Version classiqueVersion mobile

L’âge du Fer en Basse-Normandie. Gestes funéraires en Gaule au Second-Âge du Fer. Volumes I et II

 | 
Philippe Barral
, 
Bernard Dedet
, 
Fabien Delrieu
, 
et al.

Volume I. L’Âge du fer en Basse-Normandie. thème régional

Fleury-sur-Orne (parc d’Activités, Parcelle Zl13), Contribution à l’analyse spatiale et fonctionnelle d’un établissement rural laténien situé sur la Plaine de Caen (calvados)

Mélanie Demarest, Anne-Loïse Manson, Guillaume Marie, Alexandre Monnier et Arnaud Poirier

Résumé

La fouille du site de Fleury-sur-Orne Parc d’activités, parcelle ZL13 intervient dans le cadre de l’aménagement d’un parc d’Activités. Son occupation s’insère au sein d’un établissement rural laténien plus vaste exploré par plusieurs opérations AFAN. Cet établissement est occupé de La Tène ancienne à la transition avec la période gallo-romaine. La parcelle ZL13 a livré trois enclos à vocation domestique dont l’évolution peut être divisée en six phases. Une nécropole à caractère familial d’une trentaine de sépultures y est implantée dès La Tène ancienne. Les enclos sont bordés de fosses d’extraction de lœss, peut-être plus anciennes, et comportent des structures de stockages diversifiées (silo, celliers, caves boisées et cave souterraine) ainsi qu’une dizaine de structures de combustion. Le mobilier comporte de la faune, des graines et un ensemble de « petit mobilier ». Le corpus céramique a fait l’objet d’une étude typologique et d’analyses pétrographiques.

Note de l’auteur

Photographie au cerf-volant :
François Levalet, photographie par cerf-volant, Archeokap, www.archeokap.fr

Texte intégral

1. Présentation du site

1La fouille du site de Fleury-sur-Orne Parc d’activités, parcelle ZL13 s’est déroulée au cours de l’automne et de l’hiver 2008. Elle est intervenue dans le cadre de l’aménagement d’un parc d’Activités. Implantée au sud de la commune (fig. 1), elle se situe au cœur d’un plateau calcaire délimité à l’ouest par la vallée de l’Orne et au nord par la confluence marécageuse de l’Orne et de l’Odon (prairie de Caen).

2La parcelle ZL13 a été explorée sur une superficie d’environ 8000 m2. Son occupation s’insère au sein d’un établissement rural laténien plus vaste, repéré lors des opérations AFAN qui ont précédé (Jahier 2000 et Paez-Rezende 2001).

3L’ensemble se développe sur un axe nord-sud dont la parcelle ZL13 constitue la partie la plus septentrionale. Elle est structurée par deux enclos principaux et l’amorce d’un troisième qui se prolonge hors de l’emprise vers l’est. Ces derniers organisent fortement l’espace et peu de structures ont été découvertes à l’extérieur. La périphérie ouest du site est bordée de fosses d’extraction de lœss. Au sud de l’enclos le plus septentrional, un espace funéraire est installé.

2. Évolution de l’occupation

4L’occupation du site se divise en six grandes phases (fig. 2 à 3). La première se caractérise par l’utilisation du secteur comme zone d’extraction de lœss au cours de la période de La Tène ancienne. Dans un second temps, quelques indices résiduels (fibules et céramique) pourraient placer l’implantation des fossés de l’enclos 6 et des premières inhumations au cours de la fin de La Tène ancienne et du début de La Tène moyenne. La troisième phase se déroule au cours de La Tène moyenne et s’achève vers la fin de cette période et le début de La Tène finale. Elle correspond au fonctionnement et au comblement de l’enclos est (enclos 5, état 1) et à la fin de l’utilisation du premier état de l’enclos nord (enclos 6). Cette période se caractérise par l’implantation et l’utilisation de structures de stockage de type caves boisées (fig. 4). Ces dernières se présentent sous la forme de fosses rectangulaires munies d’une entrée et prolongées à l’opposé par un étroit corridor, vraisemblablement utilisé comme système de ventilation. L’accès à la chambre principale est souvent aménagé en escalier. Le fond des structures est creusé dans la plaquette calcaire et la présence de calages de poteaux, voire même de traverses dans un cas, suggère la présence d’une superstructure. Il est toutefois difficile de déterminer si un bâtiment venait recouvrir l’ensemble, mais ces caves devaient tout au moins être couvertes d’un plancher. Ces structures correspondent à un modèle particulier bien connu dans la Plaine de Caen, que l’on retrouve en nombre assez important sur le site de Ifs Object’Ifs Sud (deux sur l’ensemble 5 et treize sur l’ensemble 6 ; Carpentier et Le Goff 2002, p. 264-271 ; Le Goff 2002a, p. 490-527), ainsi qu’à Cormelles-le-Royal (Carpentier, Marcigny et Savary 2002) ou Mondeville MIR (Peuchet-Geilenbrügge 1995). Quelques occurrences sont aussi présentes dans le Bessin à Saint-Martin-des-Entrées (Marcigny et al. 2004, p. 71-75), dans l’Orne à Nécy (Besnard-Vauterin 2006, p. 20-23) et dans la Manche à Agneaux (Marcigny 2000, p. 44-49).

