Version classiqueVersion mobile

La notion de “formule” en analyse du discours

 | 
Alice Krieg

Chapitre 3. L’analyse de Marianne Ebel et Pierre Fiala

Texte intégral

A. Les formules « Überfremdung » et « xénophobie »

1Jean-Pierre Faye envisageait que sa démarche serve à l'exploration d’autres terrains que celui de l’entre-deux-guerres allemand. Il pensait notamment à la Révolution russe de 1917(Faye, 1972b : 116). Mais c’est un peu plus à l’Ouest et un peu plus au Sud que Pierre Fiala et Marianne Ebel dirigent leurs pas lorsqu’ils proposent de prolonger le travail fayen : en Suisse. C’est aussi dans une tranche plus contemporaine de l’histoire qu’ils travaillent : les décennies 1960-70. Les formules analysées, cette fois, sont au nombre de deux : « Überfremdung » (ou « emprise et surpopulation étrangères ») et « xénophobie ».

  • 1 Sur Fritz Meier et James Schwarzenbach voir également Pierre Fiala (1984).

2Le matériau sur lequel travaillent Pierre Fiala et Marianne Ebel est volontairement hétérogène : textes législatifs, articles parus dans deux quotidiens suisses francophones(La Suisse et La Feuille d’Avis de Lausanne / 24 Heures), lettres de lecteurs adressées à ces mêmes journaux (publiées ou non), textes syndicaux, entretiens avec des acteurs et témoins de l’histoire politique tels que Fritz Meier (fondateur du mouvement nationaliste l’Action Nationale) et James Schwarzenbach (porte-parole du mouvement anti-étrangers et fondateur du Mouvement national d’action républicaine et sociale)1. L’analyse de Fiala et Ebel est particulièrement centrée sur les trois campagnes de« votation ?» ? (référendum) qui, en 1970, 1974 et 1977, demandent aux citoyens suisses de se prononcer par« oui » ou par« non » sur une proposition de limitation de l’immigration (par trois fois, la proposition sera repoussée). Pour les auteurs, l’objectif est d’analyser, par-delà la diversité des pratiques langagières, les unités lexicales « Überfremdung » et « xénophobie » en tant qu’elles cristallisent certains thèmes socio-politiques et accèdent à un fonctionnement polémique.

  • 2 Remarque de Délia Castelnuovo-Friguessi, La condition immigrée. Les ouvriers italiens en Suisse, L (...)

3L’expression « Überfremdung » (et ses diverses traductions) apparaît bien avant les votations des années 1970. On la trouve en toutes lettres dans des textes législatifs sur la police des étrangers de 1917, 1919, 1921 et 1931 (Fiala et Ebel, 1983a : 12 et 73). Ce n’est cependant que dans les années 1960 que l’expression commence à se constituer en formule, c’est-à-dire à être une unité qui signifie quelque chose pour tous en même temps qu’elle devient l’objet de polémiques. Un fait témoigne de ce tournant opéré alors par l’expression « Überfremdung » : certaines personnes attribuent, à tort, la paternité de ce mot au seul mouvement de James Schwarzenbach2. Autrement dit, ce n’est que dans les années 1960 que l’expression est devenue remarquable. Les débats qui accompagnent les votations des années 1970 marquent une réactivation, sous forme de slogan, de cette expression qui remonte à la Première Guerre mondiale. Les mouvements anti-étrangers prônent la « lutte contre l’Überfremdung ». On revendique le terme. On tente de le définir, pour en conclure que la« surpopulation étrangère » existe ou bien qu’elle n’existe pas. C’est face à cette première formule que se constitue la formule« xénophobie ».

  • 3 Fiala et Ebel (1983a : 14).
  • 4 Lettre de lecteur. Citée par Pierre Fiala, Josiane Boutet et Marianne Ebel (1982 : 63-65).

