Version classiqueVersion mobile

Les mutations récentes du foncier et des agricultures en Europe

 | 
Gérard Chouquer
, 
Marie-Claude Maurel

Europe

Chapitre 6

Ressource foncière, rente et mutations des agricultures méditerranéennes

Pascal Chevalier et Guillaume Lacquement

Texte intégral

1En Europe méditerranéenne, la terre reste très majoritairement à usage agricole et forestier. La ressource foncière est de ce fait étroitement liée à la question agricole. Pourtant, par son utilité sociale, ses dimensions économique et politique, cette ressource constitue un enjeu stratégique pour les territoires méditerranéens. À la jonction d’intérêts individuels et collectifs, la ressource foncière est complexe à mobiliser, en particulier dans le contexte de pays méditerranéens où les espaces ouverts naturels et agricoles sont porteurs des besoins contradictoires de la société. La gestion foncière des territoires étant devenue primordiale, l’objectif de cette étude est d’appréhender le rapport existant entre la ressource foncière, la dynamique agricole et les nouveaux enjeux de l’aménagement des espaces en Europe méditerranéenne, particulièrement dans le sud de la France, en Espagne et en Italie, pays pris comme exemples dans ce chapitre.

2La première partie s’intéresse aux héritages agraires en Méditerranée pour éclairer les dynamiques actuelles. En effet, la prise en compte du temps long permet de comprendre certaines des spécificités des pays d’une Europe méditerranéenne qui porte la marque d’une ancienne civilisation agraire. La seconde partie est consacrée à l’analyse du processus de modernisation des agricultures méditerranéennes. Distinctes du reste de l’Europe par leurs paysages agraires, les campagnes méditerranéennes le sont aussi par les formes de modernisation de leurs agricultures à l’époque contemporaine. Alors que la transformation des systèmes agricoles s’est trouvée différée par la relative inertie des structures foncières, au cours des dernières décennies, l’intégration européenne a accéléré le changement pour engager des trajectoires d’évolution et d’adaptation différenciées. Enfin, dans une troisième et dernière partie, nous aborderons la diversification fonctionnelle des espaces ruraux et son impact sur les dynamiques actuelles d’usage du sol, et indirectement sur l’agriculture. Désormais, le processus de transformation du foncier* ne se limite plus au seul secteur agricole. Les dynamiques socioéconomiques et démographiques en cours modifient et remodèlent, peut-être plus qu’ailleurs en Europe, les espaces ruraux des régions méditerranéennes. Auparavant activité principale et structurante de la ruralité par son poids économique en termes d’emplois et de revenus, de mode de vie et d’occupation spatiale, l’agriculture ne cesse à présent de perdre de l’importance en dépit d’une place toujours dominante dans l’usage des sols. L’espace rural s’est peu à peu transformé sous l’impulsion de nouvelles activités. Sur une trame agraire en pleine recomposition, de nouveaux usages du sol s’imposent et réinterrogent le rapport entre agriculture et nouvelles fonctions de la ruralité.

Héritages agraires en Europe méditerranéenne occidentale

3Les campagnes méditerranéennes présentent des caractères communs qui les distinguent du reste de l’Europe. Cette distinction tient à l’ancienneté des finages et aux contrastes qui ont marqué leur structuration sur le temps long de l’histoire agraire. La répartition des droits sur la terre et la diversité des systèmes de production sont à l’origine d’une forte discontinuité dans les structures foncières.

Le renouvellement des connaissances sur le lointain passé des campagnes méditerranéennes

4Depuis les années 1970 et 1980, l’apport de connaissances sur le passé antique et médiéval des campagnes et des systèmes agraires est considérable. Mais si les travaux de détail ou les synthèses de mi-parcours sont désormais innombrables et d’un intérêt soutenu, les grandes synthèses qui pourraient proposer le cadre d’intégration de ces résultats font encore défaut. L’époque est, de ce point de vue, préparadigmatique*.

  • 1 La géoarchéologie est une discipline naturaliste d’étude des sédiments qui emprunte à l’archéologie (...)

5Sur quoi portent les principaux résultats ? Tout d’abord sur l’abandon résolu de l’idée d’immobilité des milieux naturels qui faisait encore recette au temps de Fernand Braudel. Les travaux de géoarchéologie1, grâce aux excellentes écoles française et italienne (Franceschelli et Marabini, 2007), ont fait de l’étude de la dynamique des milieux un point fort du renouvellement des idées, notamment autour du thème de la gestion de l’eau dans les paysages. Ensuite, les travaux d’archéologie agraire (Boissinot, 2001 ; Brun, 2004) ont fait découvrir des espaces différents de ceux qu’on attendait : on a fouillé ou cartographié, en France méridionale et en Italie, d’immenses vignobles, y compris dans des zones documentées par les fragments du cadastre romain d’Orange (France, Vaucluse), ce qui amène à penser qu’il faut dissocier en partie la réalité foncière et la réalité agronomique. Car là où on s’attendait à trouver l’image des petites exploitations des colons d’Orange, ce sont de vastes monocultures, gérées par des villae avec de très grands entrepôts, qui sont apparues (Favory, 2013). Quand la terre était encore aux mains des colons et de leurs descendants, par quels mécanismes et par quels contrats agraires constituait-on la base foncière nécessaire à ces formes de grande agriculture spécialisée ?

6L’analyse des réseaux d’habitat a conduit à abandonner d’autres idées. On ne fait plus le récit des crises des campagnes dans les termes habituels et on sait mieux faire la part de ce qui est mutation des systèmes économiques par rapport à ce qui est réellement dû à une crise événementielle (par exemple les invasions). On ne soutient plus que le village soit une création médiévale (c’est-à-dire qu’on réduit l’ampleur excessive donnée à l’idée d’incastellamento*), car la connaissance de la diversité de l’habitat antique et du haut Moyen Âge a modifié les termes du discours. Des programmes européens d’envergure, bénéficiant en outre du concours de géographes « spatialistes », peuvent décrire, dans la très longue durée, des dynamiques d’habitat qui conduisent des oppida de l’âge du fer aux campagnes de l’époque moderne (Archaeomedes, 1998 ; Van der Leeuw et al., 2003).

  • 2 Pour l’Espagne : González Villaescusa, 2002 ; pour l’Italie antique : Compatangelo, 1989 ; pour la (...)
  • 3 Les centuriations sont les divisions agraires orthogonales que les arpenteurs romains traçaient sur (...)

7Les travaux d’archéogéographie2, de leur côté, ont entrepris la rénovation des termes de l’analyse de morphologie agraire, qui était traditionnelle dans les années 1930-1970 sous l’impulsion de grands maîtres historiens et géographes mais qui avait beaucoup périclité ensuite. Trois résultats principaux ont été acquis : la découverte de la planimétrie des campagnes de l’âge du bronze et de l’âge du fer ; la refonte assez complète de l’étude des centuriations3 romaines, lesquelles sont entrées dans un cycle de réévaluation critique depuis une trentaine d’années (Settis et Pasquinucci, 1983 ; Jung, 1999) ; enfin, et c’est sans doute le résultat le plus lourd, la mise en évidence de l’importance du Moyen Âge dans la production des formes. Le fait de sortir le Moyen Âge d’une espèce de purgatoire, celui d’une période informelle, sans planimétrie, et finalement sous-évaluée, change beaucoup de choses.

8Les fouilles archéologiques, les analyses paléoenvironnementale, la photo-interprétation apportent, chacune, des quantités démultipliées d’informations. Dans ces conditions, la question devient celle de savoir pourquoi et comment cette diversité et surtout cette mobilité des « paysages » antiques et médiévaux ont produit des dynamiques elles-mêmes très variées. Par exemple, en Italie, pourquoi les mêmes centuriations romaines ont-elles été effacées dans les Pouilles ou, au contraire, sans cesse reconstruites dans la plaine du Pô, au point d’y être plus belles que jamais ?

La formation du paysage méditerranéen traditionnel (xviiie-xxe siècles)

9Les travaux de l’école française de géographie sont fondés sur un autre modèle de perception des campagnes méditerranéennes. Celui-ci renvoie à une morphologie agraire qui s’est principalement dessinée à partir de la fin de l’époque moderne. L’hypothèse possibiliste de la discipline s’attache à ce modèle pour décrire les formes d’occupation et de mise en valeur et pour expliquer les origines de la discontinuité agraire dans le monde méditerranéen. Cette approche descriptive insiste sur la distribution spatiale des hommes et des activités au sein de l’espace agraire. Elle décompose l’organisation des finages villageois en dressant une typologie morphofonctionnelle de l’occupation de l’espace. Quatre ensembles aux paysages bien typés sont ainsi distingués (Carrère et Dugrand, 1960).

10L’hortus* désigne une couronne étroite et discontinue de jardins qui enserrent le village. Il forme une zone d’agriculture irriguée et de travail intensif, vouée aux cultures légumières et fruitières, et à quelques productions rares indispensables à l’autoconsommation familiale et villageoise, comme le chanvre par exemple.

11L’hortus est souvent confondu avec l’ager*, car le premier comme le second font partie de l’espace cultivé en permanence. Mais l’hortus se distingue de l’ager au sens strict par le système de cultures. Ce dernier caractérise en effet le domaine des cultures sèches annuelles et des cultures permanentes. Plus précisément, le système de cultures dominant des régions méditerranéennes, en tout cas dans sa forme traditionnelle, est un système de cultures complexe qui associe les céréales (orge, seigle, et en dernier lieu froment sur les meilleures terres) et les légumineuses (pois et fèves) d’une part, et d’autre part les arbres, comme l’olivier et les lianes, comme la vigne. En fonction de la pression démographique, l’ager* peut occuper intégralement la surface des plaines et des bassins, mais en montagne, il se cantonne aux terroirs les plus favorables.

12Cet espace cultivé en permanence est le résultat d’aménagements longs et souvent fastidieux. Ainsi, les premières pentes ont été aménagées en terrasses pour y planter la vigne et l’olivier. Par ailleurs, la mise en culture a souvent été précédée d’un travail nécessaire de préparation et d’épierrement, afin de dégager la terre arable de sols souvent maigres et caillouteux. Ces opérations ont donné naissance aux pierriers en tas et aux murettes périphériques qu’on distingue encore souvent dans les paysages contemporains. Elles dessinent un quadrillage parcellaire, qui a des allures de bocage. Mais dans le monde méditerranéen, les champs ouverts l’emportent largement sur les terroirs compartimentés de clôture.

