Version classiqueVersion mobile

Un mousquetaire du journalisme : Alexandre Dumas

 | 
Sarah Mombert
, 
Corinne Saminadayar-Perrin

Deuxième partie. Causeries, mémoires et fictions

6

Mes mémoires dans Le Mousquetaire.
La voix du narrateur

Maria Lúcia Dias Mendes

Texte intégral

Au fur et à mesure que j’ai avancé en âge, ce besoin de causerie est devenu de plus en plus impérieux chez moi – la vieillesse est conteuse ! – si bien que, pour satisfaire à mes goûts, pour m’en donner à cœur joie, je me suis mis, – sans faire tort d’une ligne à mes romans, bien entendu, mais comme passe-temps, comme intermède, – je me suis mis à écrire mes Mémoires, puis la série de mes Grands hommes en robe de chambre, puis des préfaces rétrospectives pour les nouvelles éditions de mes livres ; puis que sais-je encore ?… J’ai même fondé un journal, – histoire de causer.
Alexandre Dumas, Causeries.

1Sur une feuille bleue, d’une calligraphie sans défaut, sans la moindre rature, Alexandre Dumas commence la rédaction de ses Mémoires. Nous sommes le 18 octobre 1847, il est 5 h 30 du matin et, dans le château de Monte-Cristo, on n’entend que le glissement de la plume sur le papier.

2À 45 ans, l’auteur célèbre de drames romantiques et de romans-feuilletons fameux a décidé de réfléchir à son existence, et de se consacrer au travail introspectif exigé par les écritures du moi. C’est ainsi que naît Mes mémoires : œuvre torrentielle, entre le registre littéraire et le registre historique, conçue avec l’ambitieuse intention d’immortaliser son histoire personnelle, mais aussi d’écrire les mémoires de la France.

3Les mémoires se définissent comme des écritures du moi, ce sont des manifestations d’auteurs qui entreprennent une quête intense de leur propre essence et de l’autoconnaissance. Ce sont des portraits, réels ou imaginaires, produits par l’auteur à propos de son passage à travers l’existence, qui fixent sa manière de vivre et, surtout, de voir le monde.

4La décision d’entamer ce type de projet exprime l’aveu d’un besoin intime de remettre en question sa propre existence. Un individu, jusqu’ici satisfait de voir sa vie s’écouler comme elle le fait, se sent poussé à s’arrêter pour réfléchir au chemin parcouru. Pour Dumas, la décision semble découler de sa rencontre angoissante avec la finitude de la vie, lorsqu’il est confronté à la mort d’êtres proches : sa mère, Charles Nodier, le duc d’Orléans et Frédéric Soulié.

I. Un projet évolutif et complexe

5Mes mémoires est une œuvre mémorialistique qui évite les modèles schématiques ou préétablis. Manifestations d’une individualité, les écritures du moi sont toujours directement liées à une personnalité, à une façon de voir le monde. Comme l’affirme George Gusdorf, les mémoires montrent l’évolution d’une personnalité, à travers des événements choisis, reconstruits à partir de la vision rétroactive que l’auteur a de sa propre existence. En choisissant parmi ses expériences celles qui paraissent les plus significatives et les plus représentatives de sa propre essence, on décrit une trajectoire particulière, indissociable de son individualité – impossible à appliquer en quelque autre circonstance.

6Traditionnellement, les mémoires (de même que d’autres écritures du moi) sont écrites sans que l’auteur en envisage la publication : ce sont des textes produits pour un cercle limité de lecteurs, quelquefois même pour des membres de la famille. Lorsqu’elles sont publiées, la plupart du temps après la mort de l’auteur, elles finissent par subir des modifications et des suppressions de la part de la famille elle-même ou de l’éditeur.

7Cependant, Alexandre Dumas, lui, écrit ses mémoires en vue d’une publication pratiquement immédiate dans un journal. Comment concilier ces « remplis de cœur », selon les mots du cardinal de Retz, avec les règles auxquelles sont soumises les publications des feuilletons ?

8Écrite en huit ans (de 1847 à 1855), période durant laquelle il écrivit d’autres œuvres, Mes mémoires reflète les changements de vie subis par Alexandre Dumas.

