Version classiqueVersion mobile

Michelet, à la recherche de l’identité de la France

 | 
Aurélien Aramini

Deuxième partie. De l’identité fusionnelle de la nation française…

Chapitre IV. L’histoire-chimie : la fusion

Texte intégral

  • 265 Histoire de la Révolution française, t. I, I, I, p. 87.
  • 266 Introduction à l’histoire universelle, p. 247.
  • 267 Ibid.
  • 268 L’opération de fusion prend du temps et ce temps n’est pas à l’échelle de l’individu : « ce travai (...)

1Le peuple français n’est pas encore pour le jeune historien « un Océan qui monte » dont « les causes infinies, profondes, agissant du fond des siècles en soulèvent la masse profonde265 ». L’Introduction à l’histoire universelle montre qu’il n’y a pas de peuple-populus sans le travail d’une institution particulière. Le peuple politique n’est ni un ethnos, ni une réalité performative mais le produit d’une histoire : rien « de moins simple, de moins naturel, de plus artificiel266 » que le peuple français. Or cet artifice n’a rien de mystérieux pour le jeune historien : il résulte non seulement de l’institution d’« un pouvoir central267 » nivelant les diversités naturelles mais aussi d’un système juridique et d’une organisation territoriale où les éléments naturels ont été décomposés puis recomposés en une réalité non naturelle, ce qui est l’œuvre de la Révolution française. Au terme des quelques générations nécessaires268 à l’opération chimique, apparaîtra une entité nouvelle, distincte des éléments naturels qui la composent : la nation-fusion incarnée, dans l’histoire universelle, par la France-fusion de Juillet 1830.

I. La centralisation revolutionnaire

  • 269 Lavoisier, Traité élémentaire de chimie, t. II, op. cit., p. 214.
  • 270 Introduction à l’histoire universelle, p. 255.
  • 271 Ibid., p. 253.
  • 272 Ibid.
  • 273 Discours préliminaire prononcé lors de la présentation du projet de la commission au gouvernement, (...)
  • 274 Ibid.
  • 275 Discours préliminaire prononcé lors de la présentation du projet de la commission au gouvernement, (...)
  • 276 Cette dimension paradoxale de l’identité micheletienne a été mise en évidence par Gérard Noiriel d (...)
  • 277 Lavoisier, Traité élémentaire de chimie, t. II, op. cit., p. 214.

2Si l’opération de fusion consiste en « décomposition » et « recomposition269 », la station de l’histoire universelle qui la réalise s’ouvre avec la France révolutionnaire de 89 – période « de dissolution, de décomposition270 » – et se termine avec celle de 1830. La Révolution française est, du point de vue chronologique, le premier moment de l’histoire proprement chimique de l’Introduction à l’histoire universelle. En effet, le Code civil et la création des départements décomposent « en poussière les agrégations naturelles et fatales271 » et recomposent « cette poussière » en « des agrégations artificielles272 ». Le Code civil réalise les conditions de la fusion de la France en unissant les systèmes juridiques présents dans les différentes régions, droit coutumier germanique au nord et droit romain dans le midi. Fondamentalement d’inspiration révolutionnaire, le Code de 1804 part du constat fait des juristes : la France n’est qu’une « société de sociétés273 » et que le « territoire [est] un, et les nations diverses274 ». Partant, la réalisation de l’unité de la nation et du mélange intime des races ou des esprits provinciaux qui la composent est l’œuvre institutionnelle du droit et de la recomposition territoriale. Le Code civil n’est pas un système abstrait qui rompt avec le passé. Selon les propres termes de Portalis, les textes des juristes révolutionnaires ont pour objectif d’opérer une « transaction entre le droit écrit et les coutumes, toutes les fois qu’il nous a été possible de concilier leurs dispositions, ou de les modifier les unes par les autres, sans rompre l’unité du système, et sans choquer l’esprit général275 ». Le Code civil est donc une étape essentielle du mélange-fusion par lequel la nation française s’est créée elle-même : les systèmes multiples de droits sont décomposés pour être fondus ensuite en un code unique. Ni germanique, ni gauloise, ni romaine, la France s’est produite en s’éloignant d’un passé qui n’est pas commun aux Français et l’identité de la France n’est pas à chercher dans la continuité mais dans la rupture généalogique276. De même que le verre n’est pas le mélange de « l’alkali et [du] sable277 » mais leur fusion, le code civil décompose les droits régionaux préalablement homogénéisés par la centralisation royale pour les recomposer en une unité nouvelle. Si le peuple français de Juillet a agi de manière fusionnelle, c’est parce qu’il a été fondu dans le creuset des institutions centralisées issues de la Révolution française.

  • 278 Je m’écarte de L. Febvre qui affirme que la Révolution française n’a pas de place réelle dans la d (...)

3Il est étonnant que l’Introduction à l’histoire universelle ne dise pas un mot de la nuit du 4 août qui, du point de vue de la logique adoptée, aurait pu tenir lieu de point culminant de la liberté-égale instituée. Il paraît tout aussi étrange pour le lecteur de l’Histoire de la Révolution française que la fête des Fédérations ou l’armée révolutionnaire de 92 ne soient pas mentionnées. Ce silence doit-il conduire à gommer l’importance de la première révolution française pour le jeune philosophe historien278 ? Il n’est pas légitime de minimiser l’importance de la première révolution française dans l’histoire universelle du jeune professeur car l’opération de fusion qui qualifie essentiellement la France commence véritablement avec la Révolution française. La France est ce qu’elle est seulement parce que la Révolution française a réduit en poussière les anciens éléments hérités de l’histoire féodale et a décomposé les éléments du passé pour qu’ils puissent se recomposer dans une fusion prochaine. Cependant, la Révolution n’est qu’une étape dans le parcours de l’histoire universelle. Elle suppose la centralisation monarchique et elle réunit les conditions de possibilité d’un événement qui prolonge son œuvre et constitue le moment où les éléments décomposés sont recomposés en une réalité nouvelle : la Révolution de Juillet où la nation a brillé pour la première fois, comme le cristal au terme de la fusion d’un mélange bien proportionné.