13Les terres incultes sont abandonnées aux troupeaux et forment le saltus*. Cette zone de pacage s’étend sur les terres basses mal drainées, sur les pentes raides et élevées et sur les plateaux de revers de côte. En fait, le saltus désigne l’ensemble des terres non régulièrement cultivées et ne comportant pas de couvert forestier continu et fermé. Il comprend donc les friches et les vieilles jachères abandonnées, les terres de parcours du bétail qui, par excès de pâturage, ont vu leur couverture végétale se dégrader. Le paysage se caractérise donc par des formations végétales basses. Le maquis se développe sur les sols siliceux et donne naissance à une formation buissonnante dense et fermée qui comprend des arbustes ou des arbrisseaux (arbousiers, lentisques, chênes, pins d’Alep, pins maritimes, châtaigniers), des buissons (bruyères, cistes, lavandes, genévriers), des plantes épineuses et des lianes. La garrigue s’étend sur les roches calcaires et donne naissance à une formation ouverte, constituée de buissons de chênes kermès, de touffes de thym, de romarin et de ciste. En Espagne, la garrigue porte le nom de matorral. Le terme est aujourd’hui souvent employé de manière générique pour désigner à la fois la garrigue et le maquis comme une forme dégradée de la forêt de chênes.

14Dans les zones les plus méridionales et les plus sèches, dans certaines régions de l’Espagne comme le bassin de l’Ebre, la Manche, la région de Murcie ou l’Andalousie, le saltus prend la forme d’une steppe. Laissant le sol largement dénudé, la couverture végétale se compose de touffes éparses d’espèces herbacées plus ou moins halophiles comme l’alfa, le sparte et l’armoise, et d’espèces méditerranéennes adaptées à une sécheresse prolongée comme le chêne kermès, le genévrier, le thym et la lavande. Enfin, dans les zones d’altitude, le saltus* est formé par les prairies des terres hautes. Dans tous les cas, sa fonction est pastorale, car il est le domaine de parcours des bêtes à laine, des ovins et des caprins. Le paysage porte les marques de cette mise en valeur, ou en tout cas ses vestiges : cabanes de bergers en pierre sèche et chemins empruntés par les troupeaux transhumants (les drailles).

15Quatrième partie des finages méditerranéens traditionnels, la sylva ou forêt s’étend sur les terres les plus éloignées et les plus élevées. La forêt méditerranéenne est relativement chétive (elle ne dépasse pas 15 m de hauteur), mais c’est une forêt touffue grâce à la densité de son sous-bois. Elle se compose principalement de feuillus (chênes verts et, sur les terres siliceuses de la Méditerranée occidentale, de chênes-lièges) et d’un sous-bois d’arbustes (laurier-thym, chêne kermès, bruyère arborescente). Dans les régions les plus humides, les conifères se mêlent aux feuillus. Enfin, en montagne, l’accroissement des précipitations permet au chêne pubescent de supplanter le chêne vert, mais l’abaissement des températures favorise les espèces supportant mieux le froid : hêtres et sapins sur les versants les plus arrosés, pins sylvestres sur les versants secs et ensoleillés. Au-delà, s’étend un étage alpin constitué d’une lande discontinue d’aspect steppique.

16La forêt forme l’espace des ressources complémentaires de l’économie rurale traditionnelle : bois de chauffage, produit de la cueillette et de la chasse, ressources pour les activités artisanales et semi-industrielles comme le bois d’œuvre pour le bâtiment, les meubles, l’outillage agricole ; comme le charbon de bois combustible indispensable des fours à chaux, la tuilerie et la poterie ; comme l’écorce de chêne pour le tan et le liège. C’est aussi un espace de réserve de pâturages, ce qui explique son caractère souvent dégradé, ainsi que de terres à cultiver après un défrichement par brûlis.

Les logiques de formation de l’espace agraire dans les pays méditerranéens

17Dans les régions méditerranéennes, la chaleur estivale et l’irrégularité des précipitations se conjuguent à la médiocrité des sols pour limiter les possibilités agricoles à la culture de plantes annuelles qui achèvent leur cycle végétatif avant l’été et à des vergers d’arbres xérophiles. Néanmoins, l’irrigation corrige les contraintes naturelles, permet la diversification des systèmes de cultures et autorise l’intensification. De ce fait, les terroirs de l’agriculture sèche ou pluviale (secanos) s’opposent aux terroirs de l’agriculture irriguée (regadios). Dans La Méditerranée et le Proche-Orient (1953), Pierre Birot retrace la logique de formation de l’espace agraire en Méditerranée. Après avoir rappelé l’agencement général du relief et les contraintes du milieu, il décompose l’occupation du sol agricole en trois étapes (Birot et Dresch, 1953). L’ouvrage décrit un milieu méditerranéen type sous la forme d’une plaine alluviale présentant la zonation suivante : en bordure de la montagne, on trouve une zone de collines et de cônes de déjection, faciles à arroser à l’aide des torrents et des sources ; en aval, les eaux des cours d’eau secondaires s’infiltrent dans les alluvions et la plaine devient sèche en surface ; en s’approchant du niveau de base, on trouve une zone périodiquement inondée et des marécages littoraux que le fleuve n’a pas encore colmatés par ses alluvions.

18Dans ce cadre naturel, la mise en valeur de la plaine suit plusieurs étapes et plusieurs niveaux d’intensification. Au premier stade, l’occupation se cantonne au pied de la montagne. Les villages sont installés à proximité des sources, entourés de petites huertas, c’est-à-dire d’auréoles de jardins irrigués. Au-dessus, sur les pentes des collines, s’accrochent la vigne et l’olivier. En contrebas, la plaine sert à la pratique d’une céréaliculture extensive sous la forme de champs temporaires et de pâturages d’hiver aux moutons transhumants descendus de la montagne. Au second stade, l’occupation humaine s’étend par la conquête du saltus. La plaine est mise en exploitation sous la forme d’un openfield céréalier, avec ou sans pratiques communautaires. L’hiver, sur les jachères, paissent les moutons transhumants. Au troisième stade, la plaine est intégralement occupée et mise en valeur. Les communautés rurales organisent un réseau d’irrigation dans la plaine sèche et conduisent des opérations de drainage dans la partie inondée pour étendre le domaine cultivable et intensifier la production. L’élevage se sédentarise par la culture des plantes fourragères et la pratique de la stabulation. Cette logique d’ensemble n’explique cependant pas toutes les dynamiques possibles qui dépendent de trajectoires historiques différenciées au niveau régional. Les grandes bonifications* de plaine peuvent aussi être le résultat de planifications initiales remontant à l’Antiquité ou au Moyen Âge.

La discontinuité des systèmes agraires

19Au sein de cette logique générale, Pierre Birot oppose deux systèmes agraires. Le premier est le système de la polyculture intensive et des champs complantés d’arbres dans des régions d’habitat dispersé ou semi-dispersé. Il est le fait de la grande propriété bourgeoise et de la petite exploitation paysanne à longue tenure*. Les deux structures sont liées par un régime contractuel, commandé par la bourgeoisie urbaine et visant la maximisation de la rente foncière. Dans ce système, le cadre juridique et social du métayage est dominant. Le second système agraire est celui de la monoculture céréalière et de l’élevage extensif, parfois des cultures arbustives spécialisées, dans des régions d’habitat groupé. Les structures foncières sont concentrées, sous la forme de grandes propriétés et de grandes exploitations à main-d’œuvre salariée, juxtaposées à de petites exploitations paysannes (Birot et Dresch, 1953).

20Cette typologie combine plusieurs critères sociaux, économiques et structurels : le système de cultures, la distribution de l’habitat rural, le niveau d’intensification du système de production agricole et enfin, la diversité des rapports sociaux de production. Ce dernier critère joue un rôle déterminant. En effet, le niveau d’intensification des agricultures dépend de la combinaison des trois facteurs principaux de la production agricole, que sont la terre, le capital et le travail. L’articulation de ces facteurs est liée aux rapports sociaux de production qui s’expriment à travers le mode d’appropriation (type et taille de la propriété foncière) et le mode de mise en valeur de la terre (taille des exploitations, modes de faire-valoir direct ou indirect, types de système de cultures). La distribution contrastée des structures de propriété et des structures d’exploitation est à l’origine de la discontinuité agraire des régions méditerranéennes. Le contraste des structures agraires tend à opposer trois groupes sociaux et trois logiques de fonctionnement économique.

L’aristocratie et le système latifundiaire

21Le système latifundiaire caractérise l’inégalité des rapports sociaux de production dans les pays méditerranéens. Jusqu’à une période récente, la grande propriété foncière a occupé une place structurellement importante dans les espaces agraires et les économies rurales. Le grand domaine* se définit par le mode de tenure de la terre et par l’organisation du travail agricole. Le mode d’exploitation permet au propriétaire de tirer un double bénéfice de la terre et de l’adapter à l’évolution de la conjoncture économique (Drain, 1993). En période de crise et de baisse des prix agricoles, le faire-valoir indirect du foncier domine et les revenus sont assurés par le prélèvement d’une rente sur de petites exploitations paysannes concédées en fermage. L’ouverture des marchés et la hausse des prix orientent le fonctionnement du domaine vers l’exploitation directe, qui sous la conduite d’un régisseur, emploie une main-d’œuvre salariée, composée d’ouvriers agricoles, de petits paysans, de paysans sans terre et de colons partiaires. Le colonat partiaire est l’expression la plus évidente des rapports sociaux inégalitaires. Il maintient dans la dépendance économique des familles de petits paysans sans terre, en rémunérant le travail effectué sur le grand domaine*, sous la forme d’une petite concession foncière destinée à l’autoconsommation familiale.