4« Xénophobie »et « xénophobe »sont en effet utilisés comme termes d’accusation à l’égard des partisans de la lutte contre la« surpopulation étrangère ». Ils visent à « étiqueter les partisans des initiatives anti-étrangers, à les circonscrire, à les condamner d’un point de vue moral, à les isoler politiquement »3. Dans les débats qui accompagnent les votations, l’accusation de xénophobie s’est constituée, écrivent Pierre Fiala et Marianne Ebel (1983a : 206), « comme réfèrent social dominant, ce qui a contraint tout locuteur, partisan ou adversaire de l’initiative, à se situer par rapport à elle. Dans ce cadre les partisans de l’initiative se trouvent en position de ʺréponseʺ à l’accusation et les discours produits par eux ne peuvent se construire qu’autour du rejet de la formule. En effet les adversaires de l’initiative ont imposé l’assertion ʺVous êtes xénophobesʺ, qui, désignant-interpellant leurs interlocuteurs, a pris la forme d’une accusation. Les partisans de l’initiative ont ainsi été mis en demeure de se défendre. » Cette mise en demeure trouve sa réponse dans des énoncés dialogiques du type : « Xénophobie ? non ! mais voici pourquoi je voterai oui... »4

B. La formule comme réfèrent social

  • 5 Fiala et Ebel (1983a : 173).
  • 6 Idem.
  • 7 Ibid. : 177.
  • 8 Ibid. : 176.

5C’est en référence à Jean-Pierre Faye que Pierre Fiala et Marianne Ebel utilisent la notion de formule, notion qu’ils précisent et définissent. Bien plus tard, c’est Pierre Fiala qui sera chargé de la rédaction de la notice « formule » dans le Dictionnaire d’analyse du discours coordonné par Patrick Charaudeau et Dominique Maingueneau (2002 : 274-275). Une formule, écrivent Pierre Fiala et Marianne Ebel, s'apparente à un réfèrent social, c’est-à-dire un signe qui signifie quelque chose pour tous à un moment donné. En disant qu’« Überfremdung » et « xénophobie » sont des référents sociaux, écrivent les auteurs (1983a : 174), « nous entendons par là que dans les années 60-80 tout locuteur, individuel ou collectif savait ou prétendait savoir ce que ʺsignifiaientʺ ces formules ». Ce caractère de réfèrent social de la formule, Fiala et Ebel en trouvent les manifestations dans la paraphrase et dans la circulation. Des énoncés paraphrastiques tels que « Les étrangers sont une lourde charge pour nos institutions sociales » ou « Ils nous prennent nos logements »5 attestent par exemple l’existence d’un thème que cristallise la formule « Überfremdung » (« emprise et surpopulation étrangères »). Durant les campagnes référendaires, les termes « Überfremdung » et « xénophobie » ont ainsi, selon les auteurs, « condensé en eux une masse considérable de discours, auxquels ils servaient d’équivalents sémantiques. Énoncer l’un ou l’autre, c’était mettre en circulation des significations multiples, contradictoires, renvoyant à l’existence de séries d’énoncés paraphrastiques, bien attestés, par lesquels les deux termes se trouvaient définis »6. Dire des formules qu’elles circulent, c’est dire que les personnes en parlent, que ses lieux de surgissement se diversifient, qu’elle devient un objet partagé du débat. À côté de la paraphrase, un autre phénomène retient l'attention des auteurs : c’est, disent-ils, la « productivité lexicologique » de la formule. Le mot« xénophobe » donne lieu en effet à des néologismes par dérivation tels que « xénophomatique » ou « antixénophobes ». Ces faits de néologie, écrit Fiala, « sont significatifs de la circulation sociale de la formule »7. Des néologismes produits par lapsus, tel que le mot attesté« xénophone », sont eux aussi l’indice que la formule est devenue un passage obligé des discours : « Le locuteur dans une situation de polémique est amené à s’emparer d’un lexème qui ne lui est pas familier, voire à en créer un sur la base d’un schéma familier. »8 Créations volontaires ou non, les proliférations lexicales de la formule témoignent de sa mise en circulation dans le corps social.

6L’importance donnée par Fiala et Ebel à la notion de circulation, au détriment (ce qui ne signifie pas à l’exclusion) de la notion de production, n’est pas le moindre intérêt de leur travail. En montrant que par-delà la diversité des pratiques langagières, et en dépit de l’hétérogénéité des discours en présence, des formules circulent et s’imposent à tous avec un sens qui est déterminé par autrui, ils invalident l’idée selon laquelle les discours seraient clos sur eux-mêmes. Mettre l’accent sur la circulation des formules, c’est souligner l’ouverture nécessaire de toute parole, dire qu’aucune ne peut être totalement sourde aux autres (ceci non pas en vertu d’un quelconque humanisme qui verrait dans l’ouverture à autrui une valeur à défendre et dans l’accueil un comportement à promouvoir, mais simplement parce que le dialogisme est un fait constitutif de la parole humaine).