Fig. 1 : localisation de la commune de Fleury-sur-Orne (© Archéopole).

5La quatrième phase se traduit par une restructuration de l’espace. Elle intervient au cours de La Tène finale. L’enclos nord (n° 6) double sa superficie. Une grande dépression est installée au cœur de l’enclos. Elle est comblée d’un limon brun gris ; sa base est très irrégulière et le substrat sous-jacent présente de nombreuses tâches d’hydromorphisme qui pourraient suggérer un fort piétinement de la zone. Cette dernière est recoupée par d’autres fosses dont une datable de La Tène D2 (80/50 av. J.-C.). Le premier état de l’enclos sud (n° 7) date de cette époque. Cette phase correspond à l’implantation d’un nouveau mode de stockage. Des fosses rectangulaires de type cellier se situent le long des fossés d’enclos et une cave souterraine (fig. 5) est creusée à l’intérieur de l’enclos 7. Cette structure voûtée et au sol plan est aménagée dans la plaquette calcaire. L’accès s’effectue au sud par un escalier disposé à la perpendiculaire de la chambre. Au nord, une petite goulotte sert de conduit de ventilation et/ou de passage pour le déversement des denrées. L’ensemble offre un volume de stockage proche de 14 m3. Ce type de structure a longtemps été considéré comme une spécificité armoricaine. Néanmoins, ces dernières années, plusieurs sites de la Plaine de Caen en ont livré comme à Cormelles-le-Royal (Carpentier, Marcigny et Savary 2002), Mondeville l’Etoile (Besnard-Vauterin 2009) et MIR (Peuchet-Geilenbrügge 1995), Ifs (Le Goff 2002b), Saint Martin-de-Fontenay (Coulthard et Villaregut 2005), mais aussi à Orval dans la Manche (Lepaumier et Giazzon 2006). La datation des fours situés au cœur de l’enclos 6 est difficile à établir, mais certains d’entre eux pourraient avoir fonctionné à cette période ou au cours de la phase d’occupation suivante.

6La cinquième phase, qui intervient à la fin de La Tène finale, se traduit par la modification et l’agrandissement de l’enclos 7. Son accès s’effectue alors par le sud, ce qui facilite la circulation vers l’enclos 3 (données AFAN). L’enclos 5 pourrait être encore en activité ; les fossés de l’enclos 6 sont comblés, du moins partiellement. Le cœur de cet enclos est toujours occupé (fosses 322) avec une probable utilisation de plusieurs structures de combustion.

7La phase de transition (50/30 av. J.-C.) constitue la dernière période d’occupation du site. Au sein de l’enclos sud peu de structures sont en usage. Notons cependant la présence d’une sépulture isolée. L’enclos nord se caractérise par la mise en place d’une dizaine de fours. La plupart d’entre eux sont installés dans le comblement terminal des fossés. Il s’agit de petits fours creusés en sape dans le sol et associant une chambre de chauffe circulaire à une fosse de travail (fig. 6). Ce type assez courant dans la Plaine de Caen, peut avoir servi à des usages culinaires comme à la cuisson de céramiques. Cette phase a aussi livré deux fours plus massifs et de facture plus soignée. La fonction de ces fours reste encore à clarifier. La découverte de nombreux pesons au sein d’une fosse lors de la campagne 2008 et d’un four à peson en 2001 (Paez-Rezende 2001) oriente cependant la réflexion sur une production diversifiée et tournée vers les besoins du site. Une couche de limon brun sombre chargée en matériel divers recouvre la partie centrale de l’enclos 6. Elle pourrait résulter des rejets engendrés lors de cette dernière phase d’occupation.

