Version classiqueVersion mobile

L’âge du Fer en Basse-Normandie. Gestes funéraires en Gaule au Second-Âge du Fer. Volumes I et II

 | 
Philippe Barral
, 
Bernard Dedet
, 
Fabien Delrieu
, 
et al.

Volume I. L’Âge du fer en Basse-Normandie. thème régional

Les éperons barrés et petites enceintes au Bronze final et au Premier Âge du fer en Basse-Normandie

Fabien Delrieu, Guy San Juan, Cyrille Billard, Pierre Giraud, Cyril Marcigny et Anne Ropars

Résumé

Contrairement à de nombreuses autres régions de France, la Basse-Normandie n’a jamais connu un engouement particulier pour l’étude des sites fortifiés de hauteur protohistoriques. De ce fait les données disponibles sont non seulement rares mais généralement anciennes. Les fouilles récentes du site de Basly « Le Campagne » (Calvados) ainsi que la conduite ces dernières années d’un programme de recherche dédié à cette problématique ont permis de renouveler la documentation notamment sur l’attribution chronologique de ces sites. Ainsi il est apparu qu’en dehors du phénomène des oppida, propre à La Tène finale, deux phases d’occupation récurrentes de ces sites fortifiés semblent se dessiner : les étapes moyenne et récente du Bronze final (BF IIb/III) ainsi que la fin du Premier Âge du fer et le tout début du Second (Ha D/La Tène A). Les sites de la 1ère série sont tous fondés au cours du Bronze final IIb/IIIa et abandonnés systématiquement au cours du Bronze final IIIb. Ceux de la seconde semblent tous fondés au cours du Ha D puis abandonnés au début de La Tène Ancienne. Le début du Premier Âge du fer (Ha C) semble correspondre à un hiatus qui est observable non seulement dans notre zone d’étude mais également dans toute la France non méditerranéenne.

Texte intégral

1. Introduction

1À l’inverse d’autres régions du Nord de la France, la Basse-Normandie n’a jamais connu d’intérêt particulier pour les sites fortifiés protohistoriques. Même au plus fort de l’engouement suscité par les découvertes des sites de la Guerre des Gaules à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, aucun archéologue local ne s’est véritablement investi durablement dans l’étude de ces sites.

2Quelques mentions anciennes, dont plusieurs remontent au XVIIIe siècle, signalent certaines de ces fortifications comme « Le Camp de Bierre » à Merri (Orne), « Le Mont Joly » à Soumont-Saint-Quentin (Calvados) ou « Le Crochemélier » à Igé (Orne). Il faut cependant attendre le milieu du XXe siècle et les sondages de Bernard Edeine sur le site du « Mont Joly à Soumont-Saint-Quentin puis ceux de Guy Verron au « Camp de Bierre » dans les années 1983-86 pour voir se développer des investigations archéologiques plus importantes sur certaines de ces fortifications. Ces sondages multiples mais peu étendus mirent généralement en évidence des occupations attribuables à la fin de l’Âge du bronze et au Premier Âge du fer.

3Ce n’est qu’à la fin des années 1990 qu’un site fortifié fit l’objet d’une fouille extensive qui donna lieu à une cartographie des structures archéologiques du Premier Âge du fer. Il s’agit de l’éperon barré de Basly « La Campagne » (Calvados). Il fut fouillé entre 1997 et 2003. Par la suite, un programme de recherche fut lancé à l’échelle régionale afin de préciser les différentes phases préférentielles de fréquentation des sites de hauteur fortifiés au cours de la Protohistoire. Après une reprise de la documentation ancienne, plusieurs sites furent évalués par des fouilles ou des sondages dont l’objectif principal était de préciser l’attribution chronologique des différentes phases d’occupation de ces sites. Ainsi les fortifications de Commes « Mont Cavalier » et de Saint-Désir « Le Castellier » dans le Calvados, de Merri « Le Camp de Bierre » et d’Igé « Le Crochemélier » dans l’Orne et de Barneville-Carteret « Cap de Carteret » et de Vauville « Lande à Carnet » dans la Manche firent l’objet d’interventions archéologiques. Suite à ces différentes évaluations et à l’étude des données anciennes, il est rapidement apparu que plusieurs phases récurrentes semblaient cristalliser l’occupation de ces sites fortifiés au cours de la Protohistoire. Au-delà du phénomène des oppida, spécifique à La Tène finale, deux phases chronologiques paraissent concentrer l’essentielles des occupations sur les sites étudiés (Fig. 1) : le Bronze final II et III (7 sites) ainsi que les étapes moyenne et récente du Premier Âge du fer (4 sites).

Fig. 1 : répartition des sites de hauteur du Bronze final et Premier Âge du fer en Basse Normandie.

2. La première phase de fondation et d’occupation : les étapes moyenne et récente du Bronze final

2.1. L’éperon barré d’Igé « Le Crochemélier » (Orne)

2.1.1. Présentation du site

4L’éperon barré d’Igé « Le Crochemelier » est situé dans le Perche au sud-est de l’actuel département de l’Orne. D’un point de vue géologique, il est implanté sur la bordure méridionale d’un plateau de calcaire jurassique dont l’extrémité est constituée de plaquages de sable du Perche. Au niveau topographique il correspond à un petit éperon naturel d’environ 8000 m2 de surface délimité au sud, à l’est et à l’ouest par de petits ruisseaux qu’il surplombe d’une vingtaine mètres de hauteur. Au nord, il est séparé du reste du plateau par un système défensif constitué d’un talus précédé d’un fossé relativement large mais qui semble peu profond. Une seule interruption est visible dans la partie ouest de cette fortification, d’une largeur d’environ 3m, elle sert encore de voie d’accès au centre de l’éperon. Il est pour l’heure impossible de savoir si elle correspond à l’entrée ancienne du site ou si elle a été aménagée récemment.

2.1.2. Historique des recherches

5L’éperon du « Crochemélier » fut découvert dans les années 1860 par le Dr. Jousset. Suite à plusieurs terrassements destructeurs menés sur le rempart entre 1866 et 1871, il a pu recueillir un lot de mobilier (Jousset 1867) constitué d’une vingtaine de tessons, de deux fusaïoles et de plusieurs objets en bronze. Ce lot a été étudié et dessiné par l’abbé Charles en 1875. Ce fut le premier à proposer une attribution chronologique centrée sur la période protohistorique. Par la suite aucune autre opération archéologique ne fut menée sur le site. Cependant, le Dr. Jousset mentionne en 1907 la découverte de 3 haches à talon provenant du site (Jousset 1907). En 1968, G. Verron puis T. Mercier effectuent des visites sur place. De nombreux tessons remontés par les labours sont découverts à cette occasion, et alors attribués au Premier Âge du fer.

De fait, une bonne partie de la documentation correspondant au site du « Crochemélier » est issue de découvertes sporadiques et mal localisées. L’essentiel du mobilier issu des prospections du Dr Jousset semble cependant provenir du fossé.

2.1.3. Reprise des données anciennes

6Le mobilier métallique mis au jour par le Dr Jousset est composé de trois éléments en alliages cuivreux :

  1. partie distale d’une pointe d’épée (longueur 6 cm, largeur maximale 2,3 cm, épaisseur maximale 0,6 cm – bronze, fig. 2, n° 15).

  2. poignard à douille (longueur 12,5 cm, largeur maximale 2,7 cm, épaisseur maximale de la lame 0,4 cm – bronze, fig. 2, n° 16).

  3. ciseau à douille (longueur 11,4 cm, largeur maximale 1,6 cm, largeur du tranchant 0,8 cm – bronze, fig. 2, n° 17).

7L’ensemble céramique issu des ramassages du Dr Jousset avant 1867 est composé de 14 formes ou éléments de décor. Les pâtes sont généralement très bien cuites et comportent des éléments de dégraissant coquillier d’origine locale (jurassique). Il faut également signaler la présence de deux fusaïoles en terre cuite (fig.2, n° 18 et 19).

Fig. 2 : mobilier métallique et céramique mis au jour par le Dr Jousset sur le site d’Igé « Le Crochemélier » (Orne) – clichés P. Corbierre SRI BN.

8Cet ensemble paraît assez homogène tant au niveau du mobilier métallique que pour le lot céramique. Les trois pièces métalliques sont sans conteste attribuables au Bronze final III. L’étude céramique permet d’être un peu plus précis. La majorité des formes permet d’associer l’ensemble au Bronze final IIIb (formes 10 et 12 notamment). Une seule forme paraît clairement antérieure. Le gobelet à épaulement de type RSFO (forme n° 9) peut être attribué au Bronze final IIb ou IIIa. Les conditions de collecte de ce lot étant très difficiles à préciser, il n’est pas impossible que cette forme appartienne à un niveau antérieur au reste du lot. Ce type d’imitation de récipient RSFO peut également avoir perduré dans la région jusqu’au début du Bronze final IIIb. Si on se base sur l’ensemble du lot, il est tout à fait possible de l’attribuer au Bronze final III voir IIIb si l’on prend le risque d’exclure la forme n° 9. Il semble donc que ce lot collecté par le Dr Jousset avant 1867 soit assez homogène et centré sur le Bronze final III.

