Version classiqueVersion mobile

Deux frontières aux destins croisés ?

 | 
Benjamin Castets Fontaine
, 
Maxime Kaci
, 
Jérôme Loiseau
, 
et al.

Conclusion

Jérôme Loiseau et Alexandre Moine

Texte intégral

1Conclure, n’est-ce pas, comme l’objet d’étude de ce livre après tout l’indique lui-même, tenter de croiser des informations par nature disparates afin de tracer quelques lignes de fuite qui pourraient mettre en perspective les propositions discutées au fil de ces pages et en même temps les réduire pour en obtenir une liaison forte, susceptible de nourrir une mémoire en construction ? Ceci étant, une certaine constance anime ces informations, recueillies et débattues durant plus d’un an, fondées sur des relations de dépendance, de domination, d’alliance ou encore de défiance, créant tantôt des flux tantôt des barrières. C’est de territoire dont il est question et ce sur le temps long, ce qui nous impose de comprendre sans forcément comparer, de relativiser et de replacer systématiquement dans leur contexte, les observations recueillies.

2C’est en effet sur un temps long qui va du xive siècle au temps présent que les contributions s’échelonnent ; le souligner ne serait au mieux qu’informatif si on n’en profitait pas aussi pour rappeler avec force que tout au long de ces sept siècles qui nous séparent de Philippe le Hardi, les frontières de la Franche-Comté n’ont pas la même signification car elles se réfèrent à une géopolitique européenne changeante, rythmée par des affrontements séculaires entre entités souveraines ou autonomes pour des motifs politiques ou religieux bien rappelés par Bertrand Forclaz.

3Aussi, n’y a-t-il que l’espace ou presque – une fois gommées les scories que constituent pour un regard contemporain les terres de surséance* et autres enclaves – qui soit commun sur le temps long ? En effet, le petit État quasi autonome des Comtois entre le Moyen Âge et 1668, année de la première conquête française qui se solde par un essai de gouvernement direct – c’est-à-dire sans recours à l’assemblée des états – par des représentants espagnols du roi Philippe IV, partage dans ses grandes lignes un même territoire avec la Comté* d’aujourd’hui. Le paradoxe est que cette dernière est depuis le traité de Maastricht, comme elle l’était par celui de Nimègue, en voie de dilution dans un ensemble plus vaste. Le projet européen susurré par la volonté nationale porte en lui, on le sait en observant la croissance des populismes, un processus anxiogène de dénationalisation du territoire à l’issue duquel pourrait advenir un citoyen d’un type nouveau, postmoderne ou postnational. Mais justement, si comme nous l’évoquions l’espace est demeuré un déterminant commun au cours du temps, les citoyens fondent une autre dimension pérenne qui traduit un système en tension fondé sur des controverses qui n’ont jamais cessé d’alimenter l’objet finalement pluridisciplinaire que constitue la frontière, traduction spatiale de pouvoirs et d’une spatialité spécifique dominée par le modèle centre-périphérie.

4Or, ce qu’apporte ce volume qui a pour ambition de réfléchir non à l’histoire de la fixation des frontières mais aux effets des frontières, c’est précisément une contradiction à la fin des frontières où la notion de conflit révèle finalement l’équilibre dynamique des systèmes transfrontaliers autour de violences qui dans certains cas sont maintenues à un niveau de basse intensité. En effet, la Comté* a été indubitablement en 1678, séparée du vieil axe lotharingien* pour être intégrée de force, mais aidée dans la mutation par le parti profrançais animé par le clan bisontin des Boisot, au royaume de Louis XIV. Pourtant les sociétés comtoises qui se sont succédé depuis lors sur ces terres ont-elles vraiment modifié leur rapport au monde ? Autrement dit, si à l’échelle européenne, la Franche-Comté a disparu, à l’échelle régionale les Comtois et leurs voisins – les Bourguignons et les Suisses – sont loin d’avoir perdu cette autonomie d’action qui leur permettait au Moyen Âge de contester la politique de leurs dirigeants en s’appuyant sur l’existence d’une frontière (Dauphant, Bubenicek). S’il est vrai que le surgissement de l’État moderne dans sa version d’État « fiscal-militaire » produisit la divergence fisco-administrative des deux Bourgognes – elle-même travaillée à l’excès par les érudits du xixe siècle pour faire accroire à l’idée d’une identité régionale alors qu’on produisait une identité française (Loiseau) –, il ne faudrait pas « essentialiser » la coupure entre ces territoires. La mise en garde utile de Maxime Kaci trouve une illustration évidente en Bresse même si, en suivant Robert Chapuis, on pourrait se convaincre du contraire.

