Version classiqueVersion mobile

L’âge du Fer en Basse-Normandie. Gestes funéraires en Gaule au Second-Âge du Fer. Volumes I et II

 | 
Philippe Barral
, 
Bernard Dedet
, 
Fabien Delrieu
, 
et al.

Volume I. L’Âge du fer en Basse-Normandie. thème régional

Regard sur les formes de l’occupation protohistorique dans les plaines du Calvados du point de vue de la prospection aérienne (1986-2010)

Jean Desloges et Anne Ropars

Résumé

La prospection aérienne menée de façon systématique dans la Plaine bas-normande depuis 20 ans révèle l’existence d’une trame très dense d’établissements fossoyés se rapportant aux périodes protohistoriques. L’exploitation de ce potentiel de connaissances a permis à l’archéologie préventive de donner un cadre de références qui, à son tour, vient nourrir une réflexion globale sur le peuplement et la mise en valeur de cette région, en particulier à l’Âge du fer. Cet article évoque à grands traits quelques-uns des phénomènes de répartition perceptibles dans la partie septentrionale de la Plaine.

Texte intégral

Je placerai Bouvard et Pécuchet entre la vallée de l’Orne et la Vallée d’Auge, sur un plateau stupide entre Caen et Falaise.
FLAUBERT (Correspondance, 1874)

1. La plaine bas-normande

  • 1 Le Terme Géographique De « Campagne » Est Abandonné Par L’Usage Courant.

1L’historien exalte l’unité de la Basse-Normandie. Le géographe voit au contraire une terre de contrastes et de contacts. Terrains Anciens et Secondaires se partagent l’espace en trois grands ensembles. À l’ouest et à l’est, les paysages sont conformes à l’image de la Normandie traditionnelle, avec ses vallonnements et ses herbages entourés de haies vives. Au centre, une longue dépression tranche par ses grands espaces découverts. Cette sous-région, désignée sous le terme générique de Plaine1 s’égrène sur une centaine de kilomètres à l’intérieur des terres. Très étroite dans la région d’Alençon, elle s’évase progressivement pour offrir un débouché largement ouvert sur la mer (fig. 1).

  • 2 Nous N’Entrons Pas Ici Dans Le Débat Sur La Bipolarité Openfield / Bocage, Ni Sur La Question Des O (...)
  • 3 Recherches Pluridisciplinaires Actuellement En Cours : « Archéologie Du Paysage De La Plaine De Cae (...)

2De nos jours, la Plaine bas-normande se consacre exclusivement à la grande culture. On a quelque raison de penser que le régime d’openfield céréalier n’est pas une création récente2. Les prémices sont perceptibles dès le Néolithique (Clet-Pellerin et Verron 2004), et surtout au Bronze avec une forte anthropisation du paysage (Marcigny et Ghesquière 2003). Les données environnementales3 ne contredisent pas encore une vieille idée selon laquelle les premiers agriculteurs auraient trouvé ici de grandes étendues de prairies naturelles (Gidon 1918). Cette trouée dans la forêt primaire aurait favorisé l’essor précoce des activités agricoles dans une sorte de croissant fertile de terres hospitalières. Convenons que les preuves objectives de ce paysage de Far West manquent encore. Il faut tenir compte d’un autre facteur non moins évident : la réceptivité. La Plaine bas-normande a une vocation naturelle, celle d’offrir un canal privilégié pour les flux venant de la côte comme de l’intérieur. Vecteur des hommes et des idées, la Plaine reste profondément marquée par cette causalité qui vaut pour toute l’échelle des temps (Desloges, Bernouis 1999).

3Si l’on y regarde de plus près, l’homogénéité géologique de la Plaine, sous-tendue par la frange jurassique du Bassin anglo-parisien, cache une certaine diversité paysagère. Pour simplifier, deux sous-ensembles se détachent : les Plaines du Calvados, au nord (Plaines de Caen, de Saint-Sylvain, de Falaise-nord, de Saint-Pierre-sur-Dives), et les Plaines de l’Orne (Plaines de Falaise-sud, Trun, Argentan, Sées, Alençon). À une échelle plus petite, le principe de récursivité permet d’établir d’autres subdivisions pour isoler tel ou tel plateau.

2. Caractères des Plaines du Calvados : Caen, Falaise, Saint-Pierre-Sur-Dives

  • 4 Loess calcaires weichseliens.

4Ces Trois Micro-Régions Nous Intéressent En Raison De La Densité Exceptionnelle Des Structures Protohistoriques Qui S’Y Trouvent (fig. 2). L’Ensemble Dessine Vaguement Un Trapèze De 50 Km De Longueur Pour Une Largeur Moyenne De 20 Km (environ 100-000 Ha) Et Calque À Peu Près L’Aire Du Calcaire Bathonien. Barré À L’Horizon Par Les Hauteurs Du Pays D’Auge Et Du Bocage, Le Paysage N’Est Pas Monotone Au Sens Beauceron. C’Est Une Suite D’Ondulations Plus Ou Moins Marquées, Entrecoupées Par Un Cloisonnement De Vallons Secs. Les Vallées Drainées Sont Peu Nombreuses. L’Orne Étale Une Large Vallée Au Sortir Des Terrains Anciens ; Le Laizon Sépare Les Plaines De Caen Et De Falaise. Aux Marges, La Seulles Constitue Une Interface Discrète Avec Le Bessin. La Laize Marque Une Rupture Plus Franche Vers L’Ouest. Au Contraire, Les Limites Orientales Se Fondent Dans Les Marais De La Vallée D’Auge. Enfin Les Monts D’Eraines Referment La Plaine Vers Le Sud, Limitant Le Passage À Un Étroit Goulet Sur La Dives. Deux Types De Sols Se Partagent L’Espace. Une Épaisse Couverte De Limon Éolien4 Enveloppe Le Plateau Sub-Littoral Et Le Nord De La Plaine-De-Caen, Puis S’Amenuise Vers Le Sud Et Cède La Place Progressivement Aux Sols Minces (rendosols), Ponctués Ici Et Là Par Des Placages De Limon Résiduels.

5La Culture Céréalière A Su Tirer Parti Des Sols Épais (froids) Comme Des Sols Minces (chauds). Elle A Bénéficié En Outre De L’Ombre Pluviale Du Bocage. Sécheresse Relative, Relief Peu Marqué, Sols Fertiles, Toutes Ces Conditions Idéales Ont Une Contrepartie. En Effet, La Perméabilité Du Sous-Sol Rend Difficile Le Captage Des Eaux Souterraines En Deçà D’Une Profondeur De 20 M. Les Cours D’Eau Ont Certes Un Régime Régulier En Toute Saison - Des Flottilles De Gabares Pénétraient Autrefois Profondément Dans Les Terres - Mais La Plupart S’Écoulent En Périphérie. Cela Ne Diminue En Rien Leur Rôle Dans La Circulation Des Hommes Et Des Biens Mais Pose Toute La Difficulté De L’Approvisionnement En Eau De Consommation, Voire En Eau Nécessaire Aux Activités Artisanales Comme La Poterie Ou Le Textile. À Telle Enseigne Que L’On S’Est Souvent Demandé Si L’Habitat Vernaculaire Ne Tirait Pas Son Origine Du Regroupement Des Feux Autour Des Puits (chauvel 1921). Nous Reviendrons Plus Loin Sur Cette Intéressante Question.

3. La Prospection aérienne, du ponctuel au global

  • 5 Le cimetière d’Ifs (Varoqueaux 1966), les sépultures hallstattiennes de Soumont-Saint-Quentin (Edei (...)
  • 6 À Mondeville près de Caen. L’auteur s’attarde surtout sur le cimetière attenant.

