Version classiqueVersion mobile

La formation d’une opinion démocratique

 | 
Pierre Merlin

Les républicains du Jura en marche vers la Troisième République

6

Louis-Étienne Jousserandot (1813-1887). Entre Deuxième et Troisième République, une biographie républicaine

Texte intégral

I. Une formation de juriste, la tentation d’une carrière littéraire

  • 1 Pour plus de détails sur la famille de Louis-Étienne Jousserandot, on se reportera, dans ce même vo (...)
  • 2 Jousserandot Louis-Étienne et Fillion Eugène, 1838, Lord Surrey, drame en cinq actes, Paris, Marcha (...)
  • 3 Jousserandot Louis-Étienne, 1843, Le Diamant de la Vouivre, Paris, L. de Potter. Réédité par les Éd (...)
  • 4 Jousserandot Louis-Étienne, 1844, Le Capitaine Lacuzon, 2 vol., Paris, L. de Potter. Réédité en 199 (...)

1Louis-Étienne, petit-fils de Pierre-Étienne, fils du docteur Louis-Nicolas, fit des études de droit à Dijon et commença en 1838 une carrière d’avocat à Besançon, puis à Paris1. Ayant, semble-t-il, beaucoup de loisirs, il s’essaya à des productions littéraires, écrivit des drames, Lord Surrey2, présenté au théâtre de la Gaîté en 1838 ; Enrique de Sicile, un roman historique régionaliste en deux tomes ; Le Diamant de la Vouivre en 18433 et Le Capitaine Lacuzon en 18444 ; ainsi qu’une comédie en un acte et en vers, Les Collaborateurs, qui fut représentée pour la première fois, au théâtre du Vaudeville à Paris, le 2 mars 1847. Cette pièce peint la bohème haute en couleurs des plumitifs de l’époque romantique. À la manière de Boileau, Louis-Étienne Jousserandot campe le plagiaire, un personnage bien connu du monde des lettres, qu’il aura lui-même l’occasion de rencontrer, nous le verrons plus loin :

On peut le comparer, sans erreur, aux requins
Il s’en va sur les quais chercher de vieux bouquins
Qu’il refait, qu’il refond, qu’il arrange à sa guise,
Avec sa soif d’argent, que le succès aiguise
Il livre avec aplomb, comme des nouveautés,
Tous ces haillons poudreux par lui rapiécetés.

2Le vers est rugueux, mais l’exercice est difficile ! C’était un péché de jeunesse. La mention « Auteur de vaudeville », que l’on retrouve souvent dans les rapports de police sous la Deuxième République, et qui se voulait blessante, resta longtemps attachée à Louis-Étienne Jousserandot.

1. Le Diamant de la Vouivre ; Le Capitaine Lacuzon

3Le Diamant de la Vouivre mérite un plus ample développement parce que sa parution fut certainement une étape importante dans la constitution et la diffusion des récits historiques ou légendaires développés autour du capitaine Prost dit « Lacuzon » de Longchaumois, le héros de la guerre de Dix Ans en Franche-Comté (1634-1644).

4Le roman conduit le lecteur parmi les sites les plus pittoresques, souvent les plus sauvages, de la montagne jurassienne : les ruines de Binans, les cascades du Hérisson, le lac de Chalain, le pic de l’Aigle, les gorges de la Bienne, Saint-Claude et son abbaye millénaire que les belles publications illustrées de Taylor et Charles Nodier avaient déjà fait connaître au public instruit. Le culte de la petite patrie, de ses beautés, de son passé, les excursions et le tourisme – le mot existait déjà – caractérisaient les nouveautés du goût romantique.

5Nous ne suivrons pas ici les fulgurances de la Vouivre dans les airs, ni les sorcières sur leur balai, ni les rudes patriotes cuanais (Séquanais) dans les profondeurs de la grotte du Val ou le traître Antide de Montaigu dans son implacable cruauté, ou encore Albéric de Binans et Pâquerette dans leur pure idylle. Les coups d’audace de Lacuzon sont sans pareils : à Saint-Claude, il arrive juste à temps pour délivrer son oncle que les terribles Suédois avaient déjà lié sur un bûcher ; caché sous le foin d’une charrette, il réussit à pénétrer dans le formidable château de l’Aigle et libère le malheureux sire de Binans enfermé là depuis trente ans dans une citerne. Tous ces exploits ressemblent furieusement à ceux de d’Artagnan, du capitaine Fracasse et des héros de nombreux romans de cape et d’épée.

  • 5 Monnier Désiré, 1858, « Lacuzon », Annuaire du Jura ; Rougebief Eugène, 1851, Histoire de la Franch (...)

6On connaît par ailleurs la vogue du roman historique qui fut parallèle à l’immense développement de l’histoire à l’époque romantique. Nous retrouvons dans Le Diamant de la Vouivre le prodigieux écho de la poésie et du roman écossais, de Macpherson à Walter Scott. Pour les érudits francs-comtois, Désiré Monnier, Rougebief et d’autres5, la petite Franche-Comté était l’Écosse de la France. D’ailleurs n’y a-t-il pas en Écosse une montagne appelée aussi Lomont et une île dénommée Jura ? Les rochers « arides » du Jura, ses « blocs de granite » (sic), ses vallées sauvages, ses brouillards, ses clairs de lune devaient trouver avec quelque retard leur Walter Scott. Lacuzon serait le Rob-Roy des montagnes franc-comtoises.

  • 6 Dontenville Henri, 1998 [1947], Mythologie française, Paris, Payot.

7Il semble aussi que les guerres épouvantables de la première moitié du xviie siècle n’étaient pas tout à fait oubliées deux cents ans plus tard des populations franc-comtoises. Désiré Monnier évoque une tradition orale. Le souvenir populaire rejoignait ainsi le goût nouveau des élites pour les voyages, la montagne, pour le conte populaire et le folklore, la littérature burlesque préclassique, les destins singuliers et tragiques d’aventuriers, tel Wallenstein, ou des génies politiques, tel Richelieu. Dans son roman, Jousserandot fait venir le terrible cardinal au siège de Bletterans. Lors d’une embuscade ahurissante, Lacuzon réussit même à enlever son Éminence rouge, ce qui permet enfin la paix et le happy end pour tout le monde, sauf le traître, bien sûr. Tout cela est en grande partie romanesque et appartient plutôt à une sorte de mythologie franc-comtoise6.

  • 7 Travaux de la Société d’émulation du Jura, 1836, p. 126-145.
  • 8 Ibid., p. 126.
  • 9 Ibid., p. 143.
  • 10 Ibid., p. 144.
  • 11 Pour une biographie récente : Louis Gérard, 1998, La guerre de Dix Ans (1634-1644), Besançon, Press (...)

8Il est cependant légitime de nous interroger sur les sources historiques que Louis-Étienne Jousserandot aurait utilisées pour jeter la trame de son ouvrage. Désiré Monnier avait présenté en 1837 devant la Société d’émulation du Jura les résultats de ses recherches sur Lacuzon. Les Travaux de la Société n’en ont retenu qu’un commentaire précédé à la manière de Walter Scott d’une épigraphe due au poète Gindre de Mancy7. À cette occasion, la société savante salua « les efforts de M. Monnier de nous peindre ces époques désastreuses, ces guerres terribles, qui nous ont rendu Français, avec cette vérité historique, ces couleurs et ce vernis de mœurs de la Franche-Comté, qui n’excluent point le pittoresque »8. Elle le félicita enfin pour le « soin [mis] à citer les sources où il a puisé ; il justifie tout ce qu’il avance par des citations multipliées »9. Mais la mention vague d’une histoire inédite de Salins due à l’abbé Robin, de papiers de famille et de « souvenirs mêlés de fables dont M. Monnier purge la biographie de notre illustre capitaine »10, nous laisse sur notre faim. Le souci d’une documentation précise était réel, mais ne pouvait se déployer que dans les conditions du temps, commandées elles-mêmes par l’état des archives et de la méthode historique11.

  • 12 Vernus Michel, 1999, Une vie paysanne en Franche-Comté, 1740-1759. Le livre de raison de Jean-Claud (...)
  • 13 Thiesse Anne-Marie, 1999, La création des identités nationales. Europe xviiie-xxe siècles, Paris, S (...)

9Après d’autres historiens, relevons la circulation des récits entre culture orale populaire et culture écrite savante, qui n’était certainement pas à sens unique, depuis longtemps déjà12. Nous assistons ici à « l’invention de la tradition », plus ou moins mythique, plus ou moins historique, qui a joué un si grand rôle à l’époque romantique dans le développement des arts, dans la construction de l’identité des nations, des provinces, voire dans ce cas, des petites patries13. Ce mouvement n’était d’ailleurs pas l’exclusivité des milieux légitimistes et conservateurs, on le constatera ici.

  • 14 Monnier Désiré, 1834, Du culte des esprits dans la Séquanie, Lons-le-Saunier, impr. de F. Gauthier.

10Quoi qu’il en soit, il est très vraisemblable que Louis-Étienne Jousserandot, dont le nom apparaît dès 1841-1843 parmi les membres parisiens de la Société d’émulation du Jura, se soit inspiré des communications présentées par Désiré Monnier en 1837. Dans sa dédicace à Charles Nodier, il reconnaît d’ailleurs sa dette envers l’érudit local et son ouvrage Du culte des esprits dans la Séquanie14.

11Le succès du roman de Jousserandot ne fut pas considérable, semble-t-il. Cet écho limité était peut-être dû à l’intrigue quelquefois hésitante et au style qui frôle, par endroits, le galimatias. Citons au hasard ce passage où Lacuzon est aux prises en combat singulier avec Lespinassou, le chef des gris ou fâcheux, c’est-à-dire des bugistes, partisans du roi de France :

  • 15 Jousserandot Louis-Étienne, Le Diamant de la Vouivre, op. cit., p. 210.

Heureusement pour le capitaine, la masse la plus lourde avait emporté la plus légère, de sorte qu’il se trouvait sur son ennemi ; mais malgré cet avantage, si Lespinassou eût poursuivi sa première pensée, son adversaire était perdu. Au lieu de le saisir à la gorge et de l’étrangler, il ne songea qu’à son poignard et le tira rapidement. Le capitaine, qui conserva tout son sang-froid comprit aussitôt ce qu’il avait à faire15.

12La besogne pressait, en effet !

13Plus sûrement, les personnages sont faiblement campés. Le sens du mystère, du fantastique, de la fragilité de l’existence est réel ; il convient à la nature jurassienne et à cette époque terrible que fut le xviie siècle en Franche-Comté, mais ne relève pas les faiblesses littéraires. On notera surtout un goût rousseauiste de la nature.

14Sur le plan politique, le prince légitime, à savoir le Habsbourg d’Espagne et le nouveau roi Bourbon ne sont même pas évoqués. Le seul acteur est le Peuple qui résiste à l’invasion dans une nature envoûtante et protectrice, mais apparaît peu, seulement à travers son héros. Quant à la réunion à l’état absolutiste forgé par Richelieu, on sait qu’elle se fit dans l’honneur. On relèvera aussi dans la bonne tradition libérale des développements sur l’oppression seigneuriale sous l’Ancien Régime et sur les moines de Saint-Claude.

2. Une affaire de plagiat en 1863

  • 16 Montépin Xavier (de), 1972 [1861], Le Médecin des Pauvres, Lons-le-Saunier, Éditions Marque-Maillar (...)

15Louis-Étienne Jousserandot ne poursuivit pas ses essais littéraires, mais se consacra plus tard à des travaux historiques et juridiques. Sa carrière littéraire, le terme est bien pompeux, eut un épilogue vingt plus tard, sous le Second Empire. En effet, en 1863, il a intenté un procès pour contrefaçon à Xavier de Montépin (1823-1902), franc-comtois lui aussi, né à Apremont en Haute-Saône, l’auteur à succès du Médecin des Pauvres16.

  • 17 Revigny Pierre (pseudonyme de Pierre Babey), 1937 (mars), « De la Vouivre à Lacuzon, un procès litt (...)

16Un article paru en mars 1937 dans Le Pays comtois retrace les grandes lignes de cette affaire, mais nous ne l’utiliserons qu’avec prudence parce qu’il contient plusieurs erreurs manifestes et n’indique pas ses sources17.

  • 18 Montépin Xavier (de), Le Médecin des Pauvres, op. cit., p. 123-125.

17Lors de la parution du Médecin des Pauvres, Louis-Étienne Jousserandot avait protesté vigoureusement pour plagiat dans le Figaro. Montépin avait répliqué par une plainte en diffamation. Ce dernier se prétendait dans son bon droit parce qu’avant d’entreprendre son roman, il avait écrit à Jousserandot pour lui demander la permission de faire « quelques emprunts » au Diamant de la Vouivre. Jousserandot avait répondu favorablement. Montépin reconnaît dans un passage18 sa dette envers « un littérateur distingué (auquel nous ferons de nombreux emprunts), M. Louis Jousserandot, dans La Diamant de la Vouivre, un de ses remarquables ouvrages sur la Franche-Comté au xviie siècle », puis copie le roman sur deux pages.

18Malheureusement, l’indignation de Jousserandot était fondée. Une lecture parallèle des deux romans est convaincante : le plagiat est considérable, puisqu’il s’étale du premier au dernier chapitre du Médecin des Pauvres. Passe encore de reprendre la triade du colonel Varroz, du curé Marquis et du capitaine Lacuzon, personnification des trois ordres comtois, mais tous les autres personnages, le Masque Noir, la Sorcière et d’autres sont repris tels quels par Montépin, Pâquerette devient Églantine ! Toute l’intrigue du Médecin des Pauvres, jusque dans ses moindres détails, n’est que le décalque du roman de Jousserandot. Des paragraphes entiers, des passages presque identiques se reconnaissent de page en page, sans rajout original, ce qui est la définition du plagiat. Seules quelques scènes fantastiques comme le sabbat des sorcières sont élaguées. Chez Montépin, en revanche, les dialogues s’étirent interminablement, ce qui fait regretter parfois les rudesses du texte de Jousserandot, beaucoup plus sensible, par ailleurs, à la vérité des lieux que Montépin ignorait manifestement.

  • 19 Pataille J., 1863, Annales de la propriété industrielle, artistique et littéraire, t. ix, Paris, s. (...)

19Pourtant, le tribunal renvoya les plaignants dos à dos, en invoquant les termes de la lettre au Figaro qui « renferme quelques expressions que la bienséance et les égards professionnels auraient dû interdire, [si] elle ne saurait constituer les délits de diffamation et d’injures »19. De son côté, Montépin pouvait exciper de sa bonne foi, puisqu’il avait obtenu « l’autorisation préalablement donnée », mais certes pas pour un plagiat aussi massif ! Il est probable aussi que le passé politique de Jousserandot ait pesé sur le jugement.

20En vérité, vingt années s’étaient écoulées entre la parution des deux romans. Le goût littéraire et les publics avaient beaucoup changé, la « littérature industrielle », selon l’expression de Sainte-Beuve, la littérature de consommation avait connu sous le Second Empire un développement considérable.

21Pour autant, le rhabillage à la mode du Diamant de la Vouivre suffisait-il à faire du Médecin des Pauvres une œuvre originale ? Un pillage aussi évident serait jugé aujourd’hui plus sévèrement sans doute. Nous sommes devenus plus sensibles aux contrefaçons ! Mais l’historien ne saurait se faire juge et s’abstraire de l’esprit du temps, c’est-à-dire, à chaque époque, du code non écrit des goûts du public et de la civilité.

22Un point est assuré : le roman de Jousserandot est pour beaucoup dans le développement du mythe de Lacuzon. Le héros local est certes avéré historiquement, mais les documents à son sujet sont rares et signalent plutôt un chef de bande, à travers ses exactions.

II. La révolution de février 1848 : l’entrée en République

  • 20 En 1840, lors de la fièvre des chemins de fer, dans des lettres signées « Un habitant de Vaux-sous- (...)
  • 21 Vogne Marcel, La presse périodique en Franche-Comté des origines à 1870, op. cit., t. iv, n° 222.

23Louis-Étienne Jousserandot a 35 ans lorsqu’éclate à Paris la révolution de février 1848. Il n’appartient plus tout à fait au monde de la jeunesse, tandis que la Deuxième République fait ses premiers pas. Incontestablement, c’est un « républicain de la veille », mais resté longtemps orléaniste. Il a collaboré dans le passé20 avec Antoine Sommier et François Guillermet au journal républicain modéré Le Patriote jurassien que l’imprimeur Athalin Courbet avait lancé à Lons-le-Saunier en 1837, mais cette collaboration avec le propriétaire avait été à « éclipses, faite d’orages, de réconciliations et de nouvelles ruptures »21.

1. Le Printemps des peuples à Lons-le-Saunier

  • 22 Cette fois encore, la collaboration fut courte et cessa le 24 mars, Courbet reprenant son titre. Gr (...)

24Louis-Étienne Jousserandot était à Paris lors des journées des 23, 24 et 25 février, il regagna rapidement le Jura. Le suffrage universel (masculin) est proclamé. Après des années de conservatisme louis-philippard, c’était un séisme politique : dans le Jura, le nombre des électeurs passait de 1 320 à 85 635. D’évidence, une carrière politique s’ouvrait à Jousserandot. Dès le 14 mars, il est à Lons-le-Saunier et s’adresse aux électeurs dans le premier numéro du Républicain du Jura que Sommier et Guillermet viennent de lancer avec Courbet22 :

  • 23 Le Républicain du Jura, n° 1, 14 mars 1848.

Le temps de la démocratie est venu, c’est-à-dire l’avènement de toutes les libertés, le partage égal de tous les droits, l’abolition de tous les privilèges. Tout retour vers le passé est impossible, aussi bien vers la démagogie inintelligente qui fut une erreur de la première révolution que vers l’ancien régime23.

25Mais on peut se demander si la période de fraternité qui suivit février au milieu de très grandes difficultés économiques et sociales, si le Printemps des peuples ont bien fleuri dans la petite ville de Lons-le-Saunier qui comptait alors 9 400 habitants. Dans le numéro 2 du Républicain du Jura, du 17 mars, Jousserandot s’alarme car il perçoit de tous côtés la peur de la guerre civile et les appels pour un régime d’ordre. Il fait l’éloge du peuple parisien :

  • 24 Ibid., n° 2, 17 mars 1848.

Après avoir vu, le lendemain de sa victoire le peuple de Paris faire lui-même la police des rues […] après avoir entendu dans les villes, les villages, partout, ce cri sans cesse répété : de l’ORDRE ! j’ai raison de dire que pour nous, c’est un cri de victoire. N’allez pas imaginer que l’habitant des campagnes pense autrement que l’ouvrier de Paris […]. Tout par le peuple et pour le peuple24 !

  • 25 Illustré par une lithographie célèbre, Le Peuple veille sur la cité. On connaît les vers de Victor (...)

26Louis-Étienne Jousserandot avait pu constater à Paris un fait historique bien connu25. Comme tous les démocrates, il exprimait une confiance dans le peuple souverain qui sera le fil directeur de son action politique, même lorsque viendront les désillusions.

27Dès la mi-mars, des comités communaux, cantonaux puis d’arrondissement avaient été formés dans le Jura, à la hâte et de manière incomplète. Ils avaient abouti à la réunion à Lons-le-Saunier de plusieurs comités qui rivalisaient âprement pour former leurs listes de candidats aux huit sièges de représentants du département. Il y avait le Comité de l’Union républicaine, soutenu par le journal conservateur La Sentinelle du Jura, formé principalement d’anciens monarchistes orléanistes mués en « républicains du lendemain » et le Comité républicain, celui des « républicains de la veille » soutenu par Le Républicain du Jura. Il y avait aussi un comité républicain des ouvriers de Lons-le-Saunier (devise : « Union, Aide et Fraternité »), dont Jousserandot fut membre et un comité des instituteurs qui présentèrent leurs listes généralement récusées pour leur caractère catégoriel. Il y avait surtout une « liste de l’évêque » presque identique à celle de l’Union qui circulait dans le clergé.

28Le 26 mars, dans le numéro 4 du Républicain du Jura, Jousserandot se porta candidat à l’élection, donc parmi les premiers. Las ! à cause peut-être d’une certaine raideur qui était, semble-t-il, un trait de sa personnalité, il se brûla très vite les ailes dans son envol politique.

