Version classiqueVersion mobile

Deux frontières aux destins croisés ?

 | 
Benjamin Castets Fontaine
, 
Maxime Kaci
, 
Jérôme Loiseau
, 
et al.

De la violence frontalière : des territoires à risques ?

1

Microhistoire d’une triple frontière : les « terres de surséance* » entre duché de Bourgogne*, Franche-Comté et Champagne sous Charles VII et Louis XI (1435-1477)

Léonard Dauphant

Texte intégral

1Les « terres de surséance* » ont été aux xve et xvie siècles le théâtre d’un conflit frontalier fort célèbre dans l’historiographie comtoise (Febvre, 1970 [1911], p. 15-16). Les villages concernés (Richard, 1965, p. 119) forment un bloc de 2 000 km² en rive droite de la Saône, entre Franche-Comté, Bourgogne et Champagne. Loin d’être un vestige des limites médiévales floues, ce territoire émerge lors du choc entre deux États qui, à la fin de la guerre de Cent Ans, se construisent en construisant leurs frontières.

  • 1 Archives départementales de la Côte-d'Or, Dijon (désormais AD 21), B 258-262 ter : plusieurs centai (...)
  • 2 Les cartons mélangent les affaires de la haute Saône et du nord du duché, entre Châtillon, Bar-sur- (...)
  • 3 Archives nationales, Paris (désormais AN), J 257, n° 25-26 et n° 41. Un mémoire récapitulatif (n° 4 (...)
  • 4 AN, J 257, n° 41 et AD 21, B 259.
  • 5 Les faits sans références sont tirés des pièces non cotées du carton B 259 (AD 21).

2Dans les années 1960, Jean Richard a consacré plusieurs articles à la question, en se fondant sur les énormes registres de titres produits par les commissaires royaux et ducaux dans les années 1450 (Richard, 1964 et 1965). À côté de ces témoins des négociations, la série B des archives de la chambre des comptes de Dijon conserve dans ses cartons d’épaisses liasses d’enquêtes et de correspondance entre « officiers » (administrateurs) des deux camps1. Témoins des conflits, ces pièces sont plus difficiles à étudier : non cotées, mélangées avec d’autres affaires contemporaines2, souvent sans autre date qu’un quantième, ces pièces posent de nombreux problèmes de méthode et d’interprétation. Mais une étude en série est possible, appuyée sur quelques sources issues des archives royales3 (Dauphant, 2013, p. 115-127). Leur confrontation illustre la langue de bois administrative de ces sources : en 1449, l’intrusion d’un officier royal dans un village comtois est qualifiée d’enquête par les uns, de guet-apens par les autres. Les représailles sont inversement dénoncées, et seul le nom de l’officier (Henri Moinget) et quelques détails de lieux permettent de voir qu’il s’agit de la même affaire, reconstituée par deux sources antagonistes4. On peut préciser la chronologie des négociations établie par Jean Richard, et surtout reconstituer les pressions, les affrontements et les raids qui rythment la crise, avec la certitude que nos sources, conservées pour se plaindre du camp d’en face, ne scellent pour cette raison rien de la violence du conflit. Une fois cartographié systématiquement, le dossier illustre la construction d’une limite complexe, laissant souvent la parole aux simples villageois riverains de la limite. On peut voir comment le conflit de juridiction et les différents acteurs créent une forme frontalière originale, marquée par une violence contenue. On pourra ainsi ébaucher une microhistoire de la limite, car le dossier permet de rendre aux frontaliers* médiévaux leur rôle d’acteur, entre relations de voisinage et conflits5.

I. Les seuils et exemptions de la haute Saône dans le conflit

  • 6 AD 21, B 258, mémoire, 18 janvier 1443 n.s.

