Version classiqueVersion mobile

Un mousquetaire du journalisme : Alexandre Dumas

 | 
Sarah Mombert
, 
Corinne Saminadayar-Perrin

Deuxième partie. Causeries, mémoires et fictions

7

Le Moustiquaire,
journal parodique du Mousquetaire

Sarah Mombert

Texte intégral

1L’un des indices les plus probants du succès du Mousquetaire auprès du public contemporain est sans doute l’existence d’un journal entièrement dédié à le parodier, Le Moustiquaire. L’existence de cette feuille parodique du journal d’Alexandre Dumas n’est pas tout à fait inconnue, mais Le Moustiquaire, qui n’a eu que 33 numéros et dont le tirage était probablement très faible, a fortement pâti du traitement expéditif que lui a réservé Philibert Audebrand dans Alexandre Dumas à la Maison d’or, l’une des sources essentielles d’information sur l’entreprise de presse dumasienne. Audebrand se contente, en effet, de mentionner le titre, accompagné d’un jugement sans appel :

  • 1 Audebrand Philibert, 1888, Alexandre Dumas à la Maison d’or : souvenirs de la vie littéraire, Paris (...)

Le journal avait suscité la publication du Moustiquaire, feuille soi-disant épigrammatique ; faite par MM. Alfred Delvau et Antonio Watripon, mais cette prétendue satire n’avait de piquant que son titre. Elle n’a pas vécu deux mois1.

2Le dédain dont fait montre Audebrand envers la petite feuille ne doit pas – bien au contraire – nous décourager de la lire ou de recueillir les informations qui nous sont accessibles à son propos. Si l’on fait l’hypothèse qu’une parodie – outre les qualités intrinsèques qu’elle est susceptible de posséder – est toujours un indice éclairant de la réception d’une œuvre, nous pourrons tenter d’appréhender, à travers Le Moustiquaire, des aspects difficiles à saisir aujourd’hui du journal créé il y a 150 ans par Dumas. Examiner Le Mousquetaire à travers le prisme déformant et grossissant de la parodie pourra peut-être nous permettre de comprendre un peu mieux comment il était lu par ses abonnés, et quelle place les contemporains lui reconnaissaient dans le champ journalistique du temps.

I. Un journal éphémère du Second Empire

  • 2 On note quelques numéros doubles, toujours datés dimanche-lundi, sauf le n° 25 des 23 et 24 mars, p (...)

3Le Moustiquaire, journal de MM. Anténor Dumasnoir et Cie est un périodique de quatre pages, qui a paru du 2 février au 3 avril 1854. Un délai d’une semaine sépare le prospectus du n° 2 (9 février), qui est suivi de deux numéros par semaine (jeudi, dimanche). Le n° 4 annonce la prochaine augmentation de la périodicité (mercredi, vendredi, dimanche) puis, avec le n° 10 des 5 et 6 mars, la parution devient quotidienne2. En même temps, le format du journal diminue, la qualité de l’impression et du papier s’améliorent, et le journal se présente comme bien implanté dans le paysage de la presse parisienne, jusqu’à ce qu’il cesse de paraître, après le n° 33, sans que rien dans le texte ne permette d’expliquer précisément sa mort. Les 33 numéros du Moustiquaire sont imprimés à l’Imprimerie de Prève située 15, rue J.-J. Rousseau. Le prix annoncé est de 10, 15, puis 18 francs par an, à mesure que la périodicité augmente, le prix au numéro passant de 10 à 5 centimes.

  • 3 Voir par exemple la notice consacrée, d’après les archives du ministère de la Guerre, à Auguste Pou (...)

4Les premiers numéros du journal portent le nom d’Anténor Dumasnoir, pseudonyme parodique et collectif qui cache deux figures bien connues de la bohème journalistique du Second Empire, Alfred Delvau et Antonio Watripon. Très rapidement, leurs vrais noms remplacent celui du rédacteur fictif, dont le journal annonce la mort dans son n° 6 (« Mort et enterrement d’Anténor Dumasnoir », par Antonio Watripon). Delvau et Watripon avaient travaillé ensemble au ministère de la Guerre, et leur participation active aux barricades de Juin est connue3.

  • 4 Watripon Antonio, 1854, Alexandre Dumas embêté par M. Croton-Duvivier, rentier, ex-fabricant de dra (...)
  • 5 Watripon Antonio, 1855, Publication nouvelle de M. Croton-Duvivier, Voltaire turlupiné par Alexandr (...)
  • 6 Par exemple Watripon Antonio [dessins de Leclerc Alexandre, gravés par Pothey], 1861, Paris qui dan (...)

5Antonio Watripon (1822-1864) était journaliste, romancier, poète, chansonnier et dramaturge. Plusieurs de ses ouvrages de librairie sont tirés du Moustiquaire : Alexandre Dumas embêté par M. Croton-Duvivier, rentier, ex-fabricant de drap d’Elbeuf4, et Publication nouvelle de M. Croton-Duvivier, Voltaire turlupiné par Alexandre Dumas5. Il signe parfois d’un de ses pseudonymes connus, Tony Fanfan6.

  • 7 Delvau Alfred, 1960 [1864], Dictionnaire érotique moderne, par un professeur de langue verte, nouve (...)
  • 8 Delvau Alfred [avec dessins et eaux-fortes de Courbet Gustave, Flameng Léopold et Rops Félicien], 1 (...)
  • 9 Delvau Alfred, 1848, Ledru-Rollin, sa vie politique, Paris, Impr. de N. Chaix, in-12, 12 p.
  • 10 Delvau Alfred, 1850, Histoire de la révolution de Février, Paris, Blosse, in-8, 481 p.
  • 11 Delvau Alfred, 1854, Au bord de la Bièvre, impressions et souvenirs, Paris, Imprimerie de Prève, 17 (...)
  • 12 Fayt René, 1999, Un aimable faubourien, Alfred Delvau (1825-1867), Bruxelles, Émile Van Balberghe L (...)

6Alfred Delvau (1825-1867), secrétaire de Ledru-Rollin, collaborateur du Figaro, est l’auteur d’un célèbre Dictionnaire érotique moderne7, souvent réédité, d’ouvrages d’histoire anecdotique et pittoresque de Paris8, et d’une réédition de la Bibliothèque bleue. À l’époque du Moustiquaire, il a surtout produit des pamphlets politiques9, inspirés par son expérience révolutionnaire de 1848, et des ouvrages historiques10. Son feuilleton du Moustiquaire, Au bord de la Bièvre, impressions et souvenirs, est repris, en 1854, chez l’imprimeur du journal11. Le conservateur de la bibliothèque de l’Université libre de Bruxelles, René Fayt, lui a consacré une biographie en 199912.

