Version classiqueVersion mobile

L’âge du Fer en Basse-Normandie. Gestes funéraires en Gaule au Second-Âge du Fer. Volumes I et II

 | 
Philippe Barral
, 
Bernard Dedet
, 
Fabien Delrieu
, 
et al.

Volume I. L’Âge du fer en Basse-Normandie. thème régional

Formes et composantes de l’habitat à l’Âge du fer en Basse-Normandie : architecture, chronologie, organisation, statut - un premier bilan

Ivan Jahier et Chris-Cécile Vauterin

Résumé

Les recherches de ces vingt dernières années en Basse-Normandie ont permis de documenter près d’une petite centaine d’habitats de l’Âge du fer répartis – de manière inégale – sur les trois départements de la région. Si les sites de hauteurs et les sites littoraux, le plus souvent localisés à l’écart des grands projets d’aménagement, sont encore peu renseignés, les autres nous révèlent un domaine soumis à une grande variabilité des formes et à d’assez profondes mutations structurelles tout au long de la période. C’est ainsi qu’après leur examen, et cela au même titre que leurs composantes (forme des maisons, des structures de stockage, des fours domestiques…), ces différentes catégories de l’habitat que sont, les habitats groupés, les résidences aristocratiques, les unités encloses, les unités domestiques isolées et les habitats concertés, sont mises en perspective les unes par rapport aux autres sur une trame chronologique.

Note de l’auteur

Avec la collaboration de Michel Besnard

Texte intégral

Fig. 1 : carte des habitats de l’Âge du fer documentés en Basse-Normandie

1. Introduction

1Depuis le début des années 1990, les opérations de fouilles sur les sites de l’Âge du fer en Basse-Normandie se sont multipliées, offrant un large éventail de données. Celui-ci permet de proposer une première synthèse des formes et de l’évolution de l’habitat entre la fin de l’Âge du bronze et le début de la romanisation.

2Cette étude s’est en partie appuyée sur la base de données élaborée dans le cadre de l’Enquête Nationale sur l’habitat rural au Second Âge du fer dans le Nord de la France (Blanquaert et al. 2009). Elle a cependant pris en compte la plus large part des sites étudiés depuis 2005, date à laquelle l’alimentation de la base s’est arrêtée. La mise à jour de ce travail a en outre permis d’intégrer des sites qui avaient été exclus de l’Enquête en raison de leur nature ou de leur chronologie. Il s’agit notamment des sites antérieurs au Ve siècle av. J.-C., des sites de hauteur et, de façon plus générale, des habitats groupés de plaine et de littoral. Au final, le corpus se constitue d’une petite centaine de sites (fig. 1). Plus de la moitié d’entre eux restent concentrés sur la Plaine de Caen, secteur concerné par les plus grands projets d’aménagement de ces quinze dernières années (Desloges, ce volume).

2. Principales catégories de l’habitat

2.1. Habitats groupés et groupements d’habitations

3Parmi les critères pouvant être évoqués en faveur de la notion d’habitat groupé, l’étendue d’un site et la densité des témoins d’habitations en sont deux que nous avons choisi de privilégier pour cette étude. Aucun ne préjuge en effet, ni du statut du site ni de son importance. Ces aspects pourront être abordés dans un second temps, en fonction des qualités physiques et structurelles de chaque habitat. Personne ne s’étonnera alors, tout en sachant que l’un et l’autre n’ont pas la même signification ou le même rôle à l’intérieur de la trame des habitats, de voir figurer au sein de ce corpus, le hameau de seulement 2 à 3 ha – voire moins – comme le chef-lieu de cité de 150 ha et plus.

4Dans l’immédiat, on évalue la part des habitats groupés à 20 % du corpus des habitats de l’Âge du fer documentés en Basse-Normandie (19 unités) (fig. 2). La moitié d’entre eux a été repérée sur la Plaine de Caen et le pourtour des principales agglomérations de la région, l’autre l’a été anciennement (XIXe – XXe siècles) grâce aux accidents les plus visibles du relief dans les collines environnantes. Il est donc probable que d’assez nombreux sites de cet ordre soient encore à découvrir à l’intérieur de ces deux domaines (fig. 3). Il s’agit de fait d’une catégorie de l’habitat extrêmement variée, tant sur le plan de la position topographique que sur celui de l’architecture ou de l’étendue. Certains occupent des hauteurs, d’autres sont implantés sur la plaine ou en bordure de littoral, plusieurs sont fortifiés, d’autres non. L’étendue de ces habitats, notamment au sein du Second Âge du fer qui enregistre dans ce domaine les plus grandes amplitudes (2,5 à 167 ha), est relativement variée. Elle est également d’une moyenne très différente entre les deux grandes séquences de l’Âge du fer puisqu’elle se situe au Premier Âge du fer autour de 3 ha, tandis qu’elle atteint 10 ha au Second Âge du fer, même en excluant les plus vastes (Castillon, St-Désir-de-Lisieux), et 23 ha en les intégrant. On peut voir dans ces moyennes des modes de groupement tout à fait dissemblables entre les deux périodes ; au même titre d’ailleurs qu’au sein d’une même période, le retranchement et l’ostentation des uns en regard de l’accessibilité et de la simplicité des autres leur confèrent une importance et des statuts distincts.

2.1.1. Les fortifications de hauteur

5À l’issue des travaux de M. Wheeler et de K. Richardson à la veille de la seconde guerre mondiale (Wheeler et Richardson 1954), puis d’O. Buchsenschutz dans les années 80 (Buchsenschutz 1984), la Basse-Normandie dénombrait une petite vingtaine de fortifications de hauteur susceptibles d’avoir correspondu chacune à un habitat groupé de l’Âge du fer : des complexes fortifiés d’une superficie égale ou supérieure à 2 ha que l’on peut juger, à défaut d’en connaître la constitution interne, comme la superficie plancher pour cette forme de gisement. Pour autant, bien que quelques-uns de ces ensembles aient fait l’objet de premières investigations depuis les années 1970 (Verron 1973, 1986 ; Peuchet 1993), notre connaissance pour ce type d’habitat – toutes périodes confondues d’ailleurs - en est à ses balbutiements. C’est en effet assez récemment que ces forteresses ont repris leur place au cœur des problématiques régionales (Delrieu et San Juan, ce volume, Giraud et al., ce volume).

6Cette forme d’habitat entrant actuellement pour 9 % dans notre corpus, 9 des 11 fortifications abordées ces dernières années sont attribuables à l’âge du Fer, représente également 53 % de l’ensemble des habitats groupés documentés pour cette période (fig. 2).

7En raison du relief, ce type d’habitat se voit pour l’essentiel cantonné aux zones de collines encadrant la plaine, sur les promontoires abrupts découpés au gré des cours d’eau et sur les éminences naturelles qu’offrent l’émergence des synclinaux armoricains à l’ouest et les anciennes cuestas du Pays d’Auge et du Perche à l’est (fig. 3). Quelques accidents du relief sur la plaine ont cependant donné naissance de place en place, au gré de talus naturels, de butes ou de plateaux surélevés, à des installations de ce type au beau milieu de cette étendue ou à proximité du littoral (Merri « Le Camp de Bierre », Commes « Le Mont Cavalier »).

Fig. 2 : proportions des principales catégories de l’habitat de l’Âge du fer identifiées en Basse-Normandie.
Chaque site de hauteur, lorsqu’il a été fréquenté comme à Merri et à Commes sur deux périodes distinctes (fin 1er et fin 2nd Âge du fer) séparées l’une de l’autre par un hiatus, n’a été compté qu’une fois.

Fig. 3 : carte des habitats groupés.
A – Plis synclinaux ; B – Sites de hauteur ; C – Habitats groupés de plaine ; D – Habitats groupés de littoral ; E – Groupements d’habitations.
Pastilles de couleur sans cerne : Premier Âge du fer ;
Pastilles de couleur avec cerne : Second Âge du fer ;
Pastilles marquées d’une croix : sites occupés au Premier et au Second Âge du fer (avec parfois un hiatus entre les deux périodes).
1 - Merri « Le Camp de Bierre » ; 2 - Commes « Le Mont Cavalier / La Butte d’Escure » ; 3 - Castillon « La Butte » ; 4 - Petit Celland « Le Châtellier » ;
5 - St-Désir-de-Lisieux « Le Castellier » ; 6 - La Courbe « Le Haut du Château » ; 7 - Exmes ; 8 - Plessis-Lastelle « Grand Montcastre » ; 9 - Saint-Jean-de-Savigny
« Le Grand Castel » ; 10 - St-Martin-de-Fontenay « Chemin de May » ; 11 - St-Germain-la-Blanche-Herbe « Hameau de l’Abbaye » ; 12 - Fontenai-sur-Orne
« La Patte d’Oie » ; 13 - Urville-Nacqueville ; 14 - Ifs « Object’Ifs Sud » 2002, ens. 2 et 4 ; 15 - Eterville « Les Prés du Vallon » ; 16 - Ifs « Object’Ifs Sud 2002 », ens. 6 ; 17 - Mortrée « Le Pré Palluel » ; 18 - Mondeville « MIR » (habitat groupé ?) ; 19 - Creully « Clos de l’Épinette » (habitat groupé ?).

8On discerne au sein de ce corpus deux périodes d’implantation majeures, sans continuité de l’une à l’autre (fig. 4). Si les habitats occupés au cours du Premier Âge du fer, l’ont également été à la fin du Second Âge du fer (Merri « Le Camp de Bierre », Commes « Le Mont Cavalier »), aucun d’eux ne semble avoir été occupé, ou alors fréquenté de façon tout à fait épisodique et discrète, dans l’intervalle de ces deux périodes, entre globalement (d’après les premiers vestiges) le début du IVe et la fin du IIe siècle av. J.-C.

9Toutefois, en dehors de ces premières tendances, le corpus reste bien limité pour en aborder les composantes autrement qu’au cas par cas.

Les sites du Premier Âge du fer

10Dans l’état actuel de notre documentation, seuls deux habitats groupés de hauteur peuvent être attribués au Premier Âge du fer, et plus exactement, aux phases tardives de la période (VIe-Ve siècle av. J.-C.) (fig. 4). Il n’est guère possible de proposer une tendance à partir de ces deux références, si ce n’est que l’un comme l’autre occupent des points réellement remarquables du paysage.

11L’habitat du Camp de Bierre à Merri (Orne), qui atteint une superficie de 4 ha, a été établi, à une cinquantaine de mètres au-dessus des terres environnantes, sur l’une des barres de grès émergeant au beau milieu du couloir des Plaines de Caen à Alençon (fig. 3). La vue, du haut de ce talus, porte sur 30 à 40 km à la ronde. Si le site a été occupé auparavant, au Néolithique puis au Bronze final IIb - IIIa (Delrieu et San Juan, ce volume), c’est au Premier Âge du fer qu’il doit la plus large part de sa structuration. Deux barrages successifs établis dans la pente la moins marquée de l’éperon, dont un possiblement au Second Âge du fer (talus à poutraison interne et palissade supérieure précédé d’un large fossé à fond plat de 5 m de large par 1,50 m de profondeur), précèdent, à des distances de 50 et 100 m, une enceinte fortifiée clôturant une aire de 2 ha à l’extrémité du promontoire. Le mur de pierres qui en ferme les quatre côtés - dont trois parementés dans le prolongement des abrupts - atteint 7 à 8 m d’épaisseur. Les sondages réalisés à l’intérieur, 50 m2 tout au plus au total, ont permis d’y découvrir en 2006 les restes d’une première habitation sur solins adossée au rempart et attribuable aux VIe-Ve siècles av. J.-C. Quelques tessons de poteries des IIe-Ier siècles av. J.-C. collectés dans l’épaisseur de différents niveaux remaniés du site, suggèrent toutefois qu’une fréquentation de la forteresse – peut-être épisodique – a bien eu lieu durant les dernières décennies de l’indépendance gauloise. Le site de Commes « Le Mont Cavalier » (Giraud et al., ce volume), implanté à environ 2000 m en retrait de la falaise littorale, occupe une position tout aussi favorable, ou tout au moins tout aussi visible, que le camp de Merri. Établi sur l’exhaussement d’un talus calcaire (70 m NGF) parallèle à la côte, il embrasse à la fois le littoral au nord et l’arrière-pays au sud. Il surplombe en outre le passage le plus simple pour atteindre l’un des rares points d’appontement disponibles au pied de la falaise sur une distance de 30 km (Port-en-Bessin-Huppain). La fortification du Premier Âge du fer par elle-même n’a pas encore été clairement identifiée. L’emprise des sondages ne concerne que quelques centaines de mètres carrés. Mais la dispersion des mobiliers et des structures de cette époque sur le site laisse entrevoir que l’habitat couvrait déjà toute la partie supérieure de l’éminence, soit une surface de 4,5 ha. Il est probable que le premier rempart fossilisé sous le puissant talus du Second Âge du fer, une structure de terre à palissade supérieure conservée sur environ 2,5 m de hauteur aujourd’hui recouverte par une butte de 55 m de large pour 6 m de haut, corresponde à la fortification du Premier Âge du fer.

Fig. 4 : habitats groupés, identification des principales tendances : chronologie, surface et lieux d’implantation.
1 - Merri « Le Camp de Bierre » ; 2A - Commes « Le Mont Cavalier / La Butte d’Escure » (1er Âge du fer) ; 2B - Commes « Le Mont Cavalier / La Butte d’Escure » (2eme Âge du fer) ; 3 - Castillon « La Butte » ; 4 - Petit Celland « Le Châtellier » ; 5 - St-désir de Lisieux « Le Castellier » ; 6 - La Courbe « Le Haut du Château » ; 7 - Exmes ; 8 - Plessis-Lastelle « Grand Montcastre » ; 9 - Saint-Jean-de-Savigny « Le Grand Castel » ; 10 - St-Martin-de-Fontenay « Chemin de May » ; 11 - St-Germain-la-Blanche-Herbe « Hameau de l’Abbaye » ; 12 - Fontenai-sur-Orne « La Patte d’Oie » ; 13 - Urville-Nacqueville ; 14 - Ifs « Object’Ifs Sud » 2002, ens. 2 et 4 ; 15 - Eterville « Les Prés du Vallon » ; 16 - Ifs « Object’Ifs Sud 2002 », ens. 6 ; 17 - Mortrée « Le Pré Palluel » ; 18 - Mondeville « MIR » (habitat groupé, groupement d’habitations ?) ; 19 - Creully « Clos de l’Épinette » (habitat groupé, groupement d’habitations ?).

12Déduire le statut de ces habitats de grande ampleur à partir d’indices aussi ténus est délicat, qui plus est au sein d’un paysage culturel et social encore si peu défini que celui du Premier Âge du fer en Normandie. L’idée même de chefs-lieux de cité telle qu’elle est parfois évoquée pour le Second Âge du fer grâce à la connaissance, même vague, du contour de tribus nommées dans le De Bello Gallico, n’a guère d’ancrage possible pour cette époque, dont on ignore à peu près tout des composantes et de l’organisation sociale dans la région. L’idée cependant de lieux majeurs dans la hiérarchie des habitats assurant le contrôle ou la protection des territoires situés dans leurs alentours, la plaine fertile pour le Camp de Bierre, l’accès ou le transit par la côte pour le site de Commes, peut être provisoirement avancée.

Les sites du Second Âge du fer

13On ne dispose dans l’immédiat que de sept habitats groupés de hauteur quelque peu documentés pour le Second Âge du fer (fig. 3). En dehors du site de Commes « Le Mont Cavalier » que nous venons d’évoquer pour le Premier Âge du fer, lequel doit son puissant rempart à l’occupation des IIe-Ier siècles av. J.-C., la plupart de ces gisements semble avoir été créée comme partout en Europe de l’Ouest, et souvent ex nihilo, au cours des IIe et Ier siècles av. J.-C. Cependant, l’habitat d’Exmes (Giraud et al., ce volume), dans l’Orne, pourrait avoir été implanté à La Tène D1-D2a dans les limites d’une fortification préexistante encore mal datée (Âge du bronze ?).

14Il est malgré tout possible de distinguer au sein de ce petit ensemble de fortifications, deux principaux types : les très grandes, dépassant la vingtaine d’hectares et celles plus petites dont la superficie évolue entre 2,5 et 7 ha (fig. 4).

15On peut nommer au rang des plus grandes, celle de Castillon (35 ha), jugée par M. Wheeler et K. Richardson comme « l’oppidum central ou principal des Baïocasses », celle du Petit-Celland (22 ha), perçue comme le chef-lieu des Abrincates - dans la Manche, ou encore celle du Castellier, chef-lieu reconnu de la tribu des Lexoviens qui, avec une superficie de 167 ha cernée d’un murus gallicus, figure parmi les plus grandes d’Europe (Giraud et al., ce volume).

16Si le lieu d’implantation de ces enceintes s’avère quelque peu différent de ceux évoqués pour le Premier Âge du fer, celles-là préférant à celles-ci de larges buttes, leur position n’en est pas moins remarquable, voire stratégique. Le Petit-Celland occupe, sur l’une des plus hautes collines dominant la baie du Mont-St-Michel, l’amorce d’une ligne de crêtes pressentie comme le passage privilégié pour rejoindre, depuis l’estuaire de la Sées, la région d’Alençon. Castillon se situe sur l’une des plus hautes éminences du Bessin. De la même façon qu’à Commes, le puissant rempart élevé au cours du Second Âge du fer a recouvert un premier rempart plus petit, celui-ci à poutrage vertical et parement de pierres externe. L’oppidum du Castellier, établi à une petite cinquantaine de kilomètres de la vallée de la Seine, dispose depuis le sommet des Cuestas du Pays d’Auge d’une vue circulaire sur plusieurs dizaines de kilomètres. Mais c’est encore son monnayage, dont on retrouve la trace jusque dans le Luxembourg, qui témoigne probablement le mieux de son rayonnement (Giraud et al., ce volume). De récents sondages ont permis de découvrir dans sa partie nord, un quartier compartimenté de rigoles et de palissades à l’intérieur duquel deux phases ont pu être identifiées : une première consacrée au stockage de céréales et une seconde, plus artisanale, regroupant des restes de forges et peut-être d’activité potière (Giraud et Coulthard 2008).

17Au contraire de ces grands habitats, ceux du second type, les plus petits (2,5 à 7 ha), occupent des positions plus retranchées. Si leur étendue comme l’importance de leurs structures défensives suggèrent qu’il s’agit bien d’habitats groupés, les données collectées à leur propos, notamment à l’intérieur de leur enceinte, sont souvent trop lacunaires - voire inexistantes - pour le garantir pour chacun d’eux.

18Le site de La Courbe « Le Haut du Château », dans l’Orne, dit de « crête coupée », occupe l’isthme étroit (à peine 100 m) d’un promontoire au nez plongeant découpé par l’une des boucles de l’Orne. L’aire d’habitat, qui n’a dans l’immédiat fait l’objet d’aucune reconnaissance, s’y voit protégée sur les côtés par d’assez vertigineux abrupts (pentes à 40 %) et, au nord comme au sud, par un murus gallicus à paroi vitrifiée. Le site de St-Jean-de-Savigny « Le Mont Catel » dont l’attribution à la fin du Second Âge du fer est surtout faite par défaut en raison de l’architecture de sa fortification, un rempart de type murus gallicus à paroi vitrifiée là aussi, est du modèle à éperon barré.

19Le site d’Exmes, dans l’Orne, occupe une position plus ostentatoire à la pointe d’un petit plateau de forme vaguement losangique surplombant le bocage environnant. L’une des originalités du site réside dans une bipartition de ses espaces : l’un d’approximativement 2 ha retranché au nord derrière le puissant rempart des « Cavaliers d’Exmes », pour l’heure non daté, le second s’étalant au devant au sud, sur une superficie d’environ 5 ha, séparé du coteau par un barrage de bordure, non daté. Cette partie du site, la seule explorée à ce jour, aurait comporté à La Tène D1-D2a un ensemble de bâtiments et de fosses organisés sur un réseau orthonormé. Le mobilier exhumé de ce secteur au cours de la dernière campagne de fouille (monnayage Carnute aux deux tiers, amphores, armes, augets à sel…), tend à confirmer le rôle central du site par rapport à la contrée environnante : le chef-lieu vraisemblable des Esuviens, qui, en dépit de son implication dans des échanges à longue distance, ferait davantage figure de petit castellum.

20Au final, si les plus grands de ces établissements de hauteur confirment bien l’implication de la Basse-Normandie dans le phénomène des oppida couvrant toute l’Europe de l’ouest à la fin de l’indépendance gauloise, ceux plus petits (2,5 à 7 ha) peuvent être perçus comme des agglomérations secondaires : des relais entre les grands chefs-lieux de cité que nous venons d’évoquer et des installations plus modestes égrenées sur la campagne, voire, pour certains, comme les chefs-lieux mêmes – les castella – de cités moins puissantes ou plus petites.

2.1.2. Les habitats groupés de plaine et de littoral

21Comme en plusieurs points du Nord de la France depuis une vingtaine d’années, depuis la découverte d’habitats groupés comme ceux d’Acy Romance (Lambot 1999), peut-être de Rosnay-l’Hôpital « Les Grandes Pâtures » (Villes 1999) ou de Vendresse (Laurelut et al. 2002) et de façon plus certaine pour l’ouest, de Quimper (Le Goff 2007), quelques habitats de plaine et de littoral susceptibles de correspondre à des habitats groupés ont été repérés ces dernières années en Basse-Normandie. De la même façon que pour les habitats précédents leur superficie est relativement importante comprise entre 3 et 5 ha et leur surface assez densément aménagée. Ce type d’habitat est encore anecdotique dans la région puisqu’il ne représente que 4 % (4 unités) du corpus global des habitats de l’Âge du fer. Mais il représente 30 % des habitats groupés avérés, 21 % si on leur adjoint les plus petits d’entre eux (1 à 2 ha) réunis – à la suite – sous le terme de « groupements d’habitations » (infra). Il n’est pas inintéressant de remarquer qu’en termes de chronologie, ces ensembles recouvrent les mêmes périodes que les groupements de hauteur vus précédemment : la fin du Premier Âge du fer et la fin du Second (fig. 4).

Habitats de plaine fermés

22Deux ensembles de ce type seulement, fermés par une enceinte, sont dans l’immédiat identifiés en Basse-Normandie, l’un et l’autre dans le Calvados. C’est davantage leur superficie combinée à la puissance de leur clôture qui fondent l’interprétation selon laquelle il ait pu s’agir d’habitats groupés, car la connaissance de leur aire interne demeure relativement sommaire.

23L’habitat de Saint-Martin-de-Fontenay « Chemin de May », d’une superficie de 3 ha (fig. 6 A), est notre seule illustration pour le Premier Âge du fer. L’enceinte, repérée par prospection aérienne, est implantée sur un léger bombement du relief à environ 1 km du rebord de plateau et adopte là un plan curviligne. Seule une courte section du fossé de ceinture, un ouvrage de 6 m à l’ouverture pour 2,5 m de profondeur, en a pour l’instant été fouillée dans le cadre d’un projet de déviation routière. En dehors d’assez nombreux restes de faune consommée mais peut-être aussi « propitiatoires » (Baudry et Auxiette 2009), la céramique exhumée du fossé permet d’attribuer la base du remplissage au VIe siècle av. J.-C., le sommet à la première moitié du Ve siècle av. J.-C.

24L’habitat de Saint-Germain-la-Blanche-Herbe « Le Clos-Maulier », daté de la fin du Second Âge du fer, atteint une superficie enclose d’au moins 5 ha (fig. 6 B). Le site n’a fait l’objet pour toute reconnaissance que d’un diagnostic. L’enceinte, de plan cette fois-ci rectangulaire, est implantée sur le rebord du plateau caennais, à environ 3 km en retrait de la confluence de l’Orne et de l’Odon. Elle fut peut-être appuyée, ou s’est trouvée bordée par la suite (chronologie relative non établie), par un chemin pressenti comme l’un des principaux axes antiques reliant Caen à Bayeux. Le fossé de délimitation atteint de 5 à 6 m de large à l’ouverture pour 3,5 m de profondeur. L’enceinte se voit cloisonnée par ailleurs de plusieurs refends et investie de diverses fondations de bâtiments sur poteaux porteurs et tranchées de fondations. Un assez grand nombre de fosses de stockage et quelques fours domestiques y ont également été découverts. Parmi les multiples restes domestiques exhumés du remplissage de ces structures, la céramique, accompagnée de quelques pièces plus originales (fusaïole, peson ou suspension, pied de vase mouluré en lignite), permet de rattacher la fondation du site et une grande partie de ses structures internes à La Tène D1. Le comblement de la douve et celui des refends semble s’achever lui au milieu du Haut-Empire (fin Ier - début IIe siècle ap. J.-C.). Faute cependant de mobilier augustéen reconnu, l’hypothèse d’un hiatus entre ces deux horizons n’est pas exclue.

Fig. 5 : localisation topographique du site de Commes « Le Mont Cavalier / La Butte d’Escure » (1er et 2e Âge du fer) sur l’un des promontoires dominant l’un des rares passages possibles pour rejoindre, depuis le plateau, au sud, la crique de Port-en-Bessin-Huppain.

Fig. 6 : habitats groupés de plaine, fermés par une enceinte.
A : Saint-Martin de Fontenay « Chemin de May » (VIe-Ve siècles av. J.-C.) (d’ap. C. Germain-Vallée 2007) ;
B : Saint-Germain-la-Blanche-Herbe « Les Hameaux de l’Abbaye » (IIe-Ier siècles av., Ier siècle ap. J.-C.) (d’ap. Jahier 1994).

Habitat de plaine ouvert

25L’habitat de plaine groupé et ouvert, ou plus simplement l’habitat groupé ouvert, est une notion tout à fait récente pour l’Âge du fer en Basse-Normandie. Un seul site, dans l’Orne, celui de Fontenai-sur-Orne « La Patte d’Oie » attribué au Ve siècle av. J.-C., peut éventuellement lui correspondre (fig. 7). Toutefois, le décapage, de 6 700 m2, semble avoir surtout touché là une zone de stockage. Celle-ci a pu être implantée directement à la périphérie d’un habitat dont la plus large part se situerait hors emprise ou être plus isolée sur le modèle de Grisy-sur-Seine « Les Terres du Bois Mortier » (Gouge et Leconte 1999) et de Bucy-le-Long « Le Fond du Petit Marais » (Auxiette et Pommepuy 1996). Parmi les quelques deux cents fosses et trous de poteau mis au jour, lesquels comportaient assez peu de mobilier, ont pu être identifiés une quinzaine de greniers organisés autour de trois cours, cinq constructions un peu plus vastes, quelques silos, ainsi que d’assez nombreuses empreintes de cadres de travail et d’ossatures sur deux et trois poteaux (séchoirs, cadres de tannerie ?…). Malgré tout, un seul plan pouvant être perçu comme celui d’une maison selon notre connaissance actuelle de l’architecture domestique – un long édifice à pans coupés – est identifié dans l’emprise. Il est donc difficile de déterminer si la communauté liée à cet ensemble était établie ou non à cet endroit ou, comme dans le cas par exemple de Courseulles-sur-Mer (infra), en était éloignée.

Fig. 7 : habitats groupés de plaine, ouverts : le site de Fontenai-sur-Orne « La Patte d’oie » (VIe-Ve siècles av. J.-C., Orne) (d’ap. H. Lepaumier 2008b). Note : Pour des raisons de lisibilité, ce site est présenté à une échelle supérieure à celle des autres sites.

26En dehors des sites de Grisy-sur-Seine et de Bucy-le-Long, cette question de l’habitat groupé ou du « simple » groupement de greniers, se pose de la même façon pour des sites géographiquement plus proches tels que ceux de Hautôt-le-Vatois (Blancquaert et Adrian 2006), en Seine-Maritime, et de Plasnes « Le Beuron » (Lettereux 2004), dans l’Eure. Le site d’Hautôt-le-Vatois pourrait cependant avoir été finalement fermé ou partiellement délimité par des fossés.