3À la fin du Moyen Âge, le royaume de France est défini territorialement par une limite linéaire théorique : les Quatre Rivières (Escaut, Meuse, Saône et Rhône) qui bornent la souveraineté du roi et déterminent la condition juridique des régnicoles, habitants du royaume, par rapport aux étrangers (Dauphant, 2012, p. 117-123). Mais en changeant d’échelle, on ne voit pas de limite linéaire : des mouvances héritées du monde féodal se partagent la fidélité et les redevances des communautés locales. De nombreux villages sont bi- voire tripartis, tel Fontaine-Française, divisé en une rue française et trois rues comtoises. La frontière est d’abord une démarcation fiscale, localement précise et connue de tous, mais faite d’un tissu d’enclaves (Richard, 1964, p. 123). Les sujets savent en profiter pour échapper à l’impôt : à Fontaine-Française, tout le monde sait qu’à l’arrivée des percepteurs français, ceux de la rue Neuve, sous juridiction royale, « translatoient » leurs biens dans la rue de la Maladière, sous juridiction comtoise, « pour estre a seurté qui est oultre les bounes »6.

4La limite en cause est fort complexe. Deux fois triple, elle confronte trois provinces, duché de Bourgogne*, Franche-Comté de Bourgogne et comté de Champagne. Mais ces pays ont des statuts différents. La limite entre duché et Franche-Comté, interne aux états bourguignons, limite également le royaume de France et le Saint Empire*. La limite entre Bourgogne et Comté* d’une part, Champagne de l’autre, sépare les pouvoirs du roi et du duc, mais le duché et la Champagne sont tous deux dans le royaume, sous la souveraineté du roi. C’est pourquoi il existe une troisième limite entre pouvoir royal et pouvoir ducal au sein même de la Bourgogne. De nombreuses seigneuries ecclésiastiques dépendent directement du roi par-dessus le duc, comme l’abbaye de Bèze. C’est là que commence le conflit, dans trois enclaves, terres bourguignonnes sous juridiction royale, dites « réaulté » par rapport au « duché » : Bèze, Fontaine-Française et Til-Châtel.

5Le duché de Bourgogne* relevait du royaume de France, la Franche-Comté du Saint Empire* mais tous deux étaient sous l’autorité des ducs de Bourgogne de la maison de Valois comme une part de leurs États transfrontaliers. En 1435, le traité d’Arras marque la fin de la guerre civile : pour se réconcilier avec Philippe le Bon, Charles VII lui cède l’exercice de la souveraineté sur les terres royales enclavées dans sa principauté. Commence une période de reconstruction et de tensions entre les deux pouvoirs. Les difficultés d’application locale du traité (dont le paiement des impôts) déclenchent un conflit de frontière entre le pouvoir royal et les pouvoirs bourguignons, duché et comté. Toutes les frontières franco-bourguignonnes sont affectées (Gras, 1946, p. 89-113) mais seule la haute vallée de la Saône est déstabilisée. Le conflit y naît entre officiers français et bourguignons à propos des trois enclaves et s’étend très vite en amont aux terres anciennement partagées entre la souveraineté comtoise et la mouvance de l’évêque de Langres. Les revendications et les affrontements commencent en 1439. La crise, intense dans les années 1440-1450, s’apaise en 1465, quand Louis XI doit céder des avantages aux princes pour sauver son trône, puis dans la situation inverse, quand la guerre ouverte en 1472 aboutit à l’invasion de 1477. Les enjeux locaux disparaissent mais entre-temps, la crise a bouleversé les limites entre Bourgogne et Franche-Comté : des négociations entre commissaires remettaient peu à peu en cause le statut de dizaines de villages en rive droite de la Saône. Dès 1442-1443 se forme une zone de « surséance* » : en attendant le règlement définitif, on « surseoit » aux revendications sur le terrain, chacun campant sur ses positions. Cette marche* se perpétue jusqu’en 1613 ! Cette zone de conflit bien documentée (Dauphant, 2013, p. 115-116) peut servir de laboratoire pour étudier la formation des limites mais aussi la façon dont les riverains vivent avec la frontière, tour à tour victimes, profiteurs et manipulateurs de leur situation de frontaliers* (Dauphant, 2012, p. 260-262).

II. Frontière des commissaires, des prévôts ou des douaniers ?

  • 7 Exposée en AD 21, B 262 (registre de 1452).

