Version classiqueVersion mobile

La formation d’une opinion démocratique

 | 
Pierre Merlin

Les républicains du Jura en marche vers la Troisième République

8

Une réponse à la crise économique et aux innovations techniques : la fondation des syndicats agricoles dans le Jura (1884-1914)

Texte intégral

1C’est la loi Waldeck-Rousseau du 1er mars 1884 qui fit disparaître toute entrave au libre exercice du droit d’association pour les syndicats professionnels. Grâce à l’intervention du sénateur Oudet, le domaine de la loi avait été étendu aux intérêts agricoles. Cette « loi de liberté » avait pour contrepartie l’enregistrement des syndicats en mairie et la publication de leurs statuts, contresignés par le président et le secrétaire. Des caisses de crédit, distinctes de celle du syndicat, pouvaient être ouvertes.

2Dans le domaine agricole, des lois ultérieures – loi Méline du 5 novembre 1894, loi du 31 mars 1899 sur les caisses régionales, de 1900 sur les mutuelles d’assurances – complétèrent cette législation. Ainsi étaient jetées les fondations d’un édifice immense que nous connaissons tous. La documentation utilisée dans cette étude a consisté principalement dans les liasses de la série M des archives départementales du Jura, en particulier dans les fiches signalétiques des syndicats ouvriers, agricoles, patronaux et mixtes, qui nous ont permis d’effectuer le travail de repérage des syndicats et de leurs dirigeants, puis de confectionner la figure 14.

Figure 14. Carte des syndicats agricoles dans le Jura (au 1er janvier 1913). Source : © IGN BDCARTO, réalisée par Marion Landré et Marie Gillet (MSHE Ledoux) d’après la carte publiée dans Merlin Pierre, 1989, « La fondation des syndicats agricoles dans le Jura », Travaux de la Société d’émulation du Jura, p. 223.

Figure 14. Carte des syndicats agricoles dans le Jura (au 1er janvier 1913). Source : © IGN BDCARTO, réalisée par Marion Landré et Marie Gillet (MSHE Ledoux) d’après la carte publiée dans Merlin Pierre, 1989, « La fondation des syndicats agricoles dans le Jura », Travaux de la Société d’émulation du Jura, p. 223.

Figure 15. Liste des syndicats agricoles dans le Jura au 1er janvier 1913. Remarques : À titre de comparaison, en 1913, les syndicats agricoles se composaient d’environ 6 300 adhérents et les syndicats de salariés d’environ 4 000 adhérents dont 3 100 dans le Haut-Jura.

Numéro
de référence
sur la carte
Liste des syndicats Nombre de
membres
Région doloise
1 Syndicat agricole de l’arrondissement de Dolea 600
2 Syndicat agricole de Pagneyb 65
3 Syndicat agricole de Thervay 68
4 Syndicat agricole d’Ougney 41
5 Syndicat agricole d’Évans 48
6 Syndicat de battage de Chaussin 40
7 Syndicat de battage de Chaussin 19
8 Syndicat de battage de Gevry 12
9 Syndicat agricole des Hays 61
Région de Salins, Arbois, Poligny, Lons-le-Saunier, Champagnole
10 Syndicat agricole de Chissey 56
11 Syndicat agricole de Cramans 23
12 Syndicat d’élevage de Fraroz 13
13 Société d’élevage de Clucy 18
14 Syndicat agricole de l’arrondissement de Polignyc 2 040
15 Syndicat des fruitières du Jura et du Doubsd 41
16 Syndicat des vignerons de Molamboz 38
17 Syndicat des vignerons de Grozon 46
18 Syndicat des vignerons et travailleurs de Grozon 82
19 Syndicat des vignerons du canton d’Arbois 277
20 Syndicat des vignerons de Pupillin 40
21 Syndicat des vignerons de Buvilly 34
22 Syndicat d’élevage de Tourmont 24
23 Syndicat des vignerons et travailleurs de Tourmont 37
24 Union communale des agriculteurs et viticulteurs de Tourmont 55
25 Syndicat des vignerons de Poligny 82
26 Syndicat des travailleurs réunis de Poligny et communes limitrophese 101
27 Syndicat d’élevage de Polignyf 28
28 Syndicat des vignerons d’Aumont 46
29 Syndicat des vignerons réunis du Bouchaud, de Bersaillin et du Viseney 34
30 Syndicat des vignerons de Brainans 51
31 Syndicat agricole de Desnes 40
32 Syndicat agricole de Grange-sur-Baume 33
33 Syndicat agricole de L’Étoile ?
34 Syndicat agricole de Beaufort 150
35 Syndicat agricole de défense contre la grêle de Nancg 18
36 Syndicat agricole du canton d’Arinthod 82
37 Union départementale des syndicats agricoles du Jura rattachée à l’Union de Bourgogne-Franche-Comtéh 3 300
38 Syndicat agricole de l’arrondissement de Lonsi 1 150
39 Syndicat agricole du département du Juraj 324
Région de Saint-Claude
40 Syndicat agricole de l’arrondissement de Saint-Claude 300
41 Syndicat agricole de La Pesse 31
42 Syndicat agricole de Viry 76
Syndicats divers
43 Syndicat des bûcherons de Champvans 20
44 Syndicat des bûcherons de la région de Dole 60
45 Association patronale des marchands de bois du Jura et du Doubsk 106
46 Syndicat des marchands de bois du Haut-Jura 6
47 Syndicat horticole de Dole 35
a. Siège à Dole.
b. Président : Léon de Borde.
c. Siège à Salins (69, Grande Rue du Bourg-Dessous).
d. Siège à Salins.
e. Président : H. Friant.
f. Idem.
g. Dissous en 1913.
h. Siège à Lons (23, rue Regard).
i. Siège à Lons.
j. Siège à Lons (Maison de la mutualité, boulevard de la Gare). Union des sociétés agricoles du Jura fondée en avril 1910 (président : Edmond Chapuis, docteur et député ; vice-président : Dr Chaintre à Dole), affiliée à la Fédération nationale de la mutualité et de la coopération agricoles (129, boulevard Saint-Germain, Paris).
k. Siège à Mouchard, créée en 1898, 106 membres en 1901 (président : Cyrille Léculier ; vice-président : Maurice Bouvet).