2.1.4. La structuration de l’habitat

9Une évaluation du site a été conduite en 2006 sous forme de tranchées afin de d’appréhender la trame de l’habitat supposé être situé en arrière du système fortifié (fig. 3).

10L’habitat documenté dans l’emprise définie par la fortification se caractérise par la présence de bâtiments (au moins 2) implantés de manière assez lâche (fig. 4).

11Un petit bâtiment a été localisé dans la partie ouest du site (bâtiment 1). De dimension modeste (3,5 m d’ouest en est pour 3 m du nord au sud), il est matérialisé au sol par la présence d’une tranchée de fondation, réceptacle probable d’un système de sablière basse calé par de petits blocs de calcaire rapportés. Cette tranchée possède (au niveau de la zone échantillonnée) une largeur de 40 cm pour une profondeur maximale de 12 cm sous le niveau de décapage. Elle présente un profil évasé relativement régulier.

12Un autre bâtiment sur six poteaux, associé à une fosse détritique, située à environ 5 m au sud, a lui été mis en évidence au nord de l’emprise contrainte par le système de fortification (bâtiment 2). Le bâtiment est de forme quadrangulaire, il est orienté nord/sud sur sa longueur (5 m environ) et est/ouest sur sa largeur (3 m en moyenne). Les trous de poteau sont agencés de manière irrégulière et non orthonormée. Leur morphologie est également très variable et si certains sont particulièrement marqués (50 cm sous le niveau de décapage pour la st 1-3) d’autres sont nettement plus légers ou érodés (st 1-2 ou 1-5 par exemple). Ils sont creusés directement dans le calcaire et leur comblement est constitué d’un sédiment très organique. La fosse possède une emprise au sol plus importante et une profondeur moyenne de 30 à 40 cm, son comblement est identique à celui observé pour les trous de poteau.

Fig. 3 : vue aérienne du site d’Igé « Le Crochemélier » avec implantation des tranchées conduites en 2006.

Fig. 4 : structures du Bronze final mises au jour lors de l’intervention de 2006 sur le site d’Igé « Le Crochemélier », DAO C. Simon.

Fig. 5 : mobilier céramique issu des sondages de 2006 sur le site d’Igé « Le Crochemélier ».

13L’architecture de ces bâtiments tient compte du substrat sur lequel ils sont localisés. Ainsi sur la dalle jurassique, l’implantation du bâtiment sur poteaux porteurs (plus stables) a été privilégiée. Par contre sur le sable du Perche à la densité toute relative, une sablière basse (surface porteuse plus importante) implantée dans une tranchée de fondation a été choisie. Cette expérience démontre bien que l’absence de trous de poteau sur certains sites d’habitat du Bronze final ou du Premier Âge du fer en plaine peut masquer des architectures variées qui s’adaptent aux qualités et aux défauts du substrat local. La taille des bâtiments s’est révélée relativement modeste (respectivement 10,5 et 15 m2). Cette constatation n’est pas une surprise, en effet, les bâtiments du Bronze final documentés sur les sites de hauteur comme à Catenoy, Choisy-au-Bac (Oise, Blanchet et Talon 1987) ou au « Hohlandsberg » à Wintzenheim (Haut-Rhin) sont caractérisés par leur faible emprise au sol (souvent entre 10 et 20 m2). En Normandie, la surface couverte par le bâtiment de la fin du Premier Âge du fer fouillé en 2006 au « Camp de Bierre » est également très modeste (8,5 m2).

14La partie la plus septentrionale du site (dalle de calcaire jurassique) semble particulièrement arasée à tel point qu’il est impossible de déterminer si la faible densité des structures archéologiques est réelle ou due à l’érosion.

2.1.5. Le matériel archéologique associé aux structures d’habitat

15L’ensemble des structures archéologiques échantillonnées a révélé la présence de matériel archéologique. Le mobilier céramique a été recueilli en abondance ; il présente cependant un caractère très fragmenté qui ne facilite pas l’attribution chronologique des tessons (fig. 5). Seules quatre fosses ont livré des formes qui permettent de préciser la chronologie de l’ensemble.

16Les structures échantillonnées ont révélé un ensemble céramique relativement homogène. Comme celui mis au jour par le Dr Jousset avant 1967, il semble pouvoir être attribué au Bronze final III. Seule la fosse 8-3 a livré du matériel qui pourrait éventuellement correspondre à un horizon RSFO comme le fragment de gobelet à épaulement découvert au XIXe siècle. Il n’est donc pas à exclure que cette fosse soit légèrement antérieure aux autres structures repérées.

17D’une manière générale, il semble que l’éperon du « Crochemélier » soit occupé dès le Bronze final IIIa (fin de l’horizon RSFO), se développe au cours de cette même phase, puis est abandonné au cours du Bronze final IIIb.

2.2. Une enceinte fortifiée du Bronze final sur le site de "La Campagne" à Basly (Calvados)

18Le site de « La Campagne » à Basly, dans le Calvados, regroupe sur une trentaine d’hectares un vaste ensemble architectural (fig. 6) qui témoigne d’occupations à caractère funéraire, cérémoniel et domestique depuis la Protohistoire ancienne (Néolithique final-Chalcolithique). Les études ont été initiées dès 1994 avec l’évaluation d’une nécropole du début de l’Âge du fer. Les fouilles se sont ensuite déroulées en 1997 et 1998, puis entre 2000 et 2003, pour reprendre enfin en 2008, dans un cadre pluriannuel depuis 2009. Les travaux ont caractérisé la présence de deux ensembles de vestiges exceptionnels sur la terminaison du plateau.

19L’éperon domine de quelque vingt-cinq mètres le cours de La Mue, qui le contourne par un méandre très resserré. L’’enceinte protohistorique occupe une parcelle en friche (B 678) au-delà de laquelle les terrains boisés s’inclinent régulièrement jusqu’au méandre de la rivière.

20Le premier ensemble archéologique est illustré par une enceinte du Néolithique final (San Juan et al. 2006), d’environ trois hectares, délimitée par une puissante palissade barrant l’éperon. Cette enceinte pourrait être contemporaine d’un grand enclos elliptique à entrées multiples qui lui est adjacent au sud. C’est dans le second ensemble que peuvent être distingués des vestiges structurés appartenant au Bronze final et ceux du Premier Âge du fer accréditant une pérennisation de l’occupation au cours des VIIe-VIe siècles, le site connaissant vraisemblablement une fréquentation significative jusqu’à la fin de La Tène ancienne comme en témoignerait la découverte d’une fibule de Münsingen. En l’absence d’une étude détaillée des ensembles mobiliers, les hypothèses de phasage et d’organisation des structures de la Protohistoire récente sont évoquées avec la réserve qu’il se doit.

21La terminaison du plateau aurait été fermée au Bronze final (Bronze final I-II ?) sans que l’on puisse au stade actuel des recherches confirmer l’existence d’un habitat derrière cette clôture de l’éperon. L’attribution chronologique est fondée sur cinq datations C14 fournies par les charbons de deux lignes parallèles de trous de poteau matérialisant l’emprise d’un rempart à poteaux verticaux espacés associés à des maçonneries dont tout vestige d’élévation aurait été effacé.

22Le comblement du grand fossé bordant extérieurement le rempart est très largement accompli au cours du VIe siècle. En 2008 et 2009, les recherches vers le rebord nord du plateau montrent qu’un mur en pierres sèches est installé dans ce fossé, remaniant l’ensemble de son comblement sur sa moitié interne.

2.2.1. Le barrage de l’éperon attribuable au Bronze final (fig. 7)

23Les vestiges archéologiques dans le secteur du barrage sont observés dans une unique fenêtre d’environ 1800 m2, ouverte dans l’axe de l’éperon.

24Le dispositif de clôture fortifiée apparaît le plus évident et pourrait être en lien avec des accumulations de pierres qui soulignent son arrière-plan et recouvrant de façon discontinue les alignements de poteaux. Derrière ce rempart, l’intérieur de l’enceinte est couvert de trous de poteaux et par quelques fosses.

25La fermeture de l’éperon au Bronze final serait assurée par un fossé longeant un rempart matérialisé par la double ligne de trous de poteaux. On peut également envisager que ce dispositif puisse correspondre à une enceinte de type « Ring Fort ».

26Les trous de poteaux sont disposés en vis à vis et espacés sur chaque ligne avec un écart variant de 2,50 m à 3 m. Les deux fronts du rempart auraient été distants d’environ 3 mètres. Face à l’interruption du fossé sur une largeur de 3 mètres dans l’axe de l’éperon, quatre fosses d’implantation de poteaux s’avèrent les plus imposantes. Deux d’entre elles présentaient des blocs de plaquettes agglomérées par la chaleur. Les creusements ne semblent pas particulièrement soignés mais cela peut être dû à la nature de la roche et à la dégradation des parois. La profondeur des trous varie entre 0,70 m et 0,90 m par rapport à la surface actuelle. Le substrat est nettement rubéfié par endroit dans ce secteur, avec une forte concentration de dalles et de plaquettes marquées par le feu, des plages de charbons de bois et plusieurs plaques fracturées de torchis.