6La Prospection De La Plaine A Débuté En 1986 Dans Le Cadre Du Programme National D’Amélioration De La Carte Archéologique. Survols Systématiques Et Examen Des Couvertures Ign À Haute Altitude Ont Été Mis En Œuvre Et Complétés Par Des Campagnes De Prospection Au Sol (desloges Et Al. 1999). La Grande Réussite Du Programme Aura Été De Révéler Les Traces D’Une Occupation Protohistorique D’Une Densité Jusqu’Alors Insoupçonnée. Rappelons Que Les Connaissances Antérieures Se Limitaient Au Matériel Patiemment Collecté Par La Société Des Antiquaires De Normandie. À Peine Si Des Sites D’Éperon Comme Le Mont Joly À Soumont-Saint-Quentin Ou Le Camp De Blainville Avaient Fait L’Objet de quelques fouilles (Doranlo 1926). L’après-Guerre avait vu à deux reprises s’enrichir le corpus de l’Âge du fer grâce à des fouilles d’inhumations5 . Ce n’est qu’en 1982 qu’une nouvelle étape était franchie avec l’étude d’un ensemble de structures domestiques du Second Âge du fer près de Caen (Jigan 1993). Finalement, un tel bilan, issu des découvertes fortuites, laissait en blanc le chapitre de l’habitat de plaine. Il fallait remonter à la fin du XIXe siècle pour trouver une description évoquant les structures que l’on qualifierait aujourd’hui de ferme indigène (Beaurepaire 1880)6.

  • 7 Entendre par "site", une catégorie "exploitable" en termes d’archéologie préventive (enclos, systèm (...)

7Une question récurrente concerne la contribution de l’aérien en termes de représentativité. L’inflation de l’archéologie préventive ces dernières années sur la scène économique de Caen a permis d’évaluer la part de la prospection aérienne par le biais de la « scarification » diagnostique. Dans ce cadre, les acquis de l’aérien représentent plus de 80 % du total des sites identifiés7. Fort du constat qu’aucun type de sol n’est totalement réfractaire à la détection aérienne, nous en déduisons que l’image cumulative fournie par la cartographie des découvertes constitue une base de réflexion solide.

Fig. 1 : grandes unités paysagères du Calvados et de l’Orne.

8Le programme est encore aujourd’hui placé prioritairement sous le signe de l’acquisition des données. Les mutations économiques, dévoreuses d’espace, mais aussi les mutations du monde agricole avec l’érosion catastrophique des sols, constituent des conditions d’urgence. De ce fait, l’exploitation des données statistiques, comme l’analyse spatiale, en sont encore aux généralités. Pour l’heure, il est certain que les aléas de la détection n’expliquent en rien les anomalies de répartition des vestiges. Celles-ci procèdent de choix d’occupation de l’espace dont les mobiles restent à découvrir.

Fig. 2 : plaines du Calvados : les micro-régions (en haut) et la densité de l’occupation protohistorique révélée par la prospection aérienne (en bas).

Fig. 3 : Éterville. Enclos agraires dans la Plaine de Caen. L’image aérienne en écrasant la chronologie renseigne sur la longue durée et les phénomènes de permanence.

Fig. 4 : Ifs. Aspect de la trame protohistorique dans une zone de forte densité d’occupation.

4. Galerie de portraits

9L’image aérienne est faite d’un imbroglio de traces dans lequel on s’efforce de reconnaître la signature protohistorique par référence aux modèles de l’archéologie de terrain. Il est entendu que l’identification chrono-culturelle demeure souvent conjecturale tant que les fouilles n’ont pas administré une preuve tangible. Partant du présupposé que les rapports sociaux transparaissent dans les modes d’appropriation du sol, « l’ordre » des sociétés est censé se cacher derrière cette nébuleuse de formes et de spectres aux allures de chaos biblique. La tâche du prospecteur se borne plus prosaïquement à classer les vestiges suivant un système d’appellations, la difficulté étant de prendre en compte la totalité des structures visibles et non seulement les « sites », qui ne sont que les nœuds de la trame. Pour notre part, cela revient à hiérarchiser les structures selon leur niveau de complexité. Au sommet de l’échelle, on trouvera, par exemple, les grands systèmes d’enclos. Qu’il s’agisse de fermes gauloises n’est pas induit du raisonnement.

4.1. Les enceintes

  • 8 Nous n’évoquons pas ici le cas des enceintes en chapelet de fosses de type néolithique.

10Parmi les établissements aux formes élémentaires, les enceintes elliptiques présentent un système fossoyé peu complexe, sans évolution apparente. De telles structures sont rares, la recherche aérienne n’en recense qu’une quinzaine. Le caractère défensif n’est nullement prépondérant. Un fossé-péribole aux courbes irrégulières délimite une aire dont la superficie peut atteindre deux à trois hectares. La clôture présente une ou plusieurs interruptions, sans préférence d’orientation ; elle abrite quelques fosses clairsemées8. À l’extérieur, on remarque souvent une grande anomalie maculiforme, trace possible d’une mare ou d’une carrière. Aucune structure de type parcellaire, par exemple, ne vient s’y rattacher. On note néanmoins la proximité de petits enclos à caractère funéraire. À Magny-la-Campagne, dans la Plaine de Saint-Pierre-sur-Dives, deux enceintes sont proches l’une de l’autre, mais c’est l’exception.

11Une grande enceinte au tracé curvo-linéaire tient une place emblématique dans cette catégorie. Elle a été photographiée à Fleury-sur-Orne dans la banlieue sud de Caen, sur le plateau qui domine d’une vingtaine de mètres la vallée de l’Orne. Une courte opération de sondages, en 1992, a permis de situer l’occupation à la charnière du Premier/Second Âge du fer (Jahier 1992). Un semis de trous de poteau colonise l’intérieur, mais l’originalité réside surtout dans les rejets d’ossements humains déconnectés et de quartiers de chevaux suggérant des pratiques cérémonielles. On remarque à peu de distance une présence funéraire sous la forme de petits enclos géométriques (fig. 5).

12À la même époque, un sondage effectué sur le fossé d’une enceinte elliptique située à une dizaine de kilomètres au nord de Caen, à Thaon, a livré des éléments céramiques attribués au Bronze ancien (Chancerel 1992).

13Nous englobons, dans cette catégorie, des enclos curvilignes d’une emprise plus petite mais présentant sensiblement les mêmes caractéristiques (fig. 6). Ce type a été reconnu pour la première fois au cours des opérations préventives réalisées à Mondeville dans les années 80. Les datations obtenues se rapportent au Chalcolithique et au Bronze (Chancerel et al. 2006). Une petite enceinte de type « ring fort », repérée à Cagny, a été datée du Bronze moyen (Chancerel 1992).

14Quelle que soit leur fonction dans les pratiques agricoles ou sociales, ces enceintes, dont l’archétype est sans doute directement issu du Néolithique, semblent perdurer jusqu’à la fin du Premier Âge du fer. On aimerait pouvoir mettre en regard l’occupation des retranchements d’éperon, comme le Mont Joly ou la Burette à Banville, qui fonctionnent en parallèle jusqu’à leur déprise complète au Second Âge du fer.

Fig. 5 : Fleury-sur-Orne. Une grande enceinte de La Tène ancienne se détache au milieu des formations d’argile à silex et du réseau de fracturation du socle. Deux enclos circulaires (non visibles sur le cliché) et un petit enclos quadrangulaire semblent faire partie de cet ensemble desservi par un chemin.

4.2. Les enclos simples

  • 9 Les causes de l’absence de mottes dans la Plaine de Caen sont sans doute liées à la centralisation (...)

15Les enclos et systèmes d’enclos angulaires se chiffrent par centaines. Ils font partie des vestiges communément attribués au Second Âge du fer. Précisons que la confusion avec des structures plus récentes n’est guère possible, Le Moyen Âge, à tout le moins dans la Plaine, ne semble pas connaître d’enclos fossoyés hors village, de même qu’il ne connaît pas les mottes castrales9.

16Dans certains secteurs, la densité atteint des records avec un enclos tous les 500 m en moyenne. La configuration de base comprend un enclos sub-quadrangulaire unique qui rassemble une gamme restreinte de structures verticales et souvent une excavation de type mare ou carrière (fig. 7). L’absence de chemin de desserte et d’aménagements externes peut établir une situation d’autonomie relative. La présence d’entrées à antennes ou à resserrement en chicane oriente fréquemment l’interprétation vers une fonction pastorale.

