Version classiqueVersion mobile

Deux frontières aux destins croisés ?

 | 
Benjamin Castets Fontaine
, 
Maxime Kaci
, 
Jérôme Loiseau
, 
et al.

Ont collaboré à l’ouvrage

Texte intégral

1Dominique Andolfatto est professeur de science politique à l’université de Bourgogne-Franche-Comté et, au sein de celle-ci, chercheur au Credespo (Centre de recherche en droit public et science public). Ses principaux domaines de recherche concernent les organisations politiques et syndicales, les relations industrielles, les politiques publiques. Il a publié récemment :

  • 2018, Chemins de fer et cheminots en tension, Dijon, EUD ;
  • 2018, La démocratie sociale en tension, Lille, Septentrion ;
  • 2018, Que pèsent les syndicats ?, Paris, Fondapol ;
  • 2018, avec Labbé Dominique, « Organisations syndicales », in Deloye Yves et De Waele Jean-Michel (dir.), Politique comparée, Bruxelles, Bruylant ;
  • 2016, avec Contrepois Sylvie, Syndicats et dialogue social. Les modèles occidentaux à l’épreuve, Bruxelles, PIE Peter Lang ;
  • 2016, avec Goujon Alexandra, Les partis politiques, ateliers de la démocratie, Bruxelles, Éd. de l’Université de Bruxelles.

*

2Annie Bleton-Ruget est agrégée d’histoire, docteur en histoire, maître de conférences HDR honoraire de l’université de Bourgogne, chercheur associé au Centre Georges Chevrier, UMR 7366 CNRS-uB, et vice-présidente de l’écomusée de la Bresse bourguignonne. Ses recherches ont porté sur l’organisation territoriale des espaces ruraux en longue durée. Dans le cadre de la création de la nouvelle région Bourgogne-Franche-Comté, elle a retravaillé sur les effets des reconfigurations territoriales (études à paraître dans la revue Annales de Bourgogne). Elle a publié :

  • 2014, La Bresse bourguignonne. Les dynamiques d’un territoire, xviiie-xxie siècle, Paris, L’Harmattan ;
  • 2014, « Les petites villes et l’administration du territoire : l’exemple de Louhans et de la Bresse louhannaise (xviiie-xixe siècle) », in Bodineau Pierre et Lamarre Christine, Capitales ou villes d’appui ? Les petites villes et leurs campagnes du Moyen Âge au xxie siècle, Dijon, EUD, p. 255-268 ;
  • 2014, avec Paczynski Claudine, « Les fortifications de Louhans : première approche », in Colas Brigitte et Mouillebouche Hervé (dir.), Chastels et Maisons fortes IV, actes des journées de castellologie de Bourgogne, 2010-2012, Chagny, Centre de castellologie de Bourgogne, p. 259-271 ;

*

3Michelle Bubenicek, archiviste paléographe, professeur des universités, est, depuis 2016, directrice de l’École nationale des chartes. Rattachée au Centre Jean Mabillon de l’ENC, elle est une historienne médiéviste spécialiste d’histoire politique et sociale. Ses recherches portent plus particulièrement sur la place des femmes dans la sphère politique médiévale, et sur la thématique plus générale du pouvoir, analysé tout autant dans une perspective d’implantation que de réception ; problématique qui introduit la question des résistances, des freins portés à l’action politique. Ses dernières recherches concernent ainsi le système politique de l’État bourguignon naissant, en particulier dans sa relation aux sujets.

*

4Benjamin Castets-Fontaine est maître de conférences en sociologie à l’université de Franche-Comté. Chercheur au sein du laboratoire C3S (Culture, Sport, Santé, Société), il enseigne à l’ÉSPÉ (École supérieure du professorat et de l’éducation). Spécialiste du système éducatif et plus particulièrement du thème de la réussite scolaire, il poursuit sa réflexion dans le domaine de l’éducation sur les trajectoires scolaires et professionnelles. Il explore, en outre, depuis quelques années d’autres champs de recherche. Aussi s’intéresse-t-il également à la question des frontières au croisement d’une sociologie du travail, des organisations et des sciences. Ses recherche en cours portent sur la persévérance scolaire avec le C3S (recherche collective) et la sociologie des sciences et des organisations sur le thème du CERN, des communautés scientifiques, de la physique des particules et des frontières (recherche individuelle).