3En compulsant ces liasses, nous avons trouvé des bulletins des syndicats agricoles, des notes généralement stéréotypées des sous-préfets au préfet, quelques rares brouillons de rapport de ce dernier au ministre.

4Des incursions enfin dans les problèmes économiques et démographiques : M 3283 (crise agricole et industrielle, chômage 1884-1910), M 3388 (enquête sur les causes de la dépopulation 1905-1906) ainsi que la lecture du Bulletin de la Société d’agriculture, sciences et arts de Poligny nous ont permis de poser la trame de ce chapitre, c’est-à-dire de :

  • relier la fondation des syndicats agricoles à la conjoncture économique ;
  • cerner plusieurs débats marquants parmi ceux des fondateurs de ce syndicalisme, principalement dans les années 1884-1889 ;
  • esquisser la pensée économique, sociale, politique, bref l’idéologie de ces fondateurs.

5Au total, notre documentation, principalement administrative, a été mesurée mais avait du moins l’avantage d’être quasiment continue. Au passage, nous avons pu remarquer que celle-ci était beaucoup plus succincte pour les syndicats ouvriers. Si le point de départ des uns et des autres, la loi de 1884, est le même, si des évolutions parallèles attirent l’attention – par exemple l’importance des mutuelles et des coopératives d’approvisionnement – le mode et le rythme de formation des syndicats, les fractures surtout dues aux grèves ouvrières, l’origine sociale des dirigeants enfin, introduisent des différences fondamentales entre syndicats ouvriers et agricoles.

I. Une situation de crise économique, des transformations techniques profondes

6La fin du xixe siècle est marquée, rappelons-le, par une crise économique mondiale qui atteint la France à partir de 1879 et se prolonge jusqu’en 1895-1897. Il n’est pas dans notre intention de décrire cette crise qui atteignit toutes les activités économiques et eut des répercussions considérables sur la politique intérieure et extérieure de la France.

7Le Jura agricole fut touché plus tardivement que le reste de la France semble-t-il et surtout très inégalement dans ses différentes productions. Aussi, dans chacune de ses petites régions, la crise fut-elle plus ou moins intense.

8Dans le Vignoble, elle est terrible à cause du phylloxéra qui apparaît vers Saint-Amour et Beaufort en 1879, puis ravage les ceps au cours des années quatre-vingt, répandant partout la misère. Les bulletins des syndicats sont remplis d’observations et de recettes contre ce fléau. L’administration offre des subventions pour « reconstitution du vignoble », pour des cours de greffage et de traitement, pour la plantation de parcelles témoins. Bien des syndicats de vignerons se sont constitués à seule fin de recevoir ces aides. Il est vrai aussi que le vignoble avec ses gros villages groupés était un milieu propice à l’éclosion d’associations professionnelles. Dès 1885, existe la Société des viticulteurs d’Arbois. Plus tard, se créèrent une douzaine de syndicats viticoles, un syndicat d’industrie agricole à Poligny pour la location de matériel et, bien sûr, une association des bouilleurs de cru, la Goutte d’Or.

9L’arrondissement de Dole « le plus agricole et le plus industriel, sinon le plus industrieux, en tout cas le plus ouvert à la grande industrie », selon le préfet, fut lui aussi durement touché par la crise.

10Il l’était dans sa production agricole, avant tout céréalière. Les blés des terres nouvelles du Canada ou d’Argentine se déversent sur un marché mondial unifié pour la première fois dans l’histoire, par des moyens de transport massifs et rapides. Sur le marché national également, les cartes sont redistribuées : les minotiers dolois signalent que les farines de Champagne, qui avant 1870 se vendaient en Alsace-Lorraine, refluent maintenant vers la Franche-Comté. Les grosses exploitations et la grande propriété terrienne, prépondérantes dans cet arrondissement, sont particulièrement atteintes, non seulement dans leur revenu mais aussi dans leur capital car le prix de la terre s’effondre, tandis que les impôts fonciers, dont tout le monde se plaint, restent élevés.

11À eux seuls, ces aspects de la crise expliquent que le premier syndicat agricole créé dans le Jura à Salins dès le 17 novembre 1884, le syndicat d’arrondissement de Poligny, l’ait été par de gros propriétaires terriens du nord du département.

  • 1 Presque identique à celle présentée par Yves Amizet dans sa contribution : « Cent ans de crédit agr (...)
  • 2 Entre parenthèses figure le nombre d’actions de 500 F souscrites.

12Donnons ici la liste1 des actionnaires fondateurs2 :

  • Picot d’Aligny Henri, conseiller général, propriétaire à Montmirey (5)
  • Prince Auguste d’Arenberg, propriétaire à Paris (4)
  • Bouvet Alfred, propriétaire à Salins (5)
  • Bouvet Maurice, fils d’Alfred, propriétaire à Salins (2)
  • Monnier André, conseiller général, maître de forge à Baudin (1)
  • Burin du Buisson, préfet honoraire à Cramans (1)
  • Champon Jules, négociant à Salins (1)
  • Mme Vve Chevassus, propriétaire à Poligny (1)
  • Belle Emmanuel, propriétaire à Supt (1)
  • Dole Joseph, propriétaire à La Favière (1)
  • Mme Vve de Faultrier, propriétaire à Arbois (1)
  • Marquis de Froissard, propriétaire à Bersaillin (2)
  • Mme Vve Sarret de Grozon, propriétaire à Arbois (1)
  • Lieffroy Aimé, propriétaire à Bourg-de-Sirod (2)
  • Lurion Louis (de), propriétaire à Buffard (Doubs) 2
  • Mgr Marpot, évêque de Saint-Claude (1)
  • Milcent Louis, propriétaire à Vaux (2)
  • Parandier, inspecteur général des Ponts-et-Chaussées à Arbois (2)
  • Baron Lepin, propriétaire à Arbois (1)
  • Poulet Léon, négociant à Salins (2)
  • Prudhomme Désiré (de), officier en retraite à Vers (1)
  • Mme Vve Louis Salins, propriétaire à Poligny (2)
  • Tripard Just, propriétaire à Marnoz (1)
  • Viard Pierre, propriétaire à Arbois (1)

13Parmi les premiers dirigeants citons également :