Fig. 6 : Saint-Sylvain. Petite enceinte cordiforme et enclos circulaire.

Fig. 7 : Lasson. Type d’enclos agraire très fréquent dans la Plaine de Caen.

17Au sud-ouest de Caen, plusieurs de ces enclos, parfaitement rectangulaires, ne sont pas sans rappeler les Viereckschanzen. L’un d’eux a fait l’objet d’une fouille partielle en 1987, à Rocquancourt, à 10 km au sud de Caen. La surprise est venue du sondage réalisé près de l’entrée ouverte au Nord. Les éléments céramiques recueillis sont indiscutablement datables des Ier/ IIe siècles de notre ère (Billard et Desloges 1987).

18La datation est moins problématique pour un type d’enclos quadrangulaire, presque carré, d’une superficie proche de l’hectare. Il se distingue par un doublement entier ou partiel de la clôture et par d’abondantes fosses internes. Ce type a été rencontré près du littoral et au centre de la Plaine de Caen. Une opération préventive a permis d’ouvrir un enclos de ce type à Courseulles, à quelque distance de l’estuaire de la Seulles. Il est daté du Premier Âge du fer (Jahier 1997). La prospection aérienne montre que ce grand enclos s’inscrit dans une campagne côtière très structurée comme on le verra plus loin. Les fouilles orientent l’interprétation vers une fonction de regroupement des hommes et des denrées, autrement dit un « village ». D’autres exemplaires, puissamment ceinturés, correspondent peut-être à des refuges dans des contextes éloignés des points de hauteurs.

19Nous donnons le qualificatif de « villages-greniers », à des enclos simples, quadrangulaires, d’une emprise inférieure à l’hectare, caractérisés par de nombreuses fosses rangées sur le périmètre intérieur. Ces établissements se distinguent des fermes indigènes par un plan sans exubérance et une taille relativement restreinte. Les fouilles de Mondeville-l’Etoile ont fait connaître ce type d’enclos très abondant dans la Plaine de Caen (Besnard-Vauterin 2009). En dehors du champ de l’archéologie préventive, un enclos rectangulaire aux angles saillants a fait l’objet d’un court sondage, près de Saint-Sylvain (fig. 8). L’image aérienne montre que le fossé était flanqué d’un important talus aujourd’hui arasé. En deçà, les fosses périphériques correspondent à des caves attribuables à La Tène finale. Celles-ci pénètrent d’environ 2 m dans le sol, pour une longueur variable. Un appareil de piliers en bois disposé contre les parois soutient les superstructures qui se prolongent en surface pour constituer des bâtiments sur poteaux (Desloges et Delrieu 2005).

4.3. Les systèmes d’enclos ou fermes indigènes

20Les petits assemblages d’enclos jointifs constituent de loin la catégorie la plus fréquente. C’est un type de structure dominant dans certains secteurs comme le Nord-Ouest ou la Plaine de Falaise. Le dispositif, en dépit d’expressions très variées, se réduit toujours à la juxtaposition de deux cellules. Il s’agit parfois un seul enclos divisé par un fossé de refend (fig. 9). Plus souvent, deux enclos inégaux sont accolés par l’un des côtés. L’image du premier est bien marquée, de nombreuses fosses se trouvent à l’intérieur. Le second, plus discret, est pratiquement exempt de structures visibles. De toute évidence il s’agit d’établissements basiques associant une demeure à un simple corral ou jardin. Une « mare » ou des extensions non encloses apparaissent souvent à proximité (fig. 10).

21Une série de sondages a été réalisée il y a quelques années sur un groupe de ces petites fermes détecté dans l’interfluve Seul-les-Mue, aux confins du Bessin. L’opération a permis entre autres, de les dater du Second Âge du fer (San Juan et al. 1999). De telles « tenures », rarement isolées, pourraient indiquer un mode de division du travail dévolu à une paysannerie « familiale ». La tendance au regroupement évoque des installations de type pionnier. Sur le plan spatial, il semble que ces fermettes et les grands établissements de type « ferme indigène » s’excluent mutuellement.

Fig. 8 : Billy. Cet habitat encadré par un fossé et un talus dont on perçoit le négatif, est daté de La Tène-finale. On remarque l’alignement de l’enclos sur les diaclases du sous-sol. Un couple d’enclos circulaires arasés se devine au premier plan.

Fig. 9 : Bourguébus. Petite ferme constituée par un enclos cloisonné et une mare extérieure.

Fig. 10 : Chicheboville. Petite ferme constituée par deux enclos accolés. Parmi les extensions, on distingue la trace d’un grand bâtiment naviformes sur poteaux.

Fig. 11 : Ouville. Grand système d’enclos dans la Plaine de Saint-Pierre-sur-Dives.

Fig. 12 : Airan. Grande ferme indigène. Une première phase est constituée par deux enclos curvilignes aux entrées simultanées.

Fig. 13 : Poussy. Ferme indigène dans la Plaine de Saint-Sylvain.

  • 10 À distinguer des habitats non-enclos.

22Les systèmes complexes que l’on assimile souvent aux aedificia de César, sont peu nombreux. Ils se trouvent principalement au centre et à l’Est de la Plaine. L’isolement relatif au sein d’un espace important renforce l’idée aristocratique. L’imbrication des fossés, les repentirs et transformations de toutes sortes, signent une certaine stabilité. Aucune forme d’aménagement parcellaire n’y est associée. On distingue deux types. Le premier est qualifié de « système ouvert »10. Il s’agit d’une accrétion d’enclos de dimensions diverses qui se développe sans contrainte spatiale (fig. 11). Ces établissements apparaissent quelquefois comme de véritables hameaux où l’on peut différencier les habitats et les dépendances : jardins, pacages ou prés de fauche etc. Le second type est un « système fermé ». L’ensemble des installations est ramassé à l’intérieur d’une grande clôture. (fig. 12).

23Les grandes fermes semblent spécialisées dans l’exploitation des plateaux les plus étendus. Une dizaine d’entre elles, par exemple, sont implantées en haut des pentes bien exposées du bassin de Saint-Sylvain. Ce n’est sans doute pas un hasard si ce secteur a livré une villa monumentale dont l’existence était suspectée depuis Arcisse de Caumont.

24Quelques grands systèmes d’enclos présentent des traces de romanisation. À Olendon (ollo dunum), dans la Plaine de Falaise et à Saint-André-sur-Orne, près de Caen, l’enclos central révèle un petit bâtiment en pierre comprenant trois cellules. À Colleville, sur le plateau littoral, la ferme gauloise s’est complètement effacée au profit d’une villa de plan classique. Il n’est pas exclu que la tradition indigène ait perduré et que certaines villae soient travesties à la mode gauloise. On pense à ces grands établissements géométriques dans lesquels une sorte de mail central distribue deux cours et un enclos domestique situé au fond d’une grande clôture rectangulaire (fig. 13). Sans être une donnée significative, les prospections de surface ont livré ponctuellement des tessons de poterie gallo-romaine à l’emplacement de ce genre d’établissement.

25Petites fermes ; grandes fermes, il existe entre les deux, une variété éclectique de systèmes intermédiaires. C’est une catégorie bien répartie dans tous les compartiments de la Plaine. Ces systèmes d’enclos sont quelquefois reliés en grappes par des pistes ou des tranchées qui établissent une sorte de lien territorial. Les fouilles de la zone économique d’Object’Ifs-Sud ont permis d’étudier deux de ces établissements dans leur contexte (Le Goff 2008). Cette opération, étendue sur 20 hectares, a soumis en grandeur nature l’image aérienne à l’épreuve de l’archéologie de terrain. L’exercice a confirmé la réalité d’un « terroir » orienté sur des formes proto-parcellaires évoquant un espace assolé. Cela suffit-il pour affirmer qu’une telle géométrisation est signe de planification agricole ? (Chouquer 2005) Quels que soient les termes du contrat social, un tel système aurait franchi le stade de l’agriculture primaire (Mazoyer et Roudart 1998). Il n’est pas impossible à tout prendre que cette division de l’espace ait une autre signification et soit liée par exemple à des pratiques d’élevage sélectif comme l’élevage équin.

