Version classiqueVersion mobile

L’âge du Fer en Basse-Normandie. Gestes funéraires en Gaule au Second-Âge du Fer. Volumes I et II

 | 
Philippe Barral
, 
Bernard Dedet
, 
Fabien Delrieu
, 
et al.

Volume I. L’Âge du fer en Basse-Normandie. thème régional

Un réseau de fermes en périphérie caennaise

Hubert Lepaumier, Chris-Cécile Vauterin, Elven Le Goff et James Villaregut

Résumé

Initiées dès les années soixante-dix, les recherches archéologiques menées sur le plateau sud-est de l’agglomération caennaise n’ont cessé depuis de se développer. Pour la fin de l’Âge du fer ce ne sont pas moins d’une quinzaine de sites qui ont ainsi pu être partiellement ou totalement étudiés. Cette densité d’occupation permet de préciser les divers types d’occupation présents. Les comparaisons envisagées concernent non seulement la structuration des sites mais également les principales caractéristiques des corpus de mobilier qui y ont été identifiés. Elles ont pour objectifs de tenter d’approcher les questions sur la fonction et le statut des différentes occupations de ce micro terroir. Un second objectif consiste à mieux cerner les différents territoires d’exploitation et d’approvisionnement des établissements de cette zone. Il s’agit bien évidemment de définir des territoires théoriques disponibles autour de chaque site mais aussi de dresser l’inventaire des mobiliers importés susceptibles d’illustrer les contacts avec des régions plus éloignées.

Texte intégral

1 La zone d’étude prise en considération concerne la périphérie sud-est de Caen, qui a constitué, du fait de l’expansion importante de son agglomération, l’un des terrains privilégiés pour l’archéologie préventive régionale. La documentation accumulée sur ce secteur se démarque du reste de la Basse-Normandie par un nombre surprenant d’établissements enclos. La plupart d’entre eux a fonctionné simultanément durant les derniers siècles de l’Âge du fer, mettant en évidence la forte densité de l’occupation dans ce secteur de la Plaine de Caen.

1. Contexte géographique

2Le secteur intègre une série de plateaux qui dominent la vallée de l’Orne, faisant partie de l’entité géographique nommée Plaine de Caen. Celle-ci, enfermée entre le Massif armoricain à l’ouest et les reliefs du Pays d’Auge à l’est, s’ouvre à une quinzaine de kilomètres au nord sur la mer de la Manche. Le sous-sol est constitué d’un substrat calcaire jurassique altéré par la gélifraction, sur lequel s’est déposé un important recouvrement lœssique quaternaire. Sur ces matériaux se sont développés depuis l’Holocène des sols limoneux épais marqués par une forte bioturbation.

2. Historique des fouilles

3En dehors de quelques explorations anciennes, les recherches archéologiques dans ce secteur de la périphérie caennaise ont réellement débuté à la fin des années 1970 avec les travaux de C. Lorren de l’Université de Caen sur le village médiéval de « la Delle Saint-Martin » et de « Saint-Martin de Trainecourt » sur la commune de Mondeville. À la fin des années 1980 et le début des années 90, de vastes opérations de diagnostic suivies de fouilles de sauvetage sont menées, dont celle du « Haut-Saint-Martin » sur la même commune (fouille V. Renault) et celle sur la commune voisine de Grentheville (fouille M.-C. Taupin), révélant une occupation quasiment continue depuis le Néolithique ancien jusqu’à la période médiévale. Grâce à un suivi régulier et constant des projets d’aménagement, plusieurs occupations encloses de la fin de l’Âge du fer ont ainsi été identifiées et étudiées. Il s’agit tout d’abord du site du « CD 120 » à Fleury-sur-Orne (San Juan et al. 1994), puis celui du « MIR » situé à cheval sur les communes de Mondeville et de Giberville (fouille D. Leroy et C. Peuchet, Peuchet-Geilenbrügge, Morzadec, 2001) et celui du « Haut-Saint-Martin » à Mondeville même (fouille V. Renault). Viennent ensuite les investigations menées sur la ZAC de « l’Étoile » à Mondeville, conduisant à la découverte de trois enclos (Besnard-Vauterin 2009). Depuis, les fouilles préventives sur ce type de site se sont multipliées au rythme des aménagements péri-urbains, notamment sur les communes de Cormelles-le-Royal (Carpentier et al. 2002 ; fouille H. Lepaumier), de Saint-Martin-de-Fontenay (fouille J. Villaregut, N. Coulthard), de Ifs (Le Goff 2009 ; fouille C.-C. Besnard-Vauterin) et de Fleury-sur-Orne (fouilles L. Paez Rezende, M. Demarest et H. Lepaumier).

4Cette accumulation de données illustre tout l’intérêt du suivi archéologique sur de grandes surfaces d’un secteur soumis à un fort développement économique (Marcigny et al. 2006). Au final, 13 occupations du Second Âge du fer ont ainsi pu être étudiées sur une zone de seulement 15 km2 (fig. 1).

3. Nature des données

5Pour cette partie de la Plaine de Caen, l’expérience montre que la prospection archéologique aérienne ne permet de visualiser qu’une infime partie des sites, estimée à moins de 10 % (Desloges et al. 1999, p. 418). Pour ne reprendre que notre fenêtre d’étude, sur les 13 enclos décapés seuls 4 avaient été identifiés sur des clichés aériens. L’ensemble 5 de la ZAC « Object’Ifs sud » à Ifs était correctement documenté, suffisamment du moins pour en connaître les limites. L’ensemble 6 de la même ZAC « Object’Ifs Sud » n’était quant à lui que très partiellement reconnu. Sur la commune voisine de Fleury-sur-Orne, le site du « CD 120/ZL 7 » ne laissait apparaître que quelques anomalies linéaires alors qu’à quelques centaines de mètres de là, l’enclos des « Mézerettes » offrait un plan quasi complet. Pour les 9 autres sites, malgré un survol régulier et répété, aucun vestige n’avait été soupçonné.

6Ces remarques préliminaires nous conduisent à considérer que nous ne connaissons bien la cartographie des enclos que sur les zones ayant fait l’objet d’un diagnostic archéologique par le biais de tranchées. Il apparaît donc que la trame qui se dessine ici pourra être complétée à l’avenir par l’étude des secteurs intercalaires encore inexplorés.

7Il est bien évident par ailleurs que sur une période de recherches d’un peu plus de vingt ans, les méthodes et les approches archéologiques ont évolué. Il n’est donc pas inutile de revenir un peu sur les modalités d’études des sites. Dans le cas du site du « CD 120 » à Fleury-sur-Orne, l’opération archéologique a été limitée à l’ouverture de quelques fenêtres, implantées sur les principales concentrations de structures reconnues dans les tranchées de diagnostic. La fouille des structures les plus importantes a été complétée par un nettoyage des aires empierrées (San Juan et al. 1994). Cela a certes permis de documenter l’occupation mais pas d’en reconnaître toute l’ampleur et l’architecture. Pour la fouille du « MIR » réalisée un an après celle du « CD 120 », le choix méthodologique s’est porté sur un échantillonnage de l’étude des structures après un décapage intégral permettant un relevé complet du site. Ainsi, seule une partie des fosses et environ 25 % des tracés de fossés ont été explorés. Si les moyens mécaniques étaient trop restreints pour une approche intégrale des sites, la main d’œuvre était en revanche parfois importante par la mise à disposition de contractuels CES (Contrat Emploi Solidarité). Dans la deuxième moitié des années 90, les moyens alloués aux opérations ont augmenté de façon sensible. La mécanisation a compensé largement la diminution des effectifs sur le terrain, permettant d’atteindre une fouille quasiment exhaustive des structures. Parallèlement, les durées des post-fouilles se sont rallongées et les études spécialisées diversifiées. À l’occasion de la fouille de la ZAC « Object’Ifs Sud », des décapages plus extensifs ont ainsi permis d’aborder divers vestiges périphériques aux habitats (parcellaire, réseau viaire, petits ensembles funéraires…) (Le Goff 2009), éléments qui n’étaient jusqu’à lors perçus qu’au travers des tranchées de diagnostic (Besnard-Vauterin 2009, p. 54-57).

Fig. 1 : historique des opérations liées au Second Âge du fer qui se sont déroulées au cours des 20 dernières années sur la périphérie sud-est de l’agglomération caennaise.

4. Les vestiges immobiliers

4.1. La surface des sites

8Lorsqu’ils ont été intégralement décapés, l’emprise au sol des enclos varie de 1000 m2 à plus de 25000 m2 (fig. 2). Ces superficies dépendent bien entendu de la durée d’occupation et du nombre de phases d’aménagement reconnu sur chaque site (fig. 3). En l’état, les plus petits (Mondeville « l’Étoile, site 2 » et Ifs « AR 67 ») sont également ceux qui ont une durée d’occupation relativement brève, limitée à 1 ou 2 phases. À l’inverse les plus étendus (Fleury-sur-Orne, « CD 120/ZL 7 », Ifs « Object’Ifs Sud, ensemble 6 » ou encore Mondeville/Giberville « Le MIR ») ont connu une histoire plus longue, marquée par de multiples remaniements et extensions. Fait du hasard ou non, on constate que les établissements à étendue « lâche » se situent davantage sur la partie méridionale du secteur, alors qu’à l’est (Mondeville, Cormelles-le-Royal), ils présentent une occupation plus centrée, composée d’aménagements surimposés.

