Version classiqueVersion mobile

Les mutations récentes du foncier et des agricultures en Europe

 | 
Gérard Chouquer
, 
Marie-Claude Maurel

France

Chapitre 1

Les révolutions agricoles contemporaines en France

Sophie Devienne

Texte intégral

À partir des années 1950, de profondes transformations de l’agriculture

1Depuis le milieu du xxe siècle l’agriculture française a connu de profondes transformations. Les années 1950 ont en effet marqué une rupture, avec le démarrage d’une véritable révolution agricole* (Mazoyer et Roudart, 1997, p. 377). Cette révolution s’est inscrite dans les mutations économiques majeures qu’a connues le pays au cours des « Trente Gl orieuses* », depuis l’après Seconde Guerre mondiale jusqu’au début des années 1970. Cette période, qui correspond au plein développement de la révolution industrielle basée sur le pétrole, le moteur à explosion et la production de masse (Perez, 2010, p. 191), est marquée par une croissance forte, le plein-emploi et la modernisation des structures économiques (Askenazy, 2011, p. 17). L’agriculture participe à ce mouvement et connaît une mutation technique, économique et sociale de grande ampleur qui s’est poursuivie jusqu’à nos jours. La « révolution agricole* du xxe siècle » n’est pas spécifique de la France : elle s’est développée dans les agricultures de tous les pays du Nord, contrairement à beaucoup de pays du Sud où elle est restée marginale et incomplète. Les années 1970 marquent un tournant dans le développement économique des grands pays industrialisés, avec le passage à une phase de transition vers une nouvelle révolution industrielle, basée sur les technologies de l’information et de la communication (Askenazy, 2011, p. 12). Cette révolution technologique ouvre la voie à de nouvelles mutations dans le secteur agricole, basées sur les techniques de l’information et de la communication mais aussi sur les biotechnologies (Devienne, 2014, p. 241). La « révolution agricole du xxie siècle » n’en est en France qu’à ses débuts. Elle aura sans aucun doute des conséquences majeures sur les systèmes productifs agricoles, que nous tenterons d’esquisser au travers de la comparaison avec le cas des États-Unis, qui apporte des éléments précieux pour la réflexion quant aux perspectives d’évolution de l’agriculture française.

2À la veille de la Seconde Guerre mondiale, la société française est encore une société rurale, au sein de laquelle 36 % de la population active travaille dans le secteur agricole. Après-guerre, les bouleversements que connaissent l’agriculture et l’ensemble de l’économie française s’accompagnent d’une réduction très rapide de l’emploi agricole : le nombre d’actifs agricoles diminue rapidement, pour passer de 5,1 millions en 1954 à 2 millions en 1975, puis à 824 000 en 2016 (Agreste, 2018 ; Gervais, 1972, p. 12). En soixante ans, le nombre d’actifs agricoles a ainsi été divisé par six et la part de la population active employée dans l’agriculture a reflué de 31 % en 1954 à 2,8 % seulement en 2016 (INSEE, 2018 ; Desriers, 2007, p. 17). Dans un secteur marqué par la prédominance des unités de production familiales, la diminution rapide de l’emploi agricole s’est accompagnée de la disparition d'un peu plus de quatre exploitations agricoles sur cinq : leur nombre a diminué de 2,3 millions en 1955 à 437 000 aujourd’hui (Agreste, 2018). Si le salariat et le recours à l’entreprise ont progressé depuis vingt-cinq ans, la réduction du nombre d’actifs et d’exploitations agricoles ne s’est pas pour autant accompagnée d’une remise en cause profonde du caractère familial de l’agriculture française (Grandjean et al., 2016, p. 4) : deux exploitations agricoles sur trois sont aujourd’hui des exploitations individuelles, au sein desquelles les chefs d’exploitation représentent environ deux tiers des actifs permanents, qui peuvent être régulièrement aidés par des actifs qui à 85 % sont des actifs familiaux, tandis qu’au sein des exploitations de forme sociétaire*, les chefs d’exploitations, coexploitants et associés représentent 70 % des actifs (Maséro, 2015).

Figure 1. La population active agricole française

Figure 1. La population active agricole française

Légende : Essentiellement familiale, la population active agricole française a été divisée par six depuis les années 1950.

Source : INSEE ; Agreste.

3Au cours de cette période, le territoire agricole français s’est réduit de 5,6 millions d’hectares : la superficie agricole française occupe aujourd’hui 52 % du territoire, contre 63 % en 1950. Jusqu’en 1990, les terres agricoles ont laissé place aux bois et forêts ; depuis, elles ont surtout reculé au profit de l’expansion des zones urbaines et des réseaux de voirie (Desriers, 2007, p. 17). La superficie en terres labourables est quant à elle restée globalement stable autour de 18 millions d’hectares.

Figure 2. Évolution de la superficie agricole utile en France

Figure 2. Évolution de la superficie agricole utile en France

Légende : Stabilité des terres labourables, recul des prairies permanentes.

Source : INSEE ; Agreste.

4Malgré la diminution du nombre des actifs et de la superficie agricole, l’agriculture française a connu une forte expansion de sa production : entre 1960 et 2015 le volume de la production agricole totale a été multiplié par 2,3. Cette évolution a permis à l’agriculture française de couvrir les besoins de consommateurs français plus nombreux (la population française a augmenté de 20 millions d’habitants depuis 1960, soit de plus de 40 %) dont la demande a évolué vers une plus grande diversité et une qualité accrue (Bourgeois et Demotes-Mainard, 2000, p. 14) tout en développant ses exportations. La France, qui importait deux fois plus de produits agricoles qu’elle n’en exportait en 1960, est devenue largement excédentaire et ses exportations agricoles la placent au 4e rang des exportateurs mondiaux. Cette évolution a reposé sur un accroissement spectaculaire du volume produit par actif agricole, donc de la productivité physique du travail, permis par de profondes transformations des systèmes de production agricole. Dans une première partie de ce chapitre, nous chercherons à expliquer les mécanismes qui sous-tendent ce mouvement, puis nous nous efforcerons dans une deuxième partie d’effectuer le bilan de ces transformations, notamment à partir de l’analyse des résultats économiques de l’agriculture française, afin d’identifier les problèmes qu’elles posent et les enjeux qu’elles soulèvent, dans la perspective de réalisation d’une nouvelle révolution agricole.

  • 1 Ces travaux ont été conduits dans le cadre des activités d’enseignement et de recherche de l’UFR d’ (...)
  • 2 Sans être exhaustif, parmi ces régions : Flandres, pays de Caux, marais du Cotentin, marais Breton, (...)

5Les modalités concrètes d’évolution des systèmes de production mis en œuvre par les agriculteurs au cours de la seconde moitié du xxe siècle ont été longuement décrites et expliquées par Mazoyer et Roudart (1997). Nous reprendrons une partie de leur analyse, en nous efforçant de la compléter et de la prolonger jusqu’à la période actuelle, en nous appuyant sur les nombreux travaux de terrain réalisés depuis vingt-cinq ans dans différentes petites régions agricoles françaises et centrés sur l’analyse-diagnostic de l’agriculture (Cochet et Devienne, 2006)1. Ce type d’approche permet, au sein d’un espace caractérisé par une certaine unité du point de vue du paysage et de la problématique du développement agricole, de rendre compte de manière systémique des transformations de l’agriculture, en articulant les éléments relatifs aux agroécosystèmes, aux techniques et aux conditions socioéconomiques dans lesquelles opèrent les agriculteurs. Ce sont au total plus d’une cinquantaine de petites régions agricoles qui ont été étudiées, permettant de couvrir une partie importante de la diversité du territoire français2. La comparaison de ces situations différentes et contrastées permet de faire une synthèse des transformations concrètes de l’agriculture française et d’expliciter les principaux mécanismes qui sous-tendent ces transformations ainsi que leurs conséquences.

Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, des systèmes de polyculture-élevage

6En 1950 dans la plupart des régions françaises les agriculteurs mettent en œuvre des systèmes de production basés sur l’association agriculture-élevage, qui sont très largement tournés vers l’autofourniture de moyens de production et l’autoconsommation familiale (Mazoyer et Roudart, 1997). Les systèmes de production combinent de façon complémentaire différents systèmes de culture (adaptés aux différents types de terroirs auxquels ceux-ci ont accès) et différents systèmes d’élevage.

Des systèmes de culture complexes

7Les systèmes de culture sont à l’époque généralement basés sur des rotations complexes qui font alterner céréales, plantes sarclées (betteraves fourragères, betteraves à sucre, pommes de terre, navets, choux, rutabagas, etc.), légumineuses fourragères (trèfle semé sous avoine, luzerne, sainfoin, etc.) voire une culture nettoyante telle que le sarrasin. Les produits végétaux fournissent une part importante de l’alimentation de la famille ainsi que l’essentiel de l’alimentation des élevages. Les rotations de cultures ont été élaborées par les paysans de façon empirique, par tâtonnements successifs, lors de la révolution agricole* qui a consisté à remplacer les jachères par des plantes sarclées et des prairies, laquelle a généralement pris place au xixe siècle, voire plus tôt dans certaines régions (Mazoyer et Roudart, 1997).

8Les rotations pratiquées par les agriculteurs dans les années 1950 ont ainsi été mises au point dans un contexte où les exploitations agricoles étaient autonomes et ne recouraient pas du tout ou très peu à l’achat d’intrants*. Le plus souvent, les seuls intrants achetés pour les cultures consistent en effet depuis la fin du xixe siècle, en un peu d’engrais et surtout en amendements, utilisés sur les sols acides pour permettre la culture de plantes sensibles comme le blé ou les légumineuses et augmenter les rendements*.