  • 26 Le Républicain du Jura, n° 3, 21 mars 1848.

29Des foules électrisées par une passion politique toute nouvelle se pressaient aux séances publiques des comités, jusqu’à 700 ou 800 personnes, ce qui était considérable dans cette petite ville. Or, le dimanche 19 mars, lors de la deuxième réunion du Comité de l’Union, « dite républicaine » (dixit Le Républicain), Jousserandot avait eu le courage, sinon l’inconscience, de venir chez l’adversaire demander la parole au président Émile Chevillard pour stigmatiser la « bourgeoisie ». Aussitôt l’assemblée explosa en un « effroyable tapage, des cris, des trépignements ». L’orateur tenta de définir ce qu’il entendait par « bourgeoisie », mais « une nouvelle tempête se souleva à ce seul mot », rapporte Le Républicain du Jura. Le journal félicita l’orateur malheureux « du courage, de l’énergie, du sang-froid qu’il a développés dans cette circonstance. Nous n’attendions pas mieux de lui. Nous le connaissons ». Il rappela aussi « les titres irrécusables qui le recommandent au respect de tous comme enfant de Lons-le-Saunier, comme homme et comme écrivain » et retint que le Comité de l’Union s’était « rendu là coupable d’un acte inqualifiable »26.

  • 27 Dans le sens jacobin du terme.
  • 28 Sommier Antoine, 1846, Histoire de la Révolution dans le Jura, Paris, Dumoulin.
  • 29 Selon Desaunais A., « La révolution de 1848 dans le Jura », art. cit.

30Comment comprendre ce débordement bien éloigné de l’esprit que l’on attribue au Printemps des peuples ? Il est vraisemblable que les premiers articles de Jousserandot dans le journal de Sommier l’aient déjà marqué de rouge, malgré leur contenu apaisant. Sommier qui se présentait lui-même comme républicain « bleu »27 était en effet l’auteur d’une Histoire de la Révolution dans le Jura (1846)28 qui « avait causé un scandale énorme dans la bourgeoisie lédonienne en raison de son jacobinisme »29.

  • 30 Société d’émulation du Jura, 1994, Le Jura contre Paris. Le mouvement fédéraliste jurassien de 1793(...)

31Louis-Étienne Jousserandot était apparu, semble-t-il, comme une sorte de clubiste, ce qu’il n’était absolument pas, et avait peut-être réveillé les douloureux souvenirs du fédéralisme jurassien, en 179330.

  • 31 Le Républicain du Jura, n° 3, 21 mars 1848.
  • 32 Le point de vue de Jousserandot était conforme à la doctrine exprimée par la Revue républicaine dès (...)

32Dans le même numéro, Jousserandot essaie encore de s’expliquer : « la bourgeoisie comme il en existait avant 1789 n’existe plus […], c’était le pays légal il y a un mois […], il n’y a que des citoyens »31. Peine perdue, employer le mot « bourgeoisie », c’était appeler de ses vœux la république sociale qui organiserait le travail afin d’assurer la solidarité envers « les pauvres dans la détresse », c’était introduire la réforme sociale dans la politique, faire preuve de « socialisme » et de « démagogie », c’était sombrer dans « l’utopie » et briser l’unité du politique, ce qui était inadmissible32.

33À la suite de cet incident, Jousserandot intervint principalement dans la presse locale républicaine, d’abord dans Le Républicain du Jura jusqu’en avril 1849, enfin à La Tribune, successivement La Tribune du Jura puis La Tribune de l’Est en 1850 et 1851. Il le fit sous la forme d’éditoriaux ou d’articles de fond qui étaient le fruit de réflexions en matière économique et politique. Parmi les républicains jurassiens, Jousserandot fut certainement l’un de ceux qui eurent l’activité journalistique la plus importante, malgré les suspensions fréquentes et prolongées de la presse démocratique sous la Deuxième République.

  • 33 Le Républicain du Jura, n° 4, 26 mars 1848.

34À partir du numéro 4 du 26 mars 1848, Jousserandot entreprend dans Le Républicain du Jura un exposé de L’Organisation du travail (1839) de Louis Blanc. Il évoque surtout « l’anathème contre la concurrence illimitée ». Comme cet auteur, et contrairement à l’opinion des économistes classiques, Louis-Étienne Jousserandot y voit une « tyrannie aussi bien pour le peuple, dont le travail est mis aux enchères, que pour les classes aisées précipitées dans la ruine ». La concurrence est fille de l’individualisme […], un effet de la mondialisation conduite par l’Angleterre, la mère de l’agiotage […], de l’effroyable misère en Angleterre […], de la baisse continue des salaires, de la criminalité qui règne dans les départements industriels français.Il recommande la prudence et, s’il ne voit dans le système de Louis Blanc « rien qui doive le faire repousser, les résultats ne peuvent être que lointains »33. Ses propositions ont quelques ressemblances avec celles qu’avancera Keynes au siècle suivant et distinguent clairement l’économie financière de l’économie réelle :

Il faut déplacer le capital, l’enlever à l’industrie inutile, à la commandite folle, à l’agiotage et le lancer dans une autre voie, faire correspondre production et consommation, ne pas vouloir ce qui est impossible : pourriez-vous renvoyer par exemple aux champs les ouvriers trop nombreux dans les villes ? Non ! Ils ont leurs habitudes et d’ailleurs que feraient-ils aux champs quand l’agriculture est si peu prospère ?

35On sait que cette recette chère aux partisans de l’Ordre déclencha la tragique insurrection ouvrière de juin 1848 à Paris. Jousserandot s’intéressa souvent aux paysans qui constituaient alors l’immense masse du peuple français :

L’agriculture est obérée par le morcellement des héritages ; sans machines, elle ne peut progresser ; sans capitaux, elle sombre dans la routine et l’usure.

36Et ailleurs :

  • 34 Le Républicain du Jura, n° 14, 19 avril 1848.

Est-il vrai que la formation politique des masses soit si incomplète ? Les habitants des campagnes ont une singulière habitude ; c’est de dire toujours aux messieurs des villes qu’ils ne savent rien. Et puis, qu’un intérêt surgisse, les messieurs des villes sont fort étonnés de voir que ces grands ignorants en savent plus qu’eux34.

37La politique n’est donc pas la chasse gardée d’une élite !

  • 35 Ibid.

38À propos des ateliers nationaux, il faut faire vite, puisqu’ils ont été promis, c’est un engagement à respecter. Que l’État se mette à l’œuvre dès aujourd’hui. S’il suffit de deux heures pour faire une révolution politique, ce n’est pas en quelques mois qu’on fait une révolution sociale […], ces ateliers ne sont pas généralisables et il faut considérer l’état des finances35.

2. Un scrutin mémorable : les élections à l’Assemblée constituante (23 avril 1848)

  • 36 A. Desaunais avance le nombre de 85 candidats ; Desaunais A., « La révolution de 1848 dans le Jura  (...)

39Pas moins de 67 candidats s’étaient jetés dans la mêlée36. « Qui nous délivrera de tant de candidats et de leurs candidatures, tous chargés d’un bagage plus républicain que la République ! », écrit Le Républicain du 4 avril. Louis-Étienne Jousserandot fut, à notre connaissance, le seul qui eût présenté une profession de foi cohérente. Elle était ainsi conçue :

  • 37 Le Républicain du Jura, 4 avril 1848.

Une République démocratique, le suffrage universel, communauté de tous les droits et de tous les devoirs.
Élection pour toutes les magistratures populaires et le concours ou l’examen pour tous les emplois.
L’impôt progressif.
Réforme complète de l’administration. Réduction du nombre des fonctionnaires et des traitements.
Liberté des cultes.
Respect de la propriété et de la famille.
L’organisation du travail qui donnera du bien-être aux travailleurs et qui, déplaçant le capital, sauvera tout à la fois l’industrie et l’agriculture dont l’ancien ordre de chose semblait à dessein conspirer la ruine.
On vous dit : choisissez des hommes jeunes et des hommes nouveaux. Je suis jeune et je suis nouveau.
Ma vie a toujours été indépendante et consacrée à l’étude.
Salut et Fraternité37.

40Ce programme n’était pas révolutionnaire ; la propriété et la famille, partant la place de la femme, sont considérées alors presque unanimement comme les piliers de la société et sont déclarées intangibles. On notera l’accent mis sur la démocratie, l’égalité, les aspects économiques et sociaux, un refus de la bureaucratie très commun à cette époque, ce qui ne signifiait pas le retrait de l’État.

  • 38 À propos de « bien-être », en relation avec la guerre (ou la paix) civile et la souveraineté, cf. M (...)

41Dans d’autres articles, Jousserandot préconise en outre « une réforme radicale de l’impôt qui doit porter aussi sur le capital ». Il s’interroge sur l’injustice du recrutement militaire et sur la liberté d’enseignement : « la liberté illimitée est-elle une conséquence du principe démocratique ou bien est-elle un désordre ? ». Quant à l’expression « révolution sociale », très utilisée alors par beaucoup, elle n’avait pas une signification violente, mais désignait « ce bien-être pour le travailleur »38, cette vague notion de citoyenneté sociale que l’on croyait à portée de la main grâce au progrès matériel. Si Jousserandot revendique quelquefois l’étiquette « socialiste », comme la plupart de ses amis, il le fait en présentant un socialisme qui est l’antidote de l’individualisme et qui « contrairement aux saint-simoniens et aux phalanstériens, est protecteur de la famille, corollaire de la propriété ».

  • 39 Le Patriote jurassien, n° 32 et 33, novembre 1837, notice biographique de Wladimir Gagneur sur Four (...)
  • 40 À propos de ce terme, cf. Bourguinat Nicolas, 1998, « De la question frumentaire à l’idée d’une 'éc (...)

42Cette distance prise par rapport aux saint-simoniens et aux fouriéristes était déjà ancienne chez les républicains jurassiens. Peu après la mort de Fourier (1837), Antoine Sommier avait fait un bilan bref mais très clair des deux « systèmes ». Il en rappelait les obscurités, observait que « la propriété et les intérêts acquis méritent sans doute beaucoup de considération et de ménagements » et voyait dans « la réforme électorale la seule chance de sortir pacifiquement le travailleur de la misère ». Il remarquait que de nombreux adeptes de ces mouvements étaient « passés au service des intérêts matériels »39. Jousserandot s’en écartait lui aussi. Sans réprouver ces « systèmes » qui effrayèrent tant le parti de l’Ordre, et même en leur reconnaissant des buts généreux, il les jugeait fermés sur eux-mêmes, sans intérêt pratique, au moins à court terme. Jousserandot était un républicain avancé relativement bien informé, ouvert à une « économie morale »40 qui ne reprenait à son compte ni la logique d’une répartition égalitaire des richesses, ni celle du libéralisme financier.

  • 41 Due au sculpteur Antoine Etex, elle fut érigée en 1857 sur la place de la Liberté, là où s’élevait (...)

43Le clou de la campagne électorale fut le grand banquet républicain qui réunit sept cents personnes au théâtre de Lons-le-Saunier. Jules Grévy, commissaire du gouvernement provisoire, l’ouvrit par une allocution très consensuelle. Parmi les nombreux orateurs, Jousserandot éleva un toast à la Garde nationale, « l’institution la plus éminemment démocratique [qui fut] soumise au despotisme du sabre (l’Empire), tyrannisée par le droit divin (la Restauration) et soumise à l’ignoble joug de l’individualisme (la monarchie de Juillet) ». Il rappela que le général Lecourbe, « le vrai général républicain à qui la ville de Lons-le-Saunier doit une statue »41, avait fait appel à la Garde nationale du Jura pour défendre Belfort en 1815. Il est vrai que la Garde nationale fut la seule institution où les républicains avancés du Jura remportèrent un succès électoral en ce printemps 1848.

44Cette allocution valut à son auteur une polémique, cette fois-ci avec un lieutenant de voltigeurs de la garnison. Jousserandot aurait « flétri les grands noms de l’armée impériale » ce qui l’obligea à préciser dans Le Républicain du Jura :

Gloire au GENERAL BONAPARTE, grand organisateur et le plus grand homme de tous les temps ; mais toute la sévérité de l’histoire pour l’EMPEREUR NAPOLEON qui a étouffé la Révolution, sa mère.

45La gloire militaire, en particulier impériale, était toujours pour le public et pour bon nombre de candidats un capital national qu’il était presque blasphématoire de mettre en doute. Le parti bonapartiste encore balbutiant saura le mettre en valeur.

46Début avril, Louis-Étienne Jousserandot présente ses vues sur la future constitution. Fidèle aux réflexes jacobins, il écarte l’adoption d’une « chambre haute qui ne serait qu’une aristocratie ». Par ailleurs, « la pondération des pouvoirs, théorie superbe, n’était en réalité qu’un sophisme ». Il observe que les peuples comme les individus subissent invinciblement la loi de l’habitude […]. En France, le pouvoir exécutif est doté d’un pouvoir immense. Dans notre organisation, dans nos mœurs, il y a une sorte de besoin de centralisation dont une loi ne saurait nous guérir […], l’unité est une nécessité, on ne peut se passer d’une armée. Sans doute voit-il là une fatalité française.

  • 42 À cette époque, précisons-le.

47Une présidence est-elle nécessaire ? Beaucoup de gens invoquent le modèle américain et, écrit Jousserandot, « au premier abord on doit être séduit, mais le président des États-Unis a peu de pouvoirs42 et en France, un président serait nécessairement, pendant la durée de sa présidence, un ROI. Nous avons vu un général d’armée jeter ses grenadiers dans le parlement et tuer d’un coup de baïonnette la représentation nationale », allusion au coup d’État du 18 brumaire.

48Le dernier article de Jousserandot dans Le Républicain du Jura est amer. Le numéro précédent du 12 avril avait en effet annoncé la liste des candidats soutenus par le journal, dans l’ordre : Mortreux (de Dole), Sommier, Commissaire, Grévy, Tamisier (de Lons-le-Saunier), Bonvalot (de Salins), le Dr Lautrey et Crestin (de Saint-Claude). Le journal précisait :

Nul autre ne peut être reconnu comme candidat républicain. Cette adoption fait une loi à ceux de nos amis qui ne figurent pas sur cette liste de renoncer loyalement, hautement à toute prétention.

49Ainsi, non seulement Jousserandot ne figurait pas sur la liste du Comité républicain, malgré et peut-être à cause de son engagement dans le débat politique, qui en valait bien d’autres, mais cette liste était fermée. On comprend sa déception qui laissa certainement des traces dans ses relations avec Sommier, mais on peut voir aussi dans cette procédure l’amorce d’un parti républicain.

  • 43 Une fois élue, l’assemblée départementale ne devait plus s’occuper que d’administration, selon eux. (...)

50À partir de l’été 1848, les comités électoraux ne furent plus autorisés par le préfet que durant deux semaines avant les scrutins et devaient se dissoudre immédiatement après, mais les comités républicains persistèrent souvent de manière « occulte » dans les cantons. En revanche, les forces conservatrices disposèrent toujours à travers le conseil général renouvelé durant l’été 1848, où les opposants démocrates étaient très minoritaires, d’un comité électoral idéal et permanent, ce qui suscitait les protestations des républicains43.

51En fait, la liste adverse de l’Union républicaine n’était pas fermée et le Comité républicain eut la douloureuse surprise de constater que Grévy et Tamisier y figuraient aussi. En outre, la cohue de candidats était telle que le comité modifia sa position le 14 avril :

On se plaint et sans raison, que nous ayons été exclusifs […]. D’autres candidatures seront produites. Entre autres, celle du citoyen Jousserandot dont personne ne met en doute la rigidité des principes et le dévouement à la cause démocratique. Que les électeurs jugent dans leur conscience.

52Le résultat fut cruel pour les républicains avancés et pour Louis-Étienne Jousserandot en particulier. Deux républicains de la veille, seulement, et des plus modérés, furent élus, triomphalement, il est vrai : Jules Grévy avec 65 150 voix et l’ex-phalanstérien Tamisier avec 36 204 voix. On peut leur adjoindre Cordier – 58 807 voix – l’ancien député de la monarchie de Juillet qui vota souvent comme eux à l’Assemblée nationale. Cette « trilogie » bénéficiait d’une grande notoriété, elle figurait en tête de presque toutes les listes, même sur celle de l’évêque ! Au cours de son bref séjour à la préfecture du Jura, Grévy avait « gouverné le département, écrit La Sentinelle, avec autant de modération que d’habileté et en satisfaisant tous les partis […] il eut avec le clergé des rapports corrects ». Les autres élus représentaient diverses tendances du conservatisme libéral, plus ou moins ralliées à une république conservatrice. Les légitimistes étaient éliminés. Antoine Sommier eut un score honorable – 18 101 voix – qui préservait l’avenir. Quant à Louis-Étienne Jousserandot, il était à ce point perdu dans les profondeurs du classement que nous n’avons pas trouvé de résultats à son sujet.

53Nous n’entrerons pas dans l’interprétation de ce scrutin. Sommier laissa libre cours à sa stupeur :

  • 44 Antoine Escobar y Mendoza est ce jésuite attaqué par Pascal dans les Provinciales. Le jésuitisme si (...)

Une révolution radicale, démocratique, républicaine, se laisse escobarder par le jésuitisme44 et l’obscurantisme […], le bourgeois voltairien s’est mis au service du congréganiste […] un tour de gobelet vraiment incroyable dans les annales du charlatanisme.

54Le rôle de certains curés, des nombreux maires restés en place après février, les irrégularités électorales, les pressions de toutes sortes furent évoqués et invoqués, parfois à juste titre, semble-t-il.

55Dans le numéro 19 du 30 avril, Jousserandot rompt « un silence causé par une grande déception ». Il rappelle la force irrésistible des principes démocratiques :

  • 45 Le Républicain du Jura, n° 19, 30 avril 1848.

Le premier démocrate, le Christ n’a-t-il pas été attaché à un infâme gibet ? Après dix-huit siècles, c’est l’Évangile à la main que les peuples demandent un code de libertés […]. Que ce qui vient de se passer soit pour tous une utile leçon […]. Démocrates de tous les temps et Démocrates nouvellement, mais sincèrement convertis, que tous se donnent la main en prenant pour devise celle de l’ancienne République, l’Union fait la force45.

56Après cette déclaration quelque peu emphatique, mais bien dans la manière du temps, Jousserandot n’apporte plus d’articles au Républicain du Jura dont les rubriques ne sont plus signées, vraisemblablement par prudence.

57Dans le numéro 43 du 25 juin, paraît encore un article d’un « ami » du journal sur l’« Organisation de la justice », dû vraisemblablement à Jousserandot qui s’est souvent intéressé à cette question. Mais ce texte court est submergé par les nouvelles dramatiques du soulèvement ouvrier à Paris, par la douleur qui bouleverse les rédacteurs, par les rumeurs, les témoignages atroces, par la montée de la haine, des mensonges et les menaces de guerre civile. Le Républicain du Jura ne condamne pas les ouvriers qu’il plaint sans réserve, ne met pas en doute leur attachement au drapeau tricolore et à la République. Il essaie seulement de comprendre, de relever les responsabilités et réprouve l’ampleur de la répression. Nous retrouverons en 1871 une attitude semblable chez nombre de républicains confrontés à la Commune.

58Pour l’instant, Le Républicain du Jura est financièrement aux abois, d’autant plus qu’une loi réactivée de la monarchie de Juillet exige désormais un cautionnement. Comme beaucoup d’autres, le journal disparaît le 29 juillet 1848. Dans son dernier éditorial, Sommier constate la puissance du principe monarchique en France et prend acte, sans désespérer du combat qui continue :

  • 46 Ibid., 29 juillet 1848.

La République EST, c’est déjà quelque chose. L’esprit du peuple, à moitié plongé dans l’ombre, a voulu essayer une république bourgeoise. Cette expérience était peut-être nécessaire. Toutes les épreuves doivent être épuisées avant l’avènement de la démocratie46.

59La république démocratique était un projet politique qui pouvait être atteint légalement, par un effort patient et par l’éducation, dans le cadre d’une république organisée autour du suffrage universel, fût-elle conservatrice. Beaucoup de républicains, tel Louis-Étienne Jousserandot allaient blanchir sous le harnois.

