Version classiqueVersion mobile

La formation d’une opinion démocratique

 | 
Pierre Merlin

Les républicains du Jura en marche vers la Troisième République

7

La pensée sociale et politique de Jean-Paul Mazaroz, industriel du meuble au faubourg Saint-Antoine, et collectionneur d’art (Lons-le-Saunier, 1823-Paris, 1900)

Texte intégral

  • 1 Roche Max et Vernus Michel, Dictionnaire biographique du département du Jura, op. cit., p. 349

1L’exposition organisée en 2003 par le musée des Beaux-Arts de Lons-le-Saunier, intitulée « Jean-Paul Mazaroz. Un artiste et amateur d’art au temps de Courbet », a sorti ce personnage de l’oubli presque complet puisqu’il n’était connu que par le nom d’une ruelle de Lons-le-Saunier et une notice dans le Dictionnaire biographique du Jura1. À Paris, où Jean-Paul Mazaroz passa la plus grande partie de sa vie, il semble que l’oubli ait été plus profond encore. Les études qui abordent l’artiste et l’industriel sont très peu nombreuses. Sur ses écrits de penseur social, il n’y a eu, à notre connaissance, aucune recherche.

I. Les apports du catalogue de l’exposition de 20032

  • 2 Mazaroz Jean-Paul et Musée des beaux-arts de Lons-le-Saunier, 2003, Jean-Paul Mazaroz : un artiste (...)
  • 3 Il a été affirmé que Mazaroz, enthousiasmé, avait projeté d’acheter Un enterrement à Ornans à Courb (...)
  • 4 La fabrique se trouvait en 1861 au 4-6, rue Ternaux-Popincourt.

2Réalisé par Anne Darry, conservatrice départementale, et ses collaborateurs, ce catalogue a mis en évidence le rôle de mécène joué par Jean-Paul Mazaroz grâce à ses dons à sa ville natale lors de la formation du musée de Lons-le-Saunier sous le Second Empire3. Cette publication s’appuie sur de nombreuses références et réunit des informations importantes sur la vie de Jean-Paul Mazaroz qui, devenu industriel du meuble par son mariage, employa dans sa maison Mazaroz-Ribaillier jusqu’à 150 ouvriers entre 1850 et 1890 au faubourg Saint-Antoine, alors premier centre mondial dans cette activité4.

  • 5 Le musée de Lons-le-Saunier possède aujourd’hui cinq œuvres de Courbet, dont le portrait de Mazaroz (...)

3Comme il est bien naturel, les auteurs du catalogue de 2003 ont centré leur intérêt sur les aspects artistiques, la formation, les goûts de Jean-Paul Mazaroz et surtout sa collection de tableaux de maîtres qui compta lors de la vente en 1890 pas moins de 534 cotes, notamment 56 œuvres de Courbet5, nombre tout à fait étonnant – plus précisément 34 œuvres de Courbet, 21 attribuées et une dans le style de Courbet – et aussi des Clouet, des Claude Gellée, des Teniers, Van Dyck, Cranach, etc., collection plutôt éclectique, où l’on note une prédilection pour la peinture française des xviie et xviiie siècles, Mignard, Fragonard et au début du xixe siècle, Horace Vernet.

  • 6 En ce qui concerne l’entourage de Courbet à Paris et en Franche-Comté au début des années 1860, voi (...)
  • 7 Mazaroz aurait tenté de se suicider en 1890 et en serait resté aveugle. Il décéda en 1900, peut-êtr (...)

4Les relations de Jean-Paul Mazaroz avec Courbet, ses liens épistolaires vers 1860 avec son ami François Guillermet (1808-1896), républicain de 1848, écrivain et journaliste local, bibliothécaire municipal, secrétaire de la Société d’émulation du Jura, suscitent l’intérêt de l’historien franc-comtois. On sait combien le pays et la famille tenaient une place importante dans les relations humaines des nombreux provinciaux installés à Paris. Pourtant bien des aspects de la vie et de l’œuvre de Jean-Paul Mazaroz restent obscurs. Comment se fait-il que sa collection et la mise aux enchères de celle-ci soient passées à peu près inaperçues ? Était-ce exceptionnel à l’époque ? Était-ce l’effet de la mise à l’index de Courbet après la Commune ? Les spécialistes de l’histoire de l’art répondront mieux que nous6. Il est vrai que sa ruine, la ruine du « patron travailleur » qu’il avait si souvent dénoncée dans ses écrits, avait fauché avant la mort. On était aussi, il faut le noter, au temps de la Grande crise des années 1880-18907.

II. Présentation de l’œuvre écrite de Jean-Paul Mazaroz

  • 8 Mazaroz Jean-Paul et Musée des beaux-arts de Lons-le-Saunier, Jean-Paul Mazaroz, op. cit.

5Lors du vernissage de l’exposition 2003 au musée, une petite vitrine contenant des ouvrages, brochures et lettres de Jean-Paul Mazaroz avait attiré notre attention. Le catalogue offrait une abondante bibliographie de 48 titres mais ne distinguait pas les nombreuses brochures parfois circonstancielles des ouvrages plus importants qui comptèrent eux-mêmes souvent plusieurs éditions rapprochées et chaque fois remaniées. Comme il est naturel, le catalogue n’entrait pas dans l’analyse des œuvres, se limitant à évoquer « les convictions socialistes de Mazaroz fortement imprégnées des penseurs utopistes, Proudhon et Considerant »8, autres Comtois. C’était peu. La pensée sociale, politique, religieuse de Jean-Paul Mazaroz restait à découvrir.

  • 9 Jean-Paul Mazaroz indique en février 1882 dans son ouvrage Les Cabales et conspirations de la polit (...)

6Les publications de Mazaroz frappent par leur profusion, mais sont très dispersées si l’on en juge par ce qu’il en reste à la Bibliothèque nationale – 17 titres – et dans les bibliothèques municipales de Dole – 8 titres –, Besançon – 9 titres –, ou Lons-le-Saunier – 3 titres. Une recherche exhaustive est donc malaisée ; aussi avons-nous procédé surtout par recoupements afin de déterminer en premier lieu les ouvrages dont la rédaction constitua un tournant dans l’élaboration de la pensée de Mazaroz, en second lieu les thèmes récurrents qu’il développa9.

  • 10 Mazaroz Jean-Paul, 1862, Étude sur l’ouvrier des villes, Paris, E. Lacroix.
  • 11 Mazaroz Jean-Paul, Les Cabales, op. cit., p. 61.

7On observe que la première de ses publications, une brochure de 23 pages intitulée Étude sur l’ouvrier des villes (1862)10, que nous n’avons pas retrouvée, fut tardive dans la vie de l’auteur alors âgé de 39 ans. Il y avait longtemps à cette date que Mazaroz issu d’une famille de la petite bourgeoisie tournée vers les arts – son frère aîné Antoine-Désiré fut peintre et lithographe – avait quitté Lons-le-Saunier grâce à une bourse municipale pour faire des études de sculpteur aux Beaux-Arts à Dijon puis à Paris. La révolution de 1848 et le Printemps des peuples au cours duquel il se serait porté candidat républicain à la députation de Paris, étaient déjà loin. En 1862, au plus haut de la conjoncture économique du Second Empire, il était devenu l’un des principaux industriels du meuble au faubourg. Ses meubles sculptés recevaient des prix dans les expositions internationales et étaient même achetés par l’Impératrice. Il serait néanmoins exagéré de penser que Mazaroz eût oublié sa ville natale – il a prouvé le contraire – et son passé d’artiste-ouvrier. Il fut ouvrier, s’en souvient et l’a écrit11. Il en connaissait la formation, les traditions, le langage, les pratiques d’atelier, l’esprit solidaire et les difficultés. Il observe en plusieurs endroits que la plupart de ses collègues parisiens étaient aussi d’anciens ouvriers, ce que les historiens ne contrediront pas. Selon son témoignage dans Les Cabales, il ne faisait pas exploiter son entreprise par un gérant, vivait parmi ses ouvriers et leur ouvrait parfois ses livres de compte.

8Sur un plan théorique, le travail et les intérêts des travailleurs productifs, ouvriers et patrons – les agriculteurs sont parfois mentionnés – ont toujours été le point central de sa réflexion. La nécessité de « l’organisation du travail » qui avait été le grand débat de la Deuxième République, provisoirement réglé en juin 1848 par l’écrasement de l’insurrection des ouvriers parisiens, est le thème inlassablement répété de ses ouvrages, la clef de voûte de la société plus juste qu’il recherche, l’équivalent du « socialisme ». Aussi peut-on s’étonner que le nom de Mazaroz soit peu connu des historiens spécialistes et ne figure pas dans le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français de Jean Maitron12. Peut-être cela tient-il à sa situation de patron ou à certains aspects formels voire idéologiques de ses écrits. Retenons pour l’instant que Jean-Paul Mazaroz a pu légitimement s’affirmer ouvrier, « patron-ouvrier », artiste et collectionneur d’art, penseur et écrivain social, républicain, démocrate et socialiste, chrétien au sens des hommes de 1848 qui honoraient dans le Christ le premier des ouvriers, franc-maçon spiritualiste, catholique même mais anticlérical et certainement en marge d’une Église massivement ralliée à l’ultramontanisme. C’était beaucoup chez un seul homme. Une telle richesse suscite l’intérêt et mérite d’être analysée.

  • 13 Cf. le portrait-charge que Mazaroz fait de Gambetta dans Le décalogue de l’individualisme : suivi d (...)

