Version classiqueVersion mobile

L’âge du Fer en Basse-Normandie. Gestes funéraires en Gaule au Second-Âge du Fer. Volumes I et II

 | 
Philippe Barral
, 
Bernard Dedet
, 
Fabien Delrieu
, 
et al.

Volume I. L’Âge du fer en Basse-Normandie. thème régional

Les sites fortifiés de hauteur de La Tène finale en Basse-Normandie

Pierre Giraud, Cyril Marcigny, Anthony Lefort, François Coupard, Xavier Bernardeau, Paul-André Besombes, Fabien Delrieu, Hervé Duval, Emmanuel Ghesquière, Anthony Mallet, Anne Loïse Manson, Sophie Quevillon, Cécile Riquier, Xavier Savary et Alexandre Simon

Résumé

Nous pouvons retenir neuf sites attribuables à La Tène finale parmi les cinquante-neuf sites fortifiés de hauteur répertoriés en Basse-Normandie. Parmi eux, six sont considérés comme des oppida avec des dimensions comprises entre 20 et 167 hectares. Les trois derniers semblent correspondre à de petites agglomérations dont la superficie ne dépasse pas 7 hectares. Les informations, souvent modestes, concernant ces sites, restent généralement cantonnées à l’étude du système défensif. Les travaux archéologiques entrepris récemment, notamment dans le cadre d’un PCR, comble progressivement les lacunes de nos connaissances sur ces premiers sites urbains.

Texte intégral

1. Introduction

1Parmi la soixantaine de sites fortifiés de hauteur répertoriés en Basse-Normandie moins de 25 % ont fait l’objet d’une opération archéologique. Il s’agit le plus souvent de sondages ponctuels, parfois de très petites dimensions. Pour huit sites de hauteur, les investigations archéologiques ont été plus importantes, la moitié d’entre eux s’inscrit d’ailleurs dans le programme collectif de recherche « Les sites fortifiés protohistoriques de hauteur en Basse-Normandie » mis en place fin 2006.

2Pour la grande majorité de ces sites, nous pouvons seulement faire le constat de la présence d’une fortification. Il s’agit principalement d’éperons rocheux comprenant un rempart de barrage formé d’un talus encore visible, ou dont seuls un ou plusieurs fossés ont été repérés lors de campagnes de photographies aériennes. Certains sites correspondent cependant à des rebords de plateau ou des collines délimitées par une enceinte. Pour une grande part des sites fortifiés de hauteur du Calvados, nous disposons d’une documentation étoffée et de relevés topographiques grâce aux travaux de prospection réalisés par Philippe Bernouis et Guy San Juan dans les années 1990.

3Une attribution chronologique, parfois incomplète, est possible pour un petit nombre d’entre eux : l’essentiel de ceux qui ont été sondés (certains n’ont pas livré de mobilier), ceux sur lesquels du mobilier a été mis au jour lors de prospections ou de découvertes fortuites et enfin ceux dont certaines caractéristiques sont généralement imputées à une période (grande surface, présence de fiches de murus gallicus, …)

4Les sites fortifiés de hauteur attribuables à La Tène finale restent pour l’instant peu nombreux (fig. 1). Ils comprennent quelques sites de plus de 10 hectares, à remparts de contour, comme « le Mont Canisy » à Benerville-sur-Mer (14), « le Mont Castre » au Plessis-Lastelle (50). L’oppidum de Castillon (14) en pays baïocasse possède un rempart de barrage sondé dans les années 1960 ; un trésor monétaire gaulois y a été découvert. L’oppidum du « Châtellier » au Petit Celland (50) a fait l’objet de campagnes de sondages par Sir Mortimer Wheeler (Wheeler et Richarson 1957). Un des remparts vitrifiés du site de La Courbe (61) a été sondé dans les années 90, le mobilier mis au jour confirme son attribution à La Tène finale. Quatre sites occupés à La Tène finale ont fait l’objet d’interventions archéologiques dans les années 2000-2010. Il s’agit de l’oppidum du « Castellier » à Saint-Désir/Saint-Pierre-des-Ifs, d’Exmes « L’éminence d’Exmes, de Commes « Le Mont Cavalier » et du « Mont Castel » à Port en Bessin/Commes.

5Il est possible de classer ces neufs sites en trois groupes principaux. Les oppida dits capitales sont représentés, on les retrouve le plus souvent en position centrale des territoires de certains peuples. C’est le cas de quatre oppida : celui des Lexoviens, « Le Castellier » à Saint-Désir/Saint-Pierre-des-Ifs (14), avec ses 167 ha, l’oppidum de Castillon « la Butte » chez les Baïocasses (env. 35 ha), celui du « Châtellier » au Petit-Celland (22 ha) chez les Abrincates et « Le Mont Castre » des Unelles (environ 20 ha). Deux sites côtiers pourraient entrer dans la catégorie des oppida secondaires celui du « Mont Canisy » à Bénerville-sur-Mer avec une surface d’environ 25 ha et « Le Mont Castel » à Port-en-Bessin/Commes (17 -18 ha).

Fig. 1 : localisation des sites fortifiés de hauteur attribués à La Tène finale, d’après des documents DRAC Basse-Normandie, (DAO M.-A. Rhomer, CG14).

6Une série de sites fortifiés de dimensions plus modestes est également attribuable à la même période. Il s’agit d’Exmes (61) d’une surface de 7 ha, « Le Mont Cavalier » à Commes (14) dont l’aire interne mesure 4,7 ha et « Le Haut du Château » à La Courbe (61) d’environ 2,5 ha.

2. Les sites fortifiés laténiens de moins de 10 hectares

7La surface de la majorité des sites fortifiés de hauteur inventoriés pour la région Basse-Normandie est comprise entre 700 m2 et 8 ha (plus de 80 %). Il est fort probable que beaucoup de ces sites ont été occupés à La Tène finale. En l’état actuel de la recherche archéologique, seuls ceux d’Exmes, de Commes et de La Courbe semblent fournir suffisamment d’éléments pour être attribués à la fin de la période gauloise.

2.1. La Courbe « Le Haut du château » par François Coupard

8Le site de La Courbe « Le Haut du château » est situé dans le département de l’Orne, dans la partie centrale du territoire des Esoviens. Il est implanté sur une plateforme protégée par d’importants abrupts au niveau du resserrement d’un méandre de l’Orne (fig. 2). Cinq remparts distincts ont été repérés depuis le début du XIXe siècle. Un relevé précis des lieux a été réalisé en 1962 par L. Drouel et J. Hairie (fig. 3). Corinne Peuchet, lors de deux opérations archéologiques en 1986 et 1988, a mené des investigations sur le système défensif du site. Les deux talus de terre les plus modestes correspondent à l’occupation médiévale et moderne du lieu. Les deux remparts les plus imposants, comprenant des blocs de schiste vitrifiés ont pu être attribués à l’occupation de la fin de La Tène. Ils fortifient la plateforme de près de 2,5 ha qui constitue l’aire interne. Chacun comprend un fossé côté extérieur. Les trois sondages ont été réalisés, en 1986 et 1988, de part et d’autre du rempart sud dont la hauteur atteint 6 m. Ils permettent de montrer la complexité de la structure avec un parement interne conservé sur plus de 1 m et précédent une masse de roches vitrifiées surmontée par des niveaux plus ou moins stables. La partie supérieure semble correspondre à des recharges successives de la fortification, certaines couches comprennent également des roches vitrifiées probablement issues d’effondrement de l’état antérieur. Une grande part du mobilier mis au jour provient de ces niveaux. D’après Corinne Peuchet, un dépôt d’objets, issu d’une structure excavée dans le talus, comprend notamment le catillus d’une meule, un vase à pied et un lot d’outils en fer (faux, croc, pelle ferrée). La céramique recueillie lors de ces deux campagnes correspond à des productions de La Tène D2 ; les décors de double cannelures de fins cordons sont en effet fréquents sur les sites régionaux du milieu du Ier siècle av. J.-C. comme sur le site fortifié d’Exmes (61).

9La question de l’occupation de la totalité du méandre s’est posée ; sa surface est de l’ordre de la vingtaine d’hectares. Le site se trouve au centre du territoire attribué au peuple esuvien sur lequel nous n’avons pas encore découvert de véritable oppidum chef-lieu de cité. La disposition des deux remparts à fossé externe, fermant l’aire la mieux protégée par les pentes abruptes, plaide pour une occupation restreinte à l’espace de 2,5 ha qui se prolongerait au moins jusqu’au Moyen Âge.

2.2. Exmes, « L’éminence d’Exmes » par Cyril Marcigny

10Le bourg d’Exmes est implanté sur un éperon naturel (fig. 4, fig. 5), recouvert d’argile à glauconie et de calcaire, encadré par les vallées de la Vie et de la Dives, dans le département de l’Orne. Il s’est développé sur un étroit promontoire aux flancs abrupts à l’ouest, au nord et à l’est. Cette position topographique privilégiée explique pour partie le rôle historique qu’a joué Exmes depuis la Protohistoire.

