Version classiqueVersion mobile

La formation d’une opinion démocratique

 | 
Pierre Merlin

Commémorations officielles sous la Deuxième République (1849-1852)

5

Le coup d’État du 2 décembre 1851 dans le Jura : la répression, les hommes, l’exil

Texte intégral

1Au lendemain du 2 décembre 1851, un concert de témoignages de satisfaction, venus du parti de l’Ordre, accueillit « l’acte libérateur » du Prince-Président. De nombreux maires de petites communes écrivent au préfet, ainsi celui de Neublans :

  • 1 ADJ, M 65.

Napoléon, c’est le refuge, la France sans Napoléon, c’est le crime, le pillage, l’assassinat érigé en gouvernement1.

  • 2 Broutet Félix, « L’insurrection de Poligny », art. cit.

2Des particuliers épanchèrent leur soulagement. Selon Noël Le Mire, maître de forges à Clairvaux, 1852 « eût été l’anéantissement de la famille, de la propriété. Cette guerre à outrance à la société, ces excès en tout genre que nous avons vu déshonorer une grande partie de la France et notamment notre département auraient en 1852 couverts le sol entier de débris et de ruines […], les yeux se sont dessillés et l’illusion n’est plus qu’un rêve. 1852, ce fantôme sombre et menaçant n’est plus ! Un souffle puissant l’a fait s’évanouir »2. Quant aux fonctionnaires locaux, ils reprirent les mots d’ordre d’une violence inouïe fulminés par le gouvernement de l’Élysée. Le 6 décembre, le ministre de la Guerre annonçait à la fois : « un calme complet à Paris […], tout individu pris les armes à la main construisant ou défendant une barricade sera fusillé ». Le même jour, une circulaire ministérielle adressée aux maires expliquait la situation : il y aurait eu en présence d’une part le président de la République, l’élu du suffrage universel de la nation, le neveu et l’héritier du plus grand homme du monde. D’autre part et en face, les ennemis de la religion, de la famille, de la propriété et de la société qui ne veulent que le pillage, l’incendie, le viol et le rétablissement des échafauds de 1793. L’Ordre a triomphé.

3On ne lésinait pas, on le voit, sur l’outrance, la peur, le sentiment religieux, les souvenirs historiques et le chauvinisme. Le 10 décembre, le général commandant la région militaire de Besançon évoque « les bandes qui apportent le pillage, le viol, l’incendie. Tout ce qui résiste doit être fusillé au nom de la société en légitime défense ». De son côté, le ministre de l’Intérieur Morny appelle les préfets à prendre « des mesures promptes et énergiques contre les meneurs révolutionnaires, ces misérables pour la plupart connus de tous ». Une formidable répression s’abattit sur les républicains au cours des semaines et des mois qui suivirent. Il en fut de même, on le sait, dans de nombreux départements du Centre et du Sud-Est puisque les statistiques officielles indiquèrent le nombre total de 26 884 individus arrêtés ou poursuivis dans la France entière à la suite du coup d’État.

4Par l’importance de la résistance – qui ne fut pas sanglante dans le Jura, il faut le rappeler – par l’ampleur de la répression, le 2 décembre 1851 a été certainement l’événement le plus considérable qui ait localement secoué la société jurassienne entre la Révolution française et la Résistance en 1944.

I. L’ampleur de la répression

1. Du 2 décembre 1851 à février 1852 : des prisons pleines

  • 3 ADJ, M 82, Observation du préfet.

5Une première remarque s’impose à propos de la répression dans le Jura : 19 insurgés seulement, dont 16 armés et donc passibles de l’exécution immédiate3 avaient été arrêtés lors de la rencontre du jeudi 4 décembre, à l’entrée de Lons-le-Saunier. On pourrait leur adjoindre 11 fugitifs de l’affaire de Poligny, dont Bergère, Dorrival et Clément qui avaient été arrêtés au poste frontière de Jougne et qui portaient des pistolets.

  • 4 En fait, il y eut va-et-vient entre la Suisse et le Jura, au cours de ces semaines dramatiques. La (...)

6Or, les archives départementales mettent à notre disposition 496 dossiers individuels auxquels il faut ajouter 20 dossiers vides de toutes pièces. Au total, ce sont au minimum 516 Jurassiens qui connurent la prison préventive entre décembre 1851 et mars 1852 et furent ensuite soumis pour la plupart à la surveillance judiciaire, à l’internement, à l’exil ou à la déportation en Algérie. Une petite minorité d’entre eux, une quarantaine environ, dont la moitié originaire de Poligny, parvint à s’échapper en Suisse, dans des conditions éprouvantes, car une nuée de soldats, de gendarmes, de policiers, de douaniers et de gardes forestiers surveillaient la frontière. En outre, une épaisse couche de neige recouvrait le Jura. Ces fugitifs furent évidemment condamnés par contumace4.

  • 5 Quelques listes nominatives de suspects et de prisonniers établies en janvier-février 1852 avec, en (...)

7Avant toute analyse, il est nécessaire de replacer cette répression dans sa continuité. Nous savons que des Jurassiens, l’écrivain Max Buchon et Louis Robert par exemple, avaient fait de la prison en 1849 pour raisons politiques, que d’autres y étaient allés pour délit de presse, comme Henri Barbier et Lupicin Paget. Avant même le 2 décembre, il y avait une centaine de Français réfugiés politiques à Genève. De nombreux maires avaient par ailleurs été destitués, des compagnies de la Garde nationale et des pompiers avaient été dissoutes. Une épuration générale de tous les emplois publics avait été menée à bien, avec une minutie sans défaut. En ce qui concerne les instituteurs, particulièrement visés, la loi Parieu les avait placés en 1850 sous l’autorité du préfet. Beaucoup avaient été destitués au moindre soupçon, aussi le processus d’épuration était-il presque achevé pour eux lorsqu’éclata le coup d’État. Si l’on ajoute les individus qui, sans avoir été arrêtés, furent destitués ou inquiétés et dont les noms apparaissent sur de nombreuses listes de suspects5, on peut estimer à un millier au moins le nombre de Jurassiens dont la vie fut bouleversée par la répression politique, à des degrés divers, évidemment. L’ampleur du phénomène fut donc considérable. Cependant, c’est la répression postérieure au 2 décembre qui retiendra désormais notre attention.

2. Le département sous l’état de siège, la commission militaire

  • 6 ADJ, M 80, Rapport de la gendarmerie d’Arbois du 26 janvier 1852 ; « la gendarmerie est sur pied nu (...)
  • 7 ADJ, M 68.

8Dès le lendemain du coup d’État, gendarmes, commissaires de police, juges d’instruction, procureurs de la République, juges de paix sont à l’œuvre et entièrement occupés par les perquisitions, les arrestations, les mandats de dépôt et les interrogatoires6. Le 13 décembre, le docteur Marmorat, directeur de la prison de Lons-le-Saunier, fait savoir que celle-ci est déjà « encombrée, que la discipline y est difficile et qu’il y a risques d’évasion »7. Il réclame d’urgence des couvertures et du mobilier aux militaires. Quant aux prisons d’Arbois et de Poligny, elles étaient tout à fait insuffisantes. Aussi le sous-préfet demande-t-il le transfert des prisonniers, ce qui faciliterait pour lui l’organisation des « élections », c’est-à-dire du plébiscite du 20 décembre. Autant que possible, les prisonniers furent donc dirigés vers les forts de Salins et la prison de Lons-le-Saunier.

  • 8 Commission militaire du Jura instituée par décret du 11 décembre 1851 (ADJ, M 49) : Doëns, chef de (...)
  • 9 Cet arrêté est refusé par le général commandant la 5e division militaire (ADJ, M 80).
  • 10 ADJ, M 43.

9L’état de siège qui était en vigueur à Paris depuis le 3 décembre fut étendu au Jura le 24 décembre. Il instituait une commission militaire de trois officiers chargés de la répression8. Un arrêté du préfet du 23 décembre précise que « les individus écroués à Lons-le-Saunier pour cause politique seront considérés comme détenus militaires et mis à la disposition de l’autorité locale »9, ce qui dessaisissait les autorités civiles et judiciaires, mais une circulaire ministérielle prévoyait que « l’instruction devait se faire par l’autorité judiciaire. Le procureur général doit s’entendre avec l’autorité militaire pour décider si l’affaire sera déférée aux conseils de guerre ou aux cours ordinaires »10.

  • 11 ADJ, M 83.

10Quoi qu’il en soit, la documentation ne livre que peu de traces de l’activité de la commission militaire qui distribua des peines énormes aux « chefs » comme aux simples « soldats » du parti démocrate : onze peines de 5 à 10 ans pour Cayenne, à Barbier et Gagneur par exemple ; cinquante et une de 5 à 10 ans pour Lambessa dans le Sud algérien, trois comparutions devant le conseil de guerre11. Ces condamnations visaient surtout à terroriser les esprits et à déconsidérer les inculpés, car la Guyane était la destination habituelle des bandits et des repris de justice.

  • 12 Rappelons qu’au même moment, les formes ordinaires de la répression ne connaissaient pas de relâche (...)
  • 13 ADJ, M 80.
  • 14 ADJ, M 60 : Par exemple, Camille Georgeot, de Villers-les-Bois ; ADJ, M 43, Charles Lamy, de Barret (...)
  • 15 ADJ, M 101.
  • 16 Selon sa fille, J.-P. Richard, « vieux débris de la Grande Armée », maintes fois blessé, fut transp (...)

11La conduite de la répression resta en fait toujours entre les mains des autorités civiles et judiciaires12. Le commissaire de police de Poligny rapporte le 13 janvier ; « les méchants sont atterrés et rien ne fait mine de bouger. La démagogie est terrifiée, journellement on fait des arrestations, ce qui épouvante le reste des démocrates »13. Des fugitifs, auxquels les gendarmes tendent des embuscades, se cachent dans les bois jusqu’à l’été14. Certaines arrestations sont mouvementées, par exemple, celle de Paillard soutenu par ses fils et une partie de la population du village de Montrond15. Des filières d’évasion improvisées facilitent le passage en Suisse de fugitifs d’un peu partout : le menuisier Thomas de Dole, prie par exemple, dans un billet, son ami Pointurier d’Arbois, bon cousin comme lui, de donner la « passade » à un « bon républicain » ; à Gillois, près de Champagnole, les frères Cart-Lamy, cultivateurs démagogues, ont « retiré » (caché) des fuyards de Poligny ; près de Dole, Jean-Pierre Richard, 70 ans, dit « le Père des Peuples »16 a hébergé des fugitifs dans sa maison d’Azans ; à Clairvaux, le sieur Mique a emmené dans son traîneau plusieurs républicains de Lons, en évitant les routes principales, mais tous sont arrêtés à Longchaumois. Ces passeurs furent durement sanctionnés.

  • 17 ADJ, M 60, Rapport du juge d’Arbois.

12Les solidarités discrètes et désintéressées ne manquèrent pas, ce qui montre que les républicains n’étaient pas aussi isolés qu’on pouvait le penser : une femme, Jeanne-Françoise Girardot, fait quatre jours de prison pour avoir aidé des individus à s’échapper ; à Mouchard, Baudier, propriétaire, « d’une famille fort honnête, bons antécédents sous tout rapport » a prévenu des républicains de l’arrivée des autorités, « acte fort grave, d’ailleurs fréquent et la preuve en est difficile »17. Fourneret dit « Xavier », d’Arbois, s’est caché chez les trappistes de Flavigny ; il aurait l’intention d’entrer en religion, « il est à désirer que ce retour au bien soit sincère », note le juge d’Arbois.