27Vers le nord, la fouille en cours semble bien révéler un resserrement du fossé suggérant la présence d’un second passage. Le profil du fossé est globalement trapézoïdal, dilaté en largeur. Le fond est large de 4,50 m à 6 m au maximum. L’amplitude de l’ouverture au niveau du décapage de la roche est de l’ordre de 6 mètres. Le creusement depuis la surface actuelle est de l’ordre de 1,50 m à 1,70 mètre.

28Vers le sud, la double ligne de trous de poteaux s’écarte du fossé mais leur orientation ne semble pas amorcer de réelle discordance. Nulle autre excavation n’a été enregistrée dans la double ligne de trous de poteaux et dans la berme précédant le fossé.

29Le comblement du fossé peut être synthétisé en deux grandes phases dont seule la première pourrait témoigner du démantèlement d’une architecture de pierre attribuable à l’occupation fortifiée de l’Âge du bronze final.

30- Plusieurs horizons à blocailles et graves calcaires, localement charbonneux, empilés en un massif lacunaire occupent les deux tiers ou les trois quarts du fond du fossé. Ces horizons auraient été alimentés en matériaux depuis l’intérieur de l’enceinte. Le mobilier archéologique y est rare et reste en attente d’une étude plus approfondie. Trois écuelles à décor incisé, attribuables au Hallstatt D, ont néanmoins été découvertes dans la partie supérieure du comblement.

31- La seconde phase correspond à une succession d’horizons limono-graveleux et très pierreux, comblant la majeure partie du reste du profil. Le second ensemble, toujours marqué par de nombreuses pierres, se distingue par sa matrice très charbonneuse, à débris de céramiques et de faune très abondants, clairement attribuables au Premier Âge du fer. Les concentrations d’objets amassés au cours de cette seconde phase ne paraissent pas renfermer d’éléments remaniés caractéristiques du Bronze final.

32La position des écuelles pourrait indiquer que le fossé était à moitié comblé depuis son rebord interne, au début de l’occupation du Premier Âge du fer. Ces trois vases peuvent aussi signaler un recreusement dans le comblement d’un grand fossé qui aurait efacéé la présence de mobiliers témoignant des derniers moments de l’occupation de l’Âge du bronze.

2.2.2. Les vestiges à l’intérieur de l’enceinte

33La fouille en s’étendant vers l’intérieur n’a pas apporté d’éléments stratigraphiques exploitables. La densité des creusements des trous de poteau est importante jusqu’en limite de la fouille et ceux-ci constituent à ce stade des recherches le seul type de structure observée, à l’exception des empierrements bordant le front externe des poteaux.

34Parmi ce nuage de trous de poteau, quelques plans de bâtiments pourraient être proposés mais dans l’attente d’une analyse détaillée, il paraît préférable de s’en tenir au plan masse. On soulignera néanmoins que certains ensembles paraissent composer des plans de bâtiments comparables à ceux situés à proximité de la palissade néolithique (fig. 6) et attribués à l’Âge du fer.

35La densité des trous de poteau, à plus d’une vingtaine de mètres du rempart vers l’intérieur de l’enceinte et notamment dans l’axe de l’entrée, accrédite une longue occupation, cumulant dans un même espace des constructions, vraisemblablement dès le Bronze final et au cours de l’Âge du fer. Dans un contexte de sol très mince, il semble peu probable que l’étude des débris de poterie récoltés dans les fosses conduisent à différencier chronologiquement les plans qui seraient attestés.

Fig. 6 : Basly (Calvados) - Plan général des structures fouillées entre 1997 et 2009 sur le plateau de “La Campagne”.

Fig. 7 : Basly (Calvados) - L’occupation du Bronze final : vestiges architecturaux et mobiliers.

36En règle générale, en dehors des structures creusées, le mobilier céramique et les restes osseux sont à l’état de débris peu exploitables. En distinguant la nature des objets, on constate qu’en dehors de l’emprise des structures, ce sont presque uniquement des vestiges lithiques qui ont été récoltés. La céramique est absente sur la surface du calcaire et de rares os y ont été ramassés. En revanche, à l’aplomb des structures, les sédiments au sommet de leur comblement ont pu livrer de fortes concentrations d’objets. C’est le cas dans l’emprise de St. 413 où ont été récoltés des objets de nature très diverse (céramique, os, lithique, métal). Deux épingles en bronze émergent du lot d’objets (fig. 7).

37La plus petite a une tête en clou large de 4 mm, légèrement évidée avec un bouton central. La tige est ornée, à quelques millimètres sous la tête, de 5 stries horizontales surmontant une strie sinueuse. La tige est longue de 5,7 cm mais la pointe est manquante. Ce type d’épingle est connu au Bronze final.

38La seconde épingle présente une tête biconique à sommet concave qualifiée aussi d’épingle à tête faiblement évasée (Blanchet 1984). La tête est large de 6 mm. Un décor de chevrons couvre la tige sur 1,7 cm de long depuis la base de la tête. Ce type d’épingle est également connu au Bronze final et fait notamment partie du matériel des fouilles du Mont-Joly menées à Soumont-Saint-Quentin (Calvados) par Bernard Edeine. L’étude récente de ce matériel montre que les occupations de l’éperon barré se situent entre la fin de l’Âge du bronze et la fin du Premier Âge du fer.

2.3. Les autres sites fortifiés fréquentés au cours des étapes moyenne et récente du Bronze final

39Plusieurs autres sites ont révélé la présence de structures ou d’éléments de mobilier attribuables aux étapes moyenne et récente du Bronze final. En l’absence de fouilles de plus grande ampleur, ces occupations sont pour l’heure difficiles à caractériser. C’est le cas du « Camp de Bierre » à Merri (Orne). Une occupation du site au cours d’une phase chronologique correspondant aux étapes moyenne et récente du Bronze final a pu être isolée sur les deux secteurs de fouille ouverts pour documenter le système défensif attribuable au Premier Âge du fer. Dans les deux cas, ce niveau prend la forme d’une couche érodée ou d’un paléosol piégé sous la masse du rempart plus récent. Aucune structure domestique ou défensive n’a clairement pu être associée à cette phase dont l’attribution chronologique a pu être établie par la présence quelques éléments céramiques et d’une datation C14 centrée sur le XIe siècle avant j.-c.

40L’éperon barré de Soumont-Saint-Quentin « Le Mont-Joly », a été fouillé par Bernard Edeine au cours de plusieurs campagnes de sondages menées dans les années 1960. Le mobilier, principalement céramique, issu de ces opérations a pu être réétudié par Benjamin Van den Bossche (Van den Bossche 2005). L’occupation principale semble correspondre à l’étape récente du Bronze final. Malheureusement, ces données sont privées de contexte stratigraphique et le rempart, encore observable actuellement, n’a pu être attribué chronologiquement.

41Bernard Edeine a également travaillé sur le promontoire du « Castel » à Flamanville (Manche) en 1966 et 1967. Le site a été vérifié en 2006 et il est en l’état difficile de savoir si le promontoire est juste barré ou totalement enclos par le rempart. Suite aux fouilles anciennes, un petit lot céramique, attribuable à l’étape moyenne du Bronze final a pu être étudié. Il semblait associé à un rempart en terre structuré par une armature en bois (poutrage). En l’absence de plans précis et de relevés stratigraphiques, il s’avère difficile d’associer ces éléments avec une occupation structurée du site au cours de cette phase chronologique. Également situé sur la côte occidentale du Cotentin, le « Cap de Carteret » à Barneville-Carteret (Manche) colonise la partie sommitale d’un promontoire côtier constitué par une dorsale schisteuse. Ce site a fait l’objet d’une intervention archéologique en 2007 et 2008. Ces opérations coordonnées par Cyrille Billard ont permis de mettre au jour une structure fossoyée attribuable à l’étape moyenne du Bronze final. Aucun système défensif n’a pour l’heure été associé à cette phase chronologique. Pour clôturer cette série, il faut également signaler la présence d’une occupation attribuable au Bronze final qui a été récemment mise au jour lors d’une intervention sur la partie sommitale de la butte fortifiée d’Exmes dans l’Orne. Conduite par Cyril Marcigny dans le cadre d’un diagnostic archéologique, cette opération a permis de documenter la présence d’un bâtiment modeste sur poteaux et plusieurs fosses. Le mobilier associé permet d’attribuer l’ensemble au Bronze final (fig. 8).

42Ces sites fortifiés ont donc connu une fréquentation ou une occupation au cours des étapes moyenne et récente du Bronze final. Aucun système défensif n’a pour l’heure été clairement associé à cet horizon chronologique et aucune structuration de l’habitat n’a pu être observée. Cet état de fait rend particulièrement difficile la caractérisation du type d’occupation et l’évaluation du statut réel de ces habitats, qu’ils soient fortifiés ou non.

