Version classiqueVersion mobile

Un mousquetaire du journalisme : Alexandre Dumas

 | 
Sarah Mombert
, 
Corinne Saminadayar-Perrin

Première partie. 1848 : écrire et faire l'histoire

1

Dumas parmi d’autres : romanciers, journalisme et journaux en 1848

Vincent Robert

Texte intégral

  • 1 Hatin Eugène, 1861, Histoire politique et littéraire de la presse en France, t. viii, Paris, Poulet (...)

1« Dieu dicte, et nous écrivons » : la fière devise qu’Alexandre Dumas arbora dans son premier journal ne suffit évidemment à expliquer pourquoi il se lança dans le journalisme au printemps 1848. Car il fut loin d’être le seul : selon le premier historien de la presse française, Eugène Hatin, « tous ceux qui vivaient de leur plume se jetèrent dans le journalisme comme dans la seule voie qui leur était ouverte »1. Comprendre l’inspiration et apprécier l’originalité de Dumas suppose donc le détour qui nous fera examiner les rapports qu’entretenaient les écrivains – spécialement les romanciers – et le monde de la presse avant la révolution de Février, puis les bouleversements que celle-ci provoqua et comment les gens de lettres s’efforcèrent de s’y adapter.

I. Romanciers et journalistes avant 1848

  • 2 Martin Marc, 1981 (juillet-septembre), « Journalistes parisiens et notoriété (vers 1830-1870) », Re (...)
  • 3 Thérenty Marie-Ève, 2003, Mosaïques. Être écrivain entre presse et roman (1829-1836), Paris, H. Cha (...)
  • 4 Karr Alphonse, 1832, Sous les tilleuls, Paris, Gosselin.

2Si tant d’hommes de lettres purent se lancer dans le journalisme au printemps 1848, c’est d’abord, le fait est bien connu, que les deux mondes apparaissaient alors beaucoup moins distincts qu’ils ne le sont aujourd’hui ; tout lecteur de Balzac, se souvenant de la carrière de Lucien de Rubempré, peut s’en douter, mais les travaux de Marc Martin, une sociologie du journalisme au milieu du xixe siècle, l’ont établi2, et le livre de Marie-Ève Thérenty a remarquablement exploré tout ce qu’implique cette proximité3. Entre 1830 et 1848, tous les écrivains avaient tâté du journalisme, et la plupart des grands romanciers furent considérés, à un moment ou un autre de leur carrière, comme de véritables professionnels de la presse. Les nécessités de l’existence contraignent bien des jeunes gens à collaborer à la « petite presse » : Baudelaire et Champfleury écrivirent ainsi dans les colonnes du Corsaire-Satan, dirigé par l’inénarrable et peu scrupuleux Lepoitevin Saint-Alme. Parmi les romanciers reconnus, même les adversaires les plus acharnés du roman-feuilleton ne dédaignent pas d’écrire dans les journaux. Pensons par exemple à Alphonse Karr : romancier alors estimé, même si on ne cite plus guère aujourd’hui que son premier livre, Sous les tilleuls4, il avait collaboré au Figaro, avant de diriger Les Guêpes. Ou encore à Jules Janin, qui après le succès de L’Âne mort et la femme guillotinée, s’était taillé une voie fructueuse vers le feuilleton dramatique du Journal des débats ; pourtant, il ne concevait cet exercice que comme une pratique mercenaire qui le détournait du roman ou d’autres ouvrages où sa plume ne serait point serve. À l’inverse, rares étaient les journalistes à n’avoir pas publié, qui une plaquette de vers (mais, depuis la fin de la Restauration, ce n’était plus la voie royale vers la consécration), qui ce que nous appellerions un essai, qui un roman.

3Marie-Ève Thérenty en a montré les conséquences sur l’écriture du roman comme sur celle du journal. La pente naturelle des écrivains est de développer dans la presse l’écriture de fiction, la chronique, le conte ; mais en retour, leur écriture et peut-être plus encore leur conception, leur esthétique du roman se nourrissent des techniques du journalisme, de l’insistance sur le fait divers, sur le détail original et pourtant vrai, sur l’enquête parfois. Un bon écrivain, croit-on alors, peut faire un bon journaliste, même s’il est des rubriques – les débats parlementaires notamment – qu’il abandonne sans regret à des spécialistes moins inventifs.

  • 5 Lyons Martyn, 1983-1986, « Les best-sellers », in Chartier Roger et Martin Henri-Jean, Histoire de (...)
  • 6 Lyon-Caen Judith, 2006, La lecture et la vie. Les usages de la lecture au temps de Balzac, Paris, T (...)

