Version classiqueVersion mobile

L’âge du Fer en Basse-Normandie. Gestes funéraires en Gaule au Second-Âge du Fer. Volumes I et II

 | 
Philippe Barral
, 
Bernard Dedet
, 
Fabien Delrieu
, 
et al.

Volume I. L’Âge du fer en Basse-Normandie. thème régional

La Bruyère du Hamel à Condé-sur-Ifs : un site de La Tène ancienne dans la Plaine de Caen

Jean-Luc Dron, Anna Baudry, Stéphanie Clément-Sauleau, David Gâche, Cyril Marcigny et Nolwenn Zaour

Résumé

En bordure d’une nécropole monumentale néolithique un petit établissement daté de La Tène ancienne a été exploré en plusieurs campagnes . Dix petits bâtiments sur poteaux et trois fours à deux chambres sont associés à un fossé à plan en L interrompu par une entrée qui a livré un matériel assez abondant et diversifié. L’étude des céramiques, des objets métalliques et de la faune ainsi que la confrontation avec d’autres sites contemporains permettent de mieux appréhender le fonctionnement de ce site sans doute occupé brièvement.

Texte intégral

1. Présentation du site

1La Bruyère du Hamel, étudiée dans le cadre d’une fouille programmée qui a compté dix-neuf campagnes d’été est un site complexe localisé sur le versant ouest de la vallée du Laizon, au sud-est de la Plaine de Caen. L’objectif initial était l’exploration d’une nécropole néolithique de six tombes à couloir qui a fossilisé un vieux sol ayant livré une occupation domestique du Néolithique moyen I. La découverte de vestiges du troisième millénaire (tombe dans les éboulis, tesson campaniforme et armatures) a élargi les objectifs de départ (fig. 1).

2De plus, la mise en évidence à l’ouest du site à la fois d’un foyer daté par14C des débuts du premier millénaire, d’un (ou deux ?) bâtiment(s) sur poteaux et de fosses excavées dans le substrat ainsi que, reposant sur la couche archéologique, d’empierrements organisés de calcaires chauffés et de quelques tessons associés caractérisés par une prise en relief décorée de digitations, pose la question de l’extension et de la nature (temporaire ou permanente ?) de l’occupation du Bronze final. Une confusion est donc possible à propos de ces structures non datées pouvant relever de l’une ou l’autre des deux phases protohistoriques.

3Face aux incertitudes concernant ce secteur ouest, cet article est centré sur le flanc est de la nécropole où l’occupation laténienne est plus clairement caractérisée. Le premier objectif est de décrire le site de Condé-sur-Ifs, le second grâce à la confrontation des données immobilières et mobilières, d’appréhender de plus près sa fonction alors que les sites structurés de la fin de La Tène ancienne sont mal documentés en Basse-Normandie.

2. L’établissement de LA Tène ancienne

4Le site de l’Âge du fer est caractérisé par un fossé à plan en L autour d’une entrée monumentale. Onze constructions de dimensions réduites y sont associées. À ce bâti, il faut ajouter trois fours à deux chambres. L’absence de bâtiment imposant pose le problème des fonctions de l’établissement (habitat ?).

5Le fossé de délimitation présente un plan ouvert à l’ouest et au nord avec, sur le tronçon est une interruption large de 3,30 m, interprétable comme les traces d’un portique extérieur et d’une porte interne avec butée. L’ouverture du fossé au niveau du décapage est comprise entre 2,10 et 2,40 m de largeur pour une profondeur d’environ 1,10 m, avec un profil en V très ouvert parfois assorti d’une goulotte au fond. L’ensemble a fonctionné de manière ouverte et a parfois servi de dépotoir, les vestiges mobiliers étant attestés dans tous les niveaux de comblement. Les objets qui en proviennent, à l’exception des artefacts lithiques, sont attribués au Second Âge du fer.

Fig. 1 : plan de l’établissement de La Tène ancienne.

6L’ensemble construit comprend huit petits bâtiments sur au moins quatre poteaux ainsi que trois ensembles de bâtiments à trois poteaux et deux ensembles à deux poteaux répartis en plusieurs unités sur quelque 2000 m2, délimitant des plans de très petites surfaces comprises entre 2 et 15 m2.

