur le caractère proprement idéologique de ce type de présupposé ; elle ne correspond pas plus strictement à la notion de formule. Ne sont pas non plus des formules ce que Marie‑Anne Mochet et Iva Cintrat appellent des « aphorismes » (comme « la famille actuellement n’est plus ce qu’elle était autrefois »), caractérisés par le fait que « la stéréotypie qu’on y rencontre s’exerce davantage dans le contenu de pensée, en tant qu’ʺidées reçuesʺ, que dans la forme, dont l’actualisation reste ouverte » (Mochet et Cintrat, 1995 : 128). mu encore, ne sont pas des formules ce que Blanche‑Noëlle Grunig et Roland Grunig17 appellent des « énoncés légiférants » (comme « les Allemands sont disciplinés » ou « les professeurs sont tout le temps en vacances »). Les stéréotypes et les idées reçues, pour circulants et dominants qu’ils puissent être, et pour agissants qu’ils soient souvent, ne sont pas des formules s’ils ne sont pas co‑construits par une séquence verbale stable et répétée. Nous pouvons considérer comme une formule l’expression « mauvaise graisse » utilisée en France par Alain Juppé alors Premier ministre18, formule qui condense à la fois l’énoncé légiférant selon lequel « les professeurs sont tout le temps en vacances » et celui selon lequel « les fonctionnaires sont à l’abri de l’effort alors que les autres travaillent ». Pour reprendre la thèse du procès d’acceptabilité proposée par Faye, nous pouvons faire l’hypothèse que cette formule visait à justifier l’annonce faite par le Conseil des ministres, moins de trois mois après le surgissement du syntagme dans les propos de Juppé, de la suppression de 6 500 à 7 000 postes dans la fonction publique, dont plus d’un tiers dans l’Éducation nationale.

  • 19 Expression utilisée par exemple par Geneviève de Gaulle‑Anthonior, présidente d’ATD Quart‑Monde, in (...)
  • 20 Voir Krieg, 2000c : 384‑399, et Krieg‑Planque, 2003.
  • 21 Almuth Grésillon et Dominique Maingueneau (1984).
  • 22 Robert Galisson (1995).
  • 23 Jean‑François Sablayrolles (1997).
  • 24 Sur le mot‑valise, voir en particulier les travaux d’Almuth Grésillon (1983a), (1983b), (1984), (19 (...)
  • 25 Si le rapprochement entre les deux phénomènes est rarement fait, on peut citer à titre d’exception (...)
  • 26 Judith Milner (1982).
  • 27 Alain Besançon, « Catastroïka : le programme intérieur », L’Express, 20/11/87, p. ]9.
  • 28 René Backmann, « Fidel lance la touristroïka », Le Nouvel Observateur, 05/08/88, p. 32‑33.
  • 29 Sophie Grassin, « Tout l’Est danse la lambadastroïka », L’Express 09/03/90, p. 155.
  • 30 Laurent Bijard, « Les dictateurs "francophones" sont toujours là... – Afrique : photo de famille av (...)

11La seconde raison de ne pas adopter une attitude exclusivement formaliste tient au fait que la séquence identifiée comme formule peut connaître des variantes. Ces variantes peuvent correspondre, à l’intérieur d’une même série lexicale, à de simples modifications morphologiques (« la banlieue », « les banlieues ») ou morpho‑syntaxiques (« les exclus », « l’exclusion », ou encore « excluant » comme dans « une société excluante »19). Elles peuvent également correspondre, dans le cas de séquences supérieures à l’unité lexicale simple, à des opérations de commutation aboutissant à des syntagmes nouveaux dont seule l’analyse en contexte permet de dire s’il s’agit réelle‑ ment de variantes d’une même formule (ainsi « purification ethnique », « nettoyage ethnique » et « épuration ethnique » apparaissent‑ elles à l’analyse comme les variantes d’une même formule20), de formulations non‑concurrentes c’est‑à‑dire sémantiquement et/ou lexicalement proches mais ayant un fonctionnement discursif distinct (comme « cantonisation ethnique », « découpage ethnique », « dépeçage ethnique », pour le cas que nous avons étudié en détail), ou de défigements (comme « épuration artistique », « nettoyage ethnico‑ culinaire », « purification éthique »). Bien que le phénomène du défigement (ailleurs également appelé « détournement »21, « palimpseste verbal »22 ou « locution néologique »23) et celui du mot‑valise24 soient en général étudiés séparément par les chercheurs, on peut considérer que le mot‑valise est à l’unité lexicale simple ce que le défigement est aux séquences comprenant plusieurs unités lexicales25 : sommairement considérés, tous deux relèvent d’une catégorie de « monstres de langue »26 créée par substitution ou par insertion (d’une unité lexicale ou d’un morphème) dans une association syntagmatique qui se trouvait bloquée. On peut alors considérer comme un mode de défigement le « valisage » que connaissent certaines formules (comme, pour « perestroïka », ces mots‑valises attestés dans des énoncés de presse que sont « catastroïka »27, « touristroïka »28, « lambadastroïka »29 ou « Paristroïka »30).

  • 31 Krieg‑Planque, 2000c et 2003.

12Enfin, une approche qui ne soit pas purement formaliste permet de repérer, quand il y en a, les formulations concurrentes de la for‑ mule, c’est‑à‑dire des séquences qui peuvent être étrangères à la formule d’un point de vue morphologique mais qui fonctionnent en contexte comme des alternatives (éventuellement comme des alter‑ natives conflictuelles). Ainsi de « raciste » pour « xénophobe » tels qu’étudiés par Fiala et Ebel, mais aussi de « génocide » ou de « serbisation », par exemple, pour la formule « purification ethnique » que nous avons étudiée31. Insistons sur le fait que les formulations concurrentes ne sont pas des « synonymes en langue » de la formule, dont par exemple pourrait rendre compte une analyse sémique ou que pourraient indiquer les dictionnaires de langue, mais des séquences qui fonctionnent de façon effective dans les discours comme des substituts plus ou moins polémiques, et plus ou moins mutuelle‑ ment exclusifs. Autrement dit, pour reprendre la terminologie d’Henri Boyer (1987b : 44), les formulations concurrentes de la formule ne sont pas des « concurrents linguistiques », mais des « concurrents du point de vue socio‑pragmatique ».

  • 32 Parti communiste français, Parti socialiste, Programme commun de gouvernement du Parti communiste f (...)
  • 33 Voir des attestations dans Bernard Gardin (1974).
  • 34 Première Conférence internationale de Droit et morale humanitaire, Paris, 26, 27 et 28 janvier 1987 (...)
  • 35 Voir Pierre Haski, « Les organisations internationales codifient le "droit d’ingérence" », L’Humani (...)
  • 36 « Die Endlösung der Judenfrage in Europa ». Voir par exemple Raul Hilberg ([1985] 1988 : 302).
  • 37 « Die Endlösung der Jadenfrage ». Voir par exemple Raul Hilberg ([1985] 1988 : 302).

13Le caractère figé de la séquence est une condition nécessaire à son existence en tant que formule. Le figement implique une certaine concision. Certes, nous pouvons dire que sous un certain aspect la Recherche du temps perdu, les Mémoires de guerres du général de Gaulle, ou le long discours prononcé par Martin Luther bing le 28 août 1963 à l’issue de la marche des noirs sur Washington, sont des blocs textuels figés. Mais nous dirons difficilement de ces textes qu’ils sont des séquences figées. Les modes de « défigement » dont ce type de « figement » est susceptible de faire l’objet correspondent à des genres très particuliers (pastiche, parodie) dont l’analyse ne peut être faite avec les mêmes méthodes que celles qui s’appliquent aux séquences figées (séquences figées que sont en revanche « Longtemps, je me suis couché de bonne heure. », « Toute ma vie, je me suis fait une certaine idée de la France. » ou « I have a dream. »). Or, c’est la concision qui permet à la formule de circuler, au sens matériel du terme, c’est elle qui permet à la séquence d’être intégrée à des énoncés qui la soutiennent, la portent, la reprennent, la renforcent, la réitèrent ou la récusent. C’est la concision qui permet à la formule d’être réaffirmée ou refusée en bloc, de devenir partie intégrante d’une argumentation. D’où une tendance des textes qui représentent des enjeux socio‑politiques forts à circuler sous la forme condensée d’une séquence qui est supposée en résumer la teneur : la séquence « I have a dream » et ses versions françaises « je fais un rêve » ou moins fidèlement « j’ai fait un rêve » fait circuler avec elle un ensemble complexe de positions qu’elle condense, dont elle porte à elle seule le poids, et dont elle tient lieu dans les discours qui la reprennent. D’où, égale‑ ment, une tendance des formules à « réduire » – un peu comme on le dit d’une sauce dans le domaine culinaire – au fur et à mesure que leur circulation s’accroît et que leur stature se renforce. Ainsi le « programme commun de gouvernement du Parti communiste français et du Parti Socialiste », annoncé sous ce nom le 27 juin 1972 et publié sous ce titre32, connaît‑il une réduction syntagmatique en circulant plus volontiers sous les noms de « programme commun du Parti communiste et du Parti socialiste », de « programme commun de gouvernement de la gauche », de « programme commun de gouvernement », ou encore de « programme commun », nom qu’il garde pour l’histoire33. Ainsi l’expression « droit d’ingérence humanitaire », proposée par le juriste Mario Bettati dans une conférence en 198734, perd‑elle rapidement son adjectif (du moins devient‑il facultatif) : dans le compte rendu que donne L’Humanité à la clôture des débats, elle est déjà « droit d’ingérence »35 Ainsi le syntagme « solution finale » est‑il la réduction syntagmatique, doublée d’une traduction de la langue allemande en langue française, de la séquence « solution finale de la question juive en Europe »36, qui connaît parfois une réduction moindre dans la formulation « solution finale de la question juive »37.

14Ces réductions s’expliquent en partie par une répétition de la séquence dans les usages, suivant la règle établie par André Martinet (1960 : 194) selon laquelle « lorsque la fréquence d’une unité s’accroît, sa forme tend à se réduire », par siglaison, par effacement d’une unité lexicale, ou par des troncations qui portent ces noms si délicats d’aphérèse et d’apocope. Mais les réductions observées sur les formules ont une autre raison d’être, moins « mécanique » celle‑là. Cette raison d’être réside moins dans une loi du moindre effort ou dans une règle de la naturelle paresse articulatoire des locuteurs que dans les bénéfices en discours que ceux‑ci peuvent tirer des dénominations ainsi réduites.

  • 38 Robert Schneider, « La candidature qui inquiète Rocard – Kouchner au secours des européennes », Le (...)
  • 39 Caroline Brizard, « Éléphants : la solution finale », Le Nouvel Observateur, 17/06/88, p. 48-49. Le (...)
  • 40 Jean‑Pierre Gouteux, « Idéologies et massacres inter‑ethniques au Rwanda‑ Burundi », Golias Magazin (...)

15La réduction présente l’avantage de permettre une relative évaporation du sens du segment disparu, évaporation qui aboutit à un certain flottement sémantique dans lequel s’engouffrent les polémiques. La réduction facilite également l’utilisation de la séquence ainsi réduite pour la désignation d’autres objets, emploi que nous avons qualifié de « propagation » de la formule à d’autres cadres. Par exemple, la réduction subie par « droit d’ingérence humanitaire » facilite l’utilisation de l’expression ainsi réduite (soit « droit d’ingérence ») dans un contexte non plus « humanitaire » mais « politique », comme le fait un journaliste du Nouvel Observateur38. mu encore, la réduction subie par « solution finale de la question juive en Europe » rend possible l’utilisation de la séquence réduite dans un contexte animalier (« Éléphants : la solution finale », titre le même hebdomadaire39), ou encore son utilisation pour un réfèrent proche par sa nature du réfèrent initialement désigné mais différent du point de vue du contexte géo‑historique (« Fin 1993, écrit un chercheur un an après le génocide rwandais, tout est prêt pour la mise en œuvre de la solution finale, élaborée par les cadres de l’armée et la belle‑famille du président Habyarimana. »40). Seule la disparition d’une partie de la séquence rend possible ce type de propagation : la survivance du complément du nom « de la question juive en Europe » rendrait en effet impossible l’usage de la séquence conservée dans sa totalité pour désigner ces référents hétérogènes que sont le massacre des éléphants d’Afrique et le génocide des Tutsis en 1994.

  • 41 Déclaration de Lech » alesa à la Première Conférence internationale de Droit et morale humanitaire, (...)
  • 42 « Morale humanitaire et action politique », communication de Jacques Chirac à la même conférence (p (...)
  • 43 « Terrorisme et démocratie », communication de Simone Weil à la même conférence (publiée dans Betta (...)
  • 44 « Résolution sur la reconnaissance du devoir d’assistance humanitaire et du droit à cette assistanc (...)

16Le fait que la formule soit co‑construite par un matériau langagier relativement stable est également nécessaire à son fonctionnement comme lieu commun du débat, comme signifiant partagé. Par son caractère figé, la formule devient identifiable, reconnaissable, et par conséquent peut fonctionner comme indice de reconnaissance permettant de « stigmatiser » – positivement ou négativement – ses utilisateurs (ce qui n’empêche pas certains locuteurs d’être victimes ou bénéficiaires d’une équivoque toujours possible dans l’identification de la séquence). C’est parce qu’elle se condense dans la séquence bien identifiée « droit/devoir d’ingérence (humanitaire) » que la formule fonctionne comme dénominateur commun des discours, aux dépens des formulations flottantes proposées concurremment, comme le « droit de chaque médecin d’aller soigner là où il veut partout où les gens souffrent » proposé par Lech Walesa41, le « droit pour toutes les victimes à l’assistance humanitaire » de Jacques Chirac42, le « devoir humanitaire qui oblige les États à assurer la sauvegarde de leurs ressortissants » de Simone Veil43, ou le « droit des victimes à l’assistance humanitaire et l’obligation des États d’y apporter leur contribution » adopté dans la résolution finale de la conférence44.

  • 45 En particulier Pierre Bourdieu (1982).
  • 46 Antoine Culioli, table ronde du colloque « Matérialités discursives ». Repris dans Conein et al. (1 (...)
  • 47 Voir Krieg, 2000c et Krieg‑Planque, 2003.
  • 48 Dans le sens d’Émile Benveniste. Voir Benveniste ([1969] 1974) et ([1967b] 1974).
  • 49 Selon l’expression de Jean‑Claude Milner (1978 : 22). Sur la langue comme ordre propre, voir égalem (...)

17Dire de la formule qu’elle est portée par une séquence verbale particulière, qu’elle se cristallise dans une forme de langue bien identifiée, implique que le chercheur prenne en compte cette forme. Car si la formule est liée aux usages, si elle a un caractère discursif, comme nous y insistons plus loin, il n’en reste pas moins que ce discursif s’opère dans la langue, avec elle, par elle, grâce à elle ou malgré elle – selon qu’on la trouve bienvenue ici, ou rétive là. Une langue qu’on ne saurait passer « aux profits et pertes », selon l’heureuse expression de Françoise Kerleroux (1984) répondant aux écrits de Bourdieu45. Dire qu’il faut tenir compte de la langue, comme « condition de possibilité » du discours, ainsi que l’écrit si justement Michel Pêcheux (1975 : 3), c’est aussi dire qu’il faut prendre en compte une langue, avec ce qu’elle permet et ce qu’elle interdit. « Je ne con‑ nais pas de textes qui soient écrits dans un langage, dans le langage. Je ne connais que des textes qui sont écrits en français, en japonais, etc. » dit Culioli46. L’étude minutieuse d’un corpus47 offre plus d’une occasion de vérifier la thèse selon laquelle une langue – entendue à la fois comme système autoréflexif doté d’une double signifiance48 et comme « mode singulier de faire équivoque »49, ambiguïté, polysémie – n’en vaut pas une autre. Une telle étude permet également d’observer que la singularité de chaque langue détermine pour partie ce qui se dit dans les discours en tant qu’enjeux politiques et sociaux.