Fig. 14 : Escoville. Vue partielle d’un enclos atypique de la région de Caen. Le dispositif de fossés autour d’un petit enclos central n’évoque pas uniquement une fonction agro-pastorale.

  • 11 Aucune confusion n’est possible avec les grandes ellipses d’essartage très fréquentes dans le Pays (...)

26Des terroirs similaires ont été identifiés à Mondeville, près de Caen et au Sud de la Plaine de Caen, à Falaise, à Sassy. Cependant, les recherches aériennes montrent que ce système en grappe n’apparaît que ponctuellement comme s’il s’agissait de grandes clairières.11 À Object’Ifs- Sud, la prospection aérienne montre que le terroir s’étend très peu au-delà des limites de fouille. Des prolongements existent vers le Nord, à Cormelles-le-Royal et vers l’Est à Soliers, mais le paysage agraire change vite. L’espace est alors investi par des « petites fermes » dispersées, sans coordination apparente.

27Parmi les enclos atypiques qui résistent à l’interprétation, nous donnons pour exemple celui d’Escoville, sur le plateau compris entre l’Orne et les avant-buttes du Pays d’Auge (fig. 14). Les prospections de surface ont permis d‘y recueillir des éléments céramiques de La Tène-finale. La disposition du plan, la présence de portes dont on devine les chambranles monumentaux, tirent la comparaison vers les sanctuaires d’un type popularisé par les fouilles de Gournay.

28Au total, les 3000 enclos recensés dans la Plaine représentent, pour la grande majorité, l’expression agricole des derniers siècles de l’Âge du fer. Mis à part les ambiguïtés de chronologie, le bilan des acquis suscite la conviction que le phénomène ne surgit pas ex-nihilo mais qu’il intervient dans le droit fil d’un processus engagé depuis longtemps. La prospection aérienne pose en outre l’existence de plusieurs systèmes agricoles qui semblent porter témoignage d’une société agraire en mutation. On verra plus loin que certains principes de gestion des terres ont survécu aux vicissitudes des périodes suivantes. La production des céréales pourrait en être le commun dénominateur.

5. Premiers éléments d’analyse spatiale : les enclos funéraires

  • 12 Il est clair que les sépultures non-encloses ne peuvent se distinguer dans l’anonymat d’innombrable (...)

29Avec près de 500 unités, les enclos tumulaires ne sont pas particulièrement nombreux en regard des structures d’habitat12. Cet usage demeure mal connu dans la Plaine bas-normande en raison de l’état d’arasement des monuments.

30Les petits enclos parfaitement carrés, datés généralement de la fin de l’Indépendance, sont exceptionnels. À ce jour, l’inventaire compte seulement quatre enclos, tous répartis à quelques kilomètres au sud de Caen. Ils n’ont aucune relation avec des structures du même type ou des enclos d’habitat. Aucune référence de fouille n’est actuellement disponible.

31Plus nombreux sont les petits enclos quadrangulaires, au plan plus ou moins régulier, de type « Tournedos » (Carré 1993). La nature funéraire et cultuelle a été confirmée par les fouilles de la nécropole d’Éterville, près de Caen (Hérard-Dumont 1996, Jahier 2005) et celles de Basly (San Juan et Le Goff 2003). Au contraire des précédents, ils sont souvent groupés en petites nécropoles pouvant compter jusqu’à 5 enclos. Plusieurs sites ont été identifiés à Cauvicourt et à Billy, dans la Plaine de Saint-Sylvain, à Vendeuvre dans la Plaine de Saint-Pierre-sur-Dives etc. On note que l’association carré / cercle est rare avec seulement une demi-douzaine de cas recensés.

Fig. 15 : structuration antique de La Plaine de Caen.

32Il en va autrement pour les enclos circulaires. Ceux-ci sont majoritairement isolés, sans cospatialité évidente, hormis dans la proximité des enceintes curvilignes (supra). Sur un corpus d’environ 400 cercles, les sites de Colomby-sur-Thaon et celui de Maltot peuvent seuls prétendre au statut de nécropole avec huit cercles recensés pour l’un et cinq pour l’autre. Ce mode d’exposition des défunts est encore mal connu. Le brouillard chrono-culturel qui inclut le Bronze et le Premier Âge du fer, interdit d’exploiter la répartition spatiale dans l’optique d’une modélisation de l’espace vécu.

33La combinaison associant deux enclos circulaires est un phénomène assez fréquent. Le tandem ainsi formé présente toujours un net dimorphisme qui se manifeste dans les dimensions ou la largeur du fossé (fig. 7). Aucune donnée de fouille ne permet d’approcher la signification de ces couples. On pense naturellement à un effet de distinction sociale ou sexuelle.

  • 13 Sur la composante religieuse du territoire, voir : Vincent et al. 1995.

34La prospection aérienne a permis d’identifier plusieurs secteurs où se manifeste une curieuse permanence funéraire. Cette vieille croyance qui fait écho à l’adage populaire « les morts appellent les morts » trouve sa meilleure expression dans la Plaine d’Ifs et de Fleury-sur-Orne aux portes de Caen (Desloges 2006). Prospection aérienne et informations de terrain révèlent une concentration de toutes les formes funéraires connues depuis les tombes monumentales du Néolithique-moyen jusqu’aux nécropoles du Haut Moyen Âge. On doute que le nom de la commune : « Ifs », l’arbre des morts semper virens, ait une autre origine. D’autres concentrations funéraires ont été repérées à Cagny, Beuville, Fontenay-le-Marmion, Billy etc. L’existence de zones de relégation des morts, défiant le temps, pourrait être le signe d’une certaine stabilité de la population. En outre, cet aspect de la répartition spatiale peut s’avérer porteur d’informations sur la genèse des territoires. On sait que pour les sociétés traditionnelles la terre n’est pas une « chose », objet de convoitises politiques ou économiques. Elle est peuplée de puissances invisibles. En cela, le territoire n’est pas le produit du Milieu mais celui des représentations religieuses. Le bornage symbolique, notamment celui qui consiste à ménager une place aux ancêtres, est certainement plus essentiel que le bornage agraire13.

Fig. 16 : Conteville. Un enclos carré et un enclos circulaire (en haut à droite) encadrent la trace du chemin des Ponts de Jort.

Fig. 17 : Langrune-Sur-Mer. Ferme orientée sur un système fossoyé (chemin ?) qui se dirige vers la mer.

6. Cours d’eau et chemins

  • 14 Le cas de l’Orne est incertain compte tenu de l’impact de l’urbanisme caennais.

35Les enclos funéraires réservent bien d’autres sujets d’étonnement. Le fait que beaucoup d’entre eux soient proches de « pierres levées », dont on ne peut dire si elles sont des menhirs, des stèles, ou de simples abornements, n’est sans doute pas fortuit. Un autre effet de proximité est moins contestable. Il s’agit des connexions existant entre les enclos funéraires et certains cours d’eau. Le phénomène est particulièrement net sur le cours moyen de la Dives (la divine) dans la traversée de la Plaine de Falaise et de Saint-Pierre-sur-Dives. En guise d’explication, on citera celle qu’Hérodote donnait à propos des tumulus scythes en établissant le caractère chthonien de l’eau et son rôle psychopompe. D’autres cours d’eau comme le Laizon, au cœur de la Plaine, et la Laize, à l’Ouest, ne semblent pas avoir exercé une attraction comparable14.