7Les trois fours (fig. 2) sont constitués de deux chambres excavées d’un diamètre compris entre 0,80 et 1 m pour une profondeur conservée atteignant au mieux 0,30 m. Une chatière creusée dans le substrat calcaire et marquée par des traces de combustion assez peu prononcées reliait chambre de chauffe et chambre de cuisson quasiment pas altérées par la chauffe. Cette dernière a probablement été protégée par une coupole fixe ou amovible qui aurait abrité les aliments à cuire.

8La répartition du mobilier est complètement dépendante de la taille des structures profondes, le fossé ayant piégé plus de 90 % des artefacts tandis que de rares vestiges (tessons, charbons, lithique) ont été découverts dans les trous de poteau et ainsi que dans les fours.

9Le plan d’ensemble indique une organisation différenciée entre l’entrée vouée aux activités artisanales et un ensemble de bâtiments disposés en quelques unités dont l’une (au nord) aurait pu servir de résidence. Il faut noter la quasi absence de recoupement des structures ainsi que l’inachèvement du fossé. Ces éléments suggèrent que cet espace n’a probablement connu qu’une phase de fonctionnement.

3. La céramique

3.1. Description du corpus

10Un total de 1854 tessons pour un poids de 10852 g provient des structures protohistoriques, et en particulier du fossé. Ils ont permis d’isoler 88 éléments de formes et de décors, représentant 339 tessons pour 3454 g. Les divers recollages ont permis d’identifier 13 individus présentant un indice de forme et un profil archéologiquement complet (fig. 3).

11Trois catégories de pâtes ont été mises en évidence. La plus importante (73 %) est caractérisée par la présence de glauconie. Elle ne semble pas avoir été privilégiée pour un type de récipient particulier puisque l’épaisseur des tessons est assez variable (de 4 à 17 mm) On observe le même phénomène pour un autre type de pâte très minoritaire (9 %) présentant des inclusions de quartz. Ce n’est pas le cas des tessons à pâte bioclastique (17 %) qui présentent tous des épaisseurs importantes avec une moyenne autour de 9 mm. Concernant les techniques de montage, un seul tesson présente une cassure en biseau révélatrice du montage au colombin.

Fig. 2 : plans et coupes des trois fours à deux chambres.

Fig. 3 : classement typologique de la poterie laténienne en fonction de la taille et de l’ouverture des vases.

12Les traitements de surface sont peu variés. La plupart des individus ont fait l’objet d’un lissage sur leurs deux surfaces (57 %) ou uniquement à l’extérieur (13 %). Un nombre restreint de tessons (17 %) présente les traces d’un polissage sur la face interne ou externe. Le reste du lot étudié est trop altéré pour permettre d’estimer les traitements opérés. Les couleurs de pâtes varient de l’orange au noir. Une grande majorité des individus étudiés a subi une cuisson réductrice (78 %) indiquant une cuisson en atmosphère fermée jusqu’au refroidissement total. Le reste du lot provient d’une cuisson en atmosphère oxydante. Leur examen a montré une bonne maîtrise des températures indiquant une cuisson dans un four. Cette hypothèse est renforcée par la présence sur le site de trois structures de ce type. Nous n’avons pas établi de corrélation spécifique entre les catégories de pâtes et les modes de cuisson.

1314 formes ont été identifiées dont le profil complet d’un petit vase. Un classement typologique prenant en compte la taille des vases (la contenance) ainsi que leurs ouvertures (l’orientation du bord) a été effectué (fig. 3) Il en ressort une relative variété de formes puisque quatre catégories ont été identifiées : des bols, des vases de présentation, de cuisson et de stockage. Il apparaît donc que ce lot intègre tous les éléments d’un vaisselier à vocation domestique. Les décors concernent 22 individus dont 5 formes, et consistent uniquement en des lignes d’impressions digitées situées sous la lèvre ou sur les épaulements. Là non plus, aucune corrélation entre catégorie de récipient et décor n’a pu être reconnue.