Fig. 2 : évolution de l’occupation, phases 1 à 3 : plans cumulatifs des données de l’AFAN (Jahier 2000 et Paez-Rezende 2001) et d’Archéopole (© Archéopole).

Fig. 3 : évolution de l’occupation, phases 4 à 6 : plans cumulatifs des données de l’AFAN (Jahier 2000 et Paez-Rezende 2001) et d’Archéopole

(© Archéopole).

Fig. 4 : cave boisée vue de cerf-volant : l’accès s’effectue par les entrées disposées à l’ouest (gauche) de la chambre (L. : 4,32 m, l. : 1,85 m) qui se prolonge à l’est par un étroit corridor

(© F. Levalet).

Fig. 6 : écorché d’un four creusé en sape dans le loess
.

(© Archéopole).

Fig. 5 : la cave souterraine

(© Archéopole).

8L’emprise de la fouille a permis de reconnaître et de caractériser une occupation funéraire vraisemblablement liée à l’occupation domestique.

9Dans un premier temps, la présence d’ossements humains individuels retrouvés en positions secondaires dans le comblement de l’enclos 6 semble montrer l’existence de sépultures dès l’installation du premier enclos (n° 6). L’implantation de ces sépultures se fait de façon éparse, autour de l’enclos, rappelant fortement ce qui a pu être observé sur le site de Mondeville l’Étoile. C’est au cours de La Tène ancienne, début de La Tène moyenne, que les sépultures semblent peu à peu se concentrer à l’angle sud/ouest de ce premier enclos, évoluant en une véritable nécropole dont l’effectif se monte à une trentaine de sépultures et dont les densités et nombreux recoupements révèlent de fortes contraintes spatiales. L’ensemble s’insère petit à petit au sein de l’occupation domestique, à la croisée d’espaces dont l’absence de structures laisse envisager l’existence de zones de circulation. Un fossé est probablement creusé afin de limiter l’aire sépulcrale à l’ouest. C’est toutefois au cours de La Tène finale que la nécropole et l’occupation semblent le mieux montrer leurs interactions respectives. Les sépultures sont condensées dans un espace relativement restreint et la nécropole est insérée au sein d’un réseau fossoyé plus vaste. Quelques perturbations de sépultures (10a et 10b) évoquent la création d’une aire de circulation entre la nécropole et l’angle nord/ouest de l’enclos 7. Un empierrement, piégé dans une fosse pourrait également évoquer la création d’un marquage au sol signalant la présence de la nécropole. Enfin, à la période de transition entre La Tène et l’époque gallo-romaine, une sépulture isolée est installée au sud de l’emprise de fouille, marquant la fin de l’occupation funéraire du site.

10Les modes d’inhumations pratiqués dans la nécropole apparaissent tout à fait caractéristiques de ce qui a pu être observé dans les ensembles ruraux contemporains de la Plaine de Caen. Les défunts sont majoritairement inhumés en decubitus dorsal, tête au sud, pieds au nord, avec quelques variations qui semblent anecdotiques mais également observées sur d’autres sites (position dite en « chiens de fusil » ou sépultures à l’orientation inversée). Les corps sont déposés dans de simples fosses, adaptées à leur taille, sans faste véritable et sans ostentation. Le mobilier y est rare et exclusivement constitué de fibules, dont la position de certaines évoque de probables tissus enserrant le corps du mort.

11Le recrutement funéraire y apparaît comparable à une population dite naturelle avec toutefois une surreprésentation féminine. Les enfants sont représentés dans les proportions attendues pour ces types de populations.

12L’étude des liens de filiations (caractères « discrets ») ainsi que celle des pathologies évoquent une endogamie de la population. Il apparaît ainsi qu’une, peut être deux familles au plus, avaient accès à cette aire sépulcrale.

13L’étude sanitaire révèle des conditions de vies peu favorables où les sujets jeunes et âgés sont particulièrement exposés. Des marqueurs d’activités ont également pu être notés. Ces derniers soulignent l’accroupissement répété de six individus adultes ainsi que la sollicitation régulière du coude droit pour deux autres.

14La nécropole laténienne de la parcelle ZL13 s’inscrit dans ce qui a pu être observé pour les occupations rurales de cette période dans la Plaine de Caen. Toutefois, la fouille exhaustive et le très bon état de conservation des ossements ont permis d’illustrer et de confirmer les tendances généralement avancées pour ces petites ensembles funéraires ruraux.

