Version classiqueVersion mobile

La notion de “formule” en analyse du discours

 | 
Alice Krieg

Chapitre 2. Le travail heuristique de Jean-Pierre Faye : la formule « État total »

Texte intégral

A. Remarques sur le travail de Jean-Pierre Faye

  • 1 Jean-Pierre Faye est l’auteur de poèmes rassemblés dans différents recueils : Faye, 1960 ; 1965 ; (...)

1La démarche de Jean-Pierre Faye, écrit Marianne Ebel (1979 : 9), « n’est en rien une démarche de type hypothético-déductif dans laquelle il serait possible de retrouver un nombre limité de définitions, postulats, règles simples sur la base desquelles se construirait de manière ʺlogiqueʺ sa recherche ». De fait, l’œuvre de Faye est celle d’un philosophe qui tient en main le stylographe du poète qu’il est aussi à ses heures1. La mise en page et la typographie elles-mêmes sont parties intégrantes d’une œuvre singulière dont Langages totalitaires (Faye, 1972a) est la pierre angulaire. C’est surtout de ce livre qu’il sera question ici, ainsi que la formule« État total » y est analysée. Nous nous autoriserons aussi à profiter de l’éclairage qu’apportent d’autres écrits fayens, notamment Théorie du récit. Introduction aux « langages totalitaires » (1972b), La critique du langage et son économie (1973), Le siècle des idéologies (1996b), et Le langage meurtrier (1996a), qui est une version abrégée et remaniée de Langages totalitaires, et qui témoigne en cela à la fois de l’écriture de Faye comme esthétique de la répétition et de la reprise, et de la difficulté de Faye à avancer dans certaines de ses propositions.

  • 2 Faye, 1972b : 11.
  • 3 Faye, 1973 : 38.
  • 4 Faye, 1973 : 27.

2Jean-Pierre Faye a pour projet de mettre« à découvert les conditions de la production et de la circulation des récits, et leur pouvoir propre »2 au moyen de ce qu’il appelle un « surrécit », c’est-à-dire un « récit des récits » (en l’occurrence il s’agit des récits produits par les idéologues et les acteurs du politique dans l’entre-deux-guerres italien et, surtout, allemand). Le surrécit, écrit Faye, est un « procès de connaissance »3 « qui prend en compte les ʺfragments de récitʺ et les désarticule, tout en les réarticulant sur un autre niveau »4. Ce projet de « surrécit » n’est pas une affirmation de principe : il a des répercussions très concrètes dans l’écriture. Cette écriture s’impose au lecteur avec, nous semble-t-il, deux conséquences en apparence paradoxales : d’un côté le surrécit facilite la lecture (de ce point de vue, le travail de Faye se lit comme un roman), d’un autre côté il en bloque tout réemploi possible.

  • 5 Faye, 1973 : 47.
  • 6 Faye, 1972a : 401-402 et Faye, 1996a : 111.
  • 7 « La révolution est devenue qu’on me permette l’antithèseconservatrice. » dit Alfred Rocco(vo (...)
  • 8 Faye, 1996b : 118.
  • 9 Faye, 1972a : 690 et Faye, 1972b : 131.

3On remarque en effet que tel qu’il est, c’est-à-dire pleinement réalisé, ce projet de surrécit implique que Faye utilise comme métalangage les termes mêmes de son langage-objet. Car le projet de surrécit porte en lui l’idée que l’histoire produit ses propres concepts, et que par conséquent elle est son propre métalangage : les mots qui appartiennent aux récits produits dans l’histoire seront aussi les mots utilisés par l’historien qui fera le récit de ces récits. Le Livre I de Langages totalitaires s’appelle « La périphérie », et ce mot de « périphérie » est le nom que Faye donne tout au long de son ouvrage aux clubs et groupes qui sont à la marge du parti nazi. Or« périphérie » est aussi le nom par lequel Gœbbels les désigne5. Autre exemple : Faye dessine la topographie symbolique des partis et mouvements politiques allemands de l’entre-deux-guerres sous le nom de« fer à cheval des partis ». Or ce mot lui vient précisément du national-révolutionnaire Friedrich Hielscher et d’Adolf Ehrt, membre du Deutsch-nationale Volkspartei (Parti national-allemand)6.Ou encore : le terme utilisé par Faye pour désigner l’expression« révolution conservatrice » est « antithèse ». « Antithèse », c’est ainsi que le fasciste Alfred Rocco qualifie lui-même l’expression « révolution conservatrice » lorsqu’il l’utilise en 19277. Et ainsi de suite. Parlant de la façon dont il serait possible d’étudier conjointement le régime hitlérien et le régime stalinien, Faye écrit qu’une telle étude ne peut se faire qu’« à condition de prendre soin de les appeler chacun comme ils se nomment eux-mêmes »8. Autrement dit, le surrécit interdit le recours à un métalangage qui, de l’extérieur, donne aux choses un nom que les bâtisseurs de ces choses n’ont pas eux-mêmes utilisé pour les désigner. D’où ce refus de Faye de qualifier le régime stalinien de régime « totalitaire »9, parce que ce régime ne s’est jamais donné, à lui-même, ce nom.

4Pour Jean-Pierre Faye, commente Marianne Ebel (1979 : 28), « il n’existe pas de métalangue distincte de la langue du récit qui permette de décrire la pratique du récit portant sur le réel ». Plus tard, au colloque « Matérialités discursives » de 1980, Faye s’explique. À propos de la métaphore du« fer à cheval », il dit : « Ce qui importe, c’est que ces métaphores soient celles des native-speakers. [...] Il y a des sortes d’ʺindigènesʺ de l’idéologie, qu’il nous faut aller chercher là où ils sont. Ce que je me suis efforcé de faire, c’est de capter ces énoncés métaphoriques comme ils ont été prononcés, sans leur substituer des métaphores improvisées ou arbitraires. » (Faye dans Conein et al, 1981 : 182)

  • 10 Jacqueline Authier-Revuz, 1995 : 316-345 (« L’autre discours "approprié" ou "associé" : celui de l (...)
  • 11 Exemple : « Autrement dit, toute la constellation d’associations, pour parler comme Saussure, le p (...)
  • 12 Exemple : « La signification, c’est la chaîne des correspondances entre l’ensemble des signifiants (...)
  • 13 Exemple : « Il est ce langage à la fois ʺneutreʺ et ʺcomplexeʺ, au sens des linguistes. » (Faye, 1 (...)
  • 14 Authier-Revuz, 1995 : 463-464.
  • 15 Faye, 1973 : 39.