9Dumas rédige la première et la deuxième partie de son récit – plus de 120 chapitres – et, en 1851, les vend à son éditeur habituel, Alexandre Cadot, lequel les revend au journal La Presse. Le directeur de ce journal, Émile de Girardin, venait de publier, du 21 octobre 1848 au 5 juillet 1850, en alternance avec le feuilleton de Dumas Le Collier de la reine, les Mémoires d’outre-tombe de Chateaubriand, qui avait suscité un grand intérêt chez les lecteurs. Les mémoires de Dumas commencent à être publiées le 16 décembre 1851.

10La troisième partie de Mes mémoires est écrite à Bruxelles, pendant son exil (dû à sa fuite devant ses créanciers). Dumas écrit d’une traite les 36 chapitres qui composent cette troisième partie publiée par le journal La Presse du 26 janvier au 14 avril 1853.

11La quatrième partie des mémoires est composée durant ses allées et venues entre Paris et Bruxelles ; sa publication dans La Presse commence le 31 août 1853 et s’interrompt du 18 au 26 septembre. Comme il écrit sans notes, Dumas se plaint dans ses lettres à son fils du manque de documents à Bruxelles, et de l’absence de témoignages à Paris. La dernière partie est publiée, avec plusieurs interruptions, entre le 12 novembre 1853 et le 12 mai 1855, de façon désordonnée : les chapitres sont imprimés immédiatement après leur rédaction et sont interrompus par la publication des Mohicans de Paris.

12Ce long temps d’écriture de Mes mémoires a des conséquences sur la fluidité du projet original : conçu comme une œuvre mémorialiste, visant à la construction d’une mémoire de la France, l’auteur finit par se perdre en digressions sur l’époque de l’écriture, en réponses aux critiques de ses œuvres, et en insertions de fragments d’auteurs contemporains. Dumas n’arrive pas à définir avec exactitude son objectif : à mesure qu’il écrit ses mémoires, ses intentions se complexifient. La définition du genre varie au point de se contredire, mais l’ambition historique, parfois encyclopédique, l’emporte sur les autres, rivalisant même parfois avec la narration mémorialiste.

  • 1 Schopp Claude, 1989, « Préface », in Dumas Alexandre, Mes mémoires, Paris, Robert Laffont.

13Les principales conséquences de l’inconstance de Dumas vis-à-vis de son projet sont les changements dans la structure de l’œuvre. Si au début, comme l’a montré Claude Schopp1, Mes mémoires peut être lu comme un roman d’apprentissage, au long des années la narration se dilate et devient une espèce de patchwork, un bricolage de différents textes répondant à des intentions variables. À la limite, nous pouvons dire que la structure de l’œuvre oscille entre le roman et le bricolage.

II. Fiction

14Dans les mémoires, il est d’usage d’éviter les détails dénotant clairement une fictionnalisation, car l’intention de l’auteur est de s’affirmer en tant que narrateur digne de foi, impartial et sincère ; la présence d’indices de fictionnalisation induirait le lecteur à penser que la narration a été imaginée, trahissant ainsi le pacte de confiance entre lui et le mémorialiste.

  • 2 Thérenty Marie-Ève, 2002, « Contagions : fiction et fictionalisation dans le journal autour de 1830 (...)
  • 3 Voir la présentation écrite par Chelebourg Christian (dir.), 2005, Écritures xix, t. 3 Alexandre Du (...)

15Selon Marie-Ève Thérenty2, la présence de scènes détaillées, de dialogues transcrits in extenso et littéralement, de descriptions minutieuses, ainsi que de tous les modes d’accès direct à la subjectivité des personnages (emploi de verbes exprimant pensées et sentiments, monologue intérieur et style indirect libre), sont des éléments qui produisent sur le lecteur une impression justifiée de fictionnalisation. Cependant, dans Mes mémoires, Alexandre Dumas emploie tous les procédés fictionnels dont il dispose et ne fait pas une grande distinction entre les genres pratiqués. Dumas laisse libre cours à sa verve de causeur, ou comme il a écrit plusieurs fois, « verve de raconteur »3. Les dispositifs fictionnels auxquels il a recours deviennent des éléments constructifs de son œuvre, qu’elle soit fiction ou écriture du moi, ce qui donne au lecteur l’impression qu’ils ont tous été produits dans un même élan.

16Le narrateur créé par Dumas pour ses romans-feuilletons et ses causeries entre de nouveau en scène dans ses mémoires. Ce narrateur, qu’on peut appeler « maître des cérémonies », fonctionne comme un personnage qui, comme s’il se trouvait sur une scène, fait des commentaires et donne des éclaircissements aux spectateurs pendant que les scènes se déroulent. Actualisant les événements qu’il décrit, contextualisant un personnage qui va entrer en scène, discutant un dialogue qui vient d’avoir lieu, ce narrateur a pour caractéristique de faciliter l’accès du lecteur aux scènes, tout en réussissant à maintenir une unité dans l’action qui se déroule. La figure du narrateur se présente quelquefois comme la propre voix de Dumas et agit comme un intermédiaire entre la narration et le lecteur.