Habitat groupé de littoral

27L’habitat groupé de littoral n’est illustré que par le seul site d’Urville-Nacqueville (fig. 8), implanté à la pointe du Cotentin (Manche). En raison de l’affleurement des vestiges sous quelques centimètres de sable, le site a fait l’objet de diverses interventions depuis le XIXe siècle. Après les dernières prospections menées dans les années 1990, la remise à plat des données dans le cadre d’un travail de thèse sur les relations transmanche à l’Âge du fer conduit par A. Lefort, a permis de rappeler l’importance de ce site pour l’analyse de l’habitat de l’Âge du fer (Lefort et Marcigny 2008).

Fig. 8 : habitats groupés de littoral : le site d’Urville-Nacqueville (IIe-Ier siècles av. J.-C., Manche) (d’ap. A. Lefort et C. Marcigny 2008). 1 - trait de côte.

28Le site par lui-même est encore mal connu. Un long fossé parallèle au trait de rivage actuel identifié sur plus de 300 m de long isole, côté mer, une zone domestique reconnue de place en place sur 20000 m2. Le plan de plusieurs maisons circulaires y est repéré ainsi que des restes de foyers et des fosses. Une seconde zone du même ordre, comportant en plus de vraisemblables murs de tourbes, est identifiée à un peu plus de 200 m à l’est. Plusieurs groupes de tombes à inhumation et incinérations implantés à la périphérie illustrent la partie funéraire de cet ensemble.

29La qualité du mobilier découvert sur le site est en outre tout à fait remarquable. Les indices d’importations que l’on y repère (poteries, Dressel Ia, objets en verre, currency bar ?…), les traces de monnayage (globules à la croix, quart de statère Vénète) comme les éléments d’un artisanat spécialisé dans la fabrication de parures (bracelets de lignite), témoignent très bien du dynamisme économique de cet ensemble. Il est possible de le percevoir sous cet angle comme l’un des débarcadères majeurs dans les relations transmanche aux IIe et Ier siècles av. J.-C. et, plus largement, comme une plaque tournante dans les échanges à moyenne et longue distance.

2.1.3. Des groupements d’habitations ?

30En marge des habitats groupés que nous venons de survoler, un certain nombre d’autres habitats plus petits identifiés sur la plaine, de conception différente mais suggérant malgré tout le rassemblement de plusieurs unités domestiques, évoque l’existence d’une autre gamme de sites au sein de la catégorie de l’habitat groupé : le groupement d’habitations. Ces habitats, organisés selon des plans coalescents à compartimentés et couvrant dans la limite actuelle de nos données des superficies de 10000 à 15000 m2, se manifestent par l’association de petites parcelles contiguës, de l’ordre de 700 à 2000 m2 chacune. Celles-ci se voient tantôt délimitées par des fossés mitoyens, tantôt délimitées par des fossés indépendants. Ces habitats ne s’accommodent donc ni de la définition de l’unité domestique, parce qu’ils en comportent plusieurs juxtaposées (une par parcelle en général), ni de celle de la résidence monumentale ou aristocratique, parce que l’on y distingue aucune hiérarchisation des espaces ni aucun élément ostentatoire ou remarquable permettant d’évoquer de telles places (infra). Au contraire des plus grands dispositifs fortifiés ou fermés qui suggèrent la présence d’un grand nombre d’occupants, il paraît possible de voir dans ces ensembles le témoignage de petits groupements d’une forme proche de celle du hameau ou du groupe de fermes qui, à l’Âge du fer, sont fréquemment du même ordre.

31Sur le plan chronologique ces ensembles couvrent toutes les époques de l’Âge du fer de telle sorte qu’ils comblent le hiatus observé sur le IVe et le IIIe siècle av. J.-C. pour les autres formes de l’habitat groupé (fig.4).

32Pour le Premier Âge du fer, on peut par exemple poser cette option pour les ensembles 2 et 4 de Ifs « Object’Ifs Sud », pour lesquels on dispose d’une vue à peu près exhaustive des habitats (A, fig. 9). Les deux ensembles, qui, distants d’une trentaine de mètres et contemporains, n’en forment plus vraisemblablement qu’un seul, ont été implantés au VIe-Ve siècles av. J.-C. Ils s’organisent sur une superficie totale de 15 000 m2 en une mosaïque de six à sept parcelles inégales et contiguës, de l’ordre de 700 à 1 500 m2 chacune. Certaines ne sont fermées à la hauteur du substrat que sur trois côtés. L’occupation semble s’y être prolongée jusqu’à la fin du IVe siècle av. J.-C, au moins. On distingue globalement à leur niveau assez peu d’aménagements internes à la base du décapage. Mais la nature des mobiliers (céramiques, restes de faune), piégés dans le comblement de leurs étroits fossés de délimitation, traduit bien la vocation domestique des lieux. On y compte cependant au moins deux ensembles funéraires contemporains (groupes 12 et 13), implantés à une cinquantaine de mètres l’un de l’autre.

Fig. 9 : habitats groupés de petite ampleur / groupements d’habitations ? Quelques exemples de la plaine bas-normande.
A : Ifs « Object’Ifs Sud » 2002, ens. 2 et 4 (VIe-Ve siècles av. J.-C.) (d’ap. Le Goff 2002) ; B : Eterville « Les Prés du Vallon » (VIe-Ve siècles av. J.-C.) (d’ap. Giazzon 2009) ; C : Ifs « Object’Ifs Sud 2002 », ens. 6 (VIe-Ve siècles av. J.-C.) (d’ap. Le Goff 2002) ; D : Mortrée « Le Pré Palluel » (IVe-Ier siècles av. J.-C.) (d’ap. Morzadec 2005) ; E : Mondeville « MIR » (IVe-Ier siècles av. J.-C.) (d’ap. Leroy 1991) ; F : Creully « Clos de l’Épinette » (IVe-Ier siècles av. J.-C.) (Jahier en cours d’étude).

33Il n’est pas totalement infondé, dans ce que nous en percevons à l’heure actuelle, de rapprocher de ce premier modèle l’ensemble d’Éterville « Les Prés du Vallon » situé à une dizaine de kilomètres à peine au nord-ouest. Pour autant, le site n’a été décapé que sur 1,3 ha et pourrait s’avérer plus complexe. Mais on distingue quatre à cinq principales parcelles (B, fig. 9) de l’ordre de 2000 m2 au maximum, accolées les unes aux autres et investies de diverses fosses et plans de greniers. Elles pourraient cependant avoir été appuyées ici à une enceinte plus vaste, clôturée par un fossé plus important, représentant le cœur de l’habitat, ce qui nous rapprocherait alors de la configuration de la grande enceinte de St-Martin-de-Fontenay « Chemin de May » (supra) contre laquelle s’observe aussi l’amorce de quelques fossés rayonnants. Il n’en reste pas moins que l’organisation des enclos externes est assez proche de celle observée à Ifs. Dans un autre genre mais à Ifs toujours, l’ensemble 6 s’organise au Ve siècle av. J.-C. en une chaîne de quatre à cinq parcelles d’habitat contiguës de 700 à 1200 m2 chacune. Celles-ci ont été juxtaposées le long d’un chemin (C, fig. 9). Deux autres plus petites (500 m2) mais non datées se trouvaient adossées à l’arrière. Le site couvre ainsi 13000 m2. Certains hameaux hallstattiens de Bavière sont pareillement ordonnés, sur 150 à 200 m de long, par la « juxtaposition » de trois à quatre « fermes » de gabarit tout à fait semblable (Audouze et Buchsenschutz 1989, p. 284-285). À Ifs, cette configuration en petites unités juxtaposées sera conservée jusqu’au IIIe siècle av. J.-C., et même au-delà puisque cette étape correspond à la restauration de quatre de ses unités. C’est sans aucun doute pour cette période que la vocation domestique des lieux est la mieux illustrée, avec l’aménagement de deux à trois caves boisées par unités et la pose de portes à l’entrée de chaque enclos. Une seule de ces quatre unités en revanche sera restaurée à la fin du IIe siècle av. J.-C. avant d’être abandonnée dans la seconde moitié du Ier siècle av. J.-C. Comme pour les ensembles 2 et 4, deux groupes funéraires, réduits, l’un courant de la seconde moitié du Ve à la fin du IIIe siècle av. J.-C. (groupe 24 : quatorze sépultures), l’autre de la seconde moitié du IIIe au IIe siècle av. J.-C. inclus (groupe 23 : cinq sépultures), sont implantés sur les lieux, au sortir des parcelles.

34Pour le Second Âge du fer, l’habitat de Mortrée « Le Pré Palluel », dans l’Orne, est peut-être l’une des rares illustrations à notre disposition pour ce type de rassemblement. Le site n’a été décapé que sur 10800 m2 (D, fig. 9). Implanté en fond de vallée, il se développe de part et d’autre du cours de La Thouane en deux principaux espaces. L’espace fondé à l’ouest du cours d’eau dans la première moitié du IIIe siècle av. J.-C., est le moins bien défini des deux. Fermé vers le versant par un fossé d’un peu plus d’un mètre de profondeur, il comporte plusieurs refends dans sa largeur et au moins trois groupes de trous de poteau. Le second espace se présente dans l’emprise sous la forme d’une dizaine de petites cellules de 12 à 17 m de côté, délimitées par des rigoles (fossés, tranchées ?). Plusieurs se superposent les unes aux autres. Mais l’organisation de l’ensemble en une sorte de damier irrégulier scindé par une parcelle longiligne perpendiculaire à la rivière, rappelle celles des habitats groupés où, comme à Villeneuve-St-Germain (Debord 1981), Roanne (Lavendhomme et Guichard 1997) ou Quimper (Le Goff 2007), les bâtiments sont répartis le long de ruelles, d’allées ou de voies. L’abondance et la variété des rejets domestiques découverts sur le site (poteries, fusaïoles, meules, clefs, restes de forge...), la céramique parfois très fine (céramique lustrée ciselée d’un décor de palmettes), ainsi que divers fragments d’amphores Dressel Ia, permettent d’attribuer la plus large part de ces installations à La Tène D1. Leur variété apparaît en outre conforme à la diversité des activités et à la diversité des assemblages fréquemment observés au sein de cette catégorie de l’habitat.

35D’une façon générale, les sites clairement identifiés comme des habitats de cet ordre fondés sur la seconde moitié du Second Âge du fer, à partir du IIIe siècle av. J.-C., restent rares en Basse-Normandie, cependant quelques-uns pourraient susciter débat.

36À Creully « Le Clos de l’Épinette » comme à Mondeville « Le MIR », dans le Calvados, sites couvrant respectivement des surfaces de 12000 et 13000 m2, c’est le cloisonnement de la surface, la densité des aménagements et la quantité comme la variété des mobiliers conservés au sein des structures qui sous-tendent l’idée qu’il ait pu s’agir d’habitats groupés de petite étendue (E et F, fig. 9). Ces caractéristiques ne sont de toute façon pas celles d’unités domestiques isolées, et il semble qu’il faille admettre a minima l’idée que chacun d’eux regroupait dans des enclos mitoyens, dès le IIIe siècle av. J.-C. et probablement dès le IVe siècle à Creully, plusieurs unités d’habitations contiguës. Si ce n’est qu’elle s’ordonne selon un plan plutôt rayonnant, l’organisation du « MIR » en au moins trois enclos contigus à peu près équivalents est assez comparable dans son esprit à celle de l’ensemble 6 de Ifs « Object’Ifs Sud ». Le cas pourrait être un peu différent à Creully qui compte, à l’arrière d’un espace similaire cloisonné en trois cours, deux espaces quasiment vides. Le plus petit des deux semble avoir correspondu à un lieu technique (grange ?) ou, éventuellement, à un espace collectif, festif ou religieux, sur lequel était abattu, préparé ou consommé un grand nombre de porcs et de moutons. La rareté des traces de constructions sur le second pourrait en revanche lui assigner le rôle d’un éventuel espace résidentiel privilégié, lequel en ce cas nous placerait dans une autre configuration d’habitat : celle - probable - de la résidence aristocratique.

2.2. Résidences aristocratiques et enceintes à clôtures monumentales

37Parmi les habitats de l’Âge du fer à ce jour répertoriés, une quinzaine (soit environ 15,5 % de l’effectif) peut-être considérée comme le lieu de résidences aristocratiques (fig. 2).

38La superficie de ces sites est le plus fréquemment comprise entre 7000 et 30000 m2. Il faut donc accepter en cela, sur le plan des surfaces les plus hautes, l’idée d’un certain recouvrement avec les habitats groupés tels que nous les avons évoqués précédemment. Ce qui en assure généralement le mieux la distinction est la mise en valeur de la clôture, laquelle comporte parfois des fossés de très fort gabarit, associée à une hiérarchisation de l’espace en plusieurs cours où, en tout état cause, l’aire résidentielle demeure plus réduite que dans le cas des habitats groupés. Toutefois, les récents travaux d’Y. Menez (Menez 2008) ont montré que bien d’autres critères que ceux de superficie et de qualité des clôtures pouvaient être pris en compte pour l’identification de ce type d’établissements et qu’ils comportaient en outre un grand nombre de combinaisons entre eux selon les périodes et les régions. On peut en effet évoquer à ce titre, pour la Basse-Normandie, la position du site dans le paysage, la présence d’attributs architecturaux (porche, tour-porte…), celle d’installations connexes spécifiques (monuments funéraires…) ou encore celle de mobiliers remarquables. C’est ainsi que des établissements comme celui d’Orval « Les Pleines », dans la Manche, dont la tombe à char monumentale signe son appartenance à l’aristocratie militaire, alors que l’enclos d’habitat lui-même n’y atteint que 1800 m2, intègrent de facto ce groupe des résidences. Il est dès lors concevable qu’il existait, pour cette catégorie de l’habitat aussi, de grands comme de petits domaines.

39Pour les ensembles les plus anciens que sont les sites de Basly « La Campagne » et de Banville « La Burette » (Calvados), sites pour lesquels la mise en place des niveaux de l’Âge du fer remonte au VIe siècle av. J.-C., il semble que ce ne soit pas tant la monumentalité de la clôture qui ait compté, que leur position géographique et topographique, voire le lieu même de leur implantation. Les deux sites en effet ont chacun pris pied – en totalité ou partie – dans les limites d’anciennes fortifications établies l’une et l’autre sur un promontoire naturel en rebord de plateau : la première (Basly) au-dessus du cours de la Mue, la seconde (Banville) à seulement 5 km en aval, sur le petit fleuve de la Seulles correspondant au cours principal de ce secteur.

40À Basly, qui est le mieux documenté, l’habitat s’est organisé de part et d’autre d’un barrage établi à la fin de l’Âge du bronze (Delrieu et San Juan, ce volume) (fig. 10). La ligne de défense se constituait alors d’un large fossé à fond plat (5,60 m de large pour 1, 70 m de profondeur) en cours de comblement et, en rive interne, des restes d’un talus à poutraisons verticales. Sans être bien daté, le fossé dit « de l’Âge du fer » de Banville est tout à fait identique à celui de Basly et le site comporte lui aussi plusieurs niveaux de l’Âge du bronze. À Basly toujours, il est vraisemblable qu’une aire résidentielle de 4000 m2, laquelle comprenait les dernières assises d’une porte monumentale ou d’un grand bâtiment édifié sur le rebord de l’abrupt, s’organisait en retrait du barrage de l’Âge du bronze. L’amorce du plateau quant à elle supportait à une cinquantaine de mètres au dehors plusieurs constructions, principalement des greniers, dont une dizaine a pu être appréhendée dans le cadre d’une fenêtre de fouille de 5000 m2. Un peu au-delà, le petit cimetière d’une quinzaine de tombes organisé autour d’un très vaste monument (700 m2) semble fournir un argument supplémentaire à l’idée selon laquelle le site correspondait bien à la résidence d’un « groupe restreint » mais de statut élevé (San Juan et Le Goff 2003).

41Jusqu’à une date récente, l’occupation de ces ensembles paraissait avoir été brève, s’interrompant probablement dans le courant du Ve siècle av. J.-C. Toutefois, la découverte récente à Basly d’une fibule de type Münsingen pose la question d’une fréquentation – dont l’importance est encore difficile à évaluer – jusque dans les derniers temps du IVe siècle av. J.-C. (San Juan et al. 2010).

42Il est possible que les grandes enceintes quadrilatérales de l’ordre d’un hectare établies par la suite, au début et dans le courant du Ve siècle av. J.-C., aient correspondu elles aussi à des résidences aristocratiques ou tout du moins, aient été liées à ce niveau de l’habitat.

43Même si certaines sont implantées non loin d’une vallée (Fleury-sur-Orne), il ne s’agit plus de sites de promontoires installés dans les limites de retranchements préexistants mais d’ouvrages neufs établis sur la plaine, visibles et accessibles de toute part. Pour autant, les exemples de ce type répertoriés sur la région, à plus forte raison ceux fouillés ou mêmes simplement diagnostiqués, sont peu nombreux. Ceux figurant parmi les mieux renseignés, Fleury-sur-Orne « La Casse » et Courseulles-sur-Mer « La Fosse Touzé » (A et B, fig. 11), présentent un plan d’aménagement respecté tout au long de l’occupation. Dans les deux cas, les principales modifications apportées à ces dispositifs concernent la configuration de la clôture et celle de la porte principale. Celle de Courseulles-sur-Mer, qui a pu être étudiée dans le détail, revêt par ses multiples formes (infra) les traits d’un véritable poste de comptage ou de contrôle. À l’intérieur de l’enceinte, le déséquilibre entre le nombre de greniers – une quarantaine au total – et le nombre de maisons – seulement deux – fournit l’argument le plus solide à l’idée selon laquelle le site ait pu correspondre à une place de collecte des ressources agricoles locales gérée par un notable. Malgré tout, même s’il nous paraît probable, il reste difficile de valider le statut aristocratique de ces gisements en l’absence de mobilier remarquable découvert sur le site ou de monument funéraire comme il en est repéré à Basly. Ce statut apparaît en revanche plus évident dès lors que l’on compare ces exemples régionaux à diverses enceintes du Ve siècle av. J.-C. identifiées en Europe de l’Ouest et perçues, celles-ci en fonction de leurs mobiliers surtout, comme des résidences aristocratiques. Les rapprochements que l’on peut faire à ce titre avec certaines enceintes de Bohême, celle de Droužkovice (Smrž 1996), ou celles de Krašovice et de Prague « Hloubětín » (Smrž 1991), sont particulièrement saisissants (C, fig. 11).

Fig. 10 : exemple de résidence aristocratique sur éperon : le site de Basly « La Campagne » (Calvados) (d’ap. San Juan et Le Goff 2003, San Juan 2009, 2010).

Fig. 11 : grandes enceintes quadrilatérales à clôture monumentale du Ve siècle av. J.-C. implantées sur la plaine (≥ 1 ha.), comparaison au site de Droužkovice, en Bohême.
A : Courseulles-sur-Mer (Ve siècle av. J.-C.) (d’ap. Jahier 1997) ; B : Fleury-sur-Orne (Ve siècle av. J.-C.) (cliché, J. Desloges) ; C : Droužkovice (1 ha -Ve siècle av. J.-C.), Bohême (Smrž 1991).

44Sans tout à fait atteindre le degré d’ostentation observé à Courseulles-sur-Mer et à Fleury-sur-Orne, on peut soupçonner l’existence, au travers de leur format ou de certains de leurs attributs architecturaux, de quelques autres sites de cet ordre (d’un niveau peut-être moins élevé) pour cette période sur la région. L’accès à l’enceinte de Fontenay-le-Marmion « Les Vergers », hélas très arasée et connue sur seulement 3500 m2, comportait par exemple, fossé de clôture, avant-cour, palissade et probable tour-porte (fig. 12). Peut-être faut-il également envisager ce statut, mais sans garantie, pour quelques autres enceintes d’assez grande superficie identifiées dans la région : pour la plus vaste de Cagny « Extension Décathlon », laquelle couvrait 8 000 m2, voire pour celle de Fontenay-le-Marmion « La Grande Pièce » qui atteignait 5 000 m2 et réunissait une quantité de mobilier plus importante qu’à l’accoutumée.

45L’abandon de tous ces sites, y compris ceux de Courseulles-sur-Mer et de Fleury-sur-Orne, semble se situer vers le milieu du IVe siècle av. J.-C.

46Aucun site de ce type, susceptible d’être assimilé à une résidence aristocratique à partir des critères énoncés jusqu’alors, n’est à ce jour réellement validé sur la région pour la séquence milieu du IVe – milieu du IIIe siècle av. J.-C.

47Pour le Second Âge du fer, les sites envisagés comme de vraisemblables résidences aristocratiques sont généralement plus vastes. Leur surface moyenne se situe en effet autour de 1,7 ha contre 0,75 ha pour la période antérieure. L’un des autres critères en faveur de ce statut repose pour cette période sur l’importance souvent accordée à la clôture. Par exemple aux IIIe – IIe siècles av. J.-C. dans la Manche, les plus gros fossés soulignant tout autant l’aire résidentielle que l’entrée de l’habitat de Bricqueville-la-Blouette « La Butte au Long » (fig. 13) atteignaient 3,50 m de profondeur. Dans le Calvados, aux IIe – Ier siècles av. J.-C., le fossé d’enceinte de Bourguébus « La Main Delle » atteignait une profondeur équivalente.

48Une autre caractéristique de ces ensembles du Second Âge du fer est leur organisation en plusieurs cours hiérarchisées au sein d’un espace fermé. Il pourrait être comparé au système médiéval dit de « haute et basse cours », non pas au sens topographique des termes, mais fonctionnel. Selon les sites, la surface de la cour résidentielle, généralement située au centre, varie de 900 à 2000 m2. Celle de Bricqueville-la-Blouette, située au cœur d’une enceinte de 1 ha, atteignait par exemple 1000 m2. Elle était précédée d’une avant-cour reliée à une entrée monumentale établie au niveau du fossé d’enceinte. On retrouve également cette caractéristique d’une organisation en plusieurs cours sur le site de Gouvets « La Bruyère Rousseville » (1 ha) dans la Manche, qui, sans être fortifié, fourni l’une des rares illustrations de site de cet ordre établi sur un éperon au Ier siècle av. J.-C. Il est probable que le site de Marcei « Le Maréchal », dans l’Orne, organisé en deux cours concentriques à partir du IIe siècle av. J.-C., accède à ce rang à partir de cette période. On retrouve cette organisation sur les ensembles de Thaon (enclos 1) « Le Fond du Val » et d’Hérouville-St-Clair « Avenue du Haut-Crépon », bien que ces habitats aient été abordés sur de trop petites superficies pour affirmer qu’il s’agit bien d’établissements du même ordre.

Fig. 12 : l’enceinte du Ve siècle av. J.-C. de Saint-Martin-de-Fontenay « Les Vergers » (Calvados) (d’ap. Dumont 1990).
Note : Pour des raisons de lisibilité, ce site est présenté à une échelle supérieure à celle des autres sites.

Fig. 13 : exemples de sites de Basse-Normandie envisagés comme de vraisemblables résidences aristocratiques en fonction de leurs traits architecturaux et de leurs aménagements internes (superficie ≥ 1 ha, cours / avant cours, profondeurs des fossés, portes monumentales, structures de stockage…).
A - Bourguébus « La Main Delle » (IIe-Ier siècles av. J.-C.) (d’ap. Jahier 2003) ;
B - Saint-Martin-des-Entrées « Le Parc sur l’Herbage » (IIIe-Ier siècles av. J.-C.) (d’ap. Marcigny et al. 2004) ; C - Hérouville-Saint-Clair « Avenue du Haut Crépon » (IIIe-IIe siècles av. J.-C.) (d’ap. Giazzon 2004) ;
D - Bricqueville-la-Blouette « La Butte au Long » (IIe-Ier siècles av. J.-C.) (d’ap. Lepaumier 2007) ; E - Gouvets « La Bruyère de Rousseville » (Ier siècle av. J.-C., Ier siècle ap.) (d’ap. Paez-Rezende 2000) ; F - Thaon « Le Fond du Val (enclos 1) » (IIIe-Ier siècles av. J.-C.) (d’ap. San Juan et al. 1999).

49À Bourguébus, le schéma pourrait être légèrement plus complexe, puisque l’aire résidentielle semble avoir été répartie dans l’espace de quatre cours contiguës couvrant au total une superficie de 6000 m2. Le site, qui n’a été abordé qu’en diagnostic, s’étend sur une emprise minimale de 3 ha. Il comportait en outre à l’arrière de l’enceinte d’habitat proprement dite, une sorte de fortin de 8000 m2 délimité par une douve, espace pour lequel la fonction n’est pas encore réellement établie (logis valorisé, défense ?…).

50Dans ce même registre mais pour des sites un peu moins vaste (1 ha), l’établissement de St-Martin-des-Entrées « Le Parc sur l’Herbage » (Calvados), occupé durant le IIIe et le IIe siècle av. J.-C., s’organisait lui aussi en plusieurs cours, huit au total dont quatre assez densément aménagées (fig. 13). Les fossés par contre n’y sont pas très profonds (≥ 1,30 m). À cet endroit, l’argument majeur pour voir dans cet ensemble une résidence de l’élite réside surtout dans la combinaison des aménagements internes associant – comme à Courseulles-sur-Mer pour la fin du Premier Âge du fer – une seule grande maison centrale établie au-dessus d’une longue cave (10 m) et près d’une centaine de fosses de stockage alignées le long des clôtures. Pour cette période (IIIe-IIe siècles av. J.-C.) en Basse-Normandie, la crémaillère en fer comme le moule en calcaire de pièces en bronze (pour des boutons ?) mis au jour sur le site sont encore des mobiliers remarquables qui confortent l’idée d’un habitat de statut élevé.

51Comme pour les périodes antérieures, tous ces sites portent en outre la trace d’attributs architecturaux particuliers au niveau de leur entrée ; soit que la marque en soit donnée par les vues aériennes qui en révèlent les plus grosses fondations (Bourguébus, Thaon…), soit qu’elles aient pu être directement abordées à la fouille. C’est le cas notamment encore du site de Bricqueville-la-Blouette qui comportait l’empreinte d’une tour-porte rentrante assise sur de puissants piliers. L’avant-cour dite « en pince de crabe » développée au-devant de l’enceinte de Thaon (enclos 1), peut aussi être perçue comme un dispositif ostentatoire de cet ordre. Sans leur être tout à fait spécifique, puisque quelques sites perçus comme des unités domestiques plus ordinaires en comprenaient une (l’enclos 5 de Ifs « Object’Ifs Sud » par exemple), l’allée reste un élément statistiquement lié à ce type d’établissement. L’habitat d’Orval, comme celui de St-Martin-des-Entrées, en comptaient par exemple chacun une menant jusqu’à l’aire résidentielle.