III. Construire et défendre la République (juillet 1848-2 décembre 1851)

1. Louis-Étienne Jousserandot, principal rédacteur du journal modéré Le Patriote jurassien (jusqu’en avril 1849)

  • 47 Le Patriote jurassien, n° 11, 26 janvier 1849.
  • 48 Le Patriote jurassien, n° 14, 10 janvier 1849.
  • 49 Garrigues Jean, 1997, La République des hommes d’affaires (1870-1900), Paris, Aubier.

60Lors du vote du budget de 1849, Le Patriote jurassien est avant tout attentif, sous la plume de Jousserandot, au soulagement des charges qui pèsent sur les pauvres, en particulier sur le monde rural : « De nouveaux impôts, de nouveaux emprunts, c’est insulter à la misère publique ». Il préconise l’abolition définitive de la taxe sur le sel, des économies sur le train de l’État, la bureaucratie, les dépenses militaires, ce qui est en contradiction avec des appels pour une politique extérieure plus active et les menaces très sérieuses d’une guerre européenne. Il demande encore l’impôt progressif mais recule devant les difficultés de l’impôt sur le revenu qui « suppose un nouveau système financier et une meilleure distribution des richesses »47. Son point de vue est évolutionniste, opportuniste, diraient certains. Il fustige « les hauts barons de la finance qui continuent à Paris à remplir leurs coffres, ce qui ne les empêche pas de crier plus fort que jamais que la République a fait tout le mal »48. L’idée du complot n’est pas loin, mais Jousserandot se borne ici à un constat : les milieux financiers se défient de la République, ce qui freine la reprise économique, pourtant si nécessaire. C’est seulement sous la Troisième République que certains d’entre eux changeront d’attitude49.

  • 50 15 mai 1848 à Paris. Il y eut des manifestations, l’invasion de l’Assemblée, puis une répression et (...)

61Sur le plan politique Jousserandot admire vivement les interventions de Jules Grévy à l’Assemblée constituante, bien que les deux hommes n’aient, semble-t-il, jamais entretenu de relations personnelles. Évitant le ton polémique, il réprouve ceux qui trahissent le plus grand des devoirs politiques, celui de la loi de majorité, ceux qui s’insurgent, comme les coupables du 15 mai50, contre l’Assemblée nationale […]. L’Assemblée est l’arche sainte à laquelle on ne peut toucher. On sait la place que tint la représentation parlementaire dans la construction de la démocratie au xixe siècle. Louis-Étienne Jousserandot varia peu sur ce point.

  • 51 Le Patriote jurassien, n° 28, 7 mars 1849, éditorial intitulé « La République, c’est la société ».

62Il voit dans la démocratie organisée en république […] le but que devait – depuis 1789 – nécessairement atteindre la société française […] mais qu’elle se trouve en face de deux ennemis également dangereux : les préjugés que le passé lègue toujours au présent et les utopies, filles des révolutions qui dans leur ardeur insatiable veulent façonner l’esprit humain à leur guise […], qui considèrent la société comme un être inerte […], ne tenant aucun compte des résistances […]. L’utopie, bien qu’elle soit déjà en partie revenue de son erreur, jugeant les révolutions sociales comme les révolutions politiques, rêve une réalisation prochaine de ses plans, alors que la raison lui dit de demander au temps le succès lent et jamais précipité de ses réformes […]. L’utopie est une dangereuse ennemie pour la démocratie, parce que d’abord elle prétend lui donner une organisation incompatible avec nos mœurs actuelles, parce qu’ensuite ses théories mal comprises sont de nature à égarer les esprits incultes, parce qu’elle effraie les timides, tous ceux – et le nombre en est grand – qu’une révolution dérange dans leurs habitudes, parce qu’enfin elle est une arme terrible entre les mains du préjugé qui peut facilement l’exploiter51.

  • 52 Un article non signé du Patriote jurassien, postérieur au départ de Jousserandot de ce journal (n°  (...)

63La position de Jousserandot se veut donc centriste, entre le monarchisme (le préjugé) et l’utopie (le socialisme systématique)52. Par ailleurs, il condamne sans examen le communisme, vraisemblablement celui de Cabet, qui est « ridicule » et Proudhon qui est « odieux ».

  • 53 Le Patriote jurassien, n° 15, 4 février 1849.

64Au début de 1849, Jousserandot s’inquiète surtout des menées monarchiques : « Une restauration nous arrive à pleine voile ! ». Il dénonce particulièrement les réunions des chefs monarchistes de la rue de Poitiers sous la conduite de Thiers, dont il rappelle la politique d’emprunts massifs sous Louis-Philippe et l’hostilité à l’instruction primaire. Il emploie même à son propos les termes de « sauteur politique », de « complot », de « cynisme » et « d’improbité politique ». Il stigmatise la « guerre ridicule, entreprise à grand son de trompe contre une anarchie qui ne se produit nulle part »53. Et encore :

  • 54 Ibid., n° 18, 11 février 1849.

L’ennemi est là où l’on complote l’anarchie contre révolutionnaire. Ce n’est pas du camp des républicains, même les plus exaltés, qu’on lance des menaces de guerre, c’est du camp des royalistes. C’est là l’ennemi54.

65Lors d’un moment de tension en janvier 1849 entre le Gouvernement et l’Assemblée, il note :

  • 55 Ibid., n° 21, 18 février 1849

La tempête commence à se calmer. Après les épouvantables coups de mer de mai et surtout de juin, l’esprit public aspirant au repos faisait mentalement justice de l’anarchie démagogique […]. Les clubs devenus déserts, prêchaient dans le vide […] lorsque tout à coup l’ordre que l’on croyait enfin avoir conquis est troublé de nouveau […] mais de ce désordre, quelle est la source ? Cette fois, le désordre n’est pas parti d’en bas, mais d’en haut55.

66Parfois pointent quelques interrogations à propos du président, mais il rassure :

  • 56 Ibid., n° 23, 23 février 1849.

Même sous l’empire du suffrage universel, la France verra longtemps encore, tant que l’éducation n’aura pas éclairé les esprits, des minorités, non pas seulement en antagonisme avec la majorité mais peut-être conspirer sourdement contre elle. Seulement, on peut dès aujourd’hui constater un fait important : c’est la force que prend chaque jour la République56.

67Il résume plus loin :

Nous voulons la République proclamée par la Constitution, la république démocratique, parce qu’elle est à notre avis un cadre complet et en même temps suffisamment élastique pour tous les progrès

  • 57 Ibid., n° 33, 18 mars 1849.

Même sous l’empire du suffrage universel, la France verra longtemps encore, tant que l’éducation n’aura pas éclairé les esprits, des minorités, non pas seulement en antagonisme avec la majorité mais peut-être conspirer sourdement contre elle. Seulement, on peut dès aujourd’hui constater un fait important : c’est la force que prend chaque jour la République57

  • 58 Ibid., n° 13 et 14 des 31 janvier et 2 février 1849. En août 1849, le Dr Marmorat devint en outre d (...)

68À travers Le Patriote jurassien qui évite tout anticléricalisme, les républicains apparaissent comme des gestionnaires sérieux, honneur qui leur sera longtemps refusé. Ils se présentent comme des hommes d’ouverture et d’ordre, mais d’un ordre qui ne repose pas sur la peur et la « compression ». Ils sont les plus fermes soutiens de la Constitution. C’est à peine si le ton se fait parfois polémique avec La Sentinelle du Jura, lorsque par exemple le Dr Marmorat, principal rédacteur de ce journal, se permet des allusions aux temps anciens où Jousserandot était l’ami d’un ministre et de plusieurs préfets sous Louis-Philippe. Tout en reconnaissant que « le duel n’est plus dans les mœurs », Jousserandot envoya ses témoins à Marmorat, mais on en resta là58.

2. Le scrutin du 13 mai 1849

  • 59 Le Patriote jurassien, n° 31, 14 mars 1849.

69L’approche des élections à l’Assemblée législative ramena un ton plus vif. La Sentinelle qualifia le Patriote de « feuille rouge ». Dès la mi-mars, un « Comité pour la propagande démocratique » avait été formé à Lons-le-Saunier, avec le Dr Poux, président, les avocats Gorin et Genot, les négociants Billot et C. Dalloz, respectivement marchands de vin et de bois, mais le préfet le dissout comme société secrète59 et invite le maire à interdire la vente de journaux. La grande peur du parti de l’Ordre se déployait ; Jousserandot en commente les manifestations dans ses éditoriaux intitulés : « Ordre et Désordre ; La Propagande honnête et modérée ; Où allons-nous ? Sourds et aveugles ; L’Ordre et la Liberté ».

70Il dénonce « la monstrueuse alliance de partis divers et très peu modérés », rappelle que « jamais la lanterne du commissaire de police ne sera prise pour le phare sauveur de la société » et constate que l’Assemblée constituante transmet la question sociale à l’Assemblée législative sans l’ombre d’une solution.

  • 60 Le Patriote jurassien, n° 52, 2 mai 1849.

71Les républicains jurassiens préparèrent ces élections avec une cohésion remarquable, très supérieure à celle d’avril 1848. Lors d’assemblées cantonales puis devant le Comité électoral démocratique – nouvelle version du Comité de propagande – enfin devant les délégués réunis le 29 avril à Lons-le-Saunier, les candidats à la candidature signèrent une déclaration par laquelle ils « renonçaient à toute inscription sur une autre liste, à toute prétention s’ils n’avaient réuni la majorité des suffrages et s’engageaient à soutenir de toute leur influence la liste adoptée en réunion ». Les candidats choisis furent dans l’ordre, Grévy, Cordier, Tamisier, Derriey, Crestin, Richardet, Sommier. Les principales villes : Lons-le-Saunier, Dole, Saint-Claude, Salins y trouvaient leur champion, ainsi que les paysans, les vignerons et les différentes nuances républicaines. L’extrême gauche était représentée par Sommier et Richardet qui avaient à Salins leur point d’appui auprès de la municipalité et du journal La Démocratie jurassienne. Les professions de foi républicaines dans la presse furent nombreuses, claires, très soucieuses des intérêts paysans, ce qui était nouveau60.

  • 61 Ibid., n° 53, 4 mai 1849.
  • 62 Ibid., n° 56, 11 mai 1849.

72Cette liste fut refusée par Le Patriote jurassien qui présenta la sienne propre, où Sommier et Richardet étaient remplacés par deux candidats sans grande assise, Anselme Petetin, l’ancien commissaire, et l’avocat Matthieu61. Il semble que le journal ait proposé une place sur la liste à Louis-Étienne Jousserandot qui refusa, car avec Bergère de Poligny et le Dr Loiseau, ancien maire de Lons-le-Saunier, il avait été candidat devant le Comité démocratique et s’en tenait à la discipline républicaine. Il annonça donc qu’il renonçait à toute candidature62. Sommier lui fit néanmoins grief d’être à l’origine de la liste du Patriote jurassien qui l’éliminait. Jousserandot répondit sèchement :

  • 63 Ibid.

Avant de porter contre moi une accusation aussi grave […] vous auriez dû vous assurer qu’elle était fondée ; l’honneur que vous invoquez vous faisait un devoir de prendre des informations exactes sur mon caractère et ma conduite. Voici ma réponse : je suis depuis le 30 avril et je resterai jusqu’au 15 mai étranger à la rédaction du Patriote jurassien63.

  • 64 Le Patriote jurassien, n° 76, 27 juin 1849.

73En fait, la signature de Jousserandot disparaît définitivement du Patriote. Quelques semaines plus tard, il confirme dans un entrefilet qu’il est désormais complètement étranger à la rédaction du journal64.

74La discipline républicaine permit une magnifique victoire, sans ambiguïté et dans un calme imposant : les sept sièges revinrent à la liste du Comité démocratique, le dernier républicain dépassant de 16 000 voix le premier candidat du Comité central de l’Union républicaine présidé par Me Lorain. Ce scrutin mesurait une évolution politique profonde, en particulier dans les comportements électoraux. Des résultats semblables dans les départements ruraux du Centre et du Midi de la France amenèrent 200 républicains avancés à l’Assemblée. Cependant, sur le plan national, les monarchistes conservateurs restaient largement majoritaires, avec 500 représentants. Toutefois, nous ne devons pas considérer ce résultat avec notre conception actuelle de la démocratie parlementaire. Réplique plus profonde de 1848, il effraya les conservateurs réunis dans le parti de l’Ordre, immense rassemblement politique qui prit réellement forme à ce moment-là et réunissait des monarchistes de toutes tendances, la majorité des notables, le président de la République qui menait son jeu personnel, l’Église catholique dans son ensemble. L’armée, la gendarmerie, la police, la justice, l’administration en cours d’épuration, quelques maires exceptés, étaient à son service. Les élections de mai 1849 suscitèrent une véritable panique dans le parti de l’Ordre, d’autant plus que ces résultats avaient été obtenus parmi des paysans, des vignerons, des artisans. Elles révélaient une politisation des « masses » jugée « immorale », inadmissible et dangereuse. La perspective qu’un tel vote se produisît amplifié en mai 1852 – il devait y avoir alors le renouvellement des députés et du président de la République – déclencha une sorte de « guerre civile imaginée » conduite à travers la lutte par les symboles et la répression policière. Nous avons décrit ailleurs cette angoisse sécuritaire qui interdisait toute considération sociale et qui s’est finalement retournée contre la République.

  • 65 Vogne Marcel, op. cit., p. 193.
  • 66 L’appellation de « montagnards », qu’ils ne revendiquaient pas, est peut-être exagérée à leur endro (...)

75Il est probable que le très prudent Athalin Courbet, propriétaire du Patriote jurassien, ait vu sans déplaisir Louis-Étienne Jousserandot s’éloigner de son journal, mais cela ne lui épargna pas une très forte amende à propos d’une affiche et la disparition de sa feuille en août 185065. Quant à Jousserandot, il avait fait un choix lourd de conséquences. Il allait désormais mener la lutte pour la défense de la République avec les membres du Comité démocratique de Lons-le-Saunier et d’autres tels Bergère et Gagneur à Poligny. C’est ce groupe de républicains plutôt modérés, mais pas modérément républicains, selon la formule célèbre, qui dirigea la résistance au coup d’État du 2 décembre 1851 et en paiera aussi le prix le plus lourd66.

3. Louis-Étienne Jousserandot, animateur de la résistance des démocrates jurassiens (été 1849-2 décembre 1851)

  • 67 Annuaire du Jura, 1851 : Jousserandot est avocat stagiaire à Lons-le-Saunier.
  • 68 Cette société née en mars 1848 d’un comité des ouvriers réunissait principalement des travailleurs (...)
  • 69 ADJ, M 51.
  • 70 Vogne Marcel, op. cit., t. vi, dossier sur La Tribune, p. 38-72. Pour tout ce qui concerne la court (...)
  • 71 ADJ, M 51.
  • 72 En tournée à Poligny, Jousserandot est suivi pas à pas par la police (ADJ, M 57). Demande d’un pass (...)

76À partir de l’été 1849 jusqu’au coup d’État, Louis-Étienne Jousserandot est très actif sur tous les fronts d’une bataille politique très difficile. Les espoirs en une carrière politique se reportaient désormais sur les élections de mai 1852. C’est sans doute dans cette perspective qu’il s’inscrit comme avocat stagiaire au barreau de sa ville natale67. Il fait partie des notabilités locales, il est membre du Cercle bourgeois, de la Société d’émulation du Jura qui traverse alors une crise et de la Société des travailleurs68. Il est aussi Vénérable des francs-maçons de la ville qui sont tous « rouges », selon un rapport de police69. Il s’engage surtout très activement dans le camp républicain. En septembre 1849, il négocie avec les républicains du Vignoble, mais en l’absence des Dolois, le lancement de La Tribune du Jura qui n’est effectif qu’en avril 1850 à cause des embûches de toutes sortes dressées par les autorités. Un rédacteur gérant est trouvé en la personne de Henri Barbier, recommandé par Lamennais70. Jousserandot apparaît comme l’un des principaux responsables et bailleurs de fonds de ce journal harcelé par les procès et les difficultés financières. Lorsque, par exemple, l’avocat et marchand de bois Maubert, de Champagnole, offre 1 860 F pour payer le cautionnement, si la feuille soutenait Cavaignac, ce que la direction refuse, Louis-Étienne Jousserandot apporte la somme sans conditions71. En juillet 1850, il est l’avocat des républicains de Poligny inculpés à la suite de turbulences lors de la fête patronale. Il est constamment surveillé par la police ; c’est la bête noire du parti de l’Ordre72.

  • 73 ADJ, M 4055. Alphonse Jobez admoneste ses gardes trop peu vigilants, signale ces réunions au préfet (...)

77Entre mai et juillet 1851, les signes d’un coup d’État se précisent. Au même moment, les réunions secrètes des républicains se multiplient dans les bois, par exemple à Desnes près de Bletterans avec Bergère, Larfeuillet, bon cousin de Villevieux, et Jeannin, l’agent voyer, ainsi que dans les forêts du maître de forges Alphonse Jobez, près d’Arbois73. Jousserandot participe chez Gallois, ex-maire de Mathenay, à plusieurs réunions des chefs des bons cousins. Louis-Étienne Jousserandot et Wladimir Gagneur, tous deux « chefs » républicains, étaient depuis longtemps initiés et dignitaires de leur vente. Des ventes nouvelles avaient été créées dans les forêts de la Bresse pour répondre à l’afflux de candidats et à la nécessité du secret mais pour peu de temps encore, il est vrai, puisque les réunions furent interdites par décret préfectoral du 21 août 1851 sur les sociétés secrètes, et les ventes mises en sommeil, semble-t-il.

  • 74 ADJ, M 53, Interrogatoire de Bavilley, agriculteur à Mont-sous-Vaudrey. Au cours de l’une de ces ré (...)

78Néanmoins, lors de ces assemblées furent décidés un recensement des armes disponibles et une mise en alerte des Bressans qui devaient occuper Poligny au lendemain du coup d’État. Des inflexions politiques importantes furent aussi adoptées, principalement sous l’influence de Jousserandot. Après le 2 décembre, l’interrogatoire de Bavilley dit « le Curé manqué » nous apprend, par exemple, que les républicains avaient été appelés à la défense de la République démocratique et sociale mais [que] ce mot avait été rayé dans le nouveau serment, d’après l’ordre de Jousserandot, qui avait composé lui-même les statuts. Notre but était de nous préparer pacifiquement au grand mouvement de 1852. On rédigea ce nouveau serment où l’on supprima le mot socialafin d’avoir un plus grand nombre d’adhérents et d’être moins exclusifs. Il fallait se tenir prêt à marcher, car le mouvement était imminent74.

  • 75 Cf. le chapitre « Le coup d’État du 2 décembre 1851 dans le Jura » dans ce volume.
  • 76 ADJ, M 64, Lettre du procureur général Loiseau au préfet.

79Cette orientation politique provoqua quelques troubles parmi les républicains les plus avancés et les bons cousins, dissensions qui n’échappèrent pas au sous-préfet de Poligny75. Jousserandot n’appartenait pas au courant socialisant du mouvement républicain représenté dans le Jura par Sommier et Richardet, tous deux d’ailleurs de plus en plus isolés, à tel point que leur éviction de la liste républicaine en 1852 ne faisait plus de doute76. Les réunions du printemps et du début de l’été 1851 ont été décisives pour la mise en place d’un « parti » républicain dans le Jura, principalement dans le Vignoble. Un choix politique avait été fait, rejetant à la fois le régime d’ordre, la révolution, l’extrémisme, l’anarchisme et privilégiant la défense de la Constitution. Des forces s’assemblaient. Elles réunissaient des paysans, des vignerons, des artisans, souvent des bons cousins, et des notables intellectuels des bourgs et des villes. C’était là une conjonction sociale, culturelle et politique dont Louis-Étienne Jousserandot fut l’un des principaux artisans dans le Jura.

4. Louis-Étienne Jousserandot, principal responsable du journal La Tribune (avril 1850-2 décembre 1851)

80À propos de La Tribune, Marcel Vogne observe qu’elle était devenue, en 1851, « beaucoup plus modérée, presque incolore parfois : on sent une volonté délibérée de ne pas donner prise aux poursuites du parquet ».