36Comme une sorte d’alternative, il existe une relation très comparable entre les enclos funéraires et certains chemins. Le phénomène est récurrent mais les références habituelles concernent surtout l’Antiquité avec ses tombeaux de bord de voies dont les épitaphes interpellent le voyageur. Un exemple du même ordre a été décrit dans une étude sur les tumulus protohistoriques du Danemark (Muller 1920). Dans l’espace qui nous occupe, la cartographie des enclos funéraires montre une nette prédilection pour les abords des chemins de « long parcours » dont l’origine est attribuée à l’Antiquité (Desloges 2000). L’exemple le plus flagrant concerne le vieux chemin tracé à peu près dans l’axe géographique de la Plaine : le Chemin des Ponts de Jort. Celui-ci est formé par la convergence de plusieurs tronçons venus du littoral. Il se dirige ensuite vers le vicus de Jort et ses gués sur la Dives (diwo ritum). Puis rejoint l’oppidum d’Exmes (Orne), avant de gagner le pays de Carnutes (fig. 15). Le nombre d’enclos funéraires découverts à l’intérieur d’un faisceau d’environ 200 à 300 m de part et d’autre du chemin empierré, suggère que l’itinéraire était en place bien avant la conquête romaine. Il restera l’une des artères principales de la Plaine avant d’être supplanté vers 1750 par la route royale de Caen à Alençon.

  • 15 De Bayeux à Port, ancienne commune de Bénouville, sur la vallée de l’Orne.

37Parmi les chemins qui constituent l’itinéraire parallèle à la côte, la voie du Bac de Port15 présente le même type d’accompagnement. Les constructeurs de cette voie, peut-être dédiée à la surveillance du littoral, ont repris curieusement le tracé d’une longue fracture géologique. Le « horst » qui en résulte forme un bombement qui domine le littoral, de sorte qu’il est difficile de savoir si le chemin est véritablement à l’origine des implantations funéraires. Notons également le contre-exemple donné par le chemin antique le plus célèbre de la région, le Chemin Haussé . Celui-ci, partant de l’axe Bayeux-Lisieux, descend vers Vieux (Aregenua chef-lieu des Viducasses) et rejoint l’itinéraire de Chartres en amont de Jort. Le seul jalonnement perceptible concerne l’Antiquité et le Moyen Âge (fig. 15).

38Il va sans dire que les incertitudes de chronologie empêchent de commenter plus avant le rôle des chemins à vocation « supra-locale ». Sans faire appel au vieux mythe des Cassitérides et des routes de l’étain, il faut admettre que ces chemins ont été mis en place précocement et qu’ils n’ont cessé de jouer un rôle économique et stratégique. Rien d’étonnant que l’occupant romain reprenne à son compte un complexe dont les circuits étaient déjà en place.

7. Un cas d’espèce, le plateau côtier

  • 16 Voir la Notitia Dignitatum.
  • 17 Sur le litus saxonicum, par exemple : Prentout 1911.

39Le plateau côtier entre Seulles et Orne, constitue un milieu bien spécifique. Il a inspiré très tôt les historiens à la recherche de la mystérieuse Grannona in littore saxonico16 ou des forts du Litus saxon17. À son tour, le professeur Lucien Musset avait remarqué l’existence d’une structuration orthogonale. La voie du Bac de Port, déjà citée, constituait l’une des lignes de force de ce paysage validant ainsi l’existence d’une « cadastration » entre Seulles et Orne (Musset 1947).

  • 18 Voir la carte in Desloges 2005, p 150. On peut penser que l’existence de ce réseau de chemins est l (...)

40La prospection aérienne en re-peuplant la carte de sites protohistoriques suggère un scénario plus ancien. Le plateau littoral avec ses sols épais sur limon n’a pas rebuté les agriculteurs gaulois. La surprise est venue du fait que la plupart des systèmes d’enclos identifiés sont déjà orientés suivant le fameux découpage orthonormé. Une cartographie simplifiée permet de visualiser l’alignement quasi-systématique des systèmes indigènes sur des pistes qui se dirigent vers la mer (fig. 17)18. Ces linéaments nord-sud sont naturellement recoupés par les axes de circulation parallèles au trait de côte créant l’effet de quadrillage.

41Ce constat amène à réfuter la thèse de Lucien Musset quant à l’origine de cette organisation de l’espace. Pour être antérieure, elle n’est pas pour autant le signe d’une normalisation à grande échelle. En effet, la configuration naturelle du plateau imposait fortement les orientations cardinales. L’exposition, la côte, la ligne de hauteur et la grande faille, la déclivité naturelle, la direction des vallées, tous ces éléments constituaient des injonctions telles que la main de l’arpenteur n’y a joué qu’un rôle accessoire.

  • 19 Pour le meilleur ensoleillement des raies.

42On doute ici que le mythe et ses géosymboles aient présidé à l’organisation du territoire. De même que l’on peut difficilement invoquer l’habitude immémoriale de tracer les sillons dans le sens nord-sud pour expliquer l’étirement des enclos19. L’adaptation du paysage agraire aux formes de la nature procède probablement d’un empirisme élémentaire. La pérennité des orientations agraires s’explique ainsi d’elle-même. La cristallisation des villages, aux environs de l’an Mil, avec la mise en place d’un réseau radiaire de chemins, ne perturbe pas fondamentalement le compartimentage protohistorique. Certains villages comme Colleville, par exemple, s’étirent en rang sur un vieux cheminement Nord-Sud à la manière de ces villages de défrichement communautaire (Waldhufendörfer).

  • 20 Lettres sur les antiquités romaines trouvées à Vaton en 1834 et sur les origines de la ville de Fal (...)

43Un autre « cadastre » relevé par Lucien Musset se trouve au Nord de Falaise sur un plateau parfaitement plan, semé de toponymes à consonance antique. Cette organisation forme une bande nord-sud de 6 km sur environ 2 km de largeur. Elle semble émaner d’une grande villa exhumée en 183420. En fait, la présence d’une ferme du second Âge du fer n’est pas étrangère à ce découpage (fouilles Jahier 1992). L’ensemble des observations renvoie finalement au modèle agraire illustré par les fouilles d’Object’Ifs-Sud.

Fig. 18 : Saint-Aignan. Enclos installés dans l’interfluve de deux thalwegs. Un chemin de terre emprunte celui de droite pour bénéficier d’une pente douce.

8. Vides et pleins cartographiques

44Les négatifs cartographiques correspondant aux zones urbanisées et à l’agglomération de Caen représentent une superficie d’environ 50 km2 (fig. 1). À tout le moins, on est sûr que ces terrains n’étaient pas vides aux temps protohistoriques si l’on en juge par la liste des découvertes anciennes (Verney 1993 ; Verron 2000). Ferdinand Gidon, archéo-environnementaliste avant l’heure, estimait dans son étude de 1918 que les « conditions d’habitabilité » du bassin caennais étaient excellentes, avec ses sources, ses tourbières et sa situation de port de confluent. C’était en outre l’un des principaux passages guéables sur le cours de l’Orne.

45Il n’en est pas de même pour les autres blancs cartographiques. Le hiatus situé au centre de la Plaine, entre l’arc périphérique sud de Caen et le bassin de Saint-Sylvain, est particulièrement explicite (fig. 2). Il s’agit d’une zone de relative hauteur, venteuse, les sols sont très minces et secs. Jusqu’à une époque récente une sorte d’écran forestier s’y était développé. Une « aridité » comparable se rencontre dans la Plaine de Trun, sur la rive droite de la Dives. Elle peut expliquer la vacuité de l’occupation protohistorique et antique dans un milieu oolithique, aujourd’hui parsemé de maigres bois de pins et d’anciennes carrières de sable.

46Plus surprenant est le no man’s land qui caractérise la marge de la Plaine vers le couchant, au bord de l’entaille profonde de la Laize. L’explication ne réside pas ici dans une moindre aptitude des sols. On pense à l’existence d’un massif forestier ou bien d’un outfield, constitué de zones incultes ou de prairies naturelles.