4Depuis la fin des années 1830, cependant, l’apparition de la formule du roman-feuilleton dans les nouveaux quotidiens à bon marché, La Presse et Le Siècle, avait renforcé les liens entre journaux et romanciers, ceux du moins qui acceptaient de jouer le jeu de ce que Sainte-Beuve condamna sous le nom de littérature industrielle. Bon gré, mal gré, poussés par la concurrence, la plupart des journaux se mirent à publier des romans. Au départ, leurs directeurs comptaient surtout fidéliser ainsi leurs abonnés ; ils s’aperçurent bientôt que cela permettait aussi d’élargir considérablement le cercle des lecteurs (le tirage global des quotidiens parisiens a doublé sous la monarchie de Juillet). Mais en retour, pour les écrivains, ce fut le temps des premiers best-sellers5. L’historien australien Martyn Lyons a cherché à reconstituer les plus forts tirages de l’édition française entre 1811 et 1850. Avant 1840, figurent toujours aux premiers rangs des ouvrages d’usage essentiellement scolaire, les Fables de La Fontaine ou le Télémaque de Fénelon, quand ce n’est pas La Morale en action de Bérenger, ou Simon de Nantua, roman didactique de Laurent de Jussieu. Peu de romans, ce qui ne surprend guère, sauf à noter l’enthousiasme pour Walter Scott sous la Restauration, puis le grand succès de Notre-Dame de Paris. À partir de cette date apparaissent dans la tête de liste plusieurs titres de romanciers français vivants : Eugène Sue d’abord, puis Alexandre Dumas. Mais bien d’autres bénéficièrent de l’engouement de la presse pour le roman : Frédéric Soulié, qui meurt à la fin de 1847, ou Paul Féval, mais aussi Balzac ou George Sand peuvent désormais vendre leurs œuvres plusieurs fois, à un journal puis à un éditeur. Ils se trouvent souvent en position de force, aussi bien du point de vue financier (le contrat mirifique consenti à Eugène Sue après Le Juif errant par le docteur Véron, directeur du Constitutionnel, 100 000 F par an pour dix ans…) qu’idéologique : le succès des Mystères de Paris permit à leur auteur d’insérer dans le rez-de-chaussée du Journal des débats des réflexions sur les questions sociales parfaitement opposées à l’orthodoxie libérale de la direction. De même, ne voir qu’une « bergerie » dans François le Champi que Sand publie dans le même journal à la veille de 1848 est une erreur, car c’est aussi une réflexion politique sur le sort des enfants trouvés, et la contribution de la romancière au débat alors engagé sur le malthusianisme… Souvent, les romanciers de ce temps ne se contentent pas de lire la société, de proposer une interprétation du monde ; certains aspirent à les transformer6. Ils ont quelque chose à dire sur les questions sociales, – et personne mieux qu’eux ne peut alors diffuser des réflexions, ni même placer les problèmes au cœur de l’actualité – et bien entendu ils avancent ou suggèrent des solutions.

  • 7 Sand George, 1996, Politique et polémiques, 1843-1850, Paris, Imprimerie nationale. Sur Fanchette, (...)

5Quel usage ces écrivains firent-ils en retour de leur influence nouvelle ? George Sand comme Eugène Sue se firent les chantres de la littérature issue du peuple, et ils soutinrent de toute leur influence les premiers poètes-ouvriers. Ils eurent également la volonté d’aider des organes de presse proches de leurs idées. Sue, le fait est bien connu, subventionna La Ruche populaire, et sans doute aussi les publications phalanstériennes. Mieux même, pour faire pièce à la Revue des deux mondes, décidément trop frileuse et conservatrice, George Sand fonda avec Pierre Leroux, Louis Viardot et Pascal Duprat La Revue indépendante ; plus tard elle finança largement La Revue sociale du premier nommé. Mais son originalité va bien plus loin encore : elle fut la première et sans doute la seule, avant 1848, à pratiquer ce qu’on pourrait appeler un journalisme d’intervention7. À l’automne 1843, elle révéla dans les colonnes de La Revue indépendante l’abominable histoire de Fanchette, pauvre innocente d’une quinzaine d’années dont les religieuses de l’hospice de la Châtre avaient essayé de se débarrasser en la perdant dans la nature, et qui ne leur fut ramenée que des semaines plus tard, après avoir erré sur les chemins, à la merci du premier venu, puis ballottée de dépôt en dépôt. En dénonçant ce scandale et l’incroyable négligence de l’administration préfectorale, elle dévoilait tout un pan de la réalité sociale que personne ne tenait particulièrement à voir. Mais elle fit également l’expérience de la timidité des grands journaux, qui lui avaient refusé leurs colonnes, et de l’impossibilité absolue de publier quoi que ce soit à ce sujet dans la presse locale, tenue par les notables et à la merci de la préfecture. C’est pourquoi elle s’attela à la tâche de fonder, avec des amis, un journal, L’Éclaireur de l’Indre ; mais, tout en le suivant de très près, elle n’y écrivait pas habituellement, et en tout cas pas sur les matières directement politiques.

II. Une année éprouvante, sinon épouvantable

  • 8 Sainte-Beuve Charles-Augustin, 1861, Chateaubriand et son groupe littéraire, Paris, Garnier, p. 7 ( (...)

Il me fallait vivre de ma plume, et la littérature, telle que je l’entendais, et même toute littérature – était, pendant l’année 1848, une de ces industries de luxe qui furent frappées, à l’instant, d’interdit et de mort provisoire8.

  • 9 Œlher Dolf, 1996, Le spleen contre l’oubli. Juin 1848. Baudelaire, Flaubert, Heine, Herzen [trad. f (...)

6Sans refaire le récit des événements ni restituer en détail les positions politiques des uns ou des autres, sans non plus contester la thèse de Dolf Œlher9, qui montre la profondeur de la rupture que représentèrent pour les plus grands les massacres de Juin 1848, on montrera simplement que, quelles que soient leurs opinions politiques, ce fut une année difficile pour les écrivains, et en particulier pour les romanciers.