9Les rotations pratiquées visent à la fois à gérer au mieux la fertilité et à lutter efficacement contre les adventices et les maladies (Mazoyer et Roudart, 1997). Au niveau de la reproduction de la fertilité sur les terres cultivées, il s’agit de préserver le stock d’éléments minéraux du sol, en réalisant des apports et en limitant les pertes en éléments minéraux. Le renouvellement du stock est assuré grâce à l’incorporation de fumier dans le sol, qui permet de préserver, voire d’accroître, le taux de matière organique, dont la minéralisation libérera des ions assimilables par les plantes cultivées. Le fumier est généralement épandu avant la plante sarclée qui ne craint pas le risque de verse tandis que l’écart entre les pieds et les rangs facilite le sarclage des adventices dont les graines sont contenues dans le fumier. L’introduction de légumineuses dans les rotations permet d’accroître les disponibilités en azote : capable de fixer l’azote de l’air, la légumineuse enrichit le sol en azote dont peut bénéficier la céréale qui lui succède dans la rotation ou qui lui est associée. Les agriculteurs cherchent également à limiter les pertes d’éléments minéraux par lixiviation, en faisant alterner dans les rotations les céréales avec des espèces à la profondeur d’enracinement plus importante, capables d’explorer des horizons du sol auxquels ne peuvent accéder les racines des céréales, et en privilégiant une couverture maximum du sol tout au long de l’année. La couverture du sol peut être assurée grâce à une culture dérobée après la céréale d’hiver (second cycle de culture au cours de la même année), le plus souvent une culture fourragère à la croissance rapide, ou grâce à la culture en association avec la céréale d’une légumineuse fourragère. Dans ce cas, la légumineuse est semée « sous couvert » de la céréale, après que celle-ci a levé, et reste en place après la moisson. La pratique du semis sous couvert permet de protéger la croissance de la légumineuse et d’éviter le flétrissement des jeunes plantules lors de printemps chauds, tandis que la concurrence ainsi provoquée entre les deux plantes favorise la propagation du système racinaire de la légumineuse, qui, après que la céréale est récoltée, connaît un développement rapide dès que les conditions hygrométriques sont favorables. Elle couvre alors rapidement le sol, empêchant la prolifération d’adventices, et peut même fournir une première récolte dès le début de l’automne qui suit la récolte de la céréale. La légumineuse reste ensuite en place une année, protégeant efficacement le sol et prévenant les risques de perte d’éléments minéraux par lixiviation. Elle laisse pour la culture qui la suit un sol nettoyé des adventices, riche en azote et en matière organique et à la structure très favorable.

10L’alternance de cultures qui diffèrent par leurs besoins en éléments minéraux, leur sensibilité aux maladies et aux prédateurs, les caractéristiques de leur système racinaire permet de jouer au maximum sur les effets « précédent » et « sensibilité du suivant ». Les rotations comportent souvent une prairie artificielle d’une durée de 18 mois (trèfle violet) ou plus lorsqu’il s’agit de luzerne ou de sainfoin et peuvent également comprendre une prairie temporaire, le plus souvent d’association de graminées et de légumineuses, ou, comme dans certaines régions de montagne humide, une prairie subspontanée. La présence d’une prairie plus ou moins longue dans les rotations contribue à accroître le taux de matière organique du sol et, par là même, à améliorer sa capacité de rétention des ions et de l’eau et sa stabilité structurale.

11Les rotations observées à l’époque dans les différentes régions françaises obéissent toutes à cette logique mais diffèrent selon les conditions du milieu. Dans une même région, toutes les catégories d’exploitations agricoles, à l’exception parfois des plus petits agriculteurs qui vivent essentiellement d’activités extérieures à leur unité de production et disposent de peu d’animaux, mettent en œuvre le même type de rotation qui constitue une caractéristique de l’écosystème cultivé.

12Les conditions pédoclimatiques jouent ainsi un rôle déterminant dans l’organisation des rotations, comme le montrent les exemples suivants. En Bretagne, où la période végétative est longue et les sols souvent filtrants, une structure caractéristique de rotation, qui vise à une couverture maximale du sol, se dessine dans les différentes régions étudiées (betterave fourragère ou sarrasin ou pomme de terre/blé suivi de navette ou trèfle rouge en dérobée/avoine ou orge de printemps avec trèfle violet semé sous couvert/trèfle violet). Sur les plateaux du Bassin parisien aux sols profonds sur limons (Vexin, Seine-et-Marne), les rotations incluent la luzerne, mieux adaptée aux étés plus chauds et moins arrosés (betterave fourragère ou sucrière/blé, éventuellement suivi d’une dérobée/avoine avec luzerne semée sous couvert/luzerne 2 à 3 ans/blé/orge). Loin de l’Île de France, dans le haut Var, sur les terres alluviales de fond de vallée, les agriculteurs ont développé une rotation à la structure comparable (pomme de terre/blé/avoine ou orge de printemps avec luzerne semée sous couvert/luzerne 3 à 4 ans), tandis que dans l’est de la France (Meuse, Haute-Marne) ou dans le Ségala, la période végétative plus courte ne permet pas d’implanter le blé après la récolte de la culture de printemps et la rotation dite de Norfolk, du nom du comté d’Angleterre où elle a été mise au point à la fin du xviie  siècle, a été développée (betterave ou navet fourrager ou pomme de terre/avoine avec trèfle violet semé sous couvert/trèfle violet/blé). Dans le pays de Caux ou les Flandres, le lin, vendu aux industries textiles locales, a depuis longtemps pris place dans une rotation au sein de laquelle alternent plantes sarclées, céréales et légumineuses fourragères (betterave [sucrière ou fourragère] ou pomme de terre/blé suivi d’une dérobée/avoine avec trèfle violet semé sous couvert/trèfle violet/blé/lin avec trèfle incarnat en dérobée). Enfin, dans les régions où les précipitations estivales et les températures permettent la culture du maïs (Béarn, Bresse), la céréale sarclée est cultivée en association avec le haricot et vient en tête de rotation (maïs en association avec le haricot/blé avec trèfle violet semé sous couvert/trèfle violet).

Les systèmes de production combinent plusieurs systèmes d’élevage, étroitement associés aux systèmes de culture

13Les productions fourragères ainsi que les sous-produits issus des systèmes de culture contribuent au fonctionnement des différents systèmes d’élevage (Mazoyer et Roudart, 1997). Les agriculteurs élèvent à la fois bien souvent des bovins, pour la production de lait et de viande et parfois pour la force de traction lorsqu’ils ne possèdent pas de chevaux ou de mulets, des ovins et/ou des caprins dans les régions aux conditions de milieu plus difficiles, et, à l’exception des plus petites unités de production, des chevaux pour la force de trait. Dans toutes les exploitations sont élevés un ou plusieurs porcs, selon la superficie dont elles disposent (porcs à l’engrais et, pour les plus importantes d’entre elles, une ou quelques truies) et de la volaille. Ces différents systèmes d’élevage fournissent en retour l’énergie de traction pour le matériel de culture et la fumure organique pour la reproduction de la fertilité sur les espaces cultivés. La fabrication de fumier est essentielle pour la reproduction de la fertilité sur les espaces cultivés. Dans toutes les exploitations, la gestion de la fertilité est au cœur du fonctionnement des systèmes de production et les systèmes de polyculture-élevage mis en œuvre par les agriculteurs reposent sur une large autofourniture des moyens de production nécessaires.

Des systèmes de production intégrés aux échanges marchands

14Si l’autoconsommation et l’autofourniture absorbent en général une grande partie de la production agricole, les exploitations ne sont pas pour autant en autarcie mais participent aux échanges marchands (Mazoyer et Roudart, 1997). Les surplus sont vendus, parfois après transformation, afin de dégager le revenu monétaire nécessaire pour renouveler les moyens de production de l’exploitation, notamment l’équipement de culture attelée plus ou moins important (charrues et herses métalliques, faucheuses et autres matériels de la chaîne de récolte des fourrages, moissonneuses, batteuses, coupe-racines, etc.), et pour assurer les besoins monétaires de la famille. Malgré le recours à ces équipements, un grand nombre de tâches demeurent manuelles (traite, récolte du foin et de la paille, binage, sarclages, démariage des betteraves, etc.) et les plus grandes exploitations doivent recourir à de la main-d’œuvre extérieure : salariés permanents, dans les plus grandes d’entre elles (plus d’une vingtaine d’hectares dans les plaines) et saisonniers pour les pointes de travail, y compris dans les exploitations moyennes.

À partir de 1950 : une révolution agricole* basée sur l’incorporation de moyens de production industriels

Une nouvelle logique de production

15À partir des années 1950 démarre la révolution agricole du xxe siècle (Mazoyer et Roudart, 1997, p. 377). Elle se déroule en plusieurs phases et poursuit son développement jusqu’à aujourd’hui. Cette révolution repose sur l’utilisation croissante, sans aucune commune mesure avec la période précédente, de moyens de production industriels (consommations intermédiaires et équipements) et sur le développement de techniques désormais conçues par la recherche publique ou privée et vulgarisées dans les centres de formation ou directement auprès des agriculteurs.

16Les innovations techniques sur lesquelles repose l’accroissement de la productivité du travail dans le secteur agricole ne sont pas conçues indépendamment du système technique et de l’esprit technologique ambiant : « à l’évidence, les techniques agricoles et leur évolution ne peuvent être isolées du paradigme technico-économique en vigueur et de ses mutations » (Mounier, 1992, p. 255). Ne pouvant en effet que très difficilement s’en abstraire, elles mobilisent ainsi les mêmes facteurs (source dominante d’énergie, principes de transport et de transformation de la matière) et mettent en œuvre les mêmes conditions de production, d’organisation et de distribution (Perez, 2010, p. 192) que celles qui caractérisent la révolution technologique en cours. Ainsi, depuis 1950 les solutions techniques conçues et majoritairement adoptées dans le secteur agricole ont reposé sur le pétrole (industrie du tracteur et du machinisme agricole, pétrochimie, etc.), la production de masse, une division horizontale et verticale du travail et des économies d’échelle, la standardisation des productions, etc. La biologie a été mise au service du développement de ces technologies. La sélection génétique a visé à adapter les plantes cultivées et les animaux aux moyens de production industriels tandis que les écosystèmes ont été considérés comme un « support » de production : ils ont été aménagés afin de permettre la mise en œuvre des nouvelles formes de production (arrachage des haies, agrandissement des parcelles, drainage, irrigation, etc.) et le contrôle des cycles de matière (eau, éléments minéraux, oligoéléments, etc.) et des populations vivantes a été extrêmement poussé. Le mode de production qui s’est développé ne s’est que peu appuyé sur les capacités intrinsèques des écosystèmes à produire et à se renouveler, privilégiant au contraire le recours aux moyens de production industriels (engrais, produits phytosanitaires, herbicides, etc.), l’objectif principal demeurant d’accroître la productivité physique du travail.