9La brochure de 1862 fut publiée au moment où le Second Empire prenait un cours politique nouveau, en particulier en direction du monde ouvrier, marqué par l’envoi de délégués à l’Exposition universelle de Londres et la loi du 25 mai 1864 qui accordait le droit de coalition. Jean-Paul Mazaroz participa au débat puisqu’il fut membre patronal d’une commission de conciliation lors des grèves parisiennes en 1865 et 1867. Pourtant, au cours de la décennie qui suivit, il publia peu. La belle époque des succès professionnels, de la fréquentation de Courbet, de la constitution de sa collection de tableaux était peut-être déjà révolue. Il y eut surtout la terrible épreuve de la guerre de 1870-1871, du siège de Paris, de la Commune qui frappa certainement son entreprise mais nous n’apprenons rien sur ce sujet à travers les écrits que nous avons pu étudier, même s’il exprima plus tard un jugement très dur sur le Second Empire, plus d’ailleurs sur le régime qui l’inquiéta pour l’une de ses brochures, que sur la personne de l’Empereur. Il se montra défavorable à la Commune, mais sans acharnement, très amer et très critique à l’égard de la Troisième République et surtout de Gambetta qu’il « détestait »13.

10Jean-Paul Mazaroz n’eut qu’exceptionnellement l’ambition d’être un témoin de son temps. On se prend parfois à regretter ce que cet homme aurait pu transmettre aux historiens actuels du monde ouvrier ou de l’économie. Même son regard introverti, magnifiquement rendu par le portrait que Courbet fit de lui, n’était pas celui d’un mémorialiste curieux du spectacle du monde. C’est celui d’un moraliste qui recherchait avant tout la solution d’un problème qui le hantait, à savoir la place subordonnée et injuste faite, selon lui, par une société presque toujours dominée au cours des siècles par les « ennemis du règne du travail » aux travailleurs productifs, ouvriers et patrons naturellement réunis par leurs intérêts communs et pourtant divisés. Seule une société capable structurellement de régler sans lutte de classes les conflits sociaux, avant même qu’ils n’éclatent, permettrait d’écarter la révolution inéluctable. On sait combien cette « colossale énigme des temps modernes », toujours présentée par Mazaroz sur un mode ternaire à la manière des francs-maçons, reste actuelle, même si certaines données ont changé depuis le xixe siècle.

11Ce n’est qu’après 1873, surtout après 1878, et au plus tard jusqu’en 1886, donc pendant un peu plus d’une décennie, que Jean-Paul Mazaroz a développé l’essentiel de son œuvre écrite. À la suite du choc de la défaite de 1871, il la plaça sous l’égide de la « revanche de la France par le Travail, les Besoins et les Intérêts organisés », formule qui figurera désormais en tête de la plupart de ses publications. Sous ce terme ambigu de « revanche », à l’instar de nombre de ses contemporains, Renan par exemple dont il semble apprécier les ouvrages, Jean-Paul Mazaroz n’évoque jamais une reconquête militaire de l’Alsace-Lorraine mais une « réforme morale » française.

12Pour décrire la production de Mazaroz, à travers les titres que nous avons pu consulter, nous nous sommes souvenus de Hegel qui distinguait trois manières d’écrire l’histoire14 :

  1. Une histoire originale, celle des « historiens qui ont décrit surtout les actions, les événements et les situations qu’ils ont vécus ».
  2. Une histoire réfléchissante qui « veut embrasser de longues périodes, voire l’histoire universelle et se résumer en abstractions parce que l’entendement est le plus puissant abréviateur »
  3. Une histoire philosophique qui « n’est plus liée à un domaine particulier […] mais à l’Esprit qui demeure éternellement auprès de lui-même et ignore le passé […] et continue de guider les événements du monde ».

13Envisageons d’abord le point 2 qui pose peut-être moins de problèmes quant à une définition de l’histoire et permet d’aborder les publications de Mazaroz dans l’ordre chronologique.

III. Son Histoire des corporations françaises d’arts et métiers (1873)

  • 15 Mazaroz Jean-Paul, 1878 [1873], Histoire des corporations françaises d’arts et métiers, Paris, Bail (...)

14Remanié et édité en 1878, cet ouvrage répondrait aux critères d’une histoire réfléchissante. Dans la préface de 1878, il fait sous une citation de Guizot, « C’est une œuvre d’ordre et de patience que la France de la révolution doit accomplir » une profession de foi optimiste, « le bonheur est à la portée de l’homme ». Il prône « le respect de la famille légale, de la propriété par le travail ou par l’héritage, de la religion, des droits et devoirs de l’homme, de son libre arbitre, comme aussi de sa responsabilité matérielle et morale ». Il ne propose aucune réorganisation factice du monde […], aucune théorie hasardée, aucune panacée menteuse, accepte la société telle qu’elle est, en tournant et développant seulement les efforts communs vers un but plus désirable par des moyens plus simples, plus faciles, plus pratiques et plus certains […] et désire remplacer la poursuite égoïste d’intérêts privés par le dévouement actif à l’intérêt général dans les résultats duquel chacun trouve sa juste part et l’estime de ses pairs. Il pense enfin réaliser ce beau programme qui n’a rien de révolutionnaire et rejette les conflits grâce au « projet qu’il a formé de baser notre organisation sociale et politique sur la reconstitution des anciennes corporations d’arts et métiers, modifiées sur le génie moderne »15.

  • 16 Lespinasse René (de) et Bonnardot François, 1879, Les métiers et corporations de la ville de Paris  (...)
  • 17 Mazaroz Jean-Paul, Histoire des corporations françaises, op. cit.

15Incontestablement, c’est l’amour du monde des métiers parisiens, du sien en particulier, si riche de traditions et d’inventivité dans les styles qui a conduit Mazaroz vers les archives du Châtelet. Selon une pratique fréquente chez les auteurs à son époque, il a construit son ouvrage autour de la publication de longs textes déjà certainement bien connus des historiens, textes auxquels il joignit son commentaire. Ce sont notamment Le livre des métiers d’Étienne Boileau16, prévôt de Paris sous Louis IX qui codifia en 1258 les usages d’une centaine de corporations, guildes et confréries parisiennes et l’édit de 1467 sous Louis XI et le chancelier Guillaume Juvénal des Ursins qui organisa les milices bourgeoises pour le maintien de l’ordre et les 61 bannières des marchands et gens de métiers. Mazaroz voit dans le Moyen Âge une immense organisation des intérêts producteurs par les corporations. Il met en relation la montée de la riche bourgeoisie, de la sûreté dans Paris et de la pression fiscale de la Monarchie à partir d’Henri II et surtout après les guerres de religion et Henri IV, « chef définitif de l’esprit celtique et gaulois » puis sous Mazarin et Louis XIV. Il constate que depuis la création de charges ridicules et de 40 offices vendus entre 1691 et 1779 au profit du Trésor public, la vieille et solide constitution des corps de métiers avait été profondément altérée. Instruments de travail et de production de la richesse nationale on les avait transformés en pourvoyeurs du trésor royal et des menus plaisirs des souverains […], le droit de travailler était devenu un droit royal que le prince pouvait vendre et que les sujets pouvaient acheter17.

  • 18 Ibid. On trouve d’autres passages où Mazaroz exprime sa profonde insatisfaction devant le déclin de (...)
  • 19 Mazaroz Jean-Paul, Histoire des corporations françaises, op. cit.
  • 20 Ibid.

16La politique de la monarchie absolue centralisatrice, de ses « politiciens » exploiteurs du travail, même Colbert qui devait satisfaire aux exigences de son maître, avait ouvert la voie à la destruction des corporations. Mazaroz convient que « le temps des Lumières était aux réformes libérales, à la suppression des monopoles, que les restrictions de l’industrie étaient devenues plus nuisibles qu’utiles » et que « le style Louis XV était à bout avant que l’art français s’ensevelisse dans le style Empire »18. Aussi admet-il que Louis XVI, conseillé par Turgot, ait abrogé les corporations par lit de justice du 12 mars 1776. Ce fut « la dernière tentative en faveur de la race celtique avant la conquête par les Romains de la Révolution française »19. Mazaroz le répétera mille fois, la réforme fut mal menée ; il aurait fallu réformer et non détruire. Il étudie le débat intense dont l’un des animateurs fut l’avocat général au Parlement de Paris Antoine-Louis Séguier, débat qui aboutit à l’édit d’avril 1777 rétablissant les corporations mais sur des bases plus libérales. Il salue la création d’écoles gratuites de dessin en décembre 1776 et le patriotisme des corporations qui offrirent 1 500 000 livres au Roi pour la construction d’un vaisseau de 110 canons après la bataille de la Dominique. Pourtant, à la suite de la « lumineuse nuit du 4 août, l’Assemblée ne s’est pas bornée à réformer, quelques mois après elle a aboli »20.

  • 21 Marx Karl, 2002 [1847], Misère de la philosophie, en réponse à Philosophie de la Misère de Proudhon(...)
  • 22 La statue du saint était portée au bout d’un bâton.

17On pourrait reprendre à propos de cette étude importante la critique féroce que Marx fit de la « dialectique » réformiste de Proudhon consistant à balancer les « avantages » et les « inconvénients » des catégories économiques, par exemple la division du travail, le monopole, la concurrence, ici les corporations d’Ancien Régime, alors que le socialiste franc-comtois ne reconnaissait pas le caractère historiquement révolutionnaire du mode de production industriel conduit par la bourgeoisie avec ses implications sociales, culturelles, politiques et l’abolition de tous les ordres, rangs, académies, sociétés, confréries et corporations21. À la manière de Proudhon, décédé en 1865, qu’il connut vraisemblablement mais ne mentionne que rarement, Mazaroz considère les corporations sous l’angle de leurs avantages et de leurs abus. Il n’est pas nécessaire d’en rappeler les tares bien connues que Mazaroz expose largement. Selon lui, l’État aurait pu aisément y remédier comme l’avait fait en son temps François Ier mais les avantages des corporations étaient immenses et compensaient de beaucoup les abus, aussi bien pour les maîtres, les compagnons, les apprentis que pour les consommateurs et la société toute entière. Les corporations garantissaient, selon Mazaroz, la qualité des apprentissages, la moralité des ouvriers dont le patron était responsable, la qualité des produits. Elles offraient aux travailleurs leurs réseaux de compagnonnage, des maisons de guildes, des caisses de soutien aux chômeurs, aux malades, aux veuves, leur sociabilité qui rassemblait toute la profession lors des fêtes à bâton du saint patron22. Les termes de « mutualité, solidarité, réciprocité », les « trois mots sacrés du socialisme » seront sans cesse repris par Mazaroz dans son projet d’une société des professions qui se construirait sur les bases des anciennes corporations rénovées.

