Version classiqueVersion mobile

Les mutations récentes du foncier et des agricultures en Europe

 | 
Gérard Chouquer
, 
Marie-Claude Maurel

Interrogations autour des modèles

Chapitre 7

Des entreprises agricoles « aux allures de firme »*

Mutations des exploitations agricoles françaises et nouveaux modes d’accès au foncier*

François Purseigle, Guilhem Anzalone, Geneviève Nguyen et Bertrand Hervieu

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction

Le marché du foncier agricole français est sous tension et l’accès aux terres agricoles est aujourd’hui particulièrement difficile pour les agriculteurs qui veulent s’agrandir ou s’installer.

Selon la Fédération nationale des SAFER* (FNSafer) et Terres d’Europe-Scafr1, les prix du foncier agricole ont augmenté en moyenne de 40 % environ entre 1997 et 2012. Pour autant, ils restent très inférieurs à celui du foncier à bâtir, en particulier en zone périurbaine, ce qui encourage la conversion des terres vers d’autres usages. En l’espace d’un demi-siècle, la France a ainsi vu l’artificialisation de près de 28 % de ses terres agricoles. Celles-ci sont par ailleurs de plus en plus convoitées par les investisseurs étrangers car leurs prix, malgré une augmentation continue, restent bien inférieurs à ceux des autres pays européens (FNSafer et Terres d’Europe-Scafr, 2012 ; FNSafer, 2015 ; Levesque, 2016).

Il y aurait de moins en moins de terres agricoles à vendre en France. Le volum...

Auteurs

François Purseigle est professeur des universités en sociologie à l’Institut national polytechnique de Toulouse. Il dirige le département de sciences économiques, sociales et de gestion de l’École nationale supérieure agronomique de Toulouse (UMR INP-INRA AGIR) et il est chercheur associé au Centre de recherches politiques de Sciences Po Paris. Ses travaux portent sur les firmes de production agricole et les nouvelles figures du patronat agricole.

Guilhem Anzalone est enseignant-chercheur en sociologie (Laress, École supérieure d’agriculture d’Angers). Ses travaux portent sur l’organisation socioéconomique des filières agroalimentaires (marchés, travail, organisations). Il a notamment étudié la production et la commercialisation de la viande biologique, l’évolution des exploitations agricoles du modèle familial au modèle de la firme, ainsi que le travail en agriculture sous les angles des risques et du numérique. Ses recherches actuelles portent sur les formes collectives de production en agriculture et sur la création de valeur en lien avec l’environnement. Elles s’appuient en particulier sur l’étude des projets de méthanisation territoriaux impliquant des agriculteurs, ainsi que sur l’étude des structures marchandes du biocontrôle à travers le cas des insectes auxiliaires.

Geneviève Nguyen est enseignante-chercheuse en sciences économiques à l’INP-ENSAT/UMR INRA-INPT AGIR. Ses domaines d’enseignement, de recherche et d’expertise portent sur les dynamiques de l’action collective en agriculture et les innovations organisationnelles autour de la production et de l’offre de services aux entreprises agricoles (financement, conseil et sous-traitance). Elle a participé, au côté de François Purseigle, à l’animation du projet de recherche ANR Agrifirme sur l’émergence des firmes agricoles et a participé à l’ouvrage collectif Dynamiques des activités et emplois en agriculture coordonné par le Centre d’études et de prospective.

Bertrand Hervieu, ancien directeur de recherche CNRS au CEVIPOF, est président de l’Académie d’agriculture de France (2018) après avoir été vice-président du Conseil général de l’alimentation, de l’agriculture et des espaces ruraux (CGAAER). Il avait auparavant occupé le poste de secrétaire général du Centre international des hautes études agronomiques méditerranéennes (CIHEAM). Il a également été président de l’Institut national de la recherche agronomique (INRA) de 1999 à 2003 et conseiller de plusieurs ministres de l’Agriculture.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search