Version classiqueVersion mobile

Michelet, à la recherche de l’identité de la France

 | 
Aurélien Aramini

Première partie. La formation de la pensée micheletienne de l’histoire

Chapitre II. La portée révolutionnaire de la Scienza nuova

Texte intégral

  • 55 « […] nel 1827 a Parigi, per opera di Giulio Michelet, un, più che traduzione, travestimento franc (...)
  • 56 Ainsi Alain Pons rend-il Michelet responsable du fait que « Vico a été rangé dans la catégorie acc (...)
  • 57 P. Bénichou, le Temps des prophètes, op. cit., p. 921.

1Dans la présentation de son édition de la Scienza nuova, Fausto Nicolini qualifie de « travestimento francese » la traduction de l’œuvre majeure de Vico publiée par Michelet en55. Il est indéniable que la véritable pensée du philosophe napolitain a été plus occultée que révélée par Michelet56. En revanche – à défaut d’éclairer la Scienza nuova dans la mesure où elle est interprétée relativement à des exigences problématiques qui ne sont pas les siennes – les Principes de la philosophie de l’histoire participent à l’élaboration de la philosophie de l’histoire du jeune traducteur. L’interprétation micheletienne de l’œuvre vichienne n’est pas tant un contresens que la réduction de celle-ci à une intuition capitale – la dimension prométhéenne de l’histoire – pour écrire l’histoire, penser la logique de l’histoire universelle et montrer, à la suite des historiens libéraux, que l’histoire ne peut tenir lieu d’argument contre-révolutionnaire. Par conséquent, le problème de la reprise micheletienne de Vico est double : il faut comprendre, d’une part, comment l’œuvre vichienne va être lue et traduite comme réponse possible à la problématique de Cousin et comme moyen de donner sens aux « révolutions » et, d’autre part, pourquoi ce travail sur la Scienza nuova, texte qui « avait de quoi heurter Michelet par sa théorie des ricorsi, de l’éternel retour des phases sociales successives de l’humanité57 », a un sens philosophique, historique et politique pour un jeune philosophe historien à la sensibilité libérale.

I. Traduction, clarification et contresens

  • 58 Principes de la philosophie de l’histoire traduits de la Scienza Nuova de J. B. Vico et précédés d (...)
  • 59 Principes de la philosophie de l’histoire traduits de la Scienza Nuova de J. B. Vico et précédés d (...)
  • 60 Ibid., p. vj.
  • 61 Ibid.
  • 62 La remarque est de P. Viallaneix dans l’introduction qu’il consacre au « Vico » de Michelet (OCV I (...)
  • 63 Les principes de la philosophie de l’histoire, op. cit., p. LIX.

2Une traduction complète de la Scienza nuova n’est pas souhaitable car cette œuvre, écrit Michelet en avertissement58, n’est pas une « montagne aride59 » mais un ensemble qui souffre d’un « luxe de végétation60 ». Les Principes de la philosophie de l’histoire mettent en ordre et épurent la Scienza nuova « en supprimant, abrégeant ou transposant les passages qui en reproduisaient d’autres sous une forme moins heureuse, ou qui semblaient appelés ailleurs par la liaison des idées » et en écartant « quelques paradoxes bizarres, quelques étymologies forcées, qui ont jusqu’ici décrédité les vérités innombrables de la Science nouvelle61 ». Même si « la traduction de Michelet n’est ni littérale ni complète62 », elle n’est pas incohérente pour autant. Les passages supprimés et les choix de traduction illustrent pour une part cette exigence de clarification. Cependant, ils révèlent aussi comment le jeune traducteur trahit le texte original en le lisant dans le cadre conceptuel posé par la problématique de Cousin. Dans l’« Appendice du discours » qui précède la traduction, Michelet prévient le lecteur : « Quoique nous n’ayons point traduit le morceau considérable, intitulé : Idée de l’ouvrage, et que nous ayons abrégé de moitié la Table chronologique, nous n’avons réellement rien retranché du 1er livre63 ». Or c’est bien dans la traduction du premier livre de la Scienza nuova, qui expose les axiomes, les principes et la méthode de la science nouvelle vichienne, que la pensée cyclique de l’histoire du philosophe napolitain va être rabattue sur la conceptualité propre à la philosophie cousinienne.

*****

  • 64 La formule est de P. Viallaneix dans sa présentation du « Vico » (OCV I, p. 273). Le texte en ques (...)
  • 65 « Degli Elementi », Vico, Scienza nuova, op. cit., p. 71 sqq. Je traduis de l’italien de la manièr (...)
  • 66 Michelet traduit « elementi » par « axiomes ». A. Pons par « éléments ».

3Dans l’étude comparée de la philosophie de Vico et de celle de Herder, Jouffroy loue « l’autorité du penseur qui a su dominer la pensée désordonnée de la Scienza nuova64 ». La traduction de Michelet se présente en effet comme un travail de clarification et de mise en ordre d’une pensée riche mais confusément exprimée. La traduction de la deuxième section du livre I de la Scienza nuova, consacrée à l’exposition « des éléments65 » est révélatrice de l’effort du traducteur. Après une courte introduction, Vico fait se suivre sans indication une série de 114 éléments numérotés en chiffres romains. Michelet procède différemment, regroupant ces « axiomes66 » en ensembles cohérents auxquels il donne un titre. Il ne produit pas lui-même ces divisions ; il reprend celles indiquées par Vico au cœur même d’un paragraphe, ce qui rendait peu aisée la lecture du texte original. Selon ce procédé, toute la Scienza nuova est fragmentée par Michelet qui suit, dans la plupart des cas, les indications de Vico. Mais les efforts de clarification de Michelet ne concernent pas seulement la mise en page. Ils consistent aussi à améliorer l’argumentation de Vico en mettant en relief certaines expressions et en supprimant les digressions qui lui semblent inutiles.

