Version classiqueVersion mobile

Un mousquetaire du journalisme : Alexandre Dumas

 | 
Sarah Mombert
, 
Corinne Saminadayar-Perrin

Deuxième partie. Causeries, mémoires et fictions

9

Les contes du Monte-Cristo.
Alexandre Dumas et ses Contes pour les grands
et les petits enfants
1

Cyrille François

Texte intégral

  • 1 Une version en anglais de cet article est parue sous le titre « Les contes de Monte-Cristo. Alexand (...)
  • 2 Voir par exemple Dumas Alexandre [édité par Lacassin Francis], 2004, Contes pour les grands et les (...)

1Les nombreux contes publiés par Alexandre Dumas représentent une dimension méconnue de son œuvre, à l’instar de ses pièces de théâtre, récits de voyage, causeries ou autres recettes de cuisines, éclipsés par le succès de ses romans. Malgré quelques éditions récentes2, le conte n’est certainement pas le genre que le public associe à son nom. Leur rédaction s’étend toutefois sur une période de plus de vingt ans et fait partie intégrante de son activité littéraire. On ne peut donc faire l’économie d’une étude sérieuse de ces textes qui présentent des caractéristiques communes à l’ensemble de son œuvre.

2La première parution des contes intervient en règle générale dans le cadre de journaux avant leur publication en recueil. Le Monte-Cristo est particulièrement intéressant à cet égard, car Dumas y publie avec une certaine régularité des contes qui sont, pour la plupart, inspirés des Grimm et d’Andersen. Une étude de leur origine et de la manière dont ils s’inscrivent dans le journal permet de s’interroger sur la conception que l’auteur se fait du genre du conte. Le détour par Hans Christian Andersen aide en outre à mieux cerner la spécificité des contes de Dumas par rapport à ceux qu’il emprunte à d’autres auteurs.

I. Une causerie « pour les enfants »

  • 3 Que cette lettre soit authentique ou non, il s’agit d’une bonne publicité pour Dumas, car ce sont l (...)
  • 4 Le Monte-Cristo, n° 11, 2 juillet 1857, p. 168.

3Entre 1857 et 1860, Dumas a publié dix-huit contes dans Le Monte-Cristo, dont le sous-titre, « Journal hebdomadaire de romans, d’histoire, de voyages et de poésie. Publié et rédigé par Alexandre Dumas seul », indique que le genre ne fait pas partie du projet initial de cette publication. Le premier conte est inséré dans la correspondance du numéro 11 (juillet 1857), dans laquelle Dumas publie la lettre d’un garçon se plaignant du fait qu’il n’y ait que des causeries pour « les grandes personnes ». Ce dernier indique avoir reçu deux livres pour ses étrennes – Casse-Noisette et La Boulie de la reine Berthe [sic] – mais dit connaître ces contes par cœur et en vouloir d’autres3. Dumas lui répond : « Je vais vous donner un conte, un conte d’enfant, comme vous le demandez. Seulement, en même temps qu’il amusera les petits lecteurs, je tâcherai qu’il n’ennuie pas trop les grands »4.

  • 5 Selon Alexandre Weill (Ma jeunesse, in id., Œuvres complètes, Paris, E. Dentu, 1888, p. 500), Mme D (...)

4Commence alors une « Causerie en manière de conte ou conte en manière de causerie » qui contient Le Soldat de plomb et la Danseuse de papier, tiré d’Andersen. En guise d’introduction, Dumas replace ces récits dans le contexte qui les aurait vu naître, mettant ainsi en scène une situation de communication où des contes sont racontés à des enfants par un adulte. Lors d’un voyage en Allemagne en 1838, il est accueilli à Francfort chez la famille Durand, dont le père est français et la mère flamande5, et dont les enfants lui demandent de dire des contes. Il commence par ceux qu’il connaît, puis en invente, mais doit ensuite les faire patienter jusqu’à ce qu’arrive un ami qui en sait beaucoup, Gérard de Nerval, rebaptisé « L’homme aux contes ». La scénographie de la narration est tout à fait traditionnelle : elle a lieu après dîner, les enfants assis sur les genoux des adultes, et est interrompue à l’heure du coucher.

  • 6 Selon la chronologie établie par D’hulst, Dumas arrive à Francfort le 28 août 1838 et Nerval l’y re (...)
  • 7 Francis Lacassin précise à ce sujet : « Quand Dumas affiche, avec détails à l’appui, une source, c’ (...)
  • 8 Tout comme la mise en scène de La Femme au collier de velours est un hommage à la mémoire de son am (...)

5Cette mise en scène fait problème, car Nerval ne peut pas avoir raconté Le Soldat de plomb et la Danseuse de papier au mois de septembre 18386, alors que le conte a été publié pour la première fois en octobre de la même année. Il s’agit ainsi d’une fausse attribution, stratégie qui n’est pas originale dans l’œuvre de Dumas : La Jeunesse de Pierrot est raconté par Aramis aux enfants de la duchesse de Longueville, et La Femme au collier de velours, tiré d’une nouvelle de Washington Irving (The Adventure of the German Student), est pris en charge par Charles Nodier. En opérant de la sorte, Dumas ne s’attribue pas la paternité des contes qu’il emprunte à d’autres auteurs ; sans en indiquer l’origine, il s’agit peut-être d’une manière de révéler l’emprunt7. L’attribution à Nerval est sans doute aussi un hommage à son ami mort deux ans auparavant8.

  • 9 Le titre original est Historien om en Moder (L’Histoire d’une mère).
  • 10 Dumas Alexandre, 1857, L’Homme aux contes, Bruxelles, Office de publicité ; Dumas Alexandre, 1859, (...)

6À la suite de ce premier conte, Dumas poursuit la causerie dans les numéros 14 à 19, sous le titre « L’Homme aux contes ». À l’intérieur de son journal qui exploite plusieurs genres, Dumas crée ainsi une rubrique bien distincte, destinée prioritairement aux enfants. Il est toutefois étonnant que le premier texte tiré d’Andersen ne paraisse pas dans cette rubrique de contes pour enfants, mais dans le numéro 10, soit le numéro qui précède justement celui avec la lettre du garçon se plaignant du fait que Dumas n’écrive rien pour les enfants. Ce texte s’intitule Une mère9. S’il a un statut différent des autres récits d’Andersen publiés dans Le Monte-Cristo, c’est qu’il correspond moins aux attentes du genre selon la conception que s’en fait Dumas, qui considère sans doute cette réflexion sur la vie et la mort comme une nouvelle fantastique. Le texte n’est pas présenté comme les autres contes du Monte-Cristo ; il n’y a pas d’introduction, il n’est pas inséré dans une causerie, et, surtout, il contient cette indication à la fin : « Andersen – Traduction Alex. Dumas ». La signature semble indiquer que Dumas considère le texte comme une œuvre personnelle, au contraire des contes qui seraient plutôt une œuvre collective, appartenant plus au peuple qu’à l’auteur qui les retranscrit, comme nous le verrons plus tard. Il est d’ailleurs intéressant de remarquer que ce texte n’est pas repris dans les recueils de contes tirés de son journal10, et qu’il n’est pas publié avec les contes dans les œuvres complètes (Michel Levy ou Le Vasseur), mais dans le volume au nom explicite de Bric à Brac.