  • Toytot Roger (de), propriétaire à Rainans
  • Falletans M. (de), propriétaire à Falletans
  • Gréa P., propriétaire à Rotalier
  • Authume M. (d’), propriétaire à Authume
  • Dr Coras, à Lons-le-Saunier
  • Crébely, industriel au Moulin Rouge
  • Borde (de), propriétaire à Gendrey
  • Michard, avocat à Dole

14On ne manquera pas de s’étonner de la présence sur cette liste de plusieurs industriels et maîtres de forges, de gros commerçants, parmi les plus importants du département : les Monnier, Lieffroy, Crébely, Alfred Bouvet. Certains, il est vrai, comme Lieffroy, se présentent en tant que propriétaires ; mais la crise qui touche durement la métallurgie comtoise joue certainement un rôle dans leur engagement. Le préfet note que « la crise agricole et industrielle est utilisée avec un acharnement extrême par les partis de la réaction ». L’enquête préfectorale de 1885 sur la crise suscite un déferlement de plaintes. Crébely, président du tribunal de commerce de Dole, « réactionnaire, intelligent et influent » selon le préfet, adresse dans sa réponse des critiques virulentes contre la politique du gouvernement et va jusqu’à évoquer le caractère inéluctable d’une guerre avec l’Allemagne.

15Notons au passage que dans les établissements industriels de ces syndicalistes agricoles, nous ne relevons aucune trace de syndicats ouvriers jusqu’en 1913, sauf à Fraisans. Décidément la foi syndicale de ces industriels était bien sélective. Une touche sociale cependant chez Alfred Bouvet qui retient un centime par jour sur tous les salaires, versé à une caisse d’assurances.

16Le même Alfred Bouvet participe à la création d’un syndicat des marchands de bois de la région de Salins et du Haut-Doubs (siège à Mouchard) dont l’un des buts affichés était « l’amélioration des salaires des bûcherons ».

  • 3 Pelletier Gabriel, 1980, Les Forges de Fraisans, Dampierre, Pelletier, p. 245.

17Au vrai, le patronage de Mgr Marpot, ancien curé de Fraisans, très lié sa vie durant, selon l’abbé Gabriel Pelletier, aux Picot d’Aligny et aux maîtres de forges3, indique assez que la crise agricole ou même industrielle n’est pas seule à l’origine du syndicat d’arrondissement. Nous devons nous garder d’explications économistes et mécaniques et rappeler la situation politique des années 1885-1887. Nous savons que, si le suffrage universel a fait pencher la balance en faveur des institutions républicaines, cette victoire n’est que très récente. Nous savons aussi qu’une puissante vague de fond, alliant des éléments très divers, dont le boulangisme, se lève précisément contre les républicains.

18D’une manière plus générale, la création de ce syndicat doit être replacée dans des mouvements longs : elle est d’une part l’aboutissement de la crise de l’idée monarchique, de l’évolution de la pensée catholique dans ses différentes composantes, principalement du catholicisme social ; de l’autre, elle est le point de départ d’un projet de reconquête du pouvoir politique, d’un projet de société. Le préfet qui voit dans l’arrondissement de Dole le « fief de la réaction » a bien des raisons de s’inquiéter ; le syndicat d’arrondissement, première pierre d’un puissant réseau, cette « Maison Bouvet » sur laquelle nous reviendrons plus loin, est certainement plus menaçant pour le pouvoir que les syndicats ouvriers, qualifiés, eux, « d’amis républicains » par l’Administration.

19Mais restons dans le domaine des considérations économiques et techniques : la création de syndicats de battage dans la région de Dole s’explique aisément et plus prosaïquement. Une première vague du machinisme, économisant une main-d’œuvre qui se raréfie, atteint les campagnes à cette époque, plus particulièrement la céréaliculture (moissonneuses-lieuses, batteuses). La nécessité de réunir un capital important, les traditions du travail collectif des battages, l’habitat groupé du Finage ont aidé au lancement de ce type de syndicats.

20Les autres régions du Jura, en gros la moitié sud du département, semblent avoir été moins touchées par la crise. C’est le cas de la Bresse jurassienne et de la Petite Montagne, régions d’habitat dispersé en fermes isolées et en hameaux, où la grande propriété était limitée. Repliées encore dans une polyculture de subsistance, ces petites régions ont vraisemblablement été peu affectées par la chute des prix des céréales. Elles purent, au contraire, développer des élevages fermiers dont les débouchés s’accroissaient, tandis que la mécanisation ne pénétrait que lentement. On peut penser que, pour toutes ces raisons, le développement du syndicalisme agricole y resta limité et tardif.

21Le Haut-Jura et les plateaux semblent connaître à cette époque une prospérité enviable grâce au bois et au fromage dont les débouchés sont en expansion. Un réseau dense de fruitières (540 dans le département en 1889) permettait de tirer le meilleur parti du lait. Les tableaux ne manquent pas qui décrivent une situation quasi idyllique et nous avons trouvé plusieurs affirmations selon lesquelles la montagne ne subirait pas la crise.

22En fait, en 1886, le marasme s’installe dans l’exploitation forestière. Il est dû à la concurrence des bois scandinaves et au ralentissement dans le bâtiment. La production fromagère elle aussi est atteinte. Les prix baissent ; selon Wladimir Gagneur, ils sont en 1886 inférieurs de 50 % à ceux de 1877. Des parts de marchés sont perdues devant les concurrences suisse, hollandaise, américaine et même néo-zélandaise. Pourtant la production du département augmente, au moins en quantité, grâce en particulier à l’amélioration de la race bovine, thème très débattu à l’époque (1889 : 5 400 t – 1892 : 6 900 t). Des techniques et des matériels nouveaux sont disponibles : réfrigérants, écrémeuses, presses. Les découvertes de Pasteur ont trouvé des applications, plus rapidement peut-être chez les concurrents que dans la patrie même du savant. Or, ces bouleversements ont lieu à un moment où le système des fruitières est encore caractérisé par des structures archaïques et des techniques rudimentaires, comme chacun s’entend à le reconnaître. Aussi la qualité des produits est-elle médiocre. En 1885-1887, la situation devient difficile, ce qui suscite dans le département un vaste débat que nous évoquerons plus loin.