22Ces rapports au foncier* expliquent en partie la distribution des hommes et des activités. Dans les régions méridionales des péninsules ibérique et italienne, l’habitat se concentre le plus souvent sous la forme de gros villages principalement composés de maisons basses dans lesquelles logent les journaliers, tandis que le centre abrite les maisons de notables. En Sicile, les fondations villageoises du xvie-xviiie siècles sont reconnaissables à leur plan régulier. Les villages sont parfois entourés d’un anneau de cultures de subsistance, appelé ruedo en Andalousie. Au-delà, s’étendent les terres des grands domaines, vastes zones de cultures inhabitées, ponctuées par endroits de quelques groupements de bâtiments d’exploitation, généralement dotés d’une chapelle et d’une résidence cossue : ce sont les cortijos de l’Estrémadure en Espagne, les montes de l’Alentejo au Portugal, les masserias des Pouilles en Italie, dont les bâtiments sont fréquemment entourés de murs et flanqués de tours, dans un but défensif. Dans la péninsule Ibérique, ces terres portent de grandes exploitations à champs arborés, appelées dehesa en Espagne et montado au Portugal (Silbert, 1966). Le système de cultures associe les terres ouvertes de secanos céréaliers, les terroirs de vignes et d’olivier, et sur la plus grande partie des terres, des peuplements de chênes verts ou de chênes-lièges. Les grandes exploitations latifundiaires ont développé un système agrosylvopastoral très extensif : une céréaliculture à jachère longue, un élevage ovin transhumant pâturant sur la jachère ou sous les chênes, cueillette du bois d’œuvre, du bois de chauffe et du liège. En Italie méridionale dominent plutôt les champs céréaliers et les jachères herbeuses, sans peuplement forestier. Dans la plaine du Pô, les structures latifundiaires ont développé à partir du milieu du xixe siècle la riziculture irriguée, en particulier sur les terres de bonification*, comme les rizières de Vercelli en Piémont ou de la Lomelina dans la province lombarde de Pavie. Le grand domaine* est symbolisé par la grosse ferme de briques rouges à cour carrée, qui comprend l’habitation du maître et les bâtiments d’exploitation (grange, étable, grenier, entrepôt pour les machines) [Birot et Dresch, 1953].

  • 4 Plusieurs opérations successives de désamortissement ont eu lieu de la fin du xviiie au début du xx(...)

23La grande propriété foncière s’est de fait constituée en marge des finages villageois dans des régions de faible densité de peuplement. L’aristocratie s’est appropriée les terres vaines (baldios) du saltus* pour développer l’élevage à laine, une matière première commercialisable, puis a empiété sur les terres tenues par la paysannerie. Dès la fin du Moyen Âge, l’aristocratie a profité des conquêtes militaires, comme sur les terres de la Reconquista dans la péninsule Ibérique. Plus tard, les acquisitions foncières se sont multipliées à la faveur des opérations désamortissement4 des biens des communautés religieuses et des communautés villageoises. Enfin, la suppression des droits seigneuriaux au début du xixe siècle, dans le contexte des conquêtes napoléoniennes, a permis à l’aristocratie de transformer les redevances en rentes en nature relatives à la propriété, obligeant les paysans à céder une partie de leur propriété contre l’abandon de droits seigneuriaux (Daumas, 1977 ; Drain, 1993).

La propriété bourgeoise et la maximisation de la rente foncière

24À l’opposé, la propriété bourgeoise de la terre a favorisé les systèmes d’exploitation intensifs, le plus souvent dans le cadre de la petite exploitation paysanne. À partir de la fin du Moyen Âge, la bourgeoisie urbaine commence à réinvestir les revenus tirés des activités marchandes, dans la terre pour en tirer de nouveaux revenus. L’investissement s’opère dans l’acquisition de foncier sous la forme de grandes propriétés, dont l’exploitation est confiée à des familles paysannes liées par des contrats de métayage. Le grand propriétaire citadin est intéressé par la maximisation de la rente foncière. Il attend des revenus à la hauteur de son investissement initial et pousse le système contractuel dans le sens d’une exploitation intensive de la terre.

25Les paysages de coltura promiscua expriment tout particulièrement cette forme de valorisation de la terre et d’intensification de l’agriculture. Répandu dans la partie moyenne de l’Italie péninsulaire (Toscane, Ombrie et Campanie), ce système agraire peut également se retrouver en Catalogne ou en Andalousie. En Toscane, par exemple, le système de la mezzadria a organisé l’espace agraire de façon caractéristique. L’habitat juxtapose de grosses bourgades mi-rurales, mi-urbaines, perchées sur des sites défensifs, et un semis de fermes isolées dans la campagne. Les parcelles sont cultivées en « cultures mêlées ». Sur les versants, les champs en terrasse portent des rangées d’oliviers et de vignes, la vigne étant parfois supportée par des arbres tuteurs (orme et l’érable). Dans les plaines humides à l’origine, des réseaux de drainage et d’irrigation organisent le terroir cultivé. Chaque parcelle est bordée de fossés surmontés de talus qui portent des rangées d’arbres fruitiers sur lesquels s’accroche en plus la vigne. À l’intérieur, les parcelles portent des assolements complexes de céréales, de plantes fourragères (luzerne), de légumes et de plantes industrielles (tabac) [Desplanques, 1969].

26Plus généralement, les investissements de la bourgeoise urbaine ont favorisé les formes intensives de valorisation de la terre. Ils expliquent en partie l’extension des vignobles et des cultures arbustives irriguées, en particulier dans les zones de huerta. Ce terme désigne une plaine irriguée qui porte des cultures intensives de fruits et de légumes. Par extension, il s’applique à tous les périmètres irrigués, dénommés de manière générique regadios, par opposition aux terres d’agriculture sèche des secanos. Les terroirs irrigués sont organisés par les réseaux de canaux de dérivation et d’irrigation, dont dépend aussi en partie la morphologie du parcellaire : des champs étroits et allongés, parfois de forme géométrique lorsque la mise en culture procède d’opérations de colonisation qui, pour certaines, remontent au Moyen Âge, comme les divisions parcellaires de la plaine de Valence ou celles de la huerta de Murcie, tracées par les assignations foncières de la Reconquista à partir du milieu du xiiie siècle (Lavigne, 2005) ; des cultures intensives, dont les plus fragiles, les fruits et les légumes en particulier, sont protégées des vents dominants par des haies et des rangées d’arbres, ce qui donne parfois un aspect bocager à ces paysages. Le régime agraire des huertas se caractérise par la coexistence de la grande et de la petite propriété. La grande propriété d’origine citadine est exploitée en faire-valoir indirect, par le biais de fermages surtout. Les familles paysannes bénéficient en général de baux de longue durée, souvent transmissibles de père en fils. Dans les huertas de Murcie et de Valence en Espagne, la propriété est en grande partie concentrée entre les mains de la bourgeoisie urbaine, mais l’usufruit de la terre est morcelé en de très nombreuses exploitations paysannes, tenues en fermage. Ailleurs, comme dans le bassin de l’Ebre, la propriété paysanne et le faire-valoir direct sont plus répandus, au point de faire coïncider la propriété et le faire-valoir (Hérin 1977 ; Courtot 1989). Cette situation renvoie à des structures plus égalitaires qui sont le fait des sociétés paysannes.

Microfundia et logiques paysannes

27Le rôle de la paysannerie dans les formes traditionnelles de polyculture et d’agriculture intensive est essentiel. Associée ou non à la petite propriété, la petite exploitation paysanne constitue la forme sociale de production qui a réalisé dans de nombreuses régions l’intensification des systèmes d’exploitation. La garantie de conserver l’usufruit de la terre par la propriété ou la longue tenure*, la possibilité de la transmettre à des descendants, l’absence de contraintes collectives sont autant de facteurs socioéconomiques favorables à l’investissement dans le travail et le capital d’exploitation (Birot et Dresch, 1953). L’intensification agricole a le plus souvent pris la forme des systèmes irrigués, en particulier dans les régions de huertas. Elle a également concerné les plantes de la trilogie méditerranéenne, participant à la spécialisation des vignobles et à l’extension des vergers oléicoles. Dans ce cas, le mouvement coopératif est venu plus tard renforcer les structures de commercialisation.

28Les structures paysannes sont aussi à l’origine de systèmes de polyculture originaux, comme dans le Minho portugais. Les districts côtiers du nord-ouest du Portugal se situent aux marges du monde méditerranéen. Sous influence climatique atlantique, ces régions de petites plaines et de moyenne montagne portent des systèmes de cultures bien différents de la trilogie méditerranéenne. Traditionnellement, le système associe quelques céréales pauvres (seigle en hiver et millet en été) dans les plaines et les bassins, et le pacage des animaux sur les landes de versants. Dans les vallées les plus humides, les près étaient irrigués pour permettre plusieurs coupes de foin. Le système intégrait la culture de la vigne en treille et de l’olivier. À partir du xvie siècle, deux nouvelles plantes sont introduites dans le calendrier agricole, le maïs à la fin de l’été et les haricots en cultures intercalaires sur les prés mis en culture. La progression du maïs développe un système intensif de polyculture associé à la vigne et à l’élevage laitier. Ces régions d’individualisme agraire se distinguent par la dispersion de l’habitat et les formes bocagères du paysage agraire (Birot et Dresch, 1953).

29Dans d’autres régions, les structures du minifundium ont pu obéir à des logiques paysannes de type communautaire et ont donné lieu à des formes de mise en valeur plus extensives, comme en Vieille Castille, en Navarre ou en Sardaigne. L’habitat se groupe en gros villages. Les parcelles exploitées se distribuent dans un finage assolé dans le cadre d’un système triennal ou simplement biennal, faisant alterner la sole en jachère et la sole labourée pour la culture des céréales. Les pratiques agraires sont soumises au respect d’usages communautaires : façons culturales fixées par les bans du calendrier agricole, vaine pâture sur la sole en jachère sous la surveillance d’un berger, transhumance des troupeaux. Les institutions communautaires assurent la pérennité de la société agropastorale traditionnelle. Elles établissent des rapports sociaux de production égalitaires dans la distribution de la terre et de son exploitation (Birot et Dresch, 1953). Dans certaines régions, les communautés villageoises procèdent à la répartition des parcelles de cultures entre les familles paysannes sur des terres appropriées de manière collective, comme dans le Campidano sarde (Le Lannou, 1941). L’introduction du droit moderne a généralisé la propriété individuelle sur la terre et a figé le morcellement des structures foncières, renforcé par le partage successoral égalitaire. Au final, les structures du minifundium et les pratiques communautaires ont bloqué les possibilités de diversification des systèmes de cultures et d’intensification des systèmes d’exploitation.

