Version classiqueVersion mobile

Deux frontières aux destins croisés ?

 | 
Benjamin Castets Fontaine
, 
Maxime Kaci
, 
Jérôme Loiseau
, 
et al.

La différenciation territoriale, une opportunité ?

6

Des identités éclatées : l’Arc jurassien entre Confédération, France et Saint Empire (début xvie-fin xviie siècle)

Bertrand Forclaz

Texte intégral

1L’Arc jurassien, à l’époque moderne, est traversé par de nombreuses frontières politiques et confessionnelles, donnant naissance à autant d’identités éclatées, se déclinant en fonction des premières. On réfléchira ici à ces identités éclatées, principalement pour les territoires aujourd’hui suisses situés à l’ouest de l’ancienne confédération, à savoir la principauté épiscopale de Bâle et le comté de Neuchâtel, saisis dans leurs rapports avec la Franche-Comté. Deux types de frontières structurent ces identités : confessionnelles et religieuses, d’une part, politiques et territoriales de l’autre. Pour les premières, le moment constitutif est le xvie siècle, avec l’onde de choc de la Réforme suivie à la fin du siècle de la Contre-Réforme. Pour les secondes, la chronologie est plus longue, avec une première césure remontant au début du xvie siècle, avec la montée en puissance des États voisins, puis un second moment de cristallisation des frontières pendant la guerre de Trente Ans.

I. Les territoires concernés

  • 1 Sur l’évêché de Bâle, voir Rebetez (2006) et Crevoisier (2012).

2De quels territoires l’Arc jurassien est-il constitué aux xvie et xviie siècles ? La principauté épiscopale – ou évêché – de Bâle est à la fois un État (Stand) du Saint Empire* romain germanique et un pays allié de la Confédération ou Corps helvétique. Le prince-évêque de Bâle est en effet prince d’Empire et participe à la Diète impériale*, tout en étant allié à partir de la fin des années 1570 aux cantons catholiques de la Confédération ; une partie de ses territoires sont alliés par des traités de combourgeoisie* aux cantons confédérés voisins, en particulier celui de Berne, notamment la ville de Bienne, qui siège même à la Diète*, l’assemblée des représentants des cantons et unique institution confédérale1.

  • 2 Sur le comté de Neuchâtel à l’époque moderne, voir Henry (2011).

3Le comté de Neuchâtel présente également un caractère hybride : il appartient aux xvie et xviie siècles à la famille noble française des Orléans-Longueville, tout en étant également un pays allié de la Confédération – du fait des traités de combourgeoisie* liant le comte et la ville de Neuchâtel à plusieurs cantons, dont Berne2.

II. Le tournant du xvie siècle

4Au tournant du xvie siècle, après la fin des guerres de Bourgogne, on constate l’irruption dans l’Arc jurassien de plusieurs acteurs politiques européens : la monarchie des Valois, qui s’empare du duché de Bourgogne* (la Bourgogne actuelle) ; la monarchie des Habsbourgs, qui obtient le comté de Bourgogne* (la Franche-Comté) ; la Confédération, qui occupe le comté de Neuchâtel pendant les guerres d’Italie, entre 1512 et 1529 – par crainte d’une intervention de la France dans ce territoire. L’influence de la France dans ce dernier territoire va se concrétiser par la succession des Orléans-Longueville, princes du sang, à la dynastie des Hochberg, comtes de Neuchâtel.

