Version classiqueVersion mobile

Deux frontières aux destins croisés ?

 | 
Benjamin Castets Fontaine
, 
Maxime Kaci
, 
Jérôme Loiseau
, 
et al.

La différenciation territoriale, une opportunité ?

7

Chronique d’une disparition ? Une géohistoire de la « frontière » Bourgogne/Franche-Comté (1790-2016)

Robert Chapuis

Texte intégral

1Au cours de ces quelque deux-cents-vingt-cinq ans, la « frontière » entre Bourgogne et Franche-Comté a oscillé entre périodes de banale « limite » administrative, aux effets presque nuls, et périodes de « frontière virtuelle », certes invisible, mais dont les effets peuvent être tout à fait réels, surtout côté comtois.

I. 1790-1850. La Révolution supprime la frontière mais celle-ci perdure dans l’esprit des Comtois

  • 1 Voir dans le présent ouvrage la contribution de Maxime Kaci.

2La Révolution abolit les provinces en 1789 et découpe les anciennes régions en départements1. L’ancienne frontière se situe désormais entre la Côte-d’Or et la Saône-et-Loire d’un côté, le Jura et la Haute-Saône de l’autre. On remarquera que la Franche-Comté est découpée, dans ses limites anciennes, en trois départements (l’actuel Territoire de Belfort est alors alsacien) [fig. 1]. Ce qui n’est pas le cas de la Bourgogne : le Charolais, le Mâconnais, le Nivernais, le Sénonais, le Tonnerrois qui seront intégrés dans les quatre départements de la future région, n’appartenaient pas à l’ancienne province. La Saône-et-Loire, par exemple, est schématiquement formée des bailliages* de Chalon-sur-Saône et d’Autun qui faisaient partie de la province, mais également des comtés de Mâcon et de Charolais qui n’y étaient pas intégrés. On constate ici l’opposition entre une Franche-Comté qui, malgré sa division en départements, garde une certaine cohérence qui facilitera sa renaissance en 1956, et une Bourgogne dont certains départements sont faits de pièces et de morceaux, sans compter la Nièvre qui n’a jamais été bourguignonne, et qui donc aura moins de cohérence lors de la renaissance des régions.

3On comprend mieux pourquoi le sentiment identitaire des Comtois, mis en sourdine pendant une trentaine d’années après la départementalisation, ressurgit dès les années 1820, avec Charles Nodier qui « appelle à recueillir les traditions populaires » locales (Petit, 2014, p. 33), Charles Weiss, bibliothécaire et homme de lettres bisontin, autour duquel apparaît une école historique provinciale. Une première revue provincialiste, Les tablettes franc-comtoises, apparaît dès 1827 ; plus tard, le sentiment comtois se renforce autour de Montalembert, journaliste et homme politique, qui « contribue à forger l’identité provinciale comtoise » et écrit, en 1851 :

Il est une contrée dont le nom porte l’empreinte de son histoire, de sa vieille indépendance, du mâle courage de ses enfants. La Franche-Comté est comme le Tyrol de la France (Petit, 2014, p. 45).

4Proudhon se revendique « comtois pur sang ». Les revues comtoises se multiplient ensuite entretenant « un provincialisme comtois […] chez les royalistes et aussi chez des républicains incontestables » (Petit, 2014, p. 132).

5On ne trouve rien de semblable en Bourgogne où Pierre Lévêque, dans L’Histoire de la Bourgogne écrit :

On a vu combien, dans la première moitié du xixe siècle, il était difficile de faire apparaître des liens évidents entre un « tempérament bourguignon « et le génie des écrivains ou des artistes nés dans la province » (Lévêque, 1988 [1978], p. 471).

6Et il cite les noms de Jules Renard, de Romain Rolland, de Colette qui ne relèvent pas d’une « âme bourguignonne ».

7On ne peut plus parler officiellement de « frontière » entre les deux ex-provinces, mais seulement de limite administrative, ce qu’elle semble être pour les Bourguignons. Toutefois, côté comtois, l’ancienne frontière demeure dans la conscience collective, puisque la renaissance de l’esprit régionaliste se fait dans le cadre de la Franche-Comté. En somme, pour les Comtois, tout se passe comme si la frontière abolie continuait d’exister en tant que « frontière virtuelle », doublant la limite administrative. Fictive, cette frontière l’est incontestablement, mais elle se traduira plus tard par des réactions comtoises bien réelles.