6Si la forme des terres de surséance* est complexe, c’est que les différents acteurs ont des intérêts et des conceptions divergentes de la frontière. À partir de 1439, le conflit sur les enclaves s’étend et délimite une zone contestée en rive droite de la Saône. Ce sont les revendications des officiers qui construisent cette zone, et l’on peut distinguer trois types d’action politique différents. Au niveau supérieur, les commissaires développent des revendications de plus en plus larges. Les envoyés du roi passent du refus de céder les enclaves à la revendication de tous les fiefs de l’évêque de Langres mentionnés dans les archives : la limite du diocèse suit la vallée de la Saône, ce qui coïncide avec la définition des Quatre Rivières. Les commissaires du duc contre-attaquent en 1446 en inventant une limite parallèle de borne en borne, qui place toute la région en Comté*7, y compris les terres du duché de Bar, pourtant étranger au conflit. En se superposant, ces deux revendications d’une limite linéaire dessinent une zone de marche* : les terres de surséance*.

Figure 1. Deux limites linéaires parallèles : les revendications françaises (à gauche) et bourguignonnes (à droite), 1446-1452

Figure 1. Deux limites linéaires parallèles : les revendications françaises (à gauche) et bourguignonnes (à droite), 1446-1452

7À côté des négociateurs, on trouve sur le terrain deux administrations royales : celle des impôts directs, collecteurs, élus et receveurs des aides, et celle du domaine et de la justice royale de bailliage*, prévôts et simples sergents. Les petits officiers expriment rarement leur conception de la limite, mais la cartographie de leur action révèle des pratiques différentielles.

Figure 2. Fidélités et violences françaises et bourguignonnes dans les terres de surséance* (1439-1465)

Figure 2. Fidélités et violences françaises et bourguignonnes dans les terres de surséance* (1439-1465)

8Les géographies des « exploits de justice » français et bourguignons ne coïncident pas. La violence royale, offensive, se concentre sur les terres des sires de Vergy et les enclaves, pour prendre le contrôle de zones au statut ambigu et ramener la limite du royaume sur la Saône. C’est le but affiché du prévôt de Sens à Langres, Ancel Petit :

  • 8 AD 21, B 258, témoignage de Jeannotte, femme de Henry Maréchal (1444).

Le premier qu’il feust ung nom il yroit tenir les assises comme prevost de Sens au lieu de Ray et en toutes les villes estans oultre la Soone tirant contre Lengres et faisoit si fort le malaisié comme merveilles8.

9La violence bourguignonne est défensive : en marge des terres de surséance*, il s’agit d’attaquer les officiers qui s’aventurent trop loin à l’intérieur de la Bourgogne, parfois de les poursuivre jusqu’en terre royale, mais on les enferme en retrait hors de la zone. Deux administrations domaniales s’affrontent pour une région qu’elles transforment en zone de marche*.

10À l’échelon supérieur, la violence peut aussi être analysée comme une vendetta entre clans seigneuriaux. Les Vergy, sires comtois partisans des Anglais, sont possessionnés sur la haute Saône. Pendant la guerre de Cent Ans, en Champagne, ils ont affronté leurs ennemis les Baudricourt. Partisans du roi de France, ces derniers prennent leur revanche dans les années 1440. Le nouveau bailli de Chaumont est Robert de Baudricourt. Ses officiers harcèlent les habitants d’une zone qui coïncide avec les fiefs des Vergy. Les Vergy n’apparaissent jamais dans nos sources : pourtant, si les officiers locaux servent le roi sur la limite, leur chef, Baudricourt, les fait peut-être aussi servir à sa revanche féodale (Dauphant, 2012, p. 319-320).

  • 9 « Instructions et maniere de proceder en fait de l'office de la court des pors et passaiges du roya (...)