5Tout Langages totalitaires se trouve ainsi tissé par les mots des acteurs, tissé par les mots qu’utilisent les« récitants » dont Faye analyse précisément les récits, et ces mots passent insensiblement du langage-objet au métalangage. Le tissage de l’écriture fayenne par les mots des acteurs passe aussi par le code langagier : les mots du langage-objet, parfois, sont conservés dans leur langue d’origine et s’intègrent à la syntaxe française. Des phrases entières demeurent en langue allemande, sans toujours être traduites. Lorsqu’une traduction est proposée, quelques mots résistent malgré tout au passage d’une langue à l’autre et restent bloqués comme des caillots en italiques sur la chaîne réécrite en français. Ce mode de dire tout particulier, bel exemple de ce que Jacqueline Authier-Revuz caractérise comme un mode de dire avec un « discours autre approprié »10, est aux antipodes des canons du discours dit scientifique, qui s’efforce de « décoller » son vocabulaire de l’objet étudié. Lorsqu’il arrive à Jean- Pierre Faye d’utiliser des termes du métalangage scientifique, par exemple celui des linguistes, c’est généralement soit à regret11, soit sans pouvoir trancher entre l’une ou l’autre terminologie12, soit pour souligner que Faye, lui, n’est pas tout à fait linguiste13. Ce mode d’écriture, constamment ponctué de revendications à l’amateurisme éclairé (« je ne suis pas linguiste mais je m’y connais un peu quand même », position coquette, agaçante et pathétique, déjà observée chez Roland Barthes par Jacqueline Authier-Revuz14), interdit au lecteur de plaquer telle quelle sur le travail de Faye l’une quelconque des théories disponibles en linguistique et/ou en analyse du discours. Faye, lui qui n’aspire pas, selon ses propres termes, à fournir un modèle qui entrerait dans le cadre des « sciences rigoureuses »15, atteint ainsi son but par son écriture même.

6Le caractère relativement « solitaire » de la recherche de Faye, noté déjà par Dominique Maingueneau (1991 : 13), trouve peut-être une de ses explications dans ce qu’implique le projet de surrécit lui-même. On peut en effet avancer que le travail de Jean-Pierre Faye reste, par nature, et non pas uniquement à cause des talents stylistiques de son auteur, irreproductible (chaque changement d’objet étudié – de« récit » – impliquant un changement de métalangage).

  • 16 Professeur à Berlin entre 1933 et 1945.
  • 17 Disciple de Carl Schmitt, Professeur en droit public et administratif, nommé à Francfort en 1933.

7Jean-Pierre Faye ne dit pas explicitement pourquoi il emploie le terme de« formule ». On observe cependant que ce mot est lui aussi emprunté aux discours des acteurs. Dans un article consacré à une présentation de la démarche fayenne, Marianne Ebel se demande d’où vient cette notion de formule. Et elle répond (Ebel, 1979 : 18) : « Elle ne sort pas toute faite, d’une théorie du langage ; Faye la prend dans ses matériaux mêmes, dans les textes, narrations et discours, qui, dès 1929, ébauchent les contours d’un nouveau type d’État. Il la trouve chez Carl Schmitt16 qui la nomme tantôt ʺformuleʺ, tantôt ʺconceptʺ, chez Ernst Forsthoff17 aussi : ʺDer totale Staat ist eine Formelʺ [L’État total est une formule]. » Parler, comme nous le ferons dans cet ouvrage, de la formule « purification ethnique » par exemple, ou parler, comme le font Marianne Ebel et Pierre Fiala, des formules « Überfremdung » et « xénophobie », tout en disant que ce terme de « formule » est emprunté à Faye, est donc le résultat d’un décrochage référentiel.

  • 18 Faye, 1973 : 82.
  • 19 Sur le mol « Volk », voir, outre Jean-Pierre Faye ; Louis Dumont, « La maladie totalitaire. Indivi (...)
  • 20 Voir par exemple Faye (1972a : 472).
  • 21 Voir par exemple Faye (1972a : 494).
  • 22 Voir par exemple Faye (1972a : 555) ; Faye (1996a : 82).
  • 23 Voir par exemple Faye (1972a : 622 et 625) ; Faye (1996a : 166).
  • 24 Voir Faye (1973 : 73-74).

8Le terme de « formule » désigne chez Jean-Pierre Faye l'expression « État totalitaire » en italien (« Stato totalitario ») et l’expression « État total » en allemand (« totale Staat »), ainsi que les différentes expressions qui en sont les « voisinages »18, dit Faye, comme « totale Mobilmachung » (« mobilisation totale »), « totaler Krieg » (« guerre totale »), « Vollstaat » (autre formulation d’« État total ») ou « totale Volk » (littéralement « peuple total », ou « peuple-comme-race totale ?», ? comme traduction possible d’un terme éminemment polysémique19). Jean-Pierre Faye utilise aussi occasionnellement le terme de « formule » pour désigner des expressions comme « Volksgemein-schaft »20 (« communauté du peuple »), « réalisme héroïque »21, « le SA inconnu »22 ou « seconde révolution »23. Ce relatif flottement terminologique ne signifie pas que l’objet de Faye soit flou. C’est un objet lexical, repérable sur la chaîne, descriptible dans le système de la langue : c’est le mot« totalitaire » et ses diverses traductions24.

9Jean-Pierre Faye ne donne pas non plus de« définition », au sens « scientifique » du terme, de ce qu’est une formule. Cependant, en suivant page à page et très patiemment le surrécit de Faye, et en prenant pour appui la réitération de certains thèmes sous sa plume, nous pouvons proposer de dégager les principales propriétés de la formule étudiée par Faye : la formule « totale Staat ».

B. La genèse

  • 25 Faye, 1973 : 32.
  • 26 Il existe en effet trois versions italiennes de la dernière phrase de cet extrait. L’une paraît le (...)
  • 27 Voir Faye (1972a : 356) ; Faye (1972b :88) ; Faye (1973 :132).
  • 28 Faye (1973 : 65).