52Une autre caractéristique de ces ensembles réside, comme à Basly pour le Premier Âge du fer, dans l’importance parfois accordée au lieu funéraire. Cependant, s’il s’agit bien d’une configuration encore attestée au Second Âge du fer en Basse-Normandie, elle n’est observée pour l’heure que sur deux sites localisés sur les marges de la région et d’ailleurs, ne figurant pas non plus sur le plan architectural (pour ce que nous percevons à la hauteur du substrat) parmi les plus monumentaux. Il est assez probable que le site d’Orval « Les Pleines », daté des IIIe-IIe siècles av. J.-C. et implanté sur la rive occidentale du département de la Manche, n’aurait jamais été perçu comme une résidence de l’aristocratie sans le concours de la tombe à char monumentale qui le jouxtait (fig. 14). La position de cette tombe à plus de 300 km de son berceau culturel supposé, qui plus est au seuil du domaine armoricain, entoure cependant cette découverte d’une certaine singularité par rapport aux tendances de la région (Lepaumier et al., ce volume ; Chanson et al., ce volume). L’habitat de St-Gatien-des-Bois « Le Vert Buisson », daté des IIe-Ier siècles av. J.-C. et localisé sur la bordure orientale de la région – à la marge de l’Eure –, est trop peu décapé pour être associé d’emblée aux résidences de cet ordre. Les fossés clôturant l’aire d’habitat sont d’ailleurs assez modestes (≥ 1m). L’enceinte d’habitat néanmoins était bordée de deux monuments funéraires individuels de 25 m2, accueillant chacun une sépulture à incinération inscrite dans les traditions de la vallée de la Seine (fosses boisées assez richement dotées en mobilier : vases en lignite et en terre fine, ustensiles et parures en fer et en bronze…). L’une et l’autre sont perçues comme les tombes de notables.

Fig. 14 : habitats envisagés comme de vraisemblables résidences aristocratiques à partir de leurs composantes funéraires et de leurs mobiliers. A - Orval « Les Pleines » (IIIe siècle av. J.-C.) (d’ap. Lepaumier et Giazzon 2007) ; B - Saint-Gatien-des-Bois « Le Vert Buisson » (IIe siècle av. J.-C., Ier siècle ap.) (d’ap. Paris 1997).

53D’une façon générale, bien que les investigations encore limitées sur la plupart de ces établissements relativisent le résultat, les mobiliers susceptibles de définir la résidence aristocratique, en dehors de quelques pièces sporadiques que nous avons déjà citées, sont rares en Basse-Normandie, aussi bien au Premier qu’au Second Âge du fer. L’amphore par exemple, même à la fin du Second Âge du fer, demeure d’une relative rareté sur ces sites qui, à l’inverse de ceux des régions voisines (Bretagne, Pays de la Loire, Haute-Normandie) où les tessons se comptent par centaines ou par milliers à cette période (Laubenheimer 1999, Laubenheimer et al. 2008, Nillesse 2003, Maguer 2003…), ne comportent au mieux que quelques dizaines de fragments. C’est donc sous l’angle de cette relativité qu’il faut considérer l’importance des rares tessons parfois associés à ces dispositifs, ne serait-ce que par rapport aux unités domestiques encloses qui, sauf exception (Ifs « Object’Ifs Sud – ensemble 5 », 45 tessons), n’en comportent presque jamais (Féret et Le Forestier 2009, Vauterin et al., ce volume).

54En revanche, on remarque sur plusieurs de ces sites la présence de quelques dépôts particuliers de quartiers d’animaux ou même d’animaux entiers, fréquemment des chevaux, dans des fosses ou les fossés. On en observe par exemple de tels au niveau de l’entrée de l’habitat de Cagny « Extension Décathlon » ainsi qu’à Fleury-sur-Orne attribué lui aussi à la fin du Premier Âge du fer. Mais on en connaît également pour le Second Âge du fer à Thaon « Le Fond du Val – enclos 1 ». Ces dépôts « à vocation cultuelle ou propitiatoire probable » (Auxiette et Baudry 2009) concerneraient donc trois des dix-sept sites retenus pour cette catégorie de l’habitat. Cette pratique sur les sites d’habitats de l’Âge du fer ne nous surprend plus réellement en Basse-Normandie puisqu’on l’observe aussi, au travers de morceaux généralement plus petits – souvent des têtes –, sur un assez grand nombre d’habitats plus simples (Méniel in San Juan et al. 1994 et San Juan et al. 1999). Elle n’en reste pas moins un trait privilégié – dans les proportions notamment observées à Cagny pour la fin du Premier Âge du fer ou à Thaon pour le Second – de sites de statut élevé.

Fig. 15 : résidences aristocratique et enceintes à clôtures monumentales, identification des principales tendances : chronologie, surface et lieux d’implantation.
20 - Basly « La Campagne » (VIe-Ve siècles av. J.-C.) ;
21 - Banville « La Burette » (VIe-Ve siècles av. J.-C.) ;
22 - Cagny « Extension Décathlon » (VIe-IVe siècles av. J.-C.) ;
23 - Courseulles-sur-Mer « La Fosse Touzé » (Ve-IVe siècles av. J.-C.) ;
24 - Fleury-sur-Orne « La Casse » (Ve-IVe siècles av. J.-C.) ;
25 - Fontenay-le-Marmion « La Grande Pièce » (Ve-IVe siècles av. J.-C.) ;
26 - Fontenay-le-Marmion « Les Vergers » (Ve-IVe siècles av. J.-C.) ;
27 - Condé-sur-Ifs « La Bruyère du Hamel » (IVe-IIIe siècles av. J.-C.) ;
28 - Orval « Les Pleines » (IIIe siècle av. J.-C.) ;
29 - Hérouville-Saint-Clair « Avenue du Haut Crépon » (IIIe-IIe siècles av. J.-C.) ;
30 - Thaon « Le Fond du Val (enclos 1) » (IIIe-Ier siècles av. J.-C.) ;
31 - Saint-Martin-des-Entrées « Le Parc sur l’Herbage » (IIIe-Ier siècles av. J.-C.) ;
32 - Marcei « Le Maréchal » (IIIe-Ier siècles av. J.-C.) ;
33 - Saint-Gatien-des-Bois « Le Vert Buisson » (IIe siècle av. J.-C., Ier siècle ap.) ;
34 - Bourguébus « La Main Delle » (IIe-Ier siècles av. J.-C.) ;
35 - Bricqueville-la-Blouette « La Butte au Long » (IIe-Ier siècles av. J.-C.) ;
36 - Gouvets « La Bruyère de Rousseville » (Ier siècle av. J.-C., Ier siècle ap.).

Fig. 16 : comparaison de l’enceinte de Billy « Les Chevreuils » (Calvados) (cliché J. Desloges) (A), à l’enceinte intérieure du Viereckschanze de Markavartice (Bohême) (d’ap. Waldhauser 1989) (B).

55Au final, l’effectif est encore très réduit pour tirer des conclusions définitives quant à la proportion de ces sites dans la durée. Dans l’immédiat, les résidences établies au VIe et au Ve siècle av. J.-C., les secondes cependant dans des conditions assez différentes des premières, représentent 40 % de l’effectif à ce jour identifié ou supposé en Basse-Normandie. Aucun de ces établissements ne semble passer le cap du milieu du IVe siècle av. J.-C. Il faut en fait attendre le milieu du IIIe siècle av. J.-C. pour observer une reprise de ce type d’habitat quelque peu prestigieux en Basse-Normandie (fig. 15). On distingue cependant pour cette partie du corpus deux vagues d’implantation très nettes. Une première, au milieu du IIIe siècle av. J.-C., concerne 33 % du corpus initial. La plupart des sites fondés à cette période perdureront jusqu’à la Conquête. La seconde, qui démarre à la fin du IIe et au début du Ier siècle av. J.-C., concerne alors les 20 % restants et se cumule à ceux de la première vague. 53 % des résidences perçues comme les lieux de l’aristocratie seraient donc fondées en Basse-Normandie à partir du IIIe siècle av. J.-C.

2.3. La question des Viereckschanzen

56En 1984, O. Buchsenschutz dans son travail sur les fortifications de hauteur recensait une petite demi-douzaine d’enceintes carrées d’environ 1 ha, conservées dans les collines bas-normandes et pressenties comme de possibles Viereckschanzen (Buchsenschutz 1984). Parmi ces enceintes de 100 m de côté identifiables dans le paysage grâce à la conservation de leurs talus, peuvent être nommées pour exemple celle de Danvou-la-Ferrière, celle de Moulines ou encore de Ouistreham… Depuis la date de ce recensement, les choses n’ont guère évolué localement à propos de ces enceintes. Aucune d’elles, fréquemment désignées par le toponyme de « Camp Romain », n’a depuis été testée pour en vérifier la nature ou l’appartenance à l’Âge du fer. Les renseignements à leur propos se limitent donc aux objets, souvent antiques, collectés à leur surface à l’occasion de prospections pédestres menées depuis la fin du XIXe siècle.

57D’un point de vue général, le débat quant à la vocation de ces enceintes reconnues un peu partout en Europe de l’Ouest, mais que les aléas des découvertes – pour beaucoup – ont associé à la fin de l’Âge du fer, n’est pas clos. D’abord perçues comme des fortifications (Schwarz 1959), puis de façon privilégiée comme des lieux de cultes (Buchsenschutz et Olivier 1989), elles pourraient correspondre à des habitats comme le suggère un tout récent bilan pour l’Allemagne du sud (Von Nicolaï 2009).

58En Basse-Normandie, la situation s’est récemment compliquée avec la découverte, cette fois-ci sur la plaine calvadosienne, des enceintes de Fleury-sur-Orne et de Courseulles-sur-Mer (fig. 11, supra). Si ces deux sites présentent bien des plans que l’on pourrait juger comme caractéristiques de celui des enceintes de type Viereckschanzen, une cour de base carrée de 100 m de côté délimitée par un fossé de l’ordre de 1,50 m de profondeur et dotée d’une porte unique (Schwarz 1959), l’un et l’autre sont néanmoins datés du Ve siècle av. J.-C. L’analyse des deux gisements, celui de Courseulles-sur-Mer surtout car le second n’a dans l’immédiat fait l’objet que d’un diagnostic, aboutit par ailleurs à des conclusions fonctionnelles bien différentes. En premier lieu, l’analyse de la stratigraphie des clôtures des deux sites a montré que ces dernières servaient certainement des préoccupations plus ostentatoires que défensives. C’est notamment ce que révèle, sans en reprendre les détails, le remplacement au fil des générations des systèmes fossés / talus des phases d’implantation, efficaces pour la défense, par des palissades « de plein pied » (sans obstacle au devant), puis, à Courseulles-sur-Mer, par un mur d’apparat en pierres. En dépit de quelques restes animaux et humains évoquant des dépôts particuliers à Fleury-sur-Orne (supra), l’idée selon laquelle il ait pu s’agir de lieux sacrés n’a pas non plus réellement trouvé de résonance au niveau de ces dispositifs.

Fig. 17 : cartographie des unités domestiques encloses et ouvertes en Basse-Normandie.
1 - Caen ; 2 - Eterville ; 3 - Cagny ; 4 - Fierville-les-Parcs ; 5 - Mosles ; 6 - Ifs ; 7 - Cormelles le-Royal ; 8 - Mondeville ; 9 - Rocquancourt ; 10 - Putôt-en-Bessin ; 11 - Thaon ; 12 - Cairon ; 13 – Blainville-sur-Orne ; 14 - Bréville-les-Monts ; 15 - Barbeville ; 16 - Soulangy ; 17 - Falaise ; 18 - Nécy ; 19 - Neuville-près-Sées ; 20 - Buré ; 21 – Quetteville ; 22 – Gonneville-sur-Honfleur ; 23 - Plomb ; 24 - Braffay ; 25 - Hébécrevon ; 26 - Pont-Hébert ; 27 - Les Veys ; 28 - Saint-Pellerin ; 29 - Isigny-sur-Mer ; 30 - Montgardon ; 31 - Saint-Symphorien-le-Valois.
Note : certaines communes (Ifs, Mondeville, Cormelles-le-Royal…) peuvent compter plusieurs unités domestiques encloses et ouvertes étudiées.

59Au contraire, la rationalité de l’infrastructure identifiée à Courseulles invite, en ce qui concerne ces deux sites contemporains et distants d’une vingtaine de kilomètres seulement, à formuler d’autres hypothèses. Pour rappel (supra 2.2), l’enceinte, devant laquelle était décapé un parvis, était en effet pourvue d’une porte cochère monumentale prolongée d’une cour interne faisant office de sas d’entrée. Une allée circulaire contournant une place centrale ourlée de quelques constructions, permettait d’accéder, sur les côtés, à deux principales aires de stockage dotées au total d’une quarantaine de greniers alors que le site ne comportait par ailleurs que deux maisons (l’une ouvrant sur la place, l’autre établie auprès de la porte). On évalue à un minimum de 1050 quintaux la masse de céréales entreposée en ces lieux chaque année. Le mode de stockage temporaire choisi pour ces denrées (Gransar 2000), ainsi que la permanence des installations pendant toute la durée de l’occupation, plaident en effet en faveur de l’idée d’une rotation annuelle des denrées sur le site, en fait calée sur le rythme des récoltes. Mais, si ces premiers éléments incitent bien à voir dans ce gisement les restes d’une place de collecte monumentale administrée par l’aristocratie locale, la position du site, à 1 500 m de l’estuaire de la Seulles et à une cinquantaine de kilomètres seulement de l’estuaire de la Seine conduit à l’envisager également comme un outil de diffusion à moyenne et longue distance (Jahier, à paraître). Le site de Fleury-sur-Orne d’ailleurs occupe une position stratégiquement comparable au-dessus du fleuve Orne. Ceci, sans trop savoir faute de mobilier probant si le notable chargé de cette gestion d’ensemble résidait ou non sur place, nous rapprocherait alors de l’idée des « ports of trade » de L. Baray (Baray 1997). Entrepôt ou port de commerce lui-même, cela reste à déterminer.

60Paradoxalement, si ces enceintes du Ve siècle av. J.-C. présentent des plans très proches de celui des enceintes de type Viereckchanzen, on ne répertorie encore aucune enceinte équivalente avérée de la fin de l’Âge du fer sur la région. Il resterait bien entendu dans ce domaine à aller vérifier la nature et la chronologie des enceintes conservées dans les collines. L’enceinte de Billy « Les Chevreuils » toutefois (fig. 16), connue de longue date par prospection aérienne, serait une des rares à pouvoir s’en rapprocher. Il s’agit là d’un enclos d’une petite centaine de mètres de long pour une trentaine de mètres de largeur. Si le plan est donc différent de celui carré des enceintes de type Viereckschanzen conventionnelles, il est aussi la réplique, réduite (2 700 m2 contre environ 18 000 m2), de l’enceinte intérieure du Viereckschanze de Markvartice, en Bohême (Waldhauser 1989, fig. 16). Une récente campagne de sondage menée au niveau de l’enceinte de Billy a montré que celle-ci pouvait être datée de La Tène finale (Desloges et Delrieu 2006). Il semble que l’essentiel de l’activité de l’établissement était là aussi liée à l’approvisionnement de réserves prenant ici la forme de très larges fosses parallélépipédiques de 15 à 20 m3 chacune, organisées le long des talus. Il n’est donc pas exagéré – là non plus – de parler de lieu de collecte et de stockage des ressources agricoles environnantes à grande ou très grande échelle. Les restes collectés dans le fossé, qui profond de 1,70 m s’interrompait visiblement à l’est sur une porte, sont ceux par ailleurs d’un habitat ordinaire (restes de faune consommée, poteries…). Dans l’immédiat, aucun de ces exemplaires bas-normands ne valide la dimension sacrée que l’on accorde par tradition à ces dispositifs. Sans doute en ces termes faudrait-il rejoindre l’idée selon laquelle il s’agit pour ces sites locaux, non pas de « l’unité de base des établissements ruraux », comme cela est proposé pour le sud de l’Allemagne (Von Nicolaï 2009), mais d’installations plus fondamentales impliquées dans le déroulement de procédés économiques conduits par une élite terrienne ; que cela ait concerné alors une redistribution locale des denrées qui s’y trouvaient amassées ou, comme nous le pensons plus volontiers, des échanges à moyenne et longue distance.

Fig. 18 : exemples d’enclos d’habitat de Basse-Normandie identifiés comme des unités domestiques simples.
A - Caen « Beaulieu » (VIe-Ve siècles av. J.-C.) (d’ap. Lepaumier et Marcigny 2003) ; B – Mosles « La Pièce du Pressoir » (IVe-IIIe siècles av. J.-C.) (d’ap. Marcigny et al. 1999) ; C – Fierville-les-Parcs « Le Pré de la Val » (IVe-IIIe siècles av. J.-C.) (d’ap. Jahier et al. 2002) ; D – Mondeville « L’Étoile, site III » (IIIe-Ier siècles av. J.-C.) (d’ap. Besnard-Vauterin 2009a) ; E – Plomb « Le Champ du Puits » (IIe-Ier siècles av. J.-C.) (d’ap. Jahier 2001a) ; F – Mondeville « L’Étoile, site II » (IIe-Ier siècles av. J.-C.) (d’ap. Besnard-Vauterin 2009a).

2.4. Les unités domestiques encloses

61Avec un taux de représentation de 58 %, les unités domestiques encloses constituent le type d’habitat le plus couramment identifié pour l’Âge du fer en Basse-Normandie.

62La morphologie de ces structures évolue peu tout au long de la période. Une aire de plan généralement quadrangulaire, de l’ordre de 2 500 m2 en moyenne (900 à 5 000 m2 pour les extrêmes), se trouve le plus souvent délimitée par un fossé à profil en V bordé d’un talus interne et ne dépassant que rarement 1,20 m de profondeur pour les phases de fondation. Une interruption du tracé indique en règle générale l’emplacement d’un passage unique sur l’un des côtés portant parfois l’empreinte des piliers d’une porte. Les habitats de cet ordre présentant un autre système de clôture, comme des palissades par exemple (Neuville-Près-Sées « Les Ruisseaux », Orne), sont extrêmement rares sur la région et ne concernent que la phase finale de l’Âge du fer (infra).

63Plusieurs de ces habitats pourtant, pour lesquels la clôture a été doublée au cours de l’occupation, pourraient avoir fait l’objet d’un certain souci d’ostentation, comme à Mosles « La Pièce du Pressoir » dans le Calvados, pour les IVe-IIIe siècles av. J.-C. ou à Hébécrevon « La Couesnerie », dans la Manche, pour le Ier siècle av. J.-C.

64Les aménagements internes identifiés à la surface de ces dispositifs sont en règle générale ceux d’unités domestiques ordinaires comportant – lorsque les fondations ou la base des excavations en sont conservées – une maison sur poteaux porteurs, quelques structures de stockage souvent appuyées aux talus (des fosses ou des greniers selon l’emplacement et la période - infra) et, parfois, quelques fosses d’extraction de limon pour l’enduction des parois des bâtiments. Les sites de Mosles « La Pièce du Pressoir », de Fierville-les-Parcs « Le Pré de la Val » ou de Cormelles-le-Royal « Aire des Gens du Voyage », comptent sans doute parmi les plus représentatifs dans ce domaine pour le IVe siècle av. J.-C. Il est également possible d’évoquer pour le IIIe siècle av. J.-C., les enclos de Thaon « Bombanville (enclos 2) », de Thaon « Le Clos (enclos 6) » ou de Ifs « Object’Ifs Sud, ensemble 5 » et, pour les IIe-Ier siècles av. J.-C., les sites d’Isigny-sur-Mer « Le Tuiley », de St-Benoît-d’Hebertot « Tontuit », d’Hébécrevon « La Couesnerie », des Veys « Le Haut-Clos » ou de Buré « La Houssaye ».

65En dépit d’une constitution par ailleurs identique, plusieurs sites du sud-est de Caen implantés à la rupture du plateau céréalier avec la vallée de l’Orne comprenaient un grand nombre de structures de stockage, soit qu’ils aient assumé des fonctions spécifiques au sein de la trame des habitats, soit qu’ils aient dépendu d’un rang plus élevé (Mondeville « l’Étoile », Cormelles-le-Royal « Échangeur périphérique Sud » ; IIIe-Ier siècles av. J.-C.).

66Autour de ces habitats parfois, l’emplacement de petits corrals, de vergers ou de jardins fermés et attenants est indiqué par l’amorce de quelques fossés perpendiculaires à la clôture ou, lorsque les décapages l’ont permis, par la mise au jour de petites parcelles contiguës (Mondeville « L’Étoile, site I »).

67La chronologie de ces enclos d’habitat est assez longue en Basse-Normandie, puisque l’une des premières constructions de cet ordre pour l’Âge du fer, celle de Caen « Beaulieu », remonte au VIe siècle av. J.-C.

68Toutefois, la représentation de ces habitats dans la durée apparaît fluctuante et se décline en quatre principales périodes de fondation. Il est nécessaire pour les percevoir, parce que les ruptures entre ces périodes se placent le plus souvent au milieu d’un siècle ou à la charnière de deux siècles, de descendre à une classification au demi-siècle, voire pour les périodes les plus récentes, au quart de siècle (1, 2, 3, fig. 19).

69La première période (pas d’un siècle), dont le démarrage correspond à la seconde moitié du VIe ou la première moitié du Ve siècle av. J.-C., court ainsi au rythme régulier d’une à deux créations par tranche de 50 ans (trois enclos par siècle), jusqu’au milieu du IVe siècle av. J.-C. Elle ne concerne que 14 % de l’effectif. Deux de ces habitats, parmi ceux fondés dans la seconde moitié du Ve et au début du IVe siècle av. J.-C. (Soulangy « RN 158 », Falaise « Expansia »), présentent un surprenant continuum puisqu’ils atteindront – sans hiatus – les dates de la Conquête.

70La seconde période se voit définie à partir de la seconde moitié du IVe siècle av. J.-C. par une augmentation sensible de ce type d’habitat sur la région. Cinq sites, soit 9 % de l’effectif disponible pour notre étude, peuvent-être rattachés à ce seul demi-siècle ce qui, en comparaison à la période écoulée, est beaucoup. Quatre d’entre eux pourtant seront abandonnés une petite centaine d’années après leur création. Seul l’ensemble 5 de Ifs « Object’Ifs Sud » fait preuve de plus grande longévité, jusque dans les années -10 av. J.-C. La brièveté de ces occupations semble pouvoir être mise en parallèle avec la phase de déclin que connait de fait, à la suite, la première moitié du IIIe siècle de J.-C. Deux créations d’habitat de cet ordre seulement sont enregistrées pour cette période (Mondeville « L’Étoile, sites 1 et 3 »). L’une et l’autre paradoxalement atteindront, sans hiatus, les dates de la Conquête et même, au prix cependant d’une refonte radicale de leur structure durant la phase augustéenne, la fin du IIe siècle ap. J.-C.

Fig. 19 : progression des unités domestiques encloses dans la durée (la date retenue est celle de fondation du site).
1 : Répartition des unités selon un pas d’un siècle ; 2 : Répartition des unités selon un pas de 50 ans ; 3 : Répartition, à partir du début du IIe siècle av. J.-C., des unités selon un pas de 25 ans (obtenu d’après les dates de fondations proposées par les auteurs).

71La troisième période, dont on peut situer le démarrage au milieu du IIIe siècle av. J.-C., correspond comme à peu près partout dans le Nord de la France (Blancquaert et al. 2009) à celle du plein essor de ce type d’habitat en Basse-Normandie. Elle représente en effet à elle seule 75 % de l’effectif. 80 % de ces habitats atteindront les dates de la Conquête. On estime qu’environ un tiers au moins, mais l’analyse bute ici sur un problème d’identification des mobiliers propres à cette période, atteindront sous leur forme « gauloise » la réorganisation des campagnes sous Auguste. Le site de Cairon « Eléazar enclos 3 », dans le Calvados, et celui d’Hébécrevon « La Couesnerie », dans la Manche, sont parmi les rares exemples identifiés à passer ce cap sans modification structurelle importante. Parallèlement, environ un quart des sites fondés durant cette troisième période atteindront, mais cette fois-ci au prix d’une recomposition complète de leur infrastructure, la fin du Ier ou le début du IIe siècle ap. J.-C., exceptionnellement le début du IIIe pour l’un d’entre eux (Mondeville « L’Étoile site II »).

72Pour autant la subdivision de cet ensemble selon un pas de 25 ans (3, fig. 19) fait apparaître au cours de cette troisième période deux épisodes de création importants, l’un centré sur le début du IIe siècle av. J.-C. (10 unités), l’autre sur la fin du IIe et le début du Ier siècle av. J.-C., (15 unités) (soit une proportion de 23 et 36 % des habitats de cet ordre fondés durant cette troisième période).

73Dans l’immédiat, aucune création d’habitat enclos de cet ordre n’est enregistrée pour le deuxième quart du Ier siècle av. J.-C. en Basse-Normandie. Cette curiosité tient probablement là encore à nos difficultés d’identifier des mobiliers propres à cette période. Deux habitats seulement, s’ajoutant eux aussi à l’effectif alors en place et exprimant peut-être une nouvelle impulsion, avortée, pourraient avoir été fondés quelques années avant la Conquête. L’enclos de Saint-Symphorien-le-Valois « La Valoiserie » (Manche) sera abandonné à la fin du Ier siècle av. J.-C., tandis que l’habitat de Caen « Beaulieu » fondé à La Tène D2, sera remodelé en profondeur dans la première moitié du Ier siècle ap. J.-C.

74Sur le plan structurel et organisationnel, assez peu de remarques peuvent être formulées pour les deux premières périodes (VIe-IVe siècles av. J.-C) dont l’effectif de sites, réduit, provient par ailleurs d’une aire géographique restreinte à une soixantaine de kilomètres de côté. Tout au plus peut-on souligner l’existence de plans pentagonaux à ce moment (Caen « Beaulieu », Mosles « La Pièce du Pressoir »), qui n’auront plus cours par la suite. Hormis le site de Fierville-les-Parcs « Le Pré de la Val », implanté sur l’une des basses terrasses de la Vallée de la Touques, la plupart des sites fondés durant ces deux premières périodes occupe le plateau de la Plaine de Caen. L’image que renvoient ces habitats est celle de « fermes ordinaires » réunissant, sans plus, les composantes nécessaires à l’existence d’une unité domestique.

75L’image au contraire qui accompagne le corpus créé à partir du IIIe siècle av. J.-C. est celle d’une plus grande prospérité, prospérité que la longévité de ces exploitations jusqu’aux temps de la Conquête ne dément pas. Là encore, la plupart (71 %) de celles implantées au milieu du IIIe siècle av. J.-C. l’ont été sur le couloir de terres souples et fertiles des plaines limoneuses de Normandie. On peut invoquer un biais documentaire pour ce résultat, dû à la fréquence des grands travaux sur cette zone par rapport aux autres secteurs de la Basse-Normandie. Mais le fait que la situation ne soit pas exactement la même pour les sites plus tardifs impose de le prendre en compte. Le reste du corpus implanté à cette période dans les zones de collines environnantes occupe la pente des vallées, la crête ou le rebord des plateaux.

76Pour ceux de la Plaine de Caen, le cycle qui se met alors en place est visiblement celui du plein essor. L’aspect parfois cossu de ces fermes pourrait d’ailleurs les faire confondre avec certaines des résidences de l’aristocratie. L’augmentation de la taille des clôtures par exemple comme à Ifs ou Mondeville, sans qu’elles deviennent pour autant des ouvrages défensifs, peut être lue comme un autre signe de l’aisance de ces exploitations, au même titre que l’élargissement parfois de leur emprise, comme à Falaise « Expansia » passant d’une cour unique de 1400 m2 à l’origine à quatre cours réparties sur 7500 m2 au IIe siècle av. J.-C. Une indication supplémentaire en faveur de cette prospérité réside probablement pour certains de ces habitats dans la multiplication des structures de stockage au fil du temps (Mondeville « L’Étoile », Cormelles-le-Royal « Échangeur périphérique Sud », Cairon « Eléazar, enclos 3 »…). Aucun de ces sites cependant n’associe les autres critères que nous avons retenus pour la définition des résidences de l’aristocratie (grande superficie, constitution en plusieurs cours hiérarchisées, clôtures et portes ostentatoires). Le site I de Mondeville « L’Étoile » pourrait cependant avoir comporté une tombe à « éléments de char ». La proximité de ces exploitations de configuration très semblables entre elles (infra) est d’ailleurs un autre obstacle à une telle interprétation. En d’autres termes, la réussite de ces exploitations ne leur permit visiblement pas d’accéder pour autant à un rang plus élevé que celui de fermes cossues.

