Version classiqueVersion mobile

Deux frontières aux destins croisés ?

 | 
Benjamin Castets Fontaine
, 
Maxime Kaci
, 
Jérôme Loiseau
, 
et al.

De la violence frontalière : des territoires à risques ?

5

De la frontière haineuse à la frontière aimante : des espaces en question

Laurent Tissot

Texte intégral

Figure 1. Tract du MCG contre le financement des parkings

Figure 1. Tract du MCG contre le financement des parkings

Source : Le Citoyen, mai 2014, bibliothèque de Genève, cote BGE Rc 1479 © Mouvement citoyens genevois.

1Ce tract n’est pas passé inaperçu ni à Genève, ni ailleurs1. Le Mouvement citoyens genevois (MCG) l’a diffusé à l’occasion du référendum lancé contre le projet de loi accepté par le législatif du canton de Genève le 29 août 2013 et ouvrant un crédit au titre de subvention d’investissement de 3 129 406 francs suisses pour les années 2013 à 2015 à titre de participation au financement de la construction, sur le territoire français, de cinq parcs relais d’intérêt transfrontalier. Seul contre tous et à l’issue d’une campagne acharnée, le MCG réussit son coup : le 18 mai 2014, 51,1 % des citoyens genevois l’ont rejoint dans son refus et ont fait capoter le projet2. Celui-ci visait à désengorger les routes genevoises du trafic généré par les pendulaires, Français ou Suisses, venant de la France. Car les chiffres sont éloquents : 90 000 frontaliers* viennent travailler chaque jour dans la cité de Calvin. On peut aisément comprendre que ce trafic transfrontalier provoque des nuisances et entraîne des mesures visant à les réduire. Les autorités genevoises voulaient inciter les frontaliers* à se servir des transports publics pour diminuer l’utilisation des véhicules privés. La majorité de l’électorat n’en a rien voulu savoir, laissant la question ouverte et les impacts toujours aussi pesants.

2Au-delà des problématiques soulevées, celle de la construction de parkings mais plus généralement celles qui touchent à l’environnement, les propos contenus dans l’encart interpellent par leur virulence : « l’invasion des frontaliers* », « les Gaulois rigolent » réactivent des vieux stéréotypes qui prêtent aux habitants de la France voisine le rôle de profiteurs : en bénéficiant de salaires « suisses », ils peuvent encore compter sur la naïveté de ces mêmes Suisses prêts à construire des parkings et à favoriser la venue de nouveaux frontaliers* alors que de nombreux besoins ne sont pas couverts dans le canton. Les coûts explosent (240 millions d’euros !) sans que la moindre explication ne soit donnée. La conflictualité de la frontière apparaît ici dans toute sa vigueur. Loin de n’être qu’une séparation entre des entités politiques différentes, elle alimente les rancœurs et les jalousies ne laissant aucune prise à ce qu’elle pourrait unir et lier. Des affiches du même acabit et produites par le même mouvement ont fleuri sur les murs de Genève ces dix dernières années à l’occasion de votations portant sur les frontaliers* que ce soit sur leur nombre, leur origine, leur statut ou leurs droits (Delaugerre, 2012, p. 244 sqq.). Si le contexte genevois peut expliquer une animosité à leur encontre, ces manifestations rappellent d’autres rejets que l’exposition organisée par Francesco Garufo et Christelle Maire sur l’étranger dans l’affiche politique a bien montrés. Dès l’entre-deux-guerres, la porosité de la frontière est responsable de flux transfrontaliers où les mêmes stéréotypes sont véhiculés et les mêmes impacts dénoncés.

Figure 2. Otto Jakob Plattner, 1922 [?], « Extragabe an Ausländer 2 mal Nein » (« 2 fois non à une aumône supplémentaire aux étrangers ») 

Figure 2. Otto Jakob Plattner, 1922 [?], « Extragabe an Ausländer 2 mal Nein » (« 2 fois non à une aumône supplémentaire aux étrangers ») 

Source : © Zürcher Hochschule der Künste/Museum für Gestaltung Zürich/Plakatsammlung.

3En 1922, la vision d’une frontière haineuse est déjà perceptible dans toute sa réalité à Bâle à l’occasion d’une votation sur les naturalisations et sur l’expulsion pour atteinte à la sécurité de l’État3. Il ne s’agit pas encore ici de frontaliers*, mais d’étrangers présentés d’une manière très stéréotypée. Profitant de l’aubaine créée par l’ouverture de la frontière, ceux-ci avancent sans crainte et les mains tendues vers l’hôtel de ville où, juché sur une tour, un personnage aux couleurs du canton tient un récipient et distribue à la volée des écus d’or. Comme le disent Garufo et Maire, « l’image introduit l’idée que les étrangers jouissent d’un traitement privilégié et que ces abus creusent le déficit de la ville » (Garufo et Maire, 2013, p. 15). À l’arrière-plan et sans que personne ne s’en soucie, des « Suisses » sont maltraités, jetés hors de leur maison et ignorés de tous.