9Le site de « la Main Delle » à Bourguébus qui n’a pour l’instant fait l’objet que de quelques sondages (Jahier 2003, Villaregut en cours) mais dont le plan d’ensemble est révélé par la photographie aérienne, pourrait illustrer une autre catégorie de site qui s’étend sur plus de 4 ha.

4.2. L’ampleur des fossés de clôtures

10L’une des caractéristiques des enclos étudiés dans cette partie de la Plaine de Caen réside dans l’importance de leurs fossés de clôture. Pour les 13 sites de référence, les profondeurs maximales atteintes sur ces creusements s’échelonnent entre 1,5 et 4 m sous la surface actuelle, qui ne paraît pas devoir être très différente du niveau de sol à l’époque gauloise (fig. 4). Si l’on ne considère que les profondeurs observées sous les niveaux de décapage, celles-ci varient de 75 cm à 3,3 m. Ces quelques chiffres doivent être comparés à ce qui est généralement recensé sur les habitats enclos du Second Âge du fer en Gaule où la profondeur moyenne des principaux fossés n’est seulement que de 1,25 m (Blancquaert et al. 2009, p. 15-16). Il y a donc bien sur ce secteur de la Plaine de Caen une volonté d’ancrer durablement l’habitat.

Fig. 2 : plan synthétique des occupations domestiques du Second Âge du fer étudiées sur la zone d’étude (la numérotation renvoit à la figure 1).

Fig. 3 : superficie et durée d’occupation des sites.

Fig. 4 : profondeur maximale atteintes par les fossés de chaque site (en gris : épaisseur des décapages) ; en bas : exemple d’un fossé du site « ZL7/CD120 » de Fleury-sur-Orne (cliché S. Giazzon, Inrap).

Fig. 5 : exemple de l’un des rares silos reconnu sur la zone d’étude : Fleury-sur-Orne, « ZL7/CD120 » (cliché P. Gilette, Inrap).

4.3. Les bâtiments

11S’il est un domaine où l’étude des sites locaux est marquée par un déficit flagrant d’information, c’est bien celui du bâti. Bien que les sites enclos offrent quasiment tous des structures assimilées à des trous de poteau, le nombre de bâtiments clairement identifié est en revanche très limité. Certains d’entre eux sont par ailleurs confrontés à un problème d’attribution chronologique, surtout lorsque le site présente une occupation de longue durée. C’est le cas par exemple de la ZAC « Object’Ifs Sud » (Le Goff 2009), où une quarantaine d’édifices de type grenier a été identifiée en marge de l’un des établissements enclos (ensemble 5), tout en s’insérant dans l’espace d’un vaste habitat ouvert daté du Bronze final à la fin du Premier Âge du fer. En définitive, sur ce site, seuls quatre bâtiments sont directement associés à l’ensemble 5 et un autre à l’ensemble 6. On note par ailleurs deux plans (un par phase) sur le site voisin d’Ifs « AR 67 » et un autre sur le site de Mondeville « Le Haut-Saint-Martin ». Il s’agit pour ces exemples de constructions sur poteaux de plan rectangulaire simple ou à abside, dont la surface interne n’excède que rarement 40 m2. En revanche, aucun plan de bâtiment n’est connu sur les trois sites de « l’Étoile », ni sur ceux du « MIR », de Cormelles-le-Royal, de Saint-Martin-de-Fontenay et de Fleury-sur-Orne. Leur absence ici s’explique peut-être tout simplement par un autre mode de construction, comme celle sur tranchée de fondation telle qu’elle est reconnue pour la même période sur certains sites du Pays d’Auge, de l’Orne ou de la Manche (Jahier et al. 2000) et dont les traces ont pu passer inaperçues dans les limons épais de la plaine.

4.4. Les structures de stockage

12Tous ces enclos enferment un grand nombre de vestiges excavés, bien souvent organisés le long des fossés de clôture. Parmi les structures que l’on présume dédiées au stockage, on peut distinguer d’une part des fosses parallélépipédiques et d’autre part des caves aménagées.

13Depuis l’étude du site du « MIR », l’une des caractéristiques essentielles des enclos du secteur caennais réside dans l’identification récurrente de vastes structures enterrées. Si certaines d’entre elles s’apparentent à des fosses boisées, du fait de leur creusement à ciel ouvert, d’autres en revanche correspondent à de véritables souterrains creusés dans la roche calcaire. Certaines structures offrent également une configuration mixte. Ces excavations, que nous assimilons à des caves, présentent une ou plusieurs chambres dont l’accès permanent est assuré par un ou deux escaliers. Dans tous les cas, même lorsque la chambre a été creusée en sape, des emplacements de poteaux témoignent d’un étaiement des structures. D’autres, encastrés de part et d’autre des accès, ont vraisemblablement servi de chambranle à une porte. Les dimensions des chambres sont variables, mais la moyenne tourne autour de 3 à 4 m de longueur pour 1,60 à 1,80 m de largeur. Identifiées maintenant sur une dizaine de sites de notre zone d’étude, ces caves y sont généralement représentées par une ou deux structures, exception faite de l’ensemble 6 « d’Object’Ifs Sud » qui n’en enferme pas moins de douze. Du point de vue chronologique, il semble que leur usage couvre toutes les périodes de La Tène sans distinction entre la forme souterraine ou boisée.

14Les autres structures de stockage, qui se trouvent généralement associées à ces caves, sont représentées par des fosses de plus ou moins grande taille, souvent quadrangulaires, présentant des parois verticales et un fond plat. Quelques unes, les plus grandes, dont les dimensions avoisinent 4 à 5 m2, peuvent également présenter un emmarchement permettant un accès plus aisé. D’autres offrent sur leur pourtour des traces d’aménagements en bois ou en calcaire qui les inscrivent dans des aménagements plus vastes, de type bâtiment par exemple, mais qui restent difficile à préciser au vu des seules traces excavées. La fonction de stockage de ces structures s’est trouvée confortée par la découverte de couches de graines carbonisées sur les trois sites de « l’Étoile ». Néanmoins, pour une excavation d’assez grande envergure du site d’Ifs « AR 67 », la présence de 4 logements latéraux susceptibles d’avoir accueillis des poutres horizontales disposées transversalement à la base de la structure pose la question d’un éventuel atelier semi enterré.

15Régionalement, ces fosses parallélépipédiques, tout comme les caves aménagées, ne sont pas propre à ce secteur sud-est de la périphérie caennaise mais sont également largement attestées ailleurs dans la Plaine de Caen. On en trouve aussi en très grand nombre sur certains sites du Bessin comme par exemple à Saint-Martin-des-Entrées (Marcigny et al. 2004). Ailleurs, dans le Pays d’Auge, la Manche et l’Orne, ces vestiges restent en revanche marginaux.

16À la marge des précédentes structures, les silos sont quant à eux beaucoup plus rares au sein des enclos. Ils peuvent toutefois y être présents de façon isolée comme cela a été montré sur le site 3 de « l’Étoile » ou plus récemment sur l’extension du « CD 120 » (fig. 5).

17Pour conclure sur ce sujet, il faut souligner que l’ensemble de ces structures au sein de chaque site représente d’importantes capacités de stockage. Les estimations qui ont été réalisées pour les enclos de « l’Étoile » proposent des volumes disponibles de 100 à 130 m3 par phase d’occupation sachant toutefois qu’au sein d’une même phase, toutes les fosses n’ont pas nécessairement fonctionné simultanément (Besnard-Vauterin 2009).

4.5. Les structures de combustion

18Une autre caractéristique des enclos réside dans la présence de nombreux petits fours domestiques, installés très souvent aux abords des fossés de clôtures. On les retrouve parfois isolés ou regroupés en batteries. Ils sont composés d’une chambre de cuisson excavée dans le flanc d’une structure préexistante, bien souvent des fossés. La voûte est simplement rubéfiée et présente une cheminée à son sommet lorsqu’elle est intégralement conservée (fig. 6). La sole, toujours constituée d’un lit de limon argileux rubéfié, peut parfois être armée d’une chape de pierres calcaires bleuies sous l’effet de la chaleur. L’ouverture d’enfournement, soutenue parfois par des pierres plates verticales, est quant à elle orientée vers la structure en creux qui a en même temps servi comme fosse de travail et cendrier. Le mobilier associé à ces structures est généralement très restreint et n’apporte guère d’informations sur leur fonction. L’hypothèse la plus probable est celle d’un usage domestique et culinaire. Quelques fours sortent de ce cadre général et suggèrent un usage différent. Il s’agit tout d’abord de structures de combustion quadrangulaires reconnues sur le site 5 « d’Object’Ifs sud » ou encore sur celui du « CD120/ZL7 ». Ces structures pourraient avoir servi à sécher du grain. Toujours sur le même site de la ZAC « Object’Ifs sud » un autre four se distingue des précédents par une chambre de chauffe aux dimensions restreintes à quelques dizaines de centimètres, mais dont la paroi présente une rubéfaction bien plus importante, ce qui paraît traduire une exposition à de hautes températures. Pour cette structure, il est possible d’envisager une fonction artisanale comme four métallurgique, probablement dans le cadre du travail des alliages cuivreux.