18Nous pouvons faire l’hypothèse qu’il existe des types de formes privilégiées de la formule. Les séquences « atomiques », composées d’un seul morphème lexical (« crise », « rigueur », « emploi »), ne sont certes pas à exclure. Dans ce cas, la polysémie du morphème est certainement son meilleur atout : à propos de ce qu’il appelle l’« axiologème » « liberté », Marc Angenot (1982 : 134) relève que c’est « sa malléabilité, l’imprécision de son contour, sa polysémie » qui en per‑ mettent « d’innombrables passages subreptices d’un champ de pertinence à l’autre, d’une acception à l’autre ». La polysémie, d’une façon générale, facilite le régime « formulaire » du lexique dans la mesure où elle accroît ses facultés à circuler et à devenir polémique.

  • 50 George Orsell ([1948] 1950 : 427, « Appendice. Les principes du novlangue »). Ainsi le mot « bonpen (...)

19Nous faisons cependant l’hypothèse que les formes privilégiées de la formule ont un caractère relationnel. La mise en relation des différents « termes » provoque en effet des scandales, crée des significations nouvelles, suggère des rapports qu’il s’agit pour les locuteurs d’accueillir ou de défaire. George Orwell l’exprimait intuitivement : dans le « novlangue » imaginé par cet écrivain, les mots du vocabulaire politique « étaient toujours des mots composés. [...] Ils étaient formés de deux mots ou plus, ou de portions de mots, soudés en une forme que l’on pouvait facilement prononcer. »50 La morphosyntaxe des mots du politique aurait tendance à générer et à accepter des séquences au caractère relationnel.

20Le caractère relationnel peut se manifester à la surface de la séquence, dans les noms composés (« sans‑abri », « sans‑papiers ») ou préférentiellement dans les syntagmes en « N + préposition + (article) + N » (« droits de l’homme », « crise des valeurs », « problème des banlieues », « seuil de tolérance », « rideau de fer », « théologie de la libération », « amour de la patrie », « devoir de mémoire »). Le caractère relationnel peut aussi reposer dans les profondeurs de la séquence, comme dans les unités lexicales simples comportant plusieurs morphèmes lexicaux (comme « dialogue », qu’il reste toujours possible de prendre en défaut d’adéquation au réel en lui opposant « monologue » ).

  • 51 Nous utilisons le terme « nominalisation » spécifiquement pour désigner les nominalisations actives (...)
  • 52 Sur l’adjectif dénominal, pour plus de détails, voir Krieg, 2002.

21Mais nous pensons surtout ici à deux structures privilégiées : d’une part les syntagmes nominaux à adjectifs dénominaux (« fracture sociale » , « ségrégation raciale », « entreprise citoyenne », « pacte républicain », « parti ouvrier », « salaire parental », « préférence nationale », « sélection naturelle », « solidarité internationale ») et d’autre part les nominalisations51 (« modernisation », « nationalisation », « réunification », « intégration », « exclusion », « reprise », « mondialisation », « réforme »). L’adjectif dénominal52 est le lieu d’une ambiguïté par laquelle est laissée à l’appréciation d’interprétations diverses la nature de la relation qui s’établit (ou plutôt qui précisément ne s’établit pas) entre le nom sous‑jacent à l’adjectif et le nom recteur. La nominalisation, par laquelle sont effacées les structures de la prédication, laisse dans la sous‑détermination l’identité des acteurs du procès dont pourtant elle tient lieu. Les syntagmes à adjectifs dénominaux et les nominalisations, par leur ambiguïté et leur sous‑détermination, favorisent les conflits d’interprétations, ou plus exactement les conflits sans interprétation de mots qui restent toujours ouverts, et que les paraphrases qu’on en donne ne parviennent à refermer que dans le court instant où on les énonce.

  • 53 Terme attesté dans une tribune d’Alain FinKielkraut, « Le rêve ridicule d’Isaac Bashevis Singer », (...)
  • 54 Terme utilisé par des responsables associatifs et des personnalités politiques de gauche au moment (...)
  • 55 Lois qui « fabriquent des clandestins », a‑t‑on pu lire et entendre à l’époque. Voir par exemple l’ (...)

22La création néologique de nominalisations à des moments critiques du débat est à verser au crédit d’une cristallisation privilégiée de la formule dans ce type de forme : ainsi de « banlieurisation »53, nominalisation qui tend à accréditer l’existence d’un « problème croissant des banlieues » dont il s’agirait en réalité précisément de discuter l’existence et la nature, ou de « clandestinisation »54, nominalisation qui tend à faire fonctionner comme préconstruit le passage à un statut d’illégalité subi par certains étrangers du fait des lois dites Pasqua55, et par suite la nécessité de modifier ces lois ou de les abroger. Certaines formules cumulent les ambiguïtés en associant nominalisation et adjectif dénominal, comme « réconciliation nationale », « insertion sociale », « régulation marchande », « regroupement familial » ou « rétention administrative ». Comme « purification ethnique », « nettoyage ethnique » et « épuration ethnique » aussi, par lesquelles se créent de multiples ambiguïtés, sous‑déterminations et sur-déterminations du sens.

23En disant que la formule se cristallise dans une forme de langue bien identifiée et que l’analyse doit prendre en compte cette forme nous faisons des choix.

  • 56 Catherine Fuchs (1986). Voir également Paul Henry (1977).
  • 57 Courtine (1981 : 82).
  • 58 Sériot (1986a : 16, 21, 24) et (1986b : 30).
  • 59 Banfield (1973) et ([1982] 1995).
  • 60 Authier et Meunier (1977) ; Authier (1978), (1992b), (1992c).

24En ce qui concerne l’analyse morphosyntaxique d’abord. Nous estimons qu’il est nécessaire de prendre les formes telles qu’elles se présentent dans les énoncés, sans avoir recours à des méthodes transformationnelles. Celles‑ci offrent certes des avantages locaux bien réels, pour mettre en évidence la récurrence de certaines prédications par‑delà la diversité des formulations (Maldidier, 1969) ou celle d’« énoncés‑vedettes » stéréotypés (Marcellesi, 1969). Mais leur application initiale et systématique à un corpus a pour conséquence de « désambiguïser » une ambiguïté qui précisément est constitutive de ce qui est en train de se dire, d’imposer de l’homogène là où précisément c’est l’hétérogène qu’il faudrait essayer de saisir. « Transformer certaines phrases du texte en phrases grammaticalement équivalentes » comme le préconisait Harris ([1952] 1969 : 12), c’est passer à la trappe ce qui est dit par l’énonciateur, parce que ce qui est dit se fait dans la façon dont c’est dit. Ces effets pervers de la méthode transformationnelle, par laquelle l’énonciation – mais aussi le sens – se trouve « esquivée »56, ont été amplement soulignés avant nous : par Jean‑Jacques Courtine à propos de la réduction de l’emphase57, par Patrick Sériot à propos de la transformation de la nominalisation en énoncé Verbal58, et indirectement, par invalidation de la proposition harrissienne, par Ann Banfield59 et par Jacqueline Authier‑Revuz60 à propos de l’équivalence entre discours direct et discours indirect. Nous suivons tous ces auteurs sur ces chemins.

  • 61 Spécifiquement sur ces phénomènes d’ambiguïté relationnelle, auxquels s’ajoutent des phénomènes de (...)

25Ces critiques sont déjà anciennes et connues. Elles méritent pourtant d’être rappelées, car c’est en observant les failles du transformationnalisme qu’on saisit à leur juste mesure toutes les précieuses ambiguïtés qui se nouent dans la plus sommaire des paroles. Dans le cas qui nous a intéressé, pour l’étude de la formule « purification ethnique » (Krieg‑Planque, 2003), réduire « les compléments du nom à des adjectifs ou réciproquement », comme le recommandait Jean Dubois (1969 : 122) à la suite de Harris et dans la conjoncture de l’époque, auraient des conséquences catastrophiques. Par exemple, de quoi « purification ethnique » serait‑il donc l’« équivalent » transformationnel ? De « purification d’une ethnie », de « purification de l’ethnie », de « purification des ethnies », de « purification par une ethnie », de « purification par l’ethnie »... (ou d’autre chose encore) ? « Purification ethnique » n’est‑il pas plutôt la co‑présence confuse et jamais énoncée de toutes ces formulations à la fois ? À cette dernière question, nous répondons par l’affirmative. « Purification ethnique », en dehors de ses emplois multiples, n’est rien d’autre que « purification ethnique » : ce syntagme supporte un ensemble non‑inventoriable d’« équivalents » transformationnels, et rien n’autorise l’analyste à ponctionner ce qui, dans cette liste non‑finie, serait selon lui le seul « équivalent » authentique et fidèle61.

  • 62 Voir Krieg, 2000c : 592‑593, ainsi que Krieg‑Planque, 2005.
  • 63 Voir Krieg, 2000c : 436‑440, ainsi que Krieg‑Planque, 2005
  • 64 Dessin de Pancho, Le Monde, 14/07/95, p. 1. On pourra voir une reproduction de ce dessin dans Krieg (...)

26Tenir compte de la forme de la formule (et tenir compte des formes que prennent ses variantes), c’est aussi faire un choix en ce qui concerne l’analyse lexicale. C’est prendre au sérieux chaque lexème, en tant qu’il a un corps singulier irréductible, et en tant que ce corps ressemble à d’autres corps qui font penser à lui. Ainsi de « nettoyage », terme militaire référant à une tactique, que « nettoyage ethnique », expression à laquelle est souvent assigné un contenu doctrinaire, marque d’une opprobre nouvelle. Ainsi de « purification ethnique » qui sans s’y confondre ramène sous son nom la « pureté française » proclamée sous le régime de Vichy62. Ici encore, le point de vue n’est pas exclusivement formel. Ce n’est plus seulement par ressemblance formelle, dans des « effets de traduction » dont il conviendrait de se méfier, que le syntagme « purification ethnique » est appelé à être vu comme un avatar du mot « judenrein » (terme du vocabulaire nazi qu’on traduira faute de mieux par « pur de juif »), mais par la parenté notionnelle et référentielle qu’ont ces deux séquences aux yeux de certains locuteurs. C’est ici une mémoire discursive, plus ou moins partagée, s’opérant dans des formes du lexique mais aussi à leur insu, qui se met au travail. Ce n’est pas par parenté lexicale – puisqu’elle est absente – qu’« ethnique » est rapproché de « racial », mais par recouvrement dans les usages du premier terme par le deuxième63. C’est par le travail complexe de la polysémie et de la synonymie qu’un caricaturiste du Monde représente le général serbe Mladic en éboueur, chargeant des poubelles de civils dans un camion estampillé « Propreté de la Serbie »64, dans un dessin qui prend place au-dessous du titre principal du quotidien ce jour‑là : « Les Serbes ont lancé une vaste opération de purification ethnique en Bosnie ».

27L’appartenance morpho‑syntaxique et lexicale des formules encadre et autorise ce qu’on peut leur faire dire. Et pourtant c’est aussi parce qu’il est possible de passer outre cette matérialité que du sens est construit, dans cette « instabilité foncière des signifiés » qui fait face, comme l’écrit Irène Tamba (1991 : 50), à la « rigidité foncière des signifiants ».

B. Caractère discursif de la formule

28Ainsi que nous venons de le voir, la formule est supportée par une matérialité linguistique relativement stable, repérable sur la chaîne et descriptible linguistiquement. Pour autant, la notion de formule n’est pas une notion linguistique. Elle est, et elle est avant tout, une notion discursive. La formule n’existe pas sans les usages qui la font advenir comme telle. Même si, comme nous venons de le supposer, certaines formes ont des aptitudes particulières à devenir des formules, aucune séquence n’est « préprogrammée », si l’on peut dire, à un tel destin (et, à l’inverse, aucune séquence n’est a priori totalement exclue d’un accès au rang de formule).

  • 65 Voir dans le présent ouvrage p. 21‑24.
  • 66 Voir : Krieg, 2000c ; Krieg‑Planque, 2003 : 12 et 375 ; Krieg‑Planque, 2005 ; Krieg‑Planque, 2008.
  • 67 Bernard Lecomte, « Le pari de la "glasnost " », L’Express, 16/01/87, p. 31‑32.

29Il arrive que l’accès de la séquence au rang de formule coïncide avec ses premières apparitions matérielles, autrement dit que la formule soit en même temps un néologisme de forme. C’est le cas des syntagmes néologiques « classe stérile » 65et « purification ethnique »66, dont le caractère problématique se manifeste dès leurs premières apparitions. C’est aussi le cas des emprunts « glasnost » (transparence) et « perestroïa » (reconstruction) qui à peine arrivés dans les discours produits en langue française, au cours de l’année 1986, sont vus comme des mots qui cristallisent ces événements du monde que l’on appellera plus tard « les bouleversements à l’Est ». En janvier 1987, un journaliste, doutant encore de l’existence de tels bouleversements, voit dans le mot « glasnost » un de ces miroirs aux alouettes dont le régime soviétique serait coutumier : « Rien, dans ce qui se passe à Moscou, écrit‑il, ne permet de penser que l’U.R.S.S. a soudain décidé de changer de régime politique. C’est à l’aune de ce simple constat que doit être mesuré le bouleversement le plus spectaculaire du règne de Mikhaïl Gorbatchev, tout entier contenu dans le mot glasnost, ʺtransparenceʺ. »67 Quand ce journaliste écrit, il le fait déjà, très dialogiquement, en réponse à ceux qui ont vu dans ce même mot de « glasnost » la marque d’un changement bien réel, et par rapport auxquels il est amené à prendre position. C’est la cristallisation dans le mot « glasnost » d’un certain nombre d’événements, cristallisation construite et reconnue par d’autres avant lui, que ce journaliste essaie de défaire. C’est un mot déjà investi qu’il tente de désinvestir.

