Version classiqueVersion mobile

Deux frontières aux destins croisés ?

 | 
Benjamin Castets Fontaine
, 
Maxime Kaci
, 
Jérôme Loiseau
, 
et al.

La différenciation territoriale, une opportunité ?

Introduction

La différenciation territoriale, une opportunité ?

Julien Chevillard et Stéphane Kronenberger

Texte intégral

1Après l’évocation initiale du lien entre délimitations de diverses natures et conflictualité, cette deuxième partie s’intéresse à la manière dont la différenciation territoriale peut ou non constituer un vecteur d’opportunité. Quatre contributions, étant l’œuvre de deux historiens, un géographe et un sociologue, tentent ainsi de répondre à cette interrogation. Bertrand Forclaz montre que l’Arc jurassien est traversé, à l’époque moderne, du fait notamment de la Réforme, de la Contre-Réforme, ou de la guerre de Trente Ans par de multiples frontières (politiques, confessionnelles), et analyse les identités éclatées qui résultent de ce morcellement. Robert Chapuis propose une chronique des transformations successives de la délimitation territoriale entre Bourgogne et Franche-Comté, de la Révolution française à nos jours, au gré des différents découpages administratifs envisagés ou décidés par le pouvoir central. Fabien Knittel, quant à lui, s’interroge sur l’existence ou non d’un effet frontière* entre France et Suisse au sein d’un corpus de textes agronomiques francophones, qui mettent en exergue les rapports personnels et les échanges d’idées existant au xixe siècle entre les agronomes lorrains ou comtois et leur collègue helvète Fellenberg. Cette circulation des savoirs a des conséquences pratiques en matière d’expériences agricoles ou éducatives et de transferts techniques. Enfin, Julien Chevillard se penche sur les mobilités professionnelles transfrontalières contemporaines à l’échelle du Bassin lémanique et de l’Arc jurassien, en insistant sur la manière dont celles-ci s’enracinent notamment dans des rapports reliant classes sociales et générations. On constate donc, à l’inverse de la première partie, un fort tropisme exercé sur les auteurs par la frontière franco-suisse. Ce dernier est néanmoins compensé par une prise en compte sur la longue durée des vicissitudes de la délimitation entre la Franche-Comté et la Bourgogne. Les présents chapitres couvrent par ailleurs un large spectre chronologique s’étendant du xvie siècle à l’année 2016, profondeur temporelle que l’on retrouve dans l’ensemble de l’ouvrage. Par leur caractère pluriel, ces textes interrogent la problématique des effets frontières* selon des perspectives variées, renvoyant ainsi à certaines des dynamiques les plus contemporaines de la recherche en sciences sociales.

I. Les relations au pouvoir central dans la construction des frontières : instruments politiques et effets identitaires

  • 1 « Traité par lequel le droit de bourgeoisie d’une ville est étendu aux habitants d’une autre ville, (...)

2La question de savoir si la différenciation territoriale est source d’opportunité amène d’emblée les auteurs à mettre en évidence les instruments politiques sous-jacents à la construction des frontières, et les dynamiques politiques et identitaires ainsi induites. Bertrand Forclaz présente le rôle joué par les combourgeoisies*1 dans la préfiguration des frontières politiques actuelles, soulignant notamment à quel point les frontières sont porteuses d’enjeux débordant largement les espaces physiques qu’elles délimitent. La frontière constitue ainsi « un espace marginal sur lequel s’est jouée de manière particulièrement explicite la construction nationale, dans ses dimensions territoriales et idéologiques » (Denert et Hurel, 2000, p. 142). De son côté, Robert Chapuis insiste sur la façon dont une frontière, même comme celle délimitant Bourgogne et Franche-Comté, est susceptible de s’estomper ou au contraire de se réactiver à tout moment, notamment en fonction d’évènements politiques.