3.2. Attribution chrono-culturelle

14Sur le plan régional, le corpus des sites de comparaison est actuellement peu significatif. On citera pour mémoire les lots céramiques attribués à la fin de La Tène ancienne (IVe-IIIe siècles avant notre ère) des fermes du Bessin de Mosles « La Vignette » (Lepaumier 2002) et « La Pièce du Pressoir » (Marcigny et al. 1999), celui de la Plaine de Caen d’Ifs « Object’Ifs sud » (DFS inédit Le Goff) et enfin celui du Pays d’Auge de Fierville-les-Parcs « le Pré de la Val » (Jahier et al. 2002) qui ont tous permis l’observation de formes hautes présentant des décors digités ou exécutés au bâtonnet sur la lèvre et sur les épaulements, et de formes moyennes à basses à col très individualisé. Ces sites d’habitat présentent grosso modo les mêmes caractéristiques : fossé de délimitation, greniers et grands bâtiments au plan difficilement interprétable.

15Sur le plan extrarégional, les rapprochements ont été recherchés dans le domaine armoricain puis dans le Bassin parisien. Pour la Bretagne, la ferme du « Boisanne » à Plouër-sur-Rance dans les Côtes d’Armor (Menez 1996) offre de bons parallèles. En effet, l’occupation quasiment continue de ce site depuis le début de l’Âge du fer jusqu’à la conquête permet d’ancrer le corpus de Condé dans une chronologie clairement établie à l’échelle d’un gisement. Les formes hautes et quelques formes basses à col individualisé des phases I et II du Boisanne, datées des Ve et IVe siècles, sont en effet comparables aux vases de Condé-sur-Ifs. La présence de décors digités sur la lèvre est aussi un point de convergence entre les deux sites.

16Pour le Nord de la France, les lots de comparaison ne manquent pas, de nombreux ensembles réunissent finalement tous les types représentés à Condé-sur-Ifs comme sur les sites de La Tène ancienne de Bailleul-Sire-Berthoult et d’Avion « La République » dans le Nord-Pas-de-Calais où l’on retrouve certaines des formes de notre corpus et en particulier les mêmes décors (Hurtrelle et al. 1990). Ces derniers se retrouvent aussi sur les vases de la 6e phase du « Fond Pernand » à Compiègne dans l’Oise, datés des IVe et IIIe siècles (Malrain et al. 1996).

17Enfin et pour nous rapprocher géographiquement de notre zone d’étude, des comparaisons sont aussi à faire avec le site de Saint-Aubin-Routot en Seine-Maritime (Blancquaert et Desfossés 1996) où l’on retrouve les mêmes profils « situliformes ». Ce dernier gisement est daté de La Tène B/C (IVe-IIIe siècles).

18L’ensemble de ces comparaisons, même si elles ne reposent parfois que sur un ou deux éléments, tend vers une datation centrée sur la seconde moitié du IVe siècle, à la fin de La Tène ancienne.

19Au-delà de cette proposition, le corpus céramique peut-il aider à la définition du statut du site ? Nous avons esquissé plus haut une approche fonctionnelle du corpus. Bien que celui-ci soit relativement restreint, nous avons pu mettre en évidence plusieurs catégories fonctionnelles plaidant en faveur d’une vaisselle d’usage courant, notamment alimentaire. Il semble donc possible d’estimer que ce corpus s’inscrit dans le cadre d’une occupation domestique. Cette hypothèse est confortée par les témoins d’activités de tissage : dans le fossé, plusieurs pesons en terre cuite ont été prélevés, l’un d’entre eux présentant notamment une forme plano-convexe et une perforation centrale (fig. 4).

Fig. 4 : peson découvert dans le fossé.

4. Les vestiges métallurgiques et métalliques

20Peu d’instrumentum métallique a été découvert lors des différentes campagnes de fouilles. Cependant parmi les seize objets provenant du site gaulois (une lame de fer, plaques, tiges, anneaux, un clou décoratif et diverses concrétions indéterminées en fer), il faut noter la présence de deux fibules en alliage base cuivre (fig. 5).