II. Les contes et leur origine

  • 11 Dumas introduit cette série en annonçant le retour de « l’homme aux contes ». C’est toutefois l’aut (...)
  • 12 C’est ce que pense Christine Prévost dans « Les Contes pour les petits d’Alexandre Dumas » (art. ci (...)
  • 13 Le Monte-Cristo, n° 35, 17 décembre 1857, p. 140.
  • 14 « Non, mes enfants, l’homme aux contes ne vous oubliait pas ; seulement, il contait à ces grands en (...)

7Le tableau ci-dessous présente la liste des dix-huit contes parus dans Le Monte-Cristo. La deuxième colonne indique leur date de parution et la manière dont ils sont insérés dans le journal. On remarque, depuis La Chèvre, le Tailleur, et ses Trois Fils (février 1858), l’inscription des récits dans la série « Contes pour les enfants »11. Cette constance dans la catégorisation n’intervient que vers la fin du journal, le début étant plus flou. Plusieurs contes semblent pourtant venir de la même série racontée par Nerval et lancée sous le titre « L’Homme aux contes »12, avec Le Soldat de plomb et la Danseuse de papier et Petit-Jean et Gros-Jean (juillet-août 1857). On retrouve Nerval dans l’Histoire du vaillant petit tailleur (17 et 24 décembre 1857), mais l’effet de série pose problème : le Voyage à la lune (octobre 1857) est pris en charge par Mocquet ; Nicolas le Philosophe (10 décembre 1857) est intégré dans une causerie dans laquelle Dumas dit avoir traduit ce conte comme exercice pour apprendre l’allemand ; rien n’est indiqué pour Le Roi des taupes et sa Fille (septembre 1857). Or, Dumas s’excuse, dans la « Petite causerie » introduisant l’Histoire du vaillant petit tailleur, de délaisser ses « petits lecteurs » : « Je vais donc reprendre nos contes où je les avais laissés, ou plutôt où notre ami Gérard les avait laissés […] »13. Cette explication publiée dans le numéro qui suit directement celui contenant Nicolas le Philosophe crée une différence entre les contes pris en charge par Nerval et les autres ; entre les contes clairement adressés aux enfants et les autres. Il y a donc un manque de constance dans la mise en scène des textes, et leur catégorisation qui indique que cette rubrique ne tient pas une grande place dans le journal. Avec un rythme irrégulier et une fréquence assez faible, les contes paraissent être des textes de remplissage pour faire le lien entre les grands romans publiés en feuilleton14.

Titre Insertion dans Le Monte-Cristo Origine
Une mère n° 10, 25 juin 1857, non encadré Andersen, 1848, Historien om en Moder (L’Histoire d’une mère).
Le Soldat de plomb et la Danseuse de papier n° 11, 2 juillet 1857, « Correspondance »/« Causerie en manière de conte ou conte en manière de causerie » Andersen, 1838, Den standhaftige Tinsoldat (Le Vaillant Soldat de plomb).
Petit-Jean et Gros-Jean n° 14, 16, 18 et 19, 23 juillet et 6, 20, 26 août 1857, « L’homme aux contes » Andersen, 1835, Lille Claus og store Claus (Petit Claus et Grand Claus).
Le Roi des taupes et sa Fille n° 20-21, 3-10 septembre 1857, non encadré ?
Voyage à la lune n° 25, 8 octobre 1857, « Le cauchemar de Moquet » [sic] ?
Nicolas le Philosophe n° 34, 10 décembre 1857, « Causerie avec mes lecteurs » Grimm, 1812, Hans im Glück (Jean la Chance).
Histoire du vaillant petit tailleur n° 35-36, 17-24 décembre 1857, « Petite causerie » (adressée « à mes petits lecteurs ») Grimm, 1812, Das tapfere Schneiderlein (Le Vaillant Petit Tailleur).
La Chèvre, le Tailleur, et ses Trois Fils n° 42-43, 4-11 février 1858, « Contes pour les enfants » Grimm, 1812, Tischchen deck dich, Goldesel und Knüppel aus dem Sack (Petite table couvre-toi, âne d’or et gourdin sors du sac).
Blanche de neige n° 44-45, 18-25 février 1858, « Contes pour les enfants » Grimm, 1812, Sneewittchen (Blanche-Neige).
Les Deux Frères n° 17-19, 11-25 août 1859, « Contes pour les enfants » Grimm, 1812, Die zwei Brüder (Les Deux Frères).
Les Mains géantes n° 20, 1er septembre 1859, « Contes pour les enfants » Crowquill Alfred, 1856, The Giant Hands, or the reward of Industry (Les Mains géantes, ou les Récompenses de l’industrie).
La Reine des neiges n° 21-23, 8-22 septembre 1859, « Contes pour les enfants » Andersen, 1845, Sneedronningen (La Reine des neiges).
La Balle ambitieuse et le Sabot philosophe n° 23, 22 septembre 1859, « Contes pour les enfants » Andersen, 1844, Kjærestefolkene [Toppen og bolden] (Les Amoureux).
Le Roi des quilles n° 24-26, 29 septembre-13 octobre 1859, « Contes pour les enfants » ?
Le Sifflet enchanté n° 27, 20 octobre 1859, « Contes pour les enfants » Bechstein, 1845, Der Hasenhüter und die Königstochter (Le Garde-lièvre et la Fille de roi).
La Petite Sirène n° 28-31, 27 octobre-17 novembre 1859, « Contes pour les enfants » Andersen, 1837, Den lille Havfrue (La Petite Sirène).
Pierre et son Oie n° 37-40, 29 décembre 1859-19 janvier 1860, « Contes pour les enfants » ?
Saint Népomucène et le Savetier n° 2, 26 avril 1860, « Causerie » ?
  • 15 Dumas Alexandre [édité par Lacassin Francis], Contes pour les grands et les petits enfants, op. cit (...)
  • 16 Bechstein a aussi publié ces cinq contes, mais plusieurs détails indiquent que Dumas semble plutôt (...)
  • 17 Pseudonyme d’Alfred Henry Forrester, écrivain et illustrateur britannique que Dumas a rencontré en (...)