3Ce caractère « malléable » et « plastique » des frontières se double de va-et-vient et d’interactions multiples entre plusieurs niveaux politiques. Dans cette partie comme dans les autres, apparaissent assez sensiblement les effets que produisent les relations entre pouvoirs centraux sur des reconfigurations plus locales et des rapports de proximité. Ainsi, l’industrialisation plus forte de la Franche-Comté, comparativement à la Bourgogne, évoquée par Robert Chapuis, s’explique pour une part par la volonté d’industriels suisses de préserver leur accès au marché français. Ce dernier souligne ainsi comment l’influence d’une frontière nationale sur le type de développement économique a, par ricochet, contribué à renforcer un peu plus une démarcation intérieure. Plus proche de nous, la forte augmentation des mobilités de travail transfrontalières qu’étudie Julien Chevillard a été indéniablement favorisée par la signature d’accords bilatéraux entre la Suisse et l’Union européenne. Mises sur pied dans une perspective plus globale de libéralisation des échanges économiques à longue distance, ces dispositions réglementaires ont néanmoins eu de profonds effets sur les mobilités transfrontalières à plus courte distance. En outre, le rapport qu’entretiennent les pouvoirs publics à la coopération transfrontalière varie considérablement en fonction de « la structure des relations centre-périphérie dans chacun des systèmes politiques en coopération », expliquant ainsi « la plus ou moins grande latitude laissée aux acteurs locaux par les acteurs centraux » (Leresche et Saez, 1997, p. 28), les différences en la matière entre la France et la Suisse fournissant un cas d’école.

4L’intensité de ces interactions entre différents niveaux est d’une certaine manière symptomatique de relations transfrontalières caractérisées par l’absence de référent institutionnel fort, dans la mesure où les zones de confins constituent avant tout des espaces fluides qui émergent de relations fonctionnelles (mouvement de travailleurs frontaliers*, investissements au-delà de la frontière, etc.) initiées par des acteurs frontaliers. Ainsi, postuler l’existence d’identités transfrontalières demeure problématique. En la matière, il est frappant de relever que la période actuelle, parfois présentée comme phase de globalisation ou d’européanisation, semble plus marquée de l’empreinte des États-nations que celle décrite par exemple dans la contribution de Bertrand Forclaz aux xvie et xviie siècles. Ce dernier montre en effet que des identités transfrontalières, confessionnelles notamment, étaient relativement fortes tant que les frontières politiques n’avaient pas encore acquis la force qui sera la leur avec la consolidation des États-nations consécutive aux traités de Westphalie de 1648, et tant qu’existait une non-coïncidence entre frontières politiques et confessionnelles.

5Des travaux ont néanmoins montré, à l’instar de ceux de Claudio Bolzman et Marie Vial sur les travailleurs frontaliers* du canton de Genève, l’émergence possible de formes d’identification à des espaces transnationaux, se traduisant par une participation à la vie sociale et culturelle du pays où s’effectue l’activité professionnelle quotidienne, participation qui outrepasse le statut de simples travailleurs. Ces individus perçoivent ainsi le Bassin franco-genevois comme une entité relativement homogène, ce qui représente « une tentative de vivre la frontière plutôt sur le mode de la continuité que sur celui de la rupture » (Bolzman et Vial, 2007, p. 246). Néanmoins, la question reste posée de savoir si de l’autre côté de la frontière, on peut également voir émerger des formes d’identification à un espace à la fois « régional » et « transnational ». À cet égard, force est de constater que l’idée d’un sentiment d’appartenance commun entre en contradiction avec d’autres représentations courantes du travailleur frontalier, parfois perçu comme un « profiteur » et comme un « envahisseur » jouant sur le différentiel économique entre deux États comme l’a souligné dans la contribution précédente Laurent Tissot.

  • 2 Comme c’est le cas également pour la frontière « virtuelle » entre Bourgogne et Franche-Comté, où R (...)

6Ainsi, les identités transfrontalières demeurent en gestation, à la fois changeantes et ambivalentes, constituant de ce fait un « objet non stabilisé » (Duchêne-Lacroix, 2014). Ce point est bien illustré par Fabien Knittel, qui montre comment les savoirs agronomiques (liés notamment au lait et à sa transformation) ont largement circulé entre la France et la Suisse, mais de façon variable, en fonction de périodes plus ou moins marquées par un chauvinisme économique sur fond de concurrence transfrontalière, ce qui empêche de fait d’y voir une identité professionnelle complètement affranchie des frontières. Il en ressort* au final que ce type de zones induit à maints égards des recompositions identitaires et des « emboîtements d’identités » diverses (Bach et Leresche, 1995), une « variabilité des identités, sans cesse construites, reconstruites ou déconstruites au gré d’interactions non congruentes » (Aymes et Péquignot, 2000, p. 44). Si ces derniers éléments rendent difficiles, voire pour certains « illusoires » (Debarbieux et al., 2007), l’émergence d’une identité collective forte2, ils font de ces espaces des laboratoires d’observation privilégiés pour ce type de phénomènes, sur lesquels les sciences sociales pourraient gagner à se pencher plus avant.

