Version classiqueVersion mobile

La notion de “formule” en analyse du discours

 | 
Alice Krieg

Chapitre 1. De l’analyse du vocabulaire socio-politique au repérage de formules

Texte intégral

1Sans tenir strictement de la lexicologie, qui prend les mots dans le temps long de leurs usages, ce travail s’y reconnaît pourtant par endroits. Ce que nous présentons est en effet le saisissement d’un instant sur la durée de ce temps long : nous proposons le repérage et l’analyse d’un moment où la « vie du mot » – pour reprendre les métaphores biologisantes du 19e siècle – entre dans une période particulièrement dense. Cette période d’exception, c’est une plage de temps durant laquelle un mot (un syntagme ou toute autre séquence verbale identifiable) se met à fonctionner dans l’espace public comme une formule. Parce que la notion de formule est sous-tendue par celle d’usages, et parce que la formule, en tant que phénomène discursif, est constitutive du discours socio-politique, l’analyse des formules pourrait être envisagée comme un domaine connexe de la lexicologie socio-politique.

  • 1 Sur ces logiciels, voir par exemple la base Textopol animée par Pierre Fiala et Jean- Marc Leblanc (...)

2Les travaux de lexicologie socio-politique, autrement dit les analyses des usages socio-politiques du lexique, sont nombreux. Comme le remarque Marie-France Piguet (1996 : 5), l’« histoire des mots qui gouvernent notre manière contemporaine de penser le monde », envisagée en 1954 par Benveniste ([1954] 1966), est aujourd’hui tout sauf un vœu pieux. Elle est même alimentée par des travaux consistants. Beaucoup d’entre eux s’inscrivent dans la lignée de la Méthode en lexicologie de Georges Matoré publiée en 1953, ou dans celle de la recherche de Jean Dubois publiée dix ans plus tard dans Le vocabulaire politique et social en France de 1869 à 1872. Une part importante de ces travaux présente une dette envers l’informatique, dont, aujourd’hui, l’utilisation va de la simple exploitation de bases de données textuelles pour le repérage rapide d’occurrences dans les corpus jusqu’à l’emploi de programmes de traitement statistique des formes lexicales et/ou des contenus (Lexico 3, Hyperbase, Astartex, Weblex, Alceste, Cordial, Tropes, Prospéro…)1.

  • 2 Devenue en 1999 « Pratiques du langage au 18e : histoires, usages ».
  • 3 En 1998, par suite d’une fusion avec l’équipe d’accueil « Linguistique et informatique » de l’ENS (...)
  • 4 Voir les huit fascicules parus à ce jour : Équipe « 18e et Révolution », 1985, 1987, 1988, 1989, 1 (...)
  • 5 Fiala (dir.),1999.
  • 6 Otto Brunner, Werner Conze, Reinhart Koselleck (1972-1984).
  • 7 Hans-Jürgen Lüsebrink et Rolf Reichardt (dir.), (1985-...). Voir également Hans- Jürgen Lüsebrink (...)

3En France, le Dictionnaire des usages socio-politiques du français sous la Révolution, publié par fascicules depuis 1985 par l’équipe « 18e et Révolution »2 du laboratoire de Lexicométrie et textes politiques de Saint-Cloud3, représente un projet systématique de description du vocabulaire socio-politique d’une période historique donnée4. Certains projets sont plus ambitieux encore en ce sens qu’ils couvrent plusieurs périodes historiques. C’est le cas, en France toujours, du projet de dictionnaire des usages socio-politiques mis en place par le même laboratoire de Lexicométrie et textes politiques, dont la publication a commencé par un volume expérimental consacré au lexique du paradigme « égalité / inégalité » et à ses usages du 18e au 20e siècle5. C’est le cas également d’un projet international de dictionnaire d’histoire des concepts socio-politiques et de leurs usages, coordonné par l’Américain Melvin Richter et le Finnois Kari Palonen. Ces deux derniers projets s’alimentent, sans la suivre en tous points, à l’histoire des concepts(Begriffsgeschichte) développée en Allemagne par Reinhart Koselleck, spécifiquement dans son dictionnaire des concepts de base de l’histoire6, ainsi que par Hans-Jürgen Lüsebrink et Rolf Reichardt dans leur Handbuch7.

  • 8 Le livre de Marie-France Piguet est issu de sa thèse de doctorat (Piguet, 1993). Voir, outre Pigue (...)
  • 9 La prédilection pour cette période s’explique par l’investigation approfondie dont elle a fait l’o (...)
  • 10 Tournier ([1979] 1992) ; Tournier ([1982] 1992) ; Tournier, « Petit aparté prototypique sur la grè (...)
  • 11 Tournier, « Travailleur aux prises avec l’histoire » dans Tournier(1992 : 127-133).
  • 12 Tournier ([1984] 1992).
  • 13 Voir en particulier « Aux sources du sens, l’étymologie sociale » dans Tournier (1992 : 279-291) e (...)