*

4Tout en rendant accessible l’œuvre foisonnante du philosophe napolitain, la lecture d’une pensée cyclique de l’histoire à partir de la problématique de Cousin va cependant donner lieu à trois types de déplacements conceptuels visibles dans la traduction elle-même qui trahit le sens de la Scienza nuova. Ainsi, dans les Principes de la philosophie de l’histoire ou dans son « Discours sur le système et la vie de Vico », le pluriel des nations est remplacé par l’unité de l’histoire humaine, la représentation de la succession des peuples prend le pas sur la profusion des histoires et, enfin, les étapes de l’histoire de l’humanité en son ensemble deviennent des absolus là où les états de la vie des sociétés sont toujours particularisés chez le penseur napolitain.

  • 67 Par exemple, Vico écrit « […] non crediamo d’offendere il diritto di niuno se ne ragioneremo spess (...)

5Concernant l’unité de l’histoire, Michelet substitue l’idée d’« origine de la civilisation » au singulier à celle de principes partagés par la multiplicité des nations humaines ; en traduisant par « civilisation » le concept d’umanità, il fait perdre son sens à l’histoire idéale éternelle de Vico qui, elle, renvoie à un schème que les nations suivent simultanément, antérieurement ou postérieurement les unes aux autres et non à un processus global auquel tel ou tel peuple type contribuerait67. La traduction ne rend pas compte du fait que la recherche des origines primitives n’a pas pour but d’éclairer les faits historiques chronologiquement antérieurs à l’histoire antique mais plutôt le phénomène de la similarité de leur déroulement. Aussi la traduction de Michelet laisse-t-elle penser que l’origine de la civilisation est un moment singulier du temps historique, alors que pour Vico les principes de l’humanité – qui constituent l’humanité de l’homme, à savoir : la religion, le mariage et les sépultures – n’ont rien de temporel si ce n’est relativement à l’histoire particulière d’une nation.

  • 68 Ainsi, Vico écrit : « Questa Tavola cronologica spone in comparsa il mondo delle nazioni antiche, (...)
  • 69 Ibid., p. 33.
  • 70 « Synchronique » dans le sens où la table proposée par Vico rassemble l’histoire des différentes n (...)
  • 71 Cette table chronologique précède le premier livre de la Scienza nuova.

6Là où le penseur napolitain conçoit l’histoire comme une profusion de nations qui suivent l’histoire idéale éternelle, Michelet fait de l’histoire de la civilisation une succession de nations68. Or le passage du pluriel des nations au singulier de la civilisation suppose un second déplacement conceptuel négligeant les matériaux historiques du texte de Vico. En effet, la Scienza nuova s’ouvre sur une « table chronologique69 » que Michelet n’a pas jugé bon de reproduire et dont il ne traduit que la moitié de l’explication. L’interprétation même de cette table, dès les premières lignes de la traduction, trahit le déplacement conceptuel d’une « histoire profusion » à une « histoire succession ». Alors que chez Vico, les nations sont présentées de manière synoptique, sans que l’une succède temporellement à l’autre, Michelet interprète comme une chronologie l’histoire du monde ancien en lui donnant une unité organique, un début et une fin. La table de Vico est synchronique70 et chacune des nations reproduit le cercle idéal de l’histoire. La mise en perspective des différentes histoires a pour fonction de montrer qu’elles suivent un cours similaire. Le « Discours sur le système et la vie de Vico » identifie les trois âges vichiens à des âges de l’humanité dans le monde antique : selon Michelet, « dans le développement de la société humaine, dans la marche de la civilisation, on peut distinguer trois âges, trois périodes ; âge divin ou théologique, âge héroïque, âge humain ou civilisé ». Or la Scienza nuova distingue ces trois âges dans chacune des nations antiques, toutes suivant le même cycle idéal. La table chronologique proposée par Vico71 a pour objet de mettre en évidence la scansion ternaire que laissent apparaître les histoires particulières des peuples de l’Antiquité.

  • 72 Concernant l’histoire de la Grèce antique, Vico écrit « Perché si truova che da Ercole si noverava (...)

7La suppression constante des particularisations des âges de l’histoire des nations conduit à donner une valeur absolue à des époques toujours particulières72. Dans les Principes de la philosophie de l’histoire, c’est l’histoire de l’humanité qui est scandée par des âges et non l’histoire d’une société humaine singulière. Pour Vico, il n’est jamais question, au sein même de l’histoire particulière des nations antiques, d’un âge divin ou héroïque en soi. Ainsi n’y a-t-il de héros, de dieux ou d’hommes que pour une nation particulière, le développement ne se produisant que relativement au corso ou au ricorso de cette nation, sauf dans le cas particulier d’un contact avec une autre nation où le cours idéal qu’aurait suivi d’elle-même cette nation se trouve alors perturbé. Bref, l’histoire du monde antique pensé comme totalité ne peut être représentée de manière linéaire comme la succession de trois âges absolus et datables dans la mesure où la pensée vichienne de la nature commune des nations a pour objet de montrer comment celles-ci, indépendamment les unes des autres, suivent d’elles-mêmes, un mouvement cyclique perpétuel.

II. L’usage de Vico

  • 73 Introduction à l’histoire universelle, note de la page 258, p. 297.
  • 74 P. Viallaneix, La Voie royale, op. cit., p. 237.
  • 75 Cousin, Fragment « De la philosophie de l’histoire », op. cit., p. 335.
  • 76 Ainsi la dernière note de l’Introduction à l’histoire universelle fait-elle de Vico « le véritable (...)
  • 77 Dans la huitième leçon du premier semestre de 1848 au Collège de France, Michelet s’efforce de tir (...)
  • 78 HF, t. I, préface de 1869, p. 11.