23Le Haut-Jura (région de Morez/Saint-Claude) nous retiendra, en revanche, fort peu. L’agriculture n’y occupe qu’une place réduite, même si le sous-préfet note que la grande majorité des tourneurs et lapidaires de la région sont à la fois ouvriers et paysans, surtout petits éleveurs « sociétaires » des fruitières. Dans ce haut lieu du syndicalisme ouvrier, du mutuellisme et du socialisme jurassiens, les syndicats agricoles ont peu de raisons de se développer.

24Nous ne manquerons pas cependant de noter le comportement du patronat sanclaudien, très différent de celui du patronat dolois. Organisés eux-mêmes en plusieurs syndicats, les patrons de Saint-Claude négocient pied à pied les tarifs, utilisant toutes les ressources qu’offrent les divisions syndicales, par exemple à l’occasion des grèves de 1904-1906. Apparemment, ils se soucient fort peu d’engagement politique, religieux ou social, à plus forte raison d’agriculture. Les milieux, il est vrai, étaient tout différents.

25Ainsi, une longue et dure crise a-t-elle secoué l’économie agricole jurassienne à la fin du xixe siècle. Tout semble aller plus vite ; les transformations techniques s’imposent de façon inéluctable. Certaines conséquences, par exemple l’exode rural, sont refusées par la plupart des observateurs. Chez tous cependant prédomine l’espoir dans la science et les techniques, dans « le grand progrès social vaguement entrevu encore, non sans terreur parfois [écrivait le docteur Ligier de Poligny] issue finale de la douloureuse crise de transformation à laquelle nous assistons si manifestement ».

26Dans un ouvrage qui fit date, Pierre Barral écrit :

  • 4 Barral Pierre, 1968, Les Agrariens français de Méline à Pisani, Paris, Fondation nationale des scie (...)

Ébranlant profondément l’équilibre du monde rural, la « crise agricole » […] provoqua un retour à l’action collective, articulée désormais selon les formes modernes de l’association et appelant dans ses rangs la foule des agriculteurs. Ce n’était d’ailleurs qu’une manifestation particulière d’un mouvement général à la fin du siècle : dans tous les domaines, l’organisation devenait l’armature de la société et se substituait pratiquement à l’autorité des notables. Cependant l’agriculture se caractérisa par une longue période de transition […], les associations nouvelles respectèrent longtemps les hiérarchies traditionnelles qui y trouvèrent un cadre pour prolonger leur influence […]. Le syndicat devait être en France le pivot de l’organisation agrarienne4.

II. Trois générations de syndicats agricoles

1. Des syndicats agricoles d’arrondissement (la « Maison Bouvet ») à l’Union de Bourgogne-Franche-Comté et à la Société des agriculteurs de France de la rue d’Athènes (SAF)

27C’est seulement quelques mois après la promulgation de la loi de 1884, nous l’avons vu, que fut créé le premier syndicat jurassien, le syndicat agricole de l’arrondissement de Poligny, siège social à Salins, (président : Alfred Bouvet, rentier à Salins ; secrétaire ; Just Tripard, propriétaire-viticulteur à Marnoz, responsable du bulletin, très lié, semble-t-il, à Bouvet).

28Rapidement, une structure puissante se met en place :

  • syndicat de l’arrondissement de Dole, avril 1886 (président : Roger de Toyot, propriétaire à Rainans ; vice-président : M. d’Authume ; secrétaire : M. de Falletans) ;
  • syndicat d’arrondissement de Lons-le-Saunier, novembre 1886 (président : P. Gréa, propriétaire à Rotalier ; vice-président : docteur Coras à Lons-le-Saunier) ;
  • union départementale, mars 1887 (président : A. Bouvet ; vice-président : Picot d’Aligny, propriétaire à Montmirey-la-Ville ; secrétaire : Louis Milcent).

29En même temps, furent créées des caisses de crédit agricole, la première à Salins, le 28 février 1885. Plus tard, dans un patient effort, viendront un syndicat des fruitières (février 1890 ; président : marquis de Froissard, propriétaire à Bersaillin ; secrétaire : Louis Milcent), un syndicat des marchands de bois, déjà mentionné, des mutuelles accidents, des caisses de retraite.

30Dès le début, la liaison est réalisée avec la SAF, plusieurs fondateurs des syndicats d’arrondissement en étant déjà membres. L’association de la rue d’Athènes à Paris était, nous le savons, l’instrument des agrariens conservateurs et monarchistes, qui eut longtemps à sa tête le marquis de Vogüé.

31Vers la base paysanne, un réseau de délégués cantonaux se met en place dès 1884, à Champagnole, aux Planches, à Nozeroy. Ils ont pour tâche de recevoir, aux jours de marché, les commandes groupées d’engrais et de semences. Le nombre des adhésions (3 F par an seulement, 20 F pour les membres fondateurs) est rapidement considérable.

  1894 1899 1903 1913
Salins/Poligny 1 650 1 850 1 700 2 040
Dole 800 429 200 600
Lons-le-Saunier 1 315 1 445 1 200 1 150
Union départementale 3 765 3 724 3 100 3 300

32Les effectifs sont nettement supérieurs à ceux des syndicats ouvriers par exemple. Il est vrai que l’adhésion aux syndicats agricoles, avant tout prestataires de services n’était pas très contraignante.

33Nos sources ne nous ont pas permis de repérer d’où sont venues les initiatives, ni les réseaux utilisés, ni les débats qui présidèrent à la constitution de ce vaste appareil. Il faut dire que le préfet était à la même enseigne, qui regrettait le refus constant de la « Maison Bouvet » de communiquer tout renseignement autre que ceux strictement exigés par la loi.

34Dans ces conditions, les imputations vont bon train dans les notes des fonctionnaires républicains : « Le curé est l’agent de l’institution jusque dans les moindres villages, sous prétexte d’aider les pauvres » ; « La police ecclésiastique opère toujours avec la plus complète discrétion » ; « Le parti clérical s’est très habilement attaché les paysans ».