10La formule « totale Staat » n’arrive pas sans prévenir dans les écrits de celui qui en est le promoteur initial, le juriste et politiste allemand Carl Schmitt : elle a une genèse. Cette genèse, Jean-Pierre Faye en voit le premier jour dans ce qu’il appelle« l’énoncé totalitaire primitif »25, c’est-à-dire dans le discours que Mussolini prononce lors du congrès fondateur du Parti national fasciste, le 22 juin 1925. Ce soir-là, Mussolini affirme la volonté de mainmise du fascisme sur l’État italien et dit ceci (ou quelque chose qui ressemble à ceci, car immédiatement l’énoncé mussolinien devient un énoncé polymorphe26): « Si le fascisme a été une association de malfaiteurs, moi je suis le chef de cette association de malfaiteurs.[...] Nous avons porté la lutte sur un terrain tellement net, qu’il faut désormais se placer d’un côté ou de l’autre.[...] Bien plus : ce qu’on a appelé notre farouche volonté totalitaire poursuivra son action avec une force encore plus grande. » Ce discours, écrit Faye, est destiné à couvrir un acte qui a eu lieu un an plus tôt : l’assassinat par la police parallèle de Giacomo Matteotti, député et secrétaire général du Parti socialiste. Seul l’adjectif « totalitaria » (« totalitaire ») apparaît dans le discours de 1925. Mais, pour la première fois, ce mot fait l’objet d’un usage politique27, et Faye voit dans la proclamation de cet adjectif seul la première auto-désignation de l’État fasciste mussolinien comme « Stato totalitario »28, acte qui préfigure selon Faye le « totale Staat » nazi : « Auprès des grandes exterminations, écrit Faye (1972b ; 131), le phénomène italien de ʺl’État totalitaireʺ peut sembler presque anodin. Pourtant c’est là, là et non ailleurs, qu’il surgit dans le langage. [...] Le Stato totalitario italien est bien le prototype du totale Staat. »

  • 29 Traduit en français en 1990 dans : Ernst Junger, L’État universel, suivi de La Mobilisation totale(...)
  • 30 Le philosophe Ernst Krieck, rival jaloux de Heidegger pour sa qualité de « philosophe du national- (...)
  • 31 Faye (1973 : 47).
  • 32 Cité par Faye (1972a : 702).

11Plus au Nord de l’Europe, la formule « totale Staat » connaît une genèse parallèle à travers l’expression« totale Mobilmachung » (« mobilisation totale »), qui exprime la mobilisation sans limite de toutes les forces de la société au service de l’État et de sa défense. La forformule ?« ? totale Staat » est donc, si l’on veut, polygéniste. La« mobilisation totale » est énoncée et théorisée en 1930 par l’écrivain Ernst Jünger, qui en fait le titre d’un essai en 1931 (Die Totale Mobilmachung29). C’est, du moins si l’on en croit Ernst Forsthoff, en prenant explicitement appui sur l’expression « totale Mobilmachung » développée par Ernst Jünger que Carl Schmitt, l’idéologue de l’État total, forge la formule « totale Staat ». À la suite de Carl Schmitt, ses disciples et amis Ernst Forsthoff, Ernst Rudolf Huber, Gerhard Günther et Ernst Krieck30 reprendront la formule « totale Staat » :« tous se référant à la formule de la totale Mobilmachung, développée par Ernst Jünger »31. Cependant, cette genèse de la formule « totale Staat » dans la « totale Mobilmachung » de Jünger se double d’une genèse dans le « Stato totalitario » fasciste. En effet, dit Carl Schmitt à la fin de l’année 1932, dans le « totale Staat » il faut entendre « total au sens de la qualité et de l’énergie à la façon dont l’État italien se nomme lui-même un ʺstato totalitarioʺ, ce par quoi il veut dire avant tout que les nouveaux moyens de puissance appartiennent exclusivement à l’État et servent à l’accroissement de sa puissance »32.

12La double genèse de la formule « totale Staat » est le commencement avant terme, si l’on peut dire, de sa circulation. Son analyse montre tout l’intérêt qu’il y a à remonter le fil conducteur des signifiants qui portent la formule, en tenant compte également de chaque signifiant pris individuellement : s’il n’avait pris en compte que les syntagmes « totale Staat » et « Stato totalitario » dans leur intégralité, Jean-Pierre Faye serait passé à côté de l’énoncé mussolinien dans lequel seule une composante du syntagme apparaît.

C. La circulation

  • 33 Faye (1972b : 41). Souligné par Faye.
  • 34 Faye (1973 : 47). Souligné par Faye.
  • 35 Voir Faye (1972b : 51 et 57) et Faye (1973 : 47).

13Le « mode de saisie » choisi par Jean-Pierre Faye pour son étude de la formule« s’attache à un énoncé, et [...] le suit dans sa circulation »33. La circulation de la formule « totale Staat » s’amorce dans l’énoncé de Mussolini où l’adjectif « totalitario » entre en politique. La circulation de la formule, c’est donc un changement de langue, où la formule, dans son « passage des Alpes », comme dit Faye (1973 : 81), passe de l’italien à l’allemand. Une autre circulation de la formule de langue à langue s’opérera dans les appels de la Phalange espagnole à un « Estado totalitario ». En circulant d’une langue à l’autre, la formule change aussi de lieu d’émergence dans les formations politiques : du centre comme lieu d’émergence en Italie, la formule émerge à la périphérie en Allemagne. Car si « Stato totalitario » surgit au cœur même du parti fasciste italien et restera une expression revendiquée par le régime, la formule « totale Staat » est au contraire « produite, forgée ou estampillée [...], non par les nazis eux-mêmes, mais par des messagers situés à leur périphérie »34, et ne fera qu’un passage éclair dans la parole d’Hitler lui-même, le 3 octobre 193335.En changeant de langue, la formule change donc de place dans ce que les politologues nommeraient aujourd’hui l’« échiquier politique ».

  • 36 Manifest der Schwarzen Front und Aktionsprogramm des 2. Reichskongress, octobre 1931.Voir Faye (19 (...)
  • 37 Hans Zehrer, « Revolution oder Restauration », dans Die Tat, août 1932. Cité par Faye(1972a : 487)
  • 38 Ernst Jünger,dans Der Arbeiter, 1932. Cité par Faye (1972a : 688). Une première traduction françai (...)
  • 39 Cité par Faye (1972a : 503).
  • 40 Adolf Hert, Totale Krise, Totale Revolution ? Die Schwarze Front des volkischen Nationalismus (Cri (...)
  • 41 Klemperer ([1947] 1996 : 281).
  • 42 Article publié dans la revue Deutsche Justiz du 12 janvier 1934.