  • 23 Mazaroz Jean-Paul, Les Cabales, op. cit., p. 78.

18Un point mérite toutefois d’être signalé qu’il n’évoque que brièvement dans Les Cabales23, ce qui enlève beaucoup de force à son plaidoyer. Il concerne la masse immense des ouvriers peu formés et mal payés des campagnes et des bourgs qui n’étaient pas concernés par les corporations et commençaient à affluer, dès la fin de l’Ancien Régime, à la périphérie des villes, ainsi que le soulignait Marx en 1847. Il est vrai que l’approche de Mazaroz était d’abord parisienne et marquée par la défense d’une spécialité hautement qualifiée où, tout en utilisant dans les ateliers des machines actionnées à la vapeur avec poulies et courroies, le travail était payé à façon individualisée à la manière des artisans, plutôt qu’à l’heure, à la tâche ou aux pièces.

  • 24 Mazaroz Jean-Paul, Histoire des corporations françaises, op. cit.
  • 25 Lois Le Chapelier, 15 juin 1791

19Le couperet sur tous les corps intermédiaires entre l’individu et la puissance publique tomba avec la loi de d’Allarde du 17 mars 1791 mais, observe Mazaroz, certains y échappèrent pour des raisons évidentes comme les pharmaciens et les orfèvres, ou moins claires comme les médecins et les avocats. Il y eut surtout, remarque-t-il, à l’heure même où l’on procédait à leur liquidation un phénomène étrange et qui devrait donner à réfléchir : un immense mouvement se produisait de toutes parts en faveur de cette institution corporative que l’on avait déclarée odieuse à la population, à la classe ouvrière surtout. Abolies par la loi, les corporations se reformaient de fait et les municipalités ne refusaient pas les autorités nécessaires24. Il fallut l’intervention de Le Chapelier le 15 juin 1791 à l’Assemblée constituante pour sceller la rupture, la spoliation irrémédiable du monde du travail : « Il ne doit pas être permis aux citoyens de certaines professions de s’assembler pour leurs prétendus intérêts communs. Il n’y a plus de corporations dans l’État »25.

  • 26 Cf. sur ce sujet, les ouvrages de Kaplan Steven L., 2001, La fin des corporations, Paris, Fayard ; (...)

20Selon l’auteur, cette rupture laissa un vide immense ressenti par l’ensemble du mouvement ouvrier français au xixe siècle. Mazaroz y vit toujours le complot d’une caste politique individualiste, celles des physiocrates, des encyclopédistes et de leurs successeurs les économistes classiques, avides de confisquer les biens des associations comme ils l’avaient fait de ceux de l’Église et pressés de se constituer une clientèle d’acheteurs de biens nationaux, d’officiers corrompus, de mauvais administrateurs des secours aux chômeurs et aux infirmes, de déclassés de tout poil, prêts à tout pour exploiter en parasites le monde du travail désormais totalement dépouillé. Un riche patrimoine avait été livré à la tyrannie de l’individualisme. Tragique conséquence des Lumières26 : 1791 c’est, pour Mazaroz, la naissance du prolétariat, de la question sociale. Nous n’entrerons évidemment pas ici dans un débat critique. Les corporations protégeaient-elles réellement les ouvriers à la fin de l’Ancien Régime, surtout ceux des premières grandes entreprises et les compagnonnages étaient-ils plus légaux qu’au xixe siècle ? Telle était cependant la conviction de Mazaroz : l’ouvrier des corps de métiers n’était pas, selon lui, un prolétaire.

IV. Un ouvrage mémorialiste de Mazaroz : Causes et conséquences de la grève du faubourg Saint-Antoine d’octobre-novembre 188227

  • 27 Mazaroz Jean-Paul, 1882, Causes et conséquences de la grève du faubourg Saint-Antoine d’octobre-nov (...)
  • 28 Il ne semble pas que Mazaroz ait fait des enquêtes sur place.

21Nous avons noté précédemment que Jean-Paul Mazaroz a peu pratiqué une histoire originale, une histoire mémorialiste. Il a cependant écrit ce compte rendu d’un conflit social qui l’a profondément marqué à l’automne 1882, non pas dans son entreprise – qui fut épargnée grâce, selon lui, à la mise en œuvre de ses idées sociales – mais dans ses convictions. Il avait été en effet deux ans plus tôt une nouvelle fois rapporteur d’une commission paritaire patrons-ouvriers qui avait rédigé et signé le 14 juillet 1880 des conventions salariales pour les 52 spécialités du meuble parisien, inspirées de celles que les professions du bâtiment avaient conclues avec la Ville de Paris. À cette occasion, Mazaroz avait tenté d’appliquer ses idées sur le règlement des conflits sociaux qu’il formulait depuis deux décennies mais le nouveau tarif n’avait jamais été admis par l’ensemble des patrons dont certains avaient été mis à l’index – boycottés – par les ouvriers. À l’automne 1882, les accords de 1880 avaient volé en éclats sous l’effet de la hausse des prix et des loyers à Paris et de la concurrence accrue entre les gros fabricants dont Mazaroz était président du comité d’organisation, et les petits peu à l’aise ou endettés, entre aussi les centres du meuble européen en Belgique, Allemagne, Italie où les salaires horaires étaient jusqu’à 50 % inférieurs à ceux de Paris mais avec des journées de travail plus longues et un coût de la vie plus bas28. Mazaroz souligne pour cette raison le danger des grèves en France et rend responsable de cet échec à la fois le gouvernement qui s’est désintéressé de la question et a refusé de rendre la convention obligatoire, la rareté des bons ouvriers due à un système d’apprentissage déficient, le rôle de certains commissionnaires spéculateurs qui pesaient sur les prix à la production, enfin les stratégies différentes des fabricants du meuble sculpté (bois plein) qui avaient besoin d’ouvriers qualifiés et des ébénistes (meuble plaqué) dont les productions étaient meilleur marché. Il dénonce l’attitude de la plupart des patrons restés trop « individualistes » qui ont lock-outé leurs ouvriers le 27 octobre, exigé la fin de la mise à l’index et l’abolition de la commission arbitrale ce qui amena Mazaroz à démissionner. Il leur reproche de nier la réalité de la « question sociale » et de n’avoir qu’un but, réduire le plus qu’ils pourront les ouvriers à leur volonté, c’est-à-dire à la servitude absolue dans ce qu’ils appellent « le droit commun », faisant du travail une valeur seulement marchande.

  • 29 À propos du travail-marchandise et du salaire minimum voir Marx Karl, Misère de la philosophie, op. (...)
  • 30 Lhuisser Anne, 2003, « Le restaurant sociétaire de Grenoble sous la Seconde République », Revue d’h (...)

22Mazaroz juge aussi les ouvriers partiellement responsables parce qu’ils ont exigé un salaire horaire minimum de 85 centimes pour tous, trop élevé selon lui, d’autant plus que ce minimum ne tenait pas compte des qualifications alors que celui de 1880 garantissait 75 centimes l’heure de travail au compagnon seulement, c’est-à-dire au bon ouvrier ordinaire29. Il préconise en conclusion de rendre les contrats professionnels et l’apprentissage obligatoires par la loi, d’abaisser le coût de la vie par la construction de logements sociaux et le lancement de coopératives d’approvisionnement, de restaurants sociétaires comme la Société de nourriture de Grenoble30. Il suggère enfin d’améliorer la « baleine », c’est-à-dire les exportations en argot, très négligées voire méprisées par les Français. Les remèdes sont donc très classiques et pas du tout révolutionnaires.

23Cette étude résume assez bien les difficultés de l’économie française lors du « repliement » après 1871 et un déclin relatif qui conduiront aux tarifs Méline de protection douanière en 1892. L’échec de l’automne 1882 et aussi les résultats des élections générales à la députation du 21 août 1881 où il avait été candidat contre Charles Floquet et qui avaient été favorables aux républicains opportunistes, déçurent vivement Mazaroz. On en trouve la trace quasi obsessionnelle dans son œuvre.

  • 31 Dans Causes et conséquences de la grève du faubourg Saint-Antoine, Mazaroz rabroue un certain Pauli (...)

24Nous avons privilégié parmi les écrits de Mazaroz les deux ouvrages que nous venons de présenter parce qu’il en reprit constamment ailleurs les conclusions qui servirent en quelque sorte de base théorique et pratique, matérielle et intellectuelle voire « scientifique », selon son ambition, à son système politique et social dont nous présentons plus loin les grandes lignes. Mazaroz s’est vu à partir de 1878 jusque vers 1885, donc précisément au moment où les républicains l’emportaient, comme le chef d’une école de pensée sociale et politique31. Il alla jusqu’à promettre un nouveau « paradis terrestre », un « printemps éternel » et fut pris sur ce sujet d’une véritable frénésie de publication où se mêlaient brochures, publications partielles, volumes composés d’écrits antérieurs, lettres échangées avec des personnages parfois bien connus comme Jean-Baptiste Godin, Henri Rochefort ou Charles Fauvety, tout cela dans un flux sans cesse répété, refondu, remanié que nous avons trouvé répétitif mais constant dans ses orientations et ses thèmes. Peut-être pourrions-nous placer cette production sous la rubrique d’une « histoire philosophique » si c’était encore de l’histoire. Pour l’historien, c’est en tout cas un témoignage qui mérite l’attention.

