Version classiqueVersion mobile

Michelet, à la recherche de l’identité de la France

 | 
Aurélien Aramini

Textes des cours

Texte intégral

Unité de la Philosophie et de l’histoire11

  • 11 La leçon d’introduction du cours de philosophie professé à l’École Normale en 1827-1828 porte le t (...)

1À l’École Préparatoire, durant deux ans, Michelet a la charge d’enseigner la philosophie et l’histoire. L’étude de ces deux disciplines est introduite par un seul et même cours où le jeune professeur montre la complémentarité de l’histoire et de la philosophie. Ce cours professé en 1827 reprend des thèmes chers au futur auteur de l’Histoire de France : celui d’unité de la science que le Discours de Sainte-Barbe pose comme condition du développement d’un savoir authentique, ou encore celui d’une philosophie de l’histoire universelle qui préfigure l’Introduction à l’histoire universelle. Pour la première fois, Michelet expose clairement une articulation méthodique des sciences en vue de comprendre l’homme dans toute sa complexité, c’est-à-dire comme individu mais aussi comme espèce, l’étude de l’un et de l’autre se soutenant mutuellement.

  • 12 Pour des raisons d’ordre pratique, le texte des cours fait l’objet d’une pagination particulière i (...)

2[Page 1]12 Jusqu’ici la philosophie et l’histoire avaient été l’objet de deux études entièrement distinctes. Cependant elles sont la preuve l’une de l’autre ; elles ne peuvent ni l’une ni l’autre prétendre à un haut degré de certitude si on ne les compare. La philosophie se bornait à des phénomènes bien fugitifs de la pensée individuelle, si elle s’était assise sur la base plus large de l’espèce et de l’individu, elle aurait fait plus de progrès et la plupart des faux systèmes n’auraient pu réussir.

3Nous allons embrasser dans une seule étude l’histoire et la philosophie. Ainsi unies par une heureuse alliance, elles se prêteront un mutuel secours…

  • 13 F. Berriot transcrit ainsi : « Je sens en moi une force active et libre ; autour de moi, des chose (...)

4Je m’isole et dans cet état je ne puis m’empêcher de reconnaître deux sortes de phénomènes. Je sens en moi une force active et libre, autour de moi, des choses qui contrarient l’usage de cette liberté13. Je sens d’un côté ce qui est moi, de l’autre ce qui n’est pas moi, ce qui s’oppose au moi, ce qui est l’ennemi du moi. Voilà donc deux classes de phénomènes le moi et le non moi.

5J’observe les phénomènes du moi et du non moi et cette observation me fait découvrir deux sortes de connaissances distinctes. Je pense, voilà un fait intellectuel. Un rayon de lumière frappe mes yeux, voilà un fait matériel. Mais toute la science se bornera-t-elle là ? Non, au-dessus de ces individualités, je trouve encore quelque chose ; la vue d’un poêle d’un fourneau m’élèvera à l’idée de calorique, si je m’approche trop près de ce fourneau, si je me mets en contact avec lui, si par suite de ce contact avec lui j’éprouve quelque douleur je m’élèverai à l’idée de brûlure. Si par suite je recherche en vertu de quoi le voisinage de quelques charbons ardents m’a affecté douloureusement j’aurai fait deux choses très distinctes j’aurai acquis une connaissance de fait en me brûlant et j’aurai étudié la loi du phénomène en cherchant pourquoi je me suis brûlé. Il y a deux classes d’études : études des faits, études des lois.

6Chez les Grecs, toute connaissance des faits s’appelait histoire, toute connaissance des lois philosophie.

7Nous ferons de même ; dans l’histoire nous étudierons les faits ; nous étudierons les lois dans la philosophie.

8Cette classification est très ancienne. Les modernes l’ont abandonnée. Nous l’adoptons, pas seulement parce qu’elle est ancienne, mais aussi pour cela. En effet les modernes ont cru avoir tout

9[Page 2]

10fait tout inventé et toute leur science se trouvait dans la tête des anciens.