II. Passer les frontières : individus, réseaux et études au ras du sol

7La circulation des hommes et des idées est au cœur de la réflexion de plusieurs auteurs des présents chapitres, qui abordent cette question selon des perspectives nouvelles renvoyant à des changements de paradigme et à des inflexions épistémologiques relativement récentes. Pour analyser les phénomènes migratoires, les chercheurs en sciences sociales ont longtemps privilégié, soit le modèle dit « gravitaire », qui mesure l’intensité des échanges entre deux lieux en fonction de leurs populations respectives et de la distance qui les sépare (Zipf, 1946), soit la théorie des facteurs d’attraction répulsion issue des sciences économiques puisqu’il s’agit de l’application au domaine migratoire du modèle néoclassique d’équilibre walrassien, postulant que les individus rationnels quittent les régions à bas niveau de revenu (push areas) pour celles à haut niveau (pull areas) [Harris et Todaro, 1970 ; Lewis, 1954 ; Ravenstein, 1885, 1889]. Plus récemment, les tenants d’une approche davantage réticulaire, inscrite dans le temps long des phénomènes sociaux, ont démontré que l’espace, loin d’être homogène, était en fait parcouru par de multiples dynamiques. Paul-André Rosental s’appuie par exemple sur les travaux du géographe suédois Torsten Hägerstrand pour développer le concept de « projet migratoire », qui envisage la migration sur la longue durée, substituant ainsi à une simple perspective physique ou strictement économique une véritable vision historique. Torsten Hägerstrand insiste, en effet, sur l’existence de champs migratoires de longue durée structurés par des réseaux d’informations et d’interconnaissances :

Les migrations présentes sont liées aux migrations passées avant de l’être aux conditions socioéconomiques du moment. Ce résultat provient de l’interdépendance qui existe entre les migrants des époques successives […] À la base de ce processus on retrouve un relais précis, celui des liens interpersonnels qui unissent les migrants : on migre plus volontiers vers un endroit où l’on connaît déjà quelqu’un, ou du moins sur lequel on dispose déjà d’informations (Rosental, 1999, p. 94, reprenant les travaux de Hägerstrand, 1957).

  • 3 Cette traduction française est précédée de la préface de Jacques Revel intitulée « L’histoire au ra (...)

8Les sciences sociales ont été caractérisées durant les quatre dernières décennies par un déclin relatif de grands paradigmes comme le fonctionnalisme, le structuralisme ou encore le marxisme. Ce déclin relatif a favorisé l’avènement de nouvelles approches comme l’Alltagsgeschichte en Allemagne (Lüdtke, 1994), la micro-storia en Italie, ou encore la Nouvelle Histoire en France (Levi, 1989)3, sur fond d’influence croissante de l’anthropologie sociale sur les travaux réalisés par les historiens. La sociologie a parallèlement développé des approches de l’« acteur pluriel » attentives aux « plis singuliers du social » et à la « fabrication sociale des individus » (Lahire, 2013 ; Martucelli et Singly, 2009) ainsi qu’à la complexité des chaînes ou réseaux migratoires au sein desquels les acteurs s’insèrent (Faist, 2000), aux territoires circulatoires que ces chaînes et réseaux dessinent (Tarrius, 2010), et à la mobilité comme forme de capital (Kaufman et al., 2004). Ces perspectives nouvelles ont permis, grâce à l’utilisation de sources et de méthodes innovantes, de mieux se focaliser sur les trajectoires des individus et les groupes d’appartenance dans lesquels ils s’insèrent. Ce glissement du macro au micro est clairement perceptible, d’une part à travers le texte de Julien Chevillard qui s’intéresse aux trajectoires des travailleurs transfrontaliers*, et d’autre part au sein de la contribution de Fabien Knittel se fondant, pour restituer les réseaux agronomiques et l’intense circulation des idées se produisant en leur sein, sur l’analyse méticuleuse de nombreux échanges épistolaires et récits de voyage.

  • 4 Comme le montre le cas du développement industriel Franche-Comté, du Genevois français et de l’Alsa (...)

