Version classiqueVersion mobile

Michelet, à la recherche de l’identité de la France

 | 
Aurélien Aramini

Deuxième partie. De l’identité fusionnelle de la nation française…

De l’identité fusionnelle de la nation française…

Texte intégral

  • 1 C’est en ces termes que Michelet parle de l’Introduction à l’histoire universelle dans la préface (...)
  • 2 Le concept de « peuple type » n’est pas utilisé littéralement par Michelet. Il permet néanmoins de (...)
  • 3 En tant que telle, cette affirmation n’est pas originale. Radicalement opposé à un penseur comme M (...)

1Les « premières pages [de Michelet] après Juillet1 » font de la France le peuple type2 du présent3 pour trois raisons qui articulent en une philosophie de l’histoire l’ensemble des recherches menées par l’historien philosophe lors de la précédente décennie. Tout d’abord, les Trois Glorieuses sont l’aboutissement de la longue lutte de l’humanité contre la fatalité menée depuis l’Inde, point de départ des migrations du genre humain. En second lieu, la nation française, centralisée par l’action de la monarchie et de la Révolution française, résultat d’un puissant travail d’elle-même sur elle-même, est la première manifestation de la liberté authentique, c’est-à-dire la liberté dans l’égalité des droits politiques, réalisation mondaine par le peuple du principe chrétien d’égalité. Enfin, le peuple français est l’agent politique par excellence dans la mesure où il a montré pour la première fois au monde sa capacité d’organisation immanente.

  • 4 Foucault, « Il faut défendre la société », cours au Collège de France (1975-1976), édition établie (...)
  • 5 Ibid.
  • 6 Ibid., p. 204.
  • 7 Ibid. Pour Foucault, les historiens libéraux héritent, tout en le subvertissant, de ce schème bell (...)
  • 8 Ibid., p. 212. C’est, pour Foucault, la question que l’histoire et la philosophie poseront conjoin (...)
  • 9 Introduction à l’histoire universelle, p. 255.
  • 10 Ibid., p. 254.
  • 11 Ibid., p. 255.
  • 12 Concernant l’idée d’une « fin d’un dogme » de Jouffroy et la conception micheletienne d’un dogme n (...)

2Tout comme « l’histoire telle qu’on va la voir écrite par Guizot, Augustin Thierry, Thiers4 », le discours micheletien entrecroise deux grilles d’intelligibilité : la première consiste à « se donner, au départ, un rapport de force, un rapport de lutte5 » et la deuxième fait du présent le moment de l’universel tenant lieu d’« achèvement totalisateur6 » du parcours historique. Toute l’originalité micheletienne réside dans la manière de mettre en place et de faire fonctionner l’articulation de ces deux grilles. Certes, la lutte de la liberté héroïque et de la liberté dans l’égalité des droits politiques ainsi que l’orientation téléologique de l’histoire vers la France de Juillet 1830 rattachent Michelet à une « histoire de type libéral ou bourgeoise7 » et le jeune professeur s’appuie indéniablement sur les travaux de ses maîtres, tant sur les cours de Guizot à la Sorbonne que sur les recherches des frères Thierry. Mais le discours du jeune historien philosophe corrige cette grille d’intelligibilité par l’affirmation que, dans le présent de la France de 1831, la « vérité de l’universel8 » est incarnée par « tout un peuple9 », celui de Juillet 1830, et non par les citoyens capacitaires de la monarchie de Juillet. En s’appuyant sur la manifestation historique du peuple-populus des Trois Glorieuses, incarnation d’une volonté révolutionnaire inédite car « sans héros, sans noms propres10 », l’historien philosophe voit dans la France, fusion intime des races, l’incarnation d’une société réalisant la liberté dans l’égalité des droits politiques, « dernier pas loin de l’ordre fatal et naturel » et premier vers le « Dieu social11 ». Aussi le problème central posé par la Restauration – quel dogme nouveau inventer pour remplacer le vieux dogme mort12 ? – trouve-t-il sa première réponse dans l’œuvre micheletienne.