  • 10 Janin Jules [éd. par Mergier Paul-Louis et Bourdeix Suzanne], 1973, Lettres à sa femme, t. i, Paris (...)

7Rappelons d’abord les crises de la librairie et du théâtre, qui atteignent directement les hommes de lettres dans leurs revenus et dans leurs espoirs. À cette époque, on le sait, le livre est encore un produit de luxe : un nouveau roman se présente d’ordinaire sous la forme de deux volumes in-8°, à 7,50 francs l’un. Le salaire versé aux ouvriers des ateliers nationaux parisiens, contre quoi récrimine si fort la bourgeoisie, ne dépasse guère 8 francs la semaine : l’achat de livres est donc hors de portée de la plus grande partie de la population. Certes, depuis une dizaine d’années, étaient apparues des formules plus accessibles : le libraire-éditeur Gervais Charpentier, le premier, proposa des romans à 3,50 francs le volume ; en outre le début de l’année 1848 vit le lancement des premiers romans à quatre sous, spécifiquement destinés aux milieux populaires. Mais tout cela importe peu encore aux écrivains : les nouvelles collections faisaient la part belle aux auteurs anciens ; en outre, la plupart des contrats qui les liaient à un éditeur étant à forfait, ils ne tirent pas grand profit d’un élargissement de la diffusion de leurs œuvres, au reste à peine amorcé. Quant aux personnes plus fortunées, elles se réfugient dans l’attentisme, et restreignent leurs dépenses… celles de librairie comme les autres, on peut l’imaginer. Le marasme des affaires va bien au-delà : le crédit est encore peu développé, l’argent circule peu, rares sont les riches particuliers enclins à prendre des risques dans un secteur qui avait connu récemment les faillites retentissantes de Hetzel et de Curmer. Dans ces conditions, les éditeurs réduisent la voilure et ne publient que ce qu’ils sont sûrs de vendre, des récits des événements récents, sous forme de brochures ou de livres d’histoire immédiate. Jules Janin constate avec dépit, le 25 juillet : « Depuis la glorieuse république, on n’a guère publié que des journaux ou des brochures. Triste ragoût ! »10.

8Pour les théâtres, qui représentaient pour beaucoup d’écrivains, sinon la principale source de revenus, du moins l’espoir de faire un jour fortune, la situation est pire encore. Passée l’euphorie des tout premiers jours et les pièces de circonstance (Paul Féval commit ainsi un Vingt-quatre février en vers qui eut huit représentations), la fréquentation des salles s’effondre :

  • 11 Ibid., p. 363 (6 juin).

Plus que jamais les théâtres sont morts, ils se ferment l’un à un seul battant, l’autre à deux battants ; si par hasard un quelconque amoureux de calme et de solitude pénètre dans ce silence, dans ces ténèbres, soudain on regarde cet homme comme un phénomène11.

  • 12 Chiffres calculés à partir des annexes de l’ouvrage de Blewer Evelyn, 2002, Secours mutuel. Victor (...)
  • 13 « J’ai toujours eu le goût du théâtre et j’avais un spectacle en plein vent, qui commençait avec le (...)

9Une des victimes les plus célèbres de cette conjoncture fut La Marâtre de Balzac, jouée au Théâtre-Historique à partir du 25 juin. Ce n’est pas qu’elle ait reçu un mauvais accueil, mais la salle restant aux trois quarts vide, il fallut retirer la pièce de l’affiche après six représentations. Les recettes des théâtres sont en chute libre : sur l’ensemble de l’année, si l’on compare les chiffres de 1848 à ceux de l’année précédente, le recul est d’un bon tiers aux Variétés, proche des deux cinquièmes au Gymnase-Dramatique, à la Gaîté ou à l’Ambigu-Comique, tandis que la Porte-Saint-Martin ne réalise pas même la moitié des recettes antérieures12. Balzac n’est pas le seul à attribuer cette crise à la concurrence que ferait aux théâtres le spectacle offert par les clubs13 ! On se doute que dans ces conditions, la plupart des hommes de lettres ne virent que peu d’inconvénients aux mesures restrictives qui frappèrent ces derniers fin juillet.

10Contrairement au théâtre et à l’édition, la presse ne souffrit pas de la crise, mais connut une expansion considérable. Dans l’effervescence révolutionnaire du printemps, la levée de toutes les contraintes légales, notamment l’exigence d’un cautionnement important, fit naître à Paris des dizaines, des centaines de nouveaux titres, la plupart, il est vrai, ne dépassant pas quelques numéros. C’est un aspect bien connu, mais peut-être au fond moins important que l’expansion considérable des tirages, notamment ceux des quotidiens : la suppression du timbre, extrêmement lourd (cinq centimes par exemplaire), rendait possible l’apparition de journaux à un sou, à la portée de toutes les bourses, quinze ans avant la naissance du Petit Journal. De plus, à Paris même, la vente des quotidiens au numéro se développa considérablement. Le premier journal français à avoir, semble-t-il, atteint les 100 000 exemplaires quotidiens est une création du printemps 1848, La Liberté de Lepoitevin Saint-Alme (Dumas apporta un temps sa collaboration à ce journal) ; mais les titres qui approchèrent ou dépassèrent les tirages des grands quotidiens à la veille de la révolution (20 000 à 30 000 exemplaires) ne furent pas rares : Le Représentant du peuple de Proudhon atteignit les 40 000 tirages, et même L’Ère nouvelle, organe de ceux qu’on peut appeler des démocrates-chrétiens, dépasse les 20 000 peu avant les journées de Juin… Quant à La Presse, à l’été, elle a presque triplé le nombre de ses abonnés (environ 70 000, contre moins de 25 000), et elle se vend beaucoup à la criée dans les rues de la capitale.