21Celles-ci sont de petite taille, inférieure à 5 cm. La première a été découverte au sommet du vieux sol, entre des déchets de taille de silex, près de la tombe néolithique E, la plus méridionale de l’emprise archéologique. La forme générale du pied est arrondie en V ou en U. Son extrémité, de courte taille, se trouve presque au niveau du sommet de la branche montante de l’arc de section circulaire. Le ressort court est à simple spire et à corde externe. Le profil général est arrondi ou tendu avec une vue de dessus de type filiforme. Le décor du pied pourrait se décrire comme un plateau non percé suivi d’un triangle dont la base est rythmée par un crénelage. La seconde a été découverte dans le niveau d’apparition du fossé gaulois. Elle est également pourvue d’un petit ressort à une spire de chaque côté et corde externe. La forme générale du pied est arrondie en V ou trapézoïdale avec un décor composé de plusieurs nodosités planosphériques. L’extrémité du pied, de courte taille, arrive au milieu de la branche montante de l’arc qui est de section plate. Le profil général est surélevé avec une vue de dessus de type rectangulaire et nervure centrale.

22Ces deux fibules d’un aspect très proche sont comparables pour la première aux fibules filiformes ou à arc tendu décrites par Jean-Paul Demoule en 1999 puis par Stéphane Marion en 2004 (Demoule 1999, p. 23 ; Marion 2004, p. 56-57) et pour la seconde, avec une forme aussi assez filiforme, aux fibules de type Marzabotto (Marion 2004, p. 55-57). En effet, la petite taille de ce type de fibules (moins de 5 cm) et leur morphologie rappellent celles découvertes à Condé-sur-Ifs. Ces types de fibule perdurent durant toute la durée de l’horizon l’Aisne-Marne II qui couvre le premier quart du Ve siècle jusqu’au premier quart du IVe siècle avant notre ère (Demoule 1999).

Fig. 5 : les deux fibules filiformes en alliage base cuivre.

  • 1 Informations orales : C.-C. Vauterin-Besnard (INRAPGO), datation K. Chanson (Inrap GO)

23Il semble que ce type de fibule de petite taille soit assez fréquent dans certains ensembles funéraires de la région. On en trouve une sur le site d’Éterville, « Le Clos des Lilas » (Jahier à paraître), datée des IVe siècle-IIIe siècles (Giraud dir. 2009, 115) ainsi qu’une demi douzaine découverte récemment sur le site d’« Object’Ifs sud » 2008 à Ifs (Vauterin-Besnard C.-C. étude en cours) où elles sont attribuées entre la fin du Ve siècle et le milieu du IVe siècle1. Les fibules de Condé-sur-Ifs tendent donc à accréditer la datation céramique autour du IVe siècle avant notre ère.

24La présence concomitante du travail du fer, par le truchement de scories de forge, ainsi que celui du bronze, à travers la découverte de creusets de petite taille et de creusets en forme de poire, rend compte des activités métallurgiques pratiquées sur le site de Condé-sur-Ifs. Les six scories découvertes dans le fossé évoquent les activités de forge. En effet, il s’agit de deux culots de forge massifs incomplets et de quatre petits fragments de scories de forge pour un poids total de 593 g. Bien qu’assez faible, ce volume est comparable aux volumes de déchets de sites contemporains du Calvados comme Mosles « La Pièce du Pressoir » ou Fierville-les-Parcs « Le Pré de la Val ».

25Les témoins métallurgiques qui concernent les alliages base cuivre sont les plus explicites. Sept creusets ont été découverts dans le remplissage du fossé. Ces récipients d’argile sont de deux types. Les trois creusets du premier type mesurent entre 5,7 et 5,9 cm de hauteur. Ils sont de forme ovoïde et à ouverture large. Le second type, représenté par quatre unités, est de taille plus importante et l’exemplaire complet mesure 8,2 cm de hauteur (fig. 6). La forme de ces derniers évoque celle d’une goutte d’eau ou d’une grenade. Si le premier type est bien connu en Basse-Normandie (Zaour et Lepaumier à paraître), ce n’est pas le cas du second. Sur 49 sites enclos fouillés du second Âge du fer, nous retrouvons le premier type de creuset sur la moitié d’entre eux. En revanche, seul le site de Condé-sur-Ifs, La Bruyère du Hamel, a livré des creusets en goutte d’eau.

Fig. 6 : les exemplaires les mieux conservés des creusets de type 1 et 2.