4Si ce n’est la caractérisation des « envahisseurs », la charge émotionnelle et les arguments déployés sont identiques entre les deux affiches. Aux yeux de leurs initiateurs, la frontière ne se comprend que fermée et son ouverture n’est que l’occasion pour les profiteurs de venir se servir indûment chez les voisins. Le message véhiculé est bâti sur le même registre : la frontière est une réalité justifiée et son ignorance source de malheurs.

5Que faut-il en conclure ? L’exagération de faits divers montés en épingle par des mouvements populistes ? L’incapacité sociopolitique de concevoir une frontière aimante, dépassionnée, faisant profiter à l’ensemble des populations des avantages que la cohabitation peut amener ? La manipulation de l’opinion publique n’est certes pas récente, mais la question de la frontière semble amplifier un phénomène qui rend faciles l’exacerbation des préjugés et l’opposition des conditions socioéconomiques. Au risque de tomber dans l’anachronisme, il serait très hasardeux de tirer des conclusions sur la base de deux exemples distants de plus de 80 ans et dont les conditions de production s’inscrivent dans des contextes différents. L’analyse de l’image, même si elle s’avère d’une richesse heuristique incommensurable, nécessite, avant toute utilisation, une critique formelle qui en délimite les tenants et aboutissants. Les exemples seraient d’ailleurs nombreux à montrer le contraire, soit la réalité de l’humanité de la frontière. Les témoignages abondent qui accréditent, notamment durant les deux guerres mondiales, les gestes de compassions transcrits parfois dans des actes courageux pour venir en aide à celles et ceux qui souffrent de l’autre côté : passages clandestins, ravitaillement, solidarités multiples, échanges d’informations, accueil momentané de résistants, etc. s’inscrivent dans un usage positif de la proximité (par ex. Feune et Woolcombe, 2007 ; Hebeisen, 2007 ; Favre, 2010 ; Rossé, 2015).

6Il reste qu’une réflexion sur le sens de la frontière mérite d’être menée d’une façon plus globale : la frontière ne peut-elle être que fondamentalement malfaisante ? La conflictualité est-elle inhérente à son existence puisque justement elle oppose et catégorise ? Accentuée durant les périodes de tensions – les guerres mondiales, les crises économiques –, elle s’atténuerait lors des périodes plus calmes ou prospères, mais sans jamais disparaître. A contrario, faut-il admettre qu’une frontière aimante n’est qu’une illusion savamment entretenue par des rhétoriques politiciennes soucieuses de désamorcer les tensions qui entourent son tracé ou par des initiatives, comme la Conférence transjurassienne*, qui envisagent les possibilités de collaborations dans les domaines économique, social, culturel ou symbolique pour faire croire à la réalité d’un espace, transjurassien en l’occurrence, et à une identité au sein de l’Europe ?

7Certains chercheurs ne se fient pas aux apparences. Derrière la vitrine du « vivre ensemble » se cachent des réalités différentes parce qu’inscrites dans des cadres institutionnels et juridiques établis et dont la frontière assure justement la raison d’être. Valeurs, traditions, authenticités, âmes, spécificités, les mots s’accumulent pour traduire cette réalité. À entendre certains politiques, ils se bousculent même dans le langage pour affirmer le nationalisme ou le chauvinisme qu’ils veulent parfois exprimer.

Les gens se respectent, s’estiment, mais n’ont pas de projets communs. Il existe peu de manifestations transfrontalières, de fêtes ou d’événements organisés ensemble. Quand on lit la presse, on ne sait pas ce qui se passe de l’autre côté de la frontière… Et quand on travaille sur des questions intéressant toute la région, comme les transports, la gestion des déchets ou la coopération universitaire, les consultations mettent en rapport les politiques et les techniciens, mais peu les populations (Hainard, 2011 [en ligne]).

8À suivre François Hainard, sous l’enseigne transjurassienne ne se rassembleraient que quelques âmes remplies de bonnes intentions, mais vite ramenées aux dures réalités nationales. Dans cette perspective, une frontière rend impossible la naissance d’une quelconque conscience collective. Tel un champ magnétique, elle est composée à ses extrémités de deux pôles indissociables et antagonistes qui ramènent immanquablement les acteurs à se positionner par rapport à eux et dans le pire des cas à verser dans les excès soulignés par les affiches en début d’article.