  • 14 Cuvillier-Fleury Alfred Auguste, « M. Eugène Sue. Le Morne-au-Diable ou l'Aventurier », Journal des (...)

11Mais le succès de la presse ne profite pas aux romanciers. Cuvillier-Fleury avait fort justement remarqué14 que l’essor du roman-feuilleton sous la monarchie de Juillet était paradoxalement lié à la grisaille politique des années 1840, les péripéties du roman-feuilleton compensant l’absence de grands événements dans l’actualité depuis le retour à l’ordre des années 1834-1835. Désormais, l’actualité est palpitante, et le lectorat n’a plus besoin des aventures de héros de fiction pour acheter le journal. La tâche des rédacteurs est d’ailleurs facilitée : à la différence des années antérieures, on ne risque plus de manquer de matière pour remplir les quatre pages du quotidien. La rubrique de politique intérieure se nourrit d’un flux continu d’informations, venu de tout le pays ; comme elle est devenue extrêmement animée, elle donne lieu à de longs commentaires, et à d’abondants premiers-Paris. Les plus grands journaux doivent en outre faire une place aux informations venues de toute l’Europe en révolution. Le reste peut donc passer au second plan.

12Or le roman-feuilleton coûtait cher, et donnait aux directeurs de journaux bien des soucis. Émile de Girardin était ainsi exaspéré par les frasques des « maréchaux du feuilleton », qui ne rendaient pas toujours leur copie à temps, si bien qu’il fallait parfois interrompre la publication au pire moment pour le journal… Dans son cas, le hasard de la mort de Chateaubriand lui permit de publier dans La Presse les Mémoires d’outre-tombe et de rentabiliser enfin les investissements importants consentis les années antérieures, mais le dispensait aussi de payer un autre romancier vivant. Or la difficulté n’était pas mince, car les journaux de 1848, libérés du timbre, ont souvent été contraints de diminuer leur prix d’abonnement, à cause de la situation de concurrence exacerbée dans laquelle ils se trouvaient désormais… En outre, les recettes publicitaires étaient vraisemblablement en chute libre : La Presse louait ainsi, avant la révolution, toute sa quatrième page (dont les annonces des éditeurs-libraires occupaient une grande part). Au printemps 1848, l’espace consacré à la réclame se réduisit à deux colonnes. Un titre comme L’Avenir national de Paul Féval, ne parvint pas à attirer les annonceurs (au mieux une colonne, un jour sur deux, pendant ses dix semaines d’existence). En définitive, la plupart des directeurs de journaux ne devaient plus guère avoir les moyens de payer des romanciers pour des feuilletons dont ils pensaient pouvoir se passer.

  • 15 Il refusa. Janin Jules, Lettres à sa femme, op. cit., p. 430.

13Se présentait enfin une dernière difficulté : en temps de révolution, le lecteur d’un quotidien était vraisemblablement moins disposé au vagabondage idéologique que permettaient les grands feuilletons. Le Journal des débats cesse d’en publier. Le Constitutionnel, lié par contrat avec Eugène Sue, ne peut l’imiter ; mais il est clair que le docteur Véron cherchait des garanties politiques en faisant alors des avances à Jules Janin, dont on sait l’aversion pour la République15. Les journaux légitimistes n’avaient jamais beaucoup aimé les romans-feuilletons (Nettement, qui les avait pourfendus, était ancien rédacteur en chef de La Quotidienne, et dirigeait désormais L’Opinion publique) : sous la Deuxième République, ils ne tolérèrent plus que les récits historiques. Paul Féval se vit donc contraint d’abandonner toute veine sociale, et de faire amende honorable pour ce qu’il avait écrit sur la misère des ouvriers irlandais de Londres…

  • 16 Sand George [éd. par Lubin Georges], 1964-1991, Correspondance, t. viii, Paris, Garnier, notamment (...)
  • 17 Balzac, Honoré (de) [éd. par Pierrot Roger], 1969, Correspondance, t. v, Paris, Garnier, p. 327.

14Pour les romanciers, même célèbres, même populaires, c’est la catastrophe. Ainsi George Sand avait-elle tiré l’hiver précédent quelque 5 000 francs de la publication de François le Champi dans le Journal des débats, à quoi s’ajoutaient 1 500 francs pour deux ans d’exclusivité chez un libraire. Dans l’été 1848, elle songe à publier La Petite Fadette dans Le Spectateur républicain que patronne son ami Hetzel ; elle accepte de baisser son prix jusqu’à 3 000 francs, avec ce commentaire : « Je suis dans une misère qui m’inquiète ». Ce journal ayant disparu, elle en est réduite à céder son roman quelques mois plus tard au Crédit saint-simonien pour 2 000 francs comptant16. La correspondance de Balzac témoigne des mêmes difficultés. Début juillet, il écrit à Mme Hanska : « J’ai été interrompu hier par bien du monde, les gens de Hugo qui veulent fonder un journal et qui me demandaient une nouvelle pour 400 francs et hélas je l’aurais faite… ». Le lendemain : « Je vais faire quatre feuilles de La Comédie humaine pour 400 francs au lieu de 1 800 francs. Toute la révolution de Février est là-dedans… »17. Évidemment, on n’est pas obligé de prendre les estimations de Balzac pour argent comptant ; mais pour les romanciers, la conjoncture est à l’évidence morose. Dans ces conditions, ne faut-il pas se tourner vers le journalisme ?

