Version classiqueVersion mobile

Deux frontières aux destins croisés ?

 | 
Benjamin Castets Fontaine
, 
Maxime Kaci
, 
Jérôme Loiseau
, 
et al.

La différenciation territoriale, une opportunité ?

9

Les mobilités professionnelles transfrontalières : dynamique générationnelle et stratification sociale

Julien Chevillard

Texte intégral

  • 1 Un travailleur frontalier (qu’ on désignera parfois dans notre contribution sous le vocable « front (...)

1Les migrations et mobilités liées au travail ont fait l’objet d’une vaste littérature en sciences sociales ces dernières décennies. Au sein de cette littérature, les mobilités liées au travail transfrontalier ont elles aussi récemment suscité un intérêt croissant (voir Belkacem et Pigeron-Piroth, 2014, pour un exemple récent). Les travailleurs frontaliers*1, par leur mobilité interétatique, ont par exemple été considérés comme des pionniers de la libre circulation ou comme emblématique des « processus d’européanisation » (Hamman, 2006), tant les questions de mobilités et de libre circulation (des personnes – et donc des travailleurs, des services, des biens et des capitaux) ont constitué des problématiques centrales de l’intégration européenne, portées et soutenues par les institutions communautaires. Néanmoins, on sait relativement peu de choses concernant l’impact de ce type de mobilités sur la position sociale des individus concernés. Dans le cadre cette contribution, nous souhaiterions revenir plus spécifiquement sur les trajectoires (socio)professionnelles des travailleurs frontaliers* français vers la Suisse (en nous focalisant sur le Bassin lémanique et sur l’Arc jurassien) et les enseignements qu’on peut en tirer quand on les compare, à travers différentes cohortes, à celles de travailleurs français (qui travaillent donc, quant à eux, en France). Il s’agira notamment de vérifier si les travailleurs frontaliers*, a fortiori pour certaines cohortes potentiellement concernées par une perspective de déclassement social (Peugny, 2009) en France, ont bel et bien des chances de mobilités sociales, ou plus simplement d'accès à certaines positions sociales, plus grandes que leurs congénères (français) restés en France pour ce qui est de leur activité professionnelle.

I. Questions de recherche et hypothèses

2Comment comprendre l’essor des mobilités professionnelles transfrontalières ? Il peut être utile, en la matière, de faire un court détour par les théories des migrations internationales, dans la mesure où les mobilités transfrontalières se rapprochent de ces dernières, notamment dans leur caractère interétatique, et peuvent être toutes les deux le fruit de motifs similaires chez les acteurs et l’objet de tentatives d’encadrement et de contrôle par les États concernés.

3Longtemps dominante, l’approche néoclassique des migrations (voir par exemple Harris et Todaro, 1970) repose principalement sur un modèle de type push- (« répulsion » : manque de perspectives au sein du « contexte de départ ») pull (« attraction » : besoin de main-d’œuvre dans le contexte d’arrivée) et d’anticipations que les acteurs (les potentiels candidats à la migration) feraient dans le but de « maximiser » leur bien-être (économique principalement), dans une perspective d’acteur rationnel. S’il fait peu de doutes que les migrations (ou plus simplement les mobilités professionnelles au sein d’un pays, ou au sein de l’Europe) mettent souvent en relation des pays ou des aires géographiques marquées par des disparités (en ce qui concerne les salaires et les perspectives professionnelles par exemple) plus ou moins fortes, il n’en demeure pas moins que de tels flux n’apparaissent pas systématiquement entre toutes les zones répondant à ces critères, ce dont l’approche néoclassique échoue à rendre compte (Massey et al., 1993 ; Portes et Borocz, 1989). De plus, cette approche tend à ignorer les facteurs institutionnels, juridiques, historiques, voire linguistiques, le développement de réseaux et de canaux migratoires (Findlay, 1990), ou encore les stratégies familiales de reproduction ou de mobilité sociale (Lagier, 2011), qui permettent de mieux comprendre les mobilités spatiales liées au travail.

4Pour notre part, concernant les mobilités qui nous intéressent ici (celles des travailleurs frontaliers*), nous ferons l’hypothèse d’une intériorisation, sous forme d’habitus ou de « disposition à l’égard de l’avenir » (Bourdieu, 1974), par certaines cohortes en France d’une perspective de déclassement générationnel (déclassement par rapport à l’origine sociale ou par rapport au niveau de formation atteint). On reprendra ainsi l’idée d’une « causalité du probable » (Bourdieu, 1974) qui ne nécessite pas de postuler un acteur qui soit rationnel. Selon ce principe explicatif, à l’intériorisation de structures objectives (par exemple de chances objectives d’accès à telle ou telle position retraduites sous forme d’espérances subjectives), c’est-à-dire à un certain type de socialisation, correspondra un certain type d’habitus qui en retour sera lui-même générateur de pratiques, et de « stratégies », objectivement accordées et ajustées au contexte (champ des possibles au niveau professionnel par exemple). Dans le cas qui nous occupe, cela revient ainsi à faire l’hypothèse que la perspective d’un déclassement générationnel sur le marché du travail français (Chauvel 2010 ; Peugny, 2009) a été intériorisée par certaines cohortes en France, et que cette intériorisation d’un possible déclassement a pu constituer un motif, parmi d’autres, de recherche du travail ailleurs qu’en France, en Suisse par exemple.