11Parmi les officiers français, on voit enfin agir l’administration des douanes : les « ports et passages » (Dubois, 2002, p. 137). À l’échelle du royaume, ceux-ci veulent empêcher l’exportation de l’or et l’argent. Ce précolbertisme répond à une grave crise monétaire : une balance des échanges défavorable provoque la pénurie de métal précieux. Sur le terrain, le maître des passages entend imposer une limite étanche, jalonnée de postes de douanes (Dauphant, 2012, p. 262-267). Or les riverains, nobles, marchands ou paysans, Comtois ou Bourguignons, se rendent souvent en territoire français, et chacun exploite des terres de part et d’autre de la ligne. Les sergents perturbent donc la vie des villages frontaliers. En 1447, les officiers des aides arrêtent des villageois de Percey qui ramenaient chez eux le raisin de leurs vignes de Courchamp, à 2 km. En 1448, les officiers des passages saisissent les bœufs de dix-neuf familles de Fouvent menés paître au lieu-dit Les Petites Ripottes : les bouviers auraient passé la frontière, au bout du pré. Or nul ne peut introduire de bêtes « es fins dudit royaulme » sans le congé du maître des passages et sans les faire compter à l’aller et au retour9. La carte des exploits des douaniers diffère de celle des officiers de bailliage* et du fisc. Leurs entreprises se concentrent sur la limite entre la Champagne et les terres de surséance*. En effet, les bureaux de douane du val de Saône sont entre les mains du duc de Bourgogne, qui y prélève la « rève » (taxe à l’export) au nom du roi (Richard, 1965, p. 126). Les douaniers français doivent donc se contenter d’établir leur limite étanche aux marges de la zone revendiquée par les prévôts et les sergents. Mais ils s’y heurtent à une vigoureuse résistance : quand les sergents Jean de Beaucharnoy et Guichart Percot, postés au carrefour d’Enfonvelle, veulent saisir une charrette de vin, les charretiers forcent le barrage à coups de hache et d’épieu (s. d.). Les Bourguignons luttent paradoxalement pour que la marche* reste ouverte sur le royaume. Pour eux, si la zone est en Comté*, la limite douanière du royaume est sur la Saône : leur position est l’exact opposé de celle des Français. Dans la pratique, chaque État revendique pour lui deux limites parallèles.

III. Formes de la violence

12Dans les terres de surséance*, la violence a les caractéristiques d’une relation sociale de proximité. Les témoins connaissent souvent les noms des agresseurs ; quand on ignore leur identité, on le signale comme remarquable. En 1448, Jean Moingot d’Argillières, arrêté alors qu’il mène deux chevaux aux limites du finage de Tornay, peut citer le nom des trois sergents qui l’ont pris : « Philippot », « Girard de Bezoncourt » et « Velemin Thierriot de Pierrefitte », qui vient peut-être de Pierrefaites, un village voisin. Cette terreur de proximité héritée de l’encadrement féodal qui permet le contrôle personnel des hommes, se distingue d’une violence d’État anonyme.

  • 10 AN, J 257, n° 41, vers 1459.

13Inscrite dans le cadre d’une société de frontière, cette violence reste contenue. Les sources bourguignonnes dénoncent les agissements de « gens d’armes » (soudards) des Français. De fait, les officiers français sont souvent armés ; ils recrutent des francs-archers (miliciens) dans la zone et installent une garnison à Langres. Or, malgré cela, ils ne tuent jamais. Dans l’autre camp, Pierre le Bourbonnais avait été établi prévôt royal à Varonnes, dans une enclave du duché de Bourgogne*. Le prévôt de Dijon lui fait payer cher cette provocation en le faisant noyer en 1439. Il s’agit d’un des deux seuls cas de mort sur quinze attaques bourguignonnes contre officiers recensées entre 1438 et 145610. Sinon, les affrontements ne vont jamais jusqu’au meurtre ni au viol. Cette autolimitation est d’autant plus certaine que les sources bourguignonnes ont justement été conservées pour dénoncer la violence royale.

14On constate alors que cette violence limitée adopte des formes ritualisées. La situation est la même sur les autres limites contestées de la fin du Moyen Âge, par exemple en Bretagne, en Languedoc ou en Lorraine (Dauphant, 2012, p. 252-258). La première violence à l’encontre des réfractaires est l’ajournement, convocation à comparaître en justice, hors de la zone, ce qui est humiliant puisque les Comtois refusent de se reconnaître comme jusiticiables du roi, et trop coûteux pour les « povres habitans ». Ajournés à Sens, à près de 200 km, les gens de Tornay en appellent à la protection de leur seigneur Didier de Cicon. De plus, l’ajournement peut se solder par une arrestation arbitraire, ce qui arrive au maire de Raucourt, prisonnier à Fouvent (s. d.). Après les menaces judiciaires arrivent les amendes et parfois le pillage. Les villages qui refusent de payer les impôts sont attaqués voire mis à sac, parfois par les deux camps successivement. C’est justement pour lutter contre ces « exploits » que la surséance* est instaurée : les contribuables devront désormais payer une seule fois et les négociateurs partageront le produit fiscal. Mais ces violences ne s’arrêtent pas tout de suite : on a trace de trois à cinq raids royaux par an entre 1445 et 1451, parfois suivis de représailles bourguignonnes. Ces exploits peuvent s’accompagner de coups ou d’humiliations. Les douaniers saisissent des porcs près d’Argillières et laissent le porcher ligoté dans le bois (v. 1449). Le pire qui puisse arriver aux Bourguignons est d’être emmenés dans les geôles de Langres ou de Montsaugeon : après 15 jours de détention, Jean Feme, de Fontaine-Française, « en a perdues les jambes », il avait 70 ans (1444). Les officiers royaux, eux aussi, sont souvent arrêtés par les Bourguignons. Un mémoire royal affirme régulièrement qu’ils seraient morts s’ils ne s’étaient pas enfuis. Mais la fréquence des évasions fait penser à une stratégie d’évitement : les Bourguignons ne peuvent ni les juger ni les tuer, et les laissent peut-être s’enfuir après cette bonne leçon.