  • 4 Dumas Alexandre, Mes mémoires, op. cit., t. i, p. 631.
  • 5 Ibid., p. 148.

17Dans le cas du roman-feuilleton dumasien, c’est le narrateur qui fait la liaison entre la vie réelle et la représentation de la fiction, en commentant sans cesse les différences entre son temps et celui de la narration (en signalant des changements dans le paysage, les coutumes, la politique). Dans le cas des mémoires, la narration remplit l’espace entre le fait historique et sa représentation personnelle. Pour atteindre cet objectif, le narrateur doit apparaître comme un témoin digne de foi, se montrer capable de donner une vision pertinente de l’événement ou tout au moins garantir que sa position dans cet univers était privilégiée. Dumas s’efforce de construire pour le lecteur une image de témoin objectif et fiable, d’une grande capacité de mémorisation : « Je me crois obligé d’affirmer sur l’honneur, que ce que je vais dire est l’exacte vérité »4, ou « Je cite tous ces détails pour prouver combien ma mémoire est sûre et combien je puis compter sur elle »5.

  • 6 Ibid., p. 913.

18La présence du narrateur engendre celle du narrataire et vice-versa. Possédant un autre statut à l’intérieur de l’œuvre romanesque, le doublet narrateur/lecteur ne correspond pas à des personnages comme les autres, car il permet, par leurs interventions, une espèce de remise en question du fonctionnement de la narration, en mettant l’accent sur la construction du récit : « Voulez-vous nous y suivre, si les petits détails à la manière de Balzac vous amusent ? si vous croyez que la nature a autant de peine à faire l’hysope que le cèdre ? »6.

  • 7 Bruss Elizabeth [trad. par Richard Jean-Pierre], 1974 (novembre), « L’autobiographie considérée com (...)

19Si le lecteur effectif sait qu’il s’agit d’une œuvre de fiction, que les personnages sont des « êtres de papier », le narrateur et le lecteur sont vus d’une autre manière. Cependant, en ce qui concerne les écritures du moi, les êtres cités ont vraiment vécu, ils ont existé. Selon Elizabeth Bruss, « narrateur et narrataire sont entraînés dans ce vent de vérité qui – plus ou moins trompeusement d’ailleurs – souffle dans l’autobiographie »7. Ainsi, apparemment, le lecteur à qui l’auteur-narrateur parle est lui aussi plus réel.

20Le lecteur auquel s’adressent les mémoires et les autobiographies est revêtu d’une forme de responsabilité qui lui confère de l’autorité sur ce qui est relaté, d’autant plus que beaucoup de ces œuvres sont destinées à n’être publiées qu’après la mort de l’auteur – par exemple, le lecteur évoqué par Stendhal dans La Vie d’Henri Brulard existe cinquante ou cent ans après sa mort ; ce lecteur est donc une sorte de dépositaire du testament de l’auteur, et c’est de lui que dépend la survivance du texte et de l’écrivain.

21Dans Le pacte autobiographique, Philippe Lejeune a démontré combien le lecteur est fondamental dans sa définition de l’autobiographie. En effet, dans la plupart des œuvres relevant de ce genre, les auteurs se tournent vers le lecteur pour solliciter son adhésion au texte. Dans les préfaces, dans les moments où l’auteur réaffirme sa sincérité de la façon la plus solennelle, à l’heure des confessions, le lecteur est appelé à pactiser avec le processus de l’écriture, en réponse au besoin de l’auteur de se confesser. Mais le mot « pacte » est un peu dangereux, car il présuppose un double engagement : si l’auteur d’une écriture du moi s’engage à ce que l’identité entre auteur/narrateur/personnage puisse être vérifiée à tout moment, le lecteur mentionné par l’auteur dans la narration ne correspond pas forcément au lecteur réel, nous ne saurons jamais s’il y a correspondance entre les deux.

22Dans le cas de Mes mémoires, l’appel au lecteur est directement lié au désir de créer de l’intimité ainsi qu’une forme d’adhésion à l’opinion manifestée par l’auteur. Le lecteur est appelé à se prononcer, à se souvenir, à devenir complice du narrateur, à pactiser avec ce qui est raconté.