11Le potentiel archéologique du site d’Exmes est connu depuis le XIXe siècle grâce aux travaux des antiquaires normands et en particulier L.-S. de Colleville qui s’est intéressé, dans un article publié en 1835, au passé antique de la région et à la place du site lors de la Conquête (très tôt le site est considéré comme un oppidum). Si pendant la première moitié du XXe siècle l’importance d’Exmes est reconnue de tous et fait l’objet d’une importante littérature (par A. de Caumont, A. Chollet, H. du Motey ou P. Villatte ; Bernouis 1999), aucune exploration archéologique n’avait permis de valider ce qui n’était alors que des hypothèses reposant en grande partie sur la position topographique de cette commune et sur la présence d’un puissant rempart de 200 m de long, connu sous le nom de « Cavaliers d’Exmes » (fig. 6). Le rempart de près de 5 m de haut encore visible en élévation est précédé d’un fossé de 8 m de largeur. Il sépare le bourg du faubourg.

Fig. 2 : le site fortifié du « Haut du Château » à La Courbe (DAO A. Mallet, CG14).

Fig. 3 : détail des fortifications de La Courbe, d’après Hairie et Drouelle 1962 (DAO A. Mallet, CG14).

12Il faudra attendre la seconde guerre mondiale pour que R. du Mesnil du Buisson se décide à mener une campagne de sondages sur la place du Marché. En 1939, la guerre contraint R. du Mesnil du Buisson à stopper ses fouilles en Orient et à rejoindre la demeure familiale à Champaubert en contrebas de l’éperon d’Exmes. En 1944, il décide de se consacrer à l’histoire de sa région et ouvre un chantier important sur la nécropole mérovingienne de Fel et plusieurs sondages à Exmes dans les rues de la ville, autour de l’église et sur la butte du château. R. du Mesnil met en évidence la présence d’occupations multiples dont les plus anciennes remontent au Néolithique (nombreux silex, quelques éclats, un nucléus), puis à l’époque gauloise (« cabanes », torchis, ) et au début de la Conquête (nombreuses céramiques, amphores, …). Il précise aussi la chronologie de l’église d’Exmes (Du Mesnil du Buisson 1949 et 1977).

13À l’issue de cette première phase de fouilles, le site d’Exmes est considéré par tous comme un oppidum, probable capital des Esuvii, peuple cité plusieurs fois par César. Oppidum qui après la conquête serait devenu une ville antique dont R. du Mesnil du Buisson a restitué la trame viaire (très hypothétique) à l’occasion d’un nivellement du site avec l’aide de l’IGN (IGN 1944).

14En 1990, le site fait l’objet d’une nouvelle approche archéologique (surveillances de travaux conduites par le service régional de l’Archéologie – P. Couanon - et par un contractuel du Conseil général de l’Orne – C. Marcigny -) lors de travaux d’assainissement. Ces travaux ont concerné l’ensemble de la commune et ont permis de préciser la succession des occupations antiques et en particulier le quasi abandon du site dans la deuxième moitié du Ier siècle (mettant à mal les hypothèses de R. du Mesnil du Buisson sur la trame viaire de la cité antique ; Couanon et al. 1992). Des niveaux plus anciens, attribués à l’Âge du fer, ont été juste effleurés lors de cette opération préventive et le potentiel du site pour les époques les plus reculées restait inconnu.

Fig. 4 : localisation de la place du marché à Exmes sur la carte archéologique de R. du Mesnil du Buisson, carte mise en relief d’après les courbes (IGN 1944) par L. Vipard (Inrap).

Fig. 5 : vue générale du bourg d’Exmes avec, au centre, la place du marché et, à droite, le rempart des Cavaliers d’Exmes (Cl. Paitier H., Inrap).

Fig. 6 : modélisation de la topographie d’Exmes. L’étoile indique l’emplacement des sondages de 2006 (DAO, L. Vipard, Inrap).

Fig. 7 : implantations des ouvertures de fouilles et des sondages jusqu’au substratum en hachuré sur le plan (DAO, E. Gallouin, Inrap).

15En 2006, de nouveaux travaux sur la place de l’église ont motivé la réalisation d’un diagnostic archéologique mené par les équipes de l’Inrap sous la conduite d’E. Ghesquière et C. Marcigny. Cette nouvelle opération a permis de compléter les données de 1990 et de préciser le rythme des occupations sur cet éperon, du Bronze final à l’actuelle. Elle a surtout permis de soumettre au test archéologique les hypothèses émises par R. du Mesnil du Buisson sur la fréquentation du site à la fin de l’Âge du fer. En effet, les opérations anciennes avaient bien détecté une occupation datée de La Tène D mais les indices étaient maigres et ne permettaient pas d’aller assez loin dans l’analyse. La réalisation de sondages profonds sur la place du Marché a eu donc pour objectifs de saisir la totalité des séquences chrono-stratigraphiques encore conservées et de tenter, dans le cadre de la réalisation d’une fenêtre de fouille, de dégager suffisamment de structures pour comprendre le type de structuration de l’espace mis en œuvre à Exmes entre la fin de l’Âge du fer et le début de l’Antiquité (fig. 7).

16Durant cette tranche chronologique, les structures les plus anciennes sont datées de La Tène D1/D2a. Elles ont été mises en évidence dans toute la moitié nord-est de la place (fig. 8). Elles apparaissent à des hauteurs différentes sous le sol actuel. Dans la tranchée 2/10, elles apparaissent à 1,30 m, et vers 1,40 m ou 1,50 m dans les tranchées 9 et 15 et jusqu’à 1,70 m dans la tranchée 3/11. Le mobilier céramique et osseux, découvert en niveaux, est important, bien que très fragmentaire. La céramique est exclusivement non tournée. Les pâtes sont glauconieuses et très mal conservées, aucune restitution graphique ne peut donc être proposée, tout au plus peut-on signaler que quelques fragments de panse semblent décorés au lissoir.

17Les structures mises en évidence sont de deux types : des fosses circulaires de 0,80 m à 1,50 m mètre de diamètre (trous de poteau ? fosses ?) et de grandes structures rectangulaires comportant des tranchées de fondation. L’organisation générale des structures ne permet pas d’aller très loin au niveau interprétatif, on peut souligner leur forte densité.

18Fréquemment associées aux fosses rectangulaires, de nombreuses plaques foyères ont été trouvées parfois encore en place et presque complètes, bien que leur prélèvement se soit avéré pour le moins délicat. Il s’agit de plaques d’argile de 3 cm d’épaisseur moyenne, soigneusement façonnées et lissées. Certaines sont de forme circulaire (ou demi-circulaire) à bords relevés, d’une quarantaine de centimètres de diamètre. D’autres sont rectangulaires, à bord plat, et mesurent environ 40 cm de longueur sur 30 de largeur.

19Au-dessus de ces niveaux, de nouvelles structures datées de La Tène D2b/augustéen apparaissent sous la forme de taches de limon très anthropisé, affectant de petites ou de grandes surfaces et présentant de façon systématique du mobilier céramique et osseux (fig. 9). La hauteur d’apparition des structures change suivant les tranchées, du fait du pendage général de la place qui a fluctué au fur et à mesure des aménagements. Les structures apparaissent ainsi à 1,35 m dans les tranchées 9bis et 15 et vers 1,15 m dans la tranchée 2/10.

Fig. 8 : Exmes, « place du marché », plan masse des structures datées de La Tène D2a (DAO, E. Gallouin, Inrap).

20Les structures sont réparties de la même manière que pour la période directement antérieure, avec une densité plus importante dans la moitié est de la place.

21Elles sont aussi typologiquement très proches. On retrouve des structures circulaires mais de diamètre moins important (de 0,30 à 0,50 m). Par ailleurs, l’association de trois structures de ce type à l’extrémité sud de la tranchée Tr. 10 évoque l’extrémité d’un bâtiment sur poteaux porteurs incomplet (St. 3, 4 et 11 de la fig. 9), peut-être un grenier.

22Les fosses circulaires ou ovalaires de 0,80 à 1,50 m de diamètre sont aussi bien représentées. Leur contenu, très anthropisé, livre quantité d’ossements et de tessons de céramique et des petits blocs de pierre brute. Une fosse (Tr. 2/10, St. 7) a livré un lot d’objets en fer (herminettes, émondoir, épée) et un ensemble d’anneaux divers en bronze.

23Sur les deux structures de combustion, une seule présente un plan complet (Tr. 2/10, St 10). Il s’agit d’une fosse bilobée de 1,40 m de longueur et 1,10 m de largeur au maximum. Le contour de l’extrémité nord de la fosse, circulaire et de 0,70 m de diamètre, est rubéfié. Le remplissage au niveau du décapage est fortement anthropisé, comme pour les autres fosses. La configuration de cette structure présente toutes les caractéristiques des petits fours de type domestique, sans certitude toutefois car elle n’a pas fait l’objet d’une fouille dans le cadre du diagnostic.

24Des grandes structures quadrangulaires ont aussi été reconnues avec un exemplaire complet et trois autres probables. L’exemplaire complet (Tr. 3, St. 1) mesure 3,20 m de longueur sur 1,60 m à 1,80 m de largeur. De plan légèrement trapézoïdal, elle s’enfonce à partir du niveau -1,20 m. Sa profondeur totale est de 0,70 m de profondeur. Ses parois sont sub-verticales et son fond est plat. Un gros bloc calcaire est présent dans le remplissage, en même temps que de nombreux ossements de faune, de la céramique et une monnaie augustéenne (atelier de Lyon 2, 13-14 ap. J.-C.). Deux petites structures circulaires sont disposées sur le côté est de la fosse, pratiquement accolées à elle (St. 2 et 3). Trois structures comportant plusieurs points de comparaison avec la St. 1 de Tr. 3 ont été mis en évidence dans la partie sud de la tranchée 2/10 (St. 9 et 13).