La modernisation des agricultures méditerranéennes

30Distinctes du reste de l’Europe par leurs héritages agraires, les campagnes méditerranéennes le sont aussi par les formes de modernisation de leurs agricultures à l’époque contemporaine. La transformation des systèmes de production agricoles, longtemps différée par l’inertie des structures foncières, a été accélérée par l’intégration européenne et se décline selon des trajectoires d’évolution et d’adaptation différenciées.

La question foncière

31La question foncière a souvent été considérée comme un obstacle à la modernisation. Aussi, les politiques d’intensification ont-elles été accompagnées de mesures de réforme agraire*. Ce dispositif juridique modifie les rapports sociaux de production en procédant à une redistribution des structures de propriété et d’exploitation, dans un double objectif de développement économique et de justice sociale. Mais dans les pays méditerranéens, les opérations de réforme agraire* ont eu, dans l’ensemble, des résultats décevants. Elles ont été réduites par les régimes autoritaires à des travaux de bonification*, d’aménagement hydroagricole et de colonisation dans des régions faiblement peuplées et faiblement utilisées. Lorsqu’elles ont modifié les structures foncières, elles ont souvent contrarié le processus d’intensification ou exclu la plus grande partie de la paysannerie de l’intégration dans l’économie agricole moderne.

Les réponses conservatrices à la question foncière

32Les régimes politiques conservateurs et autoritaires de l’entre-deux-guerres ont écarté toute mesure de réforme agraire pour promouvoir des opérations de bonification*, servant de vitrine moderniste aux régimes en place. En Italie, la vision dirigiste de l’économie du régime fasciste s’est traduite par la création en 1929 d’un secrétariat d’État à la bonification. Dans l’objectif de développer l’autosuffisance alimentaire du pays, l’État italien prend en charge des travaux de drainage et d’aménagement pour l’irrigation, dans les régions d’agriculture extensive du Mezzogiorno. Près de 150 000 ha sont concernés au total, en particulier dans la région des marais Pontins, sans que les structures latifundiaires ne soient affectées par des mesures d’expropriation ou de redistribution (Drain, 1993).

33De même, le régime franquiste en Espagne s’est doté en 1939 d’un Institut national de la colonisation, qui deviendra en 1971 l’Institut de la réforme et du développement agraire (IRYDA). Plusieurs zones d’intervention sont délimitées par l’État pour y appliquer une politique de modernisation et d’intensification de l’agriculture. Avec ce dispositif, l’État nationaliste met brutalement fin à l’expérience de réforme agraire conduite par la République espagnole à partir de 1932. Les terres expropriées pour constituer un fonds agraire national et pour être redistribuées à des ouvriers agricoles, des petits paysans et des paysans sans terre, sont restituées à leurs propriétaires (Daumas, 1977). À la fin de la guerre civile, le gouvernement nationaliste a voulu apporter une réponse conservatrice à la question agraire (Drain, 1993). Le plan Badajoz est emblématique de l’action du régime dans la Meseta méridionale. L’Institut a délimité des périmètres de colonisation dans les deux vallées principales, celle du Tage et celle du Guadiana. La réforme s’est limitée à des mesures d’expropriation, assorties d’une clause de réserve foncière de 200 ha, et d’exemptions pour les grands propriétaires qui consentaient à réaliser les aménagements de bonification. En fait, les terres ont été rachetées par l’Institut, pour être aménagées et redistribuées sous forme de lots à des bénéficiaires choisis pour leurs qualités morales, leurs vertus chrétiennes et leur expérience dans l’agriculture, parmi les petits paysans et ouvriers locaux ou des régions voisines. La colonisation est un semi-échec en raison de l’archaïsme des structures d’exploitation et de l’absence de structure d’encadrement commercial et industriel (Daumas, 1977 ; Drain, 1993).

Les réformes d’inspiration libérale

34Les véritables mesures de réforme agraire ont eu lieu après la Seconde Guerre mondiale. En Italie, la Démocratie chrétienne crée un Institut de la réforme agraire (Ente di Riforma) qui délimite plusieurs aires d’application en particulier dans le Mezzogiorno, rendant disponibles près de 720 000 ha (Bergeron, 1994). L’Institut procède à des expropriations contre indemnisation, selon un barème qui permet de toucher les propriétés les plus vastes et les exploitations qui pratiquent les systèmes les moins intensifs. L’Institut procède ensuite à des aménagements agraires, opérations de drainage, de bonification et installation de réseaux d’irrigation, pour installer sur des lots fonciers des familles paysannes, en contrepartie d’une participation d’un tiers au coût de la terre et des améliorations. Sur le plan technique, le programme est un succès. Mais les résultats économiques sont mitigés, car les nouvelles structures d’exploitation agricole se révèlent trop étroites (6 ha en moyenne par lot foncier) pour supporter les coûts de la modernisation et de l’adaptation aux marchés. L’exode rural des années 1960 a entraîné soit l’abandon d’aménagements coûteux, soit la reconstitution d’exploitations plus vastes (Drain, 1993).

L’expérience collectiviste du Portugal

35La politique d’intervention sur le foncier agricole, après la chute du régime autoritaire de Salazar au Portugal, mérite une attention particulière. À la suite de la révolution des Œillets, les décrets-lois de 1975 promulguent deux modalités de réforme agraire*. La première est à l’initiative du nouveau régime démocratique qui institue une réforme des baux ruraux visant à réduire la rente foncière et à améliorer la situation des petites exploitations paysannes. La réforme s’est appliquée aux régions les plus peuplées et les plus productives du pays, dans les provinces septentrionales du Minho et dans l’Algarve, où elle s’est heurtée à la résistance des notables propriétaires de la terre (Drain, 1993).

36La seconde modalité de réforme agraire est d’inspiration révolutionnaire. Elle émane de la volonté des ouvriers agricoles des grands domaines de l’Alentejo et a reçu a posteriori un cadre légal du gouvernement. Les revendications des travailleurs agricoles portent moins sur l’accès à la terre que sur la garantie de l’emploi agricole et sur la hausse des salaires. De ce fait, les décrets-lois de 1975 constituent une propriété d’État à partir de l’expropriation partielle des grands domaines. Les terres d’État sont attribuées en usufruit à des coopératives de production, donnant naissance à des structures d’exploitation de type collectiviste. Des unités de grande taille (2 300 ha en moyenne) instaurent l’organisation collective du travail et la rémunération de type salarial, regroupent les services dans des villages-centres, sièges des coopératives, et pratiquent une céréaliculture sèche extensive. L’expérience collectiviste est stoppée dès 1977. Les lois Barreto interrompent la distribution des crédits agricoles d’urgence accordés aux coopératives pour le financement des salaires et des investissements productifs et les contraignent à l’autonomie budgétaire. Par ailleurs, les lois élargissent la clause de réserve foncière qui permet de restituer aux anciens propriétaires la plus grande partie de leurs terres, si bien qu’au terme du processus, en 1987, le secteur des terres collectives se réduit à 100 000 ha, contre un million d’hectares au début de la réforme. Sur les terres d’État abandonnées par les coopératives, le gouvernement favorise l’installation d’exploitations familiales. Enfin, la politique de crédits encourage l’intensification des systèmes d’exploitation (Drain, 1993).

37En définitive, la réforme agraire appliquée au Portugal a renforcé les structures d’exploitation familiale grâce à la réforme des baux ruraux dans les régions densément peuplées. Dans les régions latifundiaires, l’intervention sur les structures agraires et la politique d’intensification ont eu des effets limités : la généralisation des structures paysannes ne s’est pas produite et les grands propriétaires ont reproduit des systèmes extensifs, de type dry farming ou ranching.

38Dans les pays méditerranéens de l’Union européenne*, les politiques d’intervention sur les structures agraires se soldent par l’effacement relatif du grand domaine* traditionnel. Globalement, elles visent à favoriser les exploitations familiales qui pratiquent des systèmes intensifs. Mais, dans le même temps, la grande exploitation montre des capacités d’adaptation remarquables. Elle peut développer l’intensification en mettant à profit les investissements publics dans les aménagements de grande hydraulique agricole. Elle peut pérenniser des formes extensives d’agriculture en ciblant les aides publiques versées pour la protection des milieux naturels et de la préservation des paysages agraires, comme les mesures agroenvironnementales, progressivement intégrées à partir des années 1980 à la politique agricole commune de l’Union européenne.

Le décalage chronologique de la modernisation des agricultures méditerranéennes

Une modernisation différée par l’inertie des structures agraires

39La modernisation des agricultures méditerranéennes ne s’est pas produite à la faveur de la première révolution agricole*, aussi appelée révolution fourragère. En effet, les nouveaux systèmes de cultures qui ont permis aux régions d’Europe du Nord, au cours du xixe siècle, de réduire la jachère et d’augmenter les rendements* n’ont jamais trouvé d’équivalent en Méditerranée. D’ailleurs, la révolution fourragère et l’insertion de l’économie agricole dans l’économie d’échanges ont même marginalisé les agricultures méditerranéennes, qui se sont montrées incapables de résister à la concurrence des agricultures du Nord, agricultures européennes et américaines, notamment pour les produits de base (céréales, fourrages, lait, viande, sucre, oléoprotéagineux).

40En fait, dans les pays méditerranéens, la modernisation des agricultures s’est opérée par le biais des spécialisations de la rente naturelle et par l’extension des périmètres irrigués. Les spécialisations de la rente naturelle concernent les cultures intensives qui bénéficient en Méditerranée d’avantages naturels comparatifs, surtout climatiques : vigne, olivier, et cultures irriguées, maraîchage et arboriculture. L’intensification des systèmes d’exploitation par les pratiques de l’irrigation a permis de conquérir de nouvelles terres agricoles, d’élargir considérablement l’éventail des productions tout en spécialisant les systèmes de cultures, d’augmenter les rendements et de dégager des surplus commercialisables. La modernisation s’accélère avec la seconde révolution agricole* ou révolution productiviste qui, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, a généralisé en Europe, la motomécanisation des façons culturales et l’utilisation des intrants agricoles d’origine industrielle (engrais et produits phytosanitaires).