5Concernant la question des générations, on sait en effet assez précisément, grâce notamment aux travaux de Louis Chauvel et de Camille Peugny, en quoi consiste le legs historique spécifique à chacune d’entre elles, notamment concernant les cohortes nées à partir des années 1950, marquées par le ralentissement économique, une relative fermeture des perspectives d’accès aux strates moyennes et supérieures de la stratification sociale, une baisse de la valeur (en matière de valeur sociale, c’est-à-dire de rendement socioprofessionnel, cf. Chauvel, 2010) des diplômes et, encore plus sensiblement pour les cohortes nées à partir des années 1960 et 1970 (Peugny, 2008), une baisse des perspectives de mobilité sociale ascendante et une augmentation du déclassement social.

  • 2 Pour la Suisse : Bassand et al. (1985) ; pour la France : Blum et al. (1985) ; Brutel et al., (2000 (...)

6Il convient dès lors de s’interroger sur la façon dont les générations successives, et notamment les cohortes menacées de déclassement, ont réagi à ce nouveau contexte. Ici encore, les notions d’habitus et celle, indissociablement liée, de socialisation peuvent être utiles, notamment si on introduit la notion de socialisation transitionnelle, définie comme socialisation intercalée entre la socialisation primaire (enfance, adolescence, jusqu’à la fin de la scolarisation obligatoire) et socialisation secondaire (installation dans un statut durable voire permanent). Cette socialisation « peut faire l’objet de redéfinitions historiques rapides et profondes : une guerre, une crise économique, ou simplement un choix soudain de croissance – ou de stagnation – de l’investissement scolaire, peut modifier profondément les contours de cette socialisation transitionnelle pour les nouvelles générations qui en passent le cap » (Chauvel, 2003, p. 38). C’est donc à ce moment que le changement peut opérer, et qu’un nouvel ordre des choses (comme la perspective d’un déclassement agissant comme une « causalité du probable ») peut être rapidement intériorisé et devenir une matrice génératrice de nouvelles stratégies, visant par exemple à échapper à cette perspective de déclassement. Dès lors, une plus grande propension à la mobilité géographique, afin de redéfinir, pour l’élargir, le champ des possibles au niveau (socio)professionnel, pourrait tout à fait trouver sa place dans cet éventail de stratégies nouvelles. Quelques études ont, par le passé, montré un lien associant mobilité spatiale et mobilité sociale2. Or, si une mobilité spatiale voire une expérience professionnelle à l’étranger semble accroître les chances d’accéder à un statut social élevé, il en sera a fortiori ainsi si le marché du travail vers lequel les individus se dirigent n’est quant à lui pas marqué par la même dynamique générationnelle et si les jeunes travailleurs (nationaux ou migrants) n’ont pas à y affronter une dynamique de déclassement, ce qui est bel et bien le cas de la Suisse (Chevillard, 2013).

II. Données et méthodes

  • 3 Nous avons dans d’autres recherches procédé à l’aide d’un dispositif méthodologique original visant (...)

7Les données qui semblent les plus indiquées quant aux questions soulevées dans la section précédente sont celles de l’enquête « Emploi » réalisée par l’INSEE, à la fois en matière d’effectifs (même si on reviendra plus loin sur les problèmes que les effectifs en question nous ont posés dans l’analyse) ainsi qu’au niveau des variables disponibles, qui correspondent tout à fait aux questions que nous avons soulevées au sujet des trajectoires professionnelles des travailleurs frontaliers*. Ainsi, l’enquête « Emploi » renferme un champ de description relativement riche, notamment pour ce qui nous intéresse : origine sociale, niveau de formation, genre, âge, PCS3, localisation géographique – à un niveau plus ou moins fin, lieu et pays d’exercice de l’activité professionnelle. Notre intérêt s’est plus précisément porté sur le « fichier historique 1990-2002 » des enquêtes « Emploi ».

8Ce choix n’en soulève pas moins un certain nombre de problèmes. Relativement à nos hypothèses, il aurait été certainement plus pertinent de nous intéresser à la période qui a suivi la mise en place des accords de libre circulation : soit à partir de 2002, période qui a vu l’incertitude de la migration baisser par facilitation de l’accès au marché du travail suisse, le nombre de frontaliers* augmenter rapidement, ainsi que leur composition en matière d’origine géographique et d’activité professionnelle se différencier sensiblement (cf. infra). Pour toutes ces raisons, la période post-2002 représente celle pour laquelle nos hypothèses ont le plus de chances de se réaliser. Malheureusement, cette période coïncide avec la mise en place de l’enquête « Emploi » en continu, nouvelle formule trimestrielle (et non plus annuelle) de l’enquête « Emploi ». Le taux de sondage de cette nouvelle enquête est beaucoup plus faible (1/600eversus 1/300e pour l’ancienne mouture de l’enquête « Emploi »), ce qui rend très difficile l’étude de populations rares (à l’échelle nationale) comme les travailleurs frontaliers*. Pour pallier ce problème, nous mobiliserons, pour la période postérieure à 2002, des données de la statistique des frontaliers* de l’OFS (Office fédéral de la statistique, Suisse) qui permettent elles aussi de se faire une idée de la position sociale occupée par les travailleurs frontaliers* (de façon « agrégée » néanmoins, et non sur la base de trajectoires et de caractéristiques individuelles comme c’est le cas de l’enquête « Emploi », limitant de fait, comme on le verra, le type de questions auxquelles ces données permettent de répondre).