14La circulation de la formule, c’est aussi, à l’intérieur d’une même langue, sa productivité lexicologique. Le syntagme « totale Staat » prolifère en une série de composés : le Manifeste du Front Noir36 et Gœbbels à sa suite exigent la « totale Revolution » ; Hans Zehrer décrit le national-socialisme comme un mouvement qui vise la réalisation d’une« totale Volksgemeinschaft »37 ; Ernst Jünger écrit que« la volonté de Dictature totale se reconnaît dans l’Ordre nouveau comme volonté de Mobilisation totale »38 et qu’« un État total présuppose au moins un seul Homme total »39 ; Adolf Ehrt publie un livre intitulé Totale Krise, Totale Révolution ?40. Pendant la guerre, le philologue Victor Klemperer, fils de rabbin converti au protestantisme, observateur attentif de la langue du Troisième Reich – celle qu’il appelle la LTI – notait41 : « Dans la LTI, le ʺtotalʺ est partout, même en dehors du domaine de la guerre : un article du Reich vantait la ʺsituation d’éducation totaleʺ dans une école de jeunes filles strictement nazie ; dans une vitrine, je vis un jeu de damier qui s’appelait ʺLe Jeu Totalʺ. » Le mot « total », caractérisé par Klemperer comme « prétention fondamentale et mot clé du nazisme », est utilisé précisément pour tout. Il faut souligner cependant qu’utiliser la formule ne signifie pas qu’on s’en accommode : cet usage signifie que la formule est devenue un passage obligé. Lorsque les nazis, en 1934, commencent à répudier la formule « totale Staat » au bénéfice d’autres expressions telles que « völkische Staat » ou « Fuhrerstaat », c’est sur un mode éminemment dialogique, qui est l’indice du caractère alors dominant de la formule « totale Staat ». Un tel exemple d’énoncé dialogique nous est donné par le titre d’un article du doctrinaire nazi Roland Freisler : « Totale Staat ? National-sozialistischer Staat ! »42 («État total ? État national-socialiste ! »).

  • 43 Michel Foucault (1969 : 44-54, chapitre « Les formations discursives »).
  • 44 Cette introduction est opérée par Michel Pêcheux, Claudine Haroche et Paul Henry (1971). Sur la no (...)

15La circulation de la formule, c’est enfin sa circulation d’une« formation discursive » à une autre, ou encore d’un lieu à l’autre du« fer à cheval des partis », puisque Jean-Pierre Faye n’emploie pas la première terminologie (en effet, Langages totalitaires est publié à peine trois ans après L’Archéologie du savoir43, et moins d’un an après l'introduction du concept de « formation discursive » en analyse du discours44). Le mot « Volksrevolution » (« révolution du peuple »), par exemple, circule du pôle droit au pôle gauche du fer à cheval des partis : utilisé d’abord comme slogan nazi, ce mot est repris en 1931 par le communiste allemand Heinz Neumann. Le syntagme « totale Revolution » (« révolution totale »), lui, circule dans l’ensemble des formations politiques. Il constitue un dénominateur commun. C’est « un mot qui est commun à presque tous les grands partenaires du champ de forces : on le trouve dans cette ʺgaucheʺ du groupe hitlérien que représente Gœbbels, on le retrouve chez son ennemi Otto Strasser ; et chez Richard Scheringer, de l’autre côté de la ligne de démarcation entre l’extrême-gauche et l’extrême-droite » (Faye, 1973 : 159).

  • 45 Antoine Culioli dans la table ronde du colloque « Matérialités discursives ». Repris dans Conein e (...)
  • 46 Jacques Rancière dans la table ronde de « Matérialités discursives ». Repris dans Conein et al. (1 (...)
  • 47 Faye (1972b : 41).

16La notion de « circulation », peut-on dire à la suite d’Antoine Culioli, ne doit pas laisser supposer « qu’une fois que les pièces sont là et que les règles sont données, ça va fonctionner »45. Car les « règles », si l’on tient à garder cette métaphore ludique que Culioli lui-même repousse, ne sont pas toutes connues d’avance, et certaines d’entre elles se créent au fur et à mesure du« jeu ». Il n’existe pas de prédestination en matière de discours (ce qui ne signifie pas, bien au contraire, que les contraintes n’existent pas). La formule ne circule pas toute seule, dans une sorte de « physique de l’idéologie » ou de « physique d’un effet des mots » critiquée par Jacques Rancière46. La circulation, partie prenante d’une « sociologie des langages »47 voulue par Jean-Pierre Faye, ne résulte pas d’une mécanique du linguistique, mais de pratiques langagières et de rapports de pouvoir et d’opinion qui s’observent dans le discursif.

17La formule circule à l’appui de certains usages qui lui donnent un caractère conflictuel ou problématique, et à l’appui d’événements ou d’autres discours qui motivent son utilisation, donnent des raisons aux locuteurs de recourir à elle d’une manière ou d’une autre. L’idée qu’un mot puisse être « parachuté » dans les discours ne peut tenir qu’à condition qu’on admette qu’il existe aussi, au sol, dans l’univers discursif et l’axiologie du moment, un dispositif prêt à l’accueillir et qui, si l’on peut dire, l’attend.

D. Le figement

18Le terme de « figement » n’apparaît pas dans le travail de Jean- Pierre Faye, et la notion elle-même y occupe une place assez marginale. Il importe cependant de noter le lien qu’établit Faye entre ce que nous identifions comme relevant du« figement » et la notion de formule, car ce lien prendra une importance accrue dans la suite de nos propositions.

  • 48 L’« équivalent » de la soudure allemande serait au mieux, en langue française, le trait d’union, o (...)
  • 49 II s’agit d’un article de Karl Radek paru en 1919. Karl Radek était alors délégué du Parti Communi (...)
  • 50 Faye (1972a : 82).