81Cette remarque vaut en effet pour ses rédacteurs, l’avocat Gorin et plus encore pour Louis-Étienne Jousserandot. Était-ce seulement l’effet de la « compression » ? Le problème était certainement plus vaste : un formidable retournement politique et culturel, d’une importance capitale dans l’histoire européenne, s’était opéré en 1849. Partout dans cette Europe que Victor Hugo appelait à l’unité, les forces démocratiques sont en recul. En Prusse, dans le pays de Bade, dans l’empire des Habsbourg et les États de l’Église, les tribunaux fonctionnent, les pelotons d’exécution fusillent. En France, l’heure n’est plus aux réformes démocratiques et sociales, mais à la défense quasi désespérée des institutions républicaines.

  • 77 La Tribune de l’Est, n° 3, 6 août 1851.
  • 78 Ibid., n° 14, 13 septembre 1851.
  • 79 Ibid., n° 23, 15 octobre 1851.
  • 80 Ibid., n° 24 et 25, 18 et 22 octobre 1851.

82Le rédacteur Gorin évoque encore avec chaleur l’héritage chrétien, l’esprit d’association77, la République qui n’a sa raison d’être que par les réformes sociales, […] notre siècle est bien au positivisme pour la vie à bon marché, le débouché, l’aisance, le bien-être. Vive la République démocratique et… REFORMATRICE78 !Ou encore, « le socialisme est le but, la République le moyen de réalisation. La science sociale qui est la liberté, résultera de l’élimination progressive du principe monarchique qui est venu s’enter sur le travail »79. Plus loin, le même condamne « la royauté de l’or, les Rothschild, les juifs devenus rois de l’époque, le catholicisme oppresseur et dominateur, l’asservissement du travail au capital ». Il observe que des provinces entières comme l’Alsace, sont la proie des banquiers et se demande après Proudhon si « le travail ne pourrait pas commanditer le travail »80.

83Louis-Étienne Jousserandot est plus réservé sur ces questions qui ont suscité tant d’encre et de fureur jusqu’à nos jours. À l’occasion, il proclame :

  • 81 Ibid., n° 13, 10 septembre 1851.

Nous, socialistes qui voulons la République démocratique avec toutes ses conséquences sociales […], nous qui voulons le travailleur instruit, libre et heureux, arraché à la misère qui abrutit l’homme81.

84Il se contente en fait de quelques piques contre l’affairiste Grimaldi, « l’hercule de Salins, l’ami dit-on, le coryphée de Monsieur Bonaparte qui promet le chemin de fer, mais ferme l’école normale d’instituteurs ». Il condamne la loi électorale restrictive de mai 1850, l’extension de l’état de siège à de nouveaux départements, « en attendant la France entière », le refus du gouvernement d’accorder l’asile à Kossuth. C’est en effet surtout la politique étrangère qui retient l’intérêt de Jousserandot, ce qui était peu compromettant.

  • 82 ADJ, M 36, Lettre de L. Robert à La Tribune.

85Bien que La Tribune fût une feuille essentiellement politique qui s’occupait peu de la vie locale, il était paradoxalement difficile pour un lecteur non averti d’y percevoir les enjeux politiques du moment. On comprend les rudes critiques du Dolois Louis Robert à l’adresse des rédacteurs « Défaites-vous de cette érudition, de ces souvenirs classiques ! »82.

86Le lecteur trouvait dans chaque numéro, deux chroniques polémiques, découpées dans d’autres journaux, comme cela se faisait communément à l’époque, l’une intitulée « Chronique de l’Ordre » évoquait des cas de répression antidémocratique recueillis dans toute la France, parfois dans le Jura, et la matière ne manquait pas ! L’autre, la « Chronique du parti prêtre » était anticléricale et faisait son miel des affaires de mœurs impliquant des membres du clergé. Le genre n’était pas neuf, ni spécifiquement républicain, on le sait. L’histoire était souvent appelée en renfort dans cette chronique où étaient évoqués l’Inquisition, la Saint-Barthélemy, l’affaire Galilée, la révocation de l’édit de Nantes, les camisards, la Terreur, la Contre-Terreur, etc. On notera que les exemples des turpitudes ecclésiastiques étaient choisis loin de la Franche-Comté, le plus souvent en Italie, de préférence à Rome. Ils pouvaient d’ailleurs voisiner avec des récits qui exaltaient le patriotisme des curés lombards face aux atrocités commises par les troupes autrichiennes, tout en soulignant que les évêques étaient tous favorables aux Habsbourg.

87Les rédacteurs de La Tribune, Jousserandot en particulier, reprenaient-ils à leur compte cet anticléricalisme qui semble plaqué ici comme un signe de reconnaissance politique peu dangereux ? Nous ne l’avons pas constaté. Depuis les temps lointains du Patriote jurassien à ses débuts en 1837, les républicains jurassiens repoussaient l’athéisme et l’agnosticisme, proclamant leur foi dans un christianisme proche du peuple, de ses souffrances, de ses aspirations, qu’ils opposaient au catholicisme papal destructeur des libertés de l’Église et lié aux pouvoirs conservateurs.

  • 83 Un rapport de police (ADJ, M 57) indique, en 1851 : « Jousserandot est venu à Poligny, invité chez (...)

88Il est évident que ces protestations ne convainquaient pas tout le monde, que leur étude méritait d’infinies nuances suivant les personnalités, les périodes et les circonstances. Quant à Louis-Étienne Jousserandot, il fut toujours discret sur cette question et n’a jamais exploité la veine anticléricale. Il était certainement non pratiquant83, vaguement favorable au protestantisme, hostile aux jésuites, mais sans passion. Le voltairianisme bourgeois n’était plus de mise et l’athéisme militant fin de siècle encore moins.

  • 84 La Tribune de l’Est, n° 26, 27, 28, 29, du 25 octobre au 5 novembre 1851. Marcel Vogne en donne de (...)

89Un long article intitulé « Du gouvernement direct » publié quelques semaines avant le coup d’État attire enfin notre attention par son caractère quelque peu insolite dans les écrits de Jousserandot84.

90Après avoir rappelé les critiques bien connues de Rousseau à propos du système représentatif et les vues d’auteurs comme Rittinghausen, Victor Considerant, Ledru-Rollin, voire Proudhon sur ce sujet, Jousserandot pense que pour « constituer la Liberté, il faut détruire l’Autorité […], abolir le Gouvernement […], renoncer à la Centralisation ». Ce serait, selon lui, dans le cadre d’une autonomie complète de la commune, où même le conseil municipal aurait été aboli, que les citoyens pourraient faire valoir directement leur volonté. Les difficultés pratiques de la démocratie directe sont évidemment considérables. Jousserandot se défend de vouloir « tuer l’unité nationale […], diviser la France en 37 000 petites républiques complètement indépendantes […], d’en faire un État fédératif » et finalement ne donne pas de réponse.

  • 85 Cf. Rosanvallon Pierre, Le Modèle politique français…, op. cit., p. 155-179, 289, 306, 410. Dans ce (...)

91Nous nous sommes interrogés sur la signification de ce texte qui malgré quelque apparence ne traite pas de décentralisation, notion alors fort en vogue dans les milieux politiques les plus divers. En fait, Jousserandot envisage plutôt ici une dissolution de toute instance politique dans une autonomie totale de la société civile exerçant sur elle-même une démocratie immédiate et une administration simplifiée85.

IV. Exil. Quel exil ? (2 décembre 1851-septembre 1870)

  • 86 Vogne Marcel, op. cit., t. vi, p. 67.

92Selon Marcel Vogne86, Louis-Étienne Jousserandot était au siège de La Tribune au matin du 3 décembre 1851, lorsque la nouvelle du coup d’État de Louis-Napoléon Bonaparte fut connue à Lons-le-Saunier. Grâce peut-être à son parent Désiré Cordier qui était président du tribunal civil, il put quitter le pays sans problème et échapper à une arrestation certaine. Une longue période d’exil et d’insécurité commençait pour lui.

1. Incertitudes

  • 87 ADJ, M 48, Dossier Jousserandot, n° 44, presque vide et M 90 IV-31. ADJ, M 45 : Jousserandot avait (...)

93Résida-t-il en 1852 à Genève ou bien dès ce moment-là au Mottay, près de Thonon en Savoie qui était alors sarde ? Nous n’en savons rien. Jousserandot fut condamné par contumace à la déportation en Guyane, commuée en février à la déportation en Algérie. Pourtant, malgré cette lourde peine, il fut autorisé à revenir à Lons-le-Saunier dès novembre 1852, ce qu’il fit en février 185387 comme beaucoup d’autres exilés.

  • 88 ADJ, MP 5/1, Rapport de police du 2 mars 1853.
  • 89 Annuaire du Jura (1853 à 1857) et Mémoires de la Société d’émulation du Jura (1852-1854), table des (...)
  • 90 ADJ, MP 61, Fiche de police (août 1853) qui désigne Jousserandot comme l’un des hommes les plus dan (...)

94Mais le retour ne signifiait pas, en général, la fin des ennuis. Jousserandot reste très surveillé, comme l’indique le rapport de police du 2 mars 185388 : « Billot, Barbier, Bornet, Picard, Jousserandot recommencent à aller ostensiblement au Café Bouillaud connu dans le passé comme foyer de démagogie socialiste ». Il semble que Jousserandot ait repris son métier d’avocat à Lons-le-Saunier89, mais la surveillance continue90. C’est vraisemblablement l’attentat d’Orsini contre l’Empereur le 14 janvier 1858, suivi d’une loi de sûreté générale et d’arrestations arbitraires qui décida Louis-Étienne Jousserandot à prendre définitivement le large. À partir de 1858, il n’est plus signalé à Lons-le-Saunier, mais à Thonon, où il ne semble pas avoir exercé sa profession.

  • 91 Les radicaux genevois protestent contre ce rattachement. En septembre 1860, des patriotes du pays d (...)

95Le 15 août 1859, une amnistie générale est accordée par le Second Empire. En avril 1860, la Savoie vote par plébiscite et dans une certaine effervescence nationaliste son rattachement à la France91. On ne peut dès lors considérer que Jousserandot soit en exil, d’autant plus que le Second Empire connaît une détente sensible en politique intérieure.

  • 92 Bibliothèque universitaire de Genève, département des manuscrits, Correspondance de Jousserandot.
  • 93 Lettre ouverte (brochure imprimée) à Jules Philippe (1870). Louis-Étienne Jousserandot préconise l’ (...)
  • 94 Lettre au professeur Hornung (6 janvier 1865). Jousserandot évoque le procès des extrémistes radica (...)

96Louis-Étienne Jousserandot s’intègre dans la société des bords du Léman92. Il est membre de la Société des belles-lettres de Suisse romande et donne des conférences. Nous n’avons pas noté de contacts avec d’autres exilés et pourtant, il n’en manquait pas et des plus célèbres. Il est en relation amicale avec le républicain Jules Philippe, journaliste, écrivain régionaliste, refondateur de l’Académie florimontaine à Annecy93. Il ne fut certainement pas insensible aux luttes politiques vives qui opposèrent à Genève pendant deux décennies les radicaux conduits par James Fazy aux conservateurs, mais sans être impliqué, semble-t-il94. À bien des points de vue, Genève n’a-t-elle pas été une sorte de laboratoire d’idées et de solutions ? Dès 1847 en effet, la cité avait adopté une constitution démocratique et introduit la laïcité complète dans ses écoles dès 1872, tout en autorisant des écoles catholiques.

2. Louis-Étienne Jousserandot, professeur d’histoire à Lausanne, puis de droit à Genève

  • 95 Archives cantonales vaudoises, Lausanne, Bdd 52-3 bis, Procès-verbaux de l’Académie de Lausanne.

97Par l’entremise sans doute du professeur Hornung qui enseignait à l’Académie de Lausanne et fut plus tard professeur de droit et président de la cour de cassation de Genève, Louis-Étienne Jousserandot obtint de donner un cours d’histoire à l’Académie pendant l’hiver 1863-1864. La fonction de professeur extraordinaire pour six heures de cours par semaine était rétribuée 1 800 F par an95. Il semble que Jousserandot ait continué à résider à Thonon, car il existait déjà un service de bateaux à vapeur sur le lac.

  • 96 Jousserandot Louis-Étienne, 1866, La Civilisation moderne : cours professé à l'Académie de Lausanne(...)

98Ce cours lui permit de publier un ouvrage en treize leçons, La Civilisation moderne, réédité en 186796.

3. Analyse de La Civilisation moderne

  • 97 On observera que la civilisation « moderne » commence ici aux débuts du christianisme et à la fin d (...)

99Plutôt que d’un ouvrage d’histoire, il s’agit d’un panorama quelque peu philosophique de la civilisation européenne, du haut Moyen Âge aux Lumières97. L’ambition de l’auteur est de faire une histoire scientifique impartiale, éloignée de tout esprit de parti et de toute métaphysique. Sa méthode s’inspirait de celle de la physiologie :

  • 98 Jousserandot Louis-Étienne, La Civilisation moderne, op. cit. [édition de 1867]. Louis-Étienne Jous (...)

La société est devenue objet de science et par là même une science nouvelle, la science morale […], il y a une physiologie du corps social comme il y a une physiologie du corps humain […]. Du corps social on connaît déjà l’anatomie ; il faut désormais en étudier les fonctions98.

  • 99 Jousserandot Louis-Étienne, La Civilisation moderne, op. cit. [édition de 1867], quatrième leçon.

100L’horizon des sciences est donc le même que celui des sciences de la nature. D’emblée, Jousserandot voit dans la race une donnée essentielle qui « aurait la plus grande influence sur la destinée des peuples » et en distingue deux : la race aryenne dite « européenne », créatrice de la civilisation fondée sur l’individu, et la race sémitique, c’est-à-dire les Arabes et les Juifs, qui ignorerait la valeur sociale de l’individu, dont le génie portant à « l’unité, à l’immobilisme plutôt conservateur que créateur serait responsable du déclin de ces deux peuples ». Mahomet est balayé : « sa conception est jugée, ce ne fut qu’une œuvre médiocre »99.

  • 100 Taine Hippolyte, 1863, « Introduction », in id., L’Histoire de la littérature anglaise, Paris, Hach (...)
  • 101 Jousserandot Louis-Étienne, La Civilisation moderne, op. cit. [édition de 1867], quatrième leçon.

101Ces considérations peuvent surprendre aujourd’hui, mais de nombreux auteurs du xixe siècle en ont formulé de semblables. Pour s’en tenir aux Français, rappelons que Taine par exemple, voyait dans la race, le moment, le milieu, les conditions nécessaires au développement de l’esprit100. Renan pensait que jamais les Sémites n’avaient eu d’idées à eux. Le recours à la race ne forme pourtant pas la trame de l’argumentation de Jousserandot. On peut d’ailleurs relever plusieurs passages très favorables aux Arabes qui auraient transmis la science antique. Il leur reconnaît aussi « une finesse de perception extrême, la délicatesse de sentiment, un tact exquis, une imagination vive et riche qui les portaient à trouver un grand charme dans des voyages à travers la spéculation »101. De même, les Juifs trouvent en lui un avocat chaleureux :

  • 102 Ibid.

Objets (au xiiie siècle) de l’exécration stupide d’une population abrutie, ils n’étaient jamais certains aujourd’hui de n’être pas égorgés demain. Comment ces malheureux eussent-ils osé acquérir des terres ? Le plus grand élément de civilisation, le commerce fut sauvé par ceux-là même qui étaient le plus opprimés : les Juifs102 !

102Il note encore à propos des Juifs au xixe siècle :

  • 103 Ibid., cinquième leçon.

Dans quelques cantons suisses, ils sont encore rejetés de la société et lors des discussions sur le traité de commerce franco-suisse, la question relative aux Israélites est celle qui a soulevé les plus grandes difficultés. Et tout cela s’est passé en 1864103 !

103Il semble bien que pour Jousserandot, la race n’ait pas de base biologique, qu’elle se confonde avec la civilisation, fait de culture. Le racisme et l’antisémitisme, si répandus en Europe à la fin du xixe siècle, n’appartenaient pas à son monde mental. Héritier des Lumières, il ne songe pas à exclure. Il n’en reste pas moins que cette métaphore de la race est un des ingrédients inquiétants de la pensée européenne du xixe siècle.

  • 104 Il est possible que Jousserandot ait été influencé par la pensée de Charles Secrétan (1815-1895), l (...)

104En fait, l’argument de l’ouvrage est celui du libéralisme le plus classique. L’auteur se propose de suivre à travers l’histoire de « la grande famille européenne » l’émancipation progressive de l’individu, malgré les obstacles dressés devant lui. Après avoir distingué l’individualisme104 de l’égoïsme, il avance cette définition :

  • 105 Jousserandot Louis-Étienne, La Civilisation moderne, op. cit. [édition de 1867]

Ce qui donne naissance à un droit, c’est un intérêt […] qui oblige par cela même celui qui l’exerce à l’accomplissement d’un devoir, d’en respecter chez les autres l’exercice105.

105On notera cependant une prise de position sur la question sociale, la seule de l’ouvrage :

  • 106 Ibid.

La justice sociale est un des principes désormais hors de discussion, mais n’est pas encore passée du domaine des sentiments à celui des faits […], cette marche lente et pourtant incessamment progressive106.

  • 107 Ibid.

106Aux religions, il reconnaît « une influence considérable, mais uniquement comme faits historiques, en laissant de côté et en respectant toujours ce qui est du domaine de la conscience »107.

107En matière politique, la réserve est grande ; l’évolution depuis le Printemps des peuples est sensible :

  • 108 Ibid.

Certains semblent admettre que la civilisation aura dit son dernier mot quand le peuple souverain aura remplacé le prince souverain, sans paraître s’apercevoir que ce peut être toujours la tyrannie sous un autre nom et souvent une tyrannie plus redoutable108.

  • 109 Ibid., treizième leçon.

108La Révolution française fut une explosion nécessaire, mais on voulut faire le peuple souverain à la façon d’un Louis XIV, en organisant l’État aussi fortement que possible sans tenir compte de l’individualité humaine qui allait être absorbée par la masse sociale, des droits individuels […] condamnés à disparaître devant le salut commun. Cela effraya. La tyrannie populaire parut même plus à redouter que la tyrannie d’un prince, par cela seul que plus la responsabilité se divise, moins elle offre de garantie […], depuis la société européenne a été continuellement et profondément troublée109.

109Il serait excessif de voir là une réticence de Jousserandot à l’égard d’une évolution démocratique. Comme d’autres quarante-huitards, il avait fait l’expérience souvent décevante du suffrage universel depuis 1848. Rappelons aussi qu’après 1866, la situation politique devint insaisissable pour Napoléon III : des libéraux de l’ancien parti de l’Ordre, comme Thiers, se rapprochaient tactiquement des républicains, tandis que les républicains modérés, comme Émile Ollivier, s’apprêtaient à former un tiers parti bonapartiste. C’est à travers ces chassés-croisés, la défaite de 1870 et la Commune que les républicains ouvrirent la voie à la démocratie.

  • 110 Ibid.
  • 111 Ibid. Bon nombre des affirmations avancées ici se retrouvent dans la correspondance de Jousserandot (...)

110On remarquera que Jousserandot n’est pas un censeur sévère de la monarchie d’Ancien Régime ; à part Louis XIV, il n’y eut jamais, selon lui, de monarques absolus. La monarchie n’a pas fait la France ; elle s’est appuyée sur le tiers état contre le système féodal, mais les « rois se persuadèrent qu’ils étaient des demi-dieux et les peuples pensèrent qu’elle se plaçait hors la loi sociale […], crurent pouvoir s’[en] passer »110. Il conclut que la présence d’un roi n’est pas un obstacle politique. En 1866, il est vrai, la forme républicaine ne s’était encore imposée nulle part en Europe et « beaucoup de princes ont singulièrement modifié leur manière de voir et de faire, mais l’accord n’est pas encore scellé »111.

  • 112 Ibid.
  • 113 Ibid.