  • 4 L’événement étudié, concernant la mobilité sociale ascendante, étant donc l'accès aux classes moyen (...)

9Concernant nos analyses, nous avons d’abord étudié l’impact des variables structurelles classiques sur les probabilités 1) d’accès aux classes supérieures (dirigeants, professions libérales, cadres et professions intellectuelles) ; 2) d’accès aux classes supérieures et aux classes moyennes (en ajoutant donc les professions intermédiaires dans l’analyse) ; et enfin 3) d’avoir connu une mobilité sociale ascendante4. Nous avons eu recours ici à des modèles de régression logistique qui permettent de tester simultanément l’effet de toute une série de variables sur la probabilité d’accéder à certaines positions dans la stratification sociale. On peut ainsi mesurer, « toutes choses égales par ailleurs », si le fait d’être frontalier augmente ou non les chances d’accéder à tel ou tel type de position tout en tenant compte dans le même temps des effets du genre, du niveau d’éducation, de l’origine sociale, de l’âge au moment de l’enquête ainsi que de la cohorte de naissance.

10S’agissant de la temporalité de nos analyses, nous avons dans un premier temps tenté de spécifier nos modèles et nos hypothèses indifféremment à la cohorte de naissance des individus composant notre échantillon. Dans un deuxième temps, nous considérerons uniquement les individus nés après 1950. Nous avons choisi cette année comme borne temporelle pour deux raisons : 1) c’est autour de ce seuil que, selon les travaux de Chauvel, une pénalité liée à la cohorte de naissance apparaît ; 2) les effectifs de frontaliers* présents dans notre échantillon étant limités (n = 800/1 000 selon les modèles), il devenait périlleux au niveau statistique de réaliser des estimations uniquement sur les cohortes nées à partir des années 1960 voire 1970, même si l’hypothèse d’une augmentation des risques de déclassement pour les cohortes plus jeunes, celles nées après 1960, voire après 1970, semble très fondée en France (Peugny, 2008). Enfin, nous avons restreint nos analyses à deux régions (Rhône-Alpes pour les frontaliers* du Bassin lémanique, Franche-Comté pour les frontaliers* de l’Arc jurassien), et ce par commodité (échantillons nationaux lourds à manier).

11Avant d’entrer dans le vif des analyses décrites ci-dessus, nous commencerons par quelques éléments descriptifs relativement simples de cette population, qui nous permettront néanmoins de cerner un peu mieux la nature et l’ampleur du phénomène.

III. Résultats

1. Les frontaliers* français à Genève et en Suisse : éléments descriptifs pour la période 1965-2014

12Si l’on considère la période récente, l’augmentation du nombre de travailleurs frontaliers* remonte aux années 1960 (à une époque où pourtant l’avantage salarial n’était pas encore évident), pour autant que l’on puisse en juger sur la base des données rendues publiques par l’OCSTAT (office cantonal de la statistique) de Genève (à notre connaissance, il n’existe pas de séries aussi longues au niveau fédéral ou pour d’autres cantons).

13On constate que durant cette période, le recours à la main-d’œuvre frontalière semble très dépendant des cycles économiques, comme les reflux durant les récessions du milieu des années 1970 et de la première partie des années 1990 en attestent. À l’inverse, depuis l’entrée en vigueur des accords de libre circulation, la main-d’œuvre frontalière, en plus d’être en forte augmentation, semble relativement moins dépendante des cycles en question. On remarque ainsi (fig. 1) que le nombre de frontaliers* actifs a continué d’augmenter durant le ralentissement de l’économie en 2003-2004 (période qui correspondait également à la mise en place des accords en question), ainsi que durant la crise de 2009 (même si le rythme d’accroissement du nombre de frontaliers* a néanmoins marqué le pas entre 2008 et 2010).

Figure 1. Nombre de frontaliers* étrangers (non suisses) résidant en France et actifs en Suisse (2002-2016)

Figure 1. Nombre de frontaliers* étrangers (non suisses) résidant en France et actifs en Suisse (2002-2016)

Source : Statistique des frontaliers (STAF)/Office fédéral de la statistique (OFS)

  • 5 Pour des éléments similaires concernant l’Arc jurassien (où les taux de migration nets sont égaleme (...)
  • 6 Le terme « immigrés dans la région » désignant alors des travailleurs frontaliers* n’étant pas nés (...)