8S’il est indéniable que la métaphysique vichienne subit une véritable violence théorique, la lecture micheletienne faisant de Vico « le véritable prophète de l’ordre nouveau qui commence73 » ne s’enracine pas dans un contresens. Michelet est sans conteste un traduttore traditore dans la mesure où il fait d’une pensée de l’histoire cyclique une philosophie de l’histoire au sens où Cousin l’entend. Néanmoins, il faut voir que ce contresens porte sur un aspect de la pensée vichienne qui ne s’inscrit pas dans le triple projet philosophique, historique et politique du jeune traducteur. Michelet « résume sans chaleur la théorie des ‘‘retours’’ » d’une part parce qu’elle lui semble « malmener les faits et menacer la liberté humaine74 » et d’autre part parce que la métaphysique vichienne ne permet pas de résoudre les questions cousiniennes que le jeune philosophe, héritier avoué des Lumières, a découvertes comme étant substantiellement liées à la philosophie de l’histoire, à savoir « si la destinée humaine reste la même, gagne ou perd, avance ou recule au milieu des révolutions qui la bouleversent ?75 ». Or, justement, la métaphysique des corsi et ricorsi échoue à donner du sens aux révolutions et, tout autant, à la Révolution. Admettre le retour des mêmes révolutions comme si rien ne changeait fondamentalement, c’est renoncer à la philosophie de l’histoire et donner raison aux ennemis de la Révolution. Si Michelet contribue, par son travail sur Vico, à donner des arguments au camp libéral lors de la Restauration, au même titre qu’un Guizot ou qu’un Barante, s’il fait de l’auteur de la Scienza nuova le prophète d’une société postrévolutionnaire en 183176 et s’il s’en réclame encore en 1848 lors du Printemps des Peuples77, c’est parce qu’il voit la portée non seulement philosophique, historique mais aussi et surtout politique et révolutionnaire de la pensée du philosophe napolitain. Cependant, ce n’est pas du côté de la métaphysique qu’il faut chercher cette portée politique et révolutionnaire mais du côté de la logique de l’histoire déployée par la Scienza nuova, dans le principe selon lequel « L’homme est son propre Prométhée78 », principe lu par Michelet dans la perspective d’une interprétation-actualisation de l’œuvre vichienne.

*****

  • 79 Je reprends la définition du libéralisme de la Restauration proposée par P. Bénichou à savoir : «  (...)
  • 80 « […] One of the most persistent and important of the themes of Liberal historiography of the Rest (...)

9Durant la Restauration, le projet de reconquête de l’histoire par les historiens libéraux79 prend deux directions : la première, initiée par Mme de Staël dans ses Considérations sur les principaux événements de la Révolution française et empruntée ensuite par Augustin Thierry et Guizot, consiste à montrer le caractère inévitable de la Révolution80 et la seconde, prise par Barante, s’efforce de mettre en évidence l’insuffisance des arguments historiques avancés par les contre-révolutionnaires en leur retournant l’argument de l’histoire.

  • 81 Marcel Gauchet, « Les ‘‘Lettres sur l’histoire de France’’ d’Augustin Thierry », op. cit., p. 789.
  • 82 P. de Barante, Histoire des ducs de Bourgogne de la maison de Valois. 1363-1477, Paris, Ladvocat, (...)
  • 83 Barante cite explicitement les Soirées de Saint-Pétersbourg de Maistre dans la préface de l’Histoi (...)
  • 84 Ibid., p. 86.
  • 85 Ibid., pp. 85-86.

10Dans sa première variante, l’histoire libérale remet en cause l’idée que la Révolution française serait radicalement « nouvelle » et qu’elle instaurerait une rupture dans l’histoire. Le concept de « civilisation » chez Guizot ou l’opposition des races primitives chez les frères Thierry sont emblématiques de la « quête d’une intelligence et d’une légitimation du mouvement présent par son rattachement à une poussée venue du fond des âges81 ». La seconde variante renverse l’argument de l’histoire en le faisant jouer contre la Contre-révolution. La préface de l’Histoire des Ducs de Bourgogne82 est l’occasion pour Barante de revenir sur certaines affirmations de Maistre83 afin d’en montrer le caractère historiquement fallacieux. L’histoire contredit et invalide les thèses contre-révolutionnaires : aussi l’Histoire des Ducs de Bourgogne est-elle « une longue expérience faite84 » sur la doctrine de ceux qui établissent que « tout pouvoir est non seulement permis, mais préposé par la providence », qui « ne demandent au succès que d’être durable pour le nommer légitime, et pour lui reconnaître une mission divine » et qui considèrent que « le devoir de la société est de se soumettre85 ».

  • 86 Le 22 juillet, Barante écrit une lettre de remerciement à Michelet. Il ne loue pas seulement « la (...)
  • 87 Maistre, Essai sur le principe générateur des constitutions politiques et des autres institutions (...)
  • 88 Ibid., p 383.
  • 89 Ibid.
  • 90 Ibid., p. 382.

11La traduction de Vico et la présentation de ce que Michelet tient pour essentiel dans son système appartiennent à la deuxième variante car, s’il n’est pas explicitement question d’inscrire la Révolution dans la suite des siècles, elle n’en donne pas moins les armes conceptuelles pour remettre en cause la théorie de l’autorité telle que Maistre la mobilise afin de penser le fondement religieux des sociétés. Il ne faut donc pas s’étonner que Barante loue dans le discours de Michelet sa contribution à la compréhension de l’histoire86. La lecture micheletienne de Vico permet d’éclairer l’histoire sous un angle révolutionnaire car elle confère au peuple une puissance historique créatrice. Dans la pensée traditionnaliste de Maistre, l’homme ne peut créer le monde social ; en matière de constitution, il ne peut que reprendre les droits qui existent déjà c’est-à-dire qui ont été consacrés, au sens étymologique, par l’histoire elle-même. Les lois fondamentales d’un peuple « sont évidemment l’ouvrage d’une force supérieure à l’homme87 » et « toute constitution est divine dans son principe88 » : « c’est un oracle qui fonde les cités ; c’est toujours un oracle qui annonce la protection divine et les succès du héros fondateur89 ». Selon l’auteur des Soirées de Saint-Pétersbourg, l’erreur des révolutionnaires a été d’ignorer la vérité historique selon laquelle « l’origine de la souveraineté se trouve hors de la sphère du pouvoir humain » et que la légitimité d’une autorité vient du Temps, premier ministre de Dieu « au département de ce monde90 ». En s’appuyant sur la philologie et sur l’histoire des nations antiques, la philosophie vichienne – et c’est en cela qu’elle est révolutionnaire – montre que l’homme se crée lui-même, qu’il crée le monde social et ses dieux dans un effort prométhéen. L’enjeu est considérable : s’il s’avère que l’humanité est l’œuvre de l’humanité elle-même, que le peuple est créateur et qu’il n’est pas nécessaire de faire intervenir des hommes providentiels – oracles ou héros – pour penser le monde social, le projet révolutionnaire de créer une constitution, des mœurs et une langue ne contrevient pas à la logique même de l’histoire.