  • 18 ADJ, M 52 et MP 61, État des individus qui sont sous le coup de mandat pour cause politique à la da (...)
  • 19 ADJ, M 55.

13Il n’est pas étonnant que nous ayons rencontré dans les interrogatoires la trace de nombreuses pressions et menaces à témoin qui suscitèrent bien des haines et la « peur des parentés » : Guillot, de Villers-Farlay, aurait dit que « s’il était obligé de partir pour la Suisse, il tuerait le témoin Pernet et plusieurs autres avant de partir » ; Pillot, de Dole, a dit lors de son arrestation que « s’il connaissait le mâtin qui l’a vendu, il le poignarderait »18 ; Michel Girod, de Bréry, récuse un témoin parce qu’il avait demandé à ce dernier de lui rembourser une dette ; la fille Brody, d’Arbois, a menacé un témoin en lui mettant le poing sous le nez en disant : « demain je dirai quelque chose qui te fera couper le cou et mon frère sortira ! »19.

  • 20 ADJ, M 36.

14Si l’on compare avec d’autres épisodes sombres de notre histoire, les lettres de dénonciation anonymes sont cependant rares. Nous n’avons trouvé que deux billets, l’un qui donnait les noms de neuf républicains de Champagnole et un autre de Lons se terminant par la phrase : « Je ne me signal[e] pas, c’est un ami de l’Ordre qui vous parle »20.

15Plus grave pour le pouvoir, une sorte de résistance morale diffuse se développe dans la population au fil des semaines. Elle est certainement due aux excès de la propagande et de la chasse à l’homme, à une pitié naturelle, parfois à une prudence qui, aux yeux de l’autorité, n’exprimait que de la peur.

  • 21 ADJ, M 50.
  • 22 ADJ, M 43.

16On peut comprendre que la femme de Gaudot, dit « Quiqui », de Voiteur, aubergiste et exploitant de gypse à Baume-les-Messieurs, réponde aux enquêteurs : « il est bien, il a pris la clé des champs, il se rendra le jour du Jugement »21. Il est manifeste que, dans l’ensemble, les témoignages se figent. C’est ce que constate le procureur d’Arbois le 12 février : « Inutile de faire de nouvelles investigations à Aiglepierre car les témoins se renferment maintenant dans un mutisme complet »22.

3. La commission mixte fait le tri (février-mars 1852)

  • 23 Poligny : 793 oui, 401 non ; Arbois : 648 oui, 747 non ; Salins : 830 oui, 456 non.

17À la fin de janvier 1852, le pouvoir est assuré de sa solidité, d’autant plus que le plébiscite du 20 décembre lui a donné une énorme majorité dans le pays, moins forte cependant dans le Jura23. Ce fut l’intelligence politique du Prince-Président de reconnaître que la mécanique répressive pourrait s’emballer, qu’il y avait beaucoup d’incohérence dans l’action des différentes autorités et qu’il fallait imposer un point de vue politique supérieur.

  • 24 ADJ, M 67.

18Le 29 janvier 1852, une circulaire du ministre de l’Intérieur24 réitérée impérativement le 2 février – ce qui indique des résistances et la hâte du pouvoir – mettait de l’ordre dans le processus. Ce texte essentiel pour notre exposé mérite d’être presque entièrement cité. Il était placé sous l’égide des intentions du président et exigeait des préfets de « mettre un terme aux difficultés qu’ont fait naître les nombreuses arrestations opérées à la suite des derniers troubles et de voir la société délivrée des pernicieux éléments qui menacent de la dissoudre ». Il leur ordonnait de mettre sur le champ en liberté tous ceux des détenus qu’ils jugeaient avoir seulement été égarés et pouvoir être relaxés sans danger pour la sécurité publique […], sans autre examen et d’en rendre compte dans le plus bref délai ». Cette même circulaire organisait, en vue de « concilier à la fois les intérêts de la Justice, de la Sûreté générale et de l’Humanité […] une sorte de tribunal mixte composé de fonctionnaires de divers ordres, assez rapprochés des lieux où les faits [s’étaient] passés […], assez haut placés dans la hiérarchie. Afin de laisser à ces commissions départementales une entière liberté d’appréciation, toutes les autorités judiciaires, administratives ou militaires qui ont pu jusqu’ici être chargées d’informer sur les derniers événements […] sont dessaisies et doivent cesser leur opération.Toutes les pièces et tous les documents devaient être « immédiatement envoyés à la préfecture […] et mis à la disposition de la commission ».

  • 25 ADJ, M 67, Commission mixte réunie à l’hôtel de la préfecture : vicomte de Chambrun, préfet ; lieut (...)

19La commission mixte instituée le 2 février 1852 était composée du préfet, qui reprenait ainsi entièrement l’affaire en main – s’il l’avait jamais perdue – du commandant militaire du département et du procureur général25. Elle prévoyait bien que ses décisions n’auraient « aucun caractère définitif » et seraient de « simples avis au gouvernement », il n’en resta pas moins que la voie judiciaire normale fût écartée et que le préfet de Chambrun trancha souverainement par ses « décisions » griffonnées au crayon, que nous reconnaissons partout en marge des dossiers.

20La circulaire traçait ensuite la méthode de travail et l’échelle des peines. Les décisions étaient prises sur dossiers, en l’absence des intéressés, sans témoins, sans avocat et sans appel. Tout au plus un supplément d’information pouvait-il être ordonné.

21Six degrés de culpabilité furent retenus, correspondant à six niveaux de peine, à savoir dans l’ordre décroissant :

  1. A pris une part très active à l’insurrection. Chef très dangereux : Afrique + ;
  2. A pris part à l’insurrection et comme chef dangereux : Afrique – ;
  3. Très compromis dans l’insurrection : expulsé ;
  4. Assez compromis : éloigné momentanément ;
  5. Dangereux : internement ;
  6. Compromis mais point un chef : surveillance.

22On le voit, les limites des chefs d’accusation et des peines étaient très floues et susceptibles d’interprétations arbitraires. Rappelons qu’Afrique + signifiait en principe la détention en Algérie dans une colonie pénitentiaire ; qu’Afrique – assignait l’inculpé à résidence dans un village de colonisation. Quant à la différence entre la surveillance et l’internement, elle resta toujours très vague, nous le verrons. Le renvoi en conseil de guerre et la déportation à Guyane ne furent pas retenus dans le Jura car il n’y avait pas eu de meurtre et aucun inculpé n’était en rupture de ban. Les décisions de la commission militaire furent donc presque toutes commuées.

  • 26 ADJ, M 43, Complot d’Arbois ; M 47, Insurrection de Salins ; M 45, Insurrection de Poligny ; M 420, (...)
  • 27 Les inculpés qui bénéficièrent de pétitions nombreuses et influentes s’en tirèrent évidemment mieux (...)

23Le dépouillement des 516 dossiers d’inculpés est quelque peu décevant parce qu’ils ne contiennent souvent qu’une fiche de récolement de pièces déjà rencontrées dans des liasses antérieures26, des mandats d’amener, des procès-verbaux, voire des demandes de grâce, des pétitions de soutien et des lettres de soumission27. Les interrogatoires complémentaires ont été faits tardivement et sont sans surprise. Sauf exception, une glaciation est passée sur ces dossiers.

24Les enquêteurs s’intéressaient particulièrement à deux points :

  • l’assistance à des réunions des bons cousins, considérés comme un délit de droit commun. La plupart des inculpés nient, au moins pour la période ultérieure à l’interdiction de ces sociétés (arrêté préfectoral du 21 août) ;
  • la participation à l’insurrection. Quelques inculpés répondent qu’ils ont voulu défendre la Constitution et soutenir les autorités fidèles à la loi28. Le juge qui s’en tient à la « défense de la société » ne pipe mot lorsque ce point gênant est abordé. La plupart des insurgés de Poligny, venus de la campagne, avancent qu’ils avaient cru à un incendie, qu’on les a forcés à prendre une arme. À Lons, la diffusion de l’affiche du Journal La Tribune fut retenue comme un acte grave.
  • 29 ADJ, M 70 bis, Six séances : 5, 7, 11, 12, 13, 17 février 1852.

25Les opérations de la commission furent menées rondement. Le 11 février, le préfet demande au sous-préfet de Dole d’envoyer « d’urgence et sommairement les charges qui pèsent sur chacun des prévenus, individuellement, avec [sa] propre opinion ». Tenant compte des « antécédents politiques et privés et de la position de la famille », la commission fit le tri lors de six séances entre le 5 et le 27 février 185229.

  • 30 ADJ, M 83 et M 101.
  • 31 Nous avons retenu la liste, close le 22 mars 1852, de la première décision de la commission mixte ( (...)

26Conformément aux instructions, des prisonniers sont libérés « sur ordre du préfet » et par petits groupes : 57 dans la région de Poligny et Voiteur le 8 février, 41 de Dole le 18 février, 53 encore de Poligny le 23. Le sous-préfet de Poligny attend le 2 mars pour en élargir encore 145, tout en déplorant tant d’indulgence30. En tout donc environ 300 individus qui avaient passé quelques jours ou quelques semaines en prison et sur lesquels nous ne savons rien, faute de listes nominatives ? Sans doute s’agissait-il des « égarés », des « soldats » des campagnes que prévoyait la circulaire. Défense leur était faite à la sortie de prison de « se livrer à des manifestations de quelque nature que ce soit, de la part des amis et des familles », sous peine d’être arrêtés de nouveau. Restaient 417 inculpés retenus par la première décision de la commission31, ce qui nous a permis de dresser la carte ci-jointe.

II. Les hommes

  • 32 Le 3 juin 1852, le sous-préfet de Poligny se plaint de ne pas avoir à sa disposition « une liste gé (...)

27Ce tableau ne donne cependant qu’une vision ponctuelle de la répression, qu’il n’est pas sans intérêt d’étudier aussi en « glissement », ce qui est plus difficile car après mars 1852 l’administration ne tint ses états à jour qu’épisodiquement. Parfois, elle ne savait plus très bien où elle en était avec certains condamnés32. En outre, on a continué à arrêter des fugitifs jusqu’en juillet, de plus en plus rarement, il est vrai. Des condamnés ont, en revanche, bénéficié dès le printemps de remises de peine individuelles importantes.

1. La répartition géographique des inculpés

  • 33 ADJ, M 101, Rapport semestriel du préfet pour 1852.
  • 34 Ibid.

28Elle confirme nos recherches antérieures auxquelles nous renvoyons le lecteur : les trois cantons du nord du Vignoble où la crise politique, économique et sociale avait été particulièrement intense fournirent 60 % des condamnés (cf. carte). On reconnaîtra, sur la carte, la mobilisation paysanne des communes de la Bresse proches de Poligny, le long de la RN 5 ; Arbois et Salins n’avaient pas bougé, mais dans ce premier canton, le procureur avait été très actif et dans le second la cour d’appel avait fait une razzia33. Les insurgés de Lons étaient venus des cantons de Voiteur et de Sellières. On retrouvera aussi aux abords de Dole et de la forêt de Chaux, la chasse que le juge Roger fit aux sociétés secrètes. Enfin, le calme du Haut-Jura est remarquable : non pas que le républicanisme fût absent dans le peuple et les classes moyennes de cette région, mais la prospérité exceptionnelle des industries à domicile, une tension sociale moins forte au sujet de la propriété et l’absence de sociétés secrètes en rendent assez bien compte. « Les ouvriers de Morez ne font pas de politique » notait le préfet34. Dans le Haut-Jura, la répression n’a frappé que les notables démocrates, plutôt modérément d’ailleurs.