3. La seconde phase d’utilisation des sites fortifiés : les étapes moyenne et récente du Premier Âge du fer

3.1. Le « Camp de Bierre » à Merri (Orne)

3.1.1. Présentation du site

43L’éperon du « Camp de Bierre » se situe dans le nord du département de l’Orne, à mi-chemin entre Falaise et Argentan. Il prend place sur une barre de grès-quartzite qui domine d’une cinquantaine de mètres d’altitude la vallée de la Dives.

44L’ensemble du système fortifié couvre une surface légèrement supérieure à 4 hectares. Le site présente une longueur totale d’environ 450 m (segment Sud-Ouest/Nord-Est) pour une largeur évoluant de 100 à 300 m.

45L’extrémité Nord-Est de l’éperon domine la vallée de la Dives. Elle correspond à la partie la plus fortifiée car enceinte totalement par un rempart de pierres sèches particulièrement monumental (fig. 9). La majorité des archéologues qui ont visité le site ont évoqué la présence de trois enceintes accolées. Il est fort probable qu’il n’existe qu’une enceinte (à l’extrémité) clairement identifiable et deux barrages plus proches de la base de l’éperon.

3.1.2. Historique des recherches

46Le site du « Camp de Bierre » est emblématique de la recherche archéologique en Normandie. L’historique des recherches qui y ont été menées depuis le XVIIIe siècle reprend toutes les grandes phases de l’évolution de la discipline depuis cette période. Ainsi, dès le XVIIIe siècle, ce site fortifié est l’objet d’un intérêt certain de la part de nombreux érudits, fascinés par le gigantisme des remparts de pierres sèches. Parmi ceux-ci, ont peut citer le Comte de Caylus qui rédige en 1761 le premier article sur le site (Caylus 1761). Il faut également citer Odolant-Desnos qui reprend et corrige les théories émises par son prédécesseur (Odolant-Desnos 1787). Enfin M. de Mauregard, propriétaire du site qui est le premier à procéder à des investigations de terrain. Un dépôt de haches en bronze (non décrites) est alors mis au jour.

47Il faut ensuite attendre les années 1830 pour que de nouvelles investigations archéologiques y soient menées. Ainsi M. Maurel en 1832 puis Frederic Daunou en 1835 (Vimont 1884) et finalement Eugène Vimont en 1885 conduisent des opérations qui confirment le caractère « antique » du site. Des armes en fer, des monnaies, des haches en bronze et en pierre ainsi que de nombreuses pointes de flèches en silex sont alors découvertes. Malheureusement, aucun de ces éléments n’a été dessiné à cette occasion. Seules restent aujourd’hui quelques mentions imprécises.

48Le XIXe siècle correspond également aux premières tentatives d’attribution chronologique du site. Ainsi, il est tour à tour considéré comme « gaulois » puis « romain » et finalement « normand » par J.-F. Galeron et Arcisse de Caumont (Galeron 1835) puis uniquement comme « romain » par Eugène Vimont (Vimont 1884) et finalement attribué à la « période Néolithique » par Léon Coutil (Coutil 1909).

49C’est ensuite au cours des années 1930 que le « Camp de Bierre » connaît un regain d’intérêt. À cette période, Bernard Edeine procède à une série de sondages dans les parties du site qui sont alors inexplorées, à savoir les enceintes n° 2 et 3. Malheureusement ces interventions ne sont pas localisées et le mobilier associé n’est ni dessiné ni conservé. Bernard Edeine est cependant le premier à évoquer une occupation du site à l’Âge du bronze (Edeine 1938). Par la suite, il s’en désintéressera et se tournera vers l’éperon calvadosien du « Mont Joly » à Soumont-Saint-Quentin.

Fig. 8 : mobilier du Bronze final mis au jour lors du diagnostic conduit par C. Marcigny (Inrap) sur le site d’Exmes « Le Bourg », DAO E. Gallouin (Inrap).

50C’est à partir de 1969 et jusqu’en 1986 que Guy Verron procède à une série d’une vingtaine de sondages dans les trois enceintes du site. Ces investigations sont cependant modestes et ne permettent pas d’évaluer véritablement la stratigraphie. Cependant, grâce au mobilier mis au jour et à une série de C14, Guy Verron prouve que l’occupation principale du site est à placer au Bronze final et au Premier Âge du fer. Une occupation attribuable au Néolithique moyen est également isolée (C14 et un tesson présentant un cordon multiforé, Verron 1983).

3.1.3. L’occupation du Premier Âge du fer

51Déjà perçue par Guy Veron dans les années 1980, l’occupation attribuable au Premier Âge du fr a pu être mise en évidence au cours de fouilles conduites sur le site en 2005 et 2006. Deux secteurs situés respectivement le long de la façade interne nord et ouest du rempart ont été documentés et c’est principalement sur le secteur n° 1 (fig. 10) qu’a pu être observée la présence d’un paléosol, scellé par l’éboulement interne de la masse du rempart qui l’a de ce fait préservé de l’érosion.

52C’est en relation avec ce niveau qu’ont pu être documentées une série de structures domestiques qui semblent en partie associées au parement interne du rempart. L’implantation de ces éléments paraît organisée en fonction des chicots gréseux qui émergeaient alors du sol (fig. 11).

Fig. 9 : vue aérienne du site de Merri « Le Camp de Bierre » depuis le sud-est, cliché G. Guillemot.

Fig. 10 : cartographie des structures défensives du site de Merri « Le Camp de Bierre » et localisation de la zone de fouille traitée en 2006.

Fig. 11 : relevé en plan du paléosol du Premier Âge du fer mis au jour sur le secteur 1 lors de la fouille du site de Merri « Le Camp de Bierre » en 2006.

Le bâtiment

53Un bâtiment implanté sur le niveau d’occupation du Premier Âge du fer a pu être repéré grâce à la présence d’un solin de soutènement de forme quadrangulaire. Situé dans la zone Nord du secteur de fouille, il est composé de petits blocs de grès, souvent jointifs, et dont la disposition, à plat sur le paléosol, n’est pas fortuite (fig. 12).

54Ce solin est composé de deux segments qui sont respectivement orientés nord/sud et est/ouest. En l’état actuel de nos connaissances sur ce bâtiment la surface fouillée peut être estimée aux environs de 8,5 m2 si la limite prise correspond à une ligne passant par le centre des segments du solin. Cette donnée n’est pas très éloignée de celles observées pour les bâtiments quadrangulaires de la fin du Bronze final fouillés Choisy-au-Bac « Le Confluent » (Oise) dont certaines surfaces au sol avoisinent les 12 m2 (3 x 4 m). Il en est de même pour les petits loci, attribués à la fin du Bronze final, fouillés sur le site fortifié du Hohlandsberg dans le Haut-Rhin. Il faut également signaler que ces petits bâtiments, comme au « Camp de Bierre », sont souvent adossés au parement interne du rempart (Audouze, Buchsenschutz 1989).

55Le système des solins de soutènement associés à des bâtiments protohistoriques est connu pour le Nord de la France. Ainsi, cette technique est utilisée pour les sites picards de Catenoy « Le Camp de César » (Talon 1987) ou de Choisy-au-Bac « Le Confluent » (Blanchet et Talon 1987). Il s’agit alors de solins quadrangulaires constitués de segments de 80 cm à 1 m de large. Ils sont principalement composés de tessons, de pierres, de torchis et de rejets de faune. Attribués aux étapes moyenne ou récente du Bronze final, ces structures sont souvent assimilées à un système de support pour sablière.

Fig. 12 : vue depuis le nord du paléosol du Premier Âge du fer mis au jour sur le secteur 1 lors de la fouille du site de Merri « Le Camp de Bierre » en 2006.

56L’intérieur de la zone délimitée par ce système de fondation a été aménagé afin de disposer d’un sol relativement plan. En effet, le bâtiment est implanté à l’aplomb d’un massif de grès dont les arrêtes émergent du niveau d’occupation. Pour cette raison, ces appointements ont été érodés artificiellement afin de présenter un profil émoussé plus apte à être utilisé dans un contexte à vocation domestique. Ainsi la partie superficielle de ce massif présente un aspect arrondi qui tranche nettement avec les arrêtes vives visibles sur les autres chicots qui ont été décapés dans le secteur n° 1. Après cette opération, les interstices restants entre les blocs du massif ont été comblés par un apport d’argile qui, dans certains secteurs, recouvre directement la surface du paléosol. Cette matière a également servi à combler les espaces résiduels entre le parement interne du rempart et le banc de grès. Ce niveau a été ensuite soigneusement compacté afin de disposer d’un sol plan à l’intérieur du bâtiment. Les blocs de grès émoussés émergeant de ce sol ont pu par la suite tenir un rôle particulier dans l’organisation domestique de ce bâtiment (partition de l’espace intérieur, siège…).