47Un examen plus approfondi de ces variations géographiques permettra peut-être de faire progresser la notion de genèse des terroirs ou des territoires sociétaux. Dans cet ordre d’idée, le bassin de Saint Sylvain constitue un champ d’étude privilégié par son remarquable potentiel d’information. Il s’agit d’une grande cuvette d’environ 20 km2, drainée par le ruisseau de la Muance. Un large éventail d’enclos et de fermes indigènes y est concentré. L’ancienne organisation parcellaire telle qu’elle transparaît sur le cadastre du XIXe siècle est une sorte de compromis entre la structure radiaire héritée du Moyen Âge et un quadrillage résiduel adossé à la voie des Ponts de Jort. Vers le centre, autour du village actuel, plusieurs enceintes curvilignes et d’enclos atypiques flanqués de cercles funéraires, pourraient correspondre aux prémices de cette mise en valeur. Ainsi, l’image sans retouche fournie par la recherche aérienne peut-elle proposer un schéma d’évolution rétroactif.

9. De l’eau

  • 21 Possibilisme : en géographie : déterminisme léger. Le Milieu présente seulement des possibilités qu (...)

48L’accès direct à l’eau n’a eu qu’un rôle secondaire dans la concentration des habitats. Certes, il ne fait pas de doute que l’occupation du versant des vallées drainées comme la Seulles, la Mue, le Dan, la Dives, n’a pas faibli aux âges des métaux. La pêche, le canotage et surtout l’eau de consommation sont des arguments classiques du « possibilisme »21. En dehors des vallées, le cas de Perrières, sous la grande butte témoin des Monts d’Eraines, est le seul exemple où l’on puisse mettre en relation une forte densité d’occupation et la présence de sources. Le socle formé de grès armoricain retient les eaux de la nappe phréatique à faible profondeur. La facilité du captage a peut-être joué ici un rôle attractif, sur des terres au demeurant très fertiles.

  • 22 Voir in : Bull. scientifique régional DRAC de Basse Normandie, 1999.

49On a vu que le cœur des plateaux n’est pas déserté pour autant. En majorité les grands établissements gaulois sont très éloignés des cours d’eau. Une distance à la ressource de quatre voire cinq kilomètres n’est pas rare. Si la technologie des puits était à la portée des populations d’alors, l’archéologie de terrain n’en a pas trouvé trace jusqu’à présent. L’approvisionnement relevait essentiellement du transport et de la conduite du bétail vers les abreuvoirs naturels. De telles norias ont sans doute contribué à créer un réseau de chemins mais l’imagerie aérienne suggère qu’il existait aussi une pratique généralisée de retenue d’eau, sous la forme de mares. Des fossés conduisaient l’eau de ruissellement vers des cuvettes aménagées, souvent protégées par des clôtures. Des karsts ou des creux que le piétinement animal finissait par former, pouvaient faire l’affaire. On ne dira jamais assez, après Gaston Roupnel, combien les travaux et les jours montrent de similitudes au sein des sociétés agricoles. On ne craint pas ici de faire un rapprochement avec les mares traditionnelles du Pays d’Auge ou des « clos-masures » du Pays de Caux22.

50C’est peut-être aussi la recherche de l’humidité rémanente qui justifie la propension des fermiers protohistoriques à s’implanter en bordure des thalwegs qui sillonnent les plateaux. Ces longues dépressions, quelquefois à peine marquées, ont la particularité de concentrer les sédiments fins. De telles formations offraient peut-être de meilleures conditions pour cultiver les plantes sarclées, par exemple. Les environnementalistes trouveront sans doute dans ces pièges à taxons, une mine de renseignements sur la nature de ces pratiques (fig. 18).

10. Une spatialité originale

  • 23 Cf. Desloges J., Maneuvrier C., Forfait N. 1993. Repris in : Delacampagne et al. 1992 p 62-63.

51Pour finir, nous ferons une entorse à la chronologie en évoquant un phénomène tardif en ce qu’il peut révéler d’une réalité antérieure. En effet, sans exclure tout à fait le fruit du hasard, la répartition des temples celto-romains de type fanum, prête à commentaire (fig. 15). En l’état des recherches, ce type d’établissement se rencontre exclusivement sur une ligne nord-sud, à l’est de la Plaine23. On pense naturellement à la frontière entre le territoire traditionnellement attribué aux Viducassses (côté plaine), et celui des Lesovii (Pays d’Auge). Depuis les recherches de l’archiviste Norbert Sauvage, le cours de la Dives passait pour la limite des deux Cités (Sauvage 1905). La localisation des fana quelques kilomètres plus à l’Ouest, à l’intérieur de la Plaine, suggère l’hypothèse d’une zone d’exterritorialité entre les deux Cités. Dans cette optique, la commune de Frénouville-Cagny, grand carrefour de chemins sur l’itinéraire Bayeux-Lisieux, avec ses fana et une densité exceptionnelle de vestiges protohistoriques et antiques, fait figure d’agglomération de contact (Conciliabulum). Il en est de même avec les fana et le grand sanctuaire antique juché sur les Monts d’Eraines.

Conclusion : la Plaine de Caen au regard de la Plaine bas-normande

52À la question : l’occupation protohistorique des Plaines de l’Orne est-elle comparable à celle que nous avons passée en revue ? La réponse est clairement négative. Passé le seuil de Falaise, la rupture est brutale, les vestiges se raréfient à mesure que l’on pénètre dans les plaines de Trun et d’Argentan. Cette situation est confirmée par l’archéologie de terrain, même si elle procure quelquefois de belles découvertes comme le sanctuaire d’Aunou-sur-Orne. Le diagnostic des grands transects autoroutiers effectué ces dernières années (Alençon-Rouen et Falaise-Sées) a montré que ces secteurs ne sont pas vides mais qu’il n’y a pas de commune mesure avec le potentiel de la Plaine de Caen. Il faut attendre le Nord-Sarthe, avec les recherches aériennes de Gilles Leroux, par exemple, pour retrouver des densités d’occupation équivalentes.

  • 24 De foris : hors de. (hors de la culture et de la juridiction ordinaire). Sur les termes silva / for (...)

53Une légère péjoration « continentale » ou des terres plus exigeantes sont des arguments bien pauvres pour expliquer le manque d’attrait des plaines ornaises. Si la mise en valeur agricole paraît plus tardive, l’impression est à mettre au compte d’une forte empreinte forestière. Les forêts d’Ecouves, de Gouffern, de Perseigne, ressemblent aux reliques d’une sylve très ancienne, une grande forêt au sens étymologique24, sorte d’antithèse des zones agricoles que nous avons évoquées.

  • 25 Bell Gall. 5, 24.

54La forêt, pourtant consubstantielle aux Gaulois, n’est pas perceptible dans les Plaines du Calvados. Au contraire, la prospection aérienne met en scène un mouvement agricole de grande ampleur. Une première strate semble fixer le contour des terroirs dès le Bronze et le Premier Âge du fer. Au Second Âge du fer, point de place centrale dans cet espace dénué d’oppidum, mais une pluralité d’exploitations et de systèmes agricoles concurrents ou parallèles. Ici comme ailleurs, le « boom » agricole semble lié à l’introduction d’une céréaliculture avancée dont on suppose qu’elle avait dépassé le stade de l’autosubsistance. L’importance des structures de stockage mentionnées par l’archéologie de terrain est un bon argument dans ce sens. Finalement, on imagine que c’est dans cette région que César envoie la légion de Lucius Roscius prendre ses quartiers d’hiver lors de la disette de 54, et non dans la région de Sées, considérée comme le territoire tribal des Esuvii25. Quoi qu’il en soit, les Plaines du Calvados, avec leur réseau de communication, devaient depuis longtemps compter parmi les greniers à blé qui intéressaient tant la république.

55À travers ce rapide panorama, nous avons tenté de convaincre du bien-fondé d’une discipline qui paraît pour beaucoup comme passée de saison. L’archéologie aérienne n’a jamais eu d’autre prétention que de donner des pistes, quitte à enfoncer des portes ouvertes. Il est entendu que les hypothèses formulées ici constituent une fiction parmi d’autres. Ceci étant, nous sommes persuadés que ce type de « regard éloigné » peut contribuer utilement à la connaissance des anciennes sociétés rurales, a fortiori lorsqu’il est possible d’accéder aux outils actuels de l’analyse spatiale. Nous avons trop souvent le regret de voir les archéologues de terrain uniquement préoccupés par ce qu’ils s’efforcent de recueillir, c’est-à-dire des masses d’informations scientifiquement pures. L’information, même pléthorique, n’est pas automatiquement synonyme d’avancée des connaissances.