Figure 8. Origine géographique de 403 inculpés (sur 417, liste close le 22 mars 1852). Source : © IGN BDCARTO, réalisée par Marion Landré et Marie Gillet (MSHE Ledoux) d’après la carte publiée dans Merlin Pierre, 1995, « Le coup d’État du 2 décembre 1851 dans le Jura : la répression, les hommes, l’exil », Travaux de la Société d’émulation du Jura, p. 289.

Figure 8. Origine géographique de 403 inculpés (sur 417, liste close le 22 mars 1852). Source : © IGN BDCARTO, réalisée par Marion Landré et Marie Gillet (MSHE Ledoux) d’après la carte publiée dans Merlin Pierre, 1995, « Le coup d’État du 2 décembre 1851 dans le Jura : la répression, les hommes, l’exil », Travaux de la Société d’émulation du Jura, p. 289.

2. Échelle sociale et échelle des peines

  • 35 La documentation permet de rencontrer un type de paysan assez aisé, souvent célibataire, qui lit be (...)

29Comme dans l’ensemble français, les inculpés sont âgés en moyenne de 30 ans. Très rares sont les jeunes gens de moins de 20 ans et les vieillards de plus de 50 ans. On ne compte que deux femmes, un seul étranger (Suisse), cinq domestiques, un sans-travail, aucun mendiant. L’analphabétisme qui est noté dans les interrogatoires est inférieur à 5 % de l’effectif35. On constate que plusieurs frères, cousins ou beaux-frères ont été embarqués dans l’aventure : il y a cinq Boudot cultivateurs à Aumont, cinq Barbier vignerons à Arbois et Mesnay.

  • 36 ADJ, M 45. Selon une liste, concernant 173 inculpés de Poligny et des environs, 60 % ne possédaient (...)

30Le niveau des fortunes est plus variable. On ne relève que deux grosses fortunes : celle de l’industriel Cuenin, de Mesnay (600 000 F, ce qui est considérable) et la fortune terrienne de Wladimir Gagneur. La plupart des notables républicains et même certains inculpés de la base semblent jouir de revenus qui les mettent à l’abri de la pauvreté : Max Buchon a 5 000 F de rente par an ; Guelle possède plusieurs fermes près de Saint-Amour ; Pillet à Aumont a un fermier ; la fortune des parents de François-Félix Salin, de Poligny, se monte à 150 000 F. Évidemment le parti de l’Ordre se délecte de la « ruine » dans laquelle seraient tombés Robert, Richardet, le médecin Broye, de Salins, et d’autres. Cette chute dans l’enfer de la misère n’aurait été que le juste châtiment de leurs errements politiques inséparables de leur « immoralité ». En réalité, la crise économique, la perte d’un emploi, les procès, les amendes et la prison en étaient plus sûrement la cause. Quant à la masse des vignerons partiaires, des cultivateurs, des journaliers et des artisans, elle ne possédait que peu de choses ou rien, mais peut-on parler à son sujet de prolétariat36 ? Les temps étaient certes difficiles, surtout dans le Vignoble, mais l’industrialisation n’avait pas encore bouleversé la société. Les républicains de 1851 n’étaient pas cette horde misérable et sans racines, assoiffée de meurtre et de pillage que décrivait inlassablement le parti de l’Ordre.

Figure 9. Répartition sociale et politique de 417 inculpés condamnés par la commission mixte du Jura (1re décision). Liste close le 22 mars 1852. Source : Réalisée par Marie Gillet (MSHE Ledoux) d’après la figure publiée dans Merlin Pierre, 1995, « Le coup d’État du 2 décembre 1851 dans le Jura : la répression, les hommes, l’exil », Travaux de la Société d’émulation du Jura, p. 291.

Figure 9. Répartition sociale et politique de 417 inculpés condamnés par la commission mixte du Jura (1re décision). Liste close le 22 mars 1852. Source : Réalisée par Marie Gillet (MSHE Ledoux) d’après la figure publiée dans Merlin Pierre, 1995, « Le coup d’État du 2 décembre 1851 dans le Jura : la répression, les hommes, l’exil », Travaux de la Société d’émulation du Jura, p. 291.

3. La transportation en Algérie

  • 37 Antoine Guignet, ancien secrétaire des bons cousins de Salins, aurait dit : « le parti traîne à sa (...)
  • 38 Exemples : Joseph Roure au Bouzet, d’Arbois.  Mauvais sujet, rôdeur de nuit, dangereux, voleur ; «  (...)

31Mais revenons au tableau. Nous constatons que plus d’un quart des condamnés (111 sur 417) devait être transporté en Afrique et, contrairement aux consignes, les ruraux représentaient plus de la moitié du groupe. Cela s’explique par le caractère principalement rural de la mobilisation. On sait aussi que le phénomène des sociétés secrètes était surtout rural ou périurbain. Il est certain enfin que le parti de l’Ordre a obéi à ses réflexes : l’occasion était belle de débarrasser le pays d’individus peu nombreux mais qui faisaient peur depuis longtemps et qui, au fond, avaient été bien utiles pour déconsidérer les républicains37. Une bonne part des transportations opérées parmi les hommes du peuple n’avait pas d’autre raison38. Dans le cas très fréquent d’individus de toutes conditions qui n’avaient été ni membres de sociétés secrètes, ni insurgés, le délit d’opinion suffisait, c’est celui, par exemple, d’Hippolyte Bourgeois, l’ex-ouvrier du Creusot, qui fut transporté.

32On remarquera aussi que les artisans ont été souvent frappés de la transportation, vraisemblablement parce qu’il y avait parmi eux beaucoup de « chefs » et de « sous-chefs » qui avaient assuré la liaison entre les bons cousins et l’organisation républicaine. Les ateliers, les forges de village et les boutiques étaient tout autant que les cafés des points de sociabilité politique. Les artisans républicains étaient bien les vrais « rouges écarlates », redoutables par leur technicité, leur sens de l’organisation et leur influence.

4. L’expulsion, l’éloignement, l’internement

  • 39 À Vernantois, village de vignerons, des haines et des dénonciations qui n’ont apparemment pas grand (...)

33Ces peines furent infligées principalement aux notables du parti républicain, aux médecins, pharmaciens, géomètres, avocats, qu’il s’agissait de séparer de la masse du peuple, de celui des campagnes surtout, où la plus grande partie des condamnés étaient restés à titre de surveillés. En frappant « ces hommes considérables [qui] donnèrent des exemples d’un défaut de tenue et de caractère » selon le sous-préfet de Poligny, on décapitait le parti républicain39. L’internement sur le territoire français ou même l’exil à l’étranger permettaient aussi de ménager les familles de notables, de graduer les peines et les pressions. En outre, ces exilés étaient censés pouvoir vivre de leurs revenus personnels.

  • 40 Exemple : le notaire Boitet, d’Annoire, criblé de dettes, qui quitte Montreuil pour Bruxelles.

34Pour gagner leur destination, les internés et les exilés devaient suivre un calendrier rigoureux, des itinéraires qui évitaient les grandes villes et qu’il était difficile de respecter. Des frais de route, des passeports, des visas étaient prévus. Les internés étaient dirigés loin des frontières, vers de petites villes qui n’avaient pas été touchées par l’insurrection, par exemple Arras, Bapaume, Montreuil dans le Nord, Morlaix, Lorient en Bretagne, Rochefort et Mont-de-Marsan dans le Sud-Ouest. Ce fut le cas du docteur Regad, maire de Morez, qui fut exilé d’abord à Morlaix puis autorisé à revenir à Quingey où sa famille possédait une maison. L’internement était en fait une mesure très contraignante car l’exilé était coupé de ses relations, ne trouvait pas de travail, accumulait des dettes et était parfois obligé de passer à l’étranger, ce qui le mettait en rupture de ban40.

35Les expulsés et les éloignés – ces derniers en principe à titre temporaire – étaient dirigés vers la Belgique ou l’Angleterre. Pour des raisons diverses, tout autre pays était interdit : la Suisse parce qu’il y avait déjà de nombreux exilés, d’autres pays à cause des guerres ou des troubles. Bientôt, d’ailleurs, la Belgique et le canton de Genève refoulèrent les exilés et seule l’Angleterre resta ouverte.

  • 41 Wladimir Gagneur était Polinois, sa fortune était l’une des plus importantes du Jura mais il ne s’é (...)
  • 42 Nous n’avons pas trouvé le dossier de Wladimir Gagneur dans les papiers de la commission mixte ; il (...)

36Quant à Wladimir Gagneur41 dont la peine avait été commuée en exil à Bruxelles, il obtint, pour régler ses affaires, huit jours qu’il employa à visiter ostensiblement ses amis républicains. Le sous-préfet souligne avec acrimonie qu’au même moment les domestiques de Gagneur, Chapuis et Jeandot, entraînés par leur maître dans l’aventure, étaient transportés en Algérie42. Quoi qu’il en soit, il s’agissait bien d’une justice socialement différenciée !

5. La surveillance judiciaire

37Elle concerna la moitié des inculpés ; les trois quarts des surveillés furent des ruraux. On considérait, en effet, que les paysans ne pouvaient être séparés de la terre qui nourrissait leurs familles. En principe, les surveillés pouvaient se déplacer à travers toute la France, sauf Paris, Lyon, les départements du Sud-Est et du Centre, les régions frontalières. Le Haut-Jura qui offrait du travail était normalement interdit, car trop proche de Genève. C’était beaucoup de restrictions !

38Plus gênant pour tout le monde, les surveillés devaient se présenter tous les quinze jours devant le maire de leur commune de résidence et demander une autorisation pour toute sortie hors de la commune. En fait, ils étaient internés dans leur village. D’autres observations peuvent être faites à propos des catégories de la répression. Nous avons déjà noté que les anciens condamnés de 1834, les dignitaires récemment promus des bons cousins, les « ex-maires de 1848 » et les gardes champêtres, les « messagers », les passeurs, les diffuseurs de journaux furent particulièrement visés.

6. Les instituteurs

  • 43 Exemple : Berte ex-instituteur, aubergiste à Parcey.

39La répression des instituteurs fut spécifique et mérite pour cela un développement. On remarque, en effet, qu’il n’y a que deux instituteurs parmi les 516 dossiers disponibles. Aucun instituteur n’a compté parmi les « chefs » qui étaient plutôt des artisans ou des petits notables. Aucun instituteur dans les sociétés secrètes, aucun dans l’insurrection. Il faut cependant observer que certains d’entre eux n’apparaissent plus en 1852 qu’en tant qu’aubergiste ou cultivateur43. Manifestement les instituteurs sont un corps en mutation et en difficulté au cours de cette période. Leur traitement a encore baissé car l’écolage n’est plus payé par de nombreuses familles tombées dans la misère. En outre, la taxe sur l’utilisation des communaux, qui servait à les payer, n’était parfois plus prélevée, les biens de mainmorte des communes ayant été partagés.

  • 44 Témoignage du curé de Villers-les-Bois sur l’instituteur Poillevey, exilé en Angleterre avec son fi (...)