II. Le peuple de juillet

  • 279 Barthes met clairement en évidence cette opposition dans Michelet par lui-même, op. cit., p. 28. M (...)
  • 280 Introduction à l’histoire universelle, p. 248.
  • 281 S’il y a une constance du terme, le concept, lui, varie énormément. En 1831, l’unité est incarnée (...)
  • 282 Introduction à l’histoire universelle, note de la page 256, p. 296.
  • 283 Ibid.
  • 284 Ibid., p. 248.
  • 285 Ibid.

4Orientée téléologiquement, l’Introduction à l’histoire universelle obéit à une logique régressive : c’est l’unité du peuple de Juillet qui commande rétrospectivement la mise en série des grands peuples de l’histoire. La genèse de l’écriture du premier grand texte micheletien le laisse voir clairement : la clef de voûte du propos du jeune historien philosophe est la révélation qui se produit avec la Révolution de 1830. Pour la première fois dans l’histoire du monde une unité s’accomplit, celle d’une nation dont les éléments constitutifs ont fusionné. À la série d’équivalences incarnée par l’Angleterre – la liberté héroïque = mélange inégal et imparfait = union – répond celle de l’unité, dont l’union n’est qu’« un double imparfait279 ». Celle-ci peut être posée ainsi : la France = la liberté égale = « fusion intime des races » = « unité d’intelligence et de volonté280 ». La notion d’unité traverse l’œuvre de Michelet et le lecteur la retrouve de l’Introduction à l’histoire universelle à la Bible de l’humanité en passant par l’Histoire de la Révolution française281. En 1831, elle intervient pour rendre compte de deux dimensions de la France. La première de ces dimensions est celle d’une « personne politique282 » : « la personnalité n’existe pas sans l’unité283 ». La seconde apparaît lorsqu’il est question de « l’identité de notre nation284 », à savoir de « la fusion intime des races285 ». Dans la logique argumentative de l’Introduction à l’histoire universelle, le concept d’unité assure le passage entre la France-fusion et la France-personne, l’historien se référant tantôt à la dimension fusionnelle, tantôt à la dimension personnelle de la France. La mise en place de ces deux dimensions de l’« unité » se justifie par le fait qu’elle est immédiatement un concept politique relatif à la fois à l’histoire de France et à son action. Apparue pour la première fois pendant la révolution de Juillet, elle prend sens dans l’équivalence suivante : liberté dans l’égalité = verbe social = unité véritable d’intelligence et de volonté = les Trois Glorieuses. Or pour comprendre cet événement, l’historien philosophe mobilise le concept d’unité afin d’articuler, d’une part, la multiplicité des éléments qui composent l’histoire de France et, d’autre part, la volonté politique de la France de 1830. Cette double exigence explique la présence de deux dimensions de l’« unité » qui se soutiennent mutuellement dans le texte de 1831 : l’une s’inscrit dans la perspective de l’histoire universelle où la multiplicité des races et des idées se résorbe dans l’unité de la France – c’est l’œuvre de l’histoire-chimie – et l’autre dans la perspective, directement politique, de l’action du peuple durant les Trois Glorieuses.

  • 286 Ibid., p. 255.
  • 287 Ibid., note de la page 256, p. 296.
  • 288 Ibid., p. 255.
  • 289 Rousseau, Du Contrat social, II, III, Œuvres Complètes, t. III, sous la direction de B. Gagnebin e (...)
  • 290 Introduction à l’histoire universelle, p. 255.
  • 291 Ibid., p. 257. Tout en infléchissant le concept de peuple mobilisé dans l’Introduction à l’histoir (...)
  • 292 Ibid., p. 255

5Michelet n’utilise pas l’expression de « volonté politique ». Toutefois, c’est bien de « volonté politique » dont il est question lorsqu’il esquisse, dans l’Introduction à l’histoire universelle, un tableau de la révolution de Juillet. C’est « tout un peuple286 » qui fait preuve de la faculté de se déterminer à agir pour des motifs raisonnables. Cette volonté n’est pas celle d’un individu ; elle n’est pas non plus la somme des volontés de plusieurs ; elle appartient à une entité collective qui est une « personne politique287 ». Pour le jeune philosophe historien, la volonté politique de la France de Juillet est essentiellement identique à celle de l’individu. Élan de « tout un peuple », élan unanime, spontané et ordonné, elle est un pur commencement et elle ne suppose pas la réflexion ou la délibération – « on s’accorda sans s’être entendus288 » – puisqu’elle est, dans son action elle-même, raisonnable. Les Trois Glorieuses incarnent l’action politique par excellence, ce point de l’histoire où, pour la première fois, la volonté de tous s’identifie à la volonté du tout, identification qui a lieu indépendamment des canaux légaux d’expression politique comme si ceux-ci n’avaient plus rien de nécessaire. La volonté politique micheletienne n’est pas la volonté générale de Rousseau qui reconnaît la divergence des volontés individuelles dont elle est la « somme des différences289 ». En 1831, le propos de l’historien philosophe porte à son paroxysme la communion de l’individu et du peuple. La volonté politique de l’Introduction à l’histoire universelle est la volonté d’une personne, le peuple français, identique à la volonté de chaque particulier. Affirmant qu’en « d’autres temps, on eût vu ici un miracle290 », Michelet laisse voir la nature de la volonté politique : elle est un fiat, le « verbe social291 » prononcé par un être tout-puissant qui finit par se confondre avec sa révélation. Aussi la « volonté politique » devient-elle totale : elle n’a pas d’adversaire ni même d’altérité. Le texte de l’Introduction à l’histoire universelle parle de « victoire292 » sans qu’il soit question d’ennemis comme si la volonté du peuple les avait absorbés.

  • 293 Ibid. Concernant le devenir du concept de volonté dans la pensée micheletienne et sa dimension thé (...)
  • 294 Ibid., p. 253.
  • 295 Ibid.
  • 296 Ibid.
  • 297 Ibid.
  • 298 Ibid.