7Les autres rédacteurs composant l’équipe du Moustiquaire sont moins connus, mais il serait possible de les identifier car, conformément à la loi du 16 juillet 1850, les articles sont signés ; lorsqu’ils le sont d’un nom d’emprunt, le pseudonyme est généralement doublé de la signature réelle, grâce à la formule « pour copie conforme, l’auteur ». Le texte même du journal délivre de nombreuses informations sur la rédaction, car, comme Le Mousquetaire, il met en scène la vie de la rédaction. Ainsi, dans sa « Chronique des théâtres » (n° 3), Joseph Devimes raconte comment, critique inconnu d’une feuille débutante, il a été mal placé à l’Opéra ; cette expérience, qui n’a rien d’unique, traduit le statut de débutants des rédacteurs de la feuille. La rédaction est jeune, comme le montre le motif, récurrent dans les articles, de la guerre des générations.

  • 13 Jules Rouquette, pseudonyme de Léo ou Léon Marcy, 1828-18[?], ancien libraire, journaliste, auteur (...)

8Dans le n° 3, Jules Rouquette13 fait le portrait de groupe des rédacteurs, jeunes, comme Chatterton, et nécessairement incompris :

  • 14 Dans l’argot des journalistes, un « ours » est un brouillon, en particulier théâtral.
  • 15 Le Moustiquaire, n° 3, 12 février 1854, p. 3.

Nous sommes incompris ? Nous n’avons en calepin aucune théorie nouvelle sur l’émancipation des noirs, sur l’enjambement des hémistiches et sur les rimes riches, et tous nos vers, nos romans et nos ours14 se sont vidés sur les petites feuilles périodiques de Paris, voire même les grandes15.

  • 16 Ibid., n° 27, 26 mars 1854, p. 1.

9La rédaction s’engage dans une véritable guerre des générations, comme le montre l’article « La critique devant les auteurs imberbes et les vieux écrivains », dans lequel Jules Rouquette écrit : « Place aux jeunes pour les amours de la foule ! La renommée est une jeune maîtresse qui veut des têtes fraîches, vives, animées »16.

10Rien ne distingue donc vraiment, si ce n’est l’absence d’un animateur qui aurait autant de charisme que Dumas, l’équipe de rédaction du Mousquetaire de celle de sa parodie. Il est possible que l’équipe du Moustiquaire soit moins chaotique que celle de la Maison d’or, mais ce n’est pas certain, sauf peut-être sur le plan politique, où Le Moustiquaire est sans doute un peu plus uniformément républicain que Le Mousquetaire.

11La répartition des rôles au sein de la rédaction apparaît au moment où le sous-titre Journal de MM. Dumasnoir et Cie disparaît, à partir du n° 4, qui s’ouvre sur l’annonce de la mort d’Anténor Dumasnoir. C’est la fin de la fiction biographique sur laquelle repose l’entreprise parodique. À partir de ce moment, le bandeau du journal évolue : Watripon est nommé comme secrétaire de la rédaction, Jules Rouquette comme administrateur, remplacé, à partir du n° 12 par C. Monier. Alfred Delvau, dont le catalogue des œuvres montre qu’il a fait une carrière plus brillante que les autres, se retire, signe probable de la mauvaise santé du journal. Ces nombreux changements, sur une durée de parution très brève, indiquent clairement que l’équipe de rédaction n’a pas su mettre en place l’organisation susceptible d’assurer un minimum de stabilité à un périodique.

12Bien entendu, les difficultés du journal ne sont pas mises en scène dans les articles, qui ne donnent que des nouvelles triomphales de l’entreprise. Ainsi, un mois après le lancement du journal (n° 13 du 9 mars 1854), Antonio Watripon signe un article de tête qui sonne comme un chant de triomphe et assigne un nouveau programme au journal : « Notre siège est fait ». Il s’y félicite de l’installation du journal dans le panorama de la presse :

  • 17 Ibid., n° 13, 9 mars 1854, p. 1.

C’en est fait ; nous existons désormais. Nous avons pris forcément notre place au soleil de la presse parisienne. Le public a d’abord hésité ; il nous a marchandé sa sympathie au premier jour ; il craignait de la compromettre en la hasardant. Cette hésitation a fait place à une entière confiance, dès qu’il a vu que nous marchions à front découvert, et que nous avions le cœur bien placé. Un journal sérieux affirmait doctoralement que notre existence était impossible. Erreur pardonnable17 !

13On reconnaît clairement le paradoxe employé par Dumas à propos du Mousquetaire, qui consiste à proclamer l’existence envers et contre tout d’un journal volontairement impossible, aussi prodigieux que les hommes qui le font.

14Les difficultés de l’entreprise doivent sans doute être attribuées au caractère éphémère du projet parodique qui la fonde, même si le journal n’était sans doute pas destiné, dans l’esprit de ses concepteurs, à rester dans l’ombre du Mousquetaire. Si l’on suit la brève histoire du Moustiquaire, on remarque en effet un important tournant : seuls les premiers numéros sont véritablement parodiques, le journal devenant ensuite une feuille critique et satirique qui, sans totalement se détacher de son modèle dumasien, tend à rentrer dans le rang.

II. Le projet parodique

  • 18 Dumas Alexandre, 12 novembre 1853, « Programme artistique du journal Le Mousquetaire. Dialogue entr (...)

15Le projet rédactionnel des premiers numéros, ouvertement affiché dans le titre du journal, se trouve développé dans l’article de tête du prospectus, « Pourquoi le Moustiquaire », où Anténor Dumasnoir pose la question du titre, sur le mode déceptif. Il adopte le genre discursif – que l’on trouvait aussi dans le prospectus du Mousquetaire18 – du dialogue avec un lecteur, dans lequel le rédacteur fictif affirme que le titre choisi pour son journal n’a aucun sens, d’autant qu’il emploie le mot « Moustiquaire » au masculin, et non au féminin comme le prône le Dictionnaire de l’Académie française. Il ressort de cette fiction conversationnelle que le journal s’apprête à piquer, tel un moustique – version miniature des Guêpes d’Alphonse Karr (1839-1849) ? –, Le Mousquetaire et son directeur, d’où le nom de la rubrique polémique la plus durable, « Moustiquades ».

  • 19 Mirecourt Eugène (de), 1845, Fabrique de romans. Maison Alexandre Dumas et Cie, Paris, chez tous le (...)

16Pour une part, la parodie dans Le Moustiquaire s’adresse à Dumas, en tant que dramaturge et romancier, mais aussi à l’homme public et privé dont Le Mousquetaire véhicule l’image ; ces attaques présentent de nombreux points communs avec les pamphlets anti-Dumas tels que celui d’Eugène de Mirecourt, Fabrique de romans, maison Alexandre Dumas et Cie19. Mais pour une autre part, elle récrit, dans une sorte de transcription instantanée, Le Mousquetaire ; cette dimension est la plus intéressante, en ce qu’elle met en lumière les traits saillants de l’entreprise journalistique tels qu’ils pouvaient être perçus par le lecteur contemporain.

  • 20 Le Moustiquaire, n° 1, 2 février 1854, p. 2.