V. Au-delà de la démocratie par le suffrage universel libre et le socialisme politique, la quête d’une utopie socialiste conservatrice : la république des professions

  • 32 Mazaroz Jean-Paul, 1879, Destruction du phylloxéra de la vigne par l'hygiène naturelle, ainsi que p (...)

25Nous ne ferons qu’évoquer les brochures et les articles où Mazaroz aborde des sujets circonstanciels, techniques, économiques ou financiers qu’il a souvent résumés ou intégrés sans beaucoup d’ordre dans ses ouvrages plus conséquents. C’est le cas de son mémoire sur la destruction du phylloxéra de la vigne32 qui ne manque pas de pertinence. Mazaroz explique que les ravages de l’insecte ne furent pas seuls à l’origine de la destruction d’une grande partie des vignobles traditionnels français. La crise remontait plus loin dans le passé, à l’épuisement des sols, aux retards techniques, à l’endettement des vignerons. L’information de Mazaroz et ses jugements étaient de qualité et correspondaient à ce que l’on sait des vignobles à cette époque, du vignoble jurassien entre autres. Il lui arrivait de signer certains de ses textes « Jean-Paul Mazaroz, viticulteur du Jura » !

1. Le « système » social et politique de Mazaroz : une vision du travail dans l’histoire

  • 33 Nous nous servirons principalement ici de l’ouvrage au titre significatif : Les Cabales de la polit (...)
  • 34 Mazaroz eut vraisemblablement connaissance des recherches des indianistes de son temps, Eugène Burn (...)

26Mazaroz conçoit une société par définition harmonieuse, sans luttes de classes et sans révolution, fondée sur le travail productif, dans le respect absolu de la propriété et de l’héritage33. Sa société idéale aurait existé dans des temps très anciens, dans le « paradis terrestre » que fut l’Inde védique prébrahmanique34. Pour cette raison, le lecteur des Cabales de la politique doit subir des pages sur l’Inde ancienne émaillées d’étymologies hasardeuses sur Krishna assimilé au Christ, et bien d’autres qu’il est prié d’accepter.

  • 35 Cf. Gauchet Marcel, 2003, La condition historique : entretiens avec François Azouvi et Sylvain Piro (...)

27Par une sorte de fatalité remontant aux débuts des temps historiques mais à laquelle l’humanité pourrait à nouveau échapper, « la société des époques bienheureuses » fut brisée, selon lui, par les « luttes séculaires de la politique contre l’organisation professionnelle dans l’humanité », par la caste des prêtres brahmaniques alliés aux princes indiens – on disait autrefois le sabre et le goupillon – contre « les deux colonnes » solidaires du travail productif, celle de gauche formée des ouvriers, artistes, employés et celle de droite avec les patrons de l’industrie, du commerce, les propriétaires enfin. Cette rupture historique correspondrait à l’irruption du politique, c’est-à-dire à la formation de l’État au-dessus de la société du travail, dominée et exploitée. Pour Mazaroz, il s’agissait de ramener l’État dans la société nouvelle, thème récurrent du dépérissement de celui-ci que l’on rencontre chez les socialistes, Marx et Proudhon par exemple, chez les anarchistes du xixe siècle comme chez certains libéraux intégristes actuels pour lesquels la société civile doit se suffire à elle-même en se débarrassant du politique35.

28Passant par-delà les siècles et les civilisations, de l’Orient vers l’Occident, Mazaroz considère que Moïse aurait fait des Hébreux le peuple le plus prospère du Moyen-Orient en s’appuyant sur les deux colonnes du travail mais que son œuvre avait été ensuite défigurée par les prêtres du Temple, les pharisiens, les publicains. Les doctrines sociales du charpentier Jésus ont été de même corrompues par saint Paul puis par la théocratie politique des papes médiévaux promoteurs des croisades que Mazaroz réprouve. Parmi les quatre évangiles, seul celui de Jean a sa faveur. La pensée grecque ne l’inspire guère. Il juge que Socrate a aidé à détruire les lois coutumières grecques et qu’Aristote a préparé Alexandre. En revanche, la civilisation romaine fondée sur l’esclavage entre facilement dans son schéma parce que l’État romain était « despotique, rusé, brutal ». Le droit coutumier des Gaulois et des Scythes, c’est-à-dire les Slaves, selon lui – les Germains étant ignorés – lui paraît très supérieur au droit écrit romain centralisateur et exploiteur dont l’Église a continué la politique. Nous ne reviendrons pas sur l’organisation du travail dans les corporations au Moyen Âge, un sommet glorieux que nous avons déjà présenté. Répétons avec Mazaroz que les deux colonnes des patrons et des ouvriers, des hommes et des femmes ont été pillées, rançonnées par l’impôt d’argent et l’impôt du sang exigés par les castes politique et cléricale d’un État presque toujours violemment prédateur.

29À partir du drame de 1791, le ton se fait plus constamment véhément et accusateur contre tous les régimes politiques français au xixe siècle, monarchies ou républiques de divers types. Quatre-vingt-onze ans de domination des sectes politiques et cléricales mènent tout droit à la révolution sociale.

30Un thème obsédant revient presque à chaque page des Cabales, c’est celui du complot, de la société occulte qui a alimenté au xixe siècle les paranoïas individuelles et collectives de tous bords, surtout lors des périodes les plus troublées, en un temps où il n’y avait pas de partis politiques stables et où beaucoup pensaient à la manière de Blanqui que le pouvoir était à la portée de main du premier groupe venu bien organisé, secret, décidé et bien armé.

  • 36 Mazaroz Jean-Paul, 1884, Cri d’alarme. Le socialisme maçonnique, qu’il faut opposer au système isra (...)
  • 37 Mazaroz Jean-Paul, 1882, Conférence de droit social, Paris, Mazaroz.

31Le thème du complot juif qui prit précisément vers cette date une place monstrueuse dans la pensée européenne a évidemment attiré notre attention sur une brochure de Mazaroz – que nous n’avons pas retrouvée – intitulée : Cri d’alarme. Le socialisme maçonnique, qu’il faut opposer au système israélite, sous lequel nous végétons36. Ce titre est clairement « antisémite ». Nous avons, en effet, rencontré chez Mazaroz deux allusions brèves au rôle perturbateur joué, entre autres, par certains commissionnaires juifs récemment venus d’Europe centrale, alors que la concurrence s’exacerbait et que les difficultés des petits fabricants de meubles endettés s’accroissaient. Pour Mazaroz, les rapports marchands sont tout à fait nécessaires, ils apportent la liberté et la prospérité mais peuvent avoir des effets destructeurs ; son intérêt se portait sur les rapports productifs, en premier lieu la qualité de la main-d’œuvre et son organisation, non sur l’échange. Il exprimait cela par une formule : « le travail productif est le Père, le commerce est le Fils et devient exploiteur et décadent s’il devient le maître »37.

  • 38 Mazaroz Jean-Paul, Les Cabales, op. cit., p. 268.
  • 39 Ibid.

32Nous ne pensons pas que la vision de Mazaroz soit raciste au sens où le racisme se développa à la fin du xixe siècle et au xxe siècle, parce que la situation dominée du travail et des travailleurs a pesé historiquement, selon lui, aussi bien sur les Juifs que sur les autres peuples et qu’ils lui doivent en plus leur dispersion mais Mazaroz affirme que « les Israélites n’ont jamais rétabli parmi eux la colonne entière »38. Il fait donc sien un préjugé bien connu et historiquement faux qu’il explique du moins par l’histoire, non par la race. Il observe que « la nation juive possède un nombre de prolétaires et de malheureux encore bien plus considérable que celui des peuples industrieux mais pas de mendiants, au moins dans les grands centres parce que la charité matérielle y est largement organisée »39 ce qui correspondrait à son idéal de mutualité, solidarité, réciprocité.

  • 40 Dans La Réforme électorale. Moyens pratiques pour enrichir la France et les Français. Résumé généra (...)

33Le racisme lié à la colonisation conduit à une constatation semblable : si Mazaroz affirme sans démonstration la supériorité de la race blanche, il est très hostile à l’occupation de la Tunisie, derrière laquelle il voit surtout la corruption, et tout à fait indifférent à la politique coloniale des républicains opportunistes. Il n’envisage pas les avantages que la colonisation pourrait apporter au travail « national » ou au rayonnement de la France, encore que son sentiment soit flou d’un ouvrage à l’autre. Sur tous ces points, Mazaroz rejoindrait l’opinion des socialistes de son époque, de nombreux républicains radicaux comme Clémenceau ou même de la droite. On peut admettre que les variantes du racisme, de l’antisémitisme, souvent situé alors à gauche par anticapitalisme, ne constituaient pas le fond de sa pensée40 mais la limite est vite franchie et l’on n’avait pas alors l’expérience des atrocités du xxe siècle.

2. Refus du politique et de la politique

  • 41 Sternhell Zeev, 2006, Les anti-Lumières : du xviiie siècle à la guerre froide, Paris, Fayard. Cet h (...)

34En donnant au travail productif la première place dans l’histoire des peuples, Jean-Paul Mazaroz se situe dans l’esprit de l’Encyclopédie de Diderot, des démocrates et des socialistes du xixe siècle, notamment Proudhon. On ne peut, à un certain point de vue, le ranger parmi les penseurs des anti-Lumières, selon la formule de Zeev Sternhell41 parce qu’il ne s’enferme pas dans un dogme d’origine divine comme Joseph de Maistre, dans une communauté nationale fondée sur la langue, les mœurs et l’histoire comme Herder, dans une élite autoproclamée du savoir, de la culture et du pouvoir social comme Taine et Renan, ni une classe prolétarienne révolutionnaire ou dans un consensus raciste. Il est proche des gens d’en bas, n’a pas peur du peuple, pense que « la Révolution fut d’abord une révolution sociale » mais était-ce suffisant pour être démocrate ?

  • 42 Mazaroz Jean-Paul, République et Monarchie, op. cit.
  • 43 Ibid.

