Version classiqueVersion mobile

Deux frontières aux destins croisés ?

 | 
Benjamin Castets Fontaine
, 
Maxime Kaci
, 
Jérôme Loiseau
, 
et al.

Contrôler, construire et aménager les territoires frontaliers : des préoccupations contrastées

11

La frontière franco-suisse de la paix à la guerre (1871-1918)

Stéphane Kronenberger

Texte intégral

  • 1 Actuel canton du Jura et Jura bernois demeuré au sein du canton de Berne.
  • 2 Nous n’évoquerons pas en détail les flux de marchandises, maintes fois étudiés, en particulier à tr (...)

1Les départements comtois du Territoire de Belfort, du Doubs et du Jura font face sur plus de 200 kilomètres aux anciennes possessions du prince-évêque de Bâle1 et aux cantons de Neuchâtel et de Vaud (Daumas et Tissot, 2004), contrées suisses avec lesquelles ils partagent une longue histoire commune (Daveau, 1959). La fixation définitive de la ligne de séparation apparaît d’ailleurs récente, puisqu’elle est en majeure partie fille du congrès de Vienne, et de nombreux accords continuent à être signés par la suite, afin d’en préciser le tracé ou établir les droits des populations riveraines (Leu, 2012). Suivant les gorges encaissées du Doubs ou passant à travers les forêts et les pâturages de montagne, la topographie de cette frontière est peu propice à son contrôle, et pourtant ce dernier est indispensable à l’affirmation de la souveraineté d’un État. Ainsi dans quelle mesure les aménagements militaires effectués au lendemain de la guerre de 1870 affectent-ils la frontière franco-suisse et quels fonctionnaires assurent au quotidien l’œuvre de surveillance et de lutte contre l’espionnage ? Quel est le degré de la conflictualité douanière et quelles sont ses retombées sur l’industrialisation des villes frontalières françaises ? Quels flux humains, de compétences ou de capitaux2 accompagnent la vie économique de la montagne jurassienne ? Le déclenchement du premier conflit mondial perturbe-t-il durablement les circulations transfrontalières préexistantes ? En d’autres termes comment les autorités tentent-elles de concilier un contrôle efficace de la frontière avec le maintien de relations nécessaires pour satisfaire les intérêts locaux et les impératifs de la Défense nationale ?

I. La matérialisation de la présence étatique

2De la signature du traité de Francfort, cédant à l’Allemagne l’Alsace-Lorraine à l’exception du Territoire de Belfort, au déclenchement du premier conflit mondial, la frontière entre la Franche-Comté et la Suisse se trouve au cœur de multiples enjeux militaires, politiques et économiques, qui renvoient à la souveraineté qu’exercent les deux États sur cette portion stratégique de leur territoire.

1. La poursuite de la militarisation

3Depuis Vauban, les frontières de l’est de la France sont synonymes, d’un important glacis de fortifications, parsemé de villes de garnison (Kronenberger, 2015). Or la défaite française en 1871 engendre l’édification, sous la conduite du général Séré de Rivières, d’une nouvelle « barrière de fer », y compris le long du liseré frontalier séparant la Franche-Comté de la Suisse. Dans une perspective de revanche, le haut commandement français craint qu’à l’occasion d’un nouveau conflit, l’Allemagne ne viole la neutralité helvète, notamment dans la région de Bâle. Cela aurait pour conséquence d’ouvrir à l’armée ennemie le chemin de la Trouée de Belfort, ou de permettre son contournement par le Haut-Doubs et le Haut-Jura. Les monts, cluses et cols comtois sont donc clôturés par la modernisation ou la construction d’ouvrages militaires au sein de la place de Belfort, la région de Montbéliard, les massifs du Lomont et du Larmont, ou dans la région des Rousses où voit par exemple le jour, entre 1880 et 1884, le fort du Risoux.

4En 1906, l’affaire Fisch montre que les Suisses redoutent également une invasion du pays. Lors d’une conférence tenue à Schaffhouse, ce colonel de l’armée fédérale évoque en effet publiquement l’hypothèse d’une violation de la frontière par les troupes françaises dès le début du conflit et leur pénétration dans le Jura bernois. À la suite de vives protestations de Paris, l’intéressé est certes démis de ses fonctions, mais l’attaché militaire français à Berne note que cette opinion n’est pas isolée au sein de l’État-major helvète (Poidevin, 1982). Pour autant aucun camp retranché d’ampleur n’est aménagé pour défendre le saillant de Porrentruy contre une éventuelle incursion. La position des Rangiers n’est pas davantage sécurisée, même si des plans en ce sens sont échafaudés. D’une manière générale si « des fourneaux de mine sont aménagés, d’abord dans les culées des viaducs [ferroviaires] importants, ensuite dans celles des ponts sur le Doubs » (Weck, 2006, p. 255), il n’est pas mis en chantier par le gouvernement helvète de fortifications permanentes le long de la frontière séparant la Confédération de la Franche-Comté.

2. Contrôle, surveillance et activités de renseignement

5La présence de la puissance étatique se traduit également par l’installation ancienne ou plus récente à la confluence des deux territoires nationaux de fonctionnaires civils ou militaires, à commencer par les douaniers, occupant des postes ancrés dans le paysage et les esprits de la population locale. À Delle et Boncourt, au col des Roches, à Jougne et Vallorbe, ou à La Cure, les préposés français et suisses se font face matérialisant ainsi la frontière et le contrôle qui s’exerce lors de son franchissement sur les hommes, les marchandises et les animaux. Constater des violations du territoire national et toute forme d’incursion malveillante ou tendre une embuscade à un contrebandier nécessite néanmoins de parcourir inlassablement le rayon d’une vingtaine de kilomètres de profondeur où s’exerce, à partir de la ligne frontière, l’action des différentes brigades des douanes. De Chapelle-des-Bois et la forêt du Risoux aux Échelles de la mort près de Charquemont, ces fonctionnaires tentent ainsi d’appréhender, au prix de longues marches dans un environnement boisé et montagneux, les simples « bricottiers » et les fraudeurs de plus grande envergure, qui portent parfois sur leur dos des ballots contenant plusieurs dizaines de kilos de tabac (Renoir, 1893 ; Vuillermot, 2012). Ils acquièrent ainsi, au fil des années de service, une fine et précieuse connaissance du terrain.

6Plusieurs brigades de gendarmerie sont également installées à proximité de la frontière séparant la Franche-Comté de la Suisse, à l’instar de celles de Morez, des Rousses ou de Septmoncel dans le département du Jura. Vivant au contact direct des populations de ces espaces de confins, les gendarmes connaissent leurs habitudes, y compris les moins avouables, appelés qu’ils sont à dresser quotidiennement des procès-verbaux sur d’innombrables infractions pour en référer à l’autorité supérieure. Gestionnaires du fameux carnet B (Becker, 1973), ils gardent constamment un œil sur les étrangers suspects, dont l’action malveillante pourrait entraver la mobilisation. Mais leur activité est encore plus étendue puisque « parallèlement à la lutte contre l’espionnage à laquelle ils se livrent de manière renforcée depuis 1911, les gendarmes, notamment dans les départements de l’Est, s’occupent également dans les semaines qui précèdent la guerre de renseignement militaire » (Panel, 2013, p. 29).

  • 3 À l'échelle nationale, ils sont 202 en 1879, 480 en 1900 et 387 en 1914.

7Les commissaires et inspecteurs spéciaux, dépendant de la Sûreté générale sont les yeux et les oreilles du ministère de l’Intérieur et personnalisent la police politique de la Troisième République (Berlière, 1991). Leur déploiement3 ayant suivi de près celui du réseau ferré, ils sont présents à proximité de la frontière franco-suisse dans les localités de Belfort, Delle, Montbéliard, Morteau, Pontarlier, Frasne, Saint-Claude ou Les Rousses. Parmi leurs multiples tâches, ces hommes sont chargés d’assurer une mission de surveillance de la frontière et de chasse aux espions, voire de collecter des informations sur le pays qui leur fait face. La police spéciale peut en outre s’appuyer sur des « agents auxiliaires d’information », comme les cantonniers, gardes champêtres ou forestiers, facteurs ruraux, ou tout autre informateur occulte.