17La parodie s’en prend essentiellement au projet d’un journal dédié à la publicité de Dumas. Dès le premier numéro, l’article intitulé « Dans l’intimité » se moque : « Je crée un journal pour moi tout seul, où je ne parlerai que de moi, où vous ne parlerez que de moi, où l’on ne parlera que de moi »20. On comprend donc que la personne du maître, omniprésente dans Le Mousquetaire, occupe la première place dans sa transcription parodique.

18Cette satire du projet égocentrique de Dumas apparaît, bien entendu, dans les Mémoires d’Anténor Dumasnoir, qui démarquent Mes mémoires, dont la publication est à l’origine du projet du Mousquetaire. Certains éléments narratifs de l’autobiographie de Dumas se trouvent repris en farce dans celle d’Anténor Dumasnoir, par exemple l’ouverture du récit sur le père du narrateur, hercule de village, capable de porter un cheval à bout de bras. Le style héroïcomique tourne en ridicule le mythe paternel, si important chez Dumas :

  • 21 Ibid.

La première manifestation de la puissance que je portais en moi, tout nouveau-né que j’étais, fut une protestation de tout mon être contre ma prison de linge. Ce fut mon premier triomphe. Mes petits bras et mes petits pieds finirent par se débarrasser des drapeaux qui les retenaient captifs21.

  • 22 Ibid., n° 18, 15 mars 1854, p. 1.

19Ces mémoires apocryphes tournent vite au roman, agrémenté parfois de passages parodiques des œuvres les plus connues de Dumas, par exemple un drame autobiographique d’Anténor Dumasnoir intitulé Bergamy ou l’Aveugle de Montargis, qui met en scène les amours de Bergamy, « un jeune homme d’un tempérament volcanique, sans parents, sans amis, jeté sur la terre par on ne sait quelle fatalité » et d’Angélique, « la femme d’un ancien marin, un ange de douceur, de bonté et de résignation qui n’a pas rencontré l’idéal qu’elle cherchait»22. L’auteur prétendu de la pièce commente, en démarquant le commentaire que Dumas fait d’Antony dans Mes mémoires :

  • 23 Ibid., p. 2.

Mais lisez Bergamy : ce que j’ai souffert, c’est Bergamy qui vous le racontera. Bergamy n’est point un drame, Bergamy n’est point une tragédie, Bergamy n’est point une pièce de théâtre. Bergamy est une scène d’amour, de jalousie, de colère, en cinq actes. Bergamy, c’était moi23 […]

20Dans le n° 27, la publication des Mémoires de Dumasnoir s’interrompt, et un entrefilet de Jules Rouquette avance, sur le mode des annonces de Dumas, une excuse cousue de fil blanc :

  • 24 Ibid., n° 27, 26 mars 1854, p. 3.

Celui de nos collaborateurs à qui nous avions confié le précieux manuscrit de cet important ouvrage a disparu depuis près de huit jours, l’emportant avec lui. Il ne pouvait supporter plus longtemps l’absence d’Alexandre Dumas sans lequel il ne saurait vivre ! il a donc pris le chemin de fer du Nord pour aller le rejoindre à Bruxelles. Depuis, pas la moindre nouvelle. Récompense honnête à qui nous ramènera notre collaborateur24.

  • 25 Watripon Antonio [lettre de Croton-Duvivier (personnage fictif)], 2 février 1854, « Correspondance  (...)
  • 26 Delvau Alfred, 1er mars 1854, « Aux rédacteurs du Moustiquaire », Le Moustiquaire, n° 8, p. 1.

21La parodie dérive aisément vers les accusations racistes, certes courantes dans les pratiques de l’époque, mais qui apparaissent ici particulièrement fréquentes et intimement liées au chauvinisme littéraire de la rédaction du Moustiquaire. La forme la plus banale de ce genre d’attaques relève de la pratique épigrammatique, par exemple dans un article qui fustige « l’esprit métis », opposé à « l’esprit français »25, ou dans ce trait : « M. Alexandre Dumas a tant de vanité même qu’il monterait volontiers derrière sa voiture pour faire croire qu’il a un nègre »26. Le pseudonyme parodique du directeur prétendu du journal, « Dumasnoir », outre qu’il annonce le projet de renversement systématique, laisse déjà percevoir la dimension ethnique de la satire, mais, plus encore que dans cette création collective d’un auteur fictif, c’est sous la plume de Watripon que s’élabore un système d’accusations racistes. Dans l’article de tête du dernier numéro, sous le titre « L’esprit français », Watripon reprend le thème de l’article du numéro 1, avec, pour qui sait que le journal s’arrête là, un étrange effet de bouclage :

  • 27 Watripon Antonio, 2 avril 1854, « L’esprit français », Le Moustiquaire, n° 33, p. 1.

M. Dumas a mieux que l’esprit gascon, il a l’esprit nègre […] qui est à l’esprit gascon ce que les magnificences du Mississipi sont aux beautés un peu maigres de la Garonne. Le nègre a les facultés simiesques on ne peut plus développées ; cela se comprend, il est plus près du singe… son talent d’imitation est prodigieux, sa fécondité de conteur aussi. Il ne tarit pas ; et lorsqu’il raconte, il joint à sa narration les poses, les gestes et jusqu’aux tics des personnages qu’il met en scène27.

  • 28 Ibid.

22Poursuivant dans la veine de la xénophobie littéraire, Watripon vitupère ensuite contre Henri Heine, qui est « un esprit français de contrebande, un esprit essentiellement germanique » et dont, « au fond, [la] plaisanterie rit jaune comme de la bière de Bavière »28.

  • 29 Dumasnoir Anténor, 2 février 1854, « Dans l’intimité », Le Moustiquaire, n° 1 : « On sait que je pe (...)

23Outre sa vanité, certains traits professionnels de Dumas sont la cible des moqueries répétées des rédacteurs du Moustiquaire – la productivité du maestro29, la vacuité de sa faconde, qui est parodiée par Marcolino Prat sous forme de dialogue creux :

  • 30 Prat Marcolino, 8 mars 1854, « Un disciple du grand Alexandre », Le Moustiquaire, n° 12, p. 3.

Voilà une heure que nous parlons, et nous n’avons encore rien dit.
Nous imitons le maître. Ne savez-vous pas que tous ses romans ont pour le moins quatre volumes, plus souvent huit, et que ses Mémoires en auront vingt, quarante et peut-être cent30 ?

24Autre thème connu des pamphlets anti-Dumas, les emprunts à l’histoire :

  • 31 Besson Ch., 5 mars 1854, « À bon chat, bon rat », Le Moustiquaire, n° 10, p. 1.

Vous avez dépouillé tout à loisir les vieux manuscrits de l’Arsenal, vous avez lu, copié, pillé toutes les chroniques de la France ; les mémoires publics, les pages secrètes, les correspondances les plus intimes. Vous avez crocheté toutes les serrures, visité toutes les armoires, fouillé l’antichambre et l’alcôve, la cave et le grenier […] En vain chercherait-on dans vos œuvres quelque chose qui vous soit propre31.