14C’est donc bien à un relatif « enracinement » des travailleurs frontaliers* au sein de la population active en Suisse auquel on assiste, le recours à cette main-d’œuvre semblant se détacher dans une certaine mesure des effets de la conjoncture économique. En outre, cette main-d’œuvre semble pour une grande part avoir perdu son caractère originel de « réservoir local », dans la mesure où une proportion de plus en plus grande de ces travailleurs est originaire d’autres régions de France, comme le montrent les taux de migrations nets très forts de personnes actives vers le Genevois français par exemple, particulièrement pour les cadres, professions intellectuelles supérieures et professions intermédiaires, et le fait que parmi ces nouveaux actifs, un sur deux va travailler en Suisse (INSEE, 2011)5, travailleurs qui ont parfois été qualifiés d’« immigrés dans la région » (Bolzman et Vial, 2007)6.

2. Les frontaliers* : accès aux classes moyennes, supérieures et mobilité sociale

15Nous résumerons maintenant les éléments principaux qui ressortent des analyses telles que précédemment décrites, pour toutes les cohortes dans un premier temps. Nous procéderons succinctement, en dressant tout d’abord un panorama des variables déterminant les positions occupées dans la stratification sociale (qui demeurent significatives pour tous nos modèles, et ne constituent pas de grandes découvertes sociologiques en soi), puis en examinant quel type de trajectoires socioprofessionnelles le fait d’être frontalier favorise.

16Sans grande surprise, on peut dans un premier temps constater les effets statistiquement significatifs (fig. 2), toutes choses égales par ailleurs, du niveau d’éducation (qui est la variable ayant généralement le plus fort impact sur la probabilité d’accéder aux classes supérieures, aux classes moyennes ou d’avoir connu une mobilité sociale ascendante), du genre (les femmes étant pénalisées en la matière), de l’âge (c’est-à-dire, dans le cas d’analyses transversales comme les nôtres, de la plus grande probabilité avec l’âge, d’avoir atteint ce type de positions), de la cohorte de naissance (les cohortes nées dans les années 1930 et 1940 étant effectivement celles qui semblent les plus avantagées) et enfin de l’origine sociale (les individus provenant des classes supérieures et moyennes ayant plus de chances de reproduire le statut social de leurs parents que les individus provenant de milieux plus modestes n’ont de chances d’y accéder).

  • 7 Nous ne présentons pas ici les résultats des analyses concernant l’Arc jurassien dans la mesure où (...)

17Si on s’intéresse maintenant à l’impact du fait d’être frontalier sur les chances soit d’accéder aux classes supérieures, soit d’accéder aux classes moyennes et supérieures, ou encore d’avoir connu une mobilité sociale ascendante, force est de constater que très peu d’effets significatifs ne ressortent des analyses, à l’exception de ce qui concerne la mobilité sociale. On constate en effet que l’accès au marché du travail suisse semble avoir constitué un facteur favorisant légèrement la mobilité sociale intergénérationnelle ascendante pour les catégories de la population ayant leurs origines sociales dans les couches populaires ou intermédiaires de la population7.

Figure 2. Tableau synoptique des déterminants de la position dans la stratification sociale (échantillon complet)

Accès aux classes supérieures (dirigeants, professions libérales, cadres et professions intellectuelles) Accès aux classes supérieures ou aux classes moyennes (dirigeants, professions libérales, cadres, professions intellectuelles et professions intermédiaires) Probabilité d’avoir connu une mobilité sociale ascendante
Genre effet significatif** effet significatif** effet significatif**
Âge (au moment de l’enquête) effet significatif** effet significatif** effet significatif**
Cohorte de naissance effet significatif** effet significatif** effet significatif**
Niveau d’éducation effet significatif** effet significatif** effet significatif**
Origine sociale effet significatif** effet significatif** effet significatif**
Frontalier effet non significatif effet non significatif effet significatif*
Pseudo R-carré (Nagelkerke) 0,532 0,479 0,290
N 306,3 30 630 29 852

Légende : ** significatif à 5 %, * significatif à 10 %.

Source : Fichier historique enquête « Emploi » 1990-2002 (fichier pondéré)/Région Rhône-Alpes (toutes cohortes confondues).

3. L’émergence de nouvelles dynamiques pour les cohortes plus récentes

18Les analyses menées ci-dessus se sont avérées relativement peu concluantes quant à nos hypothèses, ou du moins quant à une spécification relativement grossière de celles-ci. En effet, par hypothèse, les phénomènes dont nous cherchons à rendre compte ici obéissent à certaines temporalités, le déclassement social en France renvoyant à des clivages générationnels marqués. De ce fait, les stratégies censées y correspondre doivent, par hypothèse, d’une façon ou d’une autre en porter l’empreinte. Nous considérerons donc, dans les analyses présentées dans cette section, uniquement les cohortes nées après 1950.