*

9Frontière haineuse ou frontière aimante ? Le curseur semble irrésistiblement attiré par le pôle négatif. Ce « bloc d’humanité nue », pour reprendre les termes d’Ivan Jablonka, restitue-il finalement l’essence de la frontière (Jablonka, 2012, p. 265) ? La conflictualité serait-elle le point de départ à partir duquel il faut construire un semblant de vie commune ? Ou ne faudrait-il pas considérer la frontière comme un espace en soi ? Elle ne serait pas seulement délimitation plus ou moins épaisse entre deux espaces distincts, mais créatrice de ses propres zones d’action dans lesquelles la conflictualité ne serait plus qu’un aspect parmi d’autres. En structurant différemment la réalité, la frontière aimante permet l’échange qui devient alors, par les contacts et négociations qu’il implique, une forme « civilisée » du conflit ou une transformation positive de celui-ci. On se rappelle à cet égard les propos de Peter Handke qui, dans son roman Le Chinois de la douleur, relate la conversation de cinq personnages – outre le maître de maison et le narrateur, un prêtre, un politicien, un peintre – qui s’étant retrouvés à la montagne autour d’un jeu de tarot abordent la question du seuil. Au cours de la discussion, Handke fait dire au prêtre que dans la conscience commune, le seuil signifie : passage d’un domaine à un autre. Mais ajoute-t-il : « Ce dont nous sommes moins conscients peut-être, c’est que le seuil est aussi en soi un domaine, mieux, un endroit particulier de mise à l’épreuve ou de protection » (Handke, 1986, p. 80). La frontière peut être logée à la même enseigne. C’est ainsi que de haineuse elle devient possiblement aimante.

Bibliographie

Delaugerre Jean-Baptiste, 2012, « Être frontalier en Suisse : le cas du canton de Genève », in Belkacem Rachid et Pigeron-Piroth Isabelle (éds), Le travail frontalier au sein de la Grande Région Saar-Lor-Lux : pratiques, enjeux et perspective, Nancy, Presses universitaires de Nancy, p. 237-253.

Favre Christian, 2010, Une frontière entre la guerre et la paix. Les échanges au quotidien autour de l’Arc jurassien (1937-1945), Neuchâtel, Alphil.

Feune Philippe et Woollcombe Stephan, 2007, Doubs-frontière : Goumois, village franco-suisse, Penthéréaz, Étude Association Développement 21.

Garufo Francesco et Maire Christelle, 2013, L’étranger à l’affiche. Altérité et identité dans l’affiche politique suisse 1918-2010, Neuchâtel, Alphil.

Hainard François, 2011 (janvier), « Jura sans frontières ?… Parentés, affinités et divergences », En direct, n° 234 [en ligne], URL : <http://endirect.univ-fcomte.fr/index.php?id=numero_236_13_1&art=2544> [consulté le 20 janvier 2017].

Handke Peter, 1986 [1983 pour l’édition allemande], Le Chinois de la douleur, Paris, Gallimard.

Hebeisen Philippe, 2007, Une histoire de la frontière neuchâteloise durant la Seconde Guerre mondiale : administration et politique face aux réfugiés, Les Verrières, 1939-1945, Neuchâtel, Alphil.

Jablonka Ivan, 2012, Histoire des grands-parents que je n’ai pas eus, Paris, Seuil.

Rossé Christian, 2015, Guerre secrète en Suisse : 1939-1945, Paris, Nouveau Monde Éditions.

Notes

1 Accessible sur le blog de Gabriel Doublet, en partenariat avec la Tribune de Genève : http://sanfargan.blog.tdg.ch/archive/2014/10/16/le-mcg-a-t-il-tue-le-grand-geneve-260815.html [consulté le 22 janvier 2017].

2 https://www.ge.ch/votations/20140518/ [consulté le 26 février 2019].

3 https://www.bk.admin.ch/ch/f/pore/vi/vis18t.html [consulté le 29 février 2019].

Table des illustrations

Titre Figure 1. Tract du MCG contre le financement des parkings
Crédits Source : Le Citoyen, mai 2014, bibliothèque de Genève, cote BGE Rc 1479 © Mouvement citoyens genevois.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/5888/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 605k
Titre Figure 2. Otto Jakob Plattner, 1922 [?], « Extragabe an Ausländer 2 mal Nein » (« 2 fois non à une aumône supplémentaire aux étrangers ») 
Crédits Source : © Zürcher Hochschule der Künste/Museum für Gestaltung Zürich/Plakatsammlung.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/5888/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M

Auteur

Laurent Tissot est professeur émérite d’histoire contemporaine à l’université de Neuchâtel (2006-2018). Il fût doyen de la faculté des lettres et sciences humaines de 2009 à 2011. Il effectua ses études universitaires à Lausanne, Londres et Paris. Il est également ancien président de la Société suisse d’histoire économique et sociale, ancien membre du Conseil de la recherche du Fonds national suisse de la recherche scientifique et ancien membre du comité et trésorier du Comité international des sciences historiques. Il est actuellement membre du bureau exécutif du Conseil international de philosophie et des sciences humaines (CIPSH). Ses principaux thèmes de recherche sont l’histoire des transports, du tourisme et des loisirs, et l’histoire de l’industrialisation (histoire des entreprises et histoire régionale).

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search