5À côté de ces annexions ou de ces successions, il convient de mentionner un autre instrument d’expansion territoriale, la combourgeoisie* : un traité par lequel le droit de bourgeoisie d’une ville est étendu aux habitants d’une autre ville, à une abbaye ou à un seigneur, contre des obligations principalement militaires et financières (Würgler, 2005). L’influence de la Confédération se marque dans l’Arc jurassien dès le xive et surtout le xve siècle par de nombreux traités de combourgeoisie* : au début du xve siècle, la ville et les comtes de Neuchâtel deviennent combourgeois de la ville de Berne – celle-ci obtient le droit d’arbitrer les différends entre les bourgeois de Neuchâtel et leur seigneur, droit qui sera l’instrument d’un véritable protectorat de Berne sur Neuchâtel. Dans l’évêché de Bâle voisin, des combourgeoisies* sont signées par plusieurs communautés, villes et abbayes avec les villes de Bâle, Berne et Soleure entre la fin du xive et le début du xvie siècle. Enfin, la ville d’Empire de Besançon signe également, en 1519, une combourgeoisie* avec des villes confédérées ou appartenant à l’espace de la Confédération – dont Berne et Neuchâtel.

6Ces combourgeoisies* obéissent à des logiques diverses. Pour les cantons, il s’agit d’une logique d’expansion : en effet, les traités de combourgeoisie* précèdent souvent l’incorporation d’une ville ou d’une région au territoire d’un canton. Ainsi, le pays de Vaud, dont une bonne partie était déjà liée par des combourgeoisies* avec les villes de Berne et Fribourg, est-il conquis par les Bernois et les Fribourgeois en 1536, lorsque le duché de Savoie est envahi par François Ier. Les acteurs faibles militairement comme les abbayes recherchent à travers la combourgeoisie* une protection militaire. Pour les villes, il y a également une logique de protection face aux ambitions territoriales des monarchies, mais aussi une logique d’émancipation de leurs seigneurs – dans le cas du comté de Neuchâtel, la combourgeoisie* affaiblit le seigneur face à la ville de Neuchâtel, tandis que dans la principauté épiscopale de Bâle, ce sont les bailliages* méridionaux et la ville de Bienne qui échappent en partie à l’autorité de l’évêque par le biais de ces traités.

7La situation de l’Arc jurassien au cœur de l’espace lotharingien*, entre les ambitions concurrentes de la France et du Saint Empire*, entraîne du point de vue politique d’autres liens encore avec la Confédération. À la suite des guerres de Bourgogne et du partage des possessions des ducs de Bourgogne entre la France (pour l’actuelle Bourgogne) et le Saint Empire* (pour la Franche-Comté), ces deux territoires sont neutralisés au début du xvie siècle, afin d’éviter des conflits armés entre la France et les Habsbourgs dans cette région. Les Confédérés sont désignés comme les garants de cette neutralité (Windler, 2009).

8On a donc affaire à un espace polycentrique du point de vue politique, marqué par l’émergence de plusieurs acteurs – la monarchie française, les Habsbourgs, les cantons confédérés.

III. La Réforme dans l’Arc jurassien

  • 3 Pour la Franche-Comté, voir Febvre (1976 [1911]) ; pour le pays de Montbéliard, voir Debard (1984).

9Cette émergence accompagne les évolutions religieuses, et en particulier la Réforme. Celle-ci touche l’Arc jurassien, créant à la fois de nouvelles frontières et des identités transfrontalières. Il importe en premier lieu de souligner qu’il y a plusieurs lignes de fracture de part et d’autre du Jura : on trouve en effet des protestants et des catholiques en Franche-Comté (Franche-Comté catholique, comté de Montbéliard luthérien) comme dans les territoires composant l’actuel Jura suisse (pays de Vaud et comté de Neuchâtel réformés, évêché de Bâle en partie catholique et en partie réformé). Le facteur déterminant, pour expliquer la fracture confessionnelle au xvie siècle, est la situation politique. En effet, la Franche-Comté dépend des Habsbourgs, puis des Habsbourgs d’Espagne, et reste catholique, malgré une certaine pénétration des idées protestantes jusqu’en 1575. Plus au nord, le comté de Montbéliard, qui appartient aux ducs de Wurtemberg, devient luthérien à la suite de ses seigneurs3.

  • 4 Sur la Réforme dans le comté de Neuchâtel, voir Morerod, Pétris, Léchot et Noyer (2009) ; pour l’év (...)