Révolution des transports et intégration aux échanges marchands

17À partir des années 1950, le développement des transports routiers ouvre la voie à une pleine intégration des exploitations agricoles aux échanges marchands, car celles-ci peuvent dès lors très facilement, et même quotidiennement si nécessaire, s’approvisionner en moyens de production fournis en quantité croissante par l’agrofourniture (intrants* et équipement) et écouler leurs produits agricoles auprès d’une industrie agroalimentaire* en plein essor (Mazoyer et Roudart, 1997, p. 378). Les marchés de consommation, jusqu’alors principaux clients de l’agriculture, sont supplantés par les industries agroalimentaires : le basculement s’effectue au cours des années 1960 (Gervais, 1972, p. 9 ; Malassis, 1973, p. 14). L’agriculture connaît ainsi une division verticale du travail croissante : les unités de production agricole abandonnent plus ou moins rapidement l’autofourniture de moyens de production pour se tourner vers l’achat d’intrants et s'orientent vers la livraison de produits non transformés à l’industrie d’aval. Dans le même temps se met progressivement en place une division pour le travail intellectuel : la conception des tâches des agriculteurs émane de la recherche, fondamentale ou appliquée, publique, parapublique, voire privée.

18L’adoption d’équipements de plus en plus performants permet aux exploitants agricoles qui disposent de la capacité d’investissement suffisante d’accroître l’efficacité de leur travail et de toujours repousser la limite du nombre d’hectares ou d’animaux qu’un actif peut prendre en charge. Les agriculteurs développent parallèlement l’utilisation de variétés et de races sélectionnées par la recherche, adaptées à l’utilisation des machines et des intrants et au potentiel de production accru, permettant en retour de rentabiliser l’utilisation de ces moyens de production industriels. Le recours aux intrants, tels qu’engrais, herbicides, produits phyto- et zoosanitaires et aliments du bétail, contribue à accroître la productivité physique du travail, c’est-à-dire le volume produit par actif, en autorisant un accroissement des rendements*, une diminution de la quantité de travail nécessaire, ainsi que la densification des cultures sur les parcelles et la concentration des animaux dans les bâtiments. Toutes les exploitations n’ont cependant pas les moyens de poursuivre ce mouvement : celui-ci concerne un nombre toujours plus restreint d’exploitations agricoles, cinq unités de production sur six ayant disparu depuis les années 1950. Ce mouvement de concentration est plus ou moins rapide selon les régions, en fonction des possibilités de spécialisation et les niveaux de rendement qu’offrent les potentialités des agroécosystèmes.

L’éclatement des systèmes de polyculture-élevage en systèmes de production spécialisés

19Le recours aux intrants permet également aux agriculteurs d’abandonner la complémentarité jusqu’alors indispensable entre les cultures au sein des rotations et entre les systèmes de culture et d’élevage : le processus de remplacement de l’autofourniture des moyens de production par l’approvisionnement auprès de l’industrie ouvre la voie à la « spécialisation » des exploitations (Mazoyer et Roudart, 1997). Cette spécialisation possible grâce aux intrants est nécessaire pour rentabiliser au mieux les investissements de plus en plus coûteux que réalisent les agriculteurs qui en ont les moyens dans des équipements de plus en plus performants : tracteurs, moissonneuses, moissonneuses-batteuses, installations de traite, etc. Il peut s’agir aussi d’une spécialisation par défaut, par abandon des productions qui ont cessé d’être rentables, du fait des conditions de la concurrence interrégionale et internationale et de la manière dont la politique agricole intervient ou non pour réguler cette concurrence, lesquelles déterminent l’évolution des prix.

20À partir des années 1950 et 1960, les exploitations agricoles abandonnent progressivement les systèmes de polyculture-élevage pour se spécialiser dans un nombre restreint de productions végétales et/ou animales. La complémentarité entre systèmes de culture et systèmes d’élevage pour la reproduction de la fertilité n’est plus indispensable, car les agriculteurs peuvent recourir aux engrais. Le remplacement du cheval par le tracteur libère les surfaces auparavant nécessaires à l’alimentation des chevaux. Désormais une partie de l’alimentation des animaux, voire la totalité pour les élevages « hors sol » qui se développent à partir des années 1960, peut être achetée, notamment les compléments protéiques, tourteaux d’arachide puis tourteaux de soja. La complémentarité entre cultures au sein des rotations devient elle aussi de moins en moins nécessaire, à mesure que sont proposés aux agriculteurs des herbicides et des produits phytosanitaires adaptés. À une grande diversité biologique, caractéristique intrinsèque des systèmes de polyculture-élevage et condition même de leur fonctionnement et de leur reproduction, succède une simplification progressive : raccourcissement et simplification des rotations, abandon ou spécialisation de l’élevage, simplification de la combinaison productive à l’échelle des unités de production.

21La spécialisation des systèmes de production dépend des potentialités agroécologiques de la région. Les conditions topographiques et pédoclimatiques déterminent la plus ou moins grande aptitude à rentabiliser les moyens de production de la révolution agricole* du xxe siècle ; elles jouent un rôle déterminant dans le choix des agriculteurs. Sur les plateaux du Bassin parisien, la majeure partie des terres sont labourables et permettent d’obtenir un rendement* élevé : ces régions ont un véritable avantage comparatif pour les cultures, à l’opposé des régions de montagne ou de piémont, où les terres labourables n’occupent qu’une faible part de la superficie et où les conditions climatiques réduisent la durée de la période végétative. Les régions de montagne humide peuvent disposer d’une production fourragère abondante en été, et l’élevage bovin, laitier ou allaitant y est rentable, particulièrement lorsqu’elles produisent des produits de qualité labellisés. En revanche, les régions de montagne sèche cumulent aux handicaps liés à la topographie et à l’altitude celui d’un déficit hydrique estival marqué : dans les Alpes du Sud, par exemple, la seule spécialisation rentable est l’élevage ovin et à la condition de disposer de superficies importantes, ce qui n’est le cas que d’un petit nombre d’exploitations ; lorsque l’irrigation est possible, des rendements fourragers relativement élevés peuvent être obtenus sur les versants bien exposés en pente douce et l’élevage bovin laitier reste alors rémunérateur. La Bretagne et la Normandie bénéficient d’un climat océanique doux, caractérisé par des précipitations abondantes et régulièrement réparties et par une longue période végétative, sans interruption due au gel ou à la sécheresse ; lorsque le relief est celui d’un plateau, avec des sols développés sur limons au potentiel de production élevé, les cultures fourragères comme les cultures de vente, y compris des cultures à forte valeur ajoutée comme la pomme de terre, le lin ou la betterave à sucre, peuvent bénéficier de rendements élevés. Ces régions, à la différence du Bassin parisien, ne vont pas pour autant se spécialiser vers les grandes cultures dès les années 1950 : l’élevage continue en effet à jouer un rôle plus ou moins important dans ces régions jusqu’à aujourd’hui. La même situation s’observe dans le sud-ouest de la France (Bassin aquitain) où les sols et le climat confèrent un avantage comparatif pour la culture de maïs : la monoculture de maïs s’impose à partir des années 1960, mais le plus souvent à la base d’élevages spécialisés très divers.

22Les conditions écologiques ne suffisent en effet pas à elles seules à expliquer la spécialisation. La superficie des unités de production joue un rôle déterminant dans les choix des agriculteurs au moment de la spécialisation. Dans le Bassin parisien, les exploitations sont de grande taille : plus de 100 ha, et bien souvent de 200 à 400 ha dans certaines régions. Cette situation s’explique par l’histoire : ces grandes fermes, héritières des réserves seigneuriales, ont traversé la Révolution ; elles ont souvent été rachetées par les fermiers aux grands propriétaires fonciers aux xixe et xxe siècles mais leur structure a été conservée. Ces exploitations se spécialisent très tôt vers les grandes cultures : elles abandonnent l’élevage bovin dès les années 1950, puis l’élevage ovin dix ans plus tard, lorsqu’elles s’équipent des premières moissonneuses-batteuses qui laissent moins de chaumes, de grains et d’épis sur les parcelles. Sur les plateaux fertiles de Normandie, comme le pays de Caux, les exploitations sont de plus petite dimension, de 20 à 40 ha pour les plus grandes d’entre elles dans les années 1950, et plus encore en Bretagne, où les exploitations les plus grandes ne disposent bien souvent que de 15 à 25 ha. La spécialisation qui se met en place à cette époque dans ces régions est basée sur l’élevage. Lorsque les exploitations sont de taille moyenne (20 à 40 ha), les exploitations se spécialisent dans l’élevage bovin laitier combiné aux grandes cultures, tandis que dans les régions de plus petites structures comme en Bretagne, la production laitière se maintient dans toutes les exploitations en lien avec autres élevages jusqu’à la fin des années 1960, époque où se mettent en place des systèmes d’élevage avicole et porcin hors sol de grande taille et où le système de polyculture-polyélevage éclate en systèmes de production spécialisés, lait, porc ou volaille. Dans le Sud-Ouest, les agriculteurs développent la monoculture de maïs sur leurs terres labourables dès l’apparition des variétés hybrides et des machines à récolter le maïs dans les années 1960, en particulier lorsqu’ils ont accès à l’irrigation, et le type de spécialisation dépend là aussi de la superficie des unités de production : les plus petites (moins de 15 ha par actif) valorisent le maïs produit grâce à l’élevage de canards (gavage ou prégavage), les exploitations moyennes (de 15 à 30 ha par actif) l’utilisent sous forme d’ensilage pour l’élevage bovin laitier, tandis que celles qui disposent de 30 à 40 ha par actif combinent la culture de maïs avec l’engraissement de bovins. Seules les plus grandes exploitations abandonnent complètement l’élevage.