III. Les stratégies d’adaptation : faut-il se faire journaliste, et comment ?

15Des grands feuilletonistes que nous avons évoqués, deux, Balzac et Eugène Sue, pour des raisons un peu différentes, se sont tenus à l’écart. À peine revenu d’Ukraine, Balzac est le témoin consterné des événements ; il ne partage en aucune façon l’optimisme du Printemps parisien, ne semble pas avoir eu la moindre velléité de fonder un journal. Il consent tout juste à publier une profession de foi dans le Journal des débats, ce qui signifie non pas faire campagne, mais accepter de céder à l’affectueuse pression de ses concitoyens si ceux-ci se portaient sur son nom. Il n’obtint qu’une poignée de suffrages. À vrai dire, il espérait surtout triompher enfin au théâtre avec sa Marâtre ; mais une deuxième tentative en juillet ne fut pas plus fructueuse que la première. Il cherche ensuite à placer quelques feuilletons à L’Événement des fils Hugo, au Spectateur républicain de Hetzel puis, fin septembre, il regagne les vastes domaines de sa dulcinée polonaise.

  • 18 Liste de ses contributions à des journaux sous la Deuxième République dans le mémoire de master 2 d (...)

16Eugène Sue se considérait lui-même comme socialiste et regardait les événements d’un tout autre œil. Mais son activité journalistique fut assez restreinte : il n’a pas non plus cherché à publier de journal, et il ne donna guère en 1848 que des brochures pour éclairer les électeurs des campagnes, et quelques lettres à des journaux amis18. Rien de régulier, ni en définitive de substantiel. Il semble s’être engagé davantage les années suivantes, mais sa collaboration à divers organes de gauche et d’extrême gauche resta épisodique. Il est vrai que le contrat avec le docteur Véron courait toujours, et qu’il donnait ces années-là sa série de romans inspirée par les péchés capitaux. Malgré un train de vie plutôt dispendieux, il ne semble pas avoir eu à cette époque des difficultés financières comparables à celles de Balzac ou de Dumas.

  • 19 Je renvoie à la présentation par Michelle Perrot de ses articles dans George Sand. Politique et pol (...)

17L’engagement de George Sand au printemps 1848 est bien connu19. Son activité journalistique, extrêmement intense, fut aussi très brève, quelques mois à peine. Comme Sue, elle a rédigé des brochures de propagande républicaine avant les élections à la Constituante ; mais elle voulut aussi fonder son propre journal, La Cause du peuple, un hebdomadaire qui n’eut que trois numéros. Proche du ministre de l’Intérieur Ledru-Rollin, elle collabora assidûment au Bulletin de la République, une publication officielle, destinée à l’affichage dans toutes les communes : l’aventure se termina en catastrophe politique, puisque le Bulletin no 16, qu’elle avait rédigé, mais que, contrairement à l’habitude, le chef de cabinet du ministre n’avait pas relu, provoqua un scandale majeur – il évoquait la possibilité que le peuple de Paris fasse pression sur l’Assemblée, voire casse les élections si la majorité se montrait par trop réactionnaire. Mais à ses yeux, le journalisme n’avait de sens qu’autant qu’elle puisse espérer influer sur le cours des événements. Or il est clair qu’après le 15 mai, et surtout après les journées de Juin, ce n’était plus le cas. Aussi se réfugia-t-elle à Nohant, dans le roman et dans le théâtre.

  • 20 « Lettre à Mercedes Le Barbier de Tinan, 6 novembre 1849 », citée dans Sand George [éd. par Lubin G (...)

Voyez-vous [écrit-elle l’année suivante], pour avoir quelque action dans la presse, il faut être à Paris. À la campagne, on ne peut faire que des livres. On est trop loin pour suivre la marche rapide des faits quotidiens. On arrive toujours le lendemain, et le lendemain est déjà trop tard20.

  • 21 Hatin Eugène, 1853, Histoire du journal en France, 1631-1853, Paris, P. Jannet, p. 271.

18L’engouement pour le journalisme qui saisit un certain nombre d’hommes de lettres au printemps ou dans l’été 1848 nous éclairera sans doute davantage sur le cas de Dumas. Il est évidemment le fruit de la conjoncture économique morose de cette année-là : tout le monde ne peut pas, ou ne veut pas, faire comme Sainte-Beuve et se tourner vers l’enseignement à l’étranger. Il est plus simple de multiplier les collaborations, parfois anonymes : Jules Janin évoque ainsi ses articles dans un « petit journal » satirique, Le Journal pour rire de Philippon, dont il tire chaque mois 200 francs. Mais beaucoup d’autres hommes de lettres pensent que le moment est venu d’avoir leur journal à eux, et ils y fondent de grands espoirs. Ils ne doutent pas de leur capacité à influencer, voire à guider l’opinion. Une actualité palpitante, un nombre immense de nouveaux lecteurs, et des investissements initiaux très limités : il est très facile de créer un journal au lendemain des journées de Février 1848. Baudelaire, Champfleury et quelques amis fondent Le Salut public avec 75 francs, Eugène Hatin, le premier historien de la presse du printemps 1848, dira qu’il suffisait de 50 francs, si bien que « le premier crétin venu se passait cette fantaisie »21. En fait, il est probable que la plupart de ceux qui fondent alors un journal y voient le moyen d’accéder rapidement à la notoriété et à la fortune : l’exemple de Camille Desmoulins aux temps de la Grande Révolution, ceux d’Étienne ou de Thiers sous la Restauration étaient dans toutes les mémoires, et chacun savait que Chateaubriand devait à la fondation du Conservateur en 1819 le rétablissement de sa situation financière.