35En revanche, son désintérêt pour la démocratie grecque – ses magistrats élus ou tirés au sort, ses représentants du peuple, ses débats, même limités à une petite partie de la population – son regard fixé sur un idéal gothique, son intérêt porté vers la coutume plutôt que vers la loi, le rapprochent fortement des anti-Lumières. Cela apparaîtra encore plus clairement dans son dernier ouvrage, intitulé significativement République et Monarchie. Étude pratique d’économie sociale42, où il prétend que « les droits de l’homme et la liberté individuelle ne sont qu’une malheureuse fiction depuis un siècle »43. Son rejet de l’État et de tous les régimes, quels qu’ils fussent, en dernier lieu du système parlementaire, était plein de contradictions, puisque face au conflit de l’automne 1882, il avait vivement regretté que l’État qui ne doit être « ni commerçant, ni industriel mais protecteur » ait par son absence provoqué l’effondrement de son utopie de la corporation solidaire patrons-ouvriers. On sait que la loi opprime mais qu’en démocratie au moins, elle peut libérer. C’est toute l’affaire du politique et du citoyen.

36Or, le refus du politique se confond chez Mazaroz avec celui de la politique, de la « secte politicienne », du « politicisme », dans laquelle se résumerait, selon lui, la démocratie représentative de type parlementaire qui se mettait justement en place. Son refus du « serpent de la politique » est profond, global, permanent. Très peu d’auteurs et d’acteurs de la scène politique et sociale depuis un siècle y échappent, que ce soit Robespierre qui habita pourtant chez l’entrepreneur en menuiserie Duplay, le flamboyant Morny sous le Second Empire ou Gambetta à propos duquel il souligne qu’il a souvent nié l’existence de la question sociale et qu’il soupçonne d’aspirer à la dictature. Seul le président Grévy, dont il soutient un temps la ligne politique, fait exception. Sa position antipolitique rappelle la fameuse parabole de Saint-Simon, bien qu’il critique vigoureusement l’engagement politique des saint-simoniens sous le Second Empire, et aussi les formules de Proudhon :

  • 44 Ibid.

Les assemblées du règne de l’individualisme étant exclusivement politiques, elles ne s’occupent jamais de la paix sociale si ce n’est pour combattre et anéantir ceux qui se réclament de notre système de profession44.

  • 45 Commentant une brochure du philosophe Adolphe Franck (1809-1893) du Collège de France, Mazaroz cont (...)

37Elle n’est certainement pas très éloignée non plus des anarchistes qu’il voit moins en destructeurs de la société qu’en victimes des agents provocateurs des républicains opportunistes, dignes héritiers des « blouses blanches » du Second Empire. Mazaroz le répète sans cesse, la société politique, c’est l’égoïsme individuel, la division antinaturelle des ouvriers et des patrons organisés par la secte politicienne, le règne du plus fort, de la corruption, de l’immoralité, de la spoliation du travail, c’est le mal. En revanche, la société professionnelle, c’est la liberté par le travail, l’ordre dans les mœurs publiques et privées, le socialisme « pratique » et « collectif »45 à la fois, l’échange mutuel sous le respect des droits acquis « dans un corps social qui doit rester UN, c’est l’unité divine, c’est le bien ».

38Ces formules antipolitiques n’étaient pas propres à Mazaroz. Elles prenaient alors dans l’opinion la forme d’un raz-de-marée annonçant le boulangisme, s’alimentaient de la déception, de l’incertitude que traversait le pays après 1871 et du trouble qu’apportaient « les lois de liberté » du nouveau régime, en premier lieu la liberté d’une presse désormais bon marché et largement répandue. Mazaroz rêve lui aussi de lancer un journal quotidien qui s’appellerait L’Union, pour entrer dans la bataille avec son projet de république professionnelle.

3. Un suffrage universel rénové dans un système corporatif fédéré

  • 46 Cf. Rosanvallon Pierre, 1998, Le Peuple introuvable : histoire de la représentation démocratique en (...)
  • 47 Mazaroz Jean-Paul, La Réforme électorale, op. cit.

39Dans une telle perspective, le suffrage universel (masculin) instauré en 1848 est pour Mazaroz « aveugle », totalement dépassé46. Il y avait eu tant de déceptions parmi ses partisans les plus convaincus, tant de manipulations, de fraudes que Mazaroz rappelle d’abondance. Un nouveau suffrage universel devrait, selon lui, constituer la base du système de corporations rénovées et généralisées qu’il appelle de ses vœux47.

40Encore une fois, son projet est taillé pour l’élite des métiers, héritiers de l’esprit des corporations, dont on sait la place à Paris et à la tête du mouvement ouvrier à cette époque, parmi les anarcho-syndicalistes jusqu’à la charte d’Amiens de la CGT en 1906, au moins. De nombreux historiens ont jugé que cette situation aurait empêché en France la formation d’un parti social-démocrate à l’allemande qui livrait alors une dure bataille politique contre Bismarck et remportait des succès considérables dans la promotion de la démocratie parmi les masses. Cela n’a pas suffi à empêcher la Première Guerre mondiale puis le nazisme. Échec de Proudhon, échec de Marx.

4. Travail et capital

  • 48 Mazaroz Jean-Paul, Les Cabales, op. cit., p. 166.
  • 49 Mazaroz Jean-Paul, Conférence de droit social, op. cit., p. 57.

41Mazaroz n’ignore pas la puissance des grandes sociétés financières, des grandes usines, des grands magasins comme Au Bon Marché soutenu par des capitaux cléricaux ou les Grands magasins du Louvre par des intérêts israélites. Il constate que « le gros capital vampire spéculateur ruine les patrons et les ouvriers, le petit commerce et la petite entreprise, empêche de plus en plus qu’un ouvrier devienne patron » mais il analyse peu les transformations concomitantes du capitalisme industriel productiviste, du monde des ingénieurs et de la classe ouvrière de plus en plus éloignée vers les banlieues. De même, le monde rural ne tient qu’une place réduite dans ses développements alors qu’il formait encore une large majorité de la population et avait assuré les succès électoraux des républicains. Il évoque parfois la loi d’airain des salaires, conteste l’affirmation selon laquelle « les augmentations de la production ne profitent qu’aux capitalistes et qu’il n’y a pas d’amélioration possible en dehors de l’abolition du salariat ». Il proclame hautement en direction des patrons que « maudire le salarié est une insanité ». Le travail et le capital non organisés sont comme l’eau et le feu se détruisant l’un par l’autre mais réglementés dans une famille professionnelle, ils produisent des merveilles. Sans l’organisation professionnelle (qui est le centre de toutes les garanties sociales), le capital sera toujours accapareur, absorbant et par conséquent désorganisateur des sociétés, démoralisateur de ceux qui le possèdent, en même temps que de ceux qui en sont privés. Comme Proudhon, il pense que « le travail organisé peut parfaitement se passer de capital […], le patron en général n’est pas le capital et représente l’épargne intellectuelle et matérielle »48. La diversité des formes que peut prendre le capital est pour Mazaroz une évidence. L’opposition bien connue entre capital créateur et capital prédateur fit florès dans l’Europe du tournant du siècle mais ce capital prédateur n’était pas spécifiquement juif dans l’esprit de Mazaroz. Le capital financier accumulé, n’est qu’un outil non absolument indispensable, comme les rapports marchands dont il provient. Mazaroz est vague lorsqu’il aborde le rôle de l’argent et de la liberté du commerce qui est pour lui un droit naturel, comme la liberté du travail. Dans sa Conférence de droit social, il considère que si la monnaie restait dans son « système » nécessaire pour les besoins quotidiens, la plus grande partie des produits pourrait être échangée, selon les tarifs convenus, entre les « familles professionnelles » fédérées des villes, des départements et des nations49. Étonnante anticipation de l’économie soviétique qui a fait faillite : le commerce serait « organisé », comme le seraient le travail et le capital à l’intérieur des corporations mais l’économie soviétique était centralisée.

42En fait, ce sujet retient peu l’auteur qui préfère décrire inlassablement son système de corporations rénovées, organisées en « familles » d’ouvriers et de patrons du même métier, élisant leurs responsables, égaux entre eux et autonomes où, à vrai dire, les patrons seraient un peu plus égaux que les ouvriers devenus des « collaborateurs », parce que plus responsables du fait de leurs capacités. Inversement, Mazaroz se dit plus confiant dans l’intelligence des ouvriers à propos des intérêts communs, qu’envers les patrons qui n’ont que trop tendance à rejeter les ouvriers dans l’isolement.

  • 50 Mazaroz Jean-Paul, 1880, La franc-maçonnerie, la religion morale du principe républicain, Paris, Ma (...)

43Il en est de même dans la famille biologique reposant sur la confiance entre les époux et la responsabilité particulière de l’homme à l’égard de la femme mais qu’il ne considère pas de manière immobile. Il n’écarte pas la possibilité d’une loi « bien faite » sur le divorce. En plusieurs endroits50, il expose que la formation professionnelle et le travail de la femme dans de nombreux métiers qu’il énumère, seraient libérateurs pour celle-ci et un progrès pour toute la société. Certes, beaucoup de femmes travaillaient alors dans l’agriculture et l’industrie, y compris dans les ateliers de menuiserie, mais c’est un élargissement de la gamme des métiers, une formation et une reconnaissance professionnelle qu’il envisage pour elles.

  • 51 Carnegie Andrew, 1901, The Gospel of Wealth and Other Timely Essays, New York, The Century Co.

44Un souhait se retrouve souvent sous sa plume, surtout dans son dernier ouvrage, République et Monarchie : les élites anciennes dont la fortune est installée, ne doivent pas être écartées des affaires publiques. C’est ce qui se passe, selon lui, en Allemagne et en Angleterre où vit sa fille. La participation des élites à la vie publique y favoriserait un certain calme social, alors qu’en France la passion de l’égalité rendrait les relations plus instables et plus dures. On retrouve cette idée de l’évergétisme, du mécénat voire de la sponsorisation du politique chez Andrew Carnegie dans son fameux livre The Gospel of Wealth51 et peut-être jusqu’à aujourd’hui, sous diverses formes.

