Version classiqueVersion mobile

Michelet, à la recherche de l’identité de la France

 | 
Aurélien Aramini

Conclusion

Texte intégral

  • 1 J.-C. Caron, « Michelet et le tournant de 1845 » dans Comment lire Le Peuple (1846), op. cit., p 5 (...)
  • 2 Christopher Lasch, Le seul et vrai paradis. Une histoire de l’idéologie du progrès et de ses criti (...)

1De l’unité fusionnelle de la nation au conflit des traditions, de l’Introduction à l’histoire universelle à la Bible de l’humanité, le parcours intellectuel de Michelet peut laisser perplexe le lecteur contemporain. En cherchant l’unité des classes sociales dans la patrie, la sagesse dans l’instinct populaire et la tradition de la Révolution française dans les antiquités aryennes, l’auteur de l’Histoire de France aborde des thématiques que le recul de l’histoire conduit à identifier, de manière anachronique et sans nuance, au courant des anti-Lumières. En connaissant la violence des luttes du XIXe siècle menées par les organisations ouvrières ou par les peuples colonisés, il faut reconnaître que l’œuvre micheletienne possède un côté « progressiste réactionnaire1 » même si son populisme, son communisme de cœur et sa critique du progrès méritent de le faire figurer parmi ces penseurs « petit-bourgeois » qui, selon Christopher Lasch2, furent trop rapidement oubliés alors qu’ils portaient, sur l’essor du capitalisme, un regard critique, certes non marxiste, mais politiquement fécond.

  • 3 J.-Y. Pranchère expose en ces termes ce que j’appelle l’équation originelle du XIXe siècle : « Le (...)
  • 4 B. Réizov, l’Historiographie romantique française, op. cit., p. 560.
  • 5 La formule et le diagnostic sont de Domenico Losurdo dans Fuir l’histoire ? La révolution russe et (...)
  • 6 B. Réizov, L’Historiographie romantique française, op. cit., p. 10. Toutefois, la proximité entre (...)

2Les concepts de fusion et de tradition ont-ils encore un sens pour nous ? En réinscrivant l’œuvre micheletienne dans les problèmes philosophique, historique et politique qu’elle affronte, il apparaît indéniablement qu’elle s’élabore dans un univers scientifique aujourd’hui dépassé. Certes, il est possible d’affirmer que l’intérêt de cet historien est d’être inactuel, hors jeu finalement et pour cela intempestif. Pourtant, une idée forte de son œuvre – qu’il n’est pas le seul à porter, même s’il le fait à sa manière – est profondément d’actualité. À l’aube du Siècle de l’histoire, Maistre a posé l’équation originelle du XIXe siècle : autorité = christianisme = tradition = vérité3. L’histoire invaliderait la Révolution et confirmerait la monarchie dans ses droits. Or, de l’Introduction à l’histoire universelle à la Bible de l’humanité, la pensée philosophique micheletienne consiste à montrer, selon deux modalités radicalement distinctes, que la Révolution représente la véritable autorité, 1830 d’abord, 1789 ensuite. Pourquoi pas la Commune ? Michelet ne le dira pas. Héritier d’une autre révolution, celle de 1917, B. Réizov pourra écrire que « sa mentalité petite-bourgeoise, son esprit de conciliation et son idéalisme empêchaient Michelet de comprendre les rapports établis dans la société moderne et les forces qui meuvent l’histoire4 ». Il est vrai que le professeur du Collège de France s’est toujours tenu à l’écart des multiples mouvements communistes et socialistes naissants. Mais l’auteur de l’Histoire de la Révolution française n’en opère pas moins une reconfiguration particulièrement féconde – pour notre époque où les partis révolutionnaires ont tendance à « fuir l’histoire5 » – de la relation entre « révolution », « tradition » et « histoire ». Si l’Introduction à l’histoire universelle pose une thèse classique de philosophie de l’histoire – relativement proche de celles des « idéologues de cette bourgeoisie arrivée au pouvoir6 » en Juillet – Michelet cherche, en 1864, dans l’histoire et dans l’ultra-histoire, les preuves qu’il existe une tradition confirmant la Révolution et que cette tradition, souvent étouffée, régulièrement mutilée par l’histoire officielle, est celle de la justice dont l’exigence, constamment renouvelée par les hommes de manière parfois naïve et inintelligible pour le savant, remonte à la plus haute antiquité. Certes, l’idée de Michelet la plus stimulante est prise dans la gangue de la linguistique aryaniste mais la France ne doit pas oublier que la tradition de la Révolution fait partie de son identité.

Notes

1 J.-C. Caron, « Michelet et le tournant de 1845 » dans Comment lire Le Peuple (1846), op. cit., p 56.

2 Christopher Lasch, Le seul et vrai paradis. Une histoire de l’idéologie du progrès et de ses critiques, traduit et présenté par Frédéric Joly, Champs Flammarion, 2006.

3 J.-Y. Pranchère expose en ces termes ce que j’appelle l’équation originelle du XIXe siècle : « Le christianisme est selon Maistre la tradition même ; de là son autorité. Il est ‘‘aussi ancien que le monde’’[…] parce qu’il est la vérité recueillie par l’ensemble des traditions du genre humain » (L’Autorité contre les Lumières, op. cit., p. 277).

4 B. Réizov, l’Historiographie romantique française, op. cit., p. 560.

5 La formule et le diagnostic sont de Domenico Losurdo dans Fuir l’histoire ? La révolution russe et la révolution chinoise aujourd’hui, traduit de l’italien par Ludmila Acone et Aymeric Monville, Le Temps des Cerises, 2007.

6 B. Réizov, L’Historiographie romantique française, op. cit., p. 10. Toutefois, la proximité entre Michelet et les historiens libéraux de la Restauration est, dès l’Introduction à l’histoire universelle, à nuancer comme je l’ai montré dans la deuxième partie du présent travail.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search