3. Tensions autour d’une barrière douanière

  • 4 Il existe désormais un tarif général prohibitif et un tarif minimum relativement élevé destiné à fi (...)

8Dans la dernière décennie du xixe siècle, l’emprise de Paris et de Berne sur la frontière franco-suisse se manifeste par un protectionnisme de plus en plus vigoureux, qui engendre une véritable guerre douanière entre les deux pays, dont le paroxysme se situe de 1893 à 1895 (Gern et Arlettaz, 1992). La France souhaitant défendre des positions acquises dans l’industrie et protéger son agriculture fait alors face à un voisin en plein essor économique, ayant besoin de renforcer ses exportations et conquérir de nouveaux marchés (Schröter, 1993). Depuis 1865 et l’entrée en vigueur du traité de commerce franco-suisse signé l’année précédente, règne une politique de libre-échange (Brunn, 1982, p. 49-58), mais en janvier 1892 le vote du double tarif douanier français ou tarif Méline change la donne4. Le Conseil fédéral réagit alors vigoureusement avec le soutien d’une large partie des élites économiques et de l’opinion (Humair, 2004). En effet, devant le refus du Parlement français de faire des concessions sur le tarif minimum, la Suisse adopte une politique de combat et de rétorsion en augmentant très significativement, au 1er janvier 1893, ses droits de douane sur les produits en provenance de l’Hexagone, comme les vins ou les parfums. À l’issue de la crise, les échanges entre les deux pays sont affectés sur le long terme puisque la part française dans les exportations suisses passe de 21 % en 1885 à seulement 11 % à la veille de la Grande Guerre. En revanche à l’échelle locale, les retombées sont plutôt positives, dans la mesure où des industriels suisses délocalisent une partie de leur production de l’autre côté de la frontière.

II. La vitalité des circulations

9La frontière ne constitue pas une barrière infranchissable, en particulier pour les populations qui en sont riveraines. Elle est en effet traversée quotidiennement par les hommes, parfois accompagnés de leurs animaux, et des flux de compétences ou de capitaux l’irriguent au gré des circonstances, engendrant ainsi de nombreux aménagements notamment à vocation industrielle.

1. L’héritage horloger et agricole

  • 5 Archives départementales du Territoire de Belfort, Belfort (AD 90), 8 R 43 et archives départementa (...)

10Depuis la fin du xviiie siècle, des négociants de Genève, Neuchâtel, La Chaux-de-Fonds, ou du Locle s’affranchissent de la frontière, en faisant travailler à leur profit la peu onéreuse main-d’œuvre des horlogers-paysans du plateau de Maîche (Belmont, 1985), du val de Morteau (Briselance, 1993), ou de la région de Morez (Olivier, 2004). Cette distribution de certaines phases de travail dans les campagnes comtoises favorise de fait l’émergence d’une complémentarité voire d’une interdépendance entre des bassins industriels situés de part et d’autre d’une limite nationale (Blanchard, 2011). Les relations sont également étroites et anciennes avec Besançon (Mayaud, 1994 et 1995) ou le pays de Montbéliard. Ainsi dès 1768, Frédéric Japy « quitte Beaucourt à pied, franchit les plateaux du Jura et passe un contrat d’apprentissage avec [l’horloger] Abraham Louis Perrelet résidant au Locle » (Lamard, 1988, p. 42). Si dans la capitale comtoise plus du tiers des 150 ouvriers de l’usine Lipmann Frères sont encore en 1913 de nationalité suisse, chez Japy Frères à la même date les employés helvètes ne sont plus majoritairement occupés à des activités horlogères5, mais se consacrent de manière croissante à la fabrication d’ustensiles ménagers en fer battu et autres articles émaillés dans un contexte général où, comme le note Pierre Lamard, « c’est la quincaillerie générale qui devient le secteur le plus actif » (Lamard, 1988, p. 278).

Figure 1. Effectif des ouvriers suisses au sein de l’empire Japy (1913)

Localité Activité Suisses Effectif% du total % des Ers
Beaucourt Horlogerie 34 15,5 91,9
Fonderie 5 1,5 17,9
Serrurerie et machines agricoles 25 5,4 67,6
Forges 6 1,9 28,6
Installation électrique 17 5 43,6
Badevel Horlogerie 15 3,8 88,2
Dampierre-les-Bois/Fesches-le-Châtel Ustensiles de ménage et émaillerie(Lafeschotte ou « Casserie ») 69 6,4 62,2
Émaillerie (Gros Pré) 16 4,9 72,7
Quincaillerie, visserie (Rondelot) 42 10,5 67,7
Bart Émaillerie et étamerie (La Roche) 2 0,3 20
L’Isle-sur-le-Doubs Forge et visserie 5 0,6 71,4

Sources : AD 90, 8 R 43 ; AD 25, M 3038 et M 3085.

11Malgré cet affaiblissement significatif du pôle horloger montbéliardais, auquel la Grande Guerre sera pour ainsi dire fatale, cette industrie demeure un élément structurant de l’Arc jurassien et de ses dynamiques économiques et circulatoires.

  • 6 Épisode local de la guerre de Trente Ans (1618-1648).
  • 7 Voir aussi dans le présent ouvrage la contribution de Dominique Jacques-Jouvenot.

12Au terme de la funeste guerre de Dix Ans (1634-1644)6, des paysans suisses passent la frontière pour repeupler une Franche-Comté ravagée. De même, arrivés au xviiie siècle dans le pays de Montbéliard à la suite d’une opportunité économique, à savoir la volonté des princes de Wurtemberg d’améliorer l’élevage, les anabaptistes mennonites y demeurent sur la longue durée. Dans le dernier tiers du xixe siècle, ces Suisses d’origine bernoise continuent à affluer dans le Nord Franche-Comté en profitant de systèmes réticulaires transfrontaliers structurés de génération en génération. Admirés pour avoir donné naissance à la célèbre race montbéliarde, ils sont dans le même temps jalousés par les éleveurs autochtones, qui dénoncent leur accaparement des plus grosses fermes et leur tendance à l’endogamie (Kalyntschuk, 2013)7.

13Le travail du lait et sa transformation en beurre et fromages unit en outre dans une même dynamique, les campagnes suisses et françaises. Formant une manufacture rurale dispersée, les fruitières comtoises du Haut-Doubs et du Jura, font appel à leurs voisins de Suisse romande, même si les apports de compétences consécutifs au développement de la production de l’emmenthal augmentent les flux en provenance des cantons germanophones. La reconstitution de centaines de trajectoires de fromagers helvètes permet de constater que si la majorité se spécialise dans cet art au sein de leur société d’origine, au gré de séjours estivaux à l’alpage ou en suivant les cours d’une école de laiterie, d’aucuns apprennent le métier en Franche-Comté au contact d’un compatriote ou plus rarement d’un Français. Le champ migratoire constitué sur la longue durée rend ainsi possible la perpétuation d’un flux constant d’arrivées de jeunes migrants suisses à la recherche d’opportunités (Kronenberger, 2014b ; Olivier, 2006). Le printemps venu, des bergers, principalement vaudois, font également pacager des vaches laitières et du jeune bétail dans une centaine de pâtures françaises des cantons de Pontarlier et de Mouthe, où des armaillis suisses prennent place dans les chalets d’alpage pour la saison.

  • 8 Archives du ministère des Affaires étrangères, La Courneuve, nouvelle série 1897-1914 Suisse n° 35, (...)

14Cet héritage agricole se marque par ailleurs à travers la détention par les villageois résidant à l’extrême frontière de champs et autres propriétés au-delà de la limite nationale, où ces derniers se rendent quotidiennement. Ces circulations laissent peu de traces dans les archives, sauf lorsque les intéressés s’estiment victimes d’une injustice et revendiquent leur bon droit. Ainsi en février 1910, l’ambassadeur de France à Berne informe le ministre des Affaires étrangères que des habitants de Villars-le-Sec dans le Territoire de Belfort seront prochainement cités devant le tribunal de Porrentruy pour refus d’acquitter les impôts dont ils sont désormais redevables envers la commune suisse de Bure. Trois ans auparavant, le maire de la localité frontalière française proteste déjà contre ces nouvelles taxes. Il argue du fait que ces terrains, bien que cédés en 1780 par la France au prince-évêque de Bâle et faisant ainsi partie d’un État étranger, demeurent partie intégrante du ban et finage de Villars-le-Sec et sont entretenus par les habitants, tout comme les chemins y menant8.