25La présence de mobilier particulier est à noter. Dans la tranchée 3, il s’agit d’une perle en verre bleu et d’un élément de mors en bois de cerf. Cette couche renferme ainsi la plupart des éléments de tradition gauloise (armements et monnaies) mis en évidence dans le diagnostic.

26De nombreuses monnaies ont été découvertes dans les niveaux de la fin de l’Âge du fer et du début de l’Antiquité (étude P.-A. Besombes, MCC). Ce mobilier témoigne du rôle économique que devait jouer le site. Les monnaies gauloises ont été retrouvées en nombre conséquent (25 exemplaires) et dominent largement un monnayage romain précoce (9 monnaies). Le numéraire gaulois se répartit en deux statères, une drachme, cinq bronzes frappés et dix sept bronzes coulés (potins). D’une manière générale, la composition du lot évoque une circulation monétaire post-conquête : absence de monnaies en métal précieux de bonne qualité, grand brassage de monnaies de provenances très diverses.

Fig. 9 : plan de masse des structures datée de La Tène D2b (DAO, E. Gallouin, Inrap).

27La composition du lot gaulois montre que le site était dans la zone d’influence carnute : les frappes carnutes, avec sept monnaies, dominent nettement. Le reste du numéraire gaulois se répartit entre une multitude de peuples différents mais on remarquera que seules deux monnaies appartiennent à un peuple de l’Ouest (Baïocasses), le reste du numéraire étant issu de peuples du centre et centre-est de la Gaule.

28Enfin, un lot de godets à sel a également été mis en évidence, répartis dans tous les secteurs de la place à partir du moment où les niveaux La Tène D2b/augustéen ont été mis en évidence. Dix-sept fragments de bord et deux fragments de fond ont été restitués graphiquement. Ils sont de formes cylindriques à lèvre épaissie par un bourrelet rajouté à l’intérieur du récipient. Ils s’inscrivent typologiquement entre les formes cylindriques à bord droit non épaissi datées de La Tène D1/D2a (Carpentier et al. 2006) et les formes tronconiques à bord épaissi datées de la période augustéenne.

29À l’issue des sondages, beaucoup de questions restent en suspens sur ces niveaux compris entre La Tène finale et le début de l’Antiquité. Le diagnostic archéologique n’avait en effet pas pour objet principal de caractériser le type d’occupation (même si l’organisation générale des structures devait être observée) mais de préciser le niveau d’apparition des couches archéologiques et de reconnaître la stratigraphie de ces niveaux en plusieurs points de la place du Marché. La fouille des structures a donc été très limitée et les interprétations restent donc conjoncturelles. Il est toutefois possible de tirer quelques conclusions sur le type de structuration de l’espace rencontré.

30L’occupation dense de la place semble commencer au cours de La Tène D1/D2a et se poursuivre jusqu’à l’époque augustéenne. Le mobilier prélevé dans les niveaux, qui se succèdent sur environ un mètre d’épaisseur, est abondant et relativement diversifié. Il comprend peu de céramiques (à l’exception des godets à sel, particulièrement nombreux, et des amphores), des outils domestiques (outils en fer, plaques foyères, …), de nombreuses monnaies et, plus rares, quelques armes.

31Pour ce qui est des structures, de probables tranchées de fondation, contenant éventuellement des sablières basses, ont pu être distinguées dans l’horizon daté de La Tène D1/D2a. Bien qu’aucune construction entière n’ait pu être identifiée, la structure 28 de la tranchée 2/10 et la structure 4 de la tranchée 15 peuvent donner une idée de la longueur et de la largeur de tels bâtiments. Dans le secteur où des décapages plus importants ont permis une meilleure vision de l’occupation de la place (quart nord-est), ces structures occupent assez densément la surface et paraissent dessiner un réseau régulier. Les autres types de structures (trous de poteau, fosses, …) sont plus ou moins abondamment réparties sur la surface fouillée. Leur fonction n’est pas clairement établie mais leur contenu détritique est par contre bien attesté (la plupart de ces structures n’ont pas été fouillées). L’occupation (ou les occupations) de La Tène D2b/augustéen ne peut pas être comprise non plus à partir des rares éléments fouillés lors des sondages. Les grandes structures rectangulaires excavées (St. 13 de la tr. 2/10 et St. 1 de la tr. 11), au moins celle entièrement décapée, peuvent être interprétées comme l’emplacement probable d’un bâti, d’une cave ou d’un vide sanitaire, surmonté d’une éventuelle superstructure. Les structures circulaires mises en évidence autour de St. 1, par exemple, peuvent correspondre aux trous de poteaux d’une telle architecture. On retrouve aussi durant cette période des tranchées de fondation dont l’orientation est similaire à la phase précédente (St. 10 et 9 de la tr. 2/10). Les autres fosses découvertes témoignent d’une vocation domestique (en particulier les fours) de la moitié nord de la place.

32L’ensemble de ces découvertes prend place dans un contexte particulier puisque nous nous trouvons à proximité du puissant rempart qui jouxte notre zone de fouille. Il est bien sûr délicat de confirmer ou d’infirmer les hypothèses en cours sur la possibilité d’un oppidum à Exmes (en particulier en l’absence d’exploration du rempart). Toutefois les données obtenues témoignent d’une occupation dense et structurée de l’espace de l’éperon à la fin de l’Indépendance et durant la mise en place de l’autorité romaine. Cette occupation ne paraît d’ailleurs pas appartenir à un type classique d’habitat rural. Les constructions sur sablière adoptent un plan raisonné, la présence d’armes défensives et finalement les activités artisanales nous renvoient à des types de sites connus, centres de pouvoir et de redistribution de certaines richesses (Fichtl 2000).

33Si la surface interne de l’éperon d’Exmes semble être aujourd’hui mieux connue, il reste maintenant à réaliser des sondages sur le rempart lui-même de manière à corréler les données chronologiques obtenues sur les diverses occupations et la construction puis l’entretien de cet ouvrage défensif.

2.3. Commes, « Le Mont Cavalier » ou « Butte d’Escure » par Pierre Giraud

34Le « Mont Cavalier » ou « Butte d’Escure » est localisé sur la commune de Commes. Il s’agit d’un site fortifié installé sur un éperon calcaire aux pentes escarpées dominant la vallée de l’Aure (fig.10). Un important rempart de plus de 6 m de hauteur barre l’accès au plateau. Le talus mesure actuellement 55 m de largeur, près de 150 m de longueur et comprend au sommet un aménagement plus resserré, d’environ 1,5 m de hauteur (fig. 11). La surface de l’aire enclose atteint un peu plus de 4,7 ha. Cet éperon peut être divisé en deux parties séparées par un petit vallon sec. La surface de l’aire enclose n’est pas plane, toutefois un large replat est présent au sud-est et un autre assez étroit est situé le long de la limite nord du site. Entre les deux, le pendage peut être assez fort, notamment dans le deuxième « lobe ». Les altitudes enregistrées sur le site sont comprises entre 65 m NGF et 55 m NGF.

Fig. 10 : vue du « Mont Cavalier » à Commes (Cl.G. San Juan, CG14).

Fig. 11 : vue du rempart de barrage du « Mont Cavalier » à Commes (Cl. G. San Juan, CG14).

Fig. 12 : restitution de la fortification de barrage du « Mont Cavalier » à Commes (DAO F. Coupard, P. Giraud).

Fig. 13 : vue du sondage dans le rempart de barrage, Commes (Cl. P.Giraud, CG14).

35Ce site n’a pas fait l’objet d’opération de sondage avant 2007 ; une attribution à la fin de l’Âge du bronze ou au début du Premier Âge du fer de la fortification était proposée en raison de la mise au jour de dépôts de haches en bronze dans les environs. La carte archéologique signale également la découverte de mobilier métallique et de monnaies gallo-romaines sur le « Mont Cavalier », sans préciser leur localisation sur le plateau.

36Une première opération de sondage a été réalisée en 2007 dans le cadre du PCR sur les sites fortifiés protohistoriques de hauteur en Basse-Normandie. Elle avait pour objectif d’apporter des éléments de datation de la ou des occupations de cet éperon. Nous avons recueilli quelques indices d’activité humaine dès le Néolithique ou l’Âge du bronze avec la présence dans un niveau inférieur d’un épandage de charbon de bois et de terre rubéfiée associé à un peu de matériel lithique. L’installation suivante est identifiée par un lot conséquent de céramiques attribuées au Hallstatt D (VIe-Ve siècles), découvert dans la partie occidentale de l’éperon. Le système défensif du site, d’après les informations récoltées lors de cette intervention, apparaît assez tardif, contrairement aux hypothèses émises jusqu’à présent. En effet les couches fossilisées par la fortification, ainsi que les niveaux correspondant au rempart ou à des colluvions qui en sont issues, ont livré du matériel attribuable à La Tène finale parmi lequel des fragments d’amphores républicaines et de la céramique de type Besançon. La chaussée de galets d’environ 2 m de largeur, localisée dans trois sondages, probablement de la fin de la période gauloise, devait sans doute longer l’enceinte sur la totalité de son tracé.