  • 9 L’événement en question est le symposium « Le discours politique : théories et analyses », organis (...)

7À travers les notions de référent social et de circulation, Fiala et Ebel contribuent ainsi à ce que Régine Robin(1986 : 126) nomme « un des grands déplacements de l’analyse du discours », à ce déplacement qui commence doucement à s’opérer au mois de novembre 1977(sur la foi du témoignage de Jacques Guilhaumou, qui assistait à l'événement9): le déplacement qui a consisté « à décompacter les formations discursives », selon l’expression de Régine Robin(idem), à les penser comme ouvertes, perméables, hétérogènes. Un de ceux par lesquels le grand déplacement s’opère, Jean-Jacques Courtine, a souligné avant nous l’importance des propositions de Fiala et Ebel dans ce contexte. Commentant un travail antérieur de Fiala et Ebel (1977), Jean-Jacques Courtine écrivait que les notions de « circulation », de « formule » et de « référent social » « ont l’intérêt de rappeler que les discours produits à partir de positions idéologiques contradictoires ne constituent nullement des entités séparées, mais restent en contact par la circulation de l’échange de “formules” dont il importe de définir les conditions à partir d’une pluralité hétérogène de conditions de production » (Courtine, 1981 : 32).

C. La formule comme objet polémique

8Si Jean-Jacques Courtine voyait un « avantage » dans les notions proposées par Pierre Fiala et Marianne Ebel, il y voyait aussi un « risque ». Mais les auteurs ont, depuis, neutralisé un tel risque. Jean- Jacques Courtine craignait, en effet, que le postulat d’homogénéité, évacué avec la notion de circulation, ne revienne à l’insu des auteurs à travers la notion de réfèrent social, susceptible selon Courtine (1981 : 32) d’induire « une conception hégémonique de la circulation des formules au sein d’un ʺmarché de l’échange discursifʺ qui se confonde avec le marché de l’échange monétaire et dans lequel les ʺformulesʺ, comme des pièces de monnaie passant de main en main, recevraient la même valeur ». C’est un fait que ce qu’on chasse par la porte a souvent ses raisons de revenir par la fenêtre. Mais Pierre Fiala et Marianne Ebel soutiennent une conception contextuelle du sens, et ils y insistent : s’il y a bien un signifiant commun en circulation (côté pile de la« pièce de monnaie » pour reprendre la métaphore de Courtine), le signifié, lui, côté face, est en perpétuelle redéfinition du fait même de sa circulation. Tout le monde n’inscrit pas la même chose sur le côté face de la formule, et c’est bien pour cette raison que celle-ci est un enjeu central dans les débats. Ce qui caractérise la formule comme réfèrent social, ce n’est pas qu’elle fasse l’unanimité (au contraire), mais c’est qu’elle constitue, à un moment donné, un passage obligé. La notion de réfèrent social, expliquent ainsi Ebel et Fiala (1983a : 174), « n’en n’exprime nullement l’homogénéité. Elle exprime le fait que dans un certain état des rapports de forces sociaux, des formules surgissent dans le langage par rapport auxquelles l’ensemble des forces sociales, l’ensemble des locuteurs sont contraints de prendre position, de les définir, de les combattre ou de les approuver, mais en tout état de cause, de les faire circuler d’une manière ou d’une autre. » La formule est constitutivement polémique. C’est parce qu’elle domine qu’elle n’est pas acceptée par tous, parce qu’elle s’impose qu’elle est chahutée. La distinction « réfèrent social » / « polémique » peut donc être vue comme un artifice au service de l’analyse, permettant de repérer les lieux d’installation ou au contraire de fragilisation de la formule. Mais, dans la masse des discours qui se répondent, construction de la formule comme réfèrent social et construction de la formule comme objet polémique sont indissociables.

9Le mode d’analyse choisi par les auteurs pour mettre en évidence le caractère polémique de la formule « xénophobie » retient toute notre attention. Sur un corpus de lettres de lecteurs, Fiala et Ebel extraient les énoncés contenant les mots « xénophobe » ou « xénophobie » (ainsi que certaines expressions considérées comme équivalentes dans ce contexte telles que « raciste » ou « être contre les étrangers »), et les classent en deux séries : la série des énoncés qui peuvent être interprétés comme ayant une valeur de re, et celle des énoncés qui peuvent être interprétés comme ayant une valeur de dicto.

  • 10 Lettres de lecteurs. Citées par Fiala, Boutet et Ebel (1982 : 65).