Fig. 6 : exemple d’un four installé en bordure de fossé : ensemble 5 « d’Object’Ifs sud » à Ifs (cliché E. Le Goff, Inrap).

4.6. Les vastes dépressions

19Comme évoqué plus haut, les structures de stockage s’organisent bien souvent le long des fossés de clôtures, laissant au centre des sites une aire qui est occupée dans de nombreux cas par une vaste dépression. Ces structures peuvent s’étendre sur une dizaine à quinzaine de mètres d’envergure et atteindre jusqu’à deux mètres de profondeur pour les plus profondes, comme celles du « Haut-Saint-Martin » et des sites 1 et 3 de « l’Étoile ». Celles-ci se caractérisent par des comblements limono-argileux organiques et hydromorphes, qui incitent à les interpréter comme des mares. D’autres s’associent davantage à une accumulation d’excavations, comme celles de Cormelles-le-Royal, ou à des fosses d’extraction, comme évoquées pour certaines d’entre elles à « Object’Ifs Sud ». Une autre hypothèse récemment avancée consiste à y voir des fosses à fumier (Van den Bosche et al. 2009). Cette supposition a été soutenue sur le site « d’AR 67 » par une analyse micromorphologique (C. Germain-Vallée, CG 14), bien que ces résultats soient brouillés par la forte bioturbation et que les éléments phosphatés détectés sur le pourtour peuvent aussi bien s’expliquer par le piétinement d’animaux autour d’un point d’eau.

20La réponse à la question étant encore en suspens et peut-être très différente d’un site à l’autre, il reste le constat de l’envergure étonnante de ces structures au sein des enclos. En dehors de la zone d’étude, ces dépressions restent marginales et surtout bien moins profondes. Les quelques-unes connues dans le Bessin (Putot-en-Bessin « La Corneille » et Barbeville « l’Entretenant ») et dans le sud de la Plaine de Caen (Falaise « Expansia ») ressemblent d’ailleurs davantage à des zones de piétinement au centre de la cour ou à l’entrée des enclos.

4.7. Les structures funéraires associées

21En regard du nombre d’établissements en activité vers la fin du Second Âge du fer, les nécropoles manquent indéniablement pour cette période. On retrouve tout au plus des petits groupements funéraires à proximité des habitats. S’agissant très majoritairement d’inhumations, celles-ci sont installées aux abords des chemins menant vers les enclos, de façon ostentatoire comme pour l’ensemble 5 « d’Object’Ifs Sud » ou plus discrète comme sur le site 1 de « l’Étoile ». Ou bien elles trouvent leur place dans l’angle d’une parcelle jouxtant l’habitat, comme à Cormelles-le-Royal. Il s’agit à chaque fois de sépultures isolées ou de petits groupes allant de deux / trois individus à une petite dizaine au mieux, probablement réunis par des liens familiaux comme il apparaît à travers les caractères discrets sur le site 1 de « l’Étoile » (Guillon in Besnard-Vauterin 2009).

22Si le mobilier qui accompagne ces sépultures est généralement très modeste (fibule, vase) ou totalement absent, quelques-unes se distinguent par la richesse des objets qu’elles ont livré ou par le caractère exceptionnel de ceux-ci. On notera en particulier une probable tombe à éléments de char sur le site 3 de « l’Étoile », ou encore une incinération particulièrement riche à l’entrée du site 5 « d’Object’Ifs sud » (Cherel 2009).

23Bien qu’il demeure difficile d’estimer la population qui devait occuper les enclos, le nombre d’individus inhumés et incinérés apparaît très faible. Cette disproportion est d’autant plus flagrante lorsque l’on considère que ces établissements ont connu, pour la plupart, une durée d’occupation de plusieurs siècles. En l’état, plusieurs pistes peuvent être évoquées pour expliquer ce phénomène : la gestion d’une majorité de défunts s’est faite dans les niveaux superficiels détruits par les labours, voire même en surface ; la plus grande partie des défunts a été regroupée au sein de grandes nécropoles qui n’auraient pas encore été identifiées… Le nombre limité d’individus retrouvés au sein même des sites pose également la question du ou des choix qui ont présidés à l’emplacement de leur sépulture.

4.8. Le réseau viaire et le parcellaire

24Grâce au vaste décapage réalisé sur la ZAC « d’Object’Ifs Sud » et à travers le maillage du diagnostic effectué sur le secteur de « l’Étoile », il est possible de dresser une image du réseau viaire qui a desservi les établissements mais également rythmé le parcellaire environnant. Les chemins y ont été identifiés par les fossés qui les bordent, tandis que des traces d’ornières sont parfois conservées à l’approche des établissements. Ces chemins apparaissent sous forme d’axes rectilignes, qui peuvent toutefois prendre un tracé sinueux à l’approche d’installations existantes, comme c’est le cas pour le chemin contournant une ancienne nécropole à « l’Étoile ». Hormis celui-ci, les axes de circulation apparaissent régulièrement espacés, généralement parallèles les uns aux autres et reliés entre eux par des voiries orthogonales. C’est dans ce maillage que s’insèrent les établissements, distants de seulement quelques centaines de mètres les uns des autres. C’est également sur ces axes de circulation que s’orientent régulièrement les limites parcellaires, matérialisées par des petits fossés. Si l’image du découpage parcellaire qui nous est parvenue demeure très partielle, les fossés la définissant, peu profonds, n’étant pas toujours perceptibles, elle apporte tous les indices de l’existence d’un système parcellaire étendu et de ce fait d’un paysage agraire fortement organisé (Besnard-Vauterin 2009, Le Goff 2009).

5. Les vestiges mobiliers

25Tout en sachant que la quantité de mobilier recueillie sur un site dépend de divers paramètres, et en particulier des méthodes de fouille, un bilan rapide permet de souligner l’importance des volumes recueillis sur les enclos de la périphérie caennaise (fig. 7). Si le site du « MIR » n’a livré que 700 tessons, c’est sans doute en grande partie dû à la méthode de fouille qui a privilégié un simple échantillonnage des structures au détriment d’une fouille exhaustive. Les gisements qui ont fait l’objet d’une telle approche ont apporté un nombre de restes céramiques plus important, oscillant entre 1740 tessons sur le petit enclos « AR 67 » à près de 11000 pour l’ensemble 5 de la ZAC « Object’Ifs sud » voisine. Les volumes de restes fauniques varient dans des proportions équivalentes, de 736 restes osseux pour le site « AR 67 » à un peu plus de 5500 pour l’ensemble 5 « d’Object’Ifs sud ».

26En définitive, comme l’on pouvait s’y attendre, ces variations sont en grande partie liées aux volumes des structures excavées reconnues sur chaque site qui dépendent eux même en grande partie de la durée d’occupation des enclos.

27Quoiqu’il en soit, au-delà de ces simples considérations quantitatives, ces mobiliers nous renseignent sur nombre d’activités pratiquées au sein de ces fermes.

28Ainsi, la découverte de quelques éléments de mouture sur pratiquement tous les sites bas-normands indique une activité domestique banale probablement liée à la seule subsistance de leurs occupants (Zaour et al. à paraître). De même, la présence répétée de fusaïoles et surtout de pesons atteste que le filage et le tissage faisaient partie des activités de base de ces établissements. D’autre part, l’omniprésence de restes scoriacés, tout comme la mention récurrente de creusets, trahit des activités de forge et de bronzier qui pourraient sur certains sites dépasser le seul cadre de l’entretien courant du mobilier métallique. Pour les mobiliers que l’on peut qualifier de « technique » ou d’artisanal, les rejets ne sont toutefois pas suffisants pour envisager la présence d’artisans à demeure. Deux situations peuvent donc être envisagées. Soit des artisans ambulants se déplaçaient de fermes en fermes, soit et c’est plus probable, la population qui occupaient ces enclos connaissaient suffisamment bien les rudiments de nombre d’activités pour troquer à l’occasion, en fonction de leurs besoins, leur casquette de paysan pour celle de tisserand, forgeron, …

Fig. 7 : données générales des sites du réseau de fermes du sud-est de l’agglomération caennaise.

29D’autres catégories de mobilier permettent de se faire une idée sur la nature des sites. Il s’agit tout d’abord du mobilier métallique et principalement en fer qui avec plus de 270 objets inventoriés constitue ici une catégorie particulièrement bien représentée. Il s’agit également des éléments de parure qui d’une certaine manière peuvent refléter le statut socio-économique de leur propriétaire.