111Certaines de ses analyses se réduisent à des affirmations. D’autres, en revanche, qu’il faudrait confronter à la science historique du temps ne seraient pas rejetées par les historiens d’aujourd’hui. Citons celle sur la chevalerie « institution qui a quelque chose d’étrange, de vraiment imposant et ne tend à rien moins qu’à donner à des actes privés une importance sociale et à la femme une place nouvelle : Dieu et ma dame ! »112 ou encore sur le rôle de l’argent dans les croisades, et cet hymne au commerce « qui crée l’industrie, appelle la science à son aide, oblige au respect des engagements, moralise et égalise »113.

112Selon Jousserandot, la civilisation européenne est le théâtre d’une lutte gigantesque et permanente entre d’une part, les forces libératrices de l’individu, qui se sont exprimées à travers le « culte intérieur révélé par Jésus », la chevalerie et le commerce, déjà évoqués, les chartes urbaines, Luther et la Réforme, les philosophes ; et, d’autre part celles qui l’ont écrasé : l’absolutisme théocratique des papes, les monopoles, l’impérialisme de Charles Quint, le mercantilisme, le système colonial, les ambitions de Louis XIV, les privilèges. Parmi les « grands hommes » certains ont sa sympathie : Machiavel, Rabelais, Luther, Galilée, Colbert, Voltaire, Rousseau, Turgot, Adam Smith, Frédéric II de Prusse, ce qui n’est pas le cas de Charles Quint et de Philippe II d'Espagne, du « pâle et médiocre Sully », d’Henri IV « prince renégat et d’un cynisme navrant », de Louis XIV. Le plus célèbre des physiocrates, Quesnay, est « dans une profonde erreur » parce qu’il néglige le commerce.

  • 114 Ibid.

113Le thème de la race, décidément très utile, réapparaît à la fin de l’ouvrage, cette fois-ci dans une opposition entre la race germanique caractérisée par la « gravité, la sévérité des affaires, l’esprit de réalité, l’austérité » et la race latine marquée par « le luxe et le décor du catholicisme, la fantaisie »114, la France étant une heureuse transition. Le déplacement de la civilisation européenne au xvie siècle, d’Italie et d’Espagne vers le nord de l’Europe, s’expliquerait cependant par les monopoles, la Réforme et l’impérialisme des Habsbourg.

  • 115 Ce jugement est décalé par rapport à la réalité, au moins en ce qui concerne la France, puisque le (...)
  • 116 Jousserandot Louis-Étienne, La Civilisation moderne, op. cit. [édition de 1867].
  • 117 Dans une lettre à Hornung (bibliothèque universitaire de Genève, sans date), Jousserandot reconnaît (...)

114Les dernières pages sont consacrées à une condamnation de l’État qui découragerait en permanence l’initiative individuelle et détiendrait « une puissance exorbitante, alors qu’il ne devrait s’occuper que de police, entretient une multitude de salariés qui n’ont plus guère du citoyen que le nom, entrave le commerce de ses douanes, débris du Moyen Âge conservé jusqu’à nos jours par l’esprit mercantile, suscitant partout des guerres de tarif115 […]. Ses armées permanentes alourdissent les impôts, ruinent les peuples, entretiennent un état de suspicion perpétuel »116. L’État doit enfin se décentraliser et se séparer de l’Église117. On sait que l’axe principal du libéralisme a été le démantèlement d’une forme historique de l’État dans la société.

115La conclusion de La Civilisation moderne est traversée par une sombre et impressionnante prémonition : la formation des nationalités conduit tout droit l’Europe à la guerre. Non pas que l’auteur condamne les nations dont les aspirations lui paraissent légitimes. Il en a noté les prémices dès la fin du Moyen Âge ; elles se précisèrent dans le nord de l’Europe avec la Réforme. Il pense qu’au xixe siècle, « ce travail de formation n’est pas accompli » et distingue trois paradigmes comme l’on dit aujourd’hui :

  • 118 Jousserandot Louis-Étienne, La Civilisation moderne, op. cit. [édition de 1867].

L’isolement dans lequel se place volontairement l’Angleterre, source de difficultés presque insurmontables dans le présent, et l’origine des plus grands embarras dans l’avenir. En Autriche, la couronne ne fait que soumettre des peuples qui, malgré la conquête, restent ce qu’ils étaient et frémissent sous le poids de leurs chaînes […], c’est un château de cartes. Comme nationalité, la France est un type, une unité compacte […], le pays le plus protestant d’Europe, entre les deux principales branches de la famille européenne, un trait d’union avec son génie particulier, initiatrice du progrès […], un instrument dont il serait possible que la nature se servît pour achever son œuvre civilisatrice118.

  • 119 Ibid., treizième leçon.

116Seule la France serait en mesure de proposer un rassemblement pacifique de l’Europe, sans préciser par quelles voies. Mais il y a la course aux armements : « L’avenir me remplit d’effroi, m’épouvante. C’est donc la guerre. Que de douleurs ! Que de larmes ! Que de sacrifices ! »119. Moment trouble où se mêlent conscience nationale, nationalisme et libéralisme.

  • 120 Bibliothèque universitaire de Genève, Lettre à Hornung, 22 juillet 1866, Genève.

117On peut contester les jugements de Louis-Étienne Jousserandot, en particulier celui concernant l’empire des Habsbourg, bien caractéristique des républicains français jusqu’à Clémenceau, y compris. Dans sa correspondance, Jousserandot exprime une stupéfaction mêlée d’inquiétude devant la gigantesque figure de Bismarck : « je conçois que la dictature de M. de Bismarck ne soit pas applaudie par les esprits libéraux »120. Il se demande également si « le Sphinx des Tuileries » saura trouver la parade.

118Ces interrogations n’étaient pas propres à notre auteur ; elles s’étaient répandues dans toute l’Europe après la défaite totale de l’Autriche à Sadowa (3 juillet 1866). En 1867, un congrès international de la Paix se tint à Genève, rassemblant des proscrits, des républicains français de l’intérieur et de l’étranger. Nous ignorons si Jousserandot y participa, mais nous en trouvons des échos dans la préface à la deuxième édition – en 1867 – de son ouvrage :

  • 121 Jousserandot Louis-Étienne, La Civilisation moderne, op. cit. [édition de 1867].

La question des nationalités est la plus grave de celles que l’Europe moderne cherche à résoudre. Sa solution aura probablement pour les peuples les conséquences les plus cruelles121.

  • 122 Ibid. [édition de 1875].

119Dans sa préface à la troisième édition (1875), Louis-Étienne Jousserandot a répondu aux critiques qui avaient jugé trop importante la place qu’il avait donnée à la race et aux nationalités. Sur le premier point, l’auteur répète ses considérations sur l’infériorité des Arabes et des Juifs et les étend même aux pays tropicaux en général, tout en s’interrogeant sur le cas de l’Inde. Finalement, il constate que « depuis que les Juifs se sont mêlés à notre vie sociale […], nous les voyons produire les hommes les plus éminents dans toutes les branches des activités humaines ». Il admet cependant ailleurs que « rien n’est moins certain que l’infériorité de ces deux peuples » et affirme « l’unité de l’espèce humaine […], malgré les différences dans les couleurs de la peau et la structure des corps »122.

  • 123 Ibid.

120Sur le deuxième point en revanche, il estime que « les rapports entre les peuples européens ont complètement changé de nature […], qu’en 1866 et 1871, la Prusse a tranché comme on l’eût fait au Moyen Âge et a commis là un anachronisme dont la responsabilité pèsera lourdement sur les destinées de l’Allemagne. Aujourd’hui, grâce aux bienfaits de la civilisation, le Droit prime la Force. Méconnaître cette vérité, c’est courir aux abîmes »123.

121Jousserandot se situe bien sur le versant du droit, pas sur celui de l’inégalité biologique.

V. Le « vieux buveur de bock » reprend du service (septembre 1870-mai 1873)

1. La guerre de 1870-1871 : Louis-Étienne Jousserandot, préfet des Pyrénées-Orientales (septembre 1870-novembre 1871)

122Les craintes de Louis-Étienne Jousserandot en 1867 étaient fondées : le 19 juillet 1870 l’Empire déclare la guerre à la Prusse. Très vite, on le sait, l’armée française subit de lourdes défaites en Alsace. Mac-Mahon se replie, Strasbourg est bombardée, Bazaine s’enferme dans Metz. Le 2 septembre, Napoléon III qui s’est avancé en Champagne avec le reste de l’armée, capitule à Sedan. Au soir du 3 septembre, le désastre est connu à Paris et dans toute la France. La République est proclamée à Paris le 4 septembre, le régime impérial s’effondre.

  • 124 Depollier Louis, 1939, Régionalisme et Politique en Savoie : Jules Philippe (1827-1888), Chambéry, (...)

123Pour maîtriser une situation terriblement difficile, le gouvernement provisoire de la Défense nationale bat le rappel de toutes les capacités républicaines au milieu d’une improvisation extraordinaire mais avec l’énergie de tous. C’est vraisemblablement grâce à l’intervention de Jules Grévy, qui se souvenait de lui, que Louis-Étienne Jousserandot reçut une dépêche le nommant préfet de Haute-Savoie. Mais, arrivant le 9 septembre en gare d’Annecy où l’attendaient quelques amis, il apprend que Jules Philippe était déjà préfet de Haute-Savoie depuis deux jours, sur proposition de Sadi Carnot qui avait été ingénieur des Ponts et Chaussées dans ce département. Les deux hommes se connaissaient depuis longtemps ; sans plus tarder, Jousserandot annonça par affiche son désistement et Philippe, faisant confirmer sa nomination par le ministère, loua dans une proclamation « le citoyen Jousserandot qui a agi en véritable républicain »124.

  • 125 Pierre Lefranc (1815-1977), né à Montmirey-la-Ville, avocat, écrivain – sous le pseudonyme de Jacqu (...)

124Cette nomination, « par erreur », certainement désagréable, fut suivie d’une autre dépêche qui nommait Jousserandot préfet des Pyrénées-Orientales. Il semble, là encore, que l’intervention de Jules Grévy et aussi celle d’un autre Franc-Comtois, Pierre Lefranc, aient été déterminantes125.

  • 126 Ce développement sur Jousserandot dans les Pyrénées-Orientales doit beaucoup au mémoire de maîtrise (...)
  • 127 MacPhee Peter, 1995 [1977], Les Semailles de la République dans les Pyrénées-Orientales 1846-1852, (...)
  • 128 Pierre Lefranc : « Je parlais patrie, on parlait clocher », Chauvet Horace, 1909, Histoire du parti (...)

125Pierre Lefranc avait été nommé préfet des Pyrénées-Orientales et le républicain modéré Lazare Escarguel, maire de Perpignan. Les Catalans avaient acclamé la République « avec une émotion considérable et de nombreuses manifestations de joie »126, mais la politique du gouvernement provisoire, politique d’union sacrée entre les classes et les partis, n’était pas facile à faire admettre par l’ensemble des républicains catalans. Dans les Pyrénées-Orientales, la menace d’invasion était éloignée, le souvenir du coup d’État du 2 décembre 1851 et de la répression qui avait suivi, restait très fort127 ; les passions politiques étaient vives. Bien que départements ruraux, les Pyrénées-Orientales comme le Jura, avaient été, sous l’Empire, des foyers de républicanisme, mais de formes différentes. En pays catalan, le parti légitimiste était puissant, même en milieu populaire et le leadership des républicains modérés ne s’imposait pas d’emblée à tous les démocrates, comme on le verra par la suite. En tout cas, des règlements de compte n’étaient pas à écarter et c’est le refus massif des républicains catalans de faire une place aux conservateurs dans plusieurs instances locales qui provoqua la démission de Pierre Lefranc128. Ce dernier était d’ailleurs appelé à d’autres tâches auprès de Gambetta et d’Emmanuel Arago, fils de François, dans le gouvernement de Tours où il joua un rôle important.

  • 129 Apprenant la nomination de Louis-Étienne Jousserandot comme préfet, l’écrivain franc-comtois Xavier (...)

126C’est donc dans un département éloigné des combats, mais fort agité politiquement et qu’il fallait engager tout entier dans l’effort de défense nationale que Louis-Étienne Jousserandot prit ses fonctions le 14 septembre 1870129. Son premier télégramme au ministre de l’Intérieur était optimiste :

Suis arrivé hier soir. Bien heureux de l’accueil que je reçois. Nos mobiles sont partis. On organise une compagnie de francs-tireurs qui seront prêts dans peu de jours. La République a, à Perpignan, des racines profondes. Je suis plein de confiance.

127Dès le 16 septembre, se pose le problème du personnel sur lequel le préfet pourra s’appuyer :

À l’exception des fonctionnaires politiques, comme les magistrats du parquet, qu’il faudra changer et de la plupart des juges de paix auxquels je cherche des remplaçants, il y aura peu de changements à faire. J’ai besoin d’un procureur de la République dont je sois sûr. Je me montre très prudent au sujet des révocations qu’on me demande, mais je brise sans hésitation ni pitié les coquins qui ont exploité les populations ou abusé de leur autorité pour exercer des vengeances.

  • 130 L’Indépendant des Pyrénées-Orientales, 21 septembre et 19 septembre 1870. Cette dissolution préfigu (...)

128Sur ce point cependant, Jousserandot appuie clairement les républicains. Dès le 21 septembre, les anciennes municipalités encore en place sont intégralement remplacées par des commissions nommées. Un mois plus tard, ce sera le tour du conseil général130. Louis-Étienne Jousserandot s’est certainement souvenu de la politique du gouvernement provisoire de 1848 et de Jules Grévy dans le Jura qui avait ménagé les notables en place dans les assemblées locales, ce qui avait été une erreur du point de vue républicain. En 1870, la population des Pyrénées-Orientales n’admettait d’ailleurs plus ces organismes hérités du césarisme.

  • 131 Dans une étude consacrée au corps préfectoral pendant la guerre de 1870-1871, l’historien d’Oxford, (...)

129Fin septembre, le départ des troupes se fait dans une atmosphère de levée en masse patriotique sans la moindre expression d’un séparatisme catalan. Cependant, le 4 octobre, le préfet se heurte au général de Noüe commandant à Perpignan qui, invoquant « le mauvais esprit qui règne dans la ville », transfère le siège de la division à Carcassonne. La colère gronde à Perpignan, mais le préfet reste impuissant devant une décision unilatérale qui n’était pas sans signification politique. Mais au fond, Jousserandot aurait pu se féliciter de cette absence qui arrangea bien des choses sept mois plus tard131.

130En septembre et en octobre, l’animosité entre rouges et blancs et l’anticléricalisme des premiers créent des difficultés qui s’atténueront par la suite. L’affaire la plus grave fut celle de Pia, près de Perpignan. Le 6 octobre, à la suite d’une rumeur annonçant l’arrivée miraculeuse de Henri V à la tête de 10 000 hommes pour délivrer Paris, les légitimistes de ce village s’étaient réunis et avaient hissé le drapeau blanc. Le préfet Jousserandot envoya la Garde nationale qui fut accueillie à coups de fusil. La garde riposta, il y eut un mort.

  • 132 L’Indépendant des Pyrénées-Orientales, 19 novembre et 31 décembre 1870.

131Au cours du sombre hiver 1870-1871, traversé de folles rumeurs et de brefs espoirs, tendu dans un immense effort de guerre qui accroît la misère populaire, l’activité de Louis-Étienne Jousserandot est celle d’un préfet de Gambetta. « La République sauvera la France ! », telle est la formule. Il faut réunir des moyens pour la Défense nationale. Pour les blessés et les malades, un comité de dames dirigé par Mesdames Jousserandot et Escarguel, recueille de la literie. Pour l’artillerie, il faut du bronze : la fabrique d’une paroisse de Perpignan offre une cloche. Il faut aussi des chevaux pour les équipages et surtout de l’argent. En étroite concertation avec la commission départementale présidée par Escarguel, Jousserandot écarte le recours aux impôts supplémentaires et opte pour un emprunt départemental de 1 200 000 F à 6 % sur 18 ans, versés en quatre termes échelonnés jusqu’en mars 1871, qui furent couverts aux deux tiers dès le 31 décembre. Le préfet s’explique dans L’Indépendant : « c’est la misère probable des paysans pendant l’hiver qui m’a engagé à faire appel à votre patriotisme »132. Le souci de justice sociale, mais aussi le souvenir de l’impôt supplémentaire des 45 centimes qui avait pesé si lourd dans le choix électoral des paysans français en décembre 1848, n’étaient certainement pas étrangers à cette décision. Quant à l’appel à l’emprunt patriotique, il préfigurait le succès extraordinaire des emprunts Thiers en juin 1871 et juillet 1872.

132Mais en janvier 1871, l’espoir de rétablir la situation militaire s’évanouit. L’annonce du bombardement de Paris, le 5 janvier, arrache au préfet un cri de douleur :

  • 133 Journal des Pyrénées-Orientales, 17 janvier 1871.

Ce bombardement de Paris, ce n’est plus la guerre ! C’est la Barbarie qui, par la main de la Prusse se venge de la civilisation, dont la France a été depuis tant de siècles l’initiatrice.
Guillaume se dit Européen ; il en a menti ; c’est un Mongol qui ravage comme Timour !
Guillaume se dit protestant ; il en a menti ; il n’est pas plus chrétien que ne l’était le catholique Philippe II d’Espagne !
Il tue les femmes, les enfants, les malades !!!
Trêve à toute pensée politique ! N’imitons pas les Byzantins qui discutaient de Théologie pendant que Mahomet franchissait leurs remparts !
La Guerre ! la guerre à outrance ! la guerre d’extermination ! Que ceux qui le peuvent achèvent de couvrir l’emprunt ; que tous se préparent à la lutte : de l’argent pour trouver des fusils et des canons !
Des bras pour s’en servir !
VIVE LA FRANCE ! VIVE LA REPUBLIQUE ! VIVE LA CIVILISATION133 !

133Cette proclamation riche en rappels historiques – et en points d’exclamation – plaçait la guerre au rang d’un conflit de civilisation, ce qui devint banal plus tard, lors des deux guerres mondiales. On notera le refus gambettiste d’envisager un armistice, la crainte des déchirements politiques et, tout simplement, le désir de clore l’emprunt.

2. Le mouvement communaliste en pays catalan

134En novembre 1870, s’était constitué un Comité central républicain des Pyrénées-Orientales avec une commission exécutive, des comités d’arrondissement et des comités cantonaux. Le but affirmé était d’exercer « une action puissante et constante sur les autorités locales et sur les représentants du département et en les soutenant dans leurs efforts pour la Défense nationale et le maintien de la République, seul gouvernement légitime ». Ce comité des républicains « rouges » démoc-soc joua un rôle, par exemple lors d’une affaire de désertion de francs-tireurs. Il exerça aussi des pressions sur le préfet, en vain d’ailleurs, demandant par exemple l’épuration des fonctionnaires et du conseil de préfecture, mais L’Indépendant des Pyrénées-Orientales qui était l’exacte expression de la politique du préfet, mit en garde :

  • 134 L’Indépendant des Pyrénées-Orientales, 24 décembre 1870.

C’est aux comités républicains […] de ne point devenir un dissolvant dans la république, une fatale et seconde édition des clubs de quarante-huit […], de se croire à eux seuls le peuple tant qu’ils n’ont pas attiré en leur sein tout le peuple. C’est de faire de l’agitation sous prétexte de république, de causer des désordres sous prétexte de réaction. Que les leçons du passé ne soient point perdues134.

135Les élections à l’Assemblée nationale du 8 février 1871 avaient été perturbées à Perpignan, ce qui avait valu la prison à plusieurs républicains « rouges », dont deux anciens déportés de 1851. Sur le plan national, on sait que le scrutin fut un triomphe pour l’Union libérale patronnée par Thiers : 400 députés sur 600 étaient monarchistes, mais les Pyrénées-Orientales avaient retrouvé leur tradition, puisque tous les députés y étaient républicains : Emmanuel et Étienne Arago, Théodore Guiter et Pierre Lefranc.

  • 135 Quaretti Jérôme, op. cit., p. 39, n. 105. Nous retrouverons ultérieurement ces « turcos », troupes (...)