  • 9 Elle diffère peu de celle négociée en 1864.
  • 10 Journal officiel de la République française, 13 mai 1882.
  • 11 Le terme de convention présent dans le texte initial est refusé par le conseil fédéral suisse qui l (...)
  • 12 Archives du ministère des Affaires étrangères, La Courneuve, nouvelle série 1897-1914 Suisse n° 35, (...)

15Devant cet enchevêtrement de biens et l’existence de relations intenses entre des populations souvent unies par des liens familiaux ou amicaux, les États centraux s’entendent pour adopter des mesures dérogatoires, y compris au niveau de la fiscalité. La convention signée le 22 février 18829 entre la France et la Suisse « sur les rapports de voisinage et sur la surveillance des forêts limitrophes » stipule ainsi, dès son article 1er, que pour faciliter l’exploitation des biens fonds et forêts compris dans une zone de 10 kilomètres de chaque côté de la frontière, les céréales, les fourrages, et les produits forestiers sont affranchis de tous droits d’importation, d’exportation ou de circulation, sans toutefois que les propriétaires puissent se soustraire au contrôle réglementaire existant pour la répression de la fraude10. Par ailleurs, à la suite de la réunion à Besançon, en juillet 1912 d’une commission internationale, intervient le 23 octobre suivant un arrangement11 entre Paris et Berne au sujet du pacage journalier et saisonnier des animaux sur les pâturages localisés de part et d’autre de la frontière. L’objectif est de réglementer un usage déjà ancien, mais aussi et surtout d’accroître et faciliter le contrôle du troupeau par les agents sanitaires des deux pays qui « sont autorisés à se rendre sur les pâturages de l’autre pays pour y constater l’état de santé de ces animaux »12. Cela permet in fine d’apaiser les tensions en rendant intelligible d’éventuelles interdictions qui auparavant pouvaient apparaître comme arbitraires et étaient sujettes à de vives contestations.

2. Succursales suisses et industrialisation de villes frontalières françaises

  • 13 D’où les initiales ZL qui se muent en Zedel à l’arrivée en France.
  • 14 La spécialisation dans le domaine de l’automobile se fait sous la direction de Samuel Graf, à parti (...)
  • 15 Société industrielle de Delle. Cinquante années d’activité et de progrès, Delle, Société industriel (...)

16Des dynamiques économiques plus contemporaines, nées parfois de situations conflictuelles, provoquent des aménagements de grande ampleur à proximité immédiate de la frontière avec comme corollaires des flux de capitaux et de compétences. Ainsi pour contourner un protectionnisme douanier français vivace et maintenir leur accès au marché hexagonal, plusieurs entreprises helvètes implantent des filiales en Franche-Comté, tout en conservant leur maison mère dans la Confédération. Par leurs investissements, les patrons suisses participent à l’industrialisation de plusieurs cités riveraines de la frontière (Kronenberger, 2014a, p. 207-243). En 1896 voit le jour à Morteau une succursale de la chocolaterie Klaus, dont le siège ne se trouve qu’à quelques encablures dans la localité neuchâteloise du Locle. Deux ans plus tard, la famille Dubied, installée à Couvet dans le Val-de-Travers, fonde une usine de décolletage à Pontarlier. La marque Zedel trouve, quant à elle, son origine dans une fabrique de moteurs fondée par l’ingénieur Ernest Zürcher et le mécanicien Herman Lüthi en 1901 à Saint-Aubin près de Neuchâtel13. L’année suivante une filiale est créée à Pontarlier pour assembler des moteurs de motocyclettes, puis ce sera l’aventure automobile14. La Société industrielle de Delle est issue du rachat en 1899 par une maison de Porrentruy d’une ancienne usine française, afin de la dédier à « la fabrication et le commerce des fourneaux à gaz d’essence minérale et tous autres articles de constructions mécaniques que cette société jugerait à propos de construire dans l’avenir »15. Elle se spécialise ensuite, dans le décolletage et participe activement à la mobilisation industrielle lors de la Grande Guerre. D’autres établissements à capitaux helvétiques, relevant notamment du secteur textile, naissent dans le Haut-Doubs et le Nord Franche-Comté sans que les investisseurs soient originaires de l’Arc jurassien. Cela renvoie aux dynamiques industrielles alors à l’œuvre dans la Confédération (Schröter, 1993), dont la montée en puissance économique d’une Suisse du Nord-Est et en particulier de cantons comme ceux de Zurich et d’Argovie (Bergier, 1984).

Figure 2. Quelques entreprises suisses en Franche-Comté

Localisation Nom de la société Date de création Activité Ex nihilo/filiale :
lieu de la maison mère
Belfort Tricotage Achtnich 1910 Textile F : Winterthur
Valdoie Société Industrielle de rubans 1911 Textile F : Bâle
Delle Société Industrielle de Delle 1899 Décolletage F : Porrentruy
Sprecher & Schuh 1909 Appareillages électriques F : Aarau
Tricotage Achtnich 1910 Textile F : Winterthur
Seloncourt Wyss 1899 Fonderie Ex nihilo (reprise)
Montbéliard Tricotage Zimmerli 1886 Textile F : Aarbourg
Colombier-Fontaine et Lougres Baumann 1901 Chaises et meubles en bois courbé F : Horgen
Morteau Klaus 1896 Chocolaterie F : Le Locle
Pontarlier Dubied 1898 Pièces détachées pour bicyclettes F : Couvet
Zedel 1902 Automobile F : Saint-Aubin
Tricotage Husi 1892 Textile Ex nihilo
Gurtner 1907 Décolletage, pièces pour automobiles Ex nihilo

Sources : AD 90, 8 R 43 et 165 J 68 ; AD 25, M 3038 et M 3085.

17Avec la seconde révolution industrielle émergent, en outre, sur la rivière faisant office de frontière entre la Confédération et la Franche-Comté plusieurs unités de production d’hydroélectricité concourant au développement conjoint d’industries suisses et françaises. La Société des forces électriques de la Goule, voit le jour en 1893 afin d’alimenter en énergie une partie du territoire helvète riverain du Doubs. Elle conclut, en 1906, un accord avec plusieurs industriels français, dont les firmes Japy et Peugeot, pour former la Société des forces motrices du Refrain. Cette dernière a pour objet la gestion de la nouvelle usine de production d’énergie hydroélectrique, achevée en 1909 sur la commune comtoise du Boulois, en aval des installations réalisées antérieurement par les Suisses.

3. Les entreprises comtoises et la main-d’œuvre helvète : entre proximité et compétences

18Dans le dernier tiers du xixe siècle et à la Belle Époque, la présence de travailleurs suisses accompagne le développement industriel de la Franche-Comté bien au-delà du seul secteur horloger. Les industriels helvètes possédant une filiale en Franche-Comté s’appuient certes très largement sur la main-d’œuvre locale, mais emploient leurs compatriotes pour assurer certaines fonctions de direction et d’encadrement ou des travaux requérant une compétence particulière non disponible sur place. La pénurie de main-d’œuvre française qualifiée peut ainsi faire croître significativement la part des ouvriers suisses, comme à la Société d’appareillages électriques Sprecher & Schuh de Delle où elle atteint 40 %. Lorsqu’une succursale est en phase de démarrage de son activité, à l’instar de la Société industrielle de rubans installée en 1911 par des Bâlois à Valdoie dans la périphérie de Belfort, la proportion de main-d’œuvre suisse est aussi plus élevée.