8L’origine des contes est une question délicate, car il n’est pas toujours aisé de retrouver le texte exact dont Dumas se serait inspiré. Dans l’introduction à l’édition Omnibus, Lacassin mentionne huit contes des Grimm et d’Andersen dont Dumas « s’attribue sans remords la paternité »15. C’est doublement imprécis, car les contes empruntés sont plus nombreux, et ils proviennent aussi d’autres auteurs. La troisième colonne du tableau récapitulatif indique les titres originaux des contes : six sont empruntés à Andersen, cinq aux Grimm16, un à Ludwig Bechstein et un à Crowquill17. L’origine des cinq autres contes est, pour l’instant, inconnue, mais il serait toutefois imprudent de les attribuer à Dumas.

III. Traductions non révélées et mise en scène de la différence culturelle

  • 18 L’Allemagne est selon Dumas « le pays des contes » (Le Monte-Cristo, n° 17, 13 août 1859, p. 260). (...)
  • 19 Dumas présente Nicolas le Philosophe ainsi : un « petit conte […] que m’avait fait traduire, je ne (...)

9Plusieurs des contes publiés dans Le Monte-Cristo sont donc des traductions de textes étrangers. Dumas ne révèle pas le fait qu’ils proviennent de livres écrits par d’autres auteurs, mais il ne se les approprie pas pour autant. Le but n’est ni de faire oublier qu’il s’agit d’une histoire étrangère, ni de prétendre qu’il s’agit d’un conte français : Dumas présente en France un univers germanique18, avec des histoires qui se déroulent à Francfort, Biberich, ou dans la Forêt-Noire, où les héros peuvent s’appeler Gottlieb ou Wilfrid, et où l’on paie en « Kreutzer » et en « Groschen ». De plus, il insiste dans les péritextes sur l’origine des récits19 et souligne les différences culturelles :

  • 20 Le Monte-Cristo, n° 11, 2 juillet 1857,p. 169.

En Allemagne, mes enfants, on dit : Monsieur est servi. / En France, on dit : Madame est servie. / Plus tard, vos parents vous expliqueront la différence qu’il y a entre ces deux manières d’inviter le maître et la maîtresse de la maison à se mettre à table. / Elle explique le génie des deux peuples, aussi bien et même mieux qu’une longue dissertation20.

  • 21 Voir le chapitre liv de ses Mémoires. Les contes d’Andersen ont sûrement été traduits de l’allemand (...)

10Dumas ne maîtrisant pas l’allemand21, ses traductions posent un double problème qu’Eugène de Mirecourt relève pour les contes d’Hoffmann : il s’attribue les textes d’un autre auteur et le travail d’un autre traducteur.

  • 22 Mirecourt Eugène (de), 1845, Fabrique de romans. Maison Alexandre Dumas et compagnie, Paris, chez t (...)

Madame Dumas […] qui possède parfaitement la langue allemande, venait de lire ces mots sur le premier feuillet du manuscrit : Contes inédits d’Hoffmann […] On câlina si bien Madame Dumas qu’elle se dépêcha de traduire. Son heureux époux mit les virgules, corrigea quelques petites fautes d’orthographe, et les Contes inédits d’Hoffmann font aujourd’hui partie des œuvres complètes du romancier français22.

  • 23 Je dois cette hypothèse à Claude Schopp. Je le remercie aussi de toutes les indications qu’il m’a c (...)
  • 24 Le Monte-Cristo, n° 11, 2 juillet 1857, p. 168.
  • 25 Ce qui expliquerait comment Dumas sait ce que sont devenus les trois enfants, ce qu’il indique dans (...)
  • 26 Lettre de Dumas à Alexandre Cadot du 29 janvier 1856 (collection Claude Schopp).

11Il est difficile de savoir qui a traduit les contes du Monte-Cristo, car il ne parlait plus à sa femme, Ida Ferrier, depuis des années et Max de Goritz, qui a traduit plusieurs textes pour Dumas pendant une très brève période, est arrêté en 1854. On peut émettre l’hypothèse23 qu’Octavie Durand (flamande ayant vécu en Allemagne) et/ou sa fille Anna, « une grande et belle personne de vingt ans et demi »24, ont traduit des textes pour Dumas. Mme Durand, avec laquelle l’auteur a eu une aventure, réapparaît dans sa vie à cette époque25, et c’est l’une des rares personnes à avoir un abonnement gratuit au Mousquetaire26, ce qui pourrait indiquer qu’elle a joué un rôle de collaboratrice. Le fait de situer la narration à Francfort, chez Octavie et Charles Durand, pourrait ainsi être compris comme un clin d’œil à la traductrice des contes.

  • 27 Plusieurs traités sur les droits d’auteur sont écrits au début du xixsiècle (Nodier Charles [édit (...)
  • 28 En juillet 1859, par exemple, alors qu’il publie les contes qui nous intéressent, il est condamné ( (...)
  • 29 Dumas Alexandre, 1833, « Comment je devins auteur dramatique », Revue des deux mondes, t. iv, p. 61 (...)

12Du point de vue du droit d’auteur, la plupart des contes du Monte-Cristo sont des plagiats en tant que traductions non révélées. Il est vrai que nous avons affaire à une autre époque avec des pratiques différentes des nôtres, mais le xixe siècle entame une réflexion sur les droits d’auteur27. Lui-même au cœur d’affaires de plagiat28, Dumas souligne l’impossibilité de créer sans copier dans « Comment je devins auteur dramatique » : « Quant à la création complète d’une chose, je la crois impossible. Dieu lui-même, lorsqu’il créa l’homme, ne put ou n’osa point l’inventer : il le fit à son image »29.

  • 30 Nodier Charles, Questions de littérature légale, op. cit., p. 2. Le terme trouve son origine dans l (...)
  • 31 Jemmy, nouvelle de Nerval traduite de l’allemand, a par exemple été publiée sans aucune indication (...)

13Deux autres critères sont à prendre en considération concernant les droits d’auteur. D’une part, le statut de la traduction n’est pas vraiment établi à l’époque. Dans ses Questions de littérature légale, Nodier parle d’« imitation » pour « l’emprunt qu’un auteur fait à une langue vivante, étrangère à la sienne »30. Cette forme de « plagiat innocent », bien que sujette à des réserves, est donc tolérée31, contrairement à l’emprunt à un auteur de la même langue. D’autre part, la conception du conte qui prévalait à l’époque (et prévaut encore en grande partie aujourd’hui) aggrave sans doute le peu de souci que l’on a de l’auteur original, comme le relève Marcoin, selon lequel Dumas fait du conte « une sorte d’œuvre collective » :

  • 32 Marcoin Francis, « Alexandre Dumas, l’homme aux contes », art. cit., p. 118.