15De part et d’autre, la violence apparaît donc comme contenue : il s’agit d’occuper le territoire et de tenir les gens. Cette violence est donc de nature politique, de même forme que celle de la délinquance des officiers dans le royaume (Telliez, 2005, p. 445-447 et 469), et contraste fortement avec la violence militaire : or la guerre de Cent Ans et les atrocités des écorcheurs sont tout proches. Mais les officiers royaux revendiquent le ressort* sur ceux qu’ils persécutent, ils veulent les forcer à payer, non les exterminer.

IV. Une microhistoire des gens de la frontière

16Au fil des enquêtes et des correspondances, on peut saisir des réactions divergentes quant aux fidélités politiques, mais aussi quant à la façon de vivre la limite. On présentera ici six figures de frontaliers*, villageois, seigneurs ou officiers, qui peuvent être saisis sur le vif dans leur espace vécu et illustrer une microhistoire de la frontière.

1. Un seigneur de la limite : Didier de Cicon

17Didier de Cicon († 1458) est un grand seigneur franc-comtois allié à la noblesse lorraine. Dans la zone contestée, il possède des terres à Gevigney, Tornay et Argillières Dès 1446, il est ajourné devant les tribunaux de Langres pour avoir refusé de fournir des vivres à la garnison royale. En 1448, les officiers des hauts passages tentent de fermer la limite. À Argillières, ils saisissent ses bœufs et ceux de ses paysans. Cicon proteste en rappelant que l'« usage ancien » des villageois, comme les privilèges des nobles, permet une libre circulation des biens. Cicon est un bon représentant de la culture politique traditionnelle d’Empire, marquée par des relations horizontales entre seigneurs alliés dans les principautés et de part et d’autre de la limite. En 1439, il était ainsi gardien de la « commune trêve » (Landfried) entre Comté* et duché de Bar (Calmet, 1741, p. 40-48). En cas de conflit entre seigneurs, il s’agissait de prendre des gages puis de négocier sur la limite, lors d’une « journée de marche* ». Gardien de ces traditions seigneuriales de violence et de cordialité, Cicon est choqué par les insultes des officiers royaux et par leur refus de « journoyer » en marche*. Lui estime que la limite est un lieu de dialogue et non de conflit :

Samble estre une chose mout estrange de moy ainssin chacun jour corre sus (1448).

18Eux promeuvent une autre forme politique, l’ajournement devant un tribunal qui impose une justice verticale, celle du roi souverain.

2. Louis de Bruges, officier plus royaliste que le roi

19« Noble homme Louis de Bruges » est attesté comme élu des aides à Langres, c’est-à-dire percepteur des impôts royaux, les « aides pour la guerre » entre 1445 et 1449, puis comme receveur en 1450. Régulièrement cité dans les sources bourguignonnes, et toujours en mal, il y représente la figure de l’officier royal détesté pour sa brutalité et son arrogance. Bruges n’hésite pas à attaquer les villages comtois qui résistent aux impôts royaux, vendangeant les vignes des réfractaires (1447) ou les emmenant prisonniers. Lors de la mise à sac de Raucourt en 1450, il humilie les villageois comtois. Selon Jean Boisy, un vieillard caché qui a assisté à la scène, Bruges fait enlever les pannonceaux ducaux et les remplace par ceux du roi :

[…] et en les mectant ledit Loys disoit en grant moquerie et deresion aux femmes de ladicte ville quelles deissent tous les matins unes patenostre a genoulx pour le roy devant lesdicts pannonceaul.