  • 22 L’épisode est précisément décrit dans la récente biographie due à Pichois Claude et Ziegler Jean, 2 (...)

19Le problème, que la plupart ne semblent pas avoir bien saisi au printemps, c’est que l’entreprise de presse ne s’improvise plus. L’inspiration, la facilité de plume, sont nécessaires, mais pas suffisantes : si le premier numéro du journal fondé par Féval, Le Bon sens du peuple, fait vingt pages, le deuxième, trois jours plus tard, n’en compte que quatre… Et puis, il ne suffit pas d’écrire, et d’imprimer, il faut vendre, ce qui suppose un minimum d’organisation commerciale : la déconfiture du Salut public semble bien due pour partie à la disparition des crieurs du journal (avec la recette, bien entendu)22.

20Dans ces conditions, pour l’écrivain qui veut se faire journaliste, mieux vaut choisir de collaborer à un quotidien qui soit l’œuvre de véritables professionnels : c’est ce que firent Sand, en écrivant en mai et juin 1848 dans La Vraie République, dirigée par Thoré, ou Dumas en apportant sa collaboration à La Liberté de Lepoitevin Saint-Alme (on l’a crédité d’en avoir fait passer le tirage de 16 000 à 80 000 exemplaires, mais ce n’est pas lui qui a inventé la formule du journal à un sou, ni résolu les problèmes techniques considérables que posaient de tels tirages). Ou bien, ce que firent un certain nombre d’hommes de lettres après les journées de Juin, une fois libérés de la concurrence anarchique des feuilles révolutionnaires (« Silence aux pauvres ! » commentait douloureusement Lamennais), reprendre l’entreprise à partir de bases plus solides, prouver le mouvement en marchant, avoir suffisamment de succès pour être en mesure de réunir le cautionnement désormais nécessaire.

Un cautionnement ! Un cautionnement ! Tous mes feuilletons pour un cautionnement ! Tel est leur cri de guerre. Chacun d’eux a sa combinaison toute faite et qui n’attend plus que 24 000 francs pour gagner 100 000 écus. Les combinaisons germent dans les cerveaux. Il en est jusqu’à cent que je pourrais nommer. Laquelle réussira, aucune peut-être !

  • 23 « Lettre de Paris » (signature A. A. : Amédée Achard ?), L’Avenir national, 13 août 1848.

La question pour les journaux n’est pas de paraître, mais de durer23.

  • 24 Ibid., 18 juillet 1848.

21On donnera trois exemples, tous malheureux, de cette fuite en avant dans le journalisme caractéristique de l’été 1848 : le dramaturge Ponsard fonde avec Louis Jourdan et le soutien de l’éditeur Hetzel Le Spectateur républicain ; Alphonse Karr, romancier et critique littéraire, publie Le Journal ; enfin, et l’exemple nous retiendra un instant, Paul Féval lance un véritable quotidien sur quatre colonnes, L’Avenir national, avec toutes les rubriques traditionnelles, premier-Paris (éditorial, souvent polémique vis-à-vis de confrères), nouvelles de l’étranger, des départements, comptes rendus de l’assemblée, faits divers, revue des journaux, rubrique boursière… Rien à voir avec les improvisations du printemps : une amorce de feuilleton théâtral, un récit de voyage au Sahara, on envisage même la publication de romans-feuilletons. Mais deux difficultés apparaissent : la première, c’est que, dans la conception de beaucoup, et de Paul Féval lui-même, un journal n’est et ne peut être qu’une œuvre collective24. Le romancier s’efface donc devant le courant d’opinion qu’il s’efforce de définir et de représenter. Mais surtout, l’actualité l’oblige à publier des articles sur des sujets redoutablement techniques, ce à quoi ses centres d’intérêt antérieurs ne l’avaient guère préparé :

  • 25 Ibid., 13 août 1848.

M. Alphonse Karr, l’auteur de Geneviève, est en train de rédiger un premier-Paris foudroyant sur la question du Schleswig, M. Méry prépare dans le silence de son cabinet un travail sur l’income-tax25.

  • 26 Wallon Jean, 1849, La Presse de 1848, ou revue critique des journaux publiés à Paris depuis la révo (...)

22De fait, ce que révèle à de nombreux écrivains l’expérience de l’année 1848, c’est non seulement que le journal peut, le cas échéant, se passer de roman-feuilleton, mais surtout que, pratiqué dans les nouvelles conditions – l’écriture quotidienne, politique, à destination d’un public très élargi et non plus pour un nombre restreint d’abonnés, voire une simple coterie –, le journalisme n’a pas d’affinités particulières avec la littérature. Que, par conséquent, les meilleurs écrivains peuvent y être inaptes, alors même que des publicistes obscurs, ou du moins dépourvus de qualités de plume, – les rédacteurs du Représentant du peuple, de Proudhon, par exemple –, connaissent le succès. Jean Wallon, un des premiers censeurs de la presse de 1848, commente ainsi férocement les déboires de Paul Féval : « On ne s’improvise pas journaliste »26.