4À côté de telles entreprises collectives, de nombreuses analyses de lexicologie socio-politique voient régulièrement le jour, comme celle d’Alain Rey (1989) sur le mot « révolution », celle de Marie-France Piguet (1996) sur le mot « classe »8, celle de Marc Deleplace (1994 ; 1995 ; 1998) sur le mot « anarchie », ou celles de Maurice Tournier, plus cursives et qui font souvent la part belle à une période(18489) un peu plus qu’aux autres, sur des mots tels que « grève »10, « travailleur ?»11 ou « jaune »12. Sous le nom d’« étymologie sociale »13, Maurice Tournier envisage ici une histoire des formes lexicales entrées en politique, de leurs significations et de leurs usages, non pas dans la perspective apparemment consensuelle du dictionnaire de langue, mais dans la perspective conflictuelle qui est le lot du vocabulaire politique, où les mots sont porteurs de représentations sociales et où le sens des mots s’échafaude sur « des nécessités sociales de consensus ou de dominance »(Tournier, 1992 : 280).

5Il y a plus d’une vingtaine d’années, Maurice Tournier (1982) faisait un état des lieux des analyses du vocabulaire socio-politique : s’y imposait, déjà, l’abondance des monographies consacrées aux mots du politique. Ces analyses des usages socio-politiques ne sont pas à proprement parler des travaux sur ce que nous appelons des formules. Si nous faisons ce rappel, c’est que la notion de formule est liée à celle d’usage : la formule correspond à une utilisation particulière du « mot » (appelons-le ainsi pour l’instant). Autrement dit : l’accès d’un mot au rang de formule fait partie intégrante de l’histoire des usages de ce mot. En lisant les monographies consacrées à tel ou tel mot, il arrive d’ailleurs que l’on repère ces moments où le mot est l’objet d’une utilisation particulière. En suivant le cheminement des usages d’une unité lexicale, on remarque souvent des heurts de parcours : c’est là, dans cet épisode singulièrement mouvementé de la « vie du mot », que peut prendre consistance la formule. Nous donnons ci-après, à partir de travaux récents, deux exemples illustratifs de ces« heurts de parcours » susceptibles de correspondre à un statut« formulaire » du mot.

  • 14 La productivité lexicologique du mot « révolution » après 1789 est également relevée par Hans-Jürg (...)

6Dans« Révolution », histoire d’un mot, Alain Rey observe, dans la longue histoire de ses changements sémantiques, l’évolution du signe lexical « révolution » et du concept qu’il exprime : depuis son apparition au 12e siècle jusqu’à ses usages contemporains, en passant par la migration de ce mot dans le domaine de la psychologie au début du 18e siècle, ou encore par ce qu’Alain Rey(1989 : 342) appelle le « dévergondage » de 1940, dans le syntagme« révolution nationale » tracé par Pétain avec une encre pourtant réactionnaire. Sur ce parcours des usages, finement décrit, Alain Rey repère ce qu’il appelle « la grande explosion de 1789 » (ibid. : 54). Car, cette année-là, il ne se passe pas seulement quelque chose dans l’histoire de France, mais aussi dans l’histoire du mot« révolution » lui-même. Il ne s’agit pas ici de résumer le travail d’Alain Rey. Nous nous contenterons de souligner quelques caractéristiques de la grande explosion de 1789. L’explosion du mot« révolution » s’amorce avec un éparpillement du sens, au moment des États généraux. À ce moment, le mot cristallise un ensemble d’espoirs et d’attentes en même temps que son sens devient multiple : « S’installe alors, écrit Alain Rey (1989 : 94), un tic de langage optimiste : ʺl’heureuse révolution qui se prépareʺ. Chacun y met ce qu’il souhaite : réformes, changement constitutionnel, ébauche de parlementarisme, mais aussi nouvelles institutions, réforme économique, financière, juridique, pénale, lutte contre la misère, limitation des privilèges. » L'explosion du mot« révolution » coïncide, toujours d’après les observations d’Alain Rey, avec trois phénomènes lexicaux ou discursifs. D’abord, le mot« révolution » connaît une forte diffusion, il est connu et utilisé par tous : « Le mot gagne en 1789 la bouche des orateurs qui font l’histoire et celle de tout un peuple. » (ibid. : 110) Ensuite, il symbolise pour ses utilisateurs un enjeu dans leurs existences quotidiennes :« Il s’investit d’une vertu emblématique, d’abord faite d’espoirs et de craintes, puis d’enthousiasme et de terreur, de fureur et de haine, avant les nostalgies. » (idem) Enfin, le mot« révolution » donne rapidement naissance à une abondante série de dérivés et de composés, phénomène que l’on peut rattacher à la productivité lexicologique qu’observe Pierre Fiala sur d’autres mots dont il sera question plus loin. En effet, écrit Alain Rey (ibid. : 117-118),« en deux ou trois ans [ à partir de 1789] et peut-être en quelques mois [...] on voit apparaître l’adjectif révolutionnaire, qui deviendra aussi un nom et donnera naissance à l’adverbe révolutionnairement. [...] Puis, c’est le tour du verbe révolutionner, qu’on trouve fréquemment chez Babeuf avec son dérivé révolutionnement. Aussi significatifs, les composés préfixés contre-révolution avec contrerévolutionnaire(1790, chez Mirabeau) et anti-révolutionnaire (lettre de Mme Roland, 1790). La liste n’est pas close. D’autres formations occasionnelles, comme dérévolutionner (Babeuf, 1795) ou contrerévolutionner (1794), se rencontrent çà et là. »14