10De la première série relèvent des énoncés comme « Tous les partisans de l’initiative Schwarzenbach ne sont pas nécessairement des xénophobes » ou « Je les trouve tous charmants [les étrangers] et ne suis pas xénophobe »10. La réponse à l’accusation de« xénophobie » se fait alors sur le mode du rejet de la prédication.

  • 11 Lettres de lecteurs. Citées par Fiala, Boutet et Ebel (1982 : 69-70).

11De la seconde série (de dicto) relèvent des énoncés comme « Le mot à la mode pour cataloguer tous ceux qui s’attaquent aux étrangers d’une façon ou d’une autre, virulente ou non, est ʺxénophobeʺ. Je ne suis pas d’accord avec cette appellation. » ou « Nous n’avons plus le droit d’émettre la moindre critique sans être taxés de racistes et de xénophobes »11. La réponse à l’accusation de« xénophobie » se fait ici sur le mode d’une contestation du mot lui-même, et singulièrement d’une contestation du sens qui est donné à ce dernier par les« anti-xénophobes ».

  • 12 Voir notamment François Récanati (1979 : spécialement 31-47) ; Georges Kleiber (1979) ; Michel Gal (...)
  • 13 Voir notamment Judith Milner et Jean-Claude Milner(1975) ; Ann Banfield ([1982] 1995 ; 59-60).

12Les catégories de re / de dicto, versions médiévales de la transparence et de l’opacité, ont l’inconvénient d’être assez rudimentaires du point de vue de l’analyse du discours. Issues de la tradition philosophico-logique, elles sont destinées à décrire les ambiguïtés référentielles et certains paradoxes (« Philippe croit que la capitale du Honduras est au Nicaragua »12), et par suite à rendre compte de l’ambiguïté du discours indirect (« Œdipe disait que sa mère était belle »13). Mais ces catégories sont loin d’épuiser le rapport de l’énonciateur aux mots qu’il utilise. Or c’est précisément ce rapport complexe qu’il s’agit de démêler lorsqu’on tente de saisir la façon dont des locuteurs prennent position relativement aux mots qui sont placés au centre du débat public.

  • 14 Article du journal 24 Heures. Cité par Fiala et Ebel (1983a : 386).
  • 15 Lettre de lecteur. Citée par Fiala, Boutet et Ebel (1982 : 70).

13Reprenons l’énoncé : « Le mot à la mode pour cataloguer tous ceux qui s’attaquent aux étrangers d’une façon ou d’une autre, virulente ou non, est ʺxénophobeʺ. Je ne suis pas d’accord avec cette appellation. » S’il est vrai qu’il relève globalement du de dicto, cet énoncé mérite d’être analysé plus en détail. Car il constitue à la fois une dénonciation du caractère stéréotypique et proliférant du mot« xénophobe »(c’est un mot à la mode), ce par quoi il témoigne du caractère central de la formule à un moment donné, et une mise en cause de l’adéquation de ce mot à ce qu’il désigne (c’est un mot qui simplifie la complexité du réel et que pour cette raison on ne saurait accepter), ce par quoi il témoigne d’un des aspects du caractère problématique de la formule. Des énoncés relevés par Ebel et Fiala alimenteraient de tels registres. Pour le premier (mot proliférant) : « L’adjectif xénophobe, qu’il y a quatre ans on employait avec une certaine prudence, maintenant [en 1974] s’est imposé »14. Pour le second (mot inadéquat) : « Le problème est complexe et qu’on n’emploie donc pas le nom de xénophobe pour ceux qui voient dans l’initiative une tentative de redresser la situation »15.

  • 16 Voir en particulier 1992a et 1995. Voir également 1978, 1992b, 1992c.
  • 17 Voir principalement 1976 et [1978] 1997.