23La superficie par actif apparaît donc déterminante dans le processus de spécialisation. Les productions qui demandent plus de travail et éventuellement de capital par unité de surface permettent de dégager une plus forte valeur ajoutée par hectare : elles sont mises en œuvre par les exploitations agricoles où la superficie est le facteur limitant et non le travail. À l’opposé, les exploitations agricoles pour lesquelles le travail est un facteur limitant (ce qui est le cas de ces grandes exploitations agricoles dans les années 1950, qui peinent à trouver de la main-d’œuvre salariée en cette période de fort développement industriel) se tournent vers des productions qui demandent moins de travail par unité de surface mais qui ne permettent de dégager qu'une plus faible valeur ajoutée par hectare. Ainsi, au sein d’une même région, peut-on observer une sorte de « classement » des systèmes de production depuis les plus intensifs en travail et éventuellement en capital par unité de surface, mis en œuvre sur les exploitations qui présentent la plus petite superficie par actif, vers les moins intensifs en travail et éventuellement en capital sur les exploitations à la superficie par actif la plus importante. En Bretagne, au sein des petites régions agricoles dotées d’une part importante de terres labourables, se succèdent ainsi, en procédant par gamme de superficie par actif croissante, les systèmes spécialisés en maraîchage, les systèmes de production spécialisés dans l’élevage avicole hors sol combiné avec des cultures de vente, les systèmes spécialisés dans l’élevage porcin hors sol combiné avec des cultures de vente, les systèmes d’élevage bovin laitier, les systèmes spécialisés dans l’élevage porcin dont l’alimentation est en partie basée sur la superficie de l’exploitation et les systèmes qui combinent grandes cultures et élevage bovin allaitant. En 1950, la taille des exploitations agricoles est très variable selon les régions françaises : elle est le fruit d’une évolution pluriséculaire. Des régions au potentiel de production comparable ne vont pas développer les mêmes types de spécialisation selon les structures d’exploitation qui les caractérisent.

24Les spécialisations qui vont se dessiner à partir des années 1950 dépendent également des conditions économiques locales, des débouchés : proximité des villes, et surtout présence des industries de transformation. Celles-ci ne s’implantent pas par hasard : elles sont très étroitement liées au tissu productif local, aux potentialités agricoles (conditions pédoclimatiques et structurelles) de la région et peuvent même souvent résulter de l’action des agriculteurs qui se sont regroupés pour monter une structure coopérative de collecte et/ou de transformation. Ces industries ont ensuite une histoire qui leur est propre, et qui dépend des concentrations, fermetures et délocalisations*, processus qui résultent de la concurrence interrégionale ou internationale, et des avantages comparatifs tant sur le plan agricole qu’industriel.

25Enfin la politique agricole joue également un rôle dans le processus de spécialisation des exploitations, par le soutien inégal qu’elle a apporté aux différentes productions : la politique agricole commune* (PAC) a apporté à partir des années 1960 un soutien fort aux céréales, au sucre, au lait et à la viande bovine. Les prix élevés dont ont longtemps bénéficié ces productions ont sans nul doute joué un rôle important dans les choix des agriculteurs, rendant possible une spécialisation qui ne l’aurait pas été dans les régions les plus handicapées sur le plan des potentialités agroécologiques si les prix avaient été alignés sur ceux du marché mondial.

Spécialisation et inégalités régionales de développement agricole

  • 3 L’appellation d’origine contrôlée (AOC) est un label officiel français identifiant un produit dont (...)

26Des régions dont les systèmes de production sont engagés dans le même type de spécialisation peuvent en effet avoir des potentialités agroécologiques inégales. Si le potentiel de production des prairies des régions de plateaux bretonnes ou normandes est comparable (6 t de matière sèche par hectare environ pour les prairies permanentes), il est nettement supérieur (de 1,5 à 2 t de matière sèche par hectare) à celui des prairies de moyenne montagne de l’est de la France (Jura), où le climat semi-continental vient se combiner à l’altitude (500 à 700 m) pour diminuer la durée de la période de pousse de l’herbe. Dans cette région où la taille des unités de production est comparable, la différence de potentiel fourrager se traduit par une production de lait et une valeur ajoutée par unité de surface inférieures et, in fine, par un revenu et une capacité d’investissement inférieure. Les exploitations laitières bretonnes ou normandes ont, à superficie équivalente, les moyens de développer à moyen terme leur activité à un rythme plus rapide que les exploitations du Jura. La mise en place dès 1958 d’une appellation d’origine contrôlée* (AOC)3 au cahier des charges strict, permet néanmoins aux exploitations du Jura de bénéficier d’un prix du lait plus élevé et les préserve de ce handicap de développement.

27La concurrence interrégionale et internationale aboutit ainsi à une différenciation et à des inégalités régionales de développement agricole (Mazoyer, 1982, p. 29-30). Les régions défavorisées disposant d’une production typée et reconnue (fromage et produits laitiers, vins et cidres, fruits et légumes, miels, etc.) ont pu se protéger grâce à un label de qualité permettant au producteur de recevoir un prix plus ou moins supérieur au prix de marché. Cependant toutes n’ont pu avoir recours à ce débouché privilégié et certaines AOC n’ont pas permis aux producteurs d’obtenir un prix très différent de celui du marché. Dans les régions qui cumulent le plus de handicaps (par exemple montagne sèche, ou, dans l’est de la France, plateaux calcaires aux sols de rendzine très pauvres), il est difficile de trouver des spécialisations rentables, qui permettent aux agriculteurs de vivre de leur activité. Ces régions ont été frappées d’un exode rural massif dans les années 1950 et 1960, qui a conduit les pouvoirs publics à intervenir. La politique agricole a en effet tenté de corriger les handicaps des zones défavorisées avec des interventions ciblées telle que l’aide compensatrice des handicaps naturels (ICHN) qui bénéficie depuis 1975 aux zones défavorisées, au premier rang desquelles viennent les régions de montagne. Ce dispositif de soutien se traduit par une aide directe aux exploitations agricoles, majoritairement destinée à soutenir l’élevage, dont le montant est inversement proportionnel au niveau de handicap. Cette politique n’a permis de compenser que partiellement les handicaps que rencontrent les agriculteurs dans ces régions difficiles (Bazin, 1999). Elle a permis d’y préserver des exploitations agricoles qui ont suivi un mouvement s’inscrivant dans la même logique que le mouvement général de développement de l’agriculture française.

Les transformations des systèmes de production : un accroissement rapide de la productivité physique du travail

28Au sein de chacune des spécialisations, ce mouvement depuis les années 1950 a été celui d’une augmentation de la productivité physique du travail, c’est-à-dire du volume produit par actif, qui a été plus ou moins rapide selon les orientations de production : nous allons étudier rapidement dans le cas de deux grands types de spécialisation (grandes cultures et production laitière) quels sont les mécanismes qui sous-tendent les transformations des systèmes de production des années 1950 jusqu’à aujourd’hui et quelles pourraient être les perspectives d’évolution à venir.

Les systèmes spécialisés en grandes cultures

29En grandes cultures, le développement a reposé sur une spécialisation de plus en plus poussée des systèmes de production et sur la simplification et le raccourcissement des rotations (Mazoyer et Roudart, 1997, p. 394). Les agriculteurs ont centré leur système de production sur les cultures économiquement les plus intéressantes, tout en accordant une place importante à l’organisation du travail pour le choix de leurs assolements, et en prêtant moins d’attention l’« effet précédent » des cultures, en relation avec la « sensibilité du suivant » qu’ils ne l’avaient fait jusqu’alors, puisqu’ils disposent de pesticides efficaces (herbicides, fongicides, insecticides, etc.). Dans le sud du Bassin parisien, sur les plateaux aux sols superficiels, les rotations se sont très rapidement orientées vers colza/blé/orge, tandis que sur les plateaux limoneux, les sols profonds autorisent des cultures plus exigeantes mais plus rémunératrices : dès les années 1960, le blé, qui y obtient des rendements* élevés, revient fréquemment dans les rotations, en alternance avec la betterave sucrière, la luzerne, l’orge et les légumes de plein champ, puis, à partir de la fin des années 1970, avec le colza et la féverole.

30L’accroissement de la productivité physique du travail a été permis par l’augmentation des rendements et de la superficie par actif. Les variétés paysannes ou variétés « populations » ont été progressivement remplacées par les variétés obtenues par les sélectionneurs professionnels, plus homogènes et plus productives. L’utilisation de ces variétés, des engrais et des produits phytosanitaires, associée dans bien des cas, au drainage, voire à l’irrigation, a conduit à des rendements accrus. La superficie cultivée par actif a pu être augmentée non seulement grâce à l’adoption d’équipements toujours plus performants (puissance et largeur de travail) qui permettent à un actif de travailler une plus grande superficie (Mazoyer et Roudart, 1997, p. 384-385) : tous les dix ans se sont ainsi succédé des équipements de plus en plus puissants, depuis les premiers tracteurs du plan Marshall de 20 à 30 chevaux des années 1950, équipés de moissonneuses ou de cueilleuses d’épis tractées ou semi-portées, jusqu’aux tracteurs de 250 ou 300 chevaux d’aujourd’hui, accompagnés de pulvérisateurs automoteurs, de moissonneuses-batteuses dotées d’une barre de coupe allant jusqu’à plus de 9 m de largeur, et, selon les cultures pratiquées, de récolteuses automotrices qui travaillent sur un plus grand nombre de rangs (arracheuses de betteraves, de pommes de terre à quatre rangs). Ce niveau d’équipement le plus élevé caractérise à l’heure actuelle les exploitations agricoles les plus grandes dans les régions de grandes cultures.

31Depuis la fin des années 1980, les agriculteurs ont également commencé à simplifier leur travail en supprimant le labour. Le passage au travail simplifié puis au semis direct est permis par le recours aux herbicides. Le développement de ces techniques permet de diminuer le nombre de passages nécessaires sur la parcelle pour implanter une culture et d’accroître la superficie qu’un actif peut cultiver. Ainsi, aujourd’hui dans le Bassin parisien par exemple, les équipements les plus performants (300 chevaux pour le tracteur de tête, charrue 7 socs, pulvérisateur automoteur de 36, voire 44 m de largeur, et moissonneuse-batteuse de 9 m de largeur) permettent à un actif de cultiver 250 ha avec une rotation betterave/blé/féverole ou colza/blé. Un peu plus au sud, sur des plateaux aux sols plus pauvres en Champagne berrichonne, les plus grandes exploitations ont investi dans un équipement encore plus performant (tracteur de tête de 360 chevaux, moissonneuse-batteuse de 9,5 m) qui permet à un actif de cultiver jusqu’à 350 ha en colza/blé/orge.

32Pour pouvoir rentabiliser les investissements dans ces équipements toujours plus performants, il faut disposer d’une superficie suffisante. À chaque étape de cette évolution, seules les exploitations les plus importantes ont les moyens d’adopter et de rentabiliser ces nouveaux équipements. Dans une même région, selon la taille des exploitations, à chaque époque existe donc une diversité de systèmes de production, au sein desquels les mêmes rotations de cultures sont pratiquées mais qui diffèrent par la gamme de superficie et le niveau d’équipement. Ces différents systèmes de production résultent de l’évolution des équipements et de la productivité du travail dans la région et du processus de différenciation qui s’est opéré au cours de cette évolution entre les unités de production qui ont pu s’agrandir et investir dans des équipements plus performants et celles qui n’ont pas pu poursuivre ce mouvement.