20Passant de la raillerie à la menace, il promet de marquer leurs maris de la fleur de lis au fer chaud :

Le roy demouroit maistre malgré les puans de Bourgoingne qui le cuydoient maistrer et avec ce que les prisonniers ne partiroient de prison jusques ilz eussent regnyé le duc.

21Cette figure haute en couleur témoigne en fait d’une véritable conscience politique : Bruges se pense sur un front de la guerre de Cent Ans, face aux Bourguignons, en lien avec le front anglais. Acharné contre les villageois réfractaires, il est accusé par les Bourguignons de prendre des gages non « par maniere de gaigement » mais « par hostilité » (référence ?, 1450) : de fait, ses prises de gages ne sont pas destinées à un arbitrage en marche*, selon le droit de l’Empire, mais à rétablir les droits du roi, qui ne souffrent pas la discussion. Cet officier téméraire refuse aussi d’obéir au roi quand celui-ci désavoue les excès de ses officiers. Finalement, nous avons ici une figure de serviteur de l’État, construisant une frontière fermée contre les riverains.

3. Un Comtois à Frettes : Villemin Millé

22Villemin Millé semble être un simple villageois, mais a la particularité d’être un serviteur des sires de Vergy établi à Frettes, communauté dont la « couleur » politique est nettement française. Il est, dans nos sources, le seul Bourguignon du petit village. En 1450, Millé est interrogé par des enquêteurs bourguignons après un raid français contre Argillières, à 5 km. Le raid a été mené par les officiers de Langres avec le soutien des villageois de Frettes. Il refuse de dénoncer ses voisins qui ont pillé Argillières avant de ramener le butin et les prisonniers, expliquant qu’il n’a rien vu : étant allé se cacher, il ne sait pas si le duc a été insulté ou si ses voisins ont acheté du butin. Mais il se plaint aussi : lors des représailles contre Frettes, les officiers bourguignons l’ont détroussé comme les autres villageois, lui prenant sa bourse et ses chevaux et l’emmenant prisonnier à Vesoul. À son humble niveau, Millé illustre bien la position du frontalier écartelé, entre la Bourgogne et Frettes, entre sa solidarité féodale et politique (le duc, ses seigneurs comtois) et sa solidarité villageoise. Comme ses voisins « français », il témoigne aussi d’une acculturation politique des ruraux lors de la première moitié du xve siècle. À la même époque et sur une autre limite, Gérardin d’Épinal est le seul Bourguignon de Domremy, village de couleur armagnac : Jeanne d’Arc sa commère affirmait le détester mais aimait discuter politique avec lui… (Duparc, 1983, p. 267). Là aussi, solidarité et conscience politique se mêlaient.

4. Henri Le Rebours, bourgeois du roi

23Henri Le Rebours est un riche paysan devenu bourgeois du roi, c’est-à-dire qu’il a payé les officiers royaux pour bénéficier de leur protection sur son « meix » (ferme) de Vougécourt, sur la limite. Il affirme relever désormais de la prévôté royale de Passavant. Après une sentence en sa faveur devant le tribunal royal de Coiffy, les Bourguignons ripostent en le bannissant de la Comté*. Le Rebours en appelle au Parlement de Paris et obtient un arrêt en sa faveur, ce qui déclenche raids et contre-raids autour de sa ferme. L’affaire serait remontée jusqu’au Conseil du roi lui-même, selon le bailli de Chaumont, Robert de Baudricourt. Argument d’autorité ou réalité ? Toujours est-il que Le Rebours est un « coq de village », un de ces exploitants prospères qui se détachent de la masse paysanne à la fin du Moyen Âge, comme le montre le butin des Bourguignons : ils lui volent puis lui restituent onze bœufs, trois vaches et cinq chevaux. Sur la limite, il est aussi le seul à pouvoir mener une action judiciaire coûteuse à Paris. On comprend l’intérêt des officiers royaux à soutenir ce notable local.