77Les unités implantées par la suite, au début du IIe siècle puis à la fin du IIe et au début Ier siècles av. J.-C (fig. 19), confirment bien le plein essor que connaît ce type d’établissements dans la région depuis le milieu du IIIe siècle av. J.-C. 73 % des sites créés à partir de cette date sont effectivement rattachés à ces deux dernières phases. Cette vague d’expansion est particulièrement intéressante en termes de répartition.

78Les unités créées au cours de ces deux dernière phases, qui en réalité s’additionnent aux sites créés au milieu du IIIe siècle av. J.-C. encore en place pour 95 % d’entre eux (ainsi qu’aux plus pérennes de la seconde période), n’ont probablement d’autre solution en effet, en ce qui concerne la plaine, que de s’installer dans les interstices de la trame existante, c’est-à-dire dans l’intervalle des unités déjà en place. Les sites de Cairon « Eléazar (enclos 3) » sur le plateau de Thaon comme de Mondeville « L’Étoile, site II », en sont dans ce domaine deux très bons exemples (infra). Une autre solution semble avoir consisté cependant à s’implanter dans d’autres contrées. 53 % des créations d’unités encloses à cette période sont en effet implantées cette fois-ci en dehors du couloir de plaines central à la région, sur les zones aux terres plus lourdes (argileuses ou humides) et au relief plus mouvementé, dans la Manche, le Pays d’Auge et l’Orne. Mais là encore, la répartition des sites selon leur phase d’implantation est très contrastée. Si ce résultat ne dépend pas lui non plus d’un biais documentaire, dans l’analyse cette fois-ci des mobiliers, 60 % des enclos domestiques fondés au début du IIe siècle av. J.-C. seraient implantés dans la Manche et ses abords (marais de Carentan : Saint-Pellerin « La Fourchette », Isigny-sur-Mer « Le Tuiley » ; Plomb « Le Champ du Puits » ; Braffay…). Aucune occurrence pour cette époque n’est encore enregistrée dans le Pays d’Auge. À l’inverse, 37,5 % des sites fondés à la fin du IIe et au début du Ier siècle av. J.-C. sont implantés sur cette dernière zone et même, aux confins de la région, à la marge de l’Eure (fig . 1). Seulement deux d’entre eux sur un effectif de seize habitats (12,5 %) attribués à cette époque sont établis dans la Manche.

79Il n’est pas encore possible de déterminer si ces nouvelles répartitions sont la seule conséquence d’une implantation par « défaut » ou si elles sont motivées par de nouvelles activités, comme l’élevage par exemple auquel ces zones de terres lourdes se prêteraient le mieux. Dans leurs grandes lignes, si l’on pressent bien quelques nuances dans leurs composantes (dans la forme des structures de stockage notamment – infra), la conception de ces exploitations n’est guère différente de celles implantées sur la plaine. Mais la qualité de ces habitats aux fossés souvent moins marqués apparait plus modeste que celle des habitats de même époque établis en plaine.

2.5. Les groupements d’habitats enclos (habitats concertés)

80Un phénomène particulier, qui, selon nos connaissances actuelles, semble lié principalement aux plateaux fertiles de la Plaine de Caen et son prolongement sur le Bessin et Falaise, concerne les groupements d’unités domestiques encloses. Il s’agit de véritables réseaux de fermes s’étendant sur des superficies allant de quelques centaines à plus d’un millier d’hectares, au sein desquels les unités peuvent être distantes les unes des autres de seulement une centaine de mètres parfois. Ces groupements apparaissent en Plaine de Caen dès la fin du Premier Âge du fer, avec l’exemple de Cagny « Décathlon », mais c’est à partir de La Tène moyenne qu’ils se généralisent pour se développer jusqu’au milieu de La Tène finale.

81Trois secteurs (fig. 20) illustrent actuellement le mieux ce type de groupements : celui du secteur sud-est de Caen, le plus vaste, celui du plateau de Thaon et de Cairon dans le bassin côtier de la Seulles à la marge du Bessin, et celui du nord de Falaise en limite méridionale de la Plaine de Caen.

2.5.1. Le secteur sud-est de Caen

82C’est le groupement d’habitat enclos actuellement le mieux connu. Il se développe sur près de 1400 ha en décrivant un arc de cercle, épousant le rebord de plateau le long de la vallée de l’Orne (communes de Fleury-sur-Orne, Ifs, Cormelles-le-Royal et Mondeville) (fig. 20). De ces nombreuses fermes encloses repérées sur ce secteur, une douzaine sont documentées par la fouille (Lepaumier et al., ce volume). Si les toutes premières installations, illustrées par les exemples d’Ifs « Object’Ifs Sud » ensemble 6 et Fleury-sur-Orne « CD120/ZL7 » (Lepaumier, en cours), remontent à La Tène ancienne (fin Ve-IVe siècle av. J.-C.), le développement du réseau de fermes ne prend réellement son essor qu’à partir du IIIe siècle av. J.-C. Au travers de ces zones d’études de Mondeville « L’Étoile » et d’Ifs « Object’Ifs Sud », deux ZAC respectivement de 50 et 70 ha de superficies, il apparaît que ces fermes, distantes de quelques centaines de mètres, s’insèrent dans un réseau parcellaire rythmé par des fossés et des chemins orthogonaux, régulièrement espacés (fig. 20). L’élément le plus marquant est bien l’orientation identique des enclos, des principaux axes de circulation et des limites parcellaires, renvoyant l’image d’une occupation du sol étendue et ordonnée, celle d’un habitat concerté. Seules des installations plus anciennes, comme la petite nécropole du Ve siècle av. J.-C. à « L’Étoile » (Vauterin et Guillon, ce volume), viennent influer ponctuellement sur le schéma parcellaire, tout comme le paléo-relief, un thalweg séparant Ifs de Fleury-sur-Orne, à l’origine d’une légère divergence dans l’orientation parcellaire à l’ouest de celui-ci. A travers cette configuration structurée du paysage, il apparaît évident que la création d’un groupement de fermes fonctionnant conjointement sur une aussi large superficie semble résulter d’une organisation cohérente et rationnelle d’un territoire. Elle semble avoir conduit à une mise en culture intensive des sols, sans doute favorisée par les limons fertiles des plateaux, comme en témoigne d’ailleurs aussi la multiplication des fosses de stockage sur bon nombre de ces habitats (infra). L’hypothèse d’un schéma économique dépassant les simples besoins de subsistance des habitants a d’ailleurs été évoquée pour les habitats de Mondeville « L’Étoile » (Besnard-Vauterin 2009a, p. 214). Avec ce constat se pose la question des rapports intercommunautaires entre ces réseaux de fermes et les sites à caractère aristocratique.

2.5.2. Le secteur nord de Falaise

83Le réseau de fermes sur le secteur nord de Falaise est actuellement reconnu sur plus de 150 ha, mais son étendue est supposée bien plus vaste. Composé pour l’instant de trois sites fouillés (Aubigny « RN 158 », Falaise « L’Attache », Falaise « Expansia »), ce petit groupe d’habitats espacés de 500 et 700 m les uns des autres, voire moins (300 m) si l’on prend en compte les enclos quadrangulaires repérés dans leur intervalle par prospection aérienne, rappelle la configuration de la périphérie sud-est de Caen. Si l’origine des premières installations remonte au IVe siècle av. J.-C. (Falaise « Expansia »), les autres semblent un peu plus tardives, affirmant une coexistence durant les deux ou trois derniers siècles av. J.-C. Suggérée par leur proximité et leur contemporanéité, l’idée d’un groupement de fermes se trouve aussi confortée par les lambeaux de chemins et de fossés parcellaires diagnostiqués aux alentours, évoquant là encore une occupation du sol dense et structurée. Néanmoins, si des parallèles se manifestent au niveau de la densité de l’occupation, des disparités sont à observer sur l’organisation des habitats eux-mêmes, et notamment sur leurs capacités de stockage. Contrairement à la multiplication des fosses de stockage observée sur les établissements du nord de la Plaine de Caen, leur petit nombre semble plutôt répondre ici à des besoins de subsistance limités à l’habitat.

2.5.3. Le plateau de Thaon et de Cairon

84En dernier exemple, le groupement d’habitat enclos de Thaon et de Cairon, connu à travers la prospection aérienne et des sondages ponctuels, a été identifié sur une portion de plateau de quelques 250 ha, délimitée par les petites vallées de la Mue et de son affluent la Chironde (San Juan et al. 1999). Une dizaine d’enclos y est répartie à des distances entre gisements voisins allant de 100 et 200 m pour les plus rapprochés à 450 et 600 m pour les plus éloignés. Leur occupation s’étale sur les IIIe, IIe et Ier siècles av. J.-C., une durée un peu plus courte donc que les précédents exemples. Si la création de ces établissements s’est peut-être réalisée en plusieurs phases, durant le IIe siècle pour la majorité et au Ier siècle pour au moins l’un d’eux, tous les indices chronologiques démontrent un fonctionnement synchrone pour au moins cinq ou six unités (enclos 1, 2, 4, 6 et 8, puis enclos 3 pour la phase laténienne finale). Bien que des pratiques singulières aient été observées au sein de l’enclos 1 (pratiques rituelles comprenant l’abandon de carcasses de chevaux dans le fossé de ceinture, comme sur certains sanctuaires de la Gaule Belgique), l’interprétation des sites retenue à partir des données de diagnostic est celle d’habitats tournés principalement vers l’activité agricole. La proximité de ces établissements a conduit à les considérer, non pas comme des fermes encloses isolées, mais comme un réseau de fermes étroitement liées sur le plan économique et social (San Juan et al. 1999, p. 193).

85À titre général, ces réseaux d’habitats enclos trouvent des équivalences un peu partout dans le Nord et l’Ouest de la France, avec à présent notamment des exemples au Val de Reuil dans l’Eure (C. Beurion, inédit), à Guérande en Loire-Atlantique (Chouquer 2006), au Croixrault dans la Somme (Malrain et al. 2005, p. 153), à Dourges dans le Pas-de-Calais (Blancquaert 2007) ou à Villeneuve d’Ascq dans le Nord (Querel 2001). Si le phénomène des habitats concertés insérés dans une trame parcellaire structurée est maintenant bien connu pour le Nord de la France (Buchsenschutz 2004, p. 24), leurs installations sont généralement supposées autour du IIe siècle av. J.-C., s’inscrivant dans un développement général de l’exploitation agricole au cours de La Tène moyenne. Soulignons donc ici que les réseaux d’habitats concertés du secteur sud-est de Caen et celui au nord de Falaise trouvent leur source bien auparavant, d’un ou deux siècles avant la tendance générale.

86Pour les trois secteurs étudiés, tous les indices démontrent qu’après cette pérennité d’occupation de deux, trois ou quatre siècles selon les cas, l’espace investi subit vers le milieu du Ier siècle av. J.-C. un appauvrissement marqué, entrainant un repli sur certains enclos ou un abandon sur d’autres. Si l’espace n’est jamais totalement déserté, ce n’est qu’au cours du Ier siècle ap. J.-C. qu’un réinvestissement se manifeste progressivement sous forme d’établissements romanisés, installés soit sur les précédents sites (Mondeville « L’Étoile »), soit dans les environs directs (Ifs « Object’Ifs Sud » ensemble 7, Falaise « villa de Vaston ») ou bien en centralisant la restructuration sur un seul enclos (Thaon, enclos 20, villa repérée par prospection aérienne).

Fig. 20 : exemple d’habitat concerté sur une grande étendue : les groupements d’habitats enclos du sud-est de Caen : zoom sur les zones de Ifs « Object’Ifs Sud » et de Mondeville « L’Étoile ».

2.6. Les unités domestiques ouvertes

87Avec pour l’heure six références seulement, la catégorie des unités domestiques ouvertes est une part de l’habitat encore peu documentée en Basse-Normandie. Elle concerne d’ailleurs en premier lieu le Premier Âge du fer et le début du Second.

Fig. 21 : exemple d’unités domestiques en aire ouverte : Agneaux « Bellevue/La Tremblaye ».
A : Fosse silo (Ifs « Object’Ifs Sud » ens. 1 – VIIe-VIe siècles av. J.-C.) (d’ap. Le Goff 2002) ; B : Plan à quatre poteaux porteurs (grenier ou ossature centrale de maison ?) et fosse attenante (ens. 11 – VIe-Ve siècles av. J.-C.) (d’ap. Jahier 1999).

88Pour la période ancienne, cette forme d’habitation est illustrée par l’exemple d’Ifs « Object’Ifs Sud, ensemble 1 », où de petites unités, chacune constituée d’un à trois greniers et d’un à deux silos, sont égrenées sur plusieurs hectares. Celles-ci constituent en fait le prolongement de l’occupation du Bronze final de ce secteur et se succèdent jusqu’au tout début de La Tène ancienne (ensemble 11, Jahier 1999). Si les traces de fondation des habitations par elles mêmes n’ont pu être repérées sur ces ensembles, leur caractère domestique est avéré au travers des nombreux rejets domestiques et éléments de torchis piégés dans le comblement des fosses. C’est vraisemblablement dans ce même esprit qu’il faut interpréter les traces d’occupation isolées - deux fosses et une petite aire noircie - à Mondeville « Le Haut-Saint-Martin » et « Delle Saint-Martin », attribuées par le mobilier céramique à la transition du Bronze final et du Premier Âge du fer (Marcigny 2006a et b).

89Pour la période légèrement plus récente de La Tène ancienne, le site d’Agneaux « Bellevue / La Tremblaye », daté entre 500 et 350 av. J.-C., constitue l’exemple le plus représentatif pour ce type d’habitat. Implanté sur un petit éperon surplombant la vallée de la Vire, cette installation comprend, sur une étendue connue de 3 ha, quatre unités bâties réparties sur un parcellaire lâche, dans lequel s’insère également un monument funéraire de la fin du Premier Âge du fer (fig. 21). Ces petits ensembles bâtis, espacés de 100 à 150 m les uns des autres, sont composés chacun d’un édifice, de plan circulaire ou rectangulaire, et de quelques greniers et fosses.

90Après une période durant laquelle ce type d’habitat n’est pas représenté, grosso modo de 350 à 250 av. J.-C., il faut passer aux deux derniers siècles de l’Âge du fer pour retrouver d’autres exemples proches. Ainsi, l’ensemble de Cairon « Eléazar », inséré dans le groupement d’unités domestiques encloses du plateau de Thaon (supra), offre une structuration légèrement différente par rapport au site d’Agneaux. Il s’agit ici d’un ensemble de fosses contiguës, qui se développe, d’après la prospection aérienne, sur une surface estimée à 2400 m2. Ces vestiges, comblés d’assez nombreux rejets domestiques, agricoles et artisanaux (textile, métallurgie), côtoient une série de trous de poteau, sans toutefois laisser apparaître une quelconque configuration de plan de bâtiment au sein de l’emprise étudiée. Cette occupation en aire ouverte au sein d’un système d’habitats par ailleurs enclos et contemporains suscite bien évidemment des multiples questions quant à son rôle et son statut.

91Enfin, pour cette même période, le site de Pont-Hébert « Le Rocher » a également été interprété, en dépit de quelques fossés parcellaires, comme une petite installation en aire ouverte. L’ensemble réunit un bâtiment principal, deux greniers et deux caves, dont les comblements ont livré, là aussi, de nombreux mobiliers domestiques et agricoles.

92Il est indéniable qu’avec ces quelques exemples, la catégorie d’unités domestiques ouvertes apparaît faiblement représentée en Basse-Normandie. La détection et l’interprétation de ces habitats se voient souvent rendues difficiles par les contraintes liées à l’emprise des projets d’aménagements. D’autres peuvent cependant passer inaperçus, sur les habitats de longue durée notamment, dans la restructuration qui s’enchaine parfois derrière ces implantations simples. C’est ainsi que l’on soupçonne une phase d’installation en aire ouverte sur les sites de Fierville-les-Parcs « Le Pré de la Val », de Marcei « Le Marais » et de Neuville-près-Sées « Les Ruisseaux », pour ne citer là que quelques exemples.

Fig. 22 : Mondeville « L’Étoile », site 1 : exemple d’approfondissement des clôtures (cl. C.-C. Vauterin).

3. Les composantes

3.1. Les clôtures

3.1.1. Les fossés / talus

93Parmi les formes de clôtures identifiées, la dominante est celle du système à fossé ouvert doublé d’un talus, en général sur la rive interne. Utilisé depuis l’Âge du bronze en Normandie, ce principe caractérise la grande majorité des habitats tout au long de l’Âge du fer.

94L’aspect général de ce type de clôture, dont il ne nous reste habituellement plus que les fossés, fait partie des critères déterminants d’un site d’habitat. La clôture, au travers son emprise et ses dimensions, reflète aux yeux de l’archéologue le statut de l’habitat ou la valeur que les habitants ont souhaité exposer.

95Dans la catégorie des unités domestiques encloses, celles n’excédant généralement pas les 2000 m2 de superficie possèdent des fossés de dimensions modestes comprises entre 1 m et 1,50 m de profondeur sous la surface actuelle. C’est le cas pour de nombreux sites de la Manche (Carentan « La Fourchette », Les Veys « Le Haut Clos », Plomb « Le Pré en Pente », Montgardon « La Bannerie », Hébécrevon « La Couesnerie », Saint-Symphorien-le-Valois), de l’Orne (Nécy « La Martinière », Buré « La Sarthe ») et du Pays d’Auge (Quetteville « La Gohaigne » et « Les Heurtries », Saint-Gatien-des-Bois « Le Vert Buisson », Gonneville-sur-Honfleur « Le nouveau Monde »). Ces sites rejoignent alors la tendance générale des habitats ruraux du Second Âge du fer, dont la profondeur moyenne des fossés tourne autour de 1,25 m (Blancquaert et al. 2009, p. 15). En revanche, ceux de la Plaine de Caen semblent faire figure à part. Dans ce secteur, les parties fossoyées des clôtures avoisinent souvent des profondeurs de 2,50 à 3 m pour des largeurs équivalentes. Elles ont par ailleurs souvent subi des remaniements et des réaménagements tout au long de leur histoire.

96Pour les habitats d’une durée de plusieurs siècles, ces réorganisations semblent apparemment répondre à un schéma d’implantation récurrent qui se matérialise par un approfondissement des clôtures dans la durée. Ce déroulement, dans lequel on peut voir le signe d’une certaine prospérité, apparaît entre autre à Ifs « Object’Ifs Sud » et Mondeville « L’Étoile » (fig. 22), mais aussi à Plomb « Le Champs du Puits », bien que ce dernier soit implanté dans la Manche.

97La fin de la période laténienne voit l’émergence de plusieurs sites à clôtures monumentales, affichant clairement un effet ostentatoire. L’exemple de Creully se révèle particulièrement parlant avec son fossé d’enclos interne creusé sur plus de deux tiers de la profondeur dans la roche calcaire (fig. 23, 1-2). Par la finition soignée avec laquelle il a été exécuté, l’ouvrage reflète davantage une allure imposante. Pour ce même site, la question se pose d’un éventuel caractère défensif de la ceinture principale, d’une part en raison de l’importance des fossés, d’une profondeur de 3,50 m, et d’autre part au vu de l’accès particulièrement étroit dont dispose cet habitat. En effet, la largeur du passage à la hauteur du sol actuel est estimée à seulement 1,50 m. La question du caractère défensif se pose également pour les imposantes clôtures de Saint-Germain-la-Blanche-Herbe et de Bourguébus (fig. 23-3), tous deux caractérisés par des emprises de 4 à 5 ha et des douves mesurant 3,50 m de profondeur. Bien que les données disponibles à leur sujet demeurent partielles, le statut particulier de ces habitats apparaît indéniable. Pour la Manche, c’est le site de Bricqueville-la-Blouette qui se démarque par des fossés de 4 m de profondeur.

3.1.2. Les palissades

98La deuxième forme de clôtures concerne les aménagements palissadés. Hormis des sites de hauteur, tels que Commes pour, certainement, les VIe-Ve siècles av. J.-C. et Merri pour peut-être les IIe-Ier siècles av. J.-C. (supra), les palissades attestées restent peu nombreuses en Basse-Normandie.

Fig. 23 : exemples de clôtures imposantes : l’ouvrage soigné de Creully et le fossé monumental de Bourguébus (cl. I. Jahier, J. Villaregut).

99Pour la période de La Tène ancienne, on connaît l’exemple de Courseulles-sur-Mer « La Fosse Touzé » qui comprend, pour sa phase d’installation et pour l’une des phases de réaménagement, des clôtures palissadées à poteaux jointifs ou sur poteaux porteurs et panneaux intermédiaires (fig. 24-1). De même, les toutes premières installations de clôtures sur le site de Creully comportent également des palissades, alors que les phases d’aménagements suivantes privilégient les clôtures fossoyées. Comme pour tout habitat enclos du Second Âge du fer, on peut cependant soupçonner pour ces clôtures fossoyées, malgré l’absence de traces conservées, l’existence d’aménagements palissadés sur les talus bordiers.

100Pour la période de La Tène finale, l’unité domestique de Neuville-près-Sées « Les Ruisseaux » (Orne) constitue l’unique exemple bas-normand d’un enclos palissadé. La structure à poteaux jointifs a été insérée dans une tranchée n’ayant laissé des traces de fondation que sur trois côtés de l’enclos, bien que le retour sur la quatrième face soit supposé par l’arrêt net des vestiges internes.

101Toujours pour le Second Âge du fer, des traces de palissades sont également connues au sein de l’habitat en tant que cloisonnement interne, comme il est observé par exemple sur les enclos d’habitats de Mondeville « l’Étoile » et soupçonné sur le site de hauteur de Saint-Désir (supra).

Fig. 24 : les clôtures fossoyée, palissadée et maçonnée de Courseulles-sur-Mer (cl. I. Jahier).

3.1.3. Les maçonneries

102Enfin, une dernière catégorie de clôtures est illustrée par des structures maçonnées. Les murs et maçonneries demeurent néanmoins des vestiges exceptionnels, connus en particulier à la période du Hallstatt final et de La Tène ancienne sur des sites de statut élevé. Pour cette période, les seuls exemples bas-normands sont pour l’instant ceux de Basly « La Campagne », où un mur en angle fait peut-être partie d’un système d’entrée de l’enceinte barrant l’éperon (fig. 25, 1-2), et de Courseulles-sur-Mer, où un mur de 3 m d’épaisseur et long de 100 m court sur toute la longueur de la façade d’entrée de l’habitat (fig. 24-2).

103Pour les périodes plus récentes de La Tène, les maçonneries qui nous sont parvenues restent limitées à des constructions ponctuelles. Le site de Creully présente sur l’un des fossés de clôture un aménagement de pont dont les côtés ont été parementés de moellons calcaires (fig. 25-3). À un autre point, une maçonnerie a été réalisée lors d’une extension de la clôture de façon à restaurer les versants du fossé à l’une des intersections du réseau (fig. 25-4). Comme déjà évoqué pour ce site, ces deux maçonneries confirment le soin apporté aux clôtures.

3.2. Les entrées

104Sur plus de 80 % de l’ensemble des sites retenus, l’entrée, si elle est connue, se présente sous la forme d’une simple interruption du fossé de clôture, sa largeur tournant en moyenne autour de 2,50 à 3 m. Les témoins d’aménagements à cet endroit, tels que portes, porches, passerelles…, demeurent rares.

3.2.1. Les portes

105Sur seulement neuf sites, les traces d’un aménagement de porte ont pu être observées sous la forme de trous de poteau bordant l’interruption de fossé sur le côté interne. Ils vont généralement par deux, à raison d’un de part et d’autre du passage. Exceptionnellement, le site de Neuville-près-Sées « Les Ruisseaux » présente une configuration par paire, disposée sur une même ligne. Il s’agit sans doute des fondations des piliers de fixation d’un portique encadrant un portail à deux ventaux. Ce dispositif simple se retrouve en contexte bas-normand sur des unités encloses du Second Âge du fer. Fontenay-le-Marmion « La grande Pièce » et Bréville-les-Monts « Le Mesnil » illustrent le début de cette période (La Tène ancienne), tandis que les sites de Barbeville « L’Entretenant », Mondeville « L’Étoile », Soulangy « RN 15 », Rocquancourt « Carrefour de Lorguichon » et Neuville-près-Sées sont des exemples pour les phases de La Tène moyenne et finale. Si l’habitat de Plomb « Le Champs du Puits » dispose d’un aménagement similaire, la profondeur des fondations et le diamètre des piliers évoquent l’ancrage d’une superstructure plus massive, peut-être à caractère plus monumental, tel qu’un porche.

Fig. 25 : exemples de maçonneries : le système d’entrée de Basly et les aménagements de fossé de Creully (cl. G. San Juan, I. Jahier).

Fig. 26 : les plans de bâtiments (1-2 : Courseulles-sur-Mer « La Fosse Touzé » ; 3 : Fierville-les-Parcs « Le Pré de la Val » ; 4 : Falaise « Expansia » ;
5 : Plomb « Le Champs du Puits » ; 6 : Creully « Le Clos de l’Épinette » ; 7-8 : Ifs « Object’Ifs Sud » ; 9 : Quetteville « La Gohaigne » ; 10 : Mondeville « Le Haut-Saint-Martin » ; 11 : Pont-Hébert « Le Rocher » ; 12 : Condé-sur-Ifs « La Bruyère du Hamel » ; 13 : Les Veys « Le Haut Clos » ; 14 : Marcei « Le Marais » ; 15 : Saint-Gatien-des-Bois « Le Vert Buisson » ; 16 : Quetteville « Les Heurtries » ; 17 : Montgardon « La Bannerie » ; 18 : Neuville-près-Sées « Les Ruisseaux » ; 19 : Quetteville « Les Heurtries »).

3.2.2. Les porches, tour-porches et corridors

106La disposition de deux paires de trous de poteau de chaque côté du fossé sur le site de Condé-sur-Ifs, habitat de La Tène ancienne, peut être interprétée comme la fondation d’une tour-porche, bien que l’hypothèse d’une entrée plus modeste d’un portique externe et d’une porte interne ait été considérée comme étant plus recevable pour un système d’enclos partiellement ouvert (Dron et Zaour 2009, et ce volume). La présence d’une tour-porche est plus clairement établie sur le site de Courseulles-sur-Mer où une entrée à caractère monumental orne la façade occidentale. Cette entrée revêt au travers des différentes phases d’aménagement un aspect plus ostentatoire, d’abord sous la forme d’un portique (phases 1 et 2), puis d’une tour-porche (phases 3) et ensuite d’un porche intégré dans le mur de clôture (phase 4). Un autre exemple bas-normand de site à entrée monumentale matérialisée par un tour-porche est celui de la résidence aristocratique de Basly, où ce dispositif s’insère peut-être aussi dans un complexe maçonné. Toujours pour cette même fourchette chronologique, le seul exemple connu d’un probable corridor est celui de Fontenay-le-Marmion « Les Vergers » où deux alignements de poteaux face à l’entrée témoigneraient d’un aménagement couvert.

107Pour une période plus récente, de La Tène moyenne au début de La Tène finale, on connaît l’exemple de Bricqueville-la-Blouette, où des empreintes de quatre paires de piliers à l’entrée de l’avant-cour de la deuxième phase indiquent l’emplacement d’une tour-porche sous doute d’aspect monumental.

108Avec ces quelques exemples, les témoignages de porche, tour-porche, corridor et autres dispositifs d’entrée à caractère monumental restent très restreints. Ce constat trouve un reflet sur l’ensemble de sites d’habitat recensés pour le Second Âge du fer dans le Nord de la France, où ces types d’aménagement se retrouvent sur moins de 5 % des sites retenus. Pour l’instant, ces dispositifs en Basse-Normandie sont surtout connus pour la période de la fin du Hallstatt et de La Tène ancienne. La référence de Bricqueville-la-Blouette serait la seule renvoyant à un contexte laténien plus récent.