33L’accroissement de la productivité du travail en grandes cultures repose ainsi depuis les années 1950 sur un capital fixe par actif de plus en plus élevé et la mise en œuvre d’itinéraires techniques s’appuyant sur un recours important aux consommations intermédiaires, en dépit des efforts réalisés au cours des vingt dernières années pour maîtriser l’utilisation des intrants* pour des raisons économiques plus qu’environnementales. Les structures agricoles évoluant moins vite que les potentialités des équipements, de nouvelles formes d’organisation de la production se développent dans les campagnes françaises : assolements collectifs, grandes unités de production ou entreprises de travaux agricoles propriétaires d’un matériel performant effectuant le travail à façon pour d’autres agriculteurs et travaillant ainsi sur 1 000 à 3 000 ha… Mouvement dont les statistiques agricoles ne peuvent au demeurant rendre compte.

Les systèmes spécialisés en élevage bovin laitier

  • 4 Une désileuse est une machine permettant de vider les silos. Elle peut être associée à une pailleus (...)
  • 5 Une mélangeuse distributrice est une machine à vis qui mélange les fourrages pour réaliser les rati (...)

34Le même processus de développement agricole basé sur l’augmentation de la productivité physique du travail est à l’œuvre dans le secteur de l’élevage. En élevage bovin laitier, la voie privilégiée de développement a consisté en la recherche d’un accroissement de la production laitière par actif. La réalisation de cette performance s’est appuyée sur l’augmentation du nombre de vaches laitières par actif et de la production laitière par vache. L’adoption de bâtiments permettant de réduire le temps de travail nécessaire à l’alimentation des animaux et à la manutention des déjections a été couplée avec des équipements toujours plus puissants. La distribution des aliments et la manutention de la litière et des déjections autrefois manuelle, est passée au tracteur dans les étables suffisamment grandes pour le permettre et, surtout, dans les stabulations nouvellement construites à partir des années 1970. Certaines d’entre elles ont été aussi équipées de fosses à lisier, autorisant la réduction du temps de travail consacré à la manutention des déjections. Les désileuses-pailleuses4 puis les mélangeuses distributrices5 tractées ou automotrices ont ensuite également permis d’alléger le travail de l’éleveur à l’étable, tandis qu’aujourd’hui les robots d’alimentation le réduisent considérablement, tout en autorisant une grande précision dans la ration des vaches. Les équipements de traite se sont eux aussi succédé, permettant d’accroître considérablement la productivité du travail : pot trayeur dans les années 1950, lactoduc dans les années 1960, salle de traite à décrochage manuel dans les années 1970 puis à décrochage automatique dans les années 1980, enfin automatisation avec le robot de traite depuis les années 2000 ou avec le carrousel de traite automatisé (cf. infra). L’externalisation de certaines tâches, comme le recours à l’entreprise pour la réalisation des opérations culturales, permet par ailleurs de spécialiser le travail de l’exploitant ainsi que son capital d’exploitation et d’accroître ainsi le nombre de vaches laitières qu’il peut élever.

35Parallèlement les éleveurs ont cherché, afin de rentabiliser les investissements coûteux qu’ils réalisaient dans les équipements, à augmenter les rendements laitiers. La sélection génétique a visé notamment à accroître le potentiel de production des vaches, tandis que le recours à des fourrages plus denses sur le plan énergétique, distribués avec des concentrés riches en protéines comme le tourteau de soja acheté à l’extérieur, permettait à ce potentiel de s’exprimer. La production de fourrages plus denses est allée de pair avec une modification des systèmes fourragers visant à accroître les rendements fourragers et à augmenter le chargement. Ce mouvement a été réalisé en plusieurs étapes.

36Dans les années 1950-1960 la priorité a été donnée à la « révolution fourragère », basée sur le développement dans les rotations de prairies temporaires. Ces prairies peuvent être composées de graminées pures (ray-grass anglais ou italien) ou conduites avec des associations graminées/légumineuses. Leur composition varie suivant les conditions pédoclimatiques : si le ray-grass anglais pur ou en association avec du trèfle blanc s’impose en Bretagne, dans les régions plus sèches ou aux sols plus acides, ce sont des compositions différentes qui sont mises en place par les agriculteurs à base de dactyle ou de fétuque pour les graminées et de luzerne ou de lotier (sols acides). Le développement des prairies temporaires est permis par la motorisation agricole, qui facilite le retournement de ces prairies de durée moyenne à l’enracinement dense et profond, et par l’acquisition de l’ensemble de la chaîne de récolte des fourrages motomécanisée, avec en particulier la ramasseuse-presse, qui allège considérablement le travail des agriculteurs. Une nouvelle technique de conservation de l’herbe par voie humide, l’ensilage, est introduite : elle permet à la fois de mieux tirer parti du pic de croissance de l’herbe au printemps et d’obtenir, non toutefois sans risque d’échec, un fourrage beaucoup plus digestible que le foin. Les techniques de gestion de la prairie, notamment de pâturage tournant et de fertilisation, ont elles aussi été vulgarisées à cette époque (Voisin, 1957 ; Dumont, 1954 ; Chazal, 1957 ; Pochon, 2008).

37À partir des années 1970, la culture de maïs commence à être développée. Cette culture, récoltée et conservée sous forme d’ensilage, présente l’avantage d’enregistrer des rendements et une densité énergétique élevés, de bien se conjuguer avec des tourteaux riches en protéines pour l’équilibre de la ration et d’être entièrement motomécanisable, du semis à la distribution aux vaches (Guesdon, 1985). Culture annuelle relativement coûteuse en intrants* (semences, herbicides, engrais), le développement du maïs nécessite souvent des investissements importants : drainage de parcelles au potentiel de rendement élevé mais dont la portance du sol n’est pas suffisante à l’automne pour permettre la récolte ; irrigation dans les régions au déficit hydrique marqué en été afin d’assurer la régularité des rendements ; construction de bâtiments munis de couloirs d’affouragement, adaptés pour la distribution de l’ensilage. Les prairies cèdent progressivement la place au maïs : les prairies permanentes situées dans les espaces les plus favorables à la culture du maïs (fonds de vallée par exemple) sont retournées tandis que les prairies temporaires reculent dans les rotations. La culture de maïs-ensilage pour la production laitière de vache se développe dans toutes les régions où elle est possible, en plaine, mais aussi en moyenne montagne. Seules les régions où la production de fromage sous signe de qualité proscrit l’alimentation à base de fourrages fermentés échappent à ce mouvement. Ailleurs, y compris dans les régions de moyenne montagne, la culture du maïs connaît une forte expansion, parfois au prix d’investissements dans des infrastructures coûteuses : drainage des terres les plus humides afin de permettre la récolte au début de l’automne, et irrigation afin de sécuriser et d’accroître les rendements, parfois avec l’aménagement de retenues collinaires. Dans les régions de moyenne montagne qui ne bénéficient pas d’une AOC, le maïs n’occupe qu’une part relativement faible de la superficie des exploitations, mais une part croissante des terres labourables. Le même mouvement s’observe dans les régions de marais côtiers (marais Breton ou marais du Cotentin) où les exploitations laitières développent la culture de maïs sur les rares terres labourables dont elles disposent, le plus souvent dans le pourtour du marais, le cœur du marais demeurant en prairies largement sous-utilisées. La culture de maïs se combine très bien dans les rotations avec celle de ray-grass italien : cette graminée, fortement fertilisée, observe une croissance particulièrement rapide qui permet d’effectuer plusieurs coupes au rendement élevé.

  • 6 Méthode d’alimentation des animaux herbivores qui consiste à couper le fourrage à la main ou à la m (...)

38Les systèmes fourragers qui se sont développés depuis les années 1970 accordent une place grandissante au maïs fourrage (Depeyrot, 2017) : d’abord utilisé pour la seule ration hivernale, l’ensilage de maïs est progressivement donné en complément du pâturage pendant la période d’étiage estival, puis de plus en plus tôt au printemps jusqu’à des systèmes d’alimentation dans lesquels les silos sont ouverts toute l’année et procurent l’essentiel de l’alimentation des vaches, lesquelles ne prélèvent plus que très peu de fourrages à la pâture, voire qui sont élevées en zéro-pâturage6. Le zéro-pâturage est développé non seulement dans des exploitations laitières de grande taille, pour lesquelles la taille de troupeau devient un frein à la mobilité des animaux, mais aussi en lien avec la disposition et la nature des terres de l’unité de production : dispersion et/ou éloignement des parcelles en Bretagne, mais aussi en moyenne montagne, concurrence avec des cultures rémunératrices dans les régions de plaine aux riches terres labourables comme en Normandie. Cette évolution a accompagné et autorisé l’agrandissement du troupeau grâce à l’augmentation du chargement, ainsi que l’accroissement des rendements laitiers. Dans les régions aux écosystèmes contrastés (moyenne montagne, marais côtiers, plateaux et petites vallées humides) ce mouvement a pour conséquence une exploitation différenciée de l’écosystème cultivé, avec une utilisation très intense des terres labourables et une sous-utilisation, voire l’abandon, des espaces non labourables aux potentialités de production fourragère limitées (fortes pentes, zones humides) ; les pouvoirs publics interviennent alors dans certains cas pour tenter de limiter ce mouvement de déprise avec la mise en place de mesures agroenvironnementales*.

39La logique de ce type de développement repose, comme en grandes cultures, sur un capital fixe par actif grandissant mais aussi sur un recours important aux consommations intermédiaires (achat d’aliments, culture du maïs, importance des fourrages stockés dans la ration au détriment du pâturage), même si les exploitants, au sein de leur système de production, s’efforcent de réaliser des économies d’intrants.