5. La querelle de Belin Franc et d’André Messonier

24La conscience politique des villageois se superpose avec leur vie locale, et les oppositions entre Français et Bourguignons peuvent être aussi des haines vicinales et des conflits de personnes. André Messonier, d’Argillières (village bourguignon), était sous la sauvegarde du duc de Bourgogne (comme Le Rebours dans l’autre camp). Selon une enquête bourguignonne menée vers 1449, Belin Franc, de Frettes (village français), l’a insulté, en lui disant :

Va chié su ta garde et su ton duc de Bourgoingne.

25Plus tard, Messonier le fait capturer par des officiers bourguignons qui le punissent de ce crime de lèse-majesté en le rançonnant de 40 francs, forte somme pour un villageois. Mais un jour, Messonier a dû se rendre en terre royale : il avait affaire devant l’official de Langres, juge ecclésiastique du diocèse. Belin Franc l’attend : il le fait arrêter et enfermer onze jours dans la tour du chapitre. Nous n’avons ici que la version de Messonier, qui ne précise ni les tenants ni les aboutissants de leur querelle. Les officiers exploitent-ils les rivalités entre villages ou entre personnes pour embrigader les ruraux dans la construction de leur État, ou les villageois manipulent-ils les officiers pour leur faire servir leurs intérêts locaux et leurs haines privées ?

6. L’ascension de Richard, maire de Frettes

  • 11 AN, J 257, n° 41, procès-verbal du 8 novembre 1458.

26À qui profitent les conflits de limites ? Dans les années 1440, Richard est maire de Frettes : chef de sa communauté rurale, il sert d’interface entre le seigneur et ses villageois. Sur la limite, il est pris dans le conflit. Son village apparaît comme un point d’appui pour les officiers royaux : les jeunes du village leur servent de supplétifs pour leurs raids, et le butin est ensuite écoulé sur place. En 1448, ses voisins d’Argillières payent pour récupérer leurs bœufs confisqués par les officiers français. C’est alors Richard qui leur sert de « plege » (caution), en compagnie d’Ancel Petit, maire de Saint-Broingt, village à 10 km de Frettes, et qui est aussi prévôt (ou parent du prévôt) de Langres. En 1458, on retrouve Richard contrôleur du grenier à sel de Langres11, il est devenu officier royal, franchissant à son tour, peut-être dans le sillage d’Ancel Petit, le pas entre le notable rural et l’officier royal. La construction de la limite permet ainsi l’ascension sociale de certaines élites rurales, ralliées aux officiers royaux pour leur plus grand profit social et financier.

Conclusion : une triple frontière

27Nous sommes ici en présence d’un objet complexe, une triple frontière, entre royaume et empire, entre duché et Franche-Comté, entre Bourgogne ducale et Bourgogne royale (« en duché » ou « en réaulté »). Ce vaste dossier montre que la frontière médiévale n’est pas floue, mais officiers supérieurs, officiers locaux et habitants n’en ont pas la même notion. Les deux limites linéaires revendiquées par les commissaires français et comtois délimitent une zone de marche* que les frontaliers* et les petits officiers ont construite, qui est tissée d’enclaves, de villages divisés et de fidélités affirmées ou partagées. On est passé d’une limite linéaire à une marche*, au cours de cette crise dans la construction de l’État. Ce conflit est aussi un laboratoire de la construction d’une clientèle : seigneurs, modestes officiers locaux et villageois, tour à tour victimes, acteurs, supplétifs et profiteurs de la violence d’État. On peut ainsi saisir les formes de la mobilisation, quand le conflit associe querelles entre communautés et construction d’identités politiques villageoises, frontalières donc ambiguës. S’agit-il au final d’un clivage entre Français et Comtois ? Ou bien de fidélités divergentes dans une région commune, « réaulté » et duché au sein d’un même « pays de Bourgogne » ? Ou bien encore assiste-t-on, justement parce que ces villages sont liés par le conflit, à la construction d’une identité de marche* par-delà les nouvelles frontières d’État ?

Bibliographie

Calmet Augustin (dom), 1741, Histoire généalogique de la maison Du Châtelet, Nancy, Veuve de J.-B Cusson.

Dauphant Léonard, 2013, « Intrus et forains. Une société transfrontalière sur une limite contestée : la haute Saône au temps de Charles VII », in Guay Manuel, Halary Marie-Pascale et Moran Patrick (dir.), Intus et foris, Paris, PUPS, p. 115-127.