30En effet, le nombre de pièces d’outillage, d’ustensiles et autres, bien que très variable d’un site à l’autre, est ici assez nettement supérieur à celui que l’on observe habituellement sur les fermes du Second Âge du fer du Nord de la Gaule. Parmi les mobiliers d’ores et déjà identifiés, l’outillage agricole occupe une place assez importante avec une vingtaine de serpes, serpettes et faucilles et une dizaine de socs araires. Le travail du bois n’est pas en reste avec au moins 16 outils qui y sont associés. Parmi les objets que l’on peut qualifier d’ustensiles domestiques, outre un grand nombre de couteaux, on note la récurrence de clés de type lèves-loquet représentées ici par 12 exemplaires répartis sur 5 sites.

31D’autres mobiliers plus spécifiques sont également représentés au sein des fermes. Il s’agit tout d’abord de quelques pièces d’armement : une éventuelle pointe d’épée au sein d’un dépôt du site 3 de « l’Étoile », une probable partie proximale d’épée dans un dépôt du site des « Mézerettes » et un petit fer de lance (de type « javelot ») sur le « CD 120 ». On peut également évoquer les éléments liés au transport : des fragments de mors de chevaux sur le site du « MIR » et sur le site 3 de « l’Étoile », une frette sur ce même site de « l’Étoile » et sur celui des « Mézerettes », et enfin des bandages de roues également sur ces deux derniers sites. Il convient d’ajouter à ces quelques objets, le poucier en bronze découvert par G. San Juan sur le site du « CD 120 », mais aussi la fourchette à chaudron et le couteau/rasoir à manche zoomorphe de l’ensemble 6 « d’Object’Ifs sud ».

32Pratiquement tous les sites ont également livré des éléments de parure (fig. 8). On note une prédominance des fibules en bronze et des bracelets en lignite. Il ne s’agit cependant peut être ici que d’une facilité d’identification de ces mobiliers. Les fibules en fer par exemple ne peuvent le plus souvent être identifiées qu’après radiographie.

33De ce rapide survol des vestiges mobiliers, il ressort d’une part que la profusion d’outils métalliques accrédite la nature agricole des établissements et d’autre part que la qualité de certains mobiliers permet d’envisager l’indéniable aisance de leur occupants.

6. Les dépôts

34Dès les premières opérations menées au début des années 90, il est apparu que certains contextes se différenciaient assez nettement des simples rejets domestiques habituellement reconnus au sein des occupations gauloises. À Fleury-sur-Orne, sur le « CD 120 », une fosse a ainsi livré une soixantaine d’objets métalliques ; sur le site du « MIR », ce sont deux regroupements d’objets métalliques qui ont été exhumés. Le premier contenait 25 objets, le second 60. D’autres structures, dont un souterrain, ont par ailleurs livré plusieurs objets métalliques mais sans regroupement évident reconnu à la fouille. À Mondeville sur le site 3 de « l’Étoile », c’est dans un fossé qu’a été retrouvé un ensemble d’une vingtaine d’objets hétéroclites parmi lesquelles ont été identifiés un probable fragment de lame d’épée, un fragment de mors et des pièces métalliques décorées vraisemblablement liées à un récipient en bois revêtu de bronze (Besnard-Vauterin 2009, fig. 88-90). Plus récemment, un dépôt de 13 objets en fer a été découvert sur le site des « Mézerettes » dans le comblement d’un four domestique. Parmi ces objets se trouvaient une probable frette et un fragment proximal d’épée. Enfin sur l’extension du « CD120 », deux nouveaux dépôts de 18 et 25 pièces ont été mis au jour au sein de petites fosses. On peut s’interroger sur la nature exacte de ces dépôts. Ces regroupement peuvent s’interpréter dans la perspective fonctionnelle de recyclage de matière première, hypothèse récemment développée pour le site de Crosville-la-Vieille (Eure ; Aubry, Honoré 2009), mais également de manière plus symbolique qui les associeraient à des rites domestiques (Nillesse 2006 ; Besnard-Vauterin 2009). Quoiqu’il en soit, il apparaît que les objets déposés constituent des assemblages hétéroclites dans lesquels certains apparaissent néanmoins complets et encore fonctionnels.

Fig. 8 : décompte des parures découvertes sur les sites (hors contextes funéraires).

35Ces regroupements assez massifs d’objets métalliques qui concernent 4 des 13 enclos de notre zone d’étude sont complétés par d’autres dépôts, numériquement moins importants mais qui se démarquent par la qualité des mobiliers qu’ils recèlent. Il y a bien évidemment le dépôt monétaire de l’ensemble 5 « d’Object’Ifs sud » (Le Goff et al. 2007). Celui-ci regroupe à la fois 67 monnaies baïocasses et eburovices d’or, d’argent et de bronze mais aussi une hache miniature en bronze, 13 petits anneaux de bronze, 1 hache à douille en fer, le tout mêlé à quelques fragments de céramique, des ossements de faune dont un crâne de cheval et surtout un fragment de calotte crânienne humaine. Toujours sur la ZAC Object’Ifs sud, on notera l’association sur le site 6 de divers éléments métalliques dont le couteau/rasoir au manche zoomorphe, la fourchette à chaudron et une fibule de Nauheim, regroupement d’autant plus suspect que le couteau/rasoir et la fourchette paraissaient intacts au moment de leur enfouissement. Sur le site « AR 67 », une fosse a quant à elle livré 3 parures : 1 bracelet en bronze, une fibule en fer et surtout une bague en serpentine, objet totalement inconnu dans la région. Notons au passage que contrairement à une autre fosse du même site où une fibule, deux bracelets en fer ainsi qu’un torque à tampon en bronze se trouvaient associés à quelques ossements d’enfant, aucun vestige osseux ne permet ici d’envisager un caractère funéraire pour ce dépôt.

36Cet inventaire révèle qu’une majorité de sites, pourtant si proches les uns des autres, est concernée par des gestes derrière lesquels il est tentant de discerner une démarche rituelle ou cultuelle.

37Ces manifestations particulières au sein même des enclos peuvent également s’apprécier au travers de nombreux contextes fauniques. Il s’agit tout d’abord de crânes qui ont été découverts sur des extrémités de fossés. Ici ce sont surtout des crânes de bovidés qui sont mis en scène mais on note également quelques crânes d’équidés et de canidés. La récurrence du phénomène est telle qu’il est difficile d’y voir un simple hasard, d’autant plus que ces crânes semblent souvent avoir fait l’objet de regroupement comme c’est le cas sur les sites du « CD 120 » (San Juan et al. 1994), du « MIR » (Méniel in Peuchet-Geilenbrügge 1995) et de Cormelles-le-Royal. Une autre caractéristique que l’on peut observer à l’occasion des études archéozoologiques concerne le nombre relativement important d’animaux ou de quartiers d’animaux déposés au sein des fossés de clôture et de structures domestiques. Parmi eux, les canidés sont sans conteste l’espèce la plus représentée. Ainsi, des squelettes de chiens, complets ou partiels, ont été signalés sur les sites du « MIR », du « CD 120/ZL 7 », de « L’Étoile 1 », d’Ifs « AR 67 », du « Grand Barberie » ou encore des « Mézerettes ». Le cas de l’un des squelettes du site 5 de la ZAC « Object’Ifs sud » en est un autre exemple plus spécifique puisque les ossements ne présentaient pas ici une connexion anatomique complète mais avaient été regroupés dans un contenant périssable, sorte de « boîte » rectangulaire (fig. 9) qui trahi le soin particulier dont l’animal a fait l’objet. Cette présence particulièrement développée du chien dans des contextes évoquant des dépôts avait déjà été soulignée dès les années 90 à propos du site du « Clos Bitot » à Saint-Contest, à la périphérie occidentale de l’agglomération caennaise. Sur ce site, des marques de prélèvements de viande et/ou de peaux avaient par ailleurs été attestées (Jigan 1993, p. 81).

Fig. 9 : exemple de dépôt particulier : regroupement d’ossements de canidé dans une « boîte » déposée dans l’un des fossés du site 5 de la ZAC « Object’Ifs sud » à Ifs (cliché H. Lepaumier, Inrap).

38D’autres espèces sont également concernées. Le cheval par exemple est soupçonné d’avoir fait l’objet de dépôt sur les sites 1 et 3 de « l’Étoile », sur ceux « d’Object’Ifs sud », sur celui du « CD 120 » ou encore au « MIR » où un cheval a été inhumé dans une fosse quadrangulaire. Sur le site du « Grand Barberie », un quart de porc en connexion accompagnait un vase de stockage écrasé sur place. Sur ce même site un squelette de capriné se trouvait au fond d’une cave et un arrière train de la même espèce a été découvert dans une autre fosse associé à trois vases complets et à quelques fragments d’ossements humains.

39Il ne s’agit ici que de quelques exemples susceptibles d’illustrer la diversité des pratiques domestiques gauloises. Comme pour les regroupements d’objets métalliques, il est évident que l’ensemble de ces contextes ne peut résulter d’une simple gestion de déchets.