  • 91 Maistre, Soirées de Saint-Pétersbourg, Œuvres, op. cit., p. 491. Ce texte et en particulier le deu (...)
  • 92 « Discours sur le système et la vie de Vico », op. cit., p. XXVI.
  • 93 Argument du troisième livre des Principes de la philosophie de l’histoire exposé par Michelet, op. (...)
  • 94 Ibid., p. xxv.
  • 95 Vico, Principes de la philosophie de l’histoire, op. cit., p. 134.
  • 96 La formule est de Michelet dans Le Banquet, III, III, OCV XVI, p. 631.

12L’application de ce principe permet à Michelet de reprendre à nouveaux frais la question du statut des héros fondateurs de nations, de ces sages protégés par Dieu même et de ces poètes anciens que Maistre convoque pour montrer que « les hommes ont commencé par la science91 ». La critique vichienne conduit à reconnaître qu’Hermès, Romulus, Hercule ou Homère ne sont pas des individus mais des universaux fantastiques, des symboles des peuples eux-mêmes. Le troisième livre de la Scienza nuova applique à la figure d’Homère cette clef interprétative et le poète grec se révèle être « l’ensemble des chants improvisés par tout le peuple92 » grec, le « symbole du peuple grec racontant sa propre histoire dans des chants nationaux93 ». De la même manière, Romulus condense les types composants « la société romaine dans son origine94 » et Solon n’est « que le peuple d’Athènes, considéré comme reconnaissant ses droits, comme fondant la démocratie95 ». Par conséquent, la philosophie unie à la philologie montre « comment l’homme, ouvrier de lui-même, se fabrique d’après lui ses législations, ses poèmes et ses Dieux96 ». Dans les Principes de la philosophie de l’histoire, la formulation du principe prométhéen reste modeste. Ce n’est que dans l’Histoire romaine qu’il recevra son interprétation fondatrice :

  • 97 Histoire romaine, avant-propos, op. cit., p. 341.

L’humanité est son œuvre à elle-même […] Ces héros mythiques, ces Hercule dont le bras sépare les montagnes, ces Lycurgue et ces Romulus, législateurs rapides, qui, dans une vie d’homme, accomplissent le long ouvrage des siècles, sont les créations de la pensée des peuples […] Les peuples restaient prosternés devant ces gigantesques ombres. Le philosophe les relève et leur dit : Ce que vous adorez, c’est vous-mêmes, ce sont vos propres conceptions […] Cet homme mythique, ce fils de la pensée populaire, exprima à la fois le peuple et l’idée du peuple97.

  • 98 La formule est de P. Bénichou qui voit dans le recours à ce type de théories le signe d’un consens (...)
  • 99 Jean Guéhenno, l’Évangile éternel, op. cit., p. 51.
  • 100 Ibid., pp. 51-52
  • 101 La comparaison entre la présentation du texte de Vico relatif au ricorso des démocraties et le tex (...)
  • 102 « Discours sur le système et la vie de Vico », op. cit., p. XXXVII.
  • 103 Ibid., p. XIV.

13Cette « complaisance pour les racines irrationnelles de la vie et de la pensée98 » n’est en rien un renoncement au XVIIIe siècle, même si le rationalisme des Lumières en semble bien éloigné ; en effet, l’affirmation « que l’homme se [fait] lui-même, qu’il [est] l’artisan de sa destinée99 » est le credo de la Révolution, « la foi du peuple auquel [Michelet] appartenait, la raison même des espoirs populaires, le postulat de toute révolution100 ». À l’affirmation maistrienne de l’impuissance de l’homme et de l’inanité historique des projets révolutionnaires, Michelet oppose la puissance créatrice du peuple qui s’est manifestée depuis la plus haute antiquité : les hommes providentiels des âges archaïques sont en réalité des peuples entiers qui s’humanisent par eux-mêmes. Le peuple est poète – Homère – et le peuple est législateur – Romulus ou les Brutus de la plèbe. Dès 1827, dans le résumé très libre de la pensée vichienne proposé par le « Discours sur le système et la vie de Vico »101, le peuple – qui « pris en général veut la justice » et qui, « lorsqu’il entre ainsi dans le gouvernement […] fait des lois justes, c’est-à-dire généralement bonnes102 » – est le héros de l’histoire. Si Maistre a raison d’affirmer que l’individu ne peut créer, il ignore la puissance prométhéenne de la plèbe, du tiers-état, du peuple, révélée par la philosophie appuyée par la philologie, la « science des faits et des langues103 ». L’histoire des peuples, les mythes et les législations archaïques ne confortent en aucun cas les symboles de l’autorité de la coalition que forment royauté, aristocratie et clergé durant la Restauration. Bien autrement que la métaphysique des corsi et ricorsi, le principe prométhéen contribue à renforcer l’idée que l’histoire est un argument en faveur du projet révolutionnaire.

*

  • 104 La traduction-interprétation de la Scienza nuova par le jeune Michelet s’inscrit dans une perspect (...)

14La filiation Vico-Michelet a pour vecteur le principe prométhéen, principe qui prend sens relativement à un usage de Vico reposant sur des choix interprétatifs actualisant la Scienza nuova. Dans le « Discours sur le système et la vie de Vico » qui précède la traduction, deux passages peu orthodoxes du point de vue vichien montrent que les choix du commentateur sont commandés par la volonté d’actualiser la pensée du philosophe napolitain dans une perspective libérale104 et de lui donner une portée que l’auteur de la Scienza nuova lui-même n’a pas soupçonnée. Le premier passage particulièrement révélateur de cet usage est celui où Michelet « explicite » la métaphysique de l’histoire de la Scienza nuova :

  • 105 « Discours sur le système et la vie de Vico », op. cit., p. XLIII.