40Quelques instituteurs sont encore tout naturellement soumis au prêtre, comme celui de Buvilly qui, à la demande de son curé, se rend le 4 décembre 1851 à Poligny pour voir ce qui s’y passe et en rendre compte. La grande majorité d’entre eux ne semble pas détachée des pratiques religieuses44. Beaucoup s’en tenaient à une discipline rigide devant l’autorité, comme en témoigne cette scène caractéristique : à la nouvelle du coup d’État, le médecin Adolphe Claudet, de Chaumergy, fait irruption dans la salle communale, demande à l’instituteur-secrétaire de mairie, le Bulletin des lois et s’exclame : « Napoléon a commis le crime de haute trahison ! Nous devons lui refuser l’obéissance ! ». Comme l’instituteur proteste, Claudet se laisse aller à des éclats de voix : « vous êtes un imbécile ! ». Ce témoignage chargera fortement Claudet.

41Mais bon nombre d’instituteurs publics, l’inspecteur des écoles, le directeur de l’école primaire supérieure de Poligny et plusieurs professeurs de collège étaient républicains. Un instituteur avait même eu l’audace de se présenter à l’élection au conseil général dans le canton des Planches ! Le niveau des instituteurs, récemment formés par l’École normale, avait certainement beaucoup progressé, c’est ce que constate le sous-préfet de Poligny qui ne leur est pas favorable :

  • 45 ADJ, M 54.

Rien ne prouve d’une manière plus concluante l’effet de l’instruction dans les campagnes. Les correspondances se font remarquer par la netteté de l’écriture ; il n’y a pas une faute d’orthographe, mais les idées en sont brutales et brutalement exprimées. Si l’instruction générale laisse à désirer, l’éducation laisse à désirer plus encore45.

  • 46 L’École normale départementale de Salins est fermée en septembre 1850.
  • 47 ADJ, M 101. Rappelons ici la célèbre affaire Pierre Vaux, cet instituteur bressan qui fut maire de (...)

42Le sous-préfet est obsédé par l’idée « d’atteindre les instituteurs qui n’auraient jamais dû sortir de leur condition modeste », par exemple, en leur enlevant le secrétariat de mairie qui leur donne trop d’influence, en recrutant les instituteurs hors de l’École normale et en favorisant les écoles privées, de préférence congréganistes46. La répression ne se relâcha pas après le 2 décembre : dans l’arrondissement de Lons-le-Saunier, 68 instituteurs furent encore révoqués et dans celui de Dole 15 % de l’effectif. Beaucoup furent blâmés ou déplacés, si bien « qu’il n’y eut plus personne à citer parmi ceux qui [relevaient] du recteur », selon le préfet, en 185247. Ces faits permettent de mieux comprendre la place de la question scolaire dans la politique française de la deuxième moitié du xixe siècle.

7. Les ouvriers des forges, des salines et des fabriques

  • 48 ADJ, M 80 et M 82, Brouillon de la main du préfet.

43Ils furent également très peu nombreux parmi les inculpés, mais pour d’autres raisons. C’est ce que permet de préciser la tournée que le préfet entreprit, dès le lendemain du coup d’État, dans les établissements industriels48. La préoccupation du pouvoir était double, semble-t-il : d’une part, s’assurer de la tranquillité politique de ces établissements, comme si l’on prenait brusquement conscience en haut lieu du danger social qu’ils pouvaient représenter, d’autre part, mesurer la dégradation de la situation économique, particulièrement dans les forges où les effectifs avaient beaucoup baissé et inciter les chefs d’entreprise à la relance des affaires. Sauf de rares exceptions, le tableau est partout le même. Aux salines de Montmorot, sous la direction de l’ancien préfet Thomas, 120 ouvriers travaillent dans une « discipline sévère. De grandes épurations depuis six mois ». Dans les forges de la vallée de l’Ain, le préfet note : « l’empire sur les subordonnés qui obéissent, le bon esprit […], les directeurs comme les forgerons sont des hommes d’ordre ». À Bourg-de-Sirod, le maître de forge Lieffroy « passe pour légitimiste, ainsi que son personnel ». Même les ouvriers de la verrerie de la Vieille Loye, « au centre du plus mauvais pays, non seulement sous le rapport politique, mais aussi sur celui du dévergondage des mœurs [ont résisté] en raison qu’ils ne manquaient pas de travail ». Le préfet note que « la gendarmerie n’a jamais eu à verbaliser pour faits politiques contre ces ouvriers, si ce n’est à Salins et Mesnay ». Les établissements industriels restaient dans le Jura un monde clos, presque domanial, où la politique ne pouvait pénétrer. La révolution du prolétariat industriel, à plus forte raison celle du salariat, n’était pas à l’ordre du jour.

44Que pouvons-nous conclure à propos de la vision de la société et de la politique qui se manifeste à travers les décisions de la commission mixte ? C’est certainement l’attitude de cette dernière envers la politisation du monde rural qui est la plus éclairante.

45On notera sur ce point essentiel la volonté du parti de l’Ordre d’isoler le bon grain campagnard de l’ivraie politique qui viendrait de la ville. Les campagnes sont certes considérées comme en partie « gangrenées » et « perverties », mais aussi comme incapables organiquement d’initiative politique ; elles sont jugées malléables, donc récupérables. Il suffit pour cela de procéder en chirurgien, « d’enlever les chefs », puis de redresser et de « régénérer », grâce à une éducation appropriée. Selon ces stéréotypes, les campagnes ne pouvaient avoir d’élites issues de leurs rangs ; elles devaient rester cohérentes et subordonnées. Un barrage à la mobilité des hommes et des idées devait être ainsi établi. Le parti de l’Ordre voulait ignorer le rapide développement, en milieu rural, d’une opinion démocratique et refusait le dialogue avec des aspirations essentiellement politiques. Les membres des « couches nouvelles », ou même des élites plus anciennes qui prenaient fait et cause pour elles, ne pouvaient qu’appartenir à de fausses élites ou se révéler déserteurs de leur classe. Ce n’est que plus tard, après la perte du pouvoir politique sous la Troisième République, que des notables conservateurs tenteront de reprendre à leur compte certaines de ces aspirations, au moyen du syndicalisme agricole, par exemple.

46À travers les décisions de la commission mixte apparaît aussi un autre stéréotype qui avait été le ciment du parti de l’Ordre, au cours de cette « guerre civile imaginée », que nous avons évoqué ailleurs. Selon cette vision, les campagnes auraient encore recélé une réserve de « soldats de l’insurrection », de « Jacques » asociaux, aux comportements brutaux de l’état de nature, bref une partie du « volcan social » qui menaçait la société du xixe siècle. Pour ces individus, la seule solution était la transportation ou la surveillance étroite sur la glèbe ; ils étaient évidemment exclus de la dépendance politique que le parti de l’Ordre envisageait pour la masse jugée saine du monde rural. Mais, d’une certaine manière, cette exclusion ne revenait-elle pas à admettre les contours d’une démocratie rurale en voie de formation ?

47Quant à la commission de 1852, elle mérite sa sinistre renommée, aussi bien par la procédure qu’elle utilisa que par ses choix. Réfléchir à ce propos, c’est méditer sur la formation de la démocratie française.

III. L’exil

1. Transportés en Algérie

  • 49 ADJ, M 80.
  • 50 ADJ, M 77, Brouillon de la main du préfet.

48Combien de condamnés furent effectivement transportés en Algérie ? Avant de tenter une réponse, précisons le triste itinéraire des prisonniers. Le 9 mars 1852, le sous-préfet de Poligny signale que « les détenus du fort de Salins sont passés à Arbois sans incident. La population s’est portée à leur rencontre. Pas un seul cri. Tout est fort calme ». Le 20 mars, le préfet annonce au ministre que le « convoi pour l’Afrique (13 Afrique + et 57 Afrique –), alors que 98 étaient prévus, est parti à 6 heures le matin en voiture pour Louhans et Chalon-sur-Saône. Aucun incident ». Vingt-deux transportés du Doubs leur avaient été adjoints. Nous n’avons trouvé aucune relation de ce transport surveillé par une escorte d’une centaine d’hommes armés49. Les condamnés à Algérie – gagnèrent directement Marseille, vraisemblablement par la voie d’eau, sur la Saône puis le Rhône. En principe, les condamnés à Algérie + – mais il n’y en eut finalement pas dans le Jura – devaient être dirigés d’abord sur Paris. C’était là un reste des pratiques de la Chaîne qui avait été supprimée en 1836. Par rapport à la première décision de la commission mixte, 41 condamnés à la déportation étaient donc contumaces ou avaient vu leur peine commuée. Certains condamnés ne dépassèrent pas Marseille. Inquiet de l’ampleur de la répression, le Prince-Président avait, en effet, envoyé le conseiller d’État Quentin-Bauchart au Lazaret de Marseille, avec mission de procéder à des remises de peine avant l’embarquement. En profitèrent 16 cultivateurs et artisans du Jura et aussi, semble-t-il, le journaliste Henri Barbier qui bénéficiait d’importants appuis familiaux50. Ce sont donc 53 transportés jurassiens seulement, qui franchirent la Méditerranée, mais d’autres condamnés politiques, une demi-douzaine au total, furent transportés plus tard, par exemple, en 1858.

  • 51 ADJ, M 420.

49Les indications sur la vie des transportés en Algérie sont rarissimes dans notre documentation : une lettre écrite au camp des Cinq Trembles à Douéra par laquelle Bourgeois demande à sa femme de lui envoyer de l’argent et de vendre pour ce faire quelque parcelle de terre ; une allusion d’un ancien transporté à ce « maudit camp de… [illisible], il n’y a pas un seul jour où je ne songe aux amis restés là-bas » ; une lettre du curé d’Aumont au préfet, en faveur du maréchal-ferrant François Nicod, « bien malade, peut-être mourant sur les plages africaines »51. C’est tout. Le souvenir du sort douloureux des « martyrs » de la transportation resta cependant longtemps dans les esprits.

  • 52 ADJ, M 80 et M 418. Les deux listes ne coïncident pas.
  • 53 Reffay Jean-Louis et Romanet Pierre, 1989, « Romuald Vuillermoz, avocat, bagnard… et maire d’Alger  (...)

50Plusieurs transportés meurent rapidement : Larfeuillet (32 ans) à l’hôpital du Dey en septembre 1852, Dorrival (36 ans) au Lazaret de Marseille en avril 1852, François Perrot (29 ans) à l’hôpital de Mascara en janvier 1853. L’histoire des transportés reste aussi celle des remises de peine, individuelles ou collectives, à l’occasion principalement des anniversaires napoléoniens du 15 août et du 2 décembre. Des retours importants eurent lieu au bout d’un an, en mars 1853, après le mariage de l’empereur ; 57 condamnés à la transportation (14 de l’arrondissement de Lons-le-Saunier, 41 de celui de Poligny, 2 de Dole) purent rentrer d’Algérie ou d’exil. Une liste datée de 1858 et un état des condamnés appelés à profiter de l’amnistie générale du 16 août 1859 indiquent encore 16 noms52. Il s’agit d’un reliquat formé d’individus presque oubliés, souvent agriculteurs ou domestiques, dont cinq seulement se trouvaient effectivement en Algérie à cette date, parmi eux Romuald Vuillermoz, originaire d’une famille bien connue à Lons-le-Saunier, qui s’était installé comme avocat au barreau d’Alger et fut maire républicain de la ville en 1871. Mais, en définitive, bien peu de déportés républicains firent souche en Algérie53.