6Un tel événement n’a pu avoir lieu que parce que « ce peuple s’est uni un jour dans une pensée commune293 ». Or, pour ce qui concerne l’analyse logique de l’histoire universelle, l’unité, condition d’une volonté politique, est le produit de la liberté authentique ; la liberté héroïque génère la multiplicité. C’est sur ce point que la dimension fusionnelle de l’unité intervient. Dans l’histoire universelle, la liberté héroïque, comme affirmation du « moi humain », est fondamentalement aristocratique : c’est un principe de différentiation et d’affirmation du moi sur ce qui n’est pas moi. La liberté héroïque est celle des guerriers sabins, des héros grecs, des conquérants anglais. Cette liberté est « l’insociabilité dans la société même294 » dans la mesure où elle rend impossible toute forme d’unité véritable au sein de la société scindée entre les héros et les autres : là où règne la liberté héroïque, il ne peut y avoir « unité véritable d’intelligence et de volonté295 » et donc de « volonté politique ». Certes, une structure aristocratique peut être efficace et puissante, comme la « titanique Angleterre296 » ; mais, d’une part, elle exprime la fatalité naturelle ou sociale et, d’autre part, elle implique l’absence de liberté pour ceux qui ne sont pas des héros ainsi qu’une divergence d’intérêt et d’aspirations entre les éléments de ce peuple : « L’union est un état inférieur parce qu’elle ne fait que composer des éléments positifs qu’elle peut harmoniser, mais non abolir297 » à la différence de l’unité qui « détruit la mémoire même des individualités composantes298 ». Telle est toute la différence entre la France et l’Angleterre : la France veut parce qu’elle est une unité alors que l’Angleterre, incarnant la liberté héroïque, ne peut produire, au mieux, que des unions où une partie du peuple contraint les autres parties à suivre sa volonté particulière.

  • 299 Ibid., p. 255.
  • 300 C’est l’hypothèse de Paule Petitier dans son article « Révolution », L’Esprit créateur, Vol. 46, N (...)
  • 301 Introduction à l’histoire universelle, p. 255.
  • 302 Histoire de la Révolution française, t. II, p. 991.
  • 303 Introduction à l’histoire universelle, p. 255.
  • 304 Voici par exemple la description faite par Michelet du club des Jacobins : « Ici, nul homme du peu (...)

7Alors que Michelet consacrera, presque deux décennies plus tard, le troisième livre de l’Histoire de la Révolution française à l’élan fraternel des fédérations vers l’unité de la Patrie, le jeune historien fait des Trois Glorieuses la révolution de l’unité, événement absolument singulier. Certes, Michelet ne commencera son analyse de la Révolution française qu’une quinzaine d’années plus tard. Mais si la Révolution dans l’Introduction à l’histoire universelle est celle de Juillet, c’est parce qu’elle lui semble s’accorder avec la métaphysique de l’histoire qui sous-tend tout le parcours de l’humanité depuis l’Inde : la conquête progressive des droits par les sans-droits, les exigences de liberté du peuple-plebs contre les héros, conduisent à un âge où il n’y aura plus de peuple-plebs mais seulement un peuple populus. Or c’est bien cela que Michelet voit dans les Trois Glorieuses : « une révolution sans héros, sans noms propres ; point d’individus en qui la gloire ait pu se localiser299 ». S’il est tout à fait légitime d’écrire que la Révolution « pourrait bien être la notion capitale de l’œuvre de J. Michelet300 », il faut néanmoins souligner que le sujet révolutionnaire va profondément changer dans l’œuvre micheletienne, au-delà de la proximité apparente des termes utilisés. La formule qu’utilise Michelet en 1831 est la suivante : « Après la victoire, on a cherché le héros ; et l’on a trouvé tout un peuple301 ». Lorsqu’il met un point final à l’Histoire de la Révolution française, l’historien semble adopter la même position théorique : « de la première page à la dernière, elle n’a eu qu’un héros : le peuple302 ». Les deux formules sont en réalité très différentes et mobilisent deux concepts de « peuple » radicalement distincts. En 1831, le peuple en question est le sujet politique souverain, le peuple-populus où n’apparaît aucune division de classe, de statut ou de provenance. La figure du peuple est celle de l’« unanimité de plusieurs millions d’hommes303 » et la diversité concrète de ces hommes, qu’elle concerne la culture ou la profession, se résorbe dans l’unité de la nation. En 1853, Michelet ne dit pas qu’il y a eu dans la Révolution française d’autres héros que le peuple mais qu’il y a eu d’autres acteurs qui, eux, n’ont pas été héroïques, comme les bourgeois ou les membres de certains clubs. Le peuple dont parle l’Histoire de la Révolution française ne s’identifie donc pas tant au peuple révolutionnaire de l’Introduction à l’histoire universelle qu’au peuple-plebs défini par Le Peuple comme l’ensemble des classes pauvres et non cultivées – essentiellement paysans et ouvriers. Le peuple de l’Histoire de la Révolution française est pour cela régulièrement distingué des bourgeois (notaires, avocats…) ou des lettrés304. Si le problème de l’unité se pose pour le Michelet de 1846, le jeune historien, encore sous le coup de l’éclair de Juillet, ne se demande pas si l’unité de la société peut être réalisée car, de fait, elle l’a été. La tension entre peuple-plebs et peuple-populus est élaborée à travers la dialectique de la liberté héroïque et de la liberté égale et cette tension est résolue par la France révolutionnaire de 1830.

III. La fusion nationale contre l’infusible mélange aristocratique

  • 305 M. Gauchet, « Les ‘‘Lettres sur l’histoire de France’’ d’Augustin Thierry », op. cit., p. 841.
  • 306 Ibid.
  • 307 Introduction à l’histoire universelle, p. 254.
  • 308 Introduction à l’histoire universelle, p. 253. Dans l’Introduction à l’histoire universelle, la «  (...)
  • 309 André Tosel, expliquant l’analyse différenciée développée par Henri Lefebvre pour comprendre le na (...)
  • 310 Ibid., p. 234.