5. Participation, autogestion, décentralisation, décléricalisation

45La république corporative permettrait de supprimer l’État au profit de « l’individu groupé ». L’État serait remplacé à l’échelon communal, départemental, national par les corporations qui décideraient démocratiquement des salaires, des conditions de travail, de l’enseignement, des apprentissages rendus obligatoires et gratuits, et organiseraient même des soirées dansantes pour favoriser les unions. Mazaroz juge que les lois scolaires, que l’on était en train de voter, n’apportaient pas grand-chose, puisque les collèges étaient plus nombreux sous l’Ancien Régime que sous la Troisième République et que l’école de Jules Ferry formait plus d’aspirants fonctionnaires budgétivores que de bons ouvriers, objections bien connues, souvent reprises par les conservateurs.

  • 52 Mazaroz Jean-Paul, 1881, Actes de société de la Famille professionnelle ou Contrat social des popul (...)

46Il énonce de vives critiques, sans préciser, contre « l’instruction des établissements cléricaux qui n’est que borgne et celle de l’université privilégiée qui est absolument aveugle ». Il préconise « une liberté corporative des enseignants » pour lesquels il rédige des statuts détaillés, car il adorait rédiger des statuts52. Il prévoit enfin la création de syndicats de crédit, de banques mutuelles, de caisses de secours obligatoires pour remédier à la « désastreuse administration de l’Assistance publique », d’un système général de protection sociale contre « les risques de la vie, les chômages, la vieillesse ».

  • 53 Mazaroz évoque en plusieurs endroits la satisfaction qui aurait gagné beaucoup de provinciaux à la (...)
  • 54 Mazaroz Jean-Paul, Les Cabales, op. cit., p. 267.

47L’éternelle question de la centralisation détestée, selon lui, par les populations françaises53 parce qu’elle est à l’origine du poids de l’impôt, de la gabegie, de l’endettement de l’État, serait résolue grâce à un budget décentralisé. Le budget des cultes serait supprimé au profit d’une caisse de solidarité des ouvriers, ce qui implique la séparation des églises et de l’État. Cependant, s’il emploie le terme de « caste sacerdotale », Mazaroz n’est pas antireligieux. Il s’affirme spiritualiste, on l’a dit, croyant en un « Dieu-tout le monde » quelque peu spinoziste, mais non dans le « dieu individuel » d’un christianisme infidèle dès ses premiers pas aux enseignements du « charpentier Jésus ». Il reconnaît même des mérites aux curés de campagne ! Au détour d’une phrase, on apprend sous sa plume que l’homme est un animal seulement un peu particulier et « qu’il n’y a pas d’immortalité de l’âme »54. Il craint surtout que les deux colonnes « factices ou parasites », politique et cléricale se joignent à nouveau contre « les colonnes naturelles ou primitives » du travail, depuis que Gambetta a évoqué un pacte avec le clergé « national » et que le « clérical civil » Jules Simon parut prêt à s’allier à la secte sacerdotale et jésuitique, lors de son récent discours du Havre.

6. « Débarrasser les peuples de la politique, des politiciens et des hommes d’État »

48Le « serpent de la politique » doit être détruit. Cela commence à la porte de Mazaroz dans son 11e arrondissement où le conseiller municipal Mathé est, selon lui, le chef des « aboyeurs, mouchards et provocateurs ». Ces fédéralistes politiques qui firent la Commune en 1871, demandent aujourd’hui la restauration d’un maire de Paris, eux qui avaient dressé les ouvriers contre les patrons en mai 1880, soulevant « la haine et l’envie des déclassés ». On devine à travers ces lignes l’écho des réunions publiques houleuses au cours desquelles Mazaroz polémiqua vraisemblablement avec les politiciens de quartier pour leur proposer ses syndicats arbitraux mixtes et son fédéralisme professionnel.

  • 55 Benoît Malon (Précieux 1841-Asnières 1893). Cf. Latta Claude, Vuilleumier Marc et Gacon Gérard (dir (...)
  • 56 Au passage, Mazaroz regrette vivement comme Charles Fauvety, l’évolution des francs-maçons qui ont (...)

49Un parti politique « en voie de formation » est dans sa ligne de mire, c’est le Nouveau parti socialiste (NPS) de Benoît Malon55 et Jules Vallès qui prétend organiser les salariés dans un parti distinct des partis bourgeois en vue de supprimer le prélèvement capitaliste. Pour lui, ce parti ouvrier est une aberration, un ramassis des « bas-fonds de la politique », de « déclassés », c’est-à-dire de travailleurs « interlopes », sans véritable métier, de paresseux qui ne veulent pas travailler mais se lancer dans la politique pour y dénicher un gagne-pain facile, « c’est le parti des politiciens non arrivés ». Mazaroz est navré de voir des « ouvriers influents, connus se prêter à cette combinaison politicienne ». Déjà autrefois, rappelle-t-il, les ouvriers Tolain et Corbon avaient servi de faire valoir à la politique de Napoléon III. Même la maçonnerie « blanche » des frères hors loge fait une propagande occulte pour ce parti56. La gauche du parti républicain opposée à Gambetta et regroupée autour du journal L’Intransigeant joue le même jeu. Tous trahiront immanquablement le monde du travail, le moment venu. Un parti ouvrier, un parti du quatrième état est impossible car il ne pourrait faire que ce qu’ont toujours fait les politiciens. Mazaroz rejette toute organisation exclusivement ouvrière et aussi toute organisation exclusivement patronale. Il apparaît singulièrement agacé par la création de ce parti socialiste ouvrier annoncé et reproduit un échange de lettres avec le secrétaire de l’Union fédérative des groupes ouvriers du Centre où il fustige cette lugubre chanson interrompue de temps en temps par la fusillade et les déportations […]. Rappelez-vous le sort de quatre-vingt pour cent et plus des hommes énergiques et intelligents qui composaient les sections du comité qui a fait la Commune en 1871 […] laissez aux patrons la part de direction sociale que la nature a donnée à la colonne ouvrière […] et qu’aucun intérêt n’opprime un autre! En procédant à une « spoliation que les vrais travailleurs ne demandent même pas, à une socialisation impossible des richesses productives », les ouvriers-politiciens, qu’il distingue des ouvriers vraiment socialistes, établiraient « un état social désastreux, une nouvelle perfidie politicienne, une centralisation dix fois plus forte, misère et servitude ». Il faut revenir au socialisme professionnel, le vrai socialisme qui peut pacifiquement et sans haine sociale atteindre à la justice par le moyen des « familles professionnelles » réunissant patrons et ouvriers, par le moyen aussi de l’impôt redistributif et de « la conciliation générale des intérêts sociaux ».

  • 57 Mazaroz Jean-Paul, Actes de société de la Famille professionnelle, op. cit.

50Le « règne de l’individualisme » doit disparaître. Il est représenté par la Bourse et les sociétés financières qui organisent le « pillage légal » de l’épargne populaire. Même les caisses d’épargne qui drainent ce que l’impôt n’a pas pris, et la participation des travailleurs aux bénéfices pratiquée dès cette époque par certaines grandes maisons industrielles et commerciales, ne trouvent pas grâce à ses yeux. La participation n’est qu’une impertinence ou plutôt une fourberie […] afin que les gros bénéfices soient assurés au moyen de la petite part (1 à 2 % sur le salaire) qu’elles ont l’air de donner aux ouvriers […], c’est une prime d’assurance, un contrat de servage des classes laborieuses, d’autant plus dangereux qu’il aurait l’air libre. Il faut ouvrir à deux battants les portes de l’entreprise à l’ouvrier57. On retrouve de telles phrases chez Karl Marx, mais l’analyse de la valeur du travail et de la formation du capital s’arrête là chez Mazaroz.

VI. Jean-Paul Mazaroz, un penseur socialiste conservateur

51Dès les premiers contacts avec les écrits de Mazaroz, notre attention s’était portée sur son refus du politique et le refuge qu’il trouvait dans une utopie des corporations du xiiie siècle, voire dans l’esprit et le vocabulaire des « colonnes » de la loge maçonnique. Tout en sachant qu’il faut se garder des amalgames et du « péché » d’anachronisme, nous y avons vu des aspects préfascistes. Il y eut, en effet, en France avant et pendant la Seconde Guerre mondiale des responsables politiques et professionnels, parmi eux des républicains radicaux, des socialistes, des communistes en rupture de parti qui employèrent un langage corporatiste et s’engagèrent lourdement dans le régime de Vichy.

  • 58 Mazaroz Jean-Paul, Suite des grèves de 1880, op. cit.
  • 59 Mazaroz Jean-Paul, Conférence de droit social, op. cit., p. 68.
  • 60 Rosanvallon Pierre, Le Modèle politique français au xixe siècle, op. cit.

52Bien qu’il souhaitât au moins une fois qu’il n’y ait plus qu’un parti dans notre Nation, « un grand parti de France »58, bien qu’il attendît le moment où « notre nation aura la chance d’avoir un chef de pouvoir qui lui facilitera la venue du règne des collectivités professionnelles »59, sa pensée est étrangère à la violence, au nationalisme exacerbé, au militarisme qui caractérisèrent le fascisme italien puis le racisme nazi un demi-siècle plus tard. La pensée de Mazaroz exprimait la résistance d’un monde du travail préindustriel à l’accumulation capitaliste et à la centralisation jacobine que Pierre Rosanvallon a étudiée dans son ouvrage Le Modèle politique français au xixe siècle60. Le proudhonisme en fut l’une des expressions. Observons que de nombreuses formules de Mazaroz se trouvent aussi chez Proudhon et chez Marx, par exemple la subordination du travail au capital, mais Proudhon n’envisageait pas de système corporatif et Marx préconisait la formation d’un parti de la classe ouvrière. Sur le plan des rapports humains, culturels, politiques il y avait enfin entre les trois Francs-Comtois de Paris, Proudhon, Courbet et Mazaroz de fortes affinités. Gustave Courbet ne se disait-il pas « maître-peintre » ?