Le miracle de sa constitution [i.e. de la république de l’univers], c’est qu’à chacune de ses révolutions, elle trouve dans la corruption même de l’état précédent les éléments de la forme nouvelle qui peut la sauver. Il faut bien qu’il y ait là une sagesse au-dessus de l’homme… Cette sagesse ne nous force pas par des lois positives, mais elle se sert pour nous gouverner des usages que nous suivons librement. Répétons donc ici le premier principe de la Science nouvelle : les hommes ont fait eux-mêmes le monde social, tel qu’il est ; mais ce monde n’en est pas moins sorti d’une intelligence, souvent contraire, et toujours supérieure aux fins particulières que les hommes s’étaient proposées. Ces fins d’une vue bornée sont pour elle les moyens d’atteindre des fins plus grandes et plus lointaines105.

  • 106 Un ricorso est un mouvement de reflux faisant suite au mouvement de « flux ». Alain Pons traduit l (...)
  • 107 Principes de la philosophie de l’histoire, op. cit., p. XLIII.
  • 108 Ibid.
  • 109 Histoire romaine, OCV II, op. cit., p. 342. Michelet adopte le modèle de la spirale. Selon B. Réiz (...)

15Omettant l’aspect cyclique de la métaphysique de la Scienza nuova et donc le fait qu’il n’y a pas de « forme » vraiment « nouvelle », le texte donne à penser que chaque « révolution » – le terme traduit le ricorso vichien106, dans les Principes de la philosophie de l’histoire – est suivie d’une société nouvelle. Selon l’enseignement de Vico, les « révolutions » ont un sens, même s’il échappe généralement aux hommes qui font « le monde social, tel qu’il est107 ». Les actions humaines, et donc celles des révolutionnaires, sont pour la providence « les moyens d’atteindre des fins plus grandes et plus lointaines108 ». En résumant ainsi la Scienza nuova, le jeune traducteur inscrit subrepticement une perspective téléologique dans son « Discours sur le système et la vie de Vico » même s’il n’en précise pas le contenu, précision d’ailleurs impossible dans la mesure où cette perspective est totalement absente du texte vichien. Il est fort probable que ce texte a eu pour les contemporains de Michelet la signification suivante : la dernière révolution conduira à donner à la société une forme nouvelle – et non à restaurer l’ancienne – et, comme toutes les autres révolutions de l’histoire de l’humanité, elle s’inscrit dans le plan de la providence. L’ambiguïté délibérée de la formulation micheletienne laisse apparaître la possibilité d’une lecture enrichie du texte de Vico où les cycles de l’histoire vont s’agrandissant, où les révolutions conduisent à une société nouvelle. C’est d’ailleurs ce que Michelet écrira dans l’avant-propos de l’Histoire romaine lorsqu’il s’appuiera sur le philosophe napolitain pour le dépasser109.

  • 110 Discours sur le système et la vie de Vico », op. cit., p. XIV.
  • 111 Vico, La Science nouvelle, op. cit., p. 505.
  • 112 « Discours sur le système et la vie de Vico », op. cit., p. XIV.
  • 113 Principes de la philosophie de l’histoire, op. cit., 357.
  • 114 Près de vingt ans plus tard, au Collège de France, Michelet tirera les conséquences politiques du (...)
  • 115 Journal, 4 juin 1854, t. II, p. 262.
  • 116 Dans l’avant-propos de l’Histoire romaine, Michelet insiste sur le « caractère étroit et mesquinem (...)

16Le travail d’interprétation-actualisation à l’œuvre dans le « Discours sur le système et la vie de Vico » apparaît également lorsque le traducteur montre l’intérêt que présente l’étude de la « carrière que parcourent les peuples dans leurs progrès et leur décadence110 ». Là où le philosophe napolitain donne à voir la « récurrence des choses humaines111 », Michelet pressent la possibilité de connaître « les moyens par lesquels une société peut s’élever ou se ramener au plus haut degré de civilisation dont elle soit susceptible112 ». Or, cela n’est pas une erreur de traduction car le jeune traducteur sait très bien que le cinquième livre de la Scienza nuova traite du « retour des mêmes révolutions113 ». En réalité, l’interprète est déjà clairement convaincu que l’œuvre vichienne a une portée bien supérieure à celle que lui donnait son auteur et que cette portée est essentiellement politique. En effet, la Scienza nuova comporterait des éléments permettant de perfectionner la société afin de lui faire atteindre la « civilisation » ; en montrant comment le peuple crée lui-même ses dieux et ses héros et fait l’histoire sans grand homme ni oracle, elle donne les armes conceptuelles pour affronter les problèmes philosophiques, historiques et par conséquent politiques qui traversent l’univers intellectuel de la Restauration. La lecture micheletienne repose moins sur un contresens que sur la certitude d’avoir compris la Scienza nuova dans sa dimension véritable, à savoir sa dimension révolutionnaire et populaire114. C’est ce qu’écrit clairement Michelet en juin 1854, donnant un quart de siècle plus tard la clef de sa lecture : « un géant, Vico, qui dépasse tout, contenant Feuerbach, etc., mais ne se sait pas lui-même115 ». En effaçant sciemment la théorie « mesquine116 » des corsi et ricorsi, le jeune traducteur a la conviction de donner à l’œuvre de Vico sa véritable grandeur.

  • 117 B. Réizov, L’historiographie romantique française, op. cit., p. 526.
  • 118 « Discours sur le système et la vie de Vico », op. cit., p. XLIII.
  • 119 Ibid.
  • 120 Ibid., p. XIV.