Figure 3. Effectif des ouvriers suisses au sein des entreprises créées par des Helvètes (1913)

Localisation Nom de la société Activité France Suisse Suisse (%) AutErs Total Ers (%)
Valdoie Société Industrielle de rubans Textile 26 41 28 79 146 82,2
Delle Société Industrielle de Delle Décolletage 127 64 33 3 194 34,5
Sprecher & Schuh Appareillages électriques 83 66 40,7 13 162 48,8
Seloncourt Wyss Fonderie 96 17 14,2 7 120 20
Montbéliard Tricotage Zimmerli Textile 146 5 3,2 5 156 6,4
Colombier-Fontaine Baumann Chaises et meubles en bois courbé 143 4 2,4 21 168 14,9
Lougres 81 0 0 81 0
Morteau Klaus Chocolaterie 172 28 14 0 200 14
Pontarlier Dubied Pièces détachées pour bicyclettes 302 15 4,7 0 317 4,7
Zedel Automobile 206 62 22,3 10 278 25,9
Tricotage Husi Textile 243 21 7,7 9 273 11
Gurtner Décolletage, pièces pour automobiles 23 8 25 1 32 28,1

Sources : AD 90, 8 R 43 ; AD 25, M 3038 et M 3085.

  • 16 AD 90, 8 R 43.

19De grandes firmes françaises installées en Franche-Comté bénéficient également de l’apport de main-d’œuvre helvète, à l’instar de la société Japy Frères déjà évoquée ou de Viellard Migeon et Cie qui emploie par exemple à la veille du premier conflit mondial environ 200 ouvriers suisses sur les 1 200 occupés aux usines des forges et du château à Grandvillars16. Les établissements de la famille Peugeot ou ceux de la Société alsacienne de constructions mécaniques à Belfort (SACM) n’ont à leur service que quelques dizaines de natifs de la Confédération sur un ou plusieurs milliers d’ouvriers, mais leur présence est néanmoins stratégique, comme elle l’est au sein d’entreprises de taille plus modeste, telles les fabriques d’absinthe du Haut-Doubs ou les entreprises de petite mécanique qui pullulent dans le pays de Montbéliard.

  • 17 AD 25, M 1113.
  • 18 AD 25, 8 R en cours de classement.

20Les profils de ces travailleurs en termes de compétences et d’origine géographique sont hétérogènes, puisque se côtoient une majorité d’ouvriers-paysans en provenance des cantons frontaliers et des ingénieurs ou techniciens formés par exemple au Technicum de Bienne, mais aussi à l’École polytechnique de Zurich. La SACM de Belfort recrute ainsi certains de ces spécialistes lorsqu’elle opère, à la fin des années 1880, un virage en direction de l’industrie électrique. L’ingénieur Charles Hoffmann, natif des Brenets dans le canton de Neuchâtel, prend également dès son ouverture la direction de l’usine hydroélectrique du Refrain après avoir passé huit années comme électricien à la SACM17. Par ailleurs, ce personnel d’encadrement, y compris lorsqu’il est originaire de l’Arc jurassien, a souvent connu plusieurs expériences professionnelles en Suisse, en France ou dans d’autres pays européens avant de s’établir en Franche-Comté. Edgard Houmard, né en 1870 à Champoz dans le Jura bernois est embauché en 1910 par la tréfilerie Sircoulon Amstutz et Sandoz de Meslières pour s’occuper d’une usine que la société vient d’acquérir dans le village voisin de Glay. Or cet ingénieur a préalablement exercé ses talents dans les cantons de Soleure et de Bâle-Campagne, au sein de l’usine Basse et Selve d’Altena en Westphalie, et aux Établissements Charles Goguel et Cie de Montbéliard18

  • 19 Cette circulaire n’entend pas se limiter à comptabiliser les flux transfrontaliers, puisqu’il est é (...)
  • 20 AD 90, 10 M 151.

21La proximité de la frontière ne suffit pas à faire mécaniquement croître la présence helvète au sein d’une entreprise donnée, mais des mouvements pendulaires de travailleurs frontaliers*, à temporalité quotidienne, hebdomadaire voire mensuelle, s’opèrent au profit d’entreprises comtoises. Ils sont cependant très difficiles à percevoir et estimer, y compris lorsque des enquêtes gouvernementales ont été diligentées sur ce sujet. En février 1910, une circulaire du ministre du Commerce et de l’Industrie informe les préfets que la Chambre des députés a voté le 29 décembre précédent le principe d’une taxe à établir sur les patrons employant des ouvriers n’ayant pas leur résidence habituelle en France. Pascal Ceccaldi, député de l’Aisne, a en effet profité du débat sur la modification du tarif général des douanes pour faire adopter un amendement frappant d’une taxe tout industriel ou commerçant établi dans une zone frontalière et occupant plus de cinq ouvriers ou employés résidant à l’étranger. De multiples propositions de loi visent, depuis les années 1880, à assurer la protection du travail national, notamment en instaurant une taxe, soit sur les étrangers, soit sur ceux qui les emploient (Dornel, 2004). Avant le passage de cet amendement devant le Sénat où il sera d’ailleurs rejeté, le ministre souhaite entre autres obtenir des précisions sur « le nombre des ouvriers qui chaque jour passent la frontière pour venir travailler dans des industries de votre département, la nature des industries où ils travaillent et le montant des salaires qui leur sont alloués » 19. Les réponses à cette enquête souffrent malheureusement de nombreuses lacunes documentaires et, lorsque le rapport a été retrouvé comme dans le Territoire de Belfort, les informations qu’il contient sont partielles. On constate néanmoins que la Société industrielle de Delle occupe par exemple 17 frontaliers* sur un effectif total de 117 individus, soit un ouvrier sur sept, sans compter les Suisses établis en France travaillant pour le compte de cette entreprise20.

III. La Grande Guerre et ses défis

22L’état de guerre remet soudainement en cause les équilibres issus du temps de paix en provoquant notamment des retours au pays volontaires ou forcés et en accroissant les formalités réglementaires pour franchir la frontière (Vuilleumier, 2015). Mais une altération profonde et durable des échanges humains n’est pas envisageable tant pour l’État central que pour les populations locales. L’enjeu est donc de parvenir à concilier les impératifs de sécurité et la nécessaire reprise de l’activité économique, tout en tentant de contrôler plus étroitement les personnes et leur mobilité.

1. La mobilisation et ses conséquences

23Le déclenchement du premier conflit mondial entraîne la proclamation immédiate de l’état de siège sur l’ensemble du territoire français, afin d’éloigner les indésirables, et en particulier les étrangers suspects. La neutralité de la Confédération prémunit ses ressortissants contre certaines mesures de rigueur appliquées, dès la mobilisation, par exemple à l’égard des Alsaciens-Lorrains non réintégrés dans la nationalité française (Kronenberger, 2014a). Ceux désirant demeurer en Franche-Comté doivent néanmoins solliciter un permis de séjour auprès de la mairie, et tout déplacement hors de leur commune de résidence nécessite la délivrance d’un sauf-conduit. Le Territoire de Belfort ainsi que les arrondissements de Montbéliard et Baume-les-Dames sont en outre compris dans la zone des armées, à l’intérieur de laquelle la circulation est placée sous le contrôle de l’autorité militaire, en l’occurrence le gouverneur de Belfort.

24L’évacuation des bouches inutiles de plusieurs places fortes comtoises est d’ailleurs synonyme du départ de familles suisses entières. D’autres retours au pays sont consécutifs au ralentissement de l’activité économique et au chômage qu’il provoque, mais aussi le fruit du rappel par la Suisse de ses mobilisables, pour en masser une partie le long de la frontière la séparant de la Franche-Comté, et ainsi tenter d’éviter tout débordement du conflit en territoire helvétique (Weck, 2012).

25Parallèlement, les citoyens français de Suisse, en âge et en capacité de porter les armes, sont dans l’obligation de rejoindre immédiatement leur lieu de mobilisation. Ceux de l’Ajoie passent au poste de douane de Delle, dès le 2 août, alors que dans le canton de Neuchâtel, on assiste aux mêmes scènes poignantes de départs précipités de pères de famille et de jeunes hommes à destination de Besançon. En sens inverse, des franchissements clandestins interviennent de la part de déserteurs à la recherche du refuge suisse. Quelques Français habitant la Confédération sollicitent et obtiennent d’ailleurs in extremis de leur commune de résidence le bénéfice de la naturalisation.