35On insiste sur les pressions exercées, sur l’embrigadement des agriculteurs « crédules » par opposition aux « éclairés »… La majorité des électeurs dans certains villages seraient « liés ». « Tous les moyens sont bons pour subjuguer le suffrage universel ». Les commerçants républicains seraient la cible des syndicats. On dénonce même l’officine : « M. Fournier, secrétaire de la Société Saint-Vincent-de-Paul, inspecteur des caisses rurales, agent clérical, fondateur du Cercle catholique, chef du bureau électoral de la Maison Bouvet est aussi directeur de la police de la maison qui en 1898 a organisé le guet-apens d’Aiglepierre » à l’occasion d’une campagne électorale. Bref, le but est « presque exclusivement politique, si bien que de nombreux agriculteurs s’en écartent ».

  • 5 ADJ, M 3036 (16).

36Pourtant d’autres annotations reconnaissent que, s’ils sont entre les mains d’adversaires politiques, ces syndicats sont « dévoués sans doute à la cause agricole », qu’ils « fonctionnent bien et rendent des services incontestables ». On essaie de les contrôler. En 1902 par exemple, la caisse régionale de Bourgogne-Franche-Comté (siège à Salins) demande à bénéficier des avances accordées par la Banque de France. Refus, tant que la Caisse n’aura pas effectué des opérations d’escompte auprès de celle-ci et qu’elle ne justifiera pas l’emploi de ces fonds. Par ailleurs, elle violerait la loi de 1899 parce qu’elle a consenti des montants trop considérables aux caisses locales affiliées. Finalement, les avances en question sont accordées en 19045.

  • 6 ADJ, M 3047.

37Il est indéniable que les liens entre les syndicats d’arrondissement et tous les degrés de la hiérarchie de l’Église catholique, ainsi qu’avec les notables conservateurs et monarchistes, étaient étroits. Certains parmi eux, Louis Milcent surtout, étaient très au fait, comptaient même parmi les inspirateurs de la politique de l’Église au plan national. Des agriculteurs jurassiens n’ont-ils pas été reçus par le Pape (Bulletin de l’Union agricole, décembre 1889) « qui a daigné en quelques mots exprimer combien il aimait voir prospérer les associations agricoles (toutes ?) ajoute le préfet et a bien voulu accorder sa bénédiction spéciale à tous les membres du syndicat agricole de l’arrondissement de Poligny (prime gratuite en dehors de la cotisation habituelle et annuelle. Veinards !) »6. La sollicitude de l’Église catholique envers un monde paysan qu’elle pensait devoir préserver des contagions urbaines et socialistes et d’où étaient issus la majorité des prêtres, était naturelle.

  • 7 Dans l’ouest de la France, les prêtres semblent avoir joué un rôle plus considérable dans le dévelo (...)

38Pourtant, le militantisme officiel des curés de campagne à la tête des syndicats jurassiens nous a paru limité à quelques cas : en 1896, le curé Devaux, à Poligny, est membre du conseil d’administration du syndicat ; à Viry, l’abbé Perrin, originaire du village, est président d’un syndicat d’élevage actif ; d’autres exemples à Saint-Laurent-la-Roche, à La Vieille-Loye7.

39Ce serait une grossière erreur de ne voir dans les syndicats d’arrondissement qu’un instrument au service d’un projet politique et social formulé par une coterie de notables en liaison avec la hiérarchie catholique. Ces initiatives se sont, en effet, confondues avec le puissant mouvement d’adaptation aux réalités nouvelles qui animait le monde rural dans la décennie 1884-1894.

2. Un débat fondateur : la création du syndicat agricole départemental et de l’école de laiterie de Poligny (1887-1889)

40Nous avons vu à quel point les milieux républicains s’inquiétaient de l’appareil qui se mettait en place. Aussi, dans le Jura comme dans d’autres départements, vont-ils s’efforcer de jeter les bases de structures identiques rivales. P. Barral remarque cependant que ces syndicats républicains, dits du boulevard Saint-Germain, furent plus tardifs, eurent moins d’adhérents. Cela se confirme dans notre département.

41En juin 1887, un syndicat départemental est fondé à Lons-le-Saunier qui revendique 600 adhérents dès ses débuts. Les effectifs restèrent toujours loin derrière ceux de la Maison Bouvet :

1894 1899 1913
995 953 370

42La raison « départementale » est significative. L’impulsion est venue, en effet, directement de l’administration préfectorale, en liaison étroite avec la Société d’agriculture, sciences et arts de Poligny et la municipalité de cette même ville. Le président est le docteur Ligier, conseiller général et maire, puis Cyrille Léculier, maire de Champrougier de 1871 jusqu’à son décès en 1915, conseiller général de Chaumergy de 1871 à 1898 ; le vice-président, secrétaire et trésorier n’est autre que M. Adrien Melcot, chef de division à la préfecture jusqu’à sa mutation dans la Loire. Parmi les principaux animateurs, on note A. Gobin, puis F. Jouvet, professeurs départementaux d’agriculture. Les réunions ont lieu en préfecture.

  • 8 Témoignage oral de Mlle Marie-Rose Prost.
  • 9 ADJ, M 3046.

43Il manquait le meilleur, face aux puissants moyens des rivaux, pour lancer les caisses du crédit agricole créées en même temps dans les quatre arrondissements. Qu’à cela ne tienne. Une aide publique de 75 000 F avait été accordée aux victimes de la sécheresse de 1893. Comme il était impossible de partager cette somme entre tous les ayants droit, le ministre en autorisa tout simplement le versement au syndicat départemental. La banque Prost à Lons-le-Saunier et à Saint-Claude, le banquier Fournier et son employé Lefort à Arbois, le Comptoir d’escompte à Dole s’offrirent pour gérer gratuitement les caisses ainsi créées pour une durée de 15 ans. Remarques acerbes du Bulletin de la Maison Bouvet contre « ce soi-disant syndicat qui fait de la politique », ces « sociétés pseudo-agricoles et syndicats mal compris », contre les comices jugés dépassés, dont on sait qu’ils sont contrôlés par les républicains. Des clients importants quittent la banque Prost8. On exige des explications quant aux fameux 75 000 F qui sont donnés en 1899 et en 1910 par le président Cyrille Léculier, dans un rapport au préfet9.