17Sorties d’une perspective philologique précise et replacées dans le contexte intellectuel de la décennie 1820-1830, les affirmations de l’auteur du « Discours sur le système et la vie de Vico » sont des prises de position politiques. Cela ne tient pas seulement au fait que « les idées de Vico furent transportées dans une atmosphère philosophique et politique qui différait complètement de celle où elles avaient pris naissance117 ». Le choix d’utiliser le terme de « révolutions118 » ou les expressions « des fins plus grandes et plus lointaines119 » et « plus haut degré de civilisation120 » dans le « Discours sur le système et la vie de Vico » montre clairement que le jeune historien philosophe fait passer au second plan la dimension cyclique et a l’ambition d’investir la Scienza nuova d’une portée qui aurait échappé à son auteur lui-même. Ainsi cherche-t-il à donner à la pensée vichienne une résonnance contemporaine où celle-ci livre en fait son sens véritable : les Principes de la philosophie de l’histoire sont donc, plus que la Scienza nuova, une arme au service de la lutte contre les tenants de la Restauration.

*****

18La rencontre de Michelet avec Vico n’a été décisive que parce que l’œuvre du philosophe napolitain a été « travestie » ; sans cet effort d’actualisation prétendant donner à la pensée vichienne toute sa dimension, la lecture de la Scienza nuova ne lui aurait pas permis de formuler les premiers éléments de sa philosophie de l’histoire, éléments qui prennent sens dans le cadre de la problématique cousinienne, dans la perspective de l’historiographie romantique et dans l’univers politique de la Restauration. Cependant, aussi formateur que put être ce travail de « traduction », deux points fondamentaux de l’Introduction à l’histoire universelle ne sont pas encore en place en 1827 : la preuve philosophique d’une marche de la civilisation correspondant à l’extension des droits du peuple et le principe d’articulation des sciences particulières en un discours total échappent alors au jeune philosophe historien. Le premier point ne sera illuminé qu’en 1830 par l’éclair de Juillet ; le deuxième, en revanche, est abordé de front dès 1827 dans les cours à l’École Préparatoire. Le problème est, avant tout, un problème de méthode et, au fond, de définition de la philosophie.

Notes

55 « […] nel 1827 a Parigi, per opera di Giulio Michelet, un, più che traduzione, travestimento francese, che col titolo infelicissimo di Principes de la philosophie de l’histoire, ebbe grandissima fortuna » (Scienza nuova, présentation « brevi cenni della vita e delle opere di Giambattista Vico » par Fausto Nicolini, op. cit., p. XXX).

56 Ainsi Alain Pons rend-il Michelet responsable du fait que « Vico a été rangé dans la catégorie accueillante et vague “philosophies de l’histoire”, où se trouvent réunis historiens, philosophes, théologiens, littérateurs » (« “Histoire idéale éternelle” et “histoire universelle” chez Vico » dans « La “Scienza nuova” de Giambattista Vico », Noesis, 2005/8, volume publiée sous la direction d’André Tosel, pp. 7-19, p. 7).

57 P. Bénichou, le Temps des prophètes, op. cit., p. 921.

58 Principes de la philosophie de l’histoire traduits de la Scienza Nuova de J. B. Vico et précédés d’un discours sur le système et la vie de l’auteur, op. cit., « avis du traducteur », p. v sqq. Je me réfère soit à la traduction de Michelet, Principes de la philosophie de l’histoire, traduits de la Scienza Nuova de J. B. Vico, soit à la traduction d’Alain Pons, Principes d’une science nouvelle relative à la nature commune des nations, Paris, Fayard, coll. « L’Esprit de la cité », 2001.

59 Principes de la philosophie de l’histoire traduits de la Scienza Nuova de J. B. Vico et précédés d’un discours sur le système et la vie de l’auteur, op. cit., « avis du traducteur », p. v.

60 Ibid., p. vj.

61 Ibid.

62 La remarque est de P. Viallaneix dans l’introduction qu’il consacre au « Vico » de Michelet (OCV I, p. 271).

63 Les principes de la philosophie de l’histoire, op. cit., p. LIX.

64 La formule est de P. Viallaneix dans sa présentation du « Vico » (OCV I, p. 273). Le texte en question de Jouffroy est publié le 17 mai 1827 dans le journal Le Globe.

65 « Degli Elementi », Vico, Scienza nuova, op. cit., p. 71 sqq. Je traduis de l’italien de la manière la plus littérale pour faire ressortir le travail d’interprétation mené par Michelet, quitte à être parfois peu élégant.

66 Michelet traduit « elementi » par « axiomes ». A. Pons par « éléments ».

67 Par exemple, Vico écrit « […] non crediamo d’offendere il diritto di niuno se ne ragioneremo spesso diversamente ed alle volte tutto il contrario all’openioni che finora si hanno avute d’intorno a’princìpi dell’umanità delle nazioni. E, con far ciò, gli ridurremo a princìpi di scienza, per gli quali ai fatti della storia certa si rendano le loro primiere origini, sulle quali reggano e per le quali tra essoloro convengano ; i quali finora non sembrano aver alcun fondamento comune né alcuna perpetuità di séguito né alcuna coerenza tra lor medesimi (Scienza nuova, op. cit., p. 69). Michelet traduit : « Nous ne craindrons point d’aller contre les droits de personne, lorsqu’en traitant ces matières nous ne nous conformerons pas, ou que même nous serons contraires, aux opinions que l’on s’est faites jusqu’ici sur les origines de la civilisation, et que par là nous les ramènerons à des principes scientifiques. Grâce à ces principes, les faits de l’histoire certaine retrouveront leurs origines primitives, faute desquelles ils semblent jusqu’ici n’avoir eu ni fondement commun, ni continuité, ni cohérence » (Principes de la philosophie de l’histoire, op. cit., p. 23, je souligne). Voici la traduction littérale du texte original « Nous ne croyons pas offenser le droit de qui que ce soit si nous raisonnons souvent diversement et parfois tout au contraire des opinions qui ont eu cours concernant les principes de l’humanité. Et, en faisant ainsi, nous les réduirons à des principes de science, par lesquels nous rendrons aux faits de l’histoire certaine leurs premières origines sur lesquelles ils se reposent et par lesquelles ils correspondent entre eux ; lesquels jusqu’à présent ne semblent avoir aucun fondement commun, aucune perpétuité dans leur déroulement, aucune cohérence entre eux » (je traduis et je souligne).