37En avril 2009, la deuxième campagne de sondages sur ce site avait pour objectif de recueillir des informations sur la facture de la fortification de barrage. Plusieurs sondages ont été réalisés sur la partie externe du rempart (transversalement au talus) et au niveau de l’accès actuel de l’éperon.

38Deux états de la fortification ont été relevés (fig. 12). Le premier correspond à un rempart massif en sédiment argileux, d’environ 2,5 m de hauteur, à palissade sommitale. Les empreintes des poteaux de la palissade, très bien conservées, sont espacées d’environ 40 cm (fig. 13). Le second état correspond à un renforcement de la fortification par la construction d’un talus massif en sédiment calcaire englobant le premier rempart et par le creusement d’un important fossé à l’avant du barrage (entre 18 et 20 m de largeur). Ce nouveau talus, avec son renforcement sommital, dépassait probablement 7 m de hauteur. Les matériaux marno-calcaires utilisés pour sa construction sont très instables, c’est pourquoi le rempart a été stabilisé par des enrochements comprenant des blocs calcaires de plusieurs centaines de kilogrammes.

Fig. 14 : mobilier du « Mont Cavalier » à Commes (dessins A. Cocollos, CG14).

Fig. 15 : proposition de restitution de la 1ère phase du rempart, le « Mont Cavalier » à Commes (DAO C. Riquier, CG14).

Fig. 16 : proposition de restitution de la dernière phase du rempart, le « Mont Cavalier » à Commes (DAO C. Riquier, CG14).

39Les sondages réalisés au nord du rempart de barrage sont riches d’informations. L’actuel chemin d’accès à l’éperon est une création récente. Les niveaux de l’âge du Fer, situés dessous, suivent un pendage important. Un niveau de circulation a été repéré partiellement sous le deuxième état du rempart, il s’agit d’un chemin en terre argileuse caillouteuse. Il pourrait correspondre à l’accès au site contemporain du premier état de la fortification. Nous avons coupé un talus de terre et de sédiment marno-calcaire qui devait faire la jonction entre le rempart de contour au nord et le rempart de barrage. Cette structure fossilise un niveau d’occupation comprenant des zones rubéfiées (foyer ?) probablement contemporaines du premier rempart.

40Le mobilier recueilli lors de cette campagne provient uniquement des sondages réalisés au niveau de l’accès actuel, au nord du rempart de barrage. Les artefacts ont été mis au jour en surface du « sol » recouvert par les matériaux marno-calcaires du renforcement de la fortification (état 2) et dans les sédiments utilisés pour le petit talus de l’enceinte (fig. 14). On compte un peu de mobilier résiduel : quelques pièces en silex et des fragments de céramiques attribuables au Premier Âge du fer.

41L’essentiel des céramiques mises au jour appartient à des productions de la fin de La Tène finale (milieu du Ie siècle av. J.-C.). Les amphores vinaires républicaines sont bien représentées avec une vingtaine de fragments.

42La quantité d’objets métalliques mis au jour est plutôt élevée au regard de la surface fouillée du site. Cet ensemble comprend trois fragments de bracelets en alliage cuivreux dont un décoré d’incisions, une perle et une attache de ceinture également en bronze. Une courte section d’un bracelet en verre brun noir a également été découverte dans l’un des sondages.

43Ces deux interventions archéologiques permettent de proposer une hypothèse de restitution du système défensif (fig. 15, fig. 16). Les occupations antérieures à la fin de l’Âge du fer, signalées lors de l’opération de sondage de 2007, sont confirmées par la présence de mobilier en position résiduelle au niveau du rempart de barrage. D’après l’analyse des vestiges mis au jour nous pouvons attribuer les deux états de la fortification de barrage identifiée à La Tène finale. Le deuxième état correspond à un renforcement important du rempart vers le milieu du Ier siècle avant notre ère : le talus est alors surélevé de plus de 5 m, probablement avec les matériaux extraits du creusement d’un large fossé à l’avant du barrage. Dans le même temps, le pourtour du site est fortifié et le chemin de ronde est aménagé. Les questionnements sur ce site sont encore nombreux. Les systèmes défensifs pour les occupations anciennes, s’il y en a, n’ont pas pu être appréhendés. Le statut de ce site à La Tène finale reste à définir ; s’agit- il d’un petit habitat groupé (4,7 ha seulement), d’un habitat aristocratique, d’une place forte contrôlant l’accès à la mer (Port-en-Bessin) ou même d’un sanctuaire ?

44Les conditions de l’abandon de cet éperon n’ont pas, non plus, pu être établies. Rappelons qu’aucun mobilier d’époque gallo-romaine n’a été mis au jour lors des deux campagnes de sondages.

45Le renforcement important du rempart de barrage a, semble-t-il, fossilisé tous les niveaux d’occupations antérieures sur une surface importante, probablement plus de 3500 m2. On peut donc s’attendre à une conservation exceptionnelle des vestiges recouverts par le deuxième état de la fortification.

3. Les oppida

3.1. Bénerville-sur-Mer, « Le Mont Canisy » (fig. 17) par Pierre Giraud

46« Le Mont Canisy » domine la Manche à 110 m d’altitude. Il est répertorié comme site fortifié de hauteur grâce à la mention d’une enceinte en terre dans les mémoires de la Société des Antiquaires, (De Caumon et al., 1835). Une prospection sur place dans le cadre du PCR « Les sites fortifiés protohistoriques de hauteur en Basse-Normandie » a permis de confirmer le potentiel de ce site.

Fig. 17 : vue du « Mont Canisy » à Bénerville-sur-Mer, sur orthophotoplan CG14.

47Un micro relief de quelques dizaines de centimètres est perceptible sur le pourtour de l’extrémité du plateau ainsi qu’au niveau d’un resserrement de ce dernier (barrage ?). Ce type d’anomalie trouve des similitudes avec celles repérées sur le pourtour de l’oppidum du Castellier que des sondages ont révélé être les vestiges érodés du rempart d’enceinte. La surface de l’aire interne ainsi définie avoisine 25 ha, le classement de ce site comme potentiel oppidum côtier paraît donc logique. L’intervention archéologique prévue sur ce site à la fin de l’année 2010 permettra sans doute de récolter des données plus précises sur ce probable oppidum côtier.

3.2. Port-en-Bessin/Commes, « le Mont Castel » par Anthony Lefort

48Le Mont Castel se trouve à cheval sur les communes de Port-en-Bessin-Huppain et de Commes sur la côte du Calvados à une dizaine de kilomètres au nord-ouest de Bayeux. Le site, dominant Port-en-Bessin, d’environ 50 m, est un plateau côtier d’environ 20 ha surplombant la Manche à pic côté nord et descendant en une pente douce au sud vers une vaste plaine de 400 ha, séparée du reste du Bessin par des collines culminant à environ 70 m d’altitude. Le village actuel de Port-en-Bessin est implanté au nord de cette plaine installée au pied du plateau dans une anfractuosité naturelle et baignée par l’embouchure de la Drôme, qui sépare la falaise du Castel à l’est de la falaise d’Huppain à l’ouest. Une brève interruption du relief au sud forme un goulet entre l’éperon barré du Mont Cavalier (Commes, cf. infra) et le Mont Cauvin ; elle constitue le seul point d’accès depuis la plaine du Bessin environnante. Ce point de passage sera par la suite emprunté par la voie romaine en provenance de Bayeux, aujourd’hui pérennisée par le tracé de la D 6. Aujourd’hui arasée, la ligne d’un rempart de contour demeure encore visible sur toute la bordure méridionale du plateau où il se manifeste sous la forme d’un micro-relief pouvant atteindre près de 0,5 m. Des vestiges de cette fortification sont également visibles au pied de ces micro-reliefs où l’on distingue très nettement une rupture de pente due à l’aménagement du rempart (fig. 18).

49De récents sondages réalisés sur et derrière le rempart, en mars 2010 viennent confirmer une occupation du plateau durant l’Âge du bronze et La Tène finale. Cette dernière période est représentée par un trou de poteau monumental ainsi qu’une fosse-cellier d’environ 2 m de diamètre pour une profondeur d’un mètre (fig. 19). Cette structure creusée dans le socle calcaire à livré un mobilier détritique particulièrement abondant où l’on dénombre plusieurs tessons d’amphores Dressel 1 et plus d’une vingtaine d’éléments métalliques parmi lesquels deux fibules en fer, deux monnaies en bronze frappées et plusieurs pièces pouvant appartenir à de l’armement (talon de lance, rivets de bouclier, élément de suspension d’épée).

50Le rempart, qui a pu être coupé dans son intégralité, est actuellement en cours d’étude et de phasage mais semble avoir été utilisé à la fin de l’Âge du fer. Malgré son démontage dans la première moitié du XIXe siècle (De Caumont 1857, p. 800-801), son élévation à partir du substrat est aujourd’hui d’environ 1,70 m. Dans sa partie sondée, il se présente sous la forme d’un rempart massif constitué de terre et de pierre sans poutrage interne ni poteaux frontaux. L’existence d’un parement encore visible avant sa destruction moderne semble attestée par la présence de nombreux blocs de calcaires réguliers qui ont basculé dans la pente (fig. 20). Afin d’augmenter le caractère ostentatoire de l’ouvrage, la pente de la falaise a été taillée en terrasse (fig. 21). Cette opération a par ailleurs permis d’obtenir la masse de terre et les blocs de pierres nécessaires à l’élaboration de la fortification.