44Il serait toutefois aussi injuste de ne voir dans ce syndicat départemental qu’une créature de l’Administration républicaine. La préfecture s’est appuyée sur un réseau de notables républicains de Poligny et de Lons regroupés dans la Société de Poligny. Incontestablement, les positions républicaines sont importantes dans le département. Le président Grévy, qui démissionne en 1887, est un voisin à Mont-sous-Vaudrey. La Société de Poligny compte parmi ses membres de vieux républicains de 1848 : Wladimir Gagneur, député ; Alphonse Tamisier (sénateur, 1876-1879), tous deux restés fidèles aux idées fouriéristes ; Bergère ; Rouget ; enfin Hadery, exécuteur testamentaire d’Auguste Comte qui, avec Charles Sauria, président de la société, fervent positiviste également, et A. Gobin forment ce qu’il est peut-être présomptueux d’appeler un phalanstère de vieux garçons habitués des tables d’hôtes. Plusieurs ont connu la terrible répression qui suivit le coup d’État bonapartiste de 1851 ; certains ont subi la période de l’Ordre moral, par exemple C. Léculier, révoqué par Mac-Mahon d’août à septembre 1877. C’est parmi ces républicains passionnés d’agriculture, issus souvent de la petite bourgeoisie : médecins, vétérinaires, authentiques agriculteurs, moyens propriétaires, fonctionnaires, tous très représentatifs des « couches nouvelles » annoncées par Gambetta, que se développe un vaste débat dans les années 1884-1889, que nous pouvons suivre à travers les Bulletins de la Société d'agriculture, sciences et arts de Poligny. La fondation du syndicat départemental et de l’école de laiterie en furent les conséquences les plus remarquables.

45Il n’est pas dans notre propos de développer l’histoire de la fondation de l’école de Poligny qui, en ce centenaire, mériterait une étude plus complète. Nous nous bornerons à relever quelques moments dans cette entreprise, révélateurs des enjeux économiques et politiques de la période.

46Dans de nombreux bulletins, la Société de Poligny célèbre l’antériorité de son action en faveur de la rénovation de l’industrie fromagère jurassienne. Wladimir Gagneur n’a-t-il pas entre 1849 et 1851 organisé à Bréry un système de crédit gratuit grâce à des bons de fruitières avancés sur le prix du fromage ? N’a-t-il pas, dès 1881, à un moment où la vente était bonne, condamné les archaïsmes des fruitières, lutté pour l’amélioration de la qualité et préconisé l’ouverture d’une école, repoussée par la conseil général ? En 1878 le lancement d’une école, suivi par Tamisier, avait été tenté à Champvaux par le docteur Bousson mais avait échoué un an plus tard, à la mort du fondateur.

47En 1887, la crise est là. Wladimir Gagneur sonne l’alarme avec une emphase quelque peu jacobine et quarante-huitarde :

Il faut que nos fruitières se transforment rapidement et à bref délai […], elles font piètre figure en face de ces grandes usines exploitées par la spéculation […] au moment où l’on demande la mine au mineur et l’usine à l’ouvrier des villes, tâchons de conserver la Fruitière, cette usine agricole, à l’ouvrier des champs […]. En avant, un bon coup de collier. Tirez à dia et sortez de l’ornière.

  • 10 ADJ, M 3046.

48Il stigmatise l’affaire de Nozeroy où une « Société parisienne » a passé contrat avec une douzaine de fromageries pour l’achat du lait, contrat condamné également par le syndicat d’arrondissement. Il insiste enfin sur la nécessité d’une école. Mais le conseil général renâcle. Une commission composée de Borde et Adrien Muller étudie le problème10, voyage en Suisse, dans l’Ain et le Doubs. Les conservateurs du syndicat d’arrondissement eux aussi fermes défenseurs des fruitières, semblent opposés à une école et préféreraient une station scientifique d’essais dont les expériences seraient diffusées auprès de chalets modèles subventionnés par le Département : conflit classique entre les aspects théoriques et pratiques dans l’enseignement technique, derrière lequel se cachent des considérations politiques. Les conservateurs du conseil général, qui sont par principe opposés à une école d’État, pensent contrôler le monde des fruitières, où le syndicat d’arrondissement est influent, et le tenir ainsi à l’écart de ce qu’ils considèrent comme une technocratie étatique.

49C’est finalement la thèse de l’école pratique, départementale puis nationale (1893) qui l’emporte, assortie de primes aux fruitières disposées au progrès. L’école est ouverte à Poligny le 25 octobre 1889, Hermann Ligier étant préfet du Jura. Arthur Ligier, maire, vice-président du comice agricole et le docteur Alphonse Ligier, maire, avaient décidé les sociétaires de la fromagerie à confier exclusivement leur fabrication au directeur de l’école ; successivement A. Gobin, mort en 1892, puis Hyacinthe Friant. Le local fourni par la municipalité étant vétuste, il fut remplacé rapidement par un chalet neuf auquel on adjoignit un laboratoire départemental d’analyses.

50N’exagérons pas toutefois l’ampleur des progrès qui furent pourtant réels : en 1892 le jury d’examen doit noter… trois élèves.

  • 11 Les premiers éléments de l’école du bois de Mouchard datent de 1886.

51Ce sont ces mêmes personnalités polinoises qui dans le même mouvement ont créé le syndicat départemental et ses caisses de crédit. Nous pouvons ajouter le docteur Légerot, ancien maire de Poligny ; des Lédoniens comme Thurel, sénateur, et Edmond Chapuis, de la Société hippique, vétérinaire à Mantry ; un Dolois, le docteur Chaintre, également vétérinaire, président de la Société d’agriculture et horticulture de Dole ; Jules Javel propriétaire vigneron, président du comice agricole de Poligny, maire de Mouchard11. Les comices agricoles du département (Lons, Moirans, Morez, Orgelet, Poligny, Arinthod) servirent de structure de départ.

52Les activités du syndicat sont concentrées dans le Vignoble entre Beaufort et Poligny. Elles sont les mêmes que celles du syndicat d’arrondissement, en plus modestes. En 1890, l’agent général Cordier, instituteur en retraite, conseiller général des Planches, donne le compte rendu financier : recettes 1 323 F, dépenses : 407 F. L’entrepositaire général Cottez, à Besain, reçoit les commandes groupées. Un journal La Fruitière, rédigé par A. Gobin, est distribué gratuitement aux sociétés fromagères. L’activité de crédit semble réduite : en avril 1898, se réunit le Syndicat de crédit agricole de Dole ; huit personnes sont présentes, dont le docteur Chaintre, Cyrille Léculier, Léon Brelot, de Champdivers. Les parts représentées formant plus du quart de celles souscrites, l’Assemblée générale est constituée. Décidément, le problème du crédit agricole, si souvent évoqué par Milcent et Sauria, n’a pas encore trouvé de solution.