Figure 1. Les provinces françaises en 1789

Figure 1. Les provinces françaises en 1789

Source : D'après la carte dressée par Hennequin, 1789, pour le comité de constitution de l'Assemblée nationale in Miossec Jean-Marie, 2008, Géohistoire de la régionalisation en France, Paris, PUF, p. 214.

II. 1850-1956. Bifurcations socioéconomiques et maintien de la « frontière virtuelle »

8Vers le milieu du xixe siècle, une double bifurcation économique se produit qui va contribuer à différencier les deux régions et donc à intensifier l’effet frontière*. La première bifurcation voit diverger les anciennes capitales de province. En effet, grâce à l’ingénieur dijonnais Darcy notamment, le passage de la ligne Paris-Lyon-Marseille se réalise par Dijon ; comme sur cette ligne vont ensuite s’en greffer d’autres, sur la gare de Dijon va se créer la deuxième étoile ferroviaire de France. En revanche les Bisontins, malgré beaucoup d’efforts, ne parviennent pas à attirer le croisement des lignes Strasbourg-Lyon et Paris-Suisse-Italie qui aurait fait de leur ville l’étoile ferroviaire du Centre-Est. En somme, Dijon gagne sa bataille du rail quand Besançon perd la sienne. Cette dernière, ville de garnison qui plus est, se trouve marginalisée dans l’espace ferroviaire français alors que Dijon y devient centrale. Les conséquences s’avèrent capitales : alors que jusqu’ici Besançon était presque constamment plus peuplée que Dijon, la situation s’inverse : Dijon passe de 30 000 habitants en 1845 à 100 000 en 1939, Besançon de 40 000 à 55 000 (Fiétier, 1977). À la veille de la Seconde Guerre mondiale, Dijon est donc presque deux fois plus peuplée que Besançon. C’est depuis cette époque que la rivalité entre les deux villes, qui avait certes toujours existé notamment à propos de l’université, s’exaspère, les Bisontins voyant d’un mauvais œil la croissance rapide de Dijon comparée à la stagnation démographique de leur ville. La « frontière virtuelle » entre les deux villes s’en trouve renforcée.

  • 2 Voir notamment la contribution de Stéphane Kronenberger dans le présent ouvrage.

9Une deuxième bifurcation va concourir à séparer cette fois les deux régions. La Franche-Comté s’industrialise grâce à la proximité de la Suisse qui diffuse horlogerie et lunetterie, grâce à l’installation d’industriels alsaciens du textile et de la mécanique après l’annexion de leur région par l’Allemagne, grâce enfin au dynamisme du milieu protestant de Montbéliard (Peugeot, Japy)2. La Bourgogne connaît une industrialisation plus ponctuelle (la métallurgie au Creusot, à Montceau-les-Mines, l’agroalimentaire et la pharmacie à Dijon). De cette époque, semble-t-il, date la réputation d’une Franche-Comté industrielle, ouvrière, un peu libertaire et d’une Bourgogne agricole, tertiaire et bourgeoise. Les deux régions ont donc peu à échanger économiquement et peu également culturellement : les Comtois se méfient de leurs voisins et peut-être n’ont-ils pas tort…

10En effet, entre 1850 et 1950 environ, en réaction contre le jacobinisme étatique et la centralisation parisienne, le mouvement régionaliste que nous avons vu apparaître en Franche-Comté touche peu à peu la France entière. Il aboutit, en 1900, à la création par Jean Charles-Brun d’une Fédération régionaliste française dont fait justement partie un député du Doubs, Charles Beauquier, qui s’est beaucoup intéressé au folklore comtois. Issues de ce mouvement régionaliste, de nombreuses propositions de découpages de la France en régions voient le jour. Vingt sont d’origine privée provenant d’économistes, de juristes, de géographes. Or ces propositions ne sont guère favorables à la Franche-Comté puisqu’elle n’existe que dans huit cas sur vingt, avec Besançon comme capitale ; dans les autres cas, elle est absorbée en totalité ou en partie par la Bourgogne, dont la capitale est évidemment Dijon, mais d’où la Nièvre est exclue neuf fois sur dix (Chapuis, 2010). En 1854, le philosophe Auguste Comte propose par exemple une grande région Bourgogne-Franche-Comté, délestée de la Nièvre mais qui intègre les Vosges, et dont la capitale est Dijon (fig. 2). Dix ans plus tard, l’économiste Le Play, présente un projet presque identique, mais excluant cette fois les Vosges, Dijon étant toujours capitale (fig. 3). En revanche, Jean Charles-Brun, à l’origine de la Fédération régionaliste, fait exister à la fois la Franche-Comté, avec Besançon capitale, et la Bourgogne, toujours sans la Nièvre (fig. 4). Dix-sept propositions de découpage régional proviennent de parlementaires, dont quatre du député Beauquier. Elles sont moins défavorables à la Franche-Comté puisqu’elles proviennent de députés plutôt opposés au jacobinisme, favorables au régionalisme et donc à un découpage fin ; mais aucune de ces propositions n’aboutit.

