Version classiqueVersion mobile

L’âge du Fer en Basse-Normandie. Gestes funéraires en Gaule au Second-Âge du Fer. Volumes I et II

 | 
Philippe Barral
, 
Bernard Dedet
, 
Fabien Delrieu
, 
et al.

Introduction aux actes

Philippe Barral, Fabien Delrieu et Pierre Giraud

Texte intégral

1Le XXXIIIe colloque de l’Association Française pour l’Etude de l’Age du Fer, réunissant près de 250 participants, s’est tenu à Caen, dans l’auditorium du Château Guillaume le Conquérant, lors du week-end de l’Ascension. Si les modalités d’organisation sont voisines, d’une année sur l’autre, chaque colloque de l’AFEAF est différent et possède une originalité, une musique propre. Celle-ci, pour une part non négligeable, est liée aux manifestations qui accompagnent le colloque proprement dit. À ce titre, il convient d’abord d’évoquer l’excursion, préambule au colloque, à laquelle ont participé quelques 140 congressistes. Du site fortifié de Commes au forum de Vieux-la-Romaine, en passant par l’île de Tatihou, ils ont pu découvrir (ou redécouvrir) le patrimoine archéologique d’une région attachante, complexe, ouverte au brassage culturel. Ce colloque restera aussi marqué dans les mémoires par les trois expositions et catalogues, superbes à tous points de vue, qu’il a suscités : Les Gaulois et la mort en Normandie, les pratiques funéraires à l’Âge du fer, au musée de Normandie ; Gaulois sous les pommiers, découvertes de l’Âge du fer en Basse-Normandie, au musée de Vieux-la-Romaine et enfin La Normandie entre deux mondes, les Gaulois face à Rome, au musée des Antiquités de Rouen. Trois expositions simultanées, c’est un record, mais c’est surtout un beau témoignage du dynamisme de l’archéologie régionale.

2L’AFEAF s’était approchée par le passé de la Basse-Normandie (Évreux, en 1990), mais ne s’y était jamais arrêtée. Les découvertes de sites de l’Âge du fer de tout premier plan réalisées ces dernières années ont fourni l’argument et la matière du « thème régional » du colloque.

3Depuis maintenant une vingtaine d’années, la Basse-Normandie a en effet connu un développement sans précédent de l’activité d’archéologie préventive. De vastes zones en périphérie caennaise ont ainsi pu être documentées. Dans ce contexte, l’Âge du fer est sans aucun doute la période qui a le plus bénéficié de cette évolution et la vision que nous avions de cette période, notamment du point de vue des dynamiques d’occupation et des modalités d’organisation territoriale, en a été totalement bouleversée. Il convient ainsi de mentionner particulièrement le maillage de fermes, parfois très dense (Nord de la Plaine de Caen), mis en évidence dans toute la région pour la fin du Second Âge du fer. Ce mode d’organisation de l’habitat s’inscrit dans un processus qui prend sa source à l’Âge du Bronze, de manière sporadique (établissement Bronze moyen de Nonant (Calvados), connaît un développement précoce dans l’Âge du fer (dès la fin du VIe siècle) et perdure avec quelques fluctuations jusqu’à la période augustéenne. Un point essentiel réside dans la mise en évidence, dans certains secteurs (Ifs, Mondeville), grâce aux décapages extensifs, de la structuration des territoires, avec l’ensemble de leurs composantes (unités d’habitat, réseaux viaires, parcellaires).

4En parallèle, la recherche programmée, elle aussi très dynamique dans la région, s’est penchée sur d’autres composantes de l’occupation protohistorique, notamment la catégorie des sites fortifiés de hauteurs, qui a fait l’objet de prospections thématiques dans les années 1990, et de campagnes de sondages et de fouilles (sites de La Courbe, de Basly, de Merri, de Commes, d’Igé, oppidum du « Castellier » à Saint-Désir). Plus récemment, le récolement de la documentation et la multiplication des campagnes de relevés et de sondages sur ces sites particulièrement mal documentés, dans le cadre d’un PCR, a porté ses fruits. Ont ainsi, notamment, été mises en évidence les dynamiques d’occupation de ces sites fortifiés, occupés de façon cyclique (Bronze final 2b et 3, étapes moyenne et récente du Premier Âge du fer, La Tène finale).