19Les variables usuelles telles que le genre, l’âge au moment de l’enquête, la cohorte de naissance, le niveau d’éducation ou encore l’origine sociale jouent le même rôle explicatif que dans les analyses présentées dans la section précédente. Concernant la variable « frontalier » par contre, le fait de s’intéresser plus spécifiquement aux cohortes les plus jeunes apporte, même partiellement, la confirmation que l’avantage conféré par l’accès au marché du travail suisse, en termes de position sociale occupée, est un phénomène relativement récent et qui ne peut donc être révélé par l’analyse que si on ne néglige pas les temporalités sous-jacentes au phénomène.

  • 8 Ici encore, nous ne présentons pas les résultats des analyses concernant l’Arc jurassien dans la me (...)

20Ainsi, en considérant cette fois les cohortes les plus jeunes parmi cette catégorie de travailleurs, l’effet associé à l’accès au marché du travail suisse est plus marqué et statistiquement significatif s’agissant des chances d’accès aux classes moyennes et supérieures (fig. 3). Le même constat s’impose s’agissant de mobilité sociale ascendante : là encore, l’impact augmente sensiblement pour les cohortes nées après 1950, ce qui semble indiquer que l’accès au marché du travail suisse a de plus en plus constitué une voie de mobilité sociale ascendante. Il faut toutefois relever que cet effet n’est plus significatif si on s’intéresse uniquement cette fois à l’accès aux positions supérieures de la stratification sociale. On semble donc avoir affaire à des stratégies permettant d’échapper aux positions les plus « subalternes » de la stratification sociale, plus qu’à des stratégies d’accès aux positions parmi les plus prestigieuses (cadres et professions intellectuelles supérieures par exemple). Il en ressort néanmoins que notre hypothèse selon laquelle le marché suisse constitue, pour certaines cohortes, une forme d’échappatoire aux mécanismes de déclassement à l’œuvre en France semble trouver une confirmation, au moins partielle, en dépit de toutes les limites que nous avons déjà mentionnées au sujet de nos données. Nos analyses valident en effet partiellement l’idée qu’il s’agit d’un phénomène d’apparition relativement tardive et touchant par conséquent des cohortes plus récentes, ce qui semble cohérent avec le constat d’un processus accéléré de déclassement social en France pour ces mêmes cohortes8.

Figure 3. Tableau synoptique des déterminants de la position dans la stratification sociale (cohortes nées à partir de 1950)

Accès aux classes supérieures (dirigeants, professions libérales, cadres et professions intellectuelles) Accès aux classes supérieures ou aux classes moyennes (dirigeants, professions libérales, cadres, professions intellectuelles et professions intermédiaires) Probabilité d’avoir connu une mobilité sociale ascendante
Genre effet significatif** effet significatif** effet significatif**
Âge (au moment de l’enquête) effet significatif** effet significatif** effet significatif**
Cohorte de naissance effet significatif** effet significatif** effet significatif**
Niveau d’éducation effet significatif** effet significatif** effet significatif**
Origine sociale effet significatif** effet significatif** effet significatif**
Frontalier effet non significatif effet significatif* effet significatif**
Pseudo R-carré (Nagelkerke) 0,523 0,478 0,284
N 22 344 22 344 21 978

Légende : ** significatif à 5 %, * significatif à 10 %.

Source : Fichier historique enquête « Emploi » 1990-2002 (fichier pondéré)/Région Rhône-Alpes (cohortes nées à partir de 1950).

21Afin de pallier, dans une certaine mesure, les limites des données et des analyses présentées ci-dessus (qui s’arrêtent en 2002), nous allons dans la section suivante décrire l’évolution de la composition socioprofessionnelle des travailleurs frontaliers* du Bassin lémanique et de l’Arc jurassien entre 1999 et 2014.

4Évolution de la composition socioprofessionnelle des travailleurs frontaliers*

  • 9 Contrairement aux analyses précédentes, qui mobilisaient les PCS de l’INSEE, les données que nous u (...)

22Historiquement plutôt orienté vers les ouvriers du secondaire et les employés, souvent « locaux » (Donzé et Ricq, 1973), le profil des travailleurs frontaliers* actifs dans le Bassin lémanique (ainsi que dans l’Arc jurassien) a connu des évolutions conséquentes lors de ces quinze ou vingt dernières années. Ainsi, concernant le Bassin lémanique, la proportion de professions que l’on peut ranger parmi les classes supérieures (directeurs et cadres de directions, professions intellectuelles et scientifiques, professions libérales)9 a fortement augmenté (fig. 4a). S’agissant de l’Arc jurassien, on remarque que c’est avant tout la proportion de « classes moyennes » (professions intermédiaires) qui a connu une forte progression (fig. 4b).

Figure 4a. Évolution de la proportion (%) de classes supérieures parmi les travailleurs frontaliers* selon le canton

Figure 4a. Évolution de la proportion (%) de classes supérieures parmi les travailleurs frontaliers* selon le canton

Source : Statistique des frontaliers (STAF)/Office fédéral de la statistique (OFS).

Figure 4b. Évolution de la proportion (%) de classes moyennes parmi les travailleurs frontaliers* selon le canton

Figure 4b. Évolution de la proportion (%) de classes moyennes parmi les travailleurs frontaliers* selon le canton

Source : Statistique des frontaliers (STAF)/Office fédéral de la statistique (OFS).