2. Exilés et internés

51Dès le 15 août 1852, de nombreux internés avaient été graciés ou avaient pu se rapprocher du Jura. Apparemment, le pouvoir visait à la modération – l’Empereur lui-même n’avait-il pas demandé que les exilés autorisés à rentrer ne fussent soumis à aucune surveillance ? – mais cette politique était freinée par l’ensemble du parti de l’Ordre, à tel point qu’il fallut un décret du ministre de l’Intérieur interdisant aux préfets de refuser l’installation d’internés dans leurs départements. Le retour des exilés ne pouvait, il est vrai, que causer des difficultés aux autorités locales qui étaient souvent tentées de placer les condamnés en rupture de ban dès le moindre écart, pour s’en débarrasser.

  • 54 ADJ, M 420 et M 429. Barbier avait vraisemblablement été protégé de l’exécution par la présence de (...)
  • 55 ADJ, M 101, avril 1852.
  • 56 ADJ, M 101, Rapport du sous-préfet de Saint-Claude.
  • 57 ADJ, M 48. R. Vuillermoz vivait avec une concubine, dont il avait des enfants reconnus par lui, ce (...)
  • 58 ADJ, M 80.

52On voit par exemple le préfet s’opposer à toute mesure de grâce en faveur d’Henri Barbier, condamné à Algérie +. Rappelant le rôle décisif de ce dernier à la tête de l’insurrection, il écrit au ministre le 23 juillet 1852 : « j’aurais dû le faire fusiller. Il n’y a pas un seul habitant du Jura qui, plus que Barbier mérite d’y rester : il tient la tête de file »54. Le sous-préfet de Poligny est encore plus enclin à regretter « les mesures de clémence nombreuses et exorbitantes qui ne font que des mécontents dans le parti de l’Ordre et des ingrats chez les démagogues »55. Le retour des exilés a été quelquefois l’occasion de manifestations de sympathie qui furent remarquées, et donc désagréables pour le parti de l’Ordre. À Morez, par exemple, le retour du docteur Regad a été fêté par « l’illumination de quelques maisons et quelques détonations d’armes à feu »56. L’administration veut y voir un hommage au médecin des pauvres, non à l’homme politique. Des procès-verbaux sont néanmoins dressés, car il y a contravention au règlement de police qui interdit les armes à feu. Le pouvoir a, en effet, désarmé systématiquement la population après le 2 décembre. À son retour tardif de Bruxelles (1859), où il avait vécu avec son fils en donnant des leçons, de Guelle reçoit la visite de ses fermiers et de ses nombreux amis de Saint-Amour. En revanche, le procureur de Lons n’envisage pas, en août 1856, la grâce de R. Vuillermoz : « avocat plein de finesse et d’habileté, il restera ce qu’il était, un chef précieux pour son parti qui tend à se dissoudre, quoiqu’étant très bien organisé encore »57. L’autorité attendait des condamnés la soumission entière au nouveau régime, « l’expression franche et libre de leurs sentiments, paix et soumission, le véritable repentir »58. Cette entrée dans le rang se concrétisait par une lettre de soumission calligraphiée selon un modèle. L’auteur y reconnaissait la légalité issue du plébiscite du 20 décembre 1851et promettait de ne plus avoir d’activités politiques.

  • 59 ADJ, M 48, Dossier Jourd’hui et MP 296/2, Écrits séditieux (1851-1871).

53Certains retours étaient fort amers, tel celui de Félix Salin de Poligny, qui a épousé en Suisse la fille de son patron. Il rentre de Guernesey par Saint-Malo en décembre 1852 et se constitue prisonnier, mais sa famille refuse de recevoir la jeune femme et a déshérité Félix qui repart en Suisse pour quelque temps. Le retour, en mai 1853, de Jourd’hui, 32 ans, quatre enfants, électeur censitaire avant 1848 et ancien maire de Plainoiseau est plus difficile encore59. Placé sous surveillance, il est bientôt en rupture de ban parce qu’il aurait participé à une réunion de graciés et refuse de se présenter chaque semaine devant le maire de sa commune, ce qui lui est impossible du fait de son activité de transport de vin vers le Haut-Jura et la Suisse, pour laquelle il lui faut d’ailleurs des autorisations. Interné à Vesoul où règne le choléra, sans travail, Jourd’hui obtient une permission grâce à une pétition de « presque tous les habitants du village » et malgré l’opposition du parquet de Lons qui voit en lui « un brandon de discorde ». Le commissaire de police de Voiteur est également opposé à son retour car « toute la famille Jourd’hui est plus ou moins suspecte à l’autorité ». Son père (76 ans), élu municipal, a insulté le maire en conseil. Mais, brusquement, le commissaire change d’avis, Jourd’hui revient donc et immédiatement on apprend qu’il « sort la nuit avec une lampe sourde et un masque noir dont la bouche et les sourcils sont peints en rouge », bien qu’il n’y ait jamais eu de société secrète dans le canton. C’est le propre beau-frère de Jourd’hui qui est le mouchard ! On mesure les haines familiales et villageoises qui se sont développées en même temps que les haines politiques ! En juin 1859, Jourd’hui est encore interné en Haute-Saône où il a trouvé un emploi dans les chemins de fer. Le préfet de ce département veut d’ailleurs éloigner les internés, sous prétexte que Plombières où l’Empereur fait ses cures est trop proche.

  • 60 ADJ, M 101.
  • 61 Ibid.

54Cette attitude des autorités ne fut cependant pas générale. Un travail local de la mémoire et de l’oubli, bien connu des historiens, s’est développé dès 1852, à propos de l’insurrection de Poligny. Le sous-préfet observe, en mai 1852, que « les graciés insultent par leurs regards provocateurs et leur attitude insolente les hommes d’ordre. Chaque jour à Poligny, à Arbois, les démagogues épient le passage des voitures, croyant qu’elles ramènent leurs amis ». En même temps, il se plaint que l’on affirme partout que rien ne s’est passé à Poligny : en octobre, le conseil d’arrondissement s’est « refusé à faire allusion, même indirectement aux événements de Poligny ; On voudrait nier l’évidence, c’est-à-dire l’insurrection de Poligny […], la population est tellement pervertie […], un pays où l’ordre a tant de peine à s’établir »60. En revanche, le maire conservateur Chevassu, très influent, semble-t-il, est intervenu efficacement en faveur de ses administrés, à tel point qu’il peut se targuer en janvier 1854, dans une lettre au préfet en faveur de Guy dit « Trapet » qu’il s’agit là du dernier interné de sa commune : « Tous, y compris les chefs sont rentrés ». Il y avait aussi, sous-jacente, une tension entre le préfet et le sous-préfet qui avait peut-être son origine dans l’histoire même de l’événement. Dans son rapport de 1852, le préfet écrit au ministre que le sous-préfet « serait porté à abuser de la gendarmerie. C’est un homme de fort peu de portée, ayant de lui une haute opinion ». Rien d’étonnant si un nouveau sous-préfet fut nommé l’année suivante61.

  • 62 ADJ, M 36.

55La vie des Jurassiens en exil, pour la plupart en Suisse, nous est mal connue. Les artisans purent s’insérer rapidement dans la société romande, malgré la tendance des Genevois à se réserver les emplois. Dès le 15 décembre 1851, Henri Clerc écrit à son père qu’il y a à Genève des Français, des Allemands, des Italiens qui font preuve de solidarité mais que « les fonds baissent ». Il demande qu’on lui envoie des outils et des boulons et ne pense pas rentrer rapidement : « Il fait meilleur dehors que dedans ! »62. Jean-Claude Dalloz, sabotier à Plainoiseau, acquiert un certain bien-être et restera en Suisse après l’amnistie, ainsi que Joseph Gay, taillandier de Vernantois. Klingler « dirige en Suisse un important établissement », puis s’établit en Savoie ; Javel est employé des chemins de fer en Espagne. En revanche, le docteur Poux de Lons-le-Saunier ne retrouva pas de pratique à Genève.

Figure 10. Billet de loterie de l’association Europäische Democratie à Genève (1er février 1850) en faveur des exilés allemands, français, italiens, polonais et hongrois. Légende : Le premier lot était un tableau de Rubens (La visite de la Sainte Famille), le deuxième une bibliothèque des classiques allemands en édition originale. Source : © Archives départementales du Jura, 1 M 76.

Figure 10. Billet de loterie de l’association Europäische Democratie à Genève (1er février 1850) en faveur des exilés allemands, français, italiens, polonais et hongrois. Légende : Le premier lot était un tableau de Rubens (La visite de la Sainte Famille), le deuxième une bibliothèque des classiques allemands en édition originale. Source : © Archives départementales du Jura, 1 M 76.

3. Un exilé en sabots, Jean-Étienne Gallois, dit « le Gaytré », bon cousin et démocrate socialiste

  • 63 Gallois Jean-Étienne, 1889, Mémoires d’une victime du 2 décembre, Arbois, Imprimerie Cuchet. Voir é (...)
  • 64 Gallois Jean-Étienne, op. cit.
  • 65 Ibid.
  • 66 ADJ, M 60, Lettre du maire d’Arbois (27 décembre 1881) et M 59, Rapport du sous-préfet : « Gallois (...)

56Le seul récit de l’exil dont nous disposions est celui de Jean-Étienne Gallois, ex-maire de Mathenay, qui le rédigea trente ans plus tard à l’occasion du vote de la loi Grévy indemnisant les victimes du coup d’État63. Gallois fait d’abord le récit de sa fuite qui fut facilité par des bouchers de Nozeroy, amis de son père. À Genève, il est un temps garçon de café. Il constate sévèrement l’oisiveté de beaucoup, attablés pendant de longues heures dans les cafés et cabarets où l’on discutait bruyamment entre de trop nombreux pots-de-vin les événements politiques, les questions sociales, les chances prochaines de relèvement du parti républicain […] sans remarquer les mouchards du nouvel Empire qui nous entouraient totalement64.Comme c’est souvent le cas dans les milieux d’exilés, les rivalités et le sectarisme s’exacerbent au fil des rumeurs et des espoirs déçus. Les modérés sont regroupés au Café de la Couronne que ne fréquente pas « l’autre parti beaucoup plus nombreux, plus fort mais à l’état anarchiste, qui ne reconnaissait que le gouvernement du Peuple par lui-même, avec toutes ses conséquences sociales »65. Gallois reconnaît aussi que les Jurassiens se rattachaient presque tous au premier groupe. On voit s’esquisser ici quelques-uns des problèmes politiques fondamentaux du xixe siècle et même du xxe siècle. Gallois affiche fermement ses opinions démocrates-socialistes. Trente ans plus tard, il s’en prend aux modérés de 1852 comme aux « faux frères opportunistes », aux « politiciens sans conviction » à la Jules Ferry et aux « républicains bâtards » de la Troisième République66.

  • 67 ADJ, M 49 et M 85.
  • 68 Bougueney, d’Auxange, est un cas extrême. D’abord simple surveillé, il passe en Suisse. Après son a (...)