  • 21 Archives du ministère des Affaires étrangères, La Courneuve, nouvelle série 1897-1914 Suisse n° 35, (...)

26La guerre perturbe enfin et surtout les relations transfrontalières, car l’entrée ou la sortie de France est désormais soumise à la détention d’un passeport. Le gouvernement suisse tente en outre dès août de soustraire les animaux pacageant en France à la menace des réquisitions. Il exige ainsi, par l’entremise de son ambassadeur à Paris, la rentrée dans le Confédération d’« environ 2 000 pièces de bétail qui se trouvaient encore sur les pâturages français du Jura au moment de l’interdiction de l’exportation motivée par l’état de guerre »21, ce à quoi une issue favorable est rapidement trouvée sous réserve de réciprocité.

2. Rétablir les relations transfrontalières pour répondre aux impératifs industriels

  • 22 AD 90, 8 R 43.
  • 23 AD 90, 33 E dépôt 4 H 18.
  • 24 Ibid.
  • 25 Ibid.

27Prévoyant une guerre courte, les stratèges français n’ont pas envisagé de productions supplémentaires en cours de conflit. Or après la bataille de la Marne de septembre 1914, apparaît la nécessité de convertir au plus vite une industrie de paix en industrie de guerre. Invitées à participer à cet effort patriotique, les usines comtoises situées au voisinage de la frontière suisse doivent au préalable demander et obtenir le retour d’ingénieurs, contremaîtres et ouvriers spécialistes capables d’effectuer les transformations nécessaires pour honorer les commandes de l’armée. Conjuguer les impératifs de la Défense nationale et la reprise de la production industrielle s’avère néanmoins un défi de tous les instants, en particulier dans la zone des armées. La Société industrielle de Delle, qui emploie au printemps 1913 un tiers de Suisses, résidant dans leur pays ou en France, parmi ses 200 ouvriers22 a perdu, dès le début des hostilités, l’ensemble de ce personnel exogène, à l’exception du directeur Charles Debrot, installé dans la ville depuis l’ouverture de l’usine en 1899, de deux ouvriers et du concierge23. Dès le 18 septembre 1914, le commissaire spécial de Delle constate certes le retour en France de mobilisés helvètes24, mais il faut attendre encore de longues semaines pour que les ouvriers indispensables à la mobilisation industrielle puissent se rendre au sein du périmètre de la place de Belfort. La reprise effective de l’activité s’opère dans la première quinzaine de décembre lorsque plusieurs Helvètes sont autorisés, par le gouverneur de Belfort, à « franchir la frontière » séparant Delle de la Confédération25. Cette décision concrétise le rétablissement, au profit de l’industrie de guerre, d’un flux traditionnel de main-d’œuvre transfrontalière entravé depuis la mobilisation.

  • 26 Archives nationales, Paris (AN), 94 AP 130.

28Dans le pays de Montbéliard et le Haut-Doubs, frontaliers* de la Suisse, comme dans la région de Besançon, les entreprises horlogères peinent en revanche à s’adapter à la nouvelle donne de l’industrie de guerre. Ainsi, en 1917, un émissaire parisien en mission en Franche-Comté, évoque des « ateliers d’horlogerie médiocrement installés et dont l’outillage a été adapté à la fabrication de pièces détachées »26. La survie de ce secteur d’activité, vital au devenir économique de la montagne jurassienne, passe par le maintien d’une partie des productions d’avant-guerre traditionnellement livrées aux industriels suisses. Néanmoins les contraintes réglementaires inhérentes à l’état de guerre font peser une épée de Damoclès sur cette coopération industrielle transfrontalière pourtant inscrite dans le temps long comme ne manque pas de le relater la police spéciale :

  • 27 AD 25, M 1113.

Le sieur Perrenoud Georges né le 21 septembre 1885 au Locle et y demeurant dirige la fabrique d’horlogerie Perrenoud Frères qui occupe environ 120 ouvriers dans ses ateliers. Plusieurs fabricants français, à Bonnétage et à Charquemont, travaillent directement pour son compte et, tous les samedis, il les visite personnellement, leur apportant de nouvelles commandes, tandis qu’il prend livraison en même temps des pièces exécutées. Pour pénétrer en France, il ne possède qu’un simple passeport suisse, établi à Neuchâtel et « visé à titre permanent par l’ambassade française pour se rendre à Bonnétage pour affaires industrielles ». Il passe généralement par la gare de Morteau […]. En conséquence, il n’est pas possible de lui retirer l’autorisation irrégulière qui lui a été délivrée pour circuler dans la zone des armées puisque cette autorisation est portée sur le passeport dont il est légitimement propriétaire. Cependant je l’ai fait prévenir qu’il ne serait plus admis dans cette zone tant qu’il ne pourra pas présenter les pièces conformes aux instructions en vigueur27.

3. Défense des intérêts agricoles et encartement

  • 28 Archives du ministère des Affaires étrangères, La Courneuve, nouvelle série 1897-1914 Suisse n° 35, (...)
  • 29 Ibid.

29Sans dénoncer la convention du 23 octobre 1912 sur le pacage, le gouvernement suisse interdit, en février 1915 par peur des réquisitions, le transfert du bétail helvète au-delà de la frontière. Une « émotion considérable » se fait alors jour dans les cantons de Vaud et Genève où résident la majorité des usagers des pâtures françaises. Ces derniers forment donc avec les propriétaires comtois un syndicat de défense de leurs intérêts communs, dont le siège est fixé à Vallorbe28. En outre, côté français des parlementaires se mobilisent à l’instar du député du Doubs, Adolphe Girod, qui adresse une question écrite au ministre de l’Agriculture, afin de savoir si « l’entrée du bétail suisse venant pacager en France sera autorisée cette année »29. Cette requête est ensuite relayée en avril par des vœux de la chambre d’agriculture et du conseil général du Doubs. La direction de la Sûreté générale du ministère de l’Intérieur consulte dans la foulée les commissaires spéciaux en poste à proximité de la frontière franco-suisse, qui sont tous d’avis que, dans l’intérêt de la Défense nationale, il convient a minima d’apporter des aménagements substantiels au régime de pacage actuellement en vigueur, celui de Belfort étant l’un des plus jusqu’au-boutistes :

  • 30 Ibid.

À mon avis il y aurait lieu de le supprimer […] le pacage journalier permettrait d’introduire et vice versa la correspondance de toute nature et des objets dangereux, sans compter que ce serait une entrée libre en France aux espions sous le déguisement d’un berger30.

  • 31 Il doit être valable pour la durée du pacage soit de mai à octobre.
  • 32 Les bergers pratiquant le pacage journalier restant moins de 48 heures en France ne sont astreints (...)
  • 33 AD 39, Mp 97-2.

30Par accord du 18 mai 1915 entre Paris et Berne, le pacage est finalement maintenu, mais au prix d’un strict encartement des bergers. Ils sont dans l’obligation de se munir d’un passeport avec photographie31, qui doit être visé par la mairie la plus proche de leur lieu d’estive dans les 48 heures consécutives à leur arrivée. Ils ne sont en outre pas dispensés de se faire immatriculer conformément à la loi du 8 août 1893 relative au séjour des étrangers en France et à la protection du travail national32. Ces pièces doivent ensuite être présentées à toutes réquisitions. L’identification des intéressés est en effet nécessaire afin de pouvoir les suivre à la trace (Noiriel, 2007), car ils ne sont pas tous suffisamment connus des autorités33.

  • 34 Archives du ministère des Affaires étrangères, La Courneuve, nouvelle série 1897-1914 Suisse n° 35, (...)
  • 35 Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains (AD 04), 5 R 17.
  • 36 Archives du ministère des Affaires étrangères, La Courneuve, nouvelle série 1897-1914 Suisse n° 35, (...)