136L’union sacrée entre les partis, voire entre les notables républicains de L’Indépendant et les républicains « rouges » ne devait toutefois pas survivre à la fin des combats et aux élections. Aux haines entre blancs et rouges s’ajoutait chez ces derniers un désarroi profond. Le patriotisme douloureusement meurtri des rouges trouvait une sorte de compensation dans l’espoir d’une république démocratique et sociale, espoir bien précaire, si l’on considérait l’état des forces politiques sur le plan national. Dès le 13 février, la situation est si tendue que Louis-Étienne Jousserandot écrit au ministre de la Guerre : « contremandez le départ des artilleurs. Il n’y a ici que des recrues et nous sommes menacés de troubles graves »135.

  • 136 Quaretti Jérôme, s. d., « Perpignan la Rouge », article inédit, p. 30-31.

137Les événements du 18 mars 1871 à Paris eurent rapidement un écho à Perpignan. Le 24 mars, une femme attache le drapeau rouge à l’arbre de la Liberté sur la place Puig. Le même jour, la Commune est proclamée à Narbonne, toute proche. Le 26 mars, une réunion secrète dans les locaux de L’Indépendant de membres de la commission municipale et d’officiers de la Garde nationale, modérés et avancés, décide l’adhésion « au gouvernement parisien » et l’envoi d’adresses dans ce sens au préfet Jousserandot136.

138Le 27 mars fut une journée folle à Perpignan : les notables républicains réunis au siège de L’Indépendant refusent la Commune. La commission municipale, fort incomplète selon le préfet, agit de même, mais lance une adresse très critique à l’Assemblée nationale ; elle proclame que cette assemblée a terminé son mandat et demande que les représentants soutiennent le pouvoir exécutif, s’il assure la République, mais se retirent dans le cas contraire. À deux reprises dans la journée, des manifestants – et parmi eux de nombreux gardes nationaux – tentèrent vainement d’occuper la préfecture protégée par les turcos. Pour les insurgés, c’était donc un échec, d’autant plus que le préfet avait refusé de libérer les prisonniers du 8 février. Dès le 31 mars, la Commune échouait aussi à Narbonne.

139Le préfet adressa au ministre de l’Intérieur un rapport très édulcoré de cette journée. Il n’en retint que le soutien de la commission municipale au gouvernement, sans préciser les conditions qui étaient mises, sans évoquer surtout les manifestations et la tentative d’occupation de la préfecture :

  • 137 Archives nationales, F1b 164/7, dossier préfectoral de Louis-Étienne Jousserandot, Rapport et affic (...)

Ici les esprits sont toujours en ébullition, mais s’affaissent aussi rapidement qu’ils s’exaltent […], nous fûmes d’accord, les magistrats et moi pour laisser tomber cet épisode. Et le résultat nous a donné raison […]. J’attendais une occasion de donner à la commission municipale la leçon qu’elle méritait. Cette occasion m’a été offerte par les deux attaques des insurgés contre Versailles et j’en ai profité pour faire afficher dans tout le département une proclamation que je vous adresse. Du reste, tout ici est rentré dans le calme. L’instruction juridique poursuit son cours et les coupables recevront le juste châtiment de leurs méfaits137.

140Les termes de l’affiche étaient fort énergiques :

Citoyens !
Les événements qui s’accomplissent nous dictent notre devoir, en nous éclairant. Jusqu’ici, le comité central n’avait affiché d’autre prétention que celle de gouverner Paris ; mais depuis deux jours, en dirigeant les forces dont il dispose contre Versailles, il a prouvé, en s’attaquant à l’Assemblée nationale, qu’il entendait s’imposer à la France entière.
Aujourd’hui la France sait donc que c’est elle qui est menacée […].
C’est la guerre des scélérats contre les honnêtes gens.
Aujourd’hui la France sait quelle est sa sauvegarde ! C’est l’Assemblée nationale ! C’est le gouvernement qu’elle a constitué […]
En présence des dangers dont est menacée notre civilisation par les sauvages qui assassinent des médecins que les Prussiens auraient respectés, contester à l’Assemblée ses pouvoirs, c’est presque faire acte de complicité.
Serrons-nous donc autour de cette Assemblée nationale, notre unique refuge contre les misérables qui ont juré la ruine de la société française.
Et qu’ils sachent que, partout où ils auront l’audace d’arborer leur drapeau, l’Administration de la République soutenue par les honnêtes gens, en fera prompte justice.
Vive la France ! Vive la République ! Vive l’Assemblée nationale !
Le préfet des Pyrénées-Orientales.

141Nous reconnaissons ici le thème de la légitimité sans partage de l’Assemblée nationale élue au suffrage universel, qui était déjà celui des montagnards sous la Deuxième République. Un argument nouveau apparaît, c’est celui du combat pour la civilisation qui amalgamait porteurs de drapeau rouge et Prussiens. Ce vocabulaire ressemble étonnamment à celui qu’utilisaient les partisans de l’Ordre à l’encontre de Jousserandot et de ses amis, en décembre 1851.

  • 138 Le 14 mai 1871 un congrès de pacification auquel participèrent trois représentants de la municipali (...)

142Mais la comparaison s’arrête là : un seul garde national, le jeune cordonnier Bacave avait été arrêté et un autre poursuivi. Ni le préfet, ni le journal L’Indépendant ne rompirent avec l’extrême gauche démocrate-socialiste qui dominait la municipalité de Perpignan. À Versailles, en revanche, Thiers et la majorité monarchiste, refusant toute médiation138 préparaient la reconquête militaire de Paris. Comme d’autres « vieilles barbes » de 1848, comme d’autres gambettistes, Emmanuel Arago ou Pierre Lefranc par exemple, qui réprouvèrent vivement la Commune, le préfet Jousserandot chercha d’abord à éviter la guerre civile.

143Au reste, dans les Pyrénées-Orientales, les républicains étaient d’une certaine façon entre eux, puisque les autorités, comme la majorité de la population, étaient acquises à la République, ce qui supposait le problème politique en partie résolu, sur le plan local du moins.

  • 139 Quaretti Jérôme, op. cit., p. 48 et 58.

144Le préfet fut toutefois vigilant et montra sa présence jusque dans les villages, car dans les Pyrénées-Orientales, une partie du monde rural était tout aussi rouge que Perpignan. Dans l’un de ses rapports – du 7 avril 1871 – Jousserandot voit Perpignan comme « un volcan entouré au loin d’une multitude de cratères ». L’image n’avait rien d’original, mais on comprend pourquoi le préfet se soit rendu sur place avec les gendarmes, de la troupe et le juge d’instruction, dès qu’il eut appris qu’on avait hissé le drapeau rouge, voire le drapeau noir, dans plusieurs communes « rouges », à Palalda dans le Vallespir, à Corneilla-de-la-Rivière, par exemple. Dans son rapport, Jousserandot présenta les faits comme « une réponse des jeunes gens de ces villages aux marches légitimistes des villages voisins ». Encore une fois, le préfet protégeait les républicains139.

145À Perpignan, les élections municipales du 30 avril confirmèrent la forte influence des sociaux – démocrates favorables à la Commune. La plus grande partie de la commission municipale fut reconduite en effet dans ses fonctions. Le 9 mai suivant, la Garde nationale défila aux cris de « Vive Paris ! Vive la Commune ! ». Il semble qu’il y ait eu ce jour-là encore, chez certains gardes nationaux, la velléité de proclamer la Commune mais on chanta La Marseillaise et on n’alla pas plus loin.

  • 140 Archives départementales des Pyrénées-Orientales, 3M 282, Rapport du préfet du 13 juin 1871.

146Le préfet avait ainsi préservé les chances de la République. On le vit bien dès les élections législatives partielles du 3 juillet 1871 qui opposèrent le maréchal de Mac-Mahon au notable républicain Escarguel. Les républicains de toutes tendances firent bloc derrière le maire de Perpignan qui l’emporta largement sur l’illustre militaire auréolé pourtant de sa « victoire » récente sur la Commune. Le succès électoral des républicains aux élections municipales du 30 avril était donc largement confirmé. Escarguel fut copieusement traité de « communard » par les légitimistes, ce qui était absurde. Quant au tiers parti, à mi-chemin entre légitimistes et républicains démocrates-socialistes, dont le préfet souhaitait, semble-t-il, la naissance, il n’était pas au rendez-vous140.

  • 141 Quaretti Jérôme, op. cit., p. 80 à 90.
  • 142 Archives nationales, F1b 164/7.

147Mais le préfet est fatigué. En mars déjà, il constatait que le climat du Roussillon ne convenait pas à sa santé et demandait sa mutation au ministre, souhait réitéré en septembre par l’intermédiaire de Jules Grévy qui pense trouver pour Louis-Étienne Jousserandot un département « moins mouvementé ». Au cours de l’été 1871, les incidents sont encore nombreux entre rouges et blancs en pays catalan : à Palalda et à Pia encore, à Thuir, à Prades le 4 septembre, lors de l’anniversaire de la République, anniversaire pourtant décommandé par le préfet, sur ordre du Gouvernement141. Le préfet est accusé de laxisme par les légitimistes. Par le détour d’un article du Journal de Bruxelles, des dénonciations locales anonymes tombent dans son dossier au ministère, dossier bien mince par ailleurs142 :

  • 143 Archives nationales, dossier du préfet Jousserandot, Lettre (anonyme) de « tout le Parti conservate (...)

Des plaintes très vives sont venues de Perpignan, dont le préfet, d’origine gambettiste, serait accusé de malveillance systématique contre le clergé, les ordres religieux, tout ce qui appartient à l’Église. S’il en est ainsi dit, il y a peu de jours, un membre important du Gouvernement, M. Lambrecht, non seulement on ne tolérera pas une telle conduite de la part d’un préfet, on ne se contentera pas de le changer de résidence, on le châtiera, c’est-à-dire on le destituera. Tous les gens de bien applaudiront à cet acte d’énergie ». Les dénonciateurs voient en Pierre Lefranc un « dictateur », accusent le préfet, son secrétaire général et le procureur de « connivence et de lâcheté. Il n’y a qu’à révoquer ces trois autorités et les remplacer par des hommes énergiques et honnêtes »143.

148Ces attaques qui venaient des « énergumènes du parti légitimiste » selon l’expression du préfet, n’étaient pas nouvelles. La réaction monarchiste qui allait caractériser la période de « l’Ordre moral » après mai 1873 était en marche. L’existence de la République n’était toujours pas acquise définitivement, mais la force de l’opinion républicaine dans les Pyrénées-Orientales restait intacte. Bien mieux, des convergences se dessinaient, que le préfet observait avec satisfaction dès octobre 1871, à l’occasion d’une tournée électorale d’Emmanuel Arago :

  • 144 Quaretti Jérôme, op. cit., p. 90, note du préfet du 22 octobre 1871.

La visite de M. Arago doit être considérée comme l’évanouissement des projets démagogiques inconscients de la part de beaucoup de malheureux ignorants et comme le triomphe des idées mises en pratique par Monsieur Thiers144.

149On se souvient que Jousserandot avait été autrefois, sous la Deuxième République, fort éloigné de Thiers, dont il avait vivement critiqué la politique, mais fidèle à une attitude maintes fois affirmée, et comme beaucoup d’autres républicains, en particulier ceux de L’Indépendant, il savait apprécier les ralliements, même tardifs.

  • 145 Deux articles chaleureux de L’Indépendant (16 et 18 novembre 1871) évoquent le départ du préfet. Il (...)

150Louis-Étienne Jousserandot obtint une promotion en 2e classe et sa mutation dans le département de la Marne145. Le dossier précise : « Bon préfet, actif, très dévoué, très ferme, un peu cassant, nomination bien accueillie par la ville de Reims et la députation ». Il indique la fortune personnelle du préfet : 18 000 F de rente sur l’État et des valeurs immobilières.

151Le 9 novembre 1871, Louis-Étienne Jousserandot prit congé du conseil général des Pyrénées-Orientales qui lui adressa ses félicitations pour :

1. L’emploi des fonds départementaux pendant l’exercice 1870.
2. L’activité et l’intelligence mises dans l’organisation de la défense nationale.
3. Son administration à la fois sage et paternelle et cependant très ferme dans la période si difficile que nous avons traversée depuis le 4 septembre .

152Les derniers actes de Louis-Étienne Jousserandot furent une lettre chaleureuse aux instituteurs et… la dissolution de la Garde nationale.

3. Louis-Étienne Jousserandot, préfet de la Marne (novembre 1871-mai 1873)

  • 146 Clause Georges, 1989, Histoire du Diocèse de Châlons, Paris, Beauchêne. On sait qu’il y eut à cette (...)

153Nous savons peu de chose sur le séjour de Jousserandot dans le département de la Marne, son dossier de préfet étant muet sur ce point. Il apparaît, en outre, que les archives départementales de Châlons-sur-Marne détiennent peu de documents sur son passage. Il est certain que dans ce département occupé par les Allemands jusqu’en novembre 1872, où les légitimistes étaient très fortement implantés, la situation était très différente de celle des Pyrénées-Orientales. Les conservateurs reprochèrent au préfet d’avoir favorisé des prosélytes protestants146.

  • 147 Fondation Thiers, rue Saint-Georges, Paris.
  • 148 Le Pays comtois, 1934, n° 32, p. 191.
  • 149 Le Vieux Lons, 1910, p. 150 à 153.

154À la suite de circonstances qui nous sont restées inconnues, Louis-Étienne Jousserandot a entretenu avec Adophe Thiers, président de la République et chef de l’exécutif une correspondance que l’on peut suivre d’octobre 1872 à août 1877, c’est-à-dire peu avant la mort de l’homme d’État. Deux lettres de Jousserandot à Thiers sont à la Bibliothèque nationale. Nous n’en avons pas trouvé dans la correspondance de Thiers147. Quarante et une lettres de Thiers à Jousserandot, toutes autographes, sauf une, se trouvaient encore en 1934 à la bibliothèque municipale de Lons-le-Saunier, selon le conservateur à cette époque, Louis-Joseph Jousserandot148. Il semble qu’elles soient aujourd’hui égarées, mais en 1910, le bibliothécaire, M. Lombard, avait publié des fragments de huit d’entre elles149. Ces bribes d’une correspondance apportent peu d’éléments ; elles confirment que les négociations autour de l’institution d’un Sénat furent décisives dans la mise en place de la Troisième République. Thiers apparaît surtout très flatté par la popularité qui lui avait été témoignée lors de ses déplacements, particulièrement à Marseille, sa ville natale.

155On sait que Thiers fut un homme politique dont l’importance est centrale dans l’histoire française au xixe siècle, qu’il fut acclamé comme le libérateur du territoire par les républicains lors de la célèbre séance du 16 juin 1877 à l’Assemblée nationale et que son ralliement tardif à la République avait fait de lui un artisan du triomphe des républicains. C’est pour cette raison que les monarchistes l’avaient chassé du pouvoir le 24 mai 1873. Dans le département de la Marne, le préfet Jousserandot avait été aussitôt destitué et remplacé par le baron Jouvenel des Ursins.

VI. Retour à Genève et derniers écrits

  • 150 Bibliothèque universitaire de Genève, Correspondance.

156Louis-Étienne Jousserandot retrouva rapidement un poste de professeur de droit à l’Université de Genève, anciennement l’Académie. Il reçoit quelquefois à sa table des visiteurs de marque, comme Ernest Renan ou Jules Simon de passage dans la ville150. En juin 1883, il dédicace ses ouvrages à Mlle Dosne, belle-fille de Thiers :

  • 151 Cette expression presque obligée à l’adresse de Thiers était employée par les républicains, par exe (...)

À la mémoire de Monsieur Thiers j’acquitte une dette de reconnaissance en déposant ce livre sur la tombe du grand citoyen151 qui m’a honoré de son amitié.

  • 152 Déposés à la Fondation Thiers et à la Société d’émulation du Jura (aujourd’hui à la médiathèque de (...)
  • 153 Jousserandot Louis-Étienne, 1878, Du pouvoir judiciaire et de son organisation en France, Paris, A. (...)
  • 154 L’élection des juges fit l’objet d’un débat important au début de la Troisième République : cf. Bad (...)

157Louis-Étienne Jousserandot a alors publié plusieurs ouvrages152. En premier lieu : Du pouvoir judiciaire et de son organisation en France153. Jousserandot s’était à plusieurs reprises intéressé à cette question qu’il aborda aussi dans des articles parus dans Le Temps, le prestigieux journal dont l’un des rédacteurs était Edmond Schérer, d’une famille protestante bien connue, d’origine suisse. Il critique dans cet ouvrage la confusion qui règne en France entre pouvoir judiciaire et pouvoir exécutif. Même l’inamovibilité des juges n’est pour lui qu’un « mirage », car le recrutement et l’avancement de ces derniers sont entièrement entre les mains de l’exécutif. Il propose l’élection des juges de paix par les comices du peuple et celle des juges154 par des collèges électoraux formés d’élus locaux et nationaux.

  • 155 Jousserandot Louis-Étienne, 1883, L’Édit perpétuel, Paris, A. Marescq aîné, 2 tomes.
  • 156 Jousserandot Louis-Étienne, 1886, De la Démocratie républicaine, Paris, Chevalier-Marescq. Extrait (...)

158Notre auteur enseignait le droit romain, discipline alors reine dans les facultés de droit. En 1883, il publie : L’Édit perpétuel155, étude fort savante, nous a-t-il semblé. Enfin, en 1886, paraît De la Démocratie républicaine156, ouvrage qui nécessite une étude plus approfondie tant il résume la réflexion de Jousserandot sur la démocratie et la République, mais aussi le chemin parcouru depuis 1848, étude que nous proposons en annexe de cet article. Rappelant en conclusion la formule de Thiers : « La République sera conservatrice ou ne sera pas », Jousserandot opte pour une « république conservatrice et à même de réaliser tous les progrès ». À la fin de sa vie, Louis-Étienne Jousserandot était bien éloigné du socialisme romantique de 1848 mais voyait s’esquisser les problèmes nouveaux de la démocratie française, alors que le projet de 1789 était abouti mais la république sociale restait encore à devenir.

Figure 12. Photo de Louis-Étienne Jousserandot âgé. Source : Collection particulière © cliché Jean-Michel Bonjean, Société d'émulation du Jura.

Figure 12. Photo de Louis-Étienne Jousserandot âgé. Source : Collection particulière © cliché Jean-Michel Bonjean, Société d'émulation du Jura.

*

159Au moment même où triomphait la République, ce texte posait le problème du conservatisme républicain qui était évident et qui commençait d’ailleurs à être vivement dénoncé, surtout sur le plan social, alors que sévissait la Grande Dépression des années 1878-1895. Il est cependant nécessaire de saisir sa fonction protectrice de la démocratie républicaine. Ce conservatisme permit de neutraliser, de domestiquer les forces très puissantes qui refusaient la République, en premier lieu l’Église catholique qui dut faire patte douce à partir de la politique du Ralliement sous Léon XIII en 1891, puis l’armée qui était restée longtemps en dehors de la nation. On sait que le combat politique fut long et rude, qu’il y eut le boulangisme, l’affaire Dreyfus. Le bonapartisme, le monarchisme, le catholicisme politique ne se relevèrent jamais de la résistance que leur opposèrent alors les républicains.

  • 157 La Sentinelle du Jura, n° 143, 1er décembre 1878, p. 2 et article nécrologique du 30 avril 1887.
  • 158 Larousse Pierre, 1866-1877, Grand dictionnaire universel du xixe siècle, t. xvii, suppl. 2, Paris, (...)
  • 159 Berthelot Marcellin, 1886-1902, La Grande Encyclopédie, Paris, H. Lamirault.
  • 160 Guérin Paul, 1886, Dictionnaire des dictionnaires, Paris, Imprimeries réunies.
  • 161 Borgeaud Charles, 1934, Histoire de l’université de Genève, Genève, Georg and Co, annexes p. 58. Ce (...)

160Louis-Étienne Jousserandot mourut à Genève le 26 avril 1887, à l’âge de 74 ans, exerçant, semble-t-il, toujours sa fonction à l’Université. La Sentinelle du Jura qui avait évoqué avec déférence ses ouvrages lors de leur parution, salua la carrière de l’administrateur et du savant professeur157. Les temps avaient changé ! Le Grand dictionnaire Larousse158, La Grande Encyclopédie de Marcellin Berthelot159, le Dictionnaire des dictionnaires de Paul Guérin160, l’Histoire de l’université de Genève161 lui consacrèrent une notice, puis ce furent le silence et l’oubli.