3.2.3. Les passerelles

109D’un tout autre genre d’aménagement d’entrée, les passerelles, passages au-dessus d’un fossé, sont soupçonnées soit par la présence de traces d’ancrage de poteaux, comme à Courseulles-sur-Mer sur sa face orientale (phase 1 et 2), soit par une modification du comblement du fossé, comme à Mosles « La Pièce du Pressoir », soit par une modification du creusement du fossé, comme il est soupçonné pour Saint-Pellerin « La Fourchette II » dans sa seconde phase d’aménagement. Le nombre de sites bas-normands ayant livré des traces probables de passerelles se limite pour l’instant à ces trois exemples.

3.3. Les bâtiments

110De ce chapitre sont exclus les greniers à quatre, six ou neuf poteaux porteurs. Pour toute la période de l’Âge du fer en Basse-Normandie, la grande dominante architecturale est celle mariant ossature sur poteaux plantés, parois en terre et couvertures en végétaux. De ces structures ne nous sont parvenues que les fondations des poteaux et parfois, en position de rejet, des restes de torchis portant des traces de clayonnage.

3.3.1. Les bâtiments circulaires sur poteaux

111Les plus anciennes maisons de l’Âge du fer sur les côtes normandes découlent d’une architecture héritée du Bronze final, comparable à celle des îles britanniques. Il s’agit de maisons de plan circulaire (fig. 26-1), dont maintenant plus d’une vingtaine d’exemplaires sont connus pour la région. La plupart, comme les exemples de Cagny et de Cahagnes (Jahier et al. 2000), se réfère à la période de transition entre la fin de l’Âge du bronze et le début de l’Âge du fer, mais les sites de Courseulles-sur-Mer et Ifs attestent de leur continuité jusqu’au Ve siècle av. J.-C. Les aspects techniques de l’architecture demeurent néanmoins les mêmes. Celle-ci se résume à une structure porteuse d’une dizaine de poteaux disposés en cercle, et parfois un mât, soutenant une toiture conique haute de 6 à 8 m au-dessus le sol. L’emplacement de l’entrée est indiqué par un auvent ou un porche parfois élaboré. Une paroi périphérique en terre dressée sur clayonnage donnait au bâtiment une emprise au sol de 7 à 10 m de diamètre. Les poteaux porteurs organisés en liaison deux à deux permettaient de renforcer la stabilité de la construction et de l’équiper d’un second niveau. La surface d’habitation devait donc atteindre au total entre 120 à 150 m2.

3.3.2. Les bâtiments à pans coupés et les bâtiments longilignes sur poteaux ou mixtes

112C’est également autour de 500 av. J.-C, qu’apparaissent les plans de bâtiments à « pans coupés » (ou angles biseautés) édifiés sur poteaux (fig. 26, 2-3). Connu à Courseulles-sur-Mer et contemporain à la maison circulaire, ce type de plan évolue au IVe siècle av. J.-C. à Fierville-les-Parcs « Le Pré de la Val » vers un bâtiment plus longiligne et plus vaste, d’une superficie de 120 m2. Par la relative confusion dans la disposition des poteaux, il est difficile d’en restituer l’architecture, mais il semblerait que, en dépit des deux ou trois probables poteaux faîtiers, la structure soit principalement soutenue par les parois. C’est probablement de cette architecture que découlent les véritables maisons longilignes apparaissant vers le milieu du IVe siècle et perdurant jusqu’au milieu du Ier siècle av. J.-C. (fig. 26, 4-6). Ainsi, le bâtiment de Creully « Le Clos de l’Épinette », en contexte du IIIe siècle av. J.-C., associe à la structure porteuse sur poteaux une paroi périphérique délimitant une superficie de 180 m2. Les exemples de Plomb « Le Champ du Puits » et de Falaise « Expansia », en contexte des IIe-Ier siècles av. J.-C., comportent des édifices de 20 m de long par 6 m de large, équivalant à des superficies de 120 m2, construits sur trois rangés de poteaux disposés en vis-à-vis à intervalle régulier et renforcés par des parois à poteaux jointifs.

3.3.3. Les petits bâtiments à abside sur poteaux

113En parallèle à ces grandes habitations, l’Âge du fer connaît également l’existence de divers petits édifices de plan ramassé. Les plans à abside, connus depuis l’Âge du bronze comme à Tatihou (Marcigny et Ghesquière 2003) et Nonant (Marcigny et al. 2002), se retrouvent en effet au Premier Âge du fer à Basly (Lepaumier et al. 2005) et perdurent à La Tène ancienne à Mosles « La Pièce du Pressoir », puis, pour les périodes plus récentes, à Falaise « Expansia », à Quetteville « La Gohaigne », aux Veys « Le Haut Clos » ou encore à Pont-Hébert « Le Rocher », pour ne citer que quelques exemples régionaux (Jahier et al. 2000, fig. 3) (fig. 26, 7-13). Au vu de leurs petites surfaces, de seulement 25 à 40 m2, il faut envisager que la disposition des trous de poteau corresponde à la répartition des appuis de l’ossature et que la surface couverte, par l’adjonction d’une paroi périphérique, était probablement plus importante.

3.3.4. Les bâtiments ovoïdes ou rectangulaires à poteaux jointifs

114Au cours du Second Âge du fer, entre 350 et 50 av. J.-C., une nouvelle architecture fait son apparition sous la forme d’édifices sur poteaux jointifs. On connaît en effet, dans l’Orne et la Manche, pour la fin de La Tène ancienne et La Tène moyenne des plans quadrilatéraux à angles arrondis, formés par une tranchée de fondation destinée à l’implantation de poteaux jointifs ou rapprochés (fig. 26-14). Les quelques trous de poteau au centre, parfois organisés sur l’axe médian, constituent peut-être les traces d’un support du faîtage ou bien de cloisonnements internes subdivisant les 80 à 90 m2 de surface habitable. Proches des modèles armoricains ou sarthois, les exemples bas-normands se réfèrent surtout au département de l’Orne, avec les édifices de Marcei « Le Marais » et de la première phase de Neuville-près-Sées « Les Ruisseaux », et au département de la Manche avec l’exemple de Montgardon « La Bannerie ».

115Ce type d’architecture évolue à La Tène finale vers des plans rectangulaires de superficie semblable (fig. 26, 15-18), suivant le même principe technique de parois à poteaux jointifs en tranchées de fondation et poteaux porteurs au centre, en analogie aux exemples armoricains comme celui d’Inguinel (Tanguy et al. 2000). La seule différence par rapport aux précédentes architectures consiste en sa structure rectangulaire se prêtant au support d’une sablière haute pour base à la toiture. Ce type d’édifices se retrouve à nouveau dans l’Orne dans la seconde phase d’occupation de Neuville-près-Sées et à Marcei « Le Maréchal », abritant là une forge, dans la Manche, sur le site de Montgardon et dans le Pays d’Auge (Calvados) sur les sites de Saint-Gatien-des-Bois « Le Vert Buisson » et de Quetteville « Les Heurtries » (Jahier et al. 2000, fig. 5). Pour ces trois derniers exemples cependant, on ne peut totalement exclure, à défaut d’empreintes de poteaux au sein des tranchées, bien que celles-ci paraissent assez profondes, l’hypothèse de l’emploi d’une sablière basse pour le support des parois.

116À Quetteville « Les Heurtries », il faut mentionner, en parallèle au plan rectangulaire, l’existence d’un plan quadrilatéral de dimensions semblables (fig. 26-19), formé par quatre tranchées de fondation discontinues, comparable à l’exemple haut-normand de Poses « Sur la Mare » (Dechezleprêtre et al. 2000). Reconnu tout récemment sur le site d’Ifs « Object’Ifs Sud 2008 » en contexte de La Tène ancienne (Vauterin, en cours d’étude), où il a été possible d’identifier des traces de poteaux jointifs ou rapprochés au fond des tranchées, ce type de plan aux angles manquants évoque peut-être une architecture mixte. Une hypothèse de travail qui paraît pour l’instant parmi les plus probables est celle selon laquelle il s’agirait d’un assemblage entre des parois en bois et des angles maçonnés. Une récente découverte à Fleury-sur-Orne « Les Mézerettes » d’un angle maçonné en pierres sèches au bord d’une fosse de stockage (communication H. Lepaumier), pourrait correspondre à une telle architecture.

117C’est en considérant la répartition spatiale de ces types d’architecture sur tranchées de fondation, à poteaux jointifs ou sur sablière basse, que la question se pose sur l’absence, ou en tout cas sur le déficit, de bâtiments dans les établissements laténiens de la Plaine de Caen. L’une des explications pourrait être la difficulté de lecture dans les limons épais, voire même l’effacement complet, de ces faibles tranchées. C’est peut-être dans cet esprit qu’il faut interpréter les quelques linéaments fossoyés à peine discernables sur le site 1 de Mondeville « l’Étoile » (fig. 22). Ces vestiges fugaces en parallèle ou perpendiculairement aux clôtures pourraient ainsi constituer les toutes dernières traces de bâtiments sur tranchée de fondation, disposés le long des talus internes de l’enclos.

3.3.5. Les bâtiments sur solins

118Parallèlement aux constructions sur poteaux porteurs, d’autres formes architecturales sont connues en Basse-Normandie. Pour la fin du Premier Âge du fer, le site de hauteur de Merri « Le Camp de Bierre » (Orne) a conservé les bases d’un petit bâtiment quadrangulaire sur solin, d’une superficie de 10 à 15 m2 (Delrieu 2007b). Il s’agit d’une architecture déjà connue en contexte du Bronze final III sur le site de hauteur d’Igé (Orne). En dehors de cet exemple, l’usage de sablières basses ou de solins n’est ensuite attesté qu’à partir du début du Ier siècle de notre ère sur le site de Touffréville « La Saussaye », où les traces d’un bâtiment résidentiel, édifié à partir d’une ossature de bois reposant sur des sablières basses posées à même le sol, se sont conservées à la suite d’un incendie. La question de savoir s’il s’agit d’une rénovation architecturale liée à la romanisation ou d’une simple continuité d’une technique déjà en application avant la Conquête reste pour l’instant ouverte. De même, si l’idée des maisons maçonnées est traditionnellement associées à l’Antiquité, en dépit des quelques rares traces, il faut peut-être chercher les origines de ces toutes premières constructions maçonnées sur les sites d’oppida, à l’instar de celles explorées ailleurs dans le Bassin parisien.

3.4. Les structures de stockage

119Le survol des différents types de structures de stockage repérés sur les habitats bas-normands de l’Âge du fer permet de dresser un premier bilan sur la diversité des méthodes employées pour la conservation des récoltes et denrées tout au long de cette période. En dépit d’un corpus de sites chronologiquement mal équilibré, réparti en effet pour moins d’un quart des sites sur la période du Premier Âge du fer / La Tène ancienne et pour plus de trois quarts sur La Tène moyenne / finale, il se dégage trois principales tendances dans cet ensemble.

120Au Premier Âge du fer et à La Tène ancienne, comme à peu près partout en Europe tempérée, les deux modes de stockage utilisées sont ceux en grenier et en fosse (fig. 27). Outre les contraintes du milieu, comme pour les sites de rive par exemple qui interdisent la conservation en fosse tel qu’à Fierville-les-Parcs « Le Pré de la Val », les deux pratiques se côtoient en effet couramment sur les mêmes sites. Cependant le grenier apparaît, quelque soit le statut de ces habitats, comme la structure privilégiée. Celui-ci se présente sous forme de petites constructions à plancher surélevé reposant sur quatre, six ou neuf poteaux porteurs. Leur nombre peut varier de quelques-uns à plusieurs dizaines au sein d’un même habitat selon son statut. Les fosses, quant à elles, sont de deux types, eux aussi parfois associés sur les mêmes gisements. Le premier type est le silo à profil fermé, globulaire ou en cloche, fonctionnant selon le principe de la conservation des denrées en anaérobie, en vigueur depuis l’Âge du bronze, et le second une excavation parallélépipédique plus difficile à interpréter quant au mode de conservation des produits que l’on souhaitait y garder. À titre d’exemple, la ferme de Mosles « La Pièce du Pressoir » attribuée à la Tène ancienne, comptait dans l’espace de ses clôtures un silo à profil fermé et quatre fosses parallélépipédiques pour sept greniers. L’unique exemple de stockage à grande échelle actuellement connu en Basse-Normandie pour cette période est l’habitat de Courseulles-sur-Mer qui, avec plus d’une quarantaine de greniers, assure une capacité annuelle de 200 m3. Une seule fosse parallélépipédique de 7 000 litres, probablement fermée par un couvercle, est clairement intégrée à ces quartiers de stockage. En parallèle à ces réserves intégrées à l’habitat, il existait aussi quelques réserves extérieures enterrées ou non à l’orée des champs.

Fig. 27 : les différents types de structures de stockage : tendances chronologiques (données extraites de l’Enquête nationale sur l’habitat rural au Second Âge du fer).

121Au cours de la période de La Tène moyenne et finale, la tendance semble s’inverser, tout au moins pour les nombreuses exploitations agricoles installées sur les plateaux limono-lœssiques de la Plaine de Caen et du Bessin (fig. 27). Les fosses parallélépipédiques, souvent de grande capacité (de 2000 à 6000 litres environ), deviennent la structure dominante. Leur fonction de stockage est confirmée, notamment sur les enclos de Saint-Martin-des-Entrées, de Mondeville et de Thaon, par la découverte de couches de graines carbonisées, révélant une agriculture tournée vers les céréales mais aussi, trait particulier à la région, vers les légumineuses (pois, féveroles, lentilles) (Matterne in Besnard-Vauterin 2009a, p. 152-156). Ces excavations à parois verticales et fond plat (fig. 28-1), dont les plus grandes sont quelquefois dotées d’un emmarchement pour faciliter l’accès, se dénombrent parfois par plusieurs dizaines sur un seul gisement. L’établissement de Saint-Martin-des-Entrées dans le Bessin figure, avec quatre-vingt-quatorze fosses parallélépipédiques réparties le long des clôtures, parmi les exemples les plus démonstratifs de ces ensembles vastes et fournis où l’abondance des fosses ne laisse guère de place à d’autres constructions, à moins de les supposer sous les bâtiments. L’habitat de Creully « Le Clos de l’Épinette » est une autre référence, illustrant ici la « spécialisation » de certains espaces enclos à la fonction de stockage, dont il est difficile pour l’instant de trancher entre réserves individuelles ou zone d’entrepôt. Dans une moindre mesure, d’autres exemples sont livrés par les exploitations de Mondeville « l’Étoile », où les capacités de stockage par phase d’occupation sont tout de même estimées entre 100 à 130 m3, dépassant clairement les besoins de consommation des habitants. Outre ces établissements équipés d’une telle infrastructure de stockage, ces fosses simples accompagnent, à hauteur de quelques exemplaires à une petite dizaine, la plupart des unités agricoles de La Tène dans ce secteur constituant aujourd’hui la grande zone céréalière du Calvados. Les silos conventionnels à profil en cloche n’y sont plus notés que de façon anecdotique, comme à Thaon « enclos 15 », et les greniers, bien que leurs fondations passent parfois inaperçues dans les sols limoneux épais, sont presque totalement abandonnés. En revanche, l’usage des greniers, parfois en parallèle des fosses de stockage, se maintient encore à la périphérie de cette zone de plateaux fertiles, notamment sur l’extension méridionale de la Plaine de Caen (les sites de Falaise), dans le Pays d’Auge (les sites de Quetteville), dans l’Orne (Neuville-près-Sées, Marcei) et dans la Manche (Carentan, Plomb). Ces secteurs rejoignent donc la tendance générale du Nord et de l’Ouest de la France, où le grenier et le silo se côtoient tout au long du Second Âge du fer (Malrain et al. 2009, p. 70).

122La troisième grande tendance dans l’évolution des structures de stockage en Basse-Normandie réside dans l’apparition des caves boisées et des souterrains. Longtemps considérées comme une spécificité armoricaine, ces structures sont maintenant attestées sur plus d’une dizaine de sites d’habitat de la Plaine de Caen, mais également plus à l’ouest, dans le Bessin (Saint-Martin-des-Entrées) et la Manche (Agneaux « Bellevue »). Si les plus anciennes remontent à la seconde moitié du Ve siècle et le début du IVe siècle av. J.-C. (Ifs « Object’Ifs Sud »), la plupart semble avoir été conçue aux IIIe et IIe siècles av. J.-C. (Mondeville « Le M.I.R. », Cormelles-le-Royal), alors que quelques dernières fondations (Mondeville « l’Étoile », Ifs « AR 67 ») attestent encore de leur utilisation sur la fin du IIe et le début du Ier siècle av. J.-C. Parmi ces structures se distinguent des véritables souterrains dont les plafonds sont constitués par la roche ou le lœss en place (Mondeville « Le M.I.R. » et « l’Étoile, site 2 », Saint-Martin-de-Fontenay « Le Grand Barberie ») (fig. 28-3) et des caves étayées pour soutenir un plafond probablement en bois, reconstitué après leur terrassement à ciel ouvert (Ifs « AR 67 », Cormelles-le-Royal, Saint-Martin-des-Entrées...) (fig. 28-2). D’autres, plus rares, comportent des aménagements mixtes associant chambre souterraine et pièce couverte. Pour la plupart cependant, il s’agit d’une salle unique desservie par une ou deux entrées, qui peuvent se présenter sous la forme d’un puits d’accès avec escalier, ou bien sous la forme d’une rampe en pente douce. L’accès à la chambre est souvent encadré de deux poteaux encastrés dans les parois servant probablement de chambranle à une porte. Parfois, la structure est pourvue d’un ou deux conduits d’aération. La hauteur du plafond à l’intérieur permettait généralement de s’y tenir debout. En revanche les moins profondes, sans doute semi-enterrées, étaient probablement dotées d’une superstructure avec une couverture à deux pans (Ifs « Object’Ifs Sud »). En règle générale, ces structures restent minoritaires sur les habitats, de l’ordre de une à deux par gisement, et sont souvent situées auprès de la clôture. Pour la longue chambre souterraine de Saint-Martin-des-Entrées, de position plus centrale, est avancée l’hypothèse qu’elle constituait le sous-sol de la maison principale (fig. 28-2). De façon plus exceptionnelle, ces caves, d’accès facile pour entreposer et prélever des denrées alimentaires par petites quantités, constituent un mode de stockage dominant sur certaines exploitations, notamment à Ifs « Object’Ifs Sud » où l’ensemble 6 en compte quatorze pour une seule fosse quadrangulaire de grande capacité. Il demeure néanmoins qu’aucune de ces structures n’a offert de mobilier en place susceptible de révéler le type de denrées stockées.

123Au delà de ces changements grenier / fosse, dont la transition d’un mode de stockage dominant à l’autre semble se situer sur le passage de La Tène ancienne à La Tène moyenne (IVe-IIIe siècles av. J.-C.), on ne constate pas de modification profonde dans la chaîne production / consommation. La plupart des exploitations possèdent encore des réserves dans des proportions analogues d’une période à l’autre, à raison de quatre à huit unités enterrées ou surélevées par gisement, et les lieux de stockage à grande échelle se maintiennent pour les deux périodes. Seule en change la façon. Soit en conséquence que l’on produit autre chose, soit que l’on entrepose autrement ou à d’autres fins. A défaut des contenus, en l’absence quasi systématique de traces archéologiques, c’est donc dans les spécificités de conservation de ces trois principaux modes de stockage, en grenier, en fosse (anaérobie ?) et en chambre souterraine ou semi enterrée, que réside aujourd’hui la clé de ces modifications.

3.5. Les puits et fosses de puisage

124Si les besoins en eau sont primordiaux pour la subsistance, les modalités d’approvisionnement restent inconnues pour la grande majorité des habitats. Les témoignages de puits ou de fosses faisant office de citerne demeurent en effet rares en contexte gaulois bas-normand. Les quelques exemples renvoient d’ailleurs tous à la période de La Tène et, pour la plupart, à la fin de celle-ci.

Fig. 28 : les principales structures de stockage du Second Âge du fer (cl. I. Jahier, C.-C. Vauterin, J. Villaregut).

125Le seul exemple qui se réfère à la fin de La Tène ancienne ou le début de La Tène moyenne (milieu IIIe siècle av. J.-C.) concerne le puits ou plutôt la fosse de puisage de la première phase d’aménagement de Marcei « Le Maréchal ». Il s’agit d’une structure cylindrique de 80 cm de diamètre, creusée dans l’argile et arrêtée sur le socle calcaire. En dépit de sa faible profondeur, seulement 2,70 m, son approvisionnement en eau était assuré grâce à l’écoulement des eaux souterraines et l’imperméabilité de la roche indurée sous-jacente

126Les autres exemples se situent en contexte de La Tène finale et concernent une deuxième fosse de puisage à Marcei « Le Maréchal », un puits sur l’habitat de Buré « La Houssaye » (fig. 29-1) et un autre au sein d’un enclos annexe de l’habitat de Quetteville « La Gohaigne ». Pour ces deux derniers, le puits est constitué d’un simple creusement cylindrique excavé dans l’argile, d’un mètre de diamètre. Leur profondeur n’est pas connue (minimum 3 m). Un liseré argileux gris recouvre les parois du conduit et est interprété soit comme le fantôme d’un cuvelage en bois, soit comme une couche d’étanchéisation. Néanmoins, pour le site de Quetteville, l’idée d’une citerne n’est pas à écarter au vu de l’absence de traces de nappe phréatique.

127C’est peut-être également dans cet esprit qu’il faut interpréter une fosse cylindrique sur le site d’Ifs « AR 67 » (fig. 29-2). Taillée dans la roche calcaire, cette structure de 1,20 m de diamètre pour 3,50 m de profondeur sous le niveau actuel, ne présente cependant ni de traces d’hydromorphisme, ni de liséré argileux pour étanchéifier les parois. Il reste le constat qu’en dépit des nombreux établissements agricoles sur les plateaux de la Plaine de Caen, aucun puits ou structure apparentée n’est connu pour l’Âge du fer. Les premiers exemples dans ce secteur n’apparaissent en effet qu’en contexte gallo-romain, à partir du Ier siècle ap. J.-C.

128Pour le secteur de la Manche, les seuls témoignages de puits renvoient aussi directement à la phase de transition avec l’Antiquité. Les deux puits mentionnés à Orval « Les Pleines » sont en effet associés à une phase dont la datation est centrée sur la première moitié du Ier siècle ap. J.-C., bien qu’il soit probable que l’installation des structures remonte à la fin de l’époque gauloise. Les puits, profonds respectivement de 7 m et 8,50 m, sont creusés dans le substrat, l’altérite de schiste, et ne présentent pas de traces d’élément de cuvelage.

129Au final hormis ces six ou sept exemples de puits ou de fosses de puisage pour toute la Basse-Normandie, équivalant à seulement 6 % de l’ensemble des sites retenus, il est évident que la question de l’approvisionnement de l’eau reste irrésolue. Si ce problème n’est pas exclusif à la Basse-Normandie, il apparaît tout de même bien plus accentué que pour d’autres régions. En effet, selon l’enquête nationale sur l’habitat rural du Second Âge du fer, 103 des 494 sites enregistrés ont livré un ou plusieurs puits, équivalant à 21 % de la totalité. Dans l’ensemble, le nombre de puits par site est assez variable, généralement de l’ordre de un ou deux par phase mais peut atteindre jusqu’à douze unités pour un seul gisement. Les sites bas-normands sont finalement loin de ces ratios.

3.6. Des vastes dépressions énigmatiques

130L’une des particularités des unités domestiques encloses du Second Âge du fer dans le secteur de la Plaine de Caen réside dans la présence de vastes dépressions qui occupent le cœur des enclos. Ce phénomène marque en premier lieu les établissements situés en périphérie sud-est de l’agglomération caennaise. De forme ovoïde ou irrégulière, ces excavations peuvent s’étendre sur une dizaine à une quinzaine de mètres d’envergure. Cependant, leur creusement et leur comblement diffèrent d’une structure à l’autre. Ainsi, on peut distinguer deux catégories : des grandes fosses qui peuvent atteindre une profondeur de deux mètres sous le sol actuel et d’autres plus superficielles de moins d’un mètre de profondeur.

Fig. 29 : exemples de puits et de citerne (cl. N. Forfait, C.-C. Vauterin).

131Parmi les plus grandes figurent celles de Mondeville « Le Haut-Saint-Martin » et « L’Étoile » (fig. 30-1). Ces profondes dépressions, dont les versants sont en pente douce, sont comblés de strates d’argiles et de limons gris organiques, hydromorphes et très compacts, ponctués de concentrations de manganèse. Ces comblements incitent à les interpréter comme des mares. Dans le cas des sites 1 et 3 de « L’Étoile », les lœss autour sont fort altérés par des infiltrations organiques provoquées par l’humidité du milieu et les battements de la nappe. Au vu de la présence de mobilier gallo-romain et de l’éboulis d’un bâtiment antique (site 3), ces dépressions étaient encore en grande partie ouvertes à la fin du IIe siècle ap. J.-C.

132D’autres fosses s’associent davantage à une accumulation d’excavations, comme il apparaît à Cormelles-le-Royal. L’hypothèse de carrière d’extraction de lœss a d’ailleurs été évoquée pour certaines dépressions des ensembles 5 et 6 d’Ifs « Object’Ifs Sud » (fig. 30-2). Pour d’autres structures moins profondes sur ces sites, la comparaison a été émise avec les cours excavées des habitations du Haut Moyen Àge.

133Une autre interprétation récemment avancée est celle de fosses à fumier (Van den Bosche et al. 2009), supposition qui a été reprise pour interpréter les résultats des analyses micromorphologiques sur le site d’Ifs « AR 67 » (C. Germain-Vallée in Besnard-Vauterin 2009b). Sur ce site, les pourtours de la fosse, à la base du comblement, a révélé la présence de probables éléments phosphatés, qui serait due à une accumulation de déchets organiques à l’état liquide et boueux, amenée par des animaux domestiques ayant piétiné en bordure. Ces résultats ne confortent pourtant pas l’hypothèse de fosses à fumier, d’autant plus en l’absence de phosphates au centre de la fosse. Ceux-ci sont en effet présents dès lors que des animaux ont circulé aux alentours.

Fig. 30 : exemples de vastes dépressions internes.

134Si le phénomène de ces vastes dépressions apparaît récurrent sur les habitats du nord de la Plaine de Caen où environ un site sur deux semble concerné, il est aussi observé, plus rarement, sur ces marges. Mais il s’agit là de dépressions superficielles, occupant soit la cour de l’habitat (Falaise « Expansia ») (fig. 30-3), soit l’espace en face de l’entrée des sites (Putot-en-Bessin, Barbeville). Ces faibles dépressions pourraient peut-être davantage correspondre à des creusements involontaires, créé tout au long de l’occupation par un piétinement répété, notamment par les animaux de ferme. Il n’est d’ailleurs pas impossible d’y associer une volonté de ramasser les terres superficielles riches en fumier destinées à l’amendement des champs.

135Toutes hypothèses confondues, il demeure néanmoins que le problème d’interprétation de ces structures est dans la plupart des cas lié à une difficulté de lecture due à l’homogénéisation des comblements suite à la forte bioturbation qu’ont subi les terrains limoneux.