Le foyer :

57Localisé dans la partie méridionale du niveau d’occupation, ce foyer se présente sous la forme d’une sole rubéfiée de forme grossièrement ovalaire d’environ 60 cm sur 40. Cette sole à base d’argile recouvre directement un socle de forme circulaire d’environ 40 cm de diamètre, constitué d’une dizaine de dalles de grès posées à plat directement sur la surface du paléosol.

58Les foyers de ce type sont rarement situés à l’extérieur des habitations. Cet état de fait peut cependant s’expliquer par l’exiguïté du bâtiment qui n’est éloigné que de 6 m. L’association entre le bâtiment et cette structure de combustion est matérialisée par la présence d’une vidange de foyer qui a été déposée le long du segment Sud du radier de fondation. Il est probable que ce rejet de foyer soit le dernier déposé dans ce secteur avant l’éboulement du rempart. En effet, son épaisseur, relativement importante peut s’expliquer par le fait qu’il ait été scellé « en l’état » par la première phase d’éboulement du rempart.

59Dans la partie centrale du secteur fouillé, il faut également signaler la présence de zones charbonneuses constellées de petits fragments de torchis rubéfié. Ces zones présentent des limites très nettes et une épaisseur particulièrement modeste qui varie de 1 à 3 cm. Elles semblent correspondre à d’anciennes vidanges de ce même foyer qui auraient ensuite été piétinées par l’activité humaine dans ce secteur. Elles sont en effet situées sous le cheminement le plus direct menant du foyer au bâtiment.

Le mobilier associé au paléosol :

60Le mobilier archéologique associé à cette occupation est principalement composé de tessons de céramique. Le lot mis en évidence est particulièrement faible tant en quantité qu’en diversité typologique. Il présente également un caractère très fragmenté qui n’a pas facilité l’identification des formes (fig. 13). Il semble que l’attribution chronologique de ce niveau d’occupation soit à situer à la fin du Premier Âge du fer et au début du Second. Cette attribution chronologique a été confirmée par deux datations C14 qui indiquent une datation évoluant entre le VIIe et le Ve siècle av. J.-C.

Le rempart :

61La structure du rempart :

62Ce rempart a pu être documenté sur une longueur de 8 m, en ce qui concerne son parement interne (fig. 14), et de 2 m pour son parement externe. La largeur, prise uniquement le long de la limite sud du secteur de fouille, est de 7,5 m, de parement à parement (fig. 15). Le volume du segment dégagé ne peut pas pour l’instant être évalué à cause du manque de données concernant l’assise de base de la structure. L’implantation du rempart n’est cependant pas anodine. En effet la fortification a été érigée à l’aplomb de la rupture de pente qui matérialise le rebord de l’éperon naturel. Alors que dans la partie interne du secteur fouillé le banc de grès, malgré ses imperfections géologiques, présente un profil général relativement plan, son inclinaison s’accentue sous la masse du rempart car il existe une différence d’altitude de plus de 1,5 m entre l’assise de base du parement interne et celle du parement externe. Cette situation topographique permet aux constructeurs de la fortification de limiter la hauteur du parement interne tout offrant un impressionnant dénivelé au niveau du parement externe. La masse interne de cette fortification est principalement constituée de blocs de grès de taille très variable. Il semble que les constructeurs ont constitué ce blocage à partir de moellons non triés, probablement du tout venant. Ce blocage, apparemment non soigné est lié avec un apport massif de limon lœssique qui assure la stabilité de l’ensemble. La majorité de cet apport a subit une forte érosion suite à l’éboulement des parties supérieures du rempart. Pour cette raison l’intérieur de la structure défensive semble véritablement lessivé et seules quelques poches de limon lœssique comblent encore certains interstices du blocage interne. La majeure partie de cette couche est maintenant observable dans les niveaux d’éboulement de la fortification, de part et d’autre des parements. Cette érosion démontre bien la faible qualité de ce matériau en tant que mortier stabilisateur. Cette constatation implique inévitablement un dispositif de couverture sans lequel la masse du rempart se serait affaissée en quelques mois de pluie. Ce dispositif a du être opérationnel si l’on se réfère à l’absence totale de traces d’érosion de ce type en surface du paléosol.

Fig. 13 : mobilier céramique associé au paléosol du Premier Âge du fer sur le site de Merri « Le Camp de Bierre ».

Fig. 14 : relevé du parement interne du rempart du Premier Âge du fer du site de Merri « Le Camp de Bierre ».

63De plus la présence de grandes dalles de grès associées à la première phase d’éboulement du rempart (celle qui a probablement concerné la partie sommitale de la fortification) semble impliquer la mise en place d’un système de couverture situé à l’aplomb du rempart et constitué de ces dalles posées à plat. Il faut également signaler la présence, en quantité importante, de charbons de bois (parfois sous forme des bûchettes calcinées) associés à de nombreux fragments de torchis rubéfié, dans la masse du premier niveau d’éboulement du rempart. Ceci peut éventuellement s’expliquer par la mise en place, au niveau de la couverture, d’un système de rambarde en bois et clayonnage enduit de torchis. Un type d’aménagement relativement comparable est attesté pour la fin du Premier Âge du fer, sur le site du « Puech de Mus » à Sainte-Eulalie-de-Cernon en Aveyron (Gruat et al 2003). Cet aménagement est alors associé, comme au Camp de Bierre, à un rempart à base de pierre possédant un double parement, interne et externe.

64L’assemblage des parements :

65Le parement externe est composé d’une première assise de 9 blocs de grès (sur la section observée) de taille moyenne dont les côtés varient de 20 à 50 cm de longueur. Certains de ces blocs reposent sur des arrêtes du substrat gréseux d’autres sont appuyés sur un niveau plus ancien, attribuable au Bronze final. Dans les deux cas une petite couche de limon lœssique dont l’épaisseur varie de 2 à 10 cm a été déposée préalablement à la mise en place de cette première assise. Elle permet de disposer d’un niveau nécessairement plan eu égard aux irrégularités et à la pente du substrat gréseux. Au-dessus de cette première assise relativement homogène, le parement est composé de blocs de grès posés à plat dont l’une des tranches habille la paroi. Ils sont de taille variable mais en moyenne inférieure à celle observée pour les blocs constitutifs de l’assise de base. Il faut remarquer que le pendage de ce parement va logiquement dans le sens de la pente dont la vigueur a amplifié la destruction du rempart dans ce secteur.

Fig. 15 : coupe globale du secteur de fouille documenté en 2006 sur le site de Merri « Le Camp de Bierre ».

66Le parement interne est beaucoup mieux conservé que le parement externe. Il repose en effet directement sur un niveau plan ne nécessitant pas d’aménagement préalable. Ce support est constitué soit par le niveau Bronze final dans la partie méridionale de ce segment soit par le substrat gréseux dans son tiers septentrional.

67Dans l’ensemble ce segment du parement interne n’a subit qu’un seul affaissement sur une section de 8 m de long. Dans les secteurs préservés, le parement présente un appareil soigné constitué de blocs souvent de taille importante (40 à 90 cm de côté), souvent jointifs, dont l’agencement montre qu’ils ont été assemblés soit par des équipes ou des personnes différentes soit au cours de phases d’approvisionnement différenciées. Il faut également remarquer que le soin apporté au montage du parement interne est bien supérieur à celui réservé au parement externe. Autant les blocs constituant la façade interne du rempart sont de taille importante, de forme souvent calibrée et assemblés de manière à les rendre jointifs, autant ceux du parement externe sont modestes et présentent un agencement peu soigné. Cette différence entre les deux ensembles révèle l’importance de la partie visible de la fortification par rapport à sa partie cachée dont le volume et donc le caractère ostentatoire priment sur l’aspect esthétique.

68Éléments de comparaison :

69Les remparts protohistoriques à base pierreuse sont particulièrement rares en Normandie. À l’heure actuelle on ne peut signaler que deux cas dont le rempart de Basly « La Campagne » qui aurait éventuellement possédé un parement en blocs de calcaire (San Juan 2001). Cette hypothèse est envisagée suite à la découverte d’un certain nombre de ces blocs dans le comblement de plusieurs sépultures de la nécropole proche du site. Il faut également signaler le segment de muraille du site de Courseulles-sur-Mer « La Fosse Touzé » (Jahier 1997) présentant une structure proche de celle du Camp de Bierre. En effet cette fortification est parementée sur ses deux faces et son blocage interne est lié avec un niveau de limon lœssique. Cependant ce segment n’enserre pas la totalité du site et ne présente, au niveau de sa base, qu’une largeur de 3 m. L’occupation de ce site couvre la transition entre le Premier et le Second Âge du fer (Ve siècle av. J.-C.).