Figure 2. Le découpage Auguste Comte (1854)

Figure 2. Le découpage Auguste Comte (1854)

Source : Carte redessinée d'après Miossec Jean-Marie, 2008, Géohistoire de la régionalisation en France, Paris, PUF, p. 266.

Figure 3. Le découpage Le Play (1864)

Figure 3. Le découpage Le Play (1864)

Source : Carte redessinée d'après Miossec Jean-Marie, 2008, Géohistoire de la régionalisation en France, Paris, PUF, p. 271.

Figure 4. Le découpage Charles-Brun (1911)

Figure 4. Le découpage Charles-Brun (1911)

Source : Carte redessinée d'après Chatriot Alain, 2005 « Vichy s’est-il voulu régionaliste ? », Arkheia, n° 14-15-16 Vichy, État occitan ?, Montauban.

11La Franche-Comté n’existe, et encore pas toujours, que lorsque l’on distingue plus de vingt régions. Plus grave pour les Comtois, chaque fois que Bourgogne et Franche-Comté sont regroupées, Dijon est choisie comme capitale. Toutes ces propositions, non abouties, ne semblent pas avoir troublé les Comtois. En revanche, lorsqu’en 1917, le ministre du Commerce, Étienne Clémentel, propose un regroupement des chambres de commerce en 17 régions, c’est un tollé en Franche-Comté. En effet le découpage comporte une grande région Bourgogne-Franche-Comté (sauf Nièvre et Territoire de Belfort) dont la capitale est inévitablement Dijon (fig. 5). Le journal local, Le Petit Comtois, écrit :

  • 3 Bibliothèque municipale d’étude et de conservation (BMEC), Besançon, Le Petit Comtois, 14 décembre (...)

Sans être particulariste, il est permis de défendre la Franche-Comté contre un rattachement que n’indiquent ni les raisons historiques, géographiques, touristiques et industrielles, ni les affinités de race3.

Figure 5. Le découpage Clémentel (1917)

Figure 5. Le découpage Clémentel (1917)

Source : Carte redessinée d'après Chatriot Alain, 2005 « Vichy s’est-il voulu régionaliste ? », Arkheia, n° 14-15-16 Vichy, État occitan ?, Montauban.

12Dans l’après-guerre, la polémique reprend sur les régions Clémentel. En 1920, la revue fédéraliste Franche-Comté et Monts Jura signale qu’une brochure publiée à Besançon, demande : « Voulez-vous rester Comtois ou devenir Bourguignons ? ». Pour sa part, elle répond bien haut : « Nous voulons rester Franc-Comtois » (fig. 6). Cet épisode réactive en quelque sorte la « frontière virtuelle » mise par les Comtois aux portes de la Bourgogne.

Figure 6. « Nous voulons rester Comtois » (1920)

Figure 6. « Nous voulons rester Comtois » (1920)

Source : Bibliothèque municipale de Besançon, Franche-Comté et Monts Jura, octobre 1920, PER.C.2054 (1919-1921 1-24).