  • 8 Dumas Alexandre, Mes mémoires, op. cit., t. i, p. 648.

Le lecteur se doutait-il que le fameux Geoffroy écrivît d’un pareil style ? – Non. – Eh bien, ni moi non plus.
Continuons. À mesure qu’on avance, cela cesse d’être plat : cela devient curieux8.

23Effet de style, ou peut-être vice d’auteur de romans-feuilletons destinés à une lecture immédiate du public, le narrateur créé par Dumas se dirige toujours à un lecteur idéal, capable de le suivre dans ses mémoires et de partager ses impressions, sans se préoccuper de suivre fidèlement la chronologie qu’il s’était proposée.

  • 9 Ibid., p. 502.

Je demande pardon de la digression ; mais, comme j’avais négligé d’inscrire cet important épisode de ma vie dans son ordre chronologique, on ne trouvera pas extraordinaire que j’aie saisi la première occasion qui s’est présentée de réparer cet oubli9.

III. Brouillages temporels

  • 10 Ibid., t. ii, p. 159.

24Malgré le désir de Dumas de montrer sa vision des événements auxquels il a participé, le présent de sa narration ne cherche qu’un prétexte pour se manifester, soit lors d’un commentaire, soit dans la vision que l’auteur a de son public lecteur. C’est une narration rétrospective, qui laisse entrevoir ses oscillations temporelles, comme le dit explicitement Dumas : « J’écris tout cela de mémoire, comme on le comprend bien, et je cite les points lumineux qui se dessinent dans mon esprit à travers une nuit de vingt-deux ans »10.

25Le témoignage obéit, en premier lieu, aux exigences imposées par le fil des souvenirs, indépendamment d’une cohérence temporelle s’appuyant sur la tradition. Le chemin est tracé par les sentiments, les souvenirs et les associations qui s’ensuivent, tissant la narration de façon à former un ensemble complexe et révélateur. C’est ce mélange de passé, de présent et de réflexion qui donne origine à la narration, qui fait que les temps deviennent indissociables.

  • 11 Ibid.

J’étais resté rêveur. Qu’eût-ce donc été, si j’avais pu prévoir que ce trône, le moins poétique des trônes de la terre, élevé par un poète en 1830, serait renversé par un poète en 1848 ? Quel étrange encadrement à ces dix-huit ans de règne que Béranger et Lamartine11 !

26Dans Mes mémoires, l’auteur a l’intention de raconter sa vie, avec pour bornes chronologiques les années 1802 (année de sa naissance) et 1833 (année où il publie dans la Revue des deux mondes la causerie Comment je devins un auteur dramatique, entre autres). Dumas écrit en pensant à une publication immédiate, avec pour public cible ses lecteurs habituels et contemporains, et ne s’inquiète pas trop des balises temporelles : il relate très souvent les événements sans citer de dates. Cependant, au long de l’écriture, d’autres temps interfèrent avec le déroulement de la narration, altérant sa chronologie.

27Et le type de narrateur choisi par Dumas favorise également ces rencontres temporelles, car il s’agit d’un narrateur causeur, proche du lecteur, qui aime tisser des commentaires sur les événements – et par cela même, finit par « remonter le temps » afin de les expliquer.

  • 12 Briot Frédéric, 1994, Usage du monde, usage de soi. Enquête sur les mémorialistes d’Ancien Régime, (...)

28Bien que le narrateur affirme que sa mémoire est excellente, ses évocations du passé sont évidemment commandées par les affects et émotions éveillés par les événements qu’il rapporte. L’œuvre dépend des commentaires et des observations que l’auteur introduit, des éclaircissements qui lui paraissent significatifs. Comme le définit Frédéric Briot, « de ce point de vue, le texte, dans son style, son ordre et son contenu, revendique l’incomplétude et l’imperfection comme des valeurs »12.

29Les mémoires permettent une espèce de condensation des temps, à des moments où le narrateur fait se rencontrer le passé et le présent de l’écriture comme en une spirale. En certaines occasions, ces sauts temporels sont utilisés pour expliquer un fait important à ce moment-là ou pour justifier la présence de la prochaine narration :

  • 13 Dumas Alexandre, Mes mémoires, op. cit., t. ii, p. 11.