136Point d’eau, carrière d’extraction, cour ou autre ? Si la réponse à la question est peut-être très différente d’un site à l’autre, il serait intéressant de multiplier les analyses micromorphologiques ou les mesures de teneurs en phosphates sur ce type de structures afin de guider la réflexion. Il reste le constat que ces structures occupent une place importante au cœur de l’habitat, et que leur creusement résulte peut-être d’un autre objectif que celui exprimé par les fonctions évoquées ci-dessus, lesquelles ne seraient dans cette mesure que secondaires. La volonté d’extraire du lœss pour la fabrication des torchis des premières constructions nous paraît tout à fait envisageable, à l’image des carrières d’extraction qui accompagnent les premières phases d’installation des habitats du Premier et du début du Second Âge du fer (Ifs « Object’Ifs Sud », Fierville-les-Parcs, Mortrée…).

Fig. 31 : exemples de fours domestiques enterrés, isolés ou en batteries (cl. I. Jahier, E. Le Goff, C.-C. Vauterin).

3.7. Les structures de combustion

137Sans vouloir faire un bilan complet de ce genre de structure, il est possible de définir quelques grandes tendances typologiques et chronologiques.

3.7.1. Les fours domestiques

138Les foyers à pierres chauffées, appelés aussi fours polynésiens, perdurent jusqu’au Premier Âge du fer. Ces structures, apparaissant sous forme d’un lit de pierres bleuies sous l’action du feu en atmosphère réductrice, sont attestées à Fontenay-le-Marmion « La Grande Pièce » en contexte de transition du Bronze final au Hallstatt C. Plus marginal, un cas est signalé au tout début du Second Âge du fer, au IVe siècle av. J.-C., sur l’habitat de Mosles « La Pièce du Pressoir ».

139La grande dominante des structures de combustions pour l’Âge du fer est le four domestique enterré. Les fours excavés connus pour les périodes plus anciennes, au Néolithique (Hébécrevon, Marcigny et al. 1998 ; Condé-sur-Ifs, Dron et al. 2003) et surtout à l’Âge du bronze (Tatihou, Marcigny et Ghesquière 2003), ne semblent plus être attestés au Premier Âge du fer. Bien que ce type de four à laboratoire creusé en sape et fosse d’accès, formant un plan en « 8 », ait été reconnu sur le site du Bronze final et Hallstatt C de Fontenay-le-Marmion « La Grande Pièce », sa datation basée sur la radiocarbone s’est finalement révélée bien plus ancienne, du Bronze ancien (info P. Giraud). Cependant, des fours semblables, bien que mal conservés, sont signalés en contexte du IVe siècle av. J.-C. sur l’habitat de Condé-sur-Ifs « La Bruyère du Hamel » (Dron et al. 1995).

140Les fours en sape connaissent une nette progression dans le courant du Second Âge du fer pour s’accentuer davantage vers la fin de La Tène. Ils apparaissent sous forme de petites chambres de cuisson creusées en sape et rubéfiées par la chaleur (fig. 31). La chambre est plus ou moins circulaire, de l’ordre d’un mètre de diamètre. Certaines sont équipées d’une cheminée à leur sommet lorsque la voûte est restée intacte (Fleury-sur-Orne « CD 120 », Ifs « Object’Ifs Sud », ensemble 5). En générale, la sole est composée d’une fine couche de limon rubéfié qui repose parfois sur une dalle de pierres calcaires bleuies à cœur sous l’effet de la chaleur. L’ouverture d’enfournement est souvent encadrée par des pierres plates verticales, qui supportaient peut-être à l’origine un linteau. Celle-ci s’oriente généralement sur une structure préexistante qui a servi en même temps de cendrier. Leur implantation privilégie les versants de structures préalablement excavées, en particulier les flancs de fossés de clôture en cours de comblement. On les rencontre de façon isolée ou regroupée en batteries, surtout sur les unités domestiques de la Plaine de Caen et du Bessin (Saint-Martin-des-Entrées, Mondeville « L’Étoile », Cormelles-le-Royal, Fleury-sur-Orne « CD 120 », Caen « Beaulieu », Saint-Contest…). Le mobilier associé à ces fours est généralement restreint à quelques tessons de poteries et des restes de faune ou de moules ramenés au moment de leur condamnation, ce qui n’apporte guère de renseignements sur leur fonction. Par défaut, une vocation domestique ou culinaire est l’hypothèse généralement admise. Néanmoins, hormis l’opportunité d’exploiter des dépressions existantes, leur installation récurrente aux abords des clôtures paraît quelque peu curieuse pour des fours à vocation culinaire. Plus marginal, pour l’un des fours de dimensions restreintes à Ifs « Object’Ifs Sud » (ensemble 5) a été avancée l’hypothèse d’une utilisation artisanale en raison d’un degré supérieur de rubéfaction des parois résultant peut-être d’une activité métallurgique.

3.7.2. Les foyers de forge

141Les témoignages de foyers de forge restent exceptionnels. Le seul exemple bas-normand où les vestiges d’une forge ont clairement été mis en évidence est le site de Marcei « Le Maréchal » (fig. 32). Pour tous les autres, l’activité métallurgique n’est attestée qu’au travers des déchets et des rares objets liés au travail du fer. Le foyer de forge de Marcei, installé au sein d’un bâtiment, se présente sous la forme d’une structure circulaire excavée, qui devait être ventilée par deux soufflets contigus (Zaour 2009) (fig. 32, 2-3). À proximité se trouvait une petite fosse rectangulaire comblée de pierres chauffées concassées (fig. 32-1), interprétée comme ayant servi de socle à une enclume de pierre ou à la stabilisation d’un billot sur lequel pouvait être fixé une enclume en fer. Des restes de fragments de parois scoriacées portant la trace d’embouchure de soufflet, un grand nombre de battitures dans l’aire de travail et à proximité, quelques culots de forge (fig. 32-4) et une série d’objets sont autant de témoins qui renforcent l’idée d’un atelier de forge.

142Les foyers associés au travail des alliages à base cuivre sont représentés par quelques probables structures sur le site de Courseulles-sur-Mer. Encaissés dans la roche pour la plupart, ces foyers se présentent sous forme de petites fosses circulaires, dont les parois, la roche en place, sont rubéfiées. Quelques gouttelettes en bronze en provenance de structures secondaires indiquent un travail des alliages base cuivre.

4. Synthèse chronologique

143En termes de chronologie, le classement des habitats de l’Âge du Fer identifiés en Basse-Normandie, selon leur date de création, fait apparaître trois principales ruptures dans l’évolution du corpus (ellipses en traits pleins fig. 33) et deux « épisodes » sur la fin de la période (pointillés fig. 33). Les unes et les autres de fait n’ont pas la même valeur, puisque aux trois premières ruptures (Ve, milieu IVe et milieu IIIe siècle av. J.-C.) correspond un grand nombre d’abandons de sites fondés antérieurement, alors que les deux derniers épisodes (à partir du IIe siècle av. J.-C.) ne concernent pour l’essentiel que des créations de sites. On peut donc voir dans le premier cas la marque de bouleversements structurels importants dans l’organisation de l’habitat, alors que le second fait surtout état d’une augmentation du nombre de ses unités. Ces ruptures apparaissent d’autant plus significatives que chacune des périodes qui les suit se voit marquée par une refonte importante des formes et des composantes de l’habitat (fig. 34).

Fig. 32 : le bâtiment avec les restes d’un foyer de forge à Marcei « Le Maréchal » (cl. I. Jahier, N. Zaour).

Fig. 33 : chronologie des habitats de l’Âge du fer en Basse-Normandie et identification des principales périodes d’abandon et d’installation.

Période 1

144La première période, celle antérieure à la rupture centrée sur la charnière VIe-Ve siècles av. J.-C., est marquée par la représentation de toutes les formes de l’habitat mentionnées dans le cadre de ce travail. Toutes de fait existent les unes aux côtés des autres dans des proportions étonnamment comparables (période 1, fig. 34).

145Plusieurs de ces habitats établis au cours du VIe siècle av. J.-C. prennent pied cependant dans des lieux préalablement occupés à l’Âge du bronze mais depuis à l’abandon. C’est le cas de certains habitats de hauteur d’assez grande ampleur (Merri « Le Camp de Bierre ») comme celui de résidences plus petites établies sur éperons (Basly « La Campagne », Banville « La Burette »). Certains autres sites de cette période, comme l’ensemble 1 de Ifs « Object’Ifs Sud » s’inscrivent visiblement dans la continuité d’occupations inaugurées au Bronze final. Les autres semblent correspondre à des créations.

146Toutefois, avec seulement douze sites pour cette séquence chronologique, la difficulté à repérer les ensembles les plus fugaces (les unités domestiques en aire ouverte ou faiblement cloisonnées par exemple) est sans doute à prendre en compte dans cette étonnante situation d’équilibre entre les différentes catégories de l’habitat. À l’inverse, on peut considérer que par rapport cette fois-ci aux chances de les repérer grâce à leur fossés, les rares exemples d’unités domestiques encloses disponibles pour cette période - Caen « Beaulieu » et « Extension Décathlon » (ensemble 2) – reflètent bien une tendance que l’on peut juger mineure pour cette époque. L’esprit semble d’ailleurs plutôt être au rassemblement puisque plus de 50 % des habitats qui la composent intéressent des habitats groupés véritables, de plaine ou de hauteur (Merri, Commes, Saint-Martin-de-Fontenay), des groupements d’habitations (Ifs « Object’Ifs Sud », ensembles 2 et 4) et même quelques premiers enclos contigus reliés par des chemins (Cagny « Extension Décathlon », ensembles 1 et 2).

147La première rupture, qui s’opère durant la première moitié du Ve siècle av. J.-C., met en concordance l’abandon des habitats groupés de hauteur restructurés au cours du VIe siècle av. J.-C. (Merri « Le Camp de Bierre », Commes « Le Mont Cavalier » phase 1), l’abandon des habitats sur éperon tels que celui de Basly et peut-être celui de Banville distant de seulement quelques kilomètres (fig. 33). C’est également dans la première moitié du Ve siècle av. J.-C. que pourrait se situer la fin de l’habitat de St-Martin-de-Fontenay, perçu comme un habitat groupé de plaine. Tous ces sites d’importance dans l’organisation de l’habitat auraient donc une longévité analogue, et somme toute plutôt brève.

Période 2

148La seconde période est marquée, au début du Ve siècle av. J.-C., par l’émergence d’une nouvelle gamme d’habitat : les grandes enceintes quadrangulaires à clôtures monumentales comme celle de Courseulles-sur-Mer « La Fosse Touzé », dotée de deux grandes zones d’entrepôts, ou celle de Fleury-sur-Orne « La Casse » (fig. 34). L’ensemble de Fontenai-sur-Orne, celui-ci en aire ouverte, est une autre illustration de ces sites équipés de très nombreuses structures de stockage – des greniers – et manifestement impliqués dans la centralisation des ressources agricoles environnantes à cette période.

149En parallèle, les créations d’unités encloses simples sont encore rares, voire inexistantes (Soulangy « RN 158 » ?). C’est d’ailleurs au cours de cette époque, dans le courant du Ve siècle av. J.-C., que la plupart des unités domestiques encloses fondées antérieurement seront abandonnées (Caen « Beaulieu », Cagny « Extension Décathlon »- ensemble 2).

Fig. 34 : représentation proportionnelle des différents types d’habitats selon les principales périodes identifiées.

150L’unité domestique en aire ouverte, comme celle d’Agneau « Bellevue » établie au sein d’une zone agricole ordonnée par des fossés, et les installations aux clôtures légères apparaissent en proportion plus fréquentes. Dans ce dernier domaine, l’ensemble 6 de Ifs « Object’Ifs Sud », réunissant quatre unités d’habitat contiguës, paraît prolonger le mouvement des groupements d’habitations de petite ampleur, engagé au travers des ensembles 2 et 4 au VIe siècle av. J.-C.

151La seconde rupture, vers le milieu du IVe siècle av. J.-C., met en concordance la fin des grandes places de collecte à clôtures monumentales et des zones d’entrepôt en aire ouverte, avec la création d’assez nombreuses unités domestiques encloses (fig. 33). Il est donc probable que quelque chose dans l’organisation de l’habitat et dans la gestion économique des ressources agricoles se modifie à ce moment là. Ces modifications ouvrent sur une très courte période de 100 ans : la période 3.

Période 3

152En termes de créations, la période 3, qui court du milieu du IVe siècle av. J.-C. jusqu’au milieu du IIIe siècle av. J.-C., est surtout marquée par le fleurissement de nouvelles unités domestiques encloses d’une superficie moyenne de 2 500 m2 (fig. 34). Si l’existence de certaines apparaît éphémère, de l’ordre de cent ans (Mosles « La Pièce du Presssoir », Fierville-les-Parcs « Le Pré de la Val »), la moitié d’entre elles perdure jusqu’à la Conquête (fig. 33). Plusieurs, comme celle de Falaise « Expansia », trouveront d’ailleurs dans cet intervalle les conditions pour s’agrandir et mieux affirmer leur prospérité (infra).

153En parallèle, quelques-uns des groupements d’habitations identifiés pour les périodes antérieures, comme l’ensemble 6 de Ifs « Object’Ifs Sud », se maintiennent. On peut lire dans la restauration, et même l’augmentation du volume de leur clôture à ce moment là, une certaine consolidation de cette catégorie de l’habitat. C’est d’ailleurs au même moment que semblent se mettre en place de nouveaux ensembles de ce type, organisés en petites unités accolées, qui ne cesseront de prendre de l’importance (notamment au travers de l’affirmation de leurs clôtures) au cours des IIIe, IIe et Ier siècles av. J.-C. C’est le cas notamment de l’habitat de Creully « Le Clos de l’Épinette » et probablement de Mortrée « Le Pré Palluel » et de Mondeville « Le MIR ». Les uns comme les autres perdureront jusqu’à la Conquête.

154Sauf à considérer les premiers temps d’existence de certaines unités d’habitat avant la mise en place de leurs clôtures (Fierville-les-Parcs, Hérouvillette, Marcei « Le Marais »), plus aucune unité d’habitat en aire ouverte véritable et pérenne, n’est identifiée sur la région pour cette période (fig. 34). En parallèle, aucun ensemble identifiable comme une véritable résidence de l’aristocratie n’est non plus connu en Basse-Normandie pour cette époque.

155La rupture entre les périodes 3 et 4 est surtout illustrée par l’abandon, au milieu du IIIe siècle av. J.-C., de la moitié des unités domestiques encloses créées un siècle plus tôt. Paradoxalement, ces abandons peuvent être mis en concordance, à la même époque, avec une nouvelle vague de création d’habitats du même ordre (fig. 33).

Période 4

156La quatrième période, qui démarre au milieu du IIIe siècle av. J.-C., est surtout marquée par une expansion inégalée des créations d’habitats (fig. 33). Elle comporte en outre deux autres vagues de création (début IIe et fin IIe siècles av. J.-C.) auxquelles ne correspond que très peu d’abandons. Il s’agit donc globalement d’une période d’expansion.

157La première phase de cette quatrième période, au milieu du IIIe siècle av. J.-C., concerne en priorité la création de nouvelles unités domestiques encloses, elles représentent alors près de 70 % des créations à ce moment et se cumulent aux unités les plus pérennes créées durant la période 3. Toutes à notre connaissance atteindront la Conquête et certaines même la réorganisation des campagnes sous Auguste (Fleury-sur-Orne « Parc d’Activité », Ifs « Object’Ifs Sud »- ensemble 5, Mondeville « l’Étoile »...).

158Il s’agit encore, comme pour les périodes précédentes, d’unités d’un format moyen de 2 500 m2 comportant les installations d’une unité domestique (éventuellement élargie), le plan (lorsqu’il est conservé) d’une à deux maisons, celui de quelques réserves (enterrées ou surélevées), quelques fosses d’extraction parfois, et une clôture. Dans une certaine mesure, on peut considérer que la mise en place systématique de ces clôtures, dotées de fossés relativement importants (autour de 1,20 m de profondeur à l’origine), les différencie des unités antérieures et exprime une appropriation du sol plus marquée qu’auparavant. L’approfondissement fréquent de ces fossés durant l’occupation de ces habitats, le plan souvent confus de leurs clôtures, qui, reprises, modifiées, élargies au fil du temps se surimposent les unes aux autres, montre bien cet attachement à la terre et, en somme, l’impossibilité de s’en défaire. Cette nouvelle gestion des limites de l’habitat va de pair avec un affermissement de l’organisation en réseau des champs et des chemins qui assurent stratigraphiquement la connexion entre ces exploitations (Ifs « Object’Ifs Sud », Mondeville « L’Étoile »…). Dans l’ensemble, si la plupart des exploitations implantées à l’écart des terrains souples et lœssiques de la Plaine de Caen en possède peu, l’autre point commun de ces unités disséminées sur ce secteur est celui de la multiplication des structures de stockage dans leur enceinte que l’on peut percevoir comme la marque de productions excédentaires (Mondeville « L’Étoile »). Paradoxalement, malgré l’absence de mobiliers remarquables à leur niveau (ne serait-ce que des tessons d’amphores pour les périodes les plus récentes), l’image qui se dégage de ces habitats installés en réseau est celle de fermes cossues, dont chacune pourrait avoir, si elles n’existaient pas en si grand nombre et dans une si grande proximité, le titre de « ferme aristocratique ». Ce rang semble plus manifeste pour certains autres sites, comme celui de St-Martin-des-Entrées, qui allie à ses multiples réserves une superficie de plus d’un hectare et une organisation interne en plusieurs cours spécifiques et hiérarchisées entre elles. Dans la Manche, le site d’Orval « Les Pleines » constitue l’indice possible du maintien d’une aristocratie particulière à cet endroit, que l’on observe pour l’heure en nul autre point de la région.

159À l’inverse, bien que l’éventualité soit envisagée à Ifs « Object’Ifs Sud » (Le Goff 2009), l’existence d’un rang d’habitats plus indigents en aire ouverte à cette époque apparaît, sinon exclue, tout au moins très rare.

160Pour cette période toujours du IIIe siècle av. J.-C., peut être souligné l’affermissement de quelques groupements d’habitations d’une ampleur limitée, inférieure à 2 ha, établis sur la plaine au cours de la période 2, tels que celui de Creully « Le Clos de l’Épinette » et, vraisemblablement, celui de Mondeville « Le MIR ».

161L’image générale qui se dégage de cette composition de l’habitat à partir du milieu du IIIe siècle av. J.-C. est celle d’une croissance générale des biens et des ressources, celle d’une relative prospérité, inscrite dans un système, sinon collectif, tout au moins concerté quant à l’exploitation du sol et au débouché de ses productions.

162Les deuxième et troisième phases de cette période 4, qui se situent au début et à la fin du IIe siècle av. J.-C., s’affichent comme la consolidation de ces tendances. On en discerne de premières marques dans l’expansion de certaines unités encloses établies antérieurement (Falaise « Expansia »- période 2, Ifs « Object’Ifs Sud »- ensemble 5, période 3 - phase 1), comme dans l’affermissement des clôtures déjà en place, pour lesquelles sont à ce moment creusés des fossés plus importants (Ifs « Object’Ifs Sud », ensembles 5 et 6, Mondeville « L’Étoile »- sites 1 et 3, Marcei « Le Maréchal »…). Mais cette consolidation se voit surtout attestée par la création de nouveaux habitats enclos analogues à ceux du début de la période 4 (fig. 33). Toutefois, si une large part semble avoir été implantée au sein des trames parcellaires existantes, dans l’intervalle des premières exploitations comme à Mondeville « L’Étoile » (site 2) ou à Ifs « AR 67 », une autre est localisée sur de nouveaux territoires situés à la marge de la grande zone céréalière de la Plaine de Caen, sur des terres aux propriétés culturales et aux ressources différentes. Environ 60 % des unités domestiques encloses implantées au début du IIe siècle av. J.-C. l’auraient été dans la Manche (Montgardon « La Bannerie », Braffay, Plomb « Le Champ du Puits »…) et au niveau des marais de Carentan (Sain-Pellerin « La Fourchette »…). On peut se demander à leur propos si cette zone ne profite pas d’un dynamisme économique en partie alimenté par un transit transmanche dont l’un des rares habitats groupés identifiés pour cette seconde séquence de la période 4 – le site littoral d’Urville-Nacqueville – offre probablement un très bon témoignage. À l’inverse, un peu plus d’un tiers (37,5 %) des unités domestiques encloses fondées au cours de la troisième séquence de cette période 4, la fin du IIe siècle av. J.-C., se voit cantonné sur les terres argileuses du Pays d’Auge, aux abords du département de l’Eure.

163Pour ces sites isolés à l’extrémité est de la région, il paraît plus probable, comme le suggèrent les coutumes funéraires identifiées sur ce secteur (au niveau notamment de l’habitat de Saint-Gatien-des-Bois (57, fig. 1), Chanson et al., ce volume), que leur implantation dépende d’une expansion des habitats de la vallée de la Seine.

164Mais cette dernière étape de la période 4 est aussi celle de la réapparition des habitats groupés de grande ampleur et celle d’authentiques résidences aristocratiques qui semblaient avoir disparu – ou avoir été fortement affaiblies dans leur forme – depuis le Ve siècle av. J.-C. On évoquera parmi les habitats groupés créés ou restaurés à cette période (fin du IIe - début du Ier siècle av. J.-C.) ceux de hauteur, tel que celui de Commes « Le Mont Cavalier » (phase 2) et peut-être de La Courbe (Orne), dont les superficies (4,5 et 2,5 ha) restent cependant proches de celle des dispositifs antérieurs. Mais il est probable que plusieurs grands dispositifs perçus comme des chefs-lieux de cité majeurs dans l’organisation du territoire soient établis dès cette époque. Il semblerait que ce soit notamment le cas pour la cité des Véliocasses de Saint-Désir-de-Lisieux dont la superficie de 167 ha permet d’intégrer la Basse-Normandie au phénomène des oppida.

165Pour autant, les systèmes politiques et économiques vraisemblablement en place à cette période en Basse-Normandie ont motivé la création sur la plaine, c’est-à-dire, en dehors des zones de collines habituellement recherchées pour leur implantation, d’habitats groupés et fortifiés plus petits. Celui de St-Germain-La-Blanche-Herbe « Le Clos Maulier », ceinturé de douves (3,5 m de profondeur) sur plus de 5 ha, et donc d’un rempart, en est pour l’heure l’unique illustration. Mais il parait dès lors probable que d’autres places de cet ordre aient pu exister en d’autres points de la région. L’unique exemple d’habitat groupé de littoral à notre disposition pour cette période est celui d’Urville-Naqueville implanté antérieurement mais toujours en place à cette époque.

166Au rang des résidences aristocratiques véritables, différenciées des exploitations agricoles classiques par des architectures spécifiques en plusieurs cours, pourraient être évoqués les sites de Bourguébus « La Main Delle » (3,5 ha), dans le Calvados, ou celui de Briqueville-la-Blouette « La Butte au Long, La Roguerie » (1 ha), dans la Manche, tous deux marqués par le surdimensionnement de leurs clôtures (fossé de 3,5 m de profondeur).

167Il est encore difficile de savoir si, comme à peu près partout en Europe tempérée, la fin de cette quatrième période en Basse-Normandie, aux alentours de La Tène D2, est aussi marquée par un affermissement du phénomène des sites de hauteur. Trop peu de ces sites en effet, notamment parmi les plus vastes (Le Petit-Celland « Le Châtellier » dans la Manche - 25 ha ; Castillon « La Butte » dans le Calvados - 35 ha), disposent d’une attribution chronologique suffisamment précise pour répondre à cette question. Le site d’Exmes (7 ha) et celui de Plessis-Lastelle « Le Grand Mont Castre » tendent cependant à indiquer que plusieurs créations de cet ordre dépendraient bien aussi de cette période en Basse-Normandie.

5. Conclusion

168Il est trop tôt pour statuer sur les causes des bouleversements qu’enregistrent les formes de l’habitat tout au long de l’Âge du fer en Basse-Normandie. Les trois principales ruptures identifiées dans l’évolution du corpus à partir des dates de création et d’abandon des divers sites recensés n’en épousent pas moins une tendance semble t-il commune à tout le Nord de la Gaule (Blancquaert et al. 2009).

169Les raisons de ces modifications au fil du temps peuvent être diverses : climatologiques, culturelles ou culturales, pratiques, évènementielles, politiques... Mais les simples corrélations de dates entre l’apparition de certains types d’habitats et la disparition de certains autres, comme par exemple entre les grandes enceintes quadrangulaires au milieu du IVe siècle av. J.-C. et l’essor que connaissent alors les unités domestiques encloses, pourraient dans bien des cas privilégier l’option de raisons sociales ou socio-économiques. La proportion des sites de hauteur, résidences sur éperon incluses, et des habitats individuels de plaine, qui est par exemple de 1/1,5 au VIe siècle av. J.-C. alors qu’elle atteint une proportion de 1/7 au Ier siècle av. J.-C. est un autre signe (même si ce résultat dépend aussi à l’évidence de l’état de notre documentation) de ces bouleversements et des fluctuations probables que rencontre l’exercice du pouvoir au cours de l’Âge du fer.

170Si l’on raisonne en grande catégorie d’habitat sur la longue durée, la phase charnière, à partir de laquelle semble s’opérer une nouvelle répartition des biens et des ressources, est visiblement pour la Basse-Normandie le milieu du IVe siècle av. J.-C. Celle-ci connaît de fait à son tour la fin des grandes enceintes quadrangulaires à clôture monumentale ayant visiblement suppléé aux résidences de l’aristocratie du VIe siècle av. J.-C., et l’éclosion de toute une série d’habitats de formes encore peu répandue : les petites unités domestiques encloses, que l’on pourrait traduire par le terme de « ferme indigène » au sein desquelles se devinent souvent, comme à Ifs, les signes d’une gestion plus individuelle des ressources. Si l’on discerne une période de latence, durant laquelle ces formes d’habitat sont encore modestes et les productions agricoles sûrement pas à leur optimal entre le milieu du IVe et le milieu du IIIe siècle av. J.-C., la période comprise entre le milieu du IIIe et le milieu du Ier connaît les signes d’une prospérité évidente. On peut d’ailleurs se demander dans quelle mesure cette opulence, qui s’accompagne vraisemblablement d’échanges à moyenne et longue distance et, à la fin de la période, de la réémergence d’une nouvelle gamme d’habitats aristocratiques et de centres politiques importants, ne crée pas dans une certaine mesure les conditions des conflits qui animeront le nord de la Gaule au milieu du Ier siècle av. J.-C.

171Pour autant, au regard de l’emprise chronologique et de la surface considérées, l’effectif de cette étude – une petite centaine de sites – est encore loin d’offrir le matériel suffisant à une analyse irréprochable. Si d’aucun trouve que le thème de la « ferme indigène » est au maximum de sa documentation, les efforts pour la collecte de données à leur propos sur les zones les moins bien documentées de la région, comme sur les sites de hauteur qui détiennent l’une des clés majeures pour la compréhension de l’organisation de l’habitat à l’Âge du fer, sont à maintenir et même à encourager !