*

5Robert Chapuis, professeur émérite de géographie à l’université de Bourgogne-Franche-Comté, a d’abord publié divers ouvrages sur les campagnes dont :

  • 2007, avec la collaboration de Mille Patrick et Francart Claire, Vers des campagnes citadines : le Doubs, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté ;
  • 2006, La haute vallée de la Loue. Une aventure territoriale : de la vigne à l’usine et au patrimoine, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté ;
  • 2001, avec la collaboration de Mille Patrick, Systèmes et espaces agricoles dans le monde, Paris, Armand Colin ;
  • 1994, avec la collaboration de Brossard Thierry, Les quatre mondes du Tiers Monde, Paris, Masson ;
  • 1986, avec la collaboration de Brossard Thierry, Les ruraux français, Paris, Masson.

6Il s’est spécialisé ensuite dans l’étude de la vigne :

  • À paraître, Besançon, un vignoble millénaire ;
  • 2016, avec la collaboration de Mille Patrick, La renaissance d’anciens vignobles français disparus, Paris, L’Harmattan ;
  • 2013, avec la collaboration de Mille Patrick, Vignobles du Doubs et de Haute-Saône : de la naissance à la renaissance, Pontarlier, Éditions du Belvédère.

7Ayant enseigné successivement à l’université de Franche-Comté puis à l’université de Bourgogne, il a publié en 2010 :

  • 2010, Bourgogne/Franche-Comté : les relations ambigües entre deux régions sœurs et rivales, Paris, L’Harmattan.

*

8Julien Chevillard est doctorant à l’Institut des sciences sociales (ISS) de l’université de Lausanne et chargé de recherche à l’université de Lausanne. Il prépare une thèse sur les travailleurs frontaliers. Ses recherches portent sur les questions de classes sociales et d’inégalités sociales, de mobilités sociales et spatiales, ainsi que sur des questions liées à la sociologie de la quantification (construction et historicité des catégories socioprofessionnelles). Il a récemment publié :

  • 2016, avec Penissat Étienne, Brousse Cécile, Deauvieau Jérôme, Barozet Emmanuelle et Mac-Clure Oscar, « From statistical categorizations to ordinary categorizations of social space: history and legacy of an original study based on a card game », Historical Social Research, vol. 41, n° 2, p. 135-154 ;
  • 2014, avec Laganà Francesco et Gauthier Jacques-Antoine, « Socio-economic Background and Early Post-compulsory Education Pathways: A Comparison between Natives and Second-generation Immigrants in Switzerland », European sociological review, vol. 30, n° 1, p. 18-34.

*

9Léonard Dauphant, ancien élève de l’ENS Ulm, est agrégé d’histoire et maître de conférences en histoire médiévale à l’université de Lorraine (site de Metz) et membre du CRULH (EA 3945). Ses recherches portent sur l’espace politique et culturel de la fin du Moyen Âge en France et en Lorraine : comment les pouvoirs capétiens ont-ils organisé leur espace dans le royaume et dans les régions romanes de l’Empire, et comment les populations ont-elles participé à cette territorialisation ? Il est l’auteur de :

  • 2018, Géographies. Ce qu’ils savaient de la France (1100-1600), Ceyzérieu, Champ Vallon ;
  • 2012, Le royaume des quatre rivières. L’espace politique français (1380-1515), Ceyzérieu, Champ Vallon.

*

10Bertrand Forclaz est titulaire d’une habilitation en histoire moderne de l’université de Fribourg (Suisse) et d’un doctorat en histoire de l’École des hautes études en sciences sociales et de l’université de Fribourg (Suisse). Il est manager de la recherche à la Haute École pédagogique de Fribourg (Suisse). Il a notamment mené des recherches sur les identités politiques et confessionnelles dans l’Arc jurassien pendant la guerre de Trente Ans. Il a récemment publié :

  • 2016, « Une barque chrétienne au xviie siècle. Les frontières confessionnelles à l’épreuve de la mort », Annales fribourgeoises, vol. 78 ;
  • 2015, en codirection avec Martin Philippe, Religion et piété au défi de la guerre de Trente Ans, Rennes, Presses universitaires de Rennes ;
  • 2014, Catholiques au défi de la Réforme. La coexistence confessionnelle à Utrecht au xviie siècle, Paris, Honoré Champion.

*

11Dominique Jacques-Jouvenot est professeure de socioanthropologie à l’université de Franche-Comté et directrice du laboratoire de sociologie et d’anthropologie de l’université de Franche-Comté (LaSA-UFC). Ses travaux portent sur la sociologie des professions, de la transmission et de la santé, de l’ensemble des questions liées aux sociétés rurales. Elle est spécialiste de la transmission des savoirs professionnels. Elle a déjà publié de nombreux ouvrages :

  • 2015, avec Droz Yvan, Faire et défaire des affaires en famille, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté ;
  • 2012, avec Vieille-Marchiset Gilles, Socioanthropologie de la transmission, Paris, L’Harmattan ;
  • 2009, avec Laplante Jean-Jacques, Les maux de la terre, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube ;
  • 2004, avec Tripier Pierre, Loin des mégalopoles, Paris, L’Harmattan  ;
  • 1997, Le choix du successeur, Paris, L’Harmattan  ;
  • 1989, Voyage au pays des montbéliardes, Lyon, La Manufacture.