8« Le schème de la Nation-personne305 » s’identifie avec le degré accompli du « mélange » des idées et des races. Le concept de « nation » est l’expression adéquate de l’entité à la fois politique, historique et géographique constituée par un peuple sur lequel la fatalité sous ses différentes formes ne pèse plus. Certes, « il permet à Michelet d’opérer la réunion et la somme des divers apports venus par vagues successives depuis 1820 concrétiser le grand œuvre de remémoration politique, d’institution de l’acteur national par l’exhumation du passé et l’intégration de sa puissance légitime dans la conscience publique306 » ; mais si Michelet mobilise les concepts de « personne » et de « nation » pour penser la France, l’objectif est d’une part, de montrer que la France a produit une modalité inédite de socialité où « l’individu tire sa gloire de la participation volontaire à l’ensemble307 » – thèse qui a pour corolaire que les Français sont un peuple- populus – et d’autre part, d’affirmer que la France n’est pas une réalité naturelle, à la différence de l’Allemagne qui est « une race308 ». S’il est légitime de distinguer un nationalisme progressif – « dont le ressort initial est la lutte pour le droit, la constitution d’une nation fondée sur l’égale liberté de tous les citoyens309 » – d’un nationalisme réactionnaire – « qui mobilise les sentiments de supériorité chauvine et des pratiques agressives310 » – le nationalisme micheletien appartient indéniablement à la première catégorie. Dans la perspective d’une souveraineté populaire à venir, la thèse de la « France-nation » est construite contre la « société » de l’Ancien Régime qui prétend tirer du passé de la France la légitimité de l’inégalité sociale et contre le système des capacités qui justifie l’inégalité politique par l’inégalité naturelle des talents.

  • 311 Introduction à l’histoire universelle, p. 255.
  • 312 Ibid.
  • 313 Ibid.
  • 314 La formule est de P. Bénichou, le Temps des prophètes, op. cit., p. 921.
  • 315 Il faut être précis sur les dates. Guizot nomme Michelet aux Archives en octobre 1830. L’Introduct (...)
  • 316 A. Mitzman, Michelet ou la subversion du passé. Quatre leçons au Collège de France, op. cit., p. 4 (...)
  • 317 Comme le remarque Eric Hobsbawm, la Révolution française ne met pas fin à l’« aristocratie » même (...)
  • 318 L’Histoire de France travaillera plus rigoureusement la relation entre le héros et le peuple et se (...)
  • 319 Pierre Rosanvallon, Le moment Guizot, Paris, Gallimard, 1985, p. 108.
  • 320 Voir infra, deuxième chapitre de la troisième partie.

9Le dernier pas « loin de l’ordre fatal et naturel311 » n’est pas réalisé par des « héros » mais par « tout un peuple312 ». La révolution de 1830 inaugure un âge nouveau parce qu’elle est une révolution « sans héros313 ». L’originalité majeure de l’Introduction à l’histoire universelle est donc de construire une métaphysique de l’histoire – certes empreinte de providentialisme et de téléologie – où le héros s’efface progressivement au profit d’une « collectivité humaine douée d’existence propre314 » : le peuple. Il est vrai que Michelet profite des nouvelles institutions de Juillet en recevant sa nomination aux Archives315. Il n’empêche que le texte de l’Introduction à l’histoire universelle est « favorable à la gauche démocratique316 » et s’oppose au nouveau principe aristocratique du gouvernement représentatif317. Plus généralement, le jeune Michelet s’insurge contre l’idée que l’avenir appartient à de nouveaux héros318 qui détiendraient de manière privilégiée des droits politiques. Aussi bien l’idée de « nation » que celle de révolution « sans héros » ou sans « chef visible » convergent en ce sens, même si le propos du jeune philosophe reste prudent : l’ordre social à venir consiste dans un mouvement d’extension des droits politiques au peuple entier. Une double critique anime la logique et la métaphysique de l’Introduction à l’histoire universelle : critique de l’aristocratie de l’Ancien Régime défendue par Maistre et critique de l’aristocratie des citoyens capacitaires soutenue par Guizot. Dans Le moment Guizot, Pierre Rosanvallon affirme qu’à la suite de l’effondrement de l’Empire, tous cherchent « dans la redéfinition des élites […] le principe régulateur et stabilisateur de la France nouvelle, de la société démocratique319 » : tel n’est pas le cas pour le jeune Michelet, défenseur de la souveraineté populaire dès 1831. Ce credo qui culmine dans Le Peuple – même s’il est alors soutenu par une argumentation radicalement différente – va être profondément ébranlé dans l’esprit de l’historien durant le premier semestre de 1848320.

  • 321 Introduction à l’histoire universelle, p. 253.
  • 322 Maistre, Du Pape, op. cit., p. 23.
  • 323 Introduction à l’histoire universelle, p. 246.
  • 324 M. Gauchet, « Les ‘‘Lettres sur l’histoire de France’’ d’Augustin Thierry », op. cit., p. 841.
  • 325 Pour une analyse des enjeux politiques actuels de cette analyse de la « nation » française, je ren (...)
  • 326 Foucault, « Il faut défendre la société », op. cit., p. 199.

10L’histoire universelle a montré que la liberté de l’aristocrate ou du héros exprime la fatalité sous diverses formes, celle du lieu, de la race ou du climat et qu’elle implique, par conséquent, la particularité et la différence. Si la dynamique historique consiste à donner à la liberté égale la prépondérance qu’a naturellement la liberté héroïque, l’idée même d’aristocratie est invalidée par l’histoire. L’Introduction à l’histoire universelle condamne sans surprise l’ancienne aristocratie, résidu de l’élément féodal et du « vieil héroïsme barbare321 ». L’appel lancé par Maistre en 1818, dans le « discours préliminaire » de son livre Du Pape, semble daté, treize ans et une révolution plus tard : « Par sa monstrueuse alliance avec le mauvais principe, pendant le dernier siècle, écrivait-il alors, la noblesse française a tout perdu ; c’est à elle qu’il appartient de tout réparer322 ». Pour Michelet, la noblesse est l’expression de la fatalité des races continuée dans la société elle-même : la mobilisation du schème national est dirigée contre la fracture de la France en deux peuples – noblesse et tiers état – dans la mesure où, dans son histoire, elle a progressivement supprimé la présence des éléments raciaux. Il est question de nation parce que les différences liées aux « influences locales de races et de climats323 » ont été effacées : le morcellement en départements réalisé par la Révolution française est un démembrement des fiefs qui prolongent dans l’histoire les inégalités de nature entre les guerriers francs et les peuples qu’ils ont soumis. Il est donc réducteur de faire du concept de « nation » le moyen et le résultat d’une « exhumation du passé324 » dans la mesure où c’est en s’éloignant de son propre passé et de ses racines que la nation se fait elle-même325. L’histoire de France est la preuve du caractère périmé de l’aristocratie de l’Ancien Régime charriant avec elle les débris d’un monde fatal que la Révolution a fait s’écrouler. Même si elle en procède historiquement, la nation micheletienne ne se définit donc pas par « son archaïsme, son ancestralité, son rapport au passé326 ».