31Parallèlement des voix s’élèvent des deux côtés de la frontière pour exiger le rétablissement de l’application effective de la convention franco-suisse du 22 février 1882 sur les rapports de voisinage. Cela permettrait également, par voie de conséquence, de favoriser à l’extrême frontière l’apport temporaire de main-d’œuvre suisse lors des récoltes. Étant donné que le texte de 1882 accorde la franchise douanière, les individus bénéficiant de cette faveur sont connus des douaniers des deux pays. Les autorités suisses suggèrent donc que « les intéressés pourraient être munis d’une pièce émanant de la douane suisse et visée par la douane française ou par l’autorité militaire française, pièce qui établirait leur nationalité, leur domicile dans le rayon frontière suisse et leur qualité de propriétaires ou de locataires des pièces de terre cultivées par eux sur territoire français dans le voisinage de la frontière »34. Le ministre de la Guerre décide, le 18 mai 1915, que « les sujets Suisses […] habitant au voisinage de la frontière et appelés par leurs occupations ou leurs habitudes à franchir cette frontière fréquemment et même chaque jour, ne seront pas astreints à la formalité du passeport »35. En revanche le passavant remis par les douaniers suisses devra être, lors du passage au poste français, muni de la photographie du titulaire oblitérée par un cachet sec officiel36. Des mesures dérogatoires sont donc appliquées à l’égard des frontaliers* y compris en temps de guerre, mais celles-ci sont révocables à tout moment en cas de contravention.

  • 37 AD 25, M 1113.
  • 38 Ibid.
  • 39 Archives du ministère des Affaires étrangères, La Courneuve, nouvelle série 1897-1914 Suisse n° 35, (...)

32Ces dispositions ne s’appliquent pas en outre au sein de la zone des armées, amenant les édiles des communes limitrophes du territoire helvétique et situées au nord d’une ligne, Indevillers, Fessevillers, Trévillers, Les Bréseux, Valoreille, Peseux, tels celui de Montancy, à demander à l’autorité militaire d’autoriser l’entrée en France « de quelques hommes de nationalité suisse, voisins immédiats […] demeurant à toute proximité (1 à 2 kilomètres de la frontière) depuis longtemps connus de nous tous amis ou parents […] dont nous pourrons nous assurer le concours »37. Lorsque la permission est octroyée, elle l’est durant un laps de temps déterminé d’avance et sous la condition qu’ils ne quittent pas ladite commune38. Les propriétaires ou locataires suisses de champs dans le rayon d’action de la place de Belfort sont également in fine autorisés à entrer en France sans passeport à condition de disposer, en plus du passavant avec photographie, d’un permis délivré par le maire de la commune limitrophe de la frontière où ils se rendent. Ce dernier, établi après vérification du plan cadastral, doit être visé par l’officier du service de garde le plus proche39.

4. L’utopie d’un contrôle total de la frontière

  • 40 Toute autre carte actuellement en vigueur ne sera plus valable à partir du 1er août 1917.
  • 41 Une circulaire de juin 1916 crée déjà une carte verte pour les travailleurs étrangers de l'industri (...)
  • 42 La zone des armées demeure exclue du dispositif.
  • 43 Hors de Franche-Comté, la zone frontalière comprend aussi des communes des départements de l'Ain et (...)
  • 44 Archives départementales du Jura, Lons-le-Saunier (AD 39), Mp 97-2.

33L’instruction interministérielle relative au régime des frontaliers* du 21 mai 1917 reprend l’esprit des mesures arrêtées dès 1915 tout en renforçant le contrôle à distance des individus. Peut ainsi être dispensé de passeport l’habitant résidant en France ou à l’étranger « appelé par ses occupations à franchir cette frontière fréquemment » qui bénéficie alors d’une faveur révocable ou autrement dit d’une « autorisation exceptionnelle permanente ». Le frontalier est par ailleurs défini comme « tout individu, domicilié effectivement avant la guerre ou installé définitivement depuis 6 mois au moins à proximité de sa frontière nationale dans une zone déterminée », c’est-à-dire une personne qui n’est aucunement suspecte car pas totalement inconnue des diverses autorités chargées de la surveillance de la frontière. La délivrance de la « carte de frontalier » par le préfet a d’ailleurs fait l’objet d’une enquête préalable sur la moralité du bénéficiaire et les raisons l’obligeant à traverser la frontière. Cette carte40 peut être rapprochée du « carnet d’étranger » indispensable pour résider dans la zone des armées institué le 1er janvier 1916, ou de la « carte d’identité à l’usage des étrangers », créée par le décret du 2 avril 191741, nécessaire au séjour dans la zone de l’intérieur (Piazza, 2004). Elle comporte en effet l’état civil complet, le signalement, la photographie, le domicile ainsi que la zone de libre circulation du frontalier, permettant donc de le suivre à distance et à la trace. Elle doit d’ailleurs être présentée à toute réquisition et visée tous les trois mois par un commissaire spécial. La notion de rayon de 10 kilomètres demeure opératoire mais un arrêté du ministre de l’Intérieur indique explicitement les communes appartenant à cette zone frontalière franco-suisse, tant dans les départements français du Doubs42 et du Jura43 que dans les cantons suisses de Neuchâtel et de Vaud44.

  • 45 Le secteur nord de la zone de surveillance suisse comprend les régions frontalières du département (...)
  • 46 Le sous-préfet Dutreuil, désigné pour la frontière franco-suisse, siège à Lyon puis à Annemasse.
  • 47 Agissant en liaison avec l'officier supérieur, délégué du général commandant en chef, le commissair (...)
  • 48 La frontière est par exemple fermée du 30 octobre au 9 novembre, puis du 12 au 20 et du 22 au 30 no (...)
  • 49 AD 39, Mp 14-3.

34Cet encartement est néanmoins loin d’être la panacée et s’accompagne de mesures pour tenter de rendre la frontière davantage hermétique. La topographie de la région, la faiblesse des effectifs du personnel de surveillance, le manque de communication entre les fonctionnaires chargés de cette tâche, ainsi que la complaisance dont font preuve certains soldats du cru mobilisés sur la frontière voire des gendarmes ou des douaniers sont autant d’éléments de vulnérabilité, dont le pouvoir central entend réduire l’effet. En octobre 1917 sont ainsi instituées de nouvelles zones de surveillance aux frontières45 dans lesquelles « tous les services de police, à quelque ministère qu’ils ressortissent », sont désormais placés sous le contrôle d’un commissaire du gouvernement aux frontières46. Sans se substituer aux commissaires spéciaux, il a pour mission essentielle de renforcer la coordination entre les services de surveillance, qu’ils soient civils ou militaires. Le rayon d’action de ce haut fonctionnaire s’étend même en 1918 à la zone des armées47. Parallèlement, les fermetures de la frontière dans le sens France/Suisse s’intensifient au cours de l’automne 191748 empêchant les frontaliers* helvètes de quitter librement le territoire hexagonal. Cette situation ne prête pas à conséquence lorsque les échanges tournent au ralenti mais devient problématique en période estivale, c’est pourquoi, à partir de juillet 1918, une possibilité est offerte aux cultivateurs suisses de franchir la frontière en période de fermeture à condition d’en solliciter au préalable l’autorisation auprès du préfet49.

  • 50 Le décret du 12 février 1918 crée un commissariat général à la Sûreté nationale dirigé par Jean Mar (...)
  • 51 AD 39, Mp 97-2.
  • 52 En octobre 1918 les points de passage ouverts aux frontaliers* le sont également aux détenteurs de (...)
  • 53 AD 39, Mp 97-2.
  • 54 Ibid.