7Ce que montre un travail comme celui d’Alain Rey, c’est que dans le mouvement perpétuel des usages, dans les changements continus de sens et de forme des mots, il est des moments où, si l’on peut dire, le mouvement s’accélère, et que cette accélération a des propriétés qu’un analyste du discours peut décrire sur la foi d’énoncés attestés.

8Marie-France Piguet inscrit explicitement son travail dans la continuité de celui d’Alain Rey. En suivant le mot« classe », de ses premières attestations au 14e siècle jusqu’aux années 1840, Marie-France Piguet décrit les changements d’usage de ce mot ainsi que les évolutions des conceptions politiques et sociales qui les accompagnent. Dans son analyse lexicologique, elle se veut particulièrement attentive aux moments qui témoignent d’un tournant dans l’histoire du mot « classe ». « Il ne s’agit pas, ou pas seulement, écrit-elle (Piguet, 1996 : 6), de fournir une histoire du mot à travers la succession de ses différentes acceptions, mais de chercher les moments et les lieux textuels où se produisent des déplacements linguistiques, des passages d’un registre d’usage à un autre, où s’affirment des choses nouvelles sous le même mot, afin de questionner l’origine de ces mutations dans les textes mêmes qui les mettent en place, et de creuser du côté de la nouveauté. » Parmi ces moments, Marie-France Piguet analyse la mise en concurrence du mot « classe » avec le mot « ordre » (au bénéfice final du premier, qui l’emporte dans les usages), ou encore l’entrée du mot« classe » dans le registre historique et de la philosophie politique, sous la plume de Saint-Simon. Dans notre perspective, celle de l’analyse de formules, un autre de ces moments attire plus particulièrement notre attention. C’est celui de l’entrée en polémique du substantif« classe » à l'occasion de sa conjonction avec l’adjectif« stérile ». Nous verrons qu’une des propriétés de la formule est d’être problématique en tant que « mot »(ou syntagme, ou séquence plus large, nous reviendrons sur cette question terminologique). Or c’est précisément ce qui arrive à l’expression « classe stérile ».

9C’est par Quesnay que le scandale arrive. Celui-ci propose, suivi par la majorité des Physiocrates, une tripartition de la société en trois classes : la « classe productive »(expression qui désigne les cultivateurs), la « classe des propriétaires » (qui désigne les propriétaires), et la« classe stérile »(qui désigne les industriels et les commerçants). Ce dernier syntagme ne passe pas inaperçu. Il fait même l’objet d’une polémique. Celle-ci porte sur la question de l’(in) adéqualion de l’expression à la chose qu’elle désigne. Le mot« stérile », écrit Marie- France Piguet(ibid. : 54), est à l’époque un adjectif bien attesté, dont les usages sont divers mais qui « caractérise toujours par la négation. Est stérile ce qui ne rapporte rien, ne produit rien, ne conçoit rien... Rapporté à ʺdépensesʺ son emploi ne pose guère de problèmes, mais épithète de classe, c’est-à-dire d’un groupe de personnes, il est péjoratif. » Le substantif « classe », qui en lui-même ne pose pas de problème particulier dans ce contexte, est emporté dans la tourmente avec l’adjectif « stérile » qui lui est accolé.

  • 15 Turgot cité par Piguet (1996 : 55).
  • 16 Quesnay cité par Piguet (1996 : 58-59).
  • 17 Dans l’article « Grammaire » qu’ils signent dans l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert (1757), D (...)
  • 18 Voir Piguet (1996 : 54, 56 et 59).