Il le peut d’autant mieux que ce genre non seulement autorise mais enjoint presque de passer sur les brisées des autres. […] cette publication n’est pas sans faire penser à la façon dont la librairie de jeunesse s’est constituée à la fin du xviiie siècle. Elle reposait entièrement sur une pratique de compilation, mêlant emprunts, adaptations et traductions dans une indifférence totale aux droits de l’auteur32.

  • 33 Le Monte-Cristo, n° 11, 2 juillet 1857, p. 173. Il y a de fortes chances que Dumas l’ait su plus tô (...)
  • 34 Cette conception, peu étonnante pour l’époque, prédomine encore de nos jours, comme le montre l’ana (...)

14À la fin du Soldat de plomb et la Danseuse de papier, Dumas ajoute bien une note : « J’ai appris depuis que le conte était d’Andersen »33, mais il ne signale rien pour les autres contes. Rien de bien étonnant si l’on considère, comme il le fait, que le conte n’appartient pas à un auteur, mais à un peuple, qu’il ne s’agit pas de créations originales, mais d’adaptations permanentes34.

IV. Un conte et son adaptation

  • 35 « Kromanden havde saa mange, mange Penge […] » (Andersen Hans Christian, 1835, Eventyr, fortalte fo (...)
  • 36 Le Monte-Cristo, n° 18, 20 août 1857, p. 285.

15La comparaison d’un conte de Dumas, en l’occurrence Petit-Jean et Gros-Jean, avec le texte original, Petit Claus et Grand Claus (Lille Claus og store Claus) de Hans Christian Andersen, permet de montrer comment l’auteur le transforme et se l’approprie, et en quoi il fait preuve d’originalité. Au premier abord, le lecteur est surtout frappé par la grande similitude des deux histoires qui racontent les péripéties de deux héros portant le même nom, l’un étant très riche et l’autre très pauvre. Le premier fait subir plusieurs épreuves au second qui réussit toujours à en tirer profit, alors que le plus riche ne rencontre que des échecs lorsqu’il subit les mêmes épreuves. Dumas suit le texte danois de si près que l’on pense avoir affaire à une simple traduction, comme dans l’exemple suivant. Andersen écrit : « L’aubergiste avait beaucoup, beaucoup d’argent »35 ; Dumas reprend mot à mot, y compris le redoublement de l’adverbe : « L’aubergiste avait beaucoup, beaucoup d’argent »36.

16Il modifie toutefois plusieurs éléments, principalement en étoffant la matière du conte, et crée un texte qui tient tout autant de la traduction que de l’adaptation. Le changement le plus frappant concerne le nom des héros : de « Claus » dans le texte d’Andersen, on passe à « Jean ». Le prénom danois n’est pas abandonné pour autant, car on le retrouve sous forme de clin d’œil pour nommer l’aubergiste (qui était anonyme dans le texte danois). Le changement de prénom peut être expliqué par le jeu de mots sur Gros-Jean, « type d’homme du peuple, de rustre auquel il arrive diverses mésaventures » selon le Grand Robert (ce qui se prête bien à notre personnage).

V. Entre conte et causerie

  • 37 Au sujet des causeries de Dumas comme genre, voir l’article de Compère Daniel et Pautrat Mélanie, 2 (...)
  • 38 Il y a un bel exemple de scène de boulevard avec le mari, la femme, le bedeau, qui fait figure d’am (...)

17Dumas joue aussi avec les genres et tire le conte du côté de la causerie37. La rubrique des contes commence dans une « Causerie en manière de conte ou conte en manière de causerie ». Le titre illustre bien le mélange de genres : il s’agit d’une part d’une causerie adressée aux enfants, et, d’autre part d’un conte traité sur le ton de la causerie. Or, les contes de Dumas paraissent dans un journal hebdomadaire dont les causeries constituent une part importante. À la question du genre, il faut donc associer la question du support, qui détermine de manière considérable les transformations que l’auteur applique aux textes. Dumas procède en effet à plusieurs ajouts personnels qui rapprochent les contes du ton général des causeries du Monte-Cristo. Il développe les dialogues et en ajoute en privilégiant le mode théâtral38. Il ajoute également des références pour adultes et autres clins d’œil qui donnent tout leur sens à cette phrase programmatique déjà citée : « Je tâcherai qu’il [le conte] n’ennuie pas trop les grands ».

  • 39 Prévost Christine, « Les Contes pour les petits d’Alexandre Dumas », art. cit., p. 42.
  • 40 On retrouve par exemple dans Petit-Jean et Gros-Jean, le village de Niederbronn que Dumas utilise a (...)
  • 41 Selon Prévost, « l’attribution des prénoms et le fait d’étoffer les portraits psychologiques des pe (...)

18Selon Prévost, Dumas chercherait à « sortir le conte de l’abstraction »39. Ses textes sont en effet plus réalistes que ceux dont il s’inspire, et font référence au monde du lecteur contemporain. Il donne un ancrage géographique à ses récits40 et attribue un nom à tous les personnages, même aux personnages secondaires41. Il ajoute en outre des épisodes qui rappellent la réalité contemporaine, comme la scène « financière » où le narrateur procède à un calcul de dettes et d’intérêts, ou la scène « juridique » où le bedeau doit signer un contrat dont Petit-Jean discute tous les termes en détail. Il rend finalement certains passages plus crédibles en précisant des points inexpliqués, comme la manière dont Gros-Jean doit simuler la mort accidentelle de sa grand-mère, alors qu’il vient de l’assassiner.

19Ce jeu sur les genres se traduit par des commentaires métadiscursifs et une hésitation entre les termes « histoire » et « conte » :

  • 42 Le Monte-Cristo, n° 14, 23 juillet 1857, p. 223.

— Eh bien ! oui, reprit Gérard, soit, notre conte, ou plutôt notre histoire, car, chers enfants, ce que je vais vous raconter n’est pas un conte, c’est une histoire./— J’aimerais mieux un conte, moi, dit Charles ; les histoires, c’est ennuyeux42.

  • 43 Ibid., n° 34, 10 décembre 1857, p. 116.