  • 327 Guizot, Histoire des origines du gouvernement représentatif et des institutions politiques de l’Eu (...)
  • 328 Guizot, Histoire des origines du gouvernement représentatif…, op. cit., p. 100.
  • 329 « Aucun artifice, écrit Guizot, ne doit gêner, dans l’ordre social, le mouvement d’ascension ou de (...)
  • 330 Guizot expose en ces termes le concept de « souveraineté populaire » : « Le principe de la souvera (...)

11Si l’ancienne aristocratie n’a plus d’avenir, il en va tout autrement de la nouvelle élite arrivée au pouvoir avec la monarchie de Juillet. Cette nouvelle aristocratie se distingue de l’ancienne par le fait qu’elle exige l’égalité civile des droits. Néanmoins, toutes deux réservent à quelques-uns seulement l’exercice des droits politiques, même si l’aristocratie de 1830 fait reposer ce privilège sur la « capacité » et celle de 1788 sur la naissance. Dans la septième leçon du cours d’histoire moderne qu’il professe de 1820 à 1822 – « Histoire des origines du gouvernement représentatif et des institutions politiques de l’Europe depuis la chute de l’Empire romain jusqu’au XIVe siècle327 » – Guizot, futur ministre de la monarchie de Juillet, définit l’objet du gouvernement représentatif : « faire sortir du sein de la société cette aristocratie véritable et légitime par qui elle a droit d’être gouvernée et qui a droit de la gouverner328 ». La souveraineté est donnée à ceux qui ont la capacité d’exercer le pouvoir politique. Cette nouvelle aristocratie n’exclut pas l’égalité civile mais la suppose comme condition de possibilité329. Sans égalité civile, les plus capables ne peuvent être identifiés et l’inégalité civile génère un mauvais gouvernement dans la mesure où certains se maintiennent artificiellement au pouvoir, sans avoir fait la preuve de leur capacité. Mais égalité civile ne signifie pas pour autant égalité des droits politiques, bien au contraire. Le système des capacités fonde une inégalité politique au sein du peuple. Pourquoi tous les hommes d’une même société ne pourraient-ils pas avoir la capacité de gouverner, ce qui est justement le principe de la souveraineté du peuple330 ? Celui-ci, rétorque Guizot, est contraire

  • 331 Guizot, Histoire des origines du gouvernement représentatif…, op. cit., p. 108.

o au fait de l’inégalité établie par la nature entre les capacités et les puissances individuelles ; 2 o au fait de l’inégalité de capacité provoquée par la différence des positions, différence qui existe partout et qui a sa source primitive dans l’inégalité naturelle ; 3 o à l’expérience du monde qui a toujours vu les timides suivre le brave, les moins habiles obéir à l’habile, en un mot les infériorités naturelles reconnaître les supériorités naturelles et leur obéir331.

  • 332 Introduction à l’histoire universelle, note 1 de la page 253.
  • 333 En cela, la logique de l’argumentation du Peuple diffère radicalement de celle de l’Introduction à (...)
  • 334 C’est la faillite de cette « évidence » qui rendra tellement importante aux yeux de Michelet l’édu (...)
  • 335 Pour une étude de cet infléchissement majeur de la pensée micheletienne voir infra troisième parti (...)

12Michelet convient que l’inégalité des droits politiques au sein de l’égalité civile repose sur l’inégalité naturelle des hommes et sur les différences natives de capacité entre les individus ; mais il conteste l’idée que cet état puisse et doive être définitif. Tout au plus est-il transitoire. En effet, si l’Introduction à l’histoire universelle montre comment la nature génère des héros et instaure l’inégalité des droits au sein de la société, elle montre aussi comment la nature s’efface dans l’histoire et comment l’inégalité des droits va diminuant au fur et à mesure de la protestation des sans-droits, de Rome jusqu’à la Révolution française. Certes, la définition de l’égalité libre n’exclut pas radicalement la possibilité de fait d’une inégale répartition des droits politiques dans la mesure où, dans l’Introduction à l’histoire universelle, l’égalité des droits est seulement une « égalité des moyens332 ». Tout comme Guizot, Michelet semble subordonner les droits politiques aux « lumières333 » mais le jeune philosophe historien montre comment les lumières vont nécessairement être popularisées rapidement en France334. Contre les doctrinaires et le fondement prétendument naturel de l’inégalité politique, la logique non naturaliste de l’histoire micheletienne permet d’affirmer que la France se dirige, par sa force propre, vers une égalité des droits politiques en annulant les différences liées à la nature. Faire de l’accès aux lumières la condition des droits politiques suffirait à détruire la souveraineté populaire au profit de la souveraineté de la raison si Michelet n’affirmait pas que l’action du peuple-populus des Trois Glorieuses s’est accordée nécessairement avec la raison dont le devenir historique était de s’incarner dans ce peuple particulier. Dans l’Introduction à l’histoire universelle, cette coïncidence est historiquement avérée et logiquement déduite des progrès de la liberté dans l’égalité. Toutefois, c’est bien la rencontre de l’action du peuple et de la raison qui justifie la souveraineté populaire à venir. Quinze ans plus tard, Le Peuple exprimera toujours l’exigence d’étendre à tous les droits politiques. Cependant, le propos du jeune philosophe historien devenu professeur au Collège de France va être notablement infléchi dans la mesure où la souveraineté populaire ne sera plus subordonnée aux lumières et à leur hypothétique popularisation335.

  • 336 Introduction à l’histoire universelle, p. 247.
  • 337 Ibid., p. 250.
  • 338 Ibid.
  • 339 Ibid.
  • 340 La formule est de Barthes (Michelet par lui-même, op. cit., p. 28) qui fait de la prose une des va (...)
  • 341 Introduction à l’histoire universelle, p. 253.
  • 342 Ibid., p. 253.