  • 68 « Grèves, automne 1995 », tel est l’intitulé d’un numéro thématique de la revue Sociologie du trava (...)
  • 69 Alain Touraine et al., Le grand refus. Réflexions sur la grève de décembre 1995, Paris, Fayard, 199 (...)
  • 70 Alain Caillé et Jean‑Pierre Le Goff, Le tournant de décembre, Paris, La Découverte, 1996, 170 p.
  • 71 René Mouriaux et al., Le souffle de décembre, Paris, Éditions Syllepse, 1997, 201 p.
  • 72 Julien Duval et al., Le « décembre » des intellectuels français, Paris, Liber éditions, coll. Raiso (...)
  • 73 Emmanuel Terray, « Sur le mouvement de décembre », dans Journal des Anthropologues (Paris, Associat (...)
  • 74 « Mouvement social de décembre », numéro thématique de La Revue M. Mensuel, Marxisme, Mouvement (Pa (...)
  • 75 Farhad Khosrokhavar, « Les nouvelles formes de mobilisation sociale », dans Alain Touraine et al., (...)
  • 76 Alain Touraine, « L’ombre d’un mouvement », dans Alain Touraine et al., op. cit. p. 11‑102 ; p. 90.
  • 77 « Tous ensemble ! Réflexions sur les luttes de novembre‑décembre », dossier de Futur antérieur (Par (...)
  • 78 Michel Wieviorka, « Le sens d’une lutte », dans Alain Touraine et al., op. cit., p. 247‑296.
  • 79 Jean Dubois, « Décembre 1995 : un mouvement polysémique », dans Projet (Paris), no  245, printemps (...)
  • 80 Henri Vacquin et Yvon Minvielle, Le sens d’une colère, chances et perspectives. Novembre‑décembre 1 (...)
  • 81 Voir Hetzel, Lefèvre, Mouriaux et Tournier (1998 : 197‑199).
  • 82 Récit du service France, « Le gouvernement et les syndicats jouent à cache‑cache », Le Monde, 09/12 (...)
  • 83 Luc Rosenzweig, « Il peut le dire ! », Le Monde, 12/12/95, p. 33.
  • 84 Alain Genestar, « Fermeture », Le Journal du Dimanche, 18/08/96, p. 1. (À propos du refus exprimé p (...)

30Plus souvent, la séquence préexiste formellement à son accès au rang de formule. Ce n’est plus alors une forme nouvelle que l’analyste doit repérer mais un usage particulier, ou une série d’usages particuliers, par lesquels la séquence prend un tournant, devient un enjeu, est repérée, commentée, cesse de fonctionner sur le mode « normal » des séquences qui nomment paisiblement et s’utilisent sans que l’on s’en rende compte. Ainsi des mots « concertation », « négociation » et « dialogue », auxquels il arrive une aventure singulière en 1995 au moment de ce que les commentateurs nommeront plus tard, d’après nos investigations, au moyen de ces expressions diverses : les « grèves »68, la « grève de décembre »69, le « tournant de décembre »70, le « souffle de décembre »71, le « ʺdécembreʺ » tout court et entre guillemets72, le « mouvement de décembre »73, le « mouvement social de décembre »74, le « quasi‑mouvement »75, le « mouvement immobile »76, les « luttes de novembre‑décembre »77, la « lutte » à un sens78, le « mouvement polysémique »79 ou la « colère » monosémique80. Cette « colère », ce sont les grèves et manifestations de novembre et décembre 1995, initialement provoquées par la présentation d’un plan de réforme de la Sécurité sociale par le Premier ministre Alain Juppé, le 15 novembre, et l’annonce, le même jour, de mesures concernant le régime de retraite des fonctionnaires. Les mots « concertation », « négociation » et « dialogue » fonctionnaient auparavant comme des mots « normaux » du vocabulaire socio‑politique, régulièrement utilisés comme une exigence par les syndicats81, régulièrement utilisés comme une réponse par le patronat ou par les gouvernements. À l’automne 1995, à l’annonce de ce qui sera appelé « le plan Juppé », les trois mots « concertation », « négociation » et « dialogue » sont mis au cœur de l’univers discursif et entrent dans une phase polémique. Leurs fonctionnements se disjoignent, le sens de chacun d’entre eux se détache de celui des deux autres, leur prononciation ou leur non‑prononciation devient l’objet du commentaire – et le motif de l’action. Les syndicats attendent du Premier ministre, Alain Juppé, et du ministre du Travail et des Affaires sociales, Jacques garrot, qu’ils utilisent le mot « négociation ». Mais le mot ne vient pas. Seuls « dialogue » et « concertation » affleurent entre les lèvres des membres du gouvernement. « Comme la veille, commente un quotidien national, le gouvernement a joué sur les mots, tournant autour du terme "négociation" sans jamais mettre le doigt dans cet engrenage qui le contraindrait à revoir certains points de la réforme de la Sécurité sociale ou le contrat de plan État‑SNCF. Alors, il multiplie les appels au "dialogue", à la "concertation", à des "réunions de travail". [...] Mais de véritable négociation, point. »82 Le 10 décembre, enfin, après qu’un million de personnes a manifesté publiquement dans les rues de France le 7 décembre, le mot est prononcé par le Premier ministre lors d’un entretien télévisé : « Et Alain Juppé ? écrit un chroniqueur le lendemain de l’entretien, Comment allait‑il se sortir du petit jeu de mot interdit qu’il s’était jusque‑là imposé ? Il peut le dire ! Le mot ʺnégociationʺ est sorti de sa bouche comme une patate trop chaude, certes, mais il est sorti quand même ! »83 L’épisode de tension vécu par les mots « concertation », « négociation » et « dialogue » fait durablement partie de leur histoire. Presque un an après son passage, la tourmente laisse encore des traces dans les mémoires et la formule refait surface : « Le mot ʺnégociationʺ est‑il appelé à disparaître du vocabulaire gouvernemental ? se demande un éditorialiste, cette fois à propos de la politique du gouvernement Juppé en matière d’immigration. Déjà, lors des grandes grèves de novembre et décembre, le Premier ministre avait refusé de prononcer le mot. »84 Unités lexicales descriptibles dans les catégories de la langue, « concertation », « négociation » et « dialogue » sont aussi des formules dans le cadre de l’univers discursif que nous venons d’évoquer. Des formules qui, à ce titre, ne peuvent être décrites que depuis leurs usages.

  • 85 Par exemple : « Jean‑Louis Debré s’était félicité de sa fermeté dans l’affaire des étrangers de l’É (...)
  • 86 Éditorial d’Alain Genestar, « Fermeture », Le Journal du Dimanche, 18/08/96, p. 1.
  • 87 Valérie Hurier et Thierry Leclère, « La leçon des sans papiers », Télérama, 28/08/96, p. 7.
  • 88 Sur la catégorie des « sans » dans l'espace socio-politique européen depuis les « sans-culottes » d (...)
  • 89 Serge July, « Ce que les sans-papiers ont changé », Libération, 30/08/96, cahier spécial « Saint-Be (...)
  • 90 Gérard Desportes, « Le pays redécouvre le mot "asile" », Libération, 30/08/96, cahier spécial « Sai (...)
  • 91 Libération, 13/12/75, p. 1, titre principal de Une.
  • 92 Frédéric Ploquin, « France : les sans-papiers du sexe », L'Événement du jeudi, 06/08/92, p. 28-29.

31La préexistence formelle de la séquence à son statut « formulaire » ne vaut pas seulement pour les unités lexicales simples. Elle vaut aussi pour les noms composés. Le nom composé « sans‑papiers », par exemple, semble devenir une formule à l’été et à l’automne 1996, dans le contexte de ce que tout le monde nommera précisément « l’affaire des sans‑papiers de l’église Saint‑Bernard » (tout le monde ou presque, puisque l’affaire en question restera généralement pour le Front national « l’affaire des étrangers de l’Église Saint‑Bernard »85). En cette période de l’année 1996, le nom composé « sans‑papiers » devient une formule. don apparition est remarquée. Il est commenté, questionné. Le plus souvent, le mot est perçu comme une victoire de ceux qui luttent pour la régularisation de leur situation administrative. Pour de nombreux commentateurs, le mot « sans‑papiers » vient opportunément remplacer un terme jugé impropre, celui de « clan‑ destins ». « Clandestins », lit‑on dans Le Journal du Dimanche, est un « catégorie fourre‑tout à l’appellation péjorative »86 dans laquelle les sans‑ papiers n’ont pas à être rangés. Pour un autre hebdomadaire, la « leçon des sans papiers » est avant tout une leçon de vocabulaire : les sans‑papiers « ont réussi à rouvrir le débat sur l’immigration. […] Déjà, le vocabulaire. Le poids des mots. Très important, puisqu’il alimente ou in‑ fléchit le racisme de comptoir. On ne parle plus désormais de ʺclandestinsʺ mais de ʺsans‑papiersʺ. C’est symbolique, mais c’est surtout justice : ces hommes et ces femmes ne sont pas entrés par effraction en France, au fond de la cale d’un navire. Ils ont tous eu entre les mains des titres de séjour provisoires. »87 Le mot « sans‑papiers » est perçu comme un événement : son irruption dans les discours publics est supposée changer le cours des choses. Le mot « sans‑papiers » est également commenté en tant qu’il serait le symptôme d’une prolifération de la catégorie des « sans » au sein de la société française (« sans‑emploi », « sans‑ abri », « sans‑droits », « sans domicile fixe »...). « Ce que les sans‑ papiers ont changé », écrit l’éditorialiste derge July, c’est qu’ils ont fait (ré)émerger88 la catégorie des « sans » : « C'est une petite révolution sémantique, mais comme d'habitude, elle est le signe d'un grand bouleversement. Nous avons à nouveau basculé dans 1ère des "sans" »89. C'est, écrit un autre journaliste de Libération, « comme si Saint-Bernard était la goutte d'eau qui a fait déborder le vase des "sans" »90. Avant son aventure de 1996, pourtant, le nom composé « sans-papiers » n'était pas un inconnu pour la langue française : en cherchant bien, on en trouve des attestations. On le trouve déjà par exemple à la Une du quotidien Libération en décembre 1975 : « Les "sans-papiers" : la face cachée de l'immigration »91, titre le journal. Le mot référait alors à des « travailleurs arabes » en grève de la faim pour l'obtention d'une « carte de séjour et de travail ». On trouvait aussi le mot en 1992, où l'expression « sans-papiers du sexe » désignait les prostitué(e)s étrangères en situation irrégulière92.

  • 93 L'importance de ces deux droits de réponse est amplifiée par la publication, antérieure de trois jo (...)
  • 94 Michel Sousse, « Le Club de l'Horloge ne mégote pas sur le cachet de ses orateurs », Libération, 23 (...)
  • 95 Bernard Fromentin, « "La loi de Dieu transcende les lois" », Libération, 19/07/95, p. 4.
  • 96 « Le FN est bien d'extrême droite -Quarante hommes politiques affirment qu'ils continueront d'utili (...)
  • 97 « Des analystes et commentateurs de la vie politique qualifient le Front national de formation d'ex (...)
  • 98 Voir par exemple la tribune de Bruno Gollnisch, « Le Front national et la sémantique », Le Figaro, (...)
  • 99 Jean-Marie Le Pen interviewé par Muriel Plat dans National Hebdo, 02/04/98, p. 5, sous le titre « L (...)
  • 100 Jean-Marie Le Pen, conférence de presse, 18/06/96.
  • 101 On trouve déjà cette expression dans le Journal des débats du 29 juin 1821 : « L'amendement de la c (...)

32La préexistence formelle de la séquence à son statut formulaire est un phénomène observable pour les unités lexicales simples et les noms composés. Elle l'est aussi pour les syntagmes. On peut considérer que le syntagme « extrême droite », bien attesté par ailleurs depuis plus d'un siècle et demi, accède au rang de formule au moment où – mais ce n'est peut-être pas la première fois de sa vie –, en juin et juillet 1996, il fait l'objet d'un débat public. Ce débat trouve son origine dans deux droits de réponse que Libération, qui s'y trouve contraint par décision de justice, publie le 11 juin 199693. Le premier droit de réponse a été obtenu par le Club de l'Horloge au motif que Libération avait rendu compte des activités de cette association dans une sous-rubrique « Extrême droite »94. Le second a été obtenu par Présent au motif que Libération avait qualifié ce journal de « quotidien d’extrême droite »95. Dès lors, le syntagme « extrême droite » se met à circuler dans l'espace public comme objet à questionner. Interviewée à la radio, à la télévision ou dans les journaux, toute personne publique ou presque est sommée de répondre à cette question : « Doit-on continuer d'utiliser le mot "extrême droite" pour qualifier le Front national ? » Un florilège de réponses d'hommes politiques à cette question est publié dans un quotidien national96. « Extrême droite », en tant qu'expression, devient l'objet du débat. Elle prend place dans les questions des sondages97. Les dirigeants du Front national sont amenés à répondre98, non plus de leur programme, mais de ce nom d'« extrême droite » qu'ils portent. Ou plutôt, disent ces dirigeants, de ce nom d'« extrême droite » dont ils sont affublés99, et qu'on leur fait sournoisement porter en profitant du fait que, comme le fait observer Jean-Marie Le Pen, « ce mot reste subliminalement attaché à une certaine violence »100. « Extrême droite », unité fonctionnant dans le vocabulaire politique français depuis les années 1820101, connaît ainsi un de ses accès au rang de formule dans le débat de l'été 1996.

  • 102 Alain Rémond, « Boîtes d'ennui », Télérama, 31/05/95, p. 98.
  • 103 Anne Fulda, « Chirac : le retour au terrain », Le Figaro, 08/01/96, p. 1 et 7.
  • 104 Jacques Fontenoy, « Loi contre l'exclusion : loin du compte ! », Lutte Ouvrière, 06/03/98, p. 7.
  • 105 Voir Pierre Agudo, « La fracture sociale », L'Humanité, 18/05/92, p. 7.

33L'expression « fracture sociale », elle aussi, préexiste formellement à son statut de formule. Ce n'est qu'à l'hiver 1995 qu'elle y accède, dans son utilisation récurrente par Jacques Chirac alors candidat à l'élection présidentielle. C'est manifestement à ce titre qu'elle est restée dans les mémoires. C'est à ce titre qu'elle est remarquée par exemple par ce chroniqueur qui décrit la « fracture sociale » comme « un slogan de campagne électorale »102 de Jacques Chirac. Plusieurs mois plus tard, une fois le candidat élu, la « fracture sociale » se maintient comme « la fracture sociale au nom de laquelle le chef de l'État a mené sa campagne », lit-on dans Le Figaro103. En 1998, la « fracture sociale » est encore « la "fracture sociale" évoquée par Jacques Chirac le temps d'une campagne présidentielle »104. Et pourtant. Pourtant, l'expression elle-même préexistait à ce moment qui la rendit remarquable. Voilà en effet ce que nous découvrons par hasard et contre toute attente : le 16 mai 1992, soit trois ans avant l'élection de Jacques Chirac à la présidence de la République, le Club République moderne, animé par Jean-Pierre Chevènement, organisait à la Maison de la Chimie à Paris une journée sur le thème « La fracture sociale ». Le syntagme est ici attesté. Mais il faut croire qu'il n'est pas à l'époque jugé remarquable par les commentateurs : il ne fut guère alors remarqué que par L'Humanité105.

  • 106 Rappelons qu'un corpus est dit « saturé » lorsque son enrichissement par de nouveaux énoncés n'appo (...)

34La conséquence du caractère discursif des formules est qu'on ne peut en faire l'analyse qu'à condition de s'appuyer sur un corpus saturé d'énoncés attestés106. Ce qui veut dire en passant que les séquences signalées ici comme formules ne le sont que sous réserve d'une analyse plus méthodique – bien que pour chacune d'elles nous ayons à disposition des informations et des énoncés attestés relativement nombreux.

  • 107 Voir sur ce point particulier la critique de Benoît Habert (1985).
  • 108 Voir Lafon et Salem (1983) ; Salem (1987) ; Fiala, Habert, Lafon et Pineira (1987).
  • 109 Sur ce laboratoire voir ici même p. 18.

