Version classiqueVersion mobile

Deux frontières aux destins croisés ?

 | 
Benjamin Castets Fontaine
, 
Maxime Kaci
, 
Jérôme Loiseau
, 
et al.

De la violence frontalière : des territoires à risques ?

Introduction

De la violence frontalière : des territoires à risques ?

Oscar Mazzoleni

Texte intégral

1L’évolution des espaces transfrontaliers, entre États et entre régions d’un même État, en Europe occidentale fait l’objet d’un intérêt scientifique croissant. En ce qui concerne les espaces à cheval entre deux ou plusieurs États, les recherches menées par des géographes, des spécialistes en science politique, des sociologues sont pléthores. La parution de quelques ouvrages de référence en langue anglaise témoigne de cette effervescence (Wastl-Walter, 2011 ; Wilson et Donnan, 2012). Si la coopération transfrontalière est un des enjeux les plus considérés, compte tenu de son importance dans les stratégies de l’Union européenne (par ex. Interreg*), les conflits et les controverses tendent comparativement à être des objets d’étude quelque peu délaissés voire assimilés à des vestiges du passé.

2La principale raison qui explique l’intérêt limité pour le conflit tient à la très forte connotation militaire rattachée à ce terme dans les relations entre territoires limitrophes. À travers cette connotation militaire se mesure tout le poids de la césure historique représentée par l’absence de guerres entre États de l’Europe occidentale depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Pendant des siècles, l’histoire des espaces-frontières de l’Europe occidentale a été caractérisée par des conflits qui ont pris la forme, sinon d’affrontements militaires pour la défense ou la conquête d’un territoire, du moins de différends diplomatiques quant à l’attribution des territoires. Bien que ces controverses soient loin d’avoir disparu sur d’autres continents, la stabilisation des frontières étatiques en Europe occidentale depuis les années 1950, puis la fin du bloc soviétique et l’accélération du processus d’intégration européenne ont contribué à modifier la manière de rendre compte des relations intra- ou internationales.

3Cependant, même si cela se manifeste suivant d’autres formes que celles de la lutte armée, les conflits au sein des espaces-frontières n’ont pas disparu. Si sur le plan officiel, la coopération transfrontalière semble avoir pris la place des anciens différends, les quelques bilans de celle-ci attestent de la persistance des tensions d’ordre économique, social, culturel voire politique (Scott, 2012 ; Mccall, 2013). Les controverses peuvent concerner des multiples enjeux, comme la gestion du territoire, les transports ou encore les flux migratoires. Dès lors, on peut s’interroger sur les limites des approches qui voudraient que le développement et/ou l’intégration économique transfrontaliers soient à même de neutraliser les conflits. Ainsi, on peut se demander dans quelle mesure la transformation des relations centre-périphérie à l’échelle nationale sous la pression de l’intégration supranationale et de la mondialisation permet de s’affranchir des frontières. Bien que la croyance en l’impact vertueux d’une intégration européenne qui offrirait l’opportunité à tous les espaces-frontières de sortir de leur statut périphérique soit répandue, force est de constater que la diversité des situations et des modalités d’intégration des économies transfrontalières invite à la prudence (Eskelinen et Snickars, 1995 ; Bartolini, 2004).

4La persistance des controverses sous diverses formes souligne les limites de certaines analyses disciplinaires et incite au dialogue entre diverses disciplines scientifiques. Ainsi, les délimitations interrégionales, comme celle qui a pu exister entre la Bourgogne et la Franche-Comté, restent encore souvent ignorées par les géographes et les politistes alors qu’elles ont été minutieusement étudiées par les historiens des périodes médiévales et modernes (xive-xviiie siècle) : le moment est peut-être venu de créer des passerelles pour construire une réflexion collective innovante susceptible d’être alimentée par les objets d’étude et les apports propres à chaque discipline. Dans cette perspective, les chapitres de la première partie de cet ouvrage, qui livrent des éclairages historiques et anthropologiques sur des moments clés de l’histoire de la Bourgogne, de la Franche-Comté et des cantons suisses limitrophes sont autant d’invitations à repenser les relations entre des espaces-frontières.