  • 10 Pour être plus précis, ce type de données, pour utiles qu’elles soient pour dégager des tendances s (...)

23Tous ces éléments montrent une évolution claire et substantielle de la population des travailleurs frontaliers*. Ainsi, les modifications les plus marquantes s’agissant de cette population demeurent, si l’on met de côté l’accroissement numérique qui touche toutes ces régions, une modification des niveaux de qualification et des types de position occupée (évolution vers une main-d’œuvre de plus en plus composée de classes moyennes et supérieures), ainsi qu’un élargissement des zones géographiques de provenance de ces travailleurs (de plus en plus loin en France), phénomènes que l’on décèle plus particulièrement concernant le Bassin lémanique, et dans une moindre mesure dans l’Arc jurassien. Même si le type de données et d’analyses développées dans cette dernière section ne permet pas de répondre clairement par l’affirmative à nos hypothèses quant au recours au marché du travail suisse comme échappatoire au déclassement en contexte français et comme stratégie permettant d’élargir le champ des possibles (socio)professionnel et facilitant l’accès aux classes moyennes et supérieures10, elles fournissent néanmoins des éléments de réponses qui vont assez sensiblement dans ce sens.

*

24De précédentes analyses (Chevillard, 2013) de la dynamique générationnelle d’accès aux classes moyennes et supérieures en Suisse, émergeaient le constat d’une société non marquée par des pénalités envers les jeunes générations et qui, au contraire de la France, a continué, au moins jusqu’à une période récente, d’offrir aux jeunes générations des opportunités nombreuses d’accéder à des positions moyennes ou élevées dans la structure sociale, générant de ce fait relativement peu de situations de déclassement social, qu’il s’agisse de déclassement par rapport à l’origine sociale ou par rapport au niveau éducatif atteint.

25Parallèlement, nous avons fait l’hypothèse d’une modification profonde de la composition sociale des flux de travailleurs frontaliers* (donc notamment chez les nouveaux entrants) durant la période récente, en lien avec l’idée que certaines cohortes seraient poussées à la mobilité géographique de par le sort difficile (déclassement social notamment) qui leur est réservé sur le marché du travail français. C’est bien ce qui ressort, même modestement, des analyses que nous avons présentées plus haut concernant les trajectoires professionnelles des frontaliers* appartenant aux cohortes les plus jeunes. Il faut toutefois rappeler ici que ce constat est valable uniquement pour l’accès aux classes moyennes et supérieures ou encore pour le fait de connaître une mobilité sociale ascendante, phénomènes pour lesquels les travailleurs frontaliers* nés après 1950 semblent légèrement avantagés par rapport à leurs congénères qui sont restés sur le marché du travail français. Ainsi, comme on l’a vu, si on s’intéresse cette fois uniquement à l’accès aux positions supérieures de la stratification sociale, cet effet ou cet avantage disparaît. Cela semble indiquer que l’accès au marché du travail suisse ne s’est pas traduit (au moins jusqu’en 2002), pour ces cohortes de frontaliers*, par un accès favorisé aux couches les plus privilégiées de la structure sociale ; si l’accès au marché du travail suisse a donc bien représenté une façon d’échapper aux positions subalternes, ou les moins privilégiées, de la stratification sociale, il n’en a pas pour autant facilité, pour les cohortes en question, actives durant les années 1990 et le début des années 2000 sur le marché du travail suisse, l’accès aux positions les plus dominantes ou favorisées. Néanmoins, au vu des données de l’OFS que nous avons présentées pour la période plus récente (1999-2014), il semble envisageable que nos hypothèses soient plus pleinement vérifiées pour la période plus récente. En la matière, il pourrait être intéressant de disposer dans le futur de données quantitatives plus fines (comme une enquête quantitative en sciences sociales pourrait le permettre) sur les trajectoires socioprofessionnelles des travailleurs frontaliers* pour la période plus récente.

Bibliographie

Bassand Michel, Brulhardt Marie-Claude, Hainard François et Schuler Martin, 1985, Les Suisses entre la mobilité et la sédentarité, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes.

Belkacem Rachid et Pigeron-Piroth Isabelle, 2014, Le travail frontalier au sein de la Grande-Région Saar-Lor-Lux, Nancy, Presses universitaires de Lorraine.

Blum Alain, Gorce Gilles (de la) et Thélot Claude, 1985, « Mobilité sociale et migration géographique », Population, vol. 40, n° 3, p. 397-434.

Bolzman Claudio et Vial Marie, 2007, Migrants au quotidien : les frontaliers. Pratiques, représentations et identités collectives, Zurich, Seismo.

Borjas George, 1990, Friends or Strangers: The Impact of Immigrants on the US Economy, New York, Basic Books.

Bourdieu Pierre, 1974, « Avenir de classe et causalité du probable », Revue française de sociologie, vol. 15, n° 1, p. 3-42.

Brutel Chantal, Jegou Maryse et Rieu Carole, 2000, « La mobilité géographique et la promotion professionnelle des salariés : une analyse par aire urbaine », Économie et Statistique, n° 336, p. 53-68.