Accroître la productivité physique du travail : un mouvement général dans l’agriculture française

40La description rapide des transformations concrètes des systèmes de production dans le secteur des grandes cultures et du lait aurait pu être étendue aux autres productions avec un constat similaire. Le développement de l’agriculture française a reposé sur la recherche de l’accroissement du volume produit par actif, non seulement grâce à l’utilisation d’un équipement de plus en plus performant, mais aussi grâce au recours accru aux consommations intermédiaires. La logique poursuivie a consisté à la fois à accroître la superficie et/ou le nombre d’animaux qu’un actif peut prendre en charge et à augmenter les rendements. L’adoption d’équipements toujours plus puissants a permis de diminuer le temps de travail par hectare ou par tête, tandis que l’accroissement de l’utilisation de certains intrants (herbicides, aliments du bétail, services, énergie notamment) autorisait une simplification du travail : destruction des adventices par voie chimique plutôt que par destruction mécanique, réduction de la mobilité des animaux jusqu’à leur confinement, à la fois pour mieux contrôler la composition de leur alimentation et faciliter le travail lié aux différentes opérations d’élevage. Parallèlement le recours accru aux engrais et à la sélection génétique permettait d’accroître les rendements par hectare et/ou par tête. Malgré les efforts réalisés pour utiliser de manière plus efficace et économiser les intrants, que le recours à l’informatique devrait permettre de poursuivre, l’utilisation de ces intrants demeure inhérente à la logique d’organisation et de fonctionnement des systèmes de production tels qu’ils se sont construits majoritairement depuis les années 1950.

Les perspectives d’évolution : la révolution du xxie siècle

41La révolution industrielle contemporaine, dont le cœur est constitué des technologies de l’information et de la communication, amorcée dans les années 1990, se traduit par une nouvelle révolution agricole, basée sur ces technologies (agriculture et élevage de précision* et automatisation) et sur les biotechnologies fondées sur la transgenèse (organismes génétiquement modifiés, OGM). Cette nouvelle révolution agricole démarre à peine en France, alors qu’elle est en plein développement aux États-Unis. L’analyse des modalités et conséquences de ces transformations récentes aux États-Unis donne des pistes de réflexion quant aux tendances possibles d’évolution de l’agriculture française (Devienne, 2014).

  • 7 Le recours à l’autoguidage, grâce au GPS (Global Positioning System) permet de supprimer le travail (...)

42L’évolution des techniques que l’on observe aujourd’hui dans les régions de grande culture aux États-Unis montre que les perspectives d’accroissement de la productivité du travail sont encore grandes et loin d’être atteintes en France, y compris dans les régions où les superficies par actif sont les plus importantes. Le recours au GPS (Global Positioning System) permet l’autoguidage des machines, donc un allègement substantiel du travail7, tout en améliorant la précision de réalisation des tâches. L’autoguidage des engins agricoles permet en effet de travailler en conditions de faible visibilité (par temps de brouillard ou la nuit), d’économiser le temps auparavant consacré au réglage des équipements, mais aussi de réduire la fatigue de l’agriculteur, qui ne doit plus surveiller sans cesse la trajectoire de sa machine. Au total, avec un même niveau d’équipement, le recours à l’autoguidage permet d’accroître environ de 50 % le temps de travail de l’agriculteur et d’accroître d’autant la superficie maximum cultivable par actif (Devienne, 2014). Il permet également d’effectuer des opérations avec une grande précision et d’ajuster précisément l’utilisation des intrants*. Les variétés génétiquement modifiées (tolérantes aux herbicides et/ou résistantes à certains insectes) contribuent elles aussi à accroître la superficie qu’un actif peut prendre en charge, en offrant la possibilité de simplifier le travail grâce à la réduction du nombre de passages nécessaires sur la parcelle. L’agriculture de précision* est mise en avant comme un moyen de produire en respectant mieux l’environnement, grâce à l’ajustement précis des apports d’engrais et de l’utilisation des herbicides en fonction des besoins, tandis que les OGM présenteraient l’avantage d’économiser l’utilisation d’herbicides et/ou d’insecticides. Pour le moment l’utilisation de ces variétés demeure interdite sur le territoire français.

43Dans le secteur de l’élevage, la nouvelle révolution agricole permet de substantiels accroissements de la productivité du travail. En élevage bovin laitier, la traite – tâche auparavant la plus contraignante pour les éleveurs – a cessé, avec l’automatisation, d’être le facteur limitant le nombre de vaches par actif. Ce sont ainsi 70 à 110 vaches qui peuvent être traites par jour avec un robot de traite, et plus de 500 avec le carrousel de traite automatisé. La surveillance des chaleurs est devenue la principale contrainte et de nouvelles techniques ont été développées permettant de repousser cette limite : tapis enregistrant les coups de pied, puces détectant les chaleurs, etc. Ces équipements vont le plus souvent de pair avec le passage au zéro-pâturage. Les systèmes de production laitiers, basés sur une ration identique tout au long de l’année à base d’ensilage de maïs et de tourteau de soja, conduits en zéro-pâturage, avec équipement automatisé pour la traite et gestion informatisée de l’alimentation (distributeur automatique de concentrés, DAC), voire de son automatisation complète (mélangeuses distributrices automatisées), et de la surveillance des chaleurs commence à se développer dans les régions de plaine en France. Il est beaucoup plus répandu aux Pays-Bas, ou aux États-Unis, où il concerne des troupeaux de grande voire de très grande taille (plusieurs milliers de têtes aux USA).

44Des perspectives d’accroissement de la productivité physique du travail agricole existent avec les techniques de l’information et la communication et celles de la biotechnologie. Dans ce secteur, le mouvement n’est pas près de s’interrompre, si l’on en juge par l’évolution des systèmes de production aux États-Unis ou aux Pays-Bas. Le capital nécessaire pour la mise en œuvre de tels systèmes de production est considérable et pose la question de sa transmissibilité pour des exploitations familiales.

Des résultats économiques contrastés : accroissement de la production en volume, mais diminution de la valeur ajoutée de la branche agriculture

45La politique agricole a joué un rôle important dans les profondes transformations de l’agriculture : le soutien des prix, préservés de l’instabilité des marchés (notamment pour les céréales, le lait ou la viande bovine), les politiques de crédit et de restructuration foncière ont encouragé les agriculteurs et leur ont donné les moyens de réaliser des investissements et d’acquérir les nouveaux moyens techniques permettant d’accroître la productivité de leur travail. Le caractère familial des exploitations agricoles a indéniablement été déterminant : ne cherchant pas à rentabiliser au mieux leur capital, mais avant tout à rémunérer leur propre travail, les exploitants agricoles qui en avaient les moyens, bénéficiant de la sécurité des prix offerte par la politique agricole, ont poursuivi leurs investissements à un rythme rapide depuis les années 1950. Ce mouvement a eu pour conséquence un accroissement spectaculaire de la productivité du travail dans le secteur agricole que permet de mesurer la comptabilité nationale.

Un accroissement rapide du volume de la production et de la consommation d’intrants* dans le secteur agricole

46Les statistiques de la nation (établies par l’Institut national de la statistique et des études économiques ou INSEE) permettent d’observer les résultats de ces transformations pour le secteur agricole dans son ensemble. La production agricole en volume a été multipliée par 2,3 en 50 ans (fig. 3). Les consommations intermédiaires ont augmenté en volume à un rythme à peine supérieur (multiplication par 2,4), permettant à la valeur ajoutée brute en volume de doubler sur la même période. L’évolution des différents postes de consommations intermédiaires apparaît très contrastée. L’utilisation des produits de protection des cultures, de l’alimentation achetée et des dépenses vétérinaires ainsi que le recours aux services d’entreprise agricole se sont accrus rapidement jusqu’aux années 1990 et maintenus depuis au même niveau ; le volume d’engrais et amendements a diminué depuis le milieu des années 1980 mais cette évolution masque la relative stabilité de la consommation d’engrais azotés, en légère diminution seulement depuis le début des années 2000. Ces différentes consommations participent directement, nous l’avons vu, à l’accroissement de la productivité physique du travail. En revanche un accroissement beaucoup moins important peut être constaté pour le poste de l’énergie, stable depuis 1975, et même une diminution des frais d’entretien des bâtiments et du matériel, évolutions à mettre en relation avec les économies d’échelle permises par l’agrandissement des structures.

Figure 3. Évolution du volume de la production agricole, des consommations intermédiaires et de la consommation de quelques intrants spécifiques de 1959 à 2014 (1959 = indice 100)

Figure 3. Évolution du volume de la production agricole, des consommations intermédiaires et de la consommation de quelques intrants spécifiques de 1959 à 2014 (1959 = indice 100)

Source : INSEE, Comptes de la nation.

Un accroissement particulièrement rapide de la productivité du travail

47L’accroissement de la production et de la valeur ajoutée brute en volume s’est accompagné d’une forte diminution de la population active, conséquence d’une très rapide augmentation de la productivité du travail dans le secteur agricole. La productivité apparente du travail, mesurée par la valeur ajoutée brute en volume par équivalent temps plein, s’est accrue en agriculture à un rythme beaucoup plus rapide que dans les autres secteurs économiques (fig. 4). Cette caractéristique a été mise en évidence par les économistes depuis les années 1950 : celle-ci a augmenté en moyenne chaque année de 6,5 % entre 1949 et 1961 (Malassis, 1969) et de presque 5 % entre 1969 et 1989 (Mabile, 1990), contre respectivement 5,1 % et 3,3 % pour l’ensemble de l’économie ; depuis 1978 elle a évolué au moins deux fois plus rapidement que dans l’ensemble de l’économie. Ce constat n’est pas propre à l’économie française : l’évolution a été comparable aux États-Unis (Devienne, 2014). Il peut s’expliquer par le caractère familial des exploitations agricoles et par le rôle des politiques agricoles (cf. supra). L’agriculture est le secteur où l’augmentation de la productivité du travail a été la plus rapide depuis près de 40 ans.

Figure 4. Évolution en indice de la productivité apparente brute du travail par branche (VA brute en volume par actif) de 1978 à 2015 (1978 = indice 100)

Figure 4. Évolution en indice de la productivité apparente brute du travail par branche (VA brute en volume par actif) de 1978 à 2015 (1978 = indice 100)

Source : INSEE, Comptes de la nation.

Qui s’est traduit par une évolution défavorable des prix agricoles

48Ces gains de productivité se sont répercutés sur l’évolution des prix des produits agricoles (Fourastié et Bazil, 1984) : en termes réels, le prix à la production des céréales a ainsi diminué de 75 % depuis le début des années 1960, celui de la viande de porc et de volaille ainsi que celui du lait et de la viande bovine de moitié. Le différentiel sectoriel de productivité du travail se traduit par une évolution moins rapide des prix agricoles par rapport à ceux des biens, équipements et services qu’achètent les agriculteurs (fig. 5).