Références bibliographiques des sites

172Agneaux « Bellevue/La Tremblaye » : Lepaumier 1999a, Giazzon 2004a / Aubigny « RN 158 » : Jahier et Peuchet 1994 / Banville « La Burette » : Kerdivel 2008 / Barbeville « L’Entretenant » : Morzadec 1998 / Basly « La Campagne » : San Juan 2009 / Billy « Les Chevreuils » : Desloges et Delrieu 2006 / Blainville-sur-Orne « Espace artisanal » : Le Gaillard 2008 / Bourguébus « La Main Delle » : Jahier 2001b, Jahier 2003 / Braffay « Le petit Champ Jouanne » : Aubry 2001 / Bréville-les-Monts « Le Mesnil » : Hincker 2000 / Briqueville-La-Blouette « La Butte au Long » : Lepaumier 2008a / Buré « La Houssaye » : Hincker et Forfait 1998 / Buré « La Sarthe » : Hincker et Forfait 1998 / Caen « Beaulieu » : Lepaumier et Marcigny 2003 (premier Âge du fer), Besnard-Vauterin et Navarre 2008 (Second Âge du fer) / Cagny « Décathlon » : Giraud 2009 / Castillon : Wheeler et Richardson 1954 / Commes « Le Mont Cavalier » : Giraud 2008 / Condé-sur-Ifs « La Bruyère du Hamel » : Dron et al. 1995, Dron et al. 2003, Dron et Zaour 2008 / Cormelles-le-Royal « Echangeur périphérique sud » Carpentier et al. 2002/Cormelles-le-Royal « Aire des gens du voyage » : , Lepaumier 2009 / Courseulles-sur-Mer « La Fosse Touzé » : Jahier, à paraître / Creully « Le Clos de l’Épinette » : Jahier 2009 / Eterville « Les Prés du Vallon » : Giazzon 2009 / Exmes : Marcigny et al. 2007 / Falaise « L’Attache » : Besnard-Vauterin 1995 / Falaise « Expansia » : Besnard-Vauterin 2008 / Fierville-les-Parcs « Pré de la Val » : Jahier 2002 / Fleury-sur-Orne « CD 120 » : San Juan et al. 1994 / Fleury-sur-Orne « La Casse » : Jahier 1991 / Fontenay-le-Marmion « La Grande Pièce » : Giraud et al. 2009 / Fontenay-le-Marmion « Les Vergers » : Dumont 1990 / Fontenai-sur-Orne « La Patte d’Oie » : Lepaumier 2008b / Giéville « La Bigne » : Hérard 2003 / Gonneville-sur-Honfleur « Le Normandie » : Soupart 1997 / Gouvets « La Bruyère de Rousseville » : Paëz-Rézende 2000 / Hébécrevon « La Juganière » : Lepaumier 1999b / Hébécrevon « La Couesnerie » : Lepaumier 1999c / Hérouville-Saint-Clair « Avenue du haut Crépon » : Giazzon 2004b / Hérouvillette « RD 513 » : Hincker 2000 / Ifs « AR 67 » : Besnard-Vauterin 2009b / Ifs « Object’Ifs Sud » : Le Goff 2002, 2009 / Isigny-sur-Mer « Le Tuiley » : Carpentier 2006 / La Cambe « Ferrant » (RN 13) : Peuchet 1992 / La Courbe « Le Haut du Château » : Peuchet 1993 / Le Petit Celland : Wheeler et Richardson 1954 / Les Veys « Le Haut Clos » : Besnard-Vauterin 2000 / Marcei « Le Marais » : Jahier 2006 / Marcei « Le Maréchal » : Jahier 2005 / Merri « Le Camp de Bierre » : Delrieu 2007a, 2007b / Mondeville « Haut-Saint-Martin » : Renault 1995 / Mondeville « L’Étoile » : Besnard-Vauterin 2009a / Mondeville « Le MIR » : Leroy 1992 / Montgardon « La Bannerie » : Renault 1997 / Mortrée « Le Pré Palluel » : Morzadec 2005 / Mosles « La Pièce du Pressoir » : Marcigny et al. 1999 / Mosles « La Vignette » : Lepaumier 1998b / Nécy « La Martinière » : Besnard-Vauterin 2007 / Neuville-près-Sées « Les Ruisseaux » : Besnard-Vauterin 2005 / Orval « Les Pleines » : Lepaumier et Giazzon 2007 / Plomb « Le Champs des Puits » : Jahier 2001a / Plomb « Le Prè en Pente » : Lepaumier 2000 / Pont-Hébert « Le Rocher » : Grancha et al. 2000 / Putot-en-Bessin « La Corneille » : Hérard 1996 / Quetteville « Les Heurtries » : Lepaumier 2002 / Quetteville « La Gohaigne » : Lepaumier 1998a / Rocquencourt « Lorguichon » : Billard 1988 / Saint-Contest : Jigan 1993 / Saint-Désir-de-Lisieux : Giraud et Coulthard 2008 / Saint-Gatien-des-Bois « Le Vert Buisson » : Paris 1996 / Saint-Germain-la-Blanche-Herbe « Le Clos-Maulier/ZAC de l’Abbaye » : Jahier 1994, Jahier 1995 / Saint-Martin-de-Fontenay "Le Chemin de May » : Germain-Vallée 2005 / Saint-Martin-de-Fontenay « Le Grand Barberie » : Coulthard et Villaregut 2006 / Saint-Martin-de-Mieux « Vallembras » : Lepaumier 2005 / Saint-Martin-des-Entrées : Marcigny et al. 2004 / Saint-Pellerin « La Fourchette II » : Besnard-Vauterin 2000 / Saint-Symphorien-le-Valois « La Valoiserie » : Morzadec 1997 / Soulangy « RN 158 » : Peuchet 1994 / Thaon/Cairon : San Juan et al. 1999 / Urville-Nacqueville : Peuchet-Geilenbrügge 1995, Lefort et Marcigny 2008.

Bibliographie

Bibliographie

Aubry L., 2001, Braffais « Le petit Champ Jouanne », Bilan scientifique de Basse-Normandie 2000, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen, p. 69.

Audouze F., Buchsenschutz O., 1989, Villes, villages et campagnes de l’Europe Celtique, éd. Hachette, 362 p. (Bibliothèque d’Archéologie).

Auxiette G., Pommepuy C., 1996, Bucy-le-Long, Le Fond du Petit Marais, Bilan Scientifique de la région Picardie 1995, Paris, Ministère de la Culture et de la Communication, 1996, p. 19.

Baray, L., 1997, Les résidences princières comme « Port of Trade » : essai de modélisation, in Vix et les éphémères principautés celtiques. Les VIe-Ve siècles av. J.-C. en Europe centre-occidentale, Actes du colloque de Châtillon-sur-Seine (27-29 octobre 1993), éd. Errance p. 251-260.

Baudry A., Auxiette G., 2009, Elevage, cheptel, in Giraud P. dir., Gaulois sous les pommiers. Découvertes de l’Âge du fer en Basse-Normandie IXe-Ier siècle av. J.-C., Conseil général du Calvados, service archéologie, Éditions Cahier du Temps, p. 49-50.

Bernouis P., San juan G., 1995, Enceintes fortifiées de hauteur du département du Calvados - Zone entre la Vire et la Dives, Bilan Scientifique de la région Basse-Normandie 1994, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen, p. 42-43.

Bernouis P., 1996, Les sites fortifiés de hauteur du département du Calvados - Zone à l’est de la Dives, Document Final de Synthèse de prospection thématique, Service Départemental d’Archéologie du Calvados, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen, 43 p.

Bernouis P., 1997, Les sites fortifiés de hauteur du département du Calvados - Zone à l’est de la Dives, Document Final de Synthèse de prospection thématique, Service Départemental d’Archéologie du Calvados, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen, 43 p.

Bernouis P., 1999, Les sites fortifiés de hauteur du département du Calvados - Etude complémentaire, Document Final de Synthèse de prospection thématique, Service Départemental d’Archéologie du Calvados, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen, 76 p.

Besnard-Vauterin C.-C., 1995, Falaise « L’Attache », Bilan scientifique de Basse-Normandie 1994, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen, p. 26.

Besnard-Vauterin C.-C., 2000, Les habitats laténiens des Veys « Le Haut Clos » et de Saint-Pellerin « La Fourchette II », in L’archéologie dans la Manche : fouilles et recherches récentes (1990-1999), Actes de la journée archéologique du 15 décembre 1997, Saint-Lô, p. 133-147 (Etudes et Documents. Collection de la Société d’Archéologie et d’Histoire de la Manche, 13).

Besnard-Vauterin C.-C., 2005, Une ferme de la fin de l’époque gauloise à Neuville-près-Sées « Les Ruisseaux » (Orne), Revue archéologique de l’Ouest, 22, p. 181-198.

Besnard-Vauterin C.-C., 2007, Un habitat de la fin de la période gauloise et un sanctuaire du Haut-Empire à Nécy (Orne) « La Martinière » : présentation liminaire, in Découvertes archéologiques récentes dans l’Orne. Bulletin de la Société historique et archéologique de l’Orne, Alençon, t. CXXVI, n° 3-4, p. 117-128.

Besnard-Vauterin C.-C., 2008, Falaise « Expansia » (Calvados), Rapport final de fouille archéologique préventive, INRAP, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen.

Besnard-Vauterin C.-C., Navarre N., 2008, Un habitat de La Tène finale à l’époque gallo-romaine sur la ZAC de Beaulieu à Caen (Calvados), Revue archéologique de l’Ouest, 25, p. 163-186.

Besnard-Vauterin C.-C. dir., 2009a, En Plaine de Caen. Une campagne gauloise et antique. L’occupation du site de l’Étoile à Mondeville, Presses Universitaires de Rennes, 312 p., 211 fig., XVI pl. (collection Archéologie et Culture).

Besnard-Vauterin C.-C., 2009b, Ifs « ZAC Object’Ifs Sud - AR 67 » (Calvados). Un habitat du Second Âge du fer, Rapport final de fouille archéologique préventive, INRAP, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen.

Billard C., 1988, Intersection RN 158, D 41, Echangeur de Lorguichon, Commune de Rocquancourt (Calvados), Rapport de sauvetage archéologique, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen.

Blancquaert G., Adrian Y.-M., 2006, Les occupations multiples de la Plaine du Bosc Renault à Hautot-le-Vatois (Seine -Maritime) : la zone de stockage du Premier Âge du fer et les vestiges antiques funéraires et domestiques, Revue archéologique de l’Ouest, 23, p. 9-44.

Blancquaert G. dir., 2007, La plate-forme multimodale Delta 3 de Dourges (62). Premiers résultats des fouilles préventives, Gauheria, hors série, 120 p.

Blancquaert G., Lorho T., Malrain F., Menez Y., 2009, Bilan et perspectives de recherche sur les sites ruraux au Second Âge du fer, in Bertrand I., Duval A., Gomez de Soto J., Maguer P. dir., Habitats et paysages ruraux en Gaule et regards sur d’autres régions du monde celtique. Actes du XXXIe colloque international de l’Association Française pour l’Etude de l’Âge du fer, 17-20 mai 2007, Chauvigny (Vienne, F), Mémoire XXXV, p. 5-23.

Buchsenschutz O., 1984, Structures d’habitats et fortifications de l’Âge du fer en France septentrionale, 249 p. (Mémoires de la Société Préhistorique Française, Tome 18).

Buchsenschutz O., 2004, Les celtes de l’Âge du fer dans la moitié nord de la France, Paris, Éditions la Maison des Roches, 128 p.

Buchsenschutz, O., Olivier L., 1989, Les Viereckschanzen et les enceintes quadrilatérales en Europe celtique, Actes du IXe colloque de l’AFEAF, Chateaudun, Mai 1985. Archéologies Aujourd’hui, Protohistoire, éd. Errance, 174 p.

Carpentier V., Marcigny C., Savary X., 2002, Enclos et souterrain du Second Âge du fer dans la Plaine de Caen, l’exemple de Cormelles-le-Royal (Calvados), Revue archéologique de l’Ouest, 19, p. 37-60.

Carpentier V., 2006, Isigny-sur-Mer « Le Tuiley », Bilan scientifique de la région Basse-Normandie 2005, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen, p. 56-58.

Chouquer G., 2006, La question de l’émergence et de la mobilité de la planimétrie rurale à l’Âge du fer. Approches comparées en Gaule et en Italie, Les Nouvelles de l’Archéologie, 104-105, p. 72-76.

Coulthard N., Villaregut J., 2006, RD 562 - Saint-Martin-de-Fontenay « La Grande Barberie », Bilan Scientifique de la région Basse-Normandie 2005, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen, p. 75-76.

Debord J., 1981, Un enclos quadrangulaire à remplissage de La Tène Ia, sis à Villeneuve-Saint-Germain (Aisne), L’Âge du Fer en France septentrionale, p. 107-120 (Mémoire de la Société Archéologique Champenoise n° 2, suppl. au bull. n° 1).

Delrieu F., Giraud P., 2008, Les sites fortifiés de hauteur en Basse-Normandie – Projet collectif de recherche, Bilan Scientifique de la région Basse-Normandie 2007, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen, p. 134-135.

Delrieu F., 2007, Le site du Camp de Bierre à Merri (Orne), in Découvertes archéologiques récentes dans l’Orne, Bulletin de la Société historique et archéologique de l’Orne, Alençon, t. CXXVI, n° 3-4, p. 79-105.

Delrieu F., 2007, Le Camp de Bierre à Merri, in Delrieu F., Desloges J. dir., ArchéOrne. 250 ans d’archéologie dans l’Orne, Exposition ArchéOrne, Alençon, 8 déc. 2007-16 mars 2008, Cabourg, Éditions Cahiers du Temps, p. 82-83.

Dechezlepretre T., Cousyn P., Leon G., Paez-Rezende L., Rougier R., 2000, Architecture des bâtiments de l’Âge du fer en Haute-Normandie, in Marion S., Blancquaert G., Les installations agricoles de l’Âge du fer en France septentrionale, p. 321-338 (Etudes d’Histoire et d’Archéologie n° 6).

Desloges J., Delrieu F., 2006, Billy « Les Chevreuils », Bilan scientifique de la région Basse-Normandie 2005, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen, p. 35-37.

Dron J.-L., Hanni C., Le Goff I., Marcigny C., 1995, Condé-sur-Ifs « La Bruyère du Hamel » (Calvados), Rapport de la campagne 1995, 2e année de la 2e autorisation pluriannuelle, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen.

Dron J.-L., Charraud F., Clement-Sauleau S., Fromont N., Germain C., Ghesquiere E., Juhel L., Savary X., Thomas Y., 2003, Condé-sur-Ifs « La Bruyère du Hamel » (Calvados), Rapport de la campagne 2003, 2e année du programme trisannuel 2002-2004.

Dron J.-L., Zaour N., 2008, « La Bruyère du Hamel » à Condé-sur-Ifs (14) : le site laténien, in : Menez Y., Les mobiliers du Second Âge du fer dans l’Ouest de la France, Rapport du projet d’action scientifique 2008, UMR 6566.

Dumont A., 1990, Fontenay-le-Marmion (Calvados) « Les Vergers », Rapport de sauvetage urgent, AFAN, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen.

Feret L., Le Forestier S., 2009, Les importations, in Giraud P. dir., Gaulois sous les pommiers. Découvertes de l’Âge du fer en Basse-Normandie IXe-Ier siècle av. J.-C., Conseil général du Calvados, service archéologie, Éditions Cahier du Temps, p. 91-92.

Germain-Vallée C., 2005, Saint-Martin-de-Fontenay (Calvados), lieu-dit « Le Chemin de May », Document final de synthèse de fouille archéologique préventive, SDAC, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen.

Giazzon D., 2004a, Agneaux « La Tremblaye », Bilan Scientifique de la région Basse-Normandie 2003, Caen, Direction Régionale des Affaires Culturelles, p. 65-67.

Giazzon D., 2004b, Hérouville-Saint-Clair « Avenue du Haut Crépon ». Sondages archéologiques (2ème tranche), Document Final de Synthèse, INRAP, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen.

Giazzon D., 2009, Eterville « Les Prés du Vallon » (Calvados), Document Final de Synthèse, INRAP, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen.

Giraud P., 2008, Commes « Le Mont Cavalier », Bilan Scientifique de la région Basse-Normandie 2007, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen, p. 32-33.

Giraud P., Coulthard N., 2008, Saint-Désir, Oppidum du Castellier, Bilan Scientifique de la région Basse-Normandie 2007, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen, p. 54-55.

Giraud P., 2009, Cagny « Projet Décathlon », Bilan scientifique de la région Basse-Normandie 2008, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen, p. 33-35.

Giraud P., Riquier C., Baudry A., Dietsch-Sellami M.-F., 2009, L’habitat Bronze final-Hallstatt ancien de « La Grande Pièce » à Fontenay-le-Marmion (Calvados), in De l’Âge du bronze à l’Âge du fer en France et en Europe occidentale (Xe-VIIe siècle av. J.-C.). La moyenne vallée du Rhône aux Âges du fer, Actes du XXXe colloque international de l’AFEAF, co-organisé avec l’APRAB, Saint-Romain-en-Gal, 26-28 mai 2006, p. 493-499.

Gouge P., Leconte L., 2000, L’habitat du Hallstatt final et de La Tène ancienne sur le territoire de la « Ferme d’Isle » à Grisy-sur-Seine (Seine-et-Marne) : propositions pour un cadre chronologique, Fastes des celtes entre Champagne et Bourgogne aux VIIe-IIIe siècles avant notre ère, Actes du colloque de l’AFEAF, Troyes, mai 1995, Reims, Société archéologique champenoise, p. 157-180 (Mémoire de la Société archéologique champenoise, n° 15).

Grancha C., Le Gaillard L., Marcigny C., Menager L., Renault V., 2000, Pont-Hébert : l’habitat rural gaulois du « Rocher », IIe siècle avant notre ère, in : 5000 ans d’histoire aux portes de Saint-Lô, Archéologie préventive et aménagement du territoire, Saint-Lô, Archives Départementales, p. 48-49.

Gransar F., 2000 : Le stockage alimentaire sur les établissements ruraux de l’âge du Fer en France septentrionale : complémentarité des structures et tendance évolutives, in : Les installations agricoles de l’âge du Fer en France septentrionale, Etudes d’Histoire et d’Archéologie, 6, éditions ENS, rue d’Ulm, 2000, p. 277-297.

Herard A., 1996, Putot-en-Bessin « La Corneille sud – échangeur », Document final de synthèse de sauvetage urgent, AFAN, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen.

Herard A., 2003, Giéville « La Bigne », Bilan scientifique de de la region Basse-Normandie 2001, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen, p. 69-70.

Hincker V., 2000, Déviation d’Hérouvillette, RD 513 (Calvados), Document final de synthèse de diagnostic et d’évaluation archéologique, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen.

Hincker V., Forfait N., 1998, R.N. 12. Buré « La Sarthe » et « La Houssaye » (Orne), Document final de synthèse, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen.

Jahier I., 1991, Fleury-sur-Orne, Projet d’aménagement urbain, Compte rendu de diagnostic, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen.

Jahier I., Peuchet C., 1994, Aubigny, deviation de la R.N. 158, Bilan scientifique de Basse-Normandie 1993, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen, p. 19.

Jahier I., 1994, St-Germain-la-Blanche-Herbe - Le Clos Maulier (Calvados), rapport de diagnostic archéologique « Les Hameaux de l’Abbaye d’Ardennes », AFAN, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen.

Jahier I., 1995, Saint-Germain-la-Blanche-Herbe « ZAC de l’Abbaye », Bilan Scientifique de la région Basse-Normandie 1994, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen, p. 36-37.

Jahier I., 1999, Ifs (Calvados), ZAC "Object’Ifs Sud" II, Document final de synthèse sur l’exploration de la partie sud de la première tranche d’aménagement (fouille-évaluation), AFAN, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen

Jahier I., Besnard-Vauterin C.-C., Lepaumier H., Paris P., Renault V., San Juan G., Dron J.-L., Hincker V., Forfait N., 2000, Les bâtiments des habitats de l’Âge du fer en Basse-Normandie : panorama des découvertes, in : Marion S., Blancquaert G., Les installations agricoles de l’Âge du Fer en France septentrionale, p. 339-357 (Etudes d’Histoire et d’Archéologie n° 6).

Jahier I., 2001a, A84. Plomb (Manche) « Le Champ du Puits », Document final de synthèse, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen.

Jahier I., 2001b, Bourguébus « La Main Delle », Bilan Scientifique de la région Basse-Normandie 2000, Caen, Direction Régionale des Affaires Culturelles, p. 22-24.

Jahier I., Meniel P., Ozouf J.-C., San Juan G., Coutard J.-P., Lautridou J.-P., Larsonneur B., Levant M., Clet-Pellerin M., Ghesquiere E., Cabboi S., Le gaillard L., Rohmer M.-A., 2002, Une petite ferme de La Tène ancienne au « Pré de la Val » à Fierville-les-Parcs (Calvados), Revue archéologique de l’Ouest, n° 19, p. 15-36.

Jahier I., 2003, Bourguébus « La Main Delle », Bilan Scientifique de la région Basse-Normandie 2001, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen, p. 24-26.

Jahier I., 2005, A 88 - Marcei / Boissey-la-Lande « Le Maréchal » (Orne), Document final de synthèse, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen.

Jahier I., 2006, A 88 - Marcei « Le Marais » (Orne), Rapport final de fouille de sauvetage urgent, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen.

Jahier I., 2009, Creully « Le Clos de l’Épinette » (Calvados), in Giraud P. dir., Gaulois sous les pommiers. Découvertes de l’Âge du fer en Basse-Normandie IXe-Ier siècle av. J.-C., Conseil général du Calvados, service archéologie, Éditions Cahier du Temps, p. 26-28.

Jahier I., à paraître, La résidence de Courseulles-sur-Mer « La Fosse Touzé » (Calvados), Documents d’Archéologie Française.

Jigan C., 1993, Les fours laténiens de Saint-Contest (Calvados), in Clicquet D., Remy-Waty M., Guichard V., Vaginay M. dir., Les Celtes en Normandie. Les rites funéraires en Gaule (IIIe - Ier siècle av. J.-C.), Actes du 14e colloque de l’A.F.E.A.F., Evreux, mai 1990, Revue archéologique de l’Ouest, supplément n° 6, p. 77-82.

Kerdivel G., 2008, Banville – Eperon de La Burette, Bilan Scientifique de la région Basse-Normandie 2007, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen, p. 24-25.

Lambot B., 1999, Organisation spatiale et sociale du village gaulois d’Acy-Romance (Ardennes), in Habitat et Société, Actes des XIXe Rencontres d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes, octobre 1998, Éditions APDCA, Antibes, p. 383-403.

Laubenheimer F., 1999, Les amphores, in Menez Y. dir., Les sculptures gauloises de Paule (Côtes d’Armor), Gallia, 56, p. 365-368.

Laubenheimer F., Le Forestier S., Menez Y., 2008, Les amphores, in Menez Y. dir., Le Camp Saint-Symphorien à Paule (Côtes-d’Armor) et les résidences de l’aristocratie du Second Âge du fer en France septentrionale, Thèse de doctorat, Université de Paris I-Panthéon Sorbonne, UFR d’Archéologie, fev. 2009, p. 260-266.

Laurelut C., Tegel W., Vanmoerkerke J., 2002, Vendressse (Ardennes) : une agglomération de la fin de l’Âge du fer et du début de l’époque romaine en zone humide, in Découvertes récentes de l’Âge du fer dans le massif des Ardennes et ses marges, Repas des vivants et nourriture pour les morts en Gaule, Actes du XXVe colloque de l’A.F.E.A.F, Charleville-Mézières, 24-27 mai 2001, Société archéologique champenoise, n° 16, suppl. au bull. n° 1, p 105-113.

Lavendhomme M.-O., Guichard V., 1997, Rodumna (Roanne, Loire), le village gaulois, Maison des Sciences de l’Homme, Paris, 367 p. (Dossiers d’Archéologie Française, n° 62)

Lefort A., Marcigny C., 2008, Reprise des études sur le site Âge du fer d’Urville-Nacqueville : bilan documentaire et perspectives de recherche », in Archéologie, histoire et anthropologie de la presqu’île de la Hague (Manche). Analyse sur la longue durée d’un espace naturel et social cohérent, Projet Collectif de Recherche, Quatrième année, p. 62-123.

Le Gaillard L., 2008, Blainville-sur-Orne « Espace artisanal », Bilan scientifique de la région Basse-Normandie 2007, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen, p. 28-29.

Le Goff E., 2002, Les occupations protohistoriques et antiques de la Z.A.C. Object’Ifs Sud à Ifs (Calvados), Document final de synthèse, AFAN/ INRAP, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen.

Le Goff E., 2007, Découverte d’un habitat groupé de la fin de la période gauloise chez les Osismes : nouvelles perspectives pour aborder l’occupation du sol et la structuration du territoire laténien du secteur de Quimper (Finistère), Aremorica, Etudes sur l’ouest de la Gaule romaine, Centre de Recherche Bretonne et Celtique, Brest, n° 1, p. 9-14.

Le Goff E., 2009, Habitats, terroir et paysage rural : aménagement et structuration du territoire et de la campagne gauloise. Ifs, ZAC « Object’Ifs Sud » (Calvados), in Habitats et paysages ruraux en Gaule et regards sur d’autres régions du monde celtique, Actes du XXXIe colloque international de l’AFEAF, Chauvigny, 2007, p. 93-107 (Association des Publications Chauvinoises, Mémoire XXXV).

Lepaumier H., 1998a, Un établissement rural de l’époque gauloise en Pays d’Auge : le site de La Gohaigne à Quetteville, Bulletin du Groupe de Recherches archéologiques du Cotentin, n° 8, p. 19-36.

Lepaumier H., 1998b, R.N. 13, Déviation de Bayeux, Mosles « La Vignette », Document final de synthèse, AFAN, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen.

Lepaumier H., 1999a, Agneaux « Bellevue », Bilan Scientifique Régional de Basse-Normandie 1998, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen, p. 57.

Lepaumier H., 1999b, Hébécrevon « La Juganière », Bilan Scientifique Régional de Basse-Normandie 1998, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen, p. 64.

Lepaumier H., 1999c, Hébécrevon « La Couesnerie », Bilan Scientifique Régional de Basse-Normandie 1998, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen, p. 60-62.

Lepaumier H., 2000, Plomb « Le Pré en Pente », Bilan Scientifique Régional de Basse-Normandie 1999, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen, p. 78.

Lepaumier H., 2002 - Les sites gaulois de Quetteville. Première approche pour une nouvelle définition du territoire des lexovii avant la conquête, Bulletin de la Société Historique de Lisieux, n° 52, p. 5-15, 19 fig.

Lepaumier H., 2005, Saint-Martin-de-Mieux « Vallembras », Document final de synthèse, INRAP, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen.

Lepaumier H., Marcigny C., 2003, Le site de la ZAC de Beaulieu à Caen (14) et la céramique du Premier Âge du fer en Basse-Normandie : premier bilan, in Mandy B., De Saulce A. dir., Les marges de l’Armorique à l’Âge du fer, Archéologie et histoire : culture matérielle et sources écrites. Actes du XXIIIe colloque de l’Association française pour l’Etude de l’Âge du Fer, Nantes 1999, p. 43-57 (Revue archéologique de l’Ouest, supplément n° 10).

Lepaumier H., Marcigny C., Ghesquiere E., 2005, L’architecture des habitats protohistoriques de Normandie : quelques exemples du IIIe millénaire au début du Second Âge du fer, in Buchsenschutz O., Mordant C. dir., Architectures protohistoriques en Europe occidentale du Néolithique final à l’Âge du fer, Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques, p. 231-264.

Lepaumier H., Giazzon D., 2007, Orval (Manche) « Les Pleines », habitat rural enclos du Second Âge du fer et du Haut-Empire, tombe à char de la fin de La Tène ancienne, Document final de synthèse, INRAP, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen.

Lepaumier H., 2008a, Bricqueville-la-Blouette (Manche), « La Butte au Long / La Roguerie », desserte côte ouest, un enclos et une nécropole du Second Âge du fer, Document Final de Synthèse de sauvetage urgent, INRAP, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen.

Lepaumier H., 2008b, A88 - Fontenai-sur-Orne « La Patte d’Oie », Bilan scientifique de la région Basse-Normandie 2007, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen, p. 106-107.

Lepaumier H., 2009, Cormelles-le-Royal (Calvados) « Aire des Gens du Voyage ». Un enclos du Second Âge du fer en Plaine de Caen, Document final de synthèse, INRAP, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen.