Fig. 18 : « Mont Castel », élévation conservée du rempart du Mont Castel, vu depuis la plaine (Cl.A. Lefort).

Fig. 19 : « Mont Castel », fosse cellier mise au jour à l’arrière de l’enceinte (Cl. A. Lefort).

Fig. 20 : « Mont Castel », éboulement d’un probable parement dans la pente à l’avant du rempart (Cl. A. Lefort).

Fig. 21 : « Mont Castel », aménagement en terrasse taillé à l’avant du rempart (Cl. A. Lefort).

Fig. 22 : plan de l’oppidum du « Chastellier » au Petit Celland, d’après « La Guerre des Gaules de César » de Napoléon III (DAO A. Mallet, CG14).

Fig. 23 : localisation des fortifications du « Mont Castre », document DRAC Basse-Normandie.

51Cet oppidum a, selon toutes vraisemblances, fonctionné en association directe avec l’éperon barré du « Mont Cavalier » à Commes situé en vis-à-vis et où du mobilier contemporain a récemment été mis au jour (cf. supra).

3.3. Le Petit Celland, « Le Châtellier » par Xavier Bernardeau

52L’oppidum du « Châtellier » ou « Chastellier » se situe sur la commune du Petit Celland (Manche), au sommet d’une colline dans le bois du Châtelier, surplombant la vallée de la Sée. Localisé à la frontière de la péninsule bretonne, du Cotentin et des zones continentales, son emplacement est stratégiquement très favorable.

53Il s’agit du seul oppidum à murus gallicus identifié dans le département de la Manche. Il a fait l’objet de plusieurs fouilles entre le milieu du XIXe siècle et le milieu du XXe siècle. Les plus connues restent celles de Sir Mortimer Wheeler, dont les résultats des fouilles de 1938 et 1939, furent publiés dans son célèbre ouvrage « Hillforts of Northern France » (Wheeler et Richarson 1957). Il fut identifié en 1866 par Napoléon III dans son ouvrage « La Guerre des Gaules de César » comme le camp occupé par les légions du légat Sabinus lors de son expédition contre les Unelles dirigés par Viridorix, qu’il aurait affronté à quelques kilomètres de là, en bordure de la Sée (Napoléon III 2001). C’est à cette occasion qu’un premier plan du site fut réalisé (fig. 22). La fortification correspond à une enceinte de contour constituée d’un rempart de type murus gallicus, associé à un fossé, courant sur environ 1300m et englobant une superficie enclose d’environ 22 ha. L’enceinte est renforcée naturellement sur les faces nord, sud et ouest par des falaises abruptes, l’entrée principale se situe sur la seule pente douce côté est. La fortification est encore aujourd’hui très bien conservée. L’aire interne a très peu été explorée si bien qu’aucune structure n’a jamais été clairement identifiée.

54Les datations du mobilier céramique et numismatique, mis au jour en 1938 et 1939, confirment une occupation majeure du site à la fin de La Tène finale. Certains éléments témoigneraient d’une implantation dès la fin de La Tène moyenne. Un inventaire du matériel archéologique, pour la plupart non publié, issu des fouilles de l’équipe de Wheeler est actuellement en cours.

3.4. Le Plessis-Lastelle, « Le Mont Castre » par Xavier Bernardeau

55Le site fortifié du « Mont Castre », ou « Grand Camp du Montcastre » ou encore « Camp de César », est localisé sur la commune de Plessis-Lastelle (Manche) à la limite avec celle de Lithaire.

56Il se situe en bordure d’un plateau au cœur de la forêt du Mont Castre (fig. 23).

57Mentionné par C.-A. de Gerville en 1854, puis par E. Renault en 1861, le site fut considéré comme celui qu’occupa le légat Sabinus lors de sa campagne en 56 avant notre ère contre les peuples de la région (De Gerville 1854, Renault 1866). Il correspondrait au lieu du combat remporté par Sabinus qui opposa les armées du lieutenant de César à celles du chef unelle Viridorix.

58Les travaux effectués en 1913 par le lieutenant Peres (Peres 1913) tendent à confirmer la thèse qui place ce site de hauteur dans le théâtre du combat de Sabinus contre Viridorix et ses alliés.

59Nous ne disposons d’aucun relevé précis du système défensif. Cependant, si le site a été très endommagé par les combats de la dernière guerre mondiale, les vestiges des fortifications gauloises sont encore observables sur certaines sections (fig. 24). La fortification de l’oppidum comprend deux enceintes. La première, de taille modeste, est implantée au nord-est du plateau et semble délimitée une petite élévation de terre. Une entrée principale a également été observée côté ouest. La seconde et principale enceinte englobe une superficie comprise entre 20 ha et 30 ha, ceinturant la partie haute du plateau sur plus de 2 km. Des observations récentes révèlent, par endroits, la présence d’un talus de plusieurs mètres associé à un large fossé. Une interruption du système défensif, au nord-ouest semble correspondre à l’entrée principale de l’oppidum. En revanche, l’hypothèse avancée de l’existence d’une entrée à chaque point cardinal, traditionnelle pour un camp romain, n’a pu être confirmée. Aujourd’hui, d’après la morphologie du site, il nous semble plus probable que le « Mont Castre » corresponde à l’oppidum principal des Unelles. Les rares découvertes de mobilier sur place témoignent d’une occupation gallo-romaine, la carte archéologique signale également la mise au jour d’une monnaie gauloise.

3.5. Le Castillon, « La Butte » (fig. 25) par François Coupard

60L’oppidum de Castillon est considéré comme le chef-lieu des Baïocasses. Il est implanté sur un promontoire bordé par la Drôme et des petits ruisseaux encaissés. Augustodurum, l’actuel Bayeux, est situé à seulement 11 km au nord-ouest.

61A. de Caumont puis M. Wheeler décrivent le Camp de Castillon (De Caumont 1857, Wheeler et Richardson 1957). En 1960, une opération archéologique menée par J. Gourvest permet d’obtenir une coupe du rempart et un relevé partiel de l’entrée de l’oppidum. Enfin, Ph. Bernouis et G. San Juan, dans les années 1990, réalisent une campagne de relevés topographiques du site (Bernouis et San Juan 1996).

62L’oppidum de Castillon est fortifié au sud par un important rempart de barrage, d’une longueur de 530 m dont une section d’environ 200 m est conservée sur 3,5 m de hauteur. Un micro-relief observable sur une partie du contour suggère l’existence d’une fortification de contour plus modeste.

Fig. 24 : vue du Mont Castre depuis l’extérieur (Cl.X. Bernardeau).

Fig. 25 : vue de l’oppidum de Castillon (Cl. G. San Juan, CG14).

63La coupe de J. Gourvest dans le rempart de barrage, située à proximité d’une entrée, révèle deux états différents de la fortification (fig. 26). Le premier comprend un talus en terre à parement externe en pierres sèches conservé sur 2 m de hauteur, renforcé par des poteaux verticaux. La présence de clous de grande taille semble indiquer un renforcement du dispositif par des poutres horizontales. Le second état se caractérise par un élargissement du rempart de plus de 6 m de large, il devient beaucoup plus massif. Le talus est précédé d’un fossé à fond plat d’une dizaine de mètres de largeur et de moins de 1,5 m de profondeur.

64L’entrée dégagée sur un seul côté correspond à un couloir dans le talus bordé par un parement, conservé sur une assise, avec des poteaux verticaux espacés de 2 à 3 m (fig. 27).

Fig. 26 : coupe du rempart de barrage de Castillon, d’après J. Gourvest 1960 (DAO A. Mallet, CG14).

Fig. 27 : relevés de l’entrée de l’oppidum de Castillon, d’après J.Gourvest 1960 (DAO P. Giraud, CG14).

65Aucune opération archéologique n’a jusqu’à ce jour été menée dans l’aire interne de cet oppidum, d’une surface de près de 35 ha. Notons toutefois la découverte de deux trésors monétaires gaulois, dans le village du Castillon : en 1841, 180 monnaies gauloises déposées dans un vase ont été mises au jour et, en 1958, 58 statères attribués aux Baïocasses ont été trouvés fortuitement.

3.6. Saint-Désir/Saint-Pierre-des-Ifs, « Le Castellier » (fig. 28) par Pierre Giraud

66L’oppidum du « Castellier » est situé 3 km au sud-ouest de Lisieux sur les communes de Saint-Désir et de Saint-Pierre-des-Ifs. Le site occupe le rebord d’un vaste plateau crayeux qui s’étend au nord entre les rivières de la Vie et de la Touques. Son territoire est limité au sud et à l’est par la vallée du Cirieux, ruisseau affluent de la Touques, et au nord-est par le petit vallon de la Barillière, aujourd’hui emprunté par la section sud-ouest du périphérique de Lisieux. Ce petit territoire de 200 ha est morcelé par deux petits vallons, le vallon de la Motte et celui de Malicorne.