40Il faut préciser ici que ce type de dépôts mettant en jeu des restes fauniques au sein de la sphère domestique perpétue une tradition qui semble particulièrement bien ancrée en Plaine de Caen. À titre d’exemple, on peut citer pour la période du Bronze moyen les dépôts fauniques rencontrés dans les fossés des enceintes de Mondeville « l’Étoile » et « ZI Sud » (Besnard-Vauterin et al. 2006, Chancerel et al. 2006). D’autres exemples illustrent des pratiques similaires pour le Premier Âge du fer, comme sur le site de « La Casse » à Fleury-sur-Orne où, lors du diagnostic dirigé par I. Jahier et J. Desloges, un crâne de bovidé associé à deux vases a été rencontré à l’entrée de ce vaste enclos daté de la transition entre le Premier et le Second Âge du fer (Jahier 1991).

41À Saint-Martin-de-Fontenay, dans un contexte attribué, sur la base d’une datation radiocarbone, au Premier Âge du fer, un squelette de canidé accompagnait une sépulture humaine, ce qui illustre une fois de plus la considération particulière que l’on portait pour cet animal dès cette période (Baudry 2009).

42Une dernière illustration de contextes domestiques très particuliers concerne la découverte de restes humains en dehors des contextes funéraires habituels. Deux exemples sont particulièrement évocateurs à cet égard. Il s’agit du fragment de calotte crânienne qui accompagnait le dépôt monétaire de l’ensemble 5 « d’Object’Ifs sud » et du crâne retrouvé totalement isolé au fond de la chambre du souterrain du « Grand Barberie ». On peut noter pour ce dernier l’absence de l’atlas qui suggère un prélèvement et une manipulation, alors que le corps n’était déjà plus qu’à l’état de squelette.

43Dans ces deux cas encore on peut soupçonner une forte connotation symbolique qui est habituellement davantage observée en contexte cultuel qu’en contexte domestique.

44L’ensemble des dépôts que nous venons de décrire ci-dessus permet donc d’envisager un nombre important de manifestations d’ordre cultuel ou rituel au sein même de la sphère domestique.

7. Distance entre sites

45La distance maximale qui sépare l’enclos du « MIR », le plus septentrional, de celui du « Grand Barberie », localisé en limite méridionale de notre zone d’étude, n’est que de 6500 mètres environ (fig. 10). En marchant raisonnablement, il ne faut donc qu’1h30 pour se rendre de l’un de ces sites à l’autre. Dans cet intervalle, les enclos se répartissent à des distances de l’ordre de quelques centaines de mètres les uns des autres. Au vu de ces faibles espacements, on peut légitimement supposer qu’une partie du travail pouvait revêtir un caractère collectif mettant en jeu une main d’œuvre supérieure à celle présente au sein de chaque enclos. Une autre conséquence de cette proximité concerne encore plus directement le paysage dans lequel les établissements s’inséraient. Si l’on tente d’établir des territoires d’exploitation théorique autour des établissements (fig. 11), on s’aperçoit que ces derniers ne pouvaient totaliser que quelques dizaines d’hectares par enclos. Dans ces conditions, il est probable que tout l’espace exigeait d’être utilisé et que l’on devait se trouver ici en présence d’un paysage intégralement modelé par la main de l’homme. Il est même probable que cette gestion du territoire s’étendait au-delà du plateau jusque dans les vallées. Le développement d’une agriculture intensive dans la Plaine de Caen pose le problème de l’approvisionnement en eau au cours de la période estivale. Durant cette saison, les faibles précipitations combinées à la profondeur des nappes phréatiques peuvent effectivement constituer un véritable problème, notamment pour le bétail. L’une des solutions consisterait à envisager, au moins en été, une gestion des troupeaux en fond de vallée, qui serait pour notre zone d’étude la vallée de l’Orne. Le fond de cette vallée très marécageux voire même inondable en hiver se prête mal à une occupation pérenne mais convient parfaitement à une utilisation estivale. Dans cette optique, l’hypothèse soulevée par Claude Jigan de chiens employés à la surveillance de troupeaux est tout particulièrement séduisante et pourrait expliquer au moins pour partie la place singulière qu’ils semblent occuper ici (Jigan 1993).

Fig. 10 : distances intersites.

Fig. 11 : proposition de mise en valeur des terrains au Second Âge du fer.

8. Nature des sites

46L’ensemble des points développés ci-dessus nous incite à considérer les 13 établissements étudiés comme de simples fermes aux caractéristiques suffisamment proches qu’il reste difficile d’en définir une hiérarchie. Avec une occupation de longue durée qui peut aller jusqu’à 4 siècles pour certains sites, il n’est d’ailleurs pas assuré que la prospérité de ces établissements ait été constante. Bien au contraire, il est plus que probable qu’ils aient connu au cours de leur vie des hauts et des bas qui se traduisent par des phases plus ou moins fournies en structures et en mobilier.

47La perduration des occupations in situ sur plusieurs siècles pose également la question de la propriété du sol et de sa transmission. L’ancrage important des systèmes de clôture mettant visiblement en jeu une volonté affirmée de s’approprier le sol, tout comme le nombre relativement important de lèves loquet, pourraient indiquer une société gauloise ici constituée de paysans propriétaires (Le Goff 2009, Besnard-Vauterin 2009). L’absence de hiatus dans l’occupation des sites semble par ailleurs témoigner d’une transmission « douce » de génération en génération. Cette pérennité pourrait se traduire par des successions directes de type héréditaire au sein d’une même famille ou pour le moins par un dispositif bien défini, très normalisé et accepté par tous.

9. Les circuits d’approvisionnements

48À travers l’importance et la variété du mobilier collecté sur les sites, il est possible dans une certaine mesure d’aborder la question de l’approvisionnement du réseau de fermes. Cet approvisionnement concerne non seulement des biens de prestige mais également des objets de la vie courante et même des denrées alimentaires (fig. 12).

49En ce qui concerne les denrées alimentaires, tous les sites ont livré d’importantes quantités de fruits de mer dont l’origine est à rechercher le long des côtes à une quinzaine de kilomètres au nord de notre zone d’étude. Si dans la plupart des cas il s’agit de moules, quelques dépôts de coques sont également à signaler. L’importance de certains rejets laisse supposer par ailleurs une consommation collective de ce type d’aliment. Quelques cas, le dépôt monétaire de l’ensemble 5 « d’Object’Ifs sud » Ifs (Le Goff et al. 2007) ou encore la probable tombe à char du site 3 de « l’Étoile » (Besnard-Vauterin 2009), illustrent même leur association à des événements particuliers. Une origine géographique similaire sur les côtes du Calvados peut concerner la plupart des nombreux déchets de briquetage, godets à sel ou pièces techniques, que l’on rencontre sur plus de la moitié des sites. Dans l’état actuel de la recherche, plusieurs ateliers ont d’ores et déjà été reconnus sur le littoral, comme à Dives-sur-Mer, Villers-sur-Mer, ou encore Lion-sur-Mer (Carpentier et al. 2006). Toutefois aucun n’a livré d’éléments comparables à ceux découverts en Plaine de Caen. De fait l’origine du sel importé sur les sites reste difficile à préciser. Pour tous ces apports, rappelons ici que l’accès le plus direct à la mer se fait par le couloir de la vallée de l’Orne, petit fleuve côtier navigable qui a dû faciliter les échanges entre la frange littorale et l’intérieur de la Plaine de Caen.

Fig. 12 : exemples d’approvisionnements régionaux.

50D’autres matériaux, utilisés dans le domaine de l’outillage quotidien cette fois-ci, sont également issus d’échanges régionaux. Il s’agit en premier lieu des meules en granite. L’absence d’ébauches ou même d’éclats de granite sur les sites semble bien montrer que ces pièces ont été importées déjà finies. Les plus proches gisements de cette roche, les massifs d’Athis et Putanges, sont localisés à une soixantaine de kilomètres au sud du secteur caennais. Notons au passage que ces massifs sont eux aussi traversés par la vallée de l’Orne qui a sans aucun doute joué un rôle dans le commerce et les échanges aux périodes protohistoriques. Néanmoins, un approvisionnement plus lointain, depuis une zone plus centrale du massif armoricain, ne peut être exclu. Dans le même registre d’outil, une méta en poudingue a été mise au jour sur l’un des enclos de « l’Étoile ». Son origine est probablement à rechercher dans l’est du département, au sein du Pays d’Auge à une trentaine ou une quarantaine de kilomètres de son lieu de découverte.

51Ces échanges avec l’est du département sont également suggérés par des céramiques à inclusions de glauconies. Localement, ces minéraux ne se rencontrent qu’associés à certaines argiles dont les affleurements les plus proches seraient à rechercher sur les contreforts du Pays d’Auge. Ces productions céramiques se rencontrent de façon récurrente sur les sites du Second Âge du fer de la Plaine de Caen, que ce soit ici en périphérie caennaise, mais également dans le secteur de Falaise ou sur le plateau de Thaon (San Juan et al. 1999a). En dehors de ce simple constat et en l’absence d’ateliers reconnus, il est difficile de bien cerner la nature de cette diffusion qui pourrait tout aussi bien concerner des céramiques finies que les argiles brutes.