*

12Maxime Kaci est maître de conférences en histoire à l’université Bourgogne-Franche-Comté, membre du Centre Lucien Febvre et chercheur associé à la MSHE Ledoux de Besançon. Ses recherches personnelles portent sur les circulations, les engagements collectifs et les sentiments d’appartenance au sein des territoires frontaliers (xviiie-xixe siècle). Il a notamment publié en 2016 :

  • 2016, Dans le tourbillon de la Révolution. Mots d’ordre et engagements collectifs aux frontières septentrionales (1791-1793), Rennes, Presses universitaires de Rennes.

13Depuis 2015, il est porteur au sein de la MSHE Ledoux d’un projet collectif qui a pour ambition de mener une comparaison interdisciplinaire des délimitations territoriales et de leurs effets sur l’organisation des sociétés en Europe (xive-xxie siècle) : https://mshe.univ-fcomte.fr/​poles-de-recherche/​dynamiques-territoriales/​axe-1-construction-des-territoires-dans-la-longue-duree/​35-frontieres.

*

14Fabien Knittel est maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Bourgogne-Franche-Comté. Spécialiste de l’histoire de l’agronomie et des techniques rurales au xixe siècle, il est membre du Centre Lucien Febvre (CLF, EA 2273, université de Franche-Comté). Il soutiendra, en juillet 2019 à l’université Bordeaux-Montaigne, une HDR intitulée Transformations agronomiques, transitions techniques, dynamiques rurales (France, xixe siècle), 3 vol. dont un mémoire inédit : Le lait des agronomes (c. 1790-c. 1914). Enfin, il est membre du bureau (secrétaire général-adjoint) et du CA de l’Association d’histoire et sociétés rurales. Il a notamment publié :

  • 2015, De la bibliothèque aux champs. Le travail d’agronome de Louis Poirot de Valcourt (1771-1855), Nancy, PUN-Éditions universitaires de Lorraine ;
  • 2013, en codirection avec Raggi Pascal, Genre et techniques (xixe-xxie siècles), Rennes, Presses universitaires de Rennes ;
  • 2009, Agronomie et innovation. Le cas Mathieu de Dombasle (1777-1843), Nancy, Presses universitaires de Nancy.

*

15Stéphane Kronenberger est historien de l’époque contemporaine spécialiste de la question migratoire. Il a soutenu à l’université de Nice Sophia-Antipolis une thèse intitulée Des temps de paix aux temps de guerre : les parcours des travailleurs étrangers de l’est et du sud-est de la France (1871-1918). Actuellement post-doctorant au sein du laboratoire TELEMME (Aix-Marseille Université/CNRS), il poursuit ses recherches sur les internés civils retenus dans les camps du sud-est de la France durant le premier conflit mondial. Il prépare parallèlement une histoire de l’immigration en Franche-Comté du xixe au xxie siècle et a récemment publié en 2018 l’ouvrage intitulé Les travailleurs étrangers et la Grande Guerre en Franche-Comté (Montbéliard, AECI). Il est enfin le rédacteur de l’exposition itinérante « Bourgogne-Franche-Comté. Présence des Suds » produite et coordonnée par le groupe de recherche ACHAC en partenariat avec le Réseau information jeunesse Bourgogne-Franche-Comté.

*

16Jérôme Loiseau est maître de conférences en histoire moderne à l’université de Bourgogne-Franche-Comté et membre du Centre Lucien Febvre (EA 2273). Ses recherches ont d’abord porté sur l’étude des rapports politiques de la haute noblesse de Bourgogne et de la monarchie au xviie siècle auxquels j’ai consacré une thèse de 3e cycle publiée aux Presses universitaires de Franche-Comté sous le titre Elle fera ce que l’on voudra ! La noblesse des États de Bourgogne et la monarchie d’Henri IV à Louis XIV (2014). Depuis, mes travaux se consacrent à l’histoire des assemblées d’états dans la France des Bourbons notamment celles de Bourgogne, Bretagne et Languedoc au prisme de leur histoire financière, de leur histoire politique ou encore culturelle :

  • 2018, « Pratiques électives et culture politique : le cas de l’élu de la noblesse aux états de Bourgogne (xviie -xviiie siècle) », in Le Digol Christophe, Hollard Virginie, Voilliot Christophe et Barat Raphaël (dir.), Histoire d’élections, Paris, CNRS, p. 171-187 ;
  • 2017, « Les festins du roi. Alimentation et politique à l’occasion des états provinciaux dans la France des xviie et xviiie siècles (Bourgogne, Bretagne, Languedoc) », in Meyzie Philippe (dir.), Banquets, gastronomie et politique dans les villes de province (xive-xxe siècle), Bordeaux, Éditions Féret, p. 49-60 ;
  • 2015 (décembre), « From blind obedience to informed consent. Financial and administrative knowledge as a political tool during the Ancien Regime: some evidence from provincial estates (1751-1789) », Histoire et mesure, vol. xxx, n° 2, p. 117-146.