67Ce site fortifié de hauteur a été identifié par A. de Caumont puis par M. Wheeler comme le principal oppidum des Lexovii. Il est localisé un peu près au centre du territoire supposé de ce peuple, couvrant l’actuel Pays d’Auge. Le monnayage lexovien est assez répandu ; pour exemple une monnaie a été trouvée à Villeneuve-Saint-Germain, une autre sur l’oppidum du Titelberg dans le Grand Duché du Luxembourg, quelques exemplaires auraient également été découverts en Allemagne.

68Jules César évoque ce peuple et probablement ce site dans la Guerre des Gaules (Guerre des Gaules, III, 17,3), lors de la campagne de 56 de Crassus Publius, les Lexoviens auraient fermé les portes de leur ville après avoir exécuté leurs sénateurs.

3.6.1. L’enceinte

69Le rempart a été observé en 1831 par A. de Caumont puis par L. de Neuville en 1879. Il n’est conservé que partiellement, le long de la limite ouest de l’oppidum (De Caumont 1831, De Neuville 1879). Ces deux érudits constatent, lors de destructions de tronçons du talus pour amender des terres, la présence de nombreuses fiches en fer et même d’empreintes de poutres en bois. Ces observations permettent d’attribuer cette fortification au type murus gallicus de La Tène finale. La surface du site dans les limites proposées par A. de Caumont en fait un des plus grands oppida du nord de la Gaule, avec près de 167 ha. En 1938-1939 M. Wheeler décrit des segments de rempart encore conservés sur 4 m de hauteur à l’ouest de la ferme de la Motte (actuel Haras de La Motte) et sur 2 m de hauteur au niveau de la place de la Guerre, au nord-ouest (Wheeler et Richardson 1957).

Fig. 28 : l’oppidum du « Castellier » à Saint-Désir/ Saint-Pierre-des-Ifs, sur orthophotoplan CG14 (DAO M.-A. Rhomer, P. Giraud, CG14).

Fig. 29 : coupes dans le rempart d’enceinte de l’oppidum du « Castellier » (DAO A. Cocollos, P. Giraud, CG14).

70En 1996, Philippe Bernouis et Guy San Juan ont réalisé une série de relevés topographiques, dans le cadre d’une prospection thématique concernant les sites fortifiés de hauteur du Calvados (Bernouis et San Juan 1996). Le rempart marquant la limite ouest du site est par endroit assez bien conservé, notamment, au niveau du lieu-dit « La Place de la Guerre » où un fossé externe est encore perceptible.

71La limite nord du site est délimitée par d’importantes ruptures de pente en direction de la vallée de la Barillière. Mais, à part quelques petites élévations de terre, aucun relief depuis le côté interne de l’oppidum ne témoigne encore de l’existence du talus.

72Nous avons étudié deux coupes du rempart : la première en 2005, côté ouest de l’enceinte, et la seconde en 2006, côté nord (fig. 29).

73L’étude du rempart côté ouest a été réalisée sur un secteur où le talus est à peine perceptible, seul un micro relief d’environ 20 cm de hauteur est visible depuis l’intérieur de l’enceinte. Le rempart est toutefois préservé sur plus de 1,20 m d’élévation, il mesure à cet endroit environ 11 m de largeur. Il a été édifié sur un petit replat, au niveau d’une rupture de pente. Sous le talus un niveau riche en charbon de bois, comptant quelques résidus de forge, témoigne d’un défrichage préalable à la construction et peut-être de la fabrication de fiches en fer sur place. La structure interne de la fortification est difficile à restituer, toutefois l’abondance de grandes fiches en fer (une quinzaine) et des traces linéaires plus sombres confirme la présence d’un poutrage interne fixé par des grands clous (fig. 30). Les nombreux blocs de silex découverts dans des éboulis, côté extérieur, pourraient appartenir au parement externe du murus gallicus.

Fig. 30 : vue d’une fiche en fer du rempart de l’oppidum du « Castellier » (Cl. A. Cocollos, CG14).

74En 2006, le tracé du rempart a été coupé, côté nord, dans un secteur où le rempart n’est plus visible depuis l’intérieur du site. La fortification est conservée sur environ 1 m de hauteur et mesure également 11 m de largeur. Le talus est édifié au niveau d’une importante rupture de pente qui domine la vallée de la Barillière. Des matériaux, dont des blocs de silex et quelques fiches en fer, provenant probablement d’un démontage de la fortification, ont été découverts rangés en tas, en contrebas.

3.6.2. L’occupation interne de l’oppidum

75Jusqu’à la campagne de sondages réalisée en 2006, nous n’avions pas d’indice concernant l’occupation gauloise du site. La découverte de mobilier gallo-romain dans quelques rares parcelles cultivées avait seulement été signalée. Lors d’un repérage en mai 2004, nous avons, en effet, constaté des concentrations de fragments d’objets des IIe et IIIe siècles dans l’un des champs. On compte parmi les artefacts recueillis, en plus des tessons de poteries, de nombreux clous en fer, un fragment de tôle en bronze, un morceau de gobelet en verre moulé bleu foncé représentant une femme nue. Un peu de mobilier lithique atteste d’une occupation plus ancienne (Néolithique, Âge du bronze).

Fig. 31 : plan simplifié des structures du secteur nord, campagne 2007 (DAO P. Giraud, CG14).

76En 2004 et 2005, deux campagnes de prospection géophysique couvrant une douzaine d’hectares ont révélé de très nombreuses anomalies principalement linéaires. Ces dernières semblent correspondre à des fossés ou des tranchées de palissade, dont l’orientation s’accorde avec celle de l’ancienne voie menant à la ferme de la Motte.

77Deux interventions archéologiques ont été réalisées dans la partie interne de l’oppidum. La première, en 2006, correspond à une série de sondages répartie sur cinq parcelles différentes. Deux aires d’environ 400 m2 ont été décapées lors de la campagne de fouilles de 2007. L’une d’elles, fouillée par Nicola Coulthard, concerne une occupation gallo-romaine localisée dans partie centrale du site. Un bâtiment d’une villa périurbaine du IIe siècle a été exploré. Des structures de La Tène finale ont été mises au jour dans la grande majorité des sondages, sur une distance de plus de 500 m. Dans plusieurs des tranchées et dans la zone nord décapée en 2007, les vestiges laténiens sont nombreux et les recoupements de structures sont fréquents. Sur la soixantaine de structures attribuées à La Tène finale, on compte majoritairement des fossés et des trous de poteau. L’orientation des structures linéaires de la partie centrale du site reprend celle des anomalies décelées par prospection géophysique, celle de l’axe de l’ancien chemin desservant le lieudit « Ferme de La Motte » traversant l’oppidum du nord-ouest vers le sud-est en suivant la vallée du ruisseau de la Motte.

78L’aire décapée en 2007 est localisée sur un replat juste à l’arrière du rempart. Près d’une trentaine de structures laténiennes sont concentrées sur un espace d’environ 300 m2, plusieurs d’entre-elles se recoupent. Un réseau de fossés et quelques fosses médiévales et d’Époque Moderne probablement liés à l’activité de tuilerie altèrent la lecture des vestiges gaulois.

79On observe un compartimentage de cet espace par de petites structures linéaires de type fossé et tranchée de palissade (fig. 31). Certains de ces compartiments, aux limites parfois irrégulières, sont de très petites dimensions, quelques dizaines de mètres carrés. Plusieurs activités peuvent être identifiées. La première, probablement la plus ancienne, semble correspondre, comme l’indique la découverte de battitures et de scories de fer dont un culot de forge, à l’installation d’une forge à proximité. Cette forge est peut-être liée à la fabrication des fiches en fer pour la construction du rempart.

80Dans une phase suivante, des greniers sur poteaux sont installés. L’un d’eux, à six poteaux, a brûlé : de grandes quantité de graines de céréales carbonisées (blé amidonnier et orge vêtue) proviennent d’un niveau d’incendie et du fossé situé à proximité. Les nombreux clous de charpentiers découverts dans ces contextes riches en charbon de bois indiquent que ce grenier était construit principalement avec des planches. En effet, le niveau d’incendie recèle très peu de morceaux de torchis ce qui exclut l’usage de ce matériau pour la construction de cette structure. À cinq mètres de ce grenier, les vestiges d’une structure de combustion sont localisés dans son alignement. Des traces de rubéfaction sur un espace plat, exempt de structure, semblent marquer l’emplacement de la sole d’un four. Une fosse profonde, au remplissage très charbonneux donne accès au four. Deux autres fosses à proximité ont servi de cendrier ; l’une d’elles reprend le tracé curviligne d’une palissade et la seconde de très grande taille, située en limite du décapage, pourrait signaler la présence d’autres fours. L’association de structures de stockage de céréales et de fours culinaires est intéressante ; elle semble révéler une spécialisation dans ce secteur accolé à l’enceinte de l’oppidum mais seul un décapage sur une surface plus conséquente pourrait vraiment l’attester.

Fig. 32 : formes céramiques de La Tène finale de l’oppidum du « Castellier », campagnes 2006 et 2007 (dessins A. Cocollos, CG14).