20Bien que la différence entre « histoire » et « conte » ne soit pas explicitée dans cette citation, on peut penser que le premier est un récit réaliste, voire le récit d’un événement avéré, alors que le second, divertissement plus adapté pour les enfants, fait preuve de plus de fantaisie en présentant un monde fictif et merveilleux. Cette distinction n’est toutefois pas toujours nette chez Dumas, qui parle par exemple de l’« histoire » que lui a racontée Nerval à la fin du Soldat de plomb et la Danseuse de papier, alors qu’une note indique que le « conte » est tiré d’Andersen. On retrouve la même hésitation un peu plus tard : « Voici mon histoire ou mon conte, cher lecteur ; je la, ou le dédie à mon ami Noël Parfait »43. Il est difficile de savoir ce qu’est le conte pour Dumas et il faudrait peut-être se satisfaire de la définition négative de Marcoin :

  • 44 Marcoin Francis, « Alexandre Dumas, l’homme aux contes », art. cit., p. 122, je souligne.

Il ne cessa de conter et de se raconter en train de le faire, puisant dans l’inépuisable souplesse du mot « conte » qui renvoie au genre codifié du merveilleux mais aussi au récit extravagant ou fantastique, à l’anecdote et à la nouvelle, c’est-à-dire à tout ce qui n’est pas roman, théâtre ou poésie44.

VI. Représentation du contage

  • 45 Le Monte-Cristo, n° 14, 23 juillet 1857, p. 222.
  • 46 Ibid., p. 223.

21Une autre différence importante concerne le changement de situation de communication dans le conte de Dumas qui entraîne de nombreuses justifications et explications du narrateur, et qui donne lieu à un dialogue permanent. Chaque épisode commence et se termine par un échange entre les enfants et Nerval, et ce dernier s’adresse directement à eux à plusieurs reprises comme dans l’exemple suivant : « Ce qui vous indique en passant, mes jeunes amis, que ce n’est ni l’intelligence ni la taille qui vous fait Petit-Jean ou Gros-Jean, mais la fortune »45. Ce sont parfois les enfants eux-mêmes qui prennent la parole : « Que vit-il ? que vit-il ? crièrent les deux enfants, vite, vite, vite »46.

  • 47 « Nu skulle vi høre, hvorledes de to havde det, for det er en virkelig Historie! » (Andersen Hans C (...)

22Le conte d’Andersen contient quant à lui des adresses au lecteur pour créer un lien de connivence, comme à la fin du premier paragraphe : « Maintenant nous allons entendre ce qui leur est arrivé, car c’est une vraie histoire ! »47. La différence avec le texte de Dumas est toutefois importante : le conte danois est pris en charge par un énonciateur non incarné qui fait un récit à un coénonciateur (le lecteur). Ce dernier interrompt parfois le récit pour s’adresser directement au lecteur, comme dans l’exemple cité.

23Le texte de Dumas est pris en charge par un énonciateur identifié (il s’agit de Dumas qui signe la causerie) et adressé à un coénonciateur (le lecteur). À l’intérieur de sa causerie au présent, Dumas rapporte un récit pris en charge par un énonciateur second (Nerval) et adressé à des coénonciateurs seconds (Charles et Paul, les enfants à qui il raconte le récit).

  • 48 Il avait déjà utilisé une mise en scène de contage pour son Histoire d’un casse-noisette adapté du (...)
  • 49 Le Monte-Cristo, n° 19, 27 août 1857, p. 304.
  • 50 Ibid., n° 14, 23 juillet 1857, p. 223.

24Si Andersen « simule » la situation de communication orale entre l’énonciateur et les coénonciateurs, Dumas la « représente »48. La différence est de taille, car cela produit une interaction dans laquelle les enfants peuvent intervenir, répondre et modifier le cours du récit. C’est aussi à Charles et à Paul que s’adresse la morale de l’histoire énoncée par Nerval : « Et la morale de ceci, mes petits enfants, dit Gérard, s’adressant aux deux moutards émerveillés, c’est que le mal arrive toujours à celui qui veut le faire »49. Puisque le but du narrateur est de montrer que « le mal arrive à celui qui veut le faire », il justifie les actions de Petit-Jean en accentuant la méchanceté des autres personnages, ceux qui veulent faire du mal, comme Gros-Jean : « Gros-Jean, […] au lieu de l’aider dans sa besogne comme c’était chose convenue, le regardait travailler en se croisant les bras »50, ou l’aubergiste :

  • 51 Ibid., n° 18, 20 août 1857, p. 285.

L’aubergiste avait beaucoup, beaucoup d’argent […] Au début de sa carrière, le père de Petit-Jean, pour l’aider à fonder son auberge, lui avait prêté une grosse somme d’argent dont il avait négligé de lui faire faire une reconnaissance. / Son père mort, Petit-Jean, qui savait que cette somme était due, avait été la réclamer à l’aubergiste ; mais celui-ci avait mis l’extrémité du pouce de sa main droite au bout de son nez, et avec les quatre autres doigts il avait simulé le mouvement de rotation des ailes d’un moulin à vent, ce qui dans tous les pays du monde veut dire : / — Si tu as compté là-dessus, mon garçon, tu as compté sans ton hôte51.

  • 52 De même, la tromperie par laquelle le héros laisse un vieillard mourir à sa place n’est pas blâmabl (...)

25La tromperie de Petit-Jean est tout à fait légitime, car elle lui permet de récupérer ce qui lui était dû, qui avait été usurpé par un être malintentionné52. Le fait de tromper est ainsi tourné positivement : c’est l’intelligence et l’ingéniosité qui permettent de contrecarrer « ceux qui veulent faire du mal ». Dumas présente donc un héros qui « rumine » ses plans et manipule les gens de manière réfléchie, héros encore plus entreprenant que celui d’Andersen.

26Dans le conte danois, les personnages sont plus ambigus. Si Petit Claus est bel et bien victime de la violence de Grand Claus, le narrateur souligne toutefois que les personnes qu’il dupe (le fermier et l’aubergiste) sont de bonnes gens. Même la femme du fermier est décrite comme une « brave femme », alors que les faits ne la présentent pas vraiment comme telle. L’univers du conte n’est pas aussi manichéen que celui de Dumas : les méchants ne le sont pas vraiment, le gentil ne l’est pas totalement non plus. Il n’est pas étonnant de ne pas retrouver de morale explicitée chez Andersen qui préciserait que « le mal arrive toujours à celui qui veut le faire ». La logique du récit montre plutôt que le bien arrive à ceux qui savent se débrouiller. L’histoire insiste en effet sur le triomphe de Petit Claus qui sait tromper les gens, sans préciser que les gens qu’il dupe le méritent. Grâce à sa maîtrise de la parole et à son imagination, il parvient toujours à ses fins.