10Dans la Confédération, le pays de Vaud et le comté de Neuchâtel adoptent la Réforme sous l’influence du canton de Berne : dans le pays de Vaud, la Réforme est imposée par Berne à la suite de la conquête de 1536, tandis qu’à Neuchâtel, les bourgeois votent – à une faible majorité – en faveur de la Réforme, sous l’influence de leur puissant voisin et combourgeois. Il en va de même dans la principauté épiscopale de Bâle – pour ce qui est de sa partie méridionale, puisque les bailliages* septentrionaux, où l’évêque s’installe après le passage de la ville de Bâle à la Réforme, restent catholiques. Dans la ville de Bienne, l’adoption de la Réforme a lieu en 1528, tandis que dans les bailliages* méridionaux, ce sont Bienne et Berne qui sont à la manœuvre pour favoriser, voire imposer, la Réformation, qui rencontre parfois de fortes résistances, par peur de l’influence bernoise ou par attachement à la foi traditionnelle4. De manière générale, le but des autorités, catholiques aussi bien que protestantes, est d’assurer l’homogénéité confessionnelle des territoires qu’elles contrôlent. C’est le principe Cujus regio, Ejus religio, « la religion du prince est celle de ses sujets ». Exceptions notoires, le comté de Neuchâtel, puisque les Orléans-Longueville restent catholiques, et la principauté épiscopale de Bâle, le prince-évêque ayant des sujets protestants.

Figure 1. La Réforme dans l’évêché de Bâle

Figure 1. La Réforme dans l’évêché de Bâle

Source : Rebetez Jean-Claude (éd.), 2006, Pro Deo. L’ancien évêché de Bâle du ive au xvie siècle, Porrentruy/Delémont, Fondation des Archives de l'ancien évêché de Bâle/Éditions D+P SA, p. 305. © Archives de l'ancien évêché de Bâle.

11Cette carte confessionnelle en « taches de léopard », qui découle du morcellement politique de l’Arc jurassien, entraîne une conséquence intéressante du point de vue des contacts transfrontaliers : on observe des solidarités confessionnelles qui transcendent les frontières politiques. Au xvie siècle, la Réforme suisse – d’inspiration zwinglienne, puis calviniste – se répand à Montbéliard. D’autre part, des réformateurs français, en particulier Guillaume Farel, sont actifs à Neuchâtel et dans l’évêché de Bâle. Enfin, frontières ecclésiastiques et politiques ne coïncident pas : l’Ajoie, qui dépend du prince-évêque de Bâle au temporel, appartient au diocèse de Besançon jusqu’au dernier quart du xviiie siècle, d’où des échanges entre la Franche-Comté et l’Ajoie, notamment au sein du clergé.

  • 5 Sur Le Landeron, voir Léchot (2003) et Bartolini (2007).

12Par ailleurs, les frontières ne sont pas des tracés, mais plutôt des pointillés, avec des enclaves et des zones de coexistence. Le comté de Neuchâtel compte ainsi une enclave catholique, la châtellenie du Landeron, dont les habitants se sont appuyés sur leur combourgeoisie* avec le canton catholique de Soleure pour garder l’ancienne foi malgré les pressions bernoises et neuchâteloises5. À la frontière entre le comté de Montbéliard et l’évêché de Bâle, l’évêque de Bâle et le comte de Montbéliard se partagent l’autorité temporelle sur des villages « mi-partis », où coexistent catholiques et protestants, tandis que dans quelques villages de la prévôté de Moutier-Grandval, dans l’évêché de Bâle, catholiques et réformés cohabitent également. Enfin, ces frontières confessionnelles ne sont pas fixées une fois pour toutes, elles se déplacent, principalement au xvie siècle.