5Les chemins à suivre pour enrichir la réflexion interdisciplinaire sont nombreux. En premier lieu, chacune des cinq contributions incluses dans la première partie de cet ouvrage pousse à articuler l’histoire des controverses propres aux espaces-frontières avec l’histoire que chacun de ces espaces entretient avec son centre respectif : le royaume, l’empire et l’État-nation ou les cantons et le pouvoir confédéral. Cette problématique déjà abordée par des auteurs comme Peter Sahlins, dans son classique Frontières et identités nationales (1996) trouve ici des développements significatifs. Ainsi, la relation entre centre et périphérie est essentielle pour comprendre les controverses qui éclatent lorsqu’un accord entre autorités institutionnelles concurrentes doit être appliqué, comme c’est le cas avec le traité d’Arras conclu en 1435 entre le pouvoir royal et le duché de Bourgogne* (Léonard Dauphant), ou lors de la militarisation de la frontière entre les deux Bourgognes au xviie siècle (Jérôme Loiseau) ; de même l’expérience de la Révolution française, joue un rôle clé dans la manière de saisir les conséquences de la consolidation des frontières nationales à la fin du xviiie siècle (Maxime Kaci). En deuxième lieu, ces contributions mettent en lumière le rôle essentiel des « jeux d’échelles » ou des régimes, qui sont aussi une préoccupation cruciale de la science politique contemporaine (Faure et al., 2007). En effet, le conflit peut se déployer en fonction de clivages et de compétences institutionnelles multiples. C’est notamment le cas au xve siècle lorsque s’élabore une triple frontière, entre royaume et empire, entre duché et Franche-Comté, entre Bourgogne ducale et Bourgogne royale ou lorsque les échelles sont remises en cause lors de tournants historiques internationaux (Maxime Kaci). En troisième lieu, les auteurs montrent que les conflits ne se réduisent pas à un affrontement entre collectivités homogènes. Les différents acteurs qui vivent au sein des espaces-frontières interprètent ces controverses et y participent. Cela peut dépendre des positions et des rôles assumés dans la société, ainsi que de la socialisation professionnelle (Léonard Dauphant, Dominique Jacques-Jouvenot, Laurent Tissot). Quatrièmement, chaque auteur, à sa manière, rappelle l’exigence de ne pas réduire le conflit seulement à un affrontement violent, mais plutôt à une forme spécifique, et quelques fois extrême – lorsque la violence physique et la guerre sont en jeu – d’interactions entre individus et entre collectivités dans le cadre de territoires contigus. Enfin, comme les relations, et les conflits, autour des frontières relèvent d’une construction symbolique et culturelle (Paasi, 1996), il devient essentiel de rendre compte de l’usage des mémoires collectives (héritées par l’histoire locale, régionale, nationale) et des formes d’appropriation spécifiques des cultures locales et régionales (Dominique Jacques-Jouvenot, Laurent Tissot).