11En effet, examinons un peu la marche naturelle des sciences. Nous voyons d’abord quelque chose de très composé. Nous sentons notre ignorance et l’état opposé à cette ignorance nous l’appelons la science. Nous cherchons cette science et en apercevant des différences dans les objets sur lesquels nous portons notre attention, nous sommes conduits par une succession de subdivisions à distinguer la science en une infinité de sciences mais à mesure que nous avançons dans l’étude de ces sciences, nous remarquons que la plupart de ces différences sont plus apparentes que réelles. Par exemple l’étude du corps de l’homme et l’étude du corps de l’animal avaient été pour nous l’objet de deux études distinctes, nous remarquons qu’il existe entre ces deux études une véritable identité, et au lieu de les nommer comme nous l’avons fait, l’une anatomie, l’autre zoologie, nous les confondons nous les réunissons en une seule à laquelle nous donnons le nom d’anatomie comparée. Telle est la marche de l’esprit humain. Il voit d’abord la science, puis les sciences puis encore la science. Il est parti de l’unité, mais d’une unité de confusion et de désordre ; il revient à l’unité mais à l’unité d’ordre et de clarté.

12Nous avons vu qu’il y a pour le non moi, pour les objets extérieurs, pour la nature, histoire et philosophie, l’une qui s’occupe des faits, l’autre des lois. Il y a aussi histoire et philosophie du moi et cette étude est l’objet que nous nous proposons ; elle est même la plus importante car le monde entier vient se réfléchir dans le cœur de l’homme, on a dit avec raison que l’homme est un petit monde.

13Histoire de l’homme, philosophie de l’homme, voilà donc le double but proposé à nos recherches.

14L’homme se présente à nous sous deux rapports. L’homme individuel, l’homme social l’individu et l’espèce. Jusqu’ici ces deux choses ont été considérées à part ; nous nous occuperons à la fois de l’étude de l’homme individuel et ce sera la philosophie et de l’étude de l’homme social et ce sera l’histoire. Nous nous occuperons donc de comparer la nature des faits sociaux ou historiques à la nature des faits intellectuels moraux ou philosophiques.

15[Page 3]

16Suite des rapports de la philosophie et de l’histoire

17Nous allons ajouter quelques observations à ce que nous avons déjà dit sur les rapports de la philosophie et de l’histoire.

18Il existe cette différence entre les faits philosophiques et historiques que les premiers peuvent être perçus immédiatement au lieu que les deuxièmes ne peuvent l’être que médiatement. Par exemple, deux hommes m’adressent la parole, l’un me dit que la comparaison n’est qu’une double attention, l’autre que César a vaincu Pompée à Pharsale. Comment m’assurerai-je de la vérité de ce qu’ils m’avancent ? Pour le premier la chose me sera facile, je descendrai en moi-même ; je ferai une expérience, je comparerai deux objets ; je verrai que pour les comparer je porte mon attention tantôt sur l’un tantôt sur l’autre ; alors je concluerai (sic) que la comparaison est une double attention et pour arriver à cette conclusion, il m’aura suffi de me regarder moi-même. Mais j’aurai beau m’interroger, jamais le sentiment, jamais la conscience ne me dira qui fut vainqueur à Pharsale. Pour le savoir je devrais recourir à l’histoire dans le premier cas je vérifierai l’assertion sur moi-même, dans le second, il faut un milieu, ce milieu est l’historien.

  • 14 F. Berriot transcrit « que la philosophie était infiniment préférable à l’histoire ».

19Cette nécessité de recourir à un intermédiaire a conduit plusieurs esprits à dire que la philosophie est infiniment supérieure à l’histoire14. On sait que le premier philosophe moderne, Descartes la traitait avec dédain… Ne nous laissons pas séduire par une injuste préférence et que l’autorité d’un grand nombre ne nous inspire pas. Les autorités ne sont rien en philosophie.

20Oui, les faits philosophiques ont sur les faits historiques l’avantage d’une perception immédiate mais cet avantage est balancé.