III. 1956-2005. Retour des régions et renforcement de la « frontière virtuelle »

13Après la Seconde Guerre mondiale, la régionalisation revient à la mode avec Jean-François Gravier qui, dans son livre Paris et le désert français (1947), dénonce la concentration des richesses et des activités dans la région parisienne, critique le système centraliste français et incite à une reconnaissance du fait régional. Il propose d’ailleurs lui-même un découpage en 18 régions dans lequel il taille une Bourgogne-Franche-Comté avec Dijon pour capitale (fig. 7). En 1956, Serge Antoine, un jeune énarque, est chargé par le gouvernement de proposer un découpage de la France en régions. Passionné par les cartes, il constate que de nombreux ministères regroupent déjà des départements dans leur administration, mais presque jamais de la même façon (80 découpages différents). Il distingue d’abord les régions historiques (Alsace, Auvergne, Bretagne) mais il oublie la Franche-Comté, pourtant une des plus anciennes… Pour les autres, il décide de se donner un certain nombre de critères précis, comme la population de la région (au moins un million d’habitants), le rayonnement de la ville principale sur sa région, etc. Pas de chance : la Franche-Comté n’a alors que 857 000 habitants et Besançon n’a pas le rayonnement suffisant pour en faire une capitale ! Heureusement, Serge Antoine fait intervenir d’autres critères qui montrent notamment que les relations téléphoniques entre Dijon et Besançon sont médiocres et donc qu’il ne faut peut-être pas mettre dans la même région deux villes qui s’ignorent. Finalement, grâce peut-être au coup de pouce donné par Edgar Faure alors président du Conseil (qui aurait dit « je n’allais tout de même pas laisser la Bourgogne annexer la Franche-Comté »), Serge Antoine décide de créer une Franche-Comté et de désigner Besançon comme capitale (fig. 8) [Chapuis, 2010]. Il s’en est fallu d’assez peu pour qu’une Bourgogne-Franche-Comté voie le jour dès 1956 et que la question de la « frontière » ne se pose plus, du moins officiellement. En attendant, la création des régions va, au contraire, contribuer à renforcer cette « frontière virtuelle ».

Figure 7. Le découpage Gravier (1947)

Figure 7. Le découpage Gravier (1947)

Source : Carte redessinée d’après Gravier Jean-François, 1958 [1947], Paris et le désert français, Paris, Flammarion.

Figure 8. Le découpage Antoine (1959)

Figure 8. Le découpage Antoine (1959)

Source : Carte redessinée d’après Gravier Jean-François, 1958 [1947], Paris et le désert français, Paris, Flammarion.

14En effet, si le pouvoir des régions s’affermit d’abord discrètement, il se renforce plus nettement après les réformes de 1982-1983. Désormais, et plus que jamais, les deux régions vivent sans se préoccuper l’une de l’autre, trop soucieuses d’asseoir chacune leur propre pouvoir. Surtout en Franche-Comté, où le député Joseph Pinard récupère à grand-peine des directions régionales qui, comme par hasard, étaient restées à Dijon. Et si les deux régions ne s'aiment pas encore d'amour, comme le souhaitent les socioprofessionnels (fig. 9), du moins ceux-ci envisagent-ils au minimum un mariage de raison. Quelques collaborations commencent tout de même à se mettre en place au niveau universitaire : les centres hospitaliers régionaux se partagent certaines tâches (greffes du foie à Besançon, du cœur et du poumon à Dijon) et les laboratoires de géographie fusionnent dès 1995. En 2002, les Banques Populaires des deux régions fusionnent, en implantant d’ailleurs leur direction à Dijon… Le dégel officiel des relations entre les deux régions attendra encore trois ans (Chapuis, 2010).

Figure 9. « Quand Bourgogne et Comté s'aiment d'amour… » (1992)

Figure 9. « Quand Bourgogne et Comté s'aiment d'amour… » (1992)

Source : © L'Est républicain, 29 février 1992.

IV. 2005-2016. De la collaboration à la fusion : la « frontière virtuelle » effacée ?

15En 2005, l’arrivée au pouvoir d’élus de gauche dans les deux conseils régionaux et dans les deux capitales régionales crée un déclic. Dans un même encart inséré dans les bulletins municipaux de Besançon et Dijon, on peut lire : « Dijon et Besançon, voisines, jumelles et partenaires » et les deux présidents des conseils régionaux prônent « un dialogue permanent au service du développement, etc. » (fig. 10). En outre, la même année, un réseau métropolitain Rhin-Rhône fédère plusieurs villes des deux régions, situées entre Mulhouse et Le Creusot, en passant par Belfort, Montbéliard, Besançon, Dijon, Chalon-sur-Saône. Les universités montrent à nouveau le chemin de la collaboration en 2007, en créant un pôle de recherche et d’enseignement supérieur (« Bourgogne-Franche-Comté-Université »), puis un ensemble plus large qui englobe les universités et les écoles d’ingénieurs, c’est-à-dire une COMUE (communauté d’universités et d’établissements) qui est en train de se mettre en place. En 2006, c’est au tour des Caisses d’Épargne de fusionner. On semble aller vers des collaborations douces et volontaires et donc vers une baisse de tension sur la « frontière » qui tendrait à ne plus être qu’une simple « limite » administrative.