70Dans le Nord du Bassin Parisien, le site de Choisy-au-Bac « Le Confluent » dans l’Oise présente un système fortifié possédant un parement externe mais aucun parement interne n’est signalé. La masse de la fortification est uniquement constituée de terre (Talon 1987). À l’inverse, le site de Catenoy « Le Camp de César » possède un double parement interne et externe et un noyau de sable argileux mêlé de quelques blocs de calcaire. Cette fortification ne possède qu’une largeur de 3 m, ce qui est bien éloigné du rempart du Camp de Bierre dont la largeur de 7,5 m implique un investissement humain bien différent (Blanchet et Talon 1987).

71Dans les régions plus éloignées, les comparaisons semblent plus probantes. On peut citer les sites bourguignons du « Châtelet » d’Étaules et de « Myard » à Vitteaux, tous deux fouillés par Jean-Pierre Nicolardot (Nicolardot 2003). Ils sont constitués de parements interne et externe et d’un blocage de pierre sèche. Leur largeur est très comparable à celle du « Camp de Bierre ». Il faut cependant signaler que ces fortifications recouvrent des systèmes défensifs plus anciens, cet état de fait peut expliquer leur volume plus important (26 m de large à la base pour le rempart du « Châtelet » d’Étaules). De plus leur fonction est différente de celle attribuée au rempart de l’enceinte n° 1 du Camp de Bierre puisqu’ils correspondent à des barrages d’éperons naturels. Ces deux fortifications bourguignonnes sont principalement occupées au cours de l’étape moyenne du Bronze final.

72Enfin il est possible de trouver des comparaisons pertinentes dans les îles britanniques. Ainsi le rempart de Worlbury est organisé en paliers parementés dont la masse est constituée d’un blocage de terre et de pierres (Hogg 1975).

73Finalement, le rempart du « Camp de Bierre » ne semble pas connaître d’équivalent dans le Nord-Ouest de la France. En effet, sa structure, majoritairement constituée de pierre, la présence d’un parement interne soigné et le volume considérable de cette fortification en font pour l’heure un unicum en Normandie. Cet état de fait peut être dû aux carences des recherches archéologiques dans le domaine des sites de hauteur fortifiés protohistoriques, ce qui implique souvent une vision faussée de ce type d’habitat. Ainsi la Normandie est souvent associée, pour la protohistoire, à des systèmes fortifiés à base de terre suite aux travaux de M. Wheeler dans les années 1930. Cette idée doit être revue car les populations protohistoriques semblent démontrer un certain pragmatisme en utilisant les matériaux les plus facilement exploitables dans la périphérie immédiate du lieu qu’ils souhaitent fortifier.

3.2. Un habitat du Premier Âge du fer sur le site de "La Campagne" à Basly (Calvados)

74Les architectures du Premier Âge du fer et les zones de rejets de mobiliers dans le grand fossé dessinent sur quelques hectares, depuis l’éperon vers l’ouverture du plateau, une organisation assez claire dans l’hypothèse d’un ensemble synchrone (fig. 16) : une cour résidentielle sur l’éperon lui-même, un espace de stockage ouvert à une cinquantaine de mètres du grand fossé et une nécropole à enclos monumental (San Juan et Le Goff 2003) s’écartant nettement de l’axe de l’éperon mais qui reste en revanche très proche des zones de vie quotidienne, pas plus de 150 m du fossé de l’éperon. Tous ces espaces sont très certainement en covisibilité à l’Âge du fer et définissent l’emprise globale de l’habitat lui-même, laissant entendre que le domaine des cultures et des pacages puissent être reporté aux marges de cette zone.

3.2.1. Le mobilier de la seconde phase de comblement du fossé

75Face à la quantité très importante de céramique, une première expertise a été conduite sur près de 3000 tessons représentant une masse de 48,5 kg. L’étude typologique de la céramique dans son contexte stratigraphique est toujours en cours. Cependant, deux ensembles distincts, situés de part et d’autre de l’interruption du fossé, semblent d’ores et déjà se dégager.

76Au sud de cette entrée, le fossé a été sondé sur près de 10 m de longueur. L’assemblage céramique rassemble une soixantaine d’individus. La forme la plus représentée est sans conteste l’écuelle carénée qui le plus souvent bénéficie d’une finition soignée. Les décors assez rares sur ces productions consistent en de fines incisions et cannelures qui viennent souligner la carène ou lèvre. Les bols, moitié moins nombreux que les écuelles, bien que présentant le plus souvent une finition soignée, ne comportent aucun décor. Les vases, rencontrés dans les mêmes proportions, sont eux de finition moins soignée. En revanche, ils sont fréquemment ornés de décors digités placés sur le diamètre maximal des récipients qui peuvent présenter une carène douce. Enfin, on note au sein de ce premier corpus la présence de jattes, gobelets, coupelles et jarres dont les cols sont hypertrophiés. D’après les ensembles de référence disponible pour le nord de la France, il est possible de rapprocher l’ensemble à la phase 4 de Choisy-au-Bac (Talon 1987), étude à laquelle nous avons d’ailleurs emprunté la terminologie typologique. Par rapport aux assemblages régionaux il apparaît que ce corpus s’inscrit entre les assemblages du Bronze final et de la transition Bronze/Fer caractérisés par la présence de productions de tradition post « Deverel-Rimbury » ou d’inspiration « Plain Ware » et ceux des débuts de La Tène ancienne marqués par des productions proches de l’Aisne-Marne et surtout de gobelets à carène surbaissée.

Fig. 16 : Basly (Calvados) - L’occupation du Premier Âge du fer : vestiges architecturaux et mobiliers.

77Au nord de l’entrée, le second ensemble ne présente pour l’instant qu’une vingtaine de vases. Parmi ces derniers quelques productions semblent plus récentes. C’est le cas de certains vases à la carène très marquée, proches de certaines productions de l’Aisne-Marne ou d’un tesson orné d’un décor lissé, technique qui, à notre connaissance, n’apparaît que vers La Tène ancienne. À l’inverse, un vase présente une lèvre digitée, un cordon digité sous la lèvre et une ligne d’incisions sur une carène douce, registres décoratifs qui évoquent davantage des contextes de la transition Bronze final/Premier Âge du fer, comme à Hébécrevon dans la Manche, Chartrettes en Seine-et-Marne ou encore Pont-de-Metz en Picardie. Il faudra sans doute attendre la poursuite des investigations sur le mobilier mis au jour sur cette portion de fossé pour mieux cerner le contexte de remblaiement de cette partie du fossé.

78Le comblement du fossé a également livré de nombreux restes de faune. La transposition sur les coupes du relevé tridimensionnel n’étant pas achevée, l’étude archéo-zoologique a considéré le lot de restes fauniques comme un ensemble homogène. L’étude menée par Anna Baudry dans le cadre d’un mémoire de DEA soutenu à l’université de Rennes II a porté sur plus de 4400 restes dont un peu moins de la moitié ont pu être déterminés. L’essentiel du dépôt est composé de déchets alimentaires qui ont subi diverses altérations antérieures et postérieures à leur enfouissement. Le lot se caractérise par une forte proportion d’animaux juvéniles pour les principales espèces domestiques (bœuf, porc, mouton-chèvre).

79Les mammifères sauvages sont rares et ne représentent que 1 % du nombre total de restes déterminés. Seules les espèces communes comme le cerf, le sanglier et le chevreuil sont présentes. Aucune trace de découpe n’a été observée. Cependant, des parties comestibles et un bois de massacre de cerf attestent la chasse de cet animal. La faible présence, voire l’absence des restes les plus fragiles comme ceux appartenant aux petits mammifères, aux oiseaux, aux poissons et aux crustacés est sans doute attribuable aux mauvaises conditions de préservation du matériel et au fait que le tamisage des terres du fossé n’a pas été mené.

80L’échantillon comprend également un corpus de six espèces marines. Il s’agit essentiellement d’espèces comestibles fréquentant les plages sableuses du Calvados et qui se ramassent selon des techniques de pêche à pied.

81Trois types de matière première animale ont été utilisés sur le site. Quelques fragments de ramures, principalement des morceaux d’andouillers de cerf, sont porteurs de traces de découpe et de sciage. La découverte de traces de polissage sur une patelle illustre également l’utilisation de coquillages. Un seul objet fini a été récolté dans le fossé, il s’agit d’un poinçon réalisé dans un os long de grand mammifère.

82La grande diversité des restes fauniques témoigne de l’activité de l’habitat du Premier Âge du fer. Ce sont cependant les bœufs qui paraissent dominer l’approvisionnement en viande. La gestion semblerait essentiellement tournée vers la production bouchère qui se matérialise par un abattage intensif d’animaux de moins de deux ans. On peut s’interroger sur cet aspect et y voir un indice de haut rang social pour l’habitat.

83Le petit mobilier, l’outillage et la parure notamment, n’a pas encore été étudié. Parmi les types d’objets les plus faciles à identifier, la diversité des témoins : bracelets en lignite dont plusieurs ébauches, bracelets en terre cuite, pinces à épiler et anneaux en bronze, fusaïoles et pesons en terre cuite laisse présager du fort potentiel du site pour éclairer l’économie et la vie quotidienne d’un habitat au début de l’Âge du fer.