10Nous pouvons tirer profit des énoncés que Marie-France Piguet met à la disposition de son lecteur pour observer la façon dont ceux-ci portent trace, à travers des opérations métadiscursives diverses, de la polémique dont l’expression« classe stérile » est l’objet. Les adversaires de l’expression reprochent aux Physiocrates de faire fi de la couleur péjorative de « stérile », et dénoncent l’usage capricieux qu’en font ces Physiocrates. Ainsi s’exprime Turgot, dans une lettre qu’il adresse en février 1766 à Pierre-Samuel Dupont de Nemours, ami de Quesnay : « Vous êtes les protecteurs de l’industrie et du commerce, et vous avez la maladresse d’en paraître les ennemis... Voilà ce que c’est de ne pas s’expliquer et de choisir mal ses termes.[...] Cette pauvre classe stipendiée, à laquelle il vous a plu de donner le nom de stérile... cette classe et les honnêtes gens qui la composent, croyant qu’on leur dispute l’honneur d’être des citoyens utiles, s’indignent de cet abaissement injurieux... ils vous veulent un mal infini des efforts que vous faîtes. »15 S’expliquer sur les termes qu’on utilise, cela suffit-il quand l’utilisation en question va à rencontre des usages majoritaires ? Non, sans doute. Mais les Physiocrates partisans de l’expression« classe stérile », témoins d’un siècle qui veut plier la langue aux exigences de la Raison, s’y essayent. En 1766 toujours, pour défendre son acception de l'expression « classe stérile », François Quesnay écrit : « Ce n’est pas à l’ordre naturel à se conformer à un langage qui n’exprime que des idées confuses et équivoques, c’est aux expressions à se conformer à la connaissance exacte de l’ordre naturel, dans les distinctions rigoureuses assujetties à la réalité. »16 Pour promouvoir le mot« stérile », l’abbé Nicolas Baudeau publie un article dont le beau titre au caractère autonymique est à lui seul un programme d’étymologie, au sens de l’époque17.Cet article s’appelle : « Explication du vrai sens du mot stérile appliqué à l’industrie » (1767). Les Physiocrates auront beau se débattre, ils ne parviendront pas, explique Marie-France Piguet, à imposer l’expression « classe stérile ?», qui disparaîtra rapidement18.

11Nous ne saurions dire exactement si le mot« révolution » dans les années 1789-1795 ni si l’expression « classe stérile » dans les années 1760-1770 sont à strictement parler des formules au sens où nous l’entendons. Nous aurions tendance à répondre par l’affirmative. Mais il faudrait, pour en être certain, disposer de plus d’éléments que n’en donnent à lire Alain Rey et Marie-France Piguet dans leur propre perspective de travail, qui est celle d’une description des usages dans la longue durée plutôt qu’une mise au jour détaillée des points d’achoppement observables dans les pratiques langagières.

12Dans notre perspective, l’intérêt de tels travaux est qu’ils montrent comment les mots, sur le temps long de leurs usages, traversent des zones de turbulences que l’on peut circonscrire, entrent dans des phases critiques de leur existence qu’il est possible de repérer. Pour ce qui concerne le mot « révolution », on repère la phase critique à une diffusion accrue du terme, aux attentes et aux appréhensions dont il est investi, et à une productivité lexicologique particulièrement forte. Pour ce qui concerne l’expression « classe stérile », la zone de turbulence est repérable à l’existence d’opérations métadiscursives qui questionnent le syntagme lui-même, en font un objet polémique, et dans le cas présent mettent en cause son utilisation impropre ou au contraire affirment son caractère adéquat.

  • 19 Tamba-Mecz (1991 : 64). Voir aussi Sonia Branca-Rosoff (1998a), en particulier Sonia Branca-Rosoff (...)
  • 20 On pourra compléter cet inventaire notamment en consultant la « Bibliographie de lexicologie socio (...)

13À côté des travaux de lexicologie diachronique qui analysent un mot« de bout en bout », sur la longue durée, de nombreuses études se préoccupent tout particulièrement de saisir les instants où, sur des modes divers, la « vie d’un mot » s’intensifie. Partant de l’intuition qu’un « mot » (notion empirique et « préthéorique », comme le dit Irène Tamba19, dont on peut continuer de se contenter) est, à un moment donné, utilisé de façon particulièrement critique, ces études visent à décrire et caractériser la« zone de turbulence » que ce mot traverse. L’unité lexicale, simple ou complexe, sert de fil conducteur dans l’exploitation du corpus. Celui-ci est constitué de discours produits au cœur de l’espace public ou à sa périphérie, qu’il s’agisse d’une collecte tous azimuts visant à saisir dans son épaisseur maximale les discours d’une époque (affiches, tracts, périodiques imprimés en tous genres, livres, pamphlets, rapports de police, correspondances manuscrites, pétitions...), ou centrée sur des articles de presse ou des prises de parole politiques(débats parlementaires par exemple). La quantité considérable de ces « monographies sur la courte durée », comme les appelle Maurice Tournier (1982 : 85), empêche que nous en dressions ici la liste. À l’inventaire (non-exhaustif) effectué par Maurice Tournier il y a plus d’une vingtaine d’années, et auquel nous renvoyons, on pourrait aujourd’hui adjoindre des dizaines d’autres monographies20. Nous en signalons ici deux pour illustration.