Bibliographie

Bibliographie

Arnoux M., Maneuvrier C., 2003, Le pays normand. Paysages et peuplement, Tabularia, Études n° 3, p. 1-27.

Beaurepaire E. de, 1880, La fonderie de Port-en-Bessin et le cimetière gaulois de Mondeville près Caen (Calvados), Bull. Soc. Antiquaires de Normandie, 10, p. 504-529.

Bertin J., 1999, Sémiologie graphique. Les diagrammes, les réseaux, les cartes, Paris, École Des Hautes Études En Sciences Sociales, 2005, 451 p.

Besnard-Vauterin C.-C. dir., 2009, En plaine de Caen, une campagne gauloise et antique. L’occupation du site de l’Etoile à Mondeville, PUR, 312 p. (Archéologie et cultures)

Billard C., Desloges J., 1988, Rapport de sauvetage archéologique. Échangeur de Lorguichon, commune de Rocquancourt, Calvados. Direction des Antiquités de Basse Normandie, DRAC, 36 p.

Brunet P., 1998, Hypothèses sur l’origine de l’openfield, Enquêtes Rurales, 4, p. 29-42.

Carré F., 1993, Deux habitats et une nécropole à Tournedos-sur-Seine : premiers résultats, RAO, supplément n° 6, p. 55-76.

Caylus A.-C. de, 1762, Recueil d’antiquités égyptiennes, étrusques, grecques, romaines et gauloises. Paris, T. 5 p. 309-313.

Chancerel A., 1992, Thaon, Élézar, enceinte curvilinéaire à fossés interrompus. In : PCR sur le Néolithique moyen en Basse Normandie. Rapport, Caen, SRA de Basse-Normandie, p. 40-45.

Chancerel A., 2006, Le plateau de Mondeville (Calvados), du Néolithique à l’Âge du Bronze moyen de la ZI sud Mondeville Grentheville, Paris, éd. De la Maison des Sciences de l’Homme. (DAF, 99).

Chauvel G., 1921, L’agriculture dans la Plaine de Caen, Caen, 112 p.

Chouquer G., 2005, L’émergence de la planimétrie agraire à l’Âge du fer, Études rurales, p. 29-52.

Clet-Pellerin M., Verron G., 2004, Influence de l’Homme sur l’évolution des paysages normands pendant l’Holocène, in Richard H. dir., Néolithisation précoce. Premières traces d’anthropisation du couvert végétal à partir de données polliniques, Besançon, Presses Universitaires Franc-Comtoises, p. 53-68. (Annales Littéraires 77, Série Environnement, sociétés et archéologies, 7)

Delacampagne F., Desloges J., San Juan G., Gigot P., 1992, Vol à travers les âges, la prospection archéologique aérienne dans le Calvados, Caen, Département du Calvados, 107 p.

Desloges J., 1993, Prospection aérienne dans les plaines de grande culture du Calvados et de l’Orne, Bilan Scientifique Régional, Caen, DRAC de Basse-Normandie, p. 102. (également : 1995 p. 77 ; 1996 p. 102)

Desloges J., 1999, Prospection aérienne, Bilan Scientifique Régional, Caen, DRAC de Basse-Normandie, p. 107.

Desloges J., 2000, Chemins et paysages de la Plaine de Caen. Prospection aérienne, Bilan Scientifique Régional, Caen, DRAC de Basse-Normandie, p. 99-101.

Desloges J., 2005, Apport de la prospection aérienne à la connaissance de la Plaine bas-normande, Bilan Scientifique Régional, Caen, DRAC de Basse-Normandie, p. 149-150.

Desloges J., 2006, Les permanences. In : 7000 ans d’histoire, gestes funéraires de la Préhistoire à nos jours en Basse Normandie, préface d’Edgar Morin, Archéo 125-NEA, p. 133-138.

Desloges J., 2009, Structures agricoles et approvisionnement en eau à l’âge du fer. Bilan Scientifique Régional, Caen, DRAC de Basse-Normandie, à paraître.

Desloges J., Maneuvrier C., Forfait N., 1993, L’apport de la prospection aérienne à l’étude du peuplement antique. La Dives, frontière antique ? Bulletin du groupe pour la recherche archéologique et la prospection en Pays d’Auge, 1. p 24-28.

Desloges J., San Juan G., Forfait N., Hérard B., 1999, Les recherches aériennes dans la « Plaine de Caen ». Une contribution à l’étude des Ages des Métaux en Basse-Normandie (France), RAP, 17, p. 417-435.

Desloges J., Bernouis P., 1999, Milieu naturel, ressources du sol et du sous-sol, les conditions du peuplement de l’Orne, CAG 61 p. 44-49.

Desloges J., Delrieu F., 2005, Billy, « Les Chevreuils », Bilan Scientifique Régional, Caen, DRAC de Basse-Normandie, p. 36-37.

Doranlo R., 1926, L’archéologie antique en Normandie des origines au Xe siècle. Étude bibliographique et critique sur le mouvement archéologique en Normandie pendant la période 1824-1924, Caen, Société d’Impression de Basse-Normandie, 287 p.

Edeine B., 1961, Triple sépulture du Hallstatt final découverte en Normandie (Calvados), BSPF, 58, p. 347-359.

Edeine B., 1962, Un complexe industriel d’extraction du sel marin protohistorique à Lion-sur-Mer (Calvados), BSPF, 59, p. 92-97.

Germain-Vallée C., Lespez L., 2006, Dynamique holocène d’un fond de vallée normand (Laizon, Calvados), approche géomorphologique et micromorphologique, in Allée P., Lespez L. éd., L’érosion entre Société, Climat et Paléoenvironnement, actes de la Table Ronde en l’honneur de René Neboit-Guilhot, Clermont Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal, p. 279-284. (Coll. Nature et Société, 3)

Gidon F., 1918, Sur les conditions d’habitabilité du site actuel de Caen et de la région caennaise à diverses époques anciennes, Bull. Soc. Antiquaires de Normandie, 33, p. 227-250.

Gidon F., 1933, Régions naturelles et pagi : surfaces découvertes primitives et déboisements anciens, Bull. Soc. Antiquaires de Normandie, 41, p. 302-313.

Herard-Dumont A., 1996, Éterville, « Le Clos des Lilas », Bilan Scientifique Régional, Caen, DRAC de Basse-Normandie, p. 30-32.

Jahier I., 1992, Déviation de la RN 158 entre Granville-Langannerie et Falaise, Bilan Scientifique Régional, Caen, DRAC de Basse-Normandie, p. 41.

Jahier I., 1992, Fleury-sur-Orne, « La Casse », Bilan Scientifique Régional, Caen, DRAC de Basse-Normandie, p. 22.

Jahier I., 2005, Eterville, « Le Clos des Lilas », Bilan Scientifique Régional, Caen, DRAC de Basse-Normandie, p. 39-41.

Jahier I., 1997, Courseulles-sur-Mer, « La Fosse Touzé », Bilan Scientifique Régional, Caen, DRAC de Basse-Normandie, p. 31-34.

Jigan C., 1993, Les fours laténiens de Saint-Contest (Calvados), RAO, supp. 6, 1993, p. 77-82.

Le Goff E., 2008, Habitats, terroir et paysage rural : aménagement et structuration du territoire et de la campagne gauloise, Ifs : ZAC Object’Ifs-Sud (Calvados). In : Actes du 21e Colloque international de l’AFEAF, Chauvigny, 2007, Mém. de l’Assoc. des Publications Chauvinoises, 25, p. 93-107.

Marcigny C., Ghesquiere M., 2003, Parcellaires et nécropoles de l’âge du Bronze, BSPF, 100, 1, p. 117-134.