9La présente partie comme le volume dans son ensemble d’ailleurs, ne contient cependant aucune étude proprement prosopographique qui aurait eu le mérite d’éclairer la distribution géographique d’un groupe particulier (professionnel, confessionnel ou autres) de part et d’autre de la frontière entre la Franche-Comté et la Bourgogne ou séparant la France de la Suisse. La difficulté de la collecte des données explique sans nul doute cette absence de portraits de groupe (Bougeard et Prigent, 2016), pourtant fort utiles à une meilleure connaissance et compréhension des effets frontières* et des dynamiques qui les sous-tendent (Kronenberger, 2014). Hormis la contribution de Julien Chevillard qui montre que le travail frontalier a pu constituer une voie d’accès à un statut social ou à une mobilité sociale ascendante, sans doute plus difficile à atteindre en France, on aurait pu souhaiter un approfondissement des aspects socioéconomiques. En effet, si la différenciation territoriale est susceptible de représenter une source de développement économique4, le risque encouru parallèlement par ces zones est d’être perçues par le pouvoir central comme des espaces soumis à des forces centrifuges, du fait notamment d’interdépendances économiques fortes, qui nécessiteraient dès lors une forme de soutien économique, dans un effort pour les (re)« nationaliser » (Paasi, 1995). Le problème qui peut alors se poser est que les attentes exprimées par les populations et les représentants de ces zones ne soient plus comprises et entendues, voire perçues comme le produit d’influences extérieures.

10Néanmoins, une prise en compte plus fouillée des enjeux économiques apparaît dans la troisième et ultime partie de l’ouvrage, à travers par exemple la question du commerce du sel et des modalités de sa taxation, les dynamiques horlogères transfrontalières ou celle des crises douanières et de leurs conséquences en termes de création de succursales au-delà de la frontière pour préserver l’accès au marché étranger.

III. Les effets frontières* vus de l’échelle européenne

11Au final, des effets frontières* diversifiés et renvoyant à des temporalités ou des réalités multiples sont donc indéniablement perceptibles aux confins de la Suisse et de la Franche-Comté et, d’une manière moins prégnante, entre cette dernière et la Bourgogne. Tout en rendant compte de situations parfois éminemment locales, les auteurs ne se contentent cependant pas de penser cette différenciation territoriale uniquement pour elle-même, mais l’intègrent au contraire dans un champ de réflexion multiscalaire où la dimension européenne affleure à de multiples reprises et ceci sur la longue durée. Cette propension à élargir la focale constitue d’ailleurs une constante de l’ouvrage, notamment par l’intermédiaire d’une fréquente prise en compte du poids du voisin allemand tant en période de conflit armé qu’en temps de paix.

  • 5 Comme c’est d’une certaine façon le cas du Mouvement Franche-Comté (mouvement régionaliste autonom (...)
  • 6 Fonds européen de développement économique et régional.

12Bertrand Forclaz nous présente ainsi un Arc jurassien imbriqué, aux xvie et xviie siècles, au sein de l’espace lotharingien* où s’exprime la rivalité entre la France et le Saint Empire*. Fabien Knittel choisit lui aussi délibérément l’échelle européenne pour mettre en exergue les réseaux agronomiques existant au xixe siècle entre des individus polyglottes. Quant à Julien Chevillard, il inscrit d’emblée les mobilités professionnelles transfrontalières, observées au sein de l’Arc jurassien et du Bassin lémanique, dans le cadre des accords bilatéraux entre la Suisse et l’Union européenne. Dans le cas des confins entre la Franche-Comté et la Bourgogne, évoqués par Robert Chapuis, les enjeux liés aux effets frontières* semblent certes moindres, dans la mesure où la Révolution française, en démembrant les anciennes provinces au profit du découpage départemental, a rendu de fait la délimitation invisible. Puis au xixe siècle, un développement économique divergeant a amené les deux entités à se tourner ostensiblement le dos. Mais l’auteur montre que la limite perdure très nettement dans les esprits, en particulier côté comtois, et ceci sur la longue durée. Cette persistance est susceptible d’alimenter un courant régionaliste et autonomiste qui voit aujourd’hui dans l’Union européenne un nouvel horizon politique pour faire aboutir certaines de ses revendications5 (De Winter, Gomez-Reino Cachafeiro, 2002 ; Gomez-Reino Cachafeiro, Pasquier, 2004). En effet, la construction européenne a dans une certaine mesure favorisé la reconnaissance institutionnelle des régions (Comité des régions issu du traité de Maastricht par exemple) et développé toute une série de structures et d’instruments (le FEDER*6, les programmes Interreg* de coopération interrégionale, transfrontalière ou visant notamment à la création d’« eurorégions » transnationales, etc.) dont la finalité est de faire émerger les régions comme un acteur politique à part entière.