  • 32 Voir Schopp Claude, 2009, « Dumas dans ses bonnes œuvres », in Durand Pascal et Mombert Sarah (dir. (...)
  • 33 Watripon Antonio, 17 mars 1854, « Le Pégase de Berlick, pour faire suite à l’ânesse de Balaam », Le (...)

25Au-delà de la satire d’un homme, le journal se fixe pour principe la parodie d’une pratique collective, le style d’une rédaction. Le Moustiquaire se donne comme négatif cynique du Mousquetaire et en dénonce l’hypocrisie, sous la forme de l’antiphrase affichée dès le titre. Le bandeau des premiers numéros du Moustiquaire reprend, en effet, en négatif, la formule inscrite au frontispice du Mousquetaire : « Le journal ne paie pas ses Loges et n’achète pas les Livres dont il rend compte ». Cette formule énonce cyniquement les pratiques de rémunération occulte des journalistes, courantes dans le milieu de la presse de l’époque, comme le savent tous les lecteurs d’Illusions perdues de Balzac. L’hypocrisie du tournant charitable du Mousquetaire32 suscite elle aussi de nombreuses moqueries, par exemple dans le n° 20 : « Depuis [lors], Berlick tient un goupillon au lieu d’une plume. Il a juré de vivre et de mourir confit en eau bénite »33.

26Mais l’essentiel de la dénonciation porte sur l’écriture du Mousquetaire, en particulier sur le style de Dumas et des rédacteurs du Mousquetaire. Ainsi, la rubrique « Moustiquades », signée Tony Fanfan, accuse les rédacteurs de la Maison d’or de mal écrire :

  • 34 Le Moustiquaire, n° 1, 2 février 1854, p. 3.

Nous nous proposons d’offrir un abonnement gratis au lecteur qui se montrerait assez habile pour nous donner l’explication de ce rébus que nous avons trouvé dans Le Mousquetaire : Le génie de la charité a la charité du génie34.

27La rubrique intitulée « Cancans », tenue par L. Dulac, se consacre au relevé systématique des perles du Mousquetaire et recueille des épigrammes contre Dumas, parfois éculées ou laborieuses :

  • 35 Le Moustiquaire, n° 6, 23 février 1854, p. 2. Le Mousquetaire publiait depuis le 19 janvier Le Cons (...)

Dans une réunion de jeunes gens où l’on s’occupait de littérature et de littérateurs, l’un d’eux fit cette question : — Savez-vous, messieurs, quel est le plus scrupuleux de nos romanciers ? — Oui, lui répondit-on, c’est Alexandre Dumas, lui seul a travaillé avec conscience (Henri)35.

  • 36 Par exemple, dans un article intitulé « Les excentriques du Mousquetaire » (Le Moustiquaire, n° 32, (...)
  • 37 Le Moustiquaire, n° 2, 9 février 1854, p. 3.

28Si Le Moustiquaire dénonce l’absence d’esprit et les perles de tous les rédacteurs36, deux des piliers de la Maison d’or sont plus particulièrement pris pour cible, Armand Baschet et Philibert Audebrand. L’épisode fondateur de l’antienne contre Baschet se lit dans l’entrefilet signé Taconnet, pseudonyme de Marcolino Prat, sur ses barbarismes37 : dans le numéro du Mousquetaire du 8 février, Baschet a écrit ce mélange incohérent d’italien et de castillan : « Povero, povero senor Cabellaro ». À partir de ce moment, Baschet, que Le Moustiquaire appelle « le polyglotte » ou, comme le rappelle Audebrand, « le povero senor », est systématiquement moqué pour son style, son manque d’érudition et son provincialisme. Dans un article intitulé « Encore M. Armand Baschet (de Blois), lettre d’un Blésois », Dutoy se plaint du galimatias d’Armand Baschet, qui ternit la réputation des habitants de Blois :

  • 38 Ibid., n° 18, 15 mars 1854, p. 3.

On ne plaint pas assez les compositeurs d’imprimerie. Comme ils doivent souffrir quand M. Armand Baschet les oblige à grouper les lettres de phrases bouffonnes telles que celles-ci : « Des balustres joints par les souvenirs de la reine Anne et séparés par des candélabres de prestance ancienne. » […] Je suis humilié. Je me demande ce qu’on va penser des Blésois lettrés sur un pareil échantillon38.

  • 39 Ibid., n° 23, 22 mars 1854, p. 3, article signé Prat Marcolino.

29On lui attribue ensuite tous les articles mal écrits du Mousquetaire, et les cuirs apocryphes les plus éculés sont portés à son compte, par exemple celui, trouvé dans les Petites affiches rouennaises, d’une dame qui, entendant le nom du chef de l’armée turque, Omer-Pacha, s’étonne : « Je croyais ce poète mort depuis longtemps » : « Les Petites affiches rouennaises se trompent. Ce n’est pas une dame, c’est un jeune homme lettré qui disait cela. Nous allons commettre une indiscrétion ; mais nous le nommons. C’était M. A. Baschet »39. L’acharnement contre Philibert Audebrand, qui justifie probablement son silence sur Le Moustiquaire dans Alexandre Dumas à la Maison d’or, trouve son origine dans un cuir – qui pourrait bien être une simple coquille de typographe – monté en épingle :

  • 40 Prat Marcolino, 10 mars 1854, « Contre-glanes », Le Moustiquaire, n° 14, p. 3.

M. Philibert Audebrand, un des rédacteurs du Mousquetaire, est décidément un homme capable de tout. Dans le numéro 107 de ce journal, il fait « croasser » des crapauds comme de véritables corneilles (page 3, 1ère colonne, ligne 34) […] Nous n’avons pas, au Moustiquaire, de rédacteurs de la force de M. Philibert Audebrand, nous en avons moins encore de la force de MM. Eimann et Armand Baschet. Nous parlons français le plus que nous pouvons, et nous ne faisons croasser que les corbeaux40.

  • 41 Rouquette Jules, 11 mars 1854, « Chronique des théâtres », Le Moustiquaire, n° 15, p. 3.

30Comme Armand Baschet, Philibert Audebrand est épinglé au titre de traducteur ignare. On lui attribue par exemple une traduction homophonique d’un vers des Bucoliques de Virgile que n’aurait pas reniée l’OuLiPo : « Fermez les canaux, les enfants, les prés ont assez bu : Claudite jam rivos, pueri, sat prata biberunt ; traduction de M. Philibert Audebrand : Claude Jean, vous riez de puérilité ; çà ! prêtez-leur un biberon »41. On le voit, les premiers numéros du Moustiquaire utilisent les ressources habituelles du journalisme satirique, révélant tout en les déformant les caractéristiques de leur unique cible. Cependant, il est aisé à comprendre que la parodie d’un seul journal et d’une seule équipe pouvait difficilement tenir en haleine les lecteurs sur plus de quelques numéros.