13La France comme nation est une réalité artificielle s’arrachant progressivement aux fatalités locales, produisant « ce qu’il y a de moins simple, de moins naturel, de plus artificiel, c’est-à-dire de moins fatal, de plus humain et de plus libre336 ». La nature disparaît de l’histoire de France et ne peut donc tenir lieu d’argument. Par la fusion que le peuple français a opérée sur lui-même, ses éléments constitutifs se sont décomposés et ont perdu, lors du processus de recomposition, la dimension naturelle qu’avait leur configuration première. Par le moyen d’une articulation typiquement vichienne entre histoire littéraire et histoire politique, Michelet réfute la logique guizotienne en mettant en évidence le caractère prosaïque de la France et de ses productions intellectuelles. Si la poésie exprime la liberté héroïque de l’individualité singulière, l’État niveleur perd en poésie en même temps qu’il brise les héros. Pour cette raison, la France s’affirme comme le pays de la prose, ce qui, relativement à l’écriture « noble », représente « un progrès vers l’égalité des lumières337 ». Le propre de la France se révèle dans « son caractère éminemment prosaïque338 » qui fait correspondre au nivellement des libertés héroïques un nivellement intellectuel par le haut : « c’est encore par là, écrit Michelet, qu’elle est destinée à élever tout le monde des intelligences à l’égalité339 ». La philosophie micheletienne du langage, héritière en cela de Vico, considère que la poésie précède la prose qui, du point de vue de la civilisation, lui est « supérieure, dans la mesure où elle est absence de caractères individuels, produit d’une fusion et non d’une collection340 ». Ainsi, « dans les pays déjà nivelés par le sacerdoce et la monarchie341 » tels que la France, le génie dialectique « sort vite de l’aristocratie ; il descend dans la masse ; il appartient à tous342 » : l’État centralisateur devient nécessairement prosaïque et les lumières se popularisent au fur et à mesure que les conditions se rapprochent. Par conséquent, la dimension libérale de l’Introduction à l’histoire universelle et son providentialisme servent une thèse proprement micheletienne : l’inégalité naturelle entre les hommes va s’effaçant et les lumières se démocratisent lors de l’effort prométhéen par lequel la nation se fait elle-même en produisant une société homogène. Pour cette raison, chez le jeune Michelet, la fin de l’histoire n’est en aucun cas le gouvernement représentatif issu de Juillet et l’Introduction à l’histoire universelle n’est pas l’aboutissement des méditations historico-politiques d’un Guizot mais leur contestation.

  • 343 Guizot, Histoire des origines du gouvernement représentatif…, op. cit., p. 114.
  • 344 Ibid.
  • 345 Ibid.
  • 346 Introduction à l’histoire universelle, p. 255.
  • 347 Ibid., p. 253.
  • 348 Ibid., note de la page 256, p. 296.

14Certes, Guizot ne nie pas que la souveraineté populaire soit « une grande force qui intervient quelquefois pour briser une inégalité excessive ou le pouvoir absolu, quand la société ne peut plus s’y accommoder343 ». Mais il conteste qu’elle puisse être autre chose qu’un « moyen d’attaque et de destruction344 ». Le peuple ne pourrait donc pas produire de l’ordre et la souveraineté populaire conduirait à « une dictature terrible et passagère exercée par la multitude345 ». Or, dans le récit des Trois Glorieuses écrit par le jeune Michelet, le peuple apparaît comme un agent politique « capable » de produire de l’ordre. La description qu’il fait de la révolution de 1830 n’est pas seulement portée par le lyrisme d’un professeur éminent qui se souvient avoir été un enfant du peuple : le cœur de la description consiste à montrer, dans les faits, que les journées révolutionnaires où le peuple a agi sans chef ont été l’expression de « l’ordre dans la liberté346 ». Michelet reproche au gouvernement représentatif de Juillet de trahir le sens politique, historique et philosophique du mouvement populaire qui l’a porté au pouvoir : le peuple-populus français des Trois Glorieuses réalise au « plus près347 » la liberté dans l’égalité des droits non seulement civils mais aussi politiques. Aussi l’âge des aristocraties héroïques est-il provisoire, celui des citoyens capacitaires transitoire et celui de la souveraineté populaire définitif, quand bien même l’égalité dans la liberté ne serait qu’un « idéal dont le genre humain approchera de plus en plus, mais qu’il n’atteindra jamais348 ».

  • 349 Frédéric Brahami, « Individu, pouvoir, société dans la pensée contre-révolutionnaire » (Le libéral (...)
  • 350 Ibid., p. 162.
  • 351 Ibid.
  • 352 Introduction à l’histoire universelle, p. 257.

15Dans le discours micheletien de 1831, souveraineté populaire et nation fonctionnent donc ensemble et se soutiennent mutuellement. Telle qu’elle est développée dans l’Introduction à l’histoire universelle, la relation entre l’individu et le tout s’écarte résolument du libéralisme guizotien dans la mesure où l’intérêt individuel se subordonne volontairement à l’intérêt national, préfigurant en cela les considérations du Peuple sur le sacrifice du citoyen pour la patrie. Toutefois, la nation pensée comme produit d’une histoire prométhéenne ne réactive pas « le vieux réseau des attachements coutumiers349 » que les contre-révolutionnaires opposent à « l’aristocratie bourgeoise350 ». À l’alternative « entre une aristocratie noble et une aristocratie bourgeoise351 », le jeune historien philosophe oppose un autre modèle, celui, national, de la France-fusion, porteuse d’une nouvelle révélation : le « verbe social352 ».

Notes

265 Histoire de la Révolution française, t. I, I, I, p. 87.

266 Introduction à l’histoire universelle, p. 247.

267 Ibid.

268 L’opération de fusion prend du temps et ce temps n’est pas à l’échelle de l’individu : « ce travail nous paraît long sans doute. Voilà bientôt quarante ans qu’il a commencé. Hélas ! C’est plus qu’une vie d’homme. Mais c’est peu dans la vie d’une nation » (Introduction à l’histoire universelle, p. 256).

269 Lavoisier, Traité élémentaire de chimie, t. II, op. cit., p. 214.

270 Introduction à l’histoire universelle, p. 255.

271 Ibid., p. 253.

272 Ibid.

273 Discours préliminaire prononcé lors de la présentation du projet de la commission au gouvernement, 1er pluviôse an IX, t. I, pp. 463 à 523, signé Portalis, Tronchet, Bigot-Préameneu, Maleville. Cité dans la Naissance du Code civil, Travaux préparatoires du Code civil, extraits choisis et présentés par François Ewald, Flammarion, 1989, p. 35.