161Louis-Étienne Jousserandot fut selon sa propre expression d’abord un « homme d’étude ». Le ton de ses articles dans la presse jurassienne sous la Deuxième République était déjà celui d’un professeur. Cela ne plaît pas toujours aux comités et aux électeurs. Par ailleurs, son style n’avait rien de remarquable, si on le compare à celui de journalistes républicains locaux comme François Guillermet ou Antoine Sommier qui était souvent vif et plein d’humour.

162Louis-Étienne Jousserandot n’était certainement pas l’une de ces « vieilles barbes de 1848 » au verbe creux, aux vues encore encombrées de mysticisme et d’illusions naïves, que les jeunes républicains raillèrent parfois après 1871, mais chaque génération ne forge-t-elle pas ses mythes ? Au printemps 1848 et plus encore en 1849, c’est-à-dire à un moment décisif pour sa réflexion et ses choix, Louis-Étienne Jousserandot est déjà éloigné de ce que l’on appelle le romantisme. Il est critique à l’égard des « ingénieurs sociaux », tels Saint-Simon et Fourier, comme envers les économistes libéraux, et hostile à Proudhon, pourtant mieux connu des républicains jurassiens. À plus forte raison était-il éloigné du jacobinisme et du clubisme politique de la Première République.

163Ce n’était pas non plus un homme de parti, bien qu’il ait contribué plus que tout autre, sur le terrain, à la formation d’une opinion démocratique stable. La peur sociale qui étreignait tant de ses contemporains et qui était l’expression la plus évidente de la lutte des classes, lui était étrangère, elle lui répugnait même, car il en décelait précisément les manipulateurs.

164C’était un démocrate convaincu, pour lequel il n’y avait pas de classes dangereuses, pas de fatalité de la guerre civile. Les ouvriers insurgés de juin 1848 et même les communards de 1871 étaient d’abord des « malheureux ignorants », les victimes d’une politique impitoyable qui ne laissait que l’insurrection pour issue. Seules des réformes patientes et généreuses dans les domaines économique, social, fiscal, scolaire, associatif, militaire ouvriraient des solutions à la lancinante et nécessaire « révolution sociale ». On ne rencontre pas chez lui ces appels à une « régénération de la société », si fréquents en son temps, mais une confiance raisonnée dans la dynamique d’un progrès souhaité et émancipateur. C’était un libéral, de cette nuance bien française que l’on a appelée vers 1900 radicale et radicale-socialiste.

165Sur le plan politique, les rébellions contre la représentation nationale fomentées par des minorités activistes de l’extrême gauche sous la Deuxième République, par le césarisme lors du coup d’État du 2 décembre 1851, et plus tard par les insurgés de la Commune furent toujours aux yeux de Jousserandot des fautes profondes. On ne se soulève pas contre une assemblée issue du suffrage universel. La représentation est le foyer unique vers lequel doit converger le débat politique, même si l’idéal d’un pouvoir démocratique décentralisé lui parut parfois légitime.

166Sous la Deuxième République, Jousserandot se refusait à aborder les problèmes politiques indépendamment d’une éthique sociale. S’il fut alors qualifié de socialiste et en revendiqua parfois l’étiquette, c’est seulement en ce sens. Le terme « socialiste » était d’ailleurs vague à cette époque, mais chargé de passion. Les partisans de l’Ordre s’en servaient pour stigmatiser toute proposition de réforme sociale. En face, les démocrates jurassiens s’en recommandaient souvent, mais sans pousser très loin leur définition et s’en tenaient à une nécessaire solidarité proche des enseignements fondamentaux du christianisme.

167Il nous a semblé qu’après 1851, la réflexion de Louis-Étienne Jousserandot ne s’enrichit plus, c’est le cas par exemple en matière économique et sociale où la place de la solidarité disparaît presque entièrement de son horizon. Il apparaît en 1866 comme un libéral classique, partisan de l’État minimal et quasi indifférent à la forme politique. Peut-être faudrait-il relier cette évolution aux transformations de la pensée européenne à cette époque.

168Plus concrètement, la « compression » fit passer dès 1849 la défense des institutions démocratiques au premier plan et justifia en 1851 la plongée dans la société secrète des bons cousins. Le coup d’État du 2 décembre réduisit ensuite Jousserandot au silence. Après 1863 seulement, ce dernier trouva une vie sociale sur les bords du Léman, mais qui s’est peu nourrie, semble-t-il, de la vie universitaire brillante qui s’épanouissait alors à Lausanne et à Genève.

169À partir de 1866 et du congrès de la Paix en 1867, Louis-Étienne Jousserandot est préoccupé par la question des nationalités, de la guerre et de la paix, par cette crise des États-nations dans laquelle l’Europe s’est fracassée en 1914. La Révolution et la nation ont bien été deux pôles de l’histoire européenne, de la prise de la Bastille à la chute du mur de Berlin ; elles contenaient les promesses sécularisées de liberté, égalité et fraternité pour l’individu, l’identité pour la communauté. Il semble, en revanche, que Jousserandot ait été peu sensible aux phénomènes de masse : production et échanges de masse, communication de masse, mouvement ouvrier, partis, encore peu développés de son temps, mais il eut l’occasion d’éprouver les effets de la guerre de masse.

  • 162 Cf. Grevy Jérôme, 1998, La République des opportunistes (1845-1885), Paris, Perrin. Cet auteur voit (...)

170En tant que préfet des Pyrénées-Orientales en 1870-1871, Jousserandot conduisit une action remarquable, d’une grande clairvoyance, fondatrice de la République162. Avec, en plus, peut-être, un sens dynamique de l’histoire, Louis-Étienne Jousserandot aurait certainement fait siennes les paroles de Solon, l’un des Sept Sages de la Grèce, à l’aurore de la démocratie athénienne :

Au peuple j’ai donné juste ce qui suffit de part d’honneur, sans rien retrancher ni ajouter à ses droits. Pour ceux qui avaient la force et en imposaient par leur richesse, pour eux aussi je me suis employé à ce qu’ils ne subissent rien d’indigne. Je suis resté debout, couvrant les deux partis d’un solide bouclier, et je n’ai laissé aucun prévaloir injustement sur l’autre.

VII. Annexe : un ouvrage de Louis-Étienne Jousserandot, De la Démocratie républicaine (1886)

171Louis-Étienne Jousserandot a publié De la Démocratie républicaine en 1886, un an avant sa mort. On peut s’arrêter sur ce livre car il est possible de considérer ce court ouvrage (83 pages) comme un bilan politique des seize premières années de la Troisième République.

172L’auteur n’est en rien triomphant et paraît même plutôt inquiet de l’avenir du régime. Il constate la victoire du suffrage universel, mais en analyse les difficultés avec une sévérité qui n’était pas déplacée, si l’on songe qu’on était à la veille de l’aventure boulangiste. On observe que la question religieuse est absente du tableau. La sécularisation de la vie politique était donc pour Jousserandot un fait acquis mais on sait qu’une grande partie de l’opinion publique ne l’admettait pas. Enfin, il avance quelques solutions aux problèmes politiques dont certaines peuvent paraître aujourd’hui conservatrices, parfois suggestives.

  • 163 Jousserandot Louis-Étienne, De la Démocratie républicaine, op. cit., p. 7.

173Selon lui, « la démocratie est encore à l’état sauvage »163 parce que le suffrage universel est dépendant des journaux, parce qu’il est entaché par les fraudes, le racolage des électeurs, la course au râtelier de l’État, le « rasteil » comme on disait à Perpignan, l’absentéisme enfin. Il rappelle que voter n’est pas seulement un droit, comme on l’avait cru en 1848, mais un devoir que l’on pourrait rendre obligatoire. Jousserandot envisage à cet effet une majorité civique qui serait distincte de la majorité civile, fixée à 30 ans, et même mieux à 40 ans !

  • 164 Jousserandot Louis-Étienne, De la Démocratie républicaine, op. cit., p. 20.

174Le système parlementaire, importation anglaise dans une France peu apte à le recevoir, serait à l’origine de bien des maux parce qu’il se mêle « à l’influence de deux traditions françaises, l’une monarchique, l’autre jacobine qui procèdent toutes deux du principe d’autorité ». Ce serait la conjonction de ces deux tendances autoritaires qui aurait permis l’adoption du septennat présidentiel. Jousserandot résume sur ce point : « sept ans, c’est bien long ! quatre ans, non rééligible, auraient été mieux ». Le résultat est « un chaos d’institutions bizarres » qui donne libre cours à l’audace des aventuriers, aux « meneurs électoraux », à la médiocrité, à l’instabilité. Vingt ministères se sont déjà succédé depuis 1870 ! L’instabilité interdit « les garanties essentielles à toute institution régulière […] à toute politique continue »164.

  • 165 Ibid., p. 43.
  • 166 Ibid.

175Une autre conséquence est la puissance de l’Administration. Si elle est en un sens « un rempart contre l’action délétère du parlementarisme, elle conduit à la routine des bureaux où tout se centralise »165. Néanmoins l’auteur rend hommage à la « probité qui est l’honneur de l’administration française »166, si on compare celle-ci à ses homologues américaine et suisse.

176Le bilan est donc sévère. Il justifie les interrogations de Jousserandot quant à la solidité de la République. On sait que nombre de ces traits, reconnus depuis longtemps par les historiens et les politologues, se sont perpétués en France jusqu’à nos jours

  • 167 Ibid., p. 49.

177Jousserandot voit une solution dans la décentralisation – thème récurrent – et distingue plusieurs aspects, économique, administratif, politique. La centralisation économique est, selon lui, à rejeter totalement parce que l’État prendrait en main la direction de la production et de la distribution des choses essentielles à la vie matérielle, c’est le communisme […]. Je sais qu’il y a en ce moment, non seulement en France, mais dans d’autres pays de l’Europe et en Amérique, un parti considérable qui veut donner à l’État des attributions économiques absolument condamnées par la science, dans le but apparent de venir en aide à la classe la plus nombreuse et la plus pauvre […]. Ces prétendues réformes ne concernent pas la grande masse de la population, les paysans qui n’en ont pas besoin, mais seulement les ouvriers de l’industrie, surtout dans les grandes villes, qu’on espère séduire par la perspective de bien vivre et d’assurer leur avenir sans beaucoup travailler ; telle par exemple l’assurance par l’État contre la maladie, la vieillesse et même le chômage167.

  • 168 Ibid., p. 50.

178Un nouvel adversaire est donc clairement identifié, le « socialisme, négation du droit, sous prétexte d’accomplissement du devoir, pierre d’attente du communisme, dans les conditions de notre vie sociale, une utopie »168. Une autre raison peu convaincante est avancée :

  • 169 Ibid., p. 49

M. de Bismarck se dit partisan de ces idées. Mais M. de Bismarck personnifie le principe d’autorité cherchant à accorder la féodalité au goût de la société moderne. M. de Bismarck socialiste !!! Il m’est difficile d’admettre qu’il ait en vue les intérêts de la classe la plus pauvre169.

  • 170 Ibid., p. 50.

179Jousserandot pense pourtant que l’État peut, doit venir en aide à ceux que la nature a traités en marâtre, et qui, malgré leurs efforts, risquent de succomber dans la lutte. Il peut, il doit multiplier les hôpitaux pour les malades, les institutions de bienfaisance pour secourir les infortunes imméritées, encourager la mutualité, faciliter l’association […]. Mais là s’arrêtent son rôle et son devoir170. Faut-il voir là le concept d’une solidarité républicaine ?

  • 171 Ibid., p. 51.

180La décentralisation républicaine lui apparaît en revanche tout à fait nécessaire. Cela peut se faire en accordant plus de compétences au conseil général du département, en particulier à la commission permanente dont les communes pourraient être également dotées, mais « Lyon n’est pas Mont-sous-Vaudrey, c’est une hérésie de demander pour la commune l’indépendance politique »171. La province serait peut-être préférable au département mais il y a prescription de celle-ci dans le système français.

  • 172 Ibid.
  • 173 Ibid., p. 59.

181Quant à la centralisation politique, elle doit être intégralement maintenue car elle est « l’essence de l’État et doit agir au moyen d’une forte hiérarchie »172. Une représentation spécifique des minorités « peut avoir la valeur d’une protestation contre l’exclusivisme de certains partis »173 mais ses effets seraient douteux.

  • 174 Ibid.

182En ce qui concerne les moyens de la représentation en démocratie, Jousserandot rejette sans surprise le référendum. En France, ce serait « le plébiscite qui mène au césarisme »174. Il étudie aussi le mode de scrutin qui est passé récemment à plusieurs reprises du scrutin de liste au scrutin d’arrondissement, pour évoquer finalement des systèmes avec quotient électoral, liste restreinte, liste cumulative.

  • 175 Ibid., p. 78.

183L’âge aidant, vraisemblablement, Jousserandot conclut son analyse par un hymne à l’adresse du Sénat, « personnification de l’unité nationale. Il en est l’âme, et, à ce titre, il doit en surveiller l’existence et la maintenir. C’est à côté de sa part de législatif, sa mission. Et c’est pour cela qu’il doit être permanent et perpétuel »175.

Notes

1 Pour plus de détails sur la famille de Louis-Étienne Jousserandot, on se reportera, dans ce même volume, à l’appendice i : « Le fonds Jousserandot. Des archives privées déposées aux archives départementales (xviiie siècle-première moitié du xixe siècle).

2 Jousserandot Louis-Étienne et Fillion Eugène, 1838, Lord Surrey, drame en cinq actes, Paris, Marchant.

3 Jousserandot Louis-Étienne, 1843, Le Diamant de la Vouivre, Paris, L. de Potter. Réédité par les Éditions Aéropage (Lons-le-Saunier) en 2001, édition établie et présentée par Jean-Luc Mordefroid.

4 Jousserandot Louis-Étienne, 1844, Le Capitaine Lacuzon, 2 vol., Paris, L. de Potter. Réédité en 1995 par ETAP (Arlay, Jura). Louis-Étienne Jousserandot y est mentionné (sous la monarchie de Juillet) comme « homme de lettres et admirateur des réunions de Mme Lacave-Laplagne, femme du ministre de ce nom et de Mme la préfète Thomas ».

5 Monnier Désiré, 1858, « Lacuzon », Annuaire du Jura ; Rougebief Eugène, 1851, Histoire de la Franche-Comté ancienne et moderne, Paris, Ch. Stèvenard.

6 Dontenville Henri, 1998 [1947], Mythologie française, Paris, Payot.

7 Travaux de la Société d’émulation du Jura, 1836, p. 126-145.

8 Ibid., p. 126.

9 Ibid., p. 143.

10 Ibid., p. 144.

11 Pour une biographie récente : Louis Gérard, 1998, La guerre de Dix Ans (1634-1644), Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté ; voir en particulier, les pages 91 à 99. Gresset Maurice, 1997, « De l’ordre espagnol à l’ordre français : Lacuzon, Gadagne et le château de Saint-Laurent après la première conquête française : février-mars 1668 », Travaux 1997 de la Société d’émulation du Jura, p. 159-174. On constate que la documentation sur Lacuzon est des plus minces.

12 Vernus Michel, 1999, Une vie paysanne en Franche-Comté, 1740-1759. Le livre de raison de Jean-Claude Mercier laboureur à Mamirolles, Nancray, Folklore comtois ; voir en particulier p. 157 « Quelques échos du monde ».

13 Thiesse Anne-Marie, 1999, La création des identités nationales. Europe xviiie-xxe siècles, Paris, Seuil.

14 Monnier Désiré, 1834, Du culte des esprits dans la Séquanie, Lons-le-Saunier, impr. de F. Gauthier.

15 Jousserandot Louis-Étienne, Le Diamant de la Vouivre, op. cit., p. 210.

16 Montépin Xavier (de), 1972 [1861], Le Médecin des Pauvres, Lons-le-Saunier, Éditions Marque-Maillard.

17 Revigny Pierre (pseudonyme de Pierre Babey), 1937 (mars), « De la Vouivre à Lacuzon, un procès littéraire entre deux Francs-Comtois », Le Pays comtois, n° 102, p. 97-100. Jousserandot avait Grévy pour avocat.

18 Montépin Xavier (de), Le Médecin des Pauvres, op. cit., p. 123-125.

19 Pataille J., 1863, Annales de la propriété industrielle, artistique et littéraire, t. ix, Paris, s. n., p. 31.

20 En 1840, lors de la fièvre des chemins de fer, dans des lettres signées « Un habitant de Vaux-sous-Bornay » (allusions de Jousserandot dans Le Républicain du Jura, n° 4, 26 mars 1848).

21 Vogne Marcel, La presse périodique en Franche-Comté des origines à 1870, op. cit., t. iv, n° 222.

22 Cette fois encore, la collaboration fut courte et cessa le 24 mars, Courbet reprenant son titre. Grâce à l’appui de Jules Grévy, commissaire du gouvernement dans le Jura, Sommier put continuer la parution du Républicain du Jura avec Gresset, ancien ouvrier de Courbet et la collaboration de Jousserandot ; Vogne Marcel, op. cit.

23 Le Républicain du Jura, n° 1, 14 mars 1848.

24 Ibid., n° 2, 17 mars 1848.

25 Illustré par une lithographie célèbre, Le Peuple veille sur la cité. On connaît les vers de Victor Hugo : « Hier, vous n’étiez qu’une foule / Vous êtes un peuple aujourd’hui » (Les chants du crépuscule). De la foule multiple surgit la violence ; de l’unité du Peuple, la paix.

26 Le Républicain du Jura, n° 3, 21 mars 1848.

27 Dans le sens jacobin du terme.

28 Sommier Antoine, 1846, Histoire de la Révolution dans le Jura, Paris, Dumoulin.

29 Selon Desaunais A., « La révolution de 1848 dans le Jura », art. cit.

30 Société d’émulation du Jura, 1994, Le Jura contre Paris. Le mouvement fédéraliste jurassien de 1793, actes de la table ronde du 3 avril 1993, Lons-le-Saunier, Société d’émulation du Jura.

31 Le Républicain du Jura, n° 3, 21 mars 1848.

32 Le point de vue de Jousserandot était conforme à la doctrine exprimée par la Revue républicaine dès 1835. Une politique de réformes sociales avait à cette époque un caractère jugé nécessairement utopique et subversif. Cf. Riot-Sarcey Michèle, 1998, Le réel de l’utopie, essai sur la politique au xixe siècle, Paris, Albin Michel, en particulier p. 94 sqq.

33 Le Républicain du Jura, n° 4, 26 mars 1848.

34 Le Républicain du Jura, n° 14, 19 avril 1848.

35 Ibid.

36 A. Desaunais avance le nombre de 85 candidats ; Desaunais A., « La révolution de 1848 dans le Jura », art. cit., p. 204 sqq.

37 Le Républicain du Jura, 4 avril 1848.

38 À propos de « bien-être », en relation avec la guerre (ou la paix) civile et la souveraineté, cf. Mairet Gérard, 1996, Le principe de souveraineté, histoires et fondements du pouvoir moderne, Paris, Gallimard.

39 Le Patriote jurassien, n° 32 et 33, novembre 1837, notice biographique de Wladimir Gagneur sur Fourier et n° 14, février 1838, réponse d’Antoine Sommier à un fouriériste anonyme.

40 À propos de ce terme, cf. Bourguinat Nicolas, 1998, « De la question frumentaire à l’idée d’une 'économie morale' sous la Seconde République », Cahiers d’histoire de Lyon, vol. 43, n° 2, p. 177-199.

41 Due au sculpteur Antoine Etex, elle fut érigée en 1857 sur la place de la Liberté, là où s’élevait avant 1830 la statue de Pichegru.

42 À cette époque, précisons-le.

43 Une fois élue, l’assemblée départementale ne devait plus s’occuper que d’administration, selon eux. À propos des comités électoraux, cf. Rosanvallon Pierre, La Démocratie inachevée, op. cit., p. 208 et 271.

44 Antoine Escobar y Mendoza est ce jésuite attaqué par Pascal dans les Provinciales. Le jésuitisme signifie hypocrisie, casuistique et iniquité.