Figure 5. Évolution du prix des produits agricoles, animaux, des consommations intermédiaires et des biens d’équipement agricole entre 1970 et 2015

Figure 5. Évolution du prix des produits agricoles, animaux, des consommations intermédiaires et des biens d’équipement agricole entre 1970 et 2015

Légende : Le prix des produits agricoles évolue défavorablement en comparaison de celui des consommations intermédiaires et des biens d’équipement agricole.

Source : INSEE.

49Cette évolution des prix défavorable se répercute sur les résultats économiques de la branche agricole. En valeur, le poids des consommations intermédiaires et de la consommation annuelle de capital fixe dans la production agricole s’est considérablement accru depuis 50 ans : les consommations intermédiaires sont passées de 40 % de la valeur de la production agricole dans les années 1960 à 50 % environ dans les trente années suivantes, et à plus de 60 % aujourd’hui. La part de la consommation de capital fixe dans la valeur de la production a régulièrement augmenté pour atteindre actuellement un peu plus de 15 %. Au total, la valeur ajoutée nette de l’agriculture ne représente plus aujourd’hui que 20 % de la valeur de la production agricole contre 55 % au début des années 1960. En monnaie courante, la valeur ajoutée agricole a diminué depuis la fin des années 1990 avant de connaître de fortes variations depuis 2007 ; le revenu net d’entreprise agricole ne se maintient qu’avec les subventions.

La valeur ajoutée et le revenu de la branche agricole ne cessent de diminuer depuis les années 1970

  • 8 « Déflaté », c’est-à-dire corrigé des effets que l’inflation fait subir au prix.

50Ainsi, en dépit de l’accroissement spectaculaire de la productivité physique du travail dans le secteur agricole, la valeur ajoutée et le revenu de l’agriculture en termes réels (déflatés8 par le prix du PIB) ne cessent de diminuer depuis le milieu des années 1970 en monnaie constante (fig. 6). Le revenu agricole par actif ne s’est maintenu qu’avec la diminution du nombre d’actifs, qui se poursuit à un rythme rapide depuis les années 1950. Cette évolution a toutes les chances de se poursuivre car les unités de production sont loin d’avoir adopté les équipements les plus performants qui existent, lesquels ne cessent de repousser les limites en termes de superficie ou de nombre d’animaux par actif.

Figure 6. Évolution de la valeur ajoutée et du revenu de la branche agricole en monnaie constante

Figure 6. Évolution de la valeur ajoutée et du revenu de la branche agricole en monnaie constante

Source : INSEE.

51Cette évolution défavorable a pour conséquence la diminution continue du nombre d’exploitations agricoles et le creusement des inégalités économiques et sociales : à chaque époque, seules les exploitations qui ont la capacité d’investissement nécessaire, les exploitations les mieux dotées en ressources (superficie, localisation des parcelles, capital d’exploitation) ont les moyens de suivre le mouvement, les autres, sauf changement profond de leur logique de production, voient mécaniquement leur revenu diminuer et disparaissent à terme faute de successeur. Ces inégalités de développement s’observent au sein de chaque région mais aussi entre les régions, les régions moins avantagées sur le plan des potentialités agroécologiques souffrant encore plus de ce développement inégal.

Vers un développement agricole durable : préserver l’environnement et la valeur ajoutée

52L’un des enjeux importants du développement agricole aujourd’hui réside donc sans nul doute dans la nécessité de promouvoir des formes d’agriculture qui permettent de préserver la valeur ajoutée et, in fine, l’emploi, dans un contexte où les perspectives sont celles d’une accélération du processus d’accroissement de la productivité physique du travail. Ces préoccupations viennent se conjuguer avec la nécessité de préserver l’intégrité des agroécosystèmes cultivés afin d’infléchir le développement agricole vers plus de durabilité.

53L’impact négatif des transformations de l’agriculture depuis les années 1950 sur l’environnement n’est plus à démontrer et a depuis longtemps été mis à l’index par de nombreux auteurs. Le développement qu’a connu l’agriculture depuis les années 1950 se traduit en effet par la perte de biodiversité, la dégradation des sols avec notamment la diminution de leur taux de matière organique, la pollution des eaux, de l’air et des sols, un accroissement de la consommation énergétique de l’agriculture et une contribution importante au réchauffement climatique… sans oublier les aspects négatifs de l’utilisation de pesticides sur la santé, en particulier des agriculteurs (Altieri, 1986 ; IAASTD, 2009 ; Griffon, 2006 ; De Schutter, 2014).

54Afin de respecter de préserver l’environnement et d’assurer dans le même temps la viabilité économique et sociale des systèmes de production agricole, de nombreux auteurs appellent à un « changement de paradigme » en agriculture, au travers de la « révolution doublement verte » (Griffon, 2006) ou au passage à l’« agriculture durable » ou à l’agroécologie (Altieri, 1986 ; Doré et al., 2006 ; David et al., 2011). Ces approches partagent l’idée de la nécessité d’une « transition » agricole, du passage d’une agriculture très largement basée sur le recours aux énergies fossiles et autres ressources naturelles épuisables et aux produits phytosanitaires, à une agriculture qui privilégie le recours aux processus et fonctionnalités écologiques des écosystèmes (Altieri, 1986 ; Griffon, 2006). Pour répondre à des objectifs de développement durable, cette agriculture doit répondre aux objectifs de viabilité sur le plan écologique, économique et social, et ce à différentes échelles (parcelle ou troupeau, unité de production, unités écologiques et territoriales plus vastes comme la région ou la nation, etc.) [Griffon, 2006]. La capacité de renouvellement et de résilience des écosystèmes cultivés et des systèmes économiques agroalimentaires doit être au cœur du fonctionnement de ce nouveau développement agricole (Altieri, 1986 ; Griffon, 2006).

L’agroécologie constitue une autre approche du développement parce qu’elle est basée sur un paradigme scientifique différent. Ce paradigme est holistique. Les systèmes agroécologiques et sociaux se reflètent mutuellement car ils ont coévolué ensemble (Altieri, 1986).

55Un enjeu majeur aujourd’hui consiste donc bien à comprendre les conditions et modalités de développement de systèmes de production qui soient créateurs de valeur ajoutée, de revenu et d’emploi et assurent une production alimentaire accessible à tous, tout en préservant les écosystèmes exploités et en en assurant le renouvellement. Les transformations concrètes de l’agriculture en France depuis les années 1950 posent le problème de sa durabilité sur le plan environnemental, mais aussi économique et social (diminution importante de la valeur ajoutée, inégalités de développement agricole, entre exploitations et entre régions, perte d’emplois). Appréhender les conditions et modalités d’un développement plus durable nécessite donc de réfléchir aux conditions et modalités de développement de systèmes de production respectueux de l’environnement, mais aussi « viables », car capables de dégager une valeur ajoutée importante et de préserver l’emploi y compris dans des régions moins avantagées sur le plan des potentialités agroécologiques, et « vivables », dont la mise en œuvre n’engendre pas une augmentation importante de la charge de travail des agriculteurs.

56Un certain nombre de pistes existent déjà, dont certaines sont anciennes (Pochon, 2002 ; Devienne et Garambois, 2014 ; Devienne et al., 2016 ; 2017). Les systèmes de production économes et autonomes s’inscrivent dans cette voie (Devienne et al., 2017), en privilégiant le recours aux régulations et aux processus biologiques. Leur logique de fonctionnement s’apparente à celle des systèmes de production que les agriculteurs mettaient en œuvre avant la révolution agricole du xxe siècle. Les systèmes de cultures reposent sur des rotations de longue durée qui font alterner une grande diversité d’espèces cultivées aux variétés adaptées aux conditions pédoclimatiques : céréales, légumineuses, plantes sarclées ou nettoyantes comme le chanvre ou le sarrasin, etc. Les systèmes d’élevage reposent au maximum sur les ressources disponibles de l’exploitation, préférentiellement pâturées lorsqu’il s’agit d’herbivores : cultures annuelles, prairies temporaires associant graminées et légumineuses, prairies artificielles ou prairies permanentes, parcours… Leur fonctionnement se fonde de manière privilégiée sur des mécanismes de régulation naturels en favorisant la biodiversité (cultivée, sauvage, semi-naturelle) et les complémentarités entre cultures et élevages (transferts de matière organique). Ce mode de fonctionnement permet, en réduisant les consommations intermédiaires et les investissements, d’accroître la valeur ajoutée tout en réduisant considérablement l’impact environnemental de la production. Le passage à ces systèmes qui s’inscrivent dans l’agroécologie* constitue un véritable changement de paradigme qui nécessite de réunir un ensemble de conditions, en particulier parce qu’il ne peut pas relever de la diffusion d’un « paquet technique » unique, valable sur l’ensemble du territoire. Les systèmes relevant de l’agroécologie sont finement adaptés aux conditions spécifiques de leur environnement, au biotope et aux associations d’espèces au sein desquels ils prennent place, mais aussi aux conditions socioéconomiques dans lesquelles se trouvent placés les agriculteurs (superficie et localisation des terres, main-d’œuvre, équipement, débouchés, etc.). Un enjeu important pourrait être celui du développement de groupes d’agriculteurs à l’échelle locale, épaulés par des conseillers dans la réflexion sur la mise au point de ces systèmes. L’exemple du « dialogue fructueux entre agronomes et paysans » relaté par André Pochon (2008) apparaît à cet égard exemplaire de ce que pourraient être de telles relations entre la recherche et des « agriculteurs-chercheurs ».

Bibliographie

Agreste, 2018, Graphagri 2018, Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation [en ligne], URL : http://agreste.agriculture.gouv.fr/publications/graphagri/article/graphagri-2018.

Altieri Miguel A., 1986, L’agroécologie. Bases scientifiques d’une agriculture alternative, Paris, Éditions Debard.

Askenazy Philippe, 2011, Les décennies aveugles. Emploi et croissance 1970-2010, Paris, Éditions du Seuil.

Bazin Gilles, 1999, L’évaluation de la politique de la montagne, Paris, La Documentation Française.

Bourgeois Lucien et Demotes-Mainard Magali, 2000, « Les cinquante ans qui ont changé l’agriculture française », Économie rurale, n° 255-256, p. 14-20.

Chazal Pierre, 1957, Guide pratique de la nécessaire révolution fourragère, Paris, Éditions Le Journal de la France Agricole.

Cochet Hubert et Devienne Sophie, 2006, « Fonctionnement et performances économiques des systèmes de production agricole : une démarche à l’échelle régionale », Cahiers Agricultures, vol. 15, n° 6, p. 578-583.