14Prendre en compte de tels énoncés pour en tirer des conclusions sur un certain état de tension du vocabulaire dans le corps social, cela suppose bien entendu que l’on prenne au sérieux ce que disent les locuteurs. Nous avons nous-même proposé, en nous appuyant en particulier sur les travaux de Jacqueline Authier-Revuz16, qui prolongent en les enrichissant ceux de Josette Rey-Debove17, de détailler les différents modes sur lesquels des locuteurs « apostrophent » la formule. Par cette analyse linguistiquement étayée, le terrain de la logique se trouve définitivement abandonné au profit du territoire de l’énonciation et de ce que disent réellement, dans une diversité imprévisible, différentes catégories de locuteurs aux prises avec l'univers discursif. Dans le cas de l’étude de la formule « purification ethnique » à laquelle nous avons procédé, nous avons mis au jour cinq registres de problématisations : la formule comme événement de discours ; la formule confrontée à la pluralité de ses expressions : dépasser ou creuser l’écart entre variantes ; une formule rapportée à un extérieur discursif ; la formule confrontée à la nomination du réel : réussites et ratages ; la formule comme dénomination : nom propre d’événement ou nouvelle catégorie dénominative ? (voir Krieg-Planque, 2003 : 305-450). Mais, bien entendu, le principe de l’adaptation des catégories d’analyse à l’objet analysé doit conduire à remanier les frontières de ces registres, en fonction de la formule particulière analysée et des énoncés effectivement rencontrés dans le corpus. « Développement durable », « choc des civilisations », ou encore « devoir de mémoire » se prêtent chacun d’une façon singulière au commentaire discursif.

15Ainsi, la proposition de Fiala et Ebel de centrer l’analyse sur une distinction entre « énoncés à valeur de re » et « énoncés à valeur de dicto » est insuffisante pour une description fine de ce que disent les locuteurs. Mais elle ouvre une piste intéressante. Les énoncés à valeur de re se rapportent au contenu et au référentiel. Ils témoignent d’un « postulat de signifiance », pourrait-on dire, fait par les locuteurs : les mots sont supposés être connus et renvoyer à un certain sens partagé. Les énoncés à valeur de re attestent en ce sens le caractère de réfèrent social de la formule. Les énoncés à valeur de dicto, eux, se rapportent au terme lui-même, au mode de dire. Ils témoignent du caractère polémique, ou encore « conflictuel », si l’on pouvait s’en tenir à des métaphores du combat, mieux, du caractère « problématique » de la formule. Pour Fiala et Ebel, la notion de formule entretient un lien nécessaire avec l’existence d’énoncés à valeur de dicto : avec le développement de la formule, les énoncés à valeur de dicto se multiplient, et les acteurs de l’espace public commencent à discuter sur le mot lui-même. Nous pouvons faire l’hypothèse que l’analyse de ces « discussions » sur le mot lui-même est un moyen privilégié de comprendre pourquoi et comment une séquence verbale accède au rang de formule. En ce sens, l’étude du métadiscours portant sur une formule est indissociable de l’étude sur corpus de cette formule elle-même.

Notes

1 Sur Fritz Meier et James Schwarzenbach voir également Pierre Fiala (1984).

2 Remarque de Délia Castelnuovo-Friguessi, La condition immigrée. Les ouvriers italiens en Suisse, Lausanne, Éditions d’en bas, 1978. Cité par Fiala et Ebel (1983a : 75).

3 Fiala et Ebel (1983a : 14).

4 Lettre de lecteur. Citée par Pierre Fiala, Josiane Boutet et Marianne Ebel (1982 : 63-65).

5 Fiala et Ebel (1983a : 173).

6 Idem.

7 Ibid. : 177.

8 Ibid. : 176.

9 L’événement en question est le symposium « Le discours politique : théories et analyses », organisé en 1977 par l’Université Autonome de Mexico et dont les actes ont été publiés en 1980 (Université Autonome de Mexico, 1980). Outre Jacques Guilhaumou, participaient à la rencontre : Michel Pêcheux, Louis Guespin, Jean-Baptiste Marcellesi, Régine Robin. Voir à ce sujet Guilhaumou et Maldidier (1986b : 235-237).

10 Lettres de lecteurs. Citées par Fiala, Boutet et Ebel (1982 : 65).

11 Lettres de lecteurs. Citées par Fiala, Boutet et Ebel (1982 : 69-70).

12 Voir notamment François Récanati (1979 : spécialement 31-47) ; Georges Kleiber (1979) ; Michel Galmiche (1983) ; Georges Kleiber (1981 : 243-248 et 267-293).

13 Voir notamment Judith Milner et Jean-Claude Milner(1975) ; Ann Banfield ([1982] 1995 ; 59-60).

14 Article du journal 24 Heures. Cité par Fiala et Ebel (1983a : 386).

15 Lettre de lecteur. Citée par Fiala, Boutet et Ebel (1982 : 70).

16 Voir en particulier 1992a et 1995. Voir également 1978, 1992b, 1992c.

17 Voir principalement 1976 et [1978] 1997.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search