  • 21 Simone Bonnafous (1992). Voir aussi Bonnafous (1991).
  • 22 Sur les différentes dénominations de cette« affaire » dans la presse et sur les différentes dénomi (...)

14S’appuyant sur un relevé exhaustif des occurrences du mot « intégration ?» ? dans le journal Le Monde entre novembre 1989 et avril 1990, Simone Bonnafous21 montre comment ce mot prend, à un moment donné, une place accrue dans le débat public. Ce moment coïncide avec« l’affaire du collège de Creil » qui éclate en octobre 1989, et devient bientôt « l’affaire du foulard »22. Le mot« intégration » devient alors rapidement un terme de consensus, utilisé par l’ensemble de la classe politique, par les responsables associatifs, par les journalistes, etc., en même temps que son sens se dilue, devient difficile à saisir : « la généralisation du terme ʺintégrationʺ [...] s’accompagne d’une sémantisation très hétérogène », écrit Simone Bonnafous (1992 : 24). Le mot « intégration » « devient un slogan » (ibid. : 28), « un mot d’ordre » (ibid. : 29), un mot qui acquiert, au sens large, une « fonction performativeʺ » (idem). Sous l’impulsion d’un événement, un mot s’impose. Il s’impose à tous comme un remède (à tous ou presque en réalité, l’extrême droite se singularisant). Il symbolise une solution. Mais, parallèlement à sa remontée en masse à la surface des énoncés, le mot voit son sens se disperser.

  • 23 Projet de loi « relatif aux rapports entre l’État, les communes, les départements, les régions et (...)

15Geneviève Petiot (1990), elle, explore le champ lexical de « liberté (s) » tel qu’il apparaît dans des textes législatifs et parlementaires de mai 1984, dans les débats portant sur le projet connu sous le nom de « projet Savary »23. Le contexte du débat est polémique : « Les slogans, répercutés dans la presse, s’affrontent : ʺLa seule école libre, c’est l’école publiqueʺ / ʺL’école privée, c’est la libertéʺ, qui devient ʺL’école libre, c’est la libertéʺ » (Petiot, 1990 : 217). La polémique n’est pas seulement dans la rue, mais aussi à l’Assemblée. Et si c’est bien « de liberté (s) qu’ont débattu les députés » (ibid. : 218), faisant consensus sur le signifiant en jeu, la polémique, elle, s’opère sur les signifiés à assigner au signe « liberté (s) ». Au cours des débats, les multiples emplois de « liberté (s) » produisent ce que Geneviève Petiot appelle une « évaporation de la signification », dans laquelle le mot se dilue dans une polysémie généralisée sans pour autant éclater en homonymes. C’est bien à propos d’un même signe que le débat a lieu, mais « tout se passe comme si ne fonctionnait plus qu’une sorte d’étiquette vide, un signifiant revendiqué par tous, mais dont le (s) signifîé (s) serai (en) t indéfinissable (s), car inaccessible (s). [...] L’avortement du processus énonciatif poursuit Petiot (ibid. : 225), c’est-à-dire l’impossibilité de promulguer un texte de loi, sanctionne cette fuite de la signification. » Dans le cas de « liberté (s) » comme en d’autres semblables, le dénominateur commun qu’est l’unité lexicale rend possible le débat, tandis que la diversité des significations rattachées à cette unité rend possible, et même facilite, la polémique.

16À côté de ces analyses, qui prennent pour point de départ une unité lexicale, et dont les études de Simone Bonnafous et de Geneviève Petiot sont deux exemples parmi des dizaines, d’autres recherches contribuent à asseoir la thèse d’un pouvoir social du discours et apportent, sur des modes très divers, leur contribution à la réflexion sur le mot comme enjeu politique.

  • 24 Voir par exemple Taguieff (1992) ; Taguieff (1996).
  • 25 Voir par exemple Taguieff (1987 : 108, 176 et 179) ; Taguieff(1989).
  • 26 Voir par exemple Taguieff (1987).
  • 27 Voir également notre compte rendu (Krieg, 1997), et en complément Krieg, 1999.