15La population qui y est inhumée est vraisemblablement issue de la même famille et présente des conditions de vie difficiles (et particulièrement physiques ?). Elle se fait inhumer de façon modeste, dans un endroit peu à peu dédié à cette seule fonction et inscrit au sein même de l’espace qu’elle structure au fil du temps.

16Par ailleurs, les opérations AFAN réalisées plus au sud n’ont livré qu’une sépulture attribuable à La Tène ancienne (Jahier 2000 ; Paez-Rezende 2001).

3. Le mobilier

17Le site a livré une cinquantaine d’objets qui renvoient aux domaines de l’outillage, de la parure, de la serrurerie et de la quincaillerie. Trois structures ont livré des graines carbonisées qui ont fait l’objet d’une étude carpologique. Ces ensembles constituent des dépôts secondaires. Ces assemblages montrent la prédominance de Triticum dicoccum (blé amidonnier) suivi de Hordeum vulgare (orge vêtue). Il faut aussi noter la présence significative de Pisum sativum (pois cultivé) et Vicia faba var. minor (petite fèverole) dans une de ces fosses. La faune est actuellement en cours d’étude. Concernant la céramique, le site a livré 3556 tessons pour 231 formes. L’intérêt majeur de ce corpus réside dans l’étendue de la fourchette chronologique représentée. Il a aussi fourni un lot assez conséquent de céramiques de la transition entre La Tène finale et la période gallo-romaine, particulièrement intéressant et assez méconnu dans la région (fig. 7). D’un point de vu typologique, certaines catégories se démarquent clairement des autres. Il faut tout d’abord noter la présence de 13 céramiques de type « Besançon » dont la moitié sont identifiées comme des « imitations » (trois vases à pâtes limoneuses fines calcaires et bioclastiques et trois vases à pâtes glauconieuses et granitiques). Le répertoire de vases à profil en S est lui aussi assez bien fourni avec 22 formes. Les formes fermées et ouvertes sont également représentées mais les formes hautes sont rares. Une étude pétrographique (réalisée par A.-L. Manson en convention avec le service d’archéologie du Conseil général du Calvados) a été menée en parallèle de l’étude typologique de la céramique (A. Monnier). L’analyse des pâtes montre des analogies avec les autres sites de la Plaine de Caen. Ainsi les pâtes à bioclastes fossiles dominent largement et semblent progressivement s’affiner entre La Tène ancienne et La Tène finale. Ce corpus montrent toutefois des similitudes plus marquées avec le Bessin (secteur de Bayeux) qu’avec les pâtes classiques de la Plaine de Caen. L’intérêt tout particulier de cette étude réside dans l’analyse de l’évolution des pâtes céramiques de la transition avec la période gallo-romaine, travail encore inédit en Basse-Normandie. Elle a permis de mettre en évidence l’apparition de pâtes plus fines et plus sableuses mieux adaptées aux nouvelles techniques de cuisson. Leur nature bioclastique les place toutefois dans la lignée de la tradition laténienne.

18Cette occupation s’intègre à l’étude du peuplement et de l’organisation spatiale protohistorique engagée depuis quelques années sur la Plaine de Caen notamment au travers des ensembles de Mondeville ou Ifs Object’Ifs Sud.

Fig. 7 : écuelle (inv.85-34) datée de la transition entre la fin de La Tène finale et la période gallo-romaine (- 50 / -30 av. J.-C.) (

© Archéopole).

Bibliographie

Bibliographie

Besnard -Vauterin C.-C., 2006, Autoroute A 88 Caen-Sées, Nécy – La Hoguette « La Martinière » (Orne), Un habitat de la fin de la période gauloise et un sanctuaire du Haut-Empire, INRAP, rapport de fouille archéologique préventive déposé au service régional de l’Archéologie de Basse-Normandie, Caen, p. 20-23.

Besnard -Vauterin C.-C., 2006, En Plaine de Caen, une campagne gauloise et antique. L’occupation du site de L’Etoile à Mondeville, Presses Universitaires de Rennes, Archéologie et culture, Rennes, 2009, 312 p.

Carpentier V. et Le Goff E., 2002, Ensemble 5 - les structures de stockage, In Le Goff E., 2002, Les occupations protohistoriques et antiques de la ZAC « Object’Ifs Sud », Ifs (Calvados), INRAP, rapport de fouille archéologique préventive (opération n° 2000.01) déposé au service régional de l’Archéologie de Basse-Normandie, Caen., 2000-2002, volume1, p. 260-271.