6Plus largement, le constat d’une persistance des controverses ainsi que de leur caractère évolutif, invite à nous interroger sur la relation et la contiguïté entre les concepts de conflit et de coopération comme le souligne la contribution de Laurent Tissot qui prend la forme d’une transition synthétique entre la première et la seconde partie du présent ouvrage. L’opposition schématique de ces concepts peut être utile sur le plan analytique, mais la réalité historique montre toujours une imbrication. Les conflits et les formes de coopération font ensemble l’histoire des territoires de frontières. Si les perspectives fonctionnelles opposent coopération et conflit, certaines théories des jeux (Schelling, 1980) et la sociologie interactionniste (Simmel, 2003) suggèrent qu’il peut y avoir un continuum entre ces deux concepts ; autrement dit, que les confits sont partie prenante des effets ambivalents des espaces-frontières (Anderson et O’Dowd, 1999). On revient alors à ce que les géographes ont identifié comme propre aux relations transfrontalières, lorsque la frontière est à la fois barrière, échange et filtre (Raffestin, 1986 ; Ratti, 1996) ; et à ce qu’une analyse sociologique fine de la diversité de dispositions, d’intérêts et de stratégies des acteurs (sociaux, politiques, administratifs) engagés dans les relations transfrontalières à plusieurs échelles, peut montrer sur la façon dont les conflits impliquent également les conditions de possibilité de la coopération. Les chapitres de la première partie de cet ouvrage qui, chacun à leur manière, permettent de repenser le conflit – et la violence comme forme extrême de conflit – s’inscrivent tous dans cette perspective. La réflexion contemporaine en sociologie, en science politique et en géographie sur les espaces-frontières, notamment celle qui s’interroge sur les enjeux et les difficultés de la coopération transfrontalière, aurait tout intérêt à s’ouvrir aux apports du savoir historique et de l’analyse comparative de délimitations évolutives dans le temps et dans l’espace, pour mieux déterminer les logiques des conflits territoriaux et pour mieux rendre compte de l’articulation entre conflits et coopérations.

Bibliographie

Anderson James et O’Dowd Liam, 1999, « Borders, Border Regions and Territoriality: Contradictory Meanings, Changing Significance », Regional Studies, vol. 33, n° 7, p. 593-604.

Bartolini Stefano, 2004, « Old and New Peripheries in the Processes of European Territorial Integration », in Ansell K. Christopher, Di Palma Giuseppe (éds), Restructuring Territoriality. Europe and United States compared, Cambridge, Cambridge University Press, p. 19-44.

Eskelinen Heikki et Snickars Folke (éds), 1995, Competitive European Peripheries, Berlin, Springer.

Faure Alain, Leresche Jean-Philippe, Muller Pierre et Nahrath Stéphane (éds), 2007, Action publique et changements d’échelles : les nouvelles focales du politique, Paris, L’Harmattan.

Mccall Cathal, 2013, « European Union Cross-Border Cooperation and Conflict Amelioration », Space and Polity, vol. 17, n° 2, p. 197-216.

Paasi Anssi, 1996, Territories, Boundaries and Consciousness: The Changing Geographies of the Finnish-Russian Border, New York, John Wiley.

Raffestin Claude, 1986, « Éléments pour une théorie de la frontière », Diogène, n° 134, p. 3-21.

Ratti Remigio, 1996, « Problématique de la frontière et du développement des régions frontières », Sciences de la Société, n° 37, p. 37-48.

Sahlins Peter, 1996, Frontières et identités nationales. La France et l’Espagne dans les Pyrénées depuis le xviie siècle, Paris, Belin.

Schelling C. Thomas, 1980, The Strategy of Conflict, Cambridge, Harvard University Press.

Scott J. Wesley, 2012, « European Politics of Borders, Border Symbolism and Cross-Border Cooperation », in Wilson Thomas et Donnan Hastings (éds), A Companion to Border Studies, Hoboken, Wiley-Blackwell, p. 83-99.

Simmel Georg, 2003 [1912], Le Conflit, Paris, Circé.

Wastl-Walter Doris (éd.), 2011, The Ashgate Research Companion to Border Studies, Farnham, Ashgate.


Wilson Thomas et Donnan Hastings (éds), 2012, A Companion to Border Studies, Hoboken, Wiley-Blackwell.

Auteur

Oscar Mazzoleni est professeur titulaire en science politique et directeur de l’Observatoire de la vie politique régionale de l’université de Lausanne. Il a également enseigné à l’université de Genève, Turin, Salzburg, Sorbonne 1, Sciences Po Paris et à l’HES de la Suisse italienne. Ses recherches portent sur la vie politique régionale, les partis politiques et les mobilisations populistes. Il coordonne un projet de recherche sur les discours populistes dans les régions frontalières en Europe financé par le Fonds national suisse de la recherche scientifique et le Fonds national de la recherche du Luxembourg.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search