26À Saint-Aubin-Routot en Seine-Maritime, sur un éperon barré daté de La Tène moyenne, étudié dans le cadre des fouilles du tracé de l’A29, des objets de même forme ont été retrouvés et interprétés comme des moules de bronzier (Blancquaert et Desfossés 1996). Ces mêmes pièces ont été interprétées comme des creusets de recyclage dans des contextes de la fin du Hallstatt à Bourguignon-les-Morey en Haute-Sâone (Dubreucq 2007, p. 28), de La Tène ancienne à Sévaz Tudinges en Suisse (Mauvilly et al. 2001, p. 27) mais aussi dans des contextes beaucoup plus tardifs de la première moitié du Ier siècle après J.-C. comme à Alésia, quartier sud-est Forum (Chardron-Picault 2007, p. 42-43). La phase d’utilisation de ces ustensiles semble donc assez large puisqu’on en trouve à partir de la fin du Premier Âge du fer à Bourguignon-les-Morey jusqu’à la première moitié du Ier siècle de notre ère à Alésia.

27Si la présence de creusets plus ou moins ovoïdes est assez répandue sur les sites du Second Âge du fer, ce n’est pas le cas des creusets en forme de goutte d’eau qui sont uniques encore en Basse-Normandie et a priori peu courants en Gaule. Cependant si les découvertes de Condé-sur-Ifs n’apportent pas d’élément nouveau quant à l’interprétation de ce type de vestige, il n’en demeure pas moins qu’ils illustrent probablement un travail particulier qui reste à caractériser.

5. Étude archéozoologique

28Le lot d’ossements est composé de 579 restes, dont seulement 33 % ont pu être identifiés (tableau 1). Ce faible taux de détermination est imputable à la mauvaise conservation des ossements et à leur fort taux de fragmentation. La totalité de cet ensemble provient du remplissage du fossé d’enclos. Ces ossements ne sont toutefois pas répartis de façon homogène entre les différents secteurs du fossé. Il est intéressant de noter que le tronçon nord-sud regroupe plus de 85 % du nombre total de restes et que c’est le comblement sommital du fossé qui a livré le lot de faune le plus important (64 % du nombre total de restes). Dans un premier temps le fossé semble avoir fonctionné ouvert et les rejets domestiques jetés à même le sol y sont parvenus sous forme de rejets indirects. Le niveau sommital comprenant de nombreux vestiges, la dernière phase de remplissage apparaît, quant à elle, plus dense et plus rapide (volonté de combler le fossé avec les rejets domestiques disponibles ? Réutilisation dans un second temps du fossé comme dépotoir ?).

29Les espèces domestiques sont très nettement majoritaires au sein de cet ensemble. Ce sont les restes de bœuf, de mouton/ chèvre et de porc qui dominent l’échantillon avec 86 % des restes déterminés et 90 % du poids total. Les restes de bovins dominent cet ensemble, que ce soit en nombre ou bien en poids. Cependant, étant donné la forte fragmentation du matériel, il est intéressant de noter que les proportions de restes de moutons/chèvres et de porcs atteignent respectivement 30 % et 32 % du nombre de restes attribué aux quatre principales espèces domestiques (tableau 1). La répartition anatomique est tributaire d’une surreprésentation des dents isolées et des fragments de diaphyses d’os longs. Elle apparaît très influencée par les destructions et les attaques post-dépositionnelles et ne semble par représentative du lot initial. La fragmentation semble avoir tout particulièrement touché les restes appartenant au petit bétail (absence des parties anatomiques les plus fragiles, vertèbres, côtes, …). Malgré l’attaque de la surface osseuse par les radicelles de plantes, quelques traces anthropiques ont pu être relevées. Il s’agit de traces de découpe liées à la préparation et à la consommation (traces, impacts et fente longiligne sur quelques os longs de bovins). Les espèces sauvages s’illustrent par la présence de plusieurs fragments de bois et de deux molaires inférieures de cerf, d’une molaire inférieure de chevreuil et d’une scapula de lièvre. Ces espèces sont faiblement représentées au sein des lots de faune étudiés pour cette période et cette région (Baudry 2005). Leur présence sur ce site est donc d’autant plus importante du fait de la mauvaise conservation avérée de cet ensemble.