VII. Les contes de Dumas : une autre facette de la même œuvre

27Les contes publiés dans Le Monte-Cristo sont caractéristiques de l’activité littéraire de Dumas. Bien qu’il s’agisse de textes sensiblement plus courts que ses romans et qu’ils paraissent de manière occasionnelle, leur genèse n’est en rien différente de celle du reste de son œuvre. Il travaille ici aussi avec des collaborateurs, les traducteurs, et apporte sa touche personnelle qui distingue immédiatement ses contes de ceux dont il s’inspire. C’est la causerie qui lui permet d’insérer ces histoires qu’il dit adressées aux enfants dans son journal, tout en garantissant une unité de ton. Les contes sont donc un exemple de la grande diversité des genres abordés par l’auteur et de l’homogénéité de son œuvre.

  • 53 Andersen Hans Christian, 1861, Nouveaux contes, Paris, E. Dentu. Les contes sont traduits par David (...)
  • 54 Andersen se plaint de la fausse attribution de plusieurs textes qui paraissent sous son nom dans No (...)

28Les contes du Monte-Cristo représentent également un intérêt pour l’histoire des contes, car ils témoignent de la manière dont ces textes circulaient au xixsiècle. La question de l’auteur est tellement problématique que l’on ne sait plus à qui attribuer certains contes. C’est le cas de Saint Népomucène et le Savetier, paru en avril 1860 dans Le Monte-Cristo, que l’on retrouve (avec quelques modifications) dans les Nouveaux contes d’Andersen53. Or, cette œuvre n’est pas d’Andersen54. Il reste à savoir si ce texte est repris de Dumas, ou si ce dernier et Gramont ont une source commune, qui l’attribuerait fautivement à Andersen.

  • 55 On pourrait aussi relever des similitudes biographiques (enfance pauvre, éducation lacunaire, père (...)
  • 56 Lettre n° 291 de Hans Christian Andersen à Bernhard Severin Ingemann, 20 novembre 1843, citée dans (...)
  • 57 Le Monte-Cristo, n° 11, 2 juillet 1857, p. 168.

29Cet imbroglio rappelle qu’il existe un lien important entre Dumas et Andersen. Bien que très différents de caractère, les deux auteurs partagent la passion des voyages et en tirent souvent des textes (dont des contes)55. Ils ont aussi en commun l’idée de la double adresse des contes. Andersen précise dans une lettre : « Je saisis une idée pour les grands – et je la raconte pour les petits tout en me rappelant que le père et la mère écoutent souvent et qu’il faut leur donner un peu de quoi penser »56. Dumas écrit quant à lui : « Je vais vous donner un conte, un conte d’enfant, comme vous le demandez. Seulement, en même temps qu’il amusera les petits lecteurs, je tâcherai qu’il n’ennuie pas trop les grands »57. Le même principe s’inscrit toutefois dans deux poétiques distinctes qui expliquent pourquoi ce qui paraît comme une traduction révèle des différences singulières en déplaçant un texte du recueil de contes aux causeries du Monte-Cristo.

Notes

1 Une version en anglais de cet article est parue sous le titre « Les contes de Monte-Cristo. Alexandre Dumas and his “Tales for Old and Young Children” », Marvels and Tales: Journal on Fairies-Tales Studies, vol. 29, n° 2, 2015, p. 283-303.

2 Voir par exemple Dumas Alexandre [édité par Lacassin Francis], 2004, Contes pour les grands et les petits enfants et autres histoires, Paris, Omnibus. Les contes commencent aussi à être étudiés par les spécialistes ; deux articles récents y sont consacrés : Marcoin Francis, 2008, « Alexandre Dumas, l’homme aux contes », Revue des sciences humaines, n° 290, p. 117-137 ; et Prévost Christine, 2006, « Les Contes pour les petits d’Alexandre Dumas », in Boulaire Cécile (dir.), Le livre pour enfants. Regards critiques offerts à Isabelle Nières-Chevrel, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 39-50. Le premier est une étude générale sur le genre des contes dans l’œuvre de Dumas. Le second en offre un panorama thématique.

3 Que cette lettre soit authentique ou non, il s’agit d’une bonne publicité pour Dumas, car ce sont les deux livres qu’il a publiés chez Hetzel dans Le Nouveau Magasin des enfants en 1844, puis en volume en 1845.

4 Le Monte-Cristo, n° 11, 2 juillet 1857, p. 168.

5 Selon Alexandre Weill (Ma jeunesse, in id., Œuvres complètes, Paris, E. Dentu, 1888, p. 500), Mme Durand serait hollandaise.

6 Selon la chronologie établie par D’hulst, Dumas arrive à Francfort le 28 août 1838 et Nerval l’y rejoint le 15 septembre (D’hulst Lieven, 1981, « Le voyage allemand de Nerval et Dumas en 1838 », in Muresanu-Ionescu Marina et al. (éd.), Études nervaliennes et romantiques iii, Namur, Presses universitaires de Namur, p. 53-57).

7 Francis Lacassin précise à ce sujet : « Quand Dumas affiche, avec détails à l’appui, une source, c’est souvent pour masquer un emprunt et s’en disculper » (Dumas Alexandre [édité par Lacassin Francis], Contes pour les grands et les petits enfants, op. cit., p. vii).

8 Tout comme la mise en scène de La Femme au collier de velours est un hommage à la mémoire de son ami Nodier. Plusieurs numéros du Monte-Cristo rendent hommage à des hommes de lettres décédés.

9 Le titre original est Historien om en Moder (L’Histoire d’une mère).

10 Dumas Alexandre, 1857, L’Homme aux contes, Bruxelles, Office de publicité ; Dumas Alexandre, 1859, Contes pour les grands et les petits enfants, Leipzig, Alphonse Dürr, 2 vol.

11 Dumas introduit cette série en annonçant le retour de « l’homme aux contes ». C’est toutefois l’auteur lui-même qui endosse ce rôle ici en renonçant à la mise en scène de Nerval comme conteur.

12 C’est ce que pense Christine Prévost dans « Les Contes pour les petits d’Alexandre Dumas » (art. cit.), en intitulant une « première série » : « L’Homme aux contes ».

13 Le Monte-Cristo, n° 35, 17 décembre 1857, p. 140.

14 « Non, mes enfants, l’homme aux contes ne vous oubliait pas ; seulement, il contait à ces grands enfants qu’on appelle vos pères et vos mères une longue, longue histoire ; l’histoire est terminée, et, pour se reposer, – car causer avec vous, mes petits amis, est un repos, – et pour se reposer, il leur a dit : Au tour des enfants » (Le Monte-Cristo, n° 17, 11 août 1859, p. 259-260).