III. La normalisation du journal

31En effet, dès le numéro 5, Le Moustiquaire commence à se normaliser et modère sa verve satirique pour devenir un classique tremplin pour jeunes plumes ambitieuses. Alors que dans les premiers numéros, tout se rattache au projet parodique, au bout de quelques semaines, la référence à Dumas et plus particulièrement au Mousquetaire, devient épisodique. Les premiers numéros publiaient régulièrement des annonces parodiques, qui pastichaient les titres des ouvrages annoncés ou publiés par Le Mousquetaire, comme ici El Salteador, roman de cape et d’épée de Dumas :

  • 42 Le Moustiquaire, n° 2, 9 février 1854, p. 4.

Le Moustiquaire publiera successivement El Marinero, roman contemporain de voiles et d’aviron, 2 vol., par Rodriguez de La Espada – Les enfants perdus, réalités sociales, roman en trois parties, par Tony Fanfan42

32Dès le numéro 3, ces annonces fantaisistes sont remplacées par des annonces réelles, par exemple pour une traduction par Delvau des Contes rustiques de Kinkel (parue chez Bry aîné et Maresq), pour Les Étudiants de Paris, par Antonio Watripon (chez Bry et Maresq) ou pour un recueil de poésie, Songes et Réalités, par Jules Rouquette (chez Dagneau). On voit donc dans un premier temps se mêler les registres parodique et sérieux, puis le registre sérieux dominer : Le Mousquetaire n’est plus alors l’objet d’une réécriture, mais simplement un modèle, parmi d’autres, de pratiques répandues dans toute la presse contemporaine.

  • 43 Ibid., n° 28, 28 mars 1854, p. 2.
  • 44 Ibid., n° 30, 30 mars 1854, p. 2.
  • 45 Corbillard [pseudonyme de Delvau Alfred], 9 février 1854, « Impressions de voyage », Le Moustiquair (...)

33Autre indice de l’abandon du second degré au bénéfice du premier, la réécriture cède le pas à la reproduction avouée, telle que la pratiquent tous les journaux de l’époque. C’est ainsi que Le Moustiquaire, à l’instar de son modèle dumasien, reproduit des textes de Michelet, par exemple le portrait du paysan russe extrait des Légendes du Nord43, ou une chanson de Pierre Dupont, Les Amis44. Mais, contrairement à la grande presse contemporaine, la pratique de la reproduction s’affiche, dans Le Moustiquaire, avec un cynisme moqueur caractéristique des journaux voleurs. Le Moustiquaire encourage ouvertement la reproduction, par exemple par une note formulée ainsi : « Tout journal – français ou belge – qui ne reproduira pas cet article sera poursuivi selon toute la rigueur des lois en vigueur »45.

34L’abandon de la dimension parodique ne signifie pas que la satire déserte le journal, mais seulement qu’elle se normalise avec le temps. La satire dirigée exclusivement contre Dumas laisse place à des critiques ad hominem adressées, par exemple, au personnel des théâtres, comme on en trouve couramment dans les petites feuilles des spectacles. Certaines, comme les attaques contre la tragédienne Rachel, au moment où elle quitte la Comédie-Française pour épouser un prince russe, se signalent par leur bassesse :

  • 46 Devimes Joseph, 1er mars 1854, « La caque sent toujours le hareng », Le Moustiquaire, n° 8, p. 4.

Mlle Rachel divorce avec la Comédie Française, elle épouse sérieusement un prince russe […] Mlle Rachel recevait du théâtre cent mille francs au moins […] Elle avait mieux que cela : elle avait l’admiration de la France. Mais Mlle Rachel pense que la fortune vaut mieux que la gloire et les roubles de la Russie sonnent plus agréablement à son oreille que les bravos de la foule. Le proverbe serait donc vrai : La caque sent toujours le hareng46.

  • 47 Le Moustiquaire, n° 26, 25 mars 1854, p. 2.
  • 48 Ibid., n° 29, 29 mars 1854, p. 4.

35L’histoire du mariage de Rachel avec le prince russe revient, sur le mode allusif, dans la rubrique « Cancans » sous la plume de Ch. Besson, à propos d’une actrice, Mlle C. B., surprise avec son amant de cœur par le comte qui l’entretenait, et qui lui coupe les vivres. L’anecdote se termine sur ces mots de l’argot des filles entretenues : « Pauvre petite chatte, disait Mlle R., du Vaudeville, faudra qu’elle aille aux Russes »47. En revanche, lorsque la grande tragédienne rentre de Russie, les attaques se taisent ; son retour est simplement annoncé, dans la rubrique la plus factuelle, « Nouvelles artistiques et littéraires » d’Alexandre Raymond : « Mlle Rachel est de retour à Paris. D’ici quelque temps, elle va rentrer au Théâtre-Français »48.

  • 49 Ibid., n° 7, 26 février 1854, p. 2.

36Le Moustiquaire n’a aucun scrupule à faire ce qu’il reprochait naguère à son modèle, par exemple à user des traductions de littérature étrangère. Ainsi, le n° 23 du Moustiquaire publie dans son feuilleton La Belle Morte, nouvelle « russe » reprise du journal L’Abeille du Nord, traduite par Alexandre Raymond d’après Josèphe Kieser. Le journal a donc lui-même recours à ce que Watripon décrivait comme « cette invasion de produits exotiques qui menace de tout envahir, au détriment de ce qui est jeune et vivace sur notre sol et au profit de ce qui est vieux et frappé de stérilité »49. En effet, d’après Watripon, l’invasion de la littérature étrangère est à mettre au compte d’un complot des vieux auteurs contre les jeunes :

  • 50 Ibid.

Cette importation d’œuvres étrangères est habilement favorisée et entretenue par nos grands faiseurs dont la réputation est établie et qui ne peuvent souffrir de concurrence auprès d’eux. Ils écartent avec soin la production indigène afin de demeurer seuls prophètes dans le pays qui les prône, et de proclamer hardiment les souverains qu’ils veulent bien adopter au-dehors. On se distribue les couronnes en famille, et l’on se dit que le public sera toujours assez badaud pour ratifier ces petites souverainetés de famille et de camaraderie50.

IV. Parodie et publicité

37Au fur et à mesure que se normalisent les pratiques de la rédaction du Moustiquaire, on voit se dessiner un nouveau programme, non plus celui d’une feuille satirique, mais d’un journal amusant, copie conforme de celui qu’il parodiait. Sous le titre « Notre siège est fait », Watripon annonce dans le n° 13 le nouveau programme du Moustiquaire :

  • 51 Ibid., n° 13, 9 mars 1854, p. 1.

Nous le prédisons avec certitude, le jour où la presse littéraire, celle qui verse la vie et la pensée, sera sérieusement constituée à Paris, les journaux prétendus graves, qui énervent et endorment l’intelligence, disparaîtront comme les feuilles mortes balayées par le vent d’automne51.

38Comme Le Mousquetaire, qui affiche pour ambition principale d’amuser ses abonnés, Le Moustiquaire se veut donc le fossoyeur des gloires faites et le découvreur des tendances nouvelles de la littérature :

  • 52 Ibid.