17C’est le cas des réflexions documentées de Pierre-André Taguieff sur des mots tels que « exclusion »24, « racisme »25, ou encore « crise »26, dans lesquelles est souligné le caractère à la fois flou et conjuratoire (ou imprécatoire) du vocabulaire politique. C’est le cas aussi des observations clairvoyantes du témoin allemand Victor Klemperer([1947] 1996)27 sur le vocabulaire du Troisième Reich, où apparaît le dévoiement de certains mots de la langue allemande dans la prise de parole – et, par elle, la prise de pouvoir – nazie. C’est le cas encore du Dictionnaire historique du témoin français Jacques Rossi ([1987] 1997), dans lequel cet ancien détenu du goulag soviétique commente le vocabulaire trompeur du système de la Kolyma (vocabulaire des politiques, vocabulaire des geôliers, mais aussi vocabulaire des internés du goulag).

  • 28 Freund (1991 : en particulier 151-190).
  • 29 Freund (1991 : 175).
  • 30 Tournier ([1991] 1992).
  • 31 Tournier ([1990] 1997).
  • 32 Tournier ([1991] 1997).
  • 33 Voir le compte rendu critique de Maurice Tournier (1985b) et celui d’Annie Geffroy (1985b).
  • 34 Jean-Claude Milner (1983). Voir en particulier les chapitres « Les maîtres-mots » (70-79), « La vi (...)

18C’est le cas également des réflexions empiriques d’Andréas Freund(1991) sur ce qu’il appelle, de manière assez problématique et non théorisée, les« mots piégés »28, parmi lesquels ce qu’il appelle de façon tout aussi problématique les « mots ambigus », « mots au sens trop général pour être toujours honnêtes »29 (« liberté », « solidarité », « consensus »,« insécurité »...). C’est le cas toujours de certaines des chroniques de Maurice Tournier, qui, dans la perspective de l'étymologie sociale que celui-ci projette, remettent dans leur épaisseur historique des mots dont l’usage est pressenti comme particulièrement crucial à un moment donné (« casseurs » lors des émeutes de 1991 à La Réunion30 ; «otages » à propos des otages américains de Saddam Hussein pendant la guerre du Golfe31 ; « union sacrée » lors de la même guerre du Golfe32...). C’est le cas encore de l’approche discutée33 de Jean-Claude Milner34 à travers les notions de « maîtres-mots » et de« noms indistincts », par lesquelles est dénoncée l'incantation martelée de signifiants aux bords clos (la Santé, le Marché, le Peuple, la Nation, la Science...).

  • 35 Guilhaumou et Maldidier (1984 : 98). Voir aussi Guilhaumou et Maldidier(1981).

19Une approche particulièrement originale impose que nous en parlions également : celle dont témoignent Jacques Guilhaumou et Denise Maldidier dans leur recherche sur la structure « du pain et X », laquelle constitue, disent les auteurs, une « coordination-enjeu » (Guilhaumou et Maldidier, 1990 : 235). L’entrée dans le corpus n’est plus ici une unité lexicale simple ou complexe mais un invariant lexico-syntaxique : « une coordination de deux groupes nominaux dont l’un des termes est Du pain. »35 En dépit de ce qui le distingue des monographies signalées précédemment, le travail de Jacques Guilhaumou et Denise Maldidier constitue lui aussi le repérage d’un moment où un mot prend un tournant particulier.

  • 36 Guilhaumou et Maldidier (1984 : 98).
  • 37 Ibid. : 102.
  • 38 Guilhaumou et Maldidier (1986a : 47).
  • 39 Guilhaumou et Maldidier (1984 : 98).
  • 40 Ibid. : 103.

20Ce tournant, c’est, avec les journées d’octobre 1789, la politisation de l’expression « du pain », qui passe de la simple demande de subsistance à l’exigence de droits politiques nouveaux : à partir d’octobre 1789, « le cri traditionnel du peuple "Du pain" s’inscrit dans l’espace politique »36. Alors « le mot pain change en quelque sorte de statut. Il n’est plus seulement ,comme l’était le cri, l’expression de besoins immédiats ;[...] il prend une valeur symbolique, par laquelle il s’inscrit aux limites du champ politique. »37 Ce tournant, cette politisation, Jacques Guilhaumou et Denise Maldidier les repèrent à travers cette structure qu’est la coordination du cri« du pain » avec des« termes abstraits comme la liberté ou politico-juridique comme une constitution ou un décret »38 : « "Du pain et à Versailles !" s’écrient les femmes le 5 octobre 1789 ; "Du pain et la liberté" précisent les jacobins face à la montée révolutionnaire en 1793 ; "Du pain et du fer" revendiquent les partisans du Maximum(1793- 1794) ; "Du pain et la constitution de 1793" clament les sans-culottes parisiens devant les députés thermidoriens de 1795. »39 Jacques Guilhaumou et Denise Maldidier proposent cette analyse : « La mise ensemble effectuée par la conjonction d’un terme du concret social immédiat et quotidien et de termes abstraits politiques ou de désignations d’objets politiques produit un effet de métaphorisation : la grammaire est directement responsable, semble-t-il, de la nouveauté symbolique conquise par du pain. »40

  • 41 Ibid. : 112.