68 Ainsi, Vico écrit : « Questa Tavola cronologica spone in comparsa il mondo delle nazioni antiche, il quale dal diluvio universale girasi dagli ebrei per gli caldei, sciti, fenici, egizi, greci e romani […] » Scienza nuova, op. cit., p. 35. Michelet traduit « La table chronologique que l’on a sous les yeux embrasse l’histoire du monde ancien, depuis le déluge jusqu’à la seconde guerre punique, en commençant par les Hébreux, et continuant par les Chaldéens, les Scythes, les Phéniciens, les Égyptiens, les Grecs et les Romains » Principes de la philosophie de l’histoire, op. cit., p. 5 (je souligne). Le texte original dit plus exactement : « Cette table chronologique fait apparaître le monde des nations antiques, lequel tourne, depuis le déluge universel, des Hébreux par les Chaldéens, les Scythes, les Phéniciens, les Égyptiens, les Grecs et les Romains. » (je souligne, je traduis).

69 Ibid., p. 33.

70 « Synchronique » dans le sens où la table proposée par Vico rassemble l’histoire des différentes nations durant une même période (l’Antiquité). Néanmoins, l’histoire de ces différentes nations, quant à elle, n’est pas synchronique dans la mesure « à un moment donné de l’histoire universelle coexistent des nations qui ne se trouvent pas au même stade d’évolution » (Alain Pons, présentation de la Science nouvelle, op. cit., p. v).

71 Cette table chronologique précède le premier livre de la Scienza nuova.

72 Concernant l’histoire de la Grèce antique, Vico écrit « Perché si truova che da Ercole si noveravano gli anni con le raccolte ; da Isifilo in poi, col corso del sole, per gli segni del zodiaco : onde da questi incomincia il tempo certo de’greci » (Scienza nuova, op. cit., p. 55). Michelet traduit : « Le temps certain, l’âge des hommes commence à l’époque où les jeux olympiques, fondés par Hercule, furent établis par Iphitus. Depuis le premier, on comptait les années par les récoltes ; depuis le second, on les compta par les révolutions du soleil » (Principes de la philosophie de l’histoire, op. cit., p. 17). Le texte original ne parle pas d’un « âge certain » en soi : « Parce qu’il se trouve que depuis Hercule les années se comptaient avec les récoltes ; depuis Iphitos et ensuite, avec le cours du soleil, par les signes du zodiaque : où, depuis ceux-ci, commence le temps certain des Grecs » (je traduis, je souligne).

73 Introduction à l’histoire universelle, note de la page 258, p. 297.

74 P. Viallaneix, La Voie royale, op. cit., p. 237.

75 Cousin, Fragment « De la philosophie de l’histoire », op. cit., p. 335.

76 Ainsi la dernière note de l’Introduction à l’histoire universelle fait-elle de Vico « le véritable prophète de l’ordre nouveau qui commence » (note de la page 258, p. 297).

77 Dans la huitième leçon du premier semestre de 1848 au Collège de France, Michelet s’efforce de tirer les conséquences politiques du principe prométhéen, à savoir, fonder le droit du nombre et partant du peuple contre les prétentions de l’élite savante : les trois références qu’il mobilise sont Voltaire, Rousseau et Vico (voir infra troisième partie « … au conflit des traditions de la Justice et de la Grâce »).

78 HF, t. I, préface de 1869, p. 11.

79 Je reprends la définition du libéralisme de la Restauration proposée par P. Bénichou à savoir : « l’adhésion aux institutions et aux valeurs issues de la Révolution Française, l’opposition au retour offensif de l’ancienne société avec la monarchie restaurée » (le Temps des Prophètes, op. cit., p. 453 sqq). Cette définition opératoire sera précisée au fur et à mesure de cette étude, voir infra cinquième chapitre de la deuxième partie « La métaphysique libérale de l’Introduction à l’histoire universelle ».

80 « […] One of the most persistent and important of the themes of Liberal historiography of the Restoration – the inevitability of the Revolution […] it had to be » (« Un des thèmes les plus récurrents et les plus importants de l’historiographie libérale de la Restauration – le caractère inévitable de la Révolution […] elle devait être », je traduis) S. Mellon, The political uses of history, op. cit., pp. 17-18.

81 Marcel Gauchet, « Les ‘‘Lettres sur l’histoire de France’’ d’Augustin Thierry », op. cit., p. 789.

82 P. de Barante, Histoire des ducs de Bourgogne de la maison de Valois. 1363-1477, Paris, Ladvocat, 1826 (je me réfère à la quatrième édition). Michelet lit d’avril à septembre 1826 les onze tomes de l’Histoire des ducs de Bourgogne (« Journal de mes lectures », Écrits de jeunesse, op. cit., p. 325).

83 Barante cite explicitement les Soirées de Saint-Pétersbourg de Maistre dans la préface de l’Histoire des ducs de Bourgogne, op. cit., t. I, p. 91.

84 Ibid., p. 86.

85 Ibid., pp. 85-86.

86 Le 22 juillet, Barante écrit une lettre de remerciement à Michelet. Il ne loue pas seulement « la clarté de l’interprétation » mais la compréhension de la nature de l’histoire qui s’en dégage : « Après tant de grands écrivains, après tant de scènes historiques qui nous ont préoccupés et instruits, à peine notre génération comprend-elle l’histoire d’une façon aussi grande et aussi vraie que Vico » (lettre citée par P. Viallaneix dans son introduction au Vico, op. cit., p. 274 sqq.).

87 Maistre, Essai sur le principe générateur des constitutions politiques et des autres institutions humaines, Œuvres, édition établie par Pierre Glaudes, Paris, Robert Laffont, 2007, p. 374.

88 Ibid., p 383.

89 Ibid.

90 Ibid., p. 382.

91 Maistre, Soirées de Saint-Pétersbourg, Œuvres, op. cit., p. 491. Ce texte et en particulier le deuxième entretien, que Michelet cite dès décembre 1823 de manière précise, défend l’idée que les « premiers » hommes reçurent la faveur d’« êtres d’un ordre supérieur » et furent savants, contre la pensée de Rousseau qui fait de l’ignorance l’état primitif de l’homme.

92 « Discours sur le système et la vie de Vico », op. cit., p. XXVI.