15 Dumas Alexandre [édité par Lacassin Francis], Contes pour les grands et les petits enfants, op. cit., p. vi.

16 Bechstein a aussi publié ces cinq contes, mais plusieurs détails indiquent que Dumas semble plutôt s’inspirer des Grimm ici. De même, certains épisodes du Sifflet enchanté sont aussi repris chez les Grimm, mais Dumas s’inspire de Bechstein pour ce conte.

17 Pseudonyme d’Alfred Henry Forrester, écrivain et illustrateur britannique que Dumas a rencontré en Angleterre lors d’un voyage en mai 1857 (voir la causerie du Monte-Cristo, n° 10, 25 juin 1857, connue sous le titre « Les courses d’Epsom »).

18 L’Allemagne est selon Dumas « le pays des contes » (Le Monte-Cristo, n° 17, 13 août 1859, p. 260). Le choix de Nerval comme narrateur serait-il justifié par son statut, en tant que traducteur, de passeur de culture entre les deux pays ?

19 Dumas présente Nicolas le Philosophe ainsi : un « petit conte […] que m’avait fait traduire, je ne sais plus de qui, mon ami de la Ponce, qui s’était constitué de son autorité privée mon professeur d’allemand » (Le Monte-Cristo, n° 34, 10 décembre 1857, p. 114). L’Histoire du vaillant petit tailleur est « une histoire fort connue et fort populaire en Allemagne » (Le Monte-Cristo, n° 35, 17 décembre 1857, p. 140).

20 Le Monte-Cristo, n° 11, 2 juillet 1857,p. 169.

21 Voir le chapitre liv de ses Mémoires. Les contes d’Andersen ont sûrement été traduits de l’allemand aussi, et même plus précisément d’après une traduction faite à Leipzig par l’éditeur dano-allemand Carl B. Lorck : tous les textes que reprend Dumas se trouvent dans Gesammelte Märchen (1848, Leipzig), une traduction complète et illustrée souvent rééditée en Allemagne. C’est la seule à changer les « Skilling » en « Groschen » dans Petit Claus et Grand Claus, comme le fait Dumas. D’après mes recherches, seulement deux éditions françaises d’avant 1857 traduisent Petit Claus et Grand Claus et aucune n’utilise le terme « Groschen ».

22 Mirecourt Eugène (de), 1845, Fabrique de romans. Maison Alexandre Dumas et compagnie, Paris, chez tous les marchands de nouveautés, p. 46. Claude Schopp consacre quelques pages aux connaissances de l’allemand de Dumas (Schopp Claude, 1991, « Les excursions de Dumas sur les bords du Rhin », in Dumas Alexandre [préface par Fernandez Dominique, postface par Schopp Claude et notes de Suffel Jacques], Excursions sur les bords du Rhin, Paris, Flammarion, p. 495-496). Il révèle aussi (Schopp Claude, 1997, Alexandre Dumas. Le génie de la vie, Paris, Fayard, p. 494) que, dans Le Monte-Cristo, il reprend à son nom la traduction par Victor Perceval de Harold ou le Dernier des rois saxons.

23 Je dois cette hypothèse à Claude Schopp. Je le remercie aussi de toutes les indications qu’il m’a communiquées sur Octavie Durand.

24 Le Monte-Cristo, n° 11, 2 juillet 1857, p. 168.

25 Ce qui expliquerait comment Dumas sait ce que sont devenus les trois enfants, ce qu’il indique dans sa causerie.

26 Lettre de Dumas à Alexandre Cadot du 29 janvier 1856 (collection Claude Schopp).

27 Plusieurs traités sur les droits d’auteur sont écrits au début du xixsiècle (Nodier Charles [édité par Jeandillou Jean-François], 2003 [1812], Questions de littérature légale. Du plagiat, de la supposition d’auteurs, des supercheries qui ont rapport aux livres, Genève, Droz ; Renouard Augustin Charles, 1838-1839, Traité des droits d’auteur dans la littérature, les sciences et les beaux-arts, Paris, Jules Renouard, 2 tomes), ainsi que des livres révélant des affaires de plagiat (Quérard Joseph-Marie, 1847-1853, Les Supercheries littéraires dévoilées, galerie des auteurs apocryphes, supposés, déguisés, plagiaires et des éditeurs infidèles de la littérature française pendant les quatre derniers siècles ; ensemble les industriels littéraires et les lettrés qui se sont anoblis à notre époque, Paris, L’éditeur, 5 vol. ; Mirecourt Eugène (de), Fabrique de romans, op. cit.). En mettant fin aux privilèges, la révolution a favorisé le plagiat, avant de légiférer sur la propriété intellectuelle.

28 En juillet 1859, par exemple, alors qu’il publie les contes qui nous intéressent, il est condamné (100 francs d’amende et 500 francs de dommages et intérêts) pour contrefaçon par le tribunal correctionnel de la Seine pour avoir publié dans Le Caucase un récit de voyage qui contient mille lignes des Souvenirs d’Édouard Merlieux.

29 Dumas Alexandre, 1833, « Comment je devins auteur dramatique », Revue des deux mondes, t. iv, p. 617.

30 Nodier Charles, Questions de littérature légale, op. cit., p. 2. Le terme trouve son origine dans la tradition de l’imitation des Anciens : « On est convenu d’appeler imitation toute traduction d’une langue morte introduite dans un ouvrage d’imagination, qui n’est pas lui-même la traduction exacte de l’écrit dont elle est tirée », ibid., p. 1.

31 Jemmy, nouvelle de Nerval traduite de l’allemand, a par exemple été publiée sans aucune indication dans La Sylphide les 19 et 26 mars 1843, puis dans le Journal du dimanche des 2 et 9 mai 1847. Ce n’est que dans la parution en recueil, dans Les Filles du feu (1854), qu’est ajoutée la mention « imité de l’allemand ».

32 Marcoin Francis, « Alexandre Dumas, l’homme aux contes », art. cit., p. 118.

33 Le Monte-Cristo, n° 11, 2 juillet 1857, p. 173. Il y a de fortes chances que Dumas l’ait su plus tôt, car il connaissait Andersen, auteur qui aimait lire ses textes en public et faire connaître son œuvre. Lors d’un voyage à Paris en 1843, Andersen rencontre Dumas, qui lui sert de guide dans tous les théâtres de la capitale. Il n’y a aucun signe de cette relation dans les biographies de Dumas, ni dans ses mémoires, mais Andersen la mentionne à plusieurs reprises de manière romancée dans son autobiographie, ou de manière laudative dans sa correspondance : « De tous les poètes devrais-je surtout faire l’éloge d’Alexandre Dumas, auteur des Impressions de Voyage, Kean, Gabrielle de Belisle [sic] & nous nous voyons souvent […] » (Andersen Hans Christian [édité par Dreyer Kirsten], 20 mars 1843, H. C. Andersen – en brevbiografi, lettre n° 282 de Hans Christian Andersen à Signe Læssøe, Paris [En ligne], disponible sur : http://www.kb.dk/elib/mss/hcabio/ ; je traduis). Il consigne également dans son agenda et dans son journal toutes les rencontres qu’il fait, amenant des précisions très intéressantes sur Dumas et la vie culturelle à Paris en 1843.