5Car la capacité à agir des sociétés de marche* – leur agency – est une donnée évidente qu’éclairent les rapports avec la Suisse. Longtemps gendarmes de la « drôle de paix comtoise » selon la belle expression forgée par Paul Delsalle, les cantons suisses ne disparaissent pas de l’horizon comtois par le rattachement à la France. Nonobstant, il y eut bien mise en défense comme le rappellent pour la période contemporaine aussi bien Maxime Kaci que Stéphane Kronenberger. Et en même temps, l’intensité des échanges est un fait éclatant de cette frontière : que l’on songe aux fromagers, aux vaches montbéliardes, aux savoirs agronomiques qui semblent, dans les mots de Dominique Jacques-Jouvenot et Fabien Knittel, décrire une société en dépit de la frontière. Et encore aujourd’hui c’est de marche* dont il est question, quand l’espace transfrontalier est vécu mais non administré en tant que tel, mais une marche* contemporaine qui s’articule autour de la frontière linéaire. Le même constat est formulé par Annie Bleton-Ruget dont l’évocation captivante de la vie de relations entre Bresse bourguignonne et pays lédonien illustre la résilience de deux sociétés pourtant peu épargnées par la guerre de souveraineté entre Bourbons et Habsbourgs qui mit fin non pas à une coexistence pacifique mais bien à un petit « commonwealth »* bourguignon. C’est un fait, la vie de relations s’est toujours maintenue à l’échelle locale, comme le souligne Jérôme Loiseau, et ce quelles que soient les fermetures de frontière, les interdictions d’échanger… Ce maintien des relations influence sûrement la stabilité des limites qui est souvent interrogée : la crainte de l’autre existe et en même temps des intérêts et des valeurs communes se déploient, mais dans ce cas il subsiste de la distance dans la proximité et les identités transfrontalières demeurent en gestation (Chevillard).

6Ainsi, il n’y a pas de synœcisme* sur les frontières. Derrière ces échanges nombreux, riches, dynamisant l’économie comtoise et offrant aux cantons suisses voisins une main-d’œuvre qu’ils n’ont pas ou insuffisamment, se cachent les logiques de marché bien retracées par Julien Chevillard. L’attractivité économique suisse – le différentiel analysé par Alexandre Moine – suscite en retour l’opposition d’une frange des citoyens suisses, ceux qui se retrouvent dans le Mouvement citoyen genevois rapporté par Laurent Tissot tandis que des structures collectives de régulation, comme le syndicalisme (Andolfatto), peinent à exister.

7En effet, tout se passe comme si les anciennes marches* animées aujourd’hui par des stratégies individuelles – alimentées par les différences de toute nature entre les espaces frontaliers ou, ici et là, par des projets d’aménagement ponctuels et ciblés –, ne pouvaient s’intégrer plus avant, se transformer en société transfrontalière car soit la gouvernance s’en révèle trop complexe à l’image du roman des pays bressans (Bleton-Ruget), soit elle s’avère insuffisamment soutenue politiquement comme le fait remarquer Alexandre Moine pour l’Arc jurassien.