21Les auteurs concluent leur analyse du changement opéré dans le mot « pain » par cette phrase : « Le travail de la grammaire produit directement des effets discursifs. »41 Et, en effet – du moins le pensons-nous –, ce qui se passe dans la morphosyntaxe est, sinon toujours directement responsable, du moins toujours partie prenante à la tournure des événements et aux discours qui en font le récit.

  • 42 Par exemple quand on définit le « développement durable » comme une façon de « répondre aux besoin (...)

22Dans un texte publié récemment (Krieg-Planque, 2007 : 67-68), nous avons ainsi souligné combien une étude sur la révision d'initiative gouvernementale de la législation sur le temps de travail pouvait passer par l’analyse de l’association lexico-syntaxique« travailler plus pour gagner plus » (association dont les usages sont observables dans diverses productions discursives du gouvernement Raffarin en 2005, avant que « travailler plus pour gagner plus » ne devienne un slogan de Nicolas Sarkozy dans le contexte des présidentielles de 2007). Ou encore, selon un chantier actuellement en cours, nous avons proposé qu’une analyse des discours renvoyant à la formule « développement durable » s’organise autour de la concession : en effet, nous observons que les concessives42 constituent à la fois la tenue de camouflage et le symptôme du développement durable comme instrument du modèle productiviste et idéologème de la croissance économique et industrielle. Là encore, dans les deux exemples que nous venons d’évoquer, des réalités lexicales, morphosyntaxiques, syntaxiques et/ou lexico-syntaxiques très directement observables s’avèrent être un mode d’accès aux matérialités discursives qui structurent les rapports de pouvoir et d’opinion.

  • 43 Que ce terme soit ou non emprunté à Matoré (1953 : 68), lequel désignait ainsi un mot exprimant de (...)
  • 44 Voir un exemple d’analyse également dans Krieg, 2000a.
  • 45 Boyer (1987d). Cette étude, ainsi que des analyses portant sur d’autres « mots-slogans ?» du premi (...)

23Au terme de son inventaire des monographies consacrées aux mots du politique, Maurice Tournier (1982 : 87) observait : « On s’aperçoit vite que tous ces termes [objets des monographies] constituent autant d’instruments politiques, de marqueurs sociaux ou d’enjeux de discours. » Des expressions telles que « mot comme enjeu », « politisation du lexique », « mot-clé »43, «mot-phare », « mot-slogan », « mot-étendard ?», « mot-valeur », « mot-choc », « mot-tabou »... reviennent en effet souvent sous la plume des auteurs, et expriment conjointement la centralité et le caractère problématique d’une unité lexicale à un moment donné. Au travers de ces études, apparaît le fait que le lexique est, dans ses emplois politiques et sociaux, porteur de valeurs, d’arguments, d’engagements44. Henri Boyer, lui, dans une perspective plus sociolinguistique, parle de « focalisation lexico-pragmatique »45 pour désigner ce phénomène par lequel une unité lexicale est au cœur du débat public.

24Toutes ces notions recouvrent par endroits, parfois par vastes zones, celle de formule. C’est elle que nous retiendrons, à la suite du travail de Marianne Ebel et de Pierre Fiala, où elle fait l’objet d’une réflexion approfondie et d’une analyse sur un corpus conséquent. Ces deux auteurs empruntent la notion de formule à Jean-Pierre Faye. C’est pourquoi nous proposons, dans les pages qui suivent, un commentaire du travail de Faye, travail dont nous posons, comme l’avaient fait Ebel et Fiala en leur temps, le caractère heuristique.

Notes

1 Sur ces logiciels, voir par exemple la base Textopol animée par Pierre Fiala et Jean- Marc Leblanc. http://textopol.free.fr

2 Devenue en 1999 « Pratiques du langage au 18e : histoires, usages ».

3 En 1998, par suite d’une fusion avec l’équipe d’accueil « Linguistique et informatique » de l’ENS Fontenay Saint-Cloud, le laboratoire « Lexicométrie et textes politiques » (UMR 9952) est devenu le laboratoire « Analyses de corpus linguistiques, usages et traitements » (UMR 8503). Dans le présent travail, nous utilisons l’ancienne dénomination dans la mesure où les travaux que nous citons sont pour l’essentiel le fait des équipes qui ont composé le laboratoire jusqu’en 1998 (« Lexicologie et textes politiques » de 1965 à 1987, puis « Lexicométrie et textes politiques » de 1988 à 1998).

4 Voir les huit fascicules parus à ce jour : Équipe « 18e et Révolution », 1985, 1987, 1988, 1989, 1991, 1999, 2003 et 2006.