  • 61 Mazaroz Jean-Paul, République et Monarchie, op. cit.

53Dans cette deuxième moitié du xixe siècle où les opinions allaient dans des directions si diverses, Jean-Paul Mazaroz était encore proche des microcosmes de l’atelier et de la loge maçonnique bien qu’il les dépassât de beaucoup lorsqu’il désignait avec quelque emphase le socialisme comme « la science des sciences » et la franc-maçonnerie comme « la religion des religions ». Son rejet du débat politique et des moyens qu’il pouvait donner, l’isola parce qu’il était proprement « réactionnaire », comme le lui écrivait une correspondante dont la lettre est reproduite dans Les Cabales. À côté des aspects formels de son œuvre écrite, c’est vraisemblablement la cause de l’impasse et de l’oubli où il est tombé. Comme beaucoup de ses contemporains, il n’admettait pas que la société soit fondée sur un contrat politique entre les citoyens tel que l’avait formulé Rousseau. Son dernier ouvrage, République et Monarchie, étude pratique d’économie sociale, témoigne de son échec devant « l’esprit d’individualisme » qu’il stigmatisa sans relâche. Il y expose une dernière fois sur un ton plus âpre ses sujets favoris mais avec des inflexions. Il s’affirme ouvertement de droite, contre la gauche, bien qu’il ait souvent utilisé le slogan « ni droite, ni gauche ». Il souhaite confusément « un Roi de la République », à la fois « Président, Protecteur, Pontife social, élu et héréditaire dans les familles patriarcales » alors que l’on était à la veille de l’aventure boulangiste. Six ans avant l’encyclique de Léon XIII sur le Ralliement, il préconise l’insertion du catholicisme dans le jeu politique de la République qu’il accepte donc lui aussi, finalement. Il constate que les ouvriers se passionnent de plus en plus pour les luttes politiques et suggère qu’on puisse leur « donner des raisons d’être conservateurs […], une Royauté sociale »61.

  • 62 Mazaroz Jean-Paul, 1881, Les deux phases d’organisation de la corporation du meuble sculpté de Pari (...)
  • 63 Mazaroz Jean-Paul, La franc-maçonnerie, op. cit.

54Nous avons remarqué, au cours de cette recherche, une certaine proximité entre Mazaroz et les inspirateurs du catholicisme social : Frédéric Le Play (1806-1882), Léon Harmel (1829-1915) promoteur de la « corporation chrétienne » et du Sillon, le marquis de La Tour du Pin (1834-1924) et Albert de Mun (1841-1914). Mazaroz était comme eux opposé à la vision d’une société divisée en classes aux intérêts antagonistes. Comme eux, il proposait une union naturelle, « organique » autour de la famille, de l’entreprise, de la profession et des syndicats mixtes dans lesquels patrons et ouvriers auraient des fonctions différentes mais des droits et des devoirs réciproques. Ces conceptions ont été souvent qualifiées de paternalistes mais Mazaroz s’en distinguait, car bien que spiritualiste, il ne se sentait pas concerné par la défense de la religion. Il refusait « le socialisme autoritaire de l’école soi-disant socialiste de M. Le Play où l’on voit toujours le couvent ou la grande industrie »62. Il refusait la charité des religions « dogmatiques » qu’il opposait à celle de la « religion maçonnique »63.

  • 64 Le corporatisme sous ses différentes formes en Europe et aux USA a fait l’objet de nombreux débats (...)
  • 65 Honneth Axel, 1992, Kampf um Anerkennung (« Combat pour la connaissance »), Frankfurt am Main, Suhr (...)

55Son socialisme corporatif laïc64 l’éloignait de la gauche républicaine, de la droite des notables catholiques et des notables républicains au pouvoir mais rappelait que les intérêts du petit patron rejoignent souvent ceux de l’ouvrier. Il contenait aussi des idées d’avenir : reconnaître la place et la dignité du travail productif65, apprivoiser la grève, former des syndicats désormais autorisés (loi de 1884), auxquels Mazaroz conseille sans réserve d’adhérer, établir des conventions collectives, la décentralisation, l’autogestion, la sécurité sociale généralisée, l’assurance-chômage, les apprentissages rendus obligatoires par la loi. Jean-Paul Mazaroz formulait ainsi les bases de l’État-providence.

Figure 13. Portrait de Jean-Paul Mazaroz par Gustave Courbet. Source : Huile sur toile – Achat, 2005 – inv. i2005.1.1 – musées de Lons-le-Saunier © Musées de Lons-le-Saunier/Jean-Loup Mathieu.

Figure 13. Portrait de Jean-Paul Mazaroz par Gustave Courbet. Source : Huile sur toile – Achat, 2005 – inv. i2005.1.1 – musées de Lons-le-Saunier © Musées de Lons-le-Saunier/Jean-Loup Mathieu.

Notes

1 Roche Max et Vernus Michel, Dictionnaire biographique du département du Jura, op. cit., p. 349

2 Mazaroz Jean-Paul et Musée des beaux-arts de Lons-le-Saunier, 2003, Jean-Paul Mazaroz : un artiste et amateur éclairé au temps de Courbet, catalogue de l’exposition présentée à Lons-le-Saunier, du 20 juin au 26 octobre 2003, Lons-le-Saunier, Ville de Lons-le-Saunier/Association des amis du musée.

3 Il a été affirmé que Mazaroz, enthousiasmé, avait projeté d’acheter Un enterrement à Ornans à Courbet pour l’offrir au musée de Lons-le-Saunier. Le tableau resta dans le grenier du peintre à Ornans. Champfleury évoquait déjà cette information dans son ouvrage Grandes figures d’hier et d’aujourd’hui : Balzac, Gérard de Nerval, Wagner, Courbet (Paris, Poulet-Malassis et de Broise, 1861). Michel Ragon la reprend, avec des variantes, dans son ouvrage Gustave Courbet, peintre de la liberté (Paris, Fayard, 2004).

4 La fabrique se trouvait en 1861 au 4-6, rue Ternaux-Popincourt.

5 Le musée de Lons-le-Saunier possède aujourd’hui cinq œuvres de Courbet, dont le portrait de Mazaroz récemment acquis.

6 En ce qui concerne l’entourage de Courbet à Paris et en Franche-Comté au début des années 1860, voir : Ten-Doesschate-Chu Pétra (éd.), 1996, Correspondance de Courbet, Paris, Flammarion ; Merlin Pierre, 2009, « À propos de 200 lettres inédites de Champfleury à Max Buchon », Travaux 2009 de la Société d’émulation du Jura, p. 243-261.

7 Mazaroz aurait tenté de se suicider en 1890 et en serait resté aveugle. Il décéda en 1900, peut-être à son domicile situé 94, bd. Richard-Lenoir dans le 11e arrondissement et fut inhumé au Père-Lachaise.

8 Mazaroz Jean-Paul et Musée des beaux-arts de Lons-le-Saunier, Jean-Paul Mazaroz, op. cit.

9 Jean-Paul Mazaroz indique en février 1882 dans son ouvrage Les Cabales et conspirations de la politique et des politiciens laïques et religieux (Paris, Mazaroz, 536 p.) avoir publié 40 ouvrages et brochures. Dans Causes et conséquences de la grève du faubourg Saint-Antoine (Paris, Mazaroz, 1882, 190 p.), il indique avoir publié après 1871 un grand nombre d’articles dans les journaux, des circulaires, des brochures. Le catalogue collectif de France CCFr accessible depuis <http://ccfr.bnf.fr> avec prénom complet ou abrégé (J.-P.) donne 125 titres mais il y a de nombreux doublons.

10 Mazaroz Jean-Paul, 1862, Étude sur l’ouvrier des villes, Paris, E. Lacroix.

11 Mazaroz Jean-Paul, Les Cabales, op. cit., p. 61.

12 Disponible en ligne sur : <http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/>. Monsieur le professeur Jacques Rougerie, auteur entre autres de l’excellente présentation du Second Empire et de la Commune de 1871 dans Histoire de France dirigée par Georges Duby (Paris, Larousse, t. iii, 1971), nous a appris que Jean-Paul Mazaroz était au contraire bien connu dans le Paris de son époque. Nous remercions vivement M. Rougerie pour ce renseignement qui fut pour nous un encouragement à poursuivre notre recherche.

13 Cf. le portrait-charge que Mazaroz fait de Gambetta dans Le décalogue de l’individualisme : suivi d’un projet de réforme électorale (1883, Paris, Mazaroz, 112 p.).

14 Hegel Georg Wilhelm Friedrich, 1993 [1822], La raison dans l’Histoire (trad. K. Papaïonnou), Paris, 10/18, p. 24-39.

15 Mazaroz Jean-Paul, 1878 [1873], Histoire des corporations françaises d’arts et métiers, Paris, Baillère, p. 5-81.

16 Lespinasse René (de) et Bonnardot François, 1879, Les métiers et corporations de la ville de Paris : xiiie siècle. Le livre des métiers d'Étienne Boileau, Paris, Imprimerie nationale.

17 Mazaroz Jean-Paul, Histoire des corporations françaises, op. cit.

18 Ibid. On trouve d’autres passages où Mazaroz exprime sa profonde insatisfaction devant le déclin des styles du meuble et le développement de l’éclectisme, des styles néogothique, néobyzantin, etc. à son époque. C’était pour lui le signe le plus tangible de la déréliction où le monde du travail était tombé depuis 1791. Dans l’un de ses derniers ouvrages, République et Monarchie, étude pratique d’économie sociale (Paris, Baillère, 1885), il déplore le pillage des châteaux et des monuments après 1791 qui a alimenté toute une exportation vers la Grande-Bretagne. Frédéric Le Play fait la même remarque dans sa Réforme sociale.