21Demandez à deux hommes d’où leur sont venues les idées qu’ils possèdent. La réponse à cette question n’exige bien certainement qu’une simple observation de soi-même et bien, vous aurez deux réponses différentes et même opposées, parce que chacun d’eux, se sera observé différemment. Faites la même question à un plus grand nombre vous aurez autant de système qu’il y a d’hommes.

22Mais si vous demandez à deux ou trois hommes ou à un nombre quelconque si Rome a détruit

23[Page 4]

24Carthage, tous vous répondrons que oui. Si vous leur demandez quel fut le vainqueur de Zama, tous ensemble vous répondront Scipion.

25D’où vient cette différence ? Pourquoi d’un côté tant de systèmes opposés et de l’autre une opinion si unanime ?

26C’est que d’un côté chacun s’est concentré en lui-même s’est observé et n’a observé que lui tout seul, tandis que de l’autre un même fait a frappé à la fois les yeux de plusieurs milliers d’hommes. L’individu est sujet à l’erreur il est rare que l’espèce y tombe.

27Les traditions historiques sont donc la voix du genre humain ; mais souvent elle est fausse et il est nécessaire d’en étudier la langue en soi-même. Il ne suffit pas de converser avec les Assyriens, les Romains, les Grecs. Il faut encore nous assurer de la vérité de ce qu’ils nous disent et comment y parvenir sinon en interrogeant notre raison, notre expérience. Les faits historiques ne peuvent donc parvenir à un haut degré de certitude que par la confrontation de ce qui se passe dans l’individu. La science la plus complète serait donc celle de l’individu et de l’espèce, de la philosophie et de l’histoire.

28Pénétrons plus avant dans leurs rapports, tâchons s’il se peut de retrouver l’un dans l’autre. Prenons pour y arriver dans les choses les plus ordinaires de la vie. Observons le langage de l’enfant. Il ne conjugue pas, il met tous les verbes à l’infinitif, il ne dit pas : je vais aller à la porte, mais aller à la porte. Il en est de même des peuples civilisés ; les formes de leurs langues sont toutes régulières ; ils se laissent en tout guider par l’analogie, ce n’est que peu à peu et par un perfectionnement de civilisation que les irrégularités s’introduisent dans leur langue. Ce que nous avions remarqué dans l’enfant, nous l’observons dans un peuple, nous avons retrouvé l’individu dans l’espèce.

29Essayons de généraliser. Dire que l’individu et l’espèce passent d’un langage plus simple et plus régulier à un langage plus irrégulier et plus composé à mesure qu’ils s’écartent plus de l’instinct et de l’analogie, c’est dire qu’ils passent de la spontanéité à la réflexion.

30Mais cette spontanéité pourquoi s’est-elle produite ? Examinons les anciens monuments. Ce sont des chants, des poésies. Peu à peu les abstractions s’introduisent dans la langue et deviennent plus fréquentes. La poésie devient philosophique. La philosophie dit Montaigne n’est que poésie sophistique. Cette pensée est vraie ; celle de Vico ne l’est pas moins et en même temps elle est plus

31[Page 5]

32heureusement exprimée. « Ce que les philosophes pensèrent, les poètes l’avaient senti. Les poètes avaient été les sens, les philosophes la réflexion du genre humain. ».

33Résumons : Instinct et raison ; spontanéité et réflexion ; poésie et philosophie ; Orient et Occident ; voilà les grandes divisions philosophiques et historiques.

34L’Orient est donc la patrie poétique et l’inspiratrice du genre humain ; l’occident la partie philosophique et critique ; de là se déduit une vérité historique exprimée par ce vers : « Tradidit Aegypto Babylon. Aegyptus Achivis ».