8Alors qu’est-ce à dire ? Très probablement que la frontière n’est pas qu’une ligne ouverte ou fermée, continue ou discontinue, visible ou invisible, aimante ou haineuse (Tissot), irénique ou belliqueuse, elle est essentiellement un système complexe d’interrelations, une dialectique, une marche* au sein de laquelle l’identité transfrontalière peine à se mettre en place. La coupure entre les pays, les régions, les états engendre, on le saisit au fil de ces pages, la couture, mais une couture qui ne peut subsister d’autant que la première fonction perdure, car ce qui anime la marche*, c’est bien la différence suscitée par les flux : naguère, au xviiie siècle, la contrebande du tabac entre la Comté* et le duché, aujourd’hui les migrations pendulaires entre la Suisse et la France. Autrement dit, c’est bien parce que la frontière sépare qu’elle rassemble, ou comme le disait Claude Raffestin, il y a 30 ans déjà, la frontière est à la fois coupure et couture. De là, découlent au moins trois conséquences. La première est que les délimitations ne sont jamais vraiment des espaces froids ce qui signifie qu’elles ne meurent jamais vraiment comme le montre la résurrection d’antagonismes un brin surannés au détour de la loi NOTRe (nouvelle organisation territoriale de la République) de 2015 et les diverses votations suisses portant sur les « frontaliers » ; la seconde est qu’il serait vain d’espérer une fermeture réelle des frontières tant leur porosité à la vie est une évidence ; la troisième est qu’il faut peut-être s’interroger sur les frontières perçues moins comme des marqueurs de souveraineté que comme de simples remparts contre la mobilité des plus déshérités, menaçant alors les dynamiques transfrontalières locales et créant de fait de véritables zones d’ombre.

9Ce que nous enseigne ce magnifique cheminement au travers des siècles, des frontières et des disciplines c’est qu’il s’agit d’innover aux échelles transfrontalière et transrégionale et de poser le concept de centralités périphériques. Être dedans/dehors doit mener à l’hybridation, au regard attentif, à l’arrimage de dispositifs voisins mais différents. Cela nécessite du temps, donc des moyens ; de la volonté, donc du courage ; mais aussi une ouverture d’esprit, donc de l’intelligence… et une gouvernance que l’on n’entrevoit pas encore…

Auteurs

Jérôme Loiseau est maître de conférences en histoire moderne à l’université de Bourgogne-Franche-Comté et membre du Centre Lucien Febvre (EA 2273). Ses recherches ont d’abord porté sur l’étude des rapports politiques de la haute noblesse de Bourgogne et de la monarchie au <span style="font-variant:small-caps;">xvii</span><sup>e</sup> siècle auxquels j’ai consacré une thèse de 3<sup>e</sup> cycle publiée aux Presses universitaires de Franche-Comté sous le titre Elle fera ce que l’on voudra ! La noblesse des États de Bourgogne et la monarchie d’Henri IV à Louis XIV (2014). Depuis, ses travaux se consacrent à l’histoire des assemblées d’états dans la France des Bourbons notamment celles de Bourgogne, Bretagne et Languedoc au prisme de leur histoire financière, de leur histoire politique ou encore culturelle.

Alexandre Moine est professeur de géographie à l’université de Franche-Comté depuis 2005, il a fondé la filière Géographie en enseignement à distance en 2007 et dirige le master Aménagement et gouvernance en pays des Suds depuis 2014. Il est rattaché au laboratoire ThéMA au sein duquel il a été responsable du pôle Intelligence territoriale entre 2010 et 2016. Il est par ailleurs, au titre de la société civile, président du Forum transfrontalier Arc jurassien et conseiller au CESER de Bourgogne-Franche-Comté depuis 2018.

Ses recherches s’articulent autour de l’approche de la complexité des territoires pour asseoir l’intelligence territoriale à différentes échelles. Il travaille notamment à la mise en œuvre de démarches systémiques, afin d’asseoir des diagnostics au service des acteurs ; et à l’étude des effets frontières dans l’Arc jurassien franco-suisse. Une partie de ces recherches sont orientées vers les acteurs du travail social et médicosocial.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search