274 Ibid.

275 Discours préliminaire prononcé lors de la présentation du projet de la commission au gouvernement, 1er pluviôse an IX, op. cit., p. 35.

276 Cette dimension paradoxale de l’identité micheletienne a été mise en évidence par Gérard Noiriel dans son ouvrage État, nation et immigration (État, nation et immigration, Vers une histoire du pouvoir, Gallimard, 2001). Il distingue la conception de Michelet selon laquelle « c’est en luttant contre ses origines que la nation française a acquis son identité » de celle d’un Renan pour qui l’identité de la France « ne concerne que ceux qui ont un passé commun » (État, nation et immigration, op. cit., pp. 143-144).

277 Lavoisier, Traité élémentaire de chimie, t. II, op. cit., p. 214.

278 Je m’écarte de L. Febvre qui affirme que la Révolution française n’a pas de place réelle dans la dynamique de l’Introduction à l’histoire universelle, absence due au fait que la génération du jeune Michelet ignore la Révolution française. En s’appuyant sur les témoignages d’un Quinet, d’un Hugo ou d’un Cournot, l’historien montre que, dans le récit de la Révolution française, « un seul mot avait remplacé tous les autres : la Terreur » (Propos de Quinet cité par Lucien Febvre dans son introduction « Jules Michelet ou la liberté morale » au choix de textes Michelet 1798-1874, Genève-Paris, Éditions des Trois Collines, coll. « Les classiques de la liberté », 1946, p. 34).

279 Barthes met clairement en évidence cette opposition dans Michelet par lui-même, op. cit., p. 28. Mais il fait de la fête des Fédérations du 14 juillet 1790 la seule unité qu’ait connue la France, ce qui est faux pour le Michelet de 1831.

280 Introduction à l’histoire universelle, p. 248.

281 S’il y a une constance du terme, le concept, lui, varie énormément. En 1831, l’unité est incarnée par le peuple des Trois Glorieuses. Dans l’Histoire de la Révolution française, l’unité consiste dans la France des fédérations de 1790 (Histoire de la Révolution française, t. I, III, XI, p. 402 sqq.). Dans la Bible de l’humanité, l’unité est pensée comme universelle harmonie des êtres – au-delà de la seule humanité – ce qui est particulièrement problématique dans la mesure où Michelet scinde l’histoire universelle en deux traditions irréconciliables quant à leur production spirituelle : celle des Aryâs et celle des Sémites.

282 Introduction à l’histoire universelle, note de la page 256, p. 296.

283 Ibid.

284 Ibid., p. 248.

285 Ibid.

286 Ibid., p. 255.

287 Ibid., note de la page 256, p. 296.

288 Ibid., p. 255.

289 Rousseau, Du Contrat social, II, III, Œuvres Complètes, t. III, sous la direction de B. Gagnebin et M. Raymond, Éditions Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1964, p. 371.

290 Introduction à l’histoire universelle, p. 255.

291 Ibid., p. 257. Tout en infléchissant le concept de peuple mobilisé dans l’Introduction à l’histoire universelle, l’Histoire de la Révolution française conservera cette conception du fiat populaire (voir infra, troisième partie, troisième chapitre).

292 Ibid., p. 255

293 Ibid. Concernant le devenir du concept de volonté dans la pensée micheletienne et sa dimension théologico-politique, voir infra, troisième partie, troisième chapitre « Un nouveau credo pour une révolution à venir ».

294 Ibid., p. 253.

295 Ibid.

296 Ibid.

297 Ibid.

298 Ibid.

299 Ibid., p. 255.

300 C’est l’hypothèse de Paule Petitier dans son article « Révolution », L’Esprit créateur, Vol. 46, No. 3 (2006), pp. 21-24.

301 Introduction à l’histoire universelle, p. 255.

302 Histoire de la Révolution française, t. II, p. 991.

303 Introduction à l’histoire universelle, p. 255.

304 Voici par exemple la description faite par Michelet du club des Jacobins : « Ici, nul homme du peuple. Les ouvriers viennent mais à d’autres heures, dans une autre salle, au-dessous de celle-ci […] Les Jacobins sont une réunion distinguée, lettrée » (Histoire de la Révolution française, t. I, IV, V, p. 476).

305 M. Gauchet, « Les ‘‘Lettres sur l’histoire de France’’ d’Augustin Thierry », op. cit., p. 841.

306 Ibid.

307 Introduction à l’histoire universelle, p. 254.

308 Introduction à l’histoire universelle, p. 253. Dans l’Introduction à l’histoire universelle, la « nation » n’est pas conçue comme une donnée géographique, politique ou généalogique et Michelet s’écarte des acceptions courantes pour l’investir d’une dimension prométhéenne justifiant de réserver ce terme à la France et à elle uniquement. L’originalité de Michelet affleure tout particulièrement si le sens qu’il donne en 1831 à la nation est comparé aux trois acceptations communément admises de ce terme telles que les expose Frédéric Schœll dans son Tableau des peuples qui habitent l’Europe, classés d’après les langues qu’ils parlent (Paris, F. Schœll, 1812 seconde édition) : la première – géographique – renvoie à « tous les habitants d’un même pays, compris dans des limites naturelles, quels que soient l’origine et le langage des habitants » (ibid., p. 9) ; la seconde – politique – désigne « l’ensemble des peuples qui forment la même association politique, qui sont soumis au même gouvernement, régis par les mêmes lois » (ibid.) ; la troisième – généalogique – se rapporte « à l’origine des peuples, sans égard au pays qu’ils habitent et au gouvernement auquel ils sont soumis » (ibid., p. 10).

309 André Tosel, expliquant l’analyse différenciée développée par Henri Lefebvre pour comprendre le nationalisme, Le marxisme du 20e siècle, Paris, Syllepse, 2009, p. 234.

310 Ibid., p. 234.

311 Introduction à l’histoire universelle, p. 255.

312 Ibid.

313 Ibid.

314 La formule est de P. Bénichou, le Temps des prophètes, op. cit., p. 921.

315 Il faut être précis sur les dates. Guizot nomme Michelet aux Archives en octobre 1830. L’Introduction à l’histoire universelle paraît le premier avril 1831.