IV. La fin du siècle : reflux de la Réforme et des combourgeoisies*

13Jusqu’au dernier quart du siècle et à l’épiscopat de Jacques Christophe Blarer von Wartensee, il y a des protestants au sein de la population de Porrentruy, pourtant capitale de l’évêché de Bâle ! L’évêque Blarer von Wartensee, qui signe une alliance avec les cantons catholiques visant notamment à la défense de la foi catholique, réussit par ailleurs à obtenir l’annulation de combourgeoisies* qui affaiblissaient son autorité dans une partie de son évêché et à recatholiciser les seigneuries auparavant combourgeoises de Bâle. Il s’efforce également de restaurer son autorité politique, avec un succès certain, dans les bailliages* méridionaux de l’évêché (Chèvre, 1963).

14On observe une évolution similaire en Franche-Comté, où il y a des foyers réformés tout au long du xvie siècle. La Franche-Comté appartient depuis le milieu du siècle à la branche espagnole des Habsbourgs, championne du catholicisme. En 1575, des troupes en provenance de Genève, composées notamment de réformés comtois, de huguenots français et de Suisses, cherchent à s’emparer de Besançon pour y imposer la Réforme, mais elles échouent (Febvre, 1976 [1911]). Quelques années plus tard, en 1579, sous la pression du parlement de Dole, la ville ne conclut une combourgeoisie* qu’avec les villes catholiques de Fribourg et Soleure, et pas avec celle, protestante, de Berne – et en 1589, sous les pressions du roi d’Espagne, Besançon renonce à la combourgeoisie* (Courtieu, 2002). Renforcement politique de la monarchie et renforcement confessionnel du catholicisme vont donc de pair.

V. La guerre de Trente Ans (1618-1648) : une cristallisation des identités territoriales et confessionnelles

  • 6 Sur la guerre de Trente Ans dans les territoires concernés, voir Forclaz (2013a et b).

15Les deux territoires considérés ici sont impliqués à des titres divers dans la guerre de Trente Ans, dont l’épicentre est le Saint Empire* romain germanique, et qui voit s’opposer les Habsbourgs d’Autriche, la dynastie impériale, l’Espagne et les territoires catholiques de l’Empire d’un côté, de l’autre les territoires protestants de l’Empire, la Suède et la France. Comme le prince-évêque de Bâle s’est allié aux princes catholiques de l’Empire avant le début du conflit, les bailliages* « impériaux » de l’évêché, qui est situé à proximité des théâtres des opérations, l’Alsace et la Franche-Comté, sont occupés à plusieurs reprises par les armées impériales d’un côté, franco-suédoises de l’autre, à partir de 1635, et placés sous « protection » française jusqu’à la fin de la guerre – l’évêque quitte sa capitale et vit en exil dans un château situé sur territoire soleurois. La partie « helvétique » de l’évêché, en revanche, et le comté de Neuchâtel sont protégés par leur appartenance au Corps helvétique et considérés comme compris dans sa neutralité, déclarée par la Diète* en 16326.

16Pendant la guerre, donc, on observe une frontière tangible entre territoires « impériaux » occupés d’une part, territoires « helvétiques » neutres de l’autre. Comment cette frontière est-elle ressentie ? Et constate-t-on une appartenance « impériale » ou « suisse » dans les différents territoires concernés ?

VI. Des identités éclatées : le prisme des frontières

17Pour ce qui est de l’évêché de Bâle, tout d’abord, les sources – actes judiciaires et correspondances – révèlent une frontière intérieure nette entre la partie « germanique » ou « impériale » et la partie « suisse ». Dans la partie impériale de l’évêché de Bâle, on observe un soutien des Habsbourgs comme défenseurs du catholicisme, qui se retrouve dans des journaux personnels de membres des élites ecclésiastiques et politiques. Il s’avère bien sûr malaisé d’établir si cette appartenance impériale s’étend au-delà des élites et concerne l’ensemble de la population.