Commission mondiale sur l’environnement et le développement, dite Commission Brundtland, 1988, Notre avenir à tous, Montréal, Éd. du Fleuve.

David Christophe, Wezel Alexander, Bellon Stéphane, Doré Thierry et Malézieux Éric, 2011, « Agroécologie », in Morlon Pierre (coord.), Les mots de l’agronomie [en ligne], URL : https://lorexplor.istex.fr/Wicri/Europe/France/InraMotsAgro/fr/index.php?title=Agro%C3%A9cologie&oldid=1330.

De Schutter Olivier, 2014, Rapport soumis par le Rapporteur spécial sur le droit à l’alimentation. Rapport final : le droit à l’alimentation, facteur de changement, Nations Unies, A/HRC/25/57 [en ligne], URL : https://ohchr.org.

Desriers Maurice, 2007, « L’agriculture française depuis cinquante ans : des petites exploitations familiales aux droits à paiement unique », INSEE Références. L’agriculture française et l’Europe, p. 17-30 [en ligne], URL : https://www.insee.fr/fr/statistiques/1372289?sommaire=1372309.

Devienne Sophie, 2014, Agriculture et politique agricole aux États-Unis. L’exemple du corn belt : de la colonisation de l’espace à la révolution agricole du xxie siècle, mémoire présenté pour l’habilitation à diriger des recherches, Paris, Université de Paris Ouest Nanterre La Défense.

Devienne Sophie et Garambois Nadège, 2014 (mai), Études & Documents, n° 102 L’efficacité économique et environnementale de la production de porc sur paille (en Bretagne) [en ligne], URL : http://www.porc-sur-paille.org/wp-content/uploads/2014/06/ED1023.pdf.

Devienne Sophie, Garambois Nadège, Dieulot Romain et Lebahers Goulven, 2017, « Les systèmes autonomes et économes pour répondre aux enjeux d’aujourd’hui »,Ministère de la Transition écologique et solidaire, Commissariat général au développement durable [en ligne], URL : https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/sites/default/files/Théma - Les systèmes économes et autonomes agricoles.pdf.

Devienne Sophie, Garambois Nadège, Mischler Pierre, Perrot Christophe, Dieulot Romain et Falaise David, 2016 (juin), « Les exploitations d’élevage herbivore économes en intrants (ou autonomes) : quelles sont leurs caractéristiques ? Comment accompagner leur développement ? », rapport d’étude pour le Centre d’études et de prospective du ministère de l’Agriculture [en ligne], URL : http://www.agriculture-durable.org/wp-content/uploads/2016/09/rapport_final_etude_systemes_economes_autonomes.pdf.

Depeyrot Jean-Noël, 2017 (novembre), « Base de données ADEL et changements des exploitations laitières françaises », NESE, n° 42, p. 7-37.

Doré Thierry, Le Bail Marianne, Martin Philippe, Ney Bertrand et Roger-Estrade Jean, 2006, L’agronomie aujourd’hui, Versailles, Éditions Quae.

Dumont René, 1954, Progrès fourragers dans les pays scandinaves et en Grande-Bretagne,Paris, Éditions SADEP.

Fourastié Jean et Bazil Béatrice, 1984, Pourquoi les prix baissent,Paris, Hachette.

Gervais Michel, 1972, « L’économie agricole française 1955-1970 », in Servolin Claude, Gervais Michel et Tavernier Yves (dir.), L’univers politique des paysans dans la France contemporaine, Paris, Armand Colin, p. 1-39.

Grandjean Alexis, Courleux Frédéric, Wepierre Anne-Sophie et Dedieu Marie-Sophie, 2016 (mai), « L’agriculture familiale en France métropolitaine : éléments de définition et de quantification », Analyse, n° 90 [en ligne], URL : http://agriculture.gouv.fr/sites/minagri/files/analyse_cep_90_agriculture_familiale_france_metropolitaine-2.pdf.

Griffon Michel, 2006, Nourrir la Planète, Paris, Odile Jacob.

Guesdon Jean-Paul, 1985, Parlons vaches… Lait et viande en France, aspects économiques et régionaux,Paris, ITEB/L’Harmattan.

INSEE, 2018, Tableaux de l’économie française [en ligne], URL : https://www.insee.fr/fr/statistiques/3303413?sommaire=3353488.

International Assessment of Agricultural Science and Technology for Development (IAASTD), 2009, Agriculture at a Crossroads [en ligne], URL : http://www.fao.org/fileadmin/templates/est/Investment/Agriculture_at_a_Crossroads_Global_Report_IAASTD.pdf.

Mabile Sylvie, 1990 (novembre-décembre), « La productivité en France de 1970 à 1989 : une approche sectorielle », Économie et statistique, n° 237-238, p. 69-86.

Malassis Louis, 1973, Économie agroalimentaire,t. 1, Paris, Cujas.

— 1969, « Agriculture et croissance économique », Économie rurale, n° 79-80, p. 19-32.

Masero José, 2015 (novembre), « Enquête sur la structure des exploitations agricoles en 2013 » Agreste Primeur,n° 327 [en ligne], URL : http://agreste.agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/primeur327.pdf.

Mazoyer Marcel, 1982, « Origines et mécanismes de reproduction des inégalités régionales de développement en Europe », Économie rurale, n° 150-151, p. 25-33.

Mazoyer Marcel et Roudart Laurence, 1997, Histoire des agricultures du Monde, Paris, Éditions du Seuil.

Mounier Alain, 1992, Les théories économiques de la croissance agricole,Paris, INRA/Economica.

Perez Carlotta, 2010, « Technological revolutions and techno-economic paradigms » Cambridge Journal of Economics,vol. 34, n° 1, p. 185-202.

Pochon André, 2008, Agronomes et paysans, un dialogue fructueux, Paris, Éditions Quae.

— 2008, La prairie temporaire à base de trèfle blanc, Plérin, CEDAPA.

Voisin André, 1957, Productivité de l’herbe, Paris, La maison rustique.

Notes

1 Ces travaux ont été conduits dans le cadre des activités d’enseignement et de recherche de l’UFR d’Agriculture comparée et Développement agricole.

2 Sans être exhaustif, parmi ces régions : Flandres, pays de Caux, marais du Cotentin, marais Breton, marais Poitevin, pays d’Auge, région de Sillé-le-Guillaume, Vexin, Berry, différentes petites régions contrastées de Bretagne, bocage vendéen, bocage poitevin, plateau de Melle, Chalosse, coteaux du Gers, Béarn, Ségala, monts de Lacaune, Aubrac, Limousin, monts du Forez, monts d’Ardèche, Bugey, Drôme provençale, Terres froides (Isère), Champsaur, haut Var, région de Chorges, Jura, Argonne, Bourbonnais, Amance, Barrois, etc.

3 L’appellation d’origine contrôlée (AOC) est un label officiel français identifiant un produit dont les étapes de fabrication (production et transformation) sont réalisées dans une même zone géographique et selon un savoir-faire reconnu. L’appellation d’origine contrôlée est garante des qualités d’un produit et de ses caractéristiques, de son terroir d’origine, d’un procédé de fabrication. La quantité et le contrôle d’étiquetage des produits sous AOC répondent à un cahier des charges validé par l’Institut national des appellations d’origine dépendant du ministère de l’Agriculture. L’harmonisation européenne a conduit au passage aux appellations d’origine protégée (AOP).

4 Une désileuse est une machine permettant de vider les silos. Elle peut être associée à une pailleuse qui sert à renouveler la paille des litières des animaux.

5 Une mélangeuse distributrice est une machine à vis qui mélange les fourrages pour réaliser les rations complètes pour les animaux et les leur distribue.

6 Méthode d’alimentation des animaux herbivores qui consiste à couper le fourrage à la main ou à la machine et à le redistribuer généralement à l’auge aux animaux gardés en claustration ou sous abri, sans accès direct à un pâturage.

7 Le recours à l’autoguidage, grâce au GPS (Global Positioning System) permet de supprimer le travail de conduite de la machine et de surveillance pour la réalisation de l’opération culturale, la machine effectuant seule le travail avec une précision de l’ordre d’un ou deux centimètres.

8 « Déflaté », c’est-à-dire corrigé des effets que l’inflation fait subir au prix.

Table des illustrations

Titre Figure 1. La population active agricole française
Légende Légende : Essentiellement familiale, la population active agricole française a été divisée par six depuis les années 1950.
Crédits Source : INSEE ; Agreste.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/5643/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Figure 2. Évolution de la superficie agricole utile en France
Légende Légende : Stabilité des terres labourables, recul des prairies permanentes.
Crédits Source : INSEE ; Agreste.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/5643/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Titre Figure 3. Évolution du volume de la production agricole, des consommations intermédiaires et de la consommation de quelques intrants spécifiques de 1959 à 2014 (1959 = indice 100)
Crédits Source : INSEE, Comptes de la nation.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/5643/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Titre Figure 4. Évolution en indice de la productivité apparente brute du travail par branche (VA brute en volume par actif) de 1978 à 2015 (1978 = indice 100)
Crédits Source : INSEE, Comptes de la nation.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/5643/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Titre Figure 5. Évolution du prix des produits agricoles, animaux, des consommations intermédiaires et des biens d’équipement agricole entre 1970 et 2015
Légende Légende : Le prix des produits agricoles évolue défavorablement en comparaison de celui des consommations intermédiaires et des biens d’équipement agricole.
Crédits Source : INSEE.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/5643/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Titre Figure 6. Évolution de la valeur ajoutée et du revenu de la branche agricole en monnaie constante
Crédits Source : INSEE.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/5643/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 168k

Auteur

Sophie Devienne est professeure au sein de l’UFR Agriculture comparée et Développement agricole à AgroParisTech et membre de l’UMR de géographie PRODIG. Son enseignement et ses travaux de recherche portent sur l’étude des conditions et modalités du développement agricole en France et aux États-Unis, mais aussi dans un certain nombre de pays du Sud comme la Mongolie ou Haïti par exemple. Elle s’intéresse également au développement de systèmes de production durables en France, qui cherchent à combiner production agricole, préservation de la valeur ajoutée et de l’emploi et respect de l’environnement, sujet sur lequel portent ses publications les plus récentes. Elle prépare un ouvrage sur l’évolution des systèmes de production et la politique agricole aux États-Unis, à paraître aux PUR. Elle est membre de l’Académie d’agriculture de France depuis 2014.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search