316 A. Mitzman, Michelet ou la subversion du passé. Quatre leçons au Collège de France, op. cit., p. 40.

317 Comme le remarque Eric Hobsbawm, la Révolution française ne met pas fin à l’« aristocratie » même si elle renverse « une société aristocratique » : la société française de 1831 est encore organisée en fonction d’une « hiérarchie de statut social qui distingue ses titres ou d’autres signes extérieurs d’exclusivité » (E. Hobsbawm, l’Ère des révolutions, traduit de l’anglais par Françoise Braudel et Jean-Claude Pineau, Fayard, coll. « Pluriel », 1969, p. 235). Or, c’est contre l’idée même d’aristocratie que l’Introduction à l’histoire universelle est écrite.

318 L’Histoire de France travaillera plus rigoureusement la relation entre le héros et le peuple et sera l’occasion de distinguer clairement le héros vraiment populaire de l’individu faussement historique. Dans la présentation du cinquième tome de l’Histoire de FranceJeanne d’Arc Charles VII – Paule Petitier souligne que l’étude de Jeanne d’Arc conduit Michelet à « revenir sur son principe d’anéantissement des grandes individualités historiques » (HF, t. V, p. VII). Toutefois, dès l’Introduction à l’histoire universelle, le jeune Michelet laisse entendre que certains héros ont pu incarner des luttes populaires. En effet, dès 1831, il affirme qu’il est possible qu’un héros soit « populaire » au sens où l’action d’un héros peut représenter le peuple. Même si cet aspect est peu développé, il est néanmoins déjà présent. Le héros n’est pas nécessairement contre le peuple même si, par essence, la liberté héroïque rompt la liberté dans l’égalité : aussi trouve-t-on une référence explicite à Jeanne d’Arc qui « représenta le peuple et mourut pour lui » (Introduction à l’histoire universelle, p. 255).

319 Pierre Rosanvallon, Le moment Guizot, Paris, Gallimard, 1985, p. 108.

320 Voir infra, deuxième chapitre de la troisième partie.

321 Introduction à l’histoire universelle, p. 253.

322 Maistre, Du Pape, op. cit., p. 23.

323 Introduction à l’histoire universelle, p. 246.

324 M. Gauchet, « Les ‘‘Lettres sur l’histoire de France’’ d’Augustin Thierry », op. cit., p. 841.

325 Pour une analyse des enjeux politiques actuels de cette analyse de la « nation » française, je renvoie à l’ouvrage de Gérard Noiriel, État, nation et immigration Vers une histoire du pouvoir (op. cit.). Il reprend l’idée d’éloignement à soi-même, constitutif de l’identité de la France chez Michelet (il faut néanmoins préciser chez le Michelet de 1831), pour l’opposer à la conception de Renan. Si celui-ci « reprend à son compte le vieux chant spartiate : ‘‘Nous sommes ce que vous fûtes ; nous serons ce que vous êtes’’ », Michelet tient « le raisonnement inverse en affirmant que c’est en luttant contre ses origines que la nation française a acquis son identité » (ibid., pp. 143-144).

326 Foucault, « Il faut défendre la société », op. cit., p. 199.

327 Guizot, Histoire des origines du gouvernement représentatif et des institutions politiques de l’Europe depuis la chute de l’Empire romain jusqu’au XIVe siècle, Paris, Didier, 1855.

328 Guizot, Histoire des origines du gouvernement représentatif…, op. cit., p. 100.

329 « Aucun artifice, écrit Guizot, ne doit gêner, dans l’ordre social, le mouvement d’ascension ou de décadence des individus. Les supériorités naturelles, les prééminences sociales ne doivent recevoir de la loi aucun appui factice. Les citoyens doivent être livrés à leur propre mérite, à leurs propres forces ; il faut que chacun puisse, par lui-même, devenir tout ce qu’il peut être, et ne rencontre dans les institutions ni obstacle qui l’empêche de s’élever, s’il en est capable, ni secours qui le fixe dans une situation supérieure, s’il ne sait pas s’y maintenir » (Des moyens du gouvernement et d’opposition dans l’état actuel de la France, Œuvres choisies de M. Guizot, Bruxelles, Meline, Cans et compagnie, 1848, p. 310).

330 Guizot expose en ces termes le concept de « souveraineté populaire » : « Le principe de la souveraineté du peuple part de la supposition que chaque homme possède, par son droit de naissance, non-seulement un droit égal à être bien gouverné, mais encore un droit égal à gouverner les autres » (Histoire des origines du gouvernement représentatif…, op. cit., p. 107).

331 Guizot, Histoire des origines du gouvernement représentatif…, op. cit., p. 108.

332 Introduction à l’histoire universelle, note 1 de la page 253.

333 En cela, la logique de l’argumentation du Peuple diffère radicalement de celle de l’Introduction à l’histoire universelle parce qu’il sera question de fonder un droit de l’instinct, des simples, des ignorants à gouverner : les savants ne doivent pas attendre que le peuple devienne lui aussi savant et ils ont tout intérêt à s’appuyer sur les puissances « barbares » en apprenant à écouter les classes populaires.

334 C’est la faillite de cette « évidence » qui rendra tellement importante aux yeux de Michelet l’éducation populaire et l’écriture de « livres du dimanche » comme La Femme, L’Amour ou les livres « naturalistes ».

335 Pour une étude de cet infléchissement majeur de la pensée micheletienne voir infra troisième partie, les premier et troisième chapitres.

336 Introduction à l’histoire universelle, p. 247.

337 Ibid., p. 250.

338 Ibid.

339 Ibid.

340 La formule est de Barthes (Michelet par lui-même, op. cit., p. 28) qui fait de la prose une des variations du « lisse », thème micheletien par excellence.

341 Introduction à l’histoire universelle, p. 253.

342 Ibid., p. 253.

343 Guizot, Histoire des origines du gouvernement représentatif…, op. cit., p. 114.

344 Ibid.

345 Ibid.

346 Introduction à l’histoire universelle, p. 255.

347 Ibid., p. 253.

348 Ibid., note de la page 256, p. 296.

349 Frédéric Brahami, « Individu, pouvoir, société dans la pensée contre-révolutionnaire » (Le libéralisme au miroir du droit L’État, la personne, la propriété, sous la direction de Blaise Bachofen, ENS éditions, 2008, pp. 145-163), p. 145.

350 Ibid., p. 162.

351 Ibid.

352 Introduction à l’histoire universelle, p. 257.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search