18Une chose est sûre cependant : les habitants des bailliages* « impériaux » de l’évêché ne se considèrent pas comme Suisses. En effet, d’après des dépositions et des correspondances, les habitants des bailliages* « impériaux », quand ils se rendent dans les bailliages* « helvétiques », vont « en Suisse ». Ainsi, après la fin de la guerre, un habitant de l’Ajoie, dans une déposition judiciaire, explique que pendant le conflit, il est allé vendre des biens en Suisse – il énumère ensuite des villages appartenant aux bailliages* méridionaux de l’évêché. De même, dans ses correspondances diplomatiques, l’évêque de Bâle mentionne la neutralité des bailliages* méridionaux, compris dans le territoire de la Confédération, pour prévenir des incursions des armées suédoises (Forclaz, 2013b). Il y a donc un consensus – semble-t-il – autour de la définition du territoire suisse, bien que les choses soient plus compliquées dans la définition de ce qu’est la partie « impériale » de l’évêché : si ces habitants parlent d’aller « en Suisse », se considèrent-ils pour autant comme habitants de l’Empire ?

19Qu’en est-il à Neuchâtel ? À partir du xvie siècle, le comté est appelé « comté de Neuchâtel en Suisse », et les comtes de Neuchâtel eux-mêmes recourent à cette dénomination. Les habitants de l’évêché de Bâle ne s’y trompent pas, puisque dans des dépositions judiciaires, encore une fois, ils mentionnent « Neuchâtel en Suisse » et affirment « aller en Suisse » lorsqu’ils s’y rendent. Pendant le conflit, cette appartenance s’avère primordiale pour maintenir le comté à l’abri du conflit : en effet, le comte de Neuchâtel, Henri II d’Orléans-Longueville, est aussi l’un des principaux généraux de Louis XIII, et il participe en particulier à l’invasion de la Franche-Comté, voisine de Neuchâtel, par la France en 1636. Il s’agit donc de préserver le comté d’incursions ou d’une invasion par les troupes espagnoles ou impériales. Les autorités neuchâteloises, dans leurs correspondances avec les parties au conflit, font donc tour à tour appel aux bons liens entretenus par Neuchâtel avec la France et à l’appartenance du comté à la Suisse : le Conseil d’État, l’organe qui assiste le représentant d’Henri II dans l’administration du comté, explique en 1636 dans une lettre à un officier français que le comté est « allié du Roy très chrétien, voire sous un prince français », tandis qu’en 1645, dans une lettre à un officier des armées impériales, il met en avant la « neutralité » du comté. Enfin, des correspondances et écrits personnels de cette période parlent des « lieux réformés de la Suisse » en y incluant Neuchâtel, ou de « notre patrie commune » à propos de la Confédération (Forclaz, 2013a).

20On voit donc une évolution contrastée entre ces régions voisines par rapport au xvie siècle et une cristallisation des identités territoriales autour de la Confédération qui traverse et divise ces territoires selon une frontière politique – définie par les combourgeoisies* avec les cantons – et une frontière confessionnelle. La Franche-Comté, autre terre impériale soumise aux affres de la guerre de Dix Ans à partir de 1635, s’efforce d’obtenir le soutien de la Confédération, garante de sa neutralité depuis le début du xvie siècle, mais sans succès : s’il y avait une identité transfrontalière symbolisée par les combourgeoisies* et par le rôle des XIII cantons comme garants de la neutralité de la Franche-Comté, elle s’estompe face aux troupes qui mettent la Franche-Comté à feu et à sang. Bien que les conséquences en soient un peu moins dramatiques, la partie impériale de l’évêché de Bâle connaît un sort assez semblable : malgré l’alliance avec les cantons catholiques, ceux-ci ne s’engagent guère lors des occupations par les troupes franco-suédoises et impériales. À cet égard, ces deux territoires, l’un comme l’autre terres d’Empire, connaissent un sort assez similaire.

21Il importe de ne pas présenter une vue trop statique de ces identités : en effet, dans la partie impériale de la principauté épiscopale de Bâle, au cours des années 1640, des notables locaux et un abbé appellent de leurs vœux ou œuvrent à rétablir des liens avec le canton de Berne, malgré la différence confessionnelle – de toute évidence, la neutralité qui s’étend sur la partie helvétique de l’évêché est un argument concret en faveur d’une alliance avec leur voisin.