52Des céramiques ont par ailleurs été importées depuis le massif armoricain, à l’ouest de la région. Certaines poteries présentent en effet des traits typologiques suffisamment caractéristiques pour attester de cette provenance. C’est le cas par exemple d’un vase découvert sur le site du « Grand Barberie » dont la forme, le décor et la technique de fabrication ne laisse aucun doute quant à une origine armoricaine (fig. 13). Cette situation avait déjà été identifiée sur le site du MIR (Peuchet-Geilenbrügge et Morzadec 2001).

Fig. 13 : exemple d’un vase d’origine armoricaine découvert sur le site du « Grand Barberie » à Saint-Martin-de-Fontenay

(cliché A. Cocollos, Sdac CG 14).

53D’autres matériaux, totalement absents de la région, renseignent sur des approvisionnements plus lointains (fig. 14). Il s’agit en premier lieu des métaux. Sans parler du bronze dont les modalités d’échanges demeurent très floues durant le Second Âge du fer (en raison entre autre d’une possibilité de recyclage quasiment infinie), le fer, nous l’avons vu, apparaît très largement représenté au sein des enclos de ce secteur de la Plaine de Caen. Or actuellement on ne connaît aucun site de réduction de fer dans la région. Pour cette période, les centres de productions reconnus les plus proches sont à situer dans les régions d’Évreux et du Mans ou encore dans une zone allant de l’estuaire de la Rance à la forêt de Paimpont (Domergue 2007). On ne connaît pas exactement les modalités d’approvisionnement de ce mobilier métallique : s’agit-il d’une importation d’objets finis, ou de matière première en vue d’y forger outils et mobiliers divers ? Des déchets liés à la forge sont certes bien présents sur les sites, mais ils n’y apparaissent qu’en quantité limitée ce qui tendrait à accréditer une importation d’objets finis. La découverte d’un lingot de type « currency bar » à Cormelles-le-Royal (Carpentier et al. 1992) et celle d’un dépôt de 73 lingots à Bretteville-sur-Odon (Feugère 2000) montrent cependant également une importation sous forme de demi-produits destinés à être forgés au sein des fermes. Ce type de demi-produit, très largement répandu outre Manche (Crew 1994), permet même de poser la question d’une éventuelle importation depuis le sud de la Grande-Bretagne.

54Le lignite est un autre exemple d’importation lointaine. De très nombreux éléments (des bracelets mais aussi une ébauche de bracelet, deux probables fragments de vase sur le « CD 120 » et une perle associée à une incinération sur « Object’Ifs sud ») ont été découverts à la fois parmi des structures domestiques et en contexte funéraire. Localement, les quelques analyses réalisées sur ce type de matériau, que ce soit à Nacqueville dans la Manche ou à Saint-Gatien-des-Bois dans le Pays d’Auge (Paris et al. 2001) indiquent qu’il s’agit, pour ces contextes du Second Âge du fer, de lignite kimmeridgien dont les affleurements sont connus dans la région d’Hengistbury dans le Dorset, sur la côte méridionale de la Grande-Bretagne. Les relations transmanche avec cette région des îles britanniques sont par ailleurs largement attestées sur le site de Hengistubury Head, oppidum côtier qui a livré de très nombreuses céramiques et monnaies armoricaines au point d’y suggérer une implantation coriosolite (Cunliffe et al. 1997).

55Une autre illustration des échanges avec les régions périphériques plus ou moins lointaines est fournie par l’origine des monnaies découvertes au sein de ces habitats. En mettant de côté le dépôt monétaire du site 5 de la ZAC Object’Ifs sud, constitué de 67 monnaies Baïocasses et Eburovices (Le Goff et al. 2007), 8 enclos ont livré des monnaies. Il s’agit de potins attribués aux Aulerques Eburovices (3 au total pour les sites 1 et 2 de l’Étoile), de bronzes attribués aux Eduens (2 exemplaires mentionnés sur le site 6 de la ZAC « Object’Ifs sud »), d’un billon armoricain sur le site du MIR, d’un potin Bellovaques sur celui de Cormelles-le-Royal, d’une petite monnaie en argent du nord ouest de la Gaule sur le site du « CD 120 » à Fleury-sur-Orne et d’un bronze Lexovien pour l’ensemble 5 « d’Object’Ifs sud ».

56Bien que peu nombreux, les quelques fragments d’amphores présents témoignent d’une circulation de biens encore plus lointaine avec le monde méditerranéen. Ces échanges à longue distance sont également illustrés par une bague en serpentine découverte sur le site « AR 67 » et par une perle en ambre mise au jour dans une riche incinération en avant de l’entrée du site 5 « d’Object’Ifs sud » (Cherel 2009). Dans le même registre on peut également souligner la présence de parures en verre sur les fermes du « MIR » et d’« Object’Ifs sud ens. 5 ».

Fig. 14 : exemples de mobiliers susceptibles d’illustrer des importations lointaines.

10. Conclusion

57Pris individuellement, aucun des points développés ci-dessus ne présente un réel intérêt nouveau, la littérature archéologique regorgeant de cas similaires. En revanche la répétition de ces structures, de ces mobiliers et de ces gestes sur la plupart des sites d’un même réseau montre l’étonnante « richesse » de ce secteur de la Plaine de Caen. Dans bien des régions du nord de la Gaule, nombre des éléments que l’on rencontre ici auraient tôt fait de les cataloguer comme de rang supérieur. Il n’est qu’à considérer leur délimitation marquée par des fossés dont la profondeur dépasse souvent 2 mètres ou encore la grande capacité de stockage de chaque site qui témoigne de récoltes abondantes. Cette prospérité apparente transparaît également au travers des nombreux dépôts de mobilier : dépôt monétaire sur le site 5 « d’Object’Ifs sud », probable tombe à élément de char sur le site 3 de « l’Étoile » ou encore les dépôts métalliques reconnus sur le « MIR » ou sur le « CD 120 ». On voit donc bien ici la difficulté d’établir, sur la base de toute la documentation disponible, une hiérarchisation des sites. Il est difficile d’envisager que tous aient pu constituer des fermes de rang élevé dans la hiérarchisation sociale gauloise, d’autant plus que ces établissements enclos apparaissent comme les seuls vestiges lisibles de cette période. Quoiqu’il en soit, l’exemple caennais montre là tout l’intérêt de parfaitement bien connaître l’environnement archéologique d’un site avant d’en tenter une approche fonctionnelle ou hiérarchique.

58L’autre grand intérêt de ce secteur est de présenter une importante concentration de fermes occupées sur une longue durée. Avec un maillage aussi serré et des distances entre sites de quelques centaines de mètres seulement, il s’agit en effet d’un véritable réseau d’établissements agricoles, dans lequel il est difficile de voir fonctionner chaque ferme de façon isolée. Il est probable qu’une partie des activités qui s’y pratiquait, fût de caractère communautaire ou pour le moins collectif. On peut envisager ce cas de figure pour certaines « corvées agricoles » (essartage, récolte, …) mais aussi pour une partie de l’entretien et du développement des enclos domestiques, ou encore du réseau viaire... C’est peut être suite à ce type d’activités collectives ou de démarches d’entre-aide que l’on doit tout ou partie des multiples reliefs de repas communautaires, illustrés par exemple par les fréquents épandages de fruits de mer.

59Ce qui mérite également d’être souligné ici, c’est la genèse assez précoce de ce réseau dès La Tène ancienne. Les durées d’occupation de trois à quatre siècles de la plupart des enclos illustrent une belle persistance de l’habitat qui pourrait traduire une certaine stabilité économique et politique (Besnard-Vauterin 2009, Le Goff 2009). Or pour la géographie gauloise, tout porte à penser que ce réseau est très éloigné de tout oppidum (les deux seuls reconnus pour le Calvados étant Saint-Désir-de-Lisieux, une trentaine de kilomètres à l’est, et celui du Castillon dans la région de Bayeux, une trentaine de kilomètres à l’ouest). En l’absence même d’indices de l’existence des Viducasses avant la période augustéenne, il est possible que l’on se trouve ici aux confins des territoires des Lexoviens (Lepaumier 2002) (fig. 15). Cet éloignement des centres de pouvoir majeurs que devaient constituer les oppida ne semble pas avoir eu d’incidence sur le développement du réseau. Il suggère l’existence de pouvoirs locaux bien établis et reconnus de tous (Besnard Vauterin 2009, p. 213-215). Tout converge pour reconnaître dans ce type de fonctionnement l’illustration d’une société bien organisée et administrée, qui s’installe dès le IVe siècle avant notre ère, peut-être même déjà dès le Ve, et se déploie tout au long la période laténienne. À la fin de cette période, au cours du Ier siècle avant notre ère, la plupart des fermes du secteur étudié manifestent un déclin. Une dizaine de sites est marquée par une désertion progressive qui intervient autour de 50 avant et perdure dans les deux décennies suivantes. Huit de ces sites sont finalement totalement abandonnés au dernier tiers du Ier siècle avant notre ère. D’autres enferment encore une occupation restreinte dont les traces apparaissent à travers des aménagements modestes (fours, petites fosses…) enfermant les premières céramiques de type augustéen, les mêmes qui se retrouvent dans les fossés d’enclos en cours de comblement. Si cette baisse de fréquentation n’aboutit pas à un abandon pour cinq des sites étudiés, il faut néanmoins attendre le deuxième tiers, voire le milieu du Ier siècle après pour observer les premiers signes d’un nouvel essor, sous forme de nouveaux établissements qui s’implantent soit sur les habitats précédents (les 3 sites de « l’Étoile », « Le Grand Barberie »), soit dans les environs directs (« Haut-Saint-Martin », « Parc d’Activités »). La nature de ces nouveaux établissements et leur degré de romanisation sont d’ailleurs différents d’un site à l’autre, de caractère agricole pour les uns, résidentiel pour les autres (« Parc d’Activité », Chanson et al. 2002), ou même cultuel (site 3 de « l’Étoile », Besnard-Vauterin 2009).