3.2.2. Les vestiges à l’extérieur de l’enceinte, entre la palissade néolithique et le fossé protohistorique

84De nombreuses graines carbonisées récupérées dans des trous de poteaux des bâtiments situés à l’extérieur de l’enceinte fortifiée ont permis d’obtenir quatre datations C14 cohérentes et en parfaite concordance avec deux dates obtenues à partir d’amas charbonneux au sein des rejets de mobiliers du fossé au cours du Hallstatt D. Les dates les plus probables pour ces bâtiments et les rejets du fossé indiquent une période entre le milieu du VIIIe et le début du VIe siècle.

85Les prélèvements de graines carbonisées issus des trous de poteaux des bâtiments 4 et 7 ont été l’objet d’une étude par Véronique Matterne-Zeck, avant datation. À l’exception de quatre fragments de coquilles de noisette et d’une semence de sureau hièble, une plante herbacée de grande taille qui colonise parfois les champs de céréales ou les bordures de champs cultivés, tous les restes correspondent à des grains de céréales. Une seule base de glume a été trouvée au sein du grain, ce qui atteste la destruction par le feu des enveloppes ou l’absence de celles-ci lors de la carbonisation.

86Les céréales représentées sont par ordre d’importance en nombre de restes : l’orge vêtue, le blé amidonnier, l’épeautre (?) dont un seul caryopse signalerait la présence et l’avoine, représentée par six caryopses. Ce faible nombre de restes ne permet pas d’attester que l’avoine était cultivée, mais qu’il s’agit plus vraisemblablement d’une espèce sauvage. L’amidonnier et l’orge vêtue sont deux espèces communes durant le Premier Âge du fer dans le Nord du Bassin parisien. Dès le Premier Âge du fer, le blé amidonnier et l’orge vêtue s’imposeraient sur ce site comme les espèces de base. Nous manquons malheureusement d’autres contextes pour étayer leur réelle importance.

87Les périodes antérieures au Premier Âge du fer ne sont pratiquement pas documentées d’un point de vue carpologique dans le département du Calvados. Les éléments de comparaison font défaut. Amidonnier et orge constituent néanmoins les seules espèces cultivées associées à des fours de l’âge du Bronze moyen et final sur le site de Tatihou (Manche). La culture de l’orge vêtue et du blé amidonnier semble donc prédominer durant toute l’époque protohistorique, au moins dans la région envisagée.

88Ce sont enfin les vestiges récupérés dans la fosse régulière 322, interprétée comme une structure de stockage à une vingtaine de mètres du fossé, qui apportent un éclairage chronologique très important sur la continuité des occupations protohistoriques. Le mobilier céramique est en effet attribuable sans difficulté à la fin du Premier Âge du fer. On identifie un grand gobelet à carène surbaissée et fond ombiliqué, élément caractéristique des phases IB et IIA de la culture Aisne-Marne. Dans la proche région, les sites de Caen « ZAC de Beaulieu » (14) ou de « La Fosse Touzé » à Courseulles (14) ont livré ce type de gobelet dans des contextes de la fin du Premier Âge du fer et du début de La Tène ancienne.

89Le reste du mobilier, plus ubiquiste s’accorde avec cette attribution. La jatte à cran trouve un parallèle dans la région sur le site de Cagny B77 (14). Dans l’est de la France, sur le site Bronze final IIIb de la « Butte du Hexenberg » à Leutenheim (Bas-Rhin). Dans le Bassin Parisien et le Nord de la France, elle constitue une évolution des jattes à bord lobé découvertes dans des contextes allant du Bronze final à la fin du Premier Âge du fer, vers les coupes à bords festonnées de la fin du Premier Âge du fer. Récemment, certaines ont été identifiées en contexte de La Tène ancienne à Villes-Saint-Jacques sur le site du « Bois d’Échalas ». On les retrouve sur plusieurs sites, à Floranges (Moselle) en contexte de transition entre le Hallstatt moyen et le Hallstatt final, à Nanteuil-sur-Aisne (Ardennes) au début du Hallstatt final ou Tavers (Loiret) au Hallstatt final. Ces exemplaires comme celui de Basly ne présentent que deux ou peut-être trois indentations séparées par un rebord horizontal.

3.2.3. Premiers bilans chronologiques et fonctionnels

90Une enceinte fortifiée est installée et certainement abandonnée avant la fin du Bronze final, mais l’indigence du mobilier ne permet aucunement de mieux situer son occupation au cours de cette période et d’éclairer sa fonction. L’ampleur du décapage du rempart ne permet pas non plus d’en préciser le tracé et de démontrer sa nature : barrage transversal ou délimitation d’une enceinte de type Ring-Fort comparable à celle découverte à Malleville-sur-Le-Bec dans l’Eure. Les vestiges de mobilier du Premier Âge du fer soulignent en revanche bien mieux la présence d’un important habitat à partir du début du VIe siècle, voire dès la seconde moitié du VIIe siècle. Son organisation transparaît à partir de trois pôles architecturés : une nécropole à caractère familial organisée autour d’un enclos carré, un groupe d’au moins huit bâtiments au centre du plateau, à une centaine de mètres maximum du grand fossé, évoquant un lieu voué au stockage. Le troisième pôle est suggéré par les abondants rejets de mobiliers dans le fossé qui témoignent de la pérennité d’un habitat de rang social élevé. Son cadre résidentiel a pu s’abriter également sur l’éperon, derrière un talus massif se superposant au tracé de celui du Bronze final. L’existence au début du Premier Âge du fer de cette seconde clôture pourrait expliquer la bonne conservation des deux lignes de poteaux antérieures et l’absence de perturbation sur la berme.

91Dans ce schéma d’occupation, l’éperon pourrait en conséquence avoir connu un abandon prolongé entre le Bronze final IIb-III et le début du Hallstatt D ou la fin du Hallstatt C. Le comblement du grand fossé paraît enfin pleinement accompli à la fin du Premier Âge du fer. Cependant, la récente découverte de murs en pierre sèche semble devoir ajouter au rythme des occupations de l’éperon une ultime phase se distinguant par de grands aménagements, appuyés sur le rebord du plateau et non plus organisés en fonction d’un barrage transversal. La fouille de Basly, celle plus récente de l’éperon de Banville à une dizaine de kilomètres au nord, devraient éclairer de façon spectaculaire la question de la continuité d’établissements à statut particulier qui semblent bien investir de façon privilégiée les reliefs des rares vallées de la plaine de Caen. Ces résultats en lien avec les études préventives devraient rapidement abonder la discussion sur l’hypothèse d’un éventuel essor d’enceintes fortifiées de plaine prenant le relais, à partir des Ve-IVe siècle, d’établissements comparables à ceux de Basly ou de Banville.

3.3. Les autres sites fréquentés aux étapes moyenne et récente du Premier Âge du fer

92L’éperon de Banville « La Burette » (Calvados) a été sondé en 2005 par G. Kerdivel dans le cadre d’une recherche sur l’occupation néolithique du site. Cette opération a révélé la présence d’un fossé massif qui a pu être attribué à la fin du Premier Âge du fer grâce à un ensemble céramique se trouvant à la base du comblement. L’ensemble, contemporain de celui documenté pour le site de Basly « La Campagne », peut être attribué à la phase finale du Premier Âge du fer. Dans le même secteur du Bessin, l’intervention conduite par Pierre Giraud sur le site du « Mont Cavalier » à Commes (Calvados) a révélé la présence d’une occupation diffuse centrée sur la fin du Premier Âge du fer. Largement remaniée par des aménagements au cours de La Tène finale, cette occupation n’est matérialisée que par la présence de tessons résiduels découverts en dehors de tout contexte stratigraphique.

4. Conclusion

93Comme dans toute la Gaule non méditerranéenne, la fréquentation des sites de hauteur fortifiés en Basse-Normandie semble principalement couvrir le Bronze final et le Premier Âge du Fer. Ces occupations semblent se décliner en deux phases distinctes séparées par un hiatus assez net. En effet, si certains sites sont occupés dès le Bronze final IIb/IIIa et souvent au cours du Bronze final IIIb, les autres connaissent une occupation principalement centrée sur les étapes moyenne et récente du Premier Âge du fer. Ce hiatus d’un siècle et demi qui couvre la fin du VIIIe siècle et la plus grande partie du VIIe siècle av. J.-C. semble être commun à la majorité des sites fortifiés de hauteur du Nord et du Centre de la France.

94Pour les sites de la première phase, il semble que la multiplication des occupations de hauteur, qu’elles soient fortifiées ou non, prend place dans une dynamique d’agglomération de l’habitat, propre aux étapes moyenne et récente du Bronze final, qui a pu se vérifier dans au moins deux secteurs de « plaine » en Normandie. Ainsi les sites de Malville-sur-le-Bec (Eure, Mare, à paraître) et de Cahagnes (Calvados, Jahier, à paraître) respectivement fouillés sur les tracés des autoroutes A28 et A84 ont révélé la présence de véritables concentrations de bâtiments d’habitation correspondant à une trame villageoise pour la fin du Bronze final. Il n’est pas exclu que la série des sites de hauteur documentés pour cette période en Normandie puisse s’inscrire dans ce phénomène qui tranche nettement avec les formes de l’habitat documentées pour le Bronze moyen/final I dans le complexe Manche-Mer du Nord (habitat dispersé enclos ou inséré dans une trame parcellaire comme à Tatihou, Marcigny et Ghesquière 2003).