41Par rapport aux agricultures du Nord, la modernisation des agricultures méditerranéennes s’est cependant produite avec un décalage chronologique (Jollivet et Eizner, 1996). Cette situation tient aux modalités d’adoption des dispositifs de modernisation et d’application de la politique agricole de l’Europe communautaire. Mais, elle s’explique aussi par des facteurs socioéconomiques. De fait, la modernisation s’est heurtée à l’inertie des structures agraires. Les blocages hérités de l’inégalité des rapports sociaux de production n’ont pas permis comme en Europe du Nord, l’affirmation d’une paysannerie en mesure d’accumuler et de réinvestir du capital. En termes économiques, les agricultures méditerranéennes ont souffert de l’insuffisance générale du capital d’exploitation, de la dépendance technique, du faible niveau d’organisation des filières d’équipement et de commercialisation, c’est-à-dire de l’absence des principaux facteurs qui ont permis dans les pays du nord de l’Europe, l’intégration industrielle et commerciale de l’activité agricole au cours de la seconde moitié du xxe siècle.

Une modernisation précipitée par l’adhésion à l’Union européenne*

42L’adhésion à l’Union européenne et l’application de la politique agricole commune* ont fortement orienté le processus de modernisation. Sur le marché unique européen, les États méditerranéens sont entrés en concurrence avec les systèmes de cultures et d’élevage intensifs et productifs de l’Europe du Nord. L’application de la politique agricole commune a mis fin au régime de protection douanière qui avait permis le maintien des productions céréalières et de l’élevage. Les agricultures méditerranéennes sont passées d’une situation de protection relative à une situation de concurrence avec des régions mieux dotées en terres, des structures d’exploitation plus productives et des populations agricoles numériquement déjà fortement réduites.

43Par ailleurs, l’organisation commune des marchés n’a pas directement profité aux spéculations agricoles des pays méditerranéens. Les avantages de la rente naturelle pour les cultures spécialisées, comme la viticulture ou l’arboriculture, ont été en quelque sorte annulés par la faiblesse des mesures de régulation des marchés. Ces dernières se sont limitées à des subventions à l’arrachage, sans que ne soit négocié un système de prix uniques et garantis, supérieurs à ceux du marché mondial, comme le prévoyait la PAC, jusqu’à sa réforme de 1992, pour des produits comme les céréales, les betteraves à sucre, la viande et le lait.

44En outre, la règle de la préférence communautaire* a surtout joué en faveur des pays du nord de l’Europe qui ont pu profiter d’une demande alimentaire en progression et qui ont pu élargir leurs débouchés aux dépens des autres pays membres. De ce fait, les pays de l’Europe méditerranéenne ont accru leurs importations de produits alimentaires après leur adhésion à l’Union européenne, ce qui a surtout profité aux agricultures du nord de l’Europe. Enfin, la productivité* des systèmes céréaliers et des élevages intensifs nord-européens a contraint les pays méditerranéens, à une spécialisation culturale qui les met en concurrence sur un marché étroit et en faible expansion. En effet, les capacités d’absorption du marché européen pour les fruits et les légumes sont limitées, ce qui entraîne une plus grande concurrence intracommunautaire entre les différentes régions méditerranéennes.

45Le décalage chronologique de la modernisation et les conséquences de l’intégration européenne ont en quelque sorte précipité le processus de transformation structurelle (Jollivet et Eizner, 1996) : la baisse du taux de population active agricole a été souvent plus rapide que dans le nord de l’Europe, de même que l’augmentation du taux de mécanisation et du taux de consommation de produits intermédiaires et d’intrants* agricoles. Ce sont là les signes d’un processus d’intensification agricole, mais ce processus a été structurellement et géographiquement concentré. Structurellement, il a opposé et oppose encore le groupe des paysans traditionnels à celui des modernes, sans que ce clivage ne recoupe celui des structures de propriété et d’exploitation. Géographiquement surtout, car dans les pays méditerranéens, l’intensification est en grande partie liée à l’extension des systèmes de cultures irriguées ou à l’arboriculture sèche : huertas et vignobles. Ce processus a abouti à une forte différenciation spatiale opposant les vastes terres de secanos aux périmètres restreints des regadios, opposant les régions de plaine et de collines aux régions de montagne.

Trajectoires de modernisation agricole dans les pays méditerranéens

  • 5 Compte tenu du manque d’information normalisée, le Portugal a été exclu des études statistiques pré (...)

46Sur les vingt dernières années, une complexification des dynamiques agricoles contemporaines est observée dans l’ensemble de l’Europe méditerranéenne. Même si l’agriculture comme activité structurante des économies rurales reste une évidence, les conditions et les formes de développement liées à sa modernisation se distinguent nettement. Les trajectoires agricoles sont multiples et se distinguent en fonction des structures agraires héritées, des systèmes de cultures plus ou moins spécialisés, des systèmes de production plus ou moins intensifs et du niveau d’intégration commerciale. Les effets de la modernisation sur les espaces agricoles peuvent être mesurés au moyen d’un traitement de données statistiques5 qui mobilise neuf variables regroupées en trois catégories : le type de structure d’exploitation, le niveau de l’emploi agricole, le degré de spécialisation et de performance des systèmes productifs (voir encadré ci-dessous). Six profils d’espaces agricoles peuvent être distingués.

Méthodologie d’élaboration de la typologie des espaces agricoles

La typologie des espaces agricoles (fig. 1) a été élaborée par le croisement statistique de neuf variables issues de l’INSEE en France, de l’INE en Espagne et de l’ISTAT en Italie (données normalisées à l’échelle européenne dans le cadre de la base Eurostat). Ces variables (présentées ci-dessous) ont été préalablement classées en trois catégories qui ont donné lieu chacune à des traitements statistiques primaires déclinés sous l’angle des structures d’exploitation, de l’emploi et enfin, de l’efficacité et de la spécialisation de la production.

Structures d’exploitation :

• SAU en 2000, 2005 et 2014 ;
• évolution de la taille moyenne des exploitations (2000-2014) ;
• évolution du nombre des exploitations (2000-2014).

Emplois :

• évolution des charges d’actifs (2000-2015) ;
• charge d’actifs en 2015 ;
• part des exploitations à temps partiel (2014).

Spécialisation et efficacité de la production :

• orientation de la production (en ha) ;
• évolution de la productivité agricole (2000-2015) ;
• productivité agricole en 2015.

Ces trois analyses primaires ont été ensuite croisées selon la méthodologie élaborée par Kendall et Pigozzi (1994) pour établir un profil type moyen de l’ensemble des entités NUTS 3 des trois pays. Puis, il a été calculé l’écart type de chaque département au profil moyen. Ce calcul a permis de comparer les différentes situations par rapport à l’ensemble du profil général et de déterminer l’amplitude des dynamiques agricoles pour chaque territoire. La dernière étape a consisté à réaliser une classification aboutissant à une typologie. Cette typologie a été élaborée à partir de la méthode dite « Hybrid clustering » ou « classification mixte » (Lebart et al., 1997).

Figure 1. Typologie des espaces agricoles

Figure 1. Typologie des espaces agricoles

Source : Carte réalisée d’après les données de l’INE Espagne, 2014 ; IFN France, 2014 et ISTAT Italie, 2014.

  • 6 La France entière a été prise en compte dans l’analyse statistique. À ce stade, elle sert surtout d (...)

47Le profil nommé « espace d’agriculture stabilisée » regroupe 35 % des entités territoriales ce qui en fait la catégorie la plus importante, notamment en France6. Elle se caractérise par la quasi-stabilité des structures foncières. La réduction limitée de la surface agricole utile* et du nombre des exploitations montre que l’activité résiste bien à la déprise, grâce notamment au haut niveau de formation des chefs d’exploitation. En termes d’efficacité, ces exploitations bénéficient d’une spécialisation productive qui favorise un niveau élevé de performance économique. Ce type d’agriculture est plutôt professionnel, stable dans ses structures, il rationalise au maximum l’espace et les facteurs de production (comme dans les régions viticoles du Languedoc ou les huertas de la basse plaine de Valence). Il peut s’agir de viticulture (comme dans le Bordelais et la plaine du Languedoc où le système de production est relativement intensif), de production de fraise dans la région de Huelva en Espagne, ou de systèmes agricoles, plutôt orientés vers la céréaliculture, assez intensifs et soumis à une forte pression foncière (c’est le cas dans la plaine du Pô en Italie).

48Le profil nommé « espace d’agriculture à emprise spatiale » concerne 27,6 % des provinces ou départements (région des Causses et du Massif central en France, sud de l’Italie). Il est lui aussi, marqué par le niveau élevé de formation des chefs d’exploitation, mais dans un contexte d’extension de l’espace agricole utile. Le nombre d’exploitations agricoles ne régresse pas ce qui permet à l’agriculture d’être encore dominante dans ces espaces. Par rapport au critère de spécialisation/efficacité, deux modèles semblent émerger. Le premier se caractérise par un faible degré de spécialisation et une productivité* agricole relativement faible dont l’évolution accuse une forte baisse entre 2000 et 2005. Il s’agit de régions de polyculture et d’élevage, préférentiellement localisées dans la moyenne montagne française, les Pouilles et la province de Molise en Italie. Le second type correspond à des territoires plus spécialisés, très souvent dans l’élevage (région d’Albacete en Espagne, sud des Alpes françaises et Piémont italien).

49Le profil nommé « espace d’agriculture diversifiée en voie de concentration » intéresse 10 % des entités territoriales, dont la Galice, la Corse et une partie de la Sardaigne. Il se caractérise par une progression de la SAU (+ 3,5 % entre 2000 et 2012) et surtout par une forte concentration foncière marquée par la progression de la taille moyenne des exploitations (+ 11 % en dix ans). Ce type de profil s’applique à des systèmes productifs diversifiés en termes d’emplois et de spécialisation.