  • 7 Sur Koenig, voir Bitterli, Steinauer, Villiger (2006) ; sur les échanges économiques, voir Radeff (...)

22Par ailleurs, les documents – actes judiciaires, correspondances – révèlent les échanges intenses de part et d’autre de la frontière, en particulier économiques, mais aussi religieux. Les échanges économiques, tout d’abord, sont notamment liés au commerce du sel en provenance de Salins, en Franche-Comté, auquel participent des membres des élites confédérées, tel le Fribourgeois François-Pierre Koenig, officier au service de l’Empire, qui est un associé des fermiers des salines. Des marchands bernois se rendent aussi à des foires, ainsi à Pontarlier, où les habitants des Verrières, dans le comté de Neuchâtel, vont vendre du beurre et du fromage, acheter des épices et du blé et emprunter de l’argent7. Quant aux échanges religieux, ils sont favorisés par la géographie diocésaine : l’Ajoie et la capitale de la principauté épiscopale de Bâle, Porrentruy, appartiennent à l’archidiocèse de Besançon, dont dépend aussi le diocèse de Lausanne. Pendant la guerre, on observe par conséquent le refuge de plusieurs congrégations de religieuses franc-comtoises – des ursulines puis des visitandines de Dole – à Porrentruy, puis à Fribourg, dans le diocèse de Lausanne. Plus globalement, on constate des mouvements de refuge, qui attestent des solidarités transfrontalières entre la Franche-Comté et le comté de Neuchâtel, ainsi qu’entre la Franche-Comté et le canton de Fribourg plus éloigné, également de confession catholique (Forclaz, 2012).

*

23Malgré ces échanges et ces mouvements de population, il est indéniable que la guerre de Trente Ans porte en germes des évolutions ultérieures : l’implantation de la France dans l’Arc jurassien, à travers l’occupation de la Franche-Comté et la protection de l’évêché de Bâle ; l’affaiblissement du Saint Empire*, avec la perte de l’Alsace, suivie de celle de Besançon, cédée à l’Espagne dans les années 1660 ; l’incorporation à la Confédération des territoires combourgeois des cantons, à savoir Neuchâtel et les bailliages* méridionaux de l’évêché de Bâle. De nouvelles frontières politiques émergent dans l’Arc jurassien, et leur combinaison avec les frontières confessionnelles contribue à l’éclatement et à la recomposition d’identités transfrontalières.

Bibliographie

Bartolini Lionel, 2007, Une résistance à la réforme dans le pays de Neuchâtel. Le Landeron et sa région (1530-1562), Neuchâtel, Alphil.

Bitterli Daniel, Steinauer Jean et Villiger Verena, 2006, Les chevauchées du colonel Koenig : un aventurier dans l’Europe en guerre 1594-1647, Fribourg, Éditions Faim de siècle.

Chèvre André, 1963, Jacques-Christophe Blarer de Wartensee : prince-évêque de Bâle, Delémont, Bibliothèque jurassienne.

Courtieu Jean, « Besançon (ville) », in Dictionnaire historique de la Suisse (DHS) [En ligne], version du 24 septembre 2002, URL : http://www.hls-dhs-dss.ch/textes/f/F7029.php.

Crevoisier Clément (éd.), 2012, Atlas historique du Jura, Porrentruy, Société jurassienne d’émulation/Cercle d’études historiques.

Debard Jean-Marc, 1984, « Le luthéranisme au pays de Montbéliard : une Église d’État, difficultés et réalités du xvie au xviiie siècle », Bulletin de la Société pour l’histoire du protestantisme français, n° 130/3, p. 345-382.

Febvre Lucien, 1976 [1911], Notes et documents sur la Réforme et l’Inquisition en Franche-Comté, Marseille, Laffitte Reprints.

Forclaz Bertrand, 2013a, « Turning Swiss? Border identities in the Swiss Confederation during the Thirty Years War », in Esser Raingard et Ellis Steven G. (éds), Frontier and border regions in early modern Europe, Hannover, Wehrhahn, p. 199-216.