57Une qualité reconnue à Gallois, c’est la vigueur de son engagement et son courage physique. Il est l’un des rares exilés de Genève qui poursuivent l’action politique. Il ranime les bons cousins, ouverts aux Suisses, ce qui l’oppose aux hommes de la Couronne mais lui permet d’entrer en contact avec l’organisation de Mazzini et Orsini. Il a surtout, selon sa propre expression, « la manie des brochures » qu’il compose et achemine vers la France lors de dangereuses missions, soit directement vers le Jura, soit à travers la Savoie. Plusieurs points importants de son récit sont corroborés par la documentation des archives départementales du Jura67, notamment la course-poursuite dramatique avec les douaniers de Mouthe, au cours de laquelle son ami Bougueney fut arrêté68 ; également la rencontre poignante avec son père à la frontière, à Vallorbe. Les sbires de Napoléon III viennent espionner jusqu’à son hôtel ce « voyageur en sabots ». Gallois passe ensuite six mois en prison en Savoie. Expulsé de Suisse en octobre 1856, il gagne l’Espagne par Cologne, les Pays-Bas et l’Angleterre. En Espagne, il travaille quelque temps au creusement du canal de l’Ebre et connaît les prisons espagnoles où il tombe dans une grande détresse physique. Il rentre après l’amnistie du 15 août 1859. « Ainsi se terminait ce congé de huit ans ».

4. L’exil intérieur des surveillés

  • 69 ADJ, M 420.

58Il serait inexact de penser que la surveillance n’était qu’une peine légère pour les ouvriers agricoles et les artisans qui formaient la masse des assujettis. Ils étaient soumis, en effet, à la surveillance tantôt relâchée, tantôt tracassière des maires. Un livret avait bien été prévu, comme en portaient depuis longtemps les ouvriers et les domestiques, mais il fallait que le surveillé se déplaçât le moins possible et restât sous l’œil de l’administration qui devait contrôler ses faits et gestes et juger s’il s’amendait. C’était bien contraignant pour des journaliers à la recherche de travaux agricoles et qui commençaient à être attirés par la construction des chemins de fer et les grandes villes. Les contrôles nous permettent de suivre, par exemple, les déplacements de Désiré Guérillot, de Montchauvier, qui travaille en hiver dans la forêt de Joux et en été à la moisson dans la région de Dole69. Signalons aussi la surveillance étroite des médecins dont on craint la propagande auprès des patients. En octobre 1852, le ministre lui-même demande de « gêner le moins possible le docteur Napoléon Bavoux de Saint-Claude, qui semble rattaché au gouvernement », ce qui était exact. Ce fut aussi le seul exemple de ralliement d’un notable républicain, proudhonien, semble-t-il, que nous ayons repéré, du moins avant 1859.

  • 70 ADJ, M 420.
  • 71 ADJ, M 60.
  • 72 ADJ, M 80.

59Le régime rendait la vie difficile aux surveillés : une lettre du préfet interdit aux entrepreneurs d’embaucher des internés et des surveillés politiques70. Il est également interdit à ces derniers de s’engager dans l’armée, même comme remplaçant. Retenons ce souvenir, exprimé trente ans plus tard par le journalier Aimé Mourey : « j’étais déconsidéré aux yeux de la société, je ne pouvais trouver à gagner ma vie dans mon pays natal. J’étais dénigré, enfoncé »71. Nombre d’entre eux tombent dans une misère complète, ainsi Joseph Bonne, de Plainoiseau, manœuvre, père de quatre enfants, qui ne sait ni lire, ni écrire, qui n’a plus ni habitation, ni travail dans son village et qui sollicite la permission de s’installer à Lons-le-Saunier où il aurait l’une et l’autre. Mais ne sera-t-il pas à la charge des établissements charitables de la ville ? Il est question de le refouler72.

  • 73 En 1854, l’ex-représentant républicain Derriey s’est converti en agent d’une officine parisienne de (...)
  • 74 ADJ, M 418. L’état de l’amnistie générale du 16 août 1859 répertorie encore 306 surveillés, presque (...)

60Il n’est pas étonnant que d’assez nombreux surveillés émigrent. Gibaudot, fermier, ancien chef démocrate, part en Amérique en 1855, ainsi que Philibert Ruy, 54 ans, négociant-tanneur à Lons ; J. F. Richard, 60 ans, cultivateur à Lavigny ; Mondragon, de Montaigu. Terrier, cultivateur à Sellières, est parti avec sa famille en Algérie73. D’autres, plus nombreux, ont gagné Saint-Étienne, Lyon et surtout Paris, malgré les interdictions. Trente ans plus tard, Joseph Dubois de Salins, est à Perryville (Missouri). Il n’a jamais trouvé assez d’argent pour rentrer et sollicite le préfet. Le forgeron Léon Prost, de Pont-de-Poitte, qui réside depuis vingt ans à Iassy en Roumanie, fait de même. La vie ne devait pas être facile pour les surveillés des campagnes jurassiennes dans ces premières années du Second Empire, même si les contrôles tombèrent peu à peu en désuétude74.

  • 75 ADJ, M 66.
  • 76 ADJ, M 87.
  • 77 ADJ, MP 61, État des hommes dangereux du département (1853-1861). Les transportés de 1858 furent Be (...)

61Les doutes sur la solidité de l’Empire sont alimentés encore pour quelque temps par le choléra de 1854, les mauvaises récoltes de 1855 et les difficultés de la campagne de Crimée. L’attentat d’Orsini contre l’Empereur, le 14 janvier 1858, fut l’occasion d’un retour aux méthodes et au langage du coup d’État. Une loi de sûreté générale du 2 février, qui resta en vigueur jusqu’en 1870, spécifia que pouvait être interné en France ou en Algérie ou expulsé du territoire tout individu qui a été soit condamné, soit interné, expulsé ou transporté […] à l’occasion des événements de mai-juin 1848, juin 1849, décembre 1851 et que des faits graves signaleraient de nouveau comme dangereux pour la sécurité publique75.Une circulaire du 23 février ordonnait, « afin de frapper d’une terreur salutaire […], de faire arrêter les plus dangereux, leur nombre ne devra pas dépasser quatre, sans délai, dans le plus grand secret »76. À nouveau des républicains sont transportés en vertu de cette loi de « Terreur »77. À nouveau certains se cachent et des listes de suspects sont dressées qui contiennent 437 noms dans le Jura. Par rapport à 1852, on y retrouve beaucoup de noms connus, mais aussi de nouveaux, avec une répartition géographique et sociale différente. Le Vignoble est moins concerné, mais les localités comme Saint-Amour, Morbier, Saint-Claude apparaissent plus fréquemment. Les paysans et les vignerons sont moins nombreux, les notables presque absents, mais il y a plus d’artisans.

  • 78 ADJ, M 4055, Sociétés secrètes (1865-1869) et M 4051, Réunions publiques (1848 à 1880). Ces statuts (...)

62Les bons cousins ne se réunissent plus, semble-t-il. Il faut attendre 1865 et une certaine libéralisation du Second Empire pour les retrouver. Cette année-là, en effet, des habitants de Moissey, de Dole et Champvans s’enhardissent à demander l’autorisation de ranimer les ventes de la forêt de la Serre et de la forêt de Chaux78. Le préfet de la Haute-Saône n’a-t-il pas autorisé la vente de Pesme, tout proche, et le préfet du Doubs celles de Besançon et Saint-Vit, en tant que sociétés de secours mutuel ? Tous issus de milieux populaires, à l’exception d’un médecin de Dole, les pétitionnaires présentent deux dossiers très sérieux, comportant une liste des membres, les statuts de 1842 et un catéchisme charbonnique.

63Dans son rapport de juin 1865, le préfet critique les attitudes du passé :

On a reproché à ces sociétés de s’occuper de politique. J’ai lieu de croire que ce reproche n’a jamais été bien justifié […]. Avant la République [1848] elles ont été tolérées sous tous les gouvernements au moins dans le Jura […] sans conséquences fâcheuses.

64On croit rêver… Les bons cousins de la forêt de Chaux sont donc autorisés, mais ceux de la forêt de la Serre n’ont pas cette chance, malgré d’autres tentatives en 1868 et 1869, à cause de l’opposition du conseiller d’arrondissement et du juge de paix de Montmirey qui se fondent sur « la position équivoque ou très peu aisée, le passé politique de la plupart [des pétitionnaires]. Les personnes qui aiment l’ordre et tiennent au gouvernement de l’Empereur verraient avec un vif déplaisir un tel retour ». Deux discours opposés donc, mais à des niveaux différents. À vrai dire, la chasse aux sorcières n’était plus une nécessité politique en 1865 car le régime avait besoin de changer de cap. Il s’agit aussi de la dernière mention que nous ayons rencontrée des B.C..C…, de cette « franc-maçonnerie de village aux origines immémoriales » selon l’expression d’un sous-préfet ou « société d’agrément », selon un autre.

65Mais revenons aux premières années du Second Empire. En 1855, les sociétés secrètes et les réunions clandestines excitaient toujours la vigilance de la police. En octobre de cette même année, des feux ont été aperçus à Saint-Lothain et à Buvilly, dans le Vignoble : signaux ou réunions clandestines ? Cheminant de nuit avec un fagot de bois sur le dos, Brody, d’Arbois, a pu épier dans une clairière un groupe qui entonnait le Chant du Départ. Bien qu’ancien inculpé de 1852, il propose ses services aux autorités.

  • 79 ADJ, M 85. Nous retrouvons à cette occasion plusieurs « démagogues » d’Arbois : l’homme à la guillo (...)
  • 80 Marianne est la femme captive du roi tyran Hérode.
  • 81 Javel Auguste, La guerre au socialisme c’est la guerre à la fraternité, Arbois, s. n., 16 p. (ADJ, (...)

66En février-mars 1856, éclate l’affaire de la Grange Vauxi, près d’Arbois79, qui eut des ramifications dans le Finage : à la suite d’une dénonciation, dix individus sont arrêtés. Tous appartiennent aux milieux les plus populaires ; colporteur, tailleur, vigneron, charron, maréchal-ferrant. Plusieurs sont accusés d’appartenir à la Marianne80, une société secrète assez fréquemment mentionnée qui est présentée par les enquêteurs comme très cloisonnée par groupes de trois membres et très centralisée, avec un supérieur à Paris. Son programme serait terroriste : assassinat de l’Empereur, meurtre des riches, partage des fortunes au-dessus de 10 000 F, abolition de la famille, des nobles, des prêtres. Une société bien différente donc des bons cousins francs-comtois. Certains semblent animés à la fois par un anticléricalisme virulent et une sorte d’évangélisme populaire. Des brochures de Cabet ont été saisies, parmi lesquelles le célèbre Voyage en Icarie, ainsi que des écrits de Pierre Leroux et de Théodore Muret81. Cette importante affaire est cependant exceptionnelle, mais le républicanisme – toujours désigné désormais par le terme « socialisme » – n’est pas mort. Il est muet et atomisé dans son exil intérieur.

Figure 11. La République instruisant ses enfants. Source : Estampe de Léon de Guillemin © BnF, département Estampes et photographies, Réserve QB-370 (110)-FT4.

Figure 11. La République instruisant ses enfants. Source : Estampe de Léon de Guillemin © BnF, département Estampes et photographies, Réserve QB-370 (110)-FT4.

*

67Une analyse de la prise en main politique du département du Jura par le nouveau régime serait sans doute nécessaire mais elle dépasserait la cadre de notre étude. Elle montrerait vraisemblablement que, malgré le succès considérable du plébiscite, la stabilisation fut lente à s’instaurer. On le remarque, par exemple, lors du remplacement des maires, à nouveau nommés, et des élections municipales d’août 1852. Fidèles à leurs vigoureuses traditions communautaires, les paysans jurassiens n’étaient pas disposés à se laisser dépouiller du choix de leur premier magistrat, même par un régime qui se présentait avec succès comme l’ami des paysans.