95Contrairement aux sites occupés au cours de la première phase, les fortifications de la fin du Premier Âge du fer sont nettement mieux documentées en Basse-Normandie. Elles ont généralement été l’objet de fouilles récentes. La qualité et la pertinence de la documentation s’en ressentent et il est possible d’associer chronologiquement les structures d’habitat et les fortifications qui manquent aux sites de la phase précédente. Leur nombre est cependant trop restreint pour que leur présence constitue un phénomène caractéristique de cette période au cours de laquelle l’habitat de plaine semble prendre une importance qu’il ne présentait pas au cours des phases précédentes (Sites de Courseulles « La Fosse Touzé », Caen « ZAC de Beaulieu », Ifs « ZAC Object’Ifs Sud » ou Fleury-sur-Orne « La Casse »). Un important travail doit donc être mené afin d’élargir un corpus, certes mieux documenté, mais encore trop réduit pour pouvoir être véritablement intégré à la réflexion sur les formes de l’habitat à la fin du Premier Âge du fer.

Bibliographie

Bibliographie

Adam A.-M. et Lasserre M., 2001, La Butte de Hexenberg à Leutenheim (Bas-Rhin) : un habitat fortifié de la fin du Bronze final, fouilles de 1994 à 1999 – Bulletin de la Société Préhistorique Française, n° 98, 2001. pp. 311-324.

Audouze F. et Buchsenschutz O. 1989, Villes, villages et campagnes de l’Europe celtique, Paris, Errance.

Blanchet J.-C. et Talon M. 1987, L’éperon barré du « Camp de César » à Catenoy, Oise, à l’Âge du bronze final, premiers résultats, in Actes du colloque de Lille, Revue archéologique de Picardie.

Caylus A.C.P., Comte de, 1761, Remarque sur les Essuvii de César et les Itessui dePline, sur deux anciens camps romains situés à Bière et au Chatelier près d’Argentan, Recueil d’Antiquités égyptiennes, étrusques, grecques et romaines. T. IV, p. 381-385.

Coutil L., 1909, Essai d’inventaire des mottes et enceintes du département de L’Orne, Congrès Préhistorique de France, Paris, p. 599-320.

Edeine B., 1938, Les Camps Préhistoriques de Bierre (Orne), Bulletin de la société historique et archéologique de l’Orne, 1938.

Galeron J.-F, 1835, Rapport sur les monuments historiques de l’arrondissement d’Argentan, Mémoires de la société des antiquaires de Normandie, T. IX., p. 431-494.

Gruat P., Marty G. et Marchand G., 2003, Systèmes de fortification de l’habitat de hauteur du Puech de Mus à Sainte-Eulalie-de-Cernon (Aveyron) au Ve s. av. J.-C., Documents d’archéologie méridionale 26, p. 63-157.

Hogg A.H.A., 1975, Hill-Forts of Britain, Hart-Davis, MacGibbon, Londres.

Jahier I., 1997, « La Fosse Touzé » à Courseulles-sur-Mer » (Calvados) - rapport de fouille archéologique préventive – SRA Basse-Normandie.

Jousset dr., 1867, « Bellême, archéologie, le Crochemêlier », Bulletin Monumental, 33ème volume, p. 3 à 8.

Jousset dr., 1907, L’âge du Bronze dans le Perche, Congrès Préhistorique de France, Le Mans, p. 295 à 298.

Lepaumier H., San Juan G., 2006, L’éperon barré de « La Campagne » à Basly (Calvados). Étude préliminaire : la céramique du Premier Âge du fer, Bulletin de l’Association pour l’Étude de l’Âge du Fer, n° 22, p. 25-26.

Marcigny C., Ghesquiere E., 2003, L’île de Tatihou (Manche) à l’Âge du bronze, habitats et occupation du sol, Documents d’Archéologie Française n° 96.

Milcent P.-Y., 2004, Le Premier Âge du fer en France centrale, Société Préhistorique Française, mémoire XXXIV, 2 vol., 718 p. dont 132 pl.

Nicolardot J.-P., 2003, L’habitat fortifié pré et protohistorique en Côte d’Or – Les camps de Myard à Vitteaux et le Châtelet d’Étaules dans le contexte archéologique régional (du Ve millénaire au IVe siècle avant J.-C.), Revue archéologique de l’Est, supp. n° 19.

Odolant-Desnos P.-J., 1787, Mémoire historique sur la ville d’Alençon et sur ses seigneurs, précédé d’une dissertation sur les peuples qui ont habité anciennement le Duché d’Alençon et le Comté du Perche, et sur l’état ancien de ces pays. Alençon, Malassis le Jeune impr., 2 vol.

San Juan G., 2001, Le site protohistorique de « La Campagne » à Basly, Calvados, rapport de fouille archéologique programmée, SRA Basse-Normandie.

San Juan G., Le Goff I., 2003, La nécropole hallstattienne de « La Campagne » à Basly (Calvados), in Mandy B. et De Saulce A. dir., Les marges de l’Armorique à l’Âge du fer. Archéologie et Histoire : culture matérielle et sources écrites. Actes du XXXIIIe colloque de l’AFEAF, Musée Dobrée, Nantes, 13 au 13 mai 1999, Revue archéologique de l’Ouest, Supplément n° 10, p. 59-102.

San Juan G., Ghesquiere E., Fontugne M., Fromont N., Gallouin E., 2006, Une enceinte fortifiée du troisième millénaire avant J.-C. à Basly dans le Calvados : résultats préliminaires. Actes du 24e Colloque interrégional sur le Néolithique, Orléans, 19-21 novembre 1999, 27e Supplément à la Revue archéologique du centre de la France, p. 327-348.

Van Den Bossche B., 2005, Le Mont Joly à Soumont-Saint-Quentin, Calvados – Mémoire de Master 1, Université de Paris 1.

Vimont E., 1884, Le Camp de Bierre, Bulletin de la société historique et archéologique de l’Orne n° 3, p. 198 à 210.

Verron G., 1983, Le Camp de Bière – Commune de Merri (Orne), Rapport de sauvetage, SRA Basse-Normandie.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : répartition des sites de hauteur du Bronze final et Premier Âge du fer en Basse Normandie.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6382/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende Fig. 2 : mobilier métallique et céramique mis au jour par le Dr Jousset sur le site d’Igé « Le Crochemélier » (Orne) – clichés P. Corbierre SRI BN.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6382/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende Fig. 3 : vue aérienne du site d’Igé « Le Crochemélier » avec implantation des tranchées conduites en 2006.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6382/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Légende Fig. 4 : structures du Bronze final mises au jour lors de l’intervention de 2006 sur le site d’Igé « Le Crochemélier », DAO C. Simon.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6382/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Légende Fig. 5 : mobilier céramique issu des sondages de 2006 sur le site d’Igé « Le Crochemélier ».
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6382/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 6 : Basly (Calvados) - Plan général des structures fouillées entre 1997 et 2009 sur le plateau de “La Campagne”.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6382/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende Fig. 7 : Basly (Calvados) - L’occupation du Bronze final : vestiges architecturaux et mobiliers.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6382/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 8 : mobilier du Bronze final mis au jour lors du diagnostic conduit par C. Marcigny (Inrap) sur le site d’Exmes « Le Bourg », DAO E. Gallouin (Inrap).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6382/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende Fig. 9 : vue aérienne du site de Merri « Le Camp de Bierre » depuis le sud-est, cliché G. Guillemot.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6382/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Légende Fig. 10 : cartographie des structures défensives du site de Merri « Le Camp de Bierre » et localisation de la zone de fouille traitée en 2006.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6382/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende Fig. 11 : relevé en plan du paléosol du Premier Âge du fer mis au jour sur le secteur 1 lors de la fouille du site de Merri « Le Camp de Bierre » en 2006.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6382/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 12 : vue depuis le nord du paléosol du Premier Âge du fer mis au jour sur le secteur 1 lors de la fouille du site de Merri « Le Camp de Bierre » en 2006.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6382/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 13 : mobilier céramique associé au paléosol du Premier Âge du fer sur le site de Merri « Le Camp de Bierre ».
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6382/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende Fig. 14 : relevé du parement interne du rempart du Premier Âge du fer du site de Merri « Le Camp de Bierre ».
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6382/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 15 : coupe globale du secteur de fouille documenté en 2006 sur le site de Merri « Le Camp de Bierre ».
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6382/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 16 : Basly (Calvados) - L’occupation du Premier Âge du fer : vestiges architecturaux et mobiliers.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6382/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 145k

Auteurs

SRA Basse-Normandie

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search