35Le mois précédent, le nouveau commissaire général à la Sûreté nationale50 a édicté une Réglementation de la circulation frontalière dans la zone franco-suisse stipulant notamment que la frontière ne peut être désormais « franchie que sur des points déterminés fixés par des arrêtés préfectoraux »51. Un régime dérogatoire est certes appliqué à l’égard des frontaliers*, dans la mesure où les détenteurs de passeports ne peuvent franchir la frontière qu’aux gares de Morteau, Pontarlier et La Cure alors que les frontaliers* sont autorisés à utiliser, pour le seul secteur nord, vingt-huit autres points de passage répartis de la limite de la zone des armées aux confins des départements du Jura et de l’Ain52. Les mobilités quotidiennes sont néanmoins entravées, dans la mesure où un détour de plusieurs kilomètres est parfois nécessaire, d’autant plus que « suivant les besoins prouvés par l’expérience, des tronçons de réseaux de fil de fer pourront être construits sur certaines parties particulièrement perméables de la frontière »53. Les cartes frontalières doivent en outre désormais être visées à chaque passage. Cependant lors du rattachement, la même année, des arrondissements de Besançon et surtout Pontarlier à la zone des armées, le régime des frontaliers*, tel qu’établi en mai 1917, reste en vigueur « afin d’éviter les inconvénients graves qu’entraînerait sa suppression » pour les populations concernées54.

*

36Dans le dernier tiers du xixe siècle et à la Belle Époque, l’empreinte de la puissance étatique à la frontière entre la Franche-Comté et la Suisse est une réalité. Elle se marque par la construction ou le renforcement de nombreux forts dans le cadre de la constitution du système défensif Séré de Rivières, par la présence des douaniers, mais aussi des gendarmes et de la police spéciale chargés de la surveillance de la frontière, de la chasse aux espions et d’activités de renseignement. La France et la Suisse se livrent également, dans les années 1890, une véritable guerre douanière. Cependant, tout comme les capitaux et les compétences, les populations qui en sont riveraines franchissent cette limite selon des temporalités variées. Ceci d’autant plus que les deux pays favorisent les circulations se produisant à l’extrême frontière par la signature régulière de conventions et arrangements. Les héritages horlogers ou agricoles dynamisent l’économie de cet espace de confins, alors que se déploie sur le Doubs l’industrie hydroélectrique, et que l’implantation de plusieurs succursales d’entreprises suisses participe à l’industrialisation des villes frontalières de Delle, Morteau ou Pontarlier. L’apport de main-d’œuvre suisse en Franche-Comté, dont la provenance se diversifie profite à leurs compatriotes et aux grandes entreprises locales, tant en termes de main-d’œuvre non qualifiée que de compétences nécessaires à certaines inflexions industrielles. Des départs précipités se produisent certes dès le déclenchement de la Grande Guerre, mais la rupture avec le temps de paix est loin d’être totale. Durant le conflit, les relations transfrontalières conservent ainsi une certaine intensité, malgré les perturbations inhérentes à l’inclusion de nombreuses communes françaises au sein de la zone des armées, ou aux velléités du pouvoir central de procéder à l’encartement des frontaliers* et de renforcer le contrôle qui s’exerce sur eux lors du passage d’un pays à l’autre. Les bras et les cerveaux suisses participent ainsi à la sauvegarde des équilibres économiques locaux, consubstantiels à l’économie de la montagne jurassienne, tout en contribuant à l’effort de guerre au profit de la Défense nationale.

Bibliographie

Becker Jean-Jacques, 1973, Le carnet B. Les pouvoirs publics et l’antimilitarisme avant la guerre de 1914, Paris, Klincksieck.

Belmont Henry-Louis, 1985, L’échappement à cylindre (1720-1950). Le Haut-Doubs, centre mondial au xixe siècle, Besançon, Technicmédia.

Belot Robert (dir.), 2006, Guerre et frontières : La frontière franco-suisse pendant la Seconde Guerre mondiale, Panazol, Lavauzelle.

Bergier Jean-François, 1984, Histoire économique de la Suisse, Paris, Armand Colin.

Berlière Jean-Marc, 1991, L’institution policière en France sous la Troisième République (1875-1914), thèse de doctorat, Dijon, Université de Bourgogne.

Blanchard Philippe, 2011, L’établissage. Étude historique d’un système de production horloger en Suisse (1750-1950), Chézard-Saint-Martin, Éditions de la Chatière.

Briselance Claude Gilbert, 1993, L’horlogerie dans le val de Morteau au xixe siècle : 1789-1914, mémoire de maîtrise, Besançon, Université de Franche-Comté.

Brunn Denis, 1982, « Le traité de commerce franco-suisse de 1864 et les relations commerciales entre la France et la Suisse de 1864 à 1873 », in Poidevin Raymond et Roulet Louis-Édouard (dir.), Aspects des rapports entre la France et la Suisse de 1843 à 1939, Neuchâtel, Éditions de la Baconnière, p. 49-58.

Daumas Jean-Claude et Tissot Laurent (dir.), 2004, L’Arc jurassien. Histoire d’un espace transfrontalier, Vesoul/Yens-sur-Morges, Maé-Erti/Cabédita.

Daveau Suzanne, 1959, Les régions frontalières de la montagne jurassienne, thèse de doctorat, Paris, Université de Paris.

Dornel Laurent, 2004, La France hostile. Sociohistoire de la xénophobie (1870-1914), Paris, Hachette Littératures.

Gastaut Yvan et Wihtol de Wenden Catherine (dir.), 2015, Frontières, Paris, Magellan & Cie/Musée national de l’histoire de l’immigration.

Gern Philippe et Arlettaz Silvia, 1992, Relations franco-suisses au xixe siècle. La confrontation de deux politiques économiques, Genève, Georg.

Humair Cédric, 2004, Développement économique et État central (1815-1914). Un siècle de politique douanière suisse au service des élites, Berne, Peter Lang.

Kalyntschuk Mathieu, 2013, « Les anabaptistes-mennonites dans les exploitations agricoles de Montbéliard (xviiie-xxe siècle) », Bulletin et mémoires de la Société d’émulation de Montbéliard, n° 136, p. 163-186.

Kronenberger Stéphane, 2015, « Frontières mobiles de l’Est et histoire de populations partagées », in Gastaut Yvan et Wihtol de Wenden Catherine (dir.), 2015, Frontières, Paris, Magellan & Cie/Musée national de l’histoire de l’immigration, p. 140-145.

— 2014a, Des temps de paix aux temps de guerre : les parcours des travailleurs étrangers de l’est et du sud-est de la France (1871-1918), thèse de doctorat, Nice, Université de Nice Sophia-Antipolis.

— 2014b, « Des fromagers suisses en Franche-Comté : Compétences, pluriactivité et réseaux (1850-1914) », Histoire et sociétés rurales, vol. 41, n° 1, p. 55-87.

Lamard Pierre, 1988, Histoire d’un capital familial au xixe siècle : le capital Japy (1777-1910), Belfort, Société belfortaine d’émulation.

Laurent Sébastien, 2009, Politiques de l’ombre : État, renseignement et surveillance en France, Paris, Fayard.

Leu Stéphanie, 2012, Les petits et les grands arrangements. L’État libéral : une réponse au défi quotidien de l’échange des populations : une histoire diplomatique de la migration et du droit des migrants entre France et Suisse. Organisation, acteurs et enjeux (inter)nationaux (milieu du xixe-1939), thèse de doctorat, Berne, Université de Berne/EHESS.

Mayaud Jean-Luc, 1994, Besançon horloger 1793-1914, Besançon, Musée du Temps.

Mayaud Jean-Luc et Henry Philippe (dir.), 1995, Horlogeries le temps de l’histoire, actes du séminaire du groupe franco-suisse de recherche en histoire de l’horlogerie des micromécaniques, Neuchâtel-Besançon (1993-1994), Besançon, Université de Besançon.

Noiriel Gérard, 2007, L’identification des personnes. Genèse d’un travail d’État, Paris, Belin.

Olivier Jean-Marc, 2006, « Quand le lait se transforme en or. Une diaspora discrète, les fromagers et vachers fribourgeois en Franche-Comté (xixe-xxe siècles) », Diasporas, histoire et sociétés, n° 9, p. 69-80.

— 2004, Des clous, des horloges et des lunettes. Les campagnards moréziens en industrie (1780-1914), Paris, Éditions du CTHS.

Panel Louis N., 2013, La Grande Guerre des gendarmes « Forcer, au besoin, leur obéissance » ?, Paris, Nouveau Monde Éditions.

Piazza Pierre, 2004, Histoire de la carte nationale d’identité, Paris, Odile Jacob.