35Nous remarquons que ce développement de lumière coïncide avec la migration des peuples. Il y a donc deux classes de faits à observer dans l’histoire ; mouvement et marche du genre humain, mouvement et progrès des lumières. Le mouvement s’est fait d’abord d’Orient en Occident. La Germanie et la Gaule étaient encore barbares quand déjà la Grèce était civilisée. Il y a eu aussi un mouvement du Nord au Midi, la descente des Tartares. Enfin il y en a eu un du Midi au Nord. Les Arabes s’avancèrent d’un côté jusqu’au P. Euxin, de l’autre jusqu’à Tours. Mais ces deux mouvements n’ont pas augmenté la masse des lumières, seulement ils les ont disséminées. Plus d’hommes ont su mais on n’a pas su davantage. Ce n’est donc que dans la marche d’Orient en Occident que les lumières se sont accrues dans cette partie. Aujourd’hui la réaction a eu lieu, la civilisation marche d’Occident en Orient. Nous rendrons à l’Asie ce que nous avons reçu.

36Sur les confins de l’Asie et de l’Europe nous trouvons un pays qui a interprété l’Orient à l’Occident et qui interprète aujourd’hui l’Occident à l’Orient. La Grèce a compris les symboles orientaux parce qu’elle est poétique ; elle les a interprétés parce qu’elle est philosophique.

37La Grèce a souvent reporté les lumières d’Occident en Orient. Alexandre pénétra jusqu’à l’Indus. La langue grecque s’introduit dans la Haute Asie. On parlait grec à la cour du roi des Parthes, et lorsqu’on apporta la tête sanglante de Crassus les convives du roi prononcèrent deux vers de Sophocle en poussant des cris d’allégresse…

38Nous ne nous occuperons de l’histoire d’Orient qu’autant qu’elle sera nécessaire pour jeter du jour sur celle de la Grèce, on distingue dans cette histoire trois

39[Page 6]

40époques. La première celle dans laquelle les Assyriens, peuples originaires des bords de la mer Caspienne, soumirent à leurs lois ou plutôt rendirent tributaires toutes les nations asiatiques depuis l’Indus jusqu’à l’Hellespont, la deuxième celle où fleurirent séparément les royaumes de Babylone, de Médie, de Lydie ; enfin la troisième celle où les Perses, tribu venue du Nord, étendirent leur domination sur toute l’Asie orientale.

41Mais leur puissance pesait aussi sur l’Occident. L’Égypte, que nous plaçons en Afrique, mais que les Anciens enclavaient dans l’Asie, fut soumise à leurs lois. Pendant que tout changeait autour d’elle, cette contrée malgré les invasions et les révolutions successives conserva toujours sa langue et la forme de son gouvernement.

42Dans le voisinage de l’Égypte étaient les Phéniciens, peuple hardi et remuant. Plusieurs fois ils inquiétèrent et attaquèrent l’Égypte, et l’invasion des Pasteurs ne fut autre chose que l’invasion des Phéniciens.

43Les Phéniciens, le plus communicatif de tous les peuples et qui a couvert de ses colonies toutes les côtes de la méditerranée, avaient derrière eux la nation la plus exclusive. Cette nation était les Juifs.

44C’est de ce dernier peuple que nous allons nous occuper, son histoire nous offre le plus grand intérêt, soit parce qu’en dépit de toutes les révolutions, ce peuple a conservé constamment son caractère national, soit parce que notre religion se lie à la sienne.

Le peuple juif

  • 15 Ce cours est établi à partir des notes prises par Chéruel qui figurent dans le deuxième microfilm (...)

45Dans sa deuxième leçon de l’année 1828-1829, Michelet s’intéresse au peuple juif15. Il considère alors que ce peuple a contribué de manière décisive aux progrès de l’humanité car il exprime pour la première fois dans l’histoire universelle l’idée théologico-politique d’« unité ». Dans l’Introduction à l’histoire universelle, cette conception propre au judaïsme tient lieu d’origine historique de la forme authentique de liberté – la liberté dans l’égalité – qu’incarne le peuple français révolutionnaire de juillet 1830. Aussi faut-il mesurer la distance entre ce document de la pensée micheletienne en 1828 et les lignes consacrées au « Juif » dans la Bible de l’humanité.