50Le profil dit « espace d’agriculture à forte charge d’actifs » regroupe environ 8 % des entités territoriales, signalées par une forte augmentation de la charge d’actifs agricoles (+ 7 % entre 2000 et 2012), souvent liée à la pluriactivité des chefs d’exploitation. Ce processus semble lié à des systèmes de culture, comme le maraîchage dans le sud de l’Espagne ou l’élevage en Calabre, mais les effets sur la productivité* agricole peuvent différer selon les territoires. En Andalousie, la forte charge d’actifs, essentiellement composés de saisonniers, n’entrave pas la productivité agricole qui progresse depuis les années 2000. En revanche, en Sicile, le maintien d’une partie de la population, faute d’un emploi non agricole, alourdit la charge de main-d’œuvre agricole et impacte négativement la productivité.

51Le profil des « espaces en restructuration » qui représente 10 % des effectifs est celui qui est le plus affecté par le déclin démographique et le recul de l’emprise spatiale de l’agriculture, sous l’effet de la hausse de la fonction résidentielle. Cela s’accompagne de l’essor de la pluriactivité, combinée à un accroissement du nombre d’exploitants à temps partiel (forte progression de l’agritourisme, par exemple dans la Drôme et en Toscane italienne). Il peut s’agir d’espaces dont le système agricole, relativement extensif, porte la marque d’une polyculture qui éprouve des difficultés à s’intégrer au marché (région de Zamora dans l’ouest de l’Espagne).

52Enfin, le profil d’une « agriculture en déprise », touche 9,4 % des espaces comme dans certaines provinces d’Andalousie ou de Sicile. La déprise foncière est accentuée même si le nombre des exploitations, de faible taille moyenne, reste stable.

Utilisation foncière et diversité fonctionnelle des espaces ruraux

53Le processus de transformation des espaces ruraux ne se limite pas au secteur agricole. Les dynamiques socioéconomiques et démographiques en cours modifient profondément les régions méditerranéennes (Jollivet et Eizner, 1996 ; Guibert et Jean, 2011 ; Bessaoud et Jouve, 2007 ; Abdel-Hakim, 2006). Auparavant activité principale et structurante de la ruralité par son poids économique, culturel, spatial ou démographique, l’agriculture ne cesse aujourd’hui de perdre de l’importance malgré une place prépondérante dans l’occupation des sols. L’espace rural s’est peu à peu transformé sous l’influence du développement de nouvelles activités et l’agriculture n’est plus le seul facteur des dynamiques rurales. Comme le souligne Laurent Rieutort (2009), depuis 1950, les crises et mutations s’enchaînent et l’agriculture joue un rôle secondaire dans la décomposition/recomposition des espaces ruraux. La modernisation de l’agriculture, dans une optique productiviste sélectionne les terroirs les plus favorables à l’intensification et abandonne peu à peu les autres. Sur cette trame agraire en mouvement, de nouveaux usages du sol s’imposent. La fonction résidentielle fait progresser la périurbanisation et les enjeux environnementaux soumettent une partie du foncier à des dispositifs de protection de la nature.

Diversification fonctionnelle des espaces ruraux et dynamiques d’usage du sol

  • 7 La base de données européenne Corine Land Cover renseigne, à l’échelle parcellaire, l’occupation bi (...)

54La mobilisation des ressources foncières des espaces ruraux est principalement analysée sous l’angle des fonctions territoriales. Philippe Perrier-Cornet (2002) ainsi que Guy Chiasson et Caroline Andrew (2006) en identifient principalement trois : fonction de production (agricole, sylvicole, industrie, etc.), fonction résidentielle (permanente ou touristique) et fonction environnementale qui, outre leur rôle dans la structuration socioéconomique des territoires, s’inscrivent dans l’espace qu’elles se partagent. Pour caractériser la fonctionnalité des espaces ruraux, il est possible d’établir une correspondance entre les fonctions productives forestières, agricoles, résidentielles, touristiques, industrielles et de protection environnementale et les données d’usage du sol issues du Code Corine Land Cover 947.

Figure 2. Typologie d’occupation de l’espace

Figure 2. Typologie d’occupation de l’espace

Source : Carte réalisée d’après les données de Corine Land Cover, 2014.

55Globalement, l’espace urbanisé représente en moyenne 4 % de la superficie des trois pays en 2010, auquel s’ajoutent 2 % d’espaces dédiés aux infrastructures et industries. Les espaces agricoles occupent en moyenne 61 % de la superficie régionale et les espaces forestiers, 21 %. Les espaces protégés en représentent moins de 0,5 % (un grand nombre de régions n’étant pas concernées par ce type d’usage). Ces valeurs moyennes masquent une grande variété de profils régionaux qui peuvent être regroupés en quatre classes distinctes.

  • 8 Certaines régions urbanisées, comme c’est le cas de la province de Barcelone, n’appartiennent pas à (...)

56Dans la classe 1, les régions forestières, localisées essentiellement dans les espaces montagneux du sud de la France et du centre de l’Espagne, sont peu affectées par l’urbanisation. L’agriculture y est de type extensif et son emprise reste une des plus faibles. Les régions à dominante agricole (classe 2), correspondent aux grands bassins de production européens (Bassin parisien, plaine du Pô, sud de l’Espagne). Elles sont orientées vers une activité de production agricole, souvent intensive. Ce sont également des régions urbanisées, bien que l’usage agricole des sols reste dominant. Cette double orientation fonctionnelle explique que l’espace forestier y soit restreint. Au contraire, les régions de la classe 3, orientées vers des activités de production primaire* associant agriculture, activités de sylviculture et tourisme, et présence d’espaces naturels protégés, sont peu urbanisées. Il s’agit de territoires au relief plus contrasté et éloignés des grandes concentrations urbaines. Les régions les plus urbanisées (classe 4), dont les surfaces bâties représentent au moins 30 % de la superficie régionale, incluent la plupart des grandes villes de l’Europe méditerranéenne et leurs zones adjacentes (Ligurie italienne, régions madrilène et marseillaise)8. Plutôt démunies de couverture forestière, ce sont des espaces où l’articulation entre fonction de production et fonction résidentielle est cruciale.

Évolution fonctionnelle des régions méditerranéennes

57Certaines dynamiques socioéconomiques sont partagées par un grand nombre d’espaces ruraux et se traduisent par des trajectoires de recomposition spatiales similaires. Ainsi, l’urbanisation, la prise en compte croissante de préoccupations environnementales par les politiques publiques, le développement du tourisme et des loisirs sont à l’origine de processus transformant les espaces ruraux. Expansion urbaine et périurbanisation, création d’aires protégées, développement de résidences secondaires en région littorale en sont les tendances de fond.

Des tendances lourdes…

58La progression de la fonction résidentielle des espaces ruraux est une caractéristique commune à la quasi-totalité des régions méditerranéennes. Cette extension de la surface dédiée au bâti résidentiel représente en moyenne 1,5 % de la superficie régionale par an entre 1990 et 2012, avec une nette accélération au début des années 2000, notamment en Espagne et en Italie du Sud. De même, le développement des infrastructures et des activités économiques suscite un étalement de la superficie artificialisée. Ce phénomène semble connaître un tassement à partir des années 2010, en partie lié aux effets de la crise économique profonde qui affecte un pays comme l’Espagne et se traduit par une baisse des investissements publics dans la construction d’infrastructures. À l’opposé, la réduction des superficies agricoles se confirme. Plus ou moins prononcée encore selon les régions dans les années 1990, elle se généralise à partir de 2006.

59Les dynamiques du couvert forestier restent plus contrastées, indépendamment de ses usages, que ce soit dans la filière de la sylviculture ou dans celle récréative du tourisme et des loisirs. Deux tendances plus ou moins contradictoires s’affirment : le déboisement, d’une part, en raison principalement de l’exploitation sylvicole (dans le pays basque français principalement) ; ce processus semble toutefois se réduire nettement depuis le début des années 1970 avec le recul de l’exploitation de la forêt dans les trois pays) – et le reboisement d’autre part, lié soit à la sanctuarisation, sous la forme de périmètres de protection très réglementés (notamment dans les régions de montagne, dans le Mercantour en France, dans les Pyrénées françaises et espagnoles), soit encore par la déprise agricole qui favorise l’embroussaillement dans les espaces où le foncier n’est pas réinvesti par le tourisme ou l’usage résidentiel.

60Les mêmes facteurs peuvent conduire à un résultat différent selon les lieux (Verbug et al., 2010). Dès lors, les combinaisons de fonctions déterminent des trajectoires régionales de recomposition différenciées, c’est-à-dire des manières de mobiliser la ressource en sol qui varient dans le temps et l’espace, en dépit de l’existence de tendances lourdes au niveau européen.

… mais des trajectoires régionales nettement diversifiées

61En Europe méditerranéenne occidentale, les terres agricoles reculent depuis les années 1960. Entre 1961 et 2015, cette partie de l’Europe a perdu 7 millions d’hectares de terres agricoles, et ce phénomène tend à s’accélérer avec le temps. Les pertes les plus importantes concernent le sud de l’Italie et de l’Espagne, mais le Midi de la France n’est pas en reste et est également une des régions touchées par la disparition de ces terres agricoles.

Figure 3. Des trajectoires foncières différenciées

Figure 3. Des trajectoires foncières différenciées

Source : Carte réalisée d’après les données de l’INE Espagne, 2014 ; IFN France, 2014 et ISTAT Italie, 2014.

62Globalement, dans les trois pays, le phénomène de réduction du foncier agricole, au moins jusqu’au début des années 1970, était lié à l’abandon des terres inhérent à la disparition des exploitations les moins performantes au regard du marché et situées dans les régions les plus périphériques (moyenne montagne française, Abruzzes, Castilla Léon, Galice). Cette dynamique d’abandon masquait un phénomène qui s’est accentué par la suite, l’artificialisation des sols et l’urbanisation.