35Le repérage de « candidats » à la formule se fait différemment selon que l'analyste est ou non contemporain de l'émergence de la supposée formule. Pour une période strictement contemporaine de l'analyste, le fait d'avoir l'oreille accrochée aux transistors et les yeux rivés sur des journaux doit pouvoir suffire à repérer des candidats à la formule (dont le caractère formulaire, lui, ne peut être confirmé ou infirmé, et surtout décrit dans sa dynamique propre, que par une analyse rigoureuse). On aurait en effet quelque raison de s'inquiéter qu'une oreille attentive à ce qui se dit dans l'espace public ne repère pas une séquence qui est précisément définie comme remarquable dans les débats publics du moment. On aurait aussi du regret à mettre en œuvre des procédures coûteuses dont les résultats risquent, en la circonstance, d'aboutir à une confirmation de l'intuition sans nécessairement apporter d'informations nouvelles très consistantes107. La lexicométrie, puisqu'il est question d'elle, peut en revanche s'avérer très utile dans le repérage de candidats à la formule lorsque l'analyste n'est pas contemporain de la période étudiée : elle peut alors, à travers l'établissement de fréquences et par la mise en évidence de « segments répétés »108 tels qu'étudiés dans la perspective de l'ex-laboratoire de Lexicométrie et textes politiques de Saint-Cloud109, être un moyen de repérer des séquences que leur utilisation récurrente à un moment donné rend susceptible – mais susceptible seulement – d'être des formules.

36Le caractère discursif de la formule est ce qui, dans la séquence, résulte d'une certaine utilisation, que celle-ci soit concomitante ou postérieure à l'apparition de cette séquence dans la langue. Cette utilisation varie d'une formule à l'autre. Elle doit cependant réunir deux propriétés qui sont constitutives de la formule : son caractère de réfèrent social et son caractère polémique, deux propriétés que nous appréhendons comme interdépendantes.

C. Caractère de référent social de la formule

  • 110 Notamment : Courtine (1981) ; Habert (1984) ; Maingueneau (1991 : 85-87).
  • 111 Voir Krieg, 2000c : 42, et dans le présent ouvrage p. 57-58.

37La formule constitue un réfèrent social. Cette notion, que nous empruntons au travail de Pierre Fiala et Marianne Ebel, a été positivement accueillie110. Elle est pertinente pour peu que nous rappelions111 qu'elle n'implique pas que la signification dont la formule est investie soit homogène : au contraire, ses significations sont multiples, parfois contradictoires.

  • 112 Brigitte Bardot, « Mon cri de colère », Le Figaro, 26/04/96, p. 2. (« Voilà que mon pays, la France (...)
  • 113 Le 10 décembre 1989, dans un entretien radio-télévisé diffusé en direct sur Antenne 2 et sur Europe (...)
  • 114 Valéry Giscard d'Estaing, « Immigration ou invasion ? », Le Figaro Magazine, 21/09/91, p. 48-57 : « (...)
  • 115 Le 19 juin 1991, lors d'un dîner-débat à Orléans, Jacques Chirac dit : « Nous ne rejetons pas les é (...)

38Le caractère de réfèrent social de la formule traduit son aspect dominant, à un moment donné et dans un espace socio-politique donné. Pierre Fiala et Marianne Ebel (1983a : 174) désignaient l'expression « programme commun » comme un des référents sociaux spécifiques à l'espace politique français des années 1973-1981. Quant aux séquences « emprise et surpopulation étrangères » (« Überfremdung ») et « xénophobie », elles fonctionnaient comme référents sociaux dans la Suisse romande des années 1960-80. Lorsque, en France, en 1996, une ancienne vedette de cinéma dénonce, en même temps que le drame du mouton de l'Aïd el-Kebir, l'envahissement de la France par une « surpopulation étrangère »112, c'est malgré une communauté de formes à un autre réfèrent social que l'on a affaire. Ce réfèrent social-là, il ne faut plus en chercher les expressions multiples dans l'« emprise et la surpopulation étrangères » énoncée en Suisse, mais dans des formulations exposées au cœur de l'espace public français des années 1990. Pour ne citer que trois présidents de la République française (et d'appartenances politiques différentes), on trouve ces formulations : dans le « seuil de tolérance »113 qu'atteint la France, selon François Mitterrand, en matière d'immigration ; dans « l’invasion » déplorée par Valéry Giscard d'Estaing dans une pénible circonlocution et à grand renfort de dictionnaire114 ; enfin dans « l'overdose » d'étrangers, dit Jacques Chirac115, qui dérangent le « travailleur français » par « le bruit et l'odeur » qui traversent le palier du HLM – tous contenus et expressions développés antérieurement et parallèlement par l'extrême droite en France.

  • 116 Voir les explications de Danielle Candel (1995 :163-164).

39En tant que réfèrent social, la formule est un signe qui évoque quelque chose pour tous à un moment donné. Posons cette banalité : pour que ce signe évoque quelque chose pour tous, il est nécessaire qu'il soit connu de tous. La « notoriété » du signe, pour parler comme les professionnels du marketing, est ainsi une condition nécessaire à l'existence « formulaire » de ce signe (ou « mot », ou « séquence »). Les critères qui permettent de dire qu'un signe est notoire sont nombreux, et aucun d'entre eux n'apporte à lui tout seul une réponse définitive. Ces critères s'apparentent pour certains à ceux que retiennent les lexicographes des discours de spécialité pour déterminer la « récurrence » d'une unité lexicale dans le vocabulaire scientifique et technique, caractérisée par la fréquence, le consensus et la reformulation116. L'unique outil de mesure que l'on puisse exclure d'emblée pour apprécier le caractère de réfèrent social d'un signe serait celui de l'enquête par sondage, par laquelle l'analyste du discours transformé en sondeur demanderait à de simples individualités : « Connaissez-vous le mot "mondialisation" ?... (ou "fracture sociale", ou "commerce équitable"...) ». Dans l'analyse des formules comme ailleurs, on ne peut pas déduire grand-chose de réponses à une question que les interrogés, peut-être, ne se posent pas, les réponses obtenues étant toujours susceptibles d'être un « simple effet d'imposition de problématique », ainsi que l'écrit Pierre Bourdieu ([1973] 1984 : 226) dans un article resté célèbre.

  • 117 Voir dans le présent ouvrage p. 25-26.
  • 118 Nous employons bien sûr ici l'adjectif « mondain » tel qu'il a cours spécifiquement en sémiologie. (...)

40Un indice du caractère notoire du signe peut être trouvé dans l'accroissement de la fréquence de ce signe, observée à travers le temps sur un corpus stable. L'augmentation de la fréquence du mot « intégration » relevée par Simone Bonnafous dans le quotidien Le Monde au moment de « l'affaire du foulard » témoigne du fait que ce mot monte alors en notoriété117. L'observation en diachronie des fréquences de mots tels que « mondialisation » ou « exclusion » dans un corpus stable (par exemple en utilisant les bases de données annuelles du même Monde) témoignerait du renforcement de la présence de ces mots dans l'univers discursif. Les outils de base de la « démographie discursive », ainsi que Courtine (1981 : 81) appelait ironiquement la lexicométrie, sont ici d'une utilité évidente : ils mesurent à merveille l'accélération du rythme avec lequel le signe est martelé. L'indice de fréquence n'est qu'un indice parmi d'autres cependant, car on peut sérieusement penser que l'accroissement en fréquence de certains mots à certains moments n'atteste en rien la présence de formules. C'est le cas, à titre d'exemple, de l'augmentation de la fréquence du mot « avalanche » dans les semaines qui suivent le 23 janvier 1998, après la survenue d'une avalanche remarquée qui fit onze morts, dont neuf collégiens, dans une station de ski des Hautes-Alpes. Ici, l'accroissement en fréquence résulte d'un événement mondain118 plutôt qu'il n'est le symptôme d'un événement discursif et notionnel.

  • 119 Voir Krieg, 2000c : 41, et dans le présent ouvrage p. 56.
  • 120 Voir Krieg, 2000c : 50, et dans le présent ouvrage p. 72.
  • 121 Voir Krieg, 2000c : 31, et dans le présent ouvrage p. 41-42.
  • 122 Hans-Jürgen Lüsebrink et Rolf Reichardt (1988 : 38).
  • 123 Voir Krieg, 2000c : 19, et dans le présent ouvrage p. 20-21.
  • 124 Attestations d'après Arnold, Dougnac et Tournier (1995 : 210).

41La productivité lexicologique, dans laquelle nous pouvons inclure les défigements et les mots-valises, est un indice crédible du caractère notoire du signe. Produire des dérivés et des composés, défiger des expressions ou encore « valiser » des mots consiste en effet pour le locuteur à faire un pari sur la reconnaissance de sa création lexicale, et par là à faire l'hypothèse que le « signe de base » est suffisamment connu pour être reconnu du lecteur-interlocuteur, quand bien même ce signe de base avance grimé ou masqué. Cette productivité lexicologique qui atteste la notoriété du signe, nous l'avons vue à l'œuvre dans les mots « xénophobe »119 et « perestroïka »120. Nous l'avons vue à l'œuvre sous l'Allemagne nazie, à travers la série de composés générée à partir du syntagme « totale Staat »121. Nous l'avons vue à l'œuvre encore dans la France des années 1789-1795, dans le mot « révolution » dont Hans-Jürgen Lüsebrink et Rolf Reichardt122, puis Alain Rey123, relèvent des dérivés et des composés qui témoignent clairement de sa « dynamique sociale » (Lüsebrink et Reichardt, 1988 : 38). En France, les années 1914-1918 voient fleurir des dérivés du mot « boche », mot par ailleurs attesté depuis 1886 mais qui semble pendant la guerre atteindre l'apogée de sa présence dans les discours : la Première Guerre mondiale donne ainsi naissance aux mots « bochesse », « bochimanes », « bochimaniaques », « bochisant », « bochisme », « bochiand », « philoboche », « philobochie », « proboches », et « bamboches » (mot-valise formé sur « bambin » et « boche »)124.

  • 125 Attestations d'après Bonnafous, Honoré et Tournier (1985 : 57).
  • 126 Attestations d'après Bonnafous, Honoré et Tournier (1985 : 58).
  • 127 Le 4 février 1997, au Sénat, Robert Badinter dénonce le projet de Jean-Louis Debré, ministre de l'I (...)
  • 128 Pour ne pas alourdir la lecture, nous ne donnons pas les énoncés dont sont tirées ces attestations. (...)

42Les noms propres ne sont pas à l'abri de ce succès de notoriété qui, s'emparant de la forme même des mots, les déforme. C'est ainsi que le nom de Jules Ferry est à l'origine d'une belle série dérivationnelle entre 1883 et 1885 (les lois dites « Jules Ferry » datent de 1881 et 1882), où l'on voit apparaître les néologismes « ferrychon », « ferrychonesque », « ferryque » et « ferryste »125. L'année 1898, au début de laquelle Émile Zola signe dans L'Aurore son article de défense du capitaine Dreyfus, voit apparaître les mots « zoliste », « zolatique » et « izolâtre », mot-valise formé sur « Zola » et « idolâtre »126. L'année 1997, dans laquelle se développe un débat sur une supposée « lepénisation des esprits »127 dont le projet de loi sur l'immigration présenté par Jean-Louis Debré et la victoire de la candidate Front national Catherine Mégret aux élections municipales de Vitrolles seraient les symptômes les plus visibles, est aussi l'année où (ré ?) apparaissent des néologismes forgés sur la base du nom « Le Pen » : les substantifs « lepénisation », « lepénite », « lepénisme » et « antilepénisme », les adjectifs « postlepéniste » et « lepénique », le verbe « lepéniser » ou encore le syntagme nominal « homo lepenus »128, sont autant d'indices du caractère notoire du patronyme du président du Front national durant cette période.

  • 129 Bruno Lautier, « Économie informelle : solution ou problème ? », dans Sciences hu­maines (Auxerre), (...)

43Dire que la formule est un signe connu de tous implique aussi que ce signe soit attesté dans des types de discours variés, oraux comme écrits, savants et ordinaires. Certains mots et expressions des vocabulaires de spécialité, s'ils partagent certaines des caractéristiques de la formule (caractère polémique et fonction de réfèrent commun, mais seulement au sein d'une communauté de pratiques et de savoirs), ne sont donc pas des formules s'ils ne sortent pas de leur domaine pour envahir le corps social. Nous pensons par exemple au syntagme « économie informelle », qui pour les économistes des années 1980-1990 fonctionne comme expression impérative (« l'usage de la notion est une obligation pour qui veut trouver à financer sa recherche »129 écrit ainsi un économiste) et comme expression à débattre, définir, revendiquer, contester, remplacer, renforcer ou supprimer... mais qui ne déborde pas le discours économique et ne prend pas place, aujourd'hui en tout cas, dans le vocabulaire quotidien. Pour que l'on puisse dire que la formule est un signe connu de tous, il faut que l'on puisse en observer la présence dans des types de discours les plus variés possibles. Il faut que les lieux d'émergence de la formule se diversifient. Si la formule est originaire d'une formation discursive, elle doit en sortir. Elle est alors mise dans le pot commun de l'univers discursif pour entrer en conflit avec le sens qu'elle a ailleurs, ou avec d'autres termes.

44« À un moment donné, écrit Dominique Maingueneau (1991 : 85) dans son commentaire de la notion de « réfèrent social » selon Fiala et Ebel, tout le monde est contraint de se situer par rapport à ces formules, de les faire circuler d’une manière ou d’une autre en luttant pour leur imposer sa propre interprétation. » Le fait que la formule soit un dénominateur commun des discours, qu'elle soit un passage obligé, est constitutif de la formule comme réfèrent social. Cette obligation de prendre position peut être repérée dans différentes manifestations discursives, que nous exposons ci-après.

  • 130 Voir ci-dessus p. 98-91.
  • 131 Bourdieu ([1973] 1984 : 226).
  • 132 Harold Garfinkel ([1967] 1984 : 186-207), « "Good" organizational reasons for "bad" clinic records  (...)
  • 133 Voir également Krieg-Planque, 2008.

45Le questionnement sur la formule (tel que nous l'avons par exemple observé à propos de l'expression « extrême droite » en juin et juillet 1996130), par lequel un locuteur demande explicitement à l'interlocuteur de prendre position sur celle-ci, en est une. Ce type de questionnement sur la formule est précisément une « imposition de problématique »131 au sens où l'envisageait Pierre Bourdieu dans le texte déjà cité (mais elle est le fait d'acteurs ou de commentateurs, non pas de l'analyste), dans laquelle la question en dit au moins autant que la réponse, de même que dans le système hospitalier analysé par Garfinkel132 le dispositif des comptes rendus cliniques informait autant sur l'organisation de l'hôpital que sur l'état du malade133.

  • 134 Jean-Jacques Courtine (1981 : 107, souligné par Courtine). La réfutation par déné­gation s'exprime (...)