3.6.3. Mobilier gaulois et chronologie

81Le mobilier mis au jour est relativement abondant au regard de la superficie décapée et en l’absence de structures de grande taille. La céramique du Second Âge du fer est modelée ou tournassée presque exclusivement dans des argiles glauconieuses, dont l’origine lexovienne est ici confirmée (fig. 32).

82L’analyse pétrographique réalisée sur les céramiques protohistoriques a permis de différencier quatre types principaux de pâtes. Le type 1 rassemble les pâtes fines riches en fines glauconies et pauvres en quartz émoussés luisants. Le type 2 s’en rapproche fortement mais comporte de nombreux quartz et de nombreuses fines paillettes de micas. Les pâtes des tuiles médiévales ou modernes découvertes dans un four de tuilier sur le site sont comparables aux pâtes de type 2. L’hypothèse d’une production de céramiques de ce type, sur place, peut donc être avancée. Les types 1 et 2 dominent largement le corpus céramique avec des taux respectifs de 32, 7 % et 23, 6 %. Ils proviennent d’un niveau argileux daté du Crétacé – la Glauconie de Base – typiquement employé dans les productions potières du pays d’Auge. La différence entre les deux types dépend des niveaux de prélèvement de la matière première. Le type 3 (21.8 % du corpus) se caractérise par des pâtes fines riches en grains magmatiques et glauconieux. Il se divise en 3 sous-types selon les proportions des différentes inclusions : éléments siliceux, glauconies et micas. Ces pâtes sont probablement le résultat d’un mélange artificiel d’argiles glauconieuses et d’arènes granitiques. L’hypothèse d’une origine ornaise, où affleurent des massifs granodioritiques et des niveaux témoins glauconieux du Crétacé, n’est cependant pas à exclure totalement. Enfin, le type 4 ne concerne que 12,7 % des céramiques. Il s’agit de pâtes poreuses appauvries en grains de glauconie et en quartz. Cet appauvrissement, s’il peut être naturel, peut aussi s’expliquer par un travail préalable de décantation des argiles glauconieuses.

83Les formes et les décors des poteries sont caractéristiques des productions de la première moitié du Ier siècle av. J.-C. de Basse-Normandie. On trouve notamment des grands vases balustres ou globulaires à décors de cannelure et parfois ornés de fin cordons. Ces formes sont majoritairement associées aux pâtes de type 2. Quelques écuelles et vases plus grossiers sont également cannelés.

84Une cinquantaine de fragments d’amphores vinaires italiques (Dressel 1 et gréco-italiques tardives) proviennent de chacun des différents secteurs explorés. Si bien que l’oppidum du Castellier peut déjà être considéré comme un des sites de Basse-Normandie comptant le plus grand nombre de ce type de matériel d’importation.

85L’essentiel du mobilier métallique est composé de clous de menuiserie provenant probablement de l’incendie des greniers. Seuls trois objets sont en alliage cuivreux dont une spire de fibule et un anneau.

3.6.4. Conclusion

86Les investigations archéologiques sur cet oppidum depuis 2004 sont riches d’enseignements, même si elles sont très limitées car moins de 1 % de la surface totale a été exploré. Elles ont permis de révéler la présence d’une véritable agglomération s’étendant sur plusieurs dizaines d’hectares. La trame urbaine semble s’organiser autour d’un axe reprenant la voie la plus ancienne donnant accès à cette partie du plateau. Il est d’ailleurs probable que l’entrée principale de l’oppidum soit localisée au niveau de la voirie actuelle (D159). Le rempart de type murus gallicus, repéré sur plus de 5 km, enceint un espace d’environ 167 ha. Même si aucun élément en place du parement n’a pu être observé, les niveaux d’éboulis indiquent qu’il est édifié, comme à Fécamp, avec des blocs de silex. Des ateliers de forge pourraient avoir été implantés le long de son tracé lors de sa construction pour la fabrication de plusieurs dizaines de milliers de fiches en fer. Le démontage d’une grande partie de la fortification, attesté au XIXe siècle, a probablement débuté plus tôt avant l’implantation de fours de tuiliers médiévaux ou de l’époque Moderne.

87La question de la chronologie du site a pu être abordée. Ces données restent bien sûr très limitées en raison de la petite surface étudiée. Très peu d’éléments peuvent être attribués à la première moitié du Ier siècle après J.-C. ou même à la période augustéenne. L’essentiel du mobilier céramique découvert est daté de La Tène finale (fin du IIe ou première moitié du Ier siècle av. J.-C.). Les vestiges gallo-romains restent pour l’instant limités à une seule parcelle, avec l’implantation d’une villa dans le courant du Ier siècle ap. J.-C. (époque flavienne ?). Il est probable que ce site suive le schéma déjà connu sur d’autres oppida avec une implantation à la Tène D1 (fin du IIe ou début du Ier siècle av. J.-C.) et une extension maximale durant la deuxième partie de La Tène finale (deuxième quart du Ier siècle av. J.-C.) avant un déclin correspondant à l’émergence d’une nouvelle cité à l’époque augustéenne, ici le site voisin de Noviomagus (Lisieux).

4. Conclusion

88Ce catalogue des sites de hauteur fortifiés de Basse-Normandie attribués à la fin de la période gauloise témoigne d’un véritable déficit d’information. Sur les neuf retenus, six ont fait l’objet de sondages archéologiques, le plus souvent très ponctuels. Pour deux seulement d’entre eux, Exmes et l’oppidum du « Castellier », quelques structures de l’occupation interne ont été étudiées. Six sont des oppida, quatre sont considérés comme des chefs-lieux de peuple ; les deux autres, s’ils sont confirmés par des investigation sur le terrain, correspondent à des agglomérations côtières, peut-être liées à des ports pour les échanges trans-Manche. Le compte n’y est pas, pour plusieurs peuples nous ne connaissons pas d’agglomération principale, c’est le cas dans le département de l’Orne pour les Esuviens mais également pour les Viducasses dans le Calvados. Le programme de prospection des sites de hauteur continue en Basse-Normandie, les objectifs premiers restent l’attribution chronologique de la cinquantaine de sites fortifiés non datés et la recherche de nouveaux sites.

Bibliographie

Bibliographie

Bernouis P., San Juan G., 1995, Enceintes fortifiées de hauteur du département du Calvados- Zone entre la Vire et la Dives. Bilan scientifique 1994 de la région Basse-Normandie, (1994).p 42-43.

Bernouis P., 1996, Les sites fortifiés de hauteur du département du Calvados, zone à l’est de la Dives, DFS de prospection thématique, Conseil général du Calvados, 50 p.

Bernouis P., 1999, L’Orne, Carte Archéologique de la Gaule, 61, Ed. MSH, Paris

Buschsenschutz O., 1984, Structure d’habitats et fortifications de l’âge du fer en France septentrionale, Mémoire de la Société Préhistorique Française, tome XVIII, p. 107.

Carpentier V., Ghesquiere E., et Marcigny C., 2006, Grains de sel, Sel et salines de Normandie (préhistoire-XIXe siècle), Entre Archéologie et histoire, Numéro spécial des Dossiers du Centre de recherches et d’Archéologie d’Alet, 182 p.

Couanonp., Fichet de Clairfontaine F. et Marcigny C., 1992, Les débuts de la romanisation dans l’Orne, Céramiques d’époques augustéennes et tibériennes de l’oppidum d’Exmes, Bulletin de la Société Historique et Archéologique de l’Orne, numéro spécial, t. CXI, n° 2, 3, 4, p. 79-103

Coutil L., 1917, Inventaire bibliographique des enceintes de France. Bulletin de la Société préhistorique Française, 14, p. 472-476.

De Caumont A., 1831, Cours d’antiquités monumentales, professé à Caen, en 1830 : histoire de l’art dans l’ouest de la France depuis les temps les plus reculés jusqu’au XVIIe siècle. Ère gallo-romaine (seconde partie). Caen : imprimerie Chalopin, t. II, 368 pages, Atlas.

De Caumont A., Galeron J-F., De Brix, 1835, Rapport sur les monuments historiques de l’arrondissement d’Argentan, Mémoires de la société des Antiquaires de Normandie, t. IX, Paris, p. 431-494.

De Caumont A., 1857, Statistique monumentale du Calvados : arrondissement de Vire et de Bayeux. Mayenne : Joseph Floch (réimp. 1978), t. II, 807 p.

De Caumont A., 1875, Statistique Monumentale du Calvados, tome III, 808 p.

Dechezleprêtre T., 2005, La basse vallée de la Seine au second âge du Fer : une approche du territoire, Thése de doctorat en Anthropologie Ethnologie, Préhistoire, sous la direction d’Olivier Buchsenschutz, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 3 vol.

De Gerville C-A., 1854, Etudes géographiques et historiques sur le département de la Manche, Cherbourg : Feuardent, 284 p.

Delrieu F., Giraud P., 2008, Les sites fortifiés de hauteur protohistoriques en Basse-Normandie, rapport de PCR, SRA Basse-Normandie, 250 p.

Doranlo R., 1926, Essai d’inventaire des camps, retranchements, mottes et fortifications antiques du Lieuvin, Bulletin de la Société Historique de Lisieux, p. 7-8.

Doranlo R., 1941, Les Ages de la Pierre, du Bronze, du Fer, dans le Calvados. Bulletin de la Société Normande d’Etudes Préhistoriques, t. XXXII, fasc. IV, Rouen, imprimerie Lecerf, p. 23-47.