63En zone rurale, les terres agricoles soustraites aux exploitations concernent la Dordogne en France, les Pouilles en Italie et l’Andalousie espagnole. 23 % de cet abandon serait dû à l’acquisition de ces surfaces par des non-agriculteurs qui acquièrent ces terrains pour leur résidence ou leurs loisirs. Par ailleurs, 13 % de cet abandon serait dédié à un boisement artificiel (comme c’est le cas dans la vallée de la Maurienne dans les Alpes françaises). Ainsi, sans prendre en compte ces surfaces utilisées pour un autre usage que l’agriculture, l’abandon « réel » peut être estimé à 70 000 ha par an dans les trois pays. Il concerne principalement les régions viticoles, les plus affectées par les politiques d’arrachage à partir des années 1980 et certaines zones de montagnes.

64Ainsi, entre 2000 et 2015, 132 000 ha/an de terres agricoles (flux brut) ou 210 000 ha/an (flux net, c’est-à-dire en prenant en compte les terres artificialisées qui reviennent à un usage agricole) ont été urbanisés dans les trois pays. À cela s’ajoutent 42 000 ha/an de friches et landes qui sont artificialisés et ne reviennent pas à un usage agricole (stock de terrains en réserve foncière et en attente d’aménagement classés en friche à partir du moment où ils ne sont plus cultivés). Ainsi, ce sont 78 000 ha/an qui seraient concernés, soit l’équivalent d’un département français tous les 10 ans entre 1992 et 2005. Le phénomène s’accélérant, il a été évalué à l’équivalent d’un département français tous les 7 ans pour la période 2006-2009 (Commission européenne, 2011). Même si les surfaces artificialisées représentent encore moins de 10 % du territoire des trois pays, 7,7 millions d’hectares (17 % de la SAU) seraient sous la pression de l’artificialisation puisque situés en zone périurbaine. Cela concernerait surtout les régions du Bassin parisien et de la plaine du Pô.

65En zone rurale, l’urbanisation est grandissante dans le nord des Alpes, la plaine du Pô, la Campanie italienne et la région de Cadix. Dans les périphéries proches de Turin, Milan ou Naples, la vitesse de l’extension urbaine dépasse même le triple de la moyenne européenne tout comme sur le littoral méditerranéen d’Andalousie et des Pouilles. Le principal facteur d’artificialisation des terres est lié à la fonction résidentielle et au développement de l’habitat individuel. Par ailleurs, les résidences secondaires sont également de plus en plus nombreuses (leur nombre a doublé en trente ans, elles sont environ 3 millions). Ces maisons individuelles, contrairement à l’habitat collectif, ne se cantonnent pas aux centres urbains et entraînent donc un mitage des zones rurales. Par exemple, en 2014, 198 000 maisons ont été construites en Espagne (dont la moitié sur le littoral méditerranéen et dans la région de Madrid), dont 152 000 en secteur diffus. Par ailleurs, le besoin en infrastructures de transport est accru par cette dispersion des lieux de vie, tout comme pour l’installation d’entrepôts de stockage construits en périphérie des villes.

66Les trois pays disposent encore d’un espace agricole par habitant important (0,48 ha de SAU/habitant en France, 0,32 ha en Espagne et 0,29 ha en Italie) mais les besoins sont croissants (notamment, en matière de production d’énergies renouvelables, de biomatériaux) et certaines zones devront être préservées (captage d’eau potable, maintien des habitats naturels) par la mise en place d’une agriculture peu intensive ou l’arrêt total de l’activité agricole.

Les conséquences de la diminution du foncier agricole méditerranéen

67La diminution de la part des terres agricoles et l’entrée d’acteurs non agricoles sur le marché du foncier* alimentent la spéculation foncière. Le prix des terres peut s’emballer, notamment en zone périurbaine (Provence française, Lombardie, Catalogne) et touristique (littoral languedocien, Sierra Nevada espagnole, Alpes françaises et italiennes, etc.) là où les terres agricoles peuvent être classées comme constructibles, et atteindre des niveaux pour lesquels les jeunes agriculteurs qui veulent s’installer ne peuvent plus investir. En Toscane par exemple, leur prix a été multiplié par 3 en à peine 10 ans. Dans ces régions, le recours aux emprunts est rarement une solution, les banques étant frileuses à s’engager aux côtés d’un porteur de projet pour son installation. En effet, elles craignent que celui-ci ne parvienne pas à rentabiliser, par une activité agricole, un achat trop important de foncier*.

68La transmission des exploitations est aussi remise en cause. Certains propriétaires préfèrent en effet garder leurs terres en friches après le départ de l’agriculteur exploitant, et ce dans l’attente d’un classement en zone constructible qui leur permettrait de vendre leur bien plus cher. On peut alors entrer dans un cercle vicieux : le retrait de l’agriculture sur ces espaces peut être utilisé comme argument pour justifier, de façon trompeuse, que ces terres n’intéressent plus l’agriculture et peuvent donc être dédiées à l’urbanisation (reclassement dans le cadre des documents d’urbanisme). Par ailleurs, certains agriculteurs comptent sur la vente de leurs biens fonciers en terrains constructibles pour financer leur retraite. Ce processus est aujourd’hui exacerbé autour de Madrid, Rome ou Turin. Plus largement ouverte par ces différentiels de prix, la perspective de réalisation d’une rente foncière importante entretient des stratégies patrimoniales et spéculatives des propriétaires fonciers qui accroissent la vitesse de changement des usages du sol et déstabilisent (ou reconfigurent) l’activité agricole. La hausse du prix des terres permet alors aux propriétaires fonciers (agriculteurs ou non) de développer des stratégies spéculatives se traduisant par des friches et/ou des constructions résidentielles. Ces changements d’usage et les nouveaux acteurs des territoires ruraux remettent en cause la gestion des terres agricoles et impactent plus ou moins directement la dynamique des activités agricoles soumises alors à de nouvelles contraintes.

69En dehors de la privation pure et simple de certaines parcelles auparavant dédiées à l’agriculture, l’urbanisation et le mitage de ces zones par des habitations individuelles mettent en avant la relative incompatibilité entre zones résidentielles et activité agricole. En effet, les citadins n’acceptent pas toujours les nuisances agricoles (odeurs, bruits, etc.) et la nouvelle proximité avec des habitations demande aux agriculteurs de s’adapter (révisions des plans d’épandage en tenant compte des distances requises par rapport aux constructions, horaires de travail avec du matériel bruyant, etc.).

70Par ailleurs, la présence de nouvelles habitations ou de nouveaux équipements s’accompagne de la construction de voies de transport pour faciliter leur accessibilité. Ces voies de transport sont généralement responsables d’une division du parcellaire et sont autant de voies, ferrées ou routières, que les agriculteurs ne peuvent pas franchir avec leurs machines agricoles ou leurs troupeaux.

71En montagne, les terrains plats sont fortement soumis à l’urbanisation. La pression foncière se limite aux vallées, mais les éleveurs ont besoin de ces terres mécanisables pour la production fourragère fournissant le complément alimentaire nécessaire aux animaux et favorisant l’autonomie des exploitations. Privés de ces espaces, certains éleveurs quittent le métier, ce qui entraîne l’abandon, puis l’enfrichement des versants, supprimant à terme les complémentarités agropastorales de l’étagement montagnard. Sur les zones périurbaines conservées pour une activité agricole, une concurrence peut apparaître entre les différents types de production agricole, les communautés d’agglomération souhaitant installer des porteurs de projet agricole favorisent plutôt le maraîchage, les circuits courts… que les élevages laitiers.

Conclusion

72À l’exception des quelques plaines très agricoles du Bassin méditerranéen (plaine du Pô, zone des huertas en Espagne, plaine viticole du Languedoc, etc.), la gestion du foncier par les acteurs locaux s’inscrit bien dans ce contexte méditerranéen marqué par un potentiel agronomique relativement limité (notamment dans les moyennes montagnes de la dorsale italienne et de la Castille espagnole) et une agriculture peu dynamique, en repli sur le temps long. Mais ces territoires du soleil attirent, et pas seulement sur leur littoral, renforçant la pression qui s’exerce sur la terre agricole, via le développement du tourisme et des résidences secondaires et principales. Et l’on observe une situation de territoires qui associent faibles densités et forte concurrence pour le sol. Les stratégies des acteurs locaux et nationaux tentent de concilier les différents usages dans le cadre des documents d’urbanisme communaux, en limitant l’urbanisation diffuse et en préservant certaines terres agricoles.

73Bien que la multifonctionnalité de l’agriculture et du territoire soit aujourd’hui une réalité reconnue en Europe méditerranéenne, la mobilisation de la ressource foncière, dans une perspective d’intérêt collectif, est de plus en plus difficile compte tenu des nombreux enjeux économiques qui l’accompagnent.

Bibliographie

Abdel-Hakim Tahani, 2006, « Synthèse de l’atelier 2 : “Économie des territoires ruraux” et “Ressources humaines et formation”, in Chassany Jean-Paul et Pellissier Jean-Paul (éds), Politiques de développement rural durable en Méditerranée dans le cadre de la politique de voisinage de l’Union européenne, Montpellier, CIHEAM, p. 179-184.

Archaeomedes, 1998, Des oppida aux métropoles. Archéologues et géographes en vallée du Rhône, Paris, Anthropos.

Bergeron Robert, 1994, La Basilicate, changement social et changement spatial dans une région du Mezzogiorno, Rome, École française de Rome.

Bessaoud Omar et Jouve Anne-Marie, 2007, « Les transformations du monde rural méditerranéen dans le contexte de la mondialisation », in Akesbi Néjib, Benatya Driss, Zagdouni Iarbi et Zouggari Ahmed (éds), Hommage à Paul Pascon : devenir de la société rurale, développement économique et mobilisation sociale, actes du colloque international (8-10 décembre 2005, Rabat, Maroc), Rabat, Institut agronomique et vétérinaire Hassan II, p. 171-195.

Bethemont Jacques, 2001, Géographie de la Méditerranée, du mythe unitaire à l’espace fragmenté, Paris, A. Colin.

Birot Pierre et Dresch Jean, 1953, La Méditerranée et le Moyen-Orient, t. i, Paris, PUF.

Boissinot Philippe, 2001, « Archéologie des vignobles antiques en Narbonnaise », Gallia, n° 58, p. 45-68.

Braudel Fernand, 1985 [1977], La Méditerranée, l’espace et l’histoire, Paris, Flammarion.