Carpentier V., Marcigny C. et Savary X., 2002, Enclos et souterrain du Second Âge du fer dans la Plaine de Caen. L’exemple de Cormelles-Le-Royal (Calvados), Revue archéologique de l’Ouest, 19, p. 37 -60.

Coulthard N. et Villaregut J., 2005, RD 562, Saint-Martin-de-Fontenay « Le Grand Barberie », Bilan Scientifique de la région Basse-Normandie 2005, Paris, Ministère de la Culture et de la Communication, p. 75-76.

Jahier I., 2000, Fleury-sur-Orne (Calvados). Z.A.C. du « Parc d’Activités », AFAN, Document final de synthèse déposé au service régional de l’Archéologie de Basse Normandie, Caen.

Le Goff E., 2002a, Ensemble 6 - les structures de stockage, Les occupations protohistoriques et antiques de la ZAC « Object’Ifs Sud », Ifs (Calvados), INRAP, rapport de fouille archéologique préventive (opération n° 2000.01) déposé au service régional de l’Archéologie de Basse-Normandie, Caen., 2000-2002, volume I, p. 490-527.

Le Goff E., 2002b, Les occupations protohistoriques et antiques de la ZAC « Object’Ifs Sud », Ifs (Calvados), INRAP, rapport de fouille archéologique préventive (opération n° 2000.01) déposé au service régional de l’Archéologie de Basse-Normandie, Caen., 2000-2002, 4 volumes.

Lepaumier H. et Giazzon D., 2006, Orval (Manche) « Les Pleines », desserte Côte Ouest, INRAP, rapport de fouille archéologique préventive déposé au service régional de l’Archéologie de Basse-Normandie, Caen., 291 p.

Marcigny C., 2000, Déviation de Bayeux RN 13. Saint Martin-des-Entrées (Calvados) « Le Parc sur l’Herbage », AFAN, document final de synthèse déposé au service régional de l’Archéologie de Basse-Normandie, Caen, 33p.

Marcigny C., Lepaumier H., Carpentier V., Clement-Sauleau S., Matterne-Zeck V., Gaume E., Ghesquiere E., Giazzon D., 2004, Un établissement agricole à caractère aristocratique du second âge du Fer à Saint-Martin-des-Entrées (Calvados), Revue archéologique de l’Ouest, 21, p. 63-94.

Paez-Rezende L., 2001, Fleury-sur-Orne (Calvados). Z.A.C. du « Parc d’Activités ». Un complexe rural laténien et gallo-romain, AFAN, rapport de fouille préventive déposé au service régional de l’Archéologie de Basse-Normandie, Caen., vol. 1, 136 p. et 38 photos, vol. 2, 249 p.

Peuchet-Geilenbrüggec., 1995, Marché d’intérêt régional (M.I.R.), AFAN, Document final de synthèse déposé au service régional de l’Archéologie de Basse-Normandie, Caen., vol. 1 : texte, vol. 2 : annexes des habitats laténiens : contribution des spécialités, analyses complémentaires, non paginé.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : localisation de la commune de Fleury-sur-Orne (© Archéopole).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6532/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Fig. 2 : évolution de l’occupation, phases 1 à 3 : plans cumulatifs des données de l’AFAN (Jahier 2000 et Paez-Rezende 2001) et d’Archéopole (© Archéopole).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6532/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Légende Fig. 3 : évolution de l’occupation, phases 4 à 6 : plans cumulatifs des données de l’AFAN (Jahier 2000 et Paez-Rezende 2001) et d’Archéopole
Crédits (© Archéopole).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6532/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 4 : cave boisée vue de cerf-volant : l’accès s’effectue par les entrées disposées à l’ouest (gauche) de la chambre (L. : 4,32 m, l. : 1,85 m) qui se prolonge à l’est par un étroit corridor
Crédits (© F. Levalet).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6532/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende Fig. 6 : écorché d’un four creusé en sape dans le loess.
Crédits (© Archéopole).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6532/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. 5 : la cave souterraine
Crédits (© Archéopole).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6532/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 7 : écuelle (inv.85-34) datée de la transition entre la fin de La Tène finale et la période gallo-romaine (- 50 / -30 av. J.-C.) (
Crédits © Archéopole).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6532/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 22k

Auteurs

Responsable d’opération missionnée, Archéopole, 103, rue de Stalingrad 76140 Le Petit-Quevilly, melanie.demarest@archeopole.fr

Anthropologue, (contractuel) Archéopole, guillaume.marie@gmx.fr

Anthropologue, (contractuel) Archéopole, arnaudpoirier@yahoo.fr

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search