45 Le Républicain du Jura, n° 19, 30 avril 1848.

46 Ibid., 29 juillet 1848.

47 Le Patriote jurassien, n° 11, 26 janvier 1849.

48 Le Patriote jurassien, n° 14, 10 janvier 1849.

49 Garrigues Jean, 1997, La République des hommes d’affaires (1870-1900), Paris, Aubier.

50 15 mai 1848 à Paris. Il y eut des manifestations, l’invasion de l’Assemblée, puis une répression et des actes de violence contre-révolutionnaire.

51 Le Patriote jurassien, n° 28, 7 mars 1849, éditorial intitulé « La République, c’est la société ».

52 Un article non signé du Patriote jurassien, postérieur au départ de Jousserandot de ce journal (n° 145 et 146, décembre 1849), distingue un « socialisme systématique dissolvant, animé par le charlatanisme révolutionnaire » d’un « socialisme non systématique, seul véritablement républicain et civilisateur, respectueux des bases de la société », c’est-à-dire de la propriété et de la famille.

53 Le Patriote jurassien, n° 15, 4 février 1849.

54 Ibid., n° 18, 11 février 1849.

55 Ibid., n° 21, 18 février 1849

56 Ibid., n° 23, 23 février 1849.

57 Ibid., n° 33, 18 mars 1849.

58 Ibid., n° 13 et 14 des 31 janvier et 2 février 1849. En août 1849, le Dr Marmorat devint en outre directeur de la prison de Lons-le-Saunier. Les républicains évoquaient parfois avec humour « la pitance de papa Marmorat ».

59 Le Patriote jurassien, n° 31, 14 mars 1849.

60 Le Patriote jurassien, n° 52, 2 mai 1849.

61 Ibid., n° 53, 4 mai 1849.

62 Ibid., n° 56, 11 mai 1849.

63 Ibid.

64 Le Patriote jurassien, n° 76, 27 juin 1849.

65 Vogne Marcel, op. cit., p. 193.

66 L’appellation de « montagnards », qu’ils ne revendiquaient pas, est peut-être exagérée à leur endroit. Elle fut très rarement employée dans le Jura, quelquefois à l’adresse de Sommier et de Richardet qui étaient représentants. Elle désignait, on le sait, un groupe de représentants à l’Assemblée législative.

67 Annuaire du Jura, 1851 : Jousserandot est avocat stagiaire à Lons-le-Saunier.

68 Cette société née en mars 1848 d’un comité des ouvriers réunissait principalement des travailleurs manuels. Son drapeau tricolore portait le niveau égalitaire et la devise « Liberté, Égalité, Fraternité ». Elle fut dissoute par le général de Castellane en janvier 1852 (ADJ, M 78).

69 ADJ, M 51.

70 Vogne Marcel, op. cit., t. vi, dossier sur La Tribune, p. 38-72. Pour tout ce qui concerne la courte histoire de ce journal, successivement La Tribune du Jura (avril 1850 à février 1851), puis après six mois d’interruption, La Tribune de l’Est (août 1851-2 décembre 1851), nous renvoyons à cet ouvrage. Nous considérons ces deux titres comme un même journal.

71 ADJ, M 51.

72 En tournée à Poligny, Jousserandot est suivi pas à pas par la police (ADJ, M 57). Demande d’un passeport pour Grenoble (ADJ, M 37), pour la Belgique (ADJ, M 69). Les policiers observent que Jousserandot a fait réparer une porte au pignon de sa maison à Lons-le-Saunier (ADJ, MP 5/1).

73 ADJ, M 4055. Alphonse Jobez admoneste ses gardes trop peu vigilants, signale ces réunions au préfet et donne une liste de dix « meneurs ». À propos d’Alphonse Jobez (1813-1893), ancien phalanstérien et député à la Constituante de 1848, cf. Roche Max et Vernus Michel, 1996, « Notice », in id., Dictionnaire biographique du département du Jura, Lons-le-Saunier, Arts et Littérature, p. 285.

74 ADJ, M 53, Interrogatoire de Bavilley, agriculteur à Mont-sous-Vaudrey. Au cours de l’une de ces réunions, Bavilley, qui n’était pas encore bon cousin, a entendu un mot de passe qui circulait dans l’assemblée à son endroit : « il fume ! il fume ! », ce qui signifiait qu’il ne fallait pas parler devant lui, car il n’était pas encore initié. On peut penser que les participants étaient tous bons cousins.

75 Cf. le chapitre « Le coup d’État du 2 décembre 1851 dans le Jura » dans ce volume.

76 ADJ, M 64, Lettre du procureur général Loiseau au préfet.

77 La Tribune de l’Est, n° 3, 6 août 1851.

78 Ibid., n° 14, 13 septembre 1851.

79 Ibid., n° 23, 15 octobre 1851.

80 Ibid., n° 24 et 25, 18 et 22 octobre 1851.

81 Ibid., n° 13, 10 septembre 1851.

82 ADJ, M 36, Lettre de L. Robert à La Tribune.

83 Un rapport de police (ADJ, M 57) indique, en 1851 : « Jousserandot est venu à Poligny, invité chez des amis comme parrain mais il n’est pas allé à l’église. Au cours du dîner avec Gagneur, Bergère, Dorrival on a chanté, puis on s’est disputé ».

84 La Tribune de l’Est, n° 26, 27, 28, 29, du 25 octobre au 5 novembre 1851. Marcel Vogne en donne de larges extraits et un long commentaire (Vogne Marcel, op. cit., t. vi, p. 61-62).

85 Cf. Rosanvallon Pierre, Le Modèle politique français…, op. cit., p. 155-179, 289, 306, 410. Dans ces pages, l’auteur aborde le thème du « gouvernement direct » qui eut une grande faveur à la fin de la Deuxième République.

86 Vogne Marcel, op. cit., t. vi, p. 67.

87 ADJ, M 48, Dossier Jousserandot, n° 44, presque vide et M 90 IV-31. ADJ, M 45 : Jousserandot avait figuré dès le 4 décembre 1851 en tête d’une liste de 19 personnes à arrêter à Lons-le-Saunier. Le nom de Jousserandot n’apparaît pas sur une liste de républicains français expulsés de Genève (Journal de Genève, janvier 1852). On y lit en revanche ceux de Sommier et Richardet.

88 ADJ, MP 5/1, Rapport de police du 2 mars 1853.

89 Annuaire du Jura (1853 à 1857) et Mémoires de la Société d’émulation du Jura (1852-1854), table des membres.

90 ADJ, MP 61, Fiche de police (août 1853) qui désigne Jousserandot comme l’un des hommes les plus dangereux du département du Jura ; Liste de 436 suspects dressée après l’attentat d’Orsini (février 1858).

91 Les radicaux genevois protestent contre ce rattachement. En septembre 1860, des patriotes du pays de Gex allument des feux de joie sur le Jura pour répondre à ceux qui sont allumés sur la rive savoisienne du Léman, puis tentent de gagner la Savoie en traversant Genève, drapeau tricolore en tête, ce qui provoque de sérieux incidents (ADJ, M 91).

92 Bibliothèque universitaire de Genève, département des manuscrits, Correspondance de Jousserandot.

93 Lettre ouverte (brochure imprimée) à Jules Philippe (1870). Louis-Étienne Jousserandot préconise l’ouverture d’une ligne de chemin de fer directe de Thonon à Annecy sans passer par Genève, ce qui fut fait (archives départementales de Haute-Savoie, Br 558).

94 Lettre au professeur Hornung (6 janvier 1865). Jousserandot évoque le procès des extrémistes radicaux genevois qui avaient provoqué une émeute sanglante en 1864. Il réprouve vivement les accusés et leurs défenseurs (bibliothèque universitaire de Genève, Correspondance de Jousserandot).

95 Archives cantonales vaudoises, Lausanne, Bdd 52-3 bis, Procès-verbaux de l’Académie de Lausanne.

96 Jousserandot Louis-Étienne, 1866, La Civilisation moderne : cours professé à l'Académie de Lausanne, Paris, Didier ; réédité en 1867, puis 1875.

97 On observera que la civilisation « moderne » commence ici aux débuts du christianisme et à la fin de l’Antiquité.

98 Jousserandot Louis-Étienne, La Civilisation moderne, op. cit. [édition de 1867]. Louis-Étienne Jousserandot indique ses lectures : Guizot, Mignet, Blanqui, de Vidaillan, Caussin de Perceval, Max Müller, Renan, Adolphe Pictet, Humboldt, A. Thierry, Tocqueville, Robertson, Hume, Heeren, Sismondi. Charles Darwin avait publié De l’origine des espèces en 1859 (Londres, John Murray) et Claude Bernard son Introduction à l’étude de la médecine expérimentale en 1865 (Paris, Baillère).

99 Jousserandot Louis-Étienne, La Civilisation moderne, op. cit. [édition de 1867], quatrième leçon.

100 Taine Hippolyte, 1863, « Introduction », in id., L’Histoire de la littérature anglaise, Paris, Hachette.

101 Jousserandot Louis-Étienne, La Civilisation moderne, op. cit. [édition de 1867], quatrième leçon.

102 Ibid.

103 Ibid., cinquième leçon.

104 Il est possible que Jousserandot ait été influencé par la pensée de Charles Secrétan (1815-1895), le philosophe du Réveil protestant qui fut son collègue à l’Académie de Lausanne. Formé par la philosophie allemande, Secrétan voyait dans le Christ « l’individu parfait ». Cf. Brehier Émile, 1994, Histoire de la philosophie, t. iii, Paris, PUF, p. 836-839.

105 Jousserandot Louis-Étienne, La Civilisation moderne, op. cit. [édition de 1867]

106 Ibid.

107 Ibid.

108 Ibid.

109 Ibid., treizième leçon.

110 Ibid.

111 Ibid. Bon nombre des affirmations avancées ici se retrouvent dans la correspondance de Jousserandot (bibliothèque de Genève, Lettres à Hordnung).

112 Ibid.

113 Ibid.

114 Ibid.

115 Ce jugement est décalé par rapport à la réalité, au moins en ce qui concerne la France, puisque le Second Empire avait signé en 1860 un important traité de libre-échange avec la Grande-Bretagne.

116 Jousserandot Louis-Étienne, La Civilisation moderne, op. cit. [édition de 1867].

117 Dans une lettre à Hornung (bibliothèque universitaire de Genève, sans date), Jousserandot reconnaît vers la même époque à propos de la séparation de l’Église et de l’État : « Instinctivement, j’en étais partisan, tout en faisant des réserves en ce qui concerne l’Instruction publique que je refusais d’abandonner au clergé ».

118 Jousserandot Louis-Étienne, La Civilisation moderne, op. cit. [édition de 1867].

119 Ibid., treizième leçon.

120 Bibliothèque universitaire de Genève, Lettre à Hornung, 22 juillet 1866, Genève.

121 Jousserandot Louis-Étienne, La Civilisation moderne, op. cit. [édition de 1867].

122 Ibid. [édition de 1875].

123 Ibid.

124 Depollier Louis, 1939, Régionalisme et Politique en Savoie : Jules Philippe (1827-1888), Chambéry, Librairie Dardel. L’auteur évoque la protestation des deux comités républicains d’Annecy en faveur de Philippe, enfant du pays, et avance, sans préciser, l’action d’une petite coterie.

125 Pierre Lefranc (1815-1977), né à Montmirey-la-Ville, avocat, écrivain – sous le pseudonyme de Jacques Bonhomme – journaliste républicain depuis 1846 à L’Indépendant des Pyrénées-Orientales, député des Pyrénées-Orientales en 1848, dans la mouvance de la famille Arago (Roche Max et Vernus Michel, op. cit.). Une rue du vieux Perpignan porte son nom.

126 Ce développement sur Jousserandot dans les Pyrénées-Orientales doit beaucoup au mémoire de maîtrise inédit de Quaretti Jérôme, 1997, Le mouvement communaliste et le Roussillon (1871-1880), Perpignan, Université de Perpignan ; ainsi qu’aux conversations que nous avons eues à ce sujet. Nous remercions M. Quaretti pour son aide précieuse.

127 MacPhee Peter, 1995 [1977], Les Semailles de la République dans les Pyrénées-Orientales 1846-1852, Perpignan, Éditions de l’Olivier. L’Indépendant des Pyrénées-Orientales du 7 décembre 1870 rappelle qu’il y eut dans les Pyrénées-Orientales 693 condamnés par la commission mixte, 57 déportés à Cayenne, 233 à Algérie + et 161 à Algérie –, sans préciser le nombre des contumaces.

128 Pierre Lefranc : « Je parlais patrie, on parlait clocher », Chauvet Horace, 1909, Histoire du parti républicain dans les Pyrénées-Orientales (1830-1877), Perpignan, Imprimerie de l’Indépendant, p. 216.

129 Apprenant la nomination de Louis-Étienne Jousserandot comme préfet, l’écrivain franc-comtois Xavier Marmier qui vouait à la République une haine viscérale, écrit dans son journal : « c’est une honte que l’on voie encore des préfets comme Jousserandot, ce vieux buveur de bock, marié avec la plus ignoble des catins », Briselance Marie-France, 1991, Voyage en Franche-Comté littéraire, Besançon, Cêtre, p. 205. On sait que la propagande monarchiste présenta souvent les républicains comme des piliers de brasserie.

130 L’Indépendant des Pyrénées-Orientales, 21 septembre et 19 septembre 1870. Cette dissolution préfigure le décret du gouvernement provisoire du 25 décembre 1870 dissolvant tous les conseils généraux.

131 Dans une étude consacrée au corps préfectoral pendant la guerre de 1870-1871, l’historien d’Oxford, Vincent Wright affirme que le général commandant le département, maltraité par la foule, put se sauver grâce à l’intervention courageuse du préfet. L’auteur confond vraisemblablement avec l’agression aux suites mortelles dont fut victime le 30 octobre le colonel Pays, commandant de la place. L’animosité entre les républicains « rouges » et une partie au moins des officiers est évidente ; elle se déchaînera au moment de la Commune. Louis-Étienne Jousserandot est un exemple de ces préfets improvisés qui furent cependant à la hauteur d’une tâche difficile. Voir : Wright Vincent, 1998, « Le système territorial en période de crise : le corps préfectoral républicain pendant la guerre de 1870-1871 », in Pertué Michel, L’administration territoriale de la France 1750-1940, actes du colloque d’Orléans, 30 septembre, 1er et 2 octobre 1993, Orléans, Presses universitaires d’Orléans. Pour les sources citées : Quaretti Jérôme, op. cit. (L’Indépendant des Pyrénées-Orientales, 19 novembre et 31 décembre 1870).

132 L’Indépendant des Pyrénées-Orientales, 19 novembre et 31 décembre 1870.

133 Journal des Pyrénées-Orientales, 17 janvier 1871.

134 L’Indépendant des Pyrénées-Orientales, 24 décembre 1870.

135 Quaretti Jérôme, op. cit., p. 39, n. 105. Nous retrouverons ultérieurement ces « turcos », troupes algériennes, très isolées de la population.

136 Quaretti Jérôme, s. d., « Perpignan la Rouge », article inédit, p. 30-31.

137 Archives nationales, F1b 164/7, dossier préfectoral de Louis-Étienne Jousserandot, Rapport et affiche.

138 Le 14 mai 1871 un congrès de pacification auquel participèrent trois représentants de la municipalité de Perpignan se tint à Lyon, tandis que du 17 au 18 mai, les envoyés de 50 journaux départementaux et d’Algérie, dont L’Indépendant, se réunirent à Moulins. Le préfet des Pyrénées-Orientales ne fit, semble-t-il, aucune opposition à ces contacts. Les délégués demandèrent la dissolution de l’Assemblée nationale et de la Commune, de nouvelles élections dans la France entière, la République comme seul gouvernement légitime, l’autonomie communale comme base du gouvernement républicain et rendaient responsable devant la nation souveraine celui des deux combattants qui refuserait ces résolutions. Ces propositions furent rejetées par Versailles à la veille de la Semaine sanglante.

139 Quaretti Jérôme, op. cit., p. 48 et 58.

140 Archives départementales des Pyrénées-Orientales, 3M 282, Rapport du préfet du 13 juin 1871.

141 Quaretti Jérôme, op. cit., p. 80 à 90.

142 Archives nationales, F1b 164/7.

143 Archives nationales, dossier du préfet Jousserandot, Lettre (anonyme) de « tout le Parti conservateur garant de cette lettre ».

144 Quaretti Jérôme, op. cit., p. 90, note du préfet du 22 octobre 1871.

145 Deux articles chaleureux de L’Indépendant (16 et 18 novembre 1871) évoquent le départ du préfet. Il semble que Jousserandot aurait de peu évité la révocation mais « que cela avait été arrêté quelque part ». La hargne d’une certaine presse parisienne, en particulier L’Univers de Louis Veuillot, aurait été provoquée par le refus du préfet de cautionner les abus anciens. Vingt-trois vicaires fictifs figurant sur l’état des propositions de paiement fourni par l’évêque de Perpignan avaient été rayés.

146 Clause Georges, 1989, Histoire du Diocèse de Châlons, Paris, Beauchêne. On sait qu’il y eut à cette époque des conversions de républicains au protestantisme et qu’elles alarmèrent vivement les milieux catholiques.

147 Fondation Thiers, rue Saint-Georges, Paris.

148 Le Pays comtois, 1934, n° 32, p. 191.

149 Le Vieux Lons, 1910, p. 150 à 153.

150 Bibliothèque universitaire de Genève, Correspondance.

151 Cette expression presque obligée à l’adresse de Thiers était employée par les républicains, par exemple par La République française, le journal de Gambetta.

152 Déposés à la Fondation Thiers et à la Société d’émulation du Jura (aujourd’hui à la médiathèque de Lons-le-Saunier), à la BnF et à la bibliothèque publique et universitaire de Genève.

153 Jousserandot Louis-Étienne, 1878, Du pouvoir judiciaire et de son organisation en France, Paris, A. Marescq aîné.

154 L’élection des juges fit l’objet d’un débat important au début de la Troisième République : cf. Badinter Robert, 1992, La prison républicaine, Paris, Fayard, p. 100 et 101.

155 Jousserandot Louis-Étienne, 1883, L’Édit perpétuel, Paris, A. Marescq aîné, 2 tomes.

156 Jousserandot Louis-Étienne, 1886, De la Démocratie républicaine, Paris, Chevalier-Marescq. Extrait de la Revue de la Réforme judiciaire, Bibliothèque nationale, 8LB 57 90 44 et Bibliothèque de Genève T 12688 et T 12688W.

157 La Sentinelle du Jura, n° 143, 1er décembre 1878, p. 2 et article nécrologique du 30 avril 1887.

158 Larousse Pierre, 1866-1877, Grand dictionnaire universel du xixe siècle, t. xvii, suppl. 2, Paris, Administration du grand dictionnaire, p. 1465.

159 Berthelot Marcellin, 1886-1902, La Grande Encyclopédie, Paris, H. Lamirault.

160 Guérin Paul, 1886, Dictionnaire des dictionnaires, Paris, Imprimeries réunies.

161 Borgeaud Charles, 1934, Histoire de l’université de Genève, Genève, Georg and Co, annexes p. 58. Cet ouvrage précise que la veuve de Louis-Étienne Jousserandot fit don à l’université de Genève de sa bibliothèque, environ 15 000 volumes.

162 Cf. Grevy Jérôme, 1998, La République des opportunistes (1845-1885), Paris, Perrin. Cet auteur voit dans les gambettistes les véritables fondateurs de la Troisième République.

163 Jousserandot Louis-Étienne, De la Démocratie républicaine, op. cit., p. 7.

164 Jousserandot Louis-Étienne, De la Démocratie républicaine, op. cit., p. 20.

165 Ibid., p. 43.

166 Ibid.

167 Ibid., p. 49.

168 Ibid., p. 50.

169 Ibid., p. 49

170 Ibid., p. 50.

171 Ibid., p. 51.

172 Ibid.

173 Ibid., p. 59.

174 Ibid.

175 Ibid., p. 78.

Table des illustrations

Titre Figure 12. Photo de Louis-Étienne Jousserandot âgé. Source : Collection particulière © cliché Jean-Michel Bonjean, Société d'émulation du Jura.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/5537/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search