Duval P.M., 1959, Une enquête sur les enceintes gauloises, Gallia Préhistoire, 17, p. 37, 43, 62.

Fichet De Clairfontaine F., 1993, Les débuts de la romanisation dans le département de l’Orne – Céramiques d’époques Augustéennes et Tibériennes de l’oppidum d’Exmes – Archéologie dans l’Orne 1987-1992. Société Historique et Archéologique de l’Orne, tome CXI, n° 2-3-4 (juin- décembre), 78-101.

Fichet De Clairfontaine F., 1994, L’oppidum celtique du Castellier (Saint-Désir), in Lisieux avant l’an Mil, essai de reconstitution, catalogue d’exposition, musées de la Ville de Lisieux, p. 18.

Fichtl S., 2000, La Ville celtique, les oppida de 150av. J.-C à 15 après J.-C., Édition Errance.

De Gerville C.A., 1854, Étude géographiques et historiques sur le département de la Manche. Cherbourg Feuardent, 284 p.

Gidon F., 1913, Commission d’étude des enceintes préhistoriques et fortifications anhistoriques. Bulletin de la société préhistorique Française, t. X, n° 5, p. 281-282.

Giraud P, Boisson J., 2006, Saint-Désir/Saint-Pierre-Des-Ifs : L’oppidum du Castellier, DFS, SRA de Basse-Normandie. 76 p.

Gourvest J., 1961, L’oppidum de Castillon, 1re campagne de fouilles (1960). Annales de Normandie, 1, p. 99-103.

Hairie J., Drouelle L., 1962, Les retranchements vitrifiés de La Courbe (Orne), Le Pays d’Argentan, 3, p. 97-119.

Hulin G, Normand S., 2007, Prospection aérienne des marais Bas-normands. Marais de la Dives, Marais du Cotentin et du Bessin, DFS, SRA de Basse-Normandie.

Du Mesnil du Buisson R., 1949, Une voie commerciale de Haute Antiquité dans l’Orne, Les origine d’Alençon, Sées, Gacé, Exmes et Argentan. Bulletin de la Société Historique et Archéologique de l’Orne, t. 67, p. 2-66.

Du Mesnil du Buisson R., 1977, Exmes, son histoire et ses monuments. Au Pays d’Argentelles, n° 2, p. 41-58.

Napoléon III, 2001, La guerre des Gaules de César, Édition Errance. 363 p.

De Neuville L., 1879, Étude sur le camp gaulois du Castellier près de Lisieux, Bulletin de la Société Archéologique du Midi, Toulouse, p. 14-17.

Peres L., 1913, La conquête du Cotentin par les Romains. Sabinus au camp Montcastre. 211p.

Peuchet-Geilenbrugge C., 1990, Le Hillfort de La Courbe, Orne : La fortification sud du Haut du Château, in : Cliquet D., Remy-Watte M., Guichard V., Vaginay M. dir., Les Celtes en Normandie, les rites funéraires en Gaule (IIIe – Ier siècle av J-C), Actes du 14ème colloque de l’Association Française pour l’Etude de l’âge du Fer, Evreux, mai 1990. (Revue archéologique de l’Ouest), p. 35-43.

Renault Émile, 1861, Revue monumentale et historique de l’arrondissement de Coutances : histoire et antiquités. 2 vol.

Tirard J., 1892, Recherches sur les travaux militaires du littoral du Calvados à l’époque gallo-romaine, BSAN, p. 173-174.

Wheeler R.E.M. ET Richardson K., 1957, Hill-forts of northern France, Oxford 230 p. (Reports of the research Committee of the society of Antiquaries of London ; XIX).

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : localisation des sites fortifiés de hauteur attribués à La Tène finale, d’après des documents DRAC Basse-Normandie, (DAO M.-A. Rhomer, CG14).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6402/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 2 : le site fortifié du « Haut du Château » à La Courbe (DAO A. Mallet, CG14).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6402/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende Fig. 3 : détail des fortifications de La Courbe, d’après Hairie et Drouelle 1962 (DAO A. Mallet, CG14).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6402/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende Fig. 4 : localisation de la place du marché à Exmes sur la carte archéologique de R. du Mesnil du Buisson, carte mise en relief d’après les courbes (IGN 1944) par L. Vipard (Inrap).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6402/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Légende Fig. 5 : vue générale du bourg d’Exmes avec, au centre, la place du marché et, à droite, le rempart des Cavaliers d’Exmes (Cl. Paitier H., Inrap).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6402/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende Fig. 6 : modélisation de la topographie d’Exmes. L’étoile indique l’emplacement des sondages de 2006 (DAO, L. Vipard, Inrap).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6402/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende Fig. 7 : implantations des ouvertures de fouilles et des sondages jusqu’au substratum en hachuré sur le plan (DAO, E. Gallouin, Inrap).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6402/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende Fig. 8 : Exmes, « place du marché », plan masse des structures datées de La Tène D2a (DAO, E. Gallouin, Inrap).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6402/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 9 : plan de masse des structures datée de La Tène D2b (DAO, E. Gallouin, Inrap).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6402/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende Fig. 10 : vue du « Mont Cavalier » à Commes (Cl.G. San Juan, CG14).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6402/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 11 : vue du rempart de barrage du « Mont Cavalier » à Commes (Cl. G. San Juan, CG14).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6402/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende Fig. 12 : restitution de la fortification de barrage du « Mont Cavalier » à Commes (DAO F. Coupard, P. Giraud).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6402/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Fig. 13 : vue du sondage dans le rempart de barrage, Commes (Cl. P.Giraud, CG14).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6402/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende Fig. 14 : mobilier du « Mont Cavalier » à Commes (dessins A. Cocollos, CG14).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6402/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende Fig. 15 : proposition de restitution de la 1ère phase du rempart, le « Mont Cavalier » à Commes (DAO C. Riquier, CG14).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6402/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 16 : proposition de restitution de la dernière phase du rempart, le « Mont Cavalier » à Commes (DAO C. Riquier, CG14).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6402/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 17 : vue du « Mont Canisy » à Bénerville-sur-Mer, sur orthophotoplan CG14.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6402/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Légende Fig. 18 : « Mont Castel », élévation conservée du rempart du Mont Castel, vu depuis la plaine (Cl.A. Lefort).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6402/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende Fig. 19 : « Mont Castel », fosse cellier mise au jour à l’arrière de l’enceinte (Cl. A. Lefort).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6402/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 20 : « Mont Castel », éboulement d’un probable parement dans la pente à l’avant du rempart (Cl. A. Lefort).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6402/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 21 : « Mont Castel », aménagement en terrasse taillé à l’avant du rempart (Cl. A. Lefort).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6402/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende Fig. 22 : plan de l’oppidum du « Chastellier » au Petit Celland, d’après « La Guerre des Gaules de César » de Napoléon III (DAO A. Mallet, CG14).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6402/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Légende Fig. 23 : localisation des fortifications du « Mont Castre », document DRAC Basse-Normandie.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6402/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 24 : vue du Mont Castre depuis l’extérieur (Cl.X. Bernardeau).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6402/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende Fig. 25 : vue de l’oppidum de Castillon (Cl. G. San Juan, CG14).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6402/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende Fig. 26 : coupe du rempart de barrage de Castillon, d’après J. Gourvest 1960 (DAO A. Mallet, CG14).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6402/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende Fig. 27 : relevés de l’entrée de l’oppidum de Castillon, d’après J.Gourvest 1960 (DAO P. Giraud, CG14).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6402/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende Fig. 28 : l’oppidum du « Castellier » à Saint-Désir/ Saint-Pierre-des-Ifs, sur orthophotoplan CG14 (DAO M.-A. Rhomer, P. Giraud, CG14).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6402/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Légende Fig. 29 : coupes dans le rempart d’enceinte de l’oppidum du « Castellier » (DAO A. Cocollos, P. Giraud, CG14).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6402/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende Fig. 30 : vue d’une fiche en fer du rempart de l’oppidum du « Castellier » (Cl. A. Cocollos, CG14).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6402/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende Fig. 31 : plan simplifié des structures du secteur nord, campagne 2007 (DAO P. Giraud, CG14).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6402/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende Fig. 32 : formes céramiques de La Tène finale de l’oppidum du « Castellier », campagnes 2006 et 2007 (dessins A. Cocollos, CG14).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6402/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 127k

Auteurs

Doctorant, université de Bourgogne, CNRS-UMR 5594-ARTeHIS, lefort.anthony@neuf.fr

Étudiant en Master 2 recherche, EFEO, EHESS, 20 avenue de la Porte des Poissonniers 75018 Paris, francesco_o@hotmail.com

Étudiant en Master 2 Professionnel, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 14 rue Gustave Eiffel, 92110 Clichy, xbern@orange.fr

MCC, service régional de l’Archéologie de Bretagne, UMR 6566-CReAAH

Étudiant L2, Université de Caen I

Contractuel, Conseil général du Calvados

Archéologue-pétrographe, Conseil général du Calvados

Assistante ingénieur, service régional de l’Archéologie de Basse-Normandie

Étudiant L2, université Caen I

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search