46[Page 1]

47Jusqu’ici nous avons présenté le tableau abrégé du mouvement des races, nous allons maintenant nous occuper d’un peuple particulier, d’un des plus petits peuples de la race sémitique, qui n’est remarquable ni par sa population ni par ses conquêtes et dont, cependant, le génie a prévalu en ce monde ; ce peuple c’est le peuple juif. Voilà deux mille ans que l’on se moque des juifs et cependant ils ont imposé leurs lois à l’univers, puisque le christianisme est sorti du judaïsme. Nous parlerons d’abord du peuple juif ; mais pourquoi ? Lorsque l’on voit à l’autre bout du monde un empire de trois à quatre millions d’hommes qui dure depuis trois mille ans, l’Empire Chinois, si l’on considérait l’étendue, la puissance, les lumières, on n’irait pas chercher le peuple juif, lorsqu’on voit l’Inde, la mère du genre humain, lorsque l’on voit la Grèce avec son génie et son interprétation continuelle de l’Orient et de l’Occident, la Grèce, dont le peuple, quoique tout nouveau, a été le plus grand peuple de l’univers.

48Mais d’abord la Chine n’a pas eu d’influence ; elle est restée comme une île entièrement isolée au milieu des autres peuples.

49L’Inde, il est vrai, a une littérature, une religion de la plus grande fécondité, mais trop indistincte et qui détruisait la liberté humaine, donc la lutte contre le monde constitue l’histoire ; là où la liberté humaine n’est rien, il n’y a pas d’histoire possible ; par conséquent l’Inde, dont la religion absorbait l’homme dans Dieu, ne nous a laissé aucun monument historique.

50Dans l’état actuel des connaissances, nous n’avons pas de monuments suivis des Égyptiens.

51Les Assyriens ont péri. Les Grecs, les Romains, les Slaves sont d’hier. Restent donc les Annales du peuple Juif. Ces ouvrages ne sont pas faciles à entendre ; car les interprètes naturels des livres juifs, les monuments de leurs frères les Phéniciens et les Carthaginois ont péri avec eux. Les Arabes auraient pu nous donner quelques détails ; mais la révolution mahométane a détruit leurs annales, et la Bible nous reste seule comme une arche d’un pont brisé ; attachons-nous donc au peu qui nous reste.

  • 16 F. Berriot transcrit « vraisemblable : elle » (« Trans. Berriot », p. 9).

52De tous les livres orientaux, les livres juifs sont les moins chargés de merveilleux. Ensuite cette histoire commence d’une manière vraisemblable16. Elle nous présente d’abord les patriarches qui étaient

53[Page 2]

54pasteurs, la philosophie nous indique également que c’est par la vie pastorale que l’homme a du commencer. L’État de chasseur n’est pas social ; ce point de vue donne déjà une grande importance aux Annales des Juifs.

  • 17 F. Berriot transcrit « Et ce livre… », ibid.
  • 18 La transcription de F. Berriot corrige, dans tout le cours, « Moyse » par « Moïse ».

55Ensuite17 ce livre nous présente, dans le développement d’un même peuple, une prodigieuse unité ; d’abord un seul père, Abraham, un seul législateur, Moyse18. Ensuite, c’est le seul peuple de l’Antiquité chez lequel l’unité de Dieu a été populaire. On sait, il est vrai, que les prêtres de l’Inde rattachaient les différentes divinités à un seul Dieu. L’Égypte adorait un Dieu unique sous mille noms différents ; mais les peuples de ces contrées n’avaient pas la notion distincte de l’unité de Dieu. Ensuite ce Dieu unique des Indiens ou des Égyptiens n’étaient pas une personne morale ; enveloppé dans un nuage métaphysique, identique avec la nature, il était, comme elle, impassible ; au contraire le Dieu des Juifs est une personne ; il a sa colère, son amour, enfin c’est une personne morale qui a sa volonté, tandis que le Dieu des prêtres de l’Antiquité était cosmogonique, Dieu du sanctuaire qui n’apparaissait que sous des formes bizarres capables d’attirer le peuple, mais qui devaient le tromper.