Figure 10. « Dijon et Besançon, voisines jumelles et partenaires »

Figure 10. « Dijon et Besançon, voisines jumelles et partenaires »

Source : Besançon Votre Ville, janvier 2006.

  • 4 Propos du député Joseph Pinard dans L’Est républicain, 1er mars 1992.

16Mais la braise se rallume très vite lorsque la Commission Balladur propose, en 2009, une fusion des deux régions. En Bourgogne, la proposition est accueillie sans grand enthousiasme : le président socialiste du conseil régional, François Patriat, juge la fusion « improbable » et estime que « cette réponse (aux synergies à développer) n’est pas la bonne ». En Franche-Comté, la proposition est vivement combattue au nom d’une « identité régionale », d’un certain « tempérament » forgé au cours des siècles selon l’expression de l’historien et ancien député Joseph Pinard dont l’article, paru dans L’Est Républicain, est explicite : « La fusion, un débat déjà tranché »4, sous-entendu, inutile. La présidente socialiste du conseil régional, Marie-Guite Dufay, s’étonne que l’on argumente de la petitesse des régions pour les fusionner. Le vice-président du conseil régional, socialiste lui aussi, affirme qu’il n’est pas favorable à une fusion. La fusion, pas vraiment souhaitée par les majorités socialistes, c’est le moins que l’on puisse dire, semble donc enterrée. En somme, on désire conserver le statu quo, celui d’une collaboration douce et d’une « frontière virtuelle ».

17Or tout change avec l’annonce : 1) en janvier 2014, qu’une fusion de certaines régions françaises est programmée ; 2) le 8 avril, qu’une réduction de moitié des régions est envisagée ; 3) enfin le 14 avril, que les présidents des régions de Bourgogne et Franche-Comté, pourtant réservés lors de l’épisode Balladur, ont l’intention de sauter le pas les premiers. Le 23 juillet, les députés adoptent en première lecture une carte de France où l’on voit les deux régions fusionnées. Au 1er janvier 2016, la fusion est devenue effective. Les administrations de l’État et des deux régions sont en train d’y travailler en essayant, dans un premier temps, d’harmoniser leurs pratiques et de maintenir autant que possible les personnels sur place. Le lieu d’implantation de la préfecture régionale et du conseil régional n’est pas encore officialisé en avril 2016, mais on sent bien que Dijon sera largement avantagée dans le partage.

18Ces annonces ont provoqué des réactions contrastées, quoique moins vives qu’attendues. En Bourgogne, on oscille entre indifférence (« cela ne changera pas grand-chose ») et satisfaction, surtout à Dijon : la ville se trouve désormais au centre de la nouvelle région, alors qu’elle était excentrée dans l’ancienne et son attractivité se voit renforcée. Les seules réticences portent sur le principe de la fusion plus que sur la fusion elle-même. Le président du conseil départemental de la Côte-d’Or, François Sauvadet, qui sera le concurrent malheureux de Marie-Guite Dufay à la présidence de la nouvelle région, estime que cette fusion est une impasse. L’ancien président du conseil régional de Bourgogne, Jean-François Bazin, insiste sur le coût de la fusion.

  • 5 L’Est républicain, 3 mars 2009.

19La vision en Franche-Comté est différente, mais moins opposée peut-être que prévu si l’on pense qu’en 2014, 83 % des Comtois se disaient très attachés à leur région, un peu derrière les Alsaciens (85 %), à égalité avec les Bretons5. Les Comtois sont à la fois résignés, inquiets et vigilants. Résignés parce qu’ils ne voient pas avec quelle autre région ils auraient pu fusionner : pas le Grand Nord-Est, déjà énorme (Alsace, Lorraine, Champagne-Ardenne), pas Auvergne-Rhône-Alpes, tout aussi vaste ; la fusion avec la Bourgogne apparaît donc comme un moindre mal. Les Comtois sont également inquiets à l’idée d’être vampirisés par les Bourguignons, à l’image de Besançon craignant de l’être par Dijon, et la répartition des administrations qui se met en place n’est pas pour leur donner tort… Vigilants enfin, les Comtois le sont pour préserver certains acquis ou pour obtenir un meilleur partage des nouvelles administrations. Les récents échanges, très vifs, entre les maires de Dijon et de Besançon au sujet d’un « super » tribunal de commerce montrent assez que la hache de guerre n’est pas définitivement enterrée et que l’effet « frontière », même virtuel, peut s’intensifier et se cristalliser à tout moment.