Il y a déjà vingt-deux ans que le roi Charles X est allé mourir dans l’exil ; les hommes de notre génération l’ont pas vu ; mais les hommes de trente ans et les jeunes gens de vingt ne l’ont vu ; c’est pour eux que nous écrivons les lignes suivantes.
Charles X était, alors, un vieillard de soixante-seize ans, grand, mince, portant d’habitude un peu inclinée sa tête, garnie de beaux chevaux blancs13.

  • 14 Ibid., t. i, p. 631.

30Quelquefois, le mémorialiste, qui par définition devrait présenter un recul volontaire par rapport au passé, sans se préoccuper excessivement du présent, finit par discuter des questions relatives aux chemins que prend la publication de l’œuvre : « Au moment où je vais clore ce chapitre, on me raconte une bonne histoire de la censure aujourd’hui, 6 juin 1851 ; je crois devoir lui consacrer le chapitre suivant »14.

IV. Entrée en lice du Mousquetaire

  • 15 Dans une des lettres adressées à sa fille, Dumas demande à celle-ci de publier une note ainsi conçu (...)

31En octobre 1853, Dumas est prévenu que Girardin a décidé d’interrompre la publication de ses mémoires dans le journal La Presse. Pris entre irritation et déception, il décide de créer un journal afin de continuer à les publier. C’est ainsi que naît Le Mousquetaire, défini comme journal littéraire ; son programme est écrit sous forme de dialogue entre « Moi » et « Le premier venu », sous forme de causerie. L’intention la plus claire de Dumas est de continuer à publier ses mémoires qui, selon lui, deviennent de plus en plus compromettantes à mesure qu’elles s’approchent du présent, mais il souhaite également prendre la responsabilité de leur publication15.

32Cependant, Dumas finit par céder aux angoisses du présent, d’où des phénomènes d’interférence. Le Mousquetaire assume une autre tâche : faire la critique de la critique. Peu à peu, le narrateur de Mes mémoires finit par donner plus d’espace au bricolage, insérant de longs extraits de lettres, de critiques et de querelles de journaux, de textes anciens, de biographies romancées. Les interventions d’autres textes dans les mémoires dilatent la narration, le recours à d’autres voix (ou bien même sa propre voix venant d’autres temps) font traîner le récit en longueur. Dumas laisse de côté ses mémoires pour s’enfoncer de plus en plus dans une espèce de défense des choix du passé et du présent. La création du journal Le Mousquetaire est directement liée à ce désir apologétique autant que polémique.

33Dumas semble vouloir, grâce à de nombreuses citations (quelquefois non signées, insérées sans que le nom de l’auteur ou de l’œuvre ne soit mentionné), convaincre le lecteur qu’il peut exiger confirmation de la véracité des faits rapportés. Les narrations déjà tombées dans le domaine public confirmeraient la pertinence du témoignage, transmettant, du fait de leur impression, une garantie de cohérence. Ou, peut-être, l’acte de reprendre ses propres textes est-elle une forme de rechercher une ligne logique dans sa propre vie, d’essayer de retracer son chemin en suivant la trace de ses pas. En se relisant, Dumas trouverait un fil d’Ariane qui lui permettrait de faire le parcours vers son passé de forme plus sûre.

  • 16 Dumas Alexandre, Mes mémoires, op. cit., t. ii, p. 907.

Au reste, comme je ne veux pas qu’on prenne ces lignes pour une flatterie tard venue, et que je tiens à ce que l’on me sache incapable de flatter autre chose que les exilés ou les morts, j’écrirai ici sur la reine Hortense ce que j’écrivais en 1832.
Je copie les lignes suivantes dans mes Impressions de voyage16.

34Outre ses propres textes (réécrits ou non pour l’occasion), Dumas insère dans ses mémoires lettres, poèmes, billets, critiques littéraires, articles de journaux, pages d’autres écrivains, quelquefois même sans en nommer les auteurs. Ce sont des textes d’origines diverses qui sont présentés au lecteur sans préoccupation de l’exactitude de l’information (même lorsque c’est un texte journalistique qui est reproduit), car l’auteur utilise la citation selon ses intérêts : ces extraits semblent n’être ici que pour justifier l’authenticité de la narration, pour éliminer le moindre doute quant aux événements rapportés ou quant à son impartialité. C’est dans cette intention que Dumas cite également les œuvres d’historiens comme Jules Michelet, Louis Blanc, Augustin Thierry : c’est une façon de revendiquer des sources fiables et sûres.

35Tous ces recours en vue d’affirmer la véracité des faits sont employés dans un seul but : écrire l’histoire. Le projet évolue : dans les chapitres publiés dans La Presse, l’auteur souhaite raconter son origine et sa trajectoire individuelle ; dans les feuilletons du Mousquetaire, il adopte une approche plus historique.