93 Argument du troisième livre des Principes de la philosophie de l’histoire exposé par Michelet, op. cit., p. 249.

94 Ibid., p. xxv.

95 Vico, Principes de la philosophie de l’histoire, op. cit., p. 134.

96 La formule est de Michelet dans Le Banquet, III, III, OCV XVI, p. 631.

97 Histoire romaine, avant-propos, op. cit., p. 341.

98 La formule est de P. Bénichou qui voit dans le recours à ce type de théories le signe d’un consensus postrévolutionnaire (le Temps des prophètes, op. cit., p. 921). M. Gauchet souligne « ces croisements étranges, ces méprises mutuelles, des réceptions à contresens, de part et d’autre, ces usages à fronts renversés des mêmes thèmes » dans le contexte de la Restauration (« Les “Lettres sur l’histoire de France” d’Augustin Thierry », op. cit., p. 812).

99 Jean Guéhenno, l’Évangile éternel, op. cit., p. 51.

100 Ibid., pp. 51-52

101 La comparaison entre la présentation du texte de Vico relatif au ricorso des démocraties et le texte lui-même trahit clairement le projet micheletien et ses sympathies populaires. En effet, dans son « Discours sur le système et la vie de Vico », le traducteur ne met pas clairement en évidence le fait que l’« anarchie » naît, dans le texte vichien, de l’aspiration du peuple à « se mettre au-dessus des lois » dans les régimes populaires où règne l’égalité (§ 95 du chapitre II du livre I des Principes de la philosophie de l’histoire, op. cit., p. 63). Altérant la pensée du philosophe napolitain, il préfère expliquer la décadence de ce type de régime par la présence de « chefs ambitieux qui lui présentent des lois populaires, des lois qui tendent à enrichir les pauvres » (« Discours sur le système et la vie de Vico », op. cit., pp. XXXVII-XXXVIII). Il est fort probable que, dans cette « lecture » du ricorso des régimes populaires, « [ses] contemporains devaient reconnaître les dernières étapes de la Révolution française » (B. Réizov, L’historiographie romantique française, 1815-1830, Moscou, Éditions en Langues Étrangères, s. d., p. 525).

102 « Discours sur le système et la vie de Vico », op. cit., p. XXXVII.

103 Ibid., p. XIV.

104 La traduction-interprétation de la Scienza nuova par le jeune Michelet s’inscrit dans une perspective « libérale » dans la mesure où elle participe du renouveau de l’historiographie encouragé par les penseurs libéraux de la Restauration. Toutefois, comme le montre Georges Navet (« De l’usage de Vico en France ; le problème de la légitimité du droit civil », thèse de Doctorat soutenue à l’Université de Reims, UFR de Droit et de Science Politique, sous la direction de Miguel Abensour, 2 vol., 585 p., 1987), il est nécessaire d’insister sur le fait que la référence au philosophe napolitain permet aussi à Michelet de réintégrer le peuple dans l’histoire (« De l’usage de Vico en France ; le problème de la légitimité du droit civil », op. cit., t. I, p. 28) et donc de remettre en cause le principe du système représentatif tel que les doctrinaires le conçoivent (ibid., t. II, p. 562). L’ambiguïté de l’usage politique de Vico peut cependant être levée en distinguant deux usages stratégiques du philosophe napolitain dans l’œuvre micheletienne : en 1827, il s’agit de soutenir l’historiographie libérale contre la mobilisation contre-révolutionnaire de l’histoire alors qu’en 1831, dans l’Introduction à l’histoire universelle, il est plutôt question, pour Michelet, de défendre la puissance politique du peuple contre la politique libérale (voir infra).

105 « Discours sur le système et la vie de Vico », op. cit., p. XLIII.

106 Un ricorso est un mouvement de reflux faisant suite au mouvement de « flux ». Alain Pons traduit le titre du cinquième livre de la Scienza nuova – « Del ricorso delle cose umane » – par « De la récurrence des choses humaines » (Vico, La Science nouvelle, op. cit., p. 505) ; Michelet « Retour des mêmes révolutions » (Principes de la philosophie de l’histoire, op. cit., 357). Dans sa présentation, il néglige le fait essentiel que ces « révolutions » en question sont toujours les « mêmes ».

107 Principes de la philosophie de l’histoire, op. cit., p. XLIII.

108 Ibid.

109 Histoire romaine, OCV II, op. cit., p. 342. Michelet adopte le modèle de la spirale. Selon B. Réizov, Mme de Staël aurait, la première, introduit cette représentation du devenir historique en France, reprenant une affirmation de Goethe (L’historiographie romantique française, op. cit., p. 537). Toutefois, si ce modèle est cité dans l’Histoire romaine afin de critiquer la théorie cyclique de Vico, il n’apparaît pas explicitement dans l’Introduction à l’histoire universelle.

110 Discours sur le système et la vie de Vico », op. cit., p. XIV.

111 Vico, La Science nouvelle, op. cit., p. 505.

112 « Discours sur le système et la vie de Vico », op. cit., p. XIV.

113 Principes de la philosophie de l’histoire, op. cit., 357.

114 Près de vingt ans plus tard, au Collège de France, Michelet tirera les conséquences politiques du principe prométhéen que « Vico […] avait posé, historiquement, comme un fait, sans en tirer aucun usage politique » (Cours au collège de France, t. II, huitième leçon du premier semestre de 1848, op. cit., p. 356).

115 Journal, 4 juin 1854, t. II, p. 262.

116 Dans l’avant-propos de l’Histoire romaine, Michelet insiste sur le « caractère étroit et mesquinement ingénieux que prend son livre [la Scienza nuova] en atteignant le Moyen Age » (Histoire romaine, op. cit., p. 342). En 1854, il regrette que les efforts de Vico « s’adressent à de petits buts rapprochés » (Journal, 4 juin 1854, t. II, p. 262).

117 B. Réizov, L’historiographie romantique française, op. cit., p. 526.

118 « Discours sur le système et la vie de Vico », op. cit., p. XLIII.

119 Ibid.

120 Ibid., p. XIV.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search