30Le corpus d’espèces et les proportions attribuées à chacune d’entre elles sont comparables à ceux obtenus pour la période de La Tène ancienne, au niveau régional, sur les sites d’Ifs « Object’Ifs sud » (Le Goff 2002), de Fierville-les-Parcs « Le Pré de la Val » (Jahier et al. 2002) et d’Éterville « Les Prés du Vallon » (Giazzon 2009). Ces ensembles se caractérisent par un spectre de faune dominé par le bœuf. Les caprinés et dans une moindre mesure les porcs complètent l’approvisionnement en alimentation carnée. Le site de Condé-sur-Ifs se démarque par l’absence du cheval et du chien, cependant cela n’apparaît pas significatif étant donné l’état de conservation du matériel. Ce petit ensemble s’inscrit donc dans la norme du corpus régional des sites comparables et permet de fournir quelques données supplémentaires.

6. Bilan

31L’analyse du plan et des vestiges de ce modeste site confirme la construction de plusieurs structures sur poteaux ou excavées avec une volonté (avortée ?) d’enclore tout ou partie de l’ensemble dans un système fossoyé (avec talus ?) encadrant une entrée bien marquée. Par ailleurs, une grande diversité d’activités est attestée dans cet espace : travail du fer et d’alliages cuivreux, tissage, cuissons de poteries et d’aliments...

32Les traces laissées lors de cette installation s’éclairent quelque peu par une confrontation avec le site contemporain et spatialement assez proche de Fierville-les-Parcs (une trentaine de kilomètres), en pays d’Auge (Jahier et al. 2002). Cette ferme en fond de vallée délimitée par un enclos d’environ 2 500 m2 a livré un bâtiment central avec trois ou quatre modestes constructions périphériques. Les données céramiques sont très proches tout comme la composition des restes fauniques et le travail attesté sur place des métaux ferreux et non ferreux.

33Malgré des différences de contexte environnemental et de conservation, les points communs sont tels qu’ils permettent d’émettre deux hypothèses sur la fonction de l’établissement : soit, en considérant Fierville comme un modèle ayant abouti, le site a été un échec au sens de projet non mené à terme, soit il s’agit d’un espace secondaire dépendant d’un site plus important comprenant notamment une enceinte et une habitation centrale situées hors de l’emprise étudiée à Condé-sur-Ifs.

34Les deux propositions ne sont d’ailleurs pas incompatibles. L’abandon de cette occupation a sans doute eu lieu rapidement et de façon volontaire comme le donne à penser le dernier épisode de comblement rapide et dense du fossé en L qui indique une volonté de faire disparaître un espace où pourtant ont subsisté de nombreuses traces d’activités techniques, dont certaines actuellement peu connues en Gaule septentrionale (creusets en goutte d’eau, par exemple).

Tableau 1 : Décompte des espèces animales sur le site laténien de Condé-sur-Ifs

Tableau 1 : Décompte des espèces animales sur le site laténien de Condé-sur-Ifs

*dont 22 fragments de bois indéterminés pour 82 g.

Bibliographie

Bibliographie

Baudry A., 2005, Approvisionnement et alimentation carnée sur les sites de l’Âge du fer en Bretagne et en Normandie, première approche. Exemple du site de « La Campagne » à Basly (Calvados), Revue archéologique de l’Ouest, n° 22, p. 165-180.

Blancquaert G., Desfossés Y., 1996, Premier bilan des découvertes issues des fouilles de sauvetage sur le tracé de l’A29 (Le Havre - Saint-Saëns, Haute-Normandie), La chronologie du Second Âge du fer en Gaule du Nord, Actes de la table ronde de Ribemont-sur-Ancre (1994), Revue archéologique de Picardie, n° 3/4, p. 11-22.

Chardron-Picault P., 2007, Hommes de feu - hommes du feu, l’artisanat en pays éduen, Catalogue d’exposition - 22 septembre 2007 / 28 janvier 2008, Autun, musée Rolin, Autun, 243 p.

Demoule J.-P., 1999, Chronologie et société dans les nécropoles celtiques de la culture Aisne-Marne du VIe au IIIe siècle avant notre ère, Revue archéologique de Picardie, n° spécial 15, 406 p.

Dubreucq E., 2009, Production et consommation de métal au temps de la dame de Vix, Artisans et savoir-faire des Gaulois, Dossiers d’Archéologie, n° 335, p 24-29.

Giazzon D. dir, 2009, Éterville, Les Prés du Vallon, Rapport Final d’Opération, Cesson-Sévigné, Inrap GO, 1 vol., 240 p.