Poidevin Raymond, 1982, « Aspects militaires des relations franco-suisses avant 1914 », in Poidevin Raymond et Roulet Louis-Édouard (dir.), Aspects des rapports entre la France et la Suisse de 1843 à 1939, Neuchâtel, Editions de la Baconnière, p. 88-89.

Renoir Edmond, 1893 (23 décembre), « Douaniers et contrebandiers à la frontière suisse », L’Illustration, n° 2652.

Schröter Harm G., 1993, Aufstieg der Kleinen. Multinationale Unternehmen aus fünf kleinen Staaten vor 1914, Berlin, Duncker und Humblot.

Vuillermot Catherine, 2012, « Un artisanat original ou une véritable industrie ? La contrebande dans le Doubs au xixsiècle », Les cahiers d’histoire des douanes et des droits indirects, n° 48, p. 5-20.

Vuilleumier Christophe (dir.), 2015, La Suisse et la guerre de 1914-1918, Genève, Editions Slatkine.

Weck Hervé (de) [dir.], 2012, « La menace sur le saillant de Porrentruy vue par l’Etat-major général suisse, mesures prises, guerre et défense aérienne (1913-1918) », in id., Des Deux côtés de la frontière : le Jura bernois, les régions françaises et alsaciennes avoisinantes pendant la Première Guerre mondiale, Porrentruy, Société jurassienne des officiers, p. 135-159.

— 2006, « Défense de la frontière durant les deux guerres mondiales : L’exemple de la partie nord du Jura bernois (1914-1945) », in Belot Robert (dir.), 2006, Guerre et frontières : La frontière franco-suisse pendant la Seconde Guerre mondiale, Panazol, Lavauzelle, p. 253-274.

Notes

1 Actuel canton du Jura et Jura bernois demeuré au sein du canton de Berne.

2 Nous n’évoquerons pas en détail les flux de marchandises, maintes fois étudiés, en particulier à travers la problématique de la contrebande.

3 À l'échelle nationale, ils sont 202 en 1879, 480 en 1900 et 387 en 1914.

4 Il existe désormais un tarif général prohibitif et un tarif minimum relativement élevé destiné à fixer la limite des concessions dans les négociations commerciales internationales.

5 Archives départementales du Territoire de Belfort, Belfort (AD 90), 8 R 43 et archives départementales du Doubs, Besançon (AD 25), M 3038 et M 3085.

6 Épisode local de la guerre de Trente Ans (1618-1648).

7 Voir aussi dans le présent ouvrage la contribution de Dominique Jacques-Jouvenot.

8 Archives du ministère des Affaires étrangères, La Courneuve, nouvelle série 1897-1914 Suisse n° 35, correspondance politique et commerciale.

9 Elle diffère peu de celle négociée en 1864.

10 Journal officiel de la République française, 13 mai 1882.

11 Le terme de convention présent dans le texte initial est refusé par le conseil fédéral suisse qui lui préfère celui d’arrangement.

12 Archives du ministère des Affaires étrangères, La Courneuve, nouvelle série 1897-1914 Suisse n° 35, correspondance politique et commerciale.

13 D’où les initiales ZL qui se muent en Zedel à l’arrivée en France.

14 La spécialisation dans le domaine de l’automobile se fait sous la direction de Samuel Graf, à partir de 1907 et la mise à l’écart d’Ernest Zürcher, qui perd de fait la possession de son usine française.

15 Société industrielle de Delle. Cinquante années d’activité et de progrès, Delle, Société industrielle de Delle, 1949.

16 AD 90, 8 R 43.

17 AD 25, M 1113.

18 AD 25, 8 R en cours de classement.

19 Cette circulaire n’entend pas se limiter à comptabiliser les flux transfrontaliers, puisqu’il est également demandé aux préfets de recueillir les mêmes informations au sujet « des ouvriers résidant en France employés par ces mêmes industries ».

20 AD 90, 10 M 151.

21 Archives du ministère des Affaires étrangères, La Courneuve, nouvelle série 1897-1914 Suisse n° 35, correspondance politique et commerciale.

22 AD 90, 8 R 43.

23 AD 90, 33 E dépôt 4 H 18.

24 Ibid.

25 Ibid.

26 Archives nationales, Paris (AN), 94 AP 130.

27 AD 25, M 1113.

28 Archives du ministère des Affaires étrangères, La Courneuve, nouvelle série 1897-1914 Suisse n° 35, correspondance politique et commerciale.

29 Ibid.

30 Ibid.

31 Il doit être valable pour la durée du pacage soit de mai à octobre.

32 Les bergers pratiquant le pacage journalier restant moins de 48 heures en France ne sont astreints à aucune déclaration mais doivent néanmoins posséder un passeport.

33 AD 39, Mp 97-2.

34 Archives du ministère des Affaires étrangères, La Courneuve, nouvelle série 1897-1914 Suisse n° 35, correspondance politique et commerciale.

35 Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains (AD 04), 5 R 17.

36 Archives du ministère des Affaires étrangères, La Courneuve, nouvelle série 1897-1914 Suisse n° 35, correspondance politique et commerciale.

37 AD 25, M 1113.

38 Ibid.

39 Archives du ministère des Affaires étrangères, La Courneuve, nouvelle série 1897-1914 Suisse n° 35, correspondance politique et commerciale.

40 Toute autre carte actuellement en vigueur ne sera plus valable à partir du 1er août 1917.

41 Une circulaire de juin 1916 crée déjà une carte verte pour les travailleurs étrangers de l'industrie et chamois pour ceux de l'agriculture résidant hors de la zone des armées.

42 La zone des armées demeure exclue du dispositif.

43 Hors de Franche-Comté, la zone frontalière comprend aussi des communes des départements de l'Ain et de la Haute-Savoie.

44 Archives départementales du Jura, Lons-le-Saunier (AD 39), Mp 97-2.

45 Le secteur nord de la zone de surveillance suisse comprend les régions frontalières du département du Doubs situées hors de la zone des armées et l'ensemble de celles du département du Jura.

46 Le sous-préfet Dutreuil, désigné pour la frontière franco-suisse, siège à Lyon puis à Annemasse.

47 Agissant en liaison avec l'officier supérieur, délégué du général commandant en chef, le commissaire du gouvernement aux frontières assure la coordination des mesures prises dans la zone des armées par l'autorité militaire responsable avec les dispositions prévues pour l'ensemble de la frontière.

48 La frontière est par exemple fermée du 30 octobre au 9 novembre, puis du 12 au 20 et du 22 au 30 novembre 1917.

49 AD 39, Mp 14-3.

50 Le décret du 12 février 1918 crée un commissariat général à la Sûreté nationale dirigé par Jean Maringer, qui occupe depuis novembre 1917 le poste de directeur de la Sûreté générale.

51 AD 39, Mp 97-2.

52 En octobre 1918 les points de passage ouverts aux frontaliers* le sont également aux détenteurs de passeports.

53 AD 39, Mp 97-2.

54 Ibid.

Auteur

Stéphane Kronenberger est historien de l’époque contemporaine spécialiste de la question migratoire. Il a soutenu à l’université de Nice Sophia-Antipolis une thèse intitulée Des temps de paix aux temps de guerre : les parcours des travailleurs étrangers de l’est et du sud-est de la France (1871-1918). Actuellement post-doctorant au sein du laboratoire TELEMME (Aix-Marseille Université/CNRS), il poursuit ses recherches sur les internés civils retenus dans les camps du sud-est de la France durant le premier conflit mondial. Il prépare parallèlement une histoire de l’immigration en Franche-Comté du <span style="font-variant:small-caps;">xix</span><sup>e</sup> au <span style="font-variant:small-caps;">xxi</span><sup>e</sup> siècle et a récemment publié en 2018 l’ouvrage intitulé Les travailleurs étrangers et la Grande Guerre en Franche-Comté (Montbéliard, AECI). Il est enfin le rédacteur de l’exposition itinérante « Bourgogne-Franche-Comté. Présence des Suds » produite et coordonnée par le groupe de recherche ACHAC en partenariat avec le Réseau information jeunesse Bourgogne-Franche-Comté.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search