19Faye constate que certains mots se soudent, par cette soudure qu’accueille si volontiers la langue allemande quand la langue française ne l’accorde qu’avec parcimonie48. De la non-soudure du syntagme, Jean-Pierre Faye tire la conclusion que celui-ci en est encore aux premières heures de sa naissance. De la soudure du syntagme, Faye tire la conclusion qu’on est en présence d’une dénomination relativement stable. Personne sans doute ne contestera cette observation. Plus intéressant est le fait que, pour Faye, la soudure témoigne de l’existence de la formule. Ainsi Faye commente-t-il l’apparition du mot « Nationalbolschewismus » : le mot « national-bolchévisme » est né en 1919, « mais il met quelque temps à savoir, ou à laisser entendre, qu’il est né. L’écart entre cette naissance et cette reconnaissance est mesuré par la disparition finale de toute distance entre les deux composantes : en l’an [19]19 il est "nationale Bolschewismus"49, en [19] 20 dans le recueil de textes qu’ouvre l’article de Radek il est déjà "Nationalbolschewismus" (ʺGegen den Nationalbolschewismusʺ). Il est passé du stade de trouvaille littéraire et fortuite à celui d’idéologème durable. »50 Pour Jean-Pierre Faye, chez qui « idéologème » est un synonyme occasionnel de « formule », le figement atteste ainsi l’existence de la formule.

  • 51 II s’agit d’un texte d’Alfred Kurella.
  • 52 Faye (1972a : 473).
  • 53 Faye (1972a : 634).

20Mieux, c’est dans le figement que la formule acquiert son caractère « agissant ». C’est ce que propose implicitement Faye dans son observation de l’apparition de cette autre formule qu’est « Volksgemeinschaft » (« communauté du peuple ») : « On a quelque sentiment, dans ce texte51,d’y voir naître l’expression [Volksgemeinschaft].[...][Le] but, énonce Kurella, il se nomme Deutsche Volks-Gemeinschaft. Comme pour le national-bolchévisme avec le discours de Radek sur l’Opposition de Hambourg, la naissance du syntagme ici semble attestée par le simple fait qu’il est encore disjoint : le trait d’union, cette fontanelle linguistique, n’y est pas encore résorbé. »52 Plus loin, commentant la soudure par laquelle « Volks-Gemeinschaft » devient « Volksgemeinschaft », mot qui sera une des expressions centrales du national-socialisme, Faye écrit : « Là où la combinatoire des langages s’est détruite elle-même, la langue est ce qui devient immédiatement l’action la plus simplifiée. »53 En d’autres termes, la langue est agissante par son figement. C’est dans l’arrêt de l’ouverture de la combinatoire, autrement dit dans le figement, que le discours est action, que la trouvaille littéraire et fortuite devient formule.

E. Le procès d'acceptabilité

  • 54 Faye (1972a : 7).
  • 55 Comme l’exprime notamment cette phrase souvent citée : « La narration est cette fonction fondament (...)

21La formule, selon Jean-Pierre Faye, est agissante : elle a une efficacité, elle engendre un procès d’acceptabilité, elle a pour effet de rendre acceptable quelque chose. En l’occurrence, la formule « totale Staat » a pour effet de rendre acceptable la destruction des juifs d’Europe : la« toute première mise en circulation [de la formule “totale Staat”] tend à rendre ʺacceptableʺ d’avance l’avènement au pouvoir total de ceux qui le préconisent– et la pratique, bientôt, d’une ʺSolution Finaleʺ à la question dont cette langue a construit les énoncés redoutables. »54 L’idée d’un procès d’acceptabilité accompli par la formule s’inscrit dans la conception fayenne de l’histoire, où l’histoire est récit55, et où le récit est agissant.

  • 56 Louis Guespin (1976 : 5).
  • 57 Idem.
  • 58 Faye (1972b : 64).
  • 59 Faye (1972a : 659) et Faye (1996a : 216).
  • 60 Faye (1973 : 67).
  • 61 « Herméneutique libre » qui est le domaine des « interprétations sauvages, incontrôlées, empirique (...)
  • 62 L’adjectif « völkisch », généralement considéré, et à bon droit, comme intraduisible, signifie à l (...)
  • 63 Faye (1972a : 199).
  • 64 Idem.

22Comme le souligne Louis Guespin (qui ne visait pas particulièrement Faye), l’idée selon laquelle « le discours est action » est une « vérité à débattre et à travailler »56. Que le discours fasse quelque chose, personne ou presque n’en doute, et chacun à un moment ou à un autre l’espère secrètement. Que la langue fasse quelque chose, voilà déjà qui est plus difficile à accepter. Il reste encore quelques provocateurs avertis, néanmoins, pour dire cette vérité : sans la langue, il ne se passerait rien. Encore chacun doit-il préciser de quoi il parle. Faye, on s’en doute, ne s’inscrit pas dans la visée « psychologisante »57 que dénonce Guespin. Pour Faye, c’est par les mots eux-mêmes que s’opère le procès d’acceptabilité. La notion d’acceptabilité jouxte ainsi la notion de performance, sans avoir besoin, prévient Jean-Pierre Faye, de « revêtir les formes grammaticales particulières de ce qui a été appelé le ʺperformatifʺ (au sens d’Austin) »58 :« Ce terme d’acceptabilité articule pour nous, écrit Faye, un concept qui joue d’autre part chez les linguistes à la charnière entre syntaxe et stylistique (ou ʺperformanceʺ). »59C’est le procès d’acceptabilité accompli par la formule qui sonne la consécration du mot comme enjeu politique : c’est lui qui donne aux mots un de leurs pouvoirs les plus stupéfiants – agir. Ce pouvoir est plus stupéfiant que nature lorsqu’il est exprimé par un de ces raccourcis dont Jean-Pierre Faye a le secret : « Une seule mort, celle de Matteotti, racontée et justifiée à travers l’apologie de ʺl’État totalitaireʺ [le discours mussolinien de juin 1925], prépare et rend possible les deux millions de morts d’Auschwitz, les six millions de juifs assassinés. »60 La notion d’« acceptabilité » reste du domaine de l'interprétation, ce qui ne signifie pas qu’il faille la rejeter de la description des faits humains, à condition qu’on veuille bien distinguer « interprétation » et« herméneutique libre »61. Il existe des interprétations plus justes (plausibles, vraisemblables, justifiées, convaincantes...) que d’autres. Mais le procès d’acceptabilité, au sens strict, ne se« démontre » pas. Le procès d’acceptabilité est simplement plus ou moins vraisemblable. Vraisemblable, par exemple, est le procès d'acceptabilité accompli par le mot « völkisch »62. « En substituant au mot tout “négatif” qu’est antisemitisch le mot “positif” par excellence dans la langue du nationalisme allemand : volkisch »63, c’est toute « l’acceptabilité du discours nazi »64 qui se prépare. Faire que« national » puisse signifier aussi« raciste », voilà un tour de passe-passe qui rend possible bien des raisonnements et les actions qu’ils justifient.