  • 12 Renseignements fournis par le docteur Léculier, petit-fils de C. Léculier.

53C’est seulement, semble-t-il, après 1906 que le crédit agricole prit son essor. Une commission du conseil général présidée par Léculier réorganisa alors le système des caisses. Une caisse régionale du Jura s’appuyant sur des caisses locales (16 en 1907, 35 en 1913) se développa rapidement sous l’impulsion de Brocard, conseiller général de Voiteur, de Croissant, inspecteur primaire honoraire, nommé directeur. Plus de 10 000 prêts à court terme pour près de 5 000 000 F, auxquels s’ajoutèrent des prêts aux coopératives et des prêts à long terme pour l’achat d’exploitations furent accordés entre 1906 et 191312.

54Quant au Bulletin de la Société d'agriculture, sciences et arts de Poligny, qui publiait principalement des études historiques et des poèmes, il devint en fait le bulletin du syndicat. Après la démission puis la mort de C. Sauria (1893), H. Friant est président de la société (mars 1894). Il est décidé de cesser la parution des articles non agricoles, qui n’intéressaient personne. Vingt-deux membres de la société, qui n’y avaient d’ailleurs aucune activité, démissionnent en bloc, parmi ceux-ci les princes d’Arenberg et de Beaufremont, les marquis de Broissia et de Froissard, Milcent, Monnier, Brune, curé de Baume, le marquis de Champagne.

55On comprend que ces personnalités aient décidé de quitter une société qui finalement s’était dissoute dans le syndicat départemental rival du leur.

3. Les syndicats agricoles communaux

56Nous avons pu remarquer combien les agriculteurs, les « cultivateurs », ont été rares à la tête des syndicats jurassiens, au moins dans une première phase.

57Il n’en fut pas de même dans les nombreux syndicats créés un peu plus tard, parfois jusqu’à la veille de la Première Guerre mondiale, dans le cadre de la commune généralement. Le mouvement lancé par les notabilités conservatrices ou républicaines avait trouvé un écho dans la masse paysanne. Les progrès de l’instruction, le modèle ouvrier ont peut-être joué aussi un rôle. La dénomination « syndicat » est, nous le savons, tout à fait impropre. Il s’agit de coopératives offrant des services, de syndicats d’élevage pour l’achat d’un taureau, de coopératives d’utilisation de matériel, de sociétés d’assurance contre la mortalité du bétail, parfois d’une caisse de crédit autonome. Nous n’avons pas trouvé trace d’organisation pour la vente, ni de bulletins. Certains, parmi ces syndicats, ont pu échapper à tout recensement ou n’ont existé qu’épisodiquement. C’est peut-être dans la création de ces syndicats que l’Administration devine la main des curés, de ceux, bien sûr, qui s’affilient à la Fédération de Bourgogne-Franche-Comté.

  • 13 Une inscription sur la pierre tombale de M. de Dompsure le rappelle au cimetière de Saint-Amour.
  • 14 Témoignage oral de M. André Goyet, arrière-petit-fils, agriculteur à Saint-Amour.

58D’autres syndicats sont en revanche républicains, surtout chez les vignerons, et sont affiliés au syndicat départemental. C’est le cas du syndicat des travailleurs réunis de Poligny (président H. Friant) ou de celui des vignerons travailleurs de Tourmont (à distinguer de l’Union des agriculteurs et viticulteurs du même village). Parfois, des propriétaires non exploitants en ont eu l’initiative, comme M. de Dompsure13 et Eugène Goyet, agriculteur-propriétaire à Saint-Amour en 1908. Ce dernier, catholique pratiquant, avait déjà fondé un syndicat affilié à l’Union du Sud-Est, alors qu’il était fermier du baron de Truchis à Condal (Saône-et-Loire). Après avoir amassé des économies dans une entreprise de battage, il avait pu acheter un « domaine » à Saint-Amour, quitter sans regret son propriétaire et fonder un nouveau syndicat affilié également à l’Union du Sud-Est14.

59Ainsi achevait de se constituer à la base cet édifice entrepris au sommet par les agrariens de différentes obédiences culturelles et politiques : grands propriétaires terriens, industriels et bourgeois catholiques d’une part, élus républicains et fonctionnaires de l’autre. Des militants agriculteurs s’apprêtent à prendre la relève.

III. Esquisse d’un portrait idéologique

60Nous avons tenté d’esquisser les principaux traits idéologiques de ces réseaux de personnalités, qui n’étaient d’ailleurs certainement pas homogènes. Pour ce faire, nous n’avons disposé que des bulletins du syndicat d’arrondissement aux séries incomplètes et de ceux de la Société de Poligny. Aussi nous bornerons-nous à signaler quelques points, en premier lieu ceux qui apparaissent communs aux uns et aux autres.

  • 15 Gueslin André, 1987, L’invention de l’économie sociale, Paris, Economica.

61Tous nos Jurassiens sont passionnés d’agriculture. Pour la dernière fois peut-être dans l’histoire, l’agriculture est considérée comme l’activité économiquement et socialement fondamentale pour la France, sans oublier le point de vue militaire. Une foi égale dans les conquêtes de la science, du progrès technique, de la connaissance les anime. Le protectionnisme est généralement demandé, avec moins de constance cependant chez les républicains ; la libre entreprise sous la forme de l’exploitation familiale et de la propriété est défendue ; l’hostilité envers les spéculateurs est générale. La primauté enfin est accordée à la morale. C. Sauria rappelle le précepte d’A. Comte selon lequel « la régénération morale doit précéder l’amélioration matérielle ». L. Milcent met au premier rang la valeur morale de l’association, dont la fruitière jurassienne serait le plus bel exemple. Pour nos syndicalistes et penseurs jurassiens, la libre adhésion à des associations doit être la base d’une économie sociale15.