Nous proclamons hautement l’inviolabilité de toutes les grosses caisses ; nous n’attenterons en aucune façon à leur existence ; seulement, chaque fois que nous rencontrerons un véritable artiste qui, pouvant être lui-même, et grand par lui-même, se plaît à s’affubler de la livrée des charlatans pour attirer plus vite et de plus près l’attention de la foule, nous nous croirons en droit de crier haro sur le pauvre glorieux […] Ceci fait, nous n’aurons encore rempli que la moitié de notre tâche. Il nous faudra encore étudier de quel côté point la vie de l’intelligence ; il nous restera à marquer chaque pulsation du mouvement littéraire52.

39Ce nouveau programme, moins nettement satirique, plus conforme à la ligne des autres feuilles culturelles de l’époque et, pour tout dire, très semblable à celui de son modèle dumasien, se traduit dans l’autoportrait du journal à la page des annonces :

Le Moustiquaire, journal universel, satirique et critique. Bulletin du mouvement littéraire. Paraissant tous les soirs […] Actualités. Articles de genre, comiques ou sérieux. Caricatures et portraits littéraires. Romans. Contes. Nouvelles. Fantaisies. Mémoires. Biographies. Anecdotes. Voyages. Tableaux de mœurs. Études bibliographiques. Revue des Théâtres, des Coulisses, des Salons. Variétés. Causeries. Faits divers, artistiques et littéraires.

40Les rubriques listées sont parfaitement similaires à celles du Mousquetaire, dont la parodie ne semble s’être distinguée que pour mieux le copier. Il en va largement de même pour les options critiques affichées par cette feuille désormais rentrée dans le rang. Comme souvent dans la presse de l’époque, les points de vue et les choix s’expriment le plus explicitement dans les articles réflexifs. Par exemple dans le n° 3, l’article de tête, intitulé « Les critiques sur la sellette » par Watripon, adopte le dispositif du tribunal parodique pour faire comparaître les sommités du feuilleton (Gustave Planche, Sainte-Beuve, Jules Janin, Paulin Limayrac, etc.). Cette revue des critiques est reprise sous une autre forme dans le n° 17 par Jules Rouquette, qui y compare les méthodes respectives des grands feuilletonistes :

  • 53 Rouquette Jules, 14 mars 1854, « Un critique », Le Moustiquaire, n° 17, p. 1-2.

M. J. Janin s’occupe plutôt de ce qu’il va dire que de ce qu’a dit l’écrivain dont il veut entretenir ses lecteurs. M. Théophile Gautier consulte le dictionnaire des locutions arabes et des orientalismes au lieu de lire l’ouvrage sur lequel il veut discourir. M. Paulin Limayrac demande à son esprit l’absolution de sa conscience53.

41Les noms et les postures critiques épinglés dans Le Moustiquaire sont exactement les mêmes que ceux que retiennent les rédacteurs du Mousquetaire. L’élève irrévérencieux s’émancipe en revanche du maître lorsqu’il s’agit de prendre parti dans le débat qui oppose romantisme et réalisme. Les rédacteurs commencent, comme de juste pour un journal parodique, censé être au-dessus des factions, par se défendre de tout ralliement :

  • 54 Watripon Antonio, 11 mars 1854, « Les verts et les bleus », article de tête, Le Moustiquaire, n° 15 (...)

On nous demandera si nous sommes verts ou si nous sommes bleus ? Si nous sommes de l’école rocaille ou de l’école réaliste ? Et nous, qui n’appartenons à aucune coterie, bien embarrassés de répondre… Nous sommes pour le beau, pour le vrai et pour le bien. Mais quel beau, quel vrai et quel bien54 ?

  • 55 Watripon Antonio, 12 mars 1854, « L’école rocaille », Le Moustiquaire, n° 16, p. 1.
  • 56 On retrouve ce procédé dans la dénonciation de l’abus du qualificatif « ensoleillé » par les critiq (...)
  • 57 Watripon Antonio, « L’école rocaille », art. cit.

42La réponse, longue citation à l’appui, est claire : s’il faut être d’un parti, ce ne peut être que de celui de Balzac, dont Watripon est un fidèle admirateur. La suite de l’article, au numéro suivant, s’attache à épingler les tics de l’école rocaille55, à dénoncer le « cahier d’expressions » clinquantes, « sorte d’argot de feuilleton », qui abuse des termes « subodorer (je subodore, tu subodores, etc.), pharamineux et truculent »56, mais surtout, « le tic de cette école [qui] est de tout décrire à l’aide des procédés de la peinture »57.

  • 58 Watripon Antonio, 14 mars 1854, « Les réalistes », Le Moustiquaire, n° 17, p. 1.
  • 59 Ibid.
  • 60 Ibid.

43Le troisième épisode de l’article58 fait l’histoire et la critique de l’école réaliste. Watripon y retrace l’histoire des attaques contre le réalisme depuis La Baigneuse de Courbet qui scandalisa le Salon. Contre la campagne de dénigrement qui consiste, selon lui, à appeler « réaliste tout écrivain qui recherche la platitude, le prosaïsme et la vulgarité »59, il affirme l’excellence de l’esthétique réaliste, dont il fait remonter l’origine théorique au manifeste de Champfleury. Il nomme les hérauts de l’école, Henry Murger, Pierre Dupont, Charles Baudelaire qui, dit-il, « crurent avec raison qu’il était temps de substituer la nature telle qu’elle est à la nature morte dont on avait tant abusé »60, avant de terminer son article sur le nom de Balzac.

44Cette profession de foi réaliste, fondée sur la conscience de l’inscription historique des débats esthétiques dans la culture moderne, est à l’évidence une façon de prendre ses distances, voire de s’opposer aux fidélités romantiques souvent réaffirmées du journal de Dumas. En se plaçant sous la bannière de Balzac, qu’il ne cesse de dresser comme un repoussoir à Dumas, Le Moustiquaire construit un antagonisme qui lui permet de dépasser la confrontation de la parodie à son modèle. Dans « L’esprit français », Watripon oppose terme à terme les talents respectifs de Dumas et Balzac :

  • 61 Le Moustiquaire, n° 33, 2 avril 1854, p. 2.

L’un a une originalité qui lui est propre ; il est doué de la seconde vue (mens divinior). L’autre n’a que des procédés d’assimilation […] Balzac faisait plonger son esprit au fond des choses ; Dumas ne met l’esprit que dans le mot […] Balzac avait dans le sang l’ironie profonde de Rabelais, il était possédé du démon comique. Dumas n’a du comique que le masque grimaçant. C’est toute la différence qui existe entre le génie français et l’esprit créole61.