Giraud P. dir., 2009, Gaulois sous les pommiers, Catalogue de l’exposition Gaulois sous les pommiers, découvertes de l’âge du Fer en Basse-Normandie (IXe - Ier siècle avant J.-C.), éditions les Cahiers du temps, CG 14, p. 115.

Hurtrelle J., Monchy E., Roger F., Rossignol P., Villes A., 1990, Les débuts du Second Âge du Fer dans le Nord de la France, Les dossiers de GAUHERIA, 1, 254 p.

Jahier I., Meniel P., Ozouf J.-C., 2002, Une petite ferme de La Tène ancienne au « Pré de la Val » à Fierville-les-Parcs (Calvados), Revue archéologique de l’Ouest, 19, p. 15-36.

Jahier I. dir., à paraître, Éterville, Le Clos des Lilas (Calvados), une nécropole des premier/second âges du Fer, Rapport Final d’Opération de sauvetage urgent, Inrap.

Le Goff E. dir., 2002, Les occupations protohistoriques et antiques de la Z.A.C. « Object’Ifs Sud », Ifs (Calvados), DFS de sauvetage urgent, Caen, SRA de Basse-Normandie.

Lepaumier H., 2002, Les céramiques gauloises de Mosles « la Vignette » (IVe-IIe siècles avant J.-C.), Une histoire des campagnes aux portes de Bayeux, Recherches archéologiques menées dans le cadre de la construction de la déviation de Route Nationale 13, C. Billard (dir.), DRAC de Basse-Normandie, Caen, p. 25-26.

Malrain F., Pinard E., Gaudefroy S., 1996, Contribution à la mise en place d’une chronologie du second Âge du Fer dans le département de l’Oise, La chronologie du Second Âge du fer en Gaule du Nord, Actes de la table ronde de Ribemont-sur-Ancre (1994), Revue archéologique de Picardie, 3-4, p. 41-70.

Marcigny C., Clément-Sauleau S., Ghesquière E., Lecler E., Matterne V., Ménager L., Richard J.-M., 1999, Un établissement agricole du IVe siècle avant notre ère à Mosles « la Pièce du Pressoir » (Calvados), Revue archéologique de l’Ouest, 16, p. 97-130.

Marion S., 2004, Recherches sur l’Âge du fer en Ile-de-France, entre Hallstatt final et La Tène finale, Analyse des sites fouillés. Chronologie et société, BAR International serie, 1231, 2 volumes, 563 p.

Mauvilly M., Garcia Cristobal E., Peiry C., Serneels V., 2001, La métallurgie du bronze au milieu de l’Âge du fer, Archéologie suisse, 24 (3), p. 22-29.

Menez Y., 1996, Une ferme de l’Armorique gauloise, Le Boisanne à Plouer-sur-Rance (Côtes d’Armor), MSH, Paris, Documents d’Archéologie française, 58, 272 p.

Zaour N., Lepaumier H., à paraître, La question des forges sur les établissements ruraux enclos du Second Âge du fer en Basse-Normandie : l’exemple du site des Pleines à Orval (Manche), 4e Symposium européen de Métallurgie, juillet 2007.

Notes

1 Informations orales : C.-C. Vauterin-Besnard (INRAPGO), datation K. Chanson (Inrap GO)

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : plan de l’établissement de La Tène ancienne.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6502/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende Fig. 2 : plans et coupes des trois fours à deux chambres.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6502/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 3 : classement typologique de la poterie laténienne en fonction de la taille et de l’ouverture des vases.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6502/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende Fig. 4 : peson découvert dans le fossé.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6502/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Fig. 5 : les deux fibules filiformes en alliage base cuivre.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6502/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende Fig. 6 : les exemplaires les mieux conservés des creusets de type 1 et 2.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6502/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre Tableau 1 : Décompte des espèces animales sur le site laténien de Condé-sur-Ifs
Légende *dont 22 fragments de bois indéterminés pour 82 g.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6502/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 48k

Auteurs

Responsable de la fouille, Éducation nationale, Appt 107, 322 Belles Portes, 14200 Hérouville-Saint-Clair, jeanluc.dron@wanadoo.fr

Céramologue, Inrap GO, 4 rue Gabriel Fauré, 35000 Rennes, david.gache@inrap.fr

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search