Brun Jean-Pierre, 2004, Archéologie du vin et de l’huile, de la préhistoire à l’époque hellénistique, Paris, Errance.

Carrere Pierre et Dugrand Raymond, 1960, La région méditerranéenne, Paris, PUF.

Chiasson Guy et Andrew Caroline, 2006, « Développement territorial et forêts : la création de nouveaux territoires forestiers en Abitibi et en Outaouais », Recherches sociographiques, vol. 47, n° 3, p. 555-572.

Chouquer Gérard, 2015(octobre), Les parcellaires médiévaux en Émilie et en Romagne – Centuriations et trames coaxiales. Morphologie et droit agraires, livre électronique, Paris, France internationale pour l’expertise foncière (FIEF).

Commission européenne, 2011, « Rural Development in the European Union – Statistical and economic information », rapport de l’Union européenne [en ligne], Bruxelles, Directorate General for Agriculture and Rural Development, URL : https://ec.europa.eu/agriculture/statistics/rural-development/2011_fr.

Compatangelo Rita, 1989, Un cadastre de pierre. Le Salento romain, Paysages et structures agraires, Paris, Les Belles Lettres.

Courtot Roland, 1989, Campagnes et villes dans les huertas valenciennes, Paris, Éditions du CNRS.

Daumas Max, 1979, « L’évolution de la question agraire en Espagne », Méditerranée, Évolution et mutations récentes des campagnes de la Méditerranée occidentale, vol. 37, n° 4, p. 27-40.

Desplanques Henri, 1969, Campagnes ombriennes, contribution à l’étude des paysages ruraux en Italie centrale, Paris, A. Colin.

— 1958, « La culture mixte italienne », Bulletin de l’Association des géographes français, vol. 35, n° 278, p. 23-37.

Diry Jean-Paul, Mignon Christian et Rieutort Laurent, 1996, « Survivances paysannes et pluriactivité dans la montagne portugaise, l’exemple de la Serra do Caramulo », Méditerranée, Revue géographique des pays méditerranéens, vol. 83, n° 1-2, p. 97-108.

Drain Michel, 1996, « Les mondes méditerranéens », in Bonnamour Jacqueline, Agricultures et campagnes dans le monde, Paris, Sedes, p. 113-138.

— 1993, « L’Europe des grands domaines », Revue de géographie des Pyrénées et du Sud-Ouest, n° 3-4, p. 155-185.

Favory François (éd.), 2013, Le Tricastin romain : évolution d’un paysage centurié (Drôme, Vaucluse), Lyon, Alpara/Maison de l’Orient et de la Méditerranée.

Franceschelli Carlotta et Marabini Stefano, 2007, Lettura di un territorio sepolto. La pianura lughese in età romana, Bologne, Ante Quem.

González Villaescusa Ricardo, 2002, Las formas de los paisajes mediterráneos, Jaén, Université de Jaén.

Guibert Martine et Jean Yves, 2011, Dynamiques des espaces ruraux dans le monde, Paris, Armand Colin.

Herin Robert, 1977, « De la théorie de la huerta. Géographie comparée des huertas du Sureste espagnol, de Marrakech et de l’oasis d’Ispahan », Revue de géographie de Lyon, n° 2, p. 177-195.

Hervieu Bertrand et Abis Sébastien, 2006, « Les dynamiques agricoles en Méditerranée », Confluences Méditerranée, vol. 3, n° 58, p. 169-186.

Jollivet Marcel et Eizner Nicole (éds), 1996, L’Europe et ses campagnes, Paris, Presses de Sciences Po.

Jung Cécile, 1999, Morphogenèse, fonctions et évolution de la centuriation B d’Orange et essai de restitution diachronique des paléopaysages du Tricastin (Drôme-Vaucluse), thèse de doctorat, Tours, Université de Tours.

Kendall Jenner et Pigozzi Bruce W.M., 1994, « Non employment income and the economic base of Michigan counties: 1959-1986 », Growth and Change, vol. 25, n° 1, p. 51-74.

Lavigne Cédric, 2005 (juillet-décembre), « Assigner et fiscaliser les terres au Moyen Âge. Trois exemples », Études rurales, n° 175-176, p. 81-108.

— 2002, Essai sur la planification agraire au Moyen Âge. Les paysages neufs de la Gascogne médiévale, Bordeaux, Ausonius.

Lebart Ludovic, Morineau Alain et Piron Marie, 1997, Statistique exploratoire multidimensionnelle, Paris, Dunod.

Le Lannou Maurice, 1941, Pâtres et paysans de la Sardaigne, Tours, Arrault & Cie.

Mignon Christian, 1974, « Un nouveau Sud en Espagne, colonisation et pionniers du Campo de Dalias », L’Espace géographique, vol. 3, n° 4, p. 273-286.

Perrier-Cornet Philippe, 2002, Repenser les campagnes, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube/DATAR.

Perrin Coline, 2013, « L’empreinte des structures agraires sur les dynamiques paysagères en périurbain : une modélisation spatiale diachronique comparée entre la Provence et la Toscane », Méditerranée, vol. 1, n° 120, p. 59-71.

Rieutort Laurent, 2009, « Dynamiques rurales françaises et reterritorialisation de l’agriculture », L’Information géographique, n° 73, p. 30-48, DOI : 10.3917/lig.731.0030.

Rochefort Renée, 1984, « À propos du paysage agraire italien », Revue de géographie de Lyon, vol. 39, n° 3, p. 183-195.

Settis Salvatore et Pasquinucci Marinella (éds), 1983, Misurare la terra: centuriazione e coloni nel mondo romano. Il caso modenese, Modène, Panini.

Silbert Albert, 1966, Le Portugal méditerranéen à la fin de l’Ancien Régime, xviiie-début du xixe siècle, 2 vol., Paris, SEVPEN.

Tirone Lucien, 1996, « Les dynamiques récentes du vignoble italien », Méditerranée, Revue géographique des pays méditerranéens, vol. 83, n° 1-2, p. 87-96.

Van der Leeuw Sander, Favory François et Fiches Jean-Luc (éds), 2003, Archéologie et systèmes socioenvironnementaux : études multiscalaires sur la vallée du Rhône dans le programme Archaeomedes, Paris, Éditions du CNRS.

Verburg Peter H., Van Berkel Derek, Van Doorn Anne M., Van Eupen Michiel, Van den Heiligenberg Harm A.R.M, 2010, « Trajectories of land use change in Europe: a model-based exploration of rural futures », Landscape Ecology, vol. 25, n° 2, p. 217-232.

Notes

1 La géoarchéologie est une discipline naturaliste d’étude des sédiments qui emprunte à l’archéologie sa capacité à dater et à contextualiser les observations sédimentaires. Dans le mot composé de géoarchéologie, le préfixe « géo- » se réfère à la géologie. On ne doit pas confondre avec l’archéogéographie qui est une discipline d’essence géographique et sociale qui étudie la morphologie agraire ou urbaine et recherche les héritages et leur transmission.

2 Pour l’Espagne : González Villaescusa, 2002 ; pour l’Italie antique : Compatangelo, 1989 ; pour la France méridionale et l’Italie au Moyen Âge : Lavigne, 2002 et 2005 ; pour les parcellaires médiévaux d’Italie : Chouquer, 2015.

3 Les centuriations sont les divisions agraires orthogonales que les arpenteurs romains traçaient sur le sol pour assigner les terres aux colons et mesurer la terre publique (ager publicus).

4 Plusieurs opérations successives de désamortissement ont eu lieu de la fin du xviiie au début du xxe siècle en Espagne. Elles ont donné lieu à l’aliénation par la vente des biens de mainmorte, détenus par l’Église, les ordres religieux, la noblesse et les communautés paysannes.

5 Compte tenu du manque d’information normalisée, le Portugal a été exclu des études statistiques présentées ci-dessous.

6 La France entière a été prise en compte dans l’analyse statistique. À ce stade, elle sert surtout de référence à la compréhension des évolutions méditerranéennes.

7 La base de données européenne Corine Land Cover renseigne, à l’échelle parcellaire, l’occupation biophysique et anthropique des sols. Dans le cas de la typologie de l’occupation du sol (fig. 2), il a été retenu un découpage de l’espace en quatre catégories en 2014 : espace forestier, espace agricole, espace naturel et espace urbanisé. Pour chaque entité NUTS 3 (nomenclature des unités territoriales statistique – niveau intermédiaire entre le national et le local), il a été calculé d’abord la part de la superficie de chacune de ces quatre catégories sur la superficie totale de la province. Enfin il a été procédé à une analyse factorielle suivie d’une classification hiérarchique ascendante.

8 Certaines régions urbanisées, comme c’est le cas de la province de Barcelone, n’appartiennent pas à cette classe. Malgré le poids démographique de leur métropole, la part de leur espace urbanisé est inférieure à 20 %.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Typologie des espaces agricoles
Crédits Source : Carte réalisée d’après les données de l’INE Espagne, 2014 ; IFN France, 2014 et ISTAT Italie, 2014.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/5703/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Figure 2. Typologie d’occupation de l’espace
Crédits Source : Carte réalisée d’après les données de Corine Land Cover, 2014.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/5703/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Titre Figure 3. Des trajectoires foncières différenciées
Crédits Source : Carte réalisée d’après les données de l’INE Espagne, 2014 ; IFN France, 2014 et ISTAT Italie, 2014.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/5703/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 137k

Auteurs

Pascal Chevalier est professeur de géographie à l’université Paul Valéry Montpellier 3. Il est membre de l’UMR 5281 ART-Dev. Spécialiste de géographie rurale, il travaille sur les modalités de mise en œuvre des politiques de développement local et rural en Europe (France, Espagne, Hongrie, Lituanie) et sur leurs effets territoriaux.

Guillaume Lacquement est professeur de géographie à l’université de Perpignan. Membre de l’UMR 5281 du CNRS ART-Dev (Acteurs, Ressources, Territoires dans le Développement), il a étudié la transformation postsocialiste dans les espaces ruraux d’Allemagne orientale. Il consacre actuellement ses travaux à la géographie du développement territorial et aux formes nouvelles de coordination de l’action publique en faveur du développement des territoires ruraux en France et en Europe.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search