5Le corpus documentaire sur l’occupation de l’Âge du fer s’est ainsi considérablement étoffé, faisant de la Basse-Normandie une région privilégiée pour l’étude des dynamiques d’occupation. Il devenait nécessaire de prendre un peu de recul et de dresser un premier bilan à partir des données récentes. L’opportunité en a été offerte par le colloque de Caen. Les chercheurs des différentes institutions impliquées régionalement (Inrap, Conseil général du Calvados, SRA, CNRS, Université) se sont réunis autour de cet objectif et ont mis en commun leur documentation. Un bilan thématique a été privilégié, plutôt qu’une présentation de monographies de sites, afin de proposer au lecteur de véritables synthèses sur des axes bien identifiés (environnement, habitat, culture matérielle...).

6Logiquement, le choix du « thème spécialisé » s’est porté sur un des points forts de la recherche régionale récente, décliné également par l’exposition du musée de Normandie.

7Le thème de la mort et des pratiques funéraires, traité ici à l’échelle de la Gaule, mais avec les éclairages et mises en perspectives de plusieurs régions de l’Europe celtique, a déjà été exploré dans des colloques antérieurs de l’AFEAF. Le colloque de Caen prend ainsi la suite, du point de vue de la perspective chronologique adoptée, de celui de Conques, en 1997, qui traitait des nécropoles et pratiques funéraires au Premier Âge du fer (soit entre 800 et 450 environ). Mais on peut aussi le rapprocher de celui d’Évreux qui, il y a presque vingt ans, traitait déjà des rites funéraires durant la deuxième partie du Second Âge du fer (IIIe-Ier s., plus précisément). Le renouvellement de la documentation et des problématiques, la mise au point de nouveaux outils et approches méthodologiques, justifiaient pleinement de revisiter cette thématique. Afin de faciliter les comparaisons entre régions, à la fois du point de vue de la nature de la documentation et des spécificités culturelles ou autres, quelques orientations thématiques ont été privilégiées et un très gros effort de synthétisation des données a été demandé aux auteurs (voir infra, l’introduction au thème spécialisé). Le lecteur pourra tout à loisir, en relisant les actes du colloque d’Évreux, mesurer les progrès réalisés dans ce domaine clé de la recherche, en à peine vingt ans. La conclusion rédigée par H. Duday et G. Kaenel, en fin de volume, pointe naturellement les questions qui restent sans réponse et cible quelques lacunes de la recherche récente, mais n’en souligne pas moins l’importance des acquis.

Bibliographie

Bibliographie

Dedet B., Gruat Ph., Marchand G., Py M., Schwaller M. dir., 2000, Aspects de l’Âge du fer dans le Sud du Massif Central, Archéologie de la mort, archéologie de la tombe au Premier Âge du fer, Actes du 21e colloque international de l’AFEAF (Conques et Montrozier, 8-11 mai 1997), Lattes, 2000, 332 p. et 201 p. (Monographies d’Archéologie Méditerranéenne, 5-6)

Delrieu F. éd., 2009, Les Gaulois et la mort en Normandie : les pratiques funéraires à l’Âge du fer (VIIe-Ier siècles avant J.-C.), Cully, OREP Éditions, 40 p.

Dorion-Perronnet C. dir., 2009, Les Gaulois face à Rome. La Normandie entre deux mondes, Rouen, Point de vues et Musée Départemental des Antiquités, 210 p.

Cliquet D., Rémy-Watte M., V. Guichard, M. Vaginay dir., 1993, Les Celtes en Normandie, Les rites funéraires en Gaule (IIIe - Ier siècle avant J.-C.), Actes du 14e colloque de l’AFEAF (Évreux, 24-27 mai 1990), suppl. 6 à la RAO, 337 p.

Giraud P. dir., 2009, Gaulois sous les pommiers : découvertes de l’Âge du fer en Basse-Normandie, IXe-Ier siècle av. J.-C., Cabourg, Cahiers du temps, 125 p.

Auteurs

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search