56Enfin, une chose admirable chez les Juifs, ce qui leur a valu la conquête du monde, c’est qu’il n’y avait presque point de privilèges, point de doctrine particulière à une caste ; c’est la nation la plus libérale de l’Antiquité ; tout est en commun ; dans l’Orient il y avait un système de castes, qui étaient privilégiées même pour la science.

57Chez le peuple juif, la loi stipule en faveur des esclaves, chose extraordinaire dans l’antiquité. Moyse dit : « au bout de 50 ans toute terre vendue revient à son ancien maître, tout homme vendu redevient libre ». Telle est l’origine du Jubilé. L’esclave hébreux était libre de droit au bout de sept ans ; l’esclave blessé ou déshonoré par son maître était libre de droits. Voilà une chose unique dans l’antiquité. Pour trouver quelque chose de semblable, il faut aller jusqu’à Claude ; gouverné par ses affranchis, ce prince rendit une loi qui doit faire la grâce de son règne et se déclare le protecteur des esclaves et défend de les exposer dans l’île du Tibre, plus tard les Antonins défendirent de crucifier les esclaves.

58Maintenant, comment accorder avec cette humanité le caractère extraordinairement sanguinaire et

59[Page 3]

  • 19 F. Berriot transcrit « dur » (« trans. Berriot » II, p. 10)

60barbare du peuple juif ? On ne peut avancer dans leur histoire sans marcher dans le sang. Cela tient à la mission particulière dont ce peuple est chargé dans l’humanité. Son rôle était de conserver dans sa pureté le dogme de l’unité de Dieu, c’est-à-dire d’être le gardien de la plus haute vérité métaphysique, une de celles auxquelles on doit atteindre plus tard par les lumières de la philosophie. Voilà donc ce peuple chargé de la mission la plus sublime ; quelle disproportion entre le dépôt et le caractère de celui à qui il est confié. Moyse le dit souvent : ce peuple a la tête et le cœur durs19 ; il semble n’avoir qu’une qualité la ténacité ; on sent combien les peuples idolâtres avec leurs fêtes leurs danses et toutes les pompes de leur culte étaient contraires à l’austérité sèche et sublime de la loi mosaïque.

61Aussi, on les conduit d’abord dans l’Arabie Pétrée et tant qu’ils sont peu nombreux ils y vivent aux dépends de leurs voisins. On les conduit ensuite dans la terre de Chanaan, qui est bordée d’un côté par des montagnes, de l’autre par des déserts : ainsi les Juifs se trouvaient isolés de toutes les nations voisines. Mais était-ce assez, pour les garantir de la contagion, des montagnes où ils vivaient et des déserts qui les entouraient ? Le Dieu des Juifs, il est vrai, était appelé le Dieu des montagnes ; mais du haut de leurs montagnes, les Juifs entendaient les chants idolâtres de la Phénicie. On célébrait les fêtes d’Adonis à Byblos, celles d’Hercule à Tyr, et partout celles de Moloch, cultes riants et poétiques qui les attiraient à l’Idolâtrie. Les Juifs étaient entrés dans ce pays d’un aspect si sévère, et, pour me servir de l’expression grossière que l’Écriture emploie à dessein, ils laissent derrière eux les oignons et les marmites d’Égypte ; ils en regrettaient l’Idolâtrie et les festins ; on ne pouvait donc protéger cette doctrine de l’unité de Dieu, qui faisait l’existence du peuple juif, que par une législation excessivement sévère.