Chauvel Louis, 2010, Le destin des générations. Structure sociale et cohorte en France du xxe siècle aux années 2010, Paris, PUF.

— 2003, Génération sociale et socialisation transitionnelle. Fluctuations cohortales et stratification sociale en France et aux États-Unis au xxe siècle, mémoire d’habilitation à diriger des recherches, Paris, Institut d’études politiques de Paris.

Chevillard Julien, 2013, « Dynamique générationnelle d’accès aux classes moyennes et supérieures en Suisse », in Ertul Servet, Melchior Jean-Philippe, Widmer Éric (dir.), Travail, santé, éducation : individualisation des parcours sociaux et inégalités, Paris, L’Harmattan, p. 25-34.

Donze Robert et Ricq Charles, 1973, Travailleurs frontaliers à Genève : Analyse descriptive du flux migratoire frontalier en Octobre 1973, Genève, Service cantonal de statistique.

Favell Adrian et Recchi Ettore, 2011, « Social Mobility and Spatial Mobility », in Favell Adrian et Guiraudon Virginie (dir.), The Sociology of European Union, Londres, Palgrave, p. 50-75.

Fielding Tony, 1992, « Migration and social mobility: South East England as an escalator region », Regional Studies, vol. 26, n° 1, p. 1-15.

Findlay Allan, 1990, « A Migration Channels Approach to the Study of High Level Manpower Movements: A Theoretical Perspective », International Migration, vol. 28, n° 1, p. 15-23.

Hamman Philippe, 2006, Les travailleurs frontaliers en Europe : mobilités et mobilisations transnationales, Paris, L’Harmattan.

Harris John R. et Todaro Michael P., 1970, « Migration, Unemployment and Development: A Two-Sector Analysis », American Economic Review, vol. 60, n° 1, p. 126-142.

INSEE, 2013 (novembre), « Bande frontalière du Doubs : un territoire en mutation au carrefour de quatre grands pôles urbains », L’Essentiel INSEE Franche-Comté, n° 150, Besançon, INSEE Franche-Comté.

— 2011 (octobre), « Le Genevois français : la forte croissance démographique soulève des enjeux en termes de services à la population et de conditions de vie », La Lettre Analyses, n° 7, Lyon, INSEE Rhône-Alpes.

Lagier Elsa, 2011, « Mobilités géographiques et mobilités sociales. La complexité de l’analyse de la mobilité sociale éclairée par l’étude des migrations », in Caillé Patricia, Kennel Sophie et Mathiot Louis, Ascension sociale et réussite des étudiants : quelles mobilités ?, Strasbourg, Publications de l’IUT Robert Schuman, p. 149-160.

Massey Douglas S., Arango Joaquin, Hugo Graeme, Kouaouci Ali, Pellegrino Adela et Taylor J. Edward, 1993, « Theories of International Migration: A Review and Appraisal », Population and Development Review, vol. 19, n° 3, p. 431-466.

Murdoch Jake et Perret Cathy, 2007, « Mobilités internationales des diplômés de l’enseignement supérieur français en phase d’insertion professionnelle : déterminants individuels et effets sur le début de carrière lors du retour en France », in AIDELF, Les migrations internationales. Observation, analyse et perspectives, Paris, PUF, p. 259-275.

OSTAJ, 2011, Profil du travailleur frontalier comtois, Besançon, INSEE Franche-Comté/Neuchâtel, Service de statistique.

Penissat Étienne, Brousse Cécile, Deauvieau Jérôme, Chevillard Julien, Barozet Emmanuelle et Mac-Clure Oscar, 2016, « From statistical categorizations to ordinary categorizations of social space: history and legacy of an original study based on a card game », Historical Social Research, vol. 41, n° 2, p. 135-154.

Peugny Camille, 2009, Le déclassement, Paris, Grasset.

— 2008, « Éducation et mobilité sociale : la situation paradoxale des générations nées dans les années 1960 », Économie et statistique, n° 410, p. 23-45.

Portes Alejandro et Borocz Joszef, 1989, « Contemporary immigration: theoretical perspectives on its determinants and modes of incorporation », International Migration Review, vol. 23, n° 3, p. 606-630.

Recchi Ettore et Favell Adrian (dir.), 2009, Pioneers of European Integration: Citizenship and Mobility in the EU, Cheltenham, Edward Elgar.

Notes

1 Un travailleur frontalier (qu’ on désignera parfois dans notre contribution sous le vocable « frontalier ») est généralement défini comme un travailleur actif professionnellement sur le territoire d’ un État donné et résidant sur le territoire d’ un autre État, où il retourne en principe chaque jour ou au moins une fois par semaine, ce qui correspond grossièrement à la définition qu’ en donne l’ Union européenne. On remarquera au passage que la Suisse utilise une définition relativement similaire à l’ Union européenne, en y ajoutant néanmoins assez fréquemment une référence à la nationalité du travailleur en question (ce que ne fait pas l’ Union européenne), qui pour les autorités suisses (ainsi que pour l’ Office fédéral de la statistique et pour les offices statistiques cantonaux pour la majorité des statistiques que ceux-ci publient) n’est généralement pas envisagé comme pouvant être suisse. Ainsi, un travailleur suisse résidant en France et travaillant en Suisse sera considéré comme travailleur frontalier par l’ Union européenne mais généralement pas par la Suisse.