  • 82 Ce terme est utilisé par Huard Raymond, 1982, Le mouvement républicain en Bas-Languedoc (1848-1881) (...)

68Comment l’idée républicaine, c’est-à-dire l’idée démocratique, s’est-elle maintenue ? Nous apportons ici quelques indications pour la période du Second Empire qui se clôt brillamment le 15 août 1859 par le retour victorieux de l’armée d’Italie et l’amnistie générale. Resteront à découvrir les cheminements empruntés lors de la traversée du désert jusqu’au désastre de 1870. Quoi qu’il en soit, des progrès considérables étaient accomplis et des jalons préparant le développement de la démocratie française étaient posés. Citons les principaux. « L’expressionisme des masses »82, comme l’ésotérisme populaire des sociétés secrètes étaient en voie d’extinction, les philosophes diraient sublimation, dans le mouvement qui conduisait de nombreux Jurassiens vers un engagement démocratique refusant à la fois le régime d’ordre, l’anarchie et la guerre civile. Il semble, selon la formule de Hegel, que l’on soit passé du temps des représentations à celui des concepts politiques.

69Un « parti » républicain ou, plus précisément, une opinion politique organisée – car il ne s’agit pas encore d’un parti au sens moderne du mot – est désormais implantée dans les campagnes et les classes moyennes des bourgs et des villes du Jura.

70L’aversion envers le césarisme restera fortement ancrée parmi les républicains qui n’oublieront pas de sitôt l’homme providentiel, l’élection au suffrage universel direct d’un président de la République trop puissant, le coup d’État, les plébiscites et le soutien accordé au Second Empire par les hauts fonctionnaires, l’armée et la grande majorité des milieux monarchistes et catholiques.

71Le légalisme des républicains, tout à la défense des droits de l’Assemblée, s’inscrivait dans un long effort inauguré en 1789. Il supposait la confiance dans le suffrage universel, mais une confiance qui n’était pas aveugle : les institutions devaient, en effet, être défendues et le « suffrage universel éclairé par l’instruction », selon la formule de Raymond Huard. Il supposait enfin cette longue patience, cette maîtrise collective du temps et de la mémoire sans laquelle il nous paraît peu probable qu’une opinion démocratique puisse s’épanouir.

Notes

1 ADJ, M 65.

2 Broutet Félix, « L’insurrection de Poligny », art. cit.

3 ADJ, M 82, Observation du préfet.

4 En fait, il y eut va-et-vient entre la Suisse et le Jura, au cours de ces semaines dramatiques. La cour d’appel de Besançon constate que certains « démagogues » ont pris la fuite par précaution, sans qu’il y ait eu de mandats lancés contre eux. Quelques-uns sont déjà revenus et parfois arrêtés. D’autres se cachent et ne passent la frontière que plus tard (ADJ, M 80). Selon le préfet, 45 condamnés à la déportation en Afrique étaient contumaces à la date du 14 avril 1852 (ADJ, M 83).

5 Quelques listes nominatives de suspects et de prisonniers établies en janvier-février 1852 avec, entre parenthèses, le nombre d’individus concernés : ADJ, M 36, Saint-Amour (31) ; M 34, Lons-le-Saunier (85 individus incarcérés à la date du 5 février 1852) ; M 43, Saint-Claude (28), Morez (7) ; M 45, Poligny et Tourmont (173) ; M 67, Saint-Claude (33), Poligny (51), Champagnole (22) ; M 80, Chaux-des-Crotenay (7), Nozeroy (21), Salins (19) ; M 82, État de 200 individus emprisonnés à la date du 2 février 1852 dans l’arrondissement de Poligny et nombreuses listes de suspects par commune ; M 81, Clairvaux (13) ; M 83 Salins (27, 71, 15).

6 ADJ, M 80, Rapport de la gendarmerie d’Arbois du 26 janvier 1852 ; « la gendarmerie est sur pied nuit et jour. Rien ne bouge ».

7 ADJ, M 68.

8 Commission militaire du Jura instituée par décret du 11 décembre 1851 (ADJ, M 49) : Doëns, chef de bataillon au 7e léger, président ; Chaunac de Lanzac, capitaine adjoint major ; Renault, capitaine.

9 Cet arrêté est refusé par le général commandant la 5e division militaire (ADJ, M 80).

10 ADJ, M 43.

11 ADJ, M 83.

12 Rappelons qu’au même moment, les formes ordinaires de la répression ne connaissaient pas de relâche, par exemple : le 3 janvier 1852, un arrêté du général de Castellane dissout les associations fraternelles à Lons, la Société des travailleurs. Ce magasin sociétaire a pour enseigne le drapeau tricolore marqué du niveau égalitaire et de la devise républicaine (ADJ, M 37 et M 78) ; il est dissous (M 110). À Dole, dissolution et liquidation de la Société des ouvriers (MP 8/1). On abat les arbres de la Liberté, on efface la devise républicaine. À Cousance, on enlève « une superbe girouette représentant une belle déesse de la Liberté armée d’une pique, élégamment vêtue d’une robe rouge et coiffée du bonnet phrygien » (ADJ, M 78).

13 ADJ, M 80.

14 ADJ, M 60 : Par exemple, Camille Georgeot, de Villers-les-Bois ; ADJ, M 43, Charles Lamy, de Barretaine. ADJ, M 78 : Une affiche apposée dans toutes les communes interdit de leur apporter le moindre soutien. ADJ, M 81 : Un détachement militaire de 25 hommes reste installé à Villers-les-Bois jusqu’à la mi-avril.

15 ADJ, M 101.

16 Selon sa fille, J.-P. Richard, « vieux débris de la Grande Armée », maintes fois blessé, fut transporté en Algérie. Richard n’avait pas cessé de lutter pour autant. Les anciens soldats du Premier Empire jouissaient, en 1851, d’un prestige certain, mais limité, auprès des autorités. Dès 1824, la Société des blessés de Salins est suspecte car liée aux libéraux et aux BCC (ADJ , M 4055 et M 35, Brouillon d’un article de Broye paru dans La Tribune de l’Est, du 19 octobre 1851).

17 ADJ, M 60, Rapport du juge d’Arbois.

18 ADJ, M 52 et MP 61, État des individus qui sont sous le coup de mandat pour cause politique à la date du 2 février 1852.

19 ADJ, M 55.

20 ADJ, M 36.

21 ADJ, M 50.

22 ADJ, M 43.

23 Poligny : 793 oui, 401 non ; Arbois : 648 oui, 747 non ; Salins : 830 oui, 456 non.

24 ADJ, M 67.

25 ADJ, M 67, Commission mixte réunie à l’hôtel de la préfecture : vicomte de Chambrun, préfet ; lieutenant-colonel Charlier, commandant militaire du département ; Jeannez, procureur de la République.

26 ADJ, M 43, Complot d’Arbois ; M 47, Insurrection de Salins ; M 45, Insurrection de Poligny ; M 420, Surveillance légale, condamnés politiques.

27 Les inculpés qui bénéficièrent de pétitions nombreuses et influentes s’en tirèrent évidemment mieux que les autres. Exemples : pétition des pompiers de Rochefort-sur-Nenon en faveur de leur lieutenant J. B. Simon (ADJ, M 420). Charles Meyer, brasseur à Salins peut exciper de 50 lettres de maires du Jura et du Doubs (ADJ, M 53). Jalley, de Villevieux, dispose de 76 signatures, W. Gagneur du soutien du village de Bréry, etc. Cuenin souligne qu’il emploie 200 ouvriers qui seront réduits au chômage ; « ma politique à moi, c’est de faire du papier et de gagner de l’argent […], homme d’honneur incapable de commettre des actes indélicats ». Vingt-six témoins déposent en sa faveur (ADJ, M 54). L’autorité est tentée d’utiliser contre lui une affaire de viol, mais fait silence.

28 ADJ, M 43, Complot d’Arbois ; M 47, Complot de Salons ; M 45, Insurrection de Poligny ; M 420, Surveillance légale, condamnés politiques.

29 ADJ, M 70 bis, Six séances : 5, 7, 11, 12, 13, 17 février 1852.

30 ADJ, M 83 et M 101.

31 Nous avons retenu la liste, close le 22 mars 1852, de la première décision de la commission mixte (ADJ, M 83). La commission fut dissoute le 27 mars et l’état de siège levé le 29 mars. D’autres documents sont disponibles : M 70bis, M 66, M 83 (cinq registres), ainsi que les 516 dossiers individuels clos le 13 avril. À partir d’une liste antérieure (M 71bis) de la fin de février contenant 485 noms, M. Pierre Vernus parvient à d’autres conclusions : Vernus Pierre, 1984, Aspects des révoltes populaires dans le Vignoble jurassien (1830-1851), mémoire de maîtrise, Lyon, Université de Lyon 2.

32 Le 3 juin 1852, le sous-préfet de Poligny se plaint de ne pas avoir à sa disposition « une liste générale sur laquelle, à côté des noms se trouverait mentionné le fait principal qui a motivé la condamnation. Il importerait que je fusse en mesure de répondre d’une manière précise aux surveillés et à leur famille qui peuvent m’adresser des demandes à ce sujet » (ADJ, M 419). Demande identique du garde des Sceaux en juillet 1852 (ADJ, M 52), du ministre de l’Intérieur en septembre. Le préfet s’en prend au sous-préfet de Poligny (ADJ, M 80).

33 ADJ, M 101, Rapport semestriel du préfet pour 1852.

34 Ibid.

35 La documentation permet de rencontrer un type de paysan assez aisé, souvent célibataire, qui lit beaucoup de livres et de journaux et qui rédige bien. Par exemple, Jean-Étienne Gallois ou Bougueney : « je venais souvent à Dole pour chercher des romans car j’en lis beaucoup » (ADJ, M 56) ; ou encore Charlot dit « Charmant », vigneron à Montmirey-la-Ville : « De très nombreux documents saisis chez lui traitant de questions générales, d’histoire et de politique, de littérature. Socialiste, phalanstérien. Abonné à quatre journaux politiques. Profond rêveur. Possédé par la fureur d’écrivasser. Écrit la nuit, court le jour. Homme à faire 25 lieues du lever au coucher du soleil. Pas mauvais fond » (ADJ, M 54). Autre exemple, Jannot Jean-Baptiste, 68 ans en 1854, ancien membre du conseil municipal de Mirebel, démissionnaire en juin 1849 est « un vieillard que la surveillance met en état continuel d’exaspération […] regardé comme fou ». Jannot adresse plusieurs lettres, bien écrites, au préfet pour protester contre une surveillance tracassière qui l’empêche de se rendre dans la commune voisine. Il possède, précise-t-il, « le livre d’un exilé célèbre, le Mémorial de Sainte-Hélène qu’il emportera en exil, s’il y est forcé » !

36 ADJ, M 45. Selon une liste, concernant 173 inculpés de Poligny et des environs, 60 % ne possédaient rien. La plupart des vignerons étaient partiaires, c’est-à-dire cultivaient à mi-fruit les vignes des propriétaires. Le revenu matriciel des autres allait de 7 F, ce qui correspondait à une chaumière ou à 1 ha de pâture, ce qui mesurait l’aisance.