19 Mazaroz Jean-Paul, Histoire des corporations françaises, op. cit.

20 Ibid.

21 Marx Karl, 2002 [1847], Misère de la philosophie, en réponse à Philosophie de la Misère de Proudhon, Paris, Seuil.

22 La statue du saint était portée au bout d’un bâton.

23 Mazaroz Jean-Paul, Les Cabales, op. cit., p. 78.

24 Mazaroz Jean-Paul, Histoire des corporations françaises, op. cit.

25 Lois Le Chapelier, 15 juin 1791

26 Cf. sur ce sujet, les ouvrages de Kaplan Steven L., 2001, La fin des corporations, Paris, Fayard ; et Rosanvallon Pierre, 2004, Le Modèle politique français, la société civile contre le jacobinisme de 1789 à nos jours, Paris, Seuil.

27 Mazaroz Jean-Paul, 1882, Causes et conséquences de la grève du faubourg Saint-Antoine d’octobre-novembre 1882, Paris, Mazaroz, 190 p. Suivi d’un Projet pour développer les débouchés des produits français et les apprentissages à compléter par Suite des grèves de 1880, (Paris, Mazaroz, 1882, 142 p).

28 Il ne semble pas que Mazaroz ait fait des enquêtes sur place.

29 À propos du travail-marchandise et du salaire minimum voir Marx Karl, Misère de la philosophie, op. cit., p. 101-107.

30 Lhuisser Anne, 2003, « Le restaurant sociétaire de Grenoble sous la Seconde République », Revue d’histoire du xixe siècle, n° 26-27, p. 85-108.

31 Dans Causes et conséquences de la grève du faubourg Saint-Antoine, Mazaroz rabroue un certain Pauliat qui a eu l’audace de publier un article dans La Nouvelle Revue : « Vous m’auriez évité ces ennuis, si vous aviez soumis votre étude au chef d’école duquel vous vous inspirez depuis si longtemps ; Tel brille au second rang qui s’éclipse au premier » (p. 172). L’élève en question avait eu le tort de voir des aspects politiques dans la « république professionnelle qui est purement socialiste et corporative » selon Mazaroz. Dans Les Cabales, il se félicite de « l’immense popularité de [ses] ouvrages économiques » en France et à l’étranger où ils sont traduits mais observe « la conspiration du silence organisée par la presse, la mise à l’index par les politiciens » (p. 41).

32 Mazaroz Jean-Paul, 1879, Destruction du phylloxéra de la vigne par l'hygiène naturelle, ainsi que par la culture de la vigne basée sur les engrais insecticides et reconstitutifs, Paris, Chaix et Cie.

33 Nous nous servirons principalement ici de l’ouvrage au titre significatif : Les Cabales de la politique et des politiciens laïques et religieux organisés contre les patrons et ouvriers du travail national, op. cit., ouvrage dédié aux groupes de la Libre-Pensée des villes d’Europe.

34 Mazaroz eut vraisemblablement connaissance des recherches des indianistes de son temps, Eugène Burnouf (1801-1900), Émile Burnouf (1821-1907), Adolphe Pictet (1799-1875), Max Müller (1823-1900). Il fut longtemps en relation avec Charles Fauvety (1813-1894), journaliste, écrivain fécond, un moment proche de Proudhon, franc-maçon spiritualiste (cf. Saunier Éric, 2002, Encyclopédie de la franc-maçonnerie, Paris, Livre de poche, p. 292) ainsi qu’avec Allan Kardec (1804-1869), spirite lyonnais (cf. Mazaroz Jean-Paul, Les Cabales, op. cit., p. 256). Mazaroz récusait les manifestations matérielles des spirites (tables tournantes) et se disait spiritualiste, adversaire du positivisme d’Auguste Comte. Il lui arrive aussi de citer des strophes du poète-chansonnier républicain Lachambeaudie (1806-1872).

35 Cf. Gauchet Marcel, 2003, La condition historique : entretiens avec François Azouvi et Sylvain Piron, Paris, Stock (réédité en 2005 par Gallimard). Cet auteur propose des développements à travers les temps historiques qui ont quelque ressemblance avec ceux de Mazaroz mais écarte « la chimère du dépassement du politique ». Notons que Marcel Gauchet ne place pas la subordination des rapports de production à l’origine du politique. On retrouve chez Rousseau l’idée d’un état originel bon.

36 Mazaroz Jean-Paul, 1884, Cri d’alarme. Le socialisme maçonnique, qu’il faut opposer au système israélite, sous lequel nous végétons, Paris, Mazaroz.

37 Mazaroz Jean-Paul, 1882, Conférence de droit social, Paris, Mazaroz.

38 Mazaroz Jean-Paul, Les Cabales, op. cit., p. 268.

39 Ibid.

40 Dans La Réforme électorale. Moyens pratiques pour enrichir la France et les Français. Résumé général des doctrines économiques (1883, Paris, Mazaroz, 94 p.), Mazaroz va jusqu’à considérer dans un développement « racique » que les Celtes et les Germains sont cousins et que le mélange des races est bénéfique pour tous les peuples.

41 Sternhell Zeev, 2006, Les anti-Lumières : du xviiie siècle à la guerre froide, Paris, Fayard. Cet historien israélien analyse la pensée d’auteurs opposés aux Lumières : Burke, Herder, Carlyle, de Maistre, Taine, Renan et leurs héritiers jusqu’à la guerre froide. Mazaroz énumère en 1882 la lignée des penseurs socialistes dans laquelle il a manifestement l’ambition de prendre place : Fourier dont il approuve la théorie des passions, Karl Marx et Engels, Rodbertus, Lassalle, De Paepe, Lafargue, Guesde, Brousse, auteurs dont il semble ne connaître que le nom. Il ne cite jamais Kant, Montesquieu, Voltaire, Rousseau mais emprunte à ce dernier la formule de l’homme bon dans des institutions qui le pervertissent. Dans La Réforme électorale (1883), il critique les Droits de l’homme de 1791 qui « ne sont qu’un assemblage de mots sonores » et propose des « Droits de l’homme de la république professionnelle ».

42 Mazaroz Jean-Paul, République et Monarchie, op. cit.

43 Ibid.

44 Ibid.

45 Commentant une brochure du philosophe Adolphe Franck (1809-1893) du Collège de France, Mazaroz conteste que son socialisme « collectiviste » soit communiste. Cet adjectif désigne « la collectivité, le bien commun. La véritable liberté ne peut être que collective ».

46 Cf. Rosanvallon Pierre, 1998, Le Peuple introuvable : histoire de la représentation démocratique en France, Paris, Gallimard.

47 Mazaroz Jean-Paul, La Réforme électorale, op. cit.

48 Mazaroz Jean-Paul, Les Cabales, op. cit., p. 166.

49 Mazaroz Jean-Paul, Conférence de droit social, op. cit., p. 57.

50 Mazaroz Jean-Paul, 1880, La franc-maçonnerie, la religion morale du principe républicain, Paris, Mazaroz, 313 p.

51 Carnegie Andrew, 1901, The Gospel of Wealth and Other Timely Essays, New York, The Century Co.

52 Mazaroz Jean-Paul, 1881, Actes de société de la Famille professionnelle ou Contrat social des populations productives, 2e édition revue, corrigée, Paris, Mazaroz, 296 p.

53 Mazaroz évoque en plusieurs endroits la satisfaction qui aurait gagné beaucoup de provinciaux à la nouvelle des incendies de Paris en mai 1871.

54 Mazaroz Jean-Paul, Les Cabales, op. cit., p. 267.

55 Benoît Malon (Précieux 1841-Asnières 1893). Cf. Latta Claude, Vuilleumier Marc et Gacon Gérard (dir.), 2000, Du Forez à la Revue socialiste, Benoît Malon, Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne.

56 Au passage, Mazaroz regrette vivement comme Charles Fauvety, l’évolution des francs-maçons qui ont abandonné en 1877 la référence au Grand Architecte de l’Ordre de l’Univers.

57 Mazaroz Jean-Paul, Actes de société de la Famille professionnelle, op. cit.

58 Mazaroz Jean-Paul, Suite des grèves de 1880, op. cit.

59 Mazaroz Jean-Paul, Conférence de droit social, op. cit., p. 68.

60 Rosanvallon Pierre, Le Modèle politique français au xixe siècle, op. cit.

61 Mazaroz Jean-Paul, République et Monarchie, op. cit.

62 Mazaroz Jean-Paul, 1881, Les deux phases d’organisation de la corporation du meuble sculpté de Paris, Paris, Mazaroz.

63 Mazaroz Jean-Paul, La franc-maçonnerie, op. cit.

64 Le corporatisme sous ses différentes formes en Europe et aux USA a fait l’objet de nombreux débats entre spécialistes et reste d’actualité. Hans-Ulrich Wehler, par exemple, dans sa monumentale Deutsche Gesellschaftsgeschichte (Histoire de la société allemande), aborde cette question sous l’angle des rapports entre les konzerns industriels, les banques, les maisons de commerce et le Reich bismarckien dans le cadre d’un « capitalisme organisé » (Munich, Beck Verlag, t. iii, 1995, p. 662-680). La remarquable machine économique édifiée en Allemagne était cependant différente de la république professionnelle envisagée par Mazaroz.

65 Honneth Axel, 1992, Kampf um Anerkennung (« Combat pour la connaissance »), Frankfurt am Main, Suhrkamp.

Table des illustrations

Titre Figure 13. Portrait de Jean-Paul Mazaroz par Gustave Courbet. Source : Huile sur toile – Achat, 2005 – inv. i2005.1.1 – musées de Lons-le-Saunier © Musées de Lons-le-Saunier/Jean-Loup Mathieu.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/5542/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 741k

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search