2 Pour la Suisse : Bassand et al. (1985) ; pour la France : Blum et al. (1985) ; Brutel et al., (2000) ; pour le Royaume-Uni : Fielding (1992) ; pour des mobilités interétatiques au sein de l’Union européenne : Recchi et Favell (2009) ; pour le cas de jeunes diplômés français s’expatriant : Murdoch et Perret (2007).

3 Nous avons dans d’autres recherches procédé à l’aide d’un dispositif méthodologique original visant à tester la pertinence des professions et classifications socioprofessionnelles (PCS) de l’INSEE dans un contexte pour lequel elles n’ont pas été prévues (la structure sociale suisse via le marché du travail dans lesquels les travailleurs frontaliers* sont insérés), ce qui nous a assuré de la pertinence des catégories en question pour l’appréhension des mobilités (socio)professionnelles des travailleurs frontaliers* (Penissat, Brousse, Deauvieau, Chevillard, Barozet et Mac-Clure, 2016).

4 L’événement étudié, concernant la mobilité sociale ascendante, étant donc l'accès aux classes moyennes ou supérieures (comme précédemment définies) pour les enfants d'ouvriers, d'employés ou encore d'agriculteurs, de même que l'accès aux classes supérieures pour les enfants de professions intermédiaires ou d'artisans/indépendants/commerçants.

5 Pour des éléments similaires concernant l’Arc jurassien (où les taux de migration nets sont également relativement élevés et ont accru la proportion de cadres, professions intellectuelles supérieures et professions intermédiaires dans ce territoire), voir OSTAJ* (2011) et INSEE (2013).

6 Le terme « immigrés dans la région » désignant alors des travailleurs frontaliers* n’étant pas nés en Haute-Savoie ou dans l’Ain (ou plus généralement dans une zone frontalière de la Suisse), en provenance donc d’autres régions de France (ou, plus rarement, d’un pays étranger. Il ne s’agit néanmoins pas d’une catégorie indigène que les individus mobiliseraient (pour s’identifier) au sein des espaces frontaliers, mais bien plutôt une notion introduite par Bolzman et Vial dans leurs travaux.

7 Nous ne présentons pas ici les résultats des analyses concernant l’Arc jurassien dans la mesure où on n’y relève aucun résultat significatif concernant la variable « frontalier », le fait d’être frontalier dans cette région n’étant donc pas associé à de plus grandes chances d’accès aux classes supérieures, aux classes moyennes ou même de mobilité sociale.

8 Ici encore, nous ne présentons pas les résultats des analyses concernant l’Arc jurassien dans la mesure où aucun résultat significatif ne ressort concernant la variable « frontalier », le fait d’être frontalier dans cette région n’étant donc pas associé à de plus grandes chances d’accès aux classes supérieures, aux classes moyennes ou même de mobilité sociale pour les cohortes nées après 1950.

9 Contrairement aux analyses précédentes, qui mobilisaient les PCS de l’INSEE, les données que nous utilisons ici reposent sur la classification internationale type des professions (CITP) de 2008. Si cette nomenclature est peut-être moins fine et multidimensionnelle que la PCS, elle n’offre pas moins un support intéressant pour la recherche en stratification sociale, comme en atteste la multitude de travaux au niveau international qui la mobilisent d’une façon ou d’une autre. Ces données ont été mises à disposition, jusqu’à une période récente, par l’OFS.

10 Pour être plus précis, ce type de données, pour utiles qu’elles soient pour dégager des tendances structurelles de fond, ne permettent pas de vérifier si, toutes choses égales par ailleurs, le fait d’être frontalier constitue un avantage en termes de position dans la stratification sociale.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Nombre de frontaliers* étrangers (non suisses) résidant en France et actifs en Suisse (2002-2016)
Crédits Source : Statistique des frontaliers (STAF)/Office fédéral de la statistique (OFS)
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/5943/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Titre Figure 4a. Évolution de la proportion (%) de classes supérieures parmi les travailleurs frontaliers* selon le canton
Crédits Source : Statistique des frontaliers (STAF)/Office fédéral de la statistique (OFS).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/5943/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Titre Figure 4b. Évolution de la proportion (%) de classes moyennes parmi les travailleurs frontaliers* selon le canton
Crédits Source : Statistique des frontaliers (STAF)/Office fédéral de la statistique (OFS).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/5943/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 120k

Auteur

Julien Chevillard est doctorant à l’Institut des sciences sociales (ISS) de l’université de Lausanne et chargé de recherche à l’université de Lausanne. Il prépare une thèse sur les travailleurs frontaliers. Ses recherches portent sur les questions de classes sociales et d’inégalités sociales, de mobilités sociales et spatiales, ainsi que sur des questions liées à la sociologie de la quantification (construction et historicité des catégories socioprofessionnelles).

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search