37 Antoine Guignet, ancien secrétaire des bons cousins de Salins, aurait dit : « le parti traîne à sa suite un tas de canailles qui ne demandent que pillage et désordre mais qui sont peu nombreux, trente environ, le parti saurait bien les contenir », ADJ, M 67.

38 Exemples : Joseph Roure au Bouzet, d’Arbois.  Mauvais sujet, rôdeur de nuit, dangereux, voleur ; « Je vais à la vigne tous les dimanches et mes voisins n’approuvent pas cette conduite ». Rien ne peut être retenu contre ce vigneron qui est cependant transporté en Algérie.

39 À Vernantois, village de vignerons, des haines et des dénonciations qui n’ont apparemment pas grand-chose à voir avec la politique conduisent à trois expulsions (ADJ, M 55 et M 80). Le préfet écrit dans son rapport de 1852 : « dans les campagnes, cette répression qui débarrasse le pays de gens ratés ou ruinés a été d’un bon effet », ADJ, M 101. Vernantois était déjà très agité en 1848, cf. Desaunais A., 1948, « La révolution de 1848 dans le Jura », Travaux 1948 de la Société d'émulation du Jura, p. 144 et 158-160.

40 Exemple : le notaire Boitet, d’Annoire, criblé de dettes, qui quitte Montreuil pour Bruxelles.

41 Wladimir Gagneur était Polinois, sa fortune était l’une des plus importantes du Jura mais il ne s’était pas impliqué dans l’affaire de Poligny des 3 et 4 décembre 1851, qui ne s’était accompagnée d’aucune violence de la part des insurgés. Il n’empêche, cette affaire fut au centre de la formation d’une opinion démocratique.

42 Nous n’avons pas trouvé le dossier de Wladimir Gagneur dans les papiers de la commission mixte ; il rentra de Belgique en mars 1853. Le dossier M 59 aux ADJ, intitulé « Victimes du coup d’État du 2 décembre 1851 (1881-1882) », comporte une lettre de W. Gagneur où celui-ci demande au préfet l’autorisation de retirer son dossier personnel. Jeandot demanda à partir en Algérie avec sa femme et ses enfants, trois petites filles dont la dernière âgée d’un mois. Les autorités permettaient le départ des familles si les conditions d’accueil paraissaient assurées.

43 Exemple : Berte ex-instituteur, aubergiste à Parcey.

44 Témoignage du curé de Villers-les-Bois sur l’instituteur Poillevey, exilé en Angleterre avec son fils : « j’ai toujours considéré Poillevey comme un démagogue modéré. Plusieurs de ses anciens élèves auraient trempé dans l’insurrection mais je n’affirme pas que cet esprit leur ait été inculqué par Poillevey qui pratiquait ses devoirs religieux », ADJ, M 45.

45 ADJ, M 54.

46 L’École normale départementale de Salins est fermée en septembre 1850.

47 ADJ, M 101. Rappelons ici la célèbre affaire Pierre Vaux, cet instituteur bressan qui fut maire de Longepierre en Saône-et-Loire, non loin de Dole. Destitué en 1850, puis accusé à tort d’incendies criminels, Pierre Vaux fut déporté à Cayenne où il mourut en 1875. Il fut réhabilité en 1895 grâce à l’action de son fils Pierre-Armand Vaux, député de la Côte-d’Or, un an donc après le début de l’affaire Dreyfus. Cf. Buchot Auguste et Gauthey Claude-Gilbert, 1994 [1889], Histoire de Pierre Vaux, Pierre-de-Bresse, Écomusée de la Bresse bourguignonne. À propos des institutrices : le sieur Ponsard, proche de Sommier, qui désire la main de l’institutrice de Ruffey « est allé trouver M. le Préfet auquel il fit une soumission entière pour obtenir l’autorisation de mariage et lui promit de ne plus faire de politique, sa demande ne lui fut accordée qu’à cette condition », ADJ, M 81.

48 ADJ, M 80 et M 82, Brouillon de la main du préfet.

49 ADJ, M 80.

50 ADJ, M 77, Brouillon de la main du préfet.

51 ADJ, M 420.

52 ADJ, M 80 et M 418. Les deux listes ne coïncident pas.

53 Reffay Jean-Louis et Romanet Pierre, 1989, « Romuald Vuillermoz, avocat, bagnard… et maire d’Alger », Bulletin des Amis du Vieux Saint-Claude, n° 12, p. 31-38. Félix Broutet évalue à 4 400 le nombre de Francs-Comtois qui émigrèrent en Algérie entre 1843 et 1894, dont 2 000 entre 1851 et 1855. Ce qui correspond à la période de surveillance la plus dure et à la pauvreté qui règne dans la région : mauvaises récoltes, choléra ; Broutet Félix, 1965, « L’émigration franc-comtoise en Algérie au xixe siècle », Tableau d’activité de la Société d’émulation du Jura (1959-1964), p. 77-79.

54 ADJ, M 420 et M 429. Barbier avait vraisemblablement été protégé de l’exécution par la présence de Wladimir Gagneur. Sa peine à Algérie + fut commuée en internement à Loches le 21 juillet 1852. Il est vraisemblable que Barbier ne soit pas allé en Algérie.

55 ADJ, M 101, avril 1852.

56 ADJ, M 101, Rapport du sous-préfet de Saint-Claude.

57 ADJ, M 48. R. Vuillermoz vivait avec une concubine, dont il avait des enfants reconnus par lui, ce qui peut expliquer l’attitude de sa famille qui est peu intervenue, semble-t-il.

58 ADJ, M 80.

59 ADJ, M 48, Dossier Jourd’hui et MP 296/2, Écrits séditieux (1851-1871).

60 ADJ, M 101.

61 Ibid.

62 ADJ, M 36.

63 Gallois Jean-Étienne, 1889, Mémoires d’une victime du 2 décembre, Arbois, Imprimerie Cuchet. Voir également Vuilleumier Marc, 1981, « L’impression et la diffusion de la propagande républicaine », in Candaux Jean-Daniel et Lescaze Bernard (éds), Cinq siècles d’imprimerie genevoise, actes du colloque du 27-30 avril 1978, Genève, Société d’histoire et d’archéologie de Genève.

64 Gallois Jean-Étienne, op. cit.

65 Ibid.

66 ADJ, M 60, Lettre du maire d’Arbois (27 décembre 1881) et M 59, Rapport du sous-préfet : « Gallois est honorable. Caractère entier et un peu absolu. Il peut être rangé dans la catégorie des intransigeants […], vivant autrefois dans une certaine intimité avec M. Grévy, il n’est plus reçu aujourd’hui chez le président de la République. Obligeant au fond et serviable. Influence politique aujourd’hui très diminuée ».

67 ADJ, M 49 et M 85.

68 Bougueney, d’Auxange, est un cas extrême. D’abord simple surveillé, il passe en Suisse. Après son arrestation, il est condamné à la déportation à Cayenne, d’où il s’évade. Gallois situe son retour de Nouvelle-Calédonie en 1859, ce qui est certainement une confusion.

69 ADJ, M 420.

70 ADJ, M 420.

71 ADJ, M 60.

72 ADJ, M 80.

73 En 1854, l’ex-représentant républicain Derriey s’est converti en agent d’une officine parisienne de recrutement pour la Californie et l’Australie. Il aurait utilisé à cet effet ses accointances avec le comice agricole de Dole (ADJ, M 85).

74 ADJ, M 418. L’état de l’amnistie générale du 16 août 1859 répertorie encore 306 surveillés, presque tous ruraux, sur un total de 338 républicains toujours soumis à condamnation. Il y a donc davantage de surveillés en 1859 qu’en 1852, ce qui s’explique par le faible nombre de remises de peine dans cette catégorie et l’adjonction d’autres condamnés dont la peine avait été commuée en surveillance. Il est vrai qu’en 1859 les appels de quinzaine ne se pratiquaient plus qu’à Aumont (ADJ, M 420).

75 ADJ, M 66.

76 ADJ, M 87.

77 ADJ, MP 61, État des hommes dangereux du département (1853-1861). Les transportés de 1858 furent Bellaigue et François Nicot, d’Aumont, en octobre 1858 (pour la seconde fois), Debrand et Bernard, de Salins, et ce personnage original qu’était Paul-Émile Perret, dit « Paul-Émile », homme de lettres à Saint-Claude. Il y en eut d’autres : Monneret, épicier à Vincelles, condamné à cinq ans de déportation à Lambessa pour ses contacts avec Gallois (M 73).

78 ADJ, M 4055, Sociétés secrètes (1865-1869) et M 4051, Réunions publiques (1848 à 1880). Ces statuts calligraphiés en 6 chapitres et 34 articles se réclament de la morale chrétienne la plus traditionnelle. Ils écartent les non-catholiques et les domestiques. À notre connaissance, l’Église catholique n’a cependant jamais soutenu les bons cousins. De leur côté, les républicains ne firent rien pour les ressusciter après 1871.

79 ADJ, M 85. Nous retrouvons à cette occasion plusieurs « démagogues » d’Arbois : l’homme à la guillotine miniature, Moine, qui s’enfuit à nouveau en Suisse (ADJ, M 90, Lettre à sa mère) ; Lornet, le voisin de Jean-Joseph Pasteur ; Gallois, dont les passages ont été repérés par la police. Voir également MP 110, Associations et sociétés diverses (1850-1869).

80 Marianne est la femme captive du roi tyran Hérode.

81 Javel Auguste, La guerre au socialisme c’est la guerre à la fraternité, Arbois, s. n., 16 p. (ADJ, Br 2565). Contrairement à ce que pensait Javel, T. Muret a bien existé. C’était un écrivain légitimiste.

82 Ce terme est utilisé par Huard Raymond, 1982, Le mouvement républicain en Bas-Languedoc (1848-1881), Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques. L’auteur désigne ainsi les attitudes populaires que nous avons étudiées sous le titre : « Une guerre civile imaginée ».

Table des illustrations

Titre Figure 8. Origine géographique de 403 inculpés (sur 417, liste close le 22 mars 1852). Source : © IGN BDCARTO, réalisée par Marion Landré et Marie Gillet (MSHE Ledoux) d’après la carte publiée dans Merlin Pierre, 1995, « Le coup d’État du 2 décembre 1851 dans le Jura : la répression, les hommes, l’exil », Travaux de la Société d’émulation du Jura, p. 289.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/5527/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Figure 9. Répartition sociale et politique de 417 inculpés condamnés par la commission mixte du Jura (1re décision). Liste close le 22 mars 1852. Source : Réalisée par Marie Gillet (MSHE Ledoux) d’après la figure publiée dans Merlin Pierre, 1995, « Le coup d’État du 2 décembre 1851 dans le Jura : la répression, les hommes, l’exil », Travaux de la Société d’émulation du Jura, p. 291.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/5527/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure 10. Billet de loterie de l’association Europäische Democratie à Genève (1er février 1850) en faveur des exilés allemands, français, italiens, polonais et hongrois. Légende : Le premier lot était un tableau de Rubens (La visite de la Sainte Famille), le deuxième une bibliothèque des classiques allemands en édition originale. Source : © Archives départementales du Jura, 1 M 76.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/5527/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Figure 11. La République instruisant ses enfants. Source : Estampe de Léon de Guillemin © BnF, département Estampes et photographies, Réserve QB-370 (110)-FT4.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/5527/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 917k

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search