34 Cette conception, peu étonnante pour l’époque, prédomine encore de nos jours, comme le montre l’analyse de Francis Marcoin : « Dumas n’est pas ici sans jouer avec la contrefaçon puisque Andersen puisait beaucoup moins dans le folklore et pouvait revendiquer la propriété de l’intrigue » (Marcoin Francis, « Alexandre Dumas, l’homme aux contes », art. cit., p. 131). Par le comparatif « beaucoup moins », il faut entendre « beaucoup moins que les Grimm ». Cela ne poserait pas de problème, selon lui, de plagier les Grimm si l’on considère que ce ne sont pas « leurs » contes, mais qu’ils les ont simplement « transcrits », alors qu’Andersen a « écrit » les siens, qu’ils lui appartiennent. Cette conception dénote une connaissance très superficielle des Grimm, lesquels puisaient beaucoup moins dans le folklore qu’ils le laissent entendre.

35 « Kromanden havde saa mange, mange Penge […] » (Andersen Hans Christian, 1835, Eventyr, fortalte for børn, Copenhague, C. A. Reitzel, p. 31-32). Les deux traductions de Régis Boyer (Andersen Hans Christian, 1992, Œuvres, Paris, Gallimard, 2 vol.) et de Marc Auchet (Andersen Hans Christian, 2005, Contes et histoires, Paris, Librairie générale française) traduisent comme je le fais. Sauf indication, les traductions sont de moi.

36 Le Monte-Cristo, n° 18, 20 août 1857, p. 285.

37 Au sujet des causeries de Dumas comme genre, voir l’article de Compère Daniel et Pautrat Mélanie, 2008, « Les Causeries de Dumas : entre réel et fiction », Revue des sciences humaines, n° 290, p. 139-154.

38 Il y a un bel exemple de scène de boulevard avec le mari, la femme, le bedeau, qui fait figure d’amant, et Petit-Jean, le témoin qui fait chanter la femme.

39 Prévost Christine, « Les Contes pour les petits d’Alexandre Dumas », art. cit., p. 42.

40 On retrouve par exemple dans Petit-Jean et Gros-Jean, le village de Niederbronn que Dumas utilise aussi dans Les Blancs et les Bleus (1867, chap. 28-29). Il est surtout intéressant de noter que le conte est publié en feuilleton du 23 juillet au 26 août 1857. Or, une lettre du 13 juillet 1857 de Dumas à son fils indique : « Les Drake sont partis pour Niederbronn dont les eaux font à ce qu’il paraît grand bien à la mère » (Autographe : BnF, n.a.fr. 14 669, f. 96-97. Copie communiquée par Claude Schopp). Les contes de Dumas sont bien ancrés dans la réalité, mais il semble de plus qu’ils soient ancrés dans une réalité spécialement bien connue de ses proches. Les triples destinataires du conte sont donc les enfants, les adultes, et certains amis qui sont seuls capables d’interpréter certains éléments incompréhensibles aux autres lecteurs.

41 Selon Prévost, « l’attribution des prénoms et le fait d’étoffer les portraits psychologiques des personnages participe à une entreprise de motivation de chaque péripétie inexistante chez Andersen comme chez Grimm » (Prévost Christine, « Les Contes pour les petits d’Alexandre Dumas », art. cit., p. 42).

42 Le Monte-Cristo, n° 14, 23 juillet 1857, p. 223.

43 Ibid., n° 34, 10 décembre 1857, p. 116.

44 Marcoin Francis, « Alexandre Dumas, l’homme aux contes », art. cit., p. 122, je souligne.

45 Le Monte-Cristo, n° 14, 23 juillet 1857, p. 222.

46 Ibid., p. 223.

47 « Nu skulle vi høre, hvorledes de to havde det, for det er en virkelig Historie! » (Andersen Hans Christian, Eventyr., op. cit., p. 17).

48 Il avait déjà utilisé une mise en scène de contage pour son Histoire d’un casse-noisette adapté du récit de Hoffmann : dans une fête d’enfants à laquelle il avait amené sa fille, Dumas se met à l’écart et s’endort ; attaché à son fauteuil lorsqu’il se réveille, les enfants le forcent à raconter « un joli conte ».

49 Le Monte-Cristo, n° 19, 27 août 1857, p. 304.

50 Ibid., n° 14, 23 juillet 1857, p. 223.

51 Ibid., n° 18, 20 août 1857, p. 285.

52 De même, la tromperie par laquelle le héros laisse un vieillard mourir à sa place n’est pas blâmable, car il s’agit d’un ancien bandit qui en a gros sur la conscience.

53 Andersen Hans Christian, 1861, Nouveaux contes, Paris, E. Dentu. Les contes sont traduits par David Soldi et « revus par Gramont » (il s’agit sûrement de Ferdinand de Gramont [1815-1897], secrétaire du Magasin d’éducation et de récréation entre 1864 et 1878).

54 Andersen se plaint de la fausse attribution de plusieurs textes qui paraissent sous son nom dans Nouveaux contes, dont Saint Népomucène et le Savetier, dans une lettre à Édouard Dentu datée du 18 mars 1863 (lettre 18475 de la base de données en ligne http://www.andersen.sdu.dk/liv/brevbase/).

55 On pourrait aussi relever des similitudes biographiques (enfance pauvre, éducation lacunaire, père idéalisé mort en pleine jeunesse).

56 Lettre n° 291 de Hans Christian Andersen à Bernhard Severin Ingemann, 20 novembre 1843, citée dans Andersen Hans Christian [traduit par Boyer Régis], Œuvres, op. cit., p. 1272.

57 Le Monte-Cristo, n° 11, 2 juillet 1857, p. 168.

Auteur

Cyrille François est maître d’enseignement et de recherche à l’université de Lausanne. Ses recherches portent sur les stratégies narratives des contes de Perrault, Grimm et Andersen, ainsi que sur les questions de traduction et d’adaptation de textes littéraires.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search