13Ces revendications régionalistes ou autonomistes illustrent bien le défi que représente au niveau européen la gestion des différenciations territoriales et des divers sentiments identitaires ou particularistes, qui parfois s’y articulent. L’enjeu en la matière étant de continuer à faire de ces différenciations territoriales un atout en termes de développement et non un « facteur de fragmentation spatiale » (Tétart, 2010).

Bibliographie

Aymes Marc et Pequignot Stéphane, 2000, « Questions d’identité : l’apport de Fredrik Barth », Labyrinthe, n° 7, p. 43-47.

Bach Daniel et Leresche Jean-Philippe, 1995, « Frontières et espaces transfrontaliers », Revue internationale de politique comparée, vol. 2, n° 3, p. 443-450.

Bolzman Claudio et Vial Marie, 2007, Migrants au quotidien : les frontaliers. Pratiques, représentations et identités collectives, Zurich, Éditions Seismo.

Bougeard Christian et Prigent François (dir.), 2016, La Bretagne en portrait(s) de groupe. Les enjeux de la méthode prosopographique (Bretagne, xviiie-xxe siècle), Rennes, Presses universitaires de Rennes.

De Winter Lieven et Gomez-Reino Cachafeiro Margarita, 2002, « European Integration and Ethnoregionalist Parties », Party Politics, vol. 8, n° 4, p. 483-503.

Debarbieux Bernard, Velasco-Graciet Hélène, Hirt Irène et Chichignoud Carole (éds), 2007, Cahiers Géographiques, n° 7 Identités et territorialités dans l’agglomération transfrontalière franco-valdo-genevoise. Une enquête exploratoire.

Delaugere Jean-Baptiste, 2011, « “Je t’aime, moi non plus” : le frontalier dans la construction d’une métropole genevoise transfrontalière », Questions de communications, n° 12, p. 135-148.

Denert Olivier et Hurel Harold, 2000, « De l’espace frontalier au territoire transfrontalier », Labyrinthe, n° 6, p. 141-148.

Duchene-Lacroix Cédric, 2014, « Éléments de justification d’une identité transfrontalière par des étudiants avancés de cursus transfrontalier », in Koukoutsaki-Monnier Angeliki (dir.), Identités (trans)frontalières au sein et autour de l’espace du Rhin supérieur, Nancy, Presses universitaires de Nancy/Éditions universitaires de Lorraine, p. 157-174.

Faist Thomas, 2000, The Volume and Dynamics of International Migration and Transnational Social Spaces, Oxford, Oxford University Press.

Gomez-Reino Cachafeiro Margarita et Pasquier Romain, 2004, « Les partis régionalistes et nationalistes en Europe du Sud », Pôle Sud, n° 20, p. 3-7.

Hägerstrand Torsten, 1957, « Migration and area: Survey of a sample of Swedish migration fields and hypothetical considerations on their genesis », in Hannerberg Davis, Hägerstrand Torsten et Odeving Bruno (éds), Migration in Sweden: A symposium, Lund, Gleerup, p. 27-158.

Harris John R. et Todaro Michael P., 1970, « Migration, Unemployment and Development: A Two-Sector Analysis », American Economic Review, vol. 60, n° 1, p. 126-142.

Kaufmann Vincent, Bergman Manfred Max et Joye Dominique, 2004, « Motility: Mobility as capital », International Journal of Urban and Regional Research, vol. 28, n° 4, p. 745-756.

Kronenberger Stéphane, 2014, « Des fromagers suisses en Franche-Comté. Compétences, pluriactivité et réseaux (1850-1914) », Histoire et sociétés rurales, vol. 41, n° 1, p. 55-87.

Lahire Bernard, 2013, Dans les Plis singuliers du social. Individus, institutions, socialisations, Paris, La Découverte.

Leresche Jean-Philippe et Saez Guy, 1997, « Identités territoriales et régimes politiques de la frontière », Pôle Sud, n° 7, p. 27-47.

Levi Giovanni, 1989, Le pouvoir au village. Histoire d’un exorciste dans le Piémont du xviie siècle, Paris, Gallimard.

Lewis William Arthur, 1954, « Development with unlimited supplies of labour », Manchester School of Economics and Social Studies, n° 20, p. 139-192.

Lüdtke Alf (dir.), 1994, Histoire du quotidien, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Martuccelli Danilo et Singly François (de), 2009, Les sociologies de l’individu, Paris, Armand Colin.