*

17Oscar Mazzoleni est professeur titulaire en science politique et directeur de l’Observatoire de la vie politique régionale de l’université de Lausanne. Il a également enseigné à l’université de Genève, Turin, Salzburg, Sorbonne 1, Sciences Po Paris et à l’HES de la Suisse italienne. Ses recherches portent sur la vie politique régionale, les partis politiques et les mobilisations populistes. Il coordonne un projet de recherche sur les discours populistes dans les régions frontalières en Europe financé par le Fonds national suisse de la recherche scientifique et le Fonds national de la recherche du Luxembourg. Il a récemment publié :

  • À paraître, The People and the Nation. Populism and Ethno-Territorial Politics in Europe, Londres/New York, Routledge ; 
  • 2017, Les défis du régionalisme politique en Suisse. Le Tessin et ses relations avec Berne, Genève, Slatkine ;
  • 2017, avec Mueller Sean, Regionalist Parties in Western Europe. Dimensions of Success, Londres/New York, Routledge.

*

18Alexandre Moine est professeur de géographie à l’université de Franche-Comté depuis 2005, il a fondé la filière Géographie en enseignement à distance en 2007 et dirige le master Aménagement et gouvernance en pays des Suds depuis 2014. Il est rattaché au laboratoire ThéMA au sein duquel il a été responsable du pôle Intelligence territoriale entre 2010 et 2016. Il est par ailleurs, au titre de la société civile, président du Forum transfrontalier Arc jurassien et conseiller au CESER de Bourgogne-Franche-Comté depuis 2018.

19Ses recherches s’articulent autour de l’approche de la complexité des territoires pour asseoir l’intelligence territoriale à différentes échelles. Il travaille notamment à la mise en œuvre de démarches systémiques, afin d’asseoir des diagnostics au service des acteurs ; et à l’étude des effets frontières dans l’Arc jurassien franco-suisse. Une partie de ces recherches sont orientées vers les acteurs du travail social et médicosocial.

*

20Laurent Tissot est professeur émérite d’histoire contemporaine à l’université de Neuchâtel (2006-2018). Il fût doyen de la faculté des lettres et sciences humaines de 2009 à 2011. Il effectua ses études universitaires à Lausanne, Londres et Paris. Il est également ancien président de la Société suisse d’histoire économique et sociale, ancien membre du Conseil de la recherche du Fonds national suisse de la recherche scientifique et ancien membre du comité et trésorier du Comité international des sciences historiques. Il est actuellement membre du bureau exécutif du Conseil international de philosophie et des sciences humaines (CIPSH). Ses principaux thèmes de recherche sont l’histoire des transports, du tourisme et des loisirs, et l’histoire de l’industrialisation (histoire des entreprises et histoire régionale). Il a récemment publié :

  • 2019, « Protestantisme, montagne et environnement : une relation privilégiée ? », Journal of interdisciplinary history of ideas [en ligne], vol. 7, n° 13, p. 1-23, DOI : http://dx.doi.org/​10.13135/​2280-8574/​2840 ;
  • 2018, « Une histoire économique du football suisse au xxe siècle est-elle possible et utile », in Busset Thomas, Fincœur Bertrand et Besson Roger (éds), En marge des grands : le football en Belgique et en Suisse, Bern, P. Lang, p. 99-122 ;
  • 2018, « “Exclusively for the Happy Few”. Luxury Hotels and Globalisation: The Emergence of a New Sector (1980-2010)? », in Donzé Pierre-Yves et Fujioka Rika (éds), Global Luxury. Organizational Change and Emerging Markets since the 1970s, Singapore, Palgrave, p. 239-256 ;
  • 2017, avec Humair Cédric et Knoll Martin, « How to deal with regional tourism? Historical (and interdisciplinary) reflections », Zeitschrift für Tourismus-Wissenschaft, vol. 9, n° 1, p. 5-31 ;
  • 2016, « Transporter de la main-d'œuvre chinoise à Panama : enjeux économiques et représentations d’un jeune ingénieur suisse à la fin du xixe siècle », Relations internationales, n° 167, p. 73-86.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search