— 2013b, « Identités de frontière. La principauté épiscopale de Bâle pendant la guerre de Trente Ans (1618-1648) », in Forclaz Bertrand (éd.), L’expérience de la différence religieuse dans l’Europe moderne (xvie-xviiie siècle), Neuchâtel, Alphil, p. 209-229.

— 2012, « Solidarités supraconfessionnelles. Réfugiés dans l’Arc jurassien pendant la guerre de Trente Ans (1618-1648) », Revue suisse d’histoire, n° 62/3, p. 373-389.

Henry Philippe, 2011, Le temps de la monarchie : politique, religion et société de la Réforme à la révolution de 1848, Neuchâtel, Alphil.

Léchot Pierre-Olivier, 2003, De l’intolérance au compromis. La gestion d’une coexistence confessionnelle, Le Landeron, xvie-xviiie siècle, Sierre, Éditions à la Carte.

Morerod Jean-Daniel, Pétris Loris, Léchot Pierre-Olivier et Noyer Frédéric (éds), 2009, Cinq siècles d’histoire religieuse neuchâteloise. Approches d’une tradition protestante, Genève, Droz.

Radeff Anne, 1996, Du café dans le chaudron : économie globale d’Ancien Régime (Suisse occidentale, Franche-Comté et Savoie), Lausanne, Éditions d’en bas.

Rebetez Jean-Claude (éd.), 2006, Pro Deo : l’ancien évêché de Bâle du iv e au xvi e siècle, Porrentruy, Fondation des Archives de l’ancien évêché de Bâle.

Windler Christian, 2009, « De la neutralité à la relation tributaire : la Franche-Comté, le duché de Bourgogne et le royaume de France aux xvie et xviie siècles », in Chanet Jean-François et Windler Christian (éds), Les ressources des faibles. Neutralités, sauvegardes, accommodements en temps de guerre (xvie-xviiie siècle), Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 163-185.

Würgler Andreas, 2005, « Combourgeoisie », in Dictionnaire historique de la Suisse (DHS) [En ligne], version du 03 août 2005, URL : http://www.hls-dhs-dss.ch/textes/f/F9829.php.

Notes

1 Sur l’évêché de Bâle, voir Rebetez (2006) et Crevoisier (2012).

2 Sur le comté de Neuchâtel à l’époque moderne, voir Henry (2011).

3 Pour la Franche-Comté, voir Febvre (1976 [1911]) ; pour le pays de Montbéliard, voir Debard (1984).

4 Sur la Réforme dans le comté de Neuchâtel, voir Morerod, Pétris, Léchot et Noyer (2009) ; pour l’évêché de Bâle, voir Rebetez (2006).

5 Sur Le Landeron, voir Léchot (2003) et Bartolini (2007).

6 Sur la guerre de Trente Ans dans les territoires concernés, voir Forclaz (2013a et b).

7 Sur Koenig, voir Bitterli, Steinauer, Villiger (2006) ; sur les échanges économiques, voir Radeff (1996).

Table des illustrations

Titre Figure 1. La Réforme dans l’évêché de Bâle
Crédits Source : Rebetez Jean-Claude (éd.), 2006, Pro Deo. L’ancien évêché de Bâle du ive au xvie siècle, Porrentruy/Delémont, Fondation des Archives de l'ancien évêché de Bâle/Éditions D+P SA, p. 305. © Archives de l'ancien évêché de Bâle.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/5913/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 327k

Auteur

Bertrand Forclaz est titulaire d’une habilitation en histoire moderne de l’université de Fribourg (Suisse) et d’un doctorat en histoire de l’École des hautes études en sciences sociales et de l’université de Fribourg (Suisse). Il est manager de la recherche à la Haute École pédagogique de Fribourg (Suisse). Il a notamment mené des recherches sur les identités politiques et confessionnelles dans l’Arc jurassien pendant la guerre de Trente Ans.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search