  • 27 Je m’appuie ici surtout sur les indications que donne Hovasse Jean-Marc, 2001, Victor Hugo. I, Avan (...)

23Il n’y eut que deux véritables exceptions. Le Mois, de Dumas, bien entendu : mais la formule est tout à fait particulière et, le voudrait-il, comme mensuel il ne peut avoir aucune prise sur l’actualité. Puis le journal de la famille Hugo, L’Événement, lancé en août 1848 et qui, dès l’année suivante, ayant épousé l’évolution politique du grand homme, ne tarda pas à être soumis aux mêmes persécutions que le reste de la presse démocratique. Il parvint à survivre cependant aux amendes, aux procès, à l’interdiction de vente sur la voie publique, à l’emprisonnement des deux fils Hugo… En désespoir de cause, il dut même changer de titre pour éviter l’interdiction, devenant L’Avènement (du peuple, naturellement), mais à ce prix, il dura jusqu’au coup d’État27.

  • 28 « Les collaborateurs plus ou moins réguliers du journal […] ne furent pas moins d’une centaine entr (...)

24La naissance, puis le succès de L’Événement sont paradoxaux, si l’on pense que Hugo lui-même répugnait à descendre dans l’arène de la politique quotidienne, dont les enjeux lui semblaient ordinairement mesquins ; et fonder un quotidien apparaissait bien contraignant. Mais il faut insister d’abord sur les circonstances de la création du journal : à l’été 1848, la liberté de la presse, et donc du débat politique, intellectuel, artistique semble dramatiquement en péril, puisque Cavaignac a interdit de nombreux titres, dont Le Représentant du peuple, et surtout La Presse – Girardin, alors très proche de Hugo, a lui-même été jeté en prison. La première intervention de Hugo à l’assemblée est violemment hostile au nouveau chef de l’exécutif, et L’Événement sert évidemment à lui donner le plus vaste écho possible. Il en ira de même ultérieurement : Hugo n’écrivit pas dans L’Événement, mais chacun savait que le journal reflétait sa pensée. Ses deux fils, ainsi que ses jeunes amis Auguste Vacquerie et Paul Meurice, assurent l’écriture au jour le jour : le grand homme prête les fulgurances de son génie et met à disposition du quotidien son réseau de relations, ce qui permet de faire ponctuellement appel à toutes les collaborations ou presque28. Quant à la partie industrielle, Girardin s’en occupe, qui trouve des solutions à toutes les difficultés suscitées par une administration tracassière, même l’interdiction de la vente sur la voie publique : L’Événement, quotidien du soir, tiré sur les presses de La Presse, n’eut longtemps pas de bureaux propres, et il semble bien que Girardin, ou ses proches collaborateurs, aient parfois aussi pallié le défaut de copie où la négligence des fils Hugo pouvait laisser le journal… À ce prix, L’Événement peut être un succès, gagner de l’argent, tirer finalement à plusieurs dizaines de milliers d’exemplaires, et exploiter l’originalité de la formule. Car L’Événement entendait être, et représentait en effet, une véritable révolution dans la presse française, comme le relevait cinquante ans plus tard Camille Pelletan, lui-même journaliste et homme politique :

  • 29 Pelletan Camille, 1907, Victor Hugo homme politique, Paris, P. Ollendorf, p. 142.

Briser les cadres des vieux journaux avec leurs dissertations politiques toujours aux mêmes places, et l’art, la littérature, tous les drames de l’existence étrangers aux questions de gouvernement parqués dans des compartiments spéciaux ; créer une feuille toute vibrante de la chose du jour, quelle qu’elle fût, mêlant tous les éléments de la vie nationale, mettant en tête à la place du vieux premier-Paris traditionnel l’événement philosophique, artistique, social, si c’est le plus digne d’intérêt ; c’était alors une pensée toute nouvelle, qui depuis a fait du chemin, et d’où est sortie une bonne partie de la presse actuelle29.

25Nouveau journalisme, certes ; mais éphémère et sans descendance immédiate. En définitive, ce qu’a montré l’expérience de la Deuxième République, c’est que, quoique plus littéraire que la presse britannique, la presse française n’échappait pas à un processus de spécialisation.

Notes

1 Hatin Eugène, 1861, Histoire politique et littéraire de la presse en France, t. viii, Paris, Poulet-Malassis et de Broise, p. 623.

2 Martin Marc, 1981 (juillet-septembre), « Journalistes parisiens et notoriété (vers 1830-1870) », Revue historique, n° 266/1, p. 31-74.

3 Thérenty Marie-Ève, 2003, Mosaïques. Être écrivain entre presse et roman (1829-1836), Paris, H. Champion.

4 Karr Alphonse, 1832, Sous les tilleuls, Paris, Gosselin.

5 Lyons Martyn, 1983-1986, « Les best-sellers », in Chartier Roger et Martin Henri-Jean, Histoire de l'édition française, t. iii Le Temps des éditeurs. Du romantisme à la Belle époque, Paris, Promodis, p. 414 sqq.