  • 62 Watripon Antonio [signé Tony Fanfan], 2 février 1854, « Moustiquades », Le Moustiquaire, n° 1, p. 3

45La lourdeur de l’opposition, non dénuée d’intention injurieuse envers le patron du Mousquetaire, prouve s’il en était besoin que l’antagonisme est une posture forcée, beaucoup moins naturelle que la copie. Les rédacteurs du Moustiquaire décrivent parfaitement leur propre rapport au modèle lorsqu’ils tentent de démonter le fonctionnement de la coterie de la Maison d’or : si les contributions des rédacteurs du Mousquetaire « ne sont que fleurs de beau langage et que feux d’artifice destinés à entretenir la verve du maître, à lui servir de reflet et de repoussoir tout à la fois »62, cela est encore plus vrai pour les articles du petit journal parodique, qui ne peuvent se moquer de leur modèle sans contribuer à son succès.

46Les rapports entre les deux journaux sont essentiellement constitués de publicité réciproque, sinon intentionnelle, du moins de fait. L’article « Un grand homme dangereux », signé Alcide de Maringouin, le reconnaît ouvertement :

  • 63 Le Moustiquaire, n° 2, 9 février 1854, p. 3.

M. Dumas se plaignait que les journaux avaient formé une ligue de mutisme et d’indifférence à son égard ; ils ne parlaient jamais de lui et de ses œuvres. Nous avons voulu satisfaire l’orgueil de M. Dumas et nous avons créé un journal qui s’occupe spécialement de lui et de son œuvre. Eh bien ! le croiriez-vous, M. Dumas n’en est pas plus satisfait pour cela. Il trouvait qu’on ne parlait pas assez de lui. Il trouve maintenant qu’on en parle trop. À qui la faute63 ?

47Conçue comme l’écho immédiat du succès – contesté – qu’obtient le journal de Dumas auprès du public, la parodie finit par ressembler plus à une collaboration qu’à une opposition, et Le Moustiquaire est parfois tenté d’exiger le prix de sa publicité, comme on le comprend dans l’article « Contraria contrarus », qui fait suite à l’article cité plus haut :

  • 64 Ibid., p 3.

Le Mousquetaire mourait de sa belle mort. Nous avons voulu le sauver par le système des contraires. C’est pour cela que le Moustiquaire a été fondé. M. Dumas nous doit un beau cierge […] En ce moment, on nous annonce que M. Dumas veut nous traîner devant les tribunaux pour cause de parasitisme et de contrefaçon de titre. Ô ingratitude64 !

48Mais, malgré ces évidents appels du pied, Dumas refuse de citer Le Moustiquaire dans son journal. Watripon s’en plaint encore dans le n° 6 :

  • 65 Watripon Antonio [signé Tony Fanfan], 23 février 1854, « Moustiquades », Le Moustiquaire, n° 6, p.  (...)

Hier encore, on lisait dans le Mousquetaire : « À part la Chronique de France, qui nous a tendu sa main loyale, à part le Charivari, qui nous a offert sa griffe, à part le Tintamarre, qui se connaît en esprit et qui a franchement applaudi à notre esprit, tout s’est tu, grands et petits journaux. » […] Il dit que notre langue est muette quand nous ne parlons que de lui… Fi ! grand frère, que c’est laid65 !

49Bien entendu, le motif de la guerre entre les deux journaux est largement fictif, comme le montrent les schémas parodiques récurrents, par exemple celui de la menace de procès :

  • 66 Raymond Alexandre, 17 mars 1854, « Cancans », Le Moustiquaire, n° 20, p. 3.

Aujourd’hui, on nous annonce que M. Dumas doit nous attaquer parce que nous ne nous occupons plus de lui. Il fonde sa plainte sur ce considérant : « Le Moustiquaire a été fondé pour faire la contrepartie du Mousquetaire, et par le fait même a contribué au succès dudit Mousquetaire. Aujourd’hui que le Moustiquaire ne s’en occupe plus, il lui retire les avantages résultant de cette publicité. » M. Dumas réclame donc au gérant du Moustiquaire 500 000 roubles de dommages-intérêts66.

50En égrenant les épisodes de cette guerre imaginaire, en empruntant le vocabulaire de la querelle judiciaire, les rédacteurs du Moustiquaire atteignent finalement, mais de biais, leur cible parodique. Non pas que cette fiction d’antagonisme ait la moindre chance de blesser le maître ; c’est le style même de son journal, avec ses incessants échos des querelles entretenues avec Buloz, Janin et d’autres, qui est ici pastiché. Et ce pastiche, tout en accusant parodiquement les traits du modèle, sonne comme un hommage au succès du Mousquetaire.

51Si la parodie dans Le Moustiquaire est parfois un peu plate, à nos yeux, et manque souvent d’esprit, c’est peut-être parce qu’elle échoue à se libérer de la prégnance de son modèle. Indirectement, elle témoigne de l’originalité du Mousquetaire, que nous ne percevons peut-être plus distinctement aujourd’hui : si forte est la présence de Dumas dans le journal qu’il a créé, si solides les liens qu’il a établis avec ses lecteurs que, malgré les efforts des ambitieux rédacteurs du Moustiquaire, l’écho parodique ne parvient qu’à peine à déformer sa voix.

Notes

1 Audebrand Philibert, 1888, Alexandre Dumas à la Maison d’or : souvenirs de la vie littéraire, Paris, Calmann Lévy, p. 48.

2 On note quelques numéros doubles, toujours datés dimanche-lundi, sauf le n° 25 des 23 et 24 mars, pour cause de mi-carême.

3 Voir par exemple la notice consacrée, d’après les archives du ministère de la Guerre, à Auguste Poulet-Malassis dans Maitron Jean, 1964, Dictionnaire du mouvement ouvrier français, Paris, Éditions ouvrières.

4 Watripon Antonio, 1854, Alexandre Dumas embêté par M. Croton-Duvivier, rentier, ex-fabricant de drap d’Elbeuf, Paris, chez tous les libraires, in-8°, 16 p.

5 Watripon Antonio, 1855, Publication nouvelle de M. Croton-Duvivier, Voltaire turlupiné par Alexandre Dumas, Paris, C. Nolet, in-8°, 20 p.

6 Par exemple Watripon Antonio [dessins de Leclerc Alexandre, gravés par Pothey], 1861, Paris qui danse. Études, types et mœurs, par Tony Fanfan, Paris, chez tous les libraires, in-16.

7 Delvau Alfred, 1960 [1864], Dictionnaire érotique moderne, par un professeur de langue verte, nouvelle édition revue, corrigée, considérablement augmentée par l'auteur et enrichie de nombreuses citations [par J. Choux], Paris, Cercle du livre précieux.

8 Delvau Alfred [avec dessins et eaux-fortes de Courbet Gustave, Flameng Léopold et Rops Félicien], 1862, Histoire anecdotique des cafés et cabarets de Paris, Paris, E. Dentu.

9 Delvau Alfred, 1848, Ledru-Rollin, sa vie politique, Paris, Impr. de N. Chaix, in-12, 12 p.

10 Delvau Alfred, 1850, Histoire de la révolution de Février, Paris, Blosse, in-8, 481 p.

11 Delvau Alfred, 1854, Au bord de la Bièvre, impressions et souvenirs, Paris, Imprimerie de Prève, 170 p.

12 Fayt René, 1999, Un aimable faubourien, Alfred Delvau (1825-1867), Bruxelles, Émile Van Balberghe Librairie.

13 Jules Rouquette, pseudonyme de Léo ou Léon Marcy, 1828-18[?], ancien libraire, journaliste, auteur dramatique et romancier de cape et d’épée.