Fig. 15 : proposition cartographique de la géographie administrative gauloise du Second Âge du fer (le rectangle rouge correspond à la zone d’étude).

60Loin de se cantonner à la périphérie caennaise, ce mode d’occupation des campagnes gauloises en réseau semble particulièrement répandu en Gaule septentrionale. Dans la région même on le retrouve sur le plateau de Thaon (San Juan et al. 1999b), mais aussi sur le secteur de Falaise, de Coutances, … On le rencontre depuis la péninsule armoricaine (Leroux et al. 1999) jusqu’aux régions plus septentrionales comme par exemple sur le secteur d’Arras (Jacques et Prilaux 2003). Comme pour tout le Nord de la Gaule, ces réseaux semblent pâtir de la romanisation et sont très largement réorganisés à la période augustéenne (Bayard et Collart 1996).

Bibliographie

Bibliographie

Aubry B., Honoré D., 2009, Crosville la Vieille « Le Bout du Val », Eure. Une portion d’enclos de la fin de l’âge du Fer. in Dorion-Peyronnet C. dir., Les gaulois face à Rome. La Normandie entre deux mondes. Catalogue d’exposition, Musée des Antiquités, Département de Seine-Maritime. Éditions Point de Vue, p. 71-73.

Baudry A., 2009, L’élevage et l’alimentation à la fin de l’âge du Bronze et au premier âge du Fer dans l’Ouest de la Gaule. in Daubigney A., Milcent P.-Y., Talon M., Vital J. éd., De l’âge du Bronze à l’âge du Fer en France et en Europe occidentale (Xe-VIIe siècle av. J.-C.). La moyenne vallée du Rhône aux âges du Fer. Actes du XXXe colloque international de l’AFEAF (co-organisé par l’APRAB), Saint-Romain-en-Gal, 2006. Dijon, Université de Bourgogne UMR 5594 ARTeHIS, p. 487-491. (Revue archéologique de l’Est, 27e supplément).

Bayard D., Collart J.-L. (dir.), 2006, De la ferme indigène à la villa romaine. La romanisation des campagnes de la Gaule, Actes du deuxième colloque de l’association AGER tenu à Amiens (Somme) du 23 au 25 septembre 1993, Revue archéologique de Picardie, Amiens, n° spécial 11, 336 p.

Besnard-Vauterin C.-C., Chancerel A., Marcigny C., 2006, L’enceinte de l’âge du Bronze moyen de l’Etoile (Mondeville), in Chancerel A., Marcigny C., Ghesquière E. dir., Le plateau de Mondeville (Calvados) du Néolithique à l’âge du Bronze, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’Homme, p. 111-138. (Documents d’Archéologie Française, 99).

Besnard-Vauterin C.-C. (dir.), 2009, En Plaine de Caen. Une campagne gauloise et antique. L’occupation du site de l’Étoile à Mondeville, Collection Archéologie et Culture, Presses Universitaires de Rennes, 312 p.

Blancquaert G., Lorho T., Malrain F., Ménez Y., 2009, Bilan et perspectives de recherche sur les sites ruraux du second âge du Fer, in Bertrand I., Duval A., Gomez De Soto J., Maguer P., dir., Habitats et paysages ruraux en Gaule et regards sur d’autres régions du monde celtique. Actes du XXXIe colloque international de l’Association française pour l’étude de l’âge du Fer, Chauvigny, 2007, Chauvigny, Association des Publications Chauvinoises, p. 5-23. (mémoire XXXV).

Carpentier V., Marcigny C., Savary X., Ghesquière E., 2002, Enclos et souterrains du second âge du Fer dans la Plaine de Caen, l’exemple de Cormelles-le-Royal (Calvados), Revue archéologique de l’Ouest, t. 19, 2002, p. 37-60.

Carpentier V., 2006, Un souterrain laténien dans son contexte à Cormelles-le-Royal (Calvados), Archéologie et prospection en Basse-Normandie. Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie, t. XXXVIII, p. 209-218.

Chancerel A., Marcigny C., San Juan G., 2006, La double enceinte de l’âge du Bronze moyen de la ZI sud (Mondeville, Grentheville). in Chancerel A., Marcigny C., Ghesquière E. dir., Le plateau de Mondeville (Calvados) du Néolithique à l’âge du Bronze. Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’Homme, p. 139-172 (Documents d’Archéologie Française, 99).

Chanson K., Le Gaillard L., Paez-Rezende L., 2002, Images de la romanisation d’un établissement agricole de la plaine de Caen entre les IVe-IIIe s. av. et le IIIe s. ap. J.-C. : Fleury-sur-Orne, Archéopages, n° 6, p. 4-9.

Cherel A.-F., 2009, La parure de l’incinération 1394 d’Ifs (Calvados). Gaulois sous les pommiers. Découvertes de l’âge du Fer en Basse-Normandie (IXe-Ier siècle av. J.-C.) Catalogue d’exposition, Musée de Vieux-la-Romaine, Éditions Cahiers du Temps, 2009, p. 81.

Crew P., 1994, Currency Bars in Great-Britain. Typologie and Function. in Mangin M. dir., La sidérurgie ancienne dans l’est de la France et dans son contexte européen. Archéologie et archéométrie. Actes du colloque de Besançon (1993), Paris, Les Belles Lettres, p. 345-350 (Annales littéraires de l’Université de Besançon, 536).

Cunliffe B., De Jersey P., 1997, Cross-Channel relationships in the late first millenium BC, Studies in Celtic Coinage, n° 3, Oxford University Committee for Archaeology, Monograph 45, 117p.

Desloges J., Forfait N., Hérard B., San Juan G., 1999, Les recherches aériennes dans la Plaine de Caen. Contribution à l’étude des âges des métaux en Basse-Normandie, in Bréart B., Nowicki F. éd., Actes du colloque international d’archéologie aérienne Amiens, 15-18 octobre 1992. Hommage à Roger Agache pour 35 ans de prospections aériennes dans le Nord de la France, Amiens, Laboratoire d’archéologie Université de Picardie Jules Vernes, p. 417-436 (Revue archéologique de Picardie, n° spécial 17).

Domergue C., 2007, La sidérurgie extractive en Transalpine et dans la Gaule indépendante à la fin de l’âge du Fer. Essai de mise en parallèle, in Milcent P.-Y. dir., L’économie du fer protohistorique : de la production à la consommation du métal. Actes du XXVIIIe colloque de l’Association Française pour l’Étude de l’Âge du Fer, Toulouse, 2004, Bordeaux, fédération Aquitania / Maison de l’archéologie, p. 17-34 (Aquitania, supplément 14/2).

Feugère M., 2000, Un nouveau dépôt de lingots de fer de La Tène finale : Bretteville-sur-Odon (Calvados), Instrumentum, n° 11, juin 2000, p. 15.

Jacques A., Prilaux G., dir., 2003, Dans le sillage de César. Traces de romanisation d’un territoire, les fouilles d’Actiparc à Arras, Catalogue de l’exposition présentée au musée des Beaux-Arts d’Arras (sept 2003-janv 2004), 80 p.

Jahier I., 1991, Fleury-sur-Orne. Projets d’aménagements urbains, Compte rendu de diagnostic, Caen, Direction Régionale des Affaires Culturelles, 43 p.

Jahier I., Besnard-Vauterin C.C., Lepaumier H., Paris P., Renault V., San-Juan G., Dron J.-L., Hincker V., Forfait N., 2000, Les bâtiments des habitats de l’âge du Fer en Basse-Normandie : panorama des découvertes, in Marion S., Blancquaert G. éd., Les installations agricoles de l’âge du Fer en France septentrionale, actes du colloque de l’ENS des 29-30 novembre 1997, Paris, éditions Rue d’Ulm/Presses de l’École Normale Supérieure, p. 339, 358. (collection Études d’Histoire et d’Archéologie, 6).

Jahier I., 2003, Bourguébus "La Main Delle". Bilan Scientifique Régional de Basse-Normandie 2001, Caen, Direction Régionale des Affaires Culturelles, p. 24-26.