6 Lyon-Caen Judith, 2006, La lecture et la vie. Les usages de la lecture au temps de Balzac, Paris, Tallandier, n’y insiste peut-être pas suffisamment.

7 Sand George, 1996, Politique et polémiques, 1843-1850, Paris, Imprimerie nationale. Sur Fanchette, voir les p. 63 sqq.

8 Sainte-Beuve Charles-Augustin, 1861, Chateaubriand et son groupe littéraire, Paris, Garnier, p. 7 (préface).

9 Œlher Dolf, 1996, Le spleen contre l’oubli. Juin 1848. Baudelaire, Flaubert, Heine, Herzen [trad. française], Paris, Payot.

10 Janin Jules [éd. par Mergier Paul-Louis et Bourdeix Suzanne], 1973, Lettres à sa femme, t. i, Paris, Klincksieck, p. 389.

11 Ibid., p. 363 (6 juin).

12 Chiffres calculés à partir des annexes de l’ouvrage de Blewer Evelyn, 2002, Secours mutuel. Victor Hugo et la crise des théâtres parisiens, 1848-1849, Saint-Pierre-du-Mont, Eurédit, p. 321-324.

13 « J’ai toujours eu le goût du théâtre et j’avais un spectacle en plein vent, qui commençait avec le jour et ne finissait pas avec le soir », écrit à ce propos Achard Amédée, 1872, Souvenirs personnels d’émeutes et de révolutions, Paris, Michel Lévy, p. 73.

14 Cuvillier-Fleury Alfred Auguste, « M. Eugène Sue. Le Morne-au-Diable ou l'Aventurier », Journal des débats, 14 juin 1842, reproduit par Dumasy Lise, 1999, La querelle du roman-feuilleton. Littérature, presse et politique, un débat précurseur (1836-1848), Grenoble, ELLUG, p. 67 et p. 78.

15 Il refusa. Janin Jules, Lettres à sa femme, op. cit., p. 430.

16 Sand George [éd. par Lubin Georges], 1964-1991, Correspondance, t. viii, Paris, Garnier, notamment p. 598, 664 et 701.

17 Balzac, Honoré (de) [éd. par Pierrot Roger], 1969, Correspondance, t. v, Paris, Garnier, p. 327.

18 Liste de ses contributions à des journaux sous la Deuxième République dans le mémoire de master 2 de Hallade Sébastien, 2008, Alexandre Dumas, Paul Féval et Eugène Sue, naissance d'une presse des romanciers ? Journalisme, politique et littérature sous la Deuxième République, Paris, Université Paris 4, p. 20 sqq.

19 Je renvoie à la présentation par Michelle Perrot de ses articles dans George Sand. Politique et polémiques, 1843-1850, Paris, Belin, 2004 ; notamment p. 24-34 et p. 293-294, p. 367-369 et p. 417-419.

20 « Lettre à Mercedes Le Barbier de Tinan, 6 novembre 1849 », citée dans Sand George [éd. par Lubin Georges], 1964-1991, Correspondance, t. ix, Paris, Garnier, p. 330.

21 Hatin Eugène, 1853, Histoire du journal en France, 1631-1853, Paris, P. Jannet, p. 271.

22 L’épisode est précisément décrit dans la récente biographie due à Pichois Claude et Ziegler Jean, 2005, Charles Baudelaire, Paris, Fayard, p. 332-334.

23 « Lettre de Paris » (signature A. A. : Amédée Achard ?), L’Avenir national, 13 août 1848.

24 Ibid., 18 juillet 1848.

25 Ibid., 13 août 1848.

26 Wallon Jean, 1849, La Presse de 1848, ou revue critique des journaux publiés à Paris depuis la révolution de Février jusqu’à la fin de décembre, Paris, Pillet, p. 66, cité dans Hallade Sébastien, Alexandre Dumas, Paul Féval et Eugène Sue, naissance d'une presse des romanciers ?, op. cit., p. 163. Le très catholique J. Wallon ne doit pas être confondu avec l’historien Henri Wallon, à ce moment proche de Victor Schœlcher.

27 Je m’appuie ici surtout sur les indications que donne Hovasse Jean-Marc, 2001, Victor Hugo. I, Avant l'exil, 1802-1852, Paris, Fayard, p. 1036 sqq., faute d'avoir pu consulter la thèse de Fizaine Michelle-Luce, 1994, Victor Hugo et L’Événement, journalisme et littérature, thèse de doctorat, Montpellier, Université Paul-Valéry.

28 « Les collaborateurs plus ou moins réguliers du journal […] ne furent pas moins d’une centaine entre les vétérans d’Hernani, Gautier, Dumas, Méry, Nerval, Karr […] et les nouvelles recrues venues par admiration pour le père ou par amitié pour les fils, Banville, Champfleury, Gozlan, Monselet, Dumas fils, Henri Murger… » (Hovasse Jean-Marc, Victor Hugo, op. cit., p. 1040).

29 Pelletan Camille, 1907, Victor Hugo homme politique, Paris, P. Ollendorf, p. 142.

Auteur

Vincent Robert est maître de conférences HDR à l’université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ancien élève de l’École normale supérieure, agrégé d’histoire, il consacre ses travaux à l’histoire culturelle et sociale du politique dans la France et l’Europe du <span style="font-variant:small-caps;">xix</span><sup>e</sup> siècle.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search