Mazoyer M., Roudart L., 1998, Histoire des agricultures du monde. Du Néolithique à la crise contemporaine, Paris, Seuil, 545 pp.

Muller S., 1904, Routes et lieux habités à l’âge de la pierre et à l’âge du bronze, Copenhague, 140 p.

Musset L., 1947, Arpentage antique en Normandie, Revue archéologique, 6e série, 27-28, p. 31-51.

Musset L., 1955, Contribution à l’étude de l’habitat dispersé en Normandie, Bull. Soc. Antiquaires de Normandie, 52, p. 297-304.

Prentout H., 1911, Littus saxonicum, Revue Historique, p. 285-309.

San Juan G., Méniel P, Matterne-Zeck V., Savary X., Jardel K., 1999, L’occupation gauloise au Nord-Ouest de Caen. L’évaluation en sondage du plateau de Thaon (Calvados), RAO, 16, p. 131-194.

San Juan G., Le Goff I., 2003, La nécropole du VIe siècle de « La Campagne » à Basly (Calvados), RAO, supplément n° 10, p 59-102.

Sauvage R.-N., 1905, Etudes sur la Basse-Normandie gallo-romaine. Les limites de la cité des Viducasses, Bull. Soc. Norm. d’Etudes Préhistoriques, 13, p. 186-191.

Schama S., 1999, Le paysage et la mémoire, Paris, Seuil, 721 p.

Varoqueaux C., 1966, Fouille d’un cimetière du Hallstatt final à Ifs (Calvados), Annales de Normandie, 16e année, 4, p. 295-315.

Verneya., 1993, Les nécropoles de l’âge du Fer en Basse-Normandie. Bilan de trois siècles de découvertes, RAO, supplément n° 6, p. 95-113.

Verron G., 2000, Préhistoire de la Normandie, éd. Ouest-France, 364 p.

Vincent J.-F., Dory D., Verdier R. dir., 1995, La construction religieuse du territoire, Paris, L’Harmattan, 375 p.

Notes

1 Le Terme Géographique De « Campagne » Est Abandonné Par L’Usage Courant.

2 Nous N’Entrons Pas Ici Dans Le Débat Sur La Bipolarité Openfield / Bocage, Ni Sur La Question Des Origines.

3 Recherches Pluridisciplinaires Actuellement En Cours : « Archéologie Du Paysage De La Plaine De Caen Du Néolithique À L’Époque Mérovingienne ». Pcr Animé Par Cécile Germain-Vallée Et Laurent Lespez (geophen, Université De Caen).

4 Loess calcaires weichseliens.

5 Le cimetière d’Ifs (Varoqueaux 1966), les sépultures hallstattiennes de Soumont-Saint-Quentin (Edeine 1961).

6 À Mondeville près de Caen. L’auteur s’attarde surtout sur le cimetière attenant.

7 Entendre par "site", une catégorie "exploitable" en termes d’archéologie préventive (enclos, système d’enclos, nécropole...).

8 Nous n’évoquons pas ici le cas des enceintes en chapelet de fosses de type néolithique.

9 Les causes de l’absence de mottes dans la Plaine de Caen sont sans doute liées à la centralisation du pouvoir ducal.

10 À distinguer des habitats non-enclos.

11 Aucune confusion n’est possible avec les grandes ellipses d’essartage très fréquentes dans le Pays d’Auge, par exemple.

12 Il est clair que les sépultures non-encloses ne peuvent se distinguer dans l’anonymat d’innombrables groupes de fosses. Nous ne prenons pas en compte les cercles inclus dans des systèmes d’enclos en ce qu’ils peuvent correspondre à des habitations de plan circulaire.

13 Sur la composante religieuse du territoire, voir : Vincent et al. 1995.

14 Le cas de l’Orne est incertain compte tenu de l’impact de l’urbanisme caennais.

15 De Bayeux à Port, ancienne commune de Bénouville, sur la vallée de l’Orne.

16 Voir la Notitia Dignitatum.

17 Sur le litus saxonicum, par exemple : Prentout 1911.

18 Voir la carte in Desloges 2005, p 150. On peut penser que l’existence de ce réseau de chemins est liée à l’exploitation des ressources de la mer et en particulier du sel. La trace des bouilleurs de sel a été reconnue sur la Côte de Nacre à Saint Aubin-sur-Mer (Edeine 1962).

19 Pour le meilleur ensoleillement des raies.

20 Lettres sur les antiquités romaines trouvées à Vaton en 1834 et sur les origines de la ville de Falaise / par M. Frédéric Galeron.

21 Possibilisme : en géographie : déterminisme léger. Le Milieu présente seulement des possibilités que l’homme met en jeu ou non.

22 Voir in : Bull. scientifique régional DRAC de Basse Normandie, 1999.

23 Cf. Desloges J., Maneuvrier C., Forfait N. 1993. Repris in : Delacampagne et al. 1992 p 62-63.

24 De foris : hors de. (hors de la culture et de la juridiction ordinaire). Sur les termes silva / foresta voir : Schama 1995.

25 Bell Gall. 5, 24.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : grandes unités paysagères du Calvados et de l’Orne.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6352/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Légende Fig. 2 : plaines du Calvados : les micro-régions (en haut) et la densité de l’occupation protohistorique révélée par la prospection aérienne (en bas).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6352/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Légende Fig. 3 : Éterville. Enclos agraires dans la Plaine de Caen. L’image aérienne en écrasant la chronologie renseigne sur la longue durée et les phénomènes de permanence.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6352/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Légende Fig. 4 : Ifs. Aspect de la trame protohistorique dans une zone de forte densité d’occupation.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6352/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende Fig. 5 : Fleury-sur-Orne. Une grande enceinte de La Tène ancienne se détache au milieu des formations d’argile à silex et du réseau de fracturation du socle. Deux enclos circulaires (non visibles sur le cliché) et un petit enclos quadrangulaire semblent faire partie de cet ensemble desservi par un chemin.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6352/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Légende Fig. 6 : Saint-Sylvain. Petite enceinte cordiforme et enclos circulaire.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6352/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende Fig. 7 : Lasson. Type d’enclos agraire très fréquent dans la Plaine de Caen.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6352/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 8 : Billy. Cet habitat encadré par un fossé et un talus dont on perçoit le négatif, est daté de La Tène-finale. On remarque l’alignement de l’enclos sur les diaclases du sous-sol. Un couple d’enclos circulaires arasés se devine au premier plan.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6352/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Légende Fig. 9 : Bourguébus. Petite ferme constituée par un enclos cloisonné et une mare extérieure.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6352/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 10 : Chicheboville. Petite ferme constituée par deux enclos accolés. Parmi les extensions, on distingue la trace d’un grand bâtiment naviformes sur poteaux.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6352/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende Fig. 11 : Ouville. Grand système d’enclos dans la Plaine de Saint-Pierre-sur-Dives.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6352/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Légende Fig. 12 : Airan. Grande ferme indigène. Une première phase est constituée par deux enclos curvilignes aux entrées simultanées.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6352/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende Fig. 13 : Poussy. Ferme indigène dans la Plaine de Saint-Sylvain.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6352/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 14 : Escoville. Vue partielle d’un enclos atypique de la région de Caen. Le dispositif de fossés autour d’un petit enclos central n’évoque pas uniquement une fonction agro-pastorale.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6352/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Légende Fig. 15 : structuration antique de La Plaine de Caen.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6352/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende Fig. 16 : Conteville. Un enclos carré et un enclos circulaire (en haut à droite) encadrent la trace du chemin des Ponts de Jort.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6352/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Légende Fig. 17 : Langrune-Sur-Mer. Ferme orientée sur un système fossoyé (chemin ?) qui se dirige vers la mer.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6352/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Légende Fig. 18 : Saint-Aignan. Enclos installés dans l’interfluve de deux thalwegs. Un chemin de terre emprunte celui de droite pour bénéficier d’une pente douce.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6352/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 141k

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search