14 Dans l’argot des journalistes, un « ours » est un brouillon, en particulier théâtral.

15 Le Moustiquaire, n° 3, 12 février 1854, p. 3.

16 Ibid., n° 27, 26 mars 1854, p. 1.

17 Ibid., n° 13, 9 mars 1854, p. 1.

18 Dumas Alexandre, 12 novembre 1853, « Programme artistique du journal Le Mousquetaire. Dialogue entre moi et le premier venu », Le Mousquetaire, n° 1, p. 1.

19 Mirecourt Eugène (de), 1845, Fabrique de romans. Maison Alexandre Dumas et Cie, Paris, chez tous les marchands de nouveautés, 64 p.

20 Le Moustiquaire, n° 1, 2 février 1854, p. 2.

21 Ibid.

22 Ibid., n° 18, 15 mars 1854, p. 1.

23 Ibid., p. 2.

24 Ibid., n° 27, 26 mars 1854, p. 3.

25 Watripon Antonio [lettre de Croton-Duvivier (personnage fictif)], 2 février 1854, « Correspondance », Le Moustiquaire, n° 1, p. 2.

26 Delvau Alfred, 1er mars 1854, « Aux rédacteurs du Moustiquaire », Le Moustiquaire, n° 8, p. 1.

27 Watripon Antonio, 2 avril 1854, « L’esprit français », Le Moustiquaire, n° 33, p. 1.

28 Ibid.

29 Dumasnoir Anténor, 2 février 1854, « Dans l’intimité », Le Moustiquaire, n° 1 : « On sait que je personnifie le mouvement perpétuel », reprise du jugement célèbre porté sur Alexandre Dumas par Lamartine, publié dans Le Mousquetaire, n° 34, 23 décembre 1853, p. 1.

30 Prat Marcolino, 8 mars 1854, « Un disciple du grand Alexandre », Le Moustiquaire, n° 12, p. 3.

31 Besson Ch., 5 mars 1854, « À bon chat, bon rat », Le Moustiquaire, n° 10, p. 1.

32 Voir Schopp Claude, 2009, « Dumas dans ses bonnes œuvres », in Durand Pascal et Mombert Sarah (dir.), Entre presse et littérature. Le Mousquetaire, journal de M. Alexandre Dumas, Liège, Bibliothèque de la faculté de philosophie et lettres de l’université de Liège, p. 179-196.

33 Watripon Antonio, 17 mars 1854, « Le Pégase de Berlick, pour faire suite à l’ânesse de Balaam », Le Moustiquaire, n° 20, p. 1. Berlick est le sobriquet attribué à Alexandre Dumas à sa naissance. Voir Dumas Alexandre [édité par Schopp Claude et Josserand Pierre], 1989, Mes mémoires, Paris, Robert Laffont, vol. 1, chap. xviii.

34 Le Moustiquaire, n° 1, 2 février 1854, p. 3.

35 Le Moustiquaire, n° 6, 23 février 1854, p. 2. Le Mousquetaire publiait depuis le 19 janvier Le Conscrit, du romancier flamand Henri Conscience, adapté par Dumas sous le titre Conscience l’innocent.

36 Par exemple, dans un article intitulé « Les excentriques du Mousquetaire » (Le Moustiquaire, n° 32, 1er avril 1854, p. 1), Dutoy épingle successivement Asseline, Viellot et Gatayes.

37 Le Moustiquaire, n° 2, 9 février 1854, p. 3.

38 Ibid., n° 18, 15 mars 1854, p. 3.

39 Ibid., n° 23, 22 mars 1854, p. 3, article signé Prat Marcolino.

40 Prat Marcolino, 10 mars 1854, « Contre-glanes », Le Moustiquaire, n° 14, p. 3.

41 Rouquette Jules, 11 mars 1854, « Chronique des théâtres », Le Moustiquaire, n° 15, p. 3.

42 Le Moustiquaire, n° 2, 9 février 1854, p. 4.

43 Ibid., n° 28, 28 mars 1854, p. 2.

44 Ibid., n° 30, 30 mars 1854, p. 2.

45 Corbillard [pseudonyme de Delvau Alfred], 9 février 1854, « Impressions de voyage », Le Moustiquaire, n° 2, p. 2.

46 Devimes Joseph, 1er mars 1854, « La caque sent toujours le hareng », Le Moustiquaire, n° 8, p. 4.

47 Le Moustiquaire, n° 26, 25 mars 1854, p. 2.

48 Ibid., n° 29, 29 mars 1854, p. 4.

49 Ibid., n° 7, 26 février 1854, p. 2.

50 Ibid.

51 Ibid., n° 13, 9 mars 1854, p. 1.

52 Ibid.

53 Rouquette Jules, 14 mars 1854, « Un critique », Le Moustiquaire, n° 17, p. 1-2.

54 Watripon Antonio, 11 mars 1854, « Les verts et les bleus », article de tête, Le Moustiquaire, n° 15, p. 1, à propos de l’article de Louis de Cormenin contre l’école réaliste, dans la Revue de Paris.

55 Watripon Antonio, 12 mars 1854, « L’école rocaille », Le Moustiquaire, n° 16, p. 1.

56 On retrouve ce procédé dans la dénonciation de l’abus du qualificatif « ensoleillé » par les critiques de L’Artiste ; voir Raymond Alexandre, 23 mars 1854, « La littérature de L’Artiste », Le Moustiquaire, n° 25, p. 1.

57 Watripon Antonio, « L’école rocaille », art. cit.

58 Watripon Antonio, 14 mars 1854, « Les réalistes », Le Moustiquaire, n° 17, p. 1.

59 Ibid.

60 Ibid.

61 Le Moustiquaire, n° 33, 2 avril 1854, p. 2.

62 Watripon Antonio [signé Tony Fanfan], 2 février 1854, « Moustiquades », Le Moustiquaire, n° 1, p. 3.

63 Le Moustiquaire, n° 2, 9 février 1854, p. 3.

64 Ibid., p 3.

65 Watripon Antonio [signé Tony Fanfan], 23 février 1854, « Moustiquades », Le Moustiquaire, n° 6, p. 3.

66 Raymond Alexandre, 17 mars 1854, « Cancans », Le Moustiquaire, n° 20, p. 3.

Auteur

Sarah Mombert est maîtresse de conférences en littérature française du <span style="font-variant:small-caps;">xix</span><sup>e</sup> siècle à l’École normale supérieure de Lyon, membre du laboratoire IHRIM et du comité de rédaction des Cahiers Alexandre Dumas (Classiques Garnier). Après une thèse de doctorat sur le roman de cape et d’épée, elle s’est spécialisée en histoire de la presse, notamment à travers l’édition numérique des journaux d’Alexandre Dumas dont elle a assuré la coordination.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search