62Toutefois, ce sont plus que des nuances qui opposent les deux groupes. Nous n’avons pas trouvé de références à la monarchie dans les bulletins du syndicat d’arrondissement. Tout au plus l’étiquette conservatrice était-elle revendiquée par l’éditorialiste, Just Tripard. Des tensions devaient exister parmi les dirigeants, mais nous n’en avons pas trouvé trace.

63A. Bouvet ne se disait-il pas « rallié » en 1893 ? « Ce qui ne trompe personne » note le préfet. Milcent ne signait-il pas l’une de ses affiches électorales : « À bas Zola ! Vive la République ! Vive l’armée ! ».

64Les références au catholicisme restent discrètes. On préfère insister sur la défense de la famille et de la vie villageoise, opposée à celle de la ville, foyer de corruption. Le socialisme est bien évidemment rejeté, surtout s’il est question d’un syndicat des ouvriers agricoles ; c’est une doctrine « pour les fainéants et revendicateurs professionnels des villes, perturbateurs de l’ordre social ». Les vieilles hantises paysannes resurgissent parfois : il faut mettre fin à la mendicité par le travail obligatoire, éradiquer le nomadisme « jusqu’à la dernière roulotte ».

65L’enseignement primaire, trop éloigné des réalités de l’agriculture, ne forme que de futurs fonctionnaires. On veut bien un enseignement agricole, mais au plus près de la famille et du village. Curieusement, des critiques identiques sont adressées à la formation des curés auxquels manqueraient des connaissances sur les engrais, la zootechnie et j’en passe : « à l’œuvre donc bons curés de campagnes… ».

66Au fait, les instituteurs publics sont-ils vraiment patriotes ? Pourtant si le patriotisme va de soi, le service militaire n’est pas moins critiqué, même par Yvan de Borde, officier de marine, car il prive l’agriculture de bras et déracine le paysan.

67Ces thèmes habituels du conservatisme rural ne se retrouvent généralement pas dans le Bulletin de la Société d'agriculture, sciences et arts de Poligny, dont les ambitions culturelles et le public étaient certainement plus relevés.

68Les soupirs de C. Sauria sur l’exode rural sont contrebalancés par de vigoureuses analyses en sens contraire de Gobin. Sauria plaide pour « l’industrialisation de l’agriculture ». Wladimir Gagneur est antiprotectionniste dans l’intérêt des petits, tandis que Gobin est, sur ce sujet, précis et nuancé et qu’Alphonse Ligier lance une pétition pour la protection de nos fromages.

69Les républicains ont surtout confiance en l’État « qui peut tant de choses et peut nous aider », en particulier en matière de crédit et d’une manière générale pour la modernisation de l’agriculture.

  • 16 Bouvier Michel, 1986, L’État sans politique : tradition et modernité, Paris, Libr. générale de droi (...)

70Dans un ouvrage intitulé L’État sans politique : tradition et modernité, l’auteur, Michel Bouvier16, expose quelques-uns des nombreux systèmes de pensée qui, depuis la révolution industrielle et particulièrement en cette fin du xixe siècle, ont prétendu ouvrir une troisième voie entre le libéralisme individualiste et le socialisme collectiviste vers une société organique où « seraient tournées en coopération féconde la lutte des classes et la concurrence des professions » (H. de Jouvenel). Dans cet immense labyrinthe d’utopies, de courants d’idées, de mouvements corporatistes et associationnistes l’auteur note successivement le traditionalisme monarchiste et l’Église catholique qui, traumatisés par 1789 ont pensé effacer les effets de la Révolution française, le catholicisme social, la pensée du marquis de La Tour du Pin et d’Albert de Mun, l’encyclique Rerum Novarum (1891), le solidarisme de Léon Bourgeois, la république syndicale de Waldeck-Rousseau, sans oublier Comte et Proudhon.

71Incontestablement, le puissant mouvement syndical qui anime le Jura agricole à cette époque s’y rattache sous ses deux composantes, conservatrice et républicaine. Selon les points de vue et les tempérants, on pourra s’étonner aussi bien des différences apparemment fort minces quant aux réponses données par les uns et par les autres aux problèmes économiques et sociaux que des rivalités si vives sur le plan politique, qui opposaient ces pionniers fortement ancrés dans leur terroir et pourtant très au fait des grands débats de leur temps.

Notes

1 Presque identique à celle présentée par Yves Amizet dans sa contribution : « Cent ans de crédit agricole », Travaux 1985 de la Société d’émulation du Jura, p. 324-325.

2 Entre parenthèses figure le nombre d’actions de 500 F souscrites.

3 Pelletier Gabriel, 1980, Les Forges de Fraisans, Dampierre, Pelletier, p. 245.

4 Barral Pierre, 1968, Les Agrariens français de Méline à Pisani, Paris, Fondation nationale des sciences politiques, p. 104.

5 ADJ, M 3036 (16).

6 ADJ, M 3047.

7 Dans l’ouest de la France, les prêtres semblent avoir joué un rôle plus considérable dans le développement du syndicalisme agricole, par ailleurs plus tardif. Cf. Launay Marcel, 1987, « Le clergé et la naissance des caisses rurales en Bretagne (1893-1914) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, vol. 95, n° 4, p. 553-564.

8 Témoignage oral de Mlle Marie-Rose Prost.

9 ADJ, M 3046.

10 ADJ, M 3046.

11 Les premiers éléments de l’école du bois de Mouchard datent de 1886.

12 Renseignements fournis par le docteur Léculier, petit-fils de C. Léculier.

13 Une inscription sur la pierre tombale de M. de Dompsure le rappelle au cimetière de Saint-Amour.

14 Témoignage oral de M. André Goyet, arrière-petit-fils, agriculteur à Saint-Amour.

15 Gueslin André, 1987, L’invention de l’économie sociale, Paris, Economica.

16 Bouvier Michel, 1986, L’État sans politique : tradition et modernité, Paris, Libr. générale de droit et de jurisprudence.

Table des illustrations

Titre Figure 14. Carte des syndicats agricoles dans le Jura (au 1er janvier 1913). Source : © IGN BDCARTO, réalisée par Marion Landré et Marie Gillet (MSHE Ledoux) d’après la carte publiée dans Merlin Pierre, 1989, « La fondation des syndicats agricoles dans le Jura », Travaux de la Société d’émulation du Jura, p. 223.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/5547/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/5547/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 136k

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search