Notes

1 C’est en ces termes que Michelet parle de l’Introduction à l’histoire universelle dans la préface de 1869 à l’Histoire de France (HF, t. I, La Gaule, les invasions, Charlemagne, op. cit., p. 14)

2 Le concept de « peuple type » n’est pas utilisé littéralement par Michelet. Il permet néanmoins de rendre compte de sa manière de penser les peuples dans l’histoire universelle. Ce concept est mobilisé – sans être nommé – par Ballanche dans son Essai sur les institutions sociales dans leur rapport avec les idées nouvelles (Pierre-Simon Ballanche, Essai sur les institutions sociales, corpus des œuvres de philosophie en langue française, Fayard, 1991. Publication originale en 1818). Dans le deuxième chapitre de son Essai, Ballanche examine la « marche progressive de l’esprit humain » et il affirme que les nations héritent, indéniablement, les unes des autres. Le genre humain est un seul tout mais certains peuples sont choisis « pour diriger et mûrir les idées des autres ». Cette idée est exprimée métaphoriquement dans la préface de l’Introduction à l’histoire universelle grâce à l’image du « vaisseau » qui désigne l’humanité qui se meut sur le fleuve de l’histoire, autre image classique des philosophies de l’histoire que Cousin a développée dans le fragment qui eut tant d’importance dans le développement intellectuel de Michelet. La métaphore est filée par Michelet tout au long de la préface. Chacun des peuples « pilotes » prend tour à tour la barre du vaisseau de l’humanité : se retrouvent la logique de succession – les pilotes viennent les uns après les autres – la logique d’unité – il n’y a qu’un seul pilote à un moment donné – et la logique d’universalité – le pilote conduit tous les passagers.

3 En tant que telle, cette affirmation n’est pas originale. Radicalement opposé à un penseur comme Michelet sur la plupart des problèmes politiques et philosophiques, Maistre fait jouer à la France le même rôle dans l’histoire universelle : « Il y a des nations privilégiées qui ont une mission dans ce monde. J’ai tâché déjà d’expliquer celle de la France, qui me paraît aussi visible que le soleil » (Joseph de Maistre, Du Pape, Genève, Librairie Droz, 1966, discours préliminaire, p. 19). Mais, bien sûr, le contenu de cette « mission » est complètement différent chez les deux penseurs.

4 Foucault, « Il faut défendre la société », cours au Collège de France (1975-1976), édition établie, dans le cadre de l’Association pour le centre Michel Foucault, sous la direction de François Ewald et Alessandro Fontana, par Mauro Bertani et Alessandro Fontana, coll. « Hautes Études », Seuil/Gallimard, 1997, p. 202. Foucault inclut Michelet dans la série des historiographes de la Restauration : l’Introduction à l’histoire universelle fonctionne effectivement à partir des deux grilles d’intelligibilité de l’histoire qui se juxtaposent dans le discours historique au XIXe siècle.

5 Ibid.

6 Ibid., p. 204.

7 Ibid. Pour Foucault, les historiens libéraux héritent, tout en le subvertissant, de ce schème belliqueux qui naît avec Boulainvilliers, auteur emblématique de la réaction nobiliaire de la fin du XVIIe siècle. L’historiographie connaît alors un tournant majeur en faisant de la « guerre » l’essence de l’histoire du royaume. Voir infra les trois premiers chapitres de la présente partie pour la mise en œuvre micheletienne de la « lutte » constitutive de l’histoire universelle.

8 Ibid., p. 212. C’est, pour Foucault, la question que l’histoire et la philosophie poseront conjointement au XIXe siècle : « qu’est-ce qui, dans le présent, porte l’universel ? » (ibid.).

9 Introduction à l’histoire universelle, p. 255.

10 Ibid., p. 254.

11 Ibid., p. 255.

12 Concernant l’idée d’une « fin d’un dogme » de Jouffroy et la conception micheletienne d’un dogme nouveau pour l’avenir voir infra, cinquième chapitre de la présente partie.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search