36Malgré tous les efforts de l’auteur pour construire un narrateur s’appuyant sur la vérité objective des évènements, essayant d’établir un pacte de complicité avec le lecteur – à travers son expérience par rapport aux faits rapportés –, les mémoires sont, a priori, écrites sous une perspective personnelle, le produit d’un point de vue particulier, une vision du monde, une recréation.

37Dumas, comme la plupart des mémorialistes, ne cesse de proclamer sa préoccupation envers la vérité, son désir de sincérité et sa fidélité vis-à-vis des évènements relatés. Cette vision restreinte n’apporte aucune révélation surprenante sur les événements. La valeur de cette vision se limite à ce qu’elle dévoile ; le récit montre ce qui a été vu (les événements que l’auteur a sélectionnés) et comment les choses ont été perçues (quelle a été l’influence de cette expérience sur le narrateur).

  • 17 Ibid., t. ii, p. 1040.

Et maintenant, nous demandons à nos patients et fidèles lecteurs la permission de clore provisoirement ici la série de nos Mémoires. Plus tard, si l’accueil qui leur est fait répond à notre attente, et que Dieu veuille bien nous prêter vie, nous reprendrons notre plume de chroniqueur, avec l’espoir de fournir de nouveaux et curieux matériaux à l’histoire véridique de notre temps17.

38Mes mémoires témoigne d’une combinaison des deux tendances : Dumas est poussé par le désir de s’exprimer, de donner son point de vue sur le monde qu’il a connu, sans pour autant renoncer à observer le monde où il vit. L’auteur se soucie du lecteur pour lequel il écrit, emploie les moyens narratifs dont il dispose et qu’il maîtrise bien, se sert de sujets quotidiens pour ponctuer ses discussions ; il insère son œuvre dans l’actualité littéraire dès le moment de sa conception.

Notes

1 Schopp Claude, 1989, « Préface », in Dumas Alexandre, Mes mémoires, Paris, Robert Laffont.

2 Thérenty Marie-Ève, 2002, « Contagions : fiction et fictionalisation dans le journal autour de 1830 », in Audet René et Gefen Alexandre (éds), Frontières de la fiction, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, p. 261-277.

3 Voir la présentation écrite par Chelebourg Christian (dir.), 2005, Écritures xix, t. 3 Alexandre Dumas « raconteur », Paris, Lettres modernes Minard.

4 Dumas Alexandre, Mes mémoires, op. cit., t. i, p. 631.

5 Ibid., p. 148.

6 Ibid., p. 913.

7 Bruss Elizabeth [trad. par Richard Jean-Pierre], 1974 (novembre), « L’autobiographie considérée comme acte littéraire », Poétique, n° 17, p. 24.

8 Dumas Alexandre, Mes mémoires, op. cit., t. i, p. 648.

9 Ibid., p. 502.

10 Ibid., t. ii, p. 159.

11 Ibid.

12 Briot Frédéric, 1994, Usage du monde, usage de soi. Enquête sur les mémorialistes d’Ancien Régime, Paris, Seuil, p. 37.

13 Dumas Alexandre, Mes mémoires, op. cit., t. ii, p. 11.

14 Ibid., t. i, p. 631.

15 Dans une des lettres adressées à sa fille, Dumas demande à celle-ci de publier une note ainsi conçue : « Les Mémoires d’Alexandre Dumas vont cesser de paraître dans La Presse ; un avertissement officieux ayant été donné à Mr de Girardin par Mr Collet-Mégret, chef de la censure » (Lettre de 23 octobre 1853, citée par Schopp Claude dans l’introduction de Mes mémoires, op. cit., t. i, p. 51).

16 Dumas Alexandre, Mes mémoires, op. cit., t. ii, p. 907.

17 Ibid., t. ii, p. 1040.

Auteur

Maria Lúcia Dias Mendes est professeure de littérature française à l’université fédérale de São Paulo. Elle a participé au programme de coopération internationale « La circulation transatlantique des imprimés et de la mondialisation de la culture au xixe siècle », dirigé par Jean-Yves Mollier (Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines, université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines) et Márcia Azavedo Abreu (Instituto de Estudos da Linguagem, Unicamp). Elle s’intéresse à la réception et à la diffusion des romans français dans le Brésil du xixe siècle, en particulier l’oeuvre d’Alexandre Dumas

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search