46Une autre manifestation discursive témoignant du fait qu'on est obligé de prendre position sur la formule nous semble être la réfutation telle qu'elle est analysée par Jean-Jacques Courtine : « La description du fonctionnement de la réfutation dans la reformulation à l'intérieur de la formation discursive communiste, écrit Courtine, fait apparaître par ailleurs que l’on n'a pas, à partir d'une position dominée dans une contradiction inégale, le choix des armes, ou plus exactement le choix des mots : qu'il s’agisse de la réfutation par dénégation ou retournement, les éléments à réfuter s’imposent à la réfutation, du fait des positions idéologiques hégémoniques à partir desquelles ils sont produits. »134

  • 135 Marie-Claude Decamps, reportage à Denver, Colorado, « La fin de la visite du pape -Jean-Paul II et (...)
  • 136 Joseph Vandrisse, correspondance du Vatican, « L'encyclique "Evangelium vitae" sera publiée jeudi - (...)

47D'autres manifestations discursives indiquent encore qu'à un moment donné la formule est devenue un point de passage obligé, qu'elle s'est imposée avec une fonction de cadrage du débat. Par exemple, lorsque deux énoncés aux contenus similaires produits par le même locuteur, pour le premier utilise la formule (l'énoncé passe par elle), pour l'autre ne l'utilise pas (il s'en passe), on est en présence d'un indice fort du caractère obligé de l'utilisation de la formule au moment où le premier énoncé a été produit. Voici un exemple de ce cas de figure. En août 1993, lors d'une tournée aux États-Unis, le pape Jean-Paul II constate que « la culture de la mort menace notre siècle comme jamais ». Il met ensuite en garde l'humanité contre « les formes sociales, légales et institutionnelles qui justifient aujourd'hui les crimes les plus affreux : le génocide, les opérations de purification ethnique et, le pire, le fait d'enlever la vie à des êtres humains avant leur naissance ou l'échéance normale de leur mort »135. Le 26 mars 1995, le même Jean-Paul II produit un énoncé au contenu presque identique, mais d'où la formule « purification ethnique » est absente. Le pape, dans ce discours, invite l'humanité à se soucier « d'une préoccupante culture de mort », dont témoignent selon lui « non seulement les guerres fratricides qui ensanglantent de nombreuses régions du monde, les violences qui touchent les plus faibles, mais avant tout les atteintes à la vie naissante, à celle des personnes âgées, des malades en phase terminale »136. L'expression « purification ethnique » a disparu. Entre août 1993 et mars 1995, sa valeur de réfèrent social s'est amenuisée.

  • 137 Voir en particulier Mouillaud (1982). Cet article avance explicitement dans les traces du travail d (...)
  • 138 Le Figaro, 29/12/97, p. 3.
  • 139 France-Soir, 24/09/97, p. 9.
  • 140 L'Express, 25/09/97, p. 82.
  • 141 Le Nouvel Observateur, 04/12/97, p. 10.
  • 142 Mouillaud (1982 : 84).
  • 143 Mouillaud (1990 :149).
  • 144 Idem.
  • 145 Idem.
  • 146 Mouillaud (1982 : 82).
  • 147 Titre d'un artide de Sylvie Cottrant et Brigitte Vital-Durand dans Libération, 27/05/91, p. 28.
  • 148 Titre d'un article de Marc Ambroise-Rendu dans Le Monde, 01/08/91, p. 1 et 8.
  • 149 Titre d'un article de Juliette Nouel dans Science & Vie Économie, no  85, juillet-août 1992, p. 40- (...)
  • 150 Titre d'un article de Gérard Petitjean dans Le Nouvel Observateur, 10/09/92, p. 86.
  • 151 Titre d'un article d'Emmanuel Schwartzenberg dans Le Figaro, 17/09/92, p. 30.

48La formule, en tant que réfèrent social, est un signe qui évoque quelque chose pour tous à un moment donné. La formule est connue en tant qu'elle désigne quelque chose. La formule réfère : elle renvoie au monde. C'est sa valeur de re. Les indices qui permettent de dire que la formule est supposée référer à quelque chose sont nombreux. On les trouve notamment dans diverses formes du présupposé, par exemple dans l'article défini qui inscrit le syntagme dans le déjà su et le déjà connu : « la mondialisation », « les sans-papiers », « l'exclusion ». Dans les énoncés de presse, on trouve une marque toute particulière du renvoi au monde : nous pensons ici aux titres à structure X deux points Y (« X : Y »). Cette structure, étudiée par Maurice Mouillaud137, mais également avec les mêmes conclusions par Bernard Bosredon et Irène Tamba (1992), est révélatrice de ce que le journal donne à lire pour existant, pour présumé connu. La partie gauche (« X ») de ce type de titre, écrit Maurice Mouillaud, est un « énoncé référentiel » : elle en est le présupposé, elle renvoie à un monde supposé connu du lecteur. Ce monde peut être géographique (« Irlande du Nord : meurtre et représailles »138, « Algérie : carnage dans le "Triangle de la mort" »139) aussi bien que notionnel (« Immigration : le pari de Jospin »140, « Insécurité : Chevènement peut-il réussir ? »141). La partie droite, elle (« Y »), constitue l'« énoncé informationnel » du titre ainsi construit : elle est le posé de l'énoncé, le nouveau, le présumé non connu. C'est elle, d'un certain point de vue, qui justifie la publication de l'article : l'énoncé informationnel « appartient au même genre que l’article dont il représente un modèle réduit »142. L'énoncé référentiel « X » « mobilise un savoir supposé du lecteur »143. Son « statut est celui des présuppositions »144, où « ce qui est présupposé, c’est la présence d'une certaine "unité culturelle" dans l’environnement du journal »145. La titraille en « X : Y » du journal est ainsi bâtie comme un carnet à souche, sur lequel s'écrivent chaque jour sur des volets détachables les nouveautés qui informent sur la partie fixe, supposée connue du lecteur. Dans les titres en structure « X : Y », l'énoncé référentiel « "désigne" et non pas "signifie" »146 : il désigne des événements, des objets ou des processus qui sont à l'extérieur du journal, dans le monde, et dans le monde tel que le lecteur est supposé se le représenter. Les empilements d'une même séquence sur la partie fixe du titre contribuent à l'établissement de l'ordre du jour des thèmes de la vie publique. Des titres tels que « Banlieues : la fièvre du samedi soir »147, « Banlieues : la prévention par le sport »148, « Banlieues : la politique du carnet de chèques »149, « Banlieues : demain Los Angeles ? »150, et « Banlieues : le constat d'échec »151 sont ainsi l'indice que « banlieues » fonctionne à un moment donné, dans l'espace public français, comme référent social.

D. Caractère polémique de la formule

49La formule est portée par une matérialité linguistique relativement stable, elle a un caractère discursif et elle constitue un réfèrent social. Elle est également polémique : c'est là la quatrième de ses propriétés constitutives, laquelle nous occupe à présent.

  • 152 Mikhaïl Bakhtine ([1929 sous le nom de Volochinov] 1977 : 67).
  • 153 Intervention de Simone Bonnafous, table ronde « Les mots porteurs de valeurs sociales, d'imaginaire (...)
  • 154 Intervention de Simone Bonnafous, op. cit.

50« En la désignant comme une formule, écrivaient Pierre Fiala et Marianne Ebel (1983a : 35) à propos d'« Überfremdung », nous soulignons qu’elle est d’abord un objet polémique. » Nous suivons une fois encore ces auteurs dans cette voie. Nous l'avons dit déjà, et souligné après Fiala et Ebel, le caractère polémique de la formule est indissociable du fait que celle-ci constitue un réfèrent social : c'est parce qu'il y a dénominateur commun, territoire partagé, qu'il y a polémique. C'est parce qu'il existe une même « arène »152, selon une métaphore bakhtinienne ressassée mais toujours juste, que l'affrontement est rendu possible. La formule est porteuse d'enjeux sociopolitiques. Nous entendons par là qu'elle met en jeu quelque chose de grave. « Grave » non pas nécessairement au sens dramatique du terme, mais au sens où elle met en jeu l'existence des personnes : la formule met en jeu les modes de vie, les ressources matérielles, la nature et les décisions du régime politique dont les individus dépendent, leurs droits, leurs devoirs, les rapports d'égalité ou d'inégalité entre citoyens, la solidarité entre humains, l'idée que les personnes se font de la nation dont ils se sentent être les membres. Parfois, la formule met en jeu leur vie tout court. C'est le cas par exemple de la formule « purification ethnique » dans le contexte des guerres yougoslaves des années 1990 (Krieg-Planque, 2003). Les formules participent au poids de l'histoire, ce poids de l'histoire qui leste les destins individuels. C'est parce qu'elle constitue un enjeu, parce qu'elle met en jeu l'existence des personnes, parce qu'elle est porteuse d'une valeur de description des faits politiques et sociaux, que la formule est l'objet de polémiques. En polémiquant autour d'elle, les acteurs-locuteurs ne polémiquent pas « pour rien » : ils polémiquent pour une mise en description du réel. La formule se distingue en cela d'un autre type d'énoncés, que Simone Bonnafous proposait d'appeler des « tics discursifs »153 et que sont les slogans publicitaires, les titres de films et de livres, ou certaines réparties célèbres d'œuvres de fiction, qui, pour figés et circulants qu'ils soient, sont pour la plupart et généralement dénués d'enjeu socio-politique et font l'objet d'usages non-conflictuels, souvent plaisants. Avant de dire que ce qui différencie ces tics discursifs et les formules ce sont « des "effets" du discours sur les consciences et sur les croyances »154 – effets difficilement mesurables par ailleurs –, il faut souligner que les formules, contrairement aux tics discursifs en question, sont investies d'enjeux socio-politiques, enjeux qui ont pour conséquence des usages polémiques et conflictuels de la séquence. Les tics discursifs passent, et au mieux témoignent. Les formules restent, et toujours agissent. Les formules constituent un réfèrent social dans un espace public donné et font l'objet de débats parce qu'elles sont chargées d'enjeux : à ce titre elles ont un caractère historique. Elles font partie de l'histoire. Ainsi, on peut dire qu'une histoire des rapports sociaux en France dans la dernière décennie du 20e siècle ne saurait omettre la formule « exclusion », à la fois comme évidence de l'époque et comme objet questionné. De même, une histoire du conflit yougoslave ne pourrait se passer de faire état de la formule « purification ethnique », à la fois comme réfèrent social et comme objet polémique, ainsi que nous l'avons exposé dans notre ouvrage « Purification ethnique ». Une formule et son histoire (Krieg-Planque, 2003).

  • 155 Sur le procédé de rétorsion, voir en particulier Angenot (1982) et Taguieff (1987 : 17). Voir aussi (...)

51Les enjeux que portent les formules sont extrêmement variés en nature, et aussi variées sont les façons qu'ont les locuteurs de répondre à ces enjeux, de prendre part au débat. L'enjeu peut provenir du fait que la formule est utilisée de façon monopolistique par une formation discursive adverse (il peut s'agir alors de s'approprier la formule, éventuellement en lui donnant un sens différent, et de la neutraliser en faisant usage du procédé de rétorsion155) ; du fait que la paternité d'une formule dont on voudrait se réclamer est revendiquée par l'adversaire (il s'agit alors de dire qu'on en est soi-même l'auteur) ; du fait qu'on se voit attribuer par l'adversaire – à tort ou à raison – la paternité d'une formule dont on ne veut pas (il s'agit alors de s'exprimer sur le mode de la répudiation)... Tous les procédés discursifs et métadiscursifs sont susceptibles d'être mis à contribution pour faire en sorte que la formule serve le dessein politique que chacun s'assigne : néologisme de sens, néologisme de forme, revendication, répudiation, rétorsion, reformulation...

  • 156 Voir ici p. 85-87.
  • 157 Voir ici p. 21-24.
  • 158 Voir ici p. 55 et 59.
  • 159 Voir Fiala et Ebel (1983a : 82-85, 90).
  • 160 Voir ici p. 94.
  • 161 Voir ici p. 88-89.

52La polémique peut s'effectuer sur le mode de l'injonction de prononciation et du refus d'énoncer. C'est, ainsi que nous l'avons observé156, le sort subi par le mot « négociation » à l'automne 1995, lorsque les syndicats mettent le gouvernement en demeure de prendre en charge ce mot, et que les représentants gouvernementaux s'y refusent, avant de céder du bout des lèvres dans un énoncé que les syndicats et certains commentateurs saluent comme une victoire. La polémique peut porter sur la question de l'(in)adéquation de la formule à la chose qu'elle désigne, comme nous l'avons noté à propos du débat des années 1760-1770 portant sur l'expression « classe stérile »157, analysée par Marie-France Piguet. La polémique peut se faire sur le mode de la prédication et du rejet de la prédication, comme Pierre Fiala et Marianne Ebel l'observent à propos du mot « xénophobe »158. La polémique peut porter sur la réalité, ou au contraire l'inconsistance, du réfèrent que la formule est supposée désigner. Pierre Fiala et Marianne Ebel ont observé ce type de débat à l'œuvre dans la Suisse romande des années 1960-80, dans lequel les locuteurs s'opposaient pour savoir si la « surpopulation étrangère » existait ou n'existait pas159. Ce genre de débat, qui porte sur le caractère réel ou fantasmé du réfèrent désigné par la formule, passe souvent par des opérations de définition, parfois acrobatiques comme c'est le cas dans les définitions proposées par Valéry Giscard d'Estaing des termes « immigration » et « invasion »160. La polémique peut porter sur la reconnaissance sociale de la formule. L'enjeu consiste alors à imposer à l'ensemble de l'espace public l'usage d'un mot, généralement aux dépens d'un mot concurrent. C'est ce qu'ont tenté de faire, lors de l'été 1996 – et avec succès – les militants en faveur d'une régularisation des étrangers en situation irrégulière, en imposant l'usage du mot « sans-papiers » au détriment du mot « clandestins »161.

  • 162 Krieg, 2000c : 22, et dans le présent ouvrage p. 26-27.
  • 163 Voir aussi Boutet (1982).
  • 164 Boutet (1986 : 48).
  • 165 Ibid. : 49.

53Parce qu'elle concentre souvent en elle une pluralité d'enjeux et parce qu'il existe plusieurs façons de prendre part au débat, une formule fait rarement l'objet d'un seul procès discursif, et elle entre souvent dans des polémiques plurielles. C'est ainsi que la polémique portant sur les mots « libre(s) » et « liberté(s) » lors du débat sur l'école privée en 1984, analysé par Geneviève Petiot162, reposait doublement sur une revendication (l'école libre, c'est nous) et sur le sens à assigner aux mots du paradigme (la liberté, c'est autoriser la diversité des établissements / la liberté, c'est la laïcité assurée par l'école publique). Chacun cherchait à monopoliser le mot comme étant le sien propre tout en lui assignant une signification spécifique. Ce type de polémique témoigne de l'existence de cette « polysémie sociale » dont parle Josiane Boutet (1986)163 dans son commentaire des écrits de Bakhtine sur la pluriaccentuation du signe linguistique, polysémie sociale dont est investi le vocabulaire socio-politique, et « par laquelle le mot est siège d'une pluralité d'"indices de valeur", d’une pluralité d’"accents" contradictoires »164, tout en conservant, grâce à la permanence du signifiant, « une stabilité qui seule peut assurer la poursuite et le succès de la communication »165. Ce type de polémique témoigne aussi du « caractère "régional" » des formations idéologiques, selon la formulation de Courtine (1981 : 34-35), caractère régional « qui explique que Von puisse, à partir de formations idéologiques antagonistes, parler des mêmes "objets" (la démocratie, la liberté, le pluralisme...) et en parler "différemment" ».