Bibliographie

Chapuis Robert, 2010, Bourgogne/Franche-Comté : sœurs ou rivales ? Brève histoire des relations entre deux régions, Paris, l’Harmattan.

Chatriot Alain, 2005 « Vichy s’est-il voulu régionaliste ? », Arkheia, n° 14-15-16 Vichy, État occitan ?, Montauban.

Fiétier Roland (dir.) 1977, Histoire de la Franche-Comté, Paris, Privat.

Gravier Jean-François, 1958 [1947], Paris et le désert français, Paris, Flammarion.

Lévêque Pierre, 1988 [1978], « D’un Empire à l’autre : permanences et changements (1814-1860) », in Richard Jean (dir.), Histoire de la Bourgogne, Toulouse, Privat, p. 341-394.

Miossec Jean-Marie, 2008, Géohistoire de la régionalisation en France, Paris, PUF.

Petit Vincent, 2014, Comment peut-on (encore) être Franc-Comtois ?, Besançon, Cêtre.

Richard Jean (dir.), 1988 [1978], Histoire de la Bourgogne, Toulouse, Privat.

Notes

1 Voir dans le présent ouvrage la contribution de Maxime Kaci.

2 Voir notamment la contribution de Stéphane Kronenberger dans le présent ouvrage.

3 Bibliothèque municipale d’étude et de conservation (BMEC), Besançon, Le Petit Comtois, 14 décembre 1917, p. 1.

4 Propos du député Joseph Pinard dans L’Est républicain, 1er mars 1992.

5 L’Est républicain, 3 mars 2009.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Les provinces françaises en 1789
Crédits Source : D'après la carte dressée par Hennequin, 1789, pour le comité de constitution de l'Assemblée nationale in Miossec Jean-Marie, 2008, Géohistoire de la régionalisation en France, Paris, PUF, p. 214.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/5923/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 2. Le découpage Auguste Comte (1854)
Crédits Source : Carte redessinée d'après Miossec Jean-Marie, 2008, Géohistoire de la régionalisation en France, Paris, PUF, p. 266.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/5923/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Titre Figure 3. Le découpage Le Play (1864)
Crédits Source : Carte redessinée d'après Miossec Jean-Marie, 2008, Géohistoire de la régionalisation en France, Paris, PUF, p. 271.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/5923/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Titre Figure 4. Le découpage Charles-Brun (1911)
Crédits Source : Carte redessinée d'après Chatriot Alain, 2005 « Vichy s’est-il voulu régionaliste ? », Arkheia, n° 14-15-16 Vichy, État occitan ?, Montauban.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/5923/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Titre Figure 5. Le découpage Clémentel (1917)
Crédits Source : Carte redessinée d'après Chatriot Alain, 2005 « Vichy s’est-il voulu régionaliste ? », Arkheia, n° 14-15-16 Vichy, État occitan ?, Montauban.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/5923/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Titre Figure 6. « Nous voulons rester Comtois » (1920)
Crédits Source : Bibliothèque municipale de Besançon, Franche-Comté et Monts Jura, octobre 1920, PER.C.2054 (1919-1921 1-24).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/5923/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Titre Figure 7. Le découpage Gravier (1947)
Crédits Source : Carte redessinée d’après Gravier Jean-François, 1958 [1947], Paris et le désert français, Paris, Flammarion.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/5923/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Titre Figure 8. Le découpage Antoine (1959)
Crédits Source : Carte redessinée d’après Gravier Jean-François, 1958 [1947], Paris et le désert français, Paris, Flammarion.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/5923/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Titre Figure 9. « Quand Bourgogne et Comté s'aiment d'amour… » (1992)
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/5923/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 430k
Crédits Source : © L'Est républicain, 29 février 1992.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/5923/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Titre Figure 10. « Dijon et Besançon, voisines jumelles et partenaires »
Crédits Source : Besançon Votre Ville, janvier 2006.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/5923/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 198k

Auteur

Robert Chapuis, professeur émérite de géographie à l’université de Bourgogne-Franche-Comté, a d’abord publié divers ouvrages sur les campagnes. Il s’est spécialisé ensuite dans l’étude de la vigne.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search