— 2012, Le Royaume des quatre rivières. L’espace politique français au xvsiècle (1380-1515), Seyssel, Champ Vallon.

Dubois Henri, 2002, « Aux origines de la douane. La frontière du royaume et de l’empire et sa construction au Moyen Âge », in Cauchies Jean-Marie (dir.), Entre royaume et empire : frontières, rivalités, modèles, Neuchâtel, Centre européen d’études bourguignonnes, p. 129-146.

Duparc Pierre (éd.), 1983, Procès en nullité de la condamnation de Jeanne d’Arc, t. 3, Paris, Klincksieck.

Febvre Lucien, 1970 [1911], Philippe II et la Franche-Comté. Étude d’histoire politique, religieuse et sociale, Paris, Flammarion.

Gras Pierre, 1946 (juin), « L’élection de Chalon-sur-Saône du xive au xvie siècle », Annales de Bourgogne, vol. xviii, n° 70, p. 89-110.

Richard Jean, 1965, « Problèmes de ressort au xve siècle : l’enquête de 1451-1452 sur la situation de Fontaine-Française », Mémoires de la Société pour l’histoire du droit et des institutions des anciens pays bourguignons, comtois et romands, n° 26, p. 217-227.

— 1964, « Les débats entre le roi de France et le duc de Bourgogne sur la frontière du royaume à l’ouest de la Saône : l’enquête de 1452 », Bulletin philologique et historique du CTHS, p. 113-132.

— 1948 (avril-juin), « « Enclaves » royales et limites des provinces. Les élections bourguignonnes », Annales de Bourgogne, vol. xx, n° 78, p. 89-113.

Telliez Romain, 2005, Per potentiam officii : les officiers royaux devant la justice, Paris, Champion.

Notes

1 Archives départementales de la Côte-d'Or, Dijon (désormais AD 21), B 258-262 ter : plusieurs centaines de pièces, cartons et registres, relatifs à ces conflits, provenant du coffre 121 des archives de la chambre des comptes de Dijon, inventorié par Peincedé. Les quatre registres B 260, 261, 262 bis, 262 ter comptent plus de 1 000 folios. Les cartons B 258, 259 et 262 contiennent 258 pièces, cahiers d'enquêtes ou liasses de missives échangées entre officiers français et bourguignons.

2 Les cartons mélangent les affaires de la haute Saône et du nord du duché, entre Châtillon, Bar-sur-Seine et Tonnerre.

3 Archives nationales, Paris (désormais AN), J 257, n° 25-26 et n° 41. Un mémoire récapitulatif (n° 41) donne une datation absolue à un certain nombre de faits évoqués dans les missives bourguignonnes qui ne sont datées que du mois et du quantième.

4 AN, J 257, n° 41 et AD 21, B 259.

5 Les faits sans références sont tirés des pièces non cotées du carton B 259 (AD 21).

6 AD 21, B 258, mémoire, 18 janvier 1443 n.s.

7 Exposée en AD 21, B 262 (registre de 1452).

8 AD 21, B 258, témoignage de Jeannotte, femme de Henry Maréchal (1444).

9 « Instructions et maniere de proceder en fait de l'office de la court des pors et passaiges du royaulme de France », ordonnance, s. d., recopiée par les Bourguignons, AD 21, B 259.

10 AN, J 257, n° 41, vers 1459.

11 AN, J 257, n° 41, procès-verbal du 8 novembre 1458.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Deux limites linéaires parallèles : les revendications françaises (à gauche) et bourguignonnes (à droite), 1446-1452
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/5848/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 322k
Titre Figure 2. Fidélités et violences françaises et bourguignonnes dans les terres de surséance* (1439-1465)
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/5848/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 378k

Auteur

Léonard Dauphant, ancien élève de l’ENS Ulm, est agrégé d’histoire et maître de conférences en histoire médiévale à l’université de Lorraine (site de Metz) et membre du CRULH (EA 3945). Ses recherches portent sur l’espace politique et culturel de la fin du Moyen Âge en France et en Lorraine : comment les pouvoirs capétiens ont-ils organisé leur espace dans le royaume et dans les régions romanes de l’Empire, et comment les populations ont-elles participé à cette territorialisation ?

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search