54À observer les manifestations discursives des différents types d'enjeux portés par les formules, on pourrait faire appel à la métaphore du combat qu'utilise Courtine – après qu'il l'a pourtant réfutée (1981 : 23-24) – , et dire que l'usage des formules prend conjointement la forme de la guerre de position et celle de la guerre de mouvement. Le discours politique est alors envisagé « comme guerre idéologique de position, où la réfutation se fait "à la dénégation" (démarquer ses mots des mots de Vautre, opposer ses mots à ceux de Vautre, lutter mot-à-mot, comme on avance pas à pas dans une guerre de tranchées...), ou comme guerre idéologique de mouvement, dans laquelle les effets de polémique se produisent "au retournement" (s’emparer des mots de l’adversaire, en faire ses propres mots et les retourner contre lui, lutter en prenant Vautre au mot...) » (Courtine, 1981 : 107). Mais on peut également voir déjà moins métaphoriquement le discours socio-politique comme un discours qui élabore des dictionnaires, dans lesquels les formules sont construites comme des entrées nouvelles ou comme des sens nouveaux. Bernard Gardin, à l'issue d'une analyse de discours produits dans les années 1970 dans le débat sur le « programme commun » de la gauche, proposait de considérer un débat de ce type comme « l'établissement d'un dictionnaire ». En effet, écrit Gardin (1974 : 70-71), il s'agit dans ce débat « pour chaque groupe (1) d’imposer ses propres signifiés aux signifiants qui font partie du vocabulaire politique commun : liberté, égalité, démocratie, justice... (de ces termes qui font dire que tous les groupes disent la même chose) et de combattre la même tentative chez l'adversaire : de lui refuser l’emploi de ces unités ; (2) de donner la vraie signification des termes propres à l’adversaire, d'en dénoncer les signifiés cachés : d’empêcher donc que ces signes de l’adversaire s’installent en langue ; (3) d’imposer ses propres signes linguistiques : signifiant et signifié : participation, programme commun... [...] Chaque groupe politique construit donc deux dictionnaires : le sien qu'il veut faire devenir le dictionnaire de la langue, celui de l’adversaire qu’il voue à la disparition. » La métaphore subsiste sous la plume de Simone Bonnafous et Maurice Tournier (1995 : 68) lorsqu'ils écrivent que « l’homme au pouvoir joue perpétuellement au dictionnaire ». Ce « jeu » n'en est pas vraiment un. Et il est rarement à somme nulle. L'homme au pouvoir qui parle emmène avec lui dans le réel mondain d'autres hommes, dans les conséquences de ses erreurs ou de ses clairvoyances, de ses mensonges ou de ses vérités. La métaphore du dictionnaire présente l'avantage de souligner que la polémique dont la formule fait l'objet s'opère pour une large part à un niveau métadiscursif, niveau auquel nous attacherons une attention toute particulière.

55Le caractère polémique de la formule n'est pas quelque chose d'abstrait. Il n'est pas non plus, tel que nous l'envisageons, quelque chose de flou, c'est-à-dire quelque chose qui serait plus ou moins repérable à une « tonalité » générale du propos ou à un mode d'énonciation taxé globalement de « polémique ». Il s'agit bien du caractère polémique de la formule elle-même. Ce caractère polémique est en partie déterminé, orienté, par la morphosyntaxe et les composantes lexicales de la séquence (on n'argumente pas et ne contre-argumente pas de la même façon sur un adjectif, ou sur une nominalisation d'action, etc., parce que ces différentes catégories donnent, ou ne donnent pas, prise d'une manière qui leur est propre). Mais il est aussi et surtout déterminé par les usages qui sont faits de cette séquence : ce n'est pas parce que celle-ci est un adjectif, ou une nominalisation d'action, etc., qu'elle est polémique, mais parce qu'elle est prise dans les pratiques langagières.

  • 166 Sur le jugement d'euphémisation, voir Krieg-Planque, 2004.
  • 167 Tribune de Marie-Noëlle Lienemann, « Exclusion : en finir avec l'hypocrisie », Libération, 01/11/94 (...)
  • 168 Interview de Robert Castel par François Ewald, « L'avènement d'un individualisme négatif », Magazin (...)
  • 169 Robert Migliorini, « L'angoisse grandissante de la fracture sociale », La Croix, 28/03/95, p. 2.
  • 170 Guy Herzlich, « Flexibilité et coût du travail sont au cœur des travaux, à Lille, du G7 sur L’emplo (...)
  • 171 Arnaud Levy, « La misère au pilori », France-Soir, 17/10/95, p. 6.
  • 172 Interview de Laurent Fabius par Sylvie Pierre-Brossolette et Jean-Pierre Séréni, « Fabius : "Si ce (...)
  • 173 Yves Daoudal, « Tapie chez lui au "Monde" », Présent, 22/12/94, p. 3.
  • 174 Ariette Laguiller, meeting de Lutte Ouvrière à Argenteuil, Val-d'Oise, 4 mars 1995.
  • 175 Éditorial de Franz-Olivier Giesbert, « La stratégie du va-tout », Le Figaro, 28/11/95, p.1.

56Le caractère polémique de la formule se manifeste particulièrement par des achoppements des énonciateurs sur la séquence elle-même, achoppements qui sont révélateurs de certains des enjeux que la formule recèle. Prenons par exemple le mot « exclusion » et ses variantes morphosyntaxiques que l'on peut sans grand risque de se fourvoyer qualifier de formule dans l'espace socio-politique français des années 1990. Ce mot d'« exclusion » nomme mal, si l'on en croit différents locuteurs, qui le qualifient tantôt de terme vague tantôt d'euphémisme166, et le prennent régulièrement en défaut d'adéquation au réel. « Exclusion » est pris de ce fait dans un premier type de polémique, qui porte sur la question de l'(in)adéquation du mot à la chose qu'il désigne. Marie-Noëlle Lienemann, ancien ministre socialiste du Logement, qualifie le mot « exclusion » de « mot aseptisé pour cacher la misère et la pauvreté »167. Le sociologue Robert Castel écrit qu'« exclusion est un mot-valise qui recouvre des réalités complètement disparates »168, tandis qu'un journaliste de La Croix évoque la diversité « des phénomènes regroupés en France sous le terme global de "l’exclusion" »169. Un journaliste du Monde décrit le caractère protéiforme du signifié rattaché au terme d'« exclusion » et explique que « les Français placent sous ce terme à la fois l’impossibilité de trouver ou de retrouver un travail, la pauvreté sans espoir et l’absence de formation »170. Un journaliste de France-Soir place le mot « exclusion » dans la liste des mots qui, selon lui, n'apportent rien à la clarification du débat social : « Les mots peuvent bien changer, qu’on parle de pauvreté ou de nouvelle pauvreté, de misère ou d’exclusion, le constat s’impose chaque année avec plus d’acuité. La précarité des conditions de vie qui touche un nombre sans cesse croissant de personnes, semble être devenue une constante incontournable de la société. »171 Allant au-delà de la simple dénonciation d'« exclusion » comme terme impropre, certains locuteurs tentent de décrypter les raisons pour lesquelles « exclusion » est un mot qui nomme mal. C'est le cas de Laurent Fabius, qui prend ainsi position : « La coupure "exclus-indus" ne rend pas compte de l’ensemble de la vie sociale. Une telle simplification présente un intérêt... comment dire ? idéologique. S’il y a d’un côté des "exclus" et de l’autre des "inclus", il faut que ces derniers se serrent la ceinture. On oublie les vrais privilèges ! La société est beaucoup plus complexe. »172 Mais, bien qu'il semble nommer mal et ne convenir à personne, le mot « exclusion » est, de fait, l'objet d'un usage intensif dans l'ensemble de l'espace public et fonctionne comme réfèrent social. C'est alors à un second type de polémique que se livrent certains locuteurs, en dénonçant les responsables ou les complices de ce procès de nomination raté. Pour le quotidien d'extrême droite Présent, c'est à la gauche que revient la responsabilité du terme : « Le Monde a trouvé le vrai représentant des miséreux, ceux que la phraséologie de gauche appelle les "exclus". »173 Pour la représentante de Lutte Ouvrière, Arlette Laguiller, c'est le discours du « on », le discours courant et ambiant qui se fait le relais d'une nomination impropre : « La société capitaliste [...] engendre l’exclusion, comme on dit aujourd’hui. »174 Pour Le Figaro enfin, l'« exclusion » est un mot de « tous les autres », un mot de la classe politique en son ensemble : « Un morceau de la France est en train de couler, victime de ce que MM. Chirac, Giscard d'Estaing, Barre, Hue et les autres appellent l’exclusion. »175

  • 176 Éditorial de Bruno Frappat, « Le grand dessein », La Croix, 28/03/95, p. 1.
  • 177 Lettre mailing de sollicitation de la Fondation de France, janvier 1996. En majuscules dans le text (...)

57Parallèlement à cette désignation du responsable, face à un mot qui nomme mal, certains locuteurs cherchent à réincarner un mot qui leur paraît désincarné. C'est ce que fait l'éditorialiste de La Croix lorsqu'il écrit : « L’exclusion n’est pas un concept psychosocial. Elle n’est pas une catégorie administrative. L’exclusion est un dérèglement de la mécanique sociale, et les exclus, ce sont des gens : des hommes, des femmes, des enfants. »176 Face à ce mot d'« exclusion » qui nomme mal et qui est un « mot des autres », d'autres locuteurs encore proposent un mot qui nomme bien. C'est ce que fait la Fondation de France, selon laquelle il existe un bon mot qui mériterait d'être troqué contre le(s) mauvais : « EXCLUSION et FRACTURE SOCIALE sont devenues les expressions les plus utilisées par les journalistes et les politiques. Mais que signifient-elles exactement ? Derrière ce vocabulaire, il existe une réalité : LA PAUVRETÉ. »177 C'est une troisième polémique qui s'ouvre ici, et qui prend la forme d'une clôture de la première : remplacer un procès de nomination raté par un procès de nomination réussi.

  • 178 Voir Jacqueline Authier-Revuz, 1995.

58Nous voyons combien les enjeux que portent en elles les formules affleurent à la surface des énoncés – ou plutôt combien ces enjeux sont révélés par ces énoncés –, pour peu que l'on prenne la peine et le temps de les collecter et de les observer. Il apparaît alors qu'un des moyens privilégiés pour étudier une formule consiste à analyser les divers achoppements des locuteurs sur la séquence, autrement dit à analyser les différentes opérations métadiscursives opacifiantes178 qui portent sur cette formule. Le lecteur pourra se reporter, pour l'exemple d'une telle analyse sur corpus, au chapitre VI de notre thèse (« Construire et déconstruire la formule : emplois et problématisations de la formule "purification ethnique" (1980-1994) », Krieg 2000c : 494-650), ou à la seconde partie de notre ouvrage portant sur la formule « purification ethnique » (« Utiliser et commenter la formule "purification ethnique" », Krieg-Planque 2003 : 255-450).

Notes

1 Voir Krieg, 2000c : 23‑24 et dans le présent ouvrage 28‑29.

2 Sur cette séquence, voir Krieg, 2000c : 200‑206, et Krieg‑Planque, 2003 : 133‑142.

3 Sur cette séquence, voir Krieg‑Planque, 2003 : 146‑151, et Krieg‑Planque, à paraître en 2001.

4 Sur cette séquence, voir Krieg, 2000 : 206‑210, et Krieg‑Planque, 2003 : 142‑146.

5 Colloque « La locution : entre lexique, syntaxe et pragmatique. Identification en corpus, traitement, apprentissage », Saint‑Cloud, 24‑26 novembre 1994. Les textes issus des communications ont donné lieu à la publication de trois volumes : Martins‑Baltar, éd. (1995) ; Fiala, Lafon, Piguet, éds. (1997) ; Martins‑Baltar, éd. (1997a).

6 Danielle Candel (199e). Pour une synthèse sur l’état des recherches (extension du domaine de la locution et foisonnement terminologique), voir aussi Michel Martins‑Baltar (1997b). Le bilan plus ancien établi par Pierre Fiala (1989) montrait déjà la diversité des approches et de la terminologie en la matière. Les travaux produits à mesure des années jusqu’à aujourd’hui ne font que continuer de témoigner, nous semble‑t‑il, de la variété des approches.

7 Émile Benveniste ([1966] 1974) et ([1967a] 1974).

8 Bernard Pottier (1974 : 33-34 et 326) et (1992 : 17). Georges Misri (1987 : 78) signale que Pottier a proposé la notion de « lexie » avec cette acception dès 1962 (Pottier, 1962).

9 Voir notre analyse dans Krieg‑Planque, 2003 : 335‑342.

10 Charles Bally ([1909] 1951 : 77).

11 Les approches strictement distributionnalistes tiennent peu compte de ces facteurs interprétatifs, liés à la subjectivité d’un interprétant confronté à un genre de discours particulier. Outre Achard et Fiala (1997), insistent sur ces facteurs : Sonia Branca‑Rosoff (1997) ; Pierre Lafon et Josette Lefèvre (1997) ; Robert Galisson (1995) ; Anne‑Marie Loffler‑Laurian (1995).

12 Denise Maldidier (1969) et (1971).

13 Maldidier (1969 : 102).

14 Idem.

15 Pour une synthèse sur la théorie des topoï, issue de la théorie de l’argumentation dans la langue proposée par les mêmes Ducrot et Anscombre (1983), voir Anscombre (1995) et Anscombre et al. (1995).

16 Voir Angenot (1982 : 169‑189, « Présupposé / Topos / Idéologème ») et Angenot (1989 : 894). Notons en passant à toutes fins utiles que Marc Angenot ne dit pas emprunter la notion d’« idéologème » à Jean‑Pierre Faye, bien que par ailleurs il cite les travaux de ce dernier.

17 Grunig et Grunig (1985 : 25‑26, 106, 156‑157, 199, 206‑209, 232).

18 Le 14 mai 1996, à l’Assemblée nationale, Alain Juppé déclare : « Je préfère une fonction publique moins nombreuse, plus efficace, mieux à l’aise, à une fonction publique qui fait de la mauvaise graisse. »

19 Expression utilisée par exemple par Geneviève de Gaulle‑Anthonior, présidente d’ATD Quart‑Monde, interviewée par Élisabeth Merogis dans L’Humanité, 12/07/95, p. 5, sous le titre « Que chacun accepte d’être plus solidaire ». (« Nous sommes nous‑mêmes en train de fabriquer une société excluante, qui prive un grand nombre de gens des droits essentiels qui fondent la citoyenneté. Cette exclusion, nous la fabriquons à tous les niveaux. »)

20 Voir Krieg, 2000c : 384‑399, et Krieg‑Planque, 2003.

21 Almuth Grésillon et Dominique Maingueneau (1984).

22 Robert Galisson (1995).

23 Jean‑François Sablayrolles (1997).

24 Sur le mot‑valise, voir en particulier les travaux d’Almuth Grésillon (1983a), (1983b), (1984), (1985).

25 Si le rapprochement entre les deux phénomènes est rarement fait, on peut citer à titre d’exception la proposition de François Rastier (1997 : 322) : « La différence entre lexies simples et complexes n’a rien de fondamental, et l’on ne sera pas surpris d’observer pour les lexies simples les mêmes phénomènes que pour les lexies complexes. Là où le défigement des lexies complexes conduit à leur analyse en mots, le défigement des lexies simples conduit à leur analyse en morphèmes, ou, par divers à‑peu‑près, en d’autres mots. » Rastier cite, en exemple de défigement d’une lexie simple, cette substitution opérée sur un nom propre de pays : « Yougoslamort » (Rastier, 1997 : 323).