5 Fiala (dir.),1999.

6 Otto Brunner, Werner Conze, Reinhart Koselleck (1972-1984).

7 Hans-Jürgen Lüsebrink et Rolf Reichardt (dir.), (1985-...). Voir également Hans- Jürgen Lüsebrink et Rolf Reichardt(1990). Les lecteurs francophones pourront aussi lire l’article de Rolf Reichardt (1982).

8 Le livre de Marie-France Piguet est issu de sa thèse de doctorat (Piguet, 1993). Voir, outre Piguet (1996), le compte rendu de ce livre que propose Fiala (1997). Sur« classe » voir aussi Piguet (1997) et(1998).

9 La prédilection pour cette période s’explique par l’investigation approfondie dont elle a fait l’objet par ailleurs (Tournier, 1975).

10 Tournier ([1979] 1992) ; Tournier ([1982] 1992) ; Tournier, « Petit aparté prototypique sur la grève », dans Tournier (1992 : 273-277).

11 Tournier, « Travailleur aux prises avec l’histoire » dans Tournier(1992 : 127-133).

12 Tournier ([1984] 1992).

13 Voir en particulier « Aux sources du sens, l’étymologie sociale » dans Tournier (1992 : 279-291) et« Des mots en histoire », dans Tournier (1997 : 287-298).

14 La productivité lexicologique du mot « révolution » après 1789 est également relevée par Hans-Jürgen Lüsebrink et Rolf Reichardt (1988 : 38).

15 Turgot cité par Piguet (1996 : 55).

16 Quesnay cité par Piguet (1996 : 58-59).

17 Dans l’article « Grammaire » qu’ils signent dans l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert (1757), Douchet et Bauzée écrivent : « Le second objet de l’étymologie est de remonter effectivement à la source d’un mot, pour en fixer le véritable sens. » (Son premier objet, écrivent-ils, est l’étude de la « formation » des mots.) Cité par Rey (1970 : 42).

18 Voir Piguet (1996 : 54, 56 et 59).

19 Tamba-Mecz (1991 : 64). Voir aussi Sonia Branca-Rosoff (1998a), en particulier Sonia Branca-Rosoff (1998b) et Christian Touratier(1998). Voir également Robert Lafont (1987).

20 On pourra compléter cet inventaire notamment en consultant la « Bibliographie de lexicologie socio-politique » publiée dans chaque livraison de Mots. Les langages du politique. Cette revue est disponible en ligne sur le portail Revue.org.

21 Simone Bonnafous (1992). Voir aussi Bonnafous (1991).

22 Sur les différentes dénominations de cette« affaire » dans la presse et sur les différentes dénominations de l’objet « foulard » lui-même, voir Geneviève Petiot (1995), Henri Boyer(1993), Paul Siblot (1992), Claire Oger(1999).

23 Projet de loi « relatif aux rapports entre l’État, les communes, les départements, les régions et les établissements d’enseignement privé ».

24 Voir par exemple Taguieff (1992) ; Taguieff (1996).

25 Voir par exemple Taguieff (1987 : 108, 176 et 179) ; Taguieff(1989).

26 Voir par exemple Taguieff (1987).

27 Voir également notre compte rendu (Krieg, 1997), et en complément Krieg, 1999.

28 Freund (1991 : en particulier 151-190).

29 Freund (1991 : 175).

30 Tournier ([1991] 1992).

31 Tournier ([1990] 1997).

32 Tournier ([1991] 1997).

33 Voir le compte rendu critique de Maurice Tournier (1985b) et celui d’Annie Geffroy (1985b).

34 Jean-Claude Milner (1983). Voir en particulier les chapitres « Les maîtres-mots » (70-79), « La vision politique du monde » (80-93) et« Les rassemblements » (105-115).

35 Guilhaumou et Maldidier (1984 : 98). Voir aussi Guilhaumou et Maldidier(1981).

36 Guilhaumou et Maldidier (1984 : 98).

37 Ibid. : 102.

38 Guilhaumou et Maldidier (1986a : 47).

39 Guilhaumou et Maldidier (1984 : 98).

40 Ibid. : 103.

41 Ibid. : 112.

42 Par exemple quand on définit le « développement durable » comme une façon de « répondre aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs ».

43 Que ce terme soit ou non emprunté à Matoré (1953 : 68), lequel désignait ainsi un mot exprimant de manière synthétique une notion de caractère social dominante dans un texte ou une série de textes.

44 Voir un exemple d’analyse également dans Krieg, 2000a.

45 Boyer (1987d). Cette étude, ainsi que des analyses portant sur d’autres « mots-slogans ?» du premier septennat mitterrandien (« solidarité », « rigueur », « ouverture », « rassemblement »...) ont été reprises par Henri Boyer dans Boyer (1991). Sur la focalisation lexico-pragmatique, voir aussi Boyer (1987a) et Boyer (1987c).

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search