Leroy D., 1992, Mondeville - Giberville, Marché d’Intérêt Régional », Bilan Scientifique de la région Basse-Normandie 1991, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen, p. 36-37.

Lettereux M.-F., 2004, Plasnes – ZB 25, « Le Beuron » (Eure) », Document Final de Synthèse, INRAP, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Rouen, 14 p.

Maguer P., Chererl A.-F., Auxiette G., 2003, Nouvelles données sur les habitats de l’Âge du fer dans le nord de la Sarthe (commune de Vivoin, autoroute A 88), in Mandy B., De Saulce A. dir., Les marges de l’Armorique à l’Âge du fer. Archéologie et Histoire : culture matérielle et sources écrites. Actes du XXIIIe colloque de l’AFEAF, Nantes 1999, Revue archéologique de l’Ouest, suppl. n° 10, p. 213-234.

Malrain F., Gaudefroy S., Gransar F., 2005, La protohistoire récente : IIIe siècle-Ie moitié du premier siècle avant notre ère, in La recherche archéologique en Picardie : Bilans et Perspectives, Journées d’études, Amiens, Revue archéologique de Picardie, n° 3-4, p. 127-176.

Malrain F., Blancquaert G., Lorho T., 2009, Un outil pour le renouveau des études sur le monde rural de l’Âge du fer en France. La base de données associée à un SIG. La création d’une base de données, in Voies et réseaux, p. 68-71 (Archéopages, n° 27).

Marcigny C., Ghesquiere E., Giazzon D., Menager L., 1998, Hébécrevon « Le village de l’Hôtel Torquet », Document final de synthèse, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen.

Marcigny C., Ghesquiere E., Lecler E., Matterne V., Menager L., Clement-Sauleau S., Richard J.-M., 1999, Un établissement agricole du IVe siècle avant notre ère à Mosles « La Pièce du Pressoir » (Calvados), Revue archéologique de l’Ouest, 16, p. 97-130.

Marcigny C., Ghesquiere E., Giazzon D., 2002, La ferme de l’Âge du bronze moyen (1700-1400 ans av. J.-C.) de Nonant « La Bergerie », in Billard C., Une histoire des campagnes aux portes de Bayeux. Recherches archéologiques menées dans le cadre de la construction de la déviation de la Route Nationale 13, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen, p. 14-15.

Marcigny C., Ghesquiere E., 2003, L’île de Tatihou (Manche) à l’Âge du bronze. Habitats et occupation du sol, Paris, Ed. de la Maison des sciences de l’Homme, 192 p. (Documents d’archéologie française, 96).

Marcigny C., Lepaumier H., Carpentier V., Clement-Sauleau S., Matterne-Zeck V., Gaume E., Ghesquiere E., Giazzon D., 2004, Un établissement agricole à caractère « aristocratique » du Second Âge du fer à Saint-Martin-des-Entrées (Calvados), Revue archéologique de l’Ouest, 21, p. 63-94.

Marcigny C., 2006a, Les structures du Bronze final et du Premier Âge du fer de la Delle Saint-Martin (Mondeville), in Chancerel A., Marcigny C., Ghesquière E. dir., Le plateau de Mondeville (Calvados) du Néolithique à l’Âge du bronze, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’Homme, p. 173-176 (Documents d’Archéologie Française, 99).

Marcigny C., 2006b, Une fosse du Bronze final/ Premier Âge du fer au Haut-Saint-Martin (Mondeville), in Chancerel A., Marcigny C., Ghesquière E. dir., Le plateau de Mondeville (Calvados) du Néolithique à l’Âge du bronze, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’Homme, p. 177-179 (Documents d’Archéologie Française, 99).

Marcigny C., Ghesquiere E., Gallouin E., Vipard L., 2007, Archéologie d’un site de hauteur de l’Orne, l’éperon d’Exmes, in Découvertes Archéologiques récentes dans l’Orne, Bulletin trimestriel de la Société Historique et Archéologique de l’Orne, Alençon, t. CXXVI, 3e et 4e trimestres, p. 65-78.

Ménez Y., 2008, Le Camp Saint-Symphorien à Paule (Côtes-d’Armor) et les résidences de l’aristocratie du Second Âge du fer en France septentrionale, Thèse de doctorat, Université de Paris I-Panthéon Sorbonne, UFR d’Archéologie, fev. 2009, 559 p., 548 fig.

Morzadec H., 1997, Saint-Symphorien-le-Valois « La Valoiserie », Bilan Scientifique de la région Basse-Normandie 1996, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen, p. 82.

Morzadec H., 1998, Barbeville « L’Entrenant ». R.N. 13 – Déviation de Bayeux, Document final de synthèse, AFAN, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen.

Morzadec H., 2005, Mortrée « Le Pré du Palluel » (Orne), Document Final de Synthèse, INRAP, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen.

Nillesse O., 2003, Les établissements ruraux gaulois de Marcé (Maine et Loire) et la hiérachisation des aedificia, in Mandy B., De Saulce A. dir., Les marges de l’Armorique à lÂge du fer. Archéologie et Histoire : culture matérielle et sources écrites. Actes du XXIIIe colloque de l’AFEAF, Nantes 1999, Revue archéologique de l’Ouest, suppl. n° 10, p. 149-172.

Paez-Rezende L., 2000, Gouvets (Manche), l’enclos gaulois et gallo-romain de « La Bruyère de Rousseville », Document Final de Synthèse, AFAN, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen.

Peuchet C., 1992, La Cambe « Ferrant », Déviation de la RN 13, Rapport de diagnostic complémentaire, AFAN, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen.

Peuchet C., 1993, Le hillfort de La Courbe, Orne : la fortification sud du Haut du Château, Revue archéologique de l’Ouest, suppl. n° 6, p. 35-43.

Peuchet C., 1994, Soulangy - Déviation de la RN 158, Bilan Scientifique de la région Basse-Normandie 1993, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen.

Peuchet-Geilenbrügge C., 1995, Nacqueville « La Batterie Basse », Bilan Scientifique de la région Basse-Normandie 1994, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen, p. 53-55.

Querel P., 2001, Villeneuve d’Ascq « La Haute Borne », Bilan Scientifique de la région Nord - Pas-de-Calais 2000, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Lille, p. 84-85.

Renault V., 1995, Mondeville « Haut Saint Martin » et « Delle Saint Martin » (Calvados), Document Final de Synthèse de sauvetage urgent, INRAP, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen.

Renault V., 1997, Montgardon « La Bannerie », Bilan scientifique de la région Basse-Normandie 1996, Direction régionale des Affaires Culturelles, Caen, p. 80.

San Juan G., Meniel P., Alduc-Lebagousse A., Pilet-Lemiere J., Jahier I., 1994, Un établissement rural du Ier siècle av. J.-C. à Fleury-sur-Orne (Calvados), Revue archéologique de l’Ouest, n° 11, p. 131-164.

San Juan G., Meniel P., Matterne-Zeck V., Savary X., Jardel K., 1999, L’occupation gauloise au nord-ouest de Caen. L’évaluation des sondages du plateau de Thaon (Calvados), Revue archéologique de l’Ouest, n° 16, p. 131-194.

San Juan G., Le Goff E., 2003, La nécropole du VIe siècle av. J.-C. de « La Campagne » à Basly (Calvados), Les marges de l’Armorique à l’Âge du fer, in Archéologie et Histoire : culture matérielle et sources écrites. Actes du XXIIIe colloque de l’AFEAF, Revue archéologique de l’Ouest, suppl. n° 10, p. 59-102.

San Juan G., 2009, L’éperon de Basly « La Campagne », in Giraud P. dir., Gaulois sous les pommiers. Découvertes de l’Âge du fer en Basse-Normandie, IXe - Ier siècle av. J.-C., Conseil général du Calvados, service archéologie, Éditions Cahier du Temps p. 35-37.

San Juan G., Fromont A., Dron J.-L. Fromont N., 2010, Le site de « La Campagne » à Basly (Calvados). Des occupations en éperon barré du Néolithique et au début de l’ Âge du fer, Fouille programmée plutiannuelle 2009-2011, opération 2009, SDAC, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen

Schwarz K., 1959, Atlas der spätkeltischen Viereckschanzen in Bayern, Munich.

Smrž Z., 1991, La Résidence aristocratique de Droužkovice, in MOSCATI S., Hermann Frey O., Kruta V., Raftery B., Szabo M. dir., Les Celtes - Catalogue de l’exposition du Palazzo Grassi à Venise, 1991, Etas S.p.A., Milan, p. 185.

Smrž Z., 1996, Das frühlatènezeitliche gehöft bei Droužkovice (Kr. Chomutov, Nw-Böhmen), Časně laténský dvorbec u droužkovic (Okr. Chomutov, Sz Čechy), Památky archeologické LXXXVII, Praha, p. 59-94.

Soupart N., 1997, Gonneville-sur-Honfleur, Le Nouveau Monde. Occupation Tène finale et métallurgie gallo-romaine, Rapport de fouille, AFAN, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen.

Tanguy D., 2000, Le site d’habitat de l’Âge du fer de Kerven Teignouse à Inguiniel (Morbihan), Revue archéologique de l’Ouest, 17, p. 143-173.

Van den Bosche B., Carpentier V., Marcigny C., 2009, Evolution des formes de l’exploitation agricole dans la campagne normande (2500-30 av. J.-C.). L’exemple des fouilles préventives de la périphérie sud de Caen, Revue archéologique de l’Ouest, 26, p. 57-83.

Verron G., 1973, Informations Archéologiques Basse-Normandie, Gallia Préhistoire, t. 16-2, P. 361-399.

Verron G., 1986, Le Camp de Bierre – commune de Merri (Orne), Rapport de sauvetage, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen.

Villes A., 2000, Entre principautés et chefferies, citadelles et fermes, le Hallstatt final en Champagne : données nouvelles, in Fastes des Celtes entre Champagne et Bourgogne aux VIIe-IIIe siècles avant notre ère, Actes du colloque de l’AFEAF tenu à Troyes en 1995, Mémoire de la Société archéologique champenoise, n° 15, (suppl. au bull. n° 4), p. 11-92.

Von Nicolaï C., 2009, La question des Viereckschanzen d’Allemagne du Sud revisitée, in Habitats et paysages ruraux en Gaule et regards sur d’autres régions du monde celtique. Actes du XXXIe colloque international de l’Association Française pour l’Etude de l’Âge du fer, 17-20 mai 2007, Chauvigny, p. 245-280.

Waldhauser J., 1989, Etat de la recherche sur les enceintes quadrilatérales laténiennes (dites Viereckschanzen) en Bohême, Actes du IXe colloque de l’AFEAF, Chateaudun, mai 1985, Archéologies Aujourd’hui, Protohistoire, éd. Errance, p. 43-55.

Wheeler M., Richardson K., 1954, Hills Forts of Northern France, Oxford, 230 p., 35 fig. (Reports of the Research Committe of the Society of Antiquaries of London, XI).

Zaour N., 2009, Les activités métallurgiques, in Giraud P. dir., Gaulois sous les pommiers. Découvertes de l’Âge du fer en Basse-Normandie IXe-Ier siècle av. J.-C., Conseil général du Calvados, service archéologie, Éditions Cahier du Temps, p. 72-74.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : carte des habitats de l’Âge du fer documentés en Basse-Normandie
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6467/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Légende Fig. 2 : proportions des principales catégories de l’habitat de l’Âge du fer identifiées en Basse-Normandie.Chaque site de hauteur, lorsqu’il a été fréquenté comme à Merri et à Commes sur deux périodes distinctes (fin 1er et fin 2nd Âge du fer) séparées l’une de l’autre par un hiatus, n’a été compté qu’une fois.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6467/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 3 : carte des habitats groupés.A – Plis synclinaux ; B – Sites de hauteur ; C – Habitats groupés de plaine ; D – Habitats groupés de littoral ; E – Groupements d’habitations.Pastilles de couleur sans cerne : Premier Âge du fer ;Pastilles de couleur avec cerne : Second Âge du fer ;Pastilles marquées d’une croix : sites occupés au Premier et au Second Âge du fer (avec parfois un hiatus entre les deux périodes).1 - Merri « Le Camp de Bierre » ; 2 - Commes « Le Mont Cavalier / La Butte d’Escure » ; 3 - Castillon « La Butte » ; 4 - Petit Celland « Le Châtellier » ;5 - St-Désir-de-Lisieux « Le Castellier » ; 6 - La Courbe « Le Haut du Château » ; 7 - Exmes ; 8 - Plessis-Lastelle « Grand Montcastre » ; 9 - Saint-Jean-de-Savigny« Le Grand Castel » ; 10 - St-Martin-de-Fontenay « Chemin de May » ; 11 - St-Germain-la-Blanche-Herbe « Hameau de l’Abbaye » ; 12 - Fontenai-sur-Orne« La Patte d’Oie » ; 13 - Urville-Nacqueville ; 14 - Ifs « Object’Ifs Sud » 2002, ens. 2 et 4 ; 15 - Eterville « Les Prés du Vallon » ; 16 - Ifs « Object’Ifs Sud 2002 », ens. 6 ; 17 - Mortrée « Le Pré Palluel » ; 18 - Mondeville « MIR » (habitat groupé ?) ; 19 - Creully « Clos de l’Épinette » (habitat groupé ?).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6467/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende Fig. 4 : habitats groupés, identification des principales tendances : chronologie, surface et lieux d’implantation.1 - Merri « Le Camp de Bierre » ; 2A - Commes « Le Mont Cavalier / La Butte d’Escure » (1er Âge du fer) ; 2B - Commes « Le Mont Cavalier / La Butte d’Escure » (2eme Âge du fer) ; 3 - Castillon « La Butte » ; 4 - Petit Celland « Le Châtellier » ; 5 - St-désir de Lisieux « Le Castellier » ; 6 - La Courbe « Le Haut du Château » ; 7 - Exmes ; 8 - Plessis-Lastelle « Grand Montcastre » ; 9 - Saint-Jean-de-Savigny « Le Grand Castel » ; 10 - St-Martin-de-Fontenay « Chemin de May » ; 11 - St-Germain-la-Blanche-Herbe « Hameau de l’Abbaye » ; 12 - Fontenai-sur-Orne « La Patte d’Oie » ; 13 - Urville-Nacqueville ; 14 - Ifs « Object’Ifs Sud » 2002, ens. 2 et 4 ; 15 - Eterville « Les Prés du Vallon » ; 16 - Ifs « Object’Ifs Sud 2002 », ens. 6 ; 17 - Mortrée « Le Pré Palluel » ; 18 - Mondeville « MIR » (habitat groupé, groupement d’habitations ?) ; 19 - Creully « Clos de l’Épinette » (habitat groupé, groupement d’habitations ?).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6467/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende Fig. 5 : localisation topographique du site de Commes « Le Mont Cavalier / La Butte d’Escure » (1er et 2e Âge du fer) sur l’un des promontoires dominant l’un des rares passages possibles pour rejoindre, depuis le plateau, au sud, la crique de Port-en-Bessin-Huppain.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6467/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 6 : habitats groupés de plaine, fermés par une enceinte.A : Saint-Martin de Fontenay « Chemin de May » (VIe-Ve siècles av. J.-C.) (d’ap. C. Germain-Vallée 2007) ;B : Saint-Germain-la-Blanche-Herbe « Les Hameaux de l’Abbaye » (IIe-Ier siècles av., Ier siècle ap. J.-C.) (d’ap. Jahier 1994).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6467/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 7 : habitats groupés de plaine, ouverts : le site de Fontenai-sur-Orne « La Patte d’oie » (VIe-Ve siècles av. J.-C., Orne) (d’ap. H. Lepaumier 2008b). Note : Pour des raisons de lisibilité, ce site est présenté à une échelle supérieure à celle des autres sites.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6467/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende Fig. 8 : habitats groupés de littoral : le site d’Urville-Nacqueville (IIe-Ier siècles av. J.-C., Manche) (d’ap. A. Lefort et C. Marcigny 2008). 1 - trait de côte.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6467/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende Fig. 9 : habitats groupés de petite ampleur / groupements d’habitations ? Quelques exemples de la plaine bas-normande.A : Ifs « Object’Ifs Sud » 2002, ens. 2 et 4 (VIe-Ve siècles av. J.-C.) (d’ap. Le Goff 2002) ; B : Eterville « Les Prés du Vallon » (VIe-Ve siècles av. J.-C.) (d’ap. Giazzon 2009) ; C : Ifs « Object’Ifs Sud 2002 », ens. 6 (VIe-Ve siècles av. J.-C.) (d’ap. Le Goff 2002) ; D : Mortrée « Le Pré Palluel » (IVe-Ier siècles av. J.-C.) (d’ap. Morzadec 2005) ; E : Mondeville « MIR » (IVe-Ier siècles av. J.-C.) (d’ap. Leroy 1991) ; F : Creully « Clos de l’Épinette » (IVe-Ier siècles av. J.-C.) (Jahier en cours d’étude).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6467/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 10 : exemple de résidence aristocratique sur éperon : le site de Basly « La Campagne » (Calvados) (d’ap. San Juan et Le Goff 2003, San Juan 2009, 2010).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6467/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende Fig. 11 : grandes enceintes quadrilatérales à clôture monumentale du Ve siècle av. J.-C. implantées sur la plaine (≥ 1 ha.), comparaison au site de Droužkovice, en Bohême.A : Courseulles-sur-Mer (Ve siècle av. J.-C.) (d’ap. Jahier 1997) ; B : Fleury-sur-Orne (Ve siècle av. J.-C.) (cliché, J. Desloges) ; C : Droužkovice (1 ha -Ve siècle av. J.-C.), Bohême (Smrž 1991).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6467/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende Fig. 12 : l’enceinte du Ve siècle av. J.-C. de Saint-Martin-de-Fontenay « Les Vergers » (Calvados) (d’ap. Dumont 1990).Note : Pour des raisons de lisibilité, ce site est présenté à une échelle supérieure à celle des autres sites.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6467/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende Fig. 13 : exemples de sites de Basse-Normandie envisagés comme de vraisemblables résidences aristocratiques en fonction de leurs traits architecturaux et de leurs aménagements internes (superficie ≥ 1 ha, cours / avant cours, profondeurs des fossés, portes monumentales, structures de stockage…).A - Bourguébus « La Main Delle » (IIe-Ier siècles av. J.-C.) (d’ap. Jahier 2003) ;B - Saint-Martin-des-Entrées « Le Parc sur l’Herbage » (IIIe-Ier siècles av. J.-C.) (d’ap. Marcigny et al. 2004) ; C - Hérouville-Saint-Clair « Avenue du Haut Crépon » (IIIe-IIe siècles av. J.-C.) (d’ap. Giazzon 2004) ;D - Bricqueville-la-Blouette « La Butte au Long » (IIe-Ier siècles av. J.-C.) (d’ap. Lepaumier 2007) ; E - Gouvets « La Bruyère de Rousseville » (Ier siècle av. J.-C., Ier siècle ap.) (d’ap. Paez-Rezende 2000) ; F - Thaon « Le Fond du Val (enclos 1) » (IIIe-Ier siècles av. J.-C.) (d’ap. San Juan et al. 1999).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6467/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende Fig. 14 : habitats envisagés comme de vraisemblables résidences aristocratiques à partir de leurs composantes funéraires et de leurs mobiliers. A - Orval « Les Pleines » (IIIe siècle av. J.-C.) (d’ap. Lepaumier et Giazzon 2007) ; B - Saint-Gatien-des-Bois « Le Vert Buisson » (IIe siècle av. J.-C., Ier siècle ap.) (d’ap. Paris 1997).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6467/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Fig. 15 : résidences aristocratique et enceintes à clôtures monumentales, identification des principales tendances : chronologie, surface et lieux d’implantation.20 - Basly « La Campagne » (VIe-Ve siècles av. J.-C.) ;21 - Banville « La Burette » (VIe-Ve siècles av. J.-C.) ;22 - Cagny « Extension Décathlon » (VIe-IVe siècles av. J.-C.) ;23 - Courseulles-sur-Mer « La Fosse Touzé » (Ve-IVe siècles av. J.-C.) ;24 - Fleury-sur-Orne « La Casse » (Ve-IVe siècles av. J.-C.) ;25 - Fontenay-le-Marmion « La Grande Pièce » (Ve-IVe siècles av. J.-C.) ;26 - Fontenay-le-Marmion « Les Vergers » (Ve-IVe siècles av. J.-C.) ;27 - Condé-sur-Ifs « La Bruyère du Hamel » (IVe-IIIe siècles av. J.-C.) ;28 - Orval « Les Pleines » (IIIe siècle av. J.-C.) ;29 - Hérouville-Saint-Clair « Avenue du Haut Crépon » (IIIe-IIe siècles av. J.-C.) ;30 - Thaon « Le Fond du Val (enclos 1) » (IIIe-Ier siècles av. J.-C.) ;31 - Saint-Martin-des-Entrées « Le Parc sur l’Herbage » (IIIe-Ier siècles av. J.-C.) ;32 - Marcei « Le Maréchal » (IIIe-Ier siècles av. J.-C.) ;33 - Saint-Gatien-des-Bois « Le Vert Buisson » (IIe siècle av. J.-C., Ier siècle ap.) ;34 - Bourguébus « La Main Delle » (IIe-Ier siècles av. J.-C.) ;35 - Bricqueville-la-Blouette « La Butte au Long » (IIe-Ier siècles av. J.-C.) ;36 - Gouvets « La Bruyère de Rousseville » (Ier siècle av. J.-C., Ier siècle ap.).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6467/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende Fig. 16 : comparaison de l’enceinte de Billy « Les Chevreuils » (Calvados) (cliché J. Desloges) (A), à l’enceinte intérieure du Viereckschanze de Markavartice (Bohême) (d’ap. Waldhauser 1989) (B).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6467/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende Fig. 17 : cartographie des unités domestiques encloses et ouvertes en Basse-Normandie.1 - Caen ; 2 - Eterville ; 3 - Cagny ; 4 - Fierville-les-Parcs ; 5 - Mosles ; 6 - Ifs ; 7 - Cormelles le-Royal ; 8 - Mondeville ; 9 - Rocquancourt ; 10 - Putôt-en-Bessin ; 11 - Thaon ; 12 - Cairon ; 13 – Blainville-sur-Orne ; 14 - Bréville-les-Monts ; 15 - Barbeville ; 16 - Soulangy ; 17 - Falaise ; 18 - Nécy ; 19 - Neuville-près-Sées ; 20 - Buré ; 21 – Quetteville ; 22 – Gonneville-sur-Honfleur ; 23 - Plomb ; 24 - Braffay ; 25 - Hébécrevon ; 26 - Pont-Hébert ; 27 - Les Veys ; 28 - Saint-Pellerin ; 29 - Isigny-sur-Mer ; 30 - Montgardon ; 31 - Saint-Symphorien-le-Valois.Note : certaines communes (Ifs, Mondeville, Cormelles-le-Royal…) peuvent compter plusieurs unités domestiques encloses et ouvertes étudiées.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6467/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende Fig. 18 : exemples d’enclos d’habitat de Basse-Normandie identifiés comme des unités domestiques simples.A - Caen « Beaulieu » (VIe-Ve siècles av. J.-C.) (d’ap. Lepaumier et Marcigny 2003) ; B – Mosles « La Pièce du Pressoir » (IVe-IIIe siècles av. J.-C.) (d’ap. Marcigny et al. 1999) ; C – Fierville-les-Parcs « Le Pré de la Val » (IVe-IIIe siècles av. J.-C.) (d’ap. Jahier et al. 2002) ; D – Mondeville « L’Étoile, site III » (IIIe-Ier siècles av. J.-C.) (d’ap. Besnard-Vauterin 2009a) ; E – Plomb « Le Champ du Puits » (IIe-Ier siècles av. J.-C.) (d’ap. Jahier 2001a) ; F – Mondeville « L’Étoile, site II » (IIe-Ier siècles av. J.-C.) (d’ap. Besnard-Vauterin 2009a).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6467/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende Fig. 19 : progression des unités domestiques encloses dans la durée (la date retenue est celle de fondation du site).1 : Répartition des unités selon un pas d’un siècle ; 2 : Répartition des unités selon un pas de 50 ans ; 3 : Répartition, à partir du début du IIe siècle av. J.-C., des unités selon un pas de 25 ans (obtenu d’après les dates de fondations proposées par les auteurs).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6467/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende Fig. 20 : exemple d’habitat concerté sur une grande étendue : les groupements d’habitats enclos du sud-est de Caen : zoom sur les zones de Ifs « Object’Ifs Sud » et de Mondeville « L’Étoile ».
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6467/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 21 : exemple d’unités domestiques en aire ouverte : Agneaux « Bellevue/La Tremblaye ».A : Fosse silo (Ifs « Object’Ifs Sud » ens. 1 – VIIe-VIe siècles av. J.-C.) (d’ap. Le Goff 2002) ; B : Plan à quatre poteaux porteurs (grenier ou ossature centrale de maison ?) et fosse attenante (ens. 11 – VIe-Ve siècles av. J.-C.) (d’ap. Jahier 1999).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6467/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende Fig. 22 : Mondeville « L’Étoile », site 1 : exemple d’approfondissement des clôtures (cl. C.-C. Vauterin).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6467/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende Fig. 23 : exemples de clôtures imposantes : l’ouvrage soigné de Creully et le fossé monumental de Bourguébus (cl. I. Jahier, J. Villaregut).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6467/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende Fig. 24 : les clôtures fossoyée, palissadée et maçonnée de Courseulles-sur-Mer (cl. I. Jahier).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6467/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 25 : exemples de maçonneries : le système d’entrée de Basly et les aménagements de fossé de Creully (cl. G. San Juan, I. Jahier).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6467/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Légende Fig. 26 : les plans de bâtiments (1-2 : Courseulles-sur-Mer « La Fosse Touzé » ; 3 : Fierville-les-Parcs « Le Pré de la Val » ; 4 : Falaise « Expansia » ;5 : Plomb « Le Champs du Puits » ; 6 : Creully « Le Clos de l’Épinette » ; 7-8 : Ifs « Object’Ifs Sud » ; 9 : Quetteville « La Gohaigne » ; 10 : Mondeville « Le Haut-Saint-Martin » ; 11 : Pont-Hébert « Le Rocher » ; 12 : Condé-sur-Ifs « La Bruyère du Hamel » ; 13 : Les Veys « Le Haut Clos » ; 14 : Marcei « Le Marais » ; 15 : Saint-Gatien-des-Bois « Le Vert Buisson » ; 16 : Quetteville « Les Heurtries » ; 17 : Montgardon « La Bannerie » ; 18 : Neuville-près-Sées « Les Ruisseaux » ; 19 : Quetteville « Les Heurtries »).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6467/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende Fig. 27 : les différents types de structures de stockage : tendances chronologiques (données extraites de l’Enquête nationale sur l’habitat rural au Second Âge du fer).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6467/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende Fig. 28 : les principales structures de stockage du Second Âge du fer (cl. I. Jahier, C.-C. Vauterin, J. Villaregut).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6467/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende Fig. 29 : exemples de puits et de citerne (cl. N. Forfait, C.-C. Vauterin).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6467/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 30 : exemples de vastes dépressions internes.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6467/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 31 : exemples de fours domestiques enterrés, isolés ou en batteries (cl. I. Jahier, E. Le Goff, C.-C. Vauterin).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6467/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 32 : le bâtiment avec les restes d’un foyer de forge à Marcei « Le Maréchal » (cl. I. Jahier, N. Zaour).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6467/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende Fig. 33 : chronologie des habitats de l’Âge du fer en Basse-Normandie et identification des principales périodes d’abandon et d’installation.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6467/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 34 : représentation proportionnelle des différents types d’habitats selon les principales périodes identifiées.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6467/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 84k

Auteurs

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search