26 Judith Milner (1982).

27 Alain Besançon, « Catastroïka : le programme intérieur », L’Express, 20/11/87, p. ]9.

28 René Backmann, « Fidel lance la touristroïka », Le Nouvel Observateur, 05/08/88, p. 32‑33.

29 Sophie Grassin, « Tout l’Est danse la lambadastroïka », L’Express 09/03/90, p. 155.

30 Laurent Bijard, « Les dictateurs "francophones" sont toujours là... – Afrique : photo de famille avec taches », Le Nouvel Observateur, 10/11/94, p. 58-59.

31 Krieg‑Planque, 2000c et 2003.

32 Parti communiste français, Parti socialiste, Programme commun de gouvernement du Parti communiste français et du Parti socialiste, Paris, Éditions sociales, 1972, 192 p. Préface de Georges Marchais.

33 Voir des attestations dans Bernard Gardin (1974).

34 Première Conférence internationale de Droit et morale humanitaire, Paris, 26, 27 et 28 janvier 1987, sous l’égide de Médecins du Monde et de la faculté de droit de Paris‑Sud. Actes publiés par Mario Bettati et Bernard Kouchner sous le titre Le devoir d’ingérence. Peut‑on les laisser mourir ?, Paris, Denoël, 1987, 291 p.

35 Voir Pierre Haski, « Les organisations internationales codifient le "droit d’ingérence" », L’Humanité, 29/01/87, p. 26.

36 « Die Endlösung der Judenfrage in Europa ». Voir par exemple Raul Hilberg ([1985] 1988 : 302).

37 « Die Endlösung der Jadenfrage ». Voir par exemple Raul Hilberg ([1985] 1988 : 302).

38 Robert Schneider, « La candidature qui inquiète Rocard – Kouchner au secours des européennes », Le Nouvel Observateur, 07/10/93, p. 56-57. (« On le considère [B. Kouchner] comme un transfuge de la société civile. Et s’il était en fait un dissident de la politique ? Fort de son expérience et de sa popularité, le voici décidé à faire valoir… son droit d’ingérence. »)

39 Caroline Brizard, « Éléphants : la solution finale », Le Nouvel Observateur, 17/06/88, p. 48-49. Le titre de cet article est le résultat de la remontée dans la titraille de l’expression utilisée par un chercheur, dans le corps de l’article et à une seule reprise, pour désigner le massacre des éléphants en Afrique (« "Reconstruire Notre‑Dame ou Versailles est toujours possible, mais reconstituer une espèce animale disparue, ça, jamais", renchérit Pierre Pfeffer, directeur de recherche au CNRS. [...] En 1985, entre 800 et 1 000 tonnes d’ivoire ont quitté l’Afrique, 600 tonnes ont été récoltées en 1987, soit 60 000 éléphants tués, réduction due davantage à la diminution de la population totale qu’à une quelconque prise de conscience. Les braconniers, dans l’urgence, abattent des individus de plus en plus jeunes. "C’est la solution finale", dit Pierre Pfeffer. »). Cette remontée illustre de façon caractéristique la fonction dramatisante de la titraille.

40 Jean‑Pierre Gouteux, « Idéologies et massacres inter‑ethniques au Rwanda‑ Burundi », Golias Magazine, no  43, juillet‑août 1995, p. 22‑27.

41 Déclaration de Lech » alesa à la Première Conférence internationale de Droit et morale humanitaire, Paris, 26-28 janvier 1987 (publiée dans Bettati et Kouchner, op. cit., p. 13).

42 « Morale humanitaire et action politique », communication de Jacques Chirac à la même conférence (publiée dans Bettati et Kouchner, op. cit., p. 285).

43 « Terrorisme et démocratie », communication de Simone Weil à la même conférence (publiée dans Bettati et Kouchner, op. cit., p. 103).

44 « Résolution sur la reconnaissance du devoir d’assistance humanitaire et du droit à cette assistance », adoptée par la Première Conférence internationale de Droit et morale humanitaire à Paris le 28 janvier 1987 (publiée dans Bettati et Kouchner, op. cit., p. 291).

45 En particulier Pierre Bourdieu (1982).

46 Antoine Culioli, table ronde du colloque « Matérialités discursives ». Repris dans Conein et al. (1981 : 185).

47 Voir Krieg, 2000c et Krieg‑Planque, 2003.

48 Dans le sens d’Émile Benveniste. Voir Benveniste ([1969] 1974) et ([1967b] 1974).

49 Selon l’expression de Jean‑Claude Milner (1978 : 22). Sur la langue comme ordre propre, voir également les mises au point et positions de Patrick Sériot (1989).

50 George Orsell ([1948] 1950 : 427, « Appendice. Les principes du novlangue »). Ainsi le mot « bonpensé » signifie approximativement « penser d’une manière orthodoxe », « crimepensée » signifie « crime par la pensée », « penséepol » signifie « police de la pensée », « crimesex « signifie « immoralité sexuelle ».

51 Nous utilisons le terme « nominalisation » spécifiquement pour désigner les nominalisations actives et/ou résultatives du verbe (par différence avec les nominalisations qualitatives de l’adjectif, etc.). Par ailleurs, nous employons « nominalisation » dans une acception qui n’est ni dérivationnelle (au sens où le nom serait nécessairement historiquement dérivé d’un verbe), ni transformationnelle (au sens où le nom se présenterait nécessairement, à l’intérieur du texte, comme la transformation d’un énoncé verbal présent en amont voire en aval du texte, et par rapport auquel le nom constituerait une endophore). Pour dire globalement les choses, nous employons « nominalisation » dans une acception sémantique : nous considérons que constitue une nominalisation un nom qui produit un effet de sens tel que ce nom se présente comme s’il était le résultat de la transformation d’un énoncé verbal (le nom est formé de manière que, sémantiquement, il présuppose l’existence d’un verbe).
Ainsi, nous considérons que sont des nominalisations non seulement « nettoyage » , « démocratisation » ou « élargissement » , mais aussi « copinisation » ou « footballisation » . Ce dernier terme est utilisé par l’ethnologue du sport Christian Bromberger, alors que se prépare en France la coupe du monde de football : « Il y a une footballisation de la société. On pense le monde social sur un mode footballistique, alors qu’avant on pensait le football sur un mode social. » (Christian Bromberger interviewé par Christian Losson et Olivier Villepreux, «"Il y a une footballisation de la société" », Libération, 12/05/98, p. 22) L’autre néologisme est utilisé par Edgar Morin dans une tribune publiée en 1963, dans la période de plein succès de l’émission « Salut les copains » et des concerts yé‑yé : « Avec une volonté d’indifférence, qui est peut‑être sa grande illusion, le monde ʺcopainʺ s’enferme dans un ʺnous, les jeunes nous ne sommes pas croulantsʺ [...]. De même, la ʺcopinisationʺ générale, je veux dire l’élimination des aspects désagréables de l’existence, reflète‑t‑elle une sotte frivolité ou le désir de gagner du temps sur l’inexorable sérieux, sur les conflits et tragédies réelles de l’homme et de la société. » (Edgar Morin, « Le "yé‑yé" », Le Monde, 07-08/07/63, p. 12)
Certes, les verbes « copiniser » et « footballiser » n’existent pas. Cependant les noms « copinisation » et « footballisation » se présentent comme si ces verbes existaient – ce qui ne signifie pas par ailleurs qu’il soit forcément aisé d’assigner des sens précis à ces verbes inexistants (« copiniser » : « établir un rapport au monde et aux autres sur le mode léger du rapport entre copains » ... ? ; « footballiser » : « devenir affecté par les valeurs du football » ... ?).

52 Sur l’adjectif dénominal, pour plus de détails, voir Krieg, 2002.

53 Terme attesté dans une tribune d’Alain FinKielkraut, « Le rêve ridicule d’Isaac Bashevis Singer », Le Monde, 21/08/96, p. 10. (« Si, en effet, les campagnes disparaissent sous les coups d’une technique toujours plus performante et d’une soumission toujours plus grande aux principes économiques de rentabilité, la ʺbanlieurisationʺ tuera aussi inexorablement les villes. La rationalité qui nous gouverne se révèle de moins en moins raisonnable. »)

54 Terme utilisé par des responsables associatifs et des personnalités politiques de gauche au moment de « l’affaire des sans‑papiers de l’église Saint‑Ambroise » (18 au 24 mars 1996) puis « de l’église Saint‑Bernard » (28 juin au 23 août 1996), « affaire » qui trouve un dénouement violent et provisoire dans l’évacuation par 1500 C.R.S., gendarmes et policiers, des 300 Africains qui occupaient l’église Saint‑ Bernard à Paris. Pour un compte rendu des faits voir Weydert (1996). Sur la genèse des faits voir Siméant (1995) et (1998).

55 Lois qui « fabriquent des clandestins », a‑t‑on pu lire et entendre à l’époque. Voir par exemple l’encadré non signé, « Comment les lois Pasqua créent des clandestins », L’Humanité, 09/08/96, p. 5.

56 Catherine Fuchs (1986). Voir également Paul Henry (1977).

57 Courtine (1981 : 82).

58 Sériot (1986a : 16, 21, 24) et (1986b : 30).

59 Banfield (1973) et ([1982] 1995).

60 Authier et Meunier (1977) ; Authier (1978), (1992b), (1992c).

61 Spécifiquement sur ces phénomènes d’ambiguïté relationnelle, auxquels s’ajoutent des phénomènes de sous‑détermination énonciative, voir Krieg, 2002.

62 Voir Krieg, 2000c : 592‑593, ainsi que Krieg‑Planque, 2005.

63 Voir Krieg, 2000c : 436‑440, ainsi que Krieg‑Planque, 2005

64 Dessin de Pancho, Le Monde, 14/07/95, p. 1. On pourra voir une reproduction de ce dessin dans Krieg‑Planque, 2003 : 510.

65 Voir dans le présent ouvrage p. 21‑24.

66 Voir : Krieg, 2000c ; Krieg‑Planque, 2003 : 12 et 375 ; Krieg‑Planque, 2005 ; Krieg‑Planque, 2008.

67 Bernard Lecomte, « Le pari de la "glasnost " », L’Express, 16/01/87, p. 31‑32.

68 « Grèves, automne 1995 », tel est l’intitulé d’un numéro thématique de la revue Sociologie du travail (Paris, Dunod), 39/4. 1997.

69 Alain Touraine et al., Le grand refus. Réflexions sur la grève de décembre 1995, Paris, Fayard, 1996, 320 p.

70 Alain Caillé et Jean‑Pierre Le Goff, Le tournant de décembre, Paris, La Découverte, 1996, 170 p.

71 René Mouriaux et al., Le souffle de décembre, Paris, Éditions Syllepse, 1997, 201 p.

72 Julien Duval et al., Le « décembre » des intellectuels français, Paris, Liber éditions, coll. Raisons d’agir, 1998, 124 p.

73 Emmanuel Terray, « Sur le mouvement de décembre », dans Journal des Anthropologues (Paris, Association Française des Anthropologues), no  64‑65, printemps‑été 1996, p. 191‑209.

74 « Mouvement social de décembre », numéro thématique de La Revue M. Mensuel, Marxisme, Mouvement (Paris), no  83, juillet 1996, dur l’expression « mouvement social », voir l’article de René Mouriaux (1996).

75 Farhad Khosrokhavar, « Les nouvelles formes de mobilisation sociale », dans Alain Touraine et al., op. cit., p. 195‑246 ; p. 198.

76 Alain Touraine, « L’ombre d’un mouvement », dans Alain Touraine et al., op. cit. p. 11‑102 ; p. 90.

77 « Tous ensemble ! Réflexions sur les luttes de novembre‑décembre », dossier de Futur antérieur (Paris, L’Harmattan), no  33‑34, 1996.

78 Michel Wieviorka, « Le sens d’une lutte », dans Alain Touraine et al., op. cit., p. 247‑296.

79 Jean Dubois, « Décembre 1995 : un mouvement polysémique », dans Projet (Paris), no  245, printemps 1996, p. 95‑106.

80 Henri Vacquin et Yvon Minvielle, Le sens d’une colère, chances et perspectives. Novembre‑décembre 1995, Paris, Stock, 1996, 294 p. et C.G.T., L’hiver de la colère, le livre des grévistes de novembre‑décembre, Paris, La Vie Ouvrière Éditions, 1996, 125 p.

81 Voir Hetzel, Lefèvre, Mouriaux et Tournier (1998 : 197‑199).

82 Récit du service France, « Le gouvernement et les syndicats jouent à cache‑cache », Le Monde, 09/12/95, p. 5.

83 Luc Rosenzweig, « Il peut le dire ! », Le Monde, 12/12/95, p. 33.

84 Alain Genestar, « Fermeture », Le Journal du Dimanche, 18/08/96, p. 1. (À propos du refus exprimé par le ministre de l’Intérieur, Jean‑Louis Debré, de négocier avec des Africains qui occupent l’église Saint‑Bernard et demandent que leur situation sur le territoire français soit régularisée.)

85 Par exemple : « Jean‑Louis Debré s’était félicité de sa fermeté dans l’affaire des étrangers de l’Église Saint‑Bernard. Sur les 290 Maliens, 15 seulement ont été expulsés ! Incapable de régler le problème de l’immigration, le gouvernement Juppé entend acheter la paix civile dans nos banlieues. » (Français d’abord. La lettre de Jean‑Marie Le Pen, bimensuel, no  257, 1re quinzaine de mai 1997, numéro spécial élections législatives anticipées, p. 2, texte non signé intitulé « Stop ou encore ? »)

86 Éditorial d’Alain Genestar, « Fermeture », Le Journal du Dimanche, 18/08/96, p. 1.

87 Valérie Hurier et Thierry Leclère, « La leçon des sans papiers », Télérama, 28/08/96, p. 7.

88 Sur la catégorie des « sans » dans l'espace socio-politique européen depuis les « sans-culottes » de la période révolutionnaire, voir l'ouvrage de Jacques Guilhaumou (1998). Spécifiquement sur les « sans-culottes » de 1790-1792, voir Annie Geffroy (1985a). Spécifiquement sur la dénomination « sans-papiers », voir Salih Akin (1999) ainsi que Johanna Siméant (1995 et 1998).

89 Serge July, « Ce que les sans-papiers ont changé », Libération, 30/08/96, cahier spécial « Saint-Bernard », p. I, II et III.

90 Gérard Desportes, « Le pays redécouvre le mot "asile" », Libération, 30/08/96, cahier spécial « Saint-Bernard », p. VII.