62Dans notre humanité moderne où nous jouissons de tous les bienfaits du Christianisme, nous reculons devant ces effroyables nécessités au milieu desquelles ont vécu nos pères. Cependant, il fallait que les Juifs fussent séparés par des moyens violents ; et, quand je vois la grandeur du but, je ne m’informe pas des moyens qu’on a employés pour l’atteindre. Le but, le voici : c’est que l’élément multiple des religions de l’Antiquité trouvât un élément d’unité auquel il pût s’allier ; la multiplicité païenne est entrée dans la vaste unité Chrétienne. Les Grecs avaient vaincu l’Orient ; les Romains

63[Page 4]

64tout le monde connu, ce qui veut dire qu’ils avaient imposé au monde leur langue et leur religion ; depuis Alexandre, on parlait grec dans tout l’Orient, et, sous la domination romaine, on parlait indifféremment grec et Latin depuis Gadès jusqu’à l’Euphrate. Les Romains avaient de plus imposé aux peuples leur jurisprudence ; ils avaient partout des prêteurs qui, au moins en cas d’appel, rendaient la justice. À quel prix reçoit-on une langue, une religion et une jurisprudence étrangères ? La langue exprime tous les sentiments, la loi civile règle toutes les actions, tous les droits, tous les devoirs ; lors donc qu’on accepte la langue et la loi civile d’un peuple, on sacrifie une forte partie de son individualité ; ainsi, le monde avait renoncé à son originalité ; les Grecs et les Romains vieillissaient, leur religion vieillissait avec eux ; on n’y croyait plus, et cependant on n’en avait pas d’autre. Seul le peuple juif n’avait pas perdu son originalité ; il s’était entièrement soustrait à l’influence de Rome, et en grande partie à celle des Grecs. Ce petit peuple juif a sauvé le monde : lorsque tout avait disparu sous la Grèce et sous Rome, lorsqu’il n’y avait plus ni nationalité ni originalité, le peuple juif, énergique, barbare, jeune encore, a régénéré le monde ; de là est parti le principe nouveau qui a rajeuni l’esprit humain, je dis l’esprit et non pas le caractère ; car il a fallu que les hommes du Nord vinssent pour le régénérer. C’est alors que le genre humain a atteint un développement qui depuis s’est progressivement étendu.

Notes

11 La leçon d’introduction du cours de philosophie professé à l’École Normale en 1827-1828 porte le titre « Unité de la philosophie et de l’histoire. Qu’est-ce que la philosophie primitive ? ». Elle se compose de deux parties ; la première, ici retranscrite, traite de l’unité de la philosophie et de l’histoire et la deuxième présente l’origine historique de la philosophie. La transcription que je propose s’appuie sur le manuscrit de Nicolas conservé dans le « Fonds Michelet » de l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm (Ms9, « Cours d’histoire professé à l’École Normale, 1827-1828. -16 cahiers en 2 vol., 472 f) ; elle a en outre été comparée à celle de F. Berriot (« trans. Berriot I », pp. 1-5).

12 Pour des raisons d’ordre pratique, le texte des cours fait l’objet d’une pagination particulière indiquée entre crochets à laquelle je me réfère dans le présent travail.

13 F. Berriot transcrit ainsi : « Je sens en moi une force active et libre ; autour de moi, des choses contrarient l’usage de cette liberté » (« trans. Berriot » I, p. 1).

14 F. Berriot transcrit « que la philosophie était infiniment préférable à l’histoire ».

15 Ce cours est établi à partir des notes prises par Chéruel qui figurent dans le deuxième microfilm du « Fonds Michelet » (Ms 9, MR 82). La transcription proposée ici a été réalisée à partir du microfilm du manuscrit de Chéruel. La transcription de F. Berriot figure dans le volume « Histoire, 1828-1829, rédactions manuscrites de Chéruel » (dactylographié, 242 p., texte imprimé, disponible à la Bibliothèque de la Maison des sciences de l’homme à Clermont-Ferrand, Cote : 83/34 MIC Cr. CHE), pp. 8-11. J’indique en note les rares divergences entre ma transcription et celle de F. Berriot.

16 F. Berriot transcrit « vraisemblable : elle » (« Trans. Berriot », p. 9).

17 F. Berriot transcrit « Et ce livre… », ibid.

18 La transcription de F. Berriot corrige, dans tout le cours, « Moyse » par « Moïse ».

19 F. Berriot transcrit « dur » (« trans. Berriot » II, p. 10)

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search