Jigan C., 1993, Les fours laténiens de Saint-Contest (Calvados), in Cliquet D ., Rémy-Watté M., Guichard V., Vaginay M. éd., Les Celtes en Normandie. Les rites funéraires en Gaule (IIIe - Ier siècle avant J.-C.). Actes du 14ème colloque de l’Association Française pour l’Étude de l’Âge du Fer (Évreux 1990), Rennes, Association pour la diffusion des recherches archéologiques dans l’Ouest de la France, p. 77-82. (Revue archéologique de l’Ouest, supplément n° 6).

Le Goff E., Auxiette G., Le Goff I. (avec la collaboration de B. Boulestin, A.-F. Cherel et J. Pillet-Lemière), 2007, Manifestations et pratiques cultuelles au sein des habitats et du territoire agraire laténien de la « ZAC Object’Ifs sud » à Ifs (Calvados) : un exemple de l’Ouest de la Gaule, in Barral P., Daubigney A., Dunning C., Kaenel G., Roulière-Lambert M.-J., dir., L’âge du Fer dans l’arc jurassien et ses marges. Dépôts, lieux sacrés et territorialité à l’âge du Fer. Actes du XXIXe colloque international de l’Association Française pour l’Étude de l’Âge du Fer, Bienne, 2005. Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, p. 579-584, (Annales Littéraires de l’Université de Franche-Comté, 826, vol. II).

Le Goff E., 2009, Habitats, terroir et paysage rural : aménagement et structuration du territoire et de la campagne gauloise ; Ifs, ZAC « Object’Ifs Sud » (Calvados), in Bertrand I., Duval A., Gomez de Soto J., Maguer P. dir., Habitats et paysages ruraux en Gaule et regards sur d’autres régions du monde celtique. Actes du XXXIe colloque international de l’Association Française pour l’Étude de l’Âge du Fer, Chauvigny, 2007, Chauvigny, Association des Publications Chauvinoises, p. 93-107 (mémoire XXXV).

Lepaumier H., 2002, Les sites gaulois de Quetteville. Première approche pour une nouvelle définition du territoire des lexovii avant la conquête, Bulletin de la Société Historique de Lisieux, n° 52 (sept. 2002), p. 5-30.

Leroux G., Gautier M., Meuret J.-C., Naas P., 1999, Enclos gaulois et gallo-romains en Armorique, Document Archéologique de l’Ouest, 336 p.

Marcigny C., Lepaumier H., Carpentier V., Clément-Sauleau S., Matterne-Zeck V., Gaumé É, Ghesquière E., Giazzon D., 2004, Un établissement agricole à caractère « aristocratique » du second âge du Fer à Saint-Martin-des-Entrées (Calvados), Revue archéologique de l’Ouest, 21, p. 63-94.

Marcigny C., Flotté D., Desloges J., Renault V., 2006, « Les petits ruisseaux font les grandes rivières », l’exemple de la périphérie sud de Caen (Calvados), in Brun P., Marcigny C., Vanmoerkerke J. dir., Une archéologie des réseaux locaux. Quelles surfaces étudier pour quelle représentativité ? Actes de la table ronde des 14 et 15 juin 2005 de Châlons-en-Champagne, Les Nouvelles de l’Archéologie, n° 104-105, p. 61-63.

Nillesse O., 2006, Les dépôts d’objets en fer dans les établissements ruraux gaulois de l’ouest de la France. Le rituel est-il au fond de la poubelle ?, in Bataille G., Guillaumet J.-P. dir., Les dépôts métalliques au second âge du Fer en Europe tempérée. Actes de la table ronde de Bibracte (13-14 oct. 2004), Glux-en-Glenne, Centre Archéologique Européen, p. 221-246. (Bibracte, 11)

Paris P., Petit C., Huault V., Pradier B., Faggionato J.-L., 2001, Le vase en sapropélité de Saint-Gatien-des-Bois (La Tène D1, Calvados, Basse-Normandie) témoin d’échange entre la Bretagne insulaire et la Gaule, in Truffeau-Libre M., Jacques A. dir., La céramique en Gaule et en Bretagne romaines : commerce, contacts et romanistaion. Actes de la table-ronde d’Arras des 23-25 octobre 1998, Berck-sur-Mer, Centre de Recherches Archéologiques et de Diffusion Culturelle (C.R.A.D.C.), p. 107-116. (Nord-Ouest Archéologie, n° 12).

Peuchet-Geilenbrügge C., 1995, Mondeville, Marché d’Intérêt Régional (M.I.R.). Document Final de Synthèse de Sauvetage programmé, Service Régional de l’Archéologie, DRAC de Basse-Normandie, 2 vol.

Peuchet-Geilenbrügge C., Morzadec H., 2001, The Iron Age in Lower Normandy : a definition through ceramics, in Collis J. éd., Society and settlement in Iron Age Europe. Actes du XVIIIe colloque de l’AFEAF, Winchester (april 1994), Sheffield, J.R. Collis Publications, p. 190- 228.

San Juan G., Méniel P., Alduc-Lebagousse A., Pilet-Lemière J., Jahier I., 1994, Un établissement rural du Ier s. avant J.-C. à Fleury-sur-Orne (Calvados), Revue archéologique de l’Ouest, 11, p. 131-164.

San Juan G., Savary X., Gasnier M., 1999a, La poterie au temps des gaulois : l’exemple du site de Thaon, in SAN JUAN G., MANEUVRIER J., dir., L’exploitation ancienne des roches dans la Calvados : histoire et archéologie, Caen. Conseil général du Calvados, p. 21-22.

San Juan G., Méniel P., Matterne-Zeck V., Savary X., Jardel K., 1999b, L’occupation gauloise au nord-ouest de Caen. L’évaluation du plateau de Thaon (Calvados), Revue archéologique de l’Ouest, 16, p. 131- 194.

Van Den Bosche B., Carpentier V., Marcigny C., 2009, Évolution des formes de l’exploitation agricole dans la campagne normande (2500-30 avant J.-C.). L’exemple des fouilles préventives de la périphérie sud de Caen, Revue archéologique de l’Ouest, 26, p. 57-83.

Zaour, N., Jahier I., Lepaumier H., Vauterin-Besnard C.-C. (avec la collaboration de S. Giazzon, L. Féret et S. Le Forestier), à paraître, Les meules dans les habitats enclos du second âge du Fer en Basse-Normandie. Première approche, in Blanchard J.-L., Buchsenschutz O., Jaccottey L., Jodry F., dir., Évolution typologique et technique des meules du Néolithique à l’an mille sur le territoire français. Actes de la troisième rencontre de l’archéosite gaulois, table-ronde 2009 de Saint-Julien-sur-Garonne, Aquitania.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : historique des opérations liées au Second Âge du fer qui se sont déroulées au cours des 20 dernières années sur la périphérie sud-est de l’agglomération caennaise.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6482/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
Légende Fig. 2 : plan synthétique des occupations domestiques du Second Âge du fer étudiées sur la zone d’étude (la numérotation renvoit à la figure 1).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6482/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Légende Fig. 3 : superficie et durée d’occupation des sites.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6482/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Légende Fig. 4 : profondeur maximale atteintes par les fossés de chaque site (en gris : épaisseur des décapages) ; en bas : exemple d’un fossé du site « ZL7/CD120 » de Fleury-sur-Orne (cliché S. Giazzon, Inrap).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6482/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Légende Fig. 5 : exemple de l’un des rares silos reconnu sur la zone d’étude : Fleury-sur-Orne, « ZL7/CD120 » (cliché P. Gilette, Inrap).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6482/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Légende Fig. 6 : exemple d’un four installé en bordure de fossé : ensemble 5 « d’Object’Ifs sud » à Ifs (cliché E. Le Goff, Inrap).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6482/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 7 : données générales des sites du réseau de fermes du sud-est de l’agglomération caennaise.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6482/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 8 : décompte des parures découvertes sur les sites (hors contextes funéraires).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6482/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende Fig. 9 : exemple de dépôt particulier : regroupement d’ossements de canidé dans une « boîte » déposée dans l’un des fossés du site 5 de la ZAC « Object’Ifs sud » à Ifs (cliché H. Lepaumier, Inrap).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6482/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende Fig. 10 : distances intersites.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6482/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Légende Fig. 11 : proposition de mise en valeur des terrains au Second Âge du fer.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6482/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 12 : exemples d’approvisionnements régionaux.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6482/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende Fig. 13 : exemple d’un vase d’origine armoricaine découvert sur le site du « Grand Barberie » à Saint-Martin-de-Fontenay
Crédits (cliché A. Cocollos, Sdac CG 14).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6482/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende Fig. 14 : exemples de mobiliers susceptibles d’illustrer des importations lointaines.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6482/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende Fig. 15 : proposition cartographique de la géographie administrative gauloise du Second Âge du fer (le rectangle rouge correspond à la zone d’étude).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6482/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 76k

Auteurs

Inrap Grand Ouest, Centre archéologique de Basse-Normandie, Boulevard de l’Europe, 14540 Bourguébus.james.villaregut@inrap.fr

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search