91 Libération, 13/12/75, p. 1, titre principal de Une.

92 Frédéric Ploquin, « France : les sans-papiers du sexe », L'Événement du jeudi, 06/08/92, p. 28-29.

93 L'importance de ces deux droits de réponse est amplifiée par la publication, antérieure de trois jours, d'un autre droit de réponse obtenu lui aussi par décision de justice par le président du Front national à l'encontre du Monde (voir le texte de Jean-Marie Le Pen et le commentaire de Jean-Marie Colombani dans l'édition du 09-10/06/96, p. 26). Ce n'était pas alors un mot qui était en cause mais la relation d'un événement. Jean-Marie Le Pen reprochait à Pierre Georges d'avoir fait, dans une de ses chroniques (« Les squatters du racisme », Le Monde, 12/05/95, p. 36), un rapprochement entre la manifestation du Front national du 1er mai 1995 et un crime raciste advenu le même jour.

94 Michel Sousse, « Le Club de l'Horloge ne mégote pas sur le cachet de ses orateurs », Libération, 23-24/10/93, p. 7.

95 Bernard Fromentin, « "La loi de Dieu transcende les lois" », Libération, 19/07/95, p. 4.

96 « Le FN est bien d'extrême droite -Quarante hommes politiques affirment qu'ils continueront d'utiliser cet épithète », Libération, 19/06/96, p. 14-15.

97 « Des analystes et commentateurs de la vie politique qualifient le Front national de formation d'extrême droite. Personnellement, êtes-vous... tout à fait d'accord / assez d'accord / peu d'accord / pas du tout d'accord ? », telle est la question posée dans un sondage CSA / La Vie (Béatrice Houchard, « 70% des Français : le FN est d'extrême droite », La Vie, 04/07/96, p. 24). Pour un autre sondage de même nature voir : Nonna Mayer, « Le FN est d'extrême droite : ce sont ses électeurs qui le disent », Libération, 22/07/96, p. 13.

98 Voir par exemple la tribune de Bruno Gollnisch, « Le Front national et la sémantique », Le Figaro, 21/06/96, p. 2.

99 Jean-Marie Le Pen interviewé par Muriel Plat dans National Hebdo, 02/04/98, p. 5, sous le titre « Le Pen : "Chirac piétine la Constitution et casse l'unité française" ». (« De nos jours, tout ce qui est mauvais est systématiquement affublé du qualificatif d'extrême droite, les deux mots étant connotés négativement dans le subconscient de nos contemporains. »)

100 Jean-Marie Le Pen, conférence de presse, 18/06/96.

101 On trouve déjà cette expression dans le Journal des débats du 29 juin 1821 : « L'amendement de la commission est mis aux voix ; l'extrême gauche et l'extrême droite se lèvent pour l'affirmative. » Je remercie Maurice Tournier de m'avoir fourni cette attestation. Sur la formation du syntagme « extrême droite » voir Uwe Backes (1998).

102 Alain Rémond, « Boîtes d'ennui », Télérama, 31/05/95, p. 98.

103 Anne Fulda, « Chirac : le retour au terrain », Le Figaro, 08/01/96, p. 1 et 7.

104 Jacques Fontenoy, « Loi contre l'exclusion : loin du compte ! », Lutte Ouvrière, 06/03/98, p. 7.

105 Voir Pierre Agudo, « La fracture sociale », L'Humanité, 18/05/92, p. 7.

106 Rappelons qu'un corpus est dit « saturé » lorsque son enrichissement par de nouveaux énoncés n'apporte plus de données nouvelles du point de vue de la problématique adoptée, du moins plus de données nouvelles qui soient susceptibles de modifier les résultats de manière substantielle. Pour des considérations méthodologiques en matière d'analyse de discours, on pourra se reporter à Krieg, 2000b.

107 Voir sur ce point particulier la critique de Benoît Habert (1985).

108 Voir Lafon et Salem (1983) ; Salem (1987) ; Fiala, Habert, Lafon et Pineira (1987).

109 Sur ce laboratoire voir ici même p. 18.

110 Notamment : Courtine (1981) ; Habert (1984) ; Maingueneau (1991 : 85-87).

111 Voir Krieg, 2000c : 42, et dans le présent ouvrage p. 57-58.

112 Brigitte Bardot, « Mon cri de colère », Le Figaro, 26/04/96, p. 2. (« Voilà que mon pays, la France, ma patrie, ma terre, est de nouveau envahi, avec la bénédiction de nos gouvernements successifs, par une surpopulation étrangère, notamment musulmane, à laquelle nous faisons allégeance ! De ce débordement islamique, nous devons subir à nos corps défendants toutes les traditions. D'année en année, nous voyons fleurir les mosquées un peu partout en France, alors que nos clochers d'église se taisent faute de curés. ») Cinq mois plus tard, dans un magazine féminin, Brigitte Bardot dit : « Il faut reconnaître qu 'il y a une invasion musulmane en France depuis quelques années. » (Elle, 23/09/96, p. 88-95, interview de Brigitte Bardot par Fabrice Gaignault sous le titre « Bardot la scandaleuse »).

113 Le 10 décembre 1989, dans un entretien radio-télévisé diffusé en direct sur Antenne 2 et sur Europe 1, François Mitterrand répond ainsi à une question sur l'immigration que lui pose un des journalistes : « Ne me demandez pas mon avis sur le caractère moral, bien que j'aie quelque opinion. Mais le seuil de tolérance a été atteint dès les années 70 où il y avait déjà quatre millions cent mille à quatre millions deux cent mille cartes de séjour à partir de 1982. [...] Autant que possible, il ne faut pas dépasser ce chiffre, mais on s'y tient depuis des années et des années. » (Cité par Le Monde, 12/12/89, p. 2-4, « Les déclarations de M. Mitterrand ».)

114 Valéry Giscard d'Estaing, « Immigration ou invasion ? », Le Figaro Magazine, 21/09/91, p. 48-57 : « Bien que dans cette matière sensible il faille manipuler les mots avec précaution, en raison de la charge émotionnelle ou historique qu'ils portent, le type de problème auquel nous aurons à faire face se déplace de celui de l'immigration ("arrivée d'étrangers désireux de s'installer dans le pays") vers celui de l'invasion ("action d'entrer, de se répandre soudainement" selon la définition donnée par Littré). » Sur le terme « invasion » tel qu'utilisé par Valéry Giscard d'Estaing, voir les propositions de Catherine Lavergne (1997).

115 Le 19 juin 1991, lors d'un dîner-débat à Orléans, Jacques Chirac dit : « Nous ne rejetons pas les étrangers. Seulement, ce qui se passe c'est qu'aujourd'hui il y en a trop. Notre problème, ce n'est pas les étrangers, c'est qu'il y a overdose. [...] Le travailleur qui habite la Goutte d'Or, qui travaille avec sa femme pour gagner environ 15 000 francs et qui voit, sur son palier d'HLM, une famille entassée avec le père, trois ou quatre épouses et une vingtaine de gosses, qui touche 50 000 francs de prestations sociales sans, naturellement, travailler. Si vous ajoutez à cela le bruit et l'odeur, le travailleur français, sur le palier, il devient fou. Ce n'est pas être raciste que de dire cela. [...] Le premier racisme n'existe pas entre les Français d'origine et les immigrés, mais entre les Arabes et les Noirs. » (Cité par Régis Guyotat, « Le maire de Paris : "Il y a overdose" », Le Monde, 21/06/91, p. 40.)

116 Voir les explications de Danielle Candel (1995 :163-164).

117 Voir dans le présent ouvrage p. 25-26.

118 Nous employons bien sûr ici l'adjectif « mondain » tel qu'il a cours spécifiquement en sémiologie. Le dictionnaire Le Nouveau Petit Robert (1993), par exemple, définit ainsi une des acceptions de « mondain » : « Sémiologie. Qui appartient au monde (opposé au langage). » L'adjectif « mondain » qualifie, si l'on peut dire, les choses du monde abstraction faite des mots de la langue qui les nomment et des discours qui les commentent. La distinction entre « mondain » et « langagier » est ainsi proprement sémiotique, puisque le langage fait par ailleurs plus que tout partie du monde et que son emploi, parfois même, le fait advenir et le transforme. Nous parlerons ainsi d'« événement mondain » par différence avec diverses notions telles que « événement discursif », « événement de discours », « événement d'énonciation » ou « événement linguistique ». Voir aussi nos remarques dans Krieg-Planque, 2009

119 Voir Krieg, 2000c : 41, et dans le présent ouvrage p. 56.

120 Voir Krieg, 2000c : 50, et dans le présent ouvrage p. 72.

121 Voir Krieg, 2000c : 31, et dans le présent ouvrage p. 41-42.

122 Hans-Jürgen Lüsebrink et Rolf Reichardt (1988 : 38).

123 Voir Krieg, 2000c : 19, et dans le présent ouvrage p. 20-21.

124 Attestations d'après Arnold, Dougnac et Tournier (1995 : 210).

125 Attestations d'après Bonnafous, Honoré et Tournier (1985 : 57).

126 Attestations d'après Bonnafous, Honoré et Tournier (1985 : 58).

127 Le 4 février 1997, au Sénat, Robert Badinter dénonce le projet de Jean-Louis Debré, ministre de l'Intérieur, en ces termes : « Le texte ouvre un boulevard aux succès électoraux du Front national [...] et aux progrès incessants de son idéologie xénophobe, à ce que j'appellerais la lepénisation des esprits. » (Cité par Béatrice Bantman et David Dufresne, « Le Sénat se charge d'adoucir le projet de loi Debré sur l'immigration », Libération, 05/02/97, p. 2) Avant Robert Badinter, le 30 janvier, le socialiste Guy Allouche avait déclaré que le Parti socialiste entendait mener un combat contre la « lepénisation d'une partie de la majorité ». (Cité par Jean-Baptiste de Montvalon, « Le Sénat veut modérer le projet Debré sur l'immigration », Le Monde, 31/01/97, p. 6)

128 Pour ne pas alourdir la lecture, nous ne donnons pas les énoncés dont sont tirées ces attestations. Il s'agit tous d'énoncés attestés récoltés dans la presse, et produits par des journalistes, des hommes politiques, des militants politiques ou des experts, entre février et décembre 1997.

129 Bruno Lautier, « Économie informelle : solution ou problème ? », dans Sciences hu­maines (Auxerre), no  50, mai 1995, p. 26-29.

130 Voir ci-dessus p. 98-91.

131 Bourdieu ([1973] 1984 : 226).

132 Harold Garfinkel ([1967] 1984 : 186-207), « "Good" organizational reasons for "bad" clinic records »).

133 Voir également Krieg-Planque, 2008.

134 Jean-Jacques Courtine (1981 : 107, souligné par Courtine). La réfutation par déné­gation s'exprime dans la structure « ce n'est pas Y que P (et / mais c'est X que P) », et la réfutation par retournement s'exprime dans la structure « c'est X que P (et / mais ce n'est pas Y que P) ».

135 Marie-Claude Decamps, reportage à Denver, Colorado, « La fin de la visite du pape -Jean-Paul II et la "bataille de la vie" », Le Monde, 17/08/93, p. 4. Pour l'énoncé de Jean-Paul II en anglais, voir The New York Times, 16/08/93, p. A12 ou The Washington Post, 16/08/93, p. Al et A10.

136 Joseph Vandrisse, correspondance du Vatican, « L'encyclique "Evangelium vitae" sera publiée jeudi -Jean-Paul II contre la "culture de mort" », Le Figaro, 27/03/95, p. 10

137 Voir en particulier Mouillaud (1982). Cet article avance explicitement dans les traces du travail de Jean-Pierre Sueur (1968). Voir aussi Mouillaud (1979 : 220-228, « Titres à référence ») ; Mouillaud et Têtu (1989 : 115-128, « Le titre et les titres ») ; Mouillaud (1990).

138 Le Figaro, 29/12/97, p. 3.

139 France-Soir, 24/09/97, p. 9.

140 L'Express, 25/09/97, p. 82.

141 Le Nouvel Observateur, 04/12/97, p. 10.

142 Mouillaud (1982 : 84).

143 Mouillaud (1990 :149).

144 Idem.

145 Idem.

146 Mouillaud (1982 : 82).

147 Titre d'un artide de Sylvie Cottrant et Brigitte Vital-Durand dans Libération, 27/05/91, p. 28.

148 Titre d'un article de Marc Ambroise-Rendu dans Le Monde, 01/08/91, p. 1 et 8.

149 Titre d'un article de Juliette Nouel dans Science & Vie Économie, no  85, juillet-août 1992, p. 40-43.

150 Titre d'un article de Gérard Petitjean dans Le Nouvel Observateur, 10/09/92, p. 86.

151 Titre d'un article d'Emmanuel Schwartzenberg dans Le Figaro, 17/09/92, p. 30.

152 Mikhaïl Bakhtine ([1929 sous le nom de Volochinov] 1977 : 67).

153 Intervention de Simone Bonnafous, table ronde « Les mots porteurs de valeurs sociales, d'imaginaires, d'idéologies », repris dans MScope (1994 : 86). Voir également les stéréotypes verbaux caractéristiques du discours médiatique tels que décrits par Michel-Antoine Burnier et Patrick Rambaud (1997).

154 Intervention de Simone Bonnafous, op. cit.

155 Sur le procédé de rétorsion, voir en particulier Angenot (1982) et Taguieff (1987 : 17). Voir aussi une illustration de ce procédé dans Brauns (1990).

156 Voir ici p. 85-87.

157 Voir ici p. 21-24.

158 Voir ici p. 55 et 59.

159 Voir Fiala et Ebel (1983a : 82-85, 90).

160 Voir ici p. 94.

161 Voir ici p. 88-89.

162 Krieg, 2000c : 22, et dans le présent ouvrage p. 26-27.

163 Voir aussi Boutet (1982).

164 Boutet (1986 : 48).

165 Ibid. : 49.

166 Sur le jugement d'euphémisation, voir Krieg-Planque, 2004.

167 Tribune de Marie-Noëlle Lienemann, « Exclusion : en finir avec l'hypocrisie », Libération, 01/11/94, p. 15.

168 Interview de Robert Castel par François Ewald, « L'avènement d'un individualisme négatif », Magazine littéraire, no  334, juillet-août 1995, p. 18-22.

169 Robert Migliorini, « L'angoisse grandissante de la fracture sociale », La Croix, 28/03/95, p. 2.

170 Guy Herzlich, « Flexibilité et coût du travail sont au cœur des travaux, à Lille, du G7 sur L’emploi », Le Monde, 02/04/96, p. 3.

171 Arnaud Levy, « La misère au pilori », France-Soir, 17/10/95, p. 6.

172 Interview de Laurent Fabius par Sylvie Pierre-Brossolette et Jean-Pierre Séréni, « Fabius : "Si ce n'est pas Feuro ce sera le dollar" », L'Express, 01/02/96, p. 39-40.

173 Yves Daoudal, « Tapie chez lui au "Monde" », Présent, 22/12/94, p. 3.

174 Ariette Laguiller, meeting de Lutte Ouvrière à Argenteuil, Val-d'Oise, 4 mars 1995.

175 Éditorial de Franz-Olivier Giesbert, « La stratégie du va-tout », Le Figaro, 28/11/95, p.1.

176 Éditorial de Bruno Frappat, « Le grand dessein », La Croix, 28/03/95, p. 1.

177 Lettre mailing de sollicitation de la Fondation de France, janvier 1996. En majuscules dans le texte.

178 Voir Jacqueline Authier-Revuz, 1995.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search