  • 65 Sur l’adjectif relationnel, voir Krieg, 2002.
  • 66 Voir notamment Faye (1972b : 46).
  • 67 Voir les critiques formulées à l’égard du travail d’Hannah Arendt par Raul Hilberg ([1994] 1996 : (...)
  • 68 Au moment où paraissait en France la traduction des deux dernières parties des Origines du totalit (...)

23Le procès d’acceptabilité accompli par les formules s’opère notamment par ce type de procédé : en jouant sur la polysémie des termes ou sur l’ambiguïté de certaines catégories, comme ici, avec « völkisch », celle de l’adjectif dit relationnel65. Le procès d'acceptabilité peut également s’accomplir à travers la circulation, notion chère à Jean-Pierre Faye et sur laquelle il faut ici revenir. Car la circulation, qui est changement de langue, changement de formation discursive, changement de sens, changement par dérivation ou composition, est pour Jean-Pierre Faye productrice d’effets66. Bien qu’on puisse être méfiant vis-à-vis de quelqu’un – Hannah Arendt – qui ne travaille pas précisément sur du texte67, et bien qu’il y ait quelque provocation à évoquer cette philosophe aux côtés de Jean-Pierre Faye68, il faut noter que les raisonnements de l’un et de l’autre, en certains points, se rencontrent.

  • 69 Faye (1973 : 63).

24Dans le livre dont Jean-Pierre Faye aimerait précisément « ne pas parler »69, à savoir Les origines du totalitarisme, Hannah Arendt fait elle aussi un lien entre circulation des énoncés et efficacité dans le politique. Pour Hannah Arendt, l’impérialisme est le résultat de la domination politique de la bourgeoisie, et non, comme le disait Lénine, le stade ultime du capitalisme. Or, précisément, selon Arendt, l'impérialisme se trouve justifié par la circulation, du domaine privé et marchand vers le domaine des affaires publiques, de certains mots d’ordre. La bourgeoisie, selon Arendt ([1951] 1982 : 35), adopte certains slogans « qui naissent fatalement de l’expérience d’une société de concurrence », et qu’expriment des proverbes tels que « le succès sourit au succès », « la raison du plus fort est toujours la meilleure » ou « qui veut la fin veut les moyens ». C’est lorsque le langage des affaires devient dominant, autrement dit lorsque les affaires publiques vont être menées avec les slogans des affaires privées de la bourgeoisie, que les mots trouveront leur efficacité dans le politique, par la réalisation de l’impérialisme : « Quand, à l’ère de l’impérialisme, écrit Hannah Arendt (idem),les hommes d’affaires devinrent des politiciens et qu’ils se virent acclamés au même titre que des hommes d’État, alors que les hommes d’État n’étaient pris au sérieux que s’ils parlaient le langage des hommes d’affaires couronnés par le succès et ʺpensaient en termes de continentsʺ, ces pratiques et ces procédés qui étaient ceux de particuliers se transformèrent peu à peu en règles et en principes applicables à la conduite des affaires publiques. » La circulation des discours a produit ses effets dans le politique.

***

  • 70 Discours de Heinrich Himmler aux principaux responsables des SS et de la Police, 4 octobre 1943. C (...)
  • 71 Krieg, 2000c et Krieg-Planque, 2003.

25Le travail de Jean-Pierre Faye est pour notre analyse des formules un appui heuristique fort. Les notions de circulation et de figement, en particulier, reviendront dans ces pages. Notre travail diffère cependant de celui de Faye en certains points. Notamment, Jean- Pierre Faye a pour lui ce que l’on appelle « le recul de l’histoire ». Langages totalitaires est paru vingt-sept ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale et plus de quarante ans après les récits et les actes qui y sont rapportés. Si Faye peut dire qu’un discours de Mussolini prononcé en j u i n 1925 rend possible « les six millions de juifs assassinés », c’est parce que des historiens ont démontré que ces millions ont été assassinés, que ces historiens ont démontré comment ces millions ont été assassinés, et que ces historiens ont démontré par qui ces millions ont été assassinés. Cette « page de gloire » de l’histoire allemande, disait Himmler, « n’a jamais été écrite et ne le sera jamais »70. Sur cette page promise à rester blanche, des historiens ont pourtant surchargé du poids de la preuve des milliers de milliers de lignes. Contrairement à l’œuvre de Faye, notre travail de recherche doctorale71 a été contemporain des discours qu’il analysait. Lorsque, dans la perspective de notre thèse de doctorat, nous avons commencé à nous intéresser aux usages des expressions« purification ethnique », « nettoyage ethnique » et « épuration ethnique », en mars 1994, les nationalistes serbes continuaient d’assiéger Sarajevo et Gorazde. Personne ne pouvait dire, alors, quand et comment la guerre prendrait fin, ni si d’autres pays n’allaient pas entrer plus largement dans le conflit armé, ni sous quelles modalités, et avec quelles conséquences. Aujourd’hui, la page de misère de l’histoire yougoslave est encore à écrire. Elle n’a pas ses milliers de milliers de lignes. La guerre yougoslave est un objet d’enquêtes ; elle devient peu à peu un objet de justice ; elle n’est qu’à peine un objet d’histoire. Mais la guerre yougoslave a été dans son immédiateté un objet de discours, et c’est ce discours qui a été à son tour notre objet. Il s’est donc agi pour nous de faire une analyse contemporaine des discours qui, eux-mêmes, se référaient à des faits qui leur étaient contemporains.

  • 72 Trois hommes sont accusés d’avoir participé à l’assassinat d’un commissaire de police, à Milan, en (...)