Paasi Anssi, 1995, « The social construction of peripherality. The case of Finland and the Finnish-Russian border area », in Eskelinen Heikki et Folke Snickars (éds), Competitive European Peripheries, Heidelberg, Springer Verlag, p. 235-258.

Ravenstein Ernst Georg, 1889, « The laws of migration », Journal of the Royal Statistical Society, vol. 52, n° 2, p. 241-305.

 1885, « The laws of migration », Journal of the Royal Statistical Society, vol. 48, n° 2, p. 167-235.

Revel Jacques (dir.), 1996, Jeux d’échelles. La microanalyse à l’expérience, Paris, Gallimard/Seuil.

 1989, « L’histoire au ras du sol », préface, in Levi Giovanni, Le Pouvoir au village. Histoire d’un exorciste dans le Piémont du xviie siècle, Paris, Gallimard, p. i-xxxiii.

Rosental Paul-André, 1999. Les sentiers invisibles. Espace, familles et migrations dans la France du xixe siècle, Paris, Éditions de l’EHESS.

Tarrius Alain, 2010, « Territoires circulatoires et étapes urbaines des transmigrant(e)s », Regards croisés sur l’économie, n° 8, p. 63-70.

Tetart Frank, 2010, « Les nationalismes “régionaux” en Europe, facteur de fragmentation spatiale ? », L’Espace Politique [En ligne], n° 11, mis en ligne le 16 novembre 2010, URL : http://espacepolitique.revues.org/1647 [consulté le 04 janvier 2017].

Zipf George Kingsley, 1946, « The P1P2/D hypothesis: on the intercity movement of persons », American sociological review, vol. 11, n° 5, p. 677-686.

Notes

1 « Traité par lequel le droit de bourgeoisie d’une ville est étendu aux habitants d’une autre ville, à une abbaye ou à un seigneur, contre des obligations principalement militaires et financières » (voir la contribution de Bertrand Forclaz dans cet ouvrage).

2 Comme c’est le cas également pour la frontière « virtuelle » entre Bourgogne et Franche-Comté, où Robert Chapuis relève l’absence d’un sentiment d’appartenance commune qui transcenderait cette démarcation interne.

3 Cette traduction française est précédée de la préface de Jacques Revel intitulée « L’histoire au ras du sol ».

4 Comme le montre le cas du développement industriel Franche-Comté, du Genevois français et de l’Alsace qui s’est effectué pour bonne part à l’aide de capitaux suisses, ainsi que les retombées économiques du travail frontalier notamment en termes de manne fiscale, de développement de zones de chalandise et d’essor du secteur de la construction pour les communes frontalières.

5 Comme c’est d’une certaine façon le cas du Mouvement Franche-Comté (mouvement régionaliste autonomiste) dont le président fut par ailleurs membre fondateur et longtemps dirigeant du Parti fédéraliste France, section française du Parti fédéraliste européen.

6 Fonds européen de développement économique et régional.

Auteurs

Julien Chevillard est doctorant à l’Institut des sciences sociales (ISS) de l’université de Lausanne et chargé de recherche à l’université de Lausanne. Il prépare une thèse sur les travailleurs frontaliers. Ses recherches portent sur les questions de classes sociales et d’inégalités sociales, de mobilités sociales et spatiales, ainsi que sur des questions liées à la sociologie de la quantification (construction et historicité des catégories socioprofessionnelles).

Stéphane Kronenberger est historien de l’époque contemporaine spécialiste de la question migratoire. Il a soutenu à l’université de Nice Sophia-Antipolis une thèse intitulée Des temps de paix aux temps de guerre : les parcours des travailleurs étrangers de l’est et du sud-est de la France (1871-1918). Actuellement post-doctorant au sein du laboratoire TELEMME (Aix-Marseille Université/CNRS), il poursuit ses recherches sur les internés civils retenus dans les camps du sud-est de la France durant le premier conflit mondial. Il prépare parallèlement une histoire de l’immigration en Franche-Comté du <span style="font-variant:small-caps;">xix</span><sup>e</sup> au <span style="font-variant:small-caps;">xxi</span><sup>e</sup> siècle et a récemment publié en 2018 l’ouvrage intitulé Les travailleurs étrangers et la Grande Guerre en Franche-Comté (Montbéliard, AECI). Il est enfin le rédacteur de l’exposition itinérante « Bourgogne-Franche-Comté. Présence des Suds » produite et coordonnée par le groupe de recherche ACHAC en partenariat avec le Réseau information jeunesse Bourgogne-Franche-Comté.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search