26La contemporanéité est souvent présentée comme un handicap pour la recherche. Nous n’en sommes pas convaincu, et pensons avec Arlette Farge (1997 : 141-142) qu’« un des lieux communs du savoir historique » consiste à croire que « plus on remonte dans le temps passé, plus les choses racontées sont sûres, dépassionnées ». En France, les polémiques passionnées au sujet de Clovis qui ont eu lieu en 1996 –soit 1 485 années après la mort du roi des Francs– ont bien montré que le recul des années n’implique en rien une absence de passion dans le débat et l’analyse. À l’inverse, un ouvrage de Carlo Ginzburg ([1991] 1997) montre que l’absence de distance temporelle– doublée en outre d’une absence de distance affective– n’empêche pas la distance critique d’être à l’œuvre. Lorsque Ginzburg, l’historien des procès en sorcellerie des 16e et 17e siècles déplace son attention quatre siècles plus tard, sur un autre procès, celui d’anciens membres de l'organisation Lotta Continua, c’est toujours la science historique qui est au travail72. Écrit« à chaud », et écrit pour innocenter un ami, le livre de Ginzburg aurait pu être une diatribe, un pamphlet, un cri. Et pourtant c’est un travail scientifique – qui crie justement d’autant mieux qu’il ne hausse jamais le ton. C’est un travail scientifique avec son analyse rigoureuse des interrogatoires et des« aveux », sa critique de l’évidence de la preuve, sa mise au jour des non-dits, des insinuations, des contradictions et de la façon dont les juges sont aveugles à celles-ci. Il ne nous apparaît donc pas que la contemporanéité soit a priori préjudiciable à la réflexion. Peut-être même, aussi inconfortable qu’elle soit, a-t-elle ses avantages. Elle limite les interprétations rapides et les affirmations péremptoires. Elle est une garantie solide contre cette « sorte de prophétisme à l’envers » qu’Arlette Farge(1997 : 36) épingle comme une des tentations de l’historien qui, lui, « connaît la fin de l’histoire ». Bref, elle rend prudent sur le sens à donner à ce qui est dit. Cette contemporanéité permet aussi de comprendre dans toute leur fragilité des énoncés produits dans l’immédiateté, ce que sont par définition les énoncés médiatiques, des énoncés produits sans presque aucune caution de la science historique.

Notes

1 Jean-Pierre Faye est l’auteur de poèmes rassemblés dans différents recueils : Faye, 1960 ; 1965 ; 1977 ; 1984 ; 1992.

2 Faye, 1972b : 11.

3 Faye, 1973 : 38.

4 Faye, 1973 : 27.

5 Faye, 1973 : 47.

6 Faye, 1972a : 401-402 et Faye, 1996a : 111.

7 « La révolution est devenue qu’on me permette l’antithèseconservatrice. » dit Alfred Rocco(voir Faye, 1972b : 63).

8 Faye, 1996b : 118.

9 Faye, 1972a : 690 et Faye, 1972b : 131.

10 Jacqueline Authier-Revuz, 1995 : 316-345 (« L’autre discours "approprié" ou "associé" : celui de l’objet du dire, ou un des discours de l’interdiscours »). Jacqueline Authier-Revuz distingue le discours autre approprié (à l’objet dont on parle) du discours autre associé (c’est-à-dire associé – pour des raisons diverses – à l’objet dont on parle). Relèvent respectivement du premier et du second mode de représentation du discours autre : « Il est en train de la "draguer", pour parler comme lui. » / « Il est en train de lui "conter fleurette", comme aurait dit ma grand-mère. »

11 Exemple : « Autrement dit, toute la constellation d’associations, pour parler comme Saussure, le paradigme entier du Mouvement national est présent à leurs yeux. » (Faye, 1972a : 470)

12 Exemple : « La signification, c’est la chaîne des correspondances entre l’ensemble des signifiants et celui des signifiés – pour parler comme Saussure ou Chrysippe – ou des expressions et des contenus, pour reprendre les équivalents de Hjelmslev. » (Faye, 1972a : 274)

13 Exemple : « Il est ce langage à la fois ʺneutreʺ et ʺcomplexeʺ, au sens des linguistes. » (Faye, 1972a : 469)

14 Authier-Revuz, 1995 : 463-464.

15 Faye, 1973 : 39.

16 Professeur à Berlin entre 1933 et 1945.

17 Disciple de Carl Schmitt, Professeur en droit public et administratif, nommé à Francfort en 1933.

18 Faye, 1973 : 82.

19 Sur le mol « Volk », voir, outre Jean-Pierre Faye ; Louis Dumont, « La maladie totalitaire. Individualisme et racisme chez Adolf Hitler », dans Dumont (1983 : 132-164) ; Geoffroy Rémi (1996) ; Andrée Tabouret-Keller (1996).

20 Voir par exemple Faye (1972a : 472).

21 Voir par exemple Faye (1972a : 494).

22 Voir par exemple Faye (1972a : 555) ; Faye (1996a : 82).

23 Voir par exemple Faye (1972a : 622 et 625) ; Faye (1996a : 166).

24 Voir Faye (1973 : 73-74).

25 Faye, 1973 : 32.

26 Il existe en effet trois versions italiennes de la dernière phrase de cet extrait. L’une paraît le 23 juin 1925 dans le journal du parti socialiste-démocratique Il Lavoro. L’autre paraît le même jour dans le journal fondé par Mussolini, Il Popolo d’Italia. La troisième version apparaît dans les œuvres complètes de Mussolini publiées à Florence en 1956. La phrase que nous citons ici est tirée de la traduction française parue chez Flammarion dans l'entre-deux-guerres. Pour plus de détails sur ces différentes versions voir Faye (1972b : 59-60).
Remarque : En 1996, dans son livre Le siècle des idéologies (1996b : 65), Jean-Pierre Faye génère lui-même une quatrième version italienne de l’énoncé mussolinien, par étourderie sans doute, mais il n’empêche. Faye ne parle plus de « notre farouche volonté totalitaire » la nostra feroce volontà totalitaria ») mais de« ma féroce volonté totalitaire » (« la mia feroce volontà totalitaria »). Quant au passage « avec une férocité encore plus grande » (« con ancora maggiore ferocia »), il devient « avec encore plus de férocité » (« con ancora più di ferocia »).

27 Voir Faye (1972a : 356) ; Faye (1972b :88) ; Faye (1973 :132).

28 Faye (1973 : 65).

29 Traduit en français en 1990 dans : Ernst Junger, L’État universel, suivi de La Mobilisation totale, Paris, Gallimard, coll. Tel, 1990, 144 p. Traduit de l’allemand par Henri Plard et Marc de Launay.

30 Le philosophe Ernst Krieck, rival jaloux de Heidegger pour sa qualité de « philosophe du national-socialisme », est recteur de l’Université de Francfort puis lieutenant-colonel SS sous le régime nazi. Il meurt en 1946 dans ce que Faye (1996b : 107) appelle un « camp de dénazification ».

31 Faye (1973 : 47).

32 Cité par Faye (1972a : 702).

33 Faye (1972b : 41). Souligné par Faye.

34 Faye (1973 : 47). Souligné par Faye.

35 Voir Faye (1972b : 51 et 57) et Faye (1973 : 47).

36 Manifest der Schwarzen Front und Aktionsprogramm des 2. Reichskongress, octobre 1931.Voir Faye (1972a :457).

37 Hans Zehrer, « Revolution oder Restauration », dans Die Tat, août 1932. Cité par Faye(1972a : 487).

38 Ernst Jünger,dans Der Arbeiter, 1932. Cité par Faye (1972a : 688). Une première traduction française de Der Arbeiter est parue en 1989 : Le Travailleur, Paris, Christian Bourgois, 369 p.Traduit de l’allemand par Julien Hervier.

39 Cité par Faye (1972a : 503).

40 Adolf Hert, Totale Krise, Totale Revolution ? Die Schwarze Front des volkischen Nationalismus (Crise totale, révolution totale ? Le Front noir du nationalisme völkische), Berlin, 1933. Voir Faye (1972a : 740).

41 Klemperer ([1947] 1996 : 281).

42 Article publié dans la revue Deutsche Justiz du 12 janvier 1934.

43 Michel Foucault (1969 : 44-54, chapitre « Les formations discursives »).

44 Cette introduction est opérée par Michel Pêcheux, Claudine Haroche et Paul Henry (1971). Sur la notion de « formation discursive », voir notamment Dominique Maingueneau (2005) et Claire Oger (2005). Pour cette notion comme pour d’autres ayant cours en analyse du discours (« figement », « dialogisme », « préconstruit »…), le lecteur pourra se reporter à l’entrée concernée dans le Dictionnaire d’analyse du discours dirigé par Patrick Charaudeau et Dominique Maingueneau (2002).

45 Antoine Culioli dans la table ronde du colloque « Matérialités discursives ». Repris dans Conein et al. (1981 : 185).

46 Jacques Rancière dans la table ronde de « Matérialités discursives ». Repris dans Conein et al. (1981 : 180-181).

47 Faye (1972b : 41).

48 L’« équivalent » de la soudure allemande serait au mieux, en langue française, le trait d’union, ou plus souvent des caractéristiques sémantiques spécifiques et un comportement syntaxique particulier qu’il faut tous deux identifier au cas par cas.

49 II s’agit d’un article de Karl Radek paru en 1919. Karl Radek était alors délégué du Parti Communiste (bolchevik) russe. D’origine juive, Radek sera victime des purges staliniennes au milieu des années 1930. Voir Raul Hilberg ([1992] 1994 : 277 et 341).

50 Faye (1972a : 82).

51 II s’agit d’un texte d’Alfred Kurella.

52 Faye (1972a : 473).

53 Faye (1972a : 634).

54 Faye (1972a : 7).

55 Comme l’exprime notamment cette phrase souvent citée : « La narration est cette fonction fondamentale et comme primitive du langage qui, portée par la base matérielle des sociétés, non seulement touche à l’histoire mais effectivement l’engendre. » (Faye, 1972b : 107)

56 Louis Guespin (1976 : 5).

57 Idem.

58 Faye (1972b : 64).

59 Faye (1972a : 659) et Faye (1996a : 216).

60 Faye (1973 : 67).

61 « Herméneutique libre » qui est le domaine des « interprétations sauvages, incontrôlées, empiriquement non contraintes », selon la formulation de Bernard Lahire (1996 : 62). Mettant en garde contre les dangers auxquels s’expose l’analyse du discours, Dominique Maingueneau (1999 : 180) évoque de son côté le risque d’une herméneutique incontrôlée (« uncontrolled hermeneutics »).

62 L’adjectif « völkisch », généralement considéré, et à bon droit, comme intraduisible, signifie à la fois « raciste » et « national ». D’après Édouard Conte et Cornelia Essner (1995 : 378, note 13), ce mot « connote les idées de peuple (allemand s’entend...) et de communauté de descendance ». Sur « völkisch », voir aussi Faye(1972a : 151-199) et Faye (1998 : 23-26).

63 Faye (1972a : 199).

64 Idem.

65 Sur l’adjectif relationnel, voir Krieg, 2002.

66 Voir notamment Faye (1972b : 46).

67 Voir les critiques formulées à l’égard du travail d’Hannah Arendt par Raul Hilberg ([1994] 1996 : 141-150). Pour une critique des critiques portées au travail d’Hannah Arendt, voir notamment Alain Brossat(1996 : 45-58).

68 Au moment où paraissait en France la traduction des deux dernières parties des Origines du totalitarisme (2. L’impérialisme et 3. Le système totalitaire), Jean-Pierre Faye (1973 : 63) écrivait à leur sujet : « Je pense [...] que l’absence regrettable de rigueur, sur les notions les plus décisives et les enjeux les plus graves, est flagrante dans ce livre. » La critique de Faye portait principalement sur l’absence de questionnement, de la part d’Arendt, sur le mot « totalitaire » lui-même : « Ce livre ne se demande jamais de ʺquoiʺ il parle, et quel est ce nom étrange accolé par lui à cette chose monstrueuse. » (Faye, 1973 : 65) Faye estime également non fondé le principe d’analyse utilisé par Arendt qui consiste à mettre l’hitlérisme et le stalinisme« pour ainsi dire sur deux colonnes » sous le concept commun et cohérent que serait le« totalitarisme » (voir Faye, 1996b : 94-96, 118-119, 185-186). Cette critique de Faye vient de son refus d’élaborer un métalangage distinct du langage-objet (voir Krieg, 2000c : 26-28 et dans le présent ouvrage : 34-37).

69 Faye (1973 : 63).

70 Discours de Heinrich Himmler aux principaux responsables des SS et de la Police, 4 octobre 1943. Cité par Raul Hilberg ([1985]1988 : 871).

71 Krieg, 2000c et Krieg-Planque, 2003.

72 Trois hommes sont accusés d’avoir participé à l’assassinat d’un commissaire de police, à Milan, en 1972. Parmi eux, Adriano Sofri, qui écope en 1990 de vingt-deux ans de prison. Carlo Ginzburg croit Sofri innocent. Le militant révolutionnaire se trouve aussi être un ami de l’historien – « Un de mes amis les plus chers », écrit Ginzburg (ibid. : 7).C’est cet ami que Ginzburg entend défendre dans son livre, en soumettant à l’analyse critique les pièces du procès. Le travail se fait ici sur de l’archive chaude : Ginzburg publie son livre dans les premiers mois